Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cheval dans le monde médiéval

Les montures de Parzival : quatre images de la carrière du héros de Wolfram von Eschenbach

Jean-Marc Pastré

Texte intégral

  • 1 Voir notre ouvrage, Structures littéraires et tripartition fonctionnelle dans le "Parzival" de Wolf (...)

1Après avoir quitté sa mère et la terre de Soltane, Parzival accède à la chevalerie par le rite de passage que représente le combat avec Ither, puis devient roi de Munsalvaesche. Ce sont là trois étapes qui font passer le héros des attributs de la troisième fonction au vermeil agressif de la seconde, puis enfin à la blancheur immaculée des insignes de la communauté du Grâl. De multiples triades de symboles marquent les étapes de cette carrière, tels les trois oiseaux, ou les trois planètes qui accompagnent le destin du héros1. Or les montures qu'utilise successivement Parzival manifestent le même symbolisme. Lorsqu'il réclame à sa mère un cheval pour partir à la cour d'Arthur, Parzival emploie le mot pfert, et sa mère décide aussitôt de lui donner un mauvais cheval, boese, un cheval vil :

  • 2 Parzival, k. Lachmann, Berlin-Leipzig, 1926.

"si dâhte "in wil im niht versagn :
ez muoz abr vil boese sîn."
(126, 22-23)2

  • 3 Parzival, traduction de D. Buschinger, J.-M. Pastré et W. Spiewock, Bourgois, 10/18 (2008), Paris, (...)

2"Elle pensait : "Je ne lui refuserai pas, mais il faut que ce soit un mauvais cheval."3 Il ne s'agit en rien d'un destrier, de la monture des chevaliers, réservée au combat et qui porte en moyen haut-allemand le nom d'ors. Et c'est ce dernier terme qu'emploie par exemple Wolfram pour évoquer le destrier du chevalier Ither (145, 19) et le poète distingue soigneusement ces deux termes lorsqu'il dépeint le combat de Parzival et d'Ither. Ce dernier frappe si fort Parzival que le cavalier et sa maigre monture, pferdelîn, tombent dans les fleurs :

"daz er und sîn pfärdelîn
muosen vallende ûf die bluomen sîn".
(154, 29-30)

3C'est donc le diminutif du mot pfert employé plus tôt par Wolfram. L'opposition entre le mauvais cheval et le beau destrier apparaît de la même manière, mais plus nette encore, parce que ramassée dans un même vers, lorsque les montures d'Ither et de Parzival se mettent à hennir bruyamment, ce qui attire l'attention du page Iwanet. Parzival essayant en vain d'enlever l'armure du cadavre d'Ither, les chevaux s'impatientent :

"daz ors unt daz phäderlin
erhuoben ein sô hôhen grîn,
daz ez Iwânet erhôrte
vor der stat ans graben orte,
froun Ginovêrn knapp unde ir mac"
(155, 29-156,3)

4"Le coursier et le petit cheval se prirent à hennir si fort qu'lwanet, le page et parent de dame Ginover, les entendit devant la ville, près des fossés". Le sens profond, la valeur que Wolfram accorde à cette distinction apparaît ailleurs tout à fait clairement, dans une opposition semblable qui concerne cette fois-ci Gawan. Après qu'un chevalier félon lui eut volé sa monture, Gawan doit se rabattre sur le roncin de Malcreature, l'écuyer difforme d'Orgeluse. Wolfram distingue ici encore soigneusement entre pfert ou runzît, roncin, et ors, le destrier de Gawan (520, 7 ; 529 17 et 530, 1). Ce mauvais cheval, que Gawan dit inapte au combat, a donc les mêmes caractéristiques que le cheval donné par Herzeloyde à Parzival : les mêmes mots servent à les dénommer tous deux. Or Wolfram nous apprend que Malcreature avait, en route vers le château, pris peu avant cette monture à un vilain :

"daz was ze kranc ûf einen strît.
ez hete der knappe dort genomm,
ê er von der halden waere komm,
einem vilâne".

(529, 26-29)

5Le cheval que Parzival reçoit de sa mère à Soltane est ainsi une monture vile, boese, faite pour un vilain, empruntée aux paysans, aux laboratores, qui peuplent, à l'exclusion de tout autre "état", la solitude rustique de Soltane dans laquelle sa mère s'est réfugiée. Ce premier cheval de Parzival marque donc une étape de la carrière du héros, tout aussi rustique que les habits que sa mère lui a donnés avant son départ.

  • 4 Le roman de Perceval ou le conte du Graal, W. Roach, 2ème édition, Paris, 1959.

6Ce faisant, Wolfram donnait au roncin de Parzival une signification que Chrétien ne soulignait pas. La monture que chevauche Perceval lors du départ de chez sa mère est en effet la même que celle qu'il avait auparavant, un cheval sur lequel il partait chasser, un chaceor (v. 627)4, qu'il abandonnera pour prendre le destrier (v. 1186) du Chevalier Vermeil. L'opposition, latente chez Chrétien, était sans doute déjà symbolique. Wolfram la reprend, la modifie et l'explicite à sa manière. Au roncin du paysan s'oppose ainsi le destrier du chevalier.

  • 5 E. Jung et M.L von Franz, Die Gralslegende, I, Francfort/Main, 1934, pp. 58-59.
  • 6 J.-G. Gouttebroze, Qui perd gagne. Le Perceval de Chrétien de Troyes comme représentation de l'Oedi (...)
  • 7 Erec, A. Leitzmann, Tübingen, 1967, v. 9016-22.
  • 8 Voir J.-P. Allard, L'initiation royale d'Erec, le chevalier, Paris-Milan, 1987, pp. 109-110.

7Après avoir passé la nuit chez un pêcheur, le héros se fait en effet conduire devant Nantes. Un chevalier vient à sa rencontre. Ce dernier porte chez Chrétien le nom de Chevalier Vermeil, car il porte une armure rouge. Chrétien l'évoque en à peine deux vers (v.871-872). Celui que Wolfram appelle Ither de Gaherviez porte le même nom, der rôte ritter (145, 15-16). Cette couleur, significative sans doute déjà chez Chrétien malgré la discrétion de la notation, prend chez Wolfram un sens emblématique tout à fait manifeste, car la teinte vermeille envahit le personnage des pieds à la tête (145, 17 - 146,3). Emma Jung voyait déjà dans le Chevalier Vermeil de Chrétien le symbole du sang et de la guerre5. Jean -Guy Gouttebroze y reconnaissait même la couleur symbolique du guerrier du schéma triparti, l'incarnation de la sphère de la guerre dont Chrétien avait sans doute déjà bien senti la valeur lorsqu'il donnait des armes vermeilles au Maboagrain d'Erec et Enide6. Dans la description de ce denier que fit Hartmann von Aue, l'adaptateur ajoutait même au rouge de la cotte d'armes et de l'écu la couleur d'amadou, starc rôt zundervar7, de la robe de son cheval8.

  • 9 L. Gerschel, "Un épisode trifonctionnel dans la saga de Hrolfr Kraki", in Hommage à Georges Dumézil(...)
  • 10 R. Rosskopf, Der Traum Herzeloydes und der rote Ritter. Erwägungen über die Bedeutung des staufisch (...)

8Wolfram a bien pu reprendre cette notation de Hartmann, car le destrier dAlther est roux, sîn ors was rôt (145, 19). Cette notation n'est sans doute pas innocente. Lucien Gerschel a montré que, dans la saga consacrée au roi Hrolfr Kraki, la Hrolfs Saga Kraka, les vaillants champions qui entourent le roi ont des chevaux qui tous sont roux, seul le roi ayant un cheval blanc9. Le symbolisme triparti des couleurs indo-européennes allait donc jusqu'aux montures des guerriers. On peut en outre supposer avec R. Rosskopf que le lecteur médiéval avait quelque chance de reconnaître dans le cheval roux d'Ither le cheval rouge-feu de l'Apocalypse 6,4, symbole de guerre dont le texte dit "qu'à celui qui le montait fut donné le pouvoir de ravir la paix de la terre"10.

9Par le meurtre d'Ither, Parzival se donnait une monture conforme à son nouvel état, le destrier d'Ither, roux comme l'armure de son maître est rouge, de la couleur de la guerre et de Mars, accompagnant le rite d'initiation guerrière et l'entrée formelle dans la chevalerie que constitue le combat de Parzival contre Ither.

10Chrétien pensait-il ajoutait à ces deux montures, symboles toutes deux de l'une des étapes de la carrière de Perceval, une troisième, réservée celle-là au monde du Graal ? Nul ne le saura jamais. Wolfram fait en tout cas de cette donnée binaire une structure tripartie. Le héros perd en effet le destrier rouge d'Ither dans les joutes qu'il livre à Bearosche. Blessé à mort, le destrier rouge laisse la place à l'un des coursiers que le héros s'était gagnés lors de ces combats. Mais il ne s'agit pas là de n'importe qu'elle monture. C'est celle-là même que Gawan, le double de Parzival, avait perdue alors qu'il faisait prisonnier Meljanz : Ingliart aux courtes oreilles, mit den kurzen ôren Ingliart (389, 26), avait en effet échappé à son maître. La monture que Parzival se choisit revêt deux valeurs symboliques. C'est d'abord la monture du meilleur chevalier arthurien, du parangon des vertus chevaleresques, mais seulement chevaleresques tel que Wolfram nous le dépeint dans le Parzival. C'est ensuite une manière de consécration de Parzival, le meilleur dans le combat de Bearosche, excellent chevalier qui assume sans faillir les valeurs chevaleresques qu'il avait usurpées par le meurtre d'Ither. A la monture volée à un mort qu'il dépouille succède une monture gagnée cette fois-ci dans un véritable combat singulier. Parzival assimile ici les valeurs chevaleresques de son double. Il a atteint le stade que Gawan symbolise et il en acquiert la monture. Ce dédoublement des valeurs d'un même symbole obéit au même principe que le dédoublement du motif de la sacralité tel que l'illustre la présence à Munsalvaesche de la tourterelle des insignes du Grâl et de la colombe qui descend du ciel pour donner à la pierre ses pouvoirs : il y a là par deux fois l'association de deux degrès complémentaires d'une même valeur.

11Symbole de ce que sont la chevalerie et les errances guerrières qui conduisent Parzival jusqu'à la sacralité du Grâl, ce deuxième cheval de la même seconde étape guerrière de la carrière du héros conduit ce dernier à Terre de Salvaesche. Sigune avait donné à Parzival pour conseil de suivre les traces laissées par la mule de Cundrie, laquelle, pensait la cousine du héros, pourrait bien être retournée directement à Munsalvaesche après la visite qu'elle lui avait rendue. Mais la mule de Cundrie avait traversé un terrain impraticable si bien que Parzival perd sa trace : le Grâl lui échappe pour une seconde fois (442, 9-30). par le plus grand des hasards, ou plutôt par la Providence qui guide le héros dans ses errances, Ingliart a cependant conduit Parzival aux confins de Terre de Salvaesche. Le héros doit alors affronter l'un des templiers du Grâl, qu'il défait. Le héros manque d'y perdre la vie, il y perd sa monture. La description du combat, la chute du héros, et la mort du destrier nous semblent éminemment symboliques :

"daz von Munsalvaesche der templeis
von dem orse in eine halden reis,
sô verr hin ab (diu was sô tief),
daz dâ sîn, leger wênec slief.
Parzival der tjoste nâch
volgt. dem orse was ze gâch:
ez viel hin ab, deiz gar zebrast.
Parzival eins zêdes ast
Begreif mit sînen handen...
mit den vuozen er gevienc
undr im des velses herte.
in grôzem ungeverte
lac daz ors dort niden tôt"
(444, 23 - 445, 7)

  • 11 G.G. von Simson, "Über das Religiöse in Wolframs Parzivals", in Wolfram von Eschenbach, H. Rupp, We (...)
  • 12 G. Durand, Les structures anthropologiques de l'imaginaire, Paris, 1969, p. 372.

12"Le templier de Munsalvaesche fut précipité à bas de son cheval et projeté au loin dans un profond ravin : il y trouva une couche où il ne dormit guère. Parzival fut entraîné par son élan. Son cheval avait foncé avec tant de violence qu'il ne put plus le maîtriser : il tomba également et alla s'écraser au fond du ravin. Au dernier moment Parzival put saisir des deux mains la branche d'un cèdre. Finalement il reprit pied sur la saillie solide d'un rocher. Son cheval gisait mort en bas dans le ravin inaccessible." Le destrier de Gawan faillit donc plonger Parzival dans la mort, de même que la vie guerrière faillit le conduire à la mort de l'âme, à la mort du péché dans lequel il vécut jusqu'à ce jour cinq années durant. La chute dans le gouffre prend ici valeur de symbole. Parzival ne meurt certes pas, mais le symbole de ses errances chevaleresques disparaît à jamais dans ce gouffre. C'est le signe que le héros meurt à lui-même, événement décisif de sa carrière qui connaîtra sa plénitude quelques semaines plus tard auprès de son oncle Trevrizent. En perdant ce destrier dans un combat qui l'oppose à l'un des saints gardiens du Grâl, Parzival dépouille le vieil homme et renaît à lui-même. Otto Georg von Simson a bien montré combien cette conversion du héros qui a lieu un Vendredi saint est significative11. En mourant sur la croix, le Christ sauve les pécheurs de la mort éternelle, descendra aux enfers et ressuscitera d'entre les morts. De même Parzival tombe dans le gouffre, meurt comme par délégation - c'est la mort de son cheval de combat - et ressuscite, lavé de son péché, remontant d'entre les morts comme il remonte la pente du ravin : "Parzival her wider steic" (445, 13), "Parzival remonta la pente." Comme le dit G. Durand, "la rédemption messianique est le doublet inversé, ascendant, d'une chute cosmogonique"12. L'épisode du ravin de Terre de Salvaesche en est une claire image. Les branches du cèdres sauvent Parzival de la mort comme le bois de la croix sauve le pécheur de la damnation.

13Le destin de Parzival est marqué par le symbolisme de ses montures. Ingliart est mort. C'est la fin des errances du héros. Un nouveau cheval l'attend, tout aussi symbolique que les précédents, le destrier du templier qu'il vient de défaire :

"der zügel gien der erden seic :
dâ hete daz ors durch getreten,
als ob ez bîtens waere gebeten,
des jener ritter dâ vergaz."
(445, 14-17)

14"Les rênes du destrier que le templier avait laissé derrière lui étaient tombées à terre et le cheval s'y était empêtré les jambes et était resté là, comme si on lui avait demandé d'attendre." Cette dernière phrase, als ob ez bîtens waere gebeten (445, 16), est lourde de sens. La grâce de Dieu se manifeste en effet déjà dans cet épisode, car Parzival est à présent mûr pour la conversion.

  • 13 M. Wynn, "Scenary and Chivalrous Journeys in Wolfram's Parzival", Speculum 36 (1961), pp. 246-256. (...)

15Parzival n'est certes pas encore un templier du Grâl. Tout comme pour le cheval rouge d'Ither, Parzival, ici encore, usurpe les signes extérieurs de ce qu'il ne sera que plus tard. Mais ces insignes sont à chaque fois l'anticipation concrète d'une mutation profonde, du passage du héros d'un état à un autre, d'un ordre à un autre. Comme M. Wynn l'a bien noté, le destrier du Grâl devient en fait l'instrument de Dieu13. Après plusieurs semaines passées en quête d'aventures, Parzival rencontre les pénitents qui reviennent de l'ermitage de Trevrizent. Ce sera dans quelques heures la conversion du héros. Cet événement lors de ce Vendredi saint parachève l'image de la mort et de la résurrection du héros tombé quelques semaines plus tôt dans un gouffre de cette même Terre de Salvaesche. touché par la bonté des pénitents, marqué par la grâce de Dieu, Parzival hésite à poursuivre une existence qui depuis cinq années veut ignorer ce Dieu qui lui refuse l'accès de Munsalvaesche. Ce sont alors les fameux vers dans lesquels le héros, qui n'a toujours pas renoncé à se gagner le Grâl par les armes, se reprend à espérer en Dieu :

"er sprach 'was ob got helfe phligt,
diu mînem trûren an gesigt?
wart ab er ie ritter sînen solt,
ode mac schilt unde swert
sîner helfe sîn sô wert,
und rehtiu manlîchiu wer,
daz sîn helfe mich vor sorgen ner,
ist hiut sîn helflîcher tac,
sô helfe er, ob er helfen mac'"
(451, 13-22)

16"Il se dit en lui-même : "Ah ! Qui sait si Dieu ne m'aidera pas à surmonter mon deuil ? Si jamais il accorde sa faveur à un chevalier, si jamais chevalier mérite sa récompense ou si l'écu, l'épée et la véritable prouesse rendent un chevalier digne de son aide, qu'il me délivre de toute mon affliction ! S'il est vrai qu'aujourd'hui, c'est le jour où il se montre secourable, alors qu'il m'aide donc, s'il a le pouvoir de m'aider !"

  • 14 K. Bertau, Wolfram von Eschenbach. Neun Versuche über Subjektivität und Ursprünglichkeit in der Ges (...)

17Souhaitant peut-être inconsciemment déjà, comme le pense Karl Bertau14, que sa monture le conduise à Dieu, Parzival lâche les rênes et s'en remet à l'humeur du destrier, c'est-à-dire à la providence divine. Et, de fait, le destrier du Grâl conduit le héros à la Fontaine Salvatsche, auprès de son oncle Trevrizent :

"Er sprach 'ist gotes kraft sô fier
daz si beidiu ors unde tier
unt die liut mac wîsen,
sîn kraft wil i'im prîsen.
mac gotes kunst die helfe hân,
diu wîse mir diz kastelân
des waeget umb die reise mîn :
sô tuot sîn guëte helfe schîn :
nu genc nâch der gotes kür.
den zügel gein den ôren für
er dem orse legte,
mit den sporn erz vaste regte.
gein Fontân la salvâtsche ez gienc"
(452, 1-13)

18"Il se dit en lui-même : "Si la toute puissance de Dieu est telle qu'elle peut guider à sa guise chevaux, animaux et hommes, je veux chanter sa gloire. Si Dieu sait dans sa sagesse m'apporter son aide, qu'il guide mon destrier sur la voie qui me sera la plus favorable et m'accorde dans sa bonté son secours ?. A présent, va sur la voie que Dieu a choisie !"

19Parzival laissa reposer les rênes sur le cou du cheval jusqu'aux oreilles et l'éperonna pour le lancer en avant. Le cheval s'en alla vers la Fontaine Salvatsche."

20La perte d'lngliart et le nouveau destrier du héros marquent donc bien le passage de la seconde à la troisième étape de sa carrière. Ingliart, le destrier de Gawan, donc, du meilleur des chevaliers, avait conduit Parzival, chevalier meilleur encore que Gawan, au seuil du royaume du Grâl. Le destrier du templier du Grâl prend alors la relève du destrier de Gawan et conduit le héros jusqu'au cœur de Terre de Salvaesche. C'est sur cette dernière monture, marquée de la tourterelle blanche des armes du Grâl, que Parzival triomphera en combat singulier de Gawan et de Feirefiz, de son double et de son demi-frère, cette fois-ci sans tuer son adversaire comme il l'avait fait d'Ither. C'est sur ce destrier qu'il retournera pour la deuxième fois à Munsalvaesche après que Cundrie lui aura annoncé que la pierre l'a désigné comme successeur d'Anfortas. Le cheval du Grâl l'aura donc conduit à la contrition, à l'expiation et à la souveraineté suprême du royaume du Grâl, qui sont les événements marquants de la troisième et dernière étape de sa carrière. Ainsi les quatre montures de Parzival sont-elles bien l'image d'une carrière qui le fait passer successivement de la sphère rustique de la mère et de la terre à la sphère guerrière du combat chevaleresque, pour le conduire enfin à la souveraineté du saint royaume de Munsalvaesche. L'apparition de la première de ces montures marque la fin de la première étape ; l'apparition de la seconde marque l'entrée dans la seconde étape, dont la fin est annoncée par la mort de la troisième monture, double pacifique de la seconde et gagnée celle-ci en juste combat ; la quatrième monture enfin, qu'il se gagne par un combat contre un tout autre type d'adversaire, introduit le héros dans ce qui sera la troisième et ultime étape de sa carrière. Comme on le voit, chacune de ces montures assure une fonction démarcative et suffirait à elle seule à faire apparaître la structure profonde du Parzival.

Notes

1 Voir notre ouvrage, Structures littéraires et tripartition fonctionnelle dans le "Parzival" de Wolfram von Eschenbach. La quête du Grâl, Sapience, Paris, 1992.

2 Parzival, k. Lachmann, Berlin-Leipzig, 1926.

3 Parzival, traduction de D. Buschinger, J.-M. Pastré et W. Spiewock, Bourgois, 10/18 (2008), Paris, 1989.

4 Le roman de Perceval ou le conte du Graal, W. Roach, 2ème édition, Paris, 1959.

5 E. Jung et M.L von Franz, Die Gralslegende, I, Francfort/Main, 1934, pp. 58-59.

6 J.-G. Gouttebroze, Qui perd gagne. Le Perceval de Chrétien de Troyes comme représentation de l'Oedipe inversé, CEM de Nice, 1983, p. 26. Erec et Enide, M. Roques, Paris, 1966, v. 5849-55.

7 Erec, A. Leitzmann, Tübingen, 1967, v. 9016-22.

8 Voir J.-P. Allard, L'initiation royale d'Erec, le chevalier, Paris-Milan, 1987, pp. 109-110.

9 L. Gerschel, "Un épisode trifonctionnel dans la saga de Hrolfr Kraki", in Hommage à Georges Dumézil, Bruxelles, 1960, pp. 104-116.

10 R. Rosskopf, Der Traum Herzeloydes und der rote Ritter. Erwägungen über die Bedeutung des staufisch-welfischen Thronstreites für Wolframs "Parzival", GAG 89, Göppingen, p. 203, note 1.

11 G.G. von Simson, "Über das Religiöse in Wolframs Parzivals", in Wolfram von Eschenbach, H. Rupp, Wege der Forschung LVII, Darmstadt, 1966, pp. 207-231, notamment pp. 224-225.

12 G. Durand, Les structures anthropologiques de l'imaginaire, Paris, 1969, p. 372.

13 M. Wynn, "Scenary and Chivalrous Journeys in Wolfram's Parzival", Speculum 36 (1961), pp. 246-256. Voir aussi W. Mersmann, Der Besitzwechsel und seine Bedeutung in den Dichtungen Wolframs von Eschenbach und Gottfrieds von Strassburg, Medium Aevum 22, Munich, 1971 pp. 138-142. L. Johnson, "Lähelin and the Grail horses", The Modern Language Review 63 (1968), pp. 612-617.

14 K. Bertau, Wolfram von Eschenbach. Neun Versuche über Subjektivität und Ursprünglichkeit in der Geschichte, Munich, 1983, p. 13. Voir aussi E. Dick, "Katabasis and the Grail Epic: Wolfram von Eschenbach's Parzival", Res Publica LitteraRum I (1978), pp. 57-87, notamment pp. 63-64.

Auteur

Université de Rouen

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540