Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Magie et illusion au Moyen Âge

Quand Renart se fait magicien

À propos de l'art d'enchantement dans l'unité 24 du manuscrit M du Roman de Renart

Roger Bellon

Texte intégral

  • 1 L'édition de référence est celle de nos collègues japonais : FUKUMOTO Naoyuki, HARANO Noboru et SU (...)

1La branche appelée traditionnellement "Renart magicien" présente deux caractéristiques qu'il convient de rappeler brièvement : tout d'abord elle ne nous est connue que par un seul manuscrit, le manuscrit M (Bibliothèque Royale de Turin, varia 151) dans lequel elle constitue l'unité 24 (dans un ensemble qui en compte 43)1 ; il faut d'ailleurs noter que le titre de cette unité ne mentionne ni magie ni magicien : Ci conmence le mariage que Renart fist au roi Noble ly lyon. La seconde caractéristique tient à un point original d'organisation du recueil : l'insertion propre au ms. M de cette unité consacrée aux exploits de Renart magicien amène le copiste à déplacer et à remanier une autre branche du recueil, celle qu'on appelle traditionnellement "l'essartage en commun" : ce récit, connu des seuls manuscrits B, L, C et M et situé dans le ms. C vers la fin du recueil (unité 27 dans un ensemble de 31), est placé par M, qui partout ailleurs suit fidèlement l'ordre de C, immédiatement après "Renart magicien".

2Selon une pratique habituelle dans ce manuscrit M. l'épisode de l'essartage est scindé en deux unités : l'unité 25 (si comance si conme Renart fist son essart) et l'unité 26 (Ci comance si conme Renart parfist le con par son engin). C'est dans cette dernière unité que le texte commun à tous les autres manuscrits (B, L et C) subit une transformation capitale dont il faut résumer ici l'essentiel. A la fin de l'unité 24, Noble soumet à Renart un délicat problème concernant l'anatomie de sa fiancée et celui-ci demande huit jours de respit afin d'aller consulter Hermeline

[sa] feme qui molt set de bien. (2063)

3Le conteur annonce qu'avant de revenir à la Cour Renart

...fera un molt grant essart
Ou il sèmera son Iroument, (2076-77)

4et c'est là précisément le sujet de l'unité 25. A la fin de cette unité Renart entraîne à la Cour ses trois associés (le loup, le cerf et le coq) qu'il accuse d'avoir saccagé la récolte de blé dont il possédait le quart comme chacun des associés. L'unité 26 s'ouvre donc à la Cour du roi Noble, qui fait remarquer à Renart qu'il a dépassé le délai accordé ; en effet, si l'on suit la chronologie interne de la fiction, les huit jours accordés se sont transformés en au moins huit mois... Noble demande aussitôt à Renart s'il a trouvé une solution et celui-ci, après avoir répondu par l'affirmative, va immédiatement se faire anesthésiste pour endormir la lionne, beste d'enchantement, avant de procéder sur celle-ci à une délicate intervention chirurgicale. Cette unité 26 méritant à elle seule une étude approfondie, je me contenterai aujourd'hui d'examiner l'unité 24 selon la problématique propre à ce colloque et j'étudierai successivement, pour ce qui concerne cet art d'enchantement exercé par Renart, la méthode d'acquisition de cet art, l'usage qui en est fait par son détenteur et la place de la magie dans l'architecture du récit.

***

5L'acquisition par Renart de cet art d'enchantement constitue une initiative de Hermeline :

  • 2 Les éditeurs adoptent pour ce vers une correction proposée par G. Tilander et destinée à corriger (...)

Loé li a que se science
Mete a aprendre d'ingromance. ( 1 169-70)2

6Elle lui suggère de faire le voyage à Tolède, capitale de la magie :

A Toletc en sel on assez. (1772)

  • 3 On a là, dans le cadre de la fiction narrative renardienne, le seul "vrai" voyage à l'étranger (le (...)

7Renart pari donc à Tolède3 et c'est la faim, élément moteur pour l'aventure dans le récit renardien, qui conduit Renart dans la maison du mestre de l'art, maître Henri ; capturé et d'abord tenu pour mort, il n'y est qu'un vivant en sursis, nourri jusqu'à la bonne saison pour la peau du goupil, mais au moins il profite des leçons du maître :

Or puet aprendre d'ingromance,
Que assez li font de pitance.
Chasc un jor en l'escole gist
Et ot quanque le mestre dist.
Malt fu sages et entendanz,
N'ot pas les oreilles pendanz,
Ainz les tient droites et escoute
Molt parfont pense que il doute.
Tant en aprist que toz fu sages. ( 1319-27)

  • 4 Deux études récentes sont consacrées à celle teste cavee : Philippe Ménard, "La tête maléfique dan (...)

8Mais il lui manque encore la connaissance exacte de la formule magique et du rituel à observer scrupuleusement pour que l'art d'enchantement devienne efficient. Cette connaissance du secret (formule et rituel), Renart va la dérober à maître Henri au moment précis où celui-ci en reçoit la révélation en consultant dans un lieu situé sous le sol une grant teste cavee (1335)4 ; en quinze vers (1354-68) celle-ci révèle à maître Henri le détail du rituel que doit observer celui qui bien velt ovrer de cest art (1353) :

"Venir l'estuct ou tempre ou tart
Au trou d'une chambre privee.
Croiz ne soit fete ne nomee,
Mes si se velt en nas fier,
Illeques doit sacrefier
D'un coc marchois ou d'un noir chat.
Qui nel puet embler, si l'achat.
Apres die sanz autre fable :
"Oiez d'enfer tuit li deable,
De ceste oevre soiez, seignor,
Et si soit fet en vostre honor",
La dedenz gict son sacrefice.
Apres, s'il velt, de la chambre isse.
Ja mar fera autre proierc :
Tot puet faire son majetiere. » (1354-68)

  • 5 On note le solide encadrement grammatical de cet ensemble : verbes modalisateurs (estuet, doit), e (...)

9Il convient de relever dans cet ensemble de prescriptions5 l'indication du lieu (la chambre privee, c'est-à-dire nos "toilettes"), l'association d'une interdiction (le signe de croix) et d'une obligation stricte (le sacrifice d'un animal) et les trois vers qui codifient de façon rigide l'invocation à tous les diables (1362-64). L'observation scrupuleuse de ce rituel garantit à elle seule la maîtrise parfaite de l'art d'enchantement !

10Renart met immédiatement en application ses connaissances toutes neuves : il vole le coq de la maison, se rend dans la longaigne (1379) et suit les prescriptions fournies à maître Henri par la grant teste cavee :

ilec a tet sa barbacane.
Si corn la teste l'ot apris.
Puis s'en va, congié n'i a pris,
Fist ses charmes et ses caraudes.
Ses conjuremenz. et ses laudes. (1380-84)

11La pratique magique révèle instantanément son efficacité et Renart se trouve transporté, selon ses vœux, sans que rien ne puisse le retenir, à Malcrués, où il peut rassurer Hermeline et l'assurer de sa totale compétence :

D'enchantement set toz. les tors. (1394)

12Renart a donc acquis par son voyage à Tolède cet art d'enchantement que Hermeline définit ainsi au moment du départ de Renart pour la capitale des arts magiques :

Ce est uns ars de tel manière
Que, qui bien en sel la manière.
Tot fait a son commandement.
Que ce est l'art d'enchantement. ( 1173-76)

13L'usage que fait Renart de cette science nouvellement acquise est double : échapper à la mort et se venger de ses ennemis. Il faut en effet remonter un peu plus haut dans le récit pour s'arrêter au moment où Renart est livré, la corde au cou, à celui qui a demandé et obtenu sa condamnation à mort, Chantecler lui-même. Dans ce qu'il présente comme son ultime discours, Renart délivre un dernier message, un dernier mensonge plus exactement :

Ainz, que ge muire, vos vueil dire
Ce que rois Yvons vos mande.
Molt a grant chose en sa commande ;
Plus a de terre a mamburnir
Dis tanz, que n'en poez. fornir.
Une fille a molt précieuse,
Doncr la vos vcult a espeusc ;
N'a plus hoirs, sa terre avérez. (978-85)

  • 6 Grimbert (v. 1093-1104) apporte une fois de plus une aide décisive à Renart.

14Noble se réjouit de cette double bonne nouvelle : il peut épouser la plus belle fille du monde, qui lui apporte en dot un second royaume au-delà de la mer ! Renart le presse alors de traiter rapidement une telle offre et il est finalement6 désigné pour porter au roi Yvoris la réponse de Noble : il voit ainsi la mort s'éloigner provisoirement de lui et il ne lui reste plus qu'à ramener à la Cour du roi cette fille du roi Yvoris, roi que personne ne connaît et pour cause, puisque Renart s'est joué de Noble :

Tel chose li faisoit acroire
Qui ne pooit pas estre voire.
Mes si le voloit enivrer
Qu'il se peüst delivrer. (1061-64)

15Pour tenir sa promesse Renart devra donc, sur le conseil de Hermeline, faire appel à la magie, cette magie dont il a dérobé le secret à maître Henri.

16L'arrivée du cortège accompagnant la lionne se déroule conformément à ce que le lecteur sait des connaissances que Renart a rapportées de Tolède ; Renart respecte le rituel nécessaire à l'enchantement :

Il fet ses ynvocations
El ses forz conjurations.
As mauvez, fet d'un chat present
Por bien ferc l'enchantement. (1485-88)

17et aussitôt son pouvoir magique devient efficace :

Par enchant a fet meintes bestes ;
De tex i a qui ont vint lestes
Et plus assez, de tex i a.
Bestes fet q'ainz Dex ne cria,
Et molt de diverse manière
Et ausi çou devant derriere. (1489-94)

18La science de Renart dépassant même le pouvoir créateur de Dieu, ces créatures d'enchantement crachent feu et flammes au milieu d'un tapage épouvantable et elles terrorisent toute la Cour ; seule la fille du roi Yvoris possède la physionomie attendue :

En guise d'une lïonnesse
Anmaine au roi sa promesse. (1511-12)

19Sitôt présentée au roi par Renart avec une formule solennelle (Je la vos rent a tôt l'empire, vers 1522), cette lionne est représentée par le conteur comme totalement manipulée par Renart, mais connaissant néanmoins les usages courtois : elle répond aux paroles de bienvenue du roi par une révérence :

Cele a sa parole tenue,
Que dant Renars li a fet signe
Mes parfondement li encline. (1526-28)

20Renart a donc respectée ses engagements envers Noble, mais il veut aller plus loin et le conteur annonce une suite des plus intéressantes :

Or poez. oïr bele fable ! (1540)

  • 7 Les bestes d'enchantement mangent très peu, mais les barons de la Cour du roi Noble s'empiffrent : (...)

21En effet, après le repas rapidement expédié7, Renart est chargé par Noble d'organiser des jeux récréatifs entre les bêtes de la Cour du roi Noble et les bestes d'enchantement de la suite de la lionne : il choisit les épreuves, les participants et par son art d'enchantement il pourra désigner le vainqueur et le vaincu de chaque épreuve ! Un lecteur familier du cycle des aventures de Renart imagine facilement que Renart va chercher à se venger de ses ennemis et c'est d'ailleurs ce que le conteur a laissé entendre au moment du retour de Renart auprès de Hermeline

D'enchantement set toz les tors.
Or se gart bien que il harra.
Qu'assez, tost li en mescherra. (1394-96)

22Les deux premières épreuves organisées par Renart ne doivent rien à la magie : il choisit parmi les bêtes qualifiées de bones tumberesses...et parmi cerciaus sailleresses (1737-38) - c'est-à-dire capables de bien exécuter des roulades au sol et des sauts à travers des cerceaux - Brun l'ours et Brichemer le cerf ; mais leurs aptitudes naturelles sont contrecarrées par les excès de table et tous deux échouent pitoyablement sous les risées de l'assistance, tandis que les bêtes d'enchantement, sur ordre de la reine, c'est-à-dire de Renart, réussissent leurs tours. Les deux épreuves suivantes font appel à la magie de façon différente : la première consiste en un eslés, galop à cheval puis charge à la lance sur un mannequin, et c'est Roonel, ennemi juré de Renart, qui doit servir de monture à Cointerel le singe ; cet ami de Renart était présenté ainsi lors de sa première apparition dans l'unité 9 :

Et Cointeriax li enchanterre
Un singe qui fu nez d'Espaingne. (784-85)

  • 8 Vilainement du cul se wide ( 1882).

23Il possède donc de naissance cet art que Renart est allé apprendre à Tolède ! Cointerel est chargé par Renart de punir Roonel, qui fait partie, comme Brun et Brichemer, de la cohorte des messagers du roi venus à Maupertuis semondre Renart ; il martyrise la bouche de sa monture avec le mors et lui taillade le flanc à coup d'éperons. Roonel est victime, tout comme Brun et Brichemer avant lui, de dérangements physiologiques humiliants qui relèvent du bas corporel8. Pour l'épreuve suivante -exercice d'équilibrisme sur une corde - Tibert est la victime directe du nouveau pouvoir de Renart qui confectionne une corde magique (Par enchant i fet une corde, 1914) ; il ne peut qu'échouer dans cette épreuve malgré toute son habileté (de ramper fu bien dantez, vers 1936), tandis que la bête de la suite de la reine réussit parfaitement l'épreuve.

  • 9 Les deux de la branche I (selon l'édition Martin) et les deux de la branche X : Brun et Tibert, Ro (...)

24Ainsi Renart a pu se venger de quatre des messagers9 du roi, mais Noble perd patience en voyant ses barons toujours vaincus par les membres de la suite de la lionne ! Renart est sommé de rétablir l'équilibre en réussissant personnellement un exercice des plus dangereux, tellement risqué que la lionne refuse que quelqu'un de son camp s'y livre. Renart va exécuter le "saut de la mort", un saut depuis le sommet du toit du palais, saut tellement risqué que Grimbert, le fidèle cousin, en pleure d'angoisse. Mais Renart ne prend aucun risque, car il met en pratique ce qu'il a appris à Tolède :

Ses conjures dist mot a mot
Et apelc, que nus ne Pot,
Les vis deables qu'a lui viegnent
Et si belement le sostiegnent
Que il n'i soit un point grevez. (1977-81)

25et il peut dans ces conditions exécuter sans risque le saut de la mort :

Mes par deable estoit volez,
Si que toz sainz, en piez, remaint. (1992-93)

26Cette scène s'accompagne d'un détail qu'il convient de citer ; après avoir lancé son appel aux vis deables, Renart a la confirmation que cet appel a bien été entendu :

Puis est Renars en piez, levez,
Un petit siffle sor le leste,
Voit venir une noire beste.
Or est seürs de son afaire
Qu'il en porra a bon chief traire. (1982-86)

  • 10 Cet exercice périlleux rappelle évidemment la deuxième des trois tentations de Jésus au désert :
    Al (...)

27Lorsqu'il se laisse tomber du haut du toit10, il pousse un cri qui, vu la situation paraît bien être une formule magique : Ce desouz deseure (1989) !

28Il convient de replacer cette utilisation de l'art d'enchantement dans la structure d'ensemble du récit et de revenir à la première partie du texte, volontairement passée sous silence jusqu'ici. L'unité 24 est en effet à ranger dans ce qu'on appelle généralement les branches "judiciaires", variété du récit renardien qui ne développe pas une quête de nourriture, mais une quête de justice et dont le prototype se rencontre dans la branche I (selon l'édition Martin). Le conteur de l'unité 24 fait l'économie du motif de l'envoi des messagers à Maupertuis et développe très longuement le débat contradictoire entre Renart et ses accusateurs, Isengrin, Brun, Tibert et le clan de Chantecler. Il ne résiste pas à la surenchère à laquelle se sont livrés tous les autres conteurs qui ont repris le motif du jugement de Renart. Comme eux il conduit Renart jusqu'au gibet, la hart (952) au cou, et comme eux il doit trouver le moyen de le faire échapper à la mort, inconcevable par définition pour le héros éponyme d'un récit cyclique. Dans la branche I, Renart échappe in extremis à la mort par commutation de peine ; dans la br. Ia ("le Siège de Maupertuis") il est racheté contre une forte somme d'or et d'argent ; dans la br. VI ("le Duel judiciaire"), il est gracié sur intervention de frère Bernart qui l'emmène avec lui dans son couvent : autant de solutions qui ont comme point commun l'intervention d'un agent extérieur et autant de solutions qu'un conteur ne peut plus utiliser s'il veut écrire, selon la formule du prêtre de la Croix-en-Brie, de Renart une novele branche (unité 28, vers 5).

  • 11 Remède qu'il aurait obtenu après avoir parcouru toute l'Europe et avoir consulte toutes les sommit (...)

29L'auteur de la br. X a ouvert une nouvelle voie, une nouvelle issue pourrait-on dire, en plaçant le salut directement entre les mains du condamné : Renart se prétend médecin, plus exactement détenteur du remède11 susceptible de guérir le roi, et grâce à un vol et une imposture il rétablit la santé du roi tout en se vengeant de ses adversaires. Le conteur de l'unité 24 a retenu ce principe : il donne à son héros, conduit au gibet pour y être pendu, l'initiative d'une grant voidie (957), reprenant à ce point crucial du récit la formule utilisée dans le prologue, au vers 3 (une molt grant voisdie). Renart promet au roi de lui ramener la fille du roi Yvoris, mais il s'agit surtout de mettre entre le gibet et lui une distance respectable :

De sa besoigne molt li prie :
Renars quanqu'il veult li otrie.
Bien alast la ou l'en l'envoie,
Mes il n'en set ne champ ne voie.
Tant a fait qu'il est eschapez ! (1143-47)

30C'est Hermeline, nous l'avons vu plus haut, qui oriente Renart vers le recours à la magie, jouant dans ce récit un rôle identique à celui de Grimbert dans la br. X ; elle définit clairement les enjeux du voyage de Renart en Espagne :

Se de cel art apris avez
Et de l'enchantement savez,
Par vostre enchant le roi ferez
Quanquc fere li deverez. » ( 177-80)

31Ainsi l'acquisition de l'art d'enchantement va avoir la même fonction que le vol du remède par Renart dans la br. X et la magie va remplacer la médecine comme instrument du salut.

32Mais le conteur de l'unité 24 pousse encore plus loin l'insertion de son récit dans le cycle renardien en cours de constitution et il convient d'examiner en détail l'épisode de la mutilation d'Isengrin (1543-1700). Au début du récit du banquet donné par le roi pour accueillir sa fiancée et l'escorte de celle-ci, le conteur représente Isengrin dans sa nouvelle fonction de taille-viande, chargé du service du couple royal, et il rappelle un épisode de la branche "Renart médecin" qui a marqué Isengrin dans sa chair :

Il fu autrefoiz escorchiez
Des le haterel jusqu'es piez.
Par le roi Noble le lyon,
C'on fist de sa pel guerison. (1547-50)

  • 12 Cf. le Roman d'Ysengrin, traduit et commenté par E Charbonnier, Les Belles Lettres ("La Roue à liv (...)

33Reprenant un procédé typique de l'Ysengrimus dans lequel Nivard fait de la peau du loup qu'on arrache et qui repousse avant qu'on ne l'arrache à nouveau, une sorte de repère temporel12, le conteur signale qu'Isengrin a retrouvé sa peau :

Ses cuirs li estoit revenu,
Li peuls crt juenes et menuz (1551-52)

34Mais la tête et les pieds, qui ont échappé à l'écorchement nécessaire pour la guérison du roi, présentent un poil plus vieux et donc grisonnant :

Les piez avoit ja toz veluz.
Mes li chiés estoit toz chanuz
Por les viex peuls qui i remestrent (1553-55)

35A partir de cette réalité d'ordre anatomique, le destin d'Isengrin est tout tracé : la vieille peau qui a échappé au couteau de Renart médecin n'échappera pas à celui de Renart magicien et c'est ici la lionne, la première des bêtes d'enchantement, qui tiendra le rôle de complice de Renart.

36Renart entre alors en scène masqué, en faisant agir la lionne :

La lionesse fet plorer,
Soupirer et color changier ;
De toi en laisse le mengier. (1564-66)

37A la demande instante du roi qui la supplie de s'expliquer, la lionne tient un long discours (1601-35), dont l'argument repose sur le même type de lecture que la plupart des gabs de Renart, c'est-à-dire une lecture naïve de la situation : les poils plus longs et plus gris qui couvrent la tête et les pieds d'Isengrin sont présentés comme une aumuce (1613) et des mouffles chauciees (1626). Isengrin, mauvais serviteur qui ne se découvre pas pour effectuer son service à la table royale, est accusé de vilenie et de felonnie (1605 06) et la reine, révoltée par un spectacle aussi répugnant, menace directement le roi :

"S'en ai eü grant mal au cuer.
Sire, bien vos ai dit le fuer
Que ja ne gerrez a ma coste,
S'on ci devant moi ne li oste
Chapel et mouffles a rebors." (1631-35)

38Les protestations d'Isengrin, qui n'a que la vérité à opposer à la version de Renart donnée par la lionne, n'y feront rien : après avoir accusé Noble d'être un roi faible et peu respecté de ses sujets et après avoir fait mine de s'en aller, la lionne obtient gain de cause et Isengrin doit subir une nouvelle mutilation :

Toi li escorchent chief et piez :
Chapel cl moufles ont ostees. (1686-87)

39Mais Renart magicien n'oublie pas qu'il est le spécialiste du gab, raillerie féroce qui humilie l'adversaire autant que les coups l'ont fait souffrir :

"Compere, vos avez, coronne !
Vos porrez. bien chanter la messe,
Quant vostre dame ira a messe.
Rouche chapel a mes comperes !
Ce quit bien qu'il ert empereres." (1694-98)

  • 13 Le terme désigne la pratique des moines (attestée par tous les documents iconographiques) qui se r (...)

40La raillerie est ici dédoublée et elle fait référence pour le public familier du cycle à deux épisodes des mésaventures d'Isengrin : le gab sur la couronne13 est une allusion directe au moniage du loup de la br. III, tandis que le gab sur le rouche chapel rappelle évidemment le rouge chaperon de Brun dans la br. I.

41Mais cet art d'enchantement n'est pas qu'une trouvaille ingénieuse d'un conteur pris dans la spirale de la surenchère par rapport à ses devanciers et condamné de ce fait à trouver un nouvel échappatoire pour son héros. L'utilisation de la magie donne au texte une dimension supplémentaire. En effet, après avoir dérobé à maître Henri la formule secrète de l'art d'enchantement, Renart peut créer à sa guise toutes les créatures qu'il veut et les manipuler comme il l'entend pour la défense de ses intérêts :

Par enchant a fet meintes bestes ;
De tex i a qui ont vint testes
Et plus assez, de tex i a.
Bestes fet q'ainz Dex ne cria.
Et molt de diverse maniere
Et ausi çou devant derriere.
Puis que Renars les a charmez,
Gietent par bouches et par nés
Feu et flambe par tel ravine,
Avis est que tot le mont fine.
El quant il velt, si les racoise
Que ja ne feront point de noise. (1489-1500)

42Mais le conteur de "Renart magicien" a poussé plus loin l'art d'enchantement ; la première des bêtes créées par la magie, la lionne, possède un don particulier sur lequel il convient maintenant de revenir un instant. Lorsque Renart parle pour la première fois à Noble de la fille du roi Yvoris, il mentionne tout d'abord son incomparable beauté :

Bien vos sai dire tel novele
Q'en tout le monde n'a si bele, (987-88)

43puis il signale le don de métamorphose qui lui est propre :

N'est beste tant com terre dure
Dont ne puist prendre la figure ;
Molt par se set bien tresmuer.
Quant ele se veult remuser. (989-92)

44Ce don est en lui-même riche de potentialités narratives et le lecteur attend qu'un épisode soit consacré à ce don de métamorphose à l'infini que possède ce personnage. A la fin de la scène du banquet, le roi, tout en rappelant ce détail, demande à la lionne de bien vouloir lui montrer l'étendue de ses talents (1713-18), mais la séance est reportée pour laisser place aux jeux par équipe dont nous avons parlé plus haut. Lorsque la lionne se livre enfin à une démonstration, le conteur bâcle le passage en six vers bien ternes :

La lïonnesse s'est crestee.
En une autre beste muee
Ne sai qu'aconte vos en face :
Il n'est beste c'on nuncier sache
Dont ele n'ait semblance prise.
En lïonncsse se rest mise. (2001-06)

45Le lecteur ne peut que constater que l'auteur court la poste pour passer à l'épisode suivant et qu'il se débarrasse de cet exercice comme d'une corvée !

  • 14 Le Roman de Renart ou le texte de la dérision, Genève, Droz (Publications françaises et romanes, 1 (...)

46Ce don de la métamorphose infinie est à rapprocher évidemment de ce qui constitue la caractéristique essentielle du récit renardien, la métamorphose illusoire de personnages dont la représentation oscille sans cesse entre une représentation zoomorphe et une représentation anthropomorphe, dans un entre-deux propice à toutes les ambiguïtés. On est avec le personnage de la lionne en présence d'une démultiplication qui donne le vertige : Renart est investi, grâce à son pouvoir magique, de la capacité à créer des personnages d'enchantement qui lui obéissent "au doigt et à l'œil" et le premier de ces personnages est en outre doté de la capacité de subir, au commandement de Renart, toutes les métamorphoses. L'art de magie est ici, ainsi que le souligne J. Scheidegger, un art qui consiste comme celui du conteur à "faire surgir du néant, par enchantement, les figurae, les personnae de la fiction littéraire"14. Cet art donne en somme à la fiction renardienne une profondeur nouvelle.

***

47Cette analyse d'un épisode peu connu du RdR appelle un triple prolongement : il conviendrait tout d'abord d'analyser la version propre au manuscrit M pour la seconde partie de "l'essartage en commun" (unité 26) et surtout situer le récit par rapport à ses avant-textes, en particulier l'épisode des jeux d'Orange dans les Enfances Guillaume ; il conviendrait également de prolonger l'enquête du côté des Continuations du Roman de Renart pour vérifier l'usage qui y est fait de la magie, en particulier dans Renart le Nouvel ; dans un des épisodes Renart utilise l'aimant de vérité que l'on cache sous l'oreiller de la femme adultère et qui agit comme un "sérum de vérité" !

48On l'a vu, dans notre unité 24, la magie n'est pas réduite à une fonction ornementale, mais elle constitue la clef de voûte de l'épisode, l'élément structurant du récit. Cet art d'enchantement ramené de Tolède peut être interprété comme l'aboutissement de l'art que Renart possède à la perfection, celui de la parole manipulatrice, séductrice et déceptrice. Cacher ce qui existe (le piège présenté comme un reliquaire), donner vie à ce qui n'existe pas (le miel de Lanfroi ou le monastère de la br. III), tout cela relève de la compétence ordinaire du héros ; le voyage à Tolède lui permet d'aller jusqu'au bout de cette capacité à faire acroire aux autres ce qu'il veut, en faisant apparaître sur la scène ces bestes d'enchantement.

Notes

1 L'édition de référence est celle de nos collègues japonais : FUKUMOTO Naoyuki, HARANO Noboru et SUZUKI Satoru, Le Roman de Renart. édité d'après les mss C' et M, Tokyo, Librairie-éditions France-Tosho, 2 volumes, 1983 et 1985.

2 Les éditeurs adoptent pour ce vers une correction proposée par G. Tilander et destinée à corriger la mesure du vers ; la leçon du ms. est Velt aprendre de nigromance.

3 On a là, dans le cadre de la fiction narrative renardienne, le seul "vrai" voyage à l'étranger (les voyages de Renart médecin ne sont que pure invention) et le seul décor urbain de tout le RdR.

4 Deux études récentes sont consacrées à celle teste cavee : Philippe Ménard, "La tête maléfique dans la littérature médiévale, étude d'une croyance magique", Rewards and Punishments in the Arthurian Romances and Lyric Poetry of Mediaeval France, Arthunan Studies XVII, 1987, pp. 89-99 et Jean Scheidegger, "Têtes parlantes", Razo, Cahiers du CEM de Nice, XI, 1990, pp.55-65.

5 On note le solide encadrement grammatical de cet ensemble : verbes modalisateurs (estuet, doit), emploi du subjonctif présent (soit, die giet, isse) et adverbe de phrase mar.

6 Grimbert (v. 1093-1104) apporte une fois de plus une aide décisive à Renart.

7 Les bestes d'enchantement mangent très peu, mais les barons de la Cour du roi Noble s'empiffrent : il n'y a pas d'autre mot pour qualifier les excès de table auxquels ils se livrent, excès qui n'ont rien de gratuit puisqu'ils sont nécessaires à la suite du scénario.

8 Vilainement du cul se wide ( 1882).

9 Les deux de la branche I (selon l'édition Martin) et les deux de la branche X : Brun et Tibert, Roonel et Brichemer ; dans les deux cas, le troisième messager est Grimbert, ami fidèle de Renart.

10 Cet exercice périlleux rappelle évidemment la deuxième des trois tentations de Jésus au désert :
Alors le diable le prend avec lui dans la Ville sainte et il le plaça sur le pinacle du Temple et lui dit : "Si lu es le Dis de Dieu, jette-toi en bas, car il est écrit : il donnera pour toi des ordres à tes anges, et sur leurs mains ils te porteront, de peur que tu ne heurtes du pied quelque pierre. (Mathieu, 4, 5-6)
L'édition citée est celle de La Bible de Jérusalem, Editions du Cerf, 1973.

11 Remède qu'il aurait obtenu après avoir parcouru toute l'Europe et avoir consulte toutes les sommités médicales...

12 Cf. le Roman d'Ysengrin, traduit et commenté par E Charbonnier, Les Belles Lettres ("La Roue à livres"), 1991, p. 10.

13 Le terme désigne la pratique des moines (attestée par tous les documents iconographiques) qui se rasent les cheveux du sommet du crâne cl conservent une couronne de cheveux sur tout le tour de la tête.

14 Le Roman de Renart ou le texte de la dérision, Genève, Droz (Publications françaises et romanes, 188), 1989, p. 240.

Auteur

Université Stendhal (Grenoble III)

© Presses universitaires de Provence, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540