Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cheval dans le monde médiéval

Le cheval malade : l'hippiatrie au xiiième siècle

Brigitte Prévot

Texte intégral

1A une époque où le cheval était d'une importance extrême, il fallait être capable de soigner un animal malade ou blessé, il était appréciable de savoir éviter ou enrayer une épidémie. C'est ce à quoi se sont appliqués les maréchaux, alors chargés des soins aux chevaux, soins quotidiens, ferrure, mais aussi médecine vétérinaire.

2Quelles étaient leurs connaissances dans ce dernier domaine, en Occident, au Moyen-Age ? Que savaient-ils guérir, avec quels remèdes ? Quel regard pouvons-nous porter aujourd'hui sur la façon dont on conseillait de soigner le cheval malade à cette époque ? Voilà quelques questions pour lesquelles nous allons tenter de donner des éléments de réponse, à partir de l'examen de trois traités d'hippiatrie en français :

  • la Marechaucie des chevax de Jordanus Rufus (milieu xiiième siècle).
  • la Chirurgie des chevaux, ouvrage anonyme (xivème siècle).
  • le traité d'hippiatrie, sans titre, de Guillaume de Villiers (milieu xvème siècle).

***

3Nous voudrions d'abord faire une remarque sur la spécificité du vocabulaire de 1'hippiatrie.

4Curieusement, la littérature donne peu d'exemples de remèdes appliqués aux chevaux malades ou blessés. Alors que le cheval porte souvent un nom, comme Bayard le cheval de Renaut de Montauban, alors qu'il est le signe de la puissance ou de la faiblesse du chevalier, alors que le poète et le conteur distinguent précisément les différents types de chevaux - destrier, palefroi, roncin... - ils ne se risquent guère à relater les soins que l'on pouvait donner aux montures, il est même très rarement question de tels soins ! Est-ce la preuve qu'ils étaient l'apanage des maréchaux ?

5Dans les romans de Chrétien de Troyes, si les chevaux meurent souvent, ils ne sont pas soignés. Dans Le chevalier au lion, les chevaux sont éventrés :

  • 1 Le chevalier au lion (Yvain), éd. Mario Roques, Champion, Paris, 1975

"et cil qui chacent lor detranchent
toz lor chevax et esboelent"
(Le chevalier au lion, v. 3262-3263)1

6Dans Le chevalier de la charrete, Gauvain rencontre un chevalier inconnu qui a trop marché et qui est en piteux état :

  • 2 Le chevalier de la charrete, ed. Mario Roques, Champion, Paris, 1972.

"Bien loin devant tote la rote
mes sire Gauvains chevalchoit ;
ne tarda gaires quant il voit
venir un chevalier le pas
sor un cheval duiliant et las
apantoisant et tressüé"
(Le chev. de la charrete, v.270 273)2

7Ce cheval ne va d'ailleurs pas tarder à mourir sur place :

  • 3 Le chevalier de la charrete, ed. Mario Roques, Champion, Paris, 1972.

"et cil chiet morz qu'il a lessié,
car molt l'avoit le jor pené
et traveillié et sormené"
(Le chev. de la charrete, v. 296-298)3

8Souvent cheval et cavalier partagent le même sort, comme dans ce passage d'Erec et Enide :

  • 4 Erec et Enide, ed. Mario Roques, Champion, Paris, 1973

"Erec point, si l'a ancontré
ainz qu'il par fust issuz del gué ;
si bien le fiert que il abat
et lui et le destrier tôt plat ;"
(Erec et Enide, v. 3029-3032)4

9Tous ces exemples montrent généralement que l'état du cheval est le signe de celui de son cavalier. La vie de l'un semble liée à celle de l'autre, comme c'est aussi le cas dans Hervis de Mes.

  • 5 Hervis de Mes, ed. Jean-Charles Herbin, Droz, Genève, 1992

"Mais or oiez coment il ait ovré :
Pou boit dou vin, sovent ait jeüné,
Tot por avoinne [doner] a grant planté
A son roncin Hervis li baichelers"5
(Hervis de Mes, v. 3180-3183)

10Pour revenir à Chrétien de Troyes, dans Perceval, l'Orgueilleux de la Lande condamne le cheval de son amie à ne pas être saigné avant qu'il ne soit, lui, vengé :

  • 6 Perceval, ed. Félix Lecoy, Champion, Paris, 1975.

"Antree estes an male voie
antree estes en male painne,
que ja ne mangera d'avainne
vostre chevax ne niert seniez
tant que je me serai vangiez"
(Perceval, v 818-822)6

11La saignée, comme nous allons le voir est un remède très utilisé par les hippiatres, à titre curatif, mais aussi préventif.

***

  • 7 Beaujouan (Guy), Poulle-Drieux (Yvonne), Dureau-Lapeyssonnie (Jeanne-Marie) : Médecine humaine et (...)
  • 8 Ruini (Carlo) Anatomia del cavallo, Bologne, 1598.

12Si les textes littéraires nous donnent bien peu d'exemples, pourtant, on savait soigner un cheval malade, surtout à partir du xiiième siècle. Dans son ouvrage L'hippiatrie dans l'Occident latin du xiiie au xve siècle7, Madame Poulie fait l'inventaire des traités d'hippiatrie, de cette époque, que nous avons conservés. Si seize ouvrages sont recensés, sept appartiennent au xiiie siècle, et parmi ceux-ci un seul a été traduit en français, dès la fin du xiiie siècle. Il s'agit de la Marechaucie des chevax de Jordanus Rufus. C'est en effet vers 1250 que ce maréchal, au service de Frédéric II de Hohenstaufen, composa son traité d'hippiatrie, vraisemblablement en latin. Ce texte nous intéresse, car il nous donne une bonne idée de ce que pouvait être la "médecine vétérinaire de pointe" de l'époque, du moins en ce qui concerne les chevaux. Ses qualités sont en effet telles qu'il faudra attendre longtemps, voire même jusqu'au xvie siècle, pour trouver un ouvrage en français qui soit nettement plus savant. Et encore, il s'agit peut-être des dernières années du xvie siècle, avec la parution, fin 1598, du traité d'anatomie du cheval de Carlo Ruini8, orné de magnifiques planches.

13Nous voudrions d'abord insister sur le fait que Rufus ne prescrit jamais un remède pour un mal quelconque avant d'avoir précisément décrit les symptômes de ce mal et tenté d'en déterminer l'origine.

  • 9 Dans cet article, toutes les citations de la Marechaucie des chevax sont faites d'après La science (...)

14Prenons comme exemple le chapitre intitulé "dou pourmon''9 Rufus commence par indiquer qu'il s'agit d'une blessure du dos :

"aucune foiz avient une bleceüre ou dos dou cheval qui fet moult d'enfleüres et fet engendrer et norrir char pourrie" <461>

15Puis il tente d'expliquer les origines possibles de cette lésion :

"Et ce avient par empressement de celle non convenable au dos, et ausi avient par fez qui sont mis souvent sus le dos" <462>

16Ensuite, il décrit plus précisément les symptômes et la façon dont le mal opère :

"dont la char devant dite est pourrie decoste l'os. Et illec est.I. assemblement de mauvese char qui descire le cuir et la char, et puis gete pourreture ausi comme yaue." <463>

17C'est seulement après avoir nommé la maladie ("et ceste bleceüre est communement apelee pormon") que le maréchal va proposer un traitement. Ce dernier, qui tient bien sûr compte de l'analyse du mal faite en première partie, consiste à retirer la "pourreture" grâce à une incision, puis à soigner la plaie résiduelle.

"que ce pourmon soit taillez du tout en tout profondement, puis soit arrachiez et sachez hors jusqu'au racines, en tel maniere qu'il n'i remaigne nule chose de pourreture ; aprés tantost soit mis desus la plaie estoupes taillees au coustel et molues en blanc d'uef, une foiz le jour tant seulement juqu'a .III. jours" <465>.

18On voit donc clairement ici que Rufus procède, dès le xiiie siècle, d'une manière qu'on peut appeler scientifique. Bien sûr, il ne dispose pas de modèle scientifique correct. Sa méthode expérimentale est rigoureuse, mais ses postulats sont faux, ses connaissances en anatomie sont insuffisantes. Il a toutefois une méthode d'approche des phénomènes intéressante, dans la mesure où une observation ("mon cheval a mal au dos") appelle une question quant à sa cause ("pour quelle raison a-t-il mal au dos ? : c'est la selle ou la charge qu'il porte qui le blesse") ; il se pose une autre question concernant son effet ("par quel processus cette cause produit-elle cet effet ? : la selle ou la charge écrasent la chair contre l'os, la font pourrir, d'où enflure et production de pus"). De la réponse à ces questions, il déduit une thérapeutique ("il faut inciser pour faire sortir le pus, puis soigner la plaie").

19Ce qui est étonnant, c'est que l'hippiatrie ne va pas progresser pendant les deux siècles suivants. Le mieux qu'elle fera, c'est répéter ce que Rufus avait établi plus tôt, mais elle n'avancera pas. Les textes du xive et même du xve siècle seront souvent beaucoup moins rigoureux.

  • 10 manuscrit Reims 991 : le livre de la garde des chevaux

20Il est instructif à ce sujet de signaler que la copie de la traduction française du traité de Rufus conservée la Bibliothèque Municipale de Reims10, manuscrit de la fin du xive siècle, ne reproduit pas la totalité du texte. La méthode de Rufus y est beaucoup moins apparente car la première partie de chaque chapitre est comme résumée. Le traducteur (qui pourtant jure de sa fidélité au texte original) ou le copiste semblent avoir trouvé que tous ces préalables à la prescription de remèdes étaient superflus, et qu'ils pouvaient se permettre d'en faire l'économie. Ce qui compte, c'est la recette, au diable les explications ! Voici le texte du chapitre concernant la maladie du "pourmon" dans le manuscrit de Reims (à comparer au texte cité plus haut) :

  • 11 ms. Reims 991, Le Livre de la cure et garde des chevaux, fol.62.

"du mal qui a nom poulmon : se au cheval avient au dos le poulon, l'en le doit fendre et tailler entor le doz...etc"11

21Pour être honnête, il nous faut reconnaître que tous les chapitres ne sont pas aussi scandaleusement réduits. Toutefois, un autre manuscrit, conservé à Londres, contenant un traité d'hippiatrie qui a probablement pour base celui de Rufus est dénaturé de la même manière et dans une proportion bien plus importante.

22Un autre exemple : la Chirurgie des chevaux, traité d'hippiatrie anonyme du xive siècle, tout à fait différent de celui de Rufus. Là encore, nous remarquons que cette manière de procéder si logique de Rufus, démarche qui fait notre admiration, ne s'y retrouve qu'épisodiquement. Le plus souvent, l'auteur se contente de donner le nom d'une maladie et de prescrire immédiatement un remède :

  • 12 La chirurgie des chevaux, Paris, ms B.N. 2001, fol. 6v°

"Comment hon doit cheval guerir de chancre -XVI-.
Se le cheval a le chancre, si soit lavés d'urine ;
et puis li metés sus arrement ars et poivre moulu.
Et le metre sus tant que il soit gueris12"

23Pourtant les connaissances de l'auteur de ce texte sont loin d'être réduites. Il cite des maladies de la bouche et des yeux dont Rufus ne parle pas.

24Quant à Guillaume de Villiers, auteur d'un traité d'hippiatrie composé vers 1450, il recopie beaucoup Rufus !

***

25Il semble donc bien qu'en ce qui concerne la méthode, l'hippiatrie du xiiie siècle soit supérieure à celle des xive et xve siècles. Quelle science pouvait alors avoir un hippiatre au xiiième siècle. Quelles maladies savait-il soigner ?

26Reprenons l'exemple de Rufus. Remarquons tout d'abord qu'il propose un traitement pour les maladies et pour lez petites blessures : coups de pied d'un autre cheval, blessures dues à la selle, blessures du pied. Il n'est jamais question de blessures plus graves, comme celles que le cheval recevait au combat, par exemple. Aujourd'hui encore, on ne traite guère les atteintes graves, comme par exemple les fractures : on abat le cheval parce qu'il y a peu de chances qu'il rende, par la suite, le service qu'on attend de lui.

27Précisons encore que Rufus ne soigne pas les maladies spécifiques des juments. Il ne parle que du cheval. De la jument, il n'est question que dans les chapitres où il évoque la naissance du poulain, apparemment sans complication possible !

28D'autre part, Rufus n'évoque jamais les risques de contagion ni les épidémies. En revanche, il insiste fréquemment sur la nécessité d'une bonne hygiène.

  • 13 Paris, B.N. ms. fr. 1287.

29Au xive siècle, la Chirurgie des chevaux et au xve siècle le traité d'hippiatrie de Guillaume de Villiers13-mentionnent, à plusieurs reprises, la contagion comme cause de maladie. En cela ils sont supérieurs à la Marechaucie des chevaux.

30Enfin les connaissance de Rufus en anatomie correspondent à ce qu'on peut espérer pour l'époque. Notons toutefois que la Chirurgie des chevaux cite le foie, que Rufus ne semble pas connaître :

  • 14 La chirurgie des chevaux, Paris, ms. B.N. 2001, fol. 3v°.

"deves savoir que quant la viande est bien cuite naturelment ou ventrel du cheval, que li foiez en trait le milleur dou jus a luy et par sa chaleur le retint dedens soy et les renvoie par les vaines et espant par tout le corps, dont li membre sont tuit conforté et soustenu"14

31Quelles sont donc les maladies et lésions pour lesquelles Rufus est capable de proposer un traitement ?

32Signalons d'abord qu'il organise son traité selon un plan très proche de ceux qu'on utilise aujourd'hui :

33Le cheval et ses maladies

  • 15 Le cheval et ses maladies, Librairie Maloine, Paris, 3ème éd. 1980

34198015

35maladies et affections parasites

36problèmes dermatologiques

37autres affections

38la tête

39le thorax (pbs respiratoires)

40l'abdomen (coliques)

41les membres

42le pied

43Marechaucie des chevax 1250

44maladies et affections

45ganglions

46coliques

47autres affections

48la tête

49le tronc

50les membres

51le pied

  • 16 op. cit. pp. 57-66.

52Nous proposons ci-dessous la liste de l'équivalent moderne des maladies et blessures pour lesquelles Rufus propose un traitement. Pour une étude plus approfondie de celles-ci et des connaissances en pathologie de l'hippiatrie médiévale, nous renvoyons à l'ouvrage de Madame Poulle-Drieux16, très documenté, que nous avons utilisé pour établir cette liste.

  1. morve cutanée (farsin)
  2. morve nasale (farsin volant)
  3. morve ganglionnaire (avantcuer)
  4. angine (estranguillon)
  5. angine avec inflammation des ganglions préparotidiens (vives)
  6. congestion intestinale (tranchoison par trop sanc)
  7. colique par fermentation intestinale (tranchoison par ventosité)
  8. colique par surcharge gastrique (tranchoison par trop mengier)
  9. colique néphrétique ou pour rétention d'urine (tranchoison par retenir estal)
  10. orchite ou hernie inguinale (enfloison des couillons)
  11. fourbure aiguë (de cheval enfondu)
  12. emphysème pulmonaire aigu (dou cheval poussif)
  13. fourbure chronique (de l'anfustif)
  14. gastrophilose larvaire (de cheval eschaufé et sec dedenz le cors)
  15. entérite diarrhéique (de cheval qui raye)
  16. morve nasale aggravée (de camoire qui descent au chief)
  17. rhino-pharyngite ou bronchite infectieuse (de cheval refroidie)
  18. kérato-conjonctivite (des enfermetez des iex)
  19. stomatite (des enfermetez qui avienent dedens la bouche)
  20. blessure de la langue (des bleceüres de la langue)
  21. blessure de harnachement (des bleceüres de dos)
  22. cor dorsal (de mort cuir)
  23. mal du garrot (dou pourmon)
  24. bursite, blessure du sommet de l'épaule (d'espalaces)
  25. gale du corps (de la roigne ou mengioison qui avient en la crine ou au tronc de la queue)
  26. entorse dorso-lombaire (de malferu es rains)
  27. luxation de hanche (de la hanche bleciee)
  28. luxation de l'épaule (dou cheval espaulé)
  29. lésions de la peau du pli du jarret (de la bleceüre de la falque)
  30. déchirure musculaire au poitrail (dou grièvement dou piz)
  31. vessigon tarsien (de la jerde dou jarret)
  32. éparvin (des espaveins)
  33. jarde (de courbe)
  34. exostose tarso-métatarsienne du jarret (de l'espine)
  35. suros (de seuros)
  36. atteinte (de cheval estaint)
  37. molette (de gales)
  38. eaux-aux-jambes (des grapes)
  39. crevasse du paturon (des crevaces)
  40. entorse du boulet (des jointures de la jambe)
  41. éléphantiasis (de toutes enfleüres de jambes)
  42. arthrite suppurée d'origine traumatique (d'espine ou d'estoc
    entré es jambes)
  43. forme (de mal de fourme)
  44. crevasse du bourrelet (de crevaces traverses)
  45. chéloïde (de cranque)
  46. fistule (de fistolle)
  47. variole équine ou horse-pox (de poisonez)
  48. seime (de la sete en l'ongle)
  49. javart cartilagineux (de sorposition qui vient en la corone dou pié)
  50. enclouure intra-dermique (des encloüres qui touchent au tendron de 1'ongle)
  51. enclouure entre podophylle et kéraphylle (des encloüres qui ne touchent le tendron)
  52. enclouure intra-kéraphylleuse (des encloüres qui touchent 1e vif de l'ongle)
  53. complication fistuleuse de l'enlouure à la couronne (des encloüres qui derompent la corone dou pié)
  54. pododermite plantaire nécrosante (de la fique qui est desouz la sole dou pié)
  55. fourbure chronique (de l'anfondeüre descendue as ongles dou pié)
  56. bleime, contusion de la sole du pied (de cheval soubatu)
  57. dessolure (de cheval dessolé des ongles)
  58. décollement de la paroi du sabot (des mutations des ongles)
  59. onguent kératotonique (a ce que les ongles soient fors et durs)

53Ce sont donc 59 chapitres qui permettent de se rendre compte que les connaissances en hippiatrie sont assez variées dès le treizième siècle. Si elles reposent essentiellement sur l'expérience, si la théorie des humeurs est encore à la base de la plupart des diagnostics, un traité comme la Marechaucie des chevax témoigne d'un savoir certain, malgré ses carences (en ce qui concerne les maladies nerveuses, les fractures ou les maladies de l'appareil circulatoire, les affections propres aux juments).

54Rufus consacre 33 chapitres aux maladies des membres, qu'il décrit avec beaucoup de précisions, ce qui n'est pas étonnant, vu la relative fragilité de l'appareil locomoteur du cheval. En outre, il connaît bien l'anatomie du pied.

***

55Quels remèdes sont utilisés, au xiiie siècle, pour soigner le cheval ?

56Les plus fréquents sont la cautérisation et la saignée.

57La cautérisation est toujours employée de nos jours, mais si les vétérinaires actuels manient encore le fer rouge, ils utilisent aussi la cautérisation chimique. N'est-ce pas le but recherché par Rufus lorsqu'il conseille de remplacer le fer rouge par de la poudre d'asphodèle, probablement pour ne pas risquer d'endommager une région fragile :

  • 17 La science du cheval au Moyen-Age, op. cit.(voir note 9).

"et sachez que la poudre des affendillies est la meillor de toutes les autres poudres devant dites, mes elle doit estre mise en liex plains de ners et de vaines, pour ce que cuiture ne puet illec estre fete en nule maniere" <693>17

58La saignée est souvent prescrite, à titre curatif, mais aussi à titre préventif. En effet, Rufus écrit :

"et sachez que se li chevaux est seigniez .IIII. foiz l'an de la veine dou col, c'est assavoir en premevoire une foiz, en esté une foiz, en autonne une foiz, en yaver une foiz, et se il est gardez bien si comme j'ai dit desus, et est chevauchiez atrempemant, et il sera en sa vertu et en sa legereté sainz et fors par l'espace de .XX. ans" <68-69>

59Ce recours si fréquent à la saignée, ainsi que d'autres remèdes, sont la conséquence de la théorie des humeurs, héritée d'Hippocrate.

60Par exemple, Rufus prescrit le remède suivant :

"premierement li soit donné a menger choses moistes et fresches, pour coi il puisse geter hors la seicheté des entrailles qui est demoree par lonc tens dedenz le cors" <346>

  • 18 à ce sujet voix L'hippiatrie dans l'occident latin, par Yvonne Poulle-Drieux, op. cit., p. 63.

61Le plus souvent, les hippiatres parlent des "humeurs" ou des "mauvaises humeurs", sans préciser davantage. Il s'agit d'humeurs superflues qui entraînent les maladies avec elles vers les jambes. Le but que doit rechercher le thérapeute est une purgation de ces mauvaises substances. Pour ce faire il utilise la cautérisation, des "laz" ou sétons, des éclisses ou la saignée18. Rufus préconise les saignées aux veines temporales, sublinguales, jugulaire, sous-cutanée antérieure, sous cutanée-thoracique, saphène interne, métacarpienne et à l'arcade veineuse semi-lunaire du pied. La saignée n'est pas faite au hasard, mais requiert de grandes précautions, tant en ce qui concerne sa localisation que l'habileté avec laquelle elle doit être effectuée.

62Toutefois, Rufus a relativement peu recours à la théorie des humeurs. Il est loin d'y faire référence pour chaque maladie ou blessure qu'il évoque.

63Les autres remèdes sont variés : en petite chirurgie il y a. bien sûr les incisions, les ponctions, les ligatures de veines. Avec les plantes le maréchal compose des décoctions, des infusions, des onguents. Il prescrit des cataplasmes, des emplâtres, des breuvages. Les bains de pieds en eau froide sont recommandés, ainsi bien sûr que les lavements. Il arrive même que Rufus pousse le souci de la précision jusqu'à demander que le cheval soit, pour l'administration du clystère "plus hauz derrière que devant, pour ce que l'iaue dou clisiere puisse courir par tout le ventre" <274>. Certains traitements sont assez élaborés, d'autres sont décrits avec une grande minutie, si bien que le maréchal ne peut avoir de doute sur la façon de procéder, comme c'est le cas dans l'exemple suivant où il est question d'une fumigation pour cheval enrhumé :

  • 19 La science du cheval au Moyen-Age, op. cit. (voir note 9).

"item a ce meïsmes vaut asses fourment bien cuit et mis en .I. sac, et puis lier ce sac au chief dou cheval en tele maniere que receve la fumee par les narines, et dou grain puisse menger s'il en veut. Item a ce meïsmes vaust assez froment cuit en yaue avec pouliel et avec aluisne. Et la fumee soit receüe par les narines par .I. sac, si comme j'ai dit devant" <391-392>19

64Précisons que ce remède est toujours utilisé. Chacun sait qu'en cas de rhino-pharyngite, il est bien agréable de pouvoir dégager ses narines. Voici ce que propose Rufus :

  • 20 La science du cheval au Moyen-Age, op. cit. (voir note 9)

"Item a ce meïsmes vaut assez drap linge bien oint de savon sarrazinois. Et ce drap soit liez ou bout de .I. baston estroitement. Aprés soit bouté dedenz les narines et soit hors trait. Por ce, le cheval vuidera son cervel et getera les hymeurs toutes cleres par les narines ausi comme yaue. Et ceste cause est de son sauvement." <393>20

65Si nous comparons les substances utilisées par Rufus à celles que préconise un traité comme la Chirurgie des chevaux, l'aspect assez savant et la variété des remèdes prescrits par Rufus nous frappe.

66En revanche, Guillaume de Villiers, au xve siècle, a besoin d'une pharmacopée à peu près semblable à celle de Rufus. De plus, il faut signaler que ce dernier ne fait à aucun moment appel à des prières ou à des pratiques magiques, comme c'est le cas dans d'autres traités de médecine vétérinaire et même humaine de cette époque.

67Ainsi, à la fin d'une version assez fautive, remaniée, de la Marechaucie des chevax ("La Marescallie des chevalz") qui se trouve dans le manuscrit 546 de la Wellcome Historical Medical Library de Londres, nous pouvons lire la prière suivante contre le ver :

"De la mort du ver
Mort est le ver que le lyon dou lignaige de Juda a vaincu.

Racine de David,
Verge de Jessé,
Estoille luisante,
Manuel.

Christ est nez.
Christ est vivifieez.
Christ est offers.
Christ est crucefiez.
Christ est resuscitez.
Christ vainc.
Christ tient l'empire.

Mort est cest ver.
Si te saint premierement en ta tribulation enz ver. Proie dieu que par sainte proiere cest cheval de tel poil et de tel poinne soit curé dou ver talpin lesquiex vers mengierent saint Job en sa face. Et mors forrei.
Et cest ver est mort.

Je te conjur par le Pere et par le Fils et par le Saint Espiriz, par la sainte trinité Dieu, par la sainte majesté Dieu, que tu n'aies pouoir de nuire a cest cheval.
En nom dou Pere et dou Fils et dou Saint Espirit.
AMEN.

Je te conjure, ver, par 1'avenement de Jhesus Christ, et par la sainte resurrection, et par la sainte ascension, et par toz les sains nons par lesquiex il est nommé, que tu ne faces aucune bleceüre en cest cheval.

Par le signe de sainte croix, je te conjure, ver, que tu n'emmendes, ne ne croisses, ne ne faces racines, et que tu ne puisse aler avant, ne monter ou chief, ne descendre es piez de cest cheval, ançoiz descroisses ou lieu ou tu es maintenant.
Mort le ver, en non dou Pere et dou Fils et dou Saint Esperit.

Par les trois parties que Dieus fist de son saintisme corps, je te conjure, ver, que tu n'aies force en nulle beste a quatre piez, més mors soies et a terre chiees.

Item je te conjure, par les quatre clous de quoi Jhesus Christ fu crucefiez en la croiz, et par les espines dont il fu corronez, et par la lance dont Longis le feri en son costé, que tu, ver, soies mort et excommeniez, et en nulle beste a quatre piez n'aies més pouor ne ne puisses estre une hore, aussi vraiement comme Dieu rechut char et sanc de Sainte Marie ne onques ne s'en dolut ne ne face cest cheval.

En nom dou Pere et dou Filz et dou Saint Esperit

  • 21 Londres, Wellcome historical library 546, fol. 88v°-89.

Faites cest carme le jeudi ou le diemence devant ce que le soleil soit levé et soiez certain qu'il vaut."21

68La Chirurgie des chevaux mêle remèdes médicaux et prières, celles-ci venant suppléer à une éventuelle inefficacité de ceux-1à.

  • 22 La chirugie des chevaux, Paris, B.N. 2001, fol. 7v°.

"Charme du souros
Au charme du souros doit non dire premierement : in nomine patris et filii et spirite sancti. Amen.
Et puis devés dire :
Ce est voirs que Dieu fu, et tout le monde fist ; et que toute creature crea, et que toute creature commanda a nestre et toutes nasquirent.
Ce est voirs que Dieu nasquit de la Virge Marie, pure virge, si comme li plout et corrme il vout, et comme Pere et corrme Fils et comme Saint-Esprit.
Si voirement corrme je ainxi le croy, cri je merci a nostre Signeur Jesus-Christ qu'il cest soros cuille aneantir.
Si touchiez a la main, en nom du Pere et du Filz et du Saint-Esprist. Amen22.

69Le traité d'hippiatrie de Guillaume de Villiers qui, rappelons-1e, date du milieu du xve siècle, comporte également des prières et des charmes. Plusieurs sont destinés à guérir le farcin, comme la prière suivante contre le farcin volant - qui s'adresse à Dieu et à Saint Eloi, patron des maréchaux :

  • 23 traité d'hippiatrie de Guillaume de Villiers, édition partielle par Y. Poulle-Drieux, op. cit. p.  (...)

"prenez deux neuz de l'erbe terrestre, des plus pres de la racine, et les mectes au front du cheval en croix et dictes : va de par Dieu et de par monseigneur sainct Eloy. Et le laissez tant comme vous vouldrés la estre."23

70Mais si médecine et prières ne suffisent pas, les hippiatres avaient aussi recours aux formules magiques. Un des manuscrits de la Marechaucie des chevax comporte une ligne s'adressant certainement plus au diable qu'à Dieu :

  • 24 Rome, Bibliotheca Apostolica Vaticana, Reg. lat. 1177, fol. 50 v°.

"† ORNA † FAAV † GALA † MODALA † GULA † ZOBOT † ZOMARIO † LATO † MALCO † AMEN"24

71Il s'agit de la dernière ligne avant l'explicit, écrite d'une autre encre que le traité. Nous n'avons trouvé ces paroles dans aucun autre manuscrit, il paraît donc certain qu'il ne faut pas les attribuer à Rufus.

  • 25 "SATOR
    AREPC
    TENET
    OPERA
    ROTAS"
    manuscrit PARIS, B.N., fr. 1287, fol. 112
    Sur l'interprétation de ce car (...)
  • 26 manuscrit Valenciennes 336

72En revanche, c'est bien Villiers qui propose des formules magiques pour guérir le cheval : célèbre carré magique, diverses paroles à prononcer ou encore talismans à faire porter par l'animal25. Villiers réclame à plusieurs reprises l'indulgence pour le fait qu'il s'adonne ainsi à des pratiques peu chrétiennes, il tente de se justifier en précisant qu'il ne croit qu'en Dieu mais, qu'en l'absence du maréchal, le recours aux charmes peut être nécessaire. Toutes les formules magiques sont biffées dans l'un des deux manuscrits du xve siècle de ce traité26.

***

73Au terme de cette brève présentation de la science des hippiatres au xiiie siècle, une constatation s'impose : le cheval malade était, à cette époque, aussi bien soigné que l'homme malade. Certes, la connaissance d'un maréchal est surtout empirique, il est un praticien, mais il est loin d'ignorer la pharmacopée et les thérapeutiques en usage alors. Le fait d'allier science et expérience fait justement sa force.

74Une question se pose toutefois : comment expliquer qu'un traité aussi sérieux que celui de Rufus n'ait pas fait davantage d'émules ? Comment se fait-il qu'au xive siècle et au xve siècle sa méthode expérimentale n'ait pas été systématiquement reprise et améliorée, surtout en France où certains de ses caractères novateurs ont même été supprimés ?

  • 27 voir revue La Recherche, février 1992.
  • 28 Guy Beaujouan, La prise de conscience de l'aptitude à innover (le tournant du milieu du 13e siècle(...)

75On peut penser que le fait que l'hippiatrie ne soit pas une discipline enseignée a pu jouer en ce sens. Ces ouvrages circulaient dans les écuries, en assez grand nombre puisque nous avons conservé plus de 50 textes de la Marechaucie des chevax en différentes langues. Un récent article de Pierre Thuillier évoque cette opposition entre les techniciens et les intellectuels au Moyen Age27. Guy Beaujouan montre, dans un article sur la prise de conscience de l'aptitude à innover au xiiie siècle que "les découvertes scientifiques surgissent relativement en marge du système universitaire"28.

  • 29 Alain de Libera, Penser au Moyen Age, Seuil, Paris, 1991.

76On peut penser aussi que Rufus a bénéficié d'un entourage particulièrement favorable à la cour de Frédéric II de Hohenstaufen. Dans son livre Penser au Moyen Age29, Alain de Libera insiste sur ce qui fait, selon lui, la grandeur de Frédéric II, c'est à dire ses questions aux savants capables de lui répondre. Rufus participe bien de cet état d'esprit.

Notes

1 Le chevalier au lion (Yvain), éd. Mario Roques, Champion, Paris, 1975

2 Le chevalier de la charrete, ed. Mario Roques, Champion, Paris, 1972.

3 Le chevalier de la charrete, ed. Mario Roques, Champion, Paris, 1972.

4 Erec et Enide, ed. Mario Roques, Champion, Paris, 1973

5 Hervis de Mes, ed. Jean-Charles Herbin, Droz, Genève, 1992

6 Perceval, ed. Félix Lecoy, Champion, Paris, 1975.

7 Beaujouan (Guy), Poulle-Drieux (Yvonne), Dureau-Lapeyssonnie (Jeanne-Marie) : Médecine humaine et vétérinaire à la fin du Moyen-Age, Centre de recherches d'histoire et de philologie de la IVe section de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes, Droz, Genève, 1966.

8 Ruini (Carlo) Anatomia del cavallo, Bologne, 1598.

9 Dans cet article, toutes les citations de la Marechaucie des chevax sont faites d'après La science du cheval au Moyen-Age, le traité d'Hippiatrie de Jordanus Rufus, Brigitte Prévot, Klincksieck, coll. Sapience, Paris, 1991.

10 manuscrit Reims 991 : le livre de la garde des chevaux

11 ms. Reims 991, Le Livre de la cure et garde des chevaux, fol.62.

12 La chirurgie des chevaux, Paris, ms B.N. 2001, fol. 6v°

13 Paris, B.N. ms. fr. 1287.

14 La chirurgie des chevaux, Paris, ms. B.N. 2001, fol. 3v°.

15 Le cheval et ses maladies, Librairie Maloine, Paris, 3ème éd. 1980

16 op. cit. pp. 57-66.

17 La science du cheval au Moyen-Age, op. cit.(voir note 9).

18 à ce sujet voix L'hippiatrie dans l'occident latin, par Yvonne Poulle-Drieux, op. cit., p. 63.

19 La science du cheval au Moyen-Age, op. cit. (voir note 9).

20 La science du cheval au Moyen-Age, op. cit. (voir note 9)

21 Londres, Wellcome historical library 546, fol. 88v°-89.

22 La chirugie des chevaux, Paris, B.N. 2001, fol. 7v°.

23 traité d'hippiatrie de Guillaume de Villiers, édition partielle par Y. Poulle-Drieux, op. cit. p. 133.

24 Rome, Bibliotheca Apostolica Vaticana, Reg. lat. 1177, fol. 50 v°.

25 "SATOR
AREPC
TENET
OPERA
ROTAS"
manuscrit PARIS, B.N., fr. 1287, fol. 112
Sur l'interprétation de ce carré magique, voir Hans Biedermann, Lexikon der magischen Künste, Wilheim Heyne Verlag, München, 1986, p. 385-386.

26 manuscrit Valenciennes 336

27 voir revue La Recherche, février 1992.

28 Guy Beaujouan, La prise de conscience de l'aptitude à innover (le tournant du milieu du 13e siècle), in Le Moyen Age et la science, Klincksieck, coll. Sapience, Paris, 1991, p. 13.

29 Alain de Libera, Penser au Moyen Age, Seuil, Paris, 1991.

Auteur

Centres d'Études Médiévales d'Orléans

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540