Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cheval dans le monde médiéval

Blanchart ou le destrier, le guerrier et le royaume dans Auberi le Bourgoin

Isabelle Weill

Texte intégral

  • 1 Notre texte a été conservé dans cinq manuscrits, dont le meilleur est celui de la Vaticane (Rome, (...)

1La chanson d'"Auberi le Bourgoin"1 met en scène des êtres violents, obéissant à leurs pulsions primaires et à leurs désirs jamais assouvis, dans leur quête de richesses, de femmes et de puissance. On peut se demander si, dans la société féodale fondée sur des règles d'échange de biens, des rites de passation du pouvoir et l'exaltation du guerrier chevalier, le cheval est un bien comme un autre : ne serait-il pas plutôt, dans l'imaginaire médiéval, un élément de tension, voire un exutoire de passions plus qu'obscures, comme peut l'être de nos jours une automobile entre les mains de certains individus voulant prouver leur virilité. Qu'en est-il alors dans un texte comme celui d'"Auberi" où la dramatisation est toujours poussée à l'extrême.

2La narration débute par une série de courses-poursuites sur des chevaux volés : le jeune Auberi, trahi par ses oncles félons, doit fuir son domaine, la Bourgogne ; il quitte ensuite aussi précipitamment et la Bavière et la reine Gui-bourg dont il est amoureux. Devenu soudoier chez le comte de flandres, Auberi conquiert un splendide destrier blanc, en tuant le roi des Iles de Mer, un Sarrasin épique. Aidé de ce cheval et de son fidèle neveu, Gasselin, le héros part à la rescousse de la reine de Bavière attaquée par d'autres envahisseurs ; il va ainsi conquérir une femme et un royaume mais dans la suite du texte, un traître, Lambert d'Oridon, convoite à son tour non pas le cheval (dont il n'a que faire !) mais le royaume et l'héritière, Seneheut, fiancée à Gasselin. Le traître corrompt le roi Pépin qui le réconcilie avec Auberi, en l'absence de Gasselin. Auberi, pour tenir la parole donnée au roi et sauver le traître des mains de Gasselin, commet l'erreur fatale de prêter son destrier à Lambert. Le destin du héros est désormais scellé et se confond avec celui du traître au cours d'une tragique et fatale méprise. Gasselin, meurtrier malgré lui puis vengeur de son oncle, devient le possesseur légitime du destrier Blanchart, le roi de Bavière et le fondateur d'une nouvelle dynastie.

  • 2 Mme A. Planche nous a fait remarquer que dans le nom de Blanchart, on pouvait voir le suffixe germ (...)

3Nous allons voir dans quel rituel d'investiture s'inscrit la rencontre avec Blanchart : une mise en parallèle2 du cheval et du guerrier se met en place à travers un paradigme d'échanges qui peuvent permettre d'apprécier la valeur, chargée d'une violente affectivité, que pouvait atteindre un tel animal.

  • 3 édition M.F. Guessard (Paris, 1862) Blanchart est le nom du cheval d'Alori, volé par Ferraut, v.51 (...)
  • 4 éd. P. Ruelle (Paris, 1960) v.7692.
  • 5 éd F. Castets (RLR, 1892) v.5789.
  • 6 0 éd. J.R. Mc Cormack (Genève, 1970), v.2760.
  • 7 éd. C. Hippeau (Paris, 1868), v.3696.
  • 8

4Les chevaux blancs (couleur du cheval du guerrier victorieux, s'élançant dès l'ouverture du premier sceau pour recevoir sa couronne, dans l'"Apocalypse" de Jean) sont fréquents dans la Geste : on peut citer un blanchart dans "Gaydon"3 un autre dans"Huon de Bordeaux"4 ; un Flori dans "Maugis d'Aigremont"5, et dans "Gui de Nanteuil"6, un Prinsaut dans "la Conquête de Jérusalem"7. On peut trouver dans le texte de notre chanson des rappels intertextuels en très grand nombre, mais il semble certain que le cheval d'Auberi es un descendant direct du "bon cheval Flori" si cher à Gerbert dans la Geste des Lorrains ; notre narrateur s'en est si peu détaché qu'il appelle Blanchart, "Blanchart le flori", et même par deux fois "Flori" tout court8. Dès la première laisse de "Gerbert" (la laisse XXIX, par laquelle J.P. Martin propose à juste titre de commencer le texte), Gerbert part combattre les Saxons, soudoier du roi Anseïs dans une guerre

  • 9 éd. P. Taylor (Namur, 1952), v.2482-83.

"Ou il conquist le bon cheval Flori,
Dont puis fist guerre Fromont le posteïf..."9

5Gerbert "passe outre l'aigue" du Rhin pour assaillir sept rois "Turcs", Charboncle et ses neveux :

  • 10 id, v.3978-83.

"Desore tous fu Flori plus ligiers.
Li rois Charboncles en la selle li siet.
Plus estoit blanz que la noiz sor le giel.
Maigre ot la teste, le cors ot bien taillié
Et le col gros, les crins lons et dougiez.
Le piz bien fait et la crope derrier.
La janbe plate et le pié bien taillié "10

6Le spectacle est si fascinant que les deux cousins, Gérin et Gerbert, poussés par la convoitise, se disputent à l'avance la possession du destrier. Gerbert l'emporte, tue le roi païen et s'empare de Flori pour se trouver contraint de le céder au roi Anseïs. Si l'on excepte la dispute entre les deux amis, nous allons retrouver les mêmes motifs : passage d'une eau pour répondre au défi d'un roi païen, conquête d'un cheval blanc objet de désir, et remise, contrainte et forcée, du cheval entre les mains du seigneur local. Le texte des Lorrains continue à valoriser le rôle de Flori : alors que Gérin admire la fille d'Anseïs, le roi de Cologne sauvé par les cousins, Gerbert se refuse à s'y intéresser :

  • 11 id., v.4222-27.

"Plus me trait or li cuers en autre afere.
Se m'eït Dieu, n'a tel cheval en terre
Con est Floris ; jamais ne le quier perdre.
S'en mon païs le pooie retraire,
G'en conquerroie le conté de Bordelle
Et le linaje qui a moi fait la guerre."11

7Gerbert va encore bien plus loin en passant du simple manque de courtoisie au blasphème caractérisé :

  • 12 id., v.4310-24.

"Amont, as estres, ert la fille Anseïs.
Gerbert esgarde, si li a fait un ris.
Gerins la voit ; toz li cuers l'en sourit.
"Cousins, dist il, con bele dame a ci !
Il n'a si belle en .IX. païs.
Esgar Gerbers, con a savorex ris !
- Diex, dist Gerbers, ques chevax est Floris !
par cel Signor, qui onques ne menti.
Il n'a millor jusqu'à la mer de Griz.
Se je tenoie .I. pié en Paradis
Et l'autres fust sor le cheval Flori,
Je osteroie celui de Paradis
Si monteroie sor le cheval de pris
Por guerroier mes mortez anemis ;
Fromont le viel, et son fil Fromondin. "12

  • 13 id., v.9371.

8Dans "Garin", le fils de Bernard du Naisil utilise exactement les mêmes termes pour refuser de rendre le chastel de Naisil en échange de la vie de son père et Fromondin, à son tour, reprend les mêmes propos pour expliquer son désir de sauver son fief de Bordeaux13 L'équivalence chastel/cheval est expressément inscrite dans le lexique : on le voit par deux fois, d'abord lorsque Gerbert se rend compte que Gérin a laissé Guillaume de Monclin lui prendre Flori :

  • 14 id., v.7077 et 7151-52.

"Doné l'avés mes anemis mortez."./.../
"En tel chastel avés Guilliaume mis
N'iert mes rendus jusqu'al jor del juïs."14

  • 15 id. v.7184-89.

9Gerbert tue Guillaume, un des Bordelais les plus redoutables, Flori se sauve et Gerbert pour le ramener, "guerpi ses homes en bataille mortel", acte insensé s'il en fut au dire du narrateur15. Gerbert et Gérin sont alors encerclés et Gerbert fait un rempart de son destrier :

  • 16 id., v.7279.

"De l'autre part fist chastel de Flori."16

10Les cousins sont grièvement blessés, mais Gerbert, au grand étonnement du roi Pépin venu à la rescousse, ne pense qu'à avoir des nouvelles de son cheval : Gerbert, qui a refusé au roi Anseïs l'échange de son cheval contre Metz, la ville de son grand-père, ne se séparera plus de Flori.

11Le texte de "Gerbert" nous a fourni une triple série d'équivalences paradigmatiques : cheval et femme, cheval et fief, cheval et force vitale : nous verrons que tous ces éléments ont été intégrés au coeur de la trame narrative de notre chanson.

12Blanchart apparaît dans le texte à la frontière des deux mondes, chrétien et sarrasin, à Tamise sur Oise (ou sur Meuse), marche entre Flamands et Frisons ; le roi de Frise s'apprête à envahir les terres de Bauduin, comme il en a l'habitude, mais constate, en voyant les Flamands rangés en bataille de l'autre côté de l'eau qu'il va devoir livrer combat :

  • 17 éd.Tobler, p. 100-01.

On li amaine .I. bon corrant destrier.
Qui plus ert blans que n'est fleurs de pomier ;
Il nel donast por .M. livres d'or mier.
C'estoit Blanchars qui tant fist a proisier.
Dont Auberis ot puis tel desirier.
Plus bele beste veoir ja mais ne quier ;
La teste ot magre et l'ueil apert et fier,
Corte l'oreille, le cors grant et plenier.
Jambes bien faites, au col n'ot que taillier ;
La sele fu d'un ivoire moult chier,
La couvreture d'un paile de quartier,
Et de fin or erent li doi estrier ;
Li frains fu riches, la resne a or mier.
Mil eschaletes ot devant au poitrier.
Qui si tentissent, quant on doit chevauchier.
Rote ne gygue n' vaut mie .I. denier.
En cel cheval n'avoit que mesprisier ;
Por corre.I. jor nel puet on estanchier.17

13Cette rencontre est décisive pour la suite de la chanson : en effet, il ne s'agit pas seulement de la description textuelle d'un cheval, unité textuelle attendue construite selon des principes solidement établis. Le narrateur décline la liste des parties du corps en utilisant une série de contrastes immuables, tête maigre et grands yeux, petites oreilles et large croupe ; le harnachement orné de clochettes est caractéristique du luxe sarrasin mais on insiste avant tout sur la vitesse et aussi sur l'endurance. Le blanc, couleur très prisée est mis en valeur par les comparaisons : blanc comme neige, comme fleur d'été... Toute cette nomenclature est prévisible grâce aux mots clefs que l'on trouve à la rime dans des laisses en -on (façon, chaon, crepon, braon, esperon, randon) ou en -é, ou en -ié comme ici. Le cheval de cet ennemi est décrit en texte comme l'objet du désir du héros : Auberi se fait attendre, il n'est pas encore arrivé sur les lieux, mais on présente cette quête intertextuelle comme déjà commencée : "C'estoit Blanchars". Cet imparfait semble témoigner que Blanchart est déjà connu, ce qui semble surprenant, mais ce fait n'est pas isolé dans la chanson de geste ; on trouve dans "Le Chevalier au Cygne" à propos de Ferrant de Nimaie (un destrier qui porte un nom quasi humain) une présentation comparable :

  • 18 édition J.A. Nelson (Alabama, 1985), v.1736-41.

"C'est Ferrans de Nimaie qui molt fu alosés.
N'avoit si bon destrier en .LX. cités :
Il portast ja .XX. liues .II. cevaliers armés ;
Ja n'alast plaine lance qu'il ne fust galopés
De la bataille longe u li rois fu navrés
Quant li sires des Hungres fu ça outre passés."18

  • 19 édition Y.G. Lepage (Genève, 1978), AB, v.681-86.
  • 20 éd. J. Barrois (Paris, 1842), v.1260-74.
  • 21 éd. F. Guessard et P. Chabaille (Paris. 1869), v.946-51.
  • 22 éd. A. Kroeber et G. Servois (Paris, 1860), v.4107 sq.
  • 23 op. cit., v.8090.

14L'éditeur américain de la chanson, J. A. Nelson, note que son manuscrit a introduit des événements qui semblent déjà connus d'après la narration : le cheval a fui le camp des Saxons en embuscade et son arrivée prévient le héros de la trahison en cours ; c'est un cheval capable de partir instantanément au galop, comme il le fit le jour de la bataille contre les Hongrois (allusion à la bataille historique du Lechfeld, grâce à laquelle Othon mit fin aux incursions des Hongrois en Bavière, le 10 août 955, bataille mise en scène par ailleurs dans la chanson d'"Auberi", mais de façon fort transposée). D'habitude on se contente d'annoncer qu'un Tel arrive, monté sur Morel, sur Ferrant.... mais ces noms, non introduits préalablement prouvent une parfaite indifférence vis à vis de l'animal en question et sont proches du générique ; tel n'est pas du tout le cas ici. Nous avons donc le cheval d'un païen vu par les yeux du héros ; c'est aussi un motif obligé depuis le "Couronnement Louis", où Guillaume est pris d'admiration pour le cheval de Corsolt19 ; ; nous avons déjà rencontré Flori, mais nous pouvons citer Pennevaire, le cheval de Belian, dans la "Chevalerie Ogier"20 le cheval d'Amangon convoité par Garin dans "Gaufrey"21, celui de Clarion convoité par Richard de Normandie dans "Fierabras"22, Cornu, le cheval de Cornicas, désiré par Bauduin de Rohais, dans la "Conquête de Jérusalem".23

15Auberi exprime son enthousiasme au cours de deux laisses parallèles :

  • 24 éd. Tobler, p. 103-07.

"Diex, dist li dus, dame sainte Marie,
Qui ains mais vit teil cheval en sa vie ?
Il n'a si bon desi en Tabarie.
Se je l'avoie, je nel donroie mie
Qui me donroit tout l'or de Paienime ;
Ains de ceval n'oi mais si grant envie. /.../
Se je l'avoie, foi que doi saint Denis,
Je nel donroie, qui me donroit Paris ;
Ains requerroie mes mortex anemis
Huedon de lengres, mon oncle le marchis.
Et mon autre oncle, qui a a non Henris....
Par iaus sui je et povres et mendis....
Mais se j'avoie cel bon cheval de pris.
Je les ferai encor clamer chaitis."24

16Auberi semble donc dans la lignée directe de Gerbert, le parfait guerrier assoifé de vengeance, mais écoutons les paroles de défi et d'outrage du roi de Frise :

  • 25

"Ou est Aubris, qui tant se par fait fier.
Qui por les dames se puet tant traveillier ?.....
Se il pooit conquere cest destrier,
bien se porroit vanter et afichier
que seur si bon ne pout lance brisier.
Cist li feroit les daines dosnoier
Et les puceles acoler et baisier..."25

17Le roi, grièvement blessé au cours du combat, propose à Auberi de changer de camp et de devenir l'époux de sa fille, ce que refuse le héros qui préfère continuer à revendiquer Blanchart. Nous voyons donc dans ce passage notre premier parallèle étudié, destrier et amour d'une femme ; ce motif est capital car la tendance à succomber à la chair semble le défaut principal de notre héros qui jouit d'une réputation (relativement usurpée) d'homme "léger", séducteur sans scrupules des filles et femmes des logis où il est hébergé. Si tout cela n'est pas vraiment inscrit en texte (Auberi ne commet vraiment un adultère avec la comtesse de Flandres que dans un seul des cinq manuscrits), Auberi avoue lui-même ses péchés de jeunesse (inconnus des narrataires qui croyaient pourtant connaître la vie d'Auberi depuis qu'il avait atteint douze ans), lorsqu'il soupçonne (à tort) son épouse d'infidélité :

  • 1

"Oisiel qui voles, tant par as de revel !
tuit ti deduit te sanblent bon et bel.
Si fist li miens quant je fui jovencel.
Que je n'avoie que mon cheval isnel...
Por bels dames faisoies maint cenbel.
J'en pecheoie maint borc et maint chastel..."26

18Le cheval semble donc aux yeux d'Auberi bien plus un moyen de séduction qu'un moyen de se venger de ses ennemis ; on retrouve ce motif dans les reproches continuels que lui adresse son neveu Gasselin : Auberi, au lieu de troubler les ménages bavarois et flamands ferait beaucoup mieux de venger Basin, son père, mort dans les prisons de Desier de Pavie et de reprendre en mains son duché de Bourgogne. Mais Blanchart n'est pas un destrier ordinaire, il dépasse ces problèmes de moyen et nous allons dégager sa réelle dimension, nettement inscrite dans l'écriture de la chanson même.

19Blanchart est très souvent le sujet grammatical de la phrase, alors que, par exemple, le cheval de Rolant, Veillantif, dans les cinq occurrences du "Rolant" où il prend place, n'est jamais que complément. On trouve bien dans la"Chanson de Guillaume" :

  • 27 éd. D. Mac Millan (Paris, 1949-50, 2 vol.), v.1880.

Li bers Willame chevalche par le cham
Et Balçour li vait moutl suef ambiant."27

20Baulçour est bien le sujet mais on peut penser que la structure résulte d'une transformation : Guillaume fait ambler Balçour, le complément monte ensuite en position de sujet et le pronom régime, sorte de datif éthique, reste la trace de l'opération.

21On trouve aussi dans le"Siège de Barbastre", Le païen qui broche un destrier :

  • 28 édition J.L. Perrier (Paris, 1926), v.2009 et 3079.

"Et Girart le Ferrant qui le cort de randon. "28

22Le cheval semble donc un élément à utiliser :

"Il lor ganchi Ferrant."

23Blanchart est capable de bien d'autres choses :

  • 29 éd. Tobler, p. 104.

"Et Blanchart grate parmi le pré fleuri.
Des piés regete, tost s'est .III. fois guenchis.
Les pieres fent et les cailleus petis.
Par un petit n'abat le roi des Fris."29

24C'est un cheval qui "mene fierté" (expression qu'on aurait pu croire réservée à un animé humain) et qui est capable d'avertir Auberi de l'arrivée des ennemis. Blanchart lui sauve également plusieurs fois la vie grâce à sa vitesse et à la sûreté de son pas :

  • 30 id., p. 176-189

"Blanchart l'en porte par la forest oscure.../.../
Blanchars chancele sus le sablon marin../.../
La se refroide li destriers Blanchardin../.../
Blanchars l'en porte par le bos de sapin../.../
Blanchars l'enporte, qui moult fait a loer../../
Cheval estanchent et prennent a lasser.
Et Blanchars prent tos jors a aviver../.../
Tant corne.I. ars puet a.III. fois jeter.
S'en vait devant, qui qu'en doie peser.../.../
Auberi voit venir tout le chemin.
Dessus Blanchart, qui demaine grant brin../.../
Blanchars l'en porte, qui cort come levriere../.../
Blanchars l'en porte a moult grant alenee...."30

25Bayard, le cheval faé de Renaut de Montauban est beaucoup moins souvent sujet de la phrase. On trouve même (ce qui me semble très rare), le nom de Blanchart, par deux fois, dans une attaque de laisse :

  • 31 id., p. 189

" Va s'ent li dus sus Blanchart fierement. "31

26Je ne connais comme autre exemple qu'un début de laisse du "Moniage Rainouart" :

  • 32 édition G.A. Bertin (Paris, 1973), laisse CCI, p. 256sq.

Li destriers fu de bataille enseignee."32

27mais je pense que le passage est parodique et l'enchaînement suivant repart sur le héros qui se débarasse de ce guerrier par trop spécial en l'étranglant proprement. Il faut noter un enchaînement où figure le nom de Blanchart (il s'agit d'une autre course poursuite au cours de laquelle Auberi, dans le rôle du poursuivant parvient à récupérer l'héritière enlevée par le traître :

  • 33 ms. de Rome, f°249v°.

Lors hurtent cil et li dus sur Blanchart.
Va s'ent li dus qui n'a pas cuer frarin.. "33

28Certains vers portent même la trace d'une sorte d'identification entre Auberi et Blanchart ; lorsque Seneheut, l'héritière enlevée par les hommes du traître, est délivrée de ses geoliers par l'attaque d'Auberi, elle s'enfuit et se cache dans un bois avant d'avoir pu identifier ses sauveurs qui la cherchent partout :

  • 34 id.,f° 258

A la parole connut le Borguignon
Et au hanir Blanchart son arragon. "34

29Nous avons vu que Blanchart avait failli "abattre" le roi de Frise et la reine Guibourg emploie métaphoriquement le même verbe (dans un usage inversé, on passe du guerrier au cheval) pour signifier que son jeune mari se conduit comme un homme léger, nous dirions comme un cheval échappé :

"Ja au Borgoin n'iert la resne abatue

  • 35 id., f°132v°.

Que il ne face tous jours desconvenue. "35

30Blanchart est donc en quelque sorte son double, sur le plan de la guerre comme celui de la séduction, ce que saisit très bien le comte de Flandres qui trouva par là une occasion de se venger du lourd contentieux qui le sépare de notre héros.

31La comtesse de Flandres, dès qu'elle a vu arriver Auberi, est tombée follement amoureuse de ce beau et jeune chevalier nanti par ailleurs d'une réputation déplorable de séducteur et d'assassin. Le comte sépare les amoureux en obligeant sa femme à le suivre à Arras. Auberi rejoint la dame sous un déguisement et la comtesse pour se distraire ne trouve rien de mieux que d'organiser sous ses fenêtres une joute entre le mari et l'amant, joute qui se termine par la déconfiture de Bauduin ; Auberi part avec le cheval ainsi gagné au cours de la joute. On comprend qu'après la. victoire sur les Frisons le comte exige le don de Blanchard, qu'Auberi aura le plus grand mal à reprendre au moment de son départ.

32Auberi et Gasselin quittent la cour de Flandres pour rejoindre la femme qu'Auberi n'a pas cessé d'aimer, Guibourg, la reine de Bavière. Une femme va-t-elle valoir à ses yeux le prix de son cheval ? La Bavière a été envahie par les Sarrasins, le roi Orri est mort, la reine et sa fille sont prisonnières ; Auberi attaque les païens sur le point de reprendre la mer et, devant les ennemis ahuris et scandalisés d'un tel manquement aux usages de la guerre, se précipite pour embrasser son amie. Pendant qu'elle lui demande de l'épouser, les Sarrasins en profitent pour faire tomber le héros de son cheval et s'enfuient avec Blanchart ; Auberi furieux regrette la perte de Blanchart et déclare qu'il aurait préféré que Guibourg ait été emportée par le diable ou que les Sarrasins l'aient déjà emmenée outre la mer salée Il se reprend néanmoins et guibourg lui promet aussitôt son royaume apparemment plus séduisant que sa personne.

33On retrouve une histoire un peu comparable dans un roman du xve siècle, "Le roman du Conte d'Artois" : le conte furieux de n'avoir pas d'héritier quitte sa femme ; il ne lui reviendra que si elle accomplit trois choses impossibles, une des épreuves voulant qu'elle obtienne de son mari le don de son cheval Blanchart, sans qu'il en sache rien.

34Gasselin arrivé à la rescousse, parvient à rejoindre Blanchart et à le ramener à Auberi ; l'oncle le recompense aussitôt en lui accordant la main de Seneheut, la fille d'Ori et de Guibourg. Auberi vient de gagner un royaume mais il s'est donné un successeur avant d'être couronné. On célèbre le mariage du sauveur de la Bavière et de la reine. Auberi part peu de temps après pour une chasse au sanglier et s'égare sur les terres de l'oncle félon ; nous avons vu qu'il devait son salut aux qualités de Blanchart Le cheval est blessé au cours de la fuite ; Auberi, affolé à l'idée de le perdre, descend pour le soulager ; mais il est attaqué, le cheval est remis à l'oncle félon. Auberi ne doit le salut qu'à l'arrivée de Gasselin qui jette le traître à terre et rend Blanchart à son possesseur légitime. Auberi peut enfin se venger de ses oncles et envoyer Gasselin reprendre en main la Bourgogne. Auberi a retrouvé son fief mais il doit tout cela beaucoup plus à Gasselin qu'à Blanchart.

35La deuxième partie d'"Auberi" est moins mouvementée mais plus tragique encore. Le traître Lambert convoite la main de Seneheut. Grâce à sa réelle séduction, à ses paroles mielleuses, à ses cadeaux somptueux, Lambert parvient à attirer Auberi dans son repaire où il lui a tendu un piège. Après avoir copieusement enivré le malheureux, le traître veut faire croire qu'Auberi a violé ses deux nièces. Auberi offre son destrier comme compensation mais le bandit exige qu'on lui livre Seneheut. Tout s'arrange mais Lambert corrompt Pepin afin d'obtenir la paix. Désormais Lambert et Auberi sont liés. Lambert ne quitte pas Auberi, (le seul à pouvoir le protéger de Gasselin) tout en ayant l'idée de le "tuer à la première occasion ; Auberi ne quitte pas Lambert, parce qu'il veut tenir la parole donnée à Pépin et aussi, il faut le dire, parce qu'il éprouve un attrait plus qu'ambigu pour le traître, lequel ne manque pas de séduction. C'est dans ce contexte que le Bourguignon prête Blanchart au bandit, pour le cas où il aurait à fuir rapidement devant Gasselin. C'est un simple prêt, mais un espion le présentera à Gasselin comme un don et une promesse d'amitié et ce présent impossible à concevoir va précipiter le drame : Auberi a cru prêter un cheval, il a donné sa vie et échangé son destin. L'échange de vêtements (Lambert fait semblant de s'être trompé) succède à l'échange de chevaux et Gasselin va tuer Auberi par erreur tandis que Lambert s'enfuit sur Blanchart. Le traître ne chante évidemment pas victoire longtemps et tout rentre dans l'ordre : Gasselin tue le félon, récupère Blanchart qui désormais ne le quittera plus ; le cheval lui permettra de subir avec succès les épreuves qui le qualifieront comme le nouvel héros de la chanson : il possède désormais Blanchart, l'épouse et le royaume et la succession est assurée par la naissance de Naimes de Bavière.

36"Auberi" est assurément une chanson plus proche du ton du mélodrame que de la gravité austère du "Rolant", mais cette nouvelle écriture témoigne d'une volonté de se rapprocher des désirs et des soucis du public et on peut voir aussi une volonté d'originalité dans cette construction par permutations successives de rôles actanciels, construction qui annonce, à très long terme, celle des feuilletons télévisés populaire dont le célèbre "Dallas" a été le premier représentant dans les années 70.

37La paralittérature, le feuilleton même, sont très révélateurs des faits de société et de l'histoire des mentalités : "Auberi" nous fait prendre conscience, dans l'imaginaire médiéval, de la puissante alliance qui unit le cheval et le chevalier ; de même, de nos jours, un film d'horreur comme "Christine" montre le pouvoir de fascination perverse qu'exerce une auto destructrice qui assassine par jalousie ses conducteurs lorsqu'ils commettent le folie de vouloir la tromper avec une femme. Les objets de possession et de pouvoir sont aussi des objets de destruction ; il n'y a pas au fond de solution de continuité entre la morale chrétienne médiévale et le moralisme moderne.

Notes

1 Notre texte a été conservé dans cinq manuscrits, dont le meilleur est celui de la Vaticane (Rome, Bibl. Apost., Regina Lat. 1441) ; il n'a été édité que de façon partielle par P. Tarbé (Reims 1849), A. Keller (Mannheim, 1844), A. Tobler (Leipzig, 1870) et W. Benary (Halle, 1931).

2 Mme A. Planche nous a fait remarquer que dans le nom de Blanchart, on pouvait voir le suffixe germanique du sens de "mâle, viril", tandis que le nom d'Auberi contenait le mot "aube", lié aussi à la blancheur primordiale.

3 édition M.F. Guessard (Paris, 1862) Blanchart est le nom du cheval d'Alori, volé par Ferraut, v.5137.

4 éd. P. Ruelle (Paris, 1960) v.7692.

5 éd F. Castets (RLR, 1892) v.5789.

6 0 éd. J.R. Mc Cormack (Genève, 1970), v.2760.

7 éd. C. Hippeau (Paris, 1868), v.3696.

8

9 éd. P. Taylor (Namur, 1952), v.2482-83.

10 id, v.3978-83.

11 id., v.4222-27.

12 id., v.4310-24.

13 id., v.9371.

14 id., v.7077 et 7151-52.

15 id. v.7184-89.

16 id., v.7279.

17 éd.Tobler, p. 100-01.

18 édition J.A. Nelson (Alabama, 1985), v.1736-41.

19 édition Y.G. Lepage (Genève, 1978), AB, v.681-86.

20 éd. J. Barrois (Paris, 1842), v.1260-74.

21 éd. F. Guessard et P. Chabaille (Paris. 1869), v.946-51.

22 éd. A. Kroeber et G. Servois (Paris, 1860), v.4107 sq.

23 op. cit., v.8090.

24 éd. Tobler, p. 103-07.

25

26

27 éd. D. Mac Millan (Paris, 1949-50, 2 vol.), v.1880.

28 édition J.L. Perrier (Paris, 1926), v.2009 et 3079.

29 éd. Tobler, p. 104.

30 id., p. 176-189

31 id., p. 189

32 édition G.A. Bertin (Paris, 1973), laisse CCI, p. 256sq.

33 ms. de Rome, f°249v°.

34 id.,f° 258

35 id., f°132v°.

Auteur

Université Paris X Nanterre

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540