Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cheval dans le monde médiéval

Prières pour un cheval malade

Marie-Thérèse Lorcin

Texte intégral

  • 1 La science du cheval au Moyen Age. Le traité d'hippiatrie de Jordanus Rufus éd. par B. Prévost, Pa (...)

1Le Moyen Age a connu une médecine des chevaux inspirée de l'hippiatrie byzantine, totalement détachée des croyances religieuses, qui utilisait un petit nombre de substances et de procès éprouvés et qui exigeait des maréchaux une grande habileté manuelle. Cet art vétérinaire atteint un de ses sommets au xiiie siècle grâce à Jordanus Rufus, dont le traité vient d'être réédité et commenté par Brigitte Prévost1.

2Tout comme pour les êtres humains, il existait des médecines parallèles pour les animaux domestiques, au premier rang desquels, bien sûr, les chevaux. Ainsi le Ménagier de Paris contient deux recettes qui n'ont rien de commun avec celles que préconisait le chef des écuries de l'empereur Frédéric II.

  • 2 Le Ménagier de Paris éd. by G E Brereton and J.M. Ferrier, Oxford, Clarendon Press, 1981, p. 141 e (...)

"37. Quand le cheval a vives, il luy couvient dire ces trois mocts avec troiz patenostres : + abgla + abgli + alphara + asy + pater noster etc
38. Contre Farsin te couvient ce couver par dix jours, et chascun jour en jenn dire par troiz fois, et chascune foiz dire trois patenostres et touchier le mal : + In nomine Patris + et Filii + et Spiritus Sancti + Amen. + Je te conjur, mal felon, de par Dieu omnipotent et de par le Pere et de par le Fil et de par le Saint Esperit et de par tous les sains et par tous les anges de Nostre Seigneur Jhesuscrist, et par toutes les vertuz que Dieu donna a parolles en en voix, par les vertuz que Dieu fist de faire le ladre gairir de sa maladie, et que tu, mal felon, ne ailles plus avant ; et que ne doubles ne ne enfles n'en fesnestres n'en fistulles, neant plus que firent les cinq playes Nostre Seigneur Jhesuscrist ; et aussi le monde sauva et par ceulx se firent les cinq playes de Nostre Seigneur. In nomine Patris + et Filii + et Spiritus Sancti + Amen"2.

3C'est loin d être le seul exemple de ces rites thérapeutiques qui mêlent signes de croix, prières à Dieu et aux saints, mots mystérieux mis bout-à-bout, apostrophes au mal etc.

  • 3 E. Leclainche : Histoire de la médecine vétérinaire, Toulouse, 1926, p. 104 et suivantes.

4Des chercheurs tels Moulé en France, Cockthayne en Angleterre, Fröhner en Allemagne les ont recueillies en grand nombre et publiées dans des ouvrages malheureusement très difficiles à trouver3.

5Faute de temps pour reconstituer un corpus, je me contenterai d'étudier ici une vingtaine de formules rencontrées dans les textes écrits aux xive et xve siècles. La source principale est, une fois de plus, les "Recettes médicales alchimiques et astrologiques du xve s. en langue vulgaire des Pyrénées" publiées en 1956 par Clovis Brunel.

6C'est un ensemble d'opuscules contenus dans un manuscrit conservé aux Archives Départementales du Gers, écrit vers 1440 par un scribe ignorant le latin, estropiant parfois les mots occitans eux-mêmes, mais dont les curiosités méritent la gratitude des lecteurs du xxe siècle. L'ensemble comprend 671 articles, dont 76 recettes de médecine vétérinaire. Sont éparpillées dans ce manuscrit 17 formules à l'usage des humains, 9 à l'usage des chevaux et une à l'usage des bœufs, soit 27 en tout (4 % des articles).

  • 4 Cf. les sources (n° 3)

7Les traités d'hippiatrie tardifs constituent une autre source. Y Poulle-Drieux4, qui en a fait le recensement a montré en effet qu'à partir du xive siècle, les auteurs ajoutent aux passages inspirés de Jourdain le Roux et autres spécialistes des indications astrologiques et des pratiques magiques. C'est le cas de Guillaume de Villiers, écrivain du xve siècle, qui introduit non seulement des médications supplémentaires pour les affections des yeux, mais aussi ce qu'il appelle des "chermes". Pourquoi ? Parce qu'en certains cas c'est nécessaire, dit-il, et que plus on connaît de moyens, plus on est à même de choisir les meilleurs. De toutes manières, ces formules de prières ne sont pas contraires à la foi catholique.

68. "Pour ce que devant nous avons traictié qu'il est necessité en aucun cas faire chermes, je dis après un commun langaige : necessité non a loy. Ceci considéré j'ay voulu aultre maniere de cherme escripre icy et mectre et, michi videtur, sine prejudicio anime neque contra fidem catholicam quia fit sine in vocatione et cetera".

  • 5 Il va de soi que l'on en peut rencontrer dans des ouvrages de type différent, hors du contexte de (...)

8Les extraits du traité de G. de Villiers donnés par Y. Poulle-Drieux à la suite de son article contiennent quatre formules de prière contre le farcin et une cinquième pour calmer un cheval agité. Quelques autres "charmes" ont été trouvés dans des textes variés mais sont tous des collections de recettes5. Les Evangiles des Quenouilles par exemple indiquent pour le même cas que ci-dessus cette recette assez originale.

  • 6 Les Evangiles cf. sources n° 4, p. 114.

Je vous diroie merveilles des chevaux et de leurs medecines mais pour ce que les hommes ne le prengent à leur prouffit, je m'en tairay et parleray d'autre chose. Mais toutesfois je vous vueil bien aincoires tant dire que, quant vous veez un cheval si terrible qu'il ne veult souffrir qu'on monte sur lui, ou ne veult entrer en un navire ou sur un point, dittes lui en 1'oreille ces parolles : "Cheval, aussy vray que meschine de prestre est cheval au dyable, tu veuilles souffrir que je monte sur toy". Et tantost il sera paisible et en ferez vostre volenté.6

  • 7 Cf. en particulier : la prière au Moyen Age (littérature et civilisation), Senefiance, n° 10, Aix- (...)

9Même si l'on retient ce texte humoristique, le corpus ne dépasse pas la vingtaine. Il n'est donc pas question d'en tirer des conclusions péremptoires... Laissant complètement de côté la question de l'origine de ces formules, de leur mode de transmission et de leurs filiations possibles, je me contenterai de quelques remarques sur ces textes eux-mêmes et sur leur contexte, en portant l'attention sur l'ensemble des thérapies pour les chevaux en usage au xve siècle, plus que sur l'aspect cultuel qui a déjà fait l'objet d'études récentes7.

10Il faut commencer par noter pour quels accidents et maladies ces prières sont recommandées, à qui elles s'adressent et de quelle manière on doit s'y prendre pour obtenir le résultat souhaité.

11Puis, ces formules se trouvant mêlées à d'autres recettes, on peut les confronter aux formules de prières à l'usage des êtres humains contenues dans les mêmes recueils.

12Enfin pour ne pas perdre de vue le principal intéressé, le cheval malade, il faut essayer de confronter ces prières aux recettes vétérinaires proprement dites. Ces formules qui se glissent même dans les ouvrages savants sont-elles présentées comme des adjuvants, des équivalents, des concurrents ? A-t-on perdu le savoir-faire du xiiie siècle, ou a-t-on simplement perdu confiance en lui ?

Les formules de prières.

13Malgré sa minceur, l'échantillon reflète deux des soucis majeurs de ceux qui élèvent des chevaux.

14Emploi des formules de prière :

15Les affections aux pieds sont en effet fréquentes. Jordanus Rufus consacre 53,9 % de son traité aux pattes et aux pieds des chevaux, et les recettes en langue des Pyrénées 25,6 %. De tout ce qui peut faire boîter le cheval et lui infliger une incapacité totale ou partielle, c'est l'"enclouure", provoquée par un maréchal-ferrand maladroit ou malhonnête, qui semble inquiéter plus que tout. Deux formules sont proposées par la médecine parallèle dont celle-ci que P. Meyer a copié dans un manuscrit bodléin :

168. Au fol. 217 v° on lit, en écriture cursive du xive siècle, la recette et le charme ci-après :

"Pur encloyer de chyval, pernez porciouns de payn blanc et un erbe c'on apele mousere, et mellez ensemble et donez a chyval a manger deux foiche (sic) ou troys et il garryra"

17Suit le charme ci-après qu'il fallait sans doute dire en donnant la médecine :

  • 8 Cf. source n° 6.

"Hau ! douce sire Jhesucrist, aussi verroiment come vous estes piere e fits et Seint Esperit, treis persones et un Dieu, et donastes vertues a chapleyn de fere char et sang de payn de forment, e auxi verreyment come sely char e sange suffret grevouses playes sur la crois, pur pechours saver, par clous de fer donez tele vertue en ceste payn et en ceste erbe que il enserche et sane sanz delay le clouere de ceste beste si, en le honurance de Piere et de Filz et de Seynt Espirit"8.

  • 9 Cf. source n° 2.
  • 10 Clovis Brunei écrit qu'il s'agit sans doute de la localité de Saint-Eloi, commune de Fayence, arro (...)

18Le farcin est, comme chacun sait, une maladie contagieuse et très dangereuse. Les tuméfactions qui apparaissent sur le trajet des vaisseaux lymphatiques atteints, les fameux "boutons du farcin', sont aussi redoutés chez les équidés que les symptômes de la lèpre chez les hommes. Dans un cas comme dans l'autre, peu de malades en réchappent. Le Larousse agricole dans l'édition de 1921 dit ceci : "il n'y a pas de traitement connu. Les animaux atteints doivent être abattus". Au Moyen Age, les éleveurs, conscients du danger déployaient des efforts considérables pour éviter de perdre leur cheptel. Ce qui valait aux malheureuses bêtes farcineuses des tortures supplémentaires (cautérisation, dilacération, pose de sétons, etc.). Jordanus Rufus consacre 12 % de son ouvrage à ce mal qui répand la terreur et les recettes des Pyrénées 16,8 %. Tout cela en pure perte, la seule mesure efficace étant l'isolement des bétes malades, comme des pestiférés, les auteurs quels qu'ils soient avouent qu'il y a peu de chances de guérison. "Per que asuesta malautia non a cura ny la pot non garir bonament", lit-on dans un recueil de recettes vétérinaires écrit au xve siècle en langue provençale9. Ce manuscrit-là ne contient aucune formule de prière. Mais, dit l'auteur anonyme, si un cheval contracte cette maladie qui s'appelle "cugnas" en Provence et "mal de Saint Eloi" en France, il n'y a qu'une chose à faire. Il faut prendre un morceau de cire filée de la longueur de l'animal, l'enrouler et la fixer sur la tête du cheval. Puis il faut faire conduire celui-ci en pèlerinage à Saint-Eloi10 par un valet qui ne montera pas la bête et qui observera lui-même la diète comme s'il avait la fièvre. Quand le cheval arrivera devant l'église, ou il sera guéri, ou il mourra.

19Saint Eloi est en effet le protecteur des chevaux dans tout l'Occident chrétien. Cependant on ne peut trouver partout un sanctuaire sous ce vocable où l'on puisse conduire les chevaux farcineux. Heureusement l'appel aux forces surnaturelles, derniers recours des mortels de toute espèce, peut être lancé sur place. Tel cet autre charme enseigné par Guillaume de Villiers :

75. "Prenez deux neuz de l'erbe terrestre, des plus pres de la racine, et les mectes au front du cheval en croix et dictes : "Va de par Dieu et de par monseigneur sainct Eloy". Et le laissez tant comme vous vouldres la estre".

20Les formules rassemblées s'écartent rarement du chemin que doivent suivre les bons chrétiens et leurs serviteurs à quatre pattes. Une seule en effet est tout à fait dépourvue de connotation chrétienne. C'est le fameux carré magique constitué par les mots Sator, Arepo, Tenet, Opera, Rotas, qui peut être lu dans tous les sens, et que Guillaume de Villiers préconise pour calmer un cheval excité.

21CHERME DU CHEVAL qui ne veult estre paisible :


  • 11 Prière pour éloigner la tempête, in Prier au Moyen Age, op. cit., pp. 74-76 et notes p. 85

22Trois autres formules comportent des mots intraduisibles dont la succession à première vue parait une inquiétante intrusion de la sorcellerie, mais où l'on reconnaît, plus ou moins déformés, des termes tirés de la liste des 70 noms de Dieu. Emprunt qui n'a rien d'exceptionnel : on y trouve la même chose par exemple dans une prière pour éloigner la tempête11. De plus, ces formules sont, à toutes fins utiles, rendues inoffensives par l'adjonction de force patenôtres et signes de croix. Témoins le texte cité plus haut tiré du Ménagier ; ou cet autre trouvé dans le traité de Guillaume de Villiers :

70 "Icy apres vient aultre maniere de charme lequel doit estre fait ainssi. Faictes le signe de la croix en l'oreille droite du cheval trois fois, en disant ainsi : "+ Ego sum alba + arbi + arfa + ely 43".

23Ceux qui composèrent ces prières à l'usage des chevaux connaissaient manifestement le proverbe "mieux vaut s'adresser à Dieu qu'à ses saints". La plupart des prières commencent en effet par invoquer le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

24Protecteurs implorés ou évoqués dans les prières :

25Malgré l'épanouissement de la christolâtrie et de la mariolâtrie, Dieu unique et en trois personnes reste dans les prières pour les chevaux largement en tête.

26La Sainte Lance cependant est nommée deux fois, allusion que l'on peut rapprocher de l'usage de la saignée aussi fréquemment préconisée dans les recettes vétérinaires que dans la médecine humaine.

27La Vierge tient une place relativement modeste ; elle n'est jamais invoquée seule, mais après son fils, voire en compagnie de saints, dont St. Eloi.

486. E nom de Dieu et de Madona santa Maria e de sant Aloy. In nomine Patris et Filiy Spiritus Santi Amen.

28Comme le rappelle une des joyeuses commères des Evangiles des Quenouilles, s'occuper des chevaux est une affaire d'hommes. Mais le "cherme" suivant transcrit par Guillaume de Villiers nous montre un singulier avatar du rôle protecteur reconnu à Marie envers les parturitions.

69. "S'ensuit le cherme. In nomme Patris et Filii et cetera. Vidimus nervum quem invenimus quando Dominus noster Jhesus Christus natus fuit in mundo de Maria Virgine. Mater ejus fuit virgo ante partum, nam in ea nullus dolor permansit, filium pariendo. 38. + Conjuro te nervum per sanctam Mariam et per ejus partum ut non hic non facias moram unquam. + Conjuro te nervum per sanctam Mariam genitricem ut hic non facias moram nunquam + Conjuro te nervum malignum per novem ordines Angelorum, per virtutem Apostolorum, Martirum et Confessorum ut in isto equo non facias dolum neque dolorem +. Sancte Dei Fili, per sanctum [Fol 30] Michaelem qui sanavit Danielem in lacu leonum. In nomine Patris et Filli et Spiritus Sancti. Amen. Pater noster cum Ave Maria".

29Comme on le voit, cette formule prend la forme d'un exorcisme. L'idée que le farcin est un être vivant, une sorte de ver malfaisant qui circule dans les "nerfs" du cheval et qu'il faut à tout prix expulser explique cet appel à la Vierge qui sut en temps voulu, sans douleur et pour le bien des vivants, mettre au monde le Sauveur.

  • 12 R. Vaultier : Le folklore pendant la Guerre de Cent Ans d'après les lettres de rémission du Trésor (...)

30D'autres rapprochements sont moins surprenants. Nicodème est invoqué dans une prière contre l'enclouure parce que, croit-on, c'est lui qui décloua le Christ de la croix. Les ulcères dont Job était couvert expliquent que son nom figure dans des prières contre le farcin et aussi contre les vers qui se mettent dans une plaie. Saint Eloi, patron des artisans qui se servent d'un marteau, donc des maréchaux, est devenu très tôt le protecteur des chevaux. On sait grâce à R. Vaultier que son culte était omniprésent à la fin du Moyen Age12.

  • 13 Saint Ermo, ou Elme, ou Erasme, invoqué trois fois dans l'opuscule en langue des Pyrénées, et un é (...)

31Il est plus difficile d'expliquer la présence des autres personnages13.

32Outre des paroles spécifiques, il faut réciter force Pater et Ave. Toutes les prières contre le farcin (également contre les vives) en comportent comme si cette maladie infectieuse, dangereuse, et répugnante, exigeait un renfort de moyens spirituels. L'une des formules englobait le préambule du Pater inséré dans le canon de la messe et que le scribe, ignorant le latin, a transformé de bien curieuse manière.

  • 14 Recueil de recettes... Pyrénées, op. cit., n° 498.

498 "Per lo farsum, proat es motas vetz : "Ista nomina + sont + insanti + Enestasiy + ossiset + nomen santi + Jacoby + horeremus + pressepti solutaribus moniti et divia estutusione formati autemus dissere Pater noster" .iii. vegudas la Ve Maria, davan lo solhel levan, e los tres venres apres fagz lo charme, sanno lo"14.

33Il faut réciter trois fois le Pater et l'Ave, comme on peut le voir. C'est la quantité habituelle. Les signes de croix sont beaucoup plus nombreux encore et ponctuent les formules, que celles-ci soient comprises ou pas, d'origine liturgique ou non.

34Enfin pour rendre ces prières efficaces, il faut observer certains rites. Le plus courant est qu'il convient d'être à jeun et de prononcer la prière au petit matin, voire avant le lever du soleil. L'une des quatre prières contre le farcin contenues dans le recueil en langue des Pyrénées suppose une discipline plus stricte encore. Il faut s'occuper du cheval trois vendredis de suite, au matin. Il faut non seulement être à jeun mais n'avoir point connu de femme pendant la nuit. On commence par saigner le cheval en lui perforant les naseaux ; on place dans sa crinière le charme écrit sur un brevet ; le tout avec force signes de croix. On le mène ensuite près d'un tas de fumier, et l'on projette sur les boutons du farcin, avec la main mais sans le toucher, le purin qui sourd du fumier. Au bout de trois ou quatre semaines, le cheval sera, paraît-il, complètement guéri...

35Ces prières sont courtes, plus que n'est par exemple, la "prière pour conjurer la tempête" citée dans le récent ouvrage Prier au Moyen Age. Les plus longues sont celles qui contiennent, outre les Pater, Ave et supplications habituelles, voire le rappel de quelque épisode de la Bible ou de la vie d'un saint, une conjuration adressée au mal lui-même. "Conjuro te, nervum... est-il dit dans la formule rapportée par Guillaume de Villiers ; "Je te conjur, mal felon", dans Le Ménagier ; "Ieu vos conjury, bocas et farsum" dans le recueil de recettes des Pyrénées... L'injonction est la même : que le mal ne demeure pas plus longtemps dans le corps de la bête, qu'il cesse de provoquer des "fenestres et fistulles". C'est un rite d'expulsion, proféré soit au nom de la Vierge mère, soit au nom des trois personnes de la Trinité soit au nom de Dieu et de la Sainte Lance, autrement dit une exorcisme. Mais paroles et gestes sont ici l'affaire des laïcs. Les objets dont se sert la personne qui récite la formule sont selon les textes, de l'eau et du sel, un nœud d'herbes nouées en croix, un denier consacré à Saint Erme, un brevet de parchemin etc. Cependant il n'est nulle part question d'eau bénite ni d'aucun autre objet sacré. Les textes n'évoquent pas non plus la possibilité de faire accomplir ces rites par un clerc.

36En résumé, ces formules pour les chevaux sont destinées en leur majorité à guérir le farcin. Elles s'adressent à Dieu en priorité et parfois exclusivement. Hormis le carré magique, elles sont incontestablement chrétiennes et pourraient avoir été composées par des clercs à l'usage des laïcs. Les invocations sont parfois renforcées par une conjuration à l'adresse du farcin, qui est le mal le plus redouté.

37Un corpus plus volumineux infirmerait peut-être la teneur des remarques ci-dessus. Aussi n'en dirai-je pas plus sur les formules elles-mêmes et reviendrai-je au contexte : l'ensemble des recettes au milieu desquelles elles se trouvent insérées. Recettes vétérinaires en majorité, mais aussi recettes de médecine humaine, voire recettes de cuisine et de jardinage. L'ensemble témoigne d'une pratique sans doute plus proche de la réalité quotidienne que les traités didactiques.

38Le manuscrit des Pyrénées, la source la plus riche, contient une formule pour guérir les bœufs et 17 pour secourir les humains menacés par la maladie, la stérilité, la tempête ou l'accouchement difficile. Les formules à usage des hommes ne sont pas foncièrement différentes de celles dont on se sert pour les bêtes.

  • 15 Recettes médicales du xiiie siècle en langue de Provence, Romania, L XXXIII, 1962, pp. 145-182.

39La première chose qui frappe est le petit nombre des maux susceptibles d'être guéris par des paroles rituelles. Sur 17 formules, il y en a 6 contre les hémorragies, 2 contre les fièvres, 3 pour faciliter l'enfantement... Les priorités sont à peu près les mêmes dans les recettes médicales en langue provençale du xiiie siècle15 publiées par Cl. Brunei. Celles-ci comportent 337 articles, dont 26 formules. Or il y a 10 formules contre les fièvres et 6 contre les hémorragies.

40En second lieu, ces formules sont courtes, souvent même très courtes (une ligne ou deux). Les plus longues sont, comme c'était le cas des charmes destinés aux chevaux, celles qui incluent un rite de conjuration mais il n'y en a que deux (contre l'épilepsie et contre la tempête).

41Enfin ces prières elles aussi s'adressent à Dieu (30 occurrences sur 49) plutôt qu'à ses saints. Cependant les invocations aux saints se dispersent davantage et deux femmes, outre la Vierge Marie, sont priées : Anne et Elizabeth. A la différence des formules pour guérir les chevaux trouvées dans le même manuscrit, ces formules sont en latin (un latin souvent macaronique), sauf trois formules qui sont une suite de lettres de l'alphabet séparées par des points ou des signes de croix, et dont on ne sait quelle est la langue originelle.

42Des croyances autres que chrétiennes se dissimulent-elles sous ces signes mystérieux ? Toujours est-il que l'une des formules préconisées pour enfanter aisément est le carré magique, qu'il faut écrire sur un brevet de parchemin ; une autre, contre l'hémorragie, consiste dans le mot "Apollon". On a l'impression que les rites composés pour guérir les animaux sont plus respectueux à l'égard du dogme chrétien que ceux dont usent leurs maîtres pour eux-mêmes. Ce qui soulève une fois de plus la question de l'origine et de la transmission de ces diverses formules dans l'Occident médiéval.

43L'opuscule en occitan pyrénéen a l'intérêt de joindre la tradition savante issue de Jourdain le Roux et d'autres traditions reposant sur des croyances magico-religieuses.

44La longueur du texte (76 articles) montre que le message s adresse à des spécialistes, maréchaux et éleveurs. Il va en effet bien au-delà des soins élémentaires que chaque homme doit savoir donner à son cheval et dont fait état, par exemple, le Ménagier.

45Mais l'opuscule n'a pas la forme d'un traité. Ce sont des recettes juxtaposées, qui semblent être toutes de même valeur et toutes exprimées de manière laconique et péremptoire. Comme toujours dans un recueil de recettes, le mal n'est pas décrit mais simplement nommé. Il en va autrement dans les traités de Jourdain le Roux et de Guillaume de Villiers qui consacrent respectivement 28 et 20 % de leur ouvrage à décrire les maux dont peuvent souffrir les chevaux.

46Les maladies et affections sont en gros les mêmes, mais le recueil de recettes les énumère sans ordre déterminé. De plus, la place attribuée au farcin, si elle est d'importance comparable, diffère si l'on tient compte du contenu des articles ; il y a contre le farcin une seule prescription vétérinaire, le reste consiste en formules et rites.

47Les chevaux qu'avaient à soigner les maréchaux du Sud-Ouest français étaient, plus que ceux de l'Empereur Frédéric II, des chevaux de transport, de labour. L'opuscule consacre seulement 25 % des conseils aux pattes et aux pieds (contre 53,9 % chez Rufus) mais beaucoup plus au dos et aux épaules (18,2 % contre 10 %). Ces bêtes étaient aussi, semble-t-il, plus exposées à porter des harnais mal adaptés et à subir de mauvais traitements. D'autre part, l'opuscule mentionne des maux dont Jordanus Rufus ne parlait pas, comme l'épouvante et la folie.

48Il y a également quelque différence dans les substances médicales employées. La flore des maréchaux pyrénéens est plus pauvre : 19 plantes contre 31 (dont 6 en commun) et leurs recettes comportent moins d'épices, ce qui ne saurait surprendre. Constat rassurant : ils préconisent plus rarement les produits corrosifs comme le réalgar et la chaux vive (8,4 % des occurrences contre 13,7 %). Ils emploient en revanche plus souvent des produits d'origine animale, dont beaucoup de graisses (saindoux), des excréments, des animaux entiers comme des chiots qui têtent encore.

49Il serait beaucoup trop long de confronter chacune des recettes aux passages correspondant d'un traité antérieur. Ajoutons simplement que cet opuscule témoigne d'un moindre souci de l'hygiène et surtout d'une indifférence plus grande encore à l'égard de la souffrance de l'animal. En effet aux cautérisations, dilacérations et sétons employés par tous les vétérinaires pendant des siècles, les formules ajoutent des rites qui infligent une douleur de plus, comme d'introduire un denier entre le cuir et la chair sur le front du cheval, ou comme de lui faire un trou entre les deux yeux s'il est fou.

50Enfin, il faut signaler que certaines recettes semblent à mi-chemin entre la médecine vétérinaire proprement dite et le rite prophylactique fantaisiste, les traités savants conseillent, pour le cheval qui souffre de rétention urinaire, de le mener saillir une jument. Médication sans danger à laquelle on peut trouver une justification physiologique. Mais les recettes des Pyrénées comportent : "Si tu veux que ton roncin n'ait pas le farcin, fais lui saillir une jument au mois de mai et il n'aura pas le larcin".

51Les pratiques thérapeutiques dont témoigne cet opuscule forment un tout. Soins proprement médicaux, charmes, usages fantaisistes sont considérés comme également bons à connaître. Il est vraisemblable qu'en cas d'insuccès on les employait les uns après les autres, jusqu'à ce que le cheval atteint d'une maladie mortelle échappe enfin à ses tortionnaires en mourant.

Sources utilisées

521.- Recettes médicales, alchimiques et astrologiques du xve siècle en langue vulgaire des Pyrénées, pub. par Clovis Brunel, Toulouse, Privat, 1956 (Recettes vétérinaires : n° 429 à 505, pp. 56 à 82).

532.- Cl. Brunel : "Recettes vétérinaires de Fréjus en ancien provençal", Romania, LXXXII, (1961), pp. 27-43.

543.- Extraits du traité d'hippiatrie de Guillaume de Villiers, appendice à Y. Poulle-Drieux : "L'hippiatrie dans l'Occident latin du xiiie siècle", in G. Beaujouan : Médecine humaine et vétérinaire à la fin du Moyen Age, Paris, Droz, 1966, pp. 123-148.

554.- Le Ménagier de Paris, éd. by G.E. Brereton and J.M. ferrier, Oxford, Clarendon Press, 1981 (p. 141).

565.- Les Evangiles des Quenouilles, éd. critique par Mad. Jeay, Montréal-paris, Vrin, 1985 (p. 114).

576. - P. Meyer : "Notice du manuscrit 57 de la Bodleayan Library" Romania, 35 (1906), (p. 582).

Notes

1 La science du cheval au Moyen Age. Le traité d'hippiatrie de Jordanus Rufus éd. par B. Prévost, Paris, Klincksieck, 1991.

2 Le Ménagier de Paris éd. by G E Brereton and J.M. Ferrier, Oxford, Clarendon Press, 1981, p. 141 et notes p. 306.

3 E. Leclainche : Histoire de la médecine vétérinaire, Toulouse, 1926, p. 104 et suivantes.

4 Cf. les sources (n° 3)

5 Il va de soi que l'on en peut rencontrer dans des ouvrages de type différent, hors du contexte de la médecine vétérinaire ou humaine. C'est le cas de certains livres d'heures. Cf. P. Rézeau : Les prières aux saints en français à la fin du Moyen Age ; introduction ; les prières à plusieurs saints, Genève, 1983, 2 vol., t. II, p. 110.

6 Les Evangiles cf. sources n° 4, p. 114.

7 Cf. en particulier : la prière au Moyen Age (littérature et civilisation), Senefiance, n° 10, Aix-en-Provence, 1981 et Prier au Moyen Age : pratiques et expériences (ve-xve siècles) textes trad. et commentés sous la dir. de N. Bériou, J. Berlioz et J. Longère, ed. Brepols, 1991.

8 Cf. source n° 6.

9 Cf. source n° 2.

10 Clovis Brunei écrit qu'il s'agit sans doute de la localité de Saint-Eloi, commune de Fayence, arrondissement de Draguignan, à 25 km au nord de Fréjus

11 Prière pour éloigner la tempête, in Prier au Moyen Age, op. cit., pp. 74-76 et notes p. 85

12 R. Vaultier : Le folklore pendant la Guerre de Cent Ans d'après les lettres de rémission du Trésor des Chartes, Paris, 1965, p. 140 et suiv.

13 Saint Ermo, ou Elme, ou Erasme, invoqué trois fois dans l'opuscule en langue des Pyrénées, et un évêque martyrisé par les Lombards au ve siècle. 11 est le patron des marins (cf. le feu Saint-Elme) et l'horreur des supplices qui lui furent infligés d'après la légende lui valut d'être invoqué par les femmes en couches et pour tous les maux de ventre. On ne voit pas de relation avec les chevaux, sinon la gravité et l'aspect répugnant de certaines maladies.
Les diverses collections de Vies de Saints mentionnent entre 20 et 30 Anastases, entre lesquels il est difficile de choisir.

14 Recueil de recettes... Pyrénées, op. cit., n° 498.

15 Recettes médicales du xiiie siècle en langue de Provence, Romania, L XXXIII, 1962, pp. 145-182.

Auteur

Université de Lyon II

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540