Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cheval dans le monde médiéval

Destrier de Cornöaille et mener contre cheval : parler pour ne rien dire ?

May Plouzeau

Texte intégral

1Les présentes pages sont consacrées à l’examen de deux endroits de la Vengeance Raguidel qui m’ont fait achopper : je me demandais à quoi renvoyait le syntagme de Cornüalle qualifiant un destrier, et ailleurs ne savais pas éditer le groupe contre cheval de mes manuscrits. Bien que le point de départ en fût ténu, les recherches qui viennent mettent en jeu de nombreux textes et articulent plusieurs domaines du savoir, elles mettent en question notre façon de lire les poètes, et, à ce qu’il me semble, conduisent à des réponses (ne parlons pas de découvertes) qui n’avaient pas été nettement formulées auparavant, ou qui n’avaient pas été formulées exactement de la même manière. En sorte que tant les syllabes qui m’ont arrêtée au départ que les lignes qui leur sont dévolues ne constituent peut-être pas cet objet absolu d’inanité sonore que d’insidieux soupçons me représentent parfois.

***

  • 1 Pour la signification des sigles, voir Abréviations d’ordre bibliographique. B et L sont mentionné (...)
  • 2 Il existe une édition basée sur M qui a été procurée en 1963 par E. E. Wilson (RaguidelW, sans int (...)
  • 3 Très soignée, mais le parti pris de ne pas ponctuer à la moderne, joint à l’absence de glossaire, (...)

2Voici ce qu’il faut savoir du texte. Écrit par un certain Raoul, La Vengeance Raguidel est un roman arthurien de la fin du 12e ou du début du 13e siècle, classique par sa longueur (environ 6 000 octosyllabes), sa facture et son contenu. Le théâtre de l’action est l’actuelle Grande-Bretagne. Le roman est conservé dans deux manuscrits complets (ou presque) : A et M, et dans deux fragments, L (v. 1 à 29) et B (v. 3484 à 3633). Les manuscrits, complets ou fragmentaires, sont tous du 13e siècle. A et M sont picardisants1. Le texte de la Vengeance dans chacun de ces quatre documents a été copié par un seul scribe. Le texte de A a été procuré successivement par Hippeau (RaguidelH, médiocre édition) et par Friedwagner (RaguidelF, excellente édition). Hippeau et Friedwagner ne connaissaient pas encore l’existence de M. Ce dernier manuscrit est la base d’une édition que j’ai en chantier (RaguidelP)2. La Vengeance a fait l’objet d’une adaptation médiévale en néerlandais, couramment appelée Die Wrake van Ragisel. C’est une version qui suit d’assez près la version du manuscrit M, mais dont il ne nous reste que des fragments. Cette adaptation néerlandaise en vers a à son tour été utilisée et adaptée, fortement contractée et toujours versifiée, pour entrer dans la compilation du Lancelot néerlandais. On peut lire dans Gerritsen (WrakeG) la démonstration de ces faits, ainsi que l’édition3 des Fragments et celle de la partie de la Lancelot-compilatie qui narre l’épisode de la Wrake.

***

3Au v. 5629 de RaguidelP, un chevalier prêt au combat est monté

  • 4 Variantes (y compris graphiques) : .i. blancant (bla’cant MS) de Cornouaille. Le copiste de A pens (...)

Sor .i. bauçant de Cornüalle4.

  • 5 J’utiliserai désormais cette graphie du mot en dehors des citations.

4Plusieurs questions se posent, qui sont liées entre elles. Quelle région le mot Cornüalle représente-t-il ? Cette région pratique-telle l’élevage de chevaux au Moyen Âge ? Y a-t-il alors une race chevaline de Cornöaille5 ?

  • 6 Cf. WrakeG, p. 442.

5Les premières données du texte sont les suivantes : le mot Cornöaille ne se trouve qu’ici dans l’ensemble constitué par le texte édité et la varia lectio, et le bauçant n’est pas autrement défini qu’en ce vers. Par ailleurs, la Wrake n’éclaire pas : les Fragments n’ont pas transmis le passage qui contient ce vers, et la Lancelot-compilatie ignore le détail qui nous intéresse6.

  • 7 Sur ces deux faits, voir par ex. Langlois Table, WestIndexVerse et West Index Prose. À consulter l (...)

6Si nous quittons la Vengeance pour d’autres textes médiévaux, nous voyons d’un côté que Cornöaille désigne à l’occasion une région de Bretagne, la Cornouaille, mais de l’autre que le mot fait référence, sans ambiguïté possible, en de très nombreux endroits et en particulier dans les romans arthuriens en vers, aux Cornouailles, en Grande-Bretagne7. Comme sur le plan de la toponymie la Vengeance est plutôt classique, notre mot devrait y désigner, banalement, les Cornouailles.

  • 8 Cf., dans le présent recueil, la n. 7 de l’art, de P. Mane, Images du cheval /./. Nous reviendrons (...)

7Si l’on tient à hésiter entre “Cornouaille” et “Cornouailles” (lequel choisir ?), il faut quitter la Vengeance pour aborder l’histoire économique des deux contrées ainsi que l’histoire des races chevalines, en espérant que les deux régions se distinguaient nettement sur ces points à l’époque qui nous occupe. Mais en matière d’élevage, tout porte à croire que la nature de la terre et du climat leur prêtait des aptitudes similaires. Puisqu’on élevait des chevaux en Bretagne au Moyen Age8, il devait aussi s’en trouver dans les Cornouailles. Et, à dire le vrai, bien rares devaient être les endroits d’Europe où l’on n’élevât pas de chevaux, et la question exacte est bien de savoir si l’une de nos deux régions s’est illustrée en la matière.

8Sur ces realia, je n’ai pour l’instant pas lumière qui ne provienne de la production littéraire littéraire du Moyen Âge, car dans un premier temps j’avais décidé de ne pas étudier l’histoire économique ou hippologique. Ce que je puis présenter, c’est la place de Cornöaille comme nourricière de chevaux dans deux grands domaines de la fiction française médiévale : roman et chanson de geste. L’on verra que le mot place est à prendre en plus d’un sens.

  • 9 Voir KitzeRoss dans la bbg. La composition du corpus (et la clé des abréviations) de cette étude s (...)
  • 10 J’ai vérifié dans les textes indiqués par l’art. Cornöaille de cet Index toutes les attestations d (...)
  • 11 Des textes cités dans l’article Cornöaille de Flutre Table et qui n’appartiennent ni au corpus de (...)

9Dans son étude sur les chevaux dans les “romans” arthuriens et d’aventures écrits en ancien français, Kitze a dépouillé un vaste corpus de récits en vers9. Il n’oublie pas de s’intéresser aux épithètes géographiques. Il n’a trouvé qu’une seule mention de Cornöaille en relation avec des chevaux : celle de notre texte. Or, cette singularité est significative : parce que le corpus de Kitze est étendu ; parce qu’il y a rencontré d’autres épithètes géographiques de chevaux, et souvent de façon récurrente ; et parce que Cornöaille apparaît souvent dans son corpus, mais dans d’autres cotextes : c’est ce qu’il est facile de vérifier en élucidant les attestations de Cornöaille fournies par un répertoire de noms propres dont le corpus recoupe très largement celui de Kitze, à savoir West-IndexVerse10. Pour traquer des attestations qui associent Cornöaille et chevaux dans un corpus plus élargi de romans médiévaux, il conviendrait de se reporter à toutes les attestations du mot signalées par West-IndexProse et par Flutre Table (pour s’en tenir aux productions en oc et en oïl). J’ai fait systématiquement le travail ainsi défini seulement pour une partie des titres donnés par Flutre Table (ce qui forme tout de même un ensemble assez vaste)11 : je n’ai pas découvert d’attestation supplémentaire.

10Bref, en l’état de mes recherches, Raguidel est le seul roman français ou provençal du Moyen Âge où l’on parle de cheval de Cornöaille.

  • 12 Cf. Moisan 1/2, 1121. Moisan signale cinq occ, mais il convient de retrancher Foulque de Candie 13 (...)

11En ce qui concerne l’association Cornöaille/chevaux dans les chansons de geste d’oïl et d’oc, la collecte est en principe aisée, puisque Moisan en signale explicitement les co-occurrences. Vérification faite12, on aboutit au nombre de quatre chansons qui la pratiquent, une fois chacune, et dont voici un classement grossièrement chronologique : les chansons de Godefroi de Bouillon (version Hippeau), des Saisnes (deuxième partie), de Florence de Rome et des Enfances Ogier. Dans tous ces textes, le cheval de Cornöaille est un destrier.

12Nos cinq attestations sont donc :

Sor .i. bauçant de Cornüalle
(RaguidelP 5629),
Tost li fu amenés li bais de Cornoalle
(GodBouillH, p. 70),
Ai tant Justamonz broche le bai de Cornoaille
(SaisnesTLF 3594L),
Il broche le destrier, que vient de Cornoaille
(FloRomeCh 3834),
Norris avoit esté en Cornouaille
(EnfOgierHe 5405).

  • 13 Voici le détail : pour Raguidel, voir le début de la section Cornöaille ; le v. de Florence de Rom (...)

13En ce qui concerne les variantes, celles des éditions qui les procurent (toutes, sauf GodBouillH) n’en font apparaître de significatives que dans SaisnesTLF : nous y reviendrons13.

  • 14 Frappier Destriers, p. 100.

14Si nous croyons pouvoir exploiter ces textes à la recherche de “traits de réalité”14, voici ce que nous remarquons. Tout d’abord, on peut comprendre le syntagme de Cornöaille comme une allusion à la région où les chevaux ont été élevés : c’est ce qui ressort des exemples de Florence de Rome et des Enfances Ogier. En revanche, aucun texte ne permet d’affirmer que ce syntagme désignerait nécessairement une race (j’emploie ce mot au sens où, par exemple, un percheron peut naître et s’élever ailleurs que dans le Perche). Mais rien non plus ne permet d’affirmer que le syntagme ne soit pas apte à désigner une race dans le sens qui vient d’être illustré par le mot percheron. En poussant l’exploitation “réaliste” des textes, nous préciserions que les chevaux de Cornöaille peuvent être bais et avoir des balzanes. Nous ne disposons pas d’autre élément de description.

  • 15 Voir infra, n. 42.
  • 16 Frappier Destriers, p. 101.
  • 17 Du moins, dans les romans et chansons, et en l’état de mes connaissances : le mot est absent de La (...)
  • 18 Cf. respectivement GodBouillH, p. 70 et FloRomeCh 3850 (arrabi est à la rime dans les deux cas). F (...)
  • 19 Les noms de lieu en -aille sont assez peu nombreux ; ainsi, et sauf erreur de ma part, on n’en tro (...)
  • 20 Cf. FrappierDestriers, p. 101.

15D’autre part, il suffit d’examiner l’agencement des vers pour comprendre que se livrer à une exploitation réaliste de nos textes est une entreprise qui comporte bien des risques. Outre que les mots bai et bauçant peuvent avoir été appelés principalement par le rythme des vers15, la mention de Cornöaille peut également s’expliquer par des considérations de technique littéraire. En effet, que voyons-nous ? Dans les cinq occurrences, Cornöaille figure en fin de vers, et ce mot ne fait lui-même l’objet d’aucun développement. Les cinq fois, il se trouve dans des textes rimés (aucune des chansons de geste impliquée n’est assonancée) et qui par ailleurs, comme on s’en rend compte à les lire de bout en bout, ne portent pas la griffe de stylistes exceptionnels (même si certains de ces textes se lisent sans déplaisir et si certains de leurs auteurs se sont montrés brillants en d’autre œuvres). Voilà qui laisse à penser que notre Cornöaille est convoquée à cette place du vers moins pour sa réputation de nourrice de chevaux que comme expédient de versificateur. Et ce qui donne du crédit à cette opinion, c’est que précisément à propos de Cornöaille s’exercent à plusieurs reprises ces “méfaits” de la laisse rimée dont parle J. Frappier16. Tout d’abord, le passage des Saisnes cité plus haut se trouve dans une partie de la chanson qui n’est conservée que dans deux manuscrits : au lieu de bai de Cornöaille, le manuscrit T porte b. d. Senegaille (Sinigaglia, ville de l’Adriatique que je n’ai pas trouvée ailleurs associée à des chevaux17). Ensuite, le cheval de Cornöaille de Godefroi de Bouillon et de Florence de Rome est présenté comme le destrier arrabi, à quelques vers de distance18. Notre Cornöaille viendrait rejoindre à la rime19 tant de ces régions, parfois de fantaisie, dont les chansons tardives nous disent les destriers originaires20. Et s’il en est bien ainsi, il est vain de rechercher en ce toponyme la moindre allusion réaliste, dans la vie on ne fait pas venir de chevaux de Cornöaille, il n’y a jamais eu de race de ce nom, le syntagme ne peut rien évoquer, et dans notre vers de départ, Sor .i. bauçant de Cornöaille, n’était la présence de bauçant, l’écriture serait totalement incolore.

16Ce qui apparaît maintenant, c’est que parce que nous ne trouvons pas de référent réaliste à Cornöaille, nous sommes amenés à porter un jugement critique sur le style de Raoul dans le vers qui contient le mot : a-t-il écrit pour ne rien dire ? La question de Cornöaille dépasse le simple plan de la compréhension du texte, elle mérite qu’on s’y attarde, elle exige qu’on la reprenne sous des éclairages nouveaux.

  • 21 Je compte en fin d’article faire la synthèse de quelques-unes des difficultés que j’ai rencontrées
  • 22 Cf. n. 11.

17Pour invalider l’hypothèse selon laquelle les chevaux de Cornöaille, ne se trouvant qu’en rime, sont des chevaux à usage exclusivement poétique, il est une solution très simple dans son principe : c’est de montrer que ces chevaux se rencontrent aussi dans des textes en prose, et, idéalement, qu’ils se rencontrent jusque dans des textes en prose qui ne sont pas de fiction, et où l’agencement de l’écriture ferait de cette mention un élément indispensable du récit. Globalement, je n’ai pas fait cette recherche, parce que vu la facture des répertoires onomastiques dont je disposais, elle eût exigé un temps infini21, et des textes en prose je n’ai fréquenté dans la perspective “cornouaillaise” que ceux qui ont été mentionnés en note à propos des titres de Flutre Table22 : tout ce que je puis affirmer, donc, c’est qu’il n’y a pas de cheval de Cornöaille dans le (minuscule) corpus de romans en prose que constituent la Mort Artu, la Queste del Saint Graal et la Manekine en prose.

18Mais j’ai l’intuition que l’examen des textes en prose aurait peu de chance de nous apporter des destriers de Cornöaille : nous allons voir en effet que d’autres facteurs que ceux qui ont été examinés jusqu’ici nous amènent à juger que ces chevaux de Cornöaille relèvent plus des exigences de la versification que de la réalité de l’élevage.

  • 23 Les Fragments n’ont pas conservé les passages où se trouvent les trois épithètes de RaguidelP (345 (...)

19Pour tenter d’en établir la preuve, je partirai d’une remarque à première vue paradoxale. C’est que dans la Vengeance, trois autres destriers encore sont caractérisés au moyen d’une épithète géographique : l’un est gascoing, l’autre norois, le dernier de Castele. Tout comme de Cornüalle, ces épithètes sont sont placées en fin de vers. Tout comme cette épithète, elles ont disparu de la Wrake néerlandaise23. Dirons-nous, comme nous l’avons fait à propos du mot Cornöaille, qu’il s’agit là de simples commodités de versification, sans lien avec la réalité ? Non, et voici pourquoi.

  • 24 Langlois Table relève les adj. ethniques, qui sont écrits avec une majuscule ; en outre, dans cett (...)
  • 25 Les destriers norois viennent dans une deuxième vague de chansons, cf. Frappier-Destriers, p. 101.

20Le “non” s’appuie sur la statistique : contrairement à ce qui se produit pour de Cornöaille, les trois autres épithètes abondent dans les textes pour qualifier des destriers. Ainsi, Kitze Ross les a toutes trouvées avec cette fonction, en grand nombre, et un peu partout dans son corpus (qui, rappelons-le, est constitué de récits en vers, arthuriens et d’aventures), ce qui contraste avec la singularité du bauçant de Cornüalle de Raguidel. Ainsi encore, une très grande partie des (longs) articles norois et gascon de TL est consacrée aux cas où ces mots qualifient des chevaux. Dans la Table de Langlois, les articles Castelain, Castele, Gascon, Gascoigne et Norois sont tout aussi éloquents24. À cela s’ajoute le fait que des destriers d’origine espagnole et gasconne apparaissent dès les plus anciennes chansons de geste25. Il faut donc admettre que la mention de la Gascogne, de la Castille et de la Norvège n’est pas un simple ornement, mais un “trait de réalité”.

21Quel trait de réalité ? Si ces épithètes ont un sens réaliste, elles doivent être aptes à susciter par leur seule présence une idée et dans certains cas une image précise. Nous allons maintenant examiner si les attestations de la Vengeance appuient cette hypothèse.

22Les deux premiers exemples sont tirés du récit.

Li cevals sor qoi il estoit
Ert uns sors bauçans de Castele

23et

  • 26 RaguidelP, respectivement 4160-4161 et 5628-5629. Var. de sens (MS A) : i sëoit 4160, l’e. laciet (...)

Il est montés, l’elme en son cief,
Sor .i. bauçant de Cornüalle26.

24À ces endroits, les adjectifs bauçant (“balzan”) et sor (i. e. d’un roux doré) nous apportent des informations à valeur descriptive : la logique du texte nous permet de croire que les épithètes géographiques, quant à elles, en indiquant la région d’origine des destriers, sont destinées à évoquer non leur apparence, mais leur excellence : ces deux passages n’appuient pas l’hypothèse selon laquelle les deux épithètes invoquent nécessairement un ensemble de qualités repérables à l’œil. Il n’est pas indifférent de savoir que ces deux groupes de vers prennent place en des passages qui s’étendent sur la présentation du chevalier qui monte le destrier (le il de nos vers) : en l’occurrence, la monture n’est qu’un des éléments de cette présentation, élément obligé, mais très secondaire par rapport aux autres : dans le premier cas, ce qui importe, c’est de décrire la difformité du cavalier, dans le second, c’est d’insister sur la nature de ses armes. Dans ces deux cas précis, l’examen de l’agencement de la fiction n’empêche pas de croire que ces épithètes géographiques sont là pour la simple convenance du poète et de sa rime.

25L’examen des deux dernières attestations impliquant des adjectifs géographiques ne permet pas les mêmes conclusions.

“Ves ci venir .i. jostëor
/./
Et sist sor .i. ceval norois
Por joster venus cele part”

26et

  • 27 RaguidelP, respectivement 1324-1331 et 344-345. Var. de sens (MS A) : Qui fu so. 1330 et s. le c. (...)

“/./
Cil chevaliers que là vëés
Armé sor cel ceval gascoing”27.

27Nous avons quitté le récit pour des discours. Dans le premier cas, celui qui parle décrit un tournoi auquel il prenait part et dont il était continûment vainqueur jusqu’au moment où surgit le jouteur au ceval norois ; l’apparition de ce dernier change la fortune du locuteur, qui est vaincu par lui, et cette défaite est capitale pour l’économie du roman. Dans le deuxième cas, le ceval gascoing est avec armés l’unique signe extérieur par lequel nous soit décrit le chevalier “que là vëés” chevalier que recherchent les personnages, qui ont d’impérieuses raisons de parvenir à l’identifier. Dans ces cas, non seulement l’adjectif géographique est la seule épithète qui s’attache aux destriers, mais à ces points du texte, les destriers sont les éléments les plus importants pour le processus d’individualisation de leur cavalier : l’examen de l’agencement de la fiction exige qu’en ces endroits nous voyions dans gascoing et dans norois des adjectifs qui dans leur concision évoquent une image précise.

28En d’autres termes : qualifier un cheval de norois ou de gascon, c’était susciter d’un mot forme, taille, puissance, caractère, de la même façon que, si j’entends vache bretonne ou vache de Salers, Rolls Royce ou Cadillac, s’éveillent en moi deux visions complètes, compactes, et tout à fait différentes. Même si, au plan purement stylistique, la valeur des mots, c’est-à-dire ce qui élève leur emploi à la plénitude de la formule ou le condamne à la vacuité du cliché, même si cette valeur ne tient pas uniquement (il s’en faut de beaucoup) à leur signification (je prends ce terme dans le sens trivial où par exemple l’anglais tree signifie “arbre”), il n’en reste pas moins que notre auteur paraît bien avoir voulu prêter un sens précis à norois et gascoing et que cela étant, il y a chance qu’il en soit de même pour les qualifications formées à l’aide de Castele et Cornöaille.

  • 28 FrappierDestriers, p. 101, lequel avoue ne pas s’être livré à ce type de recherches.

29Puisque l’écrivain ne paraît pas avoir voulu assigner un rôle purement verbal à ces épithètes, en refusant d’étudier à quoi elles renvoient, nous ne répondons pas à ses intentions : il faut de toute nécessité s’engager dans “l’histoire et la géographie des races chevalines”28, sans oublier que cette étude que nous avions décidé d’éluder, nous permettra peut-être, en dernier ressort, d’élucider l’identité de la terre de Cornöaille.

30Comme je ne m’attendais pas à devoir imprimer un tel tour à mes recherches, et que, malgré la très grande patience de notre directeur des publications, j’atteins la date limite de remise de la copie, la présente partie contiendra non pas une enquête poussée et des résultats assurés, mais un certain nombre d’indications destinées à orienter des recherches futures.

  • 29 En voici la liste, sous forme de titres abrégés (ils sont développés dans la bbg) : L. de Pas, Pon (...)

31J’ai d’abord consulté des livres sur les différentes races de chevaux actuelles. Ceux auxquels j’ai eu accès ne se présentent pas comme des ouvrages d’érudition, mais sont clairement écrits et pour la plupart superbement illustrés : je vais les appeler, d’un terme tout à fait impropre, les livres d’images29. Et la première réflexion qu’inspire leur iconographie, c’est qu’il y a tant de races de chevaux, et si diverses, qu’il est impossible que les mentions de chevaux gascons, norois etc. n’aient pas été destinées à susciter dans l’esprit des lecteurs ou auditeurs médiévaux quantité d’images colorées et contrastées. Cela dit, il convient d’être prudent : d’une part parce que la notion de race à pedigree, celle qui est liée à l’inscription au stud-book, est une notion moderne, et d’autre part, parce que les chevaux des races d’aujourd’hui ressemblent souvent fort peu aux ancêtres qui peuplaient leur région d’origine. J’ajoute que les auteurs de ces livres n’ont jamais fait de recherches historiques de première main (tel n’est pas leur propos), et que dans ce domaine, ils sont totalement dépendants des compilateurs qui les ont précédés : il conviendrait donc de vérifier toutes les informations de type diachronique qu’ils nous dispensent. Mais cette nécessaire prudence ne doit pas nous inciter au découragement : il y a lieu de croire que certaines races n’ont pas beaucoup changé d’aspect, les berceaux de races recouvrent souvent une aire d’extension géographique très réduite, et ils sont nombreux à l’extrême ouest de l’Europe, seule zone du monde impliquée par les quatre épithètes géographiques de la Vengeance. Abordons donc avec un optimisme tempéré la recherche de chevaux gascons, norois, de Castele et de Cornöaille.

32À première vue, la récolte est cependant très maigre, car je n’ai pas trouvé dans les “livres d’images” de chevaux “gascons”, “de Castille”, ou “de Cornouaille(s) ”. Réservant à plus loin le cas de la Norvège et gardant pour la fin celui de Cornouaille(s), je consacrerai quelques mots aux deux autres catégories de chevaux, en m’aidant de renseignements puisés ailleurs.

  • 30 “Espèce de cheval d’Espagne, de petite taille mais bien proportionné” (Littré).

33En ce qui concerne l’épithète de Castele, j’ai simplement trouvé mention dans ces “livres d’images” de chevaux andalous ; mais l’on peut penser au genet d’Espagne30, cheval de selle attesté dans les textes depuis le 14e siècle. Il n’est pas impossible que de Castele soit à prendre pour d’Espagne, par métonymie, et l’on connaît bien l’empreinte de la présence arabe dans la péninsule ibérique. Rien de cela n’est nouveau ni précis.

  • 31 Je dois cette information à l’obligeance de M. Périn-Riz.

34Les chevaux gascons sont très souvent mentionnés dans les textes de fiction des 12e et 13e siècles. Or, lorsqu’au 17e siècle Colbert organisa la cavalerie légère, il fit largement appel aux races locales de Gascogne, importante terre d’élevage31 : tout cela oblige à penser que cette terre fournissait effectivement des destriers au Moyen Age, mais l’on voit que ces éléments ne nous permettent pas de nous représenter quelle image notre auteur se faisait d’un destrier gascon (s’il s’en faisait une), ce qui est extrêmement fâcheux pour ma démonstration.

  • 32 On dit aussi døle-gudbrandsdal.
  • 33 On dit aussi fjord, fjoring, fjord norvégien, poney norvégien.
  • 34 Cf. McBaneCheval, p. 120-121, L. de Pas, Poneys, p. 88, SilverChevaux, p. 191.
  • 35 Or dans notre roman, les chevaux “montrent la couleur” jusque dans le combat : le texte ne mention (...)
  • 36 L. de Pas, Poneys, p. 29. (Cet ouvrage très bien fait et respectueux de son jeune public donne des (...)
  • 37 Cf. entre autres McBaneCheval, p. 121 (les auteurs que j’ai consultés n’étayent pas cette assertio (...)
  • 38 L. de Pas, Poneys, p. 29.
  • 39 Avant l’appel de la n. 52 de l’article qu’il donne au présent recueil.
  • 40 MegninHarnachement, 2e éd., p. 111. (Ouvrage remarquable, qui en général cite exactement ses sourc (...)

35Pour ce qui est de la Norvège, les spécialistes y rattachent deux races à l’heure actuelle : le døle32 et le fjordhest33. Ces races sont toutes deux résistantes et anciennes34, et la seconde nommée présente en outre le grand avantage (pour mon propos !) d’être identifiable au premier coup d’œil : avec sa courte encolure, sa raie de mulet, sa crinière hérissée, le fjordhest ne se confond avec aucun autre norois35. Ce cheval a ma préférence : outre son physique particulier, il a de grandes qualités, puisqu’“il sert à l’attelage, la randonnée, la voltige <et qu’> il /./ participe aux plus grands concours de dressage36”, et les auteurs vont répétant que c’était déjà le cheval des Vikings37. Et si le vaillant fjordhest est aujourd’hui classé parmi les poneys, cela n’exclut pas qu’on ait pu en faire un destrier. En effet, sa hauteur au garrot peut atteindre 1,45 m38, et il y a lieu de croire que les chevaux des guerriers médiévaux ne se comparaient pas du tout par la taille à nos actuels chevaux de course. J’en veux pour preuve certain développement de D. Collomp39 et le raisonnement que P. Megnin conduit à partir des destriers de la tapisserie de Bayeux : “Ces chevaux sont forts et vigoureux, mais ils ne sont pas de taille extraordinaire, ce qui le prouve c’est la longueur des étrivières montrant que les pieds du cavalier arrivaient à la hauteur du pli du genou40.” De son côté, M. Périn-Ruiz, dont j’ai déjà été amenée à mentionner le nom, conduit des recherches sur l’histoire de l’attelage : il veut bien m’informer que de nombreux éléments indiquent que le cheval du Moyen Âge n’était pas si grand.

36Si je me suis étendue sur ces considérations de taille, c’est qu’elles sont indispensables à une discussion sur les chevaux de Cornöaille : Cornouaille ou Cornouailles ? Je n’ai pas trouvé de cheval “de Cornouaille(s)” dans mes “livres d’image”, mais comme on va le voir, en mentionnant certaines races ils m’ont orientée vers l’une et l’autre région.

  • 41 Cf. McBaneCheval, p. 80.
  • 42 Mais nous n’oublions pas que le bai de Cornöaille constitue un hémistiche d’alexandrin (toutefois (...)
  • 43 Selon McBaneCheval, p. 80.
  • 44 Selon L. de Pas, Poneys, p. 54.
  • 45 Cf. L. de Pas, Poneys, p. 54.
  • 46 “Dans le testament de l’évêque Aelwold de Créditon (sic), datant de 1012 /./” (McBaneCheval, p. 81 (...)

37On trouve au sud-ouest de l’Angleterre deux berceaux de races chevalines : l’Exmoor et le Dartmoor. Les races correspondantes sont anciennes et résistantes, et l’isolement géographique a préservé la première “remarquablement pure”41. Comme l’Exmoor et le Dartmoor sont deux régions du Devon et que ce comté jouxte les Cornouailles, ils auraient pu être connus en France sous le nom de chevaux de Cornöaille : on notera en particulier que le Dartmoor est contigu aux Cornouailles. Précisons aussi que les chevaux des deux races peuvent avoir une robe baie, comme celle dont nous parlent nos textes42. Reste à savoir, à ce jeu des possibles, si leur petite taille ne les aurait pas rendus inaptes à en faire des chevaux de guerre : leur hauteur maximale au garrot est aujourd’hui respectivement 1,23 m pour l’exmoor43 et 1,27 m pour le dartmoor44. Remarquons simplement que ce dernier était encore récemment le très endurant cheval des fermiers de cette région45 et qu’il est question de dartmoor dans un testament de 101246. On le voit : l’approximation géographique, ce que nous savons de la morphologie de ces races, mon ignorance du commerce médiéval des chevaux, tout nous condamne à l’incertitude.

38Nous allons mettre à profit cette incertitude (afin de la redoubler) en nous tournant vers la Bretagne.

  • 47 Cf. MegninHarnachement, p. 111, MavréChevaux, p. 92 et McBaneCheval, p. 101. Ces chevaux différaie (...)
  • 48 Du moins, aux endroits cités à la note précédente, et dont l’accumulation ne doit pas tromper : po (...)
  • 49 M. Périn-Riz me conseille de me reporter d’une part à la thèse (inédite) de M. F. Cherchève, Le ch (...)

39Il existe une race de chevaux, dits bretons, dont certains types sont très appréciés de nos jours ; ces chevaux sont issus de chevaux bretons autochtones ; nos hippologues répètent que la Bretagne élevait des chevaux au Moyen Âge47 ; enfin il me souvient avoir rencontré des palefrois bretons dans les romans des 12e et 13e siècles. Certes un palefroi n’est pas un destrier, aucun des hippologues dont j’invoque l’autorité ne produit de document à l’appui de ses assertions48, et je n’ai pas rencontré chez eux de mention explicite de la Cornouaille. J’ai toutefois le sentiment que ces indications méritent d’être approfondies, en particulier par l’étude de l’histoire et de la géographie, et qu’il n’est pas impossible, contrairement à ce que j’avais d’excellentes raisons de croire en commençant à rédiger cet article, qu’un bauçant de Cornöaille, dans l’esprit de son auteur, soit un cheval venu du sud-ouest de notre Bretagne49 : les enseignements de la “réalité” nous obligeraient à corriger des déductions tirées de l’examen des textes littéraires.

***

40En effet, et pour nous résumer, voici d’où nous en sommes. Cherchant à comprendre ce que représentait Cornüallle dans l’expression bauçant de Cornüalle d’un roman en vers, nous avons examiné un corpus de textes de fiction versifiés, et déduit dans un premier temps de cet examen que les destriers de Cornöaille du corpus ne devaient pas contenir de trait de réalité. Dans un deuxième temps, nous avons examiné l’ensemble des épithètes géographiques caractérisant les destriers dans notre texte ; sans sortir de la fiction en vers, force nous a été de constater que certaines épithètes devaient susciter des images précises de chevaux et ne pouvaient être si fantaisistes ni “incolores” que nous l’avions pensé. Dans un troisième temps, nous avons donc quitté notre corpus de fiction médiévale pour des ouvrages dévolus aux races chevalines : à la fois pour trouver dans les realia confirmation de ce que nous avions découvert à propos de textes de fiction et pour connaître ces images. Au bout du compte, et sans doute faute d’avoir eu recours à des ouvrages d’histoire, nous ne savons toujours pas si en choisissant l’épithète de Cornüalle l’auteur entendait évoquer une région de la Grande ou de la Petite Bretagne. Notre parcours a donc tout l’air d’un simple tour de piste.

***

41En examinant maintenant un autre point difficile de la Vengeance, nous allons au contraire effectuer un trajet qui nous mènera d’un point à un autre : plus que le trajet précédent, il empruntera les voies de l’analyse linguistique.

42Alors qu’il suit tranquillement son chemin en compagnie de son frère Caheriet, Gauvain entend crier une pucele. Il s’élance du côté d’où proviennent les cris, et voici ce qu’il découvre :

  • 50 RaguidelP 3342-3355. Var. de sens (MS A) : N’a p. 3342, i. voit c. q. crïoit 3343, i voit 3344.

N’ot pas alé .ii. arpens loign
Qant il vit celi qui crïot.
.II. chevaliers armés i ot
Qui avoient le tierç ocis.
La pucele, ce m’est avis,
N’ot mie tort s’ele crïa.
Li uns des chevaliers li a
Asés fait honte et vilenie,
Car li chevaliers l’a saisie
À plain poing par le ceveçalle ;
De l’altre poing le tue et malle.
Ensi le fîert de main armee
Et l’a contre ceval menee
Parmi la lande traïnant.50

43J’expliquerai pourquoi j’ai hésité entre éditer contre ce val et contre ceval (groupe de mots qui ne se trouvent pas ailleurs dans la Vengeance) avant de m’arrêter à cette dernière solution.

44Si d’abord j’ai pu hésiter, c’est à cause du système graphique des deux scribes. Les deux manuscrits portent ceval. Or, comme les copistes sont picards, ils écrivent très souvent ceval pour “cheval” (le copiste de M utilise même presque exclusivement cette graphie), mais par ailleurs, il leur arrive souvent d’utiliser ce- avec la même valeur qu’en “françois” (cf. par ex. celi 3343, écrit de la même façon dans les deux manuscrits).

45Ce qui incline naturellement vers contre ceval, c’est que les copistes ont tous deux groupé les syllabes de la sorte, contre ceval. Mais ceci n’est pas une raison suffisante, parce qu’il arrive à ces copistes de ne pas détacher certains mots les uns des autres : cf., dans nos manuscrits, letierç 3345A, cemest 3346M, aplain 3351M.

46Inversement, voici pourquoi j’ai pensé à contre ce val. En premier lieu (je l’ai rappelé à l’instant), il est des cas où rien n’interdit de comprendre en deux mots ce que les copistes écrivent d’un seul tenant. En second lieu, le texte mentionne plus haut un “petit val” :

Tant oirre mes sire Gavains
Entre lui et Caherïet
Que il oï en un valet
Une pucele qui crïa.
(RaguidelP 3330-3333.)

47(Il est vrai que la seule variante non graphique du passage, i. ont .i. vallet 3332A, supprime le “petit val” ; mais le texte de A est mauvais au plan syntaxique, alors que celui de M est irréprochable.) Enfin, l’absence d’article invite à voir dans contre ceval une locution toute faite, du type à cheval. N’ayant pas rencontré cette locution au moment où j’abordais l’édition de ce vers, j’inclinais à préférer un facile contre ce val, où ce ferait allusion au valet déjà mentionné.

  • 51 Voir respectivement WrakeG, p. 311 (mais notre épisode est amputé du début) et WrakeG, p. 392.

48Il faut préciser que le valet/vallet 3332 ne joue aucun rôle dans la narration, pas plus que l’attitude évoquée par contre ceval, quelle qu’elle soit : pour ce qui est de la cohérence narrative, contre ceval et contre ce val sont aussi bons l’un que l’autre et si l’on supprime ces quatre syllabes, le texte reste parfaitement clair. En d’autres termes : si l’éditeur est perplexe, ce serait un nouvel effet de ce que j’ai appelé plus haut “l’écriture incolore” de l’auteur. Et les adaptateurs néerlandais ne s’y seraient pas trompés : rien de ce qui correspond à contre ceval ou à contre ce val de notre vers ne figure dans les Fragments de la Wrake ni dans la Lancelot-compilatie51.

49Reste à examiner ce qui, finalement conduit à éditer ceval.

  • 52 Au v. 1022, au lieu de en cele terre (texte de M), A porte en ce t. ; mais c’est une bévue manifes (...)
  • 53 Par exemple, entre le v. 1 et le v. 1000 de notre texte édité, se rencontrent six occurrences de c (...)

50La première raison est que l’usage de l’adjectif démonstratif ce est totalement inconnu des copistes de M et de A (du moins dans la partie des manuscrits qui contient la Vengeance), que ce soit sous la graphie ce ou sous la graphie che52. Comme le texte offre de nombreuses occurrences d’adjectif démonstratif devant un mot masculin singulier commençant par une consonne53, on peut s’appuyer sur la non-existence de c(h)e en cette fonction pour éliminer la lecture ce val.

51La seconde raison, c’est que le groupe contre cheval se trouve ailleurs, même si les lexicographes le connaissent à peine : si l’on consulte l’ensemble des articles consacrés à “contre” et à “cheval” par La Curne, Godefroy, TL, Du Cange (art. contra, caballus et equus), Huguet, Littré, Raynouard et le FEW (art. contra et caballus), on ne le trouve que dans l’article cheval de TL, qui donne deux exemples en tout (Aiol et Ogier).

52Le hasard m’a fourni quelques occurrences supplémentaires.

  • 54 Les MSS picards qui connaissent l’adj. dém. c(h)e troublent parfois les éditeurs. C’est ainsi qu’o (...)

53Avant de confronter ces occurrences, nous devons d’abord nous assurer que la lecture contre c(h)eval y est certaine ou à défaut très probable, et que celle de contre c(h)e val y est impossible ou à défaut improbable54. Précisons d’emblée que dans tous les exemples collectés, contre c(h)eval (c[h]e val ?) a pour cotexte mener (ou un verbe de sens similaire) aucun, et que la personne menée de la sorte l’est sans ménagement, tout comme dans la Vengeance.

54Contre cheval se lit dans AiolSATF 10814. L’unique manuscrit étant picard, che val ne serait peut-être pas impossible a priori. Mais on ne trouve pas d’étude de la langue du manuscrit dans AiolSATF ni dans AiolFoerster, si bien qu’on ne peut deviner si la lecture che val est seulement envisageable (sauf à relire intégralement le texte à la recherche des démonstratifs). Comme de toute façon le contexte ne mentionne pas de “val” (petit ou grand), la lecture contre cheval paraît assurée.

  • 55 La Chevalerie Ogier de Danemarche par Raimbert de Paris/./, Paris 1842.

55TL cite contre ceval d’Ogier d’après l’édition de Barrois55. On lit aujourd’hui l’exemple (exactement le même, à deux virgules près), dans l’édition Eusebi : contre ceval, OgierEusebi 634. Ici encore, a priori, on peut se dire que ceval et ce val sont également possibles, puisque le manuscrit de base (Tours, BM 238), a été copié en Italie sur un modèle provenant du nord de la France (cf. OgierEusebi, p. 35) ; en l’absence d’une étude détaillée de la langue du manuscrit de base, puisque les trois manuscrits d’Ogier paraissent d’accord (du moins, l’édition ne signale pas de variante à cet endroit, mais les principes qui ont guidé la confection de la varia lectio ne sont pas clairement exposés) et que le contexte ne mentionne pas de “val”, lisons contre ceval avec les éditeurs.

  • 56 Mais je ne sais si la copie de Durmart dans le MS est due à un ou à plusieurs scribes ; DurmartGil (...)

56On lit contre cheval dans DurmartGildea 5619. Le manuscrit (unique) comporte quelques picardismes, peu nombreux, mais nets (cf. chu 11, cho 17 [= ce, pronom], chaintures 52) : on pourrait donc en principe envisager che val56 ; comme dans les cas précédents, l’absence de “val” dans le contexte amène à lire contre cheval.

57On lit dans AspremontCFMA

Karlon /./
En amenrons contre ce val corant”
(AspremontCFMA 3775)

58et

/./ il en sera contre ce val menés.
(AspremontCFMA 3785.)

59Il s’agit de menaces de Sarrasins à l’encontre de Charlemagne. À mon sens, l’éditeur a choisi ( ? a-t-il hésité ? Il ne fait pas de note pour justifier sa lecture) ce val simplement parce que dans une laisse précédente le texte qu’il donne évoque des vaux à propos de la situation de l’armée sarrasine. Mais, comme j’espère le montrer, une lecture ceval est non seulement possible (le copiste, picard, utilise très souvent cette graphie de “cheval”), elle est préférable. Tout d’abord, l’évocation de vaux se fait d’une façon stéréotypée, qui répond plus aux impératifs de la rime qu’à la nécessité de fournir une description des lieux qui soit indispensable au déroulement de la narration (toujours le style incolore !) :

Lors s’esmuet l’os et a mont et a val ;
Qatre mil cor qui tot sont de metal
Par mi les tres i sonent contre val.
(AspremontCFMA 3734-3737.)

  • 57 Toutefois, un MS au moins donne une indication plus appuyée : à AspremontCFMA 3736 correspond dans (...)

60(On remarquera d’ailleurs qu’il suffit d’éditer amont, aval et contreval pour réduire l’importance des vaux dans le paysage57.) Ensuite, ce qui est édité contre ce val est écrit dans le manuscrit contre ceval les deux fois. Enfin (car nous avons précisément refusé, à propos de contre ceval de Raguidel, de nous en remettre aveuglément aux coupes de mots des copistes), il faut savoir qu’AspremontCFMA a pour base le manuscrit M de la Vengeance Raguidel. Deux copistes se sont partagé Aspremont dans le manuscrit (cf. AspremontCFMA, p. vii) ; or, le deuxième scribe d’Aspremont dans ce manuscrit, qui prend la plume à partir du v. 3294 d’AspremontCFMA, est aussi celui qui a copié tout Raguidel dans le codex (que j’ai examiné de près). AspremontCFMA ne renseigne pas de façon satisfaisante sur la langue de la copie, mais comme le scribe qui nous intéresse n’utilise pas une seule fois l’adjectif démonstratif (i)c(h)e dans la Vengeance, j’en déduis que ce val d’Aspremont est peu probable.

61On lit dans Girart de Roussillon

Con[trel] cheval l’en meine amont au vent.
(GirRossSATF 1419.)

  • 58 GiRossSATF, p. 485.
  • 59 Je ne m’intéresse pas aux fragments courts.
  • 60 Ce paraît bien être le cas : cf. l’éd. diplomatique de O par Foerster dans Rom. St. 5 (1880).
  • 61 Cf. GirRossRaynouard, p. 185, GirRossMichel, p. 27, GirRossHofmann, v. 840, p. 19 ; F. Apfelstedt (...)

62La typographie montre que Con[trel] est le produit d’une correction. Cette leçon est très intéressante, parce que, si elle est avérée, elle élimine toute possibilité de lire che val, élimination qui serait d’autant plus précieuse que la présence de amont peut suggérer l’idée de “val”, même si cette notion ne se trouve pas ailleurs dans le contexte. Mais à dire vrai, on est en mesure d’affirmer qu’une lecture che val est de toute façon exclue dans le manuscrit de base : en effet, le très riche glossaire de GiRossSATF “contient un répertoire de toutes les formes se trouvant dans le texte”58, et en consultant ce glossaire, l’on se rend compte que le copiste du manuscrit de base n’utilise jamais che comme adjectif démonstratif. Si la lecture cheval est assurée, il n’en reste pas moins que la présence de l’article défini ôte au syntagme la valeur de locution toute faite que nous entendons prêter à contre cheval. Nous allons donc essayer de montrer qu’une leçon contre cheval est possible. Tout le monde sait que la tradition manuscrite de Girart de Roussillon est curieuse, puisque le texte est conservé, complet ou fragmentaire, dans un manuscrit écrit en provençal, P, dans un manuscrit où l’oïl domine nettement par rapport à l’oc, L, et dans un manuscrit en langue mixte, oc et oïl, mais fortement teinté de provençalismes, O59. Ce dernier est la base de GirRossSATF. Le vers qui nous intéresse est dans une partie de Girart qui n’est contenue que dans O et P. Aucune mention dans la varia lectio, aucune note n’éclaire la genèse de la correction. Il convient donc de se reporter aux manuscrits ou, ce qui est moins recommandable, à d’autres éditions des manuscrits (je me suis contentée de cette dernière démarche) pour vérifier d’une part que le manuscrit de base porte bien Con ch.60 et qu’il doit être corrigé, et d’autre part la leçon de P. Ce dernier porte ce que les éditeurs lisent tous Contra’l (ou Contra l) caval61 La correction la plus immédiate est donc bien en effet contrel cheval ; mais si l’éditrice n’avait pas disposé de P, elle eût aussi bien pu proposer Contre cheval.

  • 62 GirRossSATF fait exception : si la référence “1419” manque à l’article contre, elle est en revanch (...)
  • 63 Cf. le silence d’AspremontCFMA, AiolSATF, AiolFoerster, DurmarGildea, OgierEusebi, RaguidelW et Ra (...)
  • 64 Il ne découvre une autre occurrence que in extremis ; il la mentionne dans les Zusätze und Verbess (...)

63Maintenant qu’est établie l’existence d’une locution contre cheval, il reste à en préciser le sens. Notons tout d’abord que le syntagme n’est pas traduit par TL, alors que ce dictionnaire est le seul à le relever et à lui consacrer une rubrique particulière. En ce qui concerne les éditions qui comportent un glossaire, aucun des éditeurs qui a choisi de lire contre ou con[trel] c(h)eval ne mentionne l’existence du syntagme dans les articles contre et/ou cheval (quand ils existent) ni ne relève à ces endroits le numéro du vers ou apparaît contre ou cheval dans ce syntagme62 Ce qui revient à dire que ce n’est pas à partir du glossaire de ces éditions que l’on a chance de savoir si elles renferment le groupe qui nous intéresse. Pour toutes les éditions, sauf une, le silence du glossaire s’explique parce que pour les éditeurs l’établissement du texte et du sens allait de soi, puisqu’ils ne consacrent pas de note aux endroits qu’ils lisent contre cheval, con[trel] cheval, voire contre ce val63. L’exception est RaguidelF, et le silence de Friedwagner est surprenant : il explique dans sa note au v. 3394 qu’il hésite entre éditer contre ce[st] val (il soupçonnait que le vallet de A cachait un “petit val”) et contre ceval, leçon qu’il conserve en fin de compte, mais sans enthousiasme : il ne connaît visiblement pas d’autre exemple du syntagme au moment où il rédige sa note64. Peut-être était-ce parce qu’il n’était pas sûr d’avoir établi le bon texte qu’il omet de consigner l’existence du syntagme dans son glossaire.

64Mais, nous l’avons vu, le syntagme est bien attesté, et le devoir du philologue, c’est de croire qu’il ne figure pas dans les textes sans nécessité.

65Nous allons maintenant examiner ces textes (réserve faite d’Aspremont, où nous feindrons provisoirement de croire acceptable une lecture ceval) en produisant les cotextes nécessaires et suffisants, c’est-à-dire en n’omettant rien de ce qui peut aider à comprendre contre cheval.

66Dans Aiol, Tumas a abattu son adversaire dans un combat et veut lui trancher la tête. L’autre lui crie merchi (AiolSATF 10810) et pour sauver sa vie propose à Tumas de lui rendre sa mère :

Et respondi Tumas : “Issi doit il bien estre”.
Contre cheval l’en meine par le nasal a destre,
Sel rendi Grasien qui Venisse gouverne.
(AiolSATF 10813-10815.)

67Durmart

/./ a set chevaliers veüs
Qui sor grans chevaus sont monté.
/./
Cinc chevaliers amainent pris
Les mains loïes, ce m’est vis ;
Venir les font contre cheval,
Trop lor faisoient honte et mal.
(DurmartGildea 5610-5620.)

68Durmart met en fuite les méchants, et les épouses des cinq chevaliers pris s’affairent auprès de leur mari :

Les cinc dames, bien le sachiés,
Ains ont lor maris desloiés
Mout tost et mout isnelement.
Puis les font armer vistement
Des armes ceaz qui sont ocis,
Et sor les granz chevaz de pris
Sunt monté li cinc chevalier.
(DurmartGildea 5717-5723.)

69Dans Girart de Roussillon, Fouque s’empare d’un traître :

Mais per cabel le cobre iradement ;
Con[trel] cheval l’en meine amont au vent ;
A unes autes forces cuit quel present.
(GirRossSATF 1418-1420.)
Varia lectio de l’éd. : “1418 Per los cabelhs lo près i. P.”

70Dans Ogier, les Francs ont été défaits par les païens, qui les emmènent prisonniers. Au nombre des captifs est Naimes, un personnage le remarque :

Namon regarde, si le conut assés
Ou il le vit contre ceval mener,
A pié batant en un carkan fermé :
Grans cox li paient de fus et de tinés.
(OgierEusebi 633-636 ; j’ai supprimé le point-virgule que l’éditeur place après assés.)
Varia lectio de l’édition : “636 cox om. ; 1. di AM.”

71Et rappelons notre point de départ :

Li uns des chevaliers li a
Asés fait honte et vilenie,
Car li chevaliers l’a saisie
À plain poing par le ceveçalle ;
De l’altre poing le tue et malle.
Ensi le fiert de main armee
Et l’a contre ceval menee
Parmi la lande traïnant.

  • 65 TL 2, 356, qui cite en principe d’après AiolFoerster, donne une leçon encore plus parlante d’Aiol  (...)
  • 66 Bangert Tiere, qui ne signale nulle part l’existence du syntagme, a tort d’évoquer notre passage d (...)
  • 67 L’ex. d’Aiol (AiolSATF 10804) se trouve dans la seconde partie d’Aiol, qui le cède beaucoup à la p (...)
  • 68 Pour notre passage de la Vengeance, il faut donc comprendre avec Friedwagner sie gegen sein Pferd (...)

72Dans tous les cas, on mène contre cheval une personne que l’on veut humilier. Tous les textes soulignent la brutalité de ce conduit, le traitement le plus doux étant de se faire mener par le nasal (Aiol). Celui qui est mené contre cheval est à pied : Ogier le dit explicitement et les notations des autres textes, réserve faite de Girart, ne laissent aucun doute à ce sujet : revoir successivement par le nasal65, Venir les font, Parmi la lande traïnant66. Il se trouve que, de tous les textes qui nous intéressent parce qu’ils portent contre cheval, Girart de Roussillon est, de loin, le plus dense et le plus vigoureux : pas de délayage dans cette extraordinaire chanson67. À la faveur du style de ce texte, on conclut que le syntagme contre cheval a nécessairement un sens précis. À la faveur des autres textes, on précise ce sens. Ce qu’il évoque, c’est un malheureux à pied, mené un train d’enfer par un autre qui est à cheval et qui le presse contre le flanc de sa monture, refusant de laisser à son prisonnier le relatif confort d’un lien assez lâche pour le maintenir à une certaine distance de l’animal. Songeons-y : être mené à pied contre cheval, c’est, physiquement, subir les effets les plus douloureux de la vitesse, c’est être en contact avec les poils, la sueur, l’odeur, les aspérités du harnais et des ferrures, c’est, de dame sur sa mule, perdre sa dignité, et, de chevalier, devenir pire que fantassin, c’est souffrir par ce qu’on dominait, c’est vivre l’envers du décor et du décorum68.

73Dans ces conditions, il faut reprendre le passage d’Aspremont. La bonne leçon est claire, et les menaces des guerriers Sarrasins deviennent autrement redoutables dans leur précision :

“Karlon meïsmes, le felon solduiant,
En amenrons contre ceval corant”

74et

  • 69 Cf. AspremontCFMA 3774-3775 et 3783-3785. Dans Naissance 4, éd. d’Aspremont fondée sur d’autres MS (...)

Li doi roi jurent, cascuns molt aïrés,
Se en batalle est Karles encontrés
Qu’il en sera contre ceval menés69.

75Loin de constituer quatre syllabes oiseuses dans des textes “incolores”, contre cheval est chargé de signification. C’est un syntagme dense, aussi plein qu’à cheval, dont il est comme une expression antonymique. La “décoloration” que nous prêtons au style des versificateurs provient à l’occasion de notre méconnaissance de l’ancienne langue.

***

76Pour conclure, je me contenterai d’émettre des vœux. En premier lieu, des vœux irréalistes, puis des vœux qui le sont moins.

77Il est des cas où, avant de parvenir à comprendre les textes, il convient de multiplier les approches et de dépenser beaucoup d’efforts. Ce type de démarche, les pages qui précèdent l’ont illustré ; il n’a pas besoin d’être défendu. La multiplicité des approches en fait chose longue, difficile, fatigante ; et les résultats en sont très souvent incertains. Je ne souhaite pas utiliser de “manœuvre”, et il y a peu d’apparence qu’un pays tel que le nôtre institutionalise jamais la pratique de “research assistants”. Ce que j’appelle de mes vœux, c’est une bibliothèque universitaire qui n’expose pas ses malheureux “usagés” aux agressions, antagonistes ou conjuguées, de la pluie et du dessèchement, du mistral et du confinement, du froid et du chaud, des lampes qui n’éclairent pas, des marches à gravir par dizaines, de la crasse, des pique-niqueurs, du soleil aveuglant. Espérer que cela change, ou plutôt s’améliore, c’est bien évidemment formuler des souhaits insensés.

  • 70 Langlois Table, p. vii.

78Les vœux réalisables concernent la facture des outils dont nous disposons. Dans le cas de Cornöaille, les recueils de noms propres de Flutre, Langlois, West et Moisan ont constitué mon outil de travail privilégié. Comme je cherchais à rassembler des attestations de Cornöaille liées aux chevaux, il m’aurait été utile que ces recueils signalent systématiquement les “raisons qui ont motivé leur présence dans un texte”70, par exemple, et pour nous en tenir à ce nom de Cornöaille, qu’ils le fassent par des mentions telles que “titre”, “musique”, “chevaux”, “pour signifier une contrée lointaine” etc. Les recueils onomastiques des chansons de geste, Langlois et (en principe) Moisan, sont les seuls à dispenser ce type de renseignements. Dans leurs recueils (dévolus aux romans), Flutre et West ne les donnent pas systématiquement. Voilà pourquoi j’ai souvent renoncé, à partir des seules références de Cornöaille que je trouvais chez eux, à m’embarquer dans la consultation des textes eux-mêmes : on aura remarqué que mes recherches ont fait aux romans en prose une part ridiculement réduite. Il va de soi que ce que l’on attend des recueils, on l’attend aussi des tables de noms propres des éditions, puisque ce type de recueils est lourdement tributaire de la conception de ces tables, sans parler de leur existence.

  • 71 Cf. par ex. KitzeRoss, n. 121 et n. 252, Bangert Tiere, p. 89.
  • 72 Cf. Flutre Table, entrée Comeualan.
  • 73 WestIndexVerse est un recueil très bien fait. Pourtant, l’auteur a exclu le nom signifiant “Cornou (...)

79Pour pouvoir situer la fréquence dans les textes de la qualification de Cornöaille par rapport à rapport à des qualifications telles que gascon, de Castele etc., il faut être en mesure de retrouver indifféremment les noms propres et les adjectifs géographiques qui sont faits sur les radicaux de ces noms. Ce qui se produit, c’est que d’une part leur statut d’adjectif leur vaut d’être exclus des recueils onomastiques (Langlois faisant exception) et que d’autre part, leur statut d’adjectifs géographiques les prédispose à être absents des dictionnaires de langue. Par exemple, je n’ai trouvé d’adjectif (ni de nom) fait sur le radical de Castele (“Castille”) ni dans TL ni dans Godefroy, alors que sont attestés les adjectifs c(h)astelain, castelan, castelois71 au sens de de Castele. Similairement, à lire ces dictionnaires, on croirait que l’ancien français ne connaît pas de mot formé sur Cornöaille et qui signifie “Cornouaillais” ou “cornouaillais”, ce qui est faux72. Nous n’avons pas besoin de réformer nos habitudes orthographiques pour inclure ces adjectifs dans nos tables des noms propres, où ils devraient figurer à côté des noms de nationalités73.

  • 74 Ex. de difficultés rencontrées : l’un des articles Cornüalle de la table de Silence, éd. Thorpe es (...)

80En ce qui concerne les références des occurrences, les recueils onomastiques combinent généralement deux pratiques, et ce de façon justifiée : pour un nom donné, ils fournissent leurs propres listes de références lorsque les textes qu’ils dépouillent ne comportent pas de table des noms propres ou quand ils les jugent très lacunaires ou fautives ; dans le cas contraire, ils se contentent souvent de renvoyer aux tables des éditeurs. Quel que soit le degré de proximité des textes où il opère (recueils ou tables des éditions), le chercheur (de Cornöaille, dans notre exemple) doit pouvoir disposer de listes de références complètes : il ne s’engagerait pas de cœur léger dans la relecture de milliers de lignes afin de traquer les attestations omises par un négligent éditeur. Or, la collecte des attestations est la base de sa démonstration74.

  • 75 Les noms composés (Ile qui Flote, Noir Chevalier etc.) posent toutefois de difficiles problèmes.

81Les textes écrits en vers sont très nombreux au Moyen Âge. Il est souvent opérant de savoir si un mot est situé en fin de vers ou non, car l’assonance et plus encore la rime appellent parfois des mots qu’y se trouvent rarement en dehors de cette place du vers. Il serait donc utile que les tables des éditions (puis les recueils qui en sont tirés) signalent au moyen de conventions typographiques appropriées si les noms sont en fin de vers. Dans la majorité des cas, la procédure est aisée75 ; elle n’est pas encore générale.

82Tous ceux qui pratiquent l’édition de textes médiévaux savent que dans le cas de textes conservés par plusieurs manuscrits, il est quasiment impossible que le manuscrit qu’ils choisissent comme base présente sans interruption la meilleure des leçons, et que les noms propres sont sujets à d’extrêmes variations d’un manuscrit à l’autre. Dans ces conditions, il est indispensable d’intégrer les variantes onomastiques dans les tables des éditions.

83Les vœux qui concernent les tables des noms propres, il n’est pas difficile de voir qu’ils s’appliquent pour une grande part aux glossaires des éditions. Et de fait, le chercheur est lourdement tributaire du travail des éditeurs de textes, et ce, dans toutes sortes de domaines : je prendrai maintenant l’exemple de contre cheval pour formuler quelques vœux complémentaires.

  • 76 “Gebundene Gefangene werden auf die Pferde gehoben [/./ : suivent des réf.] und auch wohl auf dens (...)
  • 77 Voir la note 66. Cela n’empêche pas Bangert Tiere de rester un ouvrage capital.

84Comme je l’ai découvert au dernier moment, BangertTiere nous dit, paragraphe 147, que les prisonniers ficelés étaient hissés sur les chevaux et peut-être même attachés aux chevaux76. Il illustre (si l’on peut dire) son propos d’une série de références sans les assortir des citations correspondantes. Ayant remarqué une fois qu’une des références produites par Bangert à l’appui d’affirmations similaires renvoyait, vérification faite, à un texte qui les contredit formellement, et qui en outre contient notre syntagme contre cheval77, je décidai de contrôler les références du paragraphe 147. Je n’ai pas été en mesure de le faire intégralement : en effet, pour certains des textes impliqués, je ne disposais en notre lointaine province que d’éditions du 20e siècle, alors que Bangert citait bien évidemment des éditions du 19e siècle ; je partais non de groupes de mots, mais de numéros de vers ou de page : il m’a à deux reprises été impossible de me reporter au texte lui-même, parce que ces éditions du 20e siècle n’offraient pas à leur lecteur de concordances, titre courant, manchettes etc. qui lui permissent de retrouver un passage cité d’après une édition antérieure, même si (et c’était le cas) cette édition aujourd’hui dépassée était la seule disponible jusqu’à récemment et qu’elle ait été utilisée par des générations de savants. Les éditeurs seraient bien inspirés de fournir des tables de concordances.

85Et ce n’est pas la seule attention que je leur demande. L’on a vu que pour prétendre interpréter les groupes contre c(h)e val ou contre c(h)eval des éditions, dans certains cas, (c’est-à-dire quand à la fois ne se profilait pas de val à l’horizon et que les manuscrits comportaient des traits picards), il eût été indispensable que l’éditeur nous face savoir le nombre de copistes qui ont transmis son texte et la façon dont ils se le répartissent, nous procure une étude de la langue des manuscrits qui n’exclue pas les démonstratifs, explique les habitudes graphiques des copistes touchant leur façon de grouper ou de dissocier les syllabes, indique clairement la nature des variantes retenues (dans le cas où existent plusieurs manuscrits).

86Je sais d’expérience qu’il est impossible de satisfaire à toutes ces exigences, et que la constitution de corpus électroniques les rendra pour partie obsolètes.

87Loin d’avoir formulé des souhaits réalistes, je n’aurai donc exprimé que de vains regrets : regrets d’avoir passé beaucoup de temps à combler les silences des recueils et des éditions et d’avoir emprunté tant de pistes difficiles qui se terminaient en cul-de-sac, au lieu de pouvoir m’engager plus tôt, plus vite, et surtout, avec plus de bonheur, dans des directions moins stériles, animée que j’étais du simple et naïf désir de me représenter ce que veut dire un texte : à ce qu’il me paraît, en effet, s’il est de mon devoir de ne pas déchiffer le secret du ptyx, d’avoir mêlé des fraises à la crème, je lis mieux la Recherche.

***

88Il me reste pour finir à payer mes dettes. En premier lieu, je remercie Monsieur Raymond Arveiller, de Paris, vénéré maître de philologie, qui m’a éclairée sur auferrant, et Monsieur Daniel Rocher, de Paris et Strasbourg, qui a répondu avec diligence à mes questions sur les correspondants allemands de roncin. Et à tous deux, je présente des excuses, puisque mes études sur l’un et l’autre mot n’ont pu prendre place dans les présentes pages. Je remercie Monsieur Willy Van Hoecke, de Rotselaar, qui a eu la bonté de me communiquer une bibliographie complète des versions néerlandaises de la Vengeance Raguidel et Monsieur Jaap Spa, de Saint-Estève de Blauvac, qui à maintes reprises a bien voulu partager avec moi les perplexités dans lesquelles nous plonge tous deux le moyen néerlandais. Je remercie le personnel des bibliothèques aixoises, municipales et universitaires, et je remercie notre Bibliothèque nationale dont les parcours d’obstacles férocement inventifs sont une splendide école de fortitude entre deux trains de nuit. Je remercie Monsieur Jean Subrenat, d’Aix-en-Provence, qui avec une inépuisable patience supplée aux lacunes de notre Bibliothèque universitaire en me prêtant ses livres, et je remercie mes collègues aixois, Mesdames Chantai Bourgne et Marie-Jane Pinvidic, Messieurs Roger Bellon et Ambroise Queffelec, qui en acceptant un surcroît de cours de langue médiévale m’ont donné tout loisir de m’abîmer dans les perverses délices de la recherche, de la rédaction, et de la dactylographie électronique. Je remercie ceux qui m’ont amenée à mieux utiliser l’ordinateur, que ce soit par leur enseignement, leurs conseils, ou simplement leur attitude devant leurs propres travaux : je veux parler de Madame Anne Sanouillet, qui vient de Nice à Aix organiser des stages, et de mes étudiants d’hier ou d’aujourd’hui : Mesdames Véronique Mestre et Marie-Jane Pinvidic, Mademoiselle Françoise Nicolas, Messieurs Henri Tournier et Jean-Michel Aliberti. Je remercie tous ceux qui m’ont éclairée sur les races chevalines : Madame Marie-Jane Pinvidic, envers qui ma dette est multiple, Monsieur Roger Périn-Riz, directeur du Centre équestre de Beaurecueil, et Madame Catherine Arcin, éleveur de chevaux dans la Sarthe, sans oublier ses fils, Pierre, Vincent, et Florent.

89Je remercie pour terminer Monsieur Ambroise Queffelec, déjà nommé : il m’a dit une fois qu’on n’écrivait jamais que pour soi, ce qui, étant donné l’orientation de nos propos, signifiait qu’en matière de littérature scientifique (il nous manque des brassées de guillemets), personne ne lit jamais personne. Dans cette remarque, j’ai puisé la force d’écrire plus librement et de choisir un titre adapté à son objet.

Bibliographie

Abréviations d’ordre bibliographique (ouvrages, périodiques, collections, sigles des manuscrits).

NB. Les titres reproduisent en principe ceux qu’ont choisis les éditeurs, mais la formulation de ce qui suit le titre me revient. Dans la reproduction de l’intitulé des livres, j’ai figuré en caractères gras le nom des auteurs médiévaux. L’existence de “reprints” n’est pas nécessairement signalée. À cause des pratiques éditoriales des CFMA (cf. ParisePlouzeau, p. 9), les dates d’édition des ouvrages de cette collection ne sont pas données.

A = appliqué à un MS de la Vengeance Raguidel, ce sigle désigne le MS Chantilly 472. — AiolSATF = Aiol, chanson de geste publiée d’après le manuscrit unique de Paris par J. Normand et G. Raynaud, Paris 1877 (SATF). — AiolFoerster = Aiol et Mirabel und Elie de Saint Gille /./ zum ersten Mal herausgegeben von W. Foerster, Heilbronn 1876-1882. — AspremontCFMA = La chanson d’Aspremont, chanson de geste du xiie siècle /./, éd. par L. Brandin, 2e éd. revue, 2 vol., Paris (CFMA 19 et 25). — Ausg. und. Abhandl. = Ausgaben und Abhandlungen aus dem Gebiete der romanischen PhilologieB = appliqué à un MS de la Vengeance Raguidel, ce sigle désigne le MS Paris, BN, nouvelles acquisitions françaises 1263. — Bangert Tiere = F. Bangert, Die Tiere im altfranzösischen Epos, Marburg 1885. (Ausg. und. Abhandl. 34). — CFMA = Les Classiques Français du Moyen Âge (collection). — Du Cange = Glossarium médiæ et infirmæ latinitatis, conditum a Carolo Dufresne, Domino Du Cange /./, 7 vol., Paris 1840-1850. — DurmartGildea = Durmart le Gallois, roman arthurien du xiiie siècle, éd. par J. Gildea, 2 vol., Villanova 1965-1966. — EnfOgierHe = Les œuvres d’Adenet le Roi, éd. par A. Henry. T. III, Les Enfances Ogier, Bruges 1956. — FEW = W. von Wartburg, Französisches etymologisches Wörterbuch, t. 1-21 et 24 plus quelques fasc. des t. 22, 23 et 25, Bonn puis Leipzig et Berlin puis Bâle 1922-.— FloRomeCh = Florence de Rome, chanson d’aventures /./, éd. par A. W6allensköld, 2 vol., Paris 1907-1909 (SATF). — FlutreTable = L.-F. Flutre, Table des noms propres avec toutes leurs variantes figurant dans les romans du moyen âge écrits en français ou en provençal /./, Poitiers 1962. — Frappier Destriers = J. Frappier, Les destriers et leurs épithètes, dans La technique littéraire des chansons de geste (Paris 1959), 85-104. — GirRossHofmann = Die Werke der Troubadours in provenzalischer Sprache, herausgegeben von C. A. F. Mahn /./. Erste Band, Girartz de Rossilho /./ herausgegeben von C. Hofmann, Berlin-Paris-Londres 1855. — GirRossMichel = Gérard de Rossillon. Chanson de geste ancienne publiée en provençal et en français /./ par Francisque Michel, Paris 1856. — GirRossRaynouard = F.-J.-M. Raynouard, Lexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, /./ précédé /./ d’extraits de poëmes divers, t. 1, Paris 1838, p. 174-224. [Le t. 1 a paru après le t. 2 ; rectifier entre autres et surtout la date donnée dans la bibliographie de GirRossSATF, p. 930 ; et cf. ici-même s. v. Raynouard.] — GirRossSATF = Girart de Roussillon, chanson de geste, éd. par W. M. Hackett, 3 vol., Paris 1950-1953 (SATF). — GodBouillH = La Chanson du Chevalier au Cygne et de Godefroid de Bouillon, éd. par C. Hippeau. T. II, Godefroid de Bouillon, Paris 1877.— Godefroy = F. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française /./, 10 vol., Paris 1880-1902. — GodinMeunier = La chanson de Godin /./, éd. par F. Meunier, Louvain 1958. — Huguet = E. Huguet, Dictionnaire de la langue française du xvie siècle, 7 vol., Paris 1925-1967. — KitzeRoss = A. Kitze, Das Ross in den altfranzösischen Artus- und Abenteuer-Romanen, Marburg 1888. (Ausg. und. Abhandl. 75). — L = appliqué à un MS de la Vengeance Raguidel, ce sigle désigne le MS Paris, BN fr. 2187. — La Cume = J.-B. La Curne de Sainte-Palaye, Dictionnaire historique de l’ancien langage françois /./, 10 vol., Niort-Paris s. d. [ 1875]-1882. — Langlois Table = E. Langlois, Table des noms propres /./ compris dans les chansons de geste imprimées, Paris 1904. — Littré = É. Littré, Dictionnaire de la langue française /./, réimpression par Gallimard-Hachette, 7 vol., Paris 1964. — M = appliqué à un MS de la Vengeance Raguidel, ce sigle désigne le MS Nottigham, Bibliothèque de l’Université MiLM6. — MavréChevaux = M. Mavré, Chevaux de trait d’hier et d’aujourd’hui, Paris 1988. — McBaneCheval = S. McBane et H. Douglas-Cooper, Le cheval, Paris 1991. — MegninHarnachement, 2e éd. = P. Megnin, Histoire du harnachement et de la ferrure du cheval, 2e édition, Vincennes 1904. — Moisan = A. Moisan, Répertoire des noms propres /./ cités dans les chansons de geste françaises et les œuvres étrangères dérivées, 2 t. en 5 vol., Genève 1986. — Naissance 4 = A. de Mandach, Naissance et développement de la chanson de geste en Europe. T. IV, Chanson d’Aspremont, Manuscrit Venise VI et textes anglo-normands inédits /./. Droz 1975. — OgierEusebi = La Chevalerie d’Ogier de Danemarche. Canzone di gesta edita per cura di Mario Eusebi, Milano 1963. — ParisePlouzeau = Parise la duchesse, éd. par M. Plouzeau, 2 vol., Aix-en-Provence 1986. — L. de Pas, Poneys = Louis de Pas et Laurent Cresp, Poneys, Paris 1987. — QuesteCFMA = La Queste del Saint Graal, éd. par A. Pauphilet (CFMA 33) — RaguidelF = Raoul de Houdenc, Sämtliche Werke, éd. par M. Friedwagner. T. II, La Vengeance de Raguidel /./, Halle 1909. — RaguidelH = Raoul le Trouvère, Messire Gauvain ou La Vengeance de Raguidel, éd. par C. Hippeau, Paris 1862. — RaguidelP = Raoul, La Vengeance Raguidel, éd. en cours par M. Plouzeau. — RaguidelW = La Vengeance Raguidel : A Critical Edition, par E. E. Wilson, Chapel Hill 1963 (thèse). — Raynouard = F.-J.-M. Raynouard, Lexique roman /./, réimpression de l’original de Paris, 1836-45, 6 t. en 5 vol., Heidelberg s.d. [Cette éd. commence en fait avec la p. 1 du t. 2 de l’éd. originale, où tout tout ce qui précédait cette p. était autre chose qu’un Lexique ; voir aussi s. v. GirRossRaynouard.]— Rom. St. = Romanische Studien. — SaisnesTLF = Jehan Bodel, La Chanson des Saisnes, éd. par A. Brasseur, 2 vol., Genève 1989 (TLF 369). — SATF = Société des Anciens Textes Français. — SilverChevaux = C. Silver, Tous les chevaux du monde, Bordas 1986. — TL = A. Tobler et E. Lommatzsch, Altfranzösisches Wörterbuch, 10 vol. plus deux fasc. du 11e vol. (u-vïaire), Berlin puis Wiesbaden 1925- — WestIndexProse = G. D. West, An Index of Proper Names in French Arthurian Prose Romances, Toronto 1978. — WestIndexVerse = G. D. West, An Index of Proper Names in French Arthurian Verse Romances, 1150-1300, Toronto 1969. — WrakeG = Die Wrake van Ragisel, éd. par W. P. Gerritsen, 2 vol., Assen 1963.

Autres abréviations, signes conventionnels.

Abrév. = abréviations. — adj. = adjectif, adjectifs. — art. = article, articles. — bbg = les Abréviations d’ordre bibliographique du présent art. — BM = Bibliothèque municipale, British Museum. — cf. = confer, “comparez”. — cit. = citation. — dém. = démonstratif. — éd. = édité, éditée, édition, éditions. — ex. = exemple, exemples. — i. e. = id est, “c’est-à-dire”. — MS = manuscrit. — MSS = manuscrits. — n. = note. — NB = nota bene, “remarquez bien”. — occ. = occurrence, occurrences. — p. = page, pages. — par. = paragraphes. — réf. = référence, références. — sqq. = sequentes, “(et) suivants, (et) suivantes”. — s. v. = sub verbo, “au mot”. — t. = tome, tomes. — v. = vers. — var. = variante, variantes.

/./ : ce signe indique que je pratique une coupure dans mes sources.

Notes

1 Pour la signification des sigles, voir Abréviations d’ordre bibliographique. B et L sont mentionnés pour mémoire : nous n’aurons pas recours aux passages qu’ils ont transmis.

2 Il existe une édition basée sur M qui a été procurée en 1963 par E. E. Wilson (RaguidelW, sans intérêt).

3 Très soignée, mais le parti pris de ne pas ponctuer à la moderne, joint à l’absence de glossaire, limite considérablement l’usage qu’en peut faire un profane.

4 Variantes (y compris graphiques) : .i. blancant (bla’cant MS) de Cornouaille. Le copiste de A pensait peut-être à un blanchart, un “cheval blanc” : voyez dans le présent recueil l’art. d’A. Planche et par ailleurs Bangert Tiere, par. 58 et 71.

5 J’utiliserai désormais cette graphie du mot en dehors des citations.

6 Cf. WrakeG, p. 442.

7 Sur ces deux faits, voir par ex. Langlois Table, WestIndexVerse et West Index Prose. À consulter les Index de West, les Tables de Flutre et de Langlois, ainsi que le Répertoire de Moisan, l’on voit que Cornöaille ne prend pas d’-s en ancien français, quelle que soit la signification du mot.

8 Cf., dans le présent recueil, la n. 7 de l’art, de P. Mane, Images du cheval /./. Nous reviendrons sur ce point.

9 Voir KitzeRoss dans la bbg. La composition du corpus (et la clé des abréviations) de cette étude se trouve dans E. Bormann, Die Jagd in den altfranzösischen Artus- und Abenteuer-Romanen, 1887 (Ausg. und Abhandl. 68) ; le corpus comporte non seulement des romans, mais aussi des lais, les uns et les autres en grand nombre, et très bien choisis.

10 J’ai vérifié dans les textes indiqués par l’art. Cornöaille de cet Index toutes les attestations du mot que j’ai pu trouver, en complétant les unes par les autres les listes de références de West et celles des éd. auxquelles il renvoie (quand ces éd. comportent de telles listes) : au total, plus de cent-vingt réf. (Je signale que la réf. “22487” d’Escanor est fausse ; je ne sais la rectifier.)

11 Des textes cités dans l’article Cornöaille de Flutre Table et qui n’appartiennent ni au corpus de KitzeRoss, ni à celui de WestIndexVerse ni (j’anticipe), à celui de Moisan, j’ai pu consulter les suivants (je reprends l’ordre et les abrév. de Flutre Tablé) : Florim., Fouke, Ille, Ipom., Isaïe I (j’ai utilisé l’éd. Giacchetti d’Ysaÿe le Triste, Rouen 1989), Manek. pr., Meliador, Mort A., Rose, Silence, Sone, Warew., Blandin, G. de la B. : Cornöaille s’y trouve, mais jamais en association avec des chevaux (du moins dans les attestations que l’on peut repérer par la méthode qui a été décrite : les éd. fournissent souvent des tables incomplètes). Selon Flutre Table, on trouverait Cornöaille dans la Queste ; or Flutre ne donne pas de réf. : la table des noms propres de l’éd. qu’il suit en principe, Queste CFMA, ne mentionne pas de Cornöaille.

12 Cf. Moisan 1/2, 1121. Moisan signale cinq occ, mais il convient de retrancher Foulque de Candie 13891 (éd. Schultz-Gora), où il s’agit de harper un lay de Cornouaille ! Les relevés de Bangert Tiere et de Langlois Table n’offrent pas d’occ. de Cornöaille associée à des chevaux qui ne se retrouve dans Moisan. Moisan donne d’autres occurrences de Cornöaille, tirées de “textes supplémentaires” : voir 2/5, 923 (renvoi pur et simple à Flutre Table) et 2/4, 556, où n’est pas mentionné de cheval.

13 Voici le détail : pour Raguidel, voir le début de la section Cornöaille ; le v. de Florence de Rome est dans un passage absent du deuxième MS ; pas de var. à cet endroit d’EnfOgierHe.

14 Frappier Destriers, p. 100.

15 Voir infra, n. 42.

16 Frappier Destriers, p. 101.

17 Du moins, dans les romans et chansons, et en l’état de mes connaissances : le mot est absent de Langlois Table et de WestIndexVerse ; Flutre Table ne le mentionne que dans FloRomeCh (où il n’y est pas question de chevaux pour Sinigaglia : j’ai vérifié) et dans “Alex. déc. V”, auquel je n’ai pu me reporter.

18 Cf. respectivement GodBouillH, p. 70 et FloRomeCh 3850 (arrabi est à la rime dans les deux cas). FrappierDestriers, p. 101, a relevé des phénomènes similaires dans d’autres chansons.

19 Les noms de lieu en -aille sont assez peu nombreux ; ainsi, et sauf erreur de ma part, on n’en trouve aucun autre que Cornöaille dans les entrées de WestIndexVerse.

20 Cf. FrappierDestriers, p. 101.

21 Je compte en fin d’article faire la synthèse de quelques-unes des difficultés que j’ai rencontrées.

22 Cf. n. 11.

23 Les Fragments n’ont pas conservé les passages où se trouvent les trois épithètes de RaguidelP (345, 1330, 4161) ; ces passages se trouvent bien dans la Lancelot-compilatie, mais sans allusion à la provenance (ou à la race) des chevaux : cf. WrakeG, p. 363, 374, 401.

24 Langlois Table relève les adj. ethniques, qui sont écrits avec une majuscule ; en outre, dans cette lumineuse Table est précisée la nature des cotextes.

25 Les destriers norois viennent dans une deuxième vague de chansons, cf. Frappier-Destriers, p. 101.

26 RaguidelP, respectivement 4160-4161 et 5628-5629. Var. de sens (MS A) : i sëoit 4160, l’e. laciet 5628, .i. blancant d. 5629.

27 RaguidelP, respectivement 1324-1331 et 344-345. Var. de sens (MS A) : Qui fu so. 1330 et s. le c. 345.

28 FrappierDestriers, p. 101, lequel avoue ne pas s’être livré à ce type de recherches.

29 En voici la liste, sous forme de titres abrégés (ils sont développés dans la bbg) : L. de Pas, Poneys, MavréChevaux, McBaneCheval, SilverChevaux.

30 “Espèce de cheval d’Espagne, de petite taille mais bien proportionné” (Littré).

31 Je dois cette information à l’obligeance de M. Périn-Riz.

32 On dit aussi døle-gudbrandsdal.

33 On dit aussi fjord, fjoring, fjord norvégien, poney norvégien.

34 Cf. McBaneCheval, p. 120-121, L. de Pas, Poneys, p. 88, SilverChevaux, p. 191.

35 Or dans notre roman, les chevaux “montrent la couleur” jusque dans le combat : le texte ne mentionne nulle part de pièces qui en les revêtant seraient susceptibles de les dissimuler à nos yeux ; l’on y voit par exemple un chevalier se lancer à l’attaque sur un destrier plus noirs que meure (RaguidelP 3156).

36 L. de Pas, Poneys, p. 29. (Cet ouvrage très bien fait et respectueux de son jeune public donne des informations de première main sur les poneys actuels.)

37 Cf. entre autres McBaneCheval, p. 121 (les auteurs que j’ai consultés n’étayent pas cette assertion).

38 L. de Pas, Poneys, p. 29.

39 Avant l’appel de la n. 52 de l’article qu’il donne au présent recueil.

40 MegninHarnachement, 2e éd., p. 111. (Ouvrage remarquable, qui en général cite exactement ses sources, tant livresques qu’archéologiques [j’en profite pour signaler que Le cheval dans l’histoire de M-F. de Genellis, allégué par certains médiévistes, ne mérite aucun crédit, en tout cas pour la période médiévale].)

41 Cf. McBaneCheval, p. 80.

42 Mais nous n’oublions pas que le bai de Cornöaille constitue un hémistiche d’alexandrin (toutefois au plan de la langue, le vair de C. ou le ros de C. eussent été aussi satisfaisants, me semble-t-il, ce qui pourrait indiquer que le mot bai n’a été choisi seulement pour des raisons de commodité métrique). Sur les robes de ces deux races, voir L. de Pas, Poneys, p. 54.

43 Selon McBaneCheval, p. 80.

44 Selon L. de Pas, Poneys, p. 54.

45 Cf. L. de Pas, Poneys, p. 54.

46 “Dans le testament de l’évêque Aelwold de Créditon (sic), datant de 1012 /./” (McBaneCheval, p. 81) : il serait bon de pouvoir remonter à ce texte.

47 Cf. MegninHarnachement, p. 111, MavréChevaux, p. 92 et McBaneCheval, p. 101. Ces chevaux différaient selon les régions de Bretagne.

48 Du moins, aux endroits cités à la note précédente, et dont l’accumulation ne doit pas tromper : pour les renseignements sur la période médiévale, seul MegninHarnachement travaille de première main.

49 M. Périn-Riz me conseille de me reporter d’une part à la thèse (inédite) de M. F. Cherchève, Le cheval dans la vie médiévale (thèse parue dans la deuxième moitié de ce siècle) et d’autre part à l’ouvrage de H. Blanc et E. Quittet, inspecteurs généraux de l’agriculture et des haras, sur les Races chevalines en France (Paris 1953) ; je n’ai pu consulter aucun de ces ouvrages.

50 RaguidelP 3342-3355. Var. de sens (MS A) : N’a p. 3342, i. voit c. q. crïoit 3343, i voit 3344.

51 Voir respectivement WrakeG, p. 311 (mais notre épisode est amputé du début) et WrakeG, p. 392.

52 Au v. 1022, au lieu de en cele terre (texte de M), A porte en ce t. ; mais c’est une bévue manifeste, entre autres raisons, parce que le vers devient faux. L’adj. ic(h)e est également inconnu de nos deux scribes, du moins dans la Vengeance.

53 Par exemple, entre le v. 1 et le v. 1000 de notre texte édité, se rencontrent six occurrences de cest et six occurrences de cel devant consonne (le copiste de M n’écrit ni chest, ni chel, du moins en ce passage).

54 Les MSS picards qui connaissent l’adj. dém. c(h)e troublent parfois les éditeurs. C’est ainsi qu’on lit dans GodinMeunier “Laisons le mont, si en alons cheval” 18648, vers qui frappe l’éditrice par l’“omission de la préposition à”(p. lxviii). L’exhortation fait suite à “Fuions ent a cheval” 18647. Il fallait lire alons che val : outre le début de 18648, cf. “Nous en irons, se m’en crés, tout ce val” 18653, et encore, par ex., che consel 9137, qui montre l’existence de che adj. Mais l’éd. ne précise pas si un ou plusieurs scribes se sont partagé la copie et l’étude de la langue du MS (unique) ne s’intéresse pas aux démonstratifs.

55 La Chevalerie Ogier de Danemarche par Raimbert de Paris/./, Paris 1842.

56 Mais je ne sais si la copie de Durmart dans le MS est due à un ou à plusieurs scribes ; DurmartGildea n’étudie pas la langue de la copie.

57 Toutefois, un MS au moins donne une indication plus appuyée : à AspremontCFMA 3736 correspond dans le MS L3 (Londres, BM Add. 35289) Quatre mil grailles i sonent d’un gal, selon l’éd. d’Aspremont donnée dans Naissance 4, v. 4058 p. 131) ; or, la n. au v. 4058 précise : “cf. V6 ‘i sonent comunal’ dégradé dans Ch ‘i sonent per un ual’”.

58 GiRossSATF, p. 485.

59 Je ne m’intéresse pas aux fragments courts.

60 Ce paraît bien être le cas : cf. l’éd. diplomatique de O par Foerster dans Rom. St. 5 (1880).

61 Cf. GirRossRaynouard, p. 185, GirRossMichel, p. 27, GirRossHofmann, v. 840, p. 19 ; F. Apfelstedt a collationné les éd. Michel et Hofmann avec le MS et publié les résultats de sa collation dans Rom. St. 5 (1880), 283 sqq. ; il ne fait pas de remarque sur le v. qui nous intéresse, d’où l’on peut déduire qu’il est correctement lu.

62 GirRossSATF fait exception : si la référence “1419” manque à l’article contre, elle est en revanche présente dans l’article cheval, mais sans que soit précisé que l’occurrence se réalise dans con[trel] ch., alors que le même article mentionne l’existence de a c., a chevauz, de c. dans le sens de “à cheval” : c’est sans doute que l’art, défini qu’introduit l’éd. ôte au syntagme de sa singularité.

63 Cf. le silence d’AspremontCFMA, AiolSATF, AiolFoerster, DurmarGildea, OgierEusebi, RaguidelW et RaguidelH (Hippeau édite contre cheval sans mentionner qu’il s’éloigne du MS).

64 Il ne découvre une autre occurrence que in extremis ; il la mentionne dans les Zusätze und Verbesserungen de son éd. sous forme d’un complément laconique à sa note 3394 : “vgl. Aiol 10816 contre cheval l’en meine.”

65 TL 2, 356, qui cite en principe d’après AiolFoerster, donne une leçon encore plus parlante d’Aiol : l’en meine parle nasal en destre ; mais AiolFoerster et AiolSATF portent tous deux a destre ; n’ayant pu consulter le MS, j’ignore qui a raison.

66 Bangert Tiere, qui ne signale nulle part l’existence du syntagme, a tort d’évoquer notre passage d’Ogier (mais par un simple numéro de vers, et non sous forme de cit.) pour affirmer que les prisonniers étaient ficelés puis placés sur un cheval, voire attachés au cheval (§ 168). Les deux autres ex. qu’il invoque (sous la simple forme de leur référence) le sont à juste titre. Les voici développés : Estroitement li loient et les mains et les pies, En trauers le couchierent sor .i. corant destrier, AiolFoerster 6949-6950 et Car quant le vit sor le cheval liier, EnfOgHe 412 (si le v. de l’éd. Henry correspond bien au v. de l’éd. Scheler, celle qu’utilise Bangert, ce que je n’ai plus le moyen de savoir). On aura noté que dans ces deux passages, le mot qui désigne la monture est déterminé (par des moyens lexicaux et/ou grammaticaux), contrairement à ce qui se produit dans contre cheval. (Sur une façon de traiter cette détermination, cf. A. Eskénazi, ‘Cheval’ et ‘destrier’ dans les romans de Chrétien de Troyes (BN 794), dans Revue de linguistique romane 53 [1989], 397-433.)

67 L’ex. d’Aiol (AiolSATF 10804) se trouve dans la seconde partie d’Aiol, qui le cède beaucoup à la première sur le plan du style.

68 Pour notre passage de la Vengeance, il faut donc comprendre avec Friedwagner sie gegen sein Pferd driickend (n. au v. 3394 de RaguidelF), sens qui cependant ne le satisfaisait guère (“das befriedigt mich wenig”) ; dans sa traduction de Girart de Roussillon, (Paris 1884), P. Meyer rend le vers qui nous intéresse par “le tenant tout au long de son cheval, il le mène en haut au vent” (p. 44), sans commenter ; il a disposé des deux MSS mais n’établit pas le texte.

69 Cf. AspremontCFMA 3774-3775 et 3783-3785. Dans Naissance 4, éd. d’Aspremont fondée sur d’autres MSS, ces menaces spécifiques n’apparaissent pas ; elles ne se trouvent pas non plus aux p. 92-93 de l’adaptation de la chanson en français moderne faite par L. Brandin, l’éditeur d’AspremontCFMA (Paris, copyright 1925).

70 Langlois Table, p. vii.

71 Cf. par ex. KitzeRoss, n. 121 et n. 252, Bangert Tiere, p. 89.

72 Cf. Flutre Table, entrée Comeualan.

73 WestIndexVerse est un recueil très bien fait. Pourtant, l’auteur a exclu le nom signifiant “Cornouaillais” de son relevé, ainsi que beaucoup d’autres noms de nationalités (cf. WestIndexVerse, p. xi). Or le nom est bien attesté dans son corpus (cf. Flutre Table), et West traite en détail le mot Cornöaille. Pour le genre d’enquête que je mène, est gênante l’exclusion de “Cornöuaillois” et “cornouaillois” tant des recueils onomastiques que des dictionnaires. Dans l’absolu, elle est absurde.

74 Ex. de difficultés rencontrées : l’un des articles Cornüalle de la table de Silence, éd. Thorpe est explicitement incomplet ; dans l’éd. Arnold et Pelan de La partie arthurienne du Roman de Brut (Paris 1962), l’art. Cornoaille se présente comme complet, mais omet au moins cinq attestations.

75 Les noms composés (Ile qui Flote, Noir Chevalier etc.) posent toutefois de difficiles problèmes.

76 “Gebundene Gefangene werden auf die Pferde gehoben [/./ : suivent des réf.] und auch wohl auf denselben festgebunden [/./ : suivent d’autres réf.]”, (affirmation reprise presque dans les mêmes termes au § 168, où elle est accompagnée de références différentes : voir ci-avant la note 66).

77 Voir la note 66. Cela n’empêche pas Bangert Tiere de rester un ouvrage capital.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540