Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cheval dans le monde médiéval

Images du cheval à la ferme

Perrine Mane

Texte intégral

  • 1 A.-M. et R. H. Bautier, "Contribution à l’étude du cheval au Moyen Age. L’élevage du cheval", dans (...)

1Si le cheval est très présent aussi bien dans les textes que dans l'iconographie du Moyen Age, c'est qu'il est d'abord le compagnon du chevalier. Pourtant, comme le notent R. et A.-M. Bautier1, "le cheval de guerre et le cheval de selle, le cheval de trait et le cheval de labour, ces quatre types différents de l'emploi du cheval suffisent à évoquer combien différemment s'est posé au long du Moyen Age le problème du cheval". Toutefois chacun de ces usages n'a pas également intéressé les narrateurs médiévaux ni les historiens.

  • 2 Voir par exemple L. White, Technologie médiévale et transformations sociales, Paris-La Haye, 1969.
  • 3 A travers les textes et l’iconographie, l’apparition des fers à cheval à clous remonterait au xe s (...)

2En agriculture, le cheval est à la fois l'objet d'un élevage particulier et un instrument de travail. Or l'un et l'autre de ces aspects restent encore des champs d'étude à explorer. Certes la substitution du cheval au bœuf dans la traction des instruments aratoires, la répartition géographique de ces deux animaux, les transformations technologiques tel le remplacement du joug de gorge par le joug d'épaule2, l'attelage en file ou encore l'emploi du fer à cheval3 ont suscité de nombreuses recherches. Mais l'utilisation du cheval pour les travaux agraires et surtout son élevage ne furent que fort peu abordés, y compris ces dernières années. A travers cette intervention, notre but n'est pas de reprendre les débats, toujours ouverts sur les transformations techniques de l'attelage, mais de saisir la place du cheval dans les exploitations rurales. A ces fins, nous avons choisi de situer cette étude du xiiie au xve siècle, période où les textes sont abondants et où les images, grâce à l'émergence d'un certain réalisme, apportent des renseignements assez précis.

3Il faut bien admettre que, même au bas Moyen Age, les documents qui concernent précisément notre sujet sont rares et éparpillés. Cette carence des textes et des figurations est en fait révélatrice de la perception que les hommes avaient du cheval au Moyen Age : c'est avant tout un animal de prestige dont l'élevage n'intéresse guère artistes ou narrateurs.

  • 4 Le juriste bolonais Pier’ de Crescenzi dans son Traité d’Agriculture, écrit vers 1305, réserve au (...)
  • 5 Y. Poulle-Drieux, "L’hippiatrie dans l’Occident latin du xiiie au xve siècle", dans Médecine humai (...)
  • 6 C. Bossard Beck, Villages et terroirs d’élevage dans le Val de Saône en Bourgogne médiévale, Paris (...)

4Pourtant plusieurs ouvrages, relevant des sciences agronomiques4 ou vétérinaires5, apportent quelques informations sur les soins délivrés aux chevaux de monte qui devaient être assez différents de ceux donnés à la ferme. Cependant cartulaires ou inventaires, comptes ou rentiers énumèrent les bêtes utilisées pour les tâches agricoles. Par ailleurs les textes relatifs aux droits d'usage sur les pâtures ou les terrains de parcours, comme les taxes perçues aux péages et sur les marchés6 lors des transactions sur les animaux témoignent de l'importance de l'élevage dans les campagnes. Toutefois ces documents d'archives renseignent essentiellement sur le cheptel et l'élevage des domaines seigneuriaux, laïcs et ecclésiastiques.

  • 7 A.-M. Bautier, "Contribution à l’étude du cheval au Moyen Age. Le vocabulaire du cheval en latin m (...)
  • 8 Ce rassemblement d’animaux se retrouve dans les illustrations des Géorgiques comme de L’Histoire d (...)
  • 9 Le plus souvent les troupeaux mixtes mélangent quelques bovins à des moutons. Par exemple dans la (...)
  • 10 Escorial, Bibl. Monastère, S. II. 19, f. 35 ou Paris, Arsenal, ms. 5064, f. 209v.
  • 11 Rome, Bibl. Vaticane, Vat Lat 3867, f. 44v.

5D'après les documents écrits, nombreux sont, au Moyen Age, les chevaux qui divaguent dans les forêts, les landes ou les régions marécageuses7. Or les enluminures ne représentent pas cette technique d'élevage : les chevaux y sont généralement figurés en troupeau en compagnie d'autres espèces animales8, des moutons, des vaches, des chèvres ou des cochons. Dans ces troupeaux mêlés, les moutons sont généralement majoritaires et les équidés et les bovins ne comptent que quelques unités9. Ces troupeaux mixtes sont surveillés le plus souvent par un seul pasteur, qui se déplace parfois à cheval10 ; tantôt il est muni de sa houlette et accompagné de son chien, tantôt il se repose en jouant de la flûte11.

  • 12 Comme le note C. Bossard Beck, aux xive et xve siècles, les vaches et les poulains du haras ducal (...)
  • 13 Par exemple dans le Traité d’Agriculture de Pier’ de Crescenzi (Paris, BN, Fr 12330, f. 214v), dan (...)

6Nourrir le cheptel à l'étable ou à l'écurie ne devait pas être courant au Moyen Age12. Le bétail vivait avant tout en plein air, le paysan cherchant à économiser ses réserves de foin que contiennent les mangeoires et les râteliers des quelques écuries figurées par les enluminures13.

  • 14 En effet au printemps, au moment de la pousse de la première herbe et donc de la mise en défens de (...)
  • 15 Par exemple à la foire d’Etampes, les paysans d’alentour amènent les chevaux et les ânes qu’ils av (...)

7Dans les petites fermes, l'hiver et le printemps sont des périodes cruciales pour la subsistance des troupeaux, notamment des chevaux. En effet la plupart des exploitants ne disposent pas de réserves de fourrage pour assurer l'hivernage. Il faut aussi faire la soudure avec la prochaine récolte14. En prévision on se débarrasse parfois du gros bétail aux foires de septembre ou d'octobre15. Ainsi les chevaux sont, des animaux très onéreux pour les exploitants agricoles. Pourtant au cours au Moyen Age, leur nombre, dans l'agriculture, ne cesse d'augmenter.

8Pourquoi ce développement ? sinon parce que le cheval représente un apport d'énergie si précieux que les sacrifices qu'il exige, paraissent rentables. Ce "plus", le paysan l'apprécie d'abord dans ses travaux céréaliers qui demandent tant d'efforts et de temps et dont la réussite est essentielle pour la survie de la plupart d'entre eux. Par sa force de traction, le cheval intervient d'une manière décisive pour les labours et le hersage.

  • 16 En Angleterre, la situation est plus mitigée, du moins au xive siècle où bœufs et chevaux restent (...)
  • 17 Pier’ de Crescenzi dans son Traité d’Agriculture, confirme le faible rôle économique du cheval en (...)

9A travers les sources écrites et iconographiques, dès le xie mais surtout au xiiie siècle, le cheval se substitue au bœuf pour la traction d'instruments agricoles. Aux xive et xve siècles, l'utilisation du cheval se répand largement en Europe du Nord, particulièrement en France septentrionale ou en Flandres16. Par contre dans les régions méditerranéennes, le cheval n'intervient qu'exceptionnel-lement17. Ce sont les bœufs qui restent la principale source d'énergie. Il est clair aussi que la culture de l'avoine qui est le corollaire de l'introduction du cheval pour les tâches agraires n'est pas favorisée par le climat méridional.

  • 18 Un cheval coûtait très cher à l’achat (Cf. Histoire de la France rurale, Paris, 1975, vol. 1, p. 4 (...)

10D'ailleurs il faut reconnaître que les bœufs présentent certains avantages pour la traction des instruments. D'abord ils coûtent moins cher à élever et à entretenir que les chevaux18 ; ils ne perdent pas leur valeur en vieillissant et tirent plus uniformément les instruments aratoires.

  • 19 L’abandon de l’attelage bovin a pour conséquence l’extension de la culture de l’avoine ; il est ai (...)

11Mais le cheval est plus résistant que le bœuf, il peut travailler une ou deux heures de plus par jour. Surtout il est beaucoup plus rapide. L'employer, c'est par exemple accélérer considérablement les façons de la terre, donc se donner les moyens de les multiplier19.

  • 20 Bruxelles, Bibl. Royale, ms. 1175, f. 156v.
  • 21 Paris, BN, Fr 1872, f. 5, Fr 9199, f. 92 ou encore Smith Lesouëf 38, f. 10.
  • 22 Par exemple Rome, Bibl. Vaticane, Vat Lat 1122, f. 26.

12Pour les labours, les attelages de chevaux offrent des combinaisons variées. Au xiiie siècle20 et même dans quelques enluminures postérieures, un seul cheval tracte la charrue. Ensuite ce sont en général deux chevaux attelés de front21 ; parfois un cheval peut précéder les deux chevaux attelés côte à côte22. Durant le bas Moyen Age, on assiste à la multiplication des bêtes, du moins à travers les textes qui mentionnent des attelages allant jusqu'à quatre bêtes pour labourer les terres lourdes.

  • 23 Comme dans le manuscrit anglais conservé à Paris, BN, Fr 571, f. 66v.

13Quelquefois le cheval vient en tête d'attelages composés de bœufs ou même de mulets. Dans nombre d'enluminures, notamment aux xiiie et xive siècles23, la charrue est tirée par un attelage comprenant deux bœufs entraînés par un cheval qui accélère le rythme.

  • 24 Sans revenir longuement sur ce débat, le joug de gorge entraînait, au moment de l’effort de tracti (...)

14Si les chevaux interviennent en force pour la traction de la charrue, c'est que le collier de gorge hérité de l'Antiquité24 disparaît, en particulier des illustrations postérieures au xiiie siècle. Le collier d'épaule à armature rigide qui le remplace prend appui sur la base osseuse des omoplates de l'animal, augmentant ainsi nettement l'efficacité des bêtes. Plus on avance dans le Moyen Age, plus ce collier devient confortable : un coussinet de forme ovale en basane rembourré de paille ou de crin est garni de chaque côté d'atelles de bois.

  • 25 Paris, BN, Fr 9199, f. 92.

15Suivant le nombre des bêtes, un simple ou un double palonnier permet la traction de l'instrument aratoire25. Des traits en cuir » parfois élargis sur les flancs des chevaux, relient collier et palonnier. Les animaux sont dirigés à l'aide de harnais, posés sur le juchoir qui surmonte la charrue.

  • 26 M. De La Rocque de Sévérac, Op. Cit., p. 7-55.

16La plupart des chevaux attelés portent des fers, aisément reconnaissables grâce aux marques des clous sur les sabots. A travers les images, on constate que, dès le xie siècle et surtout au xiiie, la ferrure se généralise. C'est là un autre progrès qui contribue à l'efficacité du cheval26.

  • 27 Rome, Bibl. Vaticane, Vat Lat 1122 f. 26.
  • 28 Par exemple sur la peinture du mois de septembre de l’allemand Hans Kertinger datant du début du x (...)
  • 29 C’est sur un des deux chevaux palonniers que le paysan est toujours assis.

17Lorsque le paysan laboure, il tient d'une main un des mancherons et, de l'autre, il saisit les harnais ainsi qu'un bâton ou un fouet. Parfois quand l'attelage compte trois bêtes, un homme, le fouet à la main, marche à côté des chevaux et un autre guide la charrue27. Plus tard28 il arrive qu'un homme s'assoie sur une des bêtes29.

18Les chevaux attelés sont, pour la plupart, soigneusement protégés : une couverture de tissu non teint couvre leur dos.

  • 30 L’exemplaire des Géorgiques de Virgile, enluminé à Florence par Appolonio di Giovanni au milieu du (...)
  • 31 Cf. G. Comet, Le paysan et son outil : essai d’histoire technique des céréales (France, viiie-xve (...)

19D'après les textes et l'iconographie, c'est presque toujours le cheval qui tire la herse30, car il offre de nets avantages pour cette traction : son sabot, plus léger que celui du bœuf, écrase moins le sol. D'autre part le cheval marche plus vite et cette rapidité est une supériorité déterminante pour briser les mottes, le choc des dents de l'instrument, étant alors plus violent31.

  • 32 A.-M. Bautier, Op. Cit., p. 225-226.
  • 33 Londres, BL, Add 42130, f. 170 et 171.
  • 34 Le cheval qui tire la herse est également distingué des chevaux dits affri, destinés à guider le t (...)
  • 35 Chantilly, Condé, 65, f. 3v et 10v. Dans la scène de labour du mois de mars, la charrue est tirée (...)

20Cette efficacité est d'ailleurs confirmée, à l'époque, par la création en Angleterre d'un terme spécifique pour désigner le cheval dit "herseur" (hercerius, herzerius ou herzorius...)32. Alors qu'au xive siècle, dans certains domaines anglais, le labourage peut encore être assuré par des bœufs, par exemple dans le Psautier de Luttrell33, c'est un cheval qui est affecté à la herse34. Cette répartition dans la traction des instruments agricoles se retrouve sur plusieurs enluminures d'origine française ou flamande comme les Très Riches Heures du Duc de Berry35. Cependant le plus souvent les chevaux sont utilisés à la fois pour le hersage et les labours et il est impossible, à travers les illustrations, de repérer des différences de race ou de morphologie entre les bêtes.

21En réalité la herse ne sert guère dans les régions méditerranéennes pour couvrir les semences, alors qu'en Angleterre, dans les Flandres ou la France du Nord, la herse permet non seulement d'émotter les champs avant les semailles, mais aussi de recouvrir les semis.

  • 36 F. Sigaut, Op. Cit., p. 40.

22Or cette opposition entre une Europe du Nord et du Centre marquée par l'utilisation ou non de la herse correspond approximativement à la répartition entre cheval et bœuf pour les travaux agricoles36.

  • 37 Munich, Bay. St. Bibl., Clm 23638, mois de septembre, Venise, Bréviaire Grimani, Londres, BL, Add (...)

23Au cours du Moyen Age, la force animale se multiplie notamment par l'accroissement des attelages. Alors qu'au xie siècle » dans la tapisserie de Bayeux, comme dans la majorité des cas entre le xiie et le xive siècle » un cheval tire la herse, au xve siècle deux chevaux sont attelés côte à côte, par exemple dans nombre de Livres d'Heures d'origine flamande37.

  • 38 Dès le xie siècle, un simple collier circulaire enserre le cou du cheval dans la tapisserie de Bay (...)
  • 39 Munich, Bay. St. Bibl., Clm 23638, mois de septembre, Venise, Bréviaire Grimani, Londres, BL, Add (...)

24L'attelage du cheval à la herse présente peu de différences avec celui de la charrue : même collier d'épaule à armature rigide, relié au palonnier par deux traits de cuir38. S'il y a deux chevaux, le double palonnier est attaché par des crochets au bâti de la herse39.

  • 40 Tapisserie de Bayeux ou Bruxelles, Bibl. Royale, ms. II. 201, f. 241 par exemple.
  • 41 Londres, BL, Add 42130, f. 171.
  • 42 Chantilly, Condé, ms. 65, f. 10v. Dans le Livre d’Heures conservé à Sibiu (Hermann Stadt Museum Br (...)

25Quand un seul cheval tire la herse, en général le paysan précède l'équipage, le harnais dans une main, un bâton ou un fouet40 dans l'autre. Parfois, comme dans le Psautier de Luttrell, il porte des gants pour protéger ses mains du froid et des frottements41. Lorsque l'attelage est composé de deux bêtes, l'homme marche sur le côté ; quelquefois il est. assis sur le dos d'un des chevaux, par exemple dans les Très Riches Heures du Duc de Berry42.

  • 43 Les chevaux des Heures conservées à Londres (BL, Add 24098, f. 26v) font figure d’exception.
  • 44 Munich, Bay. St. Bibl., Clm 23638, mois de septembre, Venise, Bréviaire Grimani ou la herse du Rep (...)

26Si aucune selle n'est jamais figurée, les œillères sont fréquentes43. A partir du xve siècle, comme pour les chevaux de labour, une couverture protège souvent l'animal44. Dans les Très Riches Heures du Duc de Berry, très grande, elle se termine par des lanières et couvre les flancs de la bête. Ces soins particuliers visent à préserver un capital précieux et fragile et contribuent à le rentabiliser.

  • 45 Pour cette tâche aussi, le cheval est en concurrence avec d’autres animaux. Dans la Bible, des bœu (...)
  • 46 Par exemple sur le calendrier sculpté de la cathédrale de Crémone.
  • 47 Autre avantage des équidés : ils défèquent et urinent moins souvent que les bœufs et leurs excréme (...)
  • 48 Pourtant aucune version enluminée du traité ne représente cette tâche.

27Le cheval intervient, également pour le dépiquage, ce procédé de battage restant limité au monde méditerranéen45. Au Moyen Age, les bœufs piétinent encore parfois les grains46, pourtant on semble leur préférer les équidés dont on peut aisément faire varier l'allure, du pas au trot, suivant le travail souhaité47. Pier' de Crescenzi, dans son Traité, leur reconnaît plus d'efficacité48. Des bêtes moins puissantes comme les mulets, les bardots ou les ânes peuvent, être utilisées ou même mêlées à eux. Les juments, en tant que poulinières, seraient les animaux les plus rentables.

  • 49 Cette technique n’était pas non plus ignorée dans le sud-ouest de la France comme l’attestent de n (...)

28En réalité les images de dépiquage par les chevaux sont rares. Seuls quelques calendriers italiens, pour la plupart sculptés au xiiie siècle, symbolisent le mois d'août par un paysan dirigeant des chevaux sur l'aire de battage. Par ailleurs aucune illustration de dépiquage ne nous est parvenue du sud de la France ou de l'Espagne, bien que, d'après les sources écrites, cette technique ait été pratiquée dans presque toute l'Europe méridionale49. En fait des représentations, notamment italiennes, du battage au fléau montrent que les deux techniques se concurrençaient.

29Selon les textes, sur l'aire de battage, six ou huit chevaux peuvent, se suivre, alors que, dans les documents iconographiques, jamais plus de deux chevaux ne sont attelés côte à côte. Une corde ou un harnais enserre les têtes. Afin de ne pas écraser les grains, les sabots sont déferres. Le paysan qui fait tourner les bêtes tient d'une main la corde qui retient les animaux ; de l'autre, il les menace d'un bâton ou d'un fouet, par exemple à Ferrare ou sur le Baptistère de Parme.

  • 50 Cf. G. Comet, Op. Cit., p. 153.

30D'après Ibn al Awwam au xiie siècle ou plus tardivement O. de Serres50, le cheval aurait également servi au Moyen Age pour tirer le rouleau à dépiquer. Or cet instrument n'apparaît ni dans les fouilles ni dans l'iconographie du Moyen Age.

  • 51 D’après G. Cornet (Op. Cit., p. 403), "on construit de tels manèges à Carcassonne au xiiie pendant (...)
  • 52 Bruxelles, Bibl. Royale, ms. IV. 1024, f. 159.
  • 53 A l’opposé des meules à grains en usage en Occident.

31Nombreux sont les documents écrits qui évoquent les moulins dits à sang, c'est-à-dire actionnés soit par un homme, soit par un animal. En fait les textes ne sont pas précis et la scène du cheval attelé à une meule n'est guère retenue par les enlumineurs51. Toutefois dans un Livre des Propriétés des choses de Barthélémy L'Anglais52, un cheval fait tourner une meule à olives verticale53. Cet instrument ne nécessite pas la même rapidité d'entraînement que les meules à grains qu'alimentent des énergies plus finissantes, comme l'eau ou le vent Bien que les images n'en témoignent pas, ce sont également des chevaux qui mettent en mouvement, les broyeurs de pommes des moulins à cidre.

  • 54 B. Lizet, Le cheval dans la vie quotidienne, Paris, 1982, p. 34.

32Le cheval du livre des Propriétés des choses est ferré et attelé grâce à un collier d'épaule rembourre dans lequel est enfilé le levier encastré dans la meule. Un homme suit l'animal avec un fouet. La bête ne semble pas en mauvaise forme, alors qu'a la période moderne et sans doute au Moyen Age, on exploitait pour cette tâche des chevaux déjà affaiblis54.

33En réalité le cheval ne représente qu'un élément secondaire dans l'apport capital que constituent les moulins pour l'économie médiévale. On préfère utiliser des forces motrices moins coûteuses et plus efficaces.

34Dans le transport des hommes et des marchandises, le cheval joue un rôle primordial. Cependant, qu'il soit bâté ou non, le cheval est en compétition avec d'autres animaux. Pendant tout le Moyen Age, les lourds charrois de bœufs sillonnent les routes et les ânes sont largement enrôlés.

  • 55 L’usage de l’âne était incontestablement plus répandu au Moyen Age qu’aujourd’hui. Dans toute la z (...)
  • 56 L’âne s’accommode de plus modestes rations qu’un cheval.

35Vers le milieu du xive, l'Europe semble se partager en deux zones : approximativement l'Europe septentrionale qui le plus souvent laboure avec des chevaux adopte le cheval de trait alors que l'Europe méridionale55 se sert de mulets bâtés ou d'ânes. A travers les illustrations espagnoles ou italiennes, il est exceptionnel que le cheval soit affecté au transport. L'âne et le mulet sont en effet plus faciles a élever, ils résistent mieux a la chaleur et montrent plus de sûreté dans les chemins pierreux ou escarpés56. Toutefois cette division de l'Europe en deux blocs est loin d'être tranchée : par exemple l'âne n'est pas totalement absent des enluminures originaires des Flandres ou de la France du Nord.

  • 57 La charge d’un cheval ou saumata est devenue une unité de mesure de bois, de raisin ou d’autre den (...)

36D'après l'iconographie, ce sont essentiellement les transports des grains vers le moulin et les charrois de bois qui mobilisent l'énergie des chevaux57. Moins nombreux sont, les animaux nécessaires pour les vendanges ou l'acheminement des ballots vers le marché.

  • 58 C. Charvin, Le cheval de bât, Paris, 1981.
  • 59 L’avaloire qui empêche la charge de glisser dans les descentes est parfois formée d’un demi-cercle (...)

37Pourtant le bât permet le transport d'une grande variété de produits. Composé d'une armature de bois de forme arrondie, il comprend un arçon et un capiton qui épouse le dos de l'animal58. Il est fixé grâce à des sangles de cuir enserrant le ventre de l'animal, le poitrail e t l'arrière-train, cette dernière est dite croupière ou avaloire59. Ces courroies ne sont pas toujours figurées. En général le bât repose sur une couverture qui protège l'animal et dépasse largement de part et d'autre de l'armature.

38Cordes et sangles arriment le chargement. Pour les denrées fragiles comme le raisin, des caisses en buis sont fixées de part et d'autre du bât, tandis que les fagots sont retenus sur les flancs par deux crochets encastrés dans le bât. Parfois l'animal n'est muni d'aucun dispositif de chargement et les sacs sont posés directement sur le dos du cheval.

  • 60 Par exemple Londres, BL, Add 42130, f. 158.

39Le plus souvent le paysan marche derrière l'animal et le commande avec un fouet. Plus rarement il est assis directement sur la charge60 et dirige le cheval avec les harnais.

  • 61 Ce sont des gerbes de blé qui sont transportées dans des charrettes à deux roues dans la Vie de Mo (...)
  • 62 Les véhicules à brancards se multiplient à la fin du Moyen Age aux dépens des voitures à timon (Cf (...)

40Dans la ferme médiévale, les transports importants, en particulier celui des gerbes de la moisson, se font avec des chariots et des charrettes. Des images montrent aussi quelques véhicules pour ramener à la ferme les foins ou les vendanges. Si ce sont des chariots a quatre roues qui sont attelés pour ces transports, notamment au xve siècle, on préfère souvent, aux xiiie et xive siècles61, les charrettes à deux roues pour acheminer par exemple les marchandises ou les tonneaux vers le marché voisin62.

  • 63 C. Bossard Beck, Op. Cit., p. 74. Les mentions de charrettes attelées à des chevaux pour rentrer l (...)
  • 64 J. Spruytte (Etudes expérimentales sur l’attelage, Paris, 1977) a montré, grâce à des expérimentat (...)

41Comme pour la traction des instruments agricoles, le cheval remplace le bœuf d'une manière différente suivant les régions. Cependant à partir des xive et xve siècles, les chevaux sont de plus en plus nombreux dans les charrois63, cet animal se fatiguant moins vite64 et se déplaçant plus rapidement que le bœuf.

  • 65 Paris, BN, Fr 2092, f. 2v, 6v, 20v... ou_Fr 1537, f. 32 et La Haye, Meermanno West. Bibl., ms. 76 (...)
  • 66 Paris, BN, Lat 7331, f. 11v ou Oxford, Bodleian, Douce 10, f. 6, Chantilly, Condé, ms. 65, f. 8v, (...)
  • 67 Londres, BL, Add 42130, f. 162. Une charrette dont les deux roues sont cerclées de métal est tirée (...)
  • 68 Paris, BN, Fr 1872, f. 10.

42Le nombre d'animaux attelés varie suivant les charges a tirer. D'après les documents iconographiques, les attelages les plus fréquents sont composés de deux chevaux en file au xiiie65 alors qu'aux xive et xve siècles, les deux chevaux sont généralement côte à côte66. Cependant pour les lourds charrois de blé, par exemple, trois chevaux peuvent être requis, ce qui implique une certaine aisance de la part de l'exploitant. Les trois bêtes sont attelées en ligne comme dans le Psautier de Luttrell67 ; plus tardivement, dans un Calendrier Ephéméride68, deux chevaux sont précédés par un troisième cheval. Les importants attelages regroupant six à huit chevaux en file que décrivent les textes n'apparaissent guère dans les miniatures.

43L'attelage mixte de bœufs et de chevaux est assez rare dans les illustrations provenant de l'Europe septentrionale. C'est au château de Trente, en Italie, qu'un chariot, rentre les moissons, tracte par deux bœufs attelés côte à côte derrière un cheval.

  • 69 Des bandes de cuir élargies renforcent parfois les traits afin de protéger les flancs du cheval, p (...)

44Lors des attelages en file, les chevaux portent des colliers d'épaule que deux traits relient entre eux. Souvent le dernier animal est rattaché aux brancards grâce à une bricole de poitrail69 mais aussi par une bande de cuir reposant sur une dossière. Quand le véhicule est muni d'un timon central, l'attelage s'effectue à l'aide d'un simple ou d'un double palonnier selon le nombre d'animaux.

45Il est notable qu'y compris au xve siècle, les enluminures ne figurent pas de chariot à avant-train mobile comme l'attestent les sources écrites.

  • 70 Bruxelles, Bibl. Royale, ms. 1175, f. 8v ou Paris, BN, Lat 7331, f. 11v.
  • 71 Bruxelles, Bibl. Royale, ms. II. 158, f. 8v, Munich, Bay. St. Bibl., ms. 23638, mois d’août.
  • 72 Paris, BN, Fr 2092, f. 2v et 6v ou Fr 1872, f. 10.
  • 73 Par exemple dans le Livre d’Heures conservé à Sibiu (Hermann Stadt Museum Brukenthal, ms. 1, f. 15 (...)

46Le paysan peut conduire l'attelage en marchant à côté des bêtes, tout en tenant les rênes des chevaux70 ; plus souvent il est assis sur un des chevaux attelés de front71 ou sur le limonier72 dans les attelages en file. En général les chevaux ne sont pas sellés et seul un support rembourré rend la monte moins inconfortable73. L'obéissance des bêtes est obtenue grâce aux rênes et à un long fouet que manie le paysan.

47Ces quelques documents iconographiques ont-ils réussi à montrer avec quelle force le cheval pénètre dans la vie des campagnes aux xive et xve siècles, surtout en Europe du Nord et de l'Ouest ?

48Pour le labour, le hersage ou le dépiquage des grains, au moulin comme sur les chemins et les routes, les paysans se dotent de puissants auxiliaires. Cette alliance, préparée depuis plusieurs siècles par des innovations technologiques décisives, se prolongera en fait jusqu'à la fin du xixe siècle.

III. 1 : Oxford, Bodleian, Rawl. G. 98, f. 34. Virgile : Géorgiques, milieux xve siècle.

III. 2 : Paris, BN, Fr 9199, f. 92. Vie et miracles de Notre Dame, xve siècle.

III. 3 : Londres, Brit. Libr., Add 42130, f. 171. Psautier de Luttrell, 1340.

III.4 : Ferrare, San Giorgio, frise du portail de la façade sud. Calendrier : juillet, xiiie siècle.

III. 5 : Bruxelles, Bibl. Royale, ms. IV. 1024, f. 159. Platearius : Livre des simples médecines, deuxième moitié du xve siècle.

III. 6 : Chantilly, Musée Condé, ms. 1362, f. 9. Heures de la Duchesse de Bourgogne, 1450.

Notes

1 A.-M. et R. H. Bautier, "Contribution à l’étude du cheval au Moyen Age. L’élevage du cheval", dans Bulletin philologique et historique du Comité des travaux historiques, 1978, Paris, 1980, p. 9-75.

2 Voir par exemple L. White, Technologie médiévale et transformations sociales, Paris-La Haye, 1969.

3 A travers les textes et l’iconographie, l’apparition des fers à cheval à clous remonterait au xe siècle. Au cours des xie et xiie siècles, les fers sont de plus en plus souvent représentés dans les enluminures, aussi bien en Europe que dans le monde arabe. Une bibliographie complète est donnée par M. De La Rocque De Sévérac, "Le fer à cheval. Contribution à l’étude de l’origine de la ferrure à clous du cheval", dans Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1983, p. 7-55.

4 Le juriste bolonais Pier’ de Crescenzi dans son Traité d’Agriculture, écrit vers 1305, réserve au cheval une part importante du livre 9 consacré aux animaux domestiques. Cinquante-sept chapitres examinent des critères qui doivent déterminer le choix du cheval, des soins à lui apporter, de ses maladies ou encore à de son dressage. Ces connaissances hippiatriques, bien qu’inspirées en grande partie par des textes antiques ou médiévaux, révèlent l’intérêt porté au cheval à cette époque (Cf. J.-L. Gaulin, Recherches sur Pietro de Crescenzi et l’agronomie médiévale, Paris, 1980 (Maîtrise d’histoire, Université de Paris I), p. 123).

5 Y. Poulle-Drieux, "L’hippiatrie dans l’Occident latin du xiiie au xve siècle", dans Médecine humaine et vétérinaire à la fin du Moyen Age, Paris, 1966, p. 11-157. Le texte capital est celui de Giordano Ruffo (1250-1254) (Cf. B. Prévôt, La science du cheval au Moyen Age : Le traité d’hippiatrie de Jordanus Rufus, Paris, 1991), le De medicina equorum. Il faut encore signaler le Mulomedecina du dominicain Teodorico Borgognoni, rédigé vers 1266, et le traité de chirurgie de Guillaume de Villiers, datant de 1456. Outre divers traités germaniques et celtiques, Barthélémy de Messine traduit Hieroclés, Moses de Palerme adapte un manuscrit arabe, le moine portugais Fray Bernado Portugués rédige Los siete libros del arte de la ciencia de albeiteria, Mestre Giraldo écrit en 1318 son Livro d’alveitaria.

6 C. Bossard Beck, Villages et terroirs d’élevage dans le Val de Saône en Bourgogne médiévale, Paris, 1983 (Thèse d’histoire).

7 A.-M. Bautier, "Contribution à l’étude du cheval au Moyen Age. Le vocabulaire du cheval en latin médiéval. La robe des chevaux", dans Bulletin philologique et historique du Comité des Travaux Historiques, Paris, 1978, p. 216. Les bêtes vivent une partie de l’année à l’état sauvage dans la forêt ou dans les moores. M.-Th. Kaiser Guyot (Le berger en France aux xive et xve siècles, Paris, 1974, p. 26) mentionne également cet élevage en semi-liberté, par exemple en Bretagne.

8 Ce rassemblement d’animaux se retrouve dans les illustrations des Géorgiques comme de L’Histoire de Merlin (Paris, BN, Fr 91, f. 1) ou de La fleur des histoires de Jean Mansel (Genève, Bibl. Univ., Fr 64, f. 28). Dans ce dernier manuscrit, deux chevaux et deux bœufs broutent sous la neige. Deux porcs complètent le troupeau dans le Traité d’Agriculture de Pier’ de Crescenzi conservé à Chantilly (Condé, ms. 340).

9 Le plus souvent les troupeaux mixtes mélangent quelques bovins à des moutons. Par exemple dans la rubrique sur l’élevage des animaux castrés du Tacuinum Sanitatis, deux bergers gardent un troupeau composé d’un bovin, de deux chèvres, de quelques ovins et de trois porcs. Aucun équidé n’apparaît dans cette scène.

10 Escorial, Bibl. Monastère, S. II. 19, f. 35 ou Paris, Arsenal, ms. 5064, f. 209v.

11 Rome, Bibl. Vaticane, Vat Lat 3867, f. 44v.

12 Comme le note C. Bossard Beck, aux xive et xve siècles, les vaches et les poulains du haras ducal restent à l’intérieur de la fin octobre au début de mai. Pour les chevaux adultes, la stabulation peut être nécessaire en raison de la rigueur de certains hivers, sinon les animaux sont laissés en plein air le plus longtemps possible (Op. Cit., p. 89).

13 Par exemple dans le Traité d’Agriculture de Pier’ de Crescenzi (Paris, BN, Fr 12330, f. 214v), dans les Miracles de Notre Dame (Paris, BN, Fr 9199, f. 65) ou encore dans un Livre d’Heures illustré de proverbes (Paris, BN, NAL 3134, f. 70).

14 En effet au printemps, au moment de la pousse de la première herbe et donc de la mise en défens des prairies, les terrains de parcours se réduisent : ne restent que les terres vagues, les paquis communaux qui, épuisés, ne devaient pas produire grande nourriture (C. Bossard Beck, Op. Cit., p. 89).

15 Par exemple à la foire d’Etampes, les paysans d’alentour amènent les chevaux et les ânes qu’ils avaient achetés l’année même pour la saison. La nécessité de se défaire des bêtes au seuil de l’hiver offrait ainsi l’occasion de grosses spéculations dont profitaient largement quelques exploitants plus avisés ou mieux pourvus (G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, Paris, 1962, p. 252).

16 En Angleterre, la situation est plus mitigée, du moins au xive siècle où bœufs et chevaux restent en concurrence ; aux yeux des agronomes, l’avoine qu’ils consomment, comme les fers dont on les chausse, sont estimés trop dispendieux par les agronomes anglais (Cf. R. Trow-Smith, A history of british livestock busbandry to 1700, Londres, 1957). Par exemple Walter de Henley dans la Husbandry prône le bœuf comme bête de labour soulignant qu’un cheval mange plus qu’un bœuf et qu’un vieux cheval ne vaut plus que son cuir alors qu’un bœuf âgé peut encore être engraissé et vendu à la boucherie. Des agronomes modernes ont calculé que, pour une journée de travail, un bœuf coûte 30 % de plus qu’un cheval. (N. Harvey, "Walter de Henley and the old farming", dans Agriculture, the journal of the Ministry of Agriculture, 1952-1553 (59), p. 491.

17 Pier’ de Crescenzi dans son Traité d’Agriculture, confirme le faible rôle économique du cheval en regard du prestige qui l’entoure et qui seul explique la place de choix réservée par l’agronome (J.-L. Gaulin, Op. Cit., p. 126).

18 Un cheval coûtait très cher à l’achat (Cf. Histoire de la France rurale, Paris, 1975, vol. 1, p. 413).

19 L’abandon de l’attelage bovin a pour conséquence l’extension de la culture de l’avoine ; il est ainsi lié à une pratique plus régulière de la rotation triennale (Cf. G. Duby, Op. Cit., p. 200).

20 Bruxelles, Bibl. Royale, ms. 1175, f. 156v.

21 Paris, BN, Fr 1872, f. 5, Fr 9199, f. 92 ou encore Smith Lesouëf 38, f. 10.

22 Par exemple Rome, Bibl. Vaticane, Vat Lat 1122, f. 26.

23 Comme dans le manuscrit anglais conservé à Paris, BN, Fr 571, f. 66v.

24 Sans revenir longuement sur ce débat, le joug de gorge entraînait, au moment de l’effort de traction, un début d’étranglement du cheval, provoqué par l’appui de la courroie de cuir sur sa trachée. L’animal essayait d’échapper à cette gêne en relevant l’encolure ; il lui était alors difficile de vousser les reins et donc d’engager suffisamment ses postérieurs pour fournir un effort important. Sur les documents iconographiques du xive siècle, on ne trouve plus guère cet attelage antique. (Cdt. Lefebvre des Noëttes, L’attelage, le cheval de selle à travers les âges. Contribution à 1’histoire de l’esclavage, Paris, 1931).

25 Paris, BN, Fr 9199, f. 92.

26 M. De La Rocque de Sévérac, Op. Cit., p. 7-55.

27 Rome, Bibl. Vaticane, Vat Lat 1122 f. 26.

28 Par exemple sur la peinture du mois de septembre de l’allemand Hans Kertinger datant du début du xvie siècle (conservée à Nuremberg, Germ. Nat. Mus.).

29 C’est sur un des deux chevaux palonniers que le paysan est toujours assis.

30 L’exemplaire des Géorgiques de Virgile, enluminé à Florence par Appolonio di Giovanni au milieu du xve siècle (Florence, Riccardiana, ms. 492, f. 18), fait figure d’exception : un homme est debout sur une herse tractée par deux bœufs. Cet attelage se retrouve dans les Heures d’Anne de Bretagne enluminées par Bourdichon (Paris, BN, Lat 9474, f. 13).

31 Cf. G. Comet, Le paysan et son outil : essai d’histoire technique des céréales (France, viiie-xve siècles), Aix-en-Provence, 1987 (Thèse d’état), p. 160 ou F. Sigaut, "Les débuts du cheval de labour en Europe", dans Ethnozootechnie : Le cheval dans l’agriculture, 1983 (30), p. 40.

32 A.-M. Bautier, Op. Cit., p. 225-226.

33 Londres, BL, Add 42130, f. 170 et 171.

34 Le cheval qui tire la herse est également distingué des chevaux dits affri, destinés à guider le travail des bœufs dans le labourage comme le note A.-M. Bautier, Op. Cit., p. 226.

35 Chantilly, Condé, 65, f. 3v et 10v. Dans la scène de labour du mois de mars, la charrue est tirée par une paire de bœufs alors qu’en octobre, lors des semailles, c’est un cheval monté par son conducteur qui tire la herse.

36 F. Sigaut, Op. Cit., p. 40.

37 Munich, Bay. St. Bibl., Clm 23638, mois de septembre, Venise, Bréviaire Grimani, Londres, BL, Add 24098, f. 26v, Vienne, ONB, ms. 2730, f. 10 ou vitrail conservé au Victoria et Albert Museum de Londres, provenant de Coslany (Norvège, 1480).

38 Dès le xie siècle, un simple collier circulaire enserre le cou du cheval dans la tapisserie de Bayeux ; comme plus tard, il est relié par des traits au palonnier.

39 Munich, Bay. St. Bibl., Clm 23638, mois de septembre, Venise, Bréviaire Grimani, Londres, BL, Add 24098, f. 26v. Pourtant les enlumineurs ne figurent pas toujours de palonnier et les traits sont alors directement noués autour du cadre de la herse (par exemple Paris, BN, Lat 14267, f. 156v de la fin du xiie siècle ou Bruxelles, Bibl. Royale, ms. II. 201, f. 241 exécuté vers 1372 ou encore au début du xve siècle dans les Très Riches Heures du Duc de Berry (Chantilly, Condé, ms. 65, f. 10v).

40 Tapisserie de Bayeux ou Bruxelles, Bibl. Royale, ms. II. 201, f. 241 par exemple.

41 Londres, BL, Add 42130, f. 171.

42 Chantilly, Condé, ms. 65, f. 10v. Dans le Livre d’Heures conservé à Sibiu (Hermann Stadt Museum Brukenthal, ms. 1, f. 18), le paysan est assis sur l’unique cheval qui tire la herse. Dans le Bréviaire Grimani, l’homme s’est installé sur le cheval de gauche de l’équipage, directement sur la couverture qui protège l’animal.

43 Les chevaux des Heures conservées à Londres (BL, Add 24098, f. 26v) font figure d’exception.

44 Munich, Bay. St. Bibl., Clm 23638, mois de septembre, Venise, Bréviaire Grimani ou la herse du Repos de la sainte Famille de Joachim Patimir (Madrid, Prado).

45 Pour cette tâche aussi, le cheval est en concurrence avec d’autres animaux. Dans la Bible, des bœufs foulent les gerbes, alors que, dans l’Antiquité, les chevaux sont déjà employés pour ce travail. Les agronomes romains recommandent même cet exercice pour faire maigrir les juments promises à la reproduction ; les animaux de luxe, élevés dans les haras des grands domaines, tireraient également bénéfice du martelage régulier des sabots sur un sol dur et homogène (P. Vigneron, Op. Cit., p. 177).

46 Par exemple sur le calendrier sculpté de la cathédrale de Crémone.

47 Autre avantage des équidés : ils défèquent et urinent moins souvent que les bœufs et leurs excréments solides peuvent être facilement ramassés (Cf. G. Cornet, Op. Cit., p. 342).

48 Pourtant aucune version enluminée du traité ne représente cette tâche.

49 Cette technique n’était pas non plus ignorée dans le sud-ouest de la France comme l’attestent de nombreux textes décrivant plusieurs exploitations où les chevaux et les juments étaient utilisés pour le dépiquage et le hersage (M. Houbbaida, Op. Cit., p. 229).

50 Cf. G. Comet, Op. Cit., p. 153.

51 D’après G. Cornet (Op. Cit., p. 403), "on construit de tels manèges à Carcassonne au xiiie pendant un siège ; à la même époque un abbé de saint Alban installe "un très beau moulin à chevaux" à côté de ses moulins à eau ; au xive siècle il en existe à côté des moulins à vent du Béarn". Pourtant ce n’est qu’à partir du xve siècle et surtout à l’époque moderne que ces images se multiplient. Ces moulins ne sont d’ailleurs pas toujours réalistes. Ainsi dans un traité d’art militaire (Paris, BN, Lat 7239, f. 48 et 50), deux chevaux sont attelés de part et d’autre d’une barre-levier qui entraîne un engrenage relié à deux meules. Ce moulin côtoie un autre moulin, qui, lui, est situé en haut d’une tour et est actionné par un âne.

52 Bruxelles, Bibl. Royale, ms. IV. 1024, f. 159.

53 A l’opposé des meules à grains en usage en Occident.

54 B. Lizet, Le cheval dans la vie quotidienne, Paris, 1982, p. 34.

55 L’usage de l’âne était incontestablement plus répandu au Moyen Age qu’aujourd’hui. Dans toute la zone méditerranéenne, il était l’animal de bât par excellence et également utilisé comme animal de labour concurremment au bœuf, au point qu’on trouve parfois des terres dites terres d’un âne comme ailleurs on disait terre d’une paire de bœufs. En Limousin et en Poitou bien que ces régions ne soient pas vraiment méridionales, l’âne et son produit métissé, le mulet, étaient employés pour la plupart des tâches agricoles (Cf. R. Grand et R. Delatouche, L’agriculture au Moyen Age de la fin de l’Empire romain au xvie siècle, Paris, 1950, p. 471).

56 L’âne s’accommode de plus modestes rations qu’un cheval.

57 La charge d’un cheval ou saumata est devenue une unité de mesure de bois, de raisin ou d’autre denrée, en matière de droits d’usage ou de redevances (Cf. R. Grand et R. Delatouche, Op. Cit., p. 463).

58 C. Charvin, Le cheval de bât, Paris, 1981.

59 L’avaloire qui empêche la charge de glisser dans les descentes est parfois formée d’un demi-cercle de bois, en frêne ou en micocoulier, si l’on se fie aux observations ethnographiques postérieures (C. Charvin, Op. Cit., p. 50).

60 Par exemple Londres, BL, Add 42130, f. 158.

61 Ce sont des gerbes de blé qui sont transportées dans des charrettes à deux roues dans la Vie de Monseigneur Saint Denis, du xiiie siècle (Paris, BN, Fr 2092, f. 6v), ou dans un Bréviaire du début du xive siècle (La Haye, Meermanno West. Bibl., ms. 76 J 18, f. 213v).

62 Les véhicules à brancards se multiplient à la fin du Moyen Age aux dépens des voitures à timon (Cf. G. Haudricourt et M. J. Brunhes-Delamarre, L’homme et la charrue, Paris, 195 5, p. 156).

63 C. Bossard Beck, Op. Cit., p. 74. Les mentions de charrettes attelées à des chevaux pour rentrer les foins dans les granges ducales sont très nombreuses. Au cheval tirant la charrette correspond la qualification de equus carettarius dans les textes anglais (Cf. A.-M. Bautier, Op. Cit., p. 225).

64 J. Spruytte (Etudes expérimentales sur l’attelage, Paris, 1977) a montré, grâce à des expérimentations, que l’attelage antique n’avait pas les défauts qu’on lui a imputé depuis Lefébvre Des Nöettes (Op. Cit.), sur la base de la reconstruction erronée qu’en avait proposée ce dernier. Dans l’Antiquité, la limitation de la charge des véhicules dépend moins du mode d’attelage que de la structure des véhicules eux-mêmes. Les progrès des moyens de transport, par rapport à l’Antiquité, proviennent de l’amélioration de l’attelage mais surtout des innovations médiévales apportées aux véhicules comme les essieux antérieurs mobiles, le frein ou le palonnier.

65 Paris, BN, Fr 2092, f. 2v, 6v, 20v... ou_Fr 1537, f. 32 et La Haye, Meermanno West. Bibl., ms. 76 J 18, f. 213v.

66 Paris, BN, Lat 7331, f. 11v ou Oxford, Bodleian, Douce 10, f. 6, Chantilly, Condé, ms. 65, f. 8v, Anvers, Musée Mayer Van den Bergh, ms. 946, f. 4v.

67 Londres, BL, Add 42130, f. 162. Une charrette dont les deux roues sont cerclées de métal est tirée par trois chevaux en ligne.

68 Paris, BN, Fr 1872, f. 10.

69 Des bandes de cuir élargies renforcent parfois les traits afin de protéger les flancs du cheval, par exemple à Paris, BN, Fr 1537, f. 32.

70 Bruxelles, Bibl. Royale, ms. 1175, f. 8v ou Paris, BN, Lat 7331, f. 11v.

71 Bruxelles, Bibl. Royale, ms. II. 158, f. 8v, Munich, Bay. St. Bibl., ms. 23638, mois d’août.

72 Paris, BN, Fr 2092, f. 2v et 6v ou Fr 1872, f. 10.

73 Par exemple dans le Livre d’Heures conservé à Sibiu (Hermann Stadt Museum Brukenthal, ms. 1, f. 15) ou celui de New York (Pierpont Morgan Libr., ms. 399, f. 6).

Table des illustrations

Légende III. 1 : Oxford, Bodleian, Rawl. G. 98, f. 34. Virgile : Géorgiques, milieux xve siècle.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3335/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende III. 2 : Paris, BN, Fr 9199, f. 92. Vie et miracles de Notre Dame, xve siècle.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3335/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Légende III. 3 : Londres, Brit. Libr., Add 42130, f. 171. Psautier de Luttrell, 1340.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3335/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende III.4 : Ferrare, San Giorgio, frise du portail de la façade sud. Calendrier : juillet, xiiie siècle.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3335/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende III. 5 : Bruxelles, Bibl. Royale, ms. IV. 1024, f. 159. Platearius : Livre des simples médecines, deuxième moitié du xve siècle.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3335/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende III. 6 : Chantilly, Musée Condé, ms. 1362, f. 9. Heures de la Duchesse de Bourgogne, 1450.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3335/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

Auteur

CNRS (C.R.H.)

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540