Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cheval dans le monde médiéval

De quelques couleurs de robe. (Le Cheval au Moyen-Âge)

Alice Planche

Texte intégral

  • 1 Pour le Moyen Age voir :
    FRAPPIER Jean. "Les Destriers et leurs épithètes" in Congrès et Colloques d (...)

1"Quelle était la couleur du cheval blanc d'Henri IV ?" On connaît cette devinette-piège proposée parfois aux enfants pour jauger leur attention. Un esprit curieux pourrait se demander sérieusement ce que recouvre ici l'adjectif "blanc". Les spécialistes actuels de l'équitation dans leur tableau des nuances, distinguent en effet le blanc mat, sans reflets, le blanc un peu jaunâtre, celui qui tire sur le gris à cause de poils plus foncés dans la masse, le blanc porcelaine un peu bleuté, assez rare, le blanc comme rosé par l'absence de pigments, forme d'albinisme, sans compter tous les tons mêlés ; il y a bien des façons d'être "crin blanc"1. Mais dans notre perspective une autre question se pose. Se demande-t-on quelle était la couleur du cheval de Charlemagne, de celui de Roland, de celui de Perceval ? Les chroniqueurs ont-ils été soucieux de préciser la robe des montures de nos rois ? En d'autres termes, quelle était l'importance de la couleur dans cette civilisation peu mécanisée et surtout dans cette caste, la chevalerie, qui doit au cheval et son nom et sa raison d'être ? Le blanc du cheval et légendairement du panache était pour le roi Henri un signe d'excellence, un moyen d'être distingué dans la foule et dans la lutte, en somme un emblème comme les armes de l'écu. En est-il de même pour les héros de nos récits ?

  • 2 ISIDORE DE SEVILLE, Etymologiae XII, I, 45.

2A ces interrogations les textes "théoriques" esquissent des réponses complexes. Depuis Isidore de Séville, lui-même héritier d'antiques traditions, quatre critères permettent de juger un cheval : forma, pulchrido, meritum atque color2. L'ordre compte. Les successeurs développeront chacun des Points. Inutile de les chercher parmi les auteurs de Bestiaires, qui en général excluent les bêtes domestiques et familières. Des équidés ils ne connaissent que "la nature" de l'onagre(âne sauvage), et ces demi-humains que sont les sagittaires ou centaures. Mais Le Livre du Trésor, de Brunetto Latini a des intentions plus objectives. Après avoir vanté l'intelligence et la fidélité du cheval. Il commente ainsi les quatre termes de son modèle :

  • 3 BRUNETTO LATINI, Li Livres dou Trésor, éd B.Carmody, Los-Angeles, pp. 226-227. L'ouvrage a été comp (...)

"... (pour la forme) on doit considérer qu'il est nécessaire que sa chair et son cuir soient forts.... En fait de beauté... qu'il ait une tête petite et sèche, des oreilles courtes, de grands yeux... une crinière épaisse, une queue bien fournie, des sabots solides. En matière de bonté...qu'il soit hardi, d'une allure joyeuse, qu'il courre bien et obéisse.... En matière de couleur, retiens le bai, le gris pomelé, le noir, le blanc, le fauve ou le tacheté ou d'autres couleurs encore, mais de façon à choisir le meilleur et le plus convenable"3.

  • 4 Le stéréotye du laid, antithèse du beau idéal s'applique au cheval comme aux humains, et Chrétien d (...)
  • 5 En réalité la couleur préférée d'Henri IV était le gris, dont il lançait la mode.
  • 6 Le Blason de Cheval par Pierre d'Anche, édité par Méon, est repris dans Anthologie poétique françai (...)

3Le stéréotype du bon cheval se retrouve, esquissé, dans de nombreux textes, à propos d'un cheval dont on définit la valeur. Il n'est pas moins ancré dans les habitudes, et dans l'imaginaire, que celui de la belle dame, du guerrier idéal, ou inversement de la laide pucelle et du mauvais roncin.4 Dans la plupart des cas la couleur n'est même pas mentionnée. Elle ne s'intègre pas à la beauté. Elle ne vaut que selon les circonstances, la fonction de l'animal et le goût du propriétaire, ce qui nous ramène au cheval blanc d'Henri IV5. Quand, assez tardivement, Pierre d'Anché compose ses Blasons, celui des vins, celui de la belle Fille, celui du cheval,6 il marque le caractère relatif, sinon aléatoire de la couleur au cours des trois strophes de sa ballade, en glissant au long de son portrait type trois exemples équivalents :

  1. strophe : "Bayard obscur, court poil délicieux... (V.9)

  2. strophe : "Crins argentés magnificencieux... (V.19)

  3. strophe : "Le rouan roux est bon et précieux.

A petit chief de noire demonstrance. (v.27-28)

4les trois fois le refrain, identique, conclut :

"Fier et puissant, c'est pour le roy de France".

5Les écuries royales présentaient, on le voit, une gamme de tons variés sans établir entre eux de hiérarchie.

  • 7 BICHON André, L'Animal dans la Littérature française au xiie et xiiie siècle. Thèse de Doctorat es- (...)
  • 8 La Chanson de Roland d'après le manusc. d'Oxford, texte et traduction, G. Moignet. Paris. Bordas, 1 (...)

6Comme André Bichon l'a observé pour sa thèse sur L'Animal dans la littérature médiévale7, l'indication de la couleur est peu fréquente ou peu insistante dans les plus anciennes chansons de geste, et d'abord dans Roland8, Le cheval y est certes le signe distinctif et le compagnon indispensable du guerrier, il s'intègre à. son être, mais il n'est pas vraiment un ami, c'est d'abord un outil : Veillantif, destrier de Roland, dont le nom dit la vertu majeure, n'a pas le statut de Durandal : on peut combattre à pied, on ne se sépare pas de l'épée.

  • 9 Même différence pour Brunain et Brunel. Le suffixe art de Blanchart n'a rien de péjoratif. Voir aus (...)

7Dans la Chanson de Roland, les noms des chevaux créent une sorte de pittoresque moral : ils sont valorisants pour les Chrétiens, comme Veillantif Tencendur (de tencer combattre) cheval de Charlemagne, ridicules pour les Sarrazins : Salt Perdu, Barbamouche ou Gaignon (chien bâtard). Deux se rapportent à la robe, Tachebrun, pour Ganelon (l'idée de tache s'accorde avec le discrédit du maître), et Sorel pour le comte Guérin. Sorel, (de l'allemand), désigne la couleur des poissons ou des feuilles sèches. En réalité le terme, employé pour les cheveux comme pour les crins, couvre toute une gamme allant du blond doré au blond tirant sur le brun. Sorel est plus fréquemment utilisé pour les chevaux, Sorin pour les boeufs9. Ce genre de spécialisation est assez courant.

8Seul le destrier de Turpin provoque un arrêt sur l'image. Il a, selon les normes d'excellence, Jes pieds creux, la croupe large, les côtés longs, l'échine haute, mais aussi :

  • 10 Le texte du manuscrit d'Oxfort n'emploie pas topet mais crignete.

".la queue blanche et le topet jalne,
Les oreilles petites la teste tote falve..."10

9L'association de ces trois touches colorées n'a rien d'impossible ; elle révèle pourtant une attention inhabituelle et un souci d'étrangeté, bien en accord avec l'animal, pris par Turpin en Danemark au roi Grossaille, et en accord avec la personnalité de l'évêque guerrier, ardent et impitoyable chevalier du Christ.

10Dans les Gestes tardives et les récits romanesques, ces données sensibles prennent plus de place ; la couleur fait partie du spectacle, de l'ornement qui compte autant que le fait d'armes et l'éclat mouvant des épées. Pour décrire la robe, les adjectifs sont plus nombreux. La nature limite la richesse du lexique. Les chevaux sont blancs, gris, jaunes, roux, bruns, noirs à moins qu'ils ne présentent une combinaison de ces tons de base. La fiction ne va pas jusqu'à inventer des montures bleues, vertes, violettes ou rouge sanguin, elle glisse cependant des notes étranges dans certaines descriptions. Les caparaçons se chargent de les enrichir. Les couleurs réelles sont souvent nommées par des termes dont l'emploi ou l'acception sont spécialisés. Citons ferrant, bai, sor, fauve, more, vair, baucent, pie, inégalement fréquents. Du clair au sombre, puis au mêlé, examinons presque au hasard quelques emplois, avant de dire un mot des groupes et de terminer par les robes dont l'aspect nous fait passer du possible à la merveille.

  • 11 La Chanson d'Aspremont, texte du ms. de Wollston Hall, 2° éd., revue par L. Brandin, Paris, Champio (...)
  • 12 Les Lais de Marie de France, éd.Jean Rychner. Paris Champion, CFMA, 93. Lanval Vers 633-644, P. 92.

11Dans la plupart des cas, le cheval blanc est associé à la beauté, avec une signifiance positive ou négative - blanc et noir n'ont jamais cesse d'être ambivalents. Dans Aspremont11 un magnifique cheval blanc, destiné à Charlemagne est offert à Naime. A la fin de Lanval, la fée qui vient sauver le héros de la vindicte de la reine monte un palefroi blanc sur lequel Lanval saute en croupe, pour disparaître en Avalon, terre des morts et des pucelles immortelles.12 Sur la terre des vivants, la monture sans tache s'accorde avec le premier des hommes. On peut isoler ce vers de Renaut de Montauban, qui a de nombreux équivalents :

  • 13 Renaut de Montauban, ed J. Thomas, Genève, Droz, TLF 1989.

Sor un blanc palefrei siet le rois coronez"13.

  • 14 Les Romans de Chrétien de Troyes, T.I. Erec et Enide, Ed. Mario Roques, Paris, Champion, CFMA, n° 8 (...)
  • 15 Jean RENART. Le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole, Ed. F. Lecoy, Paris, Champion, CFMA, n° 9

12Les deux hémistiches mettent en balance l'animal de parade et le maître. Le rayonnement du blanc répond à celui de l'or ou des gemmes de la couronne. Dans Erec et Enide14 si roi et reine sont sur des chevaux blancs, il en est de même pour un brigand. Et dans La Mort le roi Artur, une mystérieuse Dame marquée par l'âge, somptueusement vêtue, montée sur "un blanc palefroi" déclare au roi qu'il ne retirera rien d'un siège insensé et que son mauvais conseiller Gauvain ne reverra jamais la terre de Logres. Cette vision s'accorde avec de nombreuses croyances qui font de cheval blanc l'incarnation du malheur et l'annonce de la mort, le psychopompe. Elle n'est qu'incidente dans nos textes. Au contraire le blanc du poil marque souvent l'élégance qui incite à la parure. Voici, dans Guillaume de Dole15,

"un palefroi...
plus blans en toz sens
que ne seit nule noiz neigee...
Sa samue vermeille est savamment "dehanchée"
...pour que li blans ist de la rougeur.."

13Blanc est parfois substantivé dans "le blanc" (le cheval blanc), il n'est pas utilisé comme nom propre, comme son dérivé Blanchart. En revanche Flori, métaphore quasi lexicalisée pour ce qui est couleur d'épine blanche, apparaît ici : dans Gerbert de Metz, un merveilleux cheval qui porte ce nom, au pelage éclatant, est plus cher à son maître que l'amour d'une reine et de sa fille. Il redoute plus sa mort que la sienne propre. Plus fort encore :

  • 16 Gerbert de Metz, Ed. Pauline Taylor. Namur. Belgique ; Bib. de la Fac. de Philosophie et Lettres N° (...)

"Se je tenoie un pié en Paradis,
et l'autres fust sur le cheval Flori,
je osteroie celui de Paradis..."16

  • 17 Le Roman de Thèbes, T. 1, éd. G. Renaud de Lage. Paris. Champion CFMA. 94.

14Blanchenue, dans le Roman de Thèbes17 cheval solide qui n'est pas fait pour la course et qui n'a rien à voir avec la nudité, est vu en mouvement : il évoque les nuages floconneux et légers poussés par le vent dans le domaine de Pégase. Son nom résume toute une rhétorique spontanée. L'adjectif, en l'occurrence blanc, est une abstraction par rapport aux objets et aux êtres qu'il qualifie. Le substantiver, l'appliquer à un individu précis souligne la métonymie en la replaçant dans le concret. C'est le principe de notre anthroponymie où des sobriquets comme Leblond ou Lebrun, Calvet (chauve) ou Petit s'incarnent et finissent par s'installer dans une lignée : à ce degré de généralisation leur raison d'être initiale disparaît. Passer de blanc à Blanchenue ajoute la métaphore à l'analyse.

15Avant de quitter Blanc, cas pris comme type, signalons l'épisode de Renaud de Montauban où le principal personnage, Renaud, redoute d'être reconnu. Maugis qui a des pouvoirs magiques lui donne l'aspect d'un enfant de douze ans et teint son cheval Baiart, aussi célèbre que lui :

"Si li frote mult bien le flanc et le costé,
Lors fu le cheval blanc com flor en esté.."
(op. cit. Vv.4932-4933).

16Pour les témoins, la robe fait l'animal comme l'habit fait le moine. Parfois elle est cachée par ce qu'il faut bien appeler l'habit, comme dans le Roman de la Dame à la Licorne et du Beau Chvalier où pour un tournoi, en l'honneur de sa dame, le héros qui en porte la couleur la prête aussi à sa monture :

  • 18 Li Romans de la Dame à la Lycorne et du Beau Chevalier. Ed Gennrich. Dresde 1908. Vers 1084-1085.

"..le destrier qui tout blan sera
Des armes qu entour li aura.."18

17On ne peut ignorer les arts du visuel. Les enluminures peignent surtout des bêtes blanches montées par des princes et par des femme, parfois menées par des paysans. Une fresque de la cathédrale d'Auxerre fait d'un cheval à la robe éclatante de blancheur la monture d'un Christ de gloire, un christophore. Mais à Tavant un homme nu sur un cheval blanc poursuit une sorcière non moins nue courant à quatre pattes. Est-on près du mythique Saint Georges ou de la pâle apparition de l'Apocalypse ? Double polysémie de l'animal et de la couleur.

  • 19 JEAN FROISSART., L'espinette amoureuse. Ed. A Fourrier, Paris Klincksieck. 1963. V.2I3. C'est aussi (...)
  • 20 Le Siège de Barbastre. Ed. J.Perrier. Paris Champion CFMA N° 54.
  • 21 L'hypothèse de Ferrant = cheval est encore dans le Godefroy.

18Le gris est plus loin des symboles. Grisart, Grisel - ce dernier deux fois utilisé par Froissart19 s'appliquent à des montures bourgeoises et populaires. Ferrant les relaie pour une autre caste, un autre niveau de langage et en général une époque antérieure. On trouve une fois "blanc ferrant" (dans Fierabras), d'ordinaire ferrant tout seul, adjectif, nom commun, nom propre. Il signifie couleur de fer, solide comme le métal. On relève ce mot dans un vaste corpus (Roman de Thèbes, Roman de Rou, Erec et Enide, Huon de Bordeaux, Alexandre avec la Variante Ferrandin). Ne retenons que Le Siège de Barbastre20 où Girart a en Ferrant un véritable ami, qui combat et tue l'adversaire comme un vrai chevalier. Le héros longtemps captif est éperdu, muet de joie quand il revoit son alter ego, car il l'aime plus que tout au monde, sauf Beuves. Les robes grises étaient-elles majoritaires ou très prisées ? La fréquence du terme a fait émettre l'hypothèse, peu recevable, que ferrant ait un temps désigné le cheval en général : l'emploi d'auferrant faisait supposer une influence, possible, de l'arabe al faras.21

  • 22 Grâce à cet exploit, le cheval est le héros de l'histoire à l'égal du maître.

19Ferrant n'est pas monopolisé par les chevaux, il s'applique aussi aux cheveux, à la barbe, à l'homme vieillissant. Au contraire bai est spécialisé, l'étymologie renvoie au brun, mais l'hippologie contemporaine nuance le bai clair, l'ordinaire, le cerise, le châtain et le brun. Le bai de Bertrand (Ogier le Danois), celui de Gascogne (Erec...), d'Espagne (Ille et Galeron), de Carthage (Guillaume d'Arras) etc... ne sont décrits que par ce terme qui convient aujourd'hui à nombre de pur-sang et tire parfois sur le roux des Fauvel. Le dérivé Baïart, présent dans plusieurs récits, reste pour nous lié au cheval si proche de Renaut de Montauban qu'il semble être son double, un cheval "tout faé" qui, jeté dans la Meuse sur ordre de Charlemagne avec une énorme meule au cou, réussit à s'échapper et erre encore, demi-vivant, demi-fantôme, dans l'inquiétante forêt d'Ardenne22.

  • 23 La blondeur d'Iseut et de nature lunaire.
  • 24 Les romans de Chrétien de Troyes, T. I. Cliges. Ed. A Micha, CFMA 84.

20Saur, écrit sor, rime avec or et trésor. Il s'appliquait à des cheveux plus solaires que lunaires23. Sorodamors24 dit que son nom est "de couleur d'or", mais pour les chevaux il couvrait une large palette, du beige assez pâle au doré et à la couleur du poisson séché, le hareng saur, seul emploi... gardé ou retrouvé. Epithète ou nom, sor donne Soret et plus souvent Sorel qui apparaît déjà dans Roland.

  • 25 Pour un chevalier desrée traduit un comportement déréglé. Pour un cheval il qualifie la bête diffic (...)
  • 26 La rapidité à la course et la résistance à la fatigue caractérisent le bon cheval, non la couleur.

21Brun est moins fréquent. Il tire vers le noir lorsqu'il devient More ou Morel, Moriel, Morelet. Dans Le Roman de la Dame à la Licorne, un cheval farouche qui ne peut être monté que par celui auquel il est prédestiné, est dit Morel le Desréé25. Le noir, contraire et répondant au blanc, est souvent marqué d'un signe d'élection ou de malédiction. Ainsi Broiefort (Chevalerie Ogier de Danemark) le meilleur du mode, infatigable à la course26 :

"Il fu tous noir, s'ert le front estelé".

22Lorsqu'Ivain a oublié sa promesse de retour, la messagère de sa Dame vient au grand galop lui signifier sa condamnation, hissée sur "un noir beaucent". Dans Béroul, aucune atténuation de la couleur pour Le Noir de la Montagne et sa monture :

  • 27 BEROUL. Le Roman de Tristan, éd. E. Muret revue par L.M Defourques.. Paris. CFMA 12.

"Tut en meine son neir herneis,
Son neir destrier, son neir escu,
Et sa lance qui neire fu,
Fet porter od l'enseigne neire27".

23Le noir dit le mal et le malheur.

  • 28 Huon de Bordeaux. Ed. P. Ruelle, Bruxelles, Ed. de la Fac. de Philosophie et de lettres n° 20, 1960

24Les tons mêlés correspondent essentiellement à deux termes Baucent et Vair. Le premier a deux acceptions, pour nous mal séparées. Employé seul, le terme correspond à taché de blanc, quelle que soit le forme et la taille des taches. Il s'oppose alors, dans les énumérations, à tous les autres adjectifs tels que sor, bai ou noir, et même pommelé qui s'en tient au gris et au blanc. Seul, il pourrait avoir son sens initial (balteanus, garni d'une ceinture), celui du moderne balzan repris à l'italien : cheval qui a des cercles blancs au-dessus des pieds (à une ou plusieurs jambes, un ou plusieurs cercles). Mais comment comprendre la présentation de Baucent dans Huon de Bordeaux : "c'est un cevax ferrans et pomelé"28. (v.6475)

25Le nom plaisait et s'applique à de montures illustres.

26Vair (de varius) est encore plus valorisant, comme pour les yeux humains, vairs c'est-à-dire clairs mais surtout brillants et vivants, ce qui dispense de préciser la dominante. Un Baucent peut être vair, comme dans Fierabras, ou le palefroi "molt riche" :

  • 29 Fierabras, Ed. Kroeber et Servois. Paris, STAF, 1960.

"Vair est et de riche color.
La semblance de nule flor
No color c'on seüst descrire
Ne savroit pas nul hom eslire
Qui si fust propre en grant beauté.." (I72-I76)29

  • 30 HUON LE ROI. Le Vair Palefroi, Ed. A. Langfors. Paris, Champion, CFMA, n° 8, (Oeuvres T. I), Il exi (...)

27Huon le Roi intitule lui-même son récit connu "Li vair Palefroi"30. Il s'agit cette fois d'un cheval pie qui sert de médiateur à son maître, et lui ramène la jeune fille aimée qu'on allait marier contre son gré.

  • 31 RAMBERT DE PARIS. La Chevalerie Ogier de Danemarche Ed. J.Barrois, Paris, 1842, T. 1 et 2.

28Dans La Chevalerie Ogier31 le cheval faé d'un Sarrazin porte le beau nom de Pennevaire qui évoque luxe et splendeur.

29Plus que les termes isolés, la juxtaposition de tons produit le pittoresque, tout en révélant la puissance de ces cavaleries bigarrées.

30Tantôt des bête de robes diverses sont rassemblées. Rien que dans Erec et Enide on peut relever plusieurs de ces séries. L'une insiste sur la préexcellence du vair. Une pucelle offre au héros le choix entre trois palefrois :

  • 32 Op. Cit. Note 14.

"...Un sor, un vair et un baucent.
Sans mentir, la ou en a cent,
N'en a nul un meillor del vair.32(1366-1368)

31Plus loin le texte présente des "bais, sors et baucenz" pour cinq cents chevaliers, ou même :

"..tant boen cheval baucent et sor,
Falves et blans et noirs et bai...".

32Quel que soit l'effet de ces étalages orgueilleux, ils ne nous font pas quitter le domaine du possible. Il n'en est pas de même pour les robes bariolées losqu'elles sont peintes en partie avec un pinceau magique. Pour rester dans Erec, voici le palefroi offert par Guivret à Enide qui avait perdu le sien :

(le nouveau est sor)
"mes la teste fu d'autre guise ;
partie estoit par tel devise
que tote ot blanche l'une joe
et l'autre noire come choe ; (chouette ou corneille)
entre deus avoit une ligne
plus vert que n'est fuelle de vingne
qui despartoit del blanc le noir..."(op. cit. 5275-5281).

  • 33 Enéas. Ed. J.J. Salverda de Grave. Paris, Champion, CFMA, n° 44, (T. 1).
  • 34 Le Roman d'Alexandre (Alexarnderlied), Ed. F. Maurer, Darmstadt. 1961, Voir FLOUTRE L.F. Les Faits (...)

33Le poitrail et les lorrains enrichis d'émeraude, la selle pourpre et surtout les arçons complètent la merveille. Ces arçons d'ivoire sont "entaillés" et on y lit toute l'histoire d'Enéas. C'est une source. En effet le cheval de Camille à la tête blanche, le toupet noir, les oreilles vermeilles, le col bai et surtout "les crins indes et vers par flos"33. On ne peut confondre ce vert avec le vair de l'épaule droite, la gauche est noire, les pieds blancs etc... Dans ce "collage", la robe de l'animal est, à nos yeux, devenue manteau d'Arlequin. Elle porte à l'excès le goût des vêtements mi-et multipartis. Cependant le topos est très répandu. On en retrouve les combinaisons diverses dans le Roman de Thèbes avec Blanchenue, qui n'a de blanc que les épaules, une oreille et une hanche, ainsi que la crinière qui l'est plus que "fin argent" On ne s'étonne pas que Tholomé, monté par Alexandre de Paris34, ait aussi, outre le noir, le blanc et le vermeil :

"les espaules... yndes et le col... tieulé."(III 4180).

34tandis que Bucéphale entre autres singularités, a la queue "paonace" ; c'est le moins pour un cheval géant, indomptable et anthropophage.

35Dans le genre qui était ouvert Chrétien de Troie est relativement discret et pourtant, par le moyen d'une comparaison, il est le plus dépaysant Le seul point tout à. fait insolite dans sa description tient en effet à la ligne "plus verte que feuille de vigne" qui sépare en deux la tête. Soudain l'animal acquiert un des traits distinctifs du monde végétal, car s'il existe des oiseaux, des lézards, des insectes verts, aucun mammifère n'a un tel pelage.

  • 1

36Tous ces chevaux étranges appartiennent ou ont appartenu à des êtres qui relèvent d'un autre monde ; beaucoup, comme Bucéphale, sont des héritages. Leur couleur s'accompagne soit d'une taille géante, soit d'anomalies - le cheval de César dans Les Faits des Romains35 a quatre oreilles ! Tous sont aussi fidèles à leurs maîtres qu'intelligents... Beaucoup comprennent la parole et inventent un code pour y répondre (hennissements ou coups de sabot). Cependant ils ne franchissent pas toutes les limites. Ils ne volent pas, comme Pégase ; ils ne parlent pas, comme, dans divers folklores, le font les bêtes et en particulier les chevaux à certaines dates-clés, nuit de Noël ou nuit de la Saint-Jean, dans le mystère des solstices Ils sont singuliers, enchantés, merveilleux ; ils ne sont ni proches du divin, ni vraiment fantastiques, plutôt avant la lettre puissamment baroques, parfois un peu comiques par excès de détails qui restent en surface.

37Les chimères aussi sont exclues. Il existe bien des Sagittaires- des Centaures- on les décrit dans les Bestiaires avec licornes et manticores, mais ce sont des emprunts, et l'ignorance des pays lointains fait supposer qu'ils existent. Leur rôle apparaît surtout en liaison avec l'Antiquité.

38Cette prudence fait problème. On peut l'expliquer par la censure qu'elle exerce sur l'imaginaire, la peur du satanique et en convergence les exigences de la courtoisie. Concurrencer l'œuvre divine et choquer les bienséances n'empêchent pas pourtant toute création. Lorsqu'il s'agit du cheval, il me semble qu'un autre frein ralentit l'élan. L'idéal humain demeure la chevalerie ; la monture est le complément de l'homme, elle le qualifie. Bien avant Buffon, on sait que le cheval est "sa plus noble conquête". Il ne faut pas que la conquête l'emporte sur le conquérant.

Notes

1 Pour le Moyen Age voir :
FRAPPIER Jean. "Les Destriers et leurs épithètes" in Congrès et Colloques de l'Université de Liège.11 1959...
Pour les robes en français moderne : SAUREL Etienne. Histoire de l'Equitation Ch. 10. Les Robes, Stock, 1971.

2 ISIDORE DE SEVILLE, Etymologiae XII, I, 45.

3 BRUNETTO LATINI, Li Livres dou Trésor, éd B.Carmody, Los-Angeles, pp. 226-227. L'ouvrage a été composé en 1263-1266 (1948).

4 Le stéréotye du laid, antithèse du beau idéal s'applique au cheval comme aux humains, et Chrétien de Troyes en est sinon l'inventeur, au moins le maître. Mais les couleurs y ont peu de place.

5 En réalité la couleur préférée d'Henri IV était le gris, dont il lançait la mode.

6 Le Blason de Cheval par Pierre d'Anche, édité par Méon, est repris dans Anthologie poétique française. Moyen Age 2. A.Mary. Garnier-Flammarion, Paris, 1967.

7 BICHON André, L'Animal dans la Littérature française au xiie et xiiie siècle. Thèse de Doctorat es-lettres. Paris-Sorbonne, 1974, dactylographiée.

8 La Chanson de Roland d'après le manusc. d'Oxford, texte et traduction, G. Moignet. Paris. Bordas, 1969.

9 Même différence pour Brunain et Brunel. Le suffixe art de Blanchart n'a rien de péjoratif. Voir aussi Baïart.

10 Le texte du manuscrit d'Oxfort n'emploie pas topet mais crignete.

11 La Chanson d'Aspremont, texte du ms. de Wollston Hall, 2° éd., revue par L. Brandin, Paris, Champion, CFMA, n° 19.

12 Les Lais de Marie de France, éd.Jean Rychner. Paris Champion, CFMA, 93. Lanval Vers 633-644, P. 92.

13 Renaut de Montauban, ed J. Thomas, Genève, Droz, TLF 1989.

14 Les Romans de Chrétien de Troyes, T.I. Erec et Enide, Ed. Mario Roques, Paris, Champion, CFMA, n° 80.

15 Jean RENART. Le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole, Ed. F. Lecoy, Paris, Champion, CFMA, n° 91

16 Gerbert de Metz, Ed. Pauline Taylor. Namur. Belgique ; Bib. de la Fac. de Philosophie et Lettres N°11. 1952.

17 Le Roman de Thèbes, T. 1, éd. G. Renaud de Lage. Paris. Champion CFMA. 94.

18 Li Romans de la Dame à la Lycorne et du Beau Chevalier. Ed Gennrich. Dresde 1908. Vers 1084-1085.

19 JEAN FROISSART., L'espinette amoureuse. Ed. A Fourrier, Paris Klincksieck. 1963. V.2I3. C'est aussi le nom du cheval de Froissart.

20 Le Siège de Barbastre. Ed. J.Perrier. Paris Champion CFMA N° 54.

21 L'hypothèse de Ferrant = cheval est encore dans le Godefroy.

22 Grâce à cet exploit, le cheval est le héros de l'histoire à l'égal du maître.

23 La blondeur d'Iseut et de nature lunaire.

24 Les romans de Chrétien de Troyes, T. I. Cliges. Ed. A Micha, CFMA 84.

25 Pour un chevalier desrée traduit un comportement déréglé. Pour un cheval il qualifie la bête difficile à dompter et prompte à se cabrer.

26 La rapidité à la course et la résistance à la fatigue caractérisent le bon cheval, non la couleur.

27 BEROUL. Le Roman de Tristan, éd. E. Muret revue par L.M Defourques.. Paris. CFMA 12.

28 Huon de Bordeaux. Ed. P. Ruelle, Bruxelles, Ed. de la Fac. de Philosophie et de lettres n° 20, 1960.

29 Fierabras, Ed. Kroeber et Servois. Paris, STAF, 1960.

30 HUON LE ROI. Le Vair Palefroi, Ed. A. Langfors. Paris, Champion, CFMA, n° 8, (Oeuvres T. I), Il existe du texte de nombreuses études et un listage.

31 RAMBERT DE PARIS. La Chevalerie Ogier de Danemarche Ed. J.Barrois, Paris, 1842, T. 1 et 2.

32 Op. Cit. Note 14.

33 Enéas. Ed. J.J. Salverda de Grave. Paris, Champion, CFMA, n° 44, (T. 1).

34 Le Roman d'Alexandre (Alexarnderlied), Ed. F. Maurer, Darmstadt. 1961, Voir FLOUTRE L.F. Les Faits des Romains dans les littératures française et italienne xiiie-xve siècle, Paris, Hachette, 1932.

35

Auteur

Université de Nice

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540