Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cheval dans le monde médiéval

Gesta Dei Per Equos. Remarques sur le rôle providentiel du cheval dans Les Chansons de Geste

Jean-Claude Vallecalle

Texte intégral

1S'il est un monde où les voies de Dieu ne paraissent pas toujours impénétrables, c'est certainement celui de la chanson de geste. Le surnaturel s'y manifeste constamment, non point comme un ailleurs à peine soupçonné et inaccessible à l'homme, mais comme une force visible qui agit dans l'histoire terrestre pour la guider et lui donner son sens : l'action épique porte clairement la marque de la volonté divine. Celle-ci intervient parfois d'une manière évidente ou même éclatante, grâce à des révélations et à des prodiges. Mais elle peut aussi le faire de façon plus discrète, au moyen d'événements dont l'apparence est tout à fait naturelle, mais où le regard et la foi des poètes et de leurs personnages savent discerner l'effet d'une volonté supérieure. Les animaux, dès lors, pourraient-ils rester à l'écart d'une histoire, d'une lutte qui concernent la création tout entière ? Les chevaux, qui contribuent pour une part essentielle aux exploits des héros qui les montent, ne servent-ils pas eux aussi les desseins de la Providence ? Explicitement ou non, la familiarité qui unit à leurs maîtres des destriers comme Broiefort ou Marchegai les engage dans la lutte entre le bien et le mal. Elle fait d'eux, aux côtés et à l'instar des barons chrétiens, des instruments de l'action divine.

  • 1 J. Bichon, L'animal dans la littérature française au xii° et au xiii° siècles, Lille, Service de r (...)

2Mais ces animaux, si proches soient-ils des chevaliers qui les conduisent, n'en restent pas moins marqués d'une irréductible étrangeté. Dans la relation même que l'homme établit avec eux s'affirme une rupture, une différence. Car leur nature les sépare de l'humanité, et la bête, tout comme l'ange, se caractérise par son altérité. C'est pourquoi une telle communication peut prendre un aspect extraordinaire, propice quelquefois à la révélation du sacré. "Chez les primitifs et dans le paganisme antique, rappelle J. Bichon, l'animal est un dieu. On s'en souvient au Moyen Age comme d'une monstruosité abominable. Et cependant la limite entre l'animal messager et l'animal être divin n'est pas nette"1. C'est cette ambiguïté qui, dans les chansons de geste, donne quelquefois toute son originalité au comportement du cheval. Proche et lointain à la fois, il allie, en un singulier mélange, l'altérité de l'animal et son évidente familiarité avec le héros épique dont il partage les combats. Aussi paraît-il susceptible d'établir un contact entre l'humanité et le domaine estrange du surnaturel : il peut contribuer à manifester, dans l'histoire terrestre, la présence du sacré et l'intervention divine.

*

3Sans doute faut-il que les personnages, pour les reconnaître, sachent porter sur elles un regard éclairé par la foi. Il est vrai que certaines circonstances, qui réservent au cheval un rôle important, apparaissent particulièrement favorables à une intervention de la Providence : lors du passage d'un fleuve impétueux, lors d'un combat exceptionnellement difficile, ou lorsqu'une menace pèse sur un chevalier endormi, c'est souvent le secours de sa monture qui, à défaut d'un prodige plus spectaculaire, lui permet de se tirer d'affaire. Comment n'y percevrait-on pas, quelquefois, un signe de la volonté et de la bienveillance divines ? Cependant celles-ci, lorsqu'un destrier en devient l'instrument, restent souvent discrètes. Elles ne suscitent pas nécessairement de rupture avec le cours ordinaire des choses, et se manifestent d'abord en guidant, en orientant, quelquefois en détournant la conduite normalement prévisible de l'animal. L'événement ne se distingue pas toujours aisément de ces incidents ou de ces exploits qui, dans le monde surhumain de l'épopée, appartiennent à la mesure commune, et que leur répétition finit par priver d'originalité. L'insolite se glisse dans le familier, et l'influence surnaturelle s'inscrit dans l'ordre même de la nature.

  • 2 Cf. G. Durand, Les Structures anthropologiques de l'imaginaire. Introduction à l'archétypologie gé (...)
  • 3 La Chanson des Saisnes, éd. A. Brasseur, Genève, Droz, 1989, réd. LT, v. 4046-4078.
  • 4 La Chanson d'Aspremont, éd. L. Brandin, Paris, Champion, t.1, 2° éd., 1970, v. 1924-1957.
  • 5 La Chanson des Saisnes, réd. AR, v. 1607-1614.
  • 6 Ibid., v. 1927, 1932 ; réd. LT, v. 3357-3358, 3994, 4065-4075.

4Il en va ainsi dans l'épisode traditionnel du passage d'un fleuve, où le cheval, dont l'affinité mythique avec l'eau est ancienne2, joue un rôle important. En effet, pour échapper à des poursuivants3, pour aller jusqu'au bout de la mission qui lui est confiée4, ou tout simplement pour répondre à l'invitation d'une dame5, il n'est pas rare qu'un chevalier s'élance, avec sa monture, dans les eaux tumultueuses qui lui barrent la route et que l'animal, nageant avec énergie, lui permet de franchir. Ce motif est particulièrement fréquent dans la Chanson des Saisnes6, au point que l'accoutumance finit par y rendre moins effrayante l'évocation de la périlleuse traversée. Ainsi lorsque Baudoin, pourchassé par des païens, traverse la Rune,

  • 7 Ibid., réd. AR, v. 1697-1701.

Maint espiel li lancierent acerin et trenchant,
Mais li chevaus l'en porte a guise de chalant ;
Mains redoute ore l'aigue qu'il n'avoit fait devant,
Jusques a l'autre rive l'en porte outre noant.
Ez vous le neveu Charle baut et lié et joiant.7

5Il suffit parfois, pour vaincre l'obstacle, de disposer d'une monture robuste et intrépide, dont les qualités naturelles expliquent assez le succès. Elie de Saint-Gille, par exemple, après s'être emparé du magnifique destrier d'un Sarrasin,

  • 8 Elie de Saint-Gille, éd. G. Raynaud, Paris, Didot, 1879, (S.A.T.F.), v. 967-970. Cf. La Chevalerie (...)

Isnelement s'en tome, que il ne targe mie,
Il s'est ferus en l'aigue qui cort de grant ravine.
Li destriers fu mout boins, qui se noe a delivre.
Il est venus en terre en une praierie.8

6Mais pour peu que l'on insiste sur la difficulté de l'épreuve ou sur le caractère exceptionnel de l'événement, il sera tentant de voir dans l'exploit accompli par le cheval un phénomène singulier, que ne saurait complètement justifier une explication rationnelle. C'est déjà le sentiment qu'inspire au poète, dans La Chevalerie Ogier, le comportement du cheval de Guimer. Le païen Brunamont, qui l'a capturé lors d'une escarmouche, l'a entraîné, aux côtés de son propre destrier, dans un galop effréné. Et lorsque, en approchant du Tibre, il le relâche pour échapper plus aisément à ses poursuivants, l'animal emballé ne se laisse plus approcher par les barons chrétiens :

  • 9 La Chevalerie Ogier, v. 2475-2482.

Plaist vus oïr du bon ceval Guimer,
Cornent dïable l'o quel jor encanté :
Por le ceval que il en vit mener
A si le jor Brunamont enamé
Que unques Franc nel porent retorner
Qu'il ne ferist a plain ellait es gués.
Li paiens garde, vit le destrier noer,
Tant l'atendi qu'au resne l'a cobré.9

7L'insolite, ainsi, sert de révélateur, et la conduite surprenante de l'animal suffit à faire évoquer, d'une manière qui n'est sans doute pas purement rhétorique, quelque intervention d'ordre surnaturel. D'un surnaturel jugé ici maléfique, puisque son action s'exerce en faveur d'un Sarrasin, mais qui, ailleurs et plus fréquemment, sera perçu comme une marque de la bienveillance accordée par Dieu au héros.

  • 10 La Chanson d'Aspremont, v. 1933.

8Celui-ci, en effet, sollicite souvent de manière pressante la protection divine, quand il s'avance au milieu des flots. Et sa prière est généralement exaucée : s'il parvient sain et sauf au terme de sa traversée ce ne sera pas seulement grâce aux qualités propres et à l'énergie de sa monture, mais grâce à la sollicitude de la Providence. Pour passer "l'eve merveillose et mortal"10 qui lui interdit le chemin de l'Aspremont, Naimes

  • 11 Ibid., v. 1937-1942.

Fiert soi en l'eve, el plus parfont canal.
Deu reclama, le pere esperital.
"Sainte Marie, roïne virginal,
Garissiés hui et moi et mon ceval."
Tant reclama le roi celestïal
K'arivés est al pendant d'un costal.11

9De la même manière, quand il traverse la Rune pour échapper à ses poursuivants,

  • 12 La Chanson des Saisnes, réd. LT, v. 4068-4070.

Baudoïns est an l'aive, qi est roide et corant ;
Doucemant de bon cuer va Jhesu reclamant,
Se de mort l'a gité, or li face garant.12

  • 13 Gerbert de Mez, éd. P. Taylor, Namur, Nauwelaerts, et Lille, Giard, 1952, v. 3293.

10Et si, en une semblable situation, la prière de Fromondin reste plus discrète dans Gerbert de Metz, il n'en bénéficie pas moins d'une protection surnaturelle qui lui permet de ne pas être emporté par le cours d'eau profond et impétueux qu'il tente de franchir, ni touché par les traits qui pleuvent sur lui : "que Damediu ne plait"13 précise le poète. La volonté divine pèse sur les événements, mais ne les bouleverse pas. Elle peut permettre au cheval d'accomplir un exploit remarquable, mais en évitant le plus souvent de porter atteinte à l'ordre de la nature.

11Le miracle, sans doute, n'est pas totalement exclu, mais il reste exceptionnel et présenté, en cette circonstance, avec une certaine réserve. Le héros de La Chevalerie Ogier en bénéficie d'une manière incontestable lorsque, pour échapper à ses poursuivants, il se précipite dans le Rhône avec son destrier Broiefort :

  • 14 La Chevalerie Ogier, v. 8035-8038 et 8041-8045.

"Dex ! dist Ogiers, a ton cor me comant !"
Son vis signa, et son destrier corant,
Fiert soi en l'eve desporveüement ;
Et li destrier au bon noier se prant,
(...)
La li fist Diex une miracle grant :
L'eve s'acoice, ne corut tant ne quant,
Et li cevals le tresnoa errant,
Dusq'au castel sus la roce au Gaiant ;
Iluec prist terre li destrier a itant.14

12L'action de la Providence se reconnaît ici avec une inhabituelle clarté, car elle ne s'inscrit pas dans l'ordre des phénomènes naturels. Elle n'intervient plus seulement pour expliquer ou justifier un fait insolite mais nullement impossible. Elle se manifeste explicitement par un prodige, en apaisant soudain le fleuve sauvage pour permettre au cheval de le franchir sans peine, et à Ogier de se sauver. Peut-être aurait-il été imaginable que la puissance et les qualités extraordinaires de Broiefort suffisent à assurer son salut et celui de son maître. Mais le poète tient à souligner, par le récit d'un miracle, la bienveillance que Dieu accorde au héros, et il insiste, ce faisant, sur la signification providentielle de l'épisode, qui était marquée plus discrètement dans Gerbert de Metz, dans la Chanson des Saisnes, ou celle d'Aspremont.

  • 15 Anseïs de Carthage, éd. J. Alton, Tübingen, Bibliothek des literarischen Vereins in Stuttgart, 189 (...)

13Le miracle, pourtant, est évoqué ici seulement de façon brève, et sans trop d'éclat. Les eaux se calment, mais ne se séparent pas, comme cela peut arriver dans l'épopée en d'autres circonstances15. Le motif reste conforme à sa structure habituelle, et laisse subsister l'image traditionnelle du destrier forcé, pour traverser le fleuve, de nager en portant sur son dos le cavalier en armes. Même quand elle est manifeste, l'intervention surnaturelle ne prive pas le cheval de son rôle : elle reste présentée avec quelque discrétion, comme si la familiarité même de cet animal avec l'homme contribuait à estomper l'altérité du sacré et à en révéler la présence au coeur même de l'action et de la destinée humaines.

  • 16 Cf. J. Bichon, o.c, t. 1, pp. 261 sq. ; J. Baroin, "A propos du cerf épique", Mélanges Charles Fou (...)
  • 17 Anseïs de Carthage, v. 9517-9547.
  • 18 Fierabras, éd. A. Kroeber et G. Servois, Paris, Vieweg, 1860, v. 4370-4377.
  • 19 La Chevalerie Ogier, v. 270-300.

14La différence est considérable et la comparaison fort instructive, sur ce point, avec le cerf, que la tradition épique associe bien souvent, lui aussi, à la traversée des fleuves impétueux ou d'autres passages difficiles16. En de telles circonstances il tient, assurément, un rôle qui n'est pas sans rapport avec celui du cheval, en apportant aux héros une aide providentielle pour franchir l'obstacle. Mais son action s'exerce tout autrement que celle d'un destrier. Habitant des espaces sauvages, pourvu fréquemment d'un caractère merveilleux, il reste étranger à l'homme, et se contente, sans entrer directement en relation avec lui, de le guider en lui révélant un chemin ignoré. L'auteur d'Anseïs de Carthage donne à l'épisode un éclat considérable, car il associe deux miracles traditionnels mais différents : pour permettre à ses troupes de passer la Gironde, l'empereur, nouveau Moïse, obtient d'abord de Dieu que les eaux se séparent, et quand, ensuite, l'armée entreprendra de traverser à pied sec l'espace ainsi dégagé, elle s'avancera sous la conduite d'une biche blanche17. Sans doute l'intervention du cerf ne s'accompagne-t-elle pas toujours de phénomènes aussi prodigieux : d'ordinaire l'animal surgit brusquement, franchit bien vite l'obstacle et disparaît aussitôt. Mais dans cette soudaine irruption d'un être caractérisé avant tout par son altérité l'on peut reconnaître sans ambiguïté une manifestation surnaturelle. C'est le cas aussi bien dans Fierabras18, que dans La Chevalerie Ogier19 ou, plus nettement encore, dans un épisode de La Chanson des Saisnes : au moment où Charlemagne décide de construire un pont sur la Rune, un cerf pourchassé par des païens apparaît sur l'autre rive, traverse le fleuve et se réfugie dans la forêt.

  • 20 La Chanson des Saisnes, réd. AR, v. 3428-3430 et 3433-3440.

Ez le vous devant aus fors dou gravier issu.
Quant miex le cuident prendre et avoir retenu,
Li cers s'est esconsez, n'en ont mie veü.
(...)
Lors s'esmaierent Saisne et furent esperdu,
"Mahom, dist l'uns a l'autre, que nous est avenu ?
Faerie ou fantosme nous a le cerf tolu."
A tant s'en retomerent dolant et irascu,
Et François en ont joie et hardement eü.
Lors parla l'empereres, ne se tint mie mu :
"Par Dieu, dist il, baron, tuit sont Saisne vaincu ;
Bele senefiance en avons de Jhesu..."20

  • 21 R. Otto, Le Sacré, trad. d'après la 18° éd. (1929), Paris, Payot, 1969, pp. 46-47.

15La subite et brève apparition d'un animal sauvage, totalement étranger au monde humain, mais qui survient à point nommé pour guider les héros, ne leur apporte pas seulement une indication matérielle en leur dévoilant le passage qu'ils cherchent. Elle leur révèle aussi la présence du surnaturel. Celui-ci se perçoit d'abord à travers la surprise que provoque le comportement inattendu de l'animal, un sentiment fort proche de cette "stupeur éprouvée devant quelque chose de tout autre", de ce sentiment du mirum où R. Otto voyait l'un des éléments permettant d'appréhender le sacré21. Mais l'intervention de la Providence se découvre aussi, et plus nettement encore, dans l'extraordinaire correspondance qui s'établit entre l'embarras des héros et le secours imprévisible apporté par l'animal sauvage, dans l'harmonie qui s'instaure entre le monde humain et le reste de la création.

16C'est pourquoi un bref détour n'était sans doute pas inutile pour tenter d'éclairer, par la comparaison avec celui du cerf, le rôle providentiel du cheval dans les chansons de geste. Car si, en des situations similaires, ils interviennent l'un et l'autre pour manifester la bienveillance divine à l'égard des personnages, ils n'entretiennent pas avec eux une identique relation. Le cerf, souvent lancé au galop, surgit comme un extraordinaire envoyé dont le passage rapide provoque une vive surprise, et dont l'étrangeté annonce le caractère surnaturel. Le cheval, au contraire, compagnon familier du héros, contribue avec plus de discrétion à la réalisation des desseins de la Providence : celle-ci ne se manifeste pas tant à travers la mystérieuse altérité d'un animal sauvage qu'à travers la complémentarité rassurante de celui qui est apprivoisé. Son action s'inscrit sans rupture dans le cours de l'histoire humaine. Et le sacré, alors, se révèle moins par des prodiges et de spectaculaires interventions que par l'intention ferme et discrète qui oriente les événements, soutient les efforts du destrier et accorde harmonieusement son comportement naturel à l'action du chevalier.

17Cette correspondance providentielle entre la conduite apparemment spontanée de l'animal et le destin du héros qui l'accompagne apparaît avec une particulière netteté lorsque le cheval, se transformant en une sorte de messager ou de guetteur, s'emploie à mettre en garde son maître contre un danger qu'il perçoit. Ainsi, alors que des païens s'approchent d'Aiol endormi, son destrier

  • 22 Aiol, éd. J. Normand et G. Raynaud, Paris, Didot, 1877, (S.A.T.F.), v. 5063-5067.

Marchegai ot la noisse des quivers Sarrasins,
S'ot les escus as elmes et as lances tentir :
Tel duel fait li chevaus a poi n'esrage vis,
Del destre piet grata et durement heni,
Et demaine tel noise q'Aiols s'en esperi.22

  • 23 J. Bichon, o.c, t. 1, pp. 324-328.
  • 24 Le Galien de Cheltenham, éd. D.M. Dougherty et E.B. Barnes, Amsterdam, Benjamins, 1981, v. 2302-23 (...)
  • 25 Renaut de Montauban, éd. J. Thomas, Genève, Droz, 1989, v. 9703-9714.
  • 26 Ibid., v. 9710-9711.

18Marchegai se montre fidèle ici à ce rôle de protecteur et, si l'on ose dire, d'ange gardien, qu'il a adopté dès le début de son cheminement avec le jeune héros23. Mais il n'agit pas autrement que ne le font d'autres chevaux épiques, en une semblable circonstance : Marchepin éveille ainsi Galien, au moment où un Sarrasin s'approche de lui24, et Bayart avertit Renaut de la menace qui pèse sur son frère Richart, menacé d'être pendu25. Sans doute pourrait-on voir d'abord, dans de tels comportements, l'attitude normale d'un animal effrayé, si du moins le bruit des armes était susceptible d'inquiéter un destrier aguerri. Mais les poètes ne s'en tiennent pas à une telle explication, et souvent ils ont soin d'ajouter un détail qui, sans entraîner véritablement l'épisode dans le domaine de l'étrange, lui donne cependant un caractère remarquable : le cheval choisit de frapper avec précision, de son sabot, l'écu du baron endormi26. Broiefort va même plus loin et, pour tirer Ogier, fatigué par ses blessures, du profond sommeil que ses henissements n'ont pu jusque là dissiper,

  • 27 La Chevalerie Ogier, v. 5765-5768.

Bee la gole, si a saisi Ogier
Per le coler du blanc hauberc dobler,
Si qu'il li fist le quir desous trancer,
Tant le obie qu'il l'a fait esviller.27

  • 28 Cf. F. Dubost, Aspects fantastiques de la littérature narrative médiévale (xii°-xiii° siècles). L' (...)
  • 29 Renaut de Montauban, v. 9703-9704.

19L'on discerne clairement, dans les réactions de ces destriers, une cohérence qui n'est pas celle d'un comportement instinctif, et qui révèle non point l'altérité de celui qui reste pourtant un animal mais au contraire une rationalité toute humaine. Elle s'explique commodément lorsque l'on a affaire à un cheval faé28, et l'auteur de Renaut de Montauban tient à rappeler à ce propos, s'il en était besoin, le caractère merveilleux d'un cheval comme Bayart29. Mais l'on peut reconnaître aussi, dans l'attitude de Broiefort, un signe et un effet de la volonté divine, et le poète le laisse prévoir dès le début de l'épisode :

  • 30 La Chevalerie Ogier, v. 5752-5757.

Li dux s'apoise et prist a somillier ;
La s'endormi encoste son destrier.
Se Dex n'en pense, ja iert tous detranchiés,
Car cil l'aprocent qin ont grant desirier
De lui ocire, graver et damagier ;
Mais Broiefors les senti aprocier...30

  • 31 Cf. par exemple Les Narbonnais, éd. H. Suchier, Paris, 1898, (S.A.T.F.), v. 5592-5607.

20L'intervention surnaturelle reste ici d'une remarquable discrétion. Il n'est pourtant pas rare, en de semblables circonstances, que la bienveillance céleste se manifeste fort clairement, à travers des songes ou des apparitions angéliques envoyés au héros31. Mais dès lors qu'il suffit du comportement un peu insolite d'un destrier pour que se découvre à l'homme l'avertissement de la Providence, le caractère prodigieux d'une telle mise en garde s'estompe. Et c'est seulement à travers les signes d'inquiétude -certes quelque peu forcés ou même déformés- donnés par l'animal que peuvent se reconnaître soit les indices du merveilleux, soit les effets mêmes de la volonté divine.

  • 32 Les poètes insistent souvent, dans ces épisodes, sur le fait que le cheval observe et ne reconnaît (...)
  • 33 Ibid., v. 5484-5492. Cf. Fierabras, v. 4179-4183.
  • 34 Le Moniage Rainouart I, éd. G.A. Bertin, Paris, Picard, 1973, (S.A.T.F.), v. 6841-6940 ; Fierabras(...)

21La même ambiguïté du comportement du cheval s'observe dans les scènes où il participe, non plus comme simple monture mais de manière autonome, aux combats dans lesquels est engagé son maître. Ce peut être seulement une marque de l'agressivité bien explicable qu'éprouve, à l'égard d'inconnus32 un animal emballé et privé de son cavalier, sur un champ de bataille. Alors qu'Ogier a été désarçonné, Broiefort commet ainsi, par ses ruades, des ravages chez les ennemis qui veulent le capturer et chez leurs chevaux33. Ce peut être, ailleurs, l'effet d'un dressage dont les auteurs de Fierabras ou du Moniage Rainouart attribuent les inquiétants secrets aux Sarrasins, capables de transformer leurs destriers en monstres farouches et quelquefois carnivores34. Mais il arrive aussi que, dans la lutte menée par un cheval de façon spontanée et autonome, l'on puisse découvrir un signe divin. Ainsi, pendant que Huon de Bordeaux et le traître Amauri poursuivent à pied leur duel judiciaire, le destrier du jeune héros attaque celui de son adversaire et le tue. Aussitôt

  • 35 Huon de Bordeaux, v. 1827-1830.

Dient François : "Il l'a bien asené ;
Bieles miracles nous a Jhesus mostré.
Moult liés puet estre Hues li bacelers,
Car par lui ert ichis cans aquités."35

22Le cheval du héros apparaît ici comme son double, son image ou son représentant, et son comportement annonce par avance le destin des adversaires et le sens du combat. Mais si l'on peut y déceler sans ambiguïté un signe envoyé par Dieu, ce n'est pas seulement parce que l'attitude de l'animal est insolite, et qu'en associant à son altérité spécifique quelques caractéristiques humaines il fournit, dans son univers propre, une sorte de reflet du chevalier. C'est surtout parce que son action s'inscrit dans le cadre strictement délimité d'un duel judiciaire, où même les événements ordinaires contribuent à révéler les décisions et les intentions divines.

  • 36 F. Dubost, o.c, p. 452.

23Ni l'insolite ni l'étrange ne suffisent, en effet, à marquer la présence du sacré, et le miracle ne saurait se réduire au prodige. Il est fréquent que l'étonnante conduite d'un destrier épique puisse s'expliquer par son caractère faé : cela ne lui confère nullement la valeur d'une intervention voulue par Dieu. Le plus célèbre et, sans doute, le plus caractéristique des animaux faés, Bayart, n'est jamais présenté explicitement comme l'instrument ou même l'auxiliaire de la Providence. Au contraire, l'on sait que son image est ambiguë et qu'il n'est pas dépourvu d'affinités avec les forces du mal. Comme le souligne F. Dubost, "le cheval faé est (...) une créature inquiétante parce qu'on ne sait pas au juste à quoi, ou à qui, attribuer l'origine de ses pouvoirs, et que son action ne se stabilise jamais dans une fonction bien définie"36. C'est dire que les traits merveilleux ou fantastiques qui lui sont prêtés ne le prédisposent pas nécessairement au rôle d'intermédiaire entre Dieu et l'humanité. Mais il n'est nul besoin qu'un animal soit doté de qualités extraordinaires pour devenir l'instrument d'une intervention surnaturelle, et le sacré, parfois, se révèle plus dans l'influence exercée sur les événements par le plan divin que dans la rupture instaurée par le prodige. Il se manifeste à travers même la réalité familière et ne vise pas tant à introduire un ailleurs et à découvrir aux héros des horizons étrangers au monde des hommes qu'à orienter aussi bien les péripéties que le cours général de l'histoire terrestre.

*

  • 37 A. Vauchez, La Spiritualité du Moyen Age occidental, viii°-xii° siècles, Paris, P.U.F., 1975, p. 2 (...)

24Ainsi, pas plus que sa traversée d'un fleuve impétueux ou ses efforts pour avertir du péril un héros endormi, le combat livré par le destrier épique ne possède en lui-même une valeur providentielle. Celle-ci découle toujours du contexte, et il faut, pour la dégager, une indication explicite ou du moins le regard, éclairé par la foi, de ceux qui savent reconnaître la conformité de certains événements à la volonté et aux desseins de Dieu : les poètes ou leurs personnages, qui attestent parfois la signification surnaturelle de l'événement. Point n'est besoin, dès lors, de marquer toujours cette signification par des phénomènes extraordinaires : de discrètes indications peuvent suffire car, dans ce "climat de sacralité indifférenciée"37 auquel l'épopée restera longtemps fidèle, un oeil attentif sait discerner partout les marques de l'action divine. Elles ne s'identifient pas nécessairement à des manifestations spectaculaires du merveilleux ou du fantastique, et peuvent s'inscrire aisément dans l'ordre de la nature. Car pourvu qu'il prenne part, avec ses moyens propres, à l'accomplissement des desseins de Dieu, le comportement à peine insolite d'un simple destrier peut témoigner de l'influence providentielle tout aussi bien qu'aurait pu le faire un véritable miracle. Et c'est ainsi que, dans les chansons de geste, la familiarité même que les chevaux entretiennent avec les hommes leur permet, autant que leur altérité, de contribuer à la révélation du sacré et de participer, eux aussi, aux Gesta Dei.

Notes

1 J. Bichon, L'animal dans la littérature française au xii° et au xiii° siècles, Lille, Service de reproduction des thèses, 1976, t. 1, p. 7.

2 Cf. G. Durand, Les Structures anthropologiques de l'imaginaire. Introduction à l'archétypologie générale, Grenoble, Allier, 1960, pp. 73-75.

3 La Chanson des Saisnes, éd. A. Brasseur, Genève, Droz, 1989, réd. LT, v. 4046-4078.

4 La Chanson d'Aspremont, éd. L. Brandin, Paris, Champion, t.1, 2° éd., 1970, v. 1924-1957.

5 La Chanson des Saisnes, réd. AR, v. 1607-1614.

6 Ibid., v. 1927, 1932 ; réd. LT, v. 3357-3358, 3994, 4065-4075.

7 Ibid., réd. AR, v. 1697-1701.

8 Elie de Saint-Gille, éd. G. Raynaud, Paris, Didot, 1879, (S.A.T.F.), v. 967-970. Cf. La Chevalerie Ogier de Danemarche, éd. M. Eusebi, Milano, Varese, Isututo Editoriale Cisalpino, 1962, v. 1984-1985.

9 La Chevalerie Ogier, v. 2475-2482.

10 La Chanson d'Aspremont, v. 1933.

11 Ibid., v. 1937-1942.

12 La Chanson des Saisnes, réd. LT, v. 4068-4070.

13 Gerbert de Mez, éd. P. Taylor, Namur, Nauwelaerts, et Lille, Giard, 1952, v. 3293.

14 La Chevalerie Ogier, v. 8035-8038 et 8041-8045.

15 Anseïs de Carthage, éd. J. Alton, Tübingen, Bibliothek des literarischen Vereins in Stuttgart, 1892, v. 9535.

16 Cf. J. Bichon, o.c, t. 1, pp. 261 sq. ; J. Baroin, "A propos du cerf épique", Mélanges Charles Foulon, t. 2, Marche Romane, 30, 1980, pp. 5-15. Cf. aussi L. Harf, Les Fées au Moyen Age. Morgane et Mélusine. La Naissance des Fées, Paris, Champion, 1984, pp. 221 sq. ; S. Cigada, La leggenda medievale del Cervo Bianco e le origini della matiere de Bretagne, Roma, Atti della Accademia dei Lincei, 1966 ; M.L. Chênerie, Le Chevalier errant dans les romans arthuriens en vers des xii° et xiii° siècles, Genève, Droz, 1986, p. 438.

17 Anseïs de Carthage, v. 9517-9547.

18 Fierabras, éd. A. Kroeber et G. Servois, Paris, Vieweg, 1860, v. 4370-4377.

19 La Chevalerie Ogier, v. 270-300.

20 La Chanson des Saisnes, réd. AR, v. 3428-3430 et 3433-3440.

21 R. Otto, Le Sacré, trad. d'après la 18° éd. (1929), Paris, Payot, 1969, pp. 46-47.

22 Aiol, éd. J. Normand et G. Raynaud, Paris, Didot, 1877, (S.A.T.F.), v. 5063-5067.

23 J. Bichon, o.c, t. 1, pp. 324-328.

24 Le Galien de Cheltenham, éd. D.M. Dougherty et E.B. Barnes, Amsterdam, Benjamins, 1981, v. 2302-2311.

25 Renaut de Montauban, éd. J. Thomas, Genève, Droz, 1989, v. 9703-9714.

26 Ibid., v. 9710-9711.

27 La Chevalerie Ogier, v. 5765-5768.

28 Cf. F. Dubost, Aspects fantastiques de la littérature narrative médiévale (xii°-xiii° siècles). L'Autre, l'Ailleurs, l'Autrefois, Paris, Champion, 1991, t. 1, pp. 435-454.

29 Renaut de Montauban, v. 9703-9704.

30 La Chevalerie Ogier, v. 5752-5757.

31 Cf. par exemple Les Narbonnais, éd. H. Suchier, Paris, 1898, (S.A.T.F.), v. 5592-5607.

32 Les poètes insistent souvent, dans ces épisodes, sur le fait que le cheval observe et ne reconnaît pas les hommes qu'il va frapper. Cf. Aiol, v. 926, 2903 ; Huon de Bordeaux, éd. P. Ruelle, Bruxelles, Presses Universitaires de Bruxelles, et Paris, P.U.F., 1960, v. 1538.

33 Ibid., v. 5484-5492. Cf. Fierabras, v. 4179-4183.

34 Le Moniage Rainouart I, éd. G.A. Bertin, Paris, Picard, 1973, (S.A.T.F.), v. 6841-6940 ; Fierabras, v. 678-683, 1097-1101.

35 Huon de Bordeaux, v. 1827-1830.

36 F. Dubost, o.c, p. 452.

37 A. Vauchez, La Spiritualité du Moyen Age occidental, viii°-xii° siècles, Paris, P.U.F., 1975, p. 29.

Auteur

Université de Franche-Comté

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540