Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cheval dans le monde médiéval

Le cheval dans la Chevalerie Ogier de Danemarche

Micheline de Combarieu du Gres

Texte intégral

  • 1 J. Bichon, Les animaux dans la littérature française aux xiie et xiiie siècles, Lille 1976. L'aute (...)
  • 2 Une étude sur Guillaume (cycle de Guillaume) et les chevaux soulignerait que, dès le Couronnement (...)
  • 3 Il en est de même dans toute la littérature romanesque dont le héros est le chevalier errant, qui (...)

1Dans sa thèse sur Les animaux dans la littérature française aux xiie et xiiie siècles, J. Bichon note que l'intérêt pour le cheval comme motif littéraire ne se développe guère dans la chanson de geste avant le xiiie siècle1. L'intérêt de cette affirmation, qui pourrait être nuancée2. réside en ce qu'elle va à l'encontre d'une image courante où le chevalier, par définition cavalier, ne se dissocie guère, qu'il vive ou se lise, de sa monture3 : nous associons Roland à Durandal et à Veillantif, mais à (re)lire la chanson, force nous est bien d'admettre que si l'auteur nous décrit la première et nous raconte son histoire, le second n'est qu'une vague silhouette quadrupède dont l'élimination ne marque guère qu'une étape du combat, - à pied comme à cheval, Roland est toujours Roland.

  • 4 La Chevalerie d'Ogier de Danemarche, éd. p. M. Eusebi, Milan-Varèse, 1962.

2La Chevalerie Ogier de Danemarche4 écrite au tournant des 12e-13e siècles illustre bien une évolution encore limitée.

3L'intérêt pour le cheval se montre dans tout le poème par des indications brèves mais dont le nombre est en soi indicatif. C'est ainsi que pas moins de 11 chevaux - 11 destriers - sont individualisés par un nom propre :

  • Baucent 1, cheval de Brahier puis d'Ogier.
  • Baucent 2, cheval de Charles puis de son fils Louis.
  • Blanchar, cheval de Charles.
  • Bonivent, cheval de Sadone (après avoir appartenu au roi "Sodant").
  • Broiefort, cheval de Brunamont puis d'Ogier.
  • Ferrant, cheval d'Ydelon.
  • Morel, cheval de Naime.
  • Pennevaire 1, cheval de Désier (pris par Bertrand).
  • Pennevaire 2, cheval de Béliant (pris par Ogier).
  • Vairet, cheval de Joifroi d'Anjou.
  • Vairon, cheval de Désier.
  • 5 Même si "Vairet" désigne un cheval à la robe "variée" (pommelée) et "Vairon" un animal aux yeux "v (...)
  • 6 Même si Broiefort évoque la forte mâchoire ( ?) de l'animal, car le nom n'est pas courant.
  • 7 Voir index des noms propres dans l'édition citée.

4Mais la Chanson de Rolande comptait déjà dix pour un texte trois fois plus court. Trois noms se retrouvent deux fois5, - y compris pour l'un de ceux qui jouent un rôle important : Baucent 1 sera le cheval d'Ogier dans la dernière partie du poème. Mais la quasi totalité de ces appellations renvoient à une couleur de robe ou à une particularité de cette robe. Et les deux Baucent sont aussi l'un et l'autre désignés comme Li Bauzant. Seuls Broiefort et Bonivent seraient plus singulièrement nommés6. Beaucoup de ces animaux ne joueront qu'un rôle d'utilité, voire seront seulement mentionnés en tant que cheval d un tel ; toutefois, il en est peut-être d'autant plus notable qu'ils aient cependant droit à un nom. Ils ne sont pas tous remarquables à cause de leurs maîtres : certes, les chevaux du héros-titre, de rois ou émirs seront en majorité ; cependant ni Béliant, ni Joifroi d'Anjou, ni Ydelon, ni Sadone n'entrent dans cette catégorie ; le "droit au nom" se répand donc parmi le personnel littéraire équin ; cependant, c'est par dizaines7 que se chiffrent, les personnages humains nommément désignés… la proportion avec les 11 noms de chevaux est donc digne de ces rapports épiques qui font s'affronter les combattants à un contre vingt !

5L'évocation de la "mêlée" est celle des coups, blessures et morts des guerriers. Mais il arrive qu'une place spéciale y soit faite aux chevaux :

Li tans fu caus et solaus con braser.
Et li ceval font lever le porrier ;
tant auferrant veïssiés estanchier
Et tant roncin remanoir estraiet !
vv 3322-25

6Ces quelques vers sont eux-mêmes encadrés par deux mentions concernant Broiefort : la première le montre en même temps que son maître accablé par le nombre des adversaires, avant que tous deux se ressaisissent, l'animal étant montré comme l'outil indispensable de ce sursaut du héros :

A Ogier jostent maint vaillant chevalier,
Mainte grant lance font sus lui peçoier,
Sor son archon le vont sovent plaisier.
Ou voille ou non, li font le roi laissier,
Et Broiefort convint agenoillier.
Li dux le haste des esperons d'or mer,
Et li salt sus, que grans li fu mestier ;
Parmi aus tos se prist a redrecher :
Cui il encontre jus la fait trebuchier.
vv. 3308-016

7La seconde dit comment Ogier doit à Broiefort - et à Dieu - de pouvoir échapper à ses ennemis grâce aux qualités de "nageur" de son destrier :

S'en vait li dus.
Droit a une eue dont parfunt sunt li bié :
Grans fu et lee, si fist a resognier.
La vint pognant li bons Danois Ogier,
Ens se feri a coite de destrier.
Li ceval noe qui ben en fu maniers ;
A l'autre rive si se prist au gravier.
Quant il vint autre, Dex prist a gracïer,
Issi escape li bons Danois Ogier.
vv.3327-335
Voir aussi un autre exemple en vv.3293-94.

8On a donc là une trentaine de vers d'affilée consacrés, en fait, aux chevaux. On voit aussi que, dans la bataille, ils attirent le regard des combattants qui ne s'attarde pas seulement sur l'adversaire humain à affronter :

Tot fussent mort li cuvert souduiant
Quant lor sailli Danemons li tirans.
Callot regarde, s'a conut Bonivant.
Un bon ceval qui fu au roi Sodant ;
Sadones l'ot amené ens el camp.
vv. 1963-67

9et qu'on cherche systématiquement à s'emparer d'eux, volonté qui n'est pas sans influer, parfois, sur le cours de la bataille : monté sur Broiefort, le païen Brunamont sort de Rome et passe le Tibre à gué :

Point le ceval, si est ferus es gués,
E li cevalx l'en a outre porté.
vv. 2438-39

10pour affronter cinq ducs chrétiens de retour de la chasse. Il désarçonne d'abord Gui :

Prist le ceval, au resne l'a cobré,
Arier retorne, qu'il s'en quida raler.
vv. 2454-55

11mais doit faire face aux autres bellement montés eux aussi :

E li dux Namon laissa Morel aler,
Et Ydelons fait Ferrant randoner,
Joifroi d'Angiou li Vairet afilé,
On soloit dire en France n'avoit tel,
vv. 2457-460.

12Mais le meilleur cheval en France n'est pas le meilleur en pays sarrasin :

Et Brunamont s'en va tot ayrés ;
Se cil en destre li peüst tost aler,
Con faisoit cil sor cui il iert montés,
Ne fust bailliés por home qui fust nés.
vv. 2461-64

13Serré de près, le païen laisse donc aller le cheval conquis (vv. 2465-66) pour se rattraper aussitôt avec celui d'un dernier adversaire qu'il rencontre sur son chemin :

Prist le ceval per le caufrain doré,
Dessi au Toivre ne fest pas arester…
vv. 2472-73.

14Un pittoresque incident, fort imprévu, et basé sur l'attitude du cheval, permet finalement à Brunamont de récupérer le premier animal conquis :

Plaist vus oir du bon ceval Guimer,
Coment diable l'o quel jor encanté :
Por le ceval que il en vit mener
A si le jor Brunamont enamé
Que unques Franc nel porent retorner
Qu'il ne ferist a plain ellait es gués.
Li paiens garde, vit le destrier noer,
Tant l'atendi qu'au resne l'a cobré :
Ensi s'en va, si en mena dus tes :
N'avoit en l'ost gaires millor remés.
vv. 2475-484.

15Le Sarrasin présentera en parallèle à l'émir le résultat de son combat :

"Dus cevalers i ai mors au jouster,
Dus bons cevals vos en ai amenés"
vv. 2492-93.

16On retrouvera cette scène de la conquête du cheval, mais, prestige du destrier arabe oblige, plutôt illustrée en sens inverse. Les deux chevaux d'Ogier - après celui donné pour son adoubement, qui restera anonyme - Broiefort et Baucent 1 - auront l'un et l'autre été convoités et conquis sur des adversaires païens. Face à Brunamont, ce que veut Ogier, c'est son cheval et non son armure ou ses armes pourtant elles aussi flatteusement présentées. Il semblerait même qu'il en oublie de considérer le cavalier qu'il va pourtant devoir affronter, et que du couple homme/cheval, il ne voie littéralement plus que le second. La présentation du poète rend bien cette sélection opérée par le regard : l'approche de Brunamont monté sur Broiefort "efface" peu à peu le premier aux dépens du second :

A ces paroles, rois Brunamons s'en torne,
Dessi au Toivre ne s'aresta il unques.
Point le ceval, si se feri en l'unde,
E li ceval l'enporta tot droit outre ;
Unques la sele n'en molla ne la crupe.
vv. 2777-781

17aboutit à :

E li Danois le bon destrier golose :
"Dex, dist il, pere qui formas tot le monde,
Se toi plaist, sire, cel bon ceval me done !"
vv. 2782-84.

18La laisse suivante reprend en l'accentuant ce paradoxe : le chrétien ne prie pas Dieu de lui donner la victoire qui lui permettrait d'éliminer un païen, mais de lui accorder la possession de son cheval :

Dex, dist il, pere qui tos dis fus et iers.
Tot sain e salf me rendés cel destrier.
Qu'il n'i soit ne navrés ne plaiés.
Qu'en la cort Kallon je m'en pusse proiser"
vv. 2786-89.

19Au demeurant, le combat lui-même, longuement narré (laisses 83-90), se déroulera sous des auspices plus habituelles (prouesses des deux guerriers, prières à Dieu, etc.)… et Broiefort n'y jouera aucun rôle particulier ; sa capture même, finalement, par Ogier vainqueur, n'occupera que deux vers et s'accompagnera de celle de l'épée :

Il prist l'espee dont a or fu li pons,
Et le cheval que il convoitoit plus
Que nule riens qui ja soit ne ainc fu
vv. 3004-06.

20Cela pourrait paraître décevant, mais sert à bien montrer que le cheval peut devenir motif plus ou moins pittoresque et important sans occulter pour cela de plus vieux enjeux.

21La conquête de Baucent 1, cheval de Braihier par Ogier (pp. 424-25) est plus largement détaillée. Broiefort tué (vv. 11005 sq.) doit poursuivre le combat à pied et finit par l'emporter (v. 11156). Mais voici qu'il entend à quelque distance les cris d'une jeune fille. Pour aller à son secours, il tente de s'emparer du cheval de Braihier - dont celui-ci a d'ailleurs vanté les qualités - :

Dist li païen : "Il (=Broiefort) ne valoit un gant
Anvers celui qui en cel pre m'atant ;
Ainc ne veistes si fort ne si corant"
vv 11015-17

22commence par y échouer car l'animal se dérobe (vv. 11169-171), jouant donc un rôle actif dans l'épisode ; cela désole d'autant plus Ogier que surgit un parti de païens qui entend bien s'opposer à cette capture. A la lamentation et aux vaines tentatives d'Ogier :

"N'ai palefroi ne destrier de Castele ;
Jel secorusse. coment que fust de perte"
Et voit Bauçant qi s'enfuit les un tertre
Li dux le sielt et achaine et apele.
vv. 11199-1202

23s'oppose le groupe des païens qui réussissent, eux, à arrêter 1 animal (v. 11206) et l'identifient comme étant celui de Braihier : on ne reconnaît plus l'animal à son cavalier mais on identifie le cavalier, ici mort, à sa monture (vv. 11207-212). La possession du cheval devient alors l'enjeu d'un véritable combat :

Es vus Ogier qi envers aus s'eslesse,
Et lor escrie : "Traitor de put ere,
Ne l'enmenrés, ançois i aura perte !
Dist l'uns a l'autre : "C'est, per Manon, un lere !
Il l'a enblé au roi qi est de Perse.
Or tost a lui ! si li copons la teste !"
vv. 11213-18.

24Ogier, vainqueur, demeure le (nouveau) maître du cheval :

Bauçant gerpirent a la doree sele
Li dux Ogier le saisi par la resne,
Par l'estrier monte plus tost d'une arondele,
Pus laisse corre par devers la praele :
Plus tost li cort que quarriaus qi deserre.
vv. 11229-233.

25La longueur du passage dénote l'intérêt porté au cheval, qui s'affirme encore dans la suite de la séquence où, à nouveau, Ogier s'empare d'un destrier - Pennevaire 2, la monture de Béliant -, la capture du cheval complétant quasi nécessairement, signant en quelque sorte, la défaite et la mort de l'adversaire :

Permi le cors li mist le gonfanon
Vuide remest le sele et li archon.
Prist Penevaire per la resne a bandon.
vv. 11477-79.

26Comme on le voit, le motif tend même au stéréotype (ce qui le rend peut-être d'autant plus intéressant pour notre propos) et ce cheval, comme avant lui Baucent, comme déjà Broiefort, est superlativement remarquable :

"Dex, dist Ogier, per ta salvacion.
Or ai ceval, ainc plus bel ne vit hon".
vv. 11480-81

27Ogier est-il donc en voie de se constituer une écurie ? Non, car ce qui est en train de se développer est le motif du couple homme/cheval dans lequel le second élément n'est pas interchangeable, sauf si sa mort rend son remplacement nécessaire. Donc, si beau que soit Pennevaire, dans la mesure où le couple Ogier/Baucent vient de se constituer, une variante Ogier/Pennevaire est impensable : le cheval nouvellement conquis va donc avoir une autre destination. ou plutôt deux : celle, plus lointaine, à laquelle Ogier le voue (le donner à Charles : v. 11482) ; l'autre, plus immédiate, qui va entraîner une plus originale association entre la femme et le cheval. En effet, la jeune fille au secours de laquelle Ogier s'est précipité au galop de Baucent, se trouve dans une situation des plus critiques, ainsi que son défenseur, vu le nombre des païens qui se trouvent là. Ogier va donc rester en arrière, protégeant la fuite de la jeune fille et retardant la poursuite de ses adversaires, tandis que celle-ci verra son salut assuré par les qualités de Pennevaire :

"Naie, dist il, loés en soit Jhesus ;
Gaagnié ai cest bon destrier gernus
Desous un roi qi la gist estendus
Plus isnel n'ot ne amirais ne dus.
Montés i bele, si en oire plus seürs"
Entre ses bras l'a embracié li dux ;
Soef l'asiet en la sele desus
De Penevaire qi cort con cers ramus.
vv 11504-511.
Cf. aussi vv. 11652-662.

28On voit aussi, un des hommes de Charles, convoiter Pennevaire 1, le cheval du roi Désier. Comme il n'est pas dans le camp des héros positifs, le motif est caricaturé : il n'y a pas combat entre deux chevaliers, Bertrand n'a qu'à se débarrasser d'un ecuyer préposé à la garde de l'animal :

Il le saisi par le caufrain d'or mer,
Dedens le gué a boté l'esquier,
Que l'eue froide li raclot sus le cief ;
Ainc autrement ne le digna tocier :
Per les deux resnes a saisi le destrier,
Sel delivra Ponchon, son esquier.
vv.4613-18

29Enfin, l'intérêt pour le cheval se montre tout simplement dans le fait qu'on le décrit, traitement jusqu'alors surtout réservé à l'épée dans l'armement du chevalier. Certes, nous en saurons (encore) plus sur Cortain que sur Broiefort. Cependant apparence et qualités de l'animal seront mentionnées :

De tel ceval n'oïstes mais parler :
Joule polains, .III. dens ot jetés ;
Il fu tous noirs s'ot le front estelé.
La jambe ot plate, si ot le pié copé ;
Ja por montaigne nel convenra suer.
Por .III. jors corre ne l'estuet arrester,
Ne l'en batront li flanc ne li costé.
vv. 2420-24.

30Et ce n'est pas un privilège réservé à la monture du héros-titre. Il en sera de même pour Pennevaire 1, cheval de Désier :

Noire ot la teste com more de morier
Et blanc le col conme flor d'aglenter,…
C'est Pennevaire, n'ot tel ceval sous ciel…
vv. 4597-4605

31et pour Pennevaire 2 :


Sus Pennevaire qi cort de tel randon ;
Plus tost l'enporte qe faus après hairon ;
Autressi bruit con un alerion,
Unques ne fu cevalx de sa fason
Noire ot la teste et verniel le grepon
Plus que ne soit ne sans ne vermillon ;
L'un costé inde et les ars environ,
L'autre costé ot plus blanc d'un colon
La teste ot magre, le col gros et reond,
Les crins gotés con penne de paon,
Qi plus reluisent qe or fin ne laiton…
vv. 11454-464.

32Ces descriptions s'orientent dans deux sens différents.

33L'un tout en consacrant quelques éléments touchant à ce qu'on pourrait appeler le "portrait physique" de l'animal, insistera sur ses qualités. Compte tenu de l'esthétique de l'hyperbole pratiquée par 1 épopée (cf. par exemple vv. 2420, 4605), on peut parler d'une tendance réaliste. Ces qualités seront bien celles qui font de lui un bon cheval de guerre : la rapidité (v. 4611, vv. 11454-55), la force (v. 4611) et l'endurance (vv. 4224-26). Et ce sont bien celles que l'on verra mises en œuvre dans le poème.

34La rapidité à l'état pur interviendra assez peu, - un destrier n'est pas d'abord un cheval de course. Elle joue un rôle dans les charges contre l'adversaire mais elle s'y combine avec la force nécessaire pour supporter le poids du cavalier lourdement armé et surtout le choc de l'adversaire, les formules récurrentes du type :

Prist Broiefort, en la sele resalt
Forment le broce de l'esperon pognal,
E fiert le roi sus son elme a cristal.
vv. 5140-42.

35Les développements un peu plus étendus comme celui-ci :

Vers aus adrece Broiefort l'alosé,
Et cil li vienent qi petit l'ont douté :
Ogier ferirent, ne l'ont pas deporté,
Que li ont le blanc hauberc fausé
Dex le gari quant mort ne l'ont jeté :
Fors des arçons nel porent remuer.
vv. 5703-08

36traduisent cette alliance. Peut-être est-ce dans le cas de Pennevaire 2, monté par la jeune fille en fuite pour échapper aux Sarrasins que se manifeste le mieux (guère de poids à porter, pas de choc à soutenir, course non prolongée) la qualité de rapidité d'un cheval, qui ne joue plus d'ailleurs le rôle exact du destrier.

37La force, c'est la qualité qui le rend capable de supporter le poids du cavalier et non un poids inerte, mais qui s'augmente de la contraction des muscles et de l'effort demandé. Elle est implicitement évoquée, lorsqu'il est question, dans le duel ou la mêlée, de charges et joutes à cheval (à titre d'exemples, à propos de Broiefort, voir vv. 6766, 6850, 6965 sq, 7150, 7172). Le motif est longuement illustré dans un passage qui a pour but de souligner la primauté de Broiefort en la matière. Après plusieurs années de captivité, Ogier se voit prié par l'empereur de combattre à ses côtés pour défendre la chrétienté attaquée par les Sarrasins. Il réclame Broiefort dont on ignore ce qu'il est entre temps devenu. On propose donc au héros plusieurs chevaux qu'il va tester successivement et qu'il refusera pour insuffisance. Il se contente pour cela de faire peser sur eux tout son poids. même le (pourtant) fameux Pennevaire 1, n'y résiste pas :

Dont li amainent le bon corant destrier.
Ogier i salt, estrier n'i valt baillier
Gros fu et cras, si ot le cors plenier,
X. piés de lonc avoit le chevalier ;
Grans fu li fait quant el ceval s'asiet,
Que contre terre l'a fait jus trebucier.
Ogier le voit, le sens quide cangier :
"Hé ! Broiefort ! ce dist Ogier li fiers,
Quant t'ai perdu, ne me sai consillier :
La moie force mais ne valt un denier"
vv. 11106-118

38On lui amène alors les dix meilleurs destriers que l'on puisse trouver. Le premier fléchira de la même façon et un coup de poing d'Ogier le mettra littéralement à genoux (vv. 10125-130). On peut supposer que les neuf autres connaîtraient le même sort si, entre temps, un chanoine mieux inspiré ne venait dire qu'il a une idée de ce que Broiefort a pu devenir. Sans quoi, écœuré. Ogier se préparait à aller au combat à pied :

"Or ça mes armes ! sans plus del atargier ;
A pié irai, ja n'i menrai destrier"
vv. 10120-21.

39En effet retrouvé, Broiefort, lui, supportera le poids et l'effort de son maître :

Au bon ceval en est venus errant,
Desus la crupe mist son bras maintenant,
Per grant vertu et s'i apoia errant ;
Ainc ne ploia, ne flesqui tant ne quant,
Contre le fais recroissoit l'auferant.
vv. 10243-47

40Enfin, combiné de force et de rapidité, c'est l'endurance qui est surtout demandée. Les combats sont longs et longues, parfois, les poursuites. Sans doute est-ce cette qualité qu'Ogier appréciera le plus chez Broiefort lorsqu'il sera interminablement pourchassé par les hommes de Charles, de place-forte en place-forte chacune se fermant à son tour devant lui :

Des ! con l'enporte Broiefort le corsier !
v. 6310
Va s'ent Ogiers a coite d'esperons
Sus Broiefort qui li cort de randon
v. 6408-09
Cf. aussi vv. 6486 sq, 6558, 6587.

41A lui seul, il suffit à Ogier alors que Charles est obligé de changer de cheval à chaque étape (vv. 5924-25). Le nombre des occurrences souligne le caractère haletant de cette poursuite pendant laquelle le salut du cavalier est suspendu à l'endurance de sa monture, car, pour lui, il n'y a pas possibilité de la renouveler. On comprend que, pour Ogier, la formule "Tant con je pusse sus Broiefort monter" (v. 4541) soit une façon de dire "de mon vivant" mais aussi "du vivant de Broiefort".

  • 8 Dans la Conquête de Jérusalem, Plantamor le cheval de Cornumaran est décrit de la même façon.

42L'autre sens que peut prendre la description est une orientation qui a quelque chose de fantastique. C'est le cas de Pennevaire 2, cheval au pelage varié, mais non pommelé ni pie, - termes réalistes - très exactement multicolore8, bien que, tout doué qu'il soit, l'animal ne soit nullement un animal-fée, non plus qu'aucun des destriers déjà cités, - c'est une constante de La Chevalerie Ogier.

43On voit donc que l'intérêt pour le cheval se manifeste à la fois dans l'introduction et le développement de motifs qui le mettent en valeur tout en se situant à l'intérieur de limites restreintes et dans la plus longue considération du couple Cavalier/Cheval qui est illustré quasiment tout au long du poème avec Ogier/Broiefort, puis, après la mort de celui-ci, avec Ogier/Baucent.

44Convoité et conquis de haute lutte sur le païen Brunamont, Broiefort devient aussitôt "le" cheval d'Ogier. Ayant trouvé avec "Cortain' son épée, le héros se trouve donc en puissance d'une arme et d'une monture sarrasines, - l'épée, celle de Karaeus lui ayant été donnée par celui-ci. (Cortain et) Broiefort demeureront ses auxiliaires. Ce terme me paraît les cantonner dans leur juste place. L'une mieux mise en valeur dans l'affrontement, l'autre, dans la fuite et la poursuite, et bien sûr, en particulier, dans la longue séquence, coupée de batailles et de haltes au cours de laquelle Ogier fuit devant Charles depuis Laon jusqu'à Castel-Fort après le meurtre de Lohier, le neveu de la reine. C'est grâce à Broiefort qu'il peut sortir de la ville malgré l'ordre de l'empereur aussitôt donné (vv. 3233-34) auquel s'oppose :

Et li amainent Broiefort son destrier.
Li dux li monte, ou il n'ot que corcher,
Et jure Dieu li pere droiturer,
Qu'encor fera li rous Kallon irier.
Fors de Loon issi sans atargier ;
Li rois le vit, vis quida erragier.
vv. 3256-560.

45Mais son rôle n'a rien de "merveilleux ", et n'est pas exclusif. Le héros, est aidé dans sa fuite par nombre d'hommes qui le protègent contre le premier assaut de ceux de l'empereur (vv. 3237-3254), lui apportent ses armes (v. 3255), et lui amènent Broiefort tout sellé (v. 3256). Dans la suite, le rôle de Broiefort, est toujours relativisé. Il permet à Ogier de rester en vie, mais pas de triompher. Par exemple, à peine la poursuite engagée, Charles le rattrape et les deux hommes s'affrontent à cheval. Ogier ne tarde pas à prendre le dessus sur l'empereur (v. 3304) mais celui-ci est secouru par ses hommes qui contraignent Ogier à renoncer ; Broiefort lui aussi est en difficulté :

Ou voille ou non, li font le roi laissier,
Et Broiefort convint agenoillier.
vv. 3311-12

46et si maître et cheval se ressaisissent aussitôt :

Li dux le haste des esperons d'or mer,
Et li salt sus, que grans li fu mestier ;
Permi aus tos se prist a redrechier.
vv. 3313-15

47c'est seulement pour parvenir à percer les rangs ennemis qui les entourent et à fuir (v. 3327). Ou bien, s'il sauve la vie de son maître en franchissant à la nage une rivière dangereuse (vv. 3328 sq) et si l'auteur note son habileté :

Li ceval noe qui ben en fu maniers.
v. 3332

  • 9 Broiefort traversera le Rhône à la nage avec Ogier sur son dos, ce que d'autres chevaux n'ont pu f (...)

48il ajoute aussitôt que, la traversée accomplie, Ogier "prist Des a gracier" (v. 3334)9. On voit donc que, si le héros réussit) échapper aux Français (v. 3335) qui renoncent à le poursuivre (v. 3336), Broiefort n'est pas seul en cause.

49Cela dit, au fur et à mesure que la chanson s'avance, il semble que le cheval reçoive un traitement plus valorisant. Par exemple (vv. 5478 sq), on voit Ogier jeté à bas de son cheval par des adversaires trop nombreux ; Broiefort s'enfuit (v. 5484), mais ce n'est pas qu'il abandonne son maître, c'est pour éviter d'être capturé : rattrapé, il "fera face" et ce vocabulaire anthropomorphique indique qu'ici s'esquisse, parallèlement à l'histoire du guerrier, celle du cheval devenant personnage et acteur du combat à part entière :

Et Broiefort s'enfuit tot un pendant,
Prendre le quident plus de C. Alemant.
Qui donc veïst li destrier auferrant
Car il rejete et deriere et devant !
Trois esquiers jeta mors maintenant.
Et les cevals ne va pas espargnant :
.V. en abat qi mais n'iront avant.
Dist l'uns a l'autre : "Car le laissons atant,
N'en prendrons mie : a malfés le conmant"
vv. 5484-492.

50Laissé à ses seules forces, Ogier s'épuise et regrette la perte de son cheval. Equus ex machina :

Berron regarde en la grant presse arier,
Et vit venir le bon ceval corsier,
Ou va querant son bon signor Ogier
vv. 5546-48

51La laisse suivante (136) reprend ces données et accentue le rôle des chevaux en général et de Broiefort en particulier. Berron, venu à 1 aide d'Ogier, commence par abattre un Français pour lui prendre son cheval et permettre au héros de retrouver une monture (vv. 5449-557). Dominant ainsi quelque peu la situation, celui-ci n'a d'yeux, au milieu de la presse des ennemis, que pour Broiefort au secours de qui il s'élance :

Voit Broiefort enmi la praierie.
Ou l'asaloient li serjant de masnie ;
Ogier le voit, a poi q'il ne marvie :
Cele part point le destrier de Sulie,
Tos entendus ciet en la praarie
"Dex, dist Ogiers, dame sainte Marie,
Que porrai faire ? Soies moi en aie !
E Broiefort, che dist Ogier meïsme,
Se je vos pert, n'ai conforten ma vie".
vv. 5558-566.

  • 10 Le corollaire de cette expression se trouve dans Renaut de Montauban où Bayard reconnaît Renaut "p (...)

52Certes, l'intention d'Ogier est intéressée. Et sa prière aussi. Ce serait déjà dire l'importance de Broiefort à ses yeux. Mais, le v. 5566 ne me parait pas se référer à la seule utilité de l'animal pour son maître, - on pourrait l'écrire d'un ami, que l'on apprécierait comme compagnon de combat mais que l'on aimerait aussi pour lui-même. L'aspect "amical" et "humain" de cette relation est également présenté du point de vue du cheval dont il est dit non, banalement, qu'il reconnaît son maître - ce qui va de soi pour un cheval dressé - mais10 :

Mix le connut que nus vallet s'amie
v. 5570.

53La prière pour avoir le cheval (vv. 2785 sq) devient donc une prière pour le garder, mais, aussi une prière pour le cheval. En tout cas, il est net qu'Ogier ne va pas, dans cette séquence, sans Broiefort : un autre destrier (Berron lui en a fourni un) ne saurait lui convenir. De même que le "valet" distingue son "amie" parmi toutes les femmes. et que, dans le plus heureux des cas, cela est réciproque, voici que se reconstitue, dans la volonté clairement exprimée des deux, le couple Ogier/Broiefort :

Plus tost s'eslaisse que nus cerf en gaudie,
Vint a Ogier. s'a la presse partie ;
Ogiers i monte, Dame Deu en merchie.
vv. 5571-73

54Mais un autre épisode, par une présentation plus "normale" des choses, limitera la portée de celui-ci. S'il utilise le mot "mervillus", il lui donne une portée hyperbolique qui reste en deçà du registre du miracle :

Le ceval vit son signor aproichier,
Ben le conut, si a graté dou pié ;
Sanllant li fait et mervillous et lié
vv. 6237-39

55et Broiefort a d'abord la reconnaissance du ventre pour celui qui l'a nourri : les deux vers précédents rappellent le fourrage mangé avec tant de contentement par l'animal affamé. Les réactions au discours d'Ogier le sont à la voix du maître plus qu'à son contenu :

Li ceval l'ot, si a havé du pié,
Fronque et henist, si a haucé le chief,
Si se demaine com entendist Ogier ;
Li dux le voit, Deu prist a gracier
N'ot mais tel joie pus q'il fu chevalier
vv. 6240-54
Voir aussi vv. 10273-75.

56Ogier selle lui-même Broiefort - mais comment pourrait-il en être autrement puisqu'il est seul ? -, et lorsque le texte parle de "Broiefort que il per ot tant chier" (v. 6262), il s agit plus d'un hommage reconnaissant et fondé rendu à la valeur de l'animal, que de l'expression d'un attachement purement amical.

  • 11 Dans une situation comparable, Bayard frappait du sabot l'écu de Renaut.

57Au cours de l'épisode suivant, Ogier va décidément sauver la vie à son maître, en agissant de son propre chef. Croyant être hors de vue de ses ennemis, Ogier "aresne" son cheval, se désarme, panse ses blessures et s'assoupit de fatigue (vv. 5749 sq). Son odorat permet à l'animal de détecter l'approche de l'ennemi (v. 5757). Plus exactement, l'odorat permet à un animal de percevoir l'approche d'autres animaux ou d'hommes mais d'ennemis ? Car le texte laisse bien entendre que le cheval ne se comporterait pas comme il va le faire s'il s'agissait d'amis de son maître. Comportement qui continue d'être animal : il hennit, gratte la terre du sabot, secoue bruyamment la tête (vv. 5758-59). Devant l'inertie d'Ogier profondément endormi, il persiste (vv. 5760-64), puis en vient à un mode d'intervention moins naturel11 :

Bee la gole, si a saisi Ogier
Per le coler du blanc hauberc dobler.
Si qu'il fist le quir desous trancer.
Tant le obie qu'il l'a fait esviller.
vv. 5765-68.

58Une sorte de conscience s'éveille en Broiefort. mais elle pourrait bien être la marque de l'intervention divine dans l'événement.

Se Dex n'en pense, ja iert tous detranchiés.
Car cil l'aprocent qin ont grant desirier
De lui ocirre, graver et damagier.
w. 5754-56

  • 12 Par exemple, Broiefort ne reçoit pas le don de la parole, ni celui de la comprendre.

59écrivait préalablement le trouvère. S'il en est ainsi, on voit à la fois comment l'intervention de Dieu s'inscrit à l'intérieur de la nature même de l'animal qu'elle infléchit sans la dénaturer12 et comment Broiefort n'est pas en lui-même un animal merveilleux, instrument qu'il est ici du salut d'Ogier entre les mains de Dieu dont ils sont l'un et l'autre créatures ; on comprendra aussi comment ce Broiefort à qui il ne manque en effet, dans cet épisode, que la parole, n'est en règle générale par ailleurs que le coursier rapide et endurant qui permet à celui qui le monte de distancer ses ennemis, après lui avoir aussi permis de faire preuve de toute sa valeur dans la bataille.

60Bataille dans laquelle il peut aussi être en quelque sorte "passif : dans l'épisode commenté, Ogier, enfin réveillé, se met en selle mais ne tarde pas à être désarçonné (vv. 5792-93) et réduit à fuir (vv. 5830-31).

  • 13 Il y aurait une comparaison à faire avec Bayard qui, dans le lieu des fées, la forêt d'Ardenne, en (...)

61Cet épisode a lui aussi un caractère exceptionnel. Plus loin dans la chanson et dans des circonstances comparables, Ogier ne sera pas tiré de son sommeil par Broiefort et tous deux seront faits prisonniers (w. 9136-9408). Au demeurant, Broiefort est si peu un animal merveilleux que sa résistance ne l'empêche pas de connaître l'épuisement : il lui suffit de rester trois jours sans manger pour atteindre ses limites13, et les coups d'étrier d'Ogier ne serviront évidemment de rien :

A Ogier vint un mervillous damage,
Que ses destriers per desous li lasque ;
Tant ot corut per val et per praage,
Et per rochiers, per plain et per boscage.
N'est pas merveille, se Jesu ben me face,
Trois jors ne mange avainne ne fraage.
Ogiers li broce, mais ne li valut gaires,
Del pas nel pot jeter, s'en ot contraire.
vv. 5953-960.

62La réaction du héros, fonction de l'ugence de sa situation, est celle de l'homme qui se voit privé de l'appui escompté :

Moult fu li dus dolans et corociés
Quant Broiefort est sous lui estanciés ;
Et Kallemaine le siet tos enlaissiés,.
vv. 5963-65

63il ne s'agit pas de tristesse et de douleur "pour" le cheval, mais pour lui-même. Le "regret" (v. 5977) auquel donne lien l'état de Broiefort comporte bien un éloge pour les services rendus par 1 animal et un satisfecit sans nuance :

"Ha ! Broiefort ! dist li Danois Ogier,
En tantes coites m'avés eü mestier.
Ainc mais nul jor ne vos vit estancier ;
Si m'aït Dex, ne vos puis blastenger.
Ben a trois jors que ne vos vi mengier".
(vv. 5978-582

64mais se termine en lamentation sur son maître lui-même (vv. 5983-85). Fort opportunément, le héros se retrouve au pied d'une place-forte où il parvient à se réfugier, avec Broiefort (vv. 5591 et 5594) ; son premier soin sera de faire l'inventaire des vivres pour lui (vv. 6024-26) et pour son cheval (v. 6027). Or, le trouvère nous retrace en ces termes ce qu'il projette de faire :

"Je m'en istrai demain a l'esclarier,
Trestos armés et trait le brant d'achier,
Sus Broiefort, s'il se puet mais aidier
Se n'ai ceval, ançois irai a pié".
vv. 6226-29.

65L'attention portée par le héros à l'animal ne se distingue donc guère ici de la perspective de l'action qu'il entend mener. Il en sera de même au cours du même épisode quand il le nourrira (vv. 8313 sq, 8502-05), vérifiera ses fers (vv. 8315-17, 8499-8501). Le long discours qu'il (lui) tient, se parlant sans doute plus à lui-même qu'à l'animal - car rien n'indique qu'il pense en être compris - marque bien les raisons et les limites de son intérêt pour le destrier :

"Cevals, dist il, tant estes bons e chier,
Ainc ne fu beste tant fesist a proisier ;
En tantes coites m'avés eü mestier :
Se me fallés. je n'ai nul recovrier :
Porrés vos mais vestre signor aidier ?
Se mes fallés, je n'ai nul recovrier :
En tot le monde nul home ne m'a chier ;
Et s'en i a la defors .C. milliers,
De moi ocire se sont tot afichié"
vv. 6242-49.

66Ogier pense à sa vie, non à celle de Broiefort. Finalement, peut-être sont-ce les gestes plus que les paroles qui donnent une dimension affective à l'attitude du héros :

Et li Danois le vait aplanier
Les dus costés et la crupe derier
vv. 6240-41.

67Pittoresque enfin, mais revenant sur l'idée du cheval utilisé comme un simple outil de défense par l'homme, l'épisode où Ogier, voulant faire croire à Charles que Castel-Fort est solidement défendu, installe sur les créneaux des mannequins dont les cheveux ont été taillés dans la queue de Broiefort :

A Broiefort son destrier est venus.
Prist de la cuee que mervillose fu ;
Il le recope et les crins a tondus,
Barbes en fist a ses homes de fust,
Et les gernons sors, bauçant et canus.
vv. 8335-39

  • 14 Certes, Maugis, dans Renaut de Montauban, n'hésite pas à déguiser Bayard en rosse boîtillante, mai (...)

68Aucune hésitation à mutiler l'animal, tant que ce qui fait sa force guerrière - utile - n'est pas en cause14.

69Pendant le temps d'emprisonnement d'Ogier, Broiefort ne deviendra pas le destrier d'un autre chevalier. Mieux, les deux personnages connaîtront un sort comparable : l'un et l'autre seront mis à l'écart de l'univers de la chevalerie, l'homme dans les prisons de Turpin, l'animal donné à l'abbé Baudoin de Meaux (v. 10148). L'un et l'autre sont humiliés dans cette situation : Ogier est privé de liberté, empêché de mener sa vie de chevalier, le destrier, lui est dégradé en "roncin" (v. 10157) : on lui fait transporter des pierres (v. 10158) et de la chaux (v. 10180) ; il a tout le poil pelé (vv. 10181-82) et la queue tondue (v. 10183). Mais cette humiliation ne les atteint que superficiellement. Ogier, après cinq ans de prison, lavé et baigné, redeviendra semblable à lui-même (laisse 214) ; de même Broiefort ne changera guère fut-ce d'apparence : le chanoine qui renseigne Turpin quand on se met en quête de l'animal, déclare l'avoir vu, et donc reconnu, il y a peu de temps (laisse 217) et dès que Naime l'apercevra dans les rues de Meaux, il en fera autant :

Et vit venir Broiefort l'arragon,
Ou il traioit le caus et le moilon ;
Pelés avoit les costes environ,
Et tot le cos et les arc dusqu'an son
La cue avoit tondue dusq'u bout ;
Tel fais amaine de caus et de moilon
Ne le traïssent .III. destrier gascon.
Namon le mostre a Turpin le baron ;
"Voiés, dis til, por Dieu et por son non,
Quel fais amaine cil destrier arragon !
Ben resanlle Broiefort l'arragon".
vv. 10179-189

70Malgré son mauvais état apparent :

Mult per fu maigres, le quir n'ot pas entier,
Car li limon li ont fait escorchier
vv. 10223-24

71sa force ne l'a pas abandonné : c'est, au poids même de la charge qu'il traîne que Naime le reconnaît ; reconnaissance paradoxale (Broiefort n'est pas un "roncin" !) mais qui montre l'animal resté le même dans un rôle différent. L'attendrissement de Naime (vv. 10225 (26) naît, me semble-t-il, non pas d'une considération du cheval maigre à la peau écorchée mais du noble destrier ainsi extérieurement dégradé. Un équipement digne du cheval de bataille qu'il est resté lui rendra une partie de sa belle apparence : la selle et le frein vont remplacer le licol (vv. 10254 sq), l'or et la soie le pareront comme il le mérite, et le "paile" (v. 10246) dissimulera sa pelade. Ogier n'en regrettera pas moins ce qui subsiste en lui du "roncin" :

Ogier le vit, se en fu liés assés,
Mail mult li poise de ce qu'il ert pelés
vv. 10261-62

72Mais ce qui fait Broiefort - sa force - subsiste bien : de tous les chevaux présentés à Ogier, il est le seul à ne pas plier sous son poids.

73On a là une séquence de 250 vers (vv. 10030-10285) qui est consacrée aux retrouvailles d'Ogier et de Broiefort. Cette importance quantitative est renforcée par une mise en valeur structurelle. Pour aider le roi dans sa lutte contre l'envahisseur sarrasin, le héros demande qu'on lui rende l'armure dont il était revêtu au moment de sa capture, ses armes (dont l'epée Cortain) et son cheval (vv. 10044-45). A prendre les choses au pied de la lettre, si Broiefort, seul, va faire problème - d'où la longue séquence de quête mentionnée -, c'est parce que Turpin a conservé l'armement du prisonnier ("en mon trésor", v. 10051), alors qu'il ignore ce qu'est devenu le cheval, et qu'il le croit mort depuis trois ans (vv. 10053-54). Mais, littéralement parlant, si le cheval est le seul à avoir disparu, c'est parce que l'auteur veut montrer l'importance qu'il revêt pour Ogier, au détriment du reste de son équipement, et de l'épée. L'annonce de la mort possible du destrier désole le héros, - le mot n'est pas trop fort quand on voit ses manifestations de chagrin :

Ogier l'entent, a poi n'est forsenés.
Qui dont veïst le Danois d'autre mer
Tant durement de ses biaus elx plorer
Et docement son ceval regreter !
vv. 10055-59

74Avec l'adverbe "docement", le registre de l'affectivité affleure, mais pas plus car le "planctus" remet les choses à leur vraie place :

"Mené vos ai en maint estor campel,
Mult deveroie caus aîr et grever
Qui moi e vos ont si fait desevrer".
vv. 10061-63

75S'il regrette leur séparation après tant de combats, et alors même qu'il s'apprête à en mener un autre, c'est parce qu'il appréhende toujours Broiefort comme un outil particulièrement efficace de ses victoires passées, qui risque de lui faire cruellement défaut pour l'avenir. Il est prêt d'aillerus à accepter toute autre monture qui ferait son affaire :

"En la bataille ne me verrés entrer
Se n'ai ceval ou me pusse fîer".
vv. 10066-67

76et lorsqu'il ajoute :

"Drois empereres, dist Ogier li vallant,
Ne sai qe faire, per Deu le roi amant,
Quant perdu ai Broiefort le corant".
vv. 10068-070

77tout le monde comprend qu'il n'exprime pas un désarroi sentimental pour la mort de Broiefort, mais l'embarras d'un combattant à qui on aurait pris sa meilleure arme. Aussi est-ce en effet un destrier de valeur qu'on va purement et simplement essayer de lui trouver ("bon ceval corant", v. 10072, "ceval inel et legier", v. 10099), et le regret réitéré pour Broiefort ponctuera les échecs des essais auxquels il soumettra les chevaux qu'on lui propose. Au premier instant qu'il le retrouvera, il l'essaiera comme les autres (vv. 10243 sq. cités au début de l'étude). Eprouve-t-il quelque pitié pour l'animal, à le voir en si mauvais état (cf. v. 10262 cité ci-dessus), - ce serait oublier que lui-même a jadis coupé sa crinière et sa queue pour se défendre à Castel-Fort. Certes, il le caresse (v. 10263) et lui adresse longuement la parole ; mais le contenu de ce discours reprend, sur un autre ton, celui du "planctus" : l'évocation du passé, maintenant que le cheval est de retour, est gage d'assurance et de victoire :

"He, Broiefort, ce dist Ogiers li bers,
Ja vic un jor, si me puist Dex salver,
Quant je estoie per desus vos montés
Sor les arçons fervestus et armés,
Çainte Cortain a mon senestre les
Et en mon poing mon bon espiel quarré,
Et je veoie mes anemis mortés
Si m'aït Dex, plus ere asseürés
Que se je fusse en une tor montés !"
vv. 10264-272

78Jusqu'à présent - on peut l'apprécier comme un élément de réalisme - le cheval n'a en rien manifesté qu'il reconnaissait son ancien maître, - cinq ans ont passé. Mais à la voix plus longuement entendue, il réagit comme autrefois :

Au bon ceval s'est d'Ogier remembré,
Fronque et henist, si a du pié havé
Devant li est cochés et aclinés.
vv. 10273-75

79Rien n'indique que le souvenir soit autre que celui d'Ogier lui-même, et pas celui d'une vie où il était mieux traité, mieux nourri, - et au demeurant l'était-il ? Avec Ogier, il a connu la famine, la mutilation physique et sinon le lourd charroi des pierres, les galops sans fin jusqu'à tomber faute de souffle. S'il faut donc lire du contentement dans cette reconnaissance, on ne pourra que dire que le plus "humain" des deux est le cheval ; n'est-ce-pas d'ailleurs cela qui finit par émouvoir Ogier à son tour :

Ogier, le voit, si a de pitié ploré
Et de son cuer durement sospiré.
vv. 10276-77

80Encore n'est-ce qu'un mouvement passager et c'est sans autre état d'âme qu'il va refaire de lui son cheval de bataille (vv. 10282-84).

81Il est donc indéniable que cette séquence met Broiefort en valeur. Ainsi qu'Ogier. A un homme aussi fort peut seul convenir un cheval exceptionnel et ce cheval rare mérite bien un assez long espace de texte. Il mérite même qu'on s'intéresse à ce qui est advenu de lui pendant que son maître était en prison, - la chanson, brièvement, devient chanson de Broiefort. Mais les relations entre l'homme et l'animal demeurent très traditionnelles, - au moins en ce qui concerne Ogier. Peut-être la nouveauté se glisse-t-elle dans une représentation plus sensible de l'animal lui-même : si Ogier ne le prise guère qu'en tant qu'outil indispensable de son combat, le cheval, lui, pourrait bien manifester à son maître un attachement plus désintéressé.

82Ogier, en tout cas, jusqu'au bout, demeure fidèle à cette attitude traditionnelle. Redevenu, sans plus le cheval d'Ogier, et n'étant plus merveilleusement doué dans la bataille, Broiefort finira par y être tué. Sa mort est annoncée par l'auteur :

C'est Broiefort dont per tans iert dolant.
v. 10891

83avant d'être brièvement évoquée :

Li cops guencist, si consieut l'auferant ;
Les coverture ne li fisent garant,
Trenche l'arçon et les clos a argant ;
Dusques en terre tot Broifort porfant :
Li ceval ciet, si morut maintenant.
vv. 11005-09

84Cette fois, le "planctus" concernera bien le cheval mort, mais décidément, et malgré l'émotion que pourrait susciter la vue de l'animal abattu sous lui, Ogier y pensera plus à lui-même qu'à Broiefort :

"Paien, dist il, con or m'as fait dolant
Quant as ocis Broiefort le corant
Qui m'a jeté de tans mortés ahans !"
vv. 11012-14

85même si le texte insiste sur la douleur en des termes qui pourraient lui donner une portée plus affective :

Quant Ogier fu caüs de Broiefort,
(Tot detrenchié por la mort se detort)
Ains pus cel eure que Baudoin fu mort,
Del nule cose n'en ot il mais dol.
vv. 11019-0222

86Cela dit, le héros va aussitôt après la fin du combat tenter - au demeurant non sans difficulté, car l'animal commencera par se dérober (vv. 11169-172) - de s'emparer de celui de son adversaire, dont il apprécie aussitôt les qualités :

Li dux Ogier le saisi par la resme,
Per l'estrief monte plus tost d'une arondele,
Pus laisse corre contreval la praele :
Plus tost li cort que quarriaus qi deserre
"Dex, dis Ogier, sainte vraie paterne.
Or ai ceval, nul millor ne puet estre"
De la grant joie tot li cuers li saltele.
vv. 11230-36

87Si Broiefort s'illustrait par sa force, c'est plutôt la vitesse qui caractérise Baucent. Du coup, le souvenir du premier pâlit en une bien brève oraison funèbre qui ne traduit aucun regret :

Le destrier broce des esperons doré,
En plusors sens a le ceval torné
"He, Broiefort, ce dist Ogier li bers,
Mult fustes bons, cist est millor assés !"
vv. 11244-47

88A partir de là, le couple Ogier/Baucent remplace le couple Ogier/Broiefort ; même si, d'emblée, Baucent est considéré comme meilleur, la différence ne se voit guère. Il est le destrier d'Ogier dans le combat comme Broiefort l'était, et il y joue le même rôle limité (soutenir l'assaut adverse, permettre à la prouesse de l'homme de se faire valoir : vv. 11395, 11444, 11930 sq, 11954, 11992, 12012, 12064, 12076). Comme Broiefort. il n'est pas invincible, mais s'il lui arrive de trébucher et de tomber, il se reprend vite (vv. 11820-850). En fait et en dépit du jour flatteur (description du trouvère, appréciation d'Ogier) sous lequel il est présenté, il apparaît -littérairement - comme une copie conforme de Broiefort, à cela près que, comme on arrive à la fin de la chanson, et que l'auteur a épuisé son stock de motifs, il s'agit d'une copie plutôt décolorée et qui n'a guère le temps de s imposer, à tel point qu'on comprend mal pourquoi il a "tué" Broiefort pour le remplacer si tardivement sans renouveler le traitement réservé au "personnage". Si on rappelle qu'au cours des derniers épisodes apparaît aussi le "merveilleux" Penenvaire 2, destiné en principe à Charles, mais en fait seulement utilisé par la jeune fille que sauve Ogier pour s'enfuir au plus vite, on dira que l'auteur manifeste un indéniable intérêt pour les chevaux, - et peut-être plus pour les chevaux en eux-mêmes que pour les relations qu'ils (n')ont (pas) avec leurs maîtres.

89On voit donc que si le rapport homme/cheval joue un rôle plus important dans cette épopée que dans d'autres plus anciennes, celui-ci demeure assez pauvre : peut-être relaierait-il simplement l'intérêt pour cet autre outil chevaleresque qu'est l'épée, toujours présent d'ailleurs mais ainsi complété. Ogier ne va pas sans Cortain, mais ne va pas non plus sans Broiefort (ou sans Baucent) et le cheval apparaît en définitive comme plus remplaçable que l'épée !

90Plus que dans une relation chargée d'affectivité, qui ferait du cheval le compagnon du chevalier, il faut trouver un intérêt dans le nombre de chevaux sur lesquels est un temps attirée notre attention : <motifs descriptifs qui nous distraient du centre de l'action et se suffisent parfois à eux-mêmes. L'épopée s'enrichit de ces ornements mais y perd évidemment de son unité de propos. "Quelles belles bêtes !" pensons nous, et devait encore plus penser le public médiéval. Mais que deviennent, pendant ce temps, la révolte d'Ogier contre Charles, l'expiation de Callot pour la mort de Bauduinet et le sort de la chrétienté ? Si l'auteur de la Chevalerie Ogier nous montre son héros ne traitant Broiefort qu'en fonction de son utilité conformément à la représentation traiditionnelle, il entrevoit cependant d'autres traitements du thème et en insinue l'approche à la fois dans la description d'un cheval merveilleux (Pennevaire 2) et dans sa peinture plus sensible de Broiefort. Mais nous restons loin de Bayard, de Rossinante et de Clavilegne.

Notes

1 J. Bichon, Les animaux dans la littérature française aux xiie et xiiie siècles, Lille 1976. L'auteur consacre quelques pages à la Chevalerie Ogier, t. 2, pp. 357 sq.

2 Une étude sur Guillaume (cycle de Guillaume) et les chevaux soulignerait que, dès le Couronnement de Louis (milieu du xiie siècle) le héros est montré comme "amateur" de chevaux : la première chose qu'il remarque au moment d'affronter le redoutable Corsolt en un combat qui va décider du sort de la chrétienté 4 Rome, c'est son cheval, et sa prière à la Vierge est pour conquérir l'animal ; vv. 676 sq.). Inversement, beaucoup d'épopées du xiiie siècle (d'Hervis de Mes à Huon de Bordeaux) ignorent ce motif ; enfin, si les versions que nous connaissons, par exemple, de Renaut de Montauban, entrent dans cette chronologie, n'y en eut-il pas d'antérieure où le cheval Bayard jouait déjà un rôle important ?

3 Il en est de même dans toute la littérature romanesque dont le héros est le chevalier errant, qui ne peut, par définition, se concevoir sans la route et le cheval.

4 La Chevalerie d'Ogier de Danemarche, éd. p. M. Eusebi, Milan-Varèse, 1962.

5 Même si "Vairet" désigne un cheval à la robe "variée" (pommelée) et "Vairon" un animal aux yeux "vairons", le rapprochement phonique des deux mots fait qu'on les distingue mal à l'oreille.

6 Même si Broiefort évoque la forte mâchoire ( ?) de l'animal, car le nom n'est pas courant.

7 Voir index des noms propres dans l'édition citée.

8 Dans la Conquête de Jérusalem, Plantamor le cheval de Cornumaran est décrit de la même façon.

9 Broiefort traversera le Rhône à la nage avec Ogier sur son dos, ce que d'autres chevaux n'ont pu faire (vv. 7968 sq). Ogier s'en remet à son cheval et à Dieu (vv. 8035 sq). Cf. aussi vv. 8954-960 pour la traversée du "Cercle" : ici, il n'est fait allusion qu'à l'exploit du cheval.

10 Le corollaire de cette expression se trouve dans Renaut de Montauban où Bayard reconnaît Renaut "plus vite qu'une femme ne fait son époux".

11 Dans une situation comparable, Bayard frappait du sabot l'écu de Renaut.

12 Par exemple, Broiefort ne reçoit pas le don de la parole, ni celui de la comprendre.

13 Il y aurait une comparaison à faire avec Bayard qui, dans le lieu des fées, la forêt d'Ardenne, engraisse de feuilles là où les autres chevaux dépérissent mais qui, dans le château humain de Montauban, ne peut nourrir de son sang plus de 15 jours Renaut et sa famille.

14 Certes, Maugis, dans Renaut de Montauban, n'hésite pas à déguiser Bayard en rosse boîtillante, mais seulement pour lui permettre de mieux triompher des autres chevaux avec lesquels il concourt.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540