Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Magie et illusion au Moyen Âge

Magie et merveilleux chrétien dans de Wigalois de Wirnt Von Gravenberg

Danielle Buschinger

Texte intégral

  • 1 Eloïse Mozzani, Le livre des superstitions. Mythes, croyances et légendes, Paris 1995, p. 1047.

1Selon la définition du Petit Robert (p. 1322) la magie est l’art de produire, par des procédés occultes, des phénomènes inexplicables ou qui semblent tels », et on distingue entre la magie blanche, qui est dépourvue de tout maléfice, et la magie noire, qui « pratiquée sous l’influence du diable, est l’art de commercer avec les démons et de se servir d’eux1 » pour nuire à autrui. On rencontre ces deux formes de magie dans le roman arthurien Wigalois, qu’au début du xiiie siècle écrit le Franconien de l’Est Wirnt von Gravenberg et dans lequel il raconte, dans la lignée de Wolfram von Eschenbach, le destin du fils de Gawein, Wigalois, qui conquiert une femme et un royaume. Dans cette œuvre cependant certains éléments qui paraissent inexpliquables de façon naturelle ne relève pas de la magie blanche ou noire, mais du merveilleux chrétien. Ce sont ces différents éléments que je vais examiner dans le présent exposé.

1 Magie blanche

2C’est dans la première partie de l’œuvre - c’est-à-dire jusqu’au combat du héros contre le dragon Pfetan - qu’on rencontre la magie blanche, sous la forme d’objets magiques.

La ceinture magique

  • 2 Wirnt von Gravenberg, Wigalois. Texte traduit par Danielle Buschinger. Greifswald, Reineke Verlag, (...)

3Un jour apparaît à la cour du roi Artus au château de Karidol un chevalier étranger, dont il sera dit plus tard qu’il s’appelle Joram. Ce chevalier offre à la reine Guenièvre une superbe ceinture aux vertus merveilleuses (325 sqq.). Cette ceinture, recouverte de pierres précieuses et d’or, est dotée de vertus magiques, qui semblent varier selon que celui qui la porte est un homme ou une femme. En effet, dès qu’elle la met autour de la taille, la reine Guenièvre devient joyeuse et savante, connaît à la perfection toutes les langues, est experte dans tous les jeux qu’elle commence et n’ignore aucune science ni aucun art. Elle rend fort et vaillant les hommes et met quiconque la porte à l’abri de tout danger, et il est bien souligné que c’est la vertu merveilleuse des pierres précieuses qui a permis à Joram de remporter sur Gawein une victoire qui sans la ceinture lui aurait échappé (537 sqq.). En outre, elle seule permet d’entrer dans le pays de Joram. Le chevalier étranger la donne à Gawein qui la remet à son épouse, Florie, lorsqu’il prend congé d’elle, et, privé de cette clef magique, le héros ne pourra plus jamais pénétrer dans le pays et revoir son épouse (1195 sqq.). Florie la donne à son fils Wigalois lorsque celui-ci se met en quête de son père : 1364 sqq. « sô nim ein kleinôt daz ich hân ;/ behaltez unz an dînen tôt,/ und wis sicher vor aller nôt ;/ daz ist ein gürtel, den mir lie/ dîn vater... » (« Prends ce joyau que je possède : garde-le jusqu’à ta mort et sois à l’abri de tout danger. C’est une ceinture que ton père m’a laissée2... »). La ceinture sera volée au héros par une pauvre femme après le combat de Wigalois contre le dragon Pfetan.

La pierre magique

  • 3 Traduction du Wigalois, op. cit., p.16.
  • 4 Traduction du Wigalois, op. cit., p. 16.
  • 5 Ulrich von Zatzikhoven, Lanzelet. Texte traduit par Danielle Buschinger. Greifswald, Reineke Verla (...)

4Né dans le royaume fééerique de sa mère, Wigalois part dans le monde à la quête de son père, dont il ignore l’identité. Il parvient au château de Karidol, où le roi Artus donne une grande fête. Il entre dans la cour du château, où il aperçoit une large pierre carrée, aussi claire qu’un miroir, bleue avec des veines rouges et jaunes. Et le poète souligne tout de suite : 1485 sqq. « sô grôziu tugent an im was/ daz deheiner slahte man/ der ie deheinen valsch gewan/ die hant niht mohte gelâzen dran » (« Cette pierre avait un tel pouvoir qu’un homme qui avait commis quelque perfidie ne pouvait y poser la main3 »). De même celui qui avait fait la moindre mauvaise action ne pouvait s’approcher de la pierre à moins de deux mètres (1495 sqq.). Jamais personne ne s’est assis sur la pierre, si ce n’est le roi Artus à qui on ne pouvait faire le moindre reproche. Et voilà que Wigalois s’asseoit sans encombre au milieu de la pierre, et le poète de commenter : 1492-4 « sîn herze was âne mein/ und ledic aller bôsheit ;/ sîn muot ie nâch dem besten streit. » (« Son cœur était sans fausseté et pur de toute médiocrité ; son esprit aspirait à l’excellence4. »). L’épreuve de la pierre magique, qu’on peut rapprocher entre autres de l’épreuve du manteau magique qui, dans le Lanzelet d’Ulrich von Zatzikhoven (vers 5811 sqq.) ne sied parfaitement qu’à la dame irréprochable5, prouve que, dès le départ, Wigalois est parfait, mais, porteur de la ceinture magique, il est encore dans le domaine de la féerie.

Autres objets magiques

  • 6 Traduction du Wigalois, op. cit, p.49.

5Tout au long de la première partie de l’œuvre toutes sortes d’objets magiques, en plus de la ceinture magique que lui a remise sa mère, soutiennent Wigalois et lui permettent de remporter bon nombre de victoires. Mentionnons d’abord le pain magique que dame Larie, la future épouse du héros, donne à Wigalois dans une aumonière en soie (4467 sqq.). Des épices avaient donné à ce pain une telle force que la faim passe dès qu’on l’approche des lèvres ; il permet de rester sept nuits dans la forêt sans nourriture ; il donne à celui qui le mange force, dynamisme et vigueur. Wigalois en mange un morceau avant son combat contre le redoutable dragon Pfetan (4995 sqq. « ab dem brôte beiz er zehant ;/ sus warnet sich der wîgant/ zuo der ängestlîchen nôt ;/ ez dûhte in ein vil reinez brôt,/ wand imz sîn vrouwe hêt gegeben/ ze vristen an der nôt sîn leben ;/ ez gap im alsô grôze maht/ daz er vrôliche vaht. » (« Il mangea à l’instant un morceau du pain et se prépara ainsi pour le périlleux combat. Le pain lui parut très bon, en effet c’était sa souveraine qui le lui avait donné pour lui sauver la vie dans l’adversité. Il lui donna une telle force qu’il trouva plaisir à combattre6. ») et le vainc.

6Evoquons ensuite la fleur que cueille au superbe arbre planté au milieu du pré devant la porte du château (4609 sqq.) le roi défunt Lar, père de dame Larie, et qu’il donne à Wigalois : le doux parfum donne force et bonne humeur et revigore le héros avant le combat contre Pfetan et surtout le protège contre l’haleine fétide du dragon, qui pue davantage qu’une charogne restée longtemps exposée a la chaleur du soleil (5063-5065). Et c’est grâce à une lance magique, apportée par un ange et fichée dans le mur près de la porte du château, que Wigalois peut tuer le dragon ; en effet, rien n’est assez dur, corne, pierre ni harnois de fer, pour qu’on ne puisse l’y enfoncer jusqu’à la main, et nulle autre arme forgée ne peut entamer le dragon, hormis cette lance (4748 sqq.).

2 Magie noire

7C’est dans le domaine du païen Roaz de Glois, c’est-à-dire le château de Glois, appelé aussi Glois-dans-la-plaine, que règne la magie noire ; Roaz en effet a par magie voué vie et âme à un démon, qui accomplit pour lui toutes sortes de prodiges et lui procure tout ce qu’il désire, et tous les malheurs qui sont arrivés à Lar et à sa famille sont dus à ce païen qui agit sur le conseil de son maître, le diable (3653 sqq.).

8D’une part le domaine est protégé par toutes sortes d’obstacles magiques que Wigalois doit surmonter. La citadelle de Roaz est entourée d’un marais infranchissable le jour en raison d’un brouillard noir magique qui forme un cercle autour de 1’ « aventure » du héros et, tombant comme de la résine sur les imprudents, empêche quiconque d’entrer ou de sortir avant la tombée de la nuit. Puis une roue d’airain, actionnée par une grande rivière qui coule à travers le marécage fétide, empêche l’entrée au château, si bien que celui qui a réussi à franchir le marécage se trouve prisonnier entre brouillard et roue. Dans le château lui-même la nigromancie intervient avec le « nuage magique » (7317 « vor im mit zouber ein wolken gie »), qui précède Roaz, que tous ceux qui marchaient devant ou derrière lui voyaient, et que seul Wigalois ne voyait pas. Dans ce nuage se trouve un diable qui veille sur Roaz jour et nuit et au pouvoir duquel le païen a mis son âme et sa vie (7317 sqq.). Au reste, c’est une troupe de diables qui enlèvent subrepticement le cadavre de Roaz avant qu’on le porte dehors (8136 sqq.).

9Mais Wigalois ne doit pas seulement surmonter des obstacles magiques, il lui faut aussi vaincre deux personnages maléfiques avant de pouvoir pénétrer dans la forteresse de Roaz et affronter le païen pour le combat décisif. Le premier adversaire, qui s’appelle Karrioz (6602), a dans ses armes le dieu des païens, c’est-à-dire selon la tradition médiévale Mahomet, et est qualifié de « tievels trût » (6577), de « favori du diable », est un homme de très petite taille, au corps velu et puissant et dont les os n’ont pas de moëlle. Lors de la joute Wigalois lui fait une profonde blessure à travers le heaume d’acier et lui transperce la poitrine, le blessant à mort. Là-dessus, Karrioz s’enfonce, sans réfléchir, dans le brouillard noir qui émane du marécage et qui tombe sur lui comme de la résine et le tue. Le second adversaire de Wigalois (6931 sqq.) est une créature étrange, homme ou femme, du nom de Marrien, qui saute sur lui et l’attaque avec du feu. Il a une tête de chien, de longues dents, une large bouche, des yeux enfoncés dans les orbites et qui ont la couleur du feu. A partir de la ceinture il a le corps d’un cheval, mais entre la ceinture et la tête il a une forme humaine : c’est donc une sorte de centaure. Son corps est couvert de larges écailles, plus dures que pierre, qu’aucune arme ne peut entamer. Cette créature porte un grand chaudron d’airain dans lequel un feu avait été fait par magie : rien ne peut l’éteindre.

3 Merveilleux chrétien

  • 7 Traduction du Wigalois, op. cit., p.67.

10Comment Wigalois vient-il à bout de ces obstacles créés par magie et de ces adversaires qui utilisent la nigromancie pour protéger le domaine de Roaz ? Or, le héros a perdu sa ceinture magique qu’une pauvre femme vole parce qu’elle lui semble précieuse au héros qui est tombé évanoui après son combat contre Pfetan (5314 sqq.). Quand il constate la perte de sa ceinture il la déplore en secret : 5995-6005 « er gedâhte : ‘nû sol ich zehant/ gegen der âventiure varn ;/ wâ mit sol ich mich bewarn/ sît ich den gürtel han verlorn/ den ich ze trôste hêt erkorn/ zallen mînen dingen ?/ noch muoz mir gelingen/ zer selben âventiure ;/ sin ist nie sô ungehiure/ ichn wellè dâ tôt geligen,/ od mit der gotes kraft gesigen.’ » (« ‘Je dois partir sur l’heure’, pensa-t-il, ‘en quête d’aventure, mais comment puis-je me protéger puisque j’ai perdu la ceinture qui m’était d’un plus grand secours que toute autre chose ? Cependant il me faut réussir l’aventure. Si effrayante soit-elle, je vaincrai avec la force de Dieu ou je mourrai.’ »). Certes, au château de Joraphas, où Wigalois a été soigné après son combat contre Pfetan, il reçoit un nouvel équipement, notamment une armure de fer qu’un nain a mis trente ans à fabriquer et que rien ne pouvait briser ni transpercer. Cette armure lui servira une seule fois à le protéger contre la mort ; c’est lors de son combat contre le centaure, dont le feu magique brûle le cheval de Wigalois, puis le bouclier, la cotte de mailles, le heaume et l’épée du héros, mais ne peut causer le moindre dommage à son harnois. Il peut donc couper une patte de Marrien, puis lui faire une profonde blessure dont le sang éteint le feu « fait par magie ». Néanmoins, même dans ce combat, c’est Dieu qui le sauve du centaure, comme le souligne l’auteur : 7020-1 « und hêt sîn got niht gepflegen,/ er waer ze tôde dâ verbrant » (« Si Dieu n’avait pas veillé sur lui, il aurait été brûlé à mort7 »). C’est pourquoi la magie ne peut sauver Marrien de la mort (7040-1 ).

  • 8 Traduction du Wigalois, op. cit., p.29.
  • 9 Traduction du Wigalois, op. cit., p.66.
  • 10 Traduction du Wigalois, op. cit, p.68.
  • 11 Traduction du Wigalois, op. cit., p.70.

11Désormais l’aide de Dieu devient déterminante Il est vrai que déjà auparavant Wigalois se mettait aussi sous la protection divine, s’en remettant à la grâce de Dieu (ainsi 2921 sqq. et 4978 sqq.), et c’est « Dieu qui lui avait donné habileté et force, heureuse fortune et vaillance, grâce auxquelles il avait toujours remporté la victoire » (2893-6)8 ; malgré tous les objets magiques, Wigalois pria Dieu avant le combat périlleux contre Pfetan et cette prière lui donna du courage (5086-7).. Mais désormais, chaque fois qu’il fait appel à Dieu dans une situation désespérée, celui-ci fait un miracle. Après que Wigalois, prisonnier entre brouillard et roue, a imploré Dieu pour franchir la roue : 6856 sqq. « herre got, dir sî gegeben/ mîn vil zwîvellîchez leben/ in dîne grôze erbarmicheit,/ wan du erkennèst wol herzeleit. » (« Seigneur Dieu, je confie ma vie incertaine et instable à Ta grande miséricorde, car Tu connais bien la peine profonde9. »), c’est l’Enfant de la douce Vierge (6865) qui vient à son secours et qui par un miracle arrête la roue de sorte que Wigalois peut passer sans encombre. Le preux est bien conscient que sans l’aide de Dieu il ne pourra jamais remporter la victoire sur Roaz, aidé par le diable et sa magie (7050) : se dirigeant vers le portail du château de Glois et vers le combat décisif, il supplie Dieu de lui apporter son aide et ajoute : 7119 sqq. « swaz ich hân gestriten ie,/ daz tet ich âne meisterschaft,/ bärlich mit dîner kraft ;/ nu hilf mir, herrè, des ist mir nôt,/ daz die liehtèn bluomen rôt/ mîn bluot iht roeter mache ; /daz mînes tôdes iht lâche/ diu ungetriuwe heidenschaft./ nu hilf mir, herrè, mit dîner kraft,/ daz ich gesigè dem heiden an ;/ sô hâstu wol ze mir getân/ und ouch volendet mîne gir./ herre got, dres hilf du mir ;/ sô wil ich immer dienen dir. » (« Tous les explots que j’ai accomplis, je ne les dois pas à mon habileté, mais seulement à Ta force. Aide-moi maintenant, Seigneur, j’en ai bien besoin, pour que mon sang ne rende pas plus rouges encore les éclatantes fleurs écarlates, pour que le païens ne rient pas de ma mort. Aide-moi, Seigneur, avec Ta force, pour que je remporte la victoire sur le païen. De la sorte Tu auras bien agi à mon égard et accompli ce que je désirais. Seigneur Dieu, apporte-moi ton aide et toujours je te servirai10. ». Et lorsqu’il s’apprête à pénétrer dans la forteresse il s’écrie en faisant le signe de croix : 7269 sqq. « herre got, behüete mich/ und wis mîn geleite hie ! » (« Seigneur Dieu, sois mon guide ici et protège-moi11 !). L’un des deux gardiens de la porte du château, le chevalier Adan, qui s’est rendu à merci, sait aussi que Dieu protège Wigalois (7237) et il ajoute que, si Dieu lui accorde d’abattre le païen (7208-9), le héros sera le maître du château. De fait, dans son combat contre Roaz, Wigalois est protégé aussi bien par une lettre qui protège contre la magie, sur laquelle est inscrite une prière et qu’un prêtre avait enroulée autour de son épée avant le début de l’expédition (4427 sqq. et 7336 sqq.), que par le signe de croix qu’il avait fait en franchissant la porte (7338-9).

  • 12 Traduction du Wigalois, op. cit., p.39.

12Il est dans la logique de l’histoire que la magie blanche ne parvient pas à venir à bout de la magie noire, et que seul Dieu peut secourir celui qui affronte une magie pratiquée sous l’influence du diable par les alliés, par les suppôts du diable, que sont communément au Moyen Age les païens. C’est ce que disent les chevaliers et hommes d’armes à Wigalois à son arrivée à Roimunt, le pays de Larie : 3990 sqq. « der mange sêle erlôste/ ûz der helle mit sîner kraft/ und der âne meisterschaft/ die werlt alle werden hiez/ und der den vâlant verstiez/ von dem himelrpiche/ durch daz er im gelîche/ wolde setzen sînen stuol -/ er warf in in der helle pfuol :/ alsô müez vallèn von sîner hant/ der heidenische vâlant/ der mangen rîter hât erslagen !/ got sol im niht mê vertragen/ sînen vil grôzen übermuot/ und sînen gwalt den er tuot. » (« Que Celui qui par la puissance a délivré tant d’âmes de l’enfer, qui a créé le monde sans maître ni modèle et qui a précipité le diable du ciel en enfer parce qu’il a voulu être son égal, daigne abattre de sa main le diable païen, qui a tué tant de chevaliers ! Dieu daigne ne pas tolérer plus longtemps son outrecuidance et la violence qu’il exerce12. »). Nous assistons dans la tradition de la chanson de croisade et du Rolandslied du Curé Konrad à une lutte entre Dieu et le diable, par personnes interposées. Dieu, qui a vaincu le diable, vient au secours de celui qui combat les alliés de ce dernier. C’est ce qui explique que la magie blanche n’intervient que dans la première partie de l’œuvre et la nigromancie et son antidote, c’est-à-dire le merveilleux chrétien, dans la seconde partie.

13C’est donc après que Wigalois a perdu la ceinture magique, symbolisant la part de féerie qui est en lui, que le héros devient non seulement un vrai chevalier, qui n’a plus besoin d’objets magiques pour vaincre, mais aussi un grand chrétien, qui réalise désormais ses exploits non seulement en vertu de sa propre force, mais surtout grâce à l’aide de Dieu. Le débat est ainsi porté sur le plan religieux, sur le plan eschatologique, pourrait-on presque dire, de l’opposition entre les chrétiens, soutenus par Dieu, et les païens, suppôts du diable. Si Roaz est tué, c’est parce qu’il est païen qui a vendu son âme au diable, et si Wigalois est vainqueur, c’est parce qu’il est chrétien (8276 sqq.). C’est à partir de sa victoire sur Roaz que Wigalois convertit les païens. Il tient un véritable sermon de croisade (8142 sqq.) pour que les païens viennent à la Vraie Foi, et il connaît la réussite : il parvient à convaincre le comte Adan (8166 sqq.) et les hommes de Roaz de se convertir (9500 sqq.). Le roman de Wirnt von Gravenberg, dont la coloration chrétienne et religieuse est patente, dessine ainsi dans la deuxième partie l’image d’un combattant chrétien envoyé par Dieu pour délivrer l’humanité de l’emprise du diable et de ses suppôts, les païens. Le roman arthurien est ainsi enrichi d’un nouvel aspect, l’aspect religieux.

Notes

1 Eloïse Mozzani, Le livre des superstitions. Mythes, croyances et légendes, Paris 1995, p. 1047.

2 Wirnt von Gravenberg, Wigalois. Texte traduit par Danielle Buschinger. Greifswald, Reineke Verlag, 1996 (RTR 13), 1996 p.14.

3 Traduction du Wigalois, op. cit., p.16.

4 Traduction du Wigalois, op. cit., p. 16.

5 Ulrich von Zatzikhoven, Lanzelet. Texte traduit par Danielle Buschinger. Greifswald, Reineke Verlag, 1996 (TRT 12), pp.57 sqq.

6 Traduction du Wigalois, op. cit, p.49.

7 Traduction du Wigalois, op. cit., p.67.

8 Traduction du Wigalois, op. cit., p.29.

9 Traduction du Wigalois, op. cit., p.66.

10 Traduction du Wigalois, op. cit, p.68.

11 Traduction du Wigalois, op. cit., p.70.

12 Traduction du Wigalois, op. cit., p.39.

Auteur

Université d’Amiens

© Presses universitaires de Provence, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540