Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cheval dans le monde médiéval

Le motif du don du cheval dans le Lancelot en Prose

Reynald Couillet

Texte intégral

1Dans le Lancelot en prose comme dans les autres romans de chevalerie, nombreux sont les épisodes où un chevalier se trouve privé de sa monture, souvent au moment où il en a le plus besoin. Il arrive qu'alors un autre chevalier ou un roi lui offre opportunément un de ses chevaux. C'est ce motif du don du cheval que nous souhaiterions étudier ici. Ni le cadre étroit d'une communication ni le foisonnement du Lancelot ne nous permettent de prétendre rendre compte de façon exhaustive de ce motif. Nous voudrions seulement ici, à partir de quelques passages significatifs, baliser quelques axes de recherche.

2On verra tout d'abord que le don du cheval constitue un aspect particulier du devoir de largesse qui incombe au roi et que, dans cette mesure, il obéit à un rituel à la signification duquel nous accorderons une attention spéciale. On examinera ensuite ce qu'il advient de ce motif du don du cheval quand de devoir du roi il devient devoir du chevalier et, enfin, la façon dont le héros éponyme du roman, Lancelot, s'en acquitte.

  • 1 Cf. Lancelot, T. VIII, XLIXa, §17-30, pp 12-23. Toutes nos citations du texte renvoient à l'éditio (...)
  • 2 Ibid., §29, p. 21.
  • 3 Ibid., p.22.

3Le don du cheval relève du devoir de largesse. C'est ce que rappelle le saint homme qui vient donner une leçon de politique royale à Arthur alors que celui-ci est sur le point d'être défait par les troupes de Galehaut1. Dans le discours du "preudomme", cette forme de générosité revêt une importance particulière, une importance au demeurant inversement proportionnelle au rang du bénéficiaire du don. En effet, dans la liste des présents que le souverain doit offrir aux "haus hommes", rois, ducs, comtes et barons, les chevaux n'arrivent qu'en dernier, sans appeler de commentaire particulier : il lui faut donner "riches vasse1ements", "cointes joiaus", "biax dras de soie", "boins oisiax" et "chevax"2. C'est qu'il faut savoir être large avec modération quand on donne aux mieux nantis : "ch'est .I. anuis de fondre une riqueche sor l'autre." Plus loin : "on ne doit doner a home chose dont il a assés. "3

  • 4 Ibid., §28, p. 21.

4Aux vavasseurs, seconde catégorie définie par le maître d'Arthur, le roi devra donner "robes et palefrois", "se il sont aaisiés en lor ostel"4. Le mot employé pour désigner ici le cheval montre assez qu'il s'agit encore, à ce niveau de la hiérarchie nobiliaire, d'un luxe, d'une richesse qui s'ajoute à l'autre richesse que constitue le ou les chevaux que possède déjà le vavasseur.

  • 5 Ibid., §25, p. 19.
  • 6 Ibid., §26, p. 20.
  • 7 Ibid., §25, p. 19.

5Il n'en va pas de même pour la troisième catégorie de destinataires évoquée par le saint homme, la catégorie du "povre bacheler"5, des "povres hommes"6. Le saint homme s'attarde sur la signification que prend le don du cheval dans leur cas. Sa fonction est de récompenser et de distinguer l'homme preux, quand la pauvreté l'aura rabaissé au rang du commun des misérables, quand "il sera lors aval entre les autres povres hommes"7.

6Ainsi, selon cette leçon donnée à Arthur, le don du cheval a pour rôle de renforcer la cohésion de la classe nobiliaire, du groupe des chevaliers : tous se verront offrir un cheval et le groupe sera grossi et consolidé par ceux que l'on aura rétablis à leur rang légitime. En donnant un cheval, le roi répare les injustices : il reconnaît d'une part, parmi la foule des "povres hommes", le preux méritant, digne d'accéder à la classe dominante ; il estompe, d'autre part, à l'intérieur de cette même classe, les trop grandes disparités.

  • 8 Lancelot, T. VII, XXIa, §15, p. 252.
  • 9 Georges Duby, Les trois ordres ou l'imaginaire du féodalisme, Gallimard, 1978.

7A ce stade de la réflexion, on est tenté d'articuler ce que dit le maître d'Arthur avec un autre discours de nature didactique du Lancelot en prose, la leçon de chevalerie que donne la dame du lac à son protégé avant qu'il ne la quitte. On sait que Niniène expose dans ce passage les devoirs du chevalier et explique la symbolique de ses attributs. Parmi ceux-ci figure le cheva1 :"1i chevax sor quoi li chevaliers siet et qui a tous besoins le porte senefie le pueple, car autresi doit il porter le chevalier en tous besoins et desus li doit seoir li chevaliers"8. L'élucidation de la symbolique du cheval est ici le début d'un discours où l'on reconnaît facilement le schéma trifonctionnel9 : le chevalier protège le peuple et le clergé ; en échange de cette protection, il reçoit du second de quoi subvenir à ses besoins spirituels, du premier de quoi subvenir à ses besoins matériels. Mais ce qui importe ici, c'est que l'interdépendance et la complémentarité des trois ordres, garantes de la cohésion sociale, ne sauraient fonder une quelconque égalité entre eux ; c'est ce que rappelle de façon limpide la symbolique du cheval :

  • 10 Lancelot, T. VII, XXIa, §15, p. 253.

"Et desus le pueple doit seoir li chevaliers, car autresi com on point le cheval et le maine chil qui siet desus la ou il veut, autresi doit li chevaliers mener le pueple a son voloir par droite subjection, por che que desous lui est et estre i doit".10

  • 11 Ibid., §10, p. 248.

8En outre, la leçon de chevalerie de la dame du Lac est l'occasion d'un brillant discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes. Ceux-ci étaient autrefois égaux, "car d'un peire et d'une meire deschendirent toute gent "11. Mais l'envie et la convoitise apparurent et grandirent ; les plus faibles instaurèrent alors la chevalerie pour les protéger contre les plus forts, pour les protéger eux et l'Eglise, qui ne peut rendre le mal pour le mal. Et la dame d'ajouter :

  • 12 Ibid., §11, p. 250.

"Et sachiés que au commenchement, si com tesmoigne l'Escripture, n'estoit nus si hardis qui montast sor cheval, se chevalier ne fust avant, et por che furent il chevalier clamé."12

  • 13 Ibid., p. 249.

9Cette phrase prend à première lecture les allures d'une aporie, d'un cercle vicieux : comment pourrait-on, en effet, appeler chevalier un homme qui n'aurait jamais monté ? Savoir monter ne fait-il pas partie intégrante de l'apprentissage du bachelier ? C'est qu'ici, monter à cheval n'est pas une aptitude ni une épreuve qualifiante au bout de laquelle l'heureux candidat serait proclamé chevalier, c'est un privilège que l'on a reconnu et accordé à ceux "qui plus valoient a l'esgart del commun des gens. Che furent li grant et li fors et li bel et li legier et li loial et li preu et li hardi, chil qui des bontés del cuer et del cors estoient plain"13. Un privilège accordé aux hommes supérieurs s'étant montrés capables de protéger les deux autre ordres de la société contre les injustes.

  • 14 Lancelot, T. VIII, XLIXa, §27, p. 20.

10Si l'on accepte de lire les admonestations faites à Arthur à la lumière de la leçon de la dame du Lac, le don du cheval par le roi prend toute sa signification : en donnant un cheval au "boin povre home"14, Arthur rend la justice, reconnaît l'aristocrate malencontreusement confondu avec le commun. Le don du cheval constitue la manifestation de cette reconnaissance d'un homme de qualité, la légitimation de la domination qu'il exerce sur le peuple.

11On comprend dès lors que, de portée sociale, le don du cheval, toujours selon les conseils du saint homme, doive faire l'objet d'une ritualisation. Il faut que l'on sache que le roi a su reconnaître l'homme supérieur et, pour ce faire, il faut qu'il ait monté ostensiblement, ne fût-ce que quelques instants, le cheval qu'il donne :

  • 15 Ibid.

"Et la ou tu verras le boin povre homme de qui li vrais tesmoins t'avra acointié si esgarde. I. de tes chevax tel que lui coviegne et monte sus, pui s t'acost dalés li, si li fai joie ; et deschen de ton cheval, si l'i fai monter et di que tu vels que il le chevauche por amor de toi. "15

  • 16 Ibid. §28, p. 21.
  • 17 Ibid.

12Le conseiller y revient à propos des vavasseurs : "Tu lor donras robes et palefrois pour aus porter en lor besoignes, mai s garde que tu aies primes sis el palefroi,..."16. Ce conseil est d'abord motivé par le souci de l'image du roi ; il se fonde sur une connaissance sévère mais lucide des vanités humaines : les bénéficiaires de la largesse royale seront flattés de s'asseoir là où le roi s'est assis et, dès lors, plus enclins à soutenir leur souverain, à faire savoir qu'il remplit ses devoirs : "si diront par tout qu'il ont le palefroi que tu chevalchas"17. Mais surtout, le rituel du don du cheval tel qu'il nous est décrit symbolise clairement une délégation de pouvoir, le pouvoir que le souverain exerce sur son peuple.

13Cette ritualisation connaît, au cours du roman, des avatars lors d'épisodes où un roi, autre qu'Arthur, donne le cheval qu'il est en train de monter au lieu d'un de ceux que l'on tient à sa disposition. Ainsi, au cours de la bataille qui oppose les troupes d'Arthur à celles de Galehaut, Lancelot, qui combat pour le roi de Logres, a son cheval tué sous lui. Galehaut fait alors la promesse à son jeune adversaire de toujours le fournir en chevaux, promesse qu'il remplit sur-le-champ, en lui cédant sa monture :

  • 18 Lancelot, T. VIII, LIIa, §48-49, p. 71.

"Mais tant com vous porterés armes, ne troverés ja qui a vostre cors se preigne, ne ja se vostre chevax est mors, pour ce ne vous esmaiés, car je vous donrai chevax tant comme vous en pores huimais user et je serai vostres escuiers hui toute jour. Et se je ne vous puis lasser, dont ne vous lassera jamais nus hons vivans.
"Lors deschent de son cheval, si le baille au chevalier. Et chil i est montés sans arrest et revient a la mellee autresi com s'il n'eust huimais colp feru. Et Galahos remonte en .I.cheval qui li fu amenés et vint a son conroi..."18

  • 19 Ibid., 52, p. 73.

14La scène se réitère peu de temps après : Lancelot est désarçonné de nouveau ; de nouveau, Galehaut accourt à la rescousse, réalisant ainsi sa promesse : "Lors vint Galahos poignant et le remonta el cheval ou il meismes seoit, car li autres n'es toit preus a son oels. "19 Certes, en se disant " l'écuyer " de Lancelot, Galehaut pervertit la signification du don du cheval telle qu'elle est formulée par le prudhomme qui réprimandait Arthur : il ne s'agit pas pour Arthur de se rabaisser mais d'élever le preux méconnu à son rang. Il s'agit encore moins de fournir à un adversaire le moyen assuré de vaincre. Mais comme Arthur, Galehaut offre la possibilité à un jeune chevalier de montrer toute sa prouesse. Comme Arthur encore, Galehaut donne son propre cheval, le cheval qu'il montait, signifiant par là au bénéficiaire du don comme à ceux qui pourraient être témoins de la scène l'estime qu'il lui porte et la délégation de son pouvoir.

15Cette ritualisation du don du cheval qui veut que le roi ait monté l'animal qu'il offre, nous voulons la voir encore à l'oeuvre dans un autre épisode qui cette fois-ci met en scène Bohort et Brangoire : le cheval de Bohort est tué dans un accident de chasse.

  • 20 Lancelot, T. II, XLVII, §41, p. 186.

"Et li rois Brangorre, qui tote jor l'avoit sievi por lui retenir, descent a terre si tost com il le vit a pie, si li baille son cheval et dist : "Tenés, sire chevaliers, kar certes bien l'avés deservi." Boors prent le cheval et monte et laisse le roi a pié, kar il ne cuidoit mie que ce fust li rois, et totes voies li dist grans mercis ; si se remet après les autres. Et li rois fu tost remontés, si s'en vet as loges, la ou les damoiseles sont et lor dist qu'eles descendent, et eles si firent."20

16Là encore, c'est le cheval qu'il a lui-même monté que le roi offre à celui qu'il veut distinguer. On objectera que Bohort ignore l'honneur qu'on lui fait mais, dans un épisode qui suit celui du tournoi de la Marche, où Bohort s'est illustré, dans un épisode qui précède celui où le roi proposera à Bohort. sa fille en mariage, la distinction du chevalier par le roi au travers du don de son cheval a sans doute moins pour destinataire le bénéficiaire lui-même du don que l'entourage royal témoin de cette faveur.

17Devoir du roi, la largesse est aussi l'un des devoirs du chevalier. Niniène omet cet aspect dans sa leçon de chevalerie mais on peut le déduire du récit des exploits de certains chevaliers. Considérons tout d'abord deux passages très semblables du roman, qui mettent en scène Gauvain et Lancelot, deux passages où le motif du don du cheval appararaît sous la forme d'une variante que nous appellerons le motif du cheval pris et rendu.

  • 21 Lancelot, T. VII, XXXVIIa, §1, p. 398.

18Les circonstances sont les mêmes dans l'un et l'autre cas : les chevaliers de la Table ronde ont affaire à des adversaires qui ont manqué de courtoisie. L'un, Brun sans pitié, demande à Gauvain de lui donner une demoiselle qui l'accompagne21 ; l'autre, dont le nom demeure inconnu, a troublé Lancelot alors qu'il était plongé dans la contemplation de la reine :

  • 22 Ibid., XLVa, §1-2, p. 438.

"Et li chevaliers le boute et li demande encore que il esgarde. "J'esgart, fait il, che que moi plaist et vous n'estes mie cortois, qui de mon pensé m'avés jeté..."22

19S'ensuit un combat, immédiat dans le premier cas, différé dans le second, un combat au cours duquel Gauvain et Lancelot désarçonnent leur adversaire. Les vainqueurs ont alors la même attitude et les mêmes mots :

  • 23 Ibid., XXXVIIa, §2. p. 399.

"...et mesire Gauvain fiert lui si qu'il le porte a terre et prent son cheval, si li ramaine, "Tenés, fait il, vostre cheval, que je ai autre chose a faire, si m'en irai."23

  • 24 Ibid., XVIIa, §11, p. 448.

"Il (Lancelot) prent le cheval par le fraim, si li ramaine. "Tenés, fait il, vostre cheval, si m'en irai, car j'ai el a faire que chi a demorer,"24

20A ce moment, les récits divergent ; Brun se rend à l'étonnante générosité de Gauvain ; l'adversaire de Lancelot, quant à lui, s'entête à pousuivre à pied un combat qu'il perd finalement. Quoi qu'il en soit de cette divergence, ces deux épisodes jumeaux confirment touchant les chevaliers ce que nous avons vu concernant le devoir royal de largesse : dans le motif du don du cheval, ce n'est pas tant la valeur matérielle de l'animal qui importe que sa charge symbolique et celle du geste par lequel on le donne, symboliques qui appellent une ritualisation pour se faire jour. En rendant à leur adversaire son cheval, Gauvain et Lance lot manifestent leur magnanimité mais surtout, comme le ferait un roi idéal, ils lui redonnent la possibilité de montrer sa prouesse. Le but n'est pas la déchéance ni la dégradation du chevalier ; on le désarçonne pour le remettre en selle ; le combat ne va pas jusqu'à la "recreantise" du vaincu, encore moins jusqu'à sa mort. Il s'agit de signifier la nouvelle autorité de qui le chevalier tient désormais son rang. La condescendance de la formule qui accompagne le geste est là pour marquer cette supériorité.

  • 25 Cf. Lancelot, T. VII, XLVIIa, §15, p. 450.

21Le prolongement du second des deux épisodes entérine l'autorité de Lancelot sur le chevalier conquis. En effet, peu de temps après le passage que l'on vient de relater, Lancelot perd son cheval ; Yvain, qui l'a suivi depuis son départ de la cour, lui offre le sien et se propose de monter derrière le chevalier conquis. Lancelot refuse cet arrangement et ordonne au chevalier conquis de monter derrière Yvain25 : bien qu'il ait rendu son cheval au chevalier vaincu-ou, mieux, parce qu'il le lui a rendu-Lancelot dispose de l'homme et de l'animal.

22La duplication de l'épisode du cheval pris et rendu tend à suggérer une égalité entre Lancelot et Gauvain au regard de la courtoisie. Cependant, il est un autre passage du roman où le motif du don du cheval établit la supériorité de Lancelot dans ce domaine.

  • 26 C'est ainsi que par commodité la critique désigne la partie du Lancelot en prose qui va du chapitr (...)
  • 27 Lancelot, T. II, XXXVI, §20, p. 10. Même prudence (et même opulence ?) chez le Gauvain de Crétien (...)

23Il se situe au début de la "Charrette"26. Méléagant et ses hommes emmènent la reine ; Lancelot les poursuit, les affronte, son cheval est tué au cours du combat ; ses adversaires se dérobent. Arrive Gauvain qui "faisoit mener .II. cheval s en destre"27.

  • 28 Lancelot, T. II, XXXVI, §21, p. 10. Même impatience de Lancelot chez Chrétien face à un Gauvain qu (...)

"Quant Lancelos voit mon seignor Gauvain, si le conoist molt bien, mais il ne conoist lui.. Et quant il l'a aconseu, si li dist Lancelos : "Sire chevaliers, vos veez bien que mes chevals est mors, mes por Dieu et por gueredon me prestes un des vos ou donés tant que rendre le vos puisse. " Et mesire Gauvain dist que molt volentiers,"et prenés, fet il lequel que miels amerés : " Lancelos saut en un des chevals, mes ne li chaut el quel, et mesire Gauvain li demande qui il est. "Ne vos esmaiés mie, fet Lancelos, qui que je soie, kar vostre chevals vos sera encore bien rendus." Et mesire Gauvain en est tos avilenis et molt li poi se quant il onques li demanda qui il estoit."28

24Gauvain a commis deux erreurs. La première, c'est de n'avoir pas offert spontanément un cheval à Lancelot alors que celui-ci est démonté et, qui plus est, poursuit les hommes qui emmènent la reine, c'est cette première erreur que marquent le "vos veez bien" impatienté de Lancelot et sa proposition-injurieuse pour Gauvain -de lui emprunter un cheval. La seconde erreur, explicite celle-là, est de demander son nom à l'homme qu'il oblige. Dans les deux cas, Gauvain se montre attaché à la richesse matérielle que constitue un cheval et peu enclin à la céder facilement, attachement contradictoire avec les valeurs chevaleresques. C'est qu'il ne suffit pas, en effet, de donner ; il faut savoir donner véritablement, c'est-à-dire, spontanement et sans exiger de contrepartie.

25Le pruhomme qui admonestait Arthur lui rappelait aussi cette nécessité.

  • 29 Lancelot, T. VIII, XLIXA, §29, p. 22.

"Li sages dist que autresi liés doit estre li doneres en son don coin est chil qui on le doune : l'en ne doit mie doner a laide chiere, mais tos jors doner a lié samblant, car en liement doner a .II. paire de merites et chil ki est dounés en rekignant n'a nul gueredon."29

26Pourquoi, maintenant, Gauvain qui, on l'a vu plus haut a observé le même comportement chevaleresque que Lancelot, adopte-t-il une attitude infamante ? La réponse est, croyons nous, toute pragmatique. Dans le premier cas, Gauvain ne fait que restituer un bien qu'il vient de conquérir ; dans le second, il doit prélever son don sur ses biens.

  • 30 Lancelot, T. VII, IXa, §7, p. 74.

27Lancelot, quant à lui, a la largesse innée. Le récit de sa jeunesse et de son éducation chez la Dame du Lac montre qu'il possède d'une façon générale les qualités attendues d'un roi. parmi lesquelles figure la largesse : "...ne de sa largesse ne fu onques nus enfes veus, car il departoit tout a ses compaignons autresi volentiers com il le prendoit."30 Deux épisodes de ses enfances illustrent aussitôt cette qualité. Lancelot donne le produit de sa chasse à un vavasseur qui en a besoin pour les noces de sa fille. Il échange, d'autre part, son cheval contre le roncin épuisé d'un pauvre chevalier qui, sans cette meilleure monture, ne serait pas arrivé à temps à la cour du roi Claudas où il doit laver son honneur. A nouveau, ce qui motive le don, c'est ce qui justifiait le devoir de largesse rappelé à Arthur, c'est ce qui expliquait qu'un chevalier rendît le cheval de son adversaire après s'en être emparé : le souci de laisser la possibilité à un chevalier de tenir son rang : "En non Dieu, fait li enfes, dont ne serois vous pas hounis par desfaute de cheval, tant com je l'aie, ne vous ne nus gentiex hom, pour que j'en aie et sache.

  • 31 Ibid., 810-11, p. 77.

28Lors deschent et li baille le cheval sor quoi il seoit et il monte sor chelui que il tenoit..."31

  • 32 Ibid., §21, p. 85.
  • 33 On se souvient en effet que le roman du Lancelot s'ouvre sur l'usurpation par Claudas du royaume d (...)

29Ce faisant, Lancelot s'est comporté en fils de roi digne de son père. A la dame du Lac qui l'admoneste tout en se réjouissant secrètement de son comportement prometteur, il répond : "Mais mal dehait ait fiex de roi, s'il n'ose la soie chose douner hardiement."32 A la différence d'Arthur, Lancelot n'a pas de leçon à recevoir ; héritier spolié mais légitime de rois33, il possède et énonce naturellement les principes de la fonction dont il devrait avoir la charge. Arthur, lui, n'est qu'un bâtard qui ne doit son rang actuel qu'à Dieu, comme le lui rappelle sans ménagement le prudhomme en guise de préambule à sa leçon de politique royale :

  • 34 Lancelot, T. VIII, XLIXa §18, p. 13.

"... tu ses bien que tu ne fus engendrés ne nés par assamblement de loial mariage, mais en si grant pechié com est avoltires : si dois savoir que nus hom mortex ne te baillast a garder la signorie que tu tiens mais que Diex seulement, et le te bailla por che que tu l'en seusses boin gré."34

30Ce qui se joue dans cette différence de comportement entre Arthur et Lancelot, entre la réticence de l'un à donner et la propension de l'autre, c'est l'opposition entre une monarchie de droit divin et une monarchie héréditaire. Arthur appelé par Dieu à régner a besoin des leçons d'un saint homme ; Lancelot, lui, a naturellement hérité des qualités que doit posséder un roi.

  • 35 Cf. Lancelot, T.VII, IXa, §22, p. 86 : "Biaus fiex, or ne soiés pas a malaise, car si m'aït Diex, (...)
  • 36 Lancelot, T. II, XXXVI, §21, p. 10 : "... si ert mesire Gauvain armés por secorre la roine et por (...)

31Lancelot, cependant, ne sera jamais roi. Prince dépossédé, il n'est que chevalier errant. Quoi qu'en dise la dame du Lac35, et à la différence du roi Arthur ou du prudent Gauvain36, le chevalier errant n'a pas toujours à dis position un cheval à offrir. Il y a chez Lancelot une tension entre son sens inné du devoir royal qui lui inspire de donner, et sa fonction de chevalier errant : le meilleur chevalier du monde, fût-il fils de roi, ne peut donner que ce qu'il a. Mais le meilleur chevalier du monde ne manque pas de ressource pour résoudre avec brio cette contradiction. C'est ce qui ressort de l'épisode de l'écuyer qu'il fait chevalier. Cet épisode se situe au moment où Lancelot vient au secours des gens de Logres exilés au royaume de Gorre. Au Pas des Perrons, le fils d'un vavasseur, encore valet, combat aux côtés de Lancelot qui, une fois de plus, a son cheval tué sous lui. Le bachelier lui propose alors le sien :

  • 37 Lancelot, T. II, XXXVIII, §22-23, p. 48.

"Et li vaslés qui s'estoit armés vint à lui, si li dist : "Sire, montés sor cest cheval, kar je sui a vos : si i devés monter miels que un autre (...). Et por Dieu ore me çaigniés l'espee, que je ne muire escuiers. " Et il li çaint, puis monte el cheval et fiert après les autres des espérons et trueve que tuit li sien recroient, por ce qu'il ne le voient mes ne les merveilles que il faisoit. Et il se fiert en els et ataint si le premier de l'espee entre l'escu et l'espaule que li bras a tot l'escu li vole a terre, et li cops descent de tel vigor que il le trenche tot jusqu'en l'arçon derrière. Il sache a lui l'espee et cil chiet a terre ; et il prent le cheval, si l'amaine a son chevalier novel qui est a pié, puis revient a la meslee..."37

32Lancelot ne pouvait pas décemment laisser sans cheval le chevalier qu'il venait d'adouber. En lui procurant sur-le-champ une monture, Lancelot se donne les moyens d'exercer une fonction souvent réservée au roi : promouvoir les jeunes valets au rang de chevaliers. Le tour de force de Lancelot suggère de façon symbolique la complémentarité des deux statuts, celui de roi et celui de chevalier, plus précisément encore la dépendance du premier par rapport au second : où le roi trouverait-il les richesses dans lesquelles puiser inlassablemnt de quoi exercer son devoir de largesse, si des hommes, tels que Lancelot, par leur prouesse, ne les lui procuraient et ne les lui défendaient contre la convoitise d'éventuels agresseurs ?

33Le cheval n'aurait pas de statut particulier parmi les présents susceptibles d'illustrer les largesses royale et chevaleresque sans la symbolique qui lui est attachée. Le cheval étant le symbole du pouvoir que le roi et les hommes de guerre exercent sur le peuple, le don du cheval est un signe de reconnaissance entre le bénéficiaire et le donateur ; il manifeste qu'ils appartiennent à la même classe. Le don du cheval. devoir royal, devient devoir chevalersque dans la mesure où le chevalier assume une part du pouvoir royal,... part du pouvoir royal qui a pu lui être déléguée au cours d'un rituel tel que le don du cheval.

34Mais à l'intérieur de cette classe, le don du cheval constitue un critère pour déterminer une hiérarchie entre les hommes. Celui qui donne avec facilité, plus proche en cela de ce sommet que représente le souverain idéal, est réputé meilleur chevalier que celui qui donne en rechignant.

35Chevalier errant démuni, Lancelot est capable de se procurer la monture nécessaire à l'accomplissement du devoir de largesse, dont le principe lui a été héréditairement transmis par le roi Ban. Le motif du don du cheval n'est alors qu'un des aspects que prend l'ambiguïté fondamentale du roman : Lancelot danger potentiel pour le royaume arthurien est pourtant son meilleur soutien. L'enseignement majeur que l'on peut tirer de l'étude du motif du don du cheval dans le Lancelot en prose, c'est que Lancelot est capable d'accomplir le devoir d'un roi sans disposer de ses richesses.

Notes

1 Cf. Lancelot, T. VIII, XLIXa, §17-30, pp 12-23. Toutes nos citations du texte renvoient à l'édition Micha en neuf tomes, Droz Paris-Genève, 1978-1983.

2 Ibid., §29, p. 21.

3 Ibid., p.22.

4 Ibid., §28, p. 21.

5 Ibid., §25, p. 19.

6 Ibid., §26, p. 20.

7 Ibid., §25, p. 19.

8 Lancelot, T. VII, XXIa, §15, p. 252.

9 Georges Duby, Les trois ordres ou l'imaginaire du féodalisme, Gallimard, 1978.

10 Lancelot, T. VII, XXIa, §15, p. 253.

11 Ibid., §10, p. 248.

12 Ibid., §11, p. 250.

13 Ibid., p. 249.

14 Lancelot, T. VIII, XLIXa, §27, p. 20.

15 Ibid.

16 Ibid. §28, p. 21.

17 Ibid.

18 Lancelot, T. VIII, LIIa, §48-49, p. 71.

19 Ibid., 52, p. 73.

20 Lancelot, T. II, XLVII, §41, p. 186.

21 Lancelot, T. VII, XXXVIIa, §1, p. 398.

22 Ibid., XLVa, §1-2, p. 438.

23 Ibid., XXXVIIa, §2. p. 399.

24 Ibid., XVIIa, §11, p. 448.

25 Cf. Lancelot, T. VII, XLVIIa, §15, p. 450.

26 C'est ainsi que par commodité la critique désigne la partie du Lancelot en prose qui va du chapitre XXXVI au chapitre LXIX et dont le début démarque Le Chevalier de la Charrete de Chrétien de Troyes ; elle correspond au T. II de l'édition Micha.

27 Lancelot, T. II, XXXVI, §20, p. 10. Même prudence (et même opulence ?) chez le Gauvain de Crétien de Troyes. Cf. Le Chevalier de la Charrete, édition Mario Roques, Champion, Paris, 1981 ; vers 254-256 :

"Mes sire Gauvains fu armez,
et si fist a deus escuiers
mener an destre deus destriers."

28 Lancelot, T. II, XXXVI, §21, p. 10. Même impatience de Lancelot chez Chrétien face à un Gauvain qui tarde à lui céder un cheval :
"Et li chevaliers s'arestut
qui mon seignor Gauvain conut,
si dist : "Sire, don ne veez
con mes chevax est tressüez
et tex qu'il n'a mes nul mestier ?
Et je cuit que cist dui destrier
sont vostre ; or si vos prieroie,
par covant que je vos randroie
le servise et le guerredon,
que vos, ou a prest ou a don,
le quel que soit, me baillessiez."
Cf. Le Chevalier de la charrete, éd. cit., vers 237-247. Mais chez Chrétien Gauvain ne va pas jusqu'à demander le nom de celui à qui il donne son cheval et semble échapper du coup à l'accusation de vilenie.

29 Lancelot, T. VIII, XLIXA, §29, p. 22.

30 Lancelot, T. VII, IXa, §7, p. 74.

31 Ibid., 810-11, p. 77.

32 Ibid., §21, p. 85.

33 On se souvient en effet que le roman du Lancelot s'ouvre sur l'usurpation par Claudas du royaume de Ban, le père de Lancelot.

34 Lancelot, T. VIII, XLIXa §18, p. 13.

35 Cf. Lancelot, T.VII, IXa, §22, p. 86 : "Biaus fiex, or ne soiés pas a malaise, car si m'aït Diex, je veul que vous dounés et ronchis et autres choses et vous avrés assé coi."

36 Lancelot, T. II, XXXVI, §21, p. 10 : "... si ert mesire Gauvain armés por secorre la roine et por sievre jusqu'en la terre de Gorre et faisoit mener .II. chevals en destre."

37 Lancelot, T. II, XXXVIII, §22-23, p. 48.

Auteur

Université de Paris X-Nanterre

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540