Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cheval dans le monde médiéval

L'orgueil du cheval

Denis Hüe

Texte intégral

Ces animaux qui nous suivent en rêve
Sont engloutis par l'аubе, mais que faire
De ceux qui dans la vit font de nous leur gibier
Nous chassent pas à pas et flairent notre piste
Et finissent, tapis en cercle autour de nous,
Par nous tenir aux abois ?
Malcolm Lowry, Xochitepec

  • 1 Pline l'Ancien Histoire Naturelle, Lib. VIII, 67 (éd. Lemaire, Paris 1837), p 497 : "Constat in Lu (...)

1Pline l'Ancien signale qu'autrefois les juments qui se nourrissaient de vent parfois devenaient grosses et mettaient bas des poulains très rapides1. Mais ils ne vivaient pas plus de trois ans. Rapidité de ces chevaux : un souffle les fait naître, ils volent sur le vent, mais passent et trépassent comme lui.

2C'est de cette image que l'on aimerait partir ; une image légendaire qui reflète ou suscite le champ des images attachées au cheval. De Bucéphale, monstrueux animal à tête de taureau, qu'Alexandre montait à cru, il faudrait arriver à ces bêtes métalliques hérissées comme d'étranges automates que montaient les derniers chevaliers.

3Le cheval n'est pas qu'un animal : il cristallise l'imaginaire. Il se mêle à l'homme et s'associe à lui, avant de devenir sa plus belle conquête. Le Centaure est au départ de ce réseau, homme-cheval — et sage — qu'Aristote sous Thaïs imite, homme-cheval à nouveau — et fou. Du bouvier au berger, noms de fonctions attachées au voisinage d'un animal, tous sont là, au bas de l'échelle sociale, pour servir, surveiller et garder l'animal qui enrichit le maître. Seul le chevalier est servi par la monture. Il lui doit la vie, la victoire, et c'est en échange qu'il le soigne ou le fait soigner, et nourrir. A cheval, l'homme domine le monde, prend physiquement et socialement une hauteur nouvelle.

  • 2 Cf Lynn White Jr. Technologie médiévale et Transformations sociales Mouton 1969, Ch 1 (pp 3-53)

4Plus encore qu'un statut social, le cheval crée une société. Il légitime à lui seul selon certains l'émergence du féodalisme2, et c'est autour de lui que se forme l'art vétérinaire.

  • 3 Cf la Völsa Tháttr, in Les Religions de l'Europe du Nord, par R. Boyer et E. Lot-Falk, Fayard-Deno (...)

5Chevaucher n'a pas qu'un sens. Les génitoires du cheval symbolisent dans leur abondance une intarissable fécondité et s'intègrent dans la mythologie3 ; Guillaume IX nous commente ses cavales, incapable de faire son choix. L'homme est plus viril à ressembler au cheval, et porte la vie autant qu'il en est porté.

  • 4 "Le roi, qui pensait n'avoir passé que trois jours chez le pygmée, eut de la peine à rester à chev (...)

6Le cheval protège de la mort ; mais, comme tout vrai symbole, il peut devenir, inversement, l'image de la mort même : que l'on pense au roi Herla, condamné à chevaucher pour l'éternité, jusqu'à ce que le chien qu'il tient sur sa selle saute à terre4. La jument emmène dans le rêve horrible — nightmare —, et de l'Apocalypse à Ole Ferme-l'Oeil, joue avec notre crainte de la mort.

7Ainsi, pour l'homme du xxe siècle, nourri d'une mémoire où les equites, les chevaliers de la Table Ronde et la charge de Reischoffen tiennent leur place à côté des cavales de l'Apocalypse et de Jolly Jumper, le cheval renvoie à un imaginaire complexe dont il importe de relever les strates, les origines, et la longue intrication.

8Ce n'est pas, on le devine, l'ambition de ce travail. Il s'efforcera simplement d'explorer quelques facettes de cet imaginaire, à propos du cheval allégorique par excellence, Fauvel. Quelle image du cheval se font les clercs au Moyen Age, et spécialement à l'aube du xive siècle ? Fauvel participe-t-il d'une tradition universitaire, religieuse ou populaire ? Comment le situer par rapport aux œuvres et à la pensée de son temps ?

9Pour mieux aborder la question, on s'attachera tout d'abord à la tradition savante, en s'efforçant de déterminer la part de l'Antiquité et celle de la théologie. Une première approche du Roman de Fauvel sera alors possible, et relancera la réflexion dans une direction inattendue.

I

  • 5 "Fecit et divus Augustus equo tumulum, de quo Germanici Caesaris carmen est" op. Cit., p 486
  • 6 id, p 488

10C'est prolixe que Pline l'Ancien nous parle du cheval, à commencer par Bucéphale. Les chevaux ont un nom, sont enterrés avec solennité5, ils sont même aimés par les femmes6, et le cheval de Nicomède meurt de chagrin à la mort de son maître. Le cheval est proche de l'être humain, et ce que rappelle Pline est comme l'avers de la légende du Centaure : le cheval sera longtemps un double de l'être humain.

11Mais il appartient à César ou Antiochus, vient de Galice ou appartient aux Sarmates : ce n'est pas n'importe quel cheval. C'est, peut-être la raison pour laquelle il est si présent dans le bestiaire imaginaire, aux côtés du lion et de l'éléphant que développe aussi longuement Pline.

  • 7 quod ipsum (equinum pecus) tripartito dividitur. Est. n. generosa materies, quae circo, sacrisque, (...)
  • 8 Virgile, Georgiques, III, vv 266-279

12Dans la vie quotidienne, il est moins présent que le bœuf, utile aux transports comme aux labours, et reste un animal rare. Columelle, dans le De Re Rustica, consacre 25 chapitres aux bovins, bœufs, taureaux, vaches et veaux, avant de parler des chevaux en trois chapitres. Pour lui, le cheval sert au cirque, aux sacrifices et au combat7 ; les juments conçoivent du vent, à preuve Virgile8, que cite Columelle.

  • 9 Cf Chevalier-Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Ed. R. Laffont 1982, ad verb.

13Ces éléments doivent retenir l'attention : c'est un animal de luxe, un animal gratuit que le cheval. Les courses de char n'ont de fonction que ludique et peut-être politique. Les combats, malgré la création de la classe équestre, n'ont qu'un rôle secondaire dans la force militaire romaine, et l'on sait que ce seront des cavaliers qui concourront à la chute de l'Empire. Les sacrifices le dédient, deux fois par an, lors des équinies, et au lendemain des récoltes, au dieu Mars. Le cheval, dans son registre symbolique, est plus associé à la guerre par tradition religieuse que par pratique militaire ; Frazer rapproche le dernier sacrifice d'un rite des moissons, comme si le cheval était associé à la fertilité9, comme s'il en était le principe même, la vie qui naît du souffle.

14L'image est presque obsessionnelle : de Virgile à Pline, le cheval né du vent semble revenir partout, comme si l'animal réel s'effaçait devant un objet mythique, cheval de Castor ou d'Apollon, cheval merveilleux des peuplades lointaines, ou marque tangible d'une suprématie sociale ou athlétique, porteur en tout cas d'un statut superlatif qui rapproche son possesseur de la perfection, exactement comme le cheval se rapproche de l'humanité.

15En ce sens, le cheval est insignifiant : son rôle symbolique est à sa façon explétif, et n'est que le vecteur d'une certaine noblesse, sans être en lui-même porteur d'un sens précis. La pratique de l'Antiquité le confinera dans ce rôle.

16On peut supposer que les invasions barbares, qui doivent à la cavalerie une bonne part de leur succès, ont modifié l'approche que l'homme antique avait du cheval. Ceci est perceptible dans les détails que nous donne Isidore de Séville.

17Il développe assez longuement ce qui concerne le cheval, mais s'intéresse peu à ses caractéristiques symboliques, si ce n'est pour nous rappeler ses noms :

  • 10 Isidore de Seville Etymologiae, Lib XII, cap 1. Ed Perne, Bâle, S.D., col 283

Equi dicti sunt, eo quod quando quadrigis jungebantur, aequabantur, paresque forma, et similes cursu copulabantur.
Caballus autem antea dictus est a cavo, eo quod gradiens ungula impressa terram concavet, quod reliqua animalia non habent. Inde et sonipes, quod pedibus sonat.10

18L'imparfait de la première définition est ici révélateur : les courses ont disparu au moment où écrit Isidore, et le nom est la seule subsistance d'un univers autrefois cohérent ; mais les autres explications sont elles aussi révélatrices : le cheval n'est pas le seul animal à marquer le sol — il partage ce trait avec tous les ongulés. L'étymologie montre le souci en quelque sorte de souligner l'aspect chthonien de l'animal : ancré dans le sol qu'il marque, le cheval participe maintenant de la tradition des envahisseurs du Bas Empire, et pour tout le Moyen Age.

  • 11 Près de 10 pages sont consacrées dans la volumineuse édition Huguetan (Lyon, 1661) aux maladies de (...)

19Le luxe des détails qu'Isidore accumule à son propos, développant de nombreuses remarques sur sa forme et sa couleur préfigure le soin qu'Albert le Grand prendra à le traiter, dans le De Animalibus11 et montre que, depuis Columelle, le cheval n'est plus un symbole, mais un animal. Il ne s'élèvera plus en troupeau comme chez Virgile, il sera maintenant inséparable de son cavalier, et prêt à recevoir une interprétation théologique, nouvelle, mais dans le prolongement de la signification antique.

II

20C'est le christianisme et la tradition biblique qui paradoxalement enrichiront sans le recouvrir ce rôle du cheval. Aussi rares que soient les attestations du cheval dans la Bible — au point que l'entrée ne figure pas dans le Repertorium Morale de Bersuire — elles suffisent cependant à renouveler la symbolique. Le premier auquel fait allusion Raban Maur, l'encyclopédiste du De Universo, est bien sûr celui du livre de Job, où Dieu interroge :

  • 12 Job, 39, 19

Numquid praebebis equo fortitudinem, aut circumdabis collo ejus hinnitum.12

21et il mérite d'être retenu. C'est la grandeur divine qui s'exprime ici, dont l'homme n'a pas maîtrise ; la force du cheval et son hennissement émanent bien de la puissance divine. Le second exemple donné par Raban Maur est celui d'Habaquq :

  • 13 Hab, 3,8. Le texte de Raban Maur complète après "equos tuos" : "et equitatus tuus sanitas" qui ne (...)

Numquid in fluminibus iratus es Domine, aut in fluminibus furor tuus vel in mari indignatio tua, quia ascendes super equos tuos et quadrigae tuae salvatio...13

22Preuve de la puissance divine, le cheval est aussi l'instrument de sa vengeance. Raban Maur le souligne :

  • 14 Raban Maur, De Universo, lib VII, cap VIII, P.L. CXI, col 213

Equus vero aliquando in bonam partem vertit significationem: aliquando in malam.14

  • 15 "Hic equus praedicatores sancti intelliguntur, quorum sessor Dominus est, qui eis fortitudinem, co (...)
  • 16 "Sunt autem equi, qui ascensores habent Diabolum et angelos ejus". Id, col 214

23Celui qui permet de comprendre la signification du cheval, c'est son cavalier. Dans le cas de Job, Dieu est au dessus des prédicateurs, et ces chevaux les représentent15. Les autres chevaux sont montés par le diable et ses anges16.

  • 17 Jn, 13,27
  • 18 "Omnes enim, qui persequuntur sanctos, equi sunt hinnientes: sed habent ascensores, quibus aguntur (...)

24Cette image est exploitée par Raban Maur, et érigée en système. C'est tantôt le Christ, tantôt le Diable qui chevauchent : Judas, au moment de l'Eucharistie, change de cavalier, et est possédé par le Diable17. Quant aux persécuteurs, ils ne sont que poussés par leurs cavaliers, les mauvais anges18.

  • 19 Babyloniens, Mèdes et Perses, Macédoniens, et Romains, dont les persécutions furent moins systémat (...)

25Une des dernières références de Raban Maur au cheval s'appuie sur la vision de Zacharie. Les exégèses sont multiples ; il s'agit aussi bien des quatre générations de persécuteurs19 que des quatre vents, des quatre évangélistes, ou même des quatre vertus cardinales.

26Associé à son cavalier, le cheval se tient maintenant au carrefour de plusieurs interprétations. Lié à une signification religieuse qui sera celle de l'Apocalypse, il reçoit une interprétation qui le relie à l'histoire, à l'espace aussi bien qu'à la morale. D'une fois à l'autre, il prend valeur symbolique, et la multiplicité de ses significations reflète sa présence régulière dans la vie.

  • 20 Herrade. de Landsberg Hortus Deliciarum, ed Oberlin, S.D. pl 7 et 4

27Mais ces sens nouveaux ne suffisent pas à occulter ce qui subsiste de l'Antiquité : lorsqu'Herrade de Landsberg représente des chevaux dans les miniatures qui nous restent de l'Hortus Deliciarum, c'est d'une part au cours d'une bataille, ce qui est normal ; surtout, attelés au char du Soleil20. Certes, il s'agit d'une survivance mythologique, et l'on sait bien que le char d'Apollon est tiré par quatre chevaux ; montants, c'est l'aurore qui est représentée, comme ici. Descendants, ils marquent le crépuscule.

28Mais que l'on y prenne garde. Lorsque l'on nous représente des paysans en train de labourer, alors que leur charrue est aussi stylisée que l'est le char du soleil, — à preuve la similitude dans les deux enluminures des roues et du timon, et l'étrange joug qui semble s'accrocher aux cornes — ce sont des bœufs qui sont attelés. Réalisme historique ? pas seulement : le cheval semble conserver les traits que lui donnait Columelle : profane, il sert à la guerre, qu'il s'agisse du char antique ou du chevalier féodal ; sacré, il est destiné aux sacrifices et associé aux dieux, comme c'est le cas ici. Le cheval n'est donc pas à prendre ici comme un animal réel : Certes, on le connaît et on l'utilise ; mais par cela même, il perd une partie des caractères imaginaires et symboliques qu'on lui attachait.

  • 21 Cf le Carnet de Villard de Honnecourt, ed A. Erlande-Brandebourg, R. Pernoud, J. Gimpel, R. Bechma (...)

29Un peu à la façon dont, plus tard, Villard de Honnecourt représentera un lion "contrefais al vif"21 qui ressemble plus à l'imagerie héraldique traditionnelle qu'à l'animal lui-même, tant le regard est modelé par la représentation intérieure, le cheval reste pour Herrade, en dehors de la vie quotidienne, l'objet d'une fonction et d'un symbolisme tombés en désuétude.

III

30Aux quatre chevaux d'Apollon que rappelait Herrade de Landsberg, il convient d'opposer les quatre chevaux de l'Apocalypse. L'exégèse a permis de se pencher sur plusieurs points : les chevaux, certes, mais aussi leur couleur, et surtout leur cavalier. Ce que Raban Maur amorçait dans le De Universo devient avec les Victorins et après eux les moralisateurs une grille interprétative assez large.

31Qui chevauche les cavales de l'Apocalypse ? Pour Richard de Saint Victor, la réponse est régulière : c'est le diable :

  • 22 Richard de Saint Victor, In Apocalypsym libri septem, Lib II, Cap V, P.L. CXCVI, col 764
  • 23 id, cap VII, col 768

Equus rufus, crudelis principum exercitus effusione sanguinis sanctorum rubicundus. Sessor, diabolus; ablatio pacis, illatio persecutionis; magnitudo gladii, quantitas tormenti.22
Equus pallidus, hypocritarum cuneus. Sessor diabolus. Infernus damnandi potestas, permissio nocendi.23

32Et si le cheval noir porte une balance positive, celle d'une juste interprétation des Ecritures, c'est parce que les hérétiques ont confié leur lecture au démon.

  • 24 id, cap VI, col 766

Equus niger, haereticorum cuneus; sessor, diabolus. Statera intelligentia et praedicatio discreta et aequa vox in medio quatuor animalium,24

33L'exégèse de ces versets est détaillée, fournie, à preuve cette explicitation de ce qu'est le cheval pâle : les frères mensongers et hypocrites :

  • 25 Id, cap VII, col 767

Quid est enim equus pallidus; nisi hypocritarum populus, qui, dum ut de religione laudetur, per jejunia et diversas incommoditates semetipsum coram aspectibus humanis graviter afflixit, viribus exhaustis, et sanguine minorato moribundus pallescit, qui fidelibus eo pemiciosior existit, quod ficta religione, malitiam suam velans foris se bonum ostendit.25

34Mais, simultanément à cette interprétation, Richard de Saint-Victor associe les quatre chevaux aux quatre évangélistes :

  • 26 Ibid

Apte igitur, sicut Marcus equum album, Lucas rufum, Matthaeus nigrum, propter causas superias designatas, ita Johannes pallidum demonstravit.26

35Cette ambiguïté subsistera dans tous les textes théologiques ou de moralisation. Ainsi, lorsque Bersuire, dans le Reductorium Morale, dira quelques mots du cheval, il l'associera aux évêques, insistant sur la variété des couleurs :

  • 27 Pierre Bersuire, Reductorium Morale, J Keerberg, Anvers 1609, Lib. X, cap XXXIII. t I, p 367. c'es (...)

Et sicut in equis inveniuntur multi colores, quia alii sunt rubei, alii nigri, alii varii, alii rufi, alii pallidi, sic praelati debent esse rubei per caritatem, albi per castitatem, nigri per paenitentiam et austeritatem, varii per virtutum multplicitatem, rufi per cautelam et sagacitatem, pallidi per honestatem et maturitatem.27

36Ce qui ne l'empêchera pas d'écrire, à propos du cheval pâle de l'Apocalypse :

  • 28 Pierre Bersuire, Moralisatio super Apocalypsin, J Keerberg, Anvers 1609, t II p 238.

Equus iste est peccator, qui dicitur pallidus, quia caret rubore charitatis, et albedine castitatis.28

37On le voit, le cheval a, dans la tradition de la moralisation, une multiplicité qui ne doit pas étonner — elle est partagée par tous les objets importants de la vie quotidienne et de l'écriture. Mais, de fait, à partir du xiiie siècle, le cheval est généralement associé à un surnaturel positif ou négatif, mais plus généralement diabolique. X. Barbier de Montault l'atteste dans l'énumération de ses valeurs symboliques :

  • 29 X. Barbier de Montault, Traité d'iconographie Chrétienne, Vivès 1890, t I, p 129. La représentatio (...)

Cheval : — Attribut du Christ, des anges, de la charité, de l'orgueil, de la folie, du désespoir. — Symbole de la course de la vie (Catacombes).29

  • 30 On donne pour exemple celui d'Auxerre, qu'A. Labbé étudie dans le présent volume.

38Il est à remarquer toutefois que cette caractérisation ne se retrouve pas dans le détail des divers attributs. Ainsi, nulle part dans le même ouvrage ne se retrouve le cheval comme image de la charité ou des anges. Certes, le Christ est représenté sur un cheval blanc30 ; mais l'iconographie comme le texte de Barbier de Montault montrent que le cheval est désormais négatif.

39A cela, une ou deux explications peuvent être proposées, qui ne se prétendent pas définitives. Dans la vie sociale, l'émergence des clercs, des intellectuels, a promu d'autres valeurs que celles de la chevalerie, d'autres emblèmes. On sait que le cheval vaut par son cavalier : l'insistance nostalgique sur le chevalerie arthurienne porte à penser que le chevalier du xiiie siècle ne participait pas toujours des valeurs de la chevalerie célestielle.

40De même, dans la matière de Bretagne, le cheval n'apparaît pas souvent de façon positive ; merveilleux et inquiétant, il est bien souvent le messager ou l'émissaire d'un au-delà quelque peu diabolique, ce que surreprésente une tradition manuscrite confisquée par les clercs.

41Tel est donc le cheval que nous proposent les textes patristiques et moralisateurs, de façon relativement stable, au long du Moyen Age. Cette image est-elle celle du plus grand nombre ? On peut en douter dans une société que dominent les chevaliers.

IV

  • 31 Qu'on pense par exemple au rôle du chevalier dans le Jeu de Robin et Marion, ou au cheval d'Audigi (...)

42Quoi qu'il en soit, pour toute une part de la littérature de la deuxième moitié du xiiie siècle, le cheval et son cavalier deviennent un élément négatif, parfois tourné en dérision31, parfois utilisé dans des oeuvres polémiques ou moralisatrices : c'est le cas du Roman de Fauvel. Cette oeuvre est exemplaire en ce que s'y opère une double démarche, d'un auteur à l'autre, pour faire d'un cheval allégorique un personnage apocalyptique, et le pour ramener à une figure simplement morale

  • 32 Les citations du Fauvel renverront désormais à l'édition d'Arthur Långfors (S.A.T.F 1914-1919). Ou (...)

43Cette oeuvre a plus souvent été étudiée pour la richesse de son iconographie et son intérêt musical que pour la trame même du poème allégorique, assez convenue au premier abord. On sait comment s'organise l'oeuvre : une longue description d'une société bestournée par le cheval Fauvel constitue le premier livre : il cristallise tout ce qui dans la société est malhonnête et servile, et c'est pour le poète l'occasion d'une large revue du monde qui n'épargne personne. Le deuxième livre raconte comment Fauvel, voulant épouser Fortune, devant son refus convole avec Vaine Gloire. A l'occasion des noces, après le fameux charivari, Un tournoi s'engage, opposant Vices et Vertus. Mais Fortune l'interrompt : il n'est pas temps que Fauvel et les siens soient défaits. La deuxième partie est, on le sait, largement nourrie de textes provenant du Tournoiement Antéchrist de Huon de Méry et du Roman du Comte d'Anjou de Jehan Maillait.32

44On a longtemps parlé de l'hétérogénéité du Fauvel, en s'appuyant sur le fait que Chaillou de Pesstain, postérieur à Gervais du Bus, reprenait le thème dans une perspective différente quittant la polémique pour ajouter psychomachie et charivari à un motif épuisé déjà par plus de mille vers.

  • 33 C'est, pour d'autres raisons, l'opinion de E. Roesner : "Despite the diversity of the contents of (...)

45Si le fait est indiscutable sur le plan formel, il semble qu'il est à nuancer sur le plan thématique, malgré l'évolution que l'on va montrer ; en effet, le motif du cheval qui nous retient ici contribue à donner à l'ensemble de l'oeuvre une autonomie indiscutable ; c'est son exploitation, dans le fil d'une symbolique complexe, mais qui s'était déjà nettement élaborée qui donne ici son unité à l'oeuvre — au moins celle de Chaillou de Pesstain, reconstruisant de matériaux divers une oeuvre originale.33

46Avant même la critique sociale à laquelle il donne naissance, Fauvel est un roman didactique, en ce qu'il s'efforce de révéler un état de fait où interviennent Dieu et Fortune. Le livre I le souligne, Fauvel bouleverse l'ordre du monde :

  • 34 Fauvel, op.cit, p 16, vv 348-355. On voit comment ici le motif se rapproche de celui du Songe de P (...)

Et pour ce par droit pouons dire
Que Fauvel est du monde sire
Que il est par tous honorés
Et com Dieu en terre aorés.
Raison a perdu roiauté
Quant nous voion bestïautéi
Sus les hommes si haut assise34

47Cette approche morale se double d'une approche physique, même si elle est métaphorique :

  • 35 op.cit., p 18, vv 416-422.

Mès Fauvel, qui trestout desvoie,
a tant fait que cest luminare
Est tout bestornei au contraire.
Mout est beste de grant emprise :
La lune a sus le solail mise,
Si que le solail n'a lumiere
Fors de la lune et au derriere35

  • 36 Tout li monde, si com me semble,
    A charrue de chien resemble :
    L'un tret avant et l'autre arriere... (...)
  • 37 op.cit., v 1150

48Gervais du Bus l'explicitera longuement, l'église est le soleil, qui au lieu de donner son lustre au pouvoir temporel, la recevra de lui. De là, le poète va se livrer à une description affligée de l'état du monde et de la société qui n'épargnera personne36. Le monde est à l'envers, la référence à une situation astronomique qui est exemplairement contre-nature suffit à le prouver. Fauvel devient celui "Par quoi nous vient toute tempeste"37, une sorte d'être apocalyptique qui appelle et annonce la fin des temps :

  • 38 op.cit, p 46, vv 1163-1165

Je conclu par droite raison
Que près summes de la seson
En quoi doit defineir le monde38

49Nous voici à nouveau à l'Apocalypse. Fauvel le roux, lui qui est à lui seul le cortège des vices, est désormais associé au cheval rouge chargé de bannir la paix hors de la terre. Il retrouve ici le rôle qui lui avait été attribué dès l'Antiquité : à sa façon vecteur des dieux, il rejoint la fonction que lui avait donnée la tradition celtique : sa présence même annonce la fin des temps.

  • 39 "Mès or est le monde venus
    En grant viellesce...."(op.cit., p 110, vv 3081-3082)
    "Fauvel [...]
    Tu es (...)

50Mais celle-ci est comme infiniment repoussée : l'Apocalypse est, quoi qu'on en dise, toujours pour demain ; c'est ce que développera Chaillou de Pesstain dans la suite du roman, interrompant une vaine psychomachie pour rappeler que si les temps sont proches39, ils ne sont pas avenus.

51Il ne s'agit pas là d'une contradiction avec le propos de Gervais du Bus ; le nom même de Fauvel nous en donne la preuve :

  • 40 op.cit, p 12, vv 241-244

Fauvel est de faus et de vel
Compost, car il a son revel
Assis sur fauseté velée
Et sur tricherie meslée.40

52Certes, Fauvel voile sa fausseté ; mais à ce titre, il s'oppose à l'Apocalypse, la révélation, le voile levé par excellence ; et son revel, sa rébellion l'associe définitivement au diable.

53Le deuxième livre du Fauvel, malgré son triomphe apparent, va nuancer cette vision. En effet, derrière tous les attributs de la royauté, le mariage fastueux même s'il est illégitime, la progéniture abondante, Fauvel se heurte aux discours de Fortune et à la défaite virtuelle de ses troupes devant les Vertus.

54Le premier échec de Fauvel est celui de sa fausseté :

  • 41 op.cit., p 78, vv 2109-2112. Les deux derniers vers, non numérotés, sont ajoutés dans le Ms B.N. F (...)

Lors se test Fauvel et soupire
D'un faux soupir, dont il est sire,
Et cuide par nuit a la lune
Embireliquoquier Fortune.
Non mes embireliquoqué
Est par orgueil dont est moqué.41

55La réponse est énergique : Fortune ne dépend que de Dieu ; sœur cadette de Sagesse, elle est en fait

  • 42 op.cit., pp 82-83, vv 255-257

...la providence divine
Qui dispense, mesure et termine
Par compas de droite raison.42

  • 43 Cf p 78, vv 2117, 2120, 2123, 2125, 2128, et aussi v 2921

56Une expression revient régulièrement : la "folle hardiesse"43 ; Fauvel inconscient des biens éternels, se satisfait d'un trône en "or d'arquemie" sans penser à l'avenir. Pourtant la mort l'attend, et le jugement divin est impitoyable pour les orgueilleux :

  • 44 op.cit., p 86, vv 2349-2354

A mon pere Diex, qui tout donne,
Qui tout mal et bien guerredonne,
Qui orgueil a si en haïne,
Et li et toute sa racine,
Qu'il ne puet souffrir longuement
Qu'il ne l'abate horriblement.44

57Seuls les humbles et les sages, ceux qui sont l'antithèse du fol orgueil, sont épargnés par Fortune — et là encore est révélatrice l'insistance sur la sagesse permettant d'éviter "planetel influence" — qui multiplie les exemples tirés de l'Ecriture ou de Boèce.

58Fauvel n'est pas pour Chaillou de Pesstain le cheval rouge de l'Apocalypse. Il n'est que le fourrier d'Antéchrist, celui qui certes annonce la fin des temps, mais n'y — n'en — participe pas. Son règne s'achèvera, et de figure de la fin du monde, il redevient une image de la folie mondaine, de la "fole hardiesse", en un mot de l'orgueil associé à Vaine Gloire.

  • 45 in Pierre Michault Oeuvres poétiques, ed B. Folkart, 10/18 1980, pp 69-139. Oeuvre certes plus tar (...)

59Qu'on y prenne garde. En cela, Fauvel quitte le statut des "Grandes" allégories, Fortune, Amour ou Mort — celles justement que l'on voit figurer dans la Dance aux Aveugles45 — pour redevenir un simple artifice littéraire, l'équivalent de Vaine Gloire ou Doux Penser.

60Qu'est-il alors, sinon, tout simplement, le cheval que l'on représente régulièrement pour parler de l'orgueil ? Démonter, par une sorte de contrafacture, l'image apocalyptique du cheval, pour le ramener d'une main ferme sur une "réalité" dont l'allégorie masque mal l'ironie profonde, n'est-ce pas là une démarche que Chaillou de Pesstain utilise systématiquement dans son manuscrit ? L'image, la musique, le texte même participent de ce dessein : ce qui était "sérieux" — disons : au premier degré — chez Huon de Méry devient ici détourné, minimisé, ironisé.

  • 46 op.cit., p 115, v 3228

61Fauvel n'aboutit par à l'Apocalypse, à Babylone, mais à la destruction du "beau jardin de grace plain"46 qui est à la fois le royaume de France et une nouvelle image de l'Eden : le destructeur eschatologique n'est au mieux que le péché originel, au pire qu'un voleur de pommes. Mais là encore, rappelons-le, c'est l'orgueil qui est à l'origine de la chute.

62La seule victoire de Fauvel sera dans sa progéniture : enflés du souffle d'une vaine gloire et aussi nombreux qu'ils soient, ses enfants ne vivront pas assez pour accomplir leurs oeuvres :

  • 47 op.cit., p 112, vv 1345-1348

Et les ferai vilment descendre,
Les uns tuer, les autres prendre,
Les uns aront damage et perte,
Les autres pourront en poverte47

  • 48 Cf Aristote : "Equus et equa plus diligunt coitum quam animalia caetera, praeter hominem."cité in (...)

63Nés non plus du souffle de la vie, d'un vent image du pneuma, mais du flatus d'une fausse Renommée, les Fauveaux n'attestent que la puissance reproductrice du cheval48 : c'est bien la dérision des formes de l'imaginaire que l'on avait vues plus haut.

V

64Comment expliquer qu'un cheval apocalyptique redevienne, malgré sa célébrité, un simple personnage allégorique ? Aucune des sources théologiques étudiées ne le laissait deviner. C'est que la première tradition qu'il faut aborder maintenant n'est pas strictement littéraire. Certes, elle remonte à Prudence et sa Psychomachie, reprise par Alain de Lille et même par Rutebeuf, mais elle se manifeste essentiellement dans l'iconographie.

  • 49 Cf E. Male : L'art religieux du xiiie siècle en France, 1 III., Le Livre de poche 1968, t I, pp 20 (...)

65A l'opposition de paires guerrières propres à l'art roman, l'art du xiiie siècle substitue des images plus variées qui instaurent un code iconographique nouveau et plus approfondi. Ainsi, les figures des Vertus et des Vices prendront chacune des attributs et des postures caractéristiques, longuement exposés par E. Mâle49.

66Le cheval est l'attribut de l'orgueil, par référence au texte de Prudence :

  • 50 Prudence Psychomachie, v 251 -256

Talia vociferans, rapidum calcaribus urget,
Cornipedem, laxisque volat temeraria frenis,
Hostem humilem cupiens impulsu umbonis equini
Sternere, dejectamque supercalcare ruinam.
Sed cadit in foveam praeceps, quam callida forte
Fraus intercisio suffoderat aequore furtim.50

  • 51 Cf Vilard de Honnecourt, op.cit, pl 6. reproduit fig 2

67On le retrouve dès le début du xiiie siècle, sur la façade de Notre-Dame de Paris, et il semble devenir un attribut incontournable de la Superbia, peut-être par son efficacité — qui alors n'est jamais tombé de cheval ?— davantage à mon sens par l'intérêt qu'a pu trouver le sculpteur ou le dessinateur à reproduire une image extrêmement mouvante, et attestant par là sa maîtrise. C'est, par exemple, une des seules figures dynamiques de l'album de Villard de Honnecourt, et avec l'humilité qui lui fait face sur la même page du manuscrit, la seule représentation de vice ou de vertu51.

68La fortune de cette illustration suffit peut-être à expliquer comment Fauvel est redevenu un simple cheval allégorique. Orgueil, qui monte le cheval est variable dans les illustrations : un clerc chez Villard de Honnecourt, un roi sur le vitrail de Notre-Dame. Tout se passe comme si, en dépit de l'exégèse médiévale, ce n'était pas le cavalier, mais sa monture qui portait signification, comme si l'Orgueil n'était pas l'homme, mais le cheval.

69L'homme alors est emporté par sa passion irraisonnée, incapable de prévoir les pièges que lui dressent ses ennemis. Fortune, qui dans le Fauvel, lui annonce sa chute, renverrait là à deux images simultanées. Bien sûr celle d'une chute de la roue, mais aussi celle, qui l'attend, sur le champ de bataille, face à Humilité.

  • 52 Cf J. Bastin, Recueil Général des Ysopets, S.A.T.F. 1929-1930 ; I, pp 22, 92, 156 ; t II, pp 40, 1 (...)

70Cette idée rejoint une tradition didactique solidement établie, celle de la fable du cheval et de l'âne52 : un cheval partant au tournoi rabroue un âne qui lui barre le chemin :

  • 53 op.cit, t II, p 157, vv 3-4.

Mout se porte orgoillousemant
Li Chevaus, por son paremant.53

71Fourbu, blessé au retour du tournoi, il essuie les sarcasmes de l'âne : la morale porte bien sûr sur la nécessaire humilité de chacun. Le récit, dans toutes les versions que j'ai lues, insiste sur la vanité du cheval et, anthropomorphisme oblige, élimine absolument son cavalier potentiel.

  • 54 Tost fait venir dou trot a pas
    Fortune : ne t'i croire pas (op.cit, t II, p 160., vv 87-88)

72Tout se passe comme si une association était implicite dans l'expérience médiévale : le cheval, associé à la classe dirigeante, incarne l'orgueil ; il lui arrive de tomber, au propre comme chez Prudence ou au figuré dans la fable vue plus haut ; Chute ou déchéance sont également associées à l'orgueilleux et au cheval, sous le regard de Fortune54, présente dans la plupart des fables. Mais, c'est une caractéristique que tout lecteur de fable a pu relever, il se produit un décalage progressif entre l'apologue et sa morale ; comme si cette dernière, évidente, n'avait plus à être explicitée, comme s'il était profitable de tenir un autre discours, supplémentaire et élargissant le sens du récit.

  • 55 Cf J. Morawski, Proverbes français antérieurs au xve siècle, C.F.M.A. 1925, n° 100 (variante)

73Cheval, Fortune, orgueil et chute sont liés au point que les proverbes en gardent la trace55 ; mais alors que l'on nous montre sur un manuscrit de la fin du xve siècle la chute d'Orgueil, typiquement reconnaissable, la strophe qui la commente nous éloigne du discours attendu :

  • 56 Proverbes en rimes, Ed G. Franck et D. Miner, Baltimore 1937, édition du Ms 514 de la Walters Art (...)

Se par mauvais coup de fortune
Tu tresbuches, toy et ta beste,
Sy lourdement en fange aucune
C'on n'en voye ne cul ne teste,
Se tu es seul pour ta requeste,
Parsonne ne t'en gettera ;
Mais pour faire bonne conqueste,
Ayde toi et Dieu t'aydera.56

74La chute du cheval d'orgueil assailli par la fatalité ne préoccupe plus l'auteur, mais la prière de son cavalier, seul et se tournant vers Dieu. Fauvel s'est comme dissous entre le xive et le xve siècle, et il ne reste de lui, peut-être, que la présence de Fortune. Il n'est plus une figure politique, encore moins un symbole eschatologique ; simplement le prétexte d'un adage, pas même son protagoniste.

75Par le biais de ce proverbe, nous retrouvons enfin ce qui manquait au cheval depuis Fauvel : un cavalier. Mais nous sommes loin de Zacharie et de l'Apocalypse : à la fin du Moyen Age, au moment où disparaît la chevalerie, ce n'est plus de Dieu ou du diable, c'est de l'homme qu'il est question.

Figure 1 : L'orgueil, Rose de Notre -Dame de Paris, (in.E. Mâle, op.cit.)

Figure 1 : L'orgueil, Rose de Notre -Dame de Paris, (in.E. Mâle, op.cit.)

Figure 2 : Villard de Honnecourt, l'Orgueil. Cf note 21

Figure 2 : Villard de Honnecourt, l'Orgueil. Cf note 21

Figure 3 : Proverbes en rimes, la chute du cheval. Cf note 56

Figure 3 : Proverbes en rimes, la chute du cheval. Cf note 56

Notes

1 Pline l'Ancien Histoire Naturelle, Lib. VIII, 67 (éd. Lemaire, Paris 1837), p 497 : "Constat in Lusitania circa Olisiponem oppidum et Tagum amnem, equas Favonio fiante obversas animalem concipere spiritum, idque partum fieri et gigni pernicissimum ita: sed triennum vita non excedere"

2 Cf Lynn White Jr. Technologie médiévale et Transformations sociales Mouton 1969, Ch 1 (pp 3-53)

3 Cf la Völsa Tháttr, in Les Religions de l'Europe du Nord, par R. Boyer et E. Lot-Falk, Fayard-Denoël 1974, p 79 sq. Qu'on pense aussi à Castor, dieu des chevaux et des cavaliers, étroitement lié à la sexualité.

4 "Le roi, qui pensait n'avoir passé que trois jours chez le pygmée, eut de la peine à rester à cheval. Mais quelques uns de ses compagnons, oubliant les ordres du pygmée, descendirent avant que le chien ne sautât à terre, et furent immédiatement réduits en poussière. Le roi, comprenant la raison de cette pulvérisation, interdit que quiconque touchât terre avant que le chien en descendît, sous peine de connaître une mort semblable.
Mais le chien n'est pas encore descendu"
(Gautier Map, Contes de Courtisans, trad. M. Pérez, Université de Lille III, S.D., p 23)

5 "Fecit et divus Augustus equo tumulum, de quo Germanici Caesaris carmen est" op. Cit., p 486

6 id, p 488

7 quod ipsum (equinum pecus) tripartito dividitur. Est. n. generosa materies, quae circo, sacrisque, certaminibus. (Columelle, Lib. VI, cap. XXVI)

8 Virgile, Georgiques, III, vv 266-279

9 Cf Chevalier-Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Ed. R. Laffont 1982, ad verb.

10 Isidore de Seville Etymologiae, Lib XII, cap 1. Ed Perne, Bâle, S.D., col 283

11 Près de 10 pages sont consacrées dans la volumineuse édition Huguetan (Lyon, 1661) aux maladies des chevaux.

12 Job, 39, 19

13 Hab, 3,8. Le texte de Raban Maur complète après "equos tuos" : "et equitatus tuus sanitas" qui ne se retrouve pas dans la Vulgate (Ed. R. Weber, O.S.B.)

14 Raban Maur, De Universo, lib VII, cap VIII, P.L. CXI, col 213

15 "Hic equus praedicatores sancti intelliguntur, quorum sessor Dominus est, qui eis fortitudinem, constantiam mentis dat, et sonum sanae praedicationis." ibid.

16 "Sunt autem equi, qui ascensores habent Diabolum et angelos ejus". Id, col 214

17 Jn, 13,27

18 "Omnes enim, qui persequuntur sanctos, equi sunt hinnientes: sed habent ascensores, quibus aguntur, angelos malos, et inde feroces sunt." Ibid. On retrouve cette idée chez Berengaud : "sessor vero hujus equi[le cheval roux] Dominus est, qui in sanctis suis habitat" (Berengaudi expositio in Apocalypsin, P.L. XVII, Col 904)

19 Babyloniens, Mèdes et Perses, Macédoniens, et Romains, dont les persécutions furent moins systématiques. Id, col 215.

20 Herrade. de Landsberg Hortus Deliciarum, ed Oberlin, S.D. pl 7 et 4

21 Cf le Carnet de Villard de Honnecourt, ed A. Erlande-Brandebourg, R. Pernoud, J. Gimpel, R. Bechmann, Stock 1986, pl 48

22 Richard de Saint Victor, In Apocalypsym libri septem, Lib II, Cap V, P.L. CXCVI, col 764

23 id, cap VII, col 768

24 id, cap VI, col 766

25 Id, cap VII, col 767

26 Ibid

27 Pierre Bersuire, Reductorium Morale, J Keerberg, Anvers 1609, Lib. X, cap XXXIII. t I, p 367. c'est moi qui souligne

28 Pierre Bersuire, Moralisatio super Apocalypsin, J Keerberg, Anvers 1609, t II p 238.

29 X. Barbier de Montault, Traité d'iconographie Chrétienne, Vivès 1890, t I, p 129. La représentation du cheval comme course de la vie ne doit pas surprendre dans les catacombes : elle conforte ce que l'on pouvait attendre de la tradition antique.

30 On donne pour exemple celui d'Auxerre, qu'A. Labbé étudie dans le présent volume.

31 Qu'on pense par exemple au rôle du chevalier dans le Jeu de Robin et Marion, ou au cheval d'Audigier.

32 Les citations du Fauvel renverront désormais à l'édition d'Arthur Långfors (S.A.T.F 1914-1919). Outre l'article de J.-C. Schmitt "Les masques, le diable, les morts dans l'Occident médiéval" Razo n° 6 (cahier du C.E.M. de Nice) pp 87-119, on peut renvoyer à l'ouvrage récent Le Roman de Fauvel in the edition of mesire (sic) Chaillou de Pesstain, a reproduction in fac-simile of the complete manuscript B.N. Fonds Français 146, introduction by Edward H. Roesner, François Avril and Nancy Freeman Regalado, 1990, Bonde Brothers Limited, New-York. L'abondante introduction fait un point complet de l'état des recherches et de la bibliographie concernant l'œuvre. Une approche historique veut voir dans Fauvel une satire de la montée au pouvoir d'Enguerrand de Marigny ; sans négliger l'intérêt de cette démarche, on a privilégié une perspective différente.

33 C'est, pour d'autres raisons, l'opinion de E. Roesner : "Despite the diversity of the contents of Ms Fr 146, most of items complement each other in one way or another, and, consequently, appear to have been deliberately chosen to make up a unified whole" (Introduction au Fac-simile, op.cit, p 7, col b). C'est la version de ce manuscrit que l'on étudiera, parce qu'elle présente le texte le plus complet, et sans doute la démarche la plus achevée.

34 Fauvel, op.cit, p 16, vv 348-355. On voit comment ici le motif se rapproche de celui du Songe de Pestilence du Livre du Roy Modus et de la Royne Ratio.

35 op.cit., p 18, vv 416-422.

36 Tout li monde, si com me semble,
A charrue de chien resemble :
L'un tret avant et l'autre arriere... op.cit., p 44, vv 1125-1127

37 op.cit., v 1150

38 op.cit, p 46, vv 1163-1165

39 "Mès or est le monde venus
En grant viellesce...."(op.cit., p 110, vv 3081-3082)
"Fauvel [...]
Tu es d'Antecrist le courier [...]
Tu n'ez fait que pour son mesnage
Aler devant appareiller" (op.cit., p 111, vv 3109-3115)

40 op.cit, p 12, vv 241-244

41 op.cit., p 78, vv 2109-2112. Les deux derniers vers, non numérotés, sont ajoutés dans le Ms B.N. Fr 146

42 op.cit., pp 82-83, vv 255-257

43 Cf p 78, vv 2117, 2120, 2123, 2125, 2128, et aussi v 2921

44 op.cit., p 86, vv 2349-2354

45 in Pierre Michault Oeuvres poétiques, ed B. Folkart, 10/18 1980, pp 69-139. Oeuvre certes plus tardive, mais qui synthétise une bonne part de la pensée allégorique des xive et xve siècles

46 op.cit., p 115, v 3228

47 op.cit., p 112, vv 1345-1348

48 Cf Aristote : "Equus et equa plus diligunt coitum quam animalia caetera, praeter hominem."cité in Vincent de Beauvais, Speculum Naturale, Douai 1624, Lib XVIII, cap.49, col 1353.
Parmi les descendants de Fauvel, Fauvain aura un statut particulier ; il ne sera pas orgueilleux, mais faux, et le poème inventorie avec hargne tous ses méfaits, qui ressemblent aux abus de pouvoir de n'importe quel grand seigneur. (Cf la préface d'A. Långfors au Fauvel, pp civ-cx, et son édition de l'Histoire de Fauvain ; reproduction phototypique des 40 dessins du Ms français 571 de la B.N.... Paris, Geuthner, 1914

49 Cf E. Male : L'art religieux du xiiie siècle en France, 1 III., Le Livre de poche 1968, t I, pp 200-264

50 Prudence Psychomachie, v 251 -256

51 Cf Vilard de Honnecourt, op.cit, pl 6. reproduit fig 2

52 Cf J. Bastin, Recueil Général des Ysopets, S.A.T.F. 1929-1930 ; I, pp 22, 92, 156 ; t II, pp 40, 157, 276, 414. Je n'ai pu consulter le 3e volume du recueil.

53 op.cit, t II, p 157, vv 3-4.

54 Tost fait venir dou trot a pas
Fortune : ne t'i croire pas (op.cit, t II, p 160., vv 87-88)

55 Cf J. Morawski, Proverbes français antérieurs au xve siècle, C.F.M.A. 1925, n° 100 (variante)

56 Proverbes en rimes, Ed G. Franck et D. Miner, Baltimore 1937, édition du Ms 514 de la Walters Art gallery, Baltimore. n° xc. Cf fig 3.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : L'orgueil, Rose de Notre -Dame de Paris, (in.E. Mâle, op.cit.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3331/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Figure 2 : Villard de Honnecourt, l'Orgueil. Cf note 21
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3331/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Titre Figure 3 : Proverbes en rimes, la chute du cheval. Cf note 56
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3331/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

Auteur

Université de Rennes

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540