Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Magie et illusion au Moyen Âge

Le corps mis en morceaux dans l’Atre perilleux : illusion, sorcellerie, magie

Stoyan Atanassov

Texte intégral

Et je déplorais davantage la flétrissure de mon nom que celle de nom corps.
Abélard

  • 1 Edite par Brian Woledge, H. Champion, Paris, 1936 ; traduit en français moderne par Marie-Louise O (...)
  • 2 Nous avons consacré une étude de ces romans, a paraître aux éditions Paradigme sous le titre L’Ido (...)

1Ce roman arthurien en vers1 du milieu du xiiie s. a pour personnage principal Gauvain. Il se situe dans le sillage d’un groupe de récits dont le neveu d’Arthur est le héros, notamment La Première Continuation de Perceval, La Vengeance de Raguidel, Le Chevalier aux deux épées2. L’Atre périlleux emprunte à ces récits et à bien d’autres des motifs et des procédés. Il reprend en l’approfondissant un thème dont les romans en question ont déjà su tirer parti : véritable star du monde arthurien, Gauvain subit les effets fâcheux de sa renommée. A cet égard, notre roman possède une valeur paradigmatique. Nous nous proposons ici d’établir un lien entre ce thème et les cas d’illusion, de sorcellerie et de magie. Cette mise en rapport nous permettra d’observer une évolution parallèle dans la conception romanesque de l’aventure et du merveilleux.

2Nous commencerons cette petite enquête par le célèbre épisode du corps mis en morceaux. Gauvain, à peine parti de la cour d’Arthur, fait la rencontre de trois jeunes filles en pleurs et d’un jeune homme dont on vient de crever les yeux. D’après le récit des jeunes filles, les auteurs du crime, trois chevaliers inconnus, viennent de tuer Gauvain. Les malfaiteurs avaient dépecé le cadavre, retranchant les membres du corps, et avaient tout emporté. Le jeune compagnon des trois pucelles croit, lui aussi, que la victime de cette foudroyante attaque était Gauvain. Ayant servi naguère le neveu d’Arthur lors d’un tournoi, il lui portait une forte affection et avait essayé de l’aider dans la partie inégale de trois chevaliers contre un seul. Or, son secours s’était avéré inefficace et lui avait valu la cruelle blessure aux yeux.

3L’épisode constitue un cas d’illusion qui résulte de la méprise : tous ceux qui avaient assisté à la scène du meurtre pensent que l’homme tué et démembré est Gauvain. Le neveu d'Arthur, de son côté, présente un démenti formel : il dit aux pleureuses qu’il vient de quitter la cour d’Arthur où il a vu de ses propres yeux Gauvain en parfaite santé (v. 601-605). Personne ne prête attention à son témoignage.

4A la différence de la simple méprise, qui dure tant que manquent les preuves de la vérité, l’illusion se présente comme un refus de prendre en considération les témoignages qui la déjouent. Pourquoi ce refus ? Une réponse suggérée par une prétendue psychologie des personnages serait, dans le cas de ce type de récits, mal à propos. Il faudrait chercher l’explication plutôt du côté de la nature du roman arthurien. L’illusion chez les personnages en question et chez bien d’autres (la nouvelle de la mort de Gauvain se propage très vite) est autre chose qu’une simple erreur d’optique. Elle apparaît comme une injustice. On le sait, dans l’univers arthurien, celle-ci ne se répare pas par une parole de vérité, mais par une action, par un combat singulier. Il faudra par conséquent punir les responsables de cette illusion, à savoir les trois meurtriers du faux Gauvain. Cette logique de punition et de vengeance est propre à tous les romans courtois. Sur son arrière-plan pourtant l’Atre périlleux met en place un dispositif plus particulier. Gauvain se rend compte que l’illusion des autres à son égard est la conséquence de sa renommée. Cette gloire hypertrophiée revêt l'aspect d’une image surfaite dont un des signifiants est le surnom « le Bon Chevalier ». Loin d'être un constat neutre, l’image de marque se trouve chargée d’une forte dose d’affectivité : les jeunes filles adulent Gauvain plus que tout autre homme ; les chevaliers, désireux de perfection et de gloire, l’aiment tout autant qu’ils en sont jaloux. Transformé en fétiche d’une société unie par les mêmes valeurs courtoises, Gauvain se trouve dépossédé de sa véritable identité. Pis encore, ceux qui l’idolâtrent sont incapables de le reconnaître. L’illusion dont fait l’objet Gauvain circule comme un discours amoureux, autonome et en quelque sorte imperméable au contrôle du réel. La rupture entre la renommée et l’homme qui l’inspire entraîne une crise d’identité. Dans ce récit d’aventures qui ignore le personnage à for intérieur pour n’étaler qu’une extériorité de gestes et d’exploits symboliques, l’expression thématique de la crise d’identité passe par l’anonymat volontaire du héros. En effet, contrairement à son habitude de ne jamais cacher son identité, dans notre roman Gauvain refusera systématiquement de se nommer. Il le déclare déjà aux trois jeunes filles et à l’écuyer aux yeux crevés :

« Amis, fait il, errer m’estuet : (v. 648)
[……………………………………………………….]
Ne ja ne sarés qui je sui
Devant la que je revenrai,
Ne ja mais jor ne finerai,
Puis que je serai reperiés,
Ains ere mors u vous vengiés. » (v. 656-660).

5Le héros entreprend ainsi une errance anonyme jusqu’au moment de la vengeance finale et du retour au point de départ. La scène du corps mis en morceaux revêt une importance inaugurale à double titre. On peut la saisir à deux niveaux de lecture. D’une part, elle fournit le premier témoignage de l’attitude de la société à l’égard de Gauvain ; attitude illusoire, non pas parce que Gauvain manquerait des qualités et de la supériorité qu’on lui suppose, mais parce que la société ne peut (ou ne veut) pas les rattacher à la personne réelle du neveu d’Arthur. D’où la méprise sur l’identité de l’homme dépecé. Elle sera suivie de plusieurs autres cas de méprise ou de méconnaissance. Ce premier niveau de lecture se constitue par la façon dont Gauvain est perçu par les autres. Le second niveau de lecture porte sur l’interprétation que Gauvain fait de ce même épisode. A la suite du récit des pucelles au sujet du corps mis en morceaux, Gauvain fait éclater les signes de sa propre identité : il adopte l’attitude d’un corps errant et sans nom. A la question de Brun-sans-pitié, le roi de la Rouge cité, qui veut connaître le nom de son vainqueur, Gauvain répond : « J’ai mon non perdu, je sui le chevalier sans non » (Appendice, v. 548-9). Cil sans non, tel sera désormais le nouveau surnom qui remplace l’ancien (le Bon Chevalier) et que le héros portera pendant la période de deuil qu’il s’impose. Le deuil, état de mort sociale, prend l’aspect d’un corps anonyme. Détaché d’une identité, c’est-à-dire d’un passé encombrant pour autant qu’il est déterminant des actes futurs, le corps sans nom obéira à deux grands objectifs : libérer les corps des autres ; réunir les couples séparés.

  • 3 Isabelle Millier, dans son étude Le problème de l’identité dans L’Aire périlleux (Mémoire de maîtr (...)
  • 4 Telle est la thèse de Keith Busby dans son livre très exhaustif Gauvain in Old French Literature, (...)
  • 5 Selon le mot d’Annie Combes dans son excellente étude « L’Atre périlleux : cénotaphe d’un héros re (...)

6L’Atre périlleux est un des rares romans de Gauvain où le héros ne cherche à séduire aucune femme. Il s’emploie en revanche sans réserve à réunir les couples séparés3, à réconcilier les partenaires en brouille, à écarter les obstacles au bonheur à deux. L’aventure chevaleresque change ainsi de sens. Elle n’est plus consacrée à la Dame élue, mais aux dames des autres. Est-ce à dire que le neveu d’Arthur fait l’objet ici d’une dépersonnalisation4 ou d’une déconstruction5 ? S’il n’est pas tenté par une aventure amoureuse, le héros ne manque pas pour autant de projet personnel. Sans doute, la phase finale de ce projet est la reconnaissance et la réhabilitation par la cour arthurienne, mais celles-ci ne peuvent avoir lieu qu’après la reconstitution de l’identité. Dans ce sens, chaque exploit du héros marque un pas vers le rétablissement de son intégrité, de l’harmonie rompue entre son moi social et son moi privé. On peut par conséquent dire que l’aventure de Gauvain est de nature sémantique : il s’attache à recoller son signifiant (la renommée, le bruit de sa gloire, de sa mort), devenu atome libre, voué à l’usage arbitraire de la part des autres, à son signifié, c’est-à-dire à sa personne réelle. S’il est un bonheur auquel le héros aspire, c’est celui de retrouver l’intégrité des signes qui constituent son être social.

7Quelles sont les conséquences de cette nouvelle orientation de l’aventure chevaleresque sur le merveilleux romanesque ? Arrêtons-nous un instant sur l’épisode de l’atre périlleux.

8Gauvain quitte les trois jeunes filles et l’écuyer pour rattraper Escanor, le chevalier géant qui avait enlevé la belle bouteillere à la cour d’Arthur. A la tombée de la nuit, il se voit obligé de coucher, faute de mieux, dans une chapelle. Un jeune homme lui apprend que c’est le cimetière périlleux. A peine assis sur la pierre tombale, Gauvain voit celle-ci s’ouvrir toute seule. A l’intérieur du tombeau une resplendissante jeune fille se lève. Elle reconnaît Gauvain et le prie instamment de la libérer du Diable qui la tient ici prisonnière et qui, depuis cent ans, tue tous ceux qui osent s’aventurer par ici. Cette demoiselle, ancêtre de la Belle au Bois dormant, avait été initialement ensorcelée par sa marâtre. Jalouse de la beauté de sa fille adoptive, la marâtre l’avait enchantée au point de lui faire perdre la raison. Voici le récit de la jeune fille :

[...] « Sire, mon père
Prist fenme après la mort ma mere
Qui moult fu de lui au desus [d’un rang supérieur] ;
Moult ert bele, mais j’ère plus,
Si ot de moi moult grant envie.
Par caraude [enchantement] et par sorcerie
Et par traïson engigna :
Sifaitement m’ensorcera
Que j’en isci fors de mon sens ; Foliant alai un lonc tans.
Que jou ne soi que je fasoie. (v. 1189-1199)

9La sorcellerie que décrit la jeune fille apparaît comme un changement forcé d’identité. La victime ensorcelée se trouve privée de sa raison et de toute aptitude à fournir une explication rationnelle de l’état où elle se trouve. A l’opposé de l’illusion, où la personne qui la subit ne change pas d’identité et tient un discours prétendument conforme à la réalité, la sorcellerie, état contraignant, plonge la victime dans une impasse due à la fois à la mutation profonde de sa nature et à l’inconscience totale de cette mutation. Aussi la jeune fille ensorcelée se voit-elle réduite à vivre comme un corps errant qui n’est pas sans rappeler la situation dans laquelle se trouve Gauvain en ce moment, lui aussi corps errant, quoique en pleine possession de ses capacités physiques et psychiques. C’est dans cet état « foliant » (v. 1198) que la jeune fille rencontre un homme faé, un Diable sous l’apparence de simple mortel. Elle conclut un pacte avec lui : partager sa couche à condition qu’il la guérisse de sa folie. La guérison sera payée cher : le Diable enferme la jeune fille dans le cimetière périlleux où il vient chaque soir jouir du corps de sa belle captive. On voit comment, après la scène du corps mis en morceaux, le récit enchaîne avec une scène organisée à partir d’un corps mis au tombeau. Le premier épisode était placé sous le signe de l’illusion, le second - sous celui du sortilège. Pour ce qui est des deux figures de sorciers que présente l’épisode du cimetière périlleux, à savoir la marâtre et le Diable, il convient d’observer que l’action de la première n’a plus d’effet ; quant au comportement du Diable vis-à-vis de sa belle captive, il tient de la malfaisance plutôt que du maléfice. Le diable ne fait que consommer l’acte charnel avec une femme qu’il se garde bien de laisser en liberté. Par ailleurs, il n’a de cesse d’offrir des cadeaux somptueux à sa prisonnière : bijoux, vêtement etc. (v. 1222-1227). A ce titre, le personnage du Diable s’apparente davantage au type du mari jaloux et autoritaire qu’à un être doué de qualités surnaturelles. Ajoutons que dans le combat qui l’oppose à Gauvain, le Diable ne se distingue en rien des autres adversaires du héros. Bref, la sorcellerie dont fait état cet épisode est soit révolue, soit purement verbale. Par contre, le thème du corps occupe le premier plan du récit. Et ce n’est pas fortuit. Il nous semble que la problématique du corps, qui traverse le récit d’un bout à l’autre, étant liée à l’enjeu principal de l’intrigue romanesque - la réunification du corps, du nom et de la renommée de Gauvain -, permet aussi de jeter une lumière sur le statut textuel de l’illusion, de la sorcellerie et de la magie.

10Prisonnière du Diable, la jeune fille est comme morte pour la société. De son côté, Gauvain, renonçant à son nom, traverse lui aussi une période de mort sociale. Le sort de la jeune fille est réduit à celui de son corps, transformé simultanément en trophée et en relique : trophée dans la mesure où il est la conquête du Diable ; relique, puisque, couvert de riches parures, il est entretenu comme un cadavre de luxe. Le corps de la jeune fille se trouve ainsi exposé à un double traitement : il est à la fois profané et sanctifié.

  • 6 Cet épisode est publié par Brian Wolegde en appendice de son édition du roman. Dans sa traduction (...)

11On peut, par ailleurs, établir une chaîne symbolique entre le corps de la belle captive du cimetière, le corps de la jeune fille de la fontaine dans l’épisode de la Rouge Cité6, les 54 corps des hommes tués par Brun-sans-pitié, le roi de la Rouge Cité, et le corps démembré du pseudo-Gauvain (Courtois de Huberlant). La jeune fille, amie du roi de la Rouge Cité, avait osé mettre en doute la supériorité de son ami en évoquant la valeur des chevaliers de la cour arthurienne. Cette audace lui a valu la punition de rester nue, quatre jours par semaine, dans l’eau froide et sale d’une fontaine que l’on pourrait interpréter comme l’avatar symbolique du cimetière périlleux. Ce rituel spectaculaire suscite l’admiration des habitants face à la beauté de la jeune fille, mais aussi leur douleur de la voir souffrir de la sorte. Or, tous ceux qui interviennent en sa faveur sont tués par Brun-sans-pitié.

Et sachies que.L. et quatre
Se sont a li ja combatu,
Qu’il a tous ochis et vaincu,
Tout decopés et detrenchiés. (v. 56-59)
[………………………………………………………………..]
Quant matés les a et vaincus,
Si fait fichier en peus agus [il les empale sur des pieux pointus].
Qu’il a fait fichier en estant,
Le chief et le hiaume luisant, (v. 65-68)

  • 7 Edité par M. Friedwagner, Halle, 1909.
  • 8 La Vengeance de Raguidel, v. 2155-2173.
  • 9 Edité par W. Roach, The Continuations of the Old French Perceval of Chrétien de Troyes, University (...)

12On le voit, Brun-sans-pitié ne se contente pas de tuer ses adversaires. Lui aussi met les corps en morceaux, avant de les arranger comme trophées et de les exposer à la vue de tous. Quant au cadavre du pseudo-Gauvain, nous avons vu qu’il était aussitôt démembré. Par la suite, les assassins Faé Orgueilleux et Gomeret-sans-mesure montrent à leurs amies ce corps justement comme un trophée de la victoire qu’ils avaient remportée sur celui que leurs dames estimaient être le meilleur chevalier. Par contre, Tristan-qui-ne-rit, l’homme accueillant qui héberge les assassins du pseudo-Gauvain, demande, quand il apprend quel est le cadavre que portent les deux chevaliers, le bras de l’homme qu’ils prise sur tout autre pour l’enchâsser dans de l’or et de l’argent et en faire une sainte relique. On peut mettre cet épisode en correspondance avec un personnage féminin de la Vengeance de Raguidel7, la demoiselle du Gaut Destroit (de l’Etroit Passage). Amoureuse de Gauvain sans l’avoir jamais vu et désespérée de ne pouvoir réaliser son amour, la demoiselle du Gaut Destroit, championne de l’amour pervers, envisage de tuer son idole et de s’unir à lui dans la mort, après une procédure sophistiquée de sanctification du cadavre8. On se souvient d’autre part que le bras, métonymie du corps martyrisé, occupe une place importante dans La Première Continuation de Perceval (dite La Continuation Gauvain)9, notamment dans l’épisode de Caradoc et du serpent enroulé autour de son bras, transformant lentement mais inexorablement le corps en cadavre.

13On peut par conséquent constater que les corps dans L’Atre périlleux se ressemblent. Ils sont tous, quoique à des degrés différents, privés de vie. Par ailleurs, ils sont tous déréalisés. Et c’est dans le cadre de ce travail de déréalisation qu’il convient de situer les effets d’illusion, de sorcellerie et de magie. Par déréalisation du corps nous entendons tout état, processus ou phénomène qui éloigne de la personne et qui la diminue. Rappelons qu’en ancien français le mot cors désigne à la fois le corps et la personne tout entière. Un corps déréalisé est, par exemple, le corps anonyme, que ce soit celui de Gauvain ou d’une pucelle. Il convient à ce propos de distinguer entre les cas où un personnage n’est pas nommé et celui, de Gauvain précisément, où le texte insiste sur la perte de son nom. Il s’agit, dans le second cas, d’une privation, d’un manque que le héros aspire à combler. A part les corps anonymes, nous avons vu des corps cloîtrés, ceux de la demoiselle de l’atre et de la demoiselle de la fontaine. A l’extrême de ce travail de déréalisation du corps se situe le corps éclaté, mis en morceaux.

  • 10 Cf. à ce sujet l’article de Annie Combes « Sens et abolition de la violence dans L’Atre périlleux  (...)

14Comment expliquer cet acharnement à détruire le corps ? Outre la violence particulièrement forte dont notre roman fait état10, le corps déréalisé et surtout le corps éclaté fonctionnent comme l’image matérielle d’une crise d’identité ou du moins d’un malaise identitaire conséquent aux conflits de valeurs. La relative nouveauté du romanesque que nous trouvons à l’œuvre dans l’Atre périlleux consiste à reléguer en arrière-plan les valeurs morales (défraîchies, à force d’avoir été surexploitées par les romans antérieurs) pour mettre l’accent sur les signes de cette crise. Mais le corps mis en morceaux n’est pas seulement la métaphore de la personne de Gauvain éclatée à la suite de la tension entre la renommée et l’identité. Il symbolise également la difficulté d’un récit qui, multipliant à démesure les aventures, a du mal à les ordonner dans une narration cohérente comme si la vaste matière arthurienne, débordant la capacité de contenance du roman, ne pouvait y trouver place que fragmentée et discontinue.

15C’est, nous semble-t-il, pour parer à cette difficulté que l’auteur anonyme de l’Atre périlleux recourt à la magie, à la fin de son récit. Gauvain découvre les assassins de son double, apprend les circonstances et les mobiles du meurtre. Plutôt que de punir les coupables, il se soucie de réparer le tort. La tâche s’avère moins difficile que l’on pouvait l'imaginer. Un des assassins, Faé Orgueilleux, est capable d’opérer des guérisons magiques. Il fait ressusciter le pseudo-Gauvain au corps démembré ; il fait recouvrer la vue à l’écuyer aveugle. Quel usage notre roman fait-il de la magie ? Il nous semble qu’ici elle fonctionne comme une réplique à la sorcellerie. Les effets de celle-ci, on l’a vu, provoquent un changement d’identité (la jeune fille du cimetière périlleux devenue folle errante sous le coup de sortilège de sa marâtre), tandis que la magie rétablit l’identité première. C’est par un tour de magie que le Diable avait guéri la jeune fille de sa folie. La magie dont use Faé Orgueilleux opère exactement dans ce sens.

16Comment la magie procède-t-elle ? Elle se présente comme la substitution d’une force surnaturelle à une force naturelle. La magie, à cet égard, s’apparente au merveilleux, à ceci près qu’en principe le merveilleux n’a pas de sujet de l’action, alors que la magie implique toujours un magicien.

  • 11 Par exemple, dans Yvain, le chevalier au lion, la demoiselle qui guérit Y vain de la folie invoque (...)

17Le frappant dans ce roman est que la magie s’accomplit à la vitesse d’un éclair. Elle n’est dotée d’aucun dispositif, ne se déploie pas en vertu de quelque rituel. Il suffit que Faé Orgueilleux pose le bras du faux Gauvain à l’endroit du corps inerte pour que celui-ci redevienne sain « comme un poisson » (v. 6381). De même, dès qu’il passe la main sur le visage du garçon aveugle, celui-ci recouvre la vue. Notons aussi que l’auteur fait partager le mérite de cette magie efficace entre le magicien et Dieu (Mais Damlediex l’a regardé,/ Qui li a rendu sa veüe, v. 6526-7). En fait, ce type de magie « impure » est fréquent dans les romans de l’époque11. Nous avons affaire à une magie mitigée et quelque peu escamotée. Le cas de sorcellerie, comme nous l’avons déjà observé, est également très convenu.

18Force nous est donc de constater un étiolement de la sorcellerie et de la magie, alors que ces deux modes du surnaturel apparaissent dans deux épisodes clef du roman. C’est que la sorcellerie et la magie ne témoignent ici nullement d’une vision du monde. Simples procédés, mis au service d’un récit qui cherche moins à faire croire au surnaturel qu’à accroître l’aspect superficiel de ses composantes, elles apparaissent comme l’envers de l’illusion. Leur part est d’autant plus réduite que celle de l’illusion prend de l’importance.

  • 12 Par exemple Espinogre et son amie, Brun-sans-pitié et la demoiselle de la fontaine, Faé Orgueilleu (...)

19En effet, l’illusion préside à l’organisation de ce roman. Tous les personnages à qui le héros a affaire sont sous l’emprise de sa renommée à tel point que, d’une part, leur vie privée s’en trouve profondément dérangée12 et, d’autre part, ils s’avèrent incapables d’identifier le véritable Gauvain. De son côté, le héros adopte une attitude fondée sur l’anonymat et les effets d’illusion qui s’en suivent. Il ne serait pas exagéré de dire que tous les rebondissements romanesques ont leur origine dans l’illusion : l’illusion, d’abord, d’un corps mis en morceaux, ensuite, l’illusion d’un signe éclaté. C’est dans cette double perspective que se déroule l’action de notre roman. Son dénouement passe par la dissipation de ces deux illusions. La deuxième, la plus importante, se produit lorsque Gauvain révèle à la fin son identité, réunissant ainsi son signifiant (le nom, le renom) et son signifié (le corps). L’identité retrouvée de Gauvain a pour effet immédiat le retour à la vie du pseudo-Gauvain, alias Courtois de Huberlant.

20L’héroïsme chevaleresque que met en scène l’Atre périlleux a changé de statut. Gauvain, le champion de la société arthurienne, s’emploie à rétablir un ordre et une morale bafoués pour refaire en dernier ressort l’unité des signes qui composent son identité. L’Atre périlleux vient ainsi consacrer la tendance, à l’œuvre dans les romans de Gauvain du xiiie s., à transformer le personnage du héros élu en signe à lire.

Notes

1 Edite par Brian Woledge, H. Champion, Paris, 1936 ; traduit en français moderne par Marie-Louise Ollier sous le litre Le Cimetière du Grand Péril, in La Légende Arthurienne, sous la direction de Danielle Régnier-Bohler, R. Laffont, coll. Bouquins, 1989.

2 Nous avons consacré une étude de ces romans, a paraître aux éditions Paradigme sous le titre L’Idole inconnue.

3 Isabelle Millier, dans son étude Le problème de l’identité dans L’Aire périlleux (Mémoire de maîtrise de l’Université de Rennes II, Rennes, 1996, sous la direction de Denis Hue), propose une analyse intéressante de cet aspect des exploits de Gauvain comme un préliminaire à sa propre réintégration sociale (cf. notamment pages 66-68).

4 Telle est la thèse de Keith Busby dans son livre très exhaustif Gauvain in Old French Literature, Rodopi, Amsterdam, 1980.

5 Selon le mot d’Annie Combes dans son excellente étude « L’Atre périlleux : cénotaphe d’un héros retrouvé », in Romania, CXIII (’92 - ’95), p. 140-174.

6 Cet épisode est publié par Brian Wolegde en appendice de son édition du roman. Dans sa traduction en français moderne du roman, Marie-Louise Ollier a intégré à juste titre cet épisode dans le fil de l’intrigue romanesque.

7 Edité par M. Friedwagner, Halle, 1909.

8 La Vengeance de Raguidel, v. 2155-2173.

9 Edité par W. Roach, The Continuations of the Old French Perceval of Chrétien de Troyes, University of Pensilvania Press, Philadelphia, tome IV, 1971.

10 Cf. à ce sujet l’article de Annie Combes « Sens et abolition de la violence dans L’Atre périlleux », in La Violence dans le monde médiéval, Senefiance, N° 36, Aix-en-Provence, 1994, P. 151 -164.

11 Par exemple, dans Yvain, le chevalier au lion, la demoiselle qui guérit Y vain de la folie invoque l’aide de Dieu tout en appliquant un onguent magique, préparé par la fée Morgue, au corps du chevalier.

12 Par exemple Espinogre et son amie, Brun-sans-pitié et la demoiselle de la fontaine, Faé Orgueilleux, Gomeret-sans-mesure et leurs dames respectives.

Auteur

Université de Sofia (Bulgarie)

© Presses universitaires de Provence, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540