Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cheval dans le monde médiéval

Qui a donné le Gringalet à Gauvain ? À propos d’un épisode d’Escanor de Girart d’Amiens

Richard Trachsler

Texte intégral

1. Le Gringalet dans Escanor

  • 1 Der Roman von Escanor, éd. H. Michelant, Tübingen, 1886 (Bibliothek des Litterarischen Vereins Stu (...)

1Le cheval dont je voudrais m’occuper ici est le cheval de Gauvain, le célèbre Gringalet, tel qu’il apparaît dans le Roman d’Escanor de Girart d’Amiens1.

  • 2 Nous suivons ici la thèse dactylographiée d’A. Saly, Edition critique du "Méliacin" de Girart d’Am (...)

2Il est peut-être utile de situer tout d’abord l’auteur et l’oeuvre dans le temps, d’une part parce qu’ils sont peu connus et, de l’autre, parce que cela nous fournira un bon point de départ pour notre enquête2.

  • 3 Edité récemment par A. Saly, Méliacin ou le cheval de fust, Aix-en-Provence, CUERMA, 1990, (Senefi (...)
  • 4 Toujours inédit.
  • 5 Travaux de Linguistique et de Littérature, 19 (1981), 7-16.
  • 6 A. Saly, "La date du Charlemagne de Girart d’Amiens", Au carrefour des routes d’Europe : La Chanso (...)

3A part le roman arthurien Escanor, nous connaissons de Girart d’Amiens deux autres oeuvres : son Méliacin3, écrit en octosyllabes, qui reprend le conte oriental du cheval de bois qui vole dans l’air, et son Charlemagne4 écrit en alexandrins qui est la première biographie complète en français de Charlemagne. Les commanditaires des deux oeuvres appartiennent à la plus haute noblesse française puisque Girart mentionne lui-même Charles de Valois, frère de Philippe le Bel, dans son Charlemagne, et A. Saly5, en examinant les enluminures des manuscrits, a montré que les armoiries des personnages représentés correspondent à celles portées par des personnes de l’entourage immédiat du roi de France, ce qui laisse supposer, pour Girart, une activité littéraire, à la cour du roi de France, entre environ 1285, date de composition probable du Méliacin, et 1306, terminus ante quem avancé par A. Saly pour Charlemagne6.

  • 7 G. Brault, "Arthurian Heraldry and the date of Escanor", BBSIA 11 (1959), 81-8.

4Quant à Escanor, il a été écrit, comme affirme Girart lui-même, pour Aliénor de Castille, reine d’Angleterre et femme d’Edouard Ier, le célèbre arthuromane, et il peut être daté de façon assez précise, grâce à des indications héraldiques, autour de 12807, c’est donc sa première oeuvre.

5Les trois ouvrages de Girart d’Amiens ont en commun, outre des destinataires appartenant à la plus haute noblesse européenne, de compter plus de 20 000 vers chacun.

6Ces remarques préliminaires sont importantes dans la mesure où elles rappellent que Girart, que les histoires littéraires depuis G. Paris considèrent comme un écrivain fort médiocre, avait, à l’époque, du succès, et qu’il semble avoir été parfaitement à l’aise dans plusieurs genres littéraires, utilisant des mètres différents.

7En ce qui concerne le contenu, Escanor entrelace les aventures de Keu, amoureux fou de la belle Andrivete qu’il finira par épouser, avec celles de Gauvain, accusé faussement par Escanor de la Blanche Montagne d’avoir tué un de ses parents, ce qui donnera lieu à toutes sortes de péripéties qui ne sont pas essentielles ici. A un moment donné, en tout cas, les chevaliers d’Arthur assiègent Escanor et c’est ici que se situe le premier passage qui nous intéresse.

8Escanor le Grand, qui est l’oncle du personnage plus important Escanor le Bel, s’est battu contre Gauvain, s’est fait renverser et prendre son cheval

dont Escanors de duel otrez 19250
fu pluz c’ainc ; mais ne fu de rienz,
car li chevauz n’estoit pas sienz,
ainz estoit au Bel Escanor [le neveu]
et li ot .i. nainz, Belinor,
presenté de par Esclarmonde 19255
la plus bele fee du monde
qui mult l’amoit pour sa vaillance.

9Le cheval ne lui appartient donc même pas, mais a été offert à son neveu par son amie, la fée Esclarmonde. L’animal est par ailleurs décrit d’une façon bien conventionnelle :

Li chevauz fu de grant puissance
et biauz et penibles et fors
et esprovez en mainz effors 19260
et tez c’ainc miudres ne fu jor.

10Le neveu, Escanor le Bel, est furieux quand il apprend la perte du cheval et couvre son oncle d’injures ; chaque fois d’ailleurs qu’il y pense, il recommence (19960ss et 20815).

  • 8 Mais il [Gauvain] voit que li fainz l’argüe
    et si ne boit ni ne menjüe :
    ce n’avint onques mais de b (...)
  • 9 ainz d’un cheval si courechiez
    ne fui mais ne si esmeüs
    et si en ai de bonz eüs
    de mors, de perduz, d (...)

11Gauvain, de son côté, n’est pas très content non plus, car malgré les efforts de ses écuyers, le cheval refuse toute nourriture8. Gauvain est lui-même un peu surpris de son attachement pour la bête9, et juste au moment où il est sur le point de désespérer, une jeune fille, accompagnée d’un nain, se présente et offre de guérir le cheval (20069ss). Elle explique entre autre à Gauvain comment Escanor a obtenu le cheval :

la fee, la bele Esclarmonde 20160
au Bel Escanor le dona
a ce jour c’on le corona,
car ele l’a durement chier ;
et c’est ce qui pluz corechier
l’en fait qu’il n’en ait sa haine, 20165
car ele, a la verité fine,
l’a mult aidie a avancier [...]

12Elle lui annonce en outre que le cheval est le Gringalet (20259) et révèle le secret du refus d’alimentation de la bête : elle sort de l’oreille gauche du Gringalet un petit sachet "ou il avoit ne sai quel porre" (20235). Cette poudre empêchait le pauvre cheval de manger et c’est Escanor qui l’avait mise là, pour empêcher précisément que quelqu’un d’autre que lui puisse jouir (20243) du Gringalet. Cela fait, la pucelle, qui appartient du reste à la maison de la soeur d’Escanor, s’assure de la reconnaissance de Gauvain et repart.

  • 10 Et pour les genz faire muser,
    faisoit sovent tez moqueries
    et autres granz deableries
    que par enchant (...)

13Voilà donc, dans le texte de Girart d’Amiens, les faits concernant le Gringalet. Ce récit s’intègre parfaitement dans le roman, car Esclarmonde y est mentionnée une autre fois : elle apparaît en effet, toujours en tant que fée, comme l’amie de Brian des Illes. C’est elle qui lui a décoré son château et qui est responsable notamment des peintures sur les murs. Elle est décrite comme une femme merveilleusement belle, "un poi brunete" (15768), disciple de Virgile et qui s’amuse, de temps à autre, à tromper les gens par des tours de magie10. Quoi qu’il en soit, Brian des Illes l’aime. Ce Brian des Illes, appelé aussi Brian des Aigues (15033), comme Escanor, est un personnage ambigu. Habitant un magnifique château, entouré d’eau et sis au milieu d’une forêt impénétrable hantée de bêtes sauvages (14816ss), il est lié à la fois à la famille d’Escanor et -moins fortement- à Arthur. Il n’hésite pas à défier Gauvain pour un prétexte futile qui cache en vérité un motif beaucoup plus dangereux : c’est Esclarmonde, son amie, qui un jour lui a dit que Gauvain était le plus preux de tous les chevaliers et que toute femme devait se considérer comblée s’il daignait l’aimer (15780-91).

  • 11 Voir, par exemple, A. Micha, "Miscellaneous French Romances in Vers", dans Arthurian Tradition in (...)

14Esclarmonde, dans le roman d’Escanor, apparaît ainsi comme une ennemie du roi Arthur, comme l’adjuvante de ses adversaires plus ou moins explicites que sont Brian et Escanor et elle rappelle par là évidemment la fée Morgane des romans en prose11.

  • 12 "Romans en vers et romans en prose", ds : GRLMA, vol. IV, t. 1, Heidelberg, Winter, 1978, 79.
  • 13 E. Löseth, Le Roman en prose de Tristan, Genève, Slatkine Reprints, 1974 [= Paris 1890] (Bibliothè (...)
  • 14 op. cit., vv. 8871-89.
  • 15 Voir E. Baumgartner, "Le Lion et sa peau, ou les aventures d’Yvain dans le Lancelot en prose", PRI (...)

15Voilà donc d’où vient le fameux Gringalet. Cette tendance à insérer ce genre de récit étiologique expliquant des faits légués par les textes antérieurs et remplissant des blancs laissés dans l’histoire s’observe assez fréquemment dans les romans arthuriens tardifs, surtout, s’ils sont en prose. "La prose a horreur du vide et de l’inexpliqué," écrit D. Poirion12. Ainsi, le Tristan en prose relate que la coutume de porter du noir en signe de deuil a été décrétée à la cour arthurienne quand ils ont appris la nouvelle de la mort de Tristan13 et, dans le roman d’Escanor, ils font la même chose à l’annonce de la fausse mort du héros14. Le Lancelot en prose, lui, fournit une explication pour la Fontaine qui bout, une merveille de Brocéliande15 et ainsi de suite. En vertu de ce qui a été dit plus haut sur la date de composition tardive d’Escanor et en vertu surtout des techniques narratives, ainsi que de certains personnages utilisés par Girart d’Amiens qui prouvent une bonne connaissance des romans arthuriens en prose, on pourrait expliquer le récit étiologique du Gringalet comme un trait propre à la littérature arthurienne de cette époque.

16Mais étant donné que toute la critique littéraire est plus ou moins unanime pour dire que Girart d’Amiens n’a jamais eu une seule idée originale, il semble légitime de se demander d’où il a pu s’inspirer pour attribuer au Gringalet une origine féerique.

2. Le Gringalet et le folklore

17Nous avons dit plus haut que la fée Esclarmonde, par son hostilité au monde arthurien rappelait la Morgane des romans en prose qui, à son tour, est le reflet de traditions très anciennes. En effet, la superposition de Morgane et d’Esclarmonde et la comparaison avec le folklore permettent peut-être de jeter un peu de lumière sur l’histoire, en apparence étrange, du sachet de poudre dans l’oreille du cheval : c’est un conte que l’on peut, pour reprendre le terme de L. Harf, qualifier de morganien, étant donné qu’il répond assez bien à la définition :

  • 16 L. Harf-Lancner, Les Fées au moyen âge. Morgane et Mélusine. La naissance des fées, Paris, Champio (...)

Un être surnaturel s’éprend d’un être humain et l’entraîne dans l’autre monde. Le retour du mortel parmi les siens est lié au respect d’un interdit dont la transgression provoque la mort du héros ou sa disparition définitive dans l’autre monde [...].16

  • 17 Voir Harf, op. cit., 247 et 259. Les exemples ne correspondent pas très bien à la situation dans E (...)
  • 18 Il est vrai que L. Harf (op. cit., 414-21) considère le personnage d’Esclarmonde comme une enchant (...)

18Ce n’est certes plus sous la forme la plus pure qu’apparaît dans notre roman le conte morganien, puisque Esclarmonde est maintenant, nous l’avons vu, avec Brian des Illes et puisque Escanor est à son tour marié, mais on devine aisément que le respect de l’interdit devait être lié à la conservation d’un objet ou animal magique (le plus souvent un brachet ou un anneau), symbole et garant de leur relation17 et que le Gringalet, pour Escanor, est beaucoup plus qu’une excellente monture, mais un don résolument personnel, tabou, dont personne d’autre ne doit se servir. Et c’est afin de préserver l’interdit, c’est-à-dire l’exclusivité de l’usage du Gringalet, qu’il a inventé l’artifice du sachet18.

  • 19 Arthurian Tradition and Chrétien de Troyes, New York, Columbia University Press, 1949, 156-59.
  • 20 Le Roman de Troie, t. I, éd. L. Constans, Paris, Firmin Didot, 1904, vv. 8023-25.

19R. S. Loomis, qui s’est occupé des origines du Gringalet19, croit pouvoir préciser davantage : il voit dans Esclarmonde un avatar de Morgane qui, d’après lui, offre, dans le Roman de Troie, la jument Galatée à Hector, et le don du Gringalet serait à ce moment-là un reflet du roman antique qui est à son tour l’écho d’un motif celte. Mais la tradition manuscrite du passage sur lequel se base Loomis est particulièrement embrouillée et Constans, l’éditeur du Roman de Troie, imprime par exemple20 :

Hector monta sor Galatee,
Que li tramist Orva la fee,
Que mout l’ama e mout l’ot chier (8023-25)

  • 21 Je remercie ici mon maître M.-R. Jung, qui prépare une bibliographie des manuscrits du Roman de Tr (...)
  • 22 C’est encore M.-R. Jung qui me signale que les mises en prose du Roman de Troie offrent la même im (...)

20Le nom de la fée fait difficulté : on compte, pour ce passage, 32 manuscrits qui se répartissent, au niveau du texte, plus ou moins en deux grands groupes21 : ceux qui donnent Morgant(S1), Morgain (M1) etc., comme le voudrait Loomis, et qui sont au nombre de sept ou huit en tout, et les autres, 22 ou 23 au total, qui donnent Orva, Orna, Ornains Orains et ainsi de suite. Un copiste (A1) a même contourné la difficulté en écrivant Panthesilee et un autre (H) a écrit "Que li avoit doné li fee" en omettant la mention du nom22.

21Bref : il me semble que l’on a affaire, ici, à une tentative, de la part de certains copistes, de sauver, en écrivant un nom comme Morgain, un vers qui, offrant un anthroponyme peu courant, leur restait incompréhensible et qui devait être la lectio difficilior.

22Il me paraît par conséquent un peu hasardeux d’admettre avec Loomis, sur la seule base de ce passage de Benoît, comme modèle pour Girart d’Amiens un conte celte. Je préférerais trouver, sans le moins du monde exclure des influences venues du folklore, d’autres sources écrites. Est-ce que le Gringalet apparaît ailleurs, lié à la féerie ?

3. Le Gringalet dans la tradition arthurienne

3.1 Les romans en vers

  • 23 G. D. West, An Index of Proper Names in French Arthurian Verse Romances. 1150-1300, Toronto 1969, (...)

23Grâce aux répertoires des noms propres de West23, les occurrences du Gringalet dans la littérature arthurienne sont aisément repérables :

  • 24 éd. M. Roques, Paris, Champion 1952 (CFMA 80), vv. 3930-4075.

24On constate que, dès l’Erec de Chrétien, le Gringalet apparaît associé au nom de Gauvain. A un point tel, on s’en souvient, que Keu, ayant pris le Gringalet sans demander la permission du neveu d’Arthur et s’étant fait renverser par Erec, est très embarrassé de perdre ainsi le cheval. De peur de s’attirer la colère de Gauvain, il se met à parlementer pour qu’Erec lui permette de récupérer la monture.24

25Si cet épisode rappelle vaguement celui où, dans l’oeuvre de Girart, l’oncle prend la monture sans avoir demandé la permission à Escanor le Bel, il n’est nulle part question des origines du Gringalet.

  • 25 Raoul de Houdenc, Vengence Radiguel, éd. M. Friedwanger, Halle, 1909.
  • 26 L’Atre Perilleux, éd. B. Woledge, Paris, Champion, 1936 (CFMA 76).

26Celles-ci ne sont pas non plus mentionnées dans les autres romans en vers, où pourtant le Gringalet apparaît assez constamment en compagnie de Gauvain. Seuls deux romans lui accordent un rôle un peu plus important où Gauvain fait effectivement preuve d’un attachement exceptionnel pour sa monture : la Vengence Radiguel25 et L’Atre Perilleux26.

  • 27 Etant donné que le nom de Gringalet n’apparaît pas dans cette scène, c’était peut-être un autre ch (...)

27Dans la Vengence Radiguel (983ss) le Noir Chevalier, un personnage peu recommandable, s’est emparé du Gringalet et s’apprête à se battre contre Gauvain qui, lui, est à pied. Ne voulant pas tuer le Gringalet pour pouvoir lutter à conditions égales, il se met à discuter, louant les qualités extraordinaires de l’animal, soulignant combien il serait stupide si l’autre l’obligeait à tuer une bête aussi irremplaçable et - parvient vraiment à convaincre son adversaire. Plus loin dans le poème (5510ss), un autre personnage lui tue effectivement son cheval pour l’empêcher de le poursuivre. Gauvain est triste, mais moins pour le cheval que pour le fait que son adversaire lui échappe27.

28Si c’est vraiment le Gringalet qu’on a tué, Raoul de Houdenc, le poète, a donc laissé passer deux occasions en or pour faire allusion à ses origines féeriques, s’il les a connues.

29L’auteur de l’Atre Perilleux ne fera guère mieux (2355ss) : Gauvain, ayant habilement tué le cheval d’un adversaire, se dépêche de mettre son Gringalet à l’abri pour que l’autre ne lui rende pas la pareille. Pas une syllabe sur les origines surnaturelles du Gringalet qui lui conféreraient une valeur particulière.

3.2. Les romans en prose

  • 28 op. cit., 157.
  • 29 The Vulgate Version of the Arthurian Romances, vol. II, éd. O. H. Sommer, AMS Press, New York, 197 (...)

30Quelle est la situation dans les romans en prose ? Déjà Loomis28 a fait remarquer que le Gringalet apparaissait aussi dans la Suite-Vulgate29 et qu’on y trouvait une version différente concernant la prise de possession de l’animal par Gauvain.

31C’est en effet le roi saxon Clarion, adversaire d’Arthur, qui détient, à l’origine, le Gringalet. Lot, Gauvain et ses frères partent en éclaireurs contre les Saxons et voient le roi Clarion :

  • 30 éd. cit., 339, 11. 35-38.

cil chevauchoit le Gringalet, .j. cheual qui ensi avoit non por sa grant bonté. Car li contes dist que por .x. lieues coure ne li batissent ja li flanc ne li costé ne ja poel ne l’en suast sor la crupe ne sor l’espaule.30

  • 31 "Sire, fait mesire Gavaine, je ai gaaigniet .j. tel cheval que je ne donroie mie por le chastel de (...)

32Gauvain, dès qu’il a vu la monture, la désire tellement qu’il reste en arrière et se fait rattraper par les Saxons, menés, évidemment, par Clarion qui a le cheval le plus rapide (341, 11. 244-27). Gauvain désarçonne le Saxon et saisit le Gringalet, puis rejoint son père et ses frères s’exclamant qu’il n’échangerait pas son nouveau cheval contre le château de Glouchedon31.

33Voilà donc une autre version de la conquête du Gringalet par Gauvain. Il n’est toujours pas question de fée, à la limite on pourrait évoquer les origines non chrétiennes du roi des Saxons, pour y déceler des traits surnaturels, mais le texte n’y invite pas.

  • 32 Petit Robert, Paris, S.N.L., 1973.

34Il pose, en revanche, outre le problème de l’endurance, dont nous parlerons plus loin, celui du nom : on nous dit qu’il s’appelait Gringalet "por sa grant bonté". Or, aujourd’hui, qualifier quelqu’un de "gringalet", c’est dire qu’il "est de petite taille", "de corps maigre et chétif"32, pour citer le Petit Robert. Voilà qui ne convient guère à un imposant cheval, à moins qu’il ne s’agisse d’une antiphrase. Le Dictionnaire étymologique de Bloch et von Wartburg n’est pas très éclairant non plus et propose le cheminement inverse :

  • 33 O. Bloch, W. v. Wartburg, Dictionnaire Etymologique de la Langue Française, Paris, PUF, 1964, s.v. (...)

Gringalet [...] nom propre du cheval de Gauvain [...] aura été dit, par antiphrase, d’un cheval chétif, puis appliqué à l’homme.33

  • 34 Nous avons, dans la tradition française, la forme "guingalet", voir par exemple la note au vers 62 (...)
  • 35 Voir Loomis, op. cit., 158s.

35Cette explication n’apporte rien pour la compréhension de notre passage, il faut remonter plus loin. Les celtologues qui se sont penchés sur l’étymologie de "Gringalet" ont proposé, en partant de "Keincaled"34, "beau et dur" ou "blanc et dur"35, ce qui convient assez bien. Nous en reparlerons.

  • 36 The Vulgate Version of the Arthurian Romances, vol. VII, éd. O. H. Sommer, AMS Press, New York 197 (...)

36Dans le Livre d’Artus36, le dernier roman arthurien en prose dont je vais m’occuper ici, le Gringalet apparaît très fréquemment : chaque fois que Gauvain s’arme, on mentionne également sa monture. Certaines occurrences, bien que brèves, apportent cependant une touche nouvelle au caractère de l’animal.

37Ainsi, quand les chevaliers d’Arthur partent à la poursuite de Guenièvre, qui a été enlevée, le Gringalet, à l’entrée d’un val, seul avec Merlin et Gauvain en tête des poursuivants, lance plein d’ardeur un hennissement :

  • 37 éd. cit., 67, 11. 3-5.

& quant li chevals sent [...] la friente des chevals qu’il sent venir, si grate des piez devant la terre & secost la teste & dreice contremont & hennist si clerement que toute la valee en retentist & sone environ pres de deus liues.37

  • 38 ibid., 11. 8-9.
  • 39 ibid., 1. 11.

38Arthur reconnaît immédiatement la voix du Gringalet et il n’est pas le seul : "& quant li morois que Eliezer chevauchoit entent le Gringalet & il li respont."38 "& la roine, qui bien entendi la voiz du Gringalet comence un petit a sorrire"39.

  • 40 "& si ferai donner a vostre Gringalet de l’aveine a plenté & [le ferai] aaisier que il ne hennist (...)
  • 41 On peut en rapprocher un autre passage, plus bref, de la Suite-Vulgate où l’on dit que Gauvain dev (...)

39La voix du Gringalet doit donc être bien particulière pour qu’elle soit reconnue non seulement par les autres chevaliers et la reine, mais aussi par le cheval d’Eliezer. Son hennissement extraordinairement fort sera encore mentionné plus loin dans le récit, quand une demoiselle se dépêche de lui donner de l’avoine pour qu’il ne fasse pas de bruit40. Ces hennissements sont, en outre, la première fois dans la littérature française médiévale que le Gringalet prend une initiative et exprime une volonté, bref : qu’il cesse d’être un objet et devient personnage41.

40Ces remarques nous mènent définitivement aux frontières du genre romanesque, dont nous avons, pour ce qui est du Gringalet, fait le tour complet, et nous devons maintenant nous tourner vers les chansons de geste.

4. Un Gringalet dans la tradition "épique" ?

41C’est en effet dans l’épopée que les chevaux jouent un rôle plus important. J. Bichon, qui a examiné les animaux dans la littérature médiévale, écrit :

  • 42 L’Animal dans la littérature française au xiie et au xiiie siècles, Lille, Atelier de Réproduction (...)

A partir de 1160, on trouve dans la plupart des chansons de geste un cheval remarquable. [...] Peu de chansons sont dépourvues de ce trait qui semble presque devenu, à cette époque, un trait obligé.42

42Par la suite, il parle du cheval promu au rang de personnage à part entière, qui intervient comme Marchegai dans Aioul, qui combat, comme le cheval de Fierabras, ou qui est aimé de son cavalier comme Flori, la monture de Gerbert de Metz et nombre d’autres. Tous ces traits ne se rencontrent jamais autour du Gringalet, on ne lui parle pas, (sans doute d’ailleurs parce qu’il ne comprendrait pas) il n’est pas l’objet d’une affection particulièrement forte de la part de Gauvain et quand celui-ci essaie de le préserver, c’est parce que c’est un cheval excellent, irremplaçable et non pas parce qu’il y a un lien affectif entre eux. Encore moins le cheval développe-t-il, dans le roman arthurien en vers, un quelconque caractère, il reste accessoire du chevalier et, dans l’économie du récit, ornement.

43Je verrais cependant un lien entre le Gringalet tel qu’il figure dans la Suite-Vulgate et le Livre d’Artus et un cheval épique particulier : il s’agit de Bayart, le plus célèbre de tous les chevaux. Dans la dernière partie de cet exposé, je tâcherai donc de montrer les rapports qui peuvent exister entre lui et le Gringalet, d’abord celui des romans en prose et puis avec le Gringalet mis en scène par Girart d’Amiens.

44Mon point de départ sera la description du Gringalet de la Suite-Vulgate citée plus haut :

Car li contes dist que por .x. lieues coure ne li batissent ja li flanc ne li costé ne ja poel ne l’en suast sor la crupe ne sor l’espaule. (339, II. 35-38)

  • 43 F. Dubost, Aspects fantastiques de la littérature narrative médiévale (xiième-xiiième siècles. L’A (...)
  • 44 Notons en passant que le possesseur de ce cheval s’appelle Clarion, comme dans la Suite-Vulgate.

45F. Dubost, dans sa thèse récente, a relevé un certain nombre de traits qui constituent le cheval faé ; l’endurance marquée par l’absence de sueur en est un43 : à part Broiefort, le cheval d’Ogier, et Bayait, de telles montures apparaissent dans Fierabras44 et Bueve.

  • 45 op. cit., 159.
  • 46 op. cit., 446. Les chevaux faés des Sarrasins sont en général multicolores.

46Un autre point en commun entre le Gringalet et le cheval faé est la couleur : nous avons vu que l’étymologie de "Gringalet" proposée par les spécialistes renvoyait plutôt à un cheval blanc, ce qui est la couleur habituelle d’un cheval surnaturel dans le domaine celte, comme Loomis n’a pas manqué de faire remarquer45. F. Dubost, de son côté, souligne que la robe blanche du cheval des légendes, annonciateur de malheurs, devait justement être abandonnée, au profit d’un roux indécis, dans le cas de Bayart pour qu’il puisse passer pour une "monture bénéfique"46 Le Bayait primitif, si l’on peut dire, est donc de la même couleur que le Gringalet.

  • 47 Baiart le bon destrier öi si fort henir
    Que l’isle de Boscan en fet tote tentir, (969-70) et
    Baiart (...)

47On pourrait aussi ajouter le très violent hennissement du Gringalet de la Suite-Vulgate qui n’est pas sans rappeler celui de Bayart qui déchire le silence nocturne de l’Ile Fumante dans le Maugis d’Aigremont47.

  • 48 Dubost, op. cit., 447, note 43 [=vol II., 914].

48Reste la façon dont on entre, dans l’épopée, en possession du cheval : le mode le plus normal, pour ainsi dire, c’est la conquête. On conquiert habituellement le cheval sur un ennemi particulièrement prestigieux, dans la chanson de geste, sur un païen. Ce sont des chevaux qui viennent d’ailleurs, qui ont appartenu à l’autre48, comme le Gringalet de la Suite-Vulgate, s’apparentant de par leur origine aux chevaux faés. De là à la conquête du cheval sur des puissances surnaturelles, il n’y a qu’un pas. Tel est le cas de Maugis d’Aigremont qui obtient Bayart en combattant démons et dragons. Mais Maugis n’agit pas tout seul, et c’est ici que j’essayerai de revenir à Escanor : Maugis, dans un premier temps, est guidé par la fée Oriande, qui l’a élevé et dont il est aussi l’amant. Elle lui parle du cheval et des dangers qui l’entourent et lui accorde la permission de tenter l’aventure :

  • 49 éd. cit., vv. 696-97.

Amis, ce dit la fee, il vos est otroiez.
Alez hardïement, ne soiez esmaiez.49

49On peut interpréter cela comme un don. En tout cas, le don du cheval par une fée deviendra assez courant dans la chanson de geste : on a notamment des passages assez curieux dans certaines versions de Renaut de Montauban, qui constitue, après Vivien de Monbranc, la suite chronologique de Maugis d’Aigremont, racontant les aventures de Bayart avec son nouveau maître Renaut. On y lit (c’est Renaut qui parle) :

  • 50 L’Episode Ardennais de "Renaut de Montauban", édition synoptique des versions rimées par J. Thomas (...)

Ja mengerons Baiart a la crupe truillee
qu’en espaus [forêt] me dona Oriende la fee50

50Comme si c’était Oriande qui lui avait fait don de sa monture. Un autre manuscrit (C, v. 1921) donne pour le vers correspondant "Que l’autrier me donna Orguellouse la fee". Ce même manuscrit a déjà associé (v. 57) Bayart à Morgue une fois. C’est elle qui s’en serait occupée quand il était petit.

  • 51 Le Bâtard de Bouillon, éd. R. F. Cook, Genève, Droz, 1972 (TLF 187)

51Et dans le Bâtard de Bouillon, c’est Arthur en tant que roi de Féerie, assisté d’ailleurs par Oriande, qui confie a Hugues de Tabarie le cheval Blanchard51.

  • 52 Voir l’éd. P. Ruelle pour Huon de Bordeaux, (PUF 1960) et, pour les suites, B. A. Brewka, Thèse Na (...)
  • 53 Voir à ce sujet A. Moisan, Répertoire des noms propres [...] cités dans les chansons de geste, Gen (...)
  • 54 Voir l’index les noms propres de l’éd. d’A. Saly.

52De tout cela on peut légitimement conclure qu’il existait, à l’époque où écrivait Girart d’Amiens, une tradition littéraire du don du cheval par une fée. Le nom propre "Esclarmonde" utilisé dans Escanor prouve qu’il connaissait la tradition épique, car "Esclarmonde" renvoie évidemment à Huon de Bordeaux et ses suites52, les seuls textes où elle ait le statut de fée53. Son nom apparaît bien entendu aussi dans les oeuvres autour de Renaut de Montauban, mais elle y est, comme d’ailleurs dans Huon de Bordeaux même, simplement une païenne convertie. On peut être presque sûr que Girart d’Amiens connaissait les deux cycles, car il utilise, dans son Méliacin, le nom d’Oriande54.

5. Conclusions

  • 55 Etant donné que les romans arthuriens en vers ignorent ce motif, je serais plutôt enclin à penser, (...)

53En conclusion on peut penser que le don du Gringalet, dans Escanor, est le don du cheval épique, faé, calqué sur le don de Bayart et réutilisant peut-être une tradition du folklore55. Cela constitue donc le cas assez intéressant d’un récit étiologique puisé dans un autre genre littéraire. Seulement, en passant d’un genre à l’autre, le cheval faé perd son caractère, il abandonne toutes ses qualités fantastiques et rentre dans les rangs des autres chevaux des romans arthuriens en vers : comme Passelande, Morel, Passebreuil et d’autres, il ne sera plus qu’un nom, prestigieux certes, mais plus un personnage narratif.

Notes

1 Der Roman von Escanor, éd. H. Michelant, Tübingen, 1886 (Bibliothek des Litterarischen Vereins Stuttgart 178). Toutes les références vont à cette édition.

2 Nous suivons ici la thèse dactylographiée d’A. Saly, Edition critique du "Méliacin" de Girart d’Amiens, accompagnée d’une étude historique et littéraire, Lille, Atelier de Réproduction de Thèses, 1977, vol.I, 64-70, et nous y renvoyons pour de plus amples renseignements.

3 Edité récemment par A. Saly, Méliacin ou le cheval de fust, Aix-en-Provence, CUERMA, 1990, (Senefiance 27).

4 Toujours inédit.

5 Travaux de Linguistique et de Littérature, 19 (1981), 7-16.

6 A. Saly, "La date du Charlemagne de Girart d’Amiens", Au carrefour des routes d’Europe : La Chanson de geste, Aix-en Provence, CUERMA, 1987, t. II, (Senefiance 27) 975-81.

7 G. Brault, "Arthurian Heraldry and the date of Escanor", BBSIA 11 (1959), 81-8.

8 Mais il [Gauvain] voit que li fainz l’argüe
et si ne boit ni ne menjüe :
ce n’avint onques mais de beste,
car d’autre part torne la teste
mais que la viande ait flairie. (20029-33)

9 ainz d’un cheval si courechiez
ne fui mais ne si esmeüs
et si en ai de bonz eüs
de mors, de perduz, de conquis ;
mais ainz mais pour nul si aquis
ne fui [...] (20054-59)

10 Et pour les genz faire muser,
faisoit sovent tez moqueries
et autres granz deableries
que par enchantement faisoit,
dont les gens sovent amusoit [=trompait]. (15760-64)

11 Voir, par exemple, A. Micha, "Miscellaneous French Romances in Vers", dans Arthurian Tradition in the Middle Ages, éd. p. R. S. Loomis, Oxford, Clarendon Press, 1959, 389-91. Que Brian et Escanor, à la fin du roman, se soient réconciliés avec la civilisation arthurienne n’empêche pas ce rapprochement avec le personnage de Morgane, ennemie implacable et finalement triomphante, mais s’explique par l’esthétique propre aux romans arthuriens en vers : c’est un monde essentiellement serein où tout finit bien.

12 "Romans en vers et romans en prose", ds : GRLMA, vol. IV, t. 1, Heidelberg, Winter, 1978, 79.

13 E. Löseth, Le Roman en prose de Tristan, Genève, Slatkine Reprints, 1974 [= Paris 1890] (Bibliothèque de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes 82), paragraphe 570.

14 op. cit., vv. 8871-89.

15 Voir E. Baumgartner, "Le Lion et sa peau, ou les aventures d’Yvain dans le Lancelot en prose", PRIS-MA III/2 (1987), 93-102, (98 pour la "fontaine qui bout"). L’article démontre cependant aussi une autre tendance des romans en prose : celle de la réécriture, d’une utilisation du matériel légué, qui est volontairement contraire à la tradition.

16 L. Harf-Lancner, Les Fées au moyen âge. Morgane et Mélusine. La naissance des fées, Paris, Champion, 1984 (Nouvelle Bibliothèque du Moyen Age 8), 10.

17 Voir Harf, op. cit., 247 et 259. Les exemples ne correspondent pas très bien à la situation dans Escanor.

18 Il est vrai que L. Harf (op. cit., 414-21) considère le personnage d’Esclarmonde comme une enchanteresse-illusionniste plutôt que comme une fée. Mais les exemples qu’elle donne montrent que, dès le XIIe, les textes mettent scène des fées qui ont appris leur science comme Esclarmonde, qui est une disciple de Virgile.

19 Arthurian Tradition and Chrétien de Troyes, New York, Columbia University Press, 1949, 156-59.

20 Le Roman de Troie, t. I, éd. L. Constans, Paris, Firmin Didot, 1904, vv. 8023-25.

21 Je remercie ici mon maître M.-R. Jung, qui prépare une bibliographie des manuscrits du Roman de Troie, d’avoir mis à ma disposition une partie de ses notes et de m’avoir orienté dans le labyrinthe des manuscrits.

22 C’est encore M.-R. Jung qui me signale que les mises en prose du Roman de Troie offrent la même image : le nom manque dans la Prose 1 (éd. L. Constans/E. Faral, Paris, Champion, 1922, 69), Prose 2 donne "Horva", Prose 3 "Penthesilee", Prose 4 (éd. F. Veillard, Genève, Fondation Bodmer, 1979, 63) "Orans" et Prose 5 "Morgane". Chez Guido delle Collonne et toute la tradition postérieure, le nom de la fée est omis, seul est conservé "Galatee", le nom du cheval.

23 G. D. West, An Index of Proper Names in French Arthurian Verse Romances. 1150-1300, Toronto 1969, et An Index of Proper Names in French Arthurian Prose Romances, Toronto 1978.

24 éd. M. Roques, Paris, Champion 1952 (CFMA 80), vv. 3930-4075.

25 Raoul de Houdenc, Vengence Radiguel, éd. M. Friedwanger, Halle, 1909.

26 L’Atre Perilleux, éd. B. Woledge, Paris, Champion, 1936 (CFMA 76).

27 Etant donné que le nom de Gringalet n’apparaît pas dans cette scène, c’était peut-être un autre cheval.

28 op. cit., 157.

29 The Vulgate Version of the Arthurian Romances, vol. II, éd. O. H. Sommer, AMS Press, New York, 1979 [= Washington, Carnegie Institution, 1908]

30 éd. cit., 339, 11. 35-38.

31 "Sire, fait mesire Gavaine, je ai gaaigniet .j. tel cheval que je ne donroie mie por le chastel de Gouchedon, & por ce que esprover le voloie, estoie je arriere remés. Si l’ai tel trové que nul millor ne convient a querre en nule terre" (342, 11. 10-13).

32 Petit Robert, Paris, S.N.L., 1973.

33 O. Bloch, W. v. Wartburg, Dictionnaire Etymologique de la Langue Française, Paris, PUF, 1964, s.v. GRINGALET. De plus, il se pourrait que le sens ait été fortuitement doublé par le suisse alémanique "grängell" ("homme chétif") introduit par les mercenaires.

34 Nous avons, dans la tradition française, la forme "guingalet", voir par exemple la note au vers 6209 dans l’éd. Hilka du Perceval, Halle, Niemeyer, 1932, 736.

35 Voir Loomis, op. cit., 158s.

36 The Vulgate Version of the Arthurian Romances, vol. VII, éd. O. H. Sommer, AMS Press, New York 1979 [= Washington, Carnegie Institution 1916]

37 éd. cit., 67, 11. 3-5.

38 ibid., 11. 8-9.

39 ibid., 1. 11.

40 "& si ferai donner a vostre Gringalet de l’aveine a plenté & [le ferai] aaisier que il ne hennist car trop seroit oïz de loing." (ibid., 274, 11. 45-46.)

41 On peut en rapprocher un autre passage, plus bref, de la Suite-Vulgate où l’on dit que Gauvain devait le tenir par le licol, quand ils dormaient en pleine campagne, puisqu’il ne supportait pas les autres chevaux, "car il estoit anieus entre les autres chevaus" (éd. cit., 363, 11. 15-16.).

42 L’Animal dans la littérature française au xiie et au xiiie siècles, Lille, Atelier de Réproduction de Thèses, 1976, 323.

43 F. Dubost, Aspects fantastiques de la littérature narrative médiévale (xiième-xiiième siècles. L’Autre, l’Ailleurs, l’Autrefois, Paris, Champion, 1991, (Nouvelle Bibliothèque du Moyen Age 15), 437.

44 Notons en passant que le possesseur de ce cheval s’appelle Clarion, comme dans la Suite-Vulgate.

45 op. cit., 159.

46 op. cit., 446. Les chevaux faés des Sarrasins sont en général multicolores.

47 Baiart le bon destrier öi si fort henir
Que l’isle de Boscan en fet tote tentir, (969-70) et
Baiart le bon destrier ot braire à longue alaine
tot en tentist Boscan aval dusqu’en l’araine. (981-2)
éd. Ph. Vernay, Berne, Francke, 1980 (Romanica Helvetica 93) laisses XXXIV et XXXV.

48 Dubost, op. cit., 447, note 43 [=vol II., 914].

49 éd. cit., vv. 696-97.

50 L’Episode Ardennais de "Renaut de Montauban", édition synoptique des versions rimées par J. Thomas, Bruges, 1962, vol. III, vv. 1856-57. [ms N].

51 Le Bâtard de Bouillon, éd. R. F. Cook, Genève, Droz, 1972 (TLF 187)

52 Voir l’éd. P. Ruelle pour Huon de Bordeaux, (PUF 1960) et, pour les suites, B. A. Brewka, Thèse Nashville, Vanderbilt University, 1977. (UMI Ann Arbor). Pour Godin, l’éd. F. Meunier, Louvain, 1958, y apparaissent et Esclarmonde et (Gl)oriande. En fait, le nom rappelle aussi Clarmondine qui apparaît dans le Cléomadés que Girart a certainement connu.

53 Voir à ce sujet A. Moisan, Répertoire des noms propres [...] cités dans les chansons de geste, Genève, Droz, 1986, 5 vol., s. v. Esclarmonde, Oriande (mais voir aussi Gloriande).

54 Voir l’index les noms propres de l’éd. d’A. Saly.

55 Etant donné que les romans arthuriens en vers ignorent ce motif, je serais plutôt enclin à penser, dans le cas de Girart d’Amiens, à des influences littéraires et non pas à des traditions orales.

Auteur

Université de Zürich

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540