Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cheval dans le monde médiéval

Le cheval et le poète. Hippiatrie et écriture

L'exemple de Guillaume de Machaut, de Jean Froissart et du Dit du hardi cheval

Bernard Ribemont

Texte intégral

  • 1 Les références à ces textes seront faites dans les éditions suivantes : Pour Froissait et Machaut, (...)
  • 2 On peut en effet penser qu'il s'agit ici d'une dénomination familière pour un cheval à la robe gri (...)

1Je voudrais ici mettre trois textes en regard : le Dit dou cheval de Guillaume de Machaut, l'anonyme Dit du hardi cheval et le Debat dou cheval et dou levrier de Jean Froissart1. Les deux premiers textes peuvent en fait être considérés d'un même point de vue ; il s'agit de textes courts, dont la thématique est identique : un homme désire vendre son cheval et, pour ce faire, il en vante tous les défauts. Ces deux textes appartiennent ainsi à la même catégorie : le boniment de jongleur. Le texte de Froissart, mettant en scène un cheval et un lévrier doués de parole est un débat ; débat à comprendre dans le registre du divertissement et non dans la perspective traditionnelle de la casuistique amoureuse. Les partenaires du débat ne sont pas le support d'allégories ou de métaphores animales à travers lesquelles l'auteur entendrait proposer un message ou une leçon. Nous avons simplement affaire à un jeu d'écriture. On connaît toutefois l'influence que Machaut a pu exercer sur Froissart. Il ne s'agit pas ici de prétendre que le poème de ce dernier a été directement influencé par le Dit dou cheval, les textes étant par trop éloignés l'un de l'autre. Toutefois, le nom de Grisel choisi par Froissart pour son cheval, s'il n'a rien de très original en soi, renvoie quand même à Machaut2. Ce dernier, dans le Jugement dou roy de Navarre, indique bien qu'il chevauche un palefroi nommé Grisart :

Se montay seur mon palefroy
Grisart qui poitoit l'ambeüre
Moult souëf et de sa nature (éd. Hoepffner, vv. 488-90)

2Les deux poèmes mettent donc en scène un cheval et, dans des directions très différentes, voire opposées, proposent chacun une image littéraire de cet animal, chacune de ces images permettant d'éclairer la place que le cheval peut avoir dans une écriture et au delà, dans une mentalité. Le texte de Froissart, d'une tonalité plaisante, donne l'image de l'animal familier, du compagnon. Celui de Machaut, comme le texte anonyme, en se voulant ironiques, sont aussi le prétexte à l'emploi de termes techniques, ce qui est également révélateur, à un autre titre, des rapports entre l'homme médiéval et la race chevaline.

3Remarquons tout d'abord que le texte de Froissart met en jeu deux animaux familiers de l'homme médiéval ; le cheval, indispensable au chevalier comme au voyageur et le lévrier qui fait référence, en tant que chien, à la chasse, mais aussi à la vie domestique. Ce chien est un compagnon du foyer, il est aussi symbole de la fidélité. L'introduction du Debat fixe un cadre familier, voire intime, tout en soulignant que l'auteur aime à voyager. Le lecteur a devant lui un tableau, somme toute assez tranquille, d'un homme chevauchant, accompagné de son chien :

Froissars d'Escoce revenoit
Sus un cheval qui gris estoit ;
Un blanc levrier menoit en lasse. (vv. 1-3)

4On remarquera que les deux animaux sont tous deux bien marqués. La couleur est précisée, ce qui les met sur un même plan. De plus, le chien ne circule pas librement à côté du cheval ; il est tenu en laisse, ce qui l'oblige d'une part à suivre l'allure du cheval, à ne pas non plus s'éloigner, ce qui autorise le débat. D'autre part, il est comme son compagnon lié à son maître. De ce point de vue également, ils sont sur un pied d'égalité.

5C'est le lévrier qui ouvre le débat en s'adressant au cheval qu'il désigne de son nom, Grisel. C'est le nom du cheval du poète, nom que l'on retrouve dans les Chroniques. Cette interpellation par le nom contribue à donner un cadre de vraissemblance au débat, à souligner un effet de réel. Il marque en outre le caractère particulièrement familier du cheval. Ce dernier en effet est identifié, son nom est prononcé ; on sait l'importance accordée à la révélation du nom dans l'écriture médiévale. Le regard porté ici sur Grisel s'incline donc instantanément vers la sympathie. De plus, cette dénomination me paraît emblématique du statut de l'animal par rapport au poète. Le cheval nommé, en effet, c'est le compagnon du chevalier. Sans prétendre faire un parallèle abusif entre Grisel et, par exemple, le Gringalet de Gauvain, la dénomination du cheval de Froissart me paraît devoir être considérée par rapport à la place que l'écrivain entend occuper. Il faut pour cela considérer les Chroniques dans lesquelles Froissart se montre avec beaucoup de complaisance un familier des princes et des chevaliers dont il est un interlocuteur privilégié (pensons à son récit de Meliador à Gaston Fébus) et dont il met en mémoire, pour exemple et pour la postérité, les « belles apertises ». Froissart sur son cheval, compagnon d'aventure et de voyage, c'est peut-être le tableau de l'écrivain de la chevalerie, c'est, dans l'inconscient de l'auteur, le pendant littéraire du chevalier errant.

  • 3 Traité d'hippiatrie de Jordanus Rufus, éd. Brigitte Prévot, dans La science du cheval au Moyen Age(...)

6Le débat débute sur une plainte du lévrier, déplorant sa fatigue et sa faim. Ce à quoi le cheval peut légitimement répondre que lui doit porter cavalier et fardeau. L'évolution du dialogue permet de donner les qualités du cheval, en opposition à celles du chien. Grisel est « grans, gros et quarrés » (v. 13). Remarquons que les qualités de grandeur et de force prêtées au cheval du poète sont celles que, traditionnellement, on trouve chez l'animal portant le chevalier. Toutefois, ces qualités sont atténuées par l'adjectif « gros », se rapportant plutôt au roncin et peut-être aussi par la couleur évoquée dans le nom de Grisel ; le destrier en effet est en général blanc, s'il s'agit d'un bon chevalier, ou noir, s'il s'agit d'un mauvais. Le cheval du poète, vu sous cet angle, emblématise en quelque sorte l'ambiguïté du statut de l'écrivain. Nous y reviendrons. En fait la nature a essentiellement conçu le cheval pour être au service de l'homme : « Et tu es ordonnés et fes/Pour porter .I. homme et son fes » (vv. 21-22) déclare le lévrier à Grisel. On remarquera ici l'emploi du verbe « ordonner » si cher à Froissart. Comme la société du chroniqueur se doit d'être bien ordonnée selon les critères chevaleresques, le monde est aussi fait à l'ordonnance de la nature et il est à ce titre harmonieux : le cheval est fait pour porter, le lévrier pour « esbanoier » et pour garder le logis (« Or garde l'ostel » (v.67)). Après les qualités de chacun, est exposé ce que l'on pourrait appeler leur quotidien : nourriture et soins. Froissart nous donne ainsi le détail des soins familiers du cheval. Lorsque le voyageur arrive à l'« ostel », il fait donner de l'avoine à son cheval et le couvre pour lui éviter un refroidissement : « Et, s'il voit qu'aies eü painne/Sus ton dos jettera sa cloque » (vv. 26-27). Le cheval qui a sué doit être couvert. Jordanus Rufus note bien qu'il faut prendre garde à ce que le cheval ne soit pas « refroidié ». Il cite pour sa part l'exemple du cheval qui « est mis en une estable trop chaude puis est chaciez soudenement au vent »3. Le soir Grisel a droit, selon les dires du lévrier, aux bons soins de son maître :

On te frote, grate et estrille,
Et te cuevre on pour la morille
Et si te nettie les piés. (vv. 53-55)

  • 4 Ed. cit., pp. 222-24.
  • 5 L. Moulé, Glossaire vétérinaire médiéval, « Janus », Archives internationales pour l'histoire de l (...)
  • 6 Voir B. Prévot, op. cit., p. 232.
  • 7 Machaut l'utilise dans ce sens dans le Jugement du roy de Navarre, v. 336.

7A. Fourrier, après avoir signalé le sens de « maladie d'un animal causant sa mort ou de bête crevée », sens attesté d'après Godefroid et Tobler-Lommatzsch, traduit « morille » par colique en justifiant son choix d'après un passage des Chroniques où Froissart note les maux d'une troupe de soldats atteints de dysenterie à la suite d'un « chaud-froid »4. La démonstration paraît convaincante. On peut toutefois signaler le sens rattaché aux epizooties, signalé par le Glossaire vétérinaire médiéval de L. Moulé5. Moulé donne comme synonyme les termes « mur » et « mour ». Or il existe une maladie précise du cheval désigné par ce terme, du latin murus. Il s'agit d'un papillome congénital que Rufus désigne aussi sous le vocable de « poriax »6. Faut-il penser que l'emploi de « morille » par Froissart est issu d'une contamination sémantique du mot, ou d'un jeu sur une polysémie. Le terme, assez populaire dans le sens de « bête crevée », prend un sens plus « médical » dans le sens d'épizootie ou d'épidémie7, et s'orne d'une dimension plus savante en référence à l'hippiatrie. Il est bien sûr impossible de trancher quelle est l'intention exacte de Froissart et si il joue consciemment sur le côté savant du mot.

8Après ces conseils d'hygiène, un bon repas d'avoine et c'est l'heure du coucher :

Et puis on te fait ta littiere
De blans estrain ou de flechiere
La ou tu dois reposer, (vv. 61-63)

9Si l'on ne peut à proprement parler de termes techniques, Froissart toutefois emploie un vocabulaire précis, bien que très courant, pour décrire chaque étape de la journée du cheval. Somme toute, la seule chose dont le cheval de Froissart peut véritablement se plaindre est le coup d'éperon qu'il reçoit lorsqu'il ne va pas suffisamment bon train :

Mes, quant je ne vois un bon trot,
Je n'en parlera a moi mot,
Ains dou debout de ses talons
Me frera de ses esporons,
Si qu'a la fois me fait hanir. (vv. 43-47)

10Il serait très exagéré de chercher dans le Debat dou cheval et dou levrier un témoignage d'une connaissance approfondie sur le cheval, une quelconque trace de savoir hippiatrique. Si Froissart, par le truchement des paroles du lévrier, marque bien les étapes de la journée du cheval, il le fait avec des termes très courants. Ce petit texte sans prétention présente une figure littéraire d'un cheval habile dans le dialogue et finalement porteur d'une sagesse tranquille et familière. C'est Grisel qui clôt le débat en annonçant qu'il est bien temps de manger, montrant indirectement qu'il faut savoir prendre la vie du bon côté. Dans le ton général du poème, on retrouve en dernier lieu ce côté optimiste de l'écriture froissardienne, ici dans une morale somme toute très classique : à chacun son fardeau, mais, finalement, la vie comporte bien de moments agréables à passer, à condition de ne pas aller chercher trop loin son bonheur. Qu'importe l'éperon si l'avoine est bonne !

  • 8 « C'est, en un certain sens, un de ces petits poèmes ayant pour objet d'exposer, parfois les mérit (...)
  • 9 Voir l'étude remarquable, Un engin si soutil. Guillaume de Machaut et l'écriture au xive siècle, P (...)

11Le cheval que Guillaume de Machaut entend vendre est fort éloigné de l'agréable causeur de Froissart. Il s'agit d'un étalon possédant, selon le boniment du vendeur, toutes les tares du monde. L'animal est en fait le prétexte à un jeu sur les mots basés sur le principe de l'accumulation, dans un registre forcé qui doit prêter à rire. Il s'agit d'une « bourde », selon le terme employé par G. Raynaud, jeu d'écriture dans lequel l'auteur semble descendre dans la rue ou sur le champ de foire pour se métamorphoser en jongleur ou marchand. Dans le même registre, on pense au Dit de l'herberie de Rutebeuf où le poète se livre également à la joie de dérouler sur un ton de farce une liste anarchique, amphigourique et surtout bien fournie de termes d'herboristerie ou de pharmacopée. A propos du Dit du hardi cheval, P. Meyer rapproche cette littérature du genre du blason, fort pratiqué à la fin du Moyen Age et à la Renaissance8. Je pense que ce n'est pas tout à fait dans cette direction qu'il faut conduire l'analyse. On sait en effet que les poètes, surtout à partir du xiiie siècle, tiennent à se démarquer d'autres catégories d'artistes, de diseurs et de conteurs, en particulier des jongleurs. Chez des poètes tels Rutebeuf, puis plus tard Baudoin ou Jean de Condé, Watriquet de Couvin, on trouve de nombreuses diatribes contre les jongleurs. Adopter un genre d'écriture proche de la parole du champ de foire peut alors apparaître comme un mode ironique, souvent cinglant, de se gausser de la pratique et aussi de la prétendue bêtise du jongleur. Si une telle intention existe chez certains poètes, au moins à l'état de trace, elle ne me paraît toutefois pas être l'élément essentiel présidant à l'écriture d'un poème tel le Dit dou cheval ou le Dit du hardi cheval. Que le poète veuille amuser son public, et cela peut-être au détriment des jongleurs, c'est une chose certaine. Mais la façon qu'il a de construire ce genre de petit morceau me semble dépasser le seul but de l'amusement. Et le fait qu'un homme comme Guillaume de Machaut pratique, à l'occasion d'un Dit, un tel genre suscite une interrogation plus profonde. La question me paraît devoir être mise dans une perspective plus large qui est celle du statut de l'écrivain. Depuis les travaux de J. Cerquiglini, on sait en effet le rôle que l'écriture de Machaut a pu jouer, comme témoignage et comme relais, dans l'affirmation du « je » de l'écrivain9. Cette affirmation passe par un certain nombres d'éléments identificateurs, faits de procédés littéraires et ancrés dans les structures de l'œuvre de Machaut, parfaitement analysés par J. Cerquiglini et sur lesquels il est inutile de revenir ici. On verra plus loin toutefois quel rôle le cheval peut jouer dans cette problématique.

  • 10 Voir par exemple, (en collaboration avec G. Sodigné-Costes), « A l'ombre de l'arbre : le poète et (...)

12Il est un élément qui est également fondamental dans la constitution d'une mentalité, conçue dans une perspective de socialisation de l'écriture, chez les écrivains du Moyen Age, c'est le rapport, souvent ostentatoire, au savoir. Comme j'ai déjà tenté de le montrer sur d'autres exemples10, les ouvrages à caractère scientifique, tout particulièrement les encyclopédies, ont une importance fondamentale dans la constitution de la culture et de la mentalité de l'écrivain médiéval. La prégnance de l'auctoritas que ces ouvrages contribuent à affirmer et à imposer dans la conscience des lettrés fait que la référence scientifique, philosophique ou technique s'impose peu à peu dans l'écriture romanesque ou poétique. La propre autorité de l'écrivain s'affirme alors à son tour dans l'usage qu'il fait de ce savoir dont il parsème ses écrits.

13P. Meyer, à ce propos, avait noté l'intérêt du Dit du hardi cheval pour l'emploi d'un vocabulaire technique. Le grand savant n'avait pas poussé plus loin la remarque, faute d'une documentation que de récentes recherches, en particulier celles de B. Prévot, ont permis de mettre à jour et d'analyser. Avant d'essayer de tirer quelque leçon de la façon qu'ont Machaut et l'auteur anonyme du précédent dit de manipuler un vocabulaire hippiatrique, il est nécessaire d'examiner les textes de plus près.

14Les deux dits commence par une adresse, plutôt abrupte, indiquant qu'il y a cheval à vendre : « Tu qui vues avoir mon cheval » dit Machaut, « Un cheval ay qui est a vendre » annonce l'anonyme. A partir de cette annonce, le lecteur se voit imposer une liste de défauts du cheval à vendre. Le cheval de Machaut apparaît tout d'abord comme un animal particulièrement retors :

Je te dis qu'amont et aval
Sans faillir au tiers pas s'arreste
S'on n'a toudis la verge preste
Ou l'esperon a son costé
Dont cent mille fois l'ay osté ; (vv. 2-6)

15Le vendeur en rajoute encore et montre que ce cheval est impossible à soigner, impossible à ferrer, d'autant plus qu'il semble doué de grande force et qu'il renverse ou casse beaucoup lorqu'il s'agit de le mener chez le maréchal-ferrant :

Le mareschal a defoulé
Et s'a son vallet affoulé
Et a la force de ses reins
A rompu .ii. travaus a Reins
Dont le mareschal a juré
Que, foi de saint Honnouré,
Jamais il ne le ferrera
Ne prés de lui n'aprochera.
Qu'il a paour qu'il ne le tue. (vv. 37-45)

16On mesure sur ces petites scènes que l'auteur entend bien amuser. Mais le cheval de Machaut est aussi affligé de tares que l'auteur énumère en utilisant un vocabulaire technique approprié. Cet animal a les « .iiii. piés nouviaus », il a « espavains, courbes et molettes », « mules traversaimes » ; « .ii. seuros a en ses genous », « Frecineus est dedens le ventre ». Le cheval du dit anonyme n'est pour sa part pas mieux loti. Il a « .iiij. felons reneus », il est « soz la queue tigneus/Et est pousis et est morveus » ; il a les barbes et le « lenpas », possède « derriere une courbe » et « s'a forme et s'a molete » ; lui aussi est « farsilleus » et a les « piez neus ».

  • 11 Edition, notes et commentaires, B. Prévot et B. Ribémont, à paraître, Caen/Orléans, Paradigme, 199 (...)

17Tous les termes que je viens de citer correspondent à des données très précises que l'on retrouve dans les traités d'hippiatrie du Moyen Age. Si l'on regarde dans l'ouvrage dont l'influence fut considérable, le De medicina equorum, écrit au début de la deuxième moitié du xiiie siècle, et traduit dès le xiiie siècle sous le titre La marechaucié des chevax, on retrouve la plupart des termes employés par nos auteurs, à l'exception des « piez nouviaus ». Il est peu probable que Machaut a effectivement lu un traité comme celui de Jordanus, bien que l'hypothèse n'ait rien de totalement invraisemblable, vu le succès de l'oeuvre. Mais il existe, à côtés de tels traités d'hippiatrie, stricto sensu, des ouvrages plus « populaires », contenant des énumérations de maladies et des recettes, plus ou moins magiques, des conseils « pour un cheval aidier ». C'est le cas par exemple d'un petit ouvrage anonyme du xive siècle, intitulé La cirurgie des chevaux11. D'un niveau scientifique très médiocre, un tel ouvrage rend compte d'une connaissance moyenne que l'homme médiéval pouvait avoir à propos du cheval. A. Fourrier, dans les notes accompagnant son édition du Dit dou cheval, avait déjà repéré cet ouvrage, dans lequel justement l'auteur fait référence au « pié nouvel » :

Heraclez qui congnut les chevaus nous enseigne que l'en doit souvent oindre cheval les piés de grasse chose, et fere uns solers de cuir, et metre gresse de burre dedens ou de sain, ou d'oint dedens, et metre le pié du cheval qui a nouvel pié dedens le souler. (B.N. fr. 2001, fol. 25)

18Lorsque l'on met les deux dits ensemble et que l'on compare avec le traité de Rufus, comme avec l'anonyme Cirurgie des chevaux, on voit que les auteurs ont répercuté dans leur texte des termes correspondant aux maladies ou malformations principales des textes hippiatriques. On retrouve par exemple dans les deux dits le farcin du cheval ou morve cutanée, qui est une maladie contagieuse. Dans le traité de Rufus, deux chapitres sont consacrés au farcin, les deux premiers de la partie dévolue à la médecine vétérinaire. De plus on compte trente-sept références à la maladie dans l'ensemble du texte. Je renvoie à l'annexe pour le détail des maladies intervenant dans nos textes.

19Il serait sans doute exagéré de conclure que nos auteurs ont une connaissance approfondie de l'hippiatrie. Leur mode d'écrire est ici basé simplement sur l'énumération et, on vient de le voir, sur l'accumulation des termes les plus courants contenus dans les ouvrages à caractère hippiatrique. Toutefois, il convient de noter leur connaissance de ces termes, connaissance qu'ils exposent avec complaisance sous le couvert d'une prétendue « bourde ». Machaut par exemple ne se contente pas de décrire un cheval exagérément méchant, jouant des vilains tours à ceux qui l'approchent. Il tient de plus à souligner le caractère incongru d'un animal qui possède de multiples tares. Cet aspect dépasse de beaucoup une simple intention d'écriture « à rire ». Le clerc en fait investit un genre littéraire de son propre savoir, à travers lequel il affirme implicitement son autorité. Il peut faire rire, tout en manipulant un ensemble de signifiants dont le champ d'utilisation normal est fort éloigné de toute intention humoristique. On assiste peut-être là à un double processus. A partir d'une tonalité ironique doublée d'une intention d'écriture se constitue un genre dont les invariants seraient le fruit de la rencontre entre une accumulation de termes techniques ou scientifiques et l'élaboration de petites scènes proches de la farce, le tout supporté par un style déclamatoire caricatural. En retour, la technique d'accumulatio autorise le poète à faire la preuve de son propre savoir, ce qui le hisse non seulement bien au-dessus du jongleur, mais surtout au rang d'interlocuteur privilégié des puissants.

20Se pose alors la question de la réception. Quel est le champ des possibles permettant à ce genre de comique de fonctionner ? On peut ici émettre deux hypothèses. La première est que la figure du cheval prête à rire parce que l'auditoire ou le lecteur peuvent, de façon immédiate, saisir le caractère éminemment déformé de l'animal. Les termes techniques employés correspondraient alors effectivement à un savoir moyen intégré par le public d'un Guillaume de Machaut, donc par un public de cour. L'hypothèse est raisonnable, surtout si l'on prend comme modèle la cour de Frédéric II et les exemples qu'elle a pu susciter. Sans aller jusqu'à un si haut niveau de curiosité scientifique, il faut se pencher sur l'importance du cheval pour le prince, le seigneur, le chevalier. Il est alors raisonnable de penser que, sans forcément être un assidu lecteurs de traités d'hippiatrie, un public chevaleresque est particulièrement bien placé pour avoir des connaissances relativement étendues sur le cheval, surtout sur le plan pratique. Dans ce contexte, le poète, dans sa revendication, se place sur le terrain de ceux à qui il s'adresse et révèle son pouvoir dans le fait même de posséder des connaissances analogues, voire supérieures. Si le chevalier dialogue avec son cheval, par la connaissance qu'il en a, le clerc établit un rapport analogue, mais cette fois-ci dans une fiction littéraire. On retrouve ici, dans une autre dimension, un élément de la problématique évoquée à propos du débat de Froissart.

21La deuxième hypothèse repose sur la manipulation par le clerc d'une technique d'amphigourisme. Le comique naît alors de la confrontation entre des scènes grotesques et une accumulation de termes incompréhensibles pour une large part du public. Le pouvoir du clerc repose dans ce cas sur un schéma beaucoup plus simple : l'énonciation non directement assimilable.

22La réponse est, comme souvent, probablement dans un schéma intermédiaire. Plus exactement le comique fonctionne dans les deux modèles précédents. La prédominance de l'un ou de l'autre, comme aussi l'éventuelle juxtaposition des deux, dépendant justement du récepteur.

23Nous avons pu noter que l'énonciation de termes techniques dans un texte poétique pouvait correspondre à une démarche en profondeur de l'écrivain, démarche qu'il faut mettre en rapport avec une réflexion sur le statut du poète. Je voudrais pour finir mettre ce court poème de Machaut dans une perspective lirréraire plus large liée à cette question.

  • 12 J. Cerquiglini. op. cit., pp. 126-129.
  • 13 op. cit., p. 127.

24Le mérite revient à J. Cerquiglini d'avoir décelé l'importance du cheval dans le Voir-dit12. J. Cerquiglini montre comment la « haguenee » de Machaut sert d'élément identificateur du poète et comment, au fil du jeu amoureux, elle se transforme : « La noblesse de la dame transforme la haguenée du poète-clerc en palefroi de chevalier en promenade13 ». C'est dans la perspective de cette notion d'identificateur qu'il me paraît possible, tout en demeurant très prudent, de considérer le Dit dou cheval.

25Il n'est en effet sans doute pas totalement neutre que Machaut ait choisi cet animal pour écrire son boniment. Il est certain, bien évidemment, que le choix est aussi dicté par une situation de réalité : animal familier, vendu sur le champ de foire. Mais je crois aussi que le choix du poète est à considérer selon une intention d'écriture. On l'a vu, le cheval permet à Machaut, comme à l'auteur anonyme du Dit du hardi cheval, de faire montre de savoir, donc d'autorité. Mais si le cheval de Machaut est taré, il est aussi mâle (il est question du « pissot » du cheval) et très fort. Si fort qu'on a peine à le maîtriser. Il est en cela bien différent de l'animal du dit anonyme. Ce dernier est surtout malade, et faible ; « maingres est et roides et lons » (v. 23). Dans un cas la maladie ronge l'animal, dans l'autre elle en souligne la force. La part de la pathologie est d'ailleurs bien plus grande dans le dit anonyme que dans le texte de Machaut. On ne saurait prétendre que Machaut veut ici montrer dans son cheval un destrier et proposer implicitement une identification de type clerc/chevalier. D'une part un tel souci d'identification est éloigné de la démarche de Machaut, démarche qu'il faut plutôt considérer en terme de glissements progressifs, comme le suggère la transformation de la haquenée du Voir dit en palefroi. D'autre part, un tel contenu n'apparaît pas dans le poème, ce mâle turbulent pouvant être aussi rangé dans la catégorie du roncin. Mais le fait de présenter un cheval si exagérément fort, qu'en dernier lieu, implicitement, seul le vendeur est capable de maîtriser, établit en creux un contraste entre le clerc, en général identifié dans l'oeuvre de Machaut comme borgne, faible et craintif et le possesseur de la bête indomptable, résistant à l'homme et à la maladie. On peut dès lors retrouver l'idée du glissement, en parlant plutôt ici de décalage, car devant être conçu selon un schéma synchronique. Le clerc ne peut pas, par définition, être le possesseur d'un cheval de prestige. Mais il peut transcender sa condition par le jeu de l'écriture ; dans la fiction, il est aussi celui qui peut dominer la bête fantastique, plus mauvaise qu'un monstre de l'Inde, ainsi que le dit le poète. Le poète connaît, il énonce et peut en dernier lieu dénoncer et vaincre.

26On peut dès lors remettre en parallèle le poème de Froissart et celui de Machaut, plus loin que le seul indice de la dénomination du cheval du poète-chroniqueur. Le bon cheval de Froissart, c'est le compagnon fidèle, qui soutient le débat avec le lévrier ; il est beau parleur, donc de bonne compagnie ; il aime à parler pour distraire le temps du voyage. N'a-t-il pas gagné cela de la fréquentation de son maître ? Le cheval de Froissart ramenant son maître d'Ecosse apparaît indispensable à l'activité de celui-ci. Comme le destrier est indispensable au chevalier pour gagner prix et gloire, le tranquille animal du poète-chroniqueur est finalement directement lié à l'acte d'écrire. Quant au cheval de Machaut, si fort et si tordu, il est l'emblème, se fixant au fil de l'énonciation de termes hippiatriques, d'un combat entre la nature et la maladie, combat dont la force et la rage du cheval sont garants de l'issue. N'est ce pas là finalement, dans le moule déformant de la farce, la réapparition de la problématique du poète, dont l'écriture est le remède infaillible à la maladie endémique de sa propre situation ?

Annexes

ANNEXE I

Termes techniques hippiatriques apparaissant dans le Dit du hardi chevalet dans le Dit du cheval

Nous emploierons les abbréviations suivantes : DHC pour le Dit du hardi cheval et DC pou le Dit du cheval de Guillaume de Machaut.

felons reneus (DHC, 7). Selon P. Meyer, felon (Godefroy fellon), désigne la cheville du cheval, reneus étant obscur, pouvant être en fait rogneus. L'auteur fait probablement allusion à la roigne, maladie fréquemment mentionnée dans les traités d'hippiatrie. La roigne est la gale du corps, maladie parasitaire appelée aussi gale sarcoptique. Le traité de Jordanus confirme bien l'hypothèse des chevilles malades ; il note en effet l'existence de crevaces entre les jointures du pied et de la jambe : Une goute avient entre les jointures qui sont entre les jambes et les piez dou cheval, qui deront et fet crever le cuir et la char dou cheval en semble de roigne. (éd. cit., p. 93, 634). L'auteur de la Cirurgie des chevaux préconise pour sa part une saignée (fol. 9v).

tigneus (DHC, 9). Teigneux. L'auteur nous apprend que son cheval est atteint de la teigne sur la queue.

pousis (DHC, 10). Le cheval est poussif ; ce défaut a retenu l'attention des hippiatres, qui proposent des remèdes contre. Rufus propose, entre autres, le remède suivant : premierement soit fete poudre la sustance de la gresse qui est entour le pourmon ; et doivent estre de choses chaudes, c'est assavoir de giroffle demie once, et autent de noiz d'inde, de gingimbre, de galengal, de cardamon, de toutes ces choses igaument de uncerie, de carume, de commin, de semence de fenoil, toutes ces choses soient de plus grant cantité que les autres devant dites. Puis en soif fete poudre. Aprés soient mellees avec vin blanc et avec safran destrampé en convenable quantité... (éd. cit., p. 63). L'auteur de la Cirurgie des chevaux est pour sa part plus expéditif : Se li cheval est poussif, si li doint l'en .ii. quartes de vin a boivre quant il est auques grevés d'aler. Et gardés que il soit blans. (BN. fr. 2001, fol. 10)

morveus (DHC, 10). Ici encore, cette maladie retient l'attention des hippiatres. La Cirurgie des chevaux donne le remède suivant : Se il est morveus, prenés les moieus de .iiii. oez et metés en plain hanap de gentil vin aigre et le laissiez une nuit. Lendemein li lanciez ou corps parmi la bouche (fol. 10).

barbes (DHC, 33). Non mentionné par Rufus. P. Meyer relève la maladie dans Richelet : « excroisance de chair qui vient dans le canal et sous la langue du cheval ». Selon la Cirurgie, il s'agit de barbeles qui ressemblent à de petites testes ou de petites mamelettes (fol 5).

lenpas (DHC, 33). Rufus ne cite pas cette maladie, tumeur se formant dans le palais de l'animal. On la trouve dans la Cirurgie, associée aux fourceaux. Le chapitre est très court, n'explique pas la maladie et donne un remède chirurgical élémentaire, qui consiste à trancher au moyen d'un fer chaud (fol. 10).

courbe (DHC, 37 ; DC, 13). P. Meyer, citant Godefroy d'après un exemple du xvie siècle, donne la définition suivante : « tumeur osseuse de la partie interne du jarret du cheval ». Le terme vient du latin curba. D'après le lexique de Madame Poulle-Drieux, il s'agit d'une exostose postero-externe du jarret. Le mot vient de la courbe excessive donnée au tendon d'Achille à la suite d'un excès de charge sur un cheval trop jeune (voir B. Prévot, op. cit., p. 188).La Cirurgie préconise de frotter le cheval avec un bâton ou un os, puis avec du sel. (fol. 8). Rufus consacre un paragraphe de son traité à cette maladie (chap. 33, éd. Prévot, p. 86).

ferme (DHC, 39). P. Meyer refusait la leçon de G. Raynaud qui donnait ferme et proposait ferine, sans pouvoir donner d'explication à ce terme. La bonne lecture est bien ferme, qu'il faut considérer comme forme, maladie attestée. Il s'agit d'une tumeur osseuse, ou exostose, se formant sur les phalanges au niveau de la couronne, selon Moulé et Y. Poulle-Drieux14, que Rufus mentionne dans son ouvrage comme une enfermeté qui se forme entre la jointure dou pié et l'ongle ou pasturon (674) (voir B. Prévot, op. cit., p. 209). La Cirurgie mentionne la maladie sous l'appellation de freme (fol. 7, De cheval qui a fremes), ce qui démontre que la leçon du manuscrit 24432 n'est pas si mauvaise que cela. On trouve encore cette maladie dans le Livre des prouffits champetres de Pierre de Crescens (IX, 49) et dans le Menagier de Paris. Notons que le poète joue ici sur les deux signifiants ferme et molete, avec d'ailleus un sens qui pousse à l'opposition des signifiants, dans le sens commun des termes : ici opposition entre une tumeur ferme et une tumeur molle.

molete (DHC, 39), molettes (DC, 13). P. Meyer cite Richelet : « tumeur tendre, mole et grosse comme une noisette, sans douleur, située entre le nerf et l'os au côté du boulet sous le cuir ». Ni le Cirurgie, ni Rufus ne parle de cette maladie.

farsilleus (DHC, 43), frecineus (DC, 25). Atteint du farsin, une des maladies les plus courantes dans les traités d'hippiatrie. Il y a deux farsins.

Le premier est une maladie contagieuse, morve cutanée : « ceste enfermeté que l'an apelle farsin commence ou piz dou cheval ou entre les cuisses decoste les couilles, et puis si se descent vers les jambes et les fet enfler » dit Rufus (éd. cit., 185 et glossaire p. 207)

piez neus (DHC, 55), piez nouviaus (DC, 12). Le cheval du vendeur a les piez neus. Jordanus ne cite pas ce cas. On le trouve par contre dans la Cirurgie : l'en doit souvent oindre cheval les piez de grasse chose, et fere uns solers de cuir, et metre gresse de burre dedens ou de sain, ou d'oint dedens, et metre le pié du cheval qui a nouvel pié dedens le souler (fol. 29). A. Fourrier cite (p. 335) Le nouveau parfait maréchal de F. A. de Garsault (Paris, 1771) dans lequel on apprend que « faire pied neuf se dit du pied du cheval lorsque le sabot s'est détaché par quelque maladie et qu'il revient une nouvelle corne ». Il cite aussi le Rustican, en fait la traduction de l'Opus ruralium commodorum de Pierre de Crescens.

Espavains (DC, 13). Du latin spavanus ; il s'agit de l'éparvin, grosseur dure venant au jarret du cheval. Jordanus Rufus en distingue deux variétés, correspondant en termes modernes à la tarso-métatarsienne et à la métatarsienne. Des esparveins : une enfermeté avient decoste les jarrez dou cheval en la partie dedenz, c'est assavoir desouz le jarret .I. poi, et fet enfler aucune foiz entour la mestre veine (552). Dans l'édition de B. Prévot, cinq alinea sont consacrés à cette maladie. Au folio 22 de la Cirurgie, on trouve également la référence à l'espavains qui vient de bleceüre d'aucune chose derriere le pié ou talon sans enfleüre de jambe et si put, et si en ist puans humeurs.

mules traversainnes (DC, 17). Rufus ne mentionne pas cette maladie. A. Fourrier cite l'ouvrage de F. A. Garsault qui, sous le terme de mules traversières, indique des crevasses venant au niveau du boulet du cheval (éd. cit., p. 336). La Cirurgie note l'existence de cette maladie, que le cheval contracte par temps froid et par excès d'humeur flegmatique (fol. 22).

seuros (DC, 19). L'un des termes les plus communs de l'hippiatrie médiévale. On a vu dans le texte que Rufus y consacrait une large part. Il en est de même de la Cirurgie qui propose même un charme, en fait une prière plutôt orthodoxe quant à la forme. Le suros, du latin superos, est une exostose du canon du membre antérieur du cheval.

ANNEXE II

Le Dit du hardi cheval (BN fr. 24432)

(316 v.)

1 Un cheval ay qui est a vendre

Pour avoir argent a despendre.

Je croi cil qui l'achatera

Que moult petit i gaignera.

5 C'est ore voir il est ferans

Et est mauvesement errans ;

Et a .iiii. felons reneus,

Et a soz la gorge.ii. neus,

Et est soz la queue tigneus ;

10 Et est pousis, et est morveus.

Et si dient la gent entr'eus

Que il voit moult petit des ieus ;

Et si sai bien que il n'oit goute,

Ne li ventres ne li tient goute.

15 Foi que je doi sainte Pecine,

Il n'a mestier de medecine ;

Car, se verte est en recors,

Riens ne li demeure ens el cors.

Et si mort et regibe et grate

20 Et si fiert denier de la pate ;

Et si menjut mauvesement,

Mes il en gist plus netement.

Maingres est et roides et Ions.

Hauz est, et si est trop félons.

25 II n'emble ne passe ne trote.

Il ne vaut pas une viez bote ;

Et quant on fiert et il trebuce,

Il chiet c'une pourie huce,

Et si ne sai que ce puet estre.

30 II mengue tout son chevestre ;

Et si est de mauveise loi,

Car il a le mal saint Eloi.

Les barbes a et le lenpas.

Mauveisement va trot et pas.

35 Je croi qu'il fu nez en enfer.

En pié ne li demeure fer ;

Et si a derrière une courbe

Qui a l'aler moult li destourbe.

Et s'a fermée15 et s'a molete,

40 II est chetive bestelete.

Encordez est devant derrière,

Oreille pendanz, mate chiere ;

Farsilleus est, sales, relens.

Il est ma[u]vais et si est lens.

45 Encore plus i meterons :

Il est trop durs a esperons,

Et si vous di, se Diex m'avoie,

Il chiet en rue et16 en voie.

Foi que je doi a mes.ii. mains,

50 Des mehains n'i a mie mains.

Paeureux, onbrageus, rest[i]eux,

Onques mes ch[e]vaus ne fu tiex

Des plus le tens de Perceval,

Ne veïstes si fier cheval.

55 Lons est d'eschine, ses piz neus,

Courbatus, enfosset et creus.

Il sera moult bons a vous tieus.

Or l'achatés se vous volés.

Vendus est se ne vous hastés.

Explicit du hardi cheval.

Notes

1 Les références à ces textes seront faites dans les éditions suivantes : Pour Froissait et Machaut, Dits et Débats de Jean Froissart, éd., notes et commentaires par A. Fourrier, Genève, Droz, 1979. Le texte de Froissait figure de la page 170 à la page 174 ; le texte de Machaut est en annexe, pp. 333-4. Le Dit du hardi cheval a été publié par P. Meyer dans la Romania, 41, 1912, pp. 90-94, d'après le manuscrit BN. fr. 24432. Ce texte existe également dans une autre version, Dou cheval que li marcheans vendi, édité d'après un manuscrit du musée Condé par G. Raynaud (Romania, 24, 189S, pp. 449-51). M. Raynaud a donné une version intermédiaire des deux manuscrits dans la Romania, 32, 1903, pp. 586-7. Bien que la transcription de P. Meyer soit excellente, nous avons choisi de redonner notre propre édition en annexe du présent travail. Notre version diffère asez peu de celle de P. Meyer, mais sur quelques points, qui seront notés, nous proposons une lecture différente de celle du grand savant.

2 On peut en effet penser qu'il s'agit ici d'une dénomination familière pour un cheval à la robe grise. Notons toutefois que, selon Jordanus Rufus (voir note suivante), le gris est la marque du meilleur cheval, c'est-à-dire du plus robuste.

3 Traité d'hippiatrie de Jordanus Rufus, éd. Brigitte Prévot, dans La science du cheval au Moyen Age, Paris, Klincksieck, 1991, p. 68.

4 Ed. cit., pp. 222-24.

5 L. Moulé, Glossaire vétérinaire médiéval, « Janus », Archives internationales pour l'histoire de la médecine et de la géographie médicale, XVIII, 1913, p. 265 sq

6 Voir B. Prévot, op. cit., p. 232.

7 Machaut l'utilise dans ce sens dans le Jugement du roy de Navarre, v. 336.

8 « C'est, en un certain sens, un de ces petits poèmes ayant pour objet d'exposer, parfois les mérites, souvent les défauts, d'une personne ou d'une chose, qu'on connaissait au xve siècle et au xive sous le nom de blasons », art. cit., p. 90.

9 Voir l'étude remarquable, Un engin si soutil. Guillaume de Machaut et l'écriture au xive siècle, Paris, Champion, 1985.

10 Voir par exemple, (en collaboration avec G. Sodigné-Costes), « A l'ombre de l'arbre : le poète et l'encyclopédiste », Prisma, 5, 1989, pp. 71-79 ; « Histoires de perroquets : petit itinéraire zoologique et poétique », Reinardus, 3, 1990, pp. 155-71 ; « Du verger au cosmos : plantes et planètes dans la tradition médiévale », Senefiance, 28, 1990, pp. 315-27 ; « Le cuer del ventre li as trais : coeur arraché, coeur mangé, coeur envolé. Un regard médico-théologique sur quelques thèmes littéraires », Senefiance, 30, 1991, pp. 347-61 ; « De l'architecture à l'écriture : Christine de Pizan et la cité des dames », in : La ville : du réel à l'imaginaire, (dir. J. M. Pastré), Presses de l'Université de Rouen, 1991, pp. 27-34. En collaboration avec A. Labbé, « Musec, marbrin, metau : marbres et mosaïques dans Girart de Roussillon. Le vocabulaire mosaïstique du poème et ses sources savantes », Bulletin de la Société des fouilles archéologiques et des monuments historiques de l'Yonne, 8, 1991, pp. 11-28.

11 Edition, notes et commentaires, B. Prévot et B. Ribémont, à paraître, Caen/Orléans, Paradigme, 1992.

12 J. Cerquiglini. op. cit., pp. 126-129.

13 op. cit., p. 127.

14 L'hippiatrie dans l'occident latin du xiiie au xve siècle, dans Médecine humaine et vétérinaire à la fin du Moyen Age (G. Beaujouan, Y. Poulle-Drieux, J. M. Dureau-Lapeysonnie), Genève, Droz, 1966.

15 Voir l'annexe I.

16 P. Meyer rétablit ici chiet, ce qui est correct certes, mais n'est pas obligatoire. Un autre verbe serait possible. Le manuscrit du musée de Condé ne permet pas de trancher. Je préfère donc, en dépit de la faute métrique, garder la leçon du manuscrit.

Auteur

Centre d'Études Médiévales d'Orléans

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540