Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cheval dans le monde médiéval

Trouver cheval à son pied (à propos de l'expression "monter sur ses grands chevaux")

Denis Collomp

Texte intégral

  • 1 Emile Littré, Dictionnaire de la langue française, édition de 1873, Paris, Gallimard, Hachette, 19 (...)

1S'il fallait suggérer un lien particulier et original entre Aix-en-Provence et la plus noble conquête de l'homme, nous serions tenté de répondre qu'il est reflété par l'expression « monter sur ses grands chevaux », qui signifie « prendre les choses avec résolution, avec hauteur, se gendarmer »1, trait de caractère trop sauvent prêté aux Méridionaux, dont nous sоmmеs.

  • 2 Emile Littré, Dictionnaire de la langue française, édition de 1873, Paris, Gallimard, Hachette, 19 (...)
  • 3 La Curne de Sainte-Palaye dans ses Mémoires sur l'ancienne chevalerie, Paris, Veuve Duchesne, 1781 (...)

2L'association semble d'autant plus appropriée pour des médiévistes que la métaphore fait apparemment référence à l'univers chevaleresque et donc épique. En effet, Littré nous dit de cette expression : « locution venue de ce que les chevaliers allant en guerre et chevauchant sur de petits chevaux montaient, pour combattre, sur de grands chevaux »2, rapprochement déjà fait par la Curne de Sainte-Palaye3.

  • 4 La Curne de Sainte-Palaye emploie par ailleurs l'adjectif possessif « leurs », dès que le sujet du (...)

3Certes, l'explication apparaît évidente dans sa simplicité, mais elle suscite d'emblée quelques interrogations. D'une part, outre que le syntagme « grand cheval » n'est pas aussi courant en ancien français qu'il peut y paraître, la tournure n'a assurément rien de péjoratif dans les textes, échos d'une société chevaleresque, au sens étymologique du terme. D'autre part, quand bien même la locution existerait, un point demeurait obscur : pourquoi un adjectif possessif qui se réfère à un seul possesseur – et qui n'est pas au demeurant absolument nécessaire dans la mesure où le rapport de possession est évident – devant un substantif pluriel, alors qu'il va de soi qu'on n'enfourche qu'une monture à la fois4 ?

  • 5 Cf. Claude Duneton, Le Bouquet des expressions imagées, Paris, Seuil, 1990.

4C'est donc au fil des siècles qu'il convient de poursuivre ces grands chevaux pour mieux cerner et comprendre l'émergence de l'expression qui nous intéresse, avec les rapprochements lexicologiques, les analyses sociales et les nombreuses approximations que cela implique, tant il est vrai que la langue révèle par son univers métaphorique le lien étroit, mais riche et complexe, qui a uni la société chevaleresque et le cheval ; il n'est pour s'en convaincre que de penser aux expressions que nous utilisons encore, outre celle qui nous préoccupe, comme « ronger son frein », « prendre le mors aux dents », « à bride abattue », « remède de cheval », « fièvre de cheval » et bien d'autres encore5, alors que le cheval ne fait plus partie de notre univers quotidien.

  • 6 Nous avons consulté les concordanciers des formes graphiques occurrentes établis par Gérard Gonfro (...)

5En ancien français, l'expression « monter sur ses grands chevaux » apparait d'autant moins que le syntagme « grand cheval », voire « grand destrier », est lui-même rare, que ce soit au singulier ou au pluriel. Pour s'en convaincre, il suffit de consulter d'une part les études déjà faites sur la qualification du destrier et, d'autre part, les concordanciers ou les index thématiques de certaines œuvres, pourtant fort diverses tant par leur genre que leur date présumée de rédaction : pas de grands chevaux dans les écuries d'Ami et Amile, de La Chanson de Roland, de Jehan et Blonde, de Galeran de Bretagne, de Perceval ou le Conte du Graal de Chrétien de Troyes, dans les Récits d'un ménestrel de Reims, le Roman de Renart, le Roman de Tristan de Beroul, pas plus que dans le Roman de Tristan en prose, ou encore dans Dieudonné de Hongrie, épopée pourtant tardive, puisque de la fin du xive siècle, et comptant plus de 15 600 vers6.

  • 7 Vers 1277 de l'édition Félix Lecoy, Paris, Champion, 1962 ; un concordancier a été publié par le C (...)
  • 8 In La Technique littéraire des chansons de geste, Actes du Colloque de Liège, Paris, Les Belles Le (...)
  • 9 Une fois dans La Chanson de Guillaume, éd. Mac Millan, Paris, S.A.T.F., 1949, v. 918, et une autre (...)
  • 10 Jean Frappier, art. cit., p. 85 ; Jean Bichon constate également que « cheval » demeure le terme g (...)

6Cependant, l'auteur de Galeran de Bretagne, Jean Renart, connaît le syntagme dans le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole ; mais peut-être son emploi est-il conditionné par la détermination à droite puisqu'il s'agit de « granz chevax de pris »7. De fait, il ressort de l'étude de Jean Frappier sur « Les destriers et leurs épithètes »8 que le syntagme « grant destrier » est rare, puisqu'il n'apparaît que deux fois dans le corpus étudié9. L'épithète « fort » n'est guère mieux lotie avec trois occurrences, tandis que « bon » en compte cent vingt. Bien évidemment, Jean Frappier s'intéresse aussi bien au terme « cheval » qu'à celui de « destrier », en constatant que le premier, « - terme général désignant le cheval par excellence - l'emporte par sa fréquence sur Destrier dans les textes les plus anciens » et que, « dans les autres chansons, le premier terme perd sensiblement du terrain au profit du second, sans que ce recul apparaisse constant »10.

  • 11 Friedrich Bangert, « Die Tiere in altfranzösischen Epos », Ausgaben und Abhanlungen, Marburg, N. G (...)
  • 12 Adolf Kitze, « Das Ross in den altfranzösischen Artus- und Abenteuer-Roman », Ausgaben und Abhanlu (...)

7Partant de ce constat, nous avons indifféremment recherché de « grands chevaux » et de « grands destriers ». Dans cette perspective, deux études du siècle dernier présentent des relevés intéressants, celle de Friedrich Bangert sur les animaux dans les chansons de geste en ancien français11 et celle conduite ensuite selon les mêmes principes par Adolf Kitze sur le cheval dans les romans d'aventures du cycle arthurien12.

8Nous ne retiendrons de ces relevés exhaustifs que les occurrences qui illustrent nos propres préoccupations, celles où l'épithète est antéposée au non, nom qui n'est suivi d'aucune détermination particulière. L'étude de Friedrich Bangert est un outil précieux car elle repose sur plus de soixante-dix textes de référence ; elle ne donne que :

  • neuf occurrences de « grant » antéposé et seul adjectif qualifiant « destrier », dont trois dans La Chanson des Lorrains13,
  • six occurrences de même type avec « cheval » au lieu de « destrier », dont, là encore, trois dans la seule Chanson des Lorrains14.
  • 15 Dans « Die Bruchstücke von Aspremont », Die Altfranzösische Romane der St Markus-Bibliothek, par J (...)
  • 16 Dans Raoul de Cambrai, éd. E. Le G1ay, Paris, 1840, p. 124, v. 6 (« grant destrier bai ») et dans (...)

9Il est rare qu'un autre adjectif qualificatif soit antéposé en même temps : Bangert ne relève que « grant fauel destrier » dans Aspremont15 ; de même, la présence d'une seule autre épithète après le nom n'est illustrée que deux fois16.

  • 17 Edition C. Hippeau, Paris, S.A.T.F, 1868, v. 5 210.

10Dans tous les autres cas, « grand » est postposé, rarement seul : un exemple en est fourni par La Conquête de Jérusalem17, mais le plus souvent une ou plusieurs épithètes viennent s'y adjoindre de façon à esquisser un portrait, même rapide, de la monture.

11Dans la matière de Bretagne, les occurrences sont tout aussi rares :

  • « grand cheval » apparaît au singulier ou au pluriel huit fois, dont sept pour le seul roman de Durmart le Galois18,
  • « grant destrier » six fois, dont deux dans le Roman de Claris et Laris, les autres se trouvant toutes dans Durmart le Galois, encore une fois19. A ces relevés, il convient d'ajouter un cas où des adjectifs postposés viennent compléter le syntagme20, un autre où il y a une détermination à droite21 et un emploi d'une forme superlative de l'adjectif, emploi qui ne permet plus de parler de syntagme22.
  • 23 Cf. les études citées de Frappier, Bangert et Kitze, et le présent volume (passim).
  • 24 Cf. Jean Bichon, op. cit., p. 164 et 545 sq.
  • 25 Dans Perceval le Gallois, éd. citée, v. 21 357, IL faut néanmoins prendre en compte que ces adject (...)
  • 26 C, Bangert, art. cité, p. 51, pour « grant palefroi », « grant sommier », et Kitze, art. cité, p. (...)

12Par conséquent, la lecture de ces deux études et l'examen des relevés fournis amènent à plusieurs constats. Tout d'abord, l'adjectif « grand » est le plus souvent épithète postposée, et sauvent coordonnée à d'autres, choisies parmi celles de qualité, de couleur ou d'origine qui caractérisent fréquemment les montures23 ; il est indifféremment épithète ou attribut se rapportant à « corps », lorsque s'esquisse un portrait plus complet de l'animal, selon des critères tirés entre autres d'Isidore de Séville24. Ensuite, le syntagme apparaît de façon régulière et caractéristique dans deux textes, Garin le Loheren et Durmart le Galois, ce qui semble révéler chez leurs auteurs une classification particulière en matière de chevaux. En outre, lorsque le syntagme est au singulier, le prédéterminant est presque toujours un article indéfini, et lorsqu'il est au pluriel, la construction avec la préposition « sur » se fait le plus souvent sans prédéterminant. Mais, en fin de compte, il n'y a pas de critère sélectif et déterminant d'apposition car on ne rencontre qu'un seul « petit destrier »25, alors que la nuance de taille est beaucoup plus fréquemment précisée dès qu'il s'agit d'un palefroi, d'un roncin ou d'un sommier26.

  • 27 Léon Gautier, La Chevalerie, éd. préparée et adaptée par Jacques Levron, Paris, Artaud, 1959, p. 3 (...)
  • 28 Cf. J. Bichon, op. cit., p. 164 et 166.

13A cette rareté du syntagme « grand cheval » (ou « destrier »), on peut avancer plusieurs explications. Tout d'abord, l'épithète est pour le moins redondante. En effet, le cheval, quand le terme générique se subsitue à « destrier », est par essence grand : il s'agit, de fait, d'un étalon, comme le rappelle Léon Gautier dans La Chevalerie27, étalon dont la corpulence doit lui permettre non seulement de porter la lourde charge que constituent le chevalier et ses armes défensives et offensives mais aussi d'évoluer avec rapidité et résistance. Or, comme la description du cheval ne semble pas devoir offrir d'exagération épique vraiment significative, du moins en ce qui concerne la taille28, il semble donc assez logique que l'épithète « grand » soit plus rarement accolée au mot « cheval », en tant que cheval de bataille, qu'aux autres ternes désignant des chevaux selon leur usage et vraisemblablement selon leur race, et donc leur taille et leur aspect.

  • 29 J, Frappier, art. cité, p. 95-96 et 100-101.

14Outre ces justifications sémantiques, il faut tenir compte des contingences d'ordre prosodique. Très souvent, la caractérisation du cheval constitue des chevilles, dans lesquelles la qualité l'emporte sur la taille, qui, elle, est acquise, comme le constate Jean Frappier29 : combien de fois un cheval, « arabi » dans une laisse, se retrouve « gascon » dans la suivante pour les besoins de la rime. Dans la course d'obstacles que constitue un vers avec une césure très nette, les épithètes monosyllabiques en général, et « grant » en particulier parce que peu significatif, souffrent d'un handicap certain.

  • 30 Il s'agit d'une autre locution, tirée d'une chanson sur l'échec du prince de Condé devant Lérida e (...)

15En effet, elles sont de trop dans un décasyllabe, avant la césure, notamment dans les textes les plus anciens, où, par le phénomène de l'enclise avec la préposition « en », verbe et complément suffisent a former quatre syllabes, comme dans « Monte el cheval ». Il en est de même dans l'hémistiche hexasyllabique selon la forme conjuguée du verbe et par l'allongement prosodique de la locution dû à la substitution de la préposition « sur » à « en », qui entraine la suppression de l'enclise. En revanche, l'adjectif monosyllabique peut se trouver court à Lérida comme le dada du prince de Condé30, lorsque le groupe nominal ayant pour noyau le dissyllabe « cheval » (ou « destrier ») constitue un complément d'objet ou de détermination qu'il convient d'étoffer suffisamment pour former un hémistiche comme « son destrier au ferrant » ou « du cheval arabi ».

16Par conséquent, dans le tiercé des nécessites prosodiques, les épithètes monosyllabiques ne sont pas aussi favorisées qu'on pourrait le croire, à moins d'être particulièrement significatives. Elles ont d'autant moins de chance de figurer à l'arrivée qu'il faut compter avec les redoutables outsiders que constituent les adverbes de temps. C'est ainsi que toutes les occurrences citées dans Garin le Loheren sont sur un seul et même modèle : « sor .I. (ou le) grand cheval (ou destrier) sist » ; dans Durmart le Galois, l'expression apparaît souvent dans une relative et le syntagme « sor granz chevaz » constitue une cheville pratique avec la possibilité d'utiliser ou non l'article défini.

  • 31 « Il y a des chevaux de plusieurs lanières : destriers, grands pour les combats, palefrois, pour c (...)
  • 32 Nous avons consulte entre autres le Thesaurus linguae latinae, Lipsiae, Teubneri, 1931-1353, le Di (...)
  • 33 Cf. A. Le Boeuffle, Les noms latins d'astres et de constellations, Paris, Les Belles Lettres, 1977

17Dans ce contexte, il va donc falloir attendre la libération apportée par la prose pour une qualification qui ne forme pas encore syntagme, même si la taille fait déjà partie des critères descriptifs du destrier, comme le souligne la définition qu'en donne Brunetto Latini dans Le Thesaurus, dans le troisième quart du xiiie siècle31. Le syntagme ne nous paraît pas davantage être la traduction d'une formulation propre aux auteurs latins, même médiévaux32. Le latin classique établissait une distinction d'ordre sémantique, comme l'ancien français, entre l'« equus », ancêtre du destrier, et le « caballus » (cheval hongre qu'on ne peut qualifier que fort ironiquement d'ancêtre du roncin). Par ailleurs, les Anciens ne distinguaient pas la constellation du Petit Cheval à côté de Pégase : il n'est donc pas possible de trouver là une origine au syntagme33. Signalons que les auteurs latins connaissent une variété d'adjectifs de couleur et d'origine qui n'a rien à envier à celle des textes médiévaux : la comparaison en pourrait être intéressante.

  • 34 Cf. Albert Pauphilet, Etudes sur la Queste del Saint Graal, Paris, Champion, 1968, p. 111-112, 114 (...)

18C'est le christianisme qui va introduire dans les textes sinon le syntagme du moins le symbole du grand cheval comme représentation de l'orgueil. Il se trouve déjà dans le livre de Job et les pères de l'Église en font un usage abondant34. Cette symbolique s'accompagne souvent de celle du cheval noir, incarnation du diable.

  • 35 La Queste del Saint Sraal, éd. A. Pauphilet, Paris, Champion, 1967, p. 150.

19Le texte littéraire, de fait un texte en prose, qui exploite abondamment ce motif est La Queste du Graal ; la symbolique en est clairement explicitée, comme souvent dans ce texte, par les commentaires d'un ermite, diligent à faire passer les enseignements de la pensée cistercienne. Gauvain et Hector rêvent, celui-là de taureaux, celui-ci que Lance lot et lui-même sont montés sur de grands chevaux. Dans le rêve d'Hector, Lance lot est abattu de son coursier et doit monter sur un âne ; cependant, Hector erre et, quand il demande l'hospitalité à un seigneur, celui-ci lui répand : « ceenz n'entre nus qui si haut soit montez comme vos estes »35.

  • 36 Ibid., p. 158.
  • 37 Gustave Cohen, Histoire de la chevalerie en France au Moyen Age, Paris, Richard-Nasse, 1349, p. 19
  • 38 Cf. A. Pauphilet, op. cit., p. 42, Malgré la fin tragique d'Henri II, des tournois eurent encore l (...)

20Quand les explications sont fournies par l'ermite, il s'avère que ces « deus granz chevax, ce est en orgueil et en bobant, ce sont li dui cheval a l'anemi »36, ce qui signifie qu'Hector, qui chevauche toujours le cheval symbole d'orgueil, d'envie et de maint autre vice, ne pourra aboutir dans sa quête. A cet égard, l'œuvre est didactique et rappelle, si besoin était, que l'Église a bien du mal à maintenir les chevaliers dans un esprit chrétien. Le fait que Gauvain, le chevalier par excellence mais chevalier mondain, ne parvienne pas au bout de sa quête est significatif également, même si la symbolique des taureaux est légèrement différente. Comme l'écrit Gustave Cohen, « Le goût de l'aventure, la passion sportive de l'exploit, l'orgueil surtout allant jusqu'à la démesure qui, comme l'hubris antique, appelle le châtiment divin, ou jusqu'à la folie du desréé dans La Geste des Barons révoltés peuvent à l'occasion l'emporter sur l'invitation à la foi et aux œuvres de miséricorde. »37 Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que l'Eglise redoute tant de voir les chevaliers enfourcher leurs montures de bataille, qui symbolisent toutes ces tentations. C'est ainsi que, par exemple, le deuxième Concile de Latran a prononcé une condamnation très ferme du tournoi, condamnation qui restera à peu près sans effet Jusqu'à Henri II38.

  • 39 Jean Bichon, op. cit., p. 388.

21L'Eglise aura plus de satisfaction dans ses invitations à reconquérir puis à défendre le tombeau du Christ et, pour nos grands chevaux essentiellement symboliques, c'est l'occasion de retrouver une réalité du monde dont Jean Bichon dit qu'elle ne peut se concrétiser tout à fait, y compris pour un rôle développé du cheval, dans « une chanson de geste toute dominée, comme La Chanson de Roland ou La Chanson de Guillaume, par l'accomplissement du héros au service de fins religieuses. »39.

  • 40 Cf. Pierre Megnin, Histoire du harnachement et de la ferrure du cheval, Vincennes, Bureaux de l'él (...)
  • 41 Huiliez, Les chevaux du royaume, Paris, Montalba, 1983, p. 352, note 9.

22Les contacts entre l'Occident et l'Orient, accrus par les Croisades, n'ont certes pas révélé aux chevaliers chrétiens l'existence des purs-sangs « arabis », terme qu'ignore toutefois La Chanson de Roland bien que l'importation de chevaux arabes ait commencé avec la réorganisation de la cavalerie par Charlemagne40. En revanche, ils favorisent non seulement l'accroissement des épithètes d'origine mais aussi des critères de beauté, comme la tète fine, souvent mentionnée dans les descriptions de chevaux. Bien plus, un « courant continu d'importation d'étalons orientaux »41 s'établit, échange favorisé par les prises sur l'ennemi.

  • 42 Cette charge va atteindre cent cinquante kilos a la fin du moyеn âge cf. L'Encyclopédie de Diderot (...)
  • 43 Voir Tutta la pittura di Paolo Uccello, d'Enzo Carli, Milan, Rizzoli, 1954 ; deux tableaux portent (...)
  • 44 Voir All the sculpture of Donatello, par Luigi Grassi, traduit par Paul Colacicchi, Milan-Londres, (...)
  • 45 Ibid., t. 6, 1977, p. 110-111.

23De ce fait, le destrier français apparaît, dès le xiiie siècle, d'autant plus grand aux yeux des poètes sinon des chevaliers. Le contraste ne peut que se maintenir vers la fin du moyen âge, avec la nécessité de conserver des chevaux corpulents afin de supporter une charge accrue par le remplacement du haubert par l'armure et par l'apparition d'éléments de protection pour la monture elle-même42. Il n'est pour se convaincre de cette réalité que de considérer des tableaux de Paolo Uccello, comme Saint Georges et le dragon43, ou les statues équestres de Donatello, particulièrement celle du condottiere Gattemelata réalisée en 145344. Plus convaincant encore est le contraste établi par un même auteur, Carpaccio, au début du xvie siècle, entre la corpulence du destrier d'un gentilhomme en Italie et la finesse de purssangs arabes dans une Visitation, replacée dans son cadre originel45.

  • 46 Du Cange, Glossarium mediae et infimae latinitatis Paris, F. Didot frères, t. VI, 1846, à l'articl (...)
  • 47 Ibid., t. II, 1842, article « caballus », p. 3.

24C'est ainsi que la nécessité de maintenir des chevaux de bataille à côté de races qui s'affinent sous l'effet de croisements crée un type particulier de monture, désigné par le vocable « grand cheval ». Du Cange cite les Chroniques royales à propos de « Loys de Blet, Varlet des grans chevaulx de nostre oncle le duc de Berry »46, Nous voilà donc assures que le syntagme « grands chevaux » existe à la fin du moyen âge, synonyme de « destrier » ; à cet égard, l'appellation « caballus magnus », que signale Du Cange dans une vie d'Edouard II d'Angleterre47 et qui n'apparaît pas dans d'autres dictionnaires de latin médiéval, nous semble être déjà la traduction d'un syntagme français, admis et compris dès la fin du xiiie ou le début du xive siècle.

  • 48 Blessé au siège du château de Rabastens, dans le Béarn, le 23 juillet 1570, Montluc se replie derr (...)
  • 49 Cf. l'Histoire de l'art, Paris, Alpha, t. 5, 1977, p. 283 et 287.

25Une fois codifié, ce syntagme devient courant en moyen français ; Il apparaît sous la plume des chroniqueurs, des mémorialistes, des écrivains et, au cours du xvie siècle, les appellations « grant cheval » ou « petit cheval » ont valeur distinctive, comme l'attestent les Commentaires de Montluc48. Cette réalité transparaît également dans le domaine artistique, puisque la collection royale de Windsor conserve deux études dites pour le « grand cheval » de Léonard de Vinci, esquisses pour une statue équestre. L'intérêt de la question pousse Vinci à noter la race des chevaux étudiés et le nom de leur propriétaire en marge d'études pour un « gran cavallo »49. On peut cependant se demander quelle réalité désigne exactement cette dénomination.

  • 50 Marie-France de Genellis, op. cit., p. 89. Suivent la description du palefroi et les catégories de (...)

26Le destrier, au moyen âge, « était un demi-sang de Normandie ou d'Allemagne, un cheval importé de Cleveland ou un genêt d'Espagne »50. Ce demi-sang est donc plus robuste que les autres montures, mais cela ne permet pas pour autant d'en définir la taille. Il faut donc procéder par recoupements, à différentes époques.

  • 51 Pierre Magnin, op. cit., p. 111 et figures 37 et 38.
  • 52 La Curne, op. cit., p. 24 note 38. L'auteur se réfère aux Mémoires de Martin et Guillaume Du Bella (...)

27Pierre Magnin observe un fait intéressant à propos des destriers représentés sur la tapisserie de Bayeux : « Ces chevaux sont forts et vigoureux, mais ils ne sont pas de taille extraordinaire, ce qui le prouve, c'est la longueur des étrivières montrant que les pieds du cavalier arrivaient à la hauteur du pli du genou. »51 Cette remarque est d'autant plus importante qu'il faut tenir compte également de la stature des cavaliers, souvent inférieure d'une bonne dizaine de centimètres à celle des Français du xxe siècle. Des précisions plus tardives viennent corroborer cette observation ; dans ses Mémoires sur l'ancienne chevalerie, relevant l'expression « monter sur ses grands chevaux », La Curne de Sainte-Palaye ajoute en note : « On pourroit en déterminer la hauteur, si l'on osait s'appuyer sur une autorité bien postérieure aux temps dont nous parlons. Du Bellai rapporte que, suivant la capitulation de Fossan en 1537, on devoit laisser dans la place tous les grands chevaux qui excéderaient la hauteur de six palmes et quatre doigts ; les petits chevaux étoient de six peaumes seulement, suivant Monstrelet. »52

  • 53 Rappelons qu'actuellement un anglo-arabe mesure entre 1,58 m et 1,66 m au garrot (Quid, 1992, Pari (...)

28Voilà qui nous donne un ordre de grandeur, au demeurant difficile à établir avec précision. En effet, comme beaucoup d'unités de mesure anciennes, la paume est variable selon l'époque et la région. Selon toute vraisemblance, la mesure devait se faire au garrot, Il faut donc donner à la paume la valeur de l'empan, soit environ vingt-deux centimètres, pour que cette mensuration soit plausible. Par conséquent, ces grands chevaux devaient mesurer au moins un mètre quarante environ au garrot, ce qui n'a rien d'excessif53.

29Si la dénomination « grands chevaux » est acquise, nous ne sommes pas pour autant au bout de nos peines, car elle n'a rien de dépréciatif et ne contribue apparemment pas à faire de la locution « monter sur ses grands chevaux » une expression péjorative. Il convient donc de confronter une fois de plus réalité linguistique et réalité du monde.

  • 54 Dans La vie de saint Thomas Becket, éd. E. Walberg, Paris, Champion, 1964, v. 1 496.
  • 55 Voir les articles « monter » et « argot » dans le dictionnaire de Huguet (citations de Marot, Scar (...)
  • 56 Cité par Godefroy a l'article « monter » de son Dictionnaire de l'ancienne langue française, t. V, (...)

30Dans le domaine sémantique, Il faut tout d'abord mesurer l'influence du verbe « monter » lui-même, qui, dans le mouvement qu'il exprime, s'applique aisément à tout crescendo passionnel, notamment en matière d'irascibilité. Des la fin du xiie siècle, Guernes de Pont-Sainte-Maxence emploie « en grant ire muntez »54 ; le monde animal, pris sur le vif, inspire également « monter sur ses ergots » en moyen français55 et l'évolution aboutira plus tardivement à un emploi absolu du participe passé au sens de « élevé, hautain » dans les Vers de la mort de Richelet, de 159356.

31Néanmoins, la périphrase verbale « monter es chevaus » ou « sur les chevaux », fussent-ils grands destriers, existait de longue date et l'influence du verbe ne suffit pas à expliquer l'apparition de la locution. C'est donc peut-être dans la réalité du monde social de la fin du moyen âge et de l'image offerte par la fine fleur de la chevalerie française qu'il convient de chercher.

  • 57 Sur les chevaux dans les différentes batailles mentionnées, voir M.F. de Genellis, op. cit., p. 94 (...)

32De fait, non contente de ne pas suivre parfaitement les préceptes de l'Église et d'avoir perdu les lieux saints, la chevalerie française ne s'illustre même pas dans la défense du sol national, à une époque où commencent à sourdre les premières traces d'un sentiment national que va incarner Jeanne d'Arc. Crécy, Poitiers, Azincourt, Verneuil-sur-Avre sont autant de stations du chemin de croix que suivent au galop de leurs grands chevaux les chevaliers français. La pire d'entre d'elles est sans doute la première en date parce que la plus surprenante et surtout la plus humiliante, la bataille des éperons d'or à Courtrai en 1302 : perdre une bataille contre des chevaliers, d'égal à égal, est certes douloureux, se faire transformer en hérisson par les archers anglais est déjà plus humiliant, bien que ce soient encore là gens de métier ; mais quoi de pire pour un chevalier que de se faire dépouiller de ses éperons d'or et ce par des bourgeois, nous dirions maintenant des pékins, et quoi de plus propice à raillerie pour une classe bourgeoise qui prend une place de plus en plus prépondérante dans la société ? A quoi cela sert-il de monter de grands chevaux quand ils ne permettent pas à un roi de France d'échapper à la capture à Poitiers57, quand ils s'enlisent dans les terrains détrempes d'Azincourt ?

  • 58 Cf. M. F. de Genellis, op. cit., p. 110-111. On comprend mieux dès lors les distinctions introduit (...)

33Ces contingences historiques révéleront assez rapidement la nécessité de créer d'autres corps d'armée plus mobiles, plus rapides et donc plus efficaces, tout d'abord la « gendarmerie », puis les chevau-légers, garde rapprochée du roi, au nom significatif58. Dès lors, un lourd chevalier Juché sur son grand destrier peut prêter à sourire comme le faisait, dans les textes des iiie et xiie siècles, un chevalier sur une charrette ou monté sur une jument. L'aboutissement de cette image dégradante s'Incarnera quelques décennies plus tard dans Don Quichotte sur Rossinante. A cet égard, le concept du chevalier et de son grand cheval nous semble suivre une évolution presque identique à celle du champ sémantique du mot с cavalier » entre la Renaissance et le xviie siècle : en effet, le cavalier italien, incarnation de la « virtu » et qui succède au chevalier comme héros porteur des valeurs de la société, devient rapidement un rustre aux manières frustes, en un mot cavalières.

  • 59 La Curne de Sainte-Palaye donne diverses occurrences ; l'expression apparaît également dans les Mi (...)
  • 60 C'est le sens donné par Godefroy, t. 9, art. « cheval » ; tous les dictionnaires s'accordent à don (...)
  • 61 L'expression est encore assez significative pour que Pierre-Jakez Hélias en ait fait le titre d'un (...)
  • 62 Cette expression, qu'on trouve par exemple dans La Dаmе de chez Maxim's de G. Feydeau, acte I, sc. (...)

34Nous voulons pour preuve de cette Image de la chevalerie en moyen français l'existence de l'expression « parler à cheval »59. Elle signifie toujours « parler de haut, avec insolence »60 et l'emploi en est particulièrement intéressant dans la littérature hagiographique ; en effet, dans le Miracle de saint Ignace, on parle à cheval comme si l'on était Arthur ou Perceval et, dans le Miracle de saint Laurent, l'empereur Damien reproche au pape Sixte son orgueil précisément. Est-ce à dire qu'il y a équivalence entre le fait d'être à cheval et celui de se montrer plein de morgue ? On retrouve là l'image du cheval d'orgueil61 et on voit poindre toutes les frictions sociales que reflète encore notre langue avec l'expression « envoyer une lettre à cheval »62.

35La locution qui nous intéresse devient donc possible, dans la mesure où la société véhicule une certaine image du chevalier, mais 11 nous reste cependant à expliciter deux détails d'importance : un possessif est-il nécessaire lorsque la possession est évidente et que cheval et cavalier font corps et, surtout, pourquoi un pluriel alors qu'on ne monte qu'un cheval à la fois ?

  • 63 C'est d'autant plus plausible si l'on suit A. Harmand dans ses déductions : les caractéristiques d (...)

36Il pourrait être tentant de répondre en évoquant l'habitude qu'avaient les chevaliers d'entretenir et d'emmener avec eux plusieurs destriers, afin de parer à toute éventualité : fatigue, blessure ou même mort de l'animal63. Cette explication pourrait paraître suffisante dans la mesure où le départ avec les chevaux de bataille impliquait une idée de combat et donc de pugnacité ; l'apparition de l'adjectif possessif se justifierait davantage. Mais dans ce cas, l'expression aurait constitué un abus de langage : d'une part le chevalier, lors du départ, montait sur un palefroi et d'autre part il ne pouvait, au moment du combat et de l'excitation belliqueuse qui pouvait l'accompagner, toujours enfourcher qu'un seul grand cheval à la fois.

  • 64 Brantôme, Vies des dames galantes, Paris, Garnier, 1931, p. 198.
  • 65 Brantôme, Vies des dames galantes, Paris, Garnier, 1931, p. 198.

37La solution se trouve peut-être dans le fait que le syntagme « grands chevaux » a désigné au xvie siècle une paire de chaussures, ce qui expliquerait le pluriel, la possibilité de détermination par l'adjectif possessif et... notre titre. En effet, dans le troisième discours de La Vie des dames galantes, Brantôme parle de la beauté de la Jambe et des vertus qu'elle a. Le pied est en outre mis en valeur par le soulier et il en est de l'escarpin comme du cheval : « le blanc est le plus beau »64. Toutefois, « ces petits patins et escarpins sont pour les grandes et hautes femmes, et non pour les ribaudes qui ont leurs grands chevaus de patins lièges de deux pieds : autant vaudrait remuer cela comme la massue d'un géant ou la marotte d'un fou. »65

  • 66 Marguerite de Navarre parle de « haultz patins », L'Heptaméron des nouvelles, Paris, A. Lemerre, 1 (...)
  • 67 Par exemple, Huguet, op. cit. cite à l'article « patin », les Variétés historiques et littéraires (...)
  • 68 66, Brantôme, op. cit., p. 207.

38Les « patins » sont donc des chaussures à semelle compensée, sauvent en liège, ce que confirme les occurrences chez Marguerite de Navarre et Mathurin Régnier66 et dont la mode avait été importée d'Italie, vraisemblablement à la suite des guerres. Toutefois la dénomination pourrait n'être qu'une métaphore67, mais cela ne semble pas être le cas car, un peu plus loin, Brantôme conclut par un conseil que d'aucuns trouveront toujours d'actualité : « Pour Dieu, mesdames, ne soyez si curieuses à vous faire paroistre grandes de taille et vous monstrer autres, que vous n'advissiez a la beauté de vos jambes, lesquelles vous avez belles, au moins aucunes ; mais vous en gastez le lustre par ces hauts patins et grands chevaux. »68

  • 69 C'est le sens retenu par Tobler-Lommatzsch dans le Altfranzösisches Wörterbuch, l'autre sens propo (...)
  • 70 C'est en tout cas le rapprochement fait par Cotgrave, et ce dès 1611, puisqu'il donne entre autres (...)

39Le fait que la dénomination de ces chaussures soit à l'origine de la locution est d'autant plus plausible qu'il existait en ancien français l'expression « monter sur ses souliers ». Elle apparaît dans les Fabliaux mais au sens de « décamper, filer »69. Si « monter sur ses grands chevaux » a une signification différente, la similitude de construction et le pluriel nous incitent à penser que ce pourrait être autour de cette dénomination de chaussures que se serait forgée l'expression dans sa forme actuelle70. Il reste toutefois a en codifier le sens.

  • 71 On trouve l'expression dans Les cent nouvelles nouvelles dites les cent nouvelles du roi Louis XI, (...)

40Cette codification a pu se faire sous l'influence d'une autre expression, « monter sur son chevalet »71, qui avait tout A fait le sens que nous donnons à « monter sur ses grands chevaux ». La parenté étymologique pourrait suffire à expliquer le glissement de sens d'une expression à l'autre, vraisemblable dans la mesure où la première disparaît. Cependant, outre que la locution « monter sur son chevalet » est peu attestée et par conséquent peu susceptible de contaminer le sens de la nouvelle tournure, celle-ci, dans sa structure définitive, semble avoir eu tout d'abord un autre sens jusqu'à la fin du xvie siècle, à une époque où « monter sur son chevalet » n'est déjà plus attesté.

  • 72 Œuvres du seigneur de Cholières, éd. Ed. Tricotel, Paris, Librairie des bibliophiles, t. II, 1879, (...)

41Toujours est-il que la mode des chaussures à haut talon et la dénomination de « grands chevaux » connaissent un tel succès qu'il devient difficile parfois de savoir ce que le syntagme désigne et si, dans les formulations, ne perce pas déjà le sens que nous recherchons. C'est le cas lorsque Cholières, dans sa « neuvième après-disnée », fait parler ainsi un personnage, qui rétorque à un interlocuteur irrité : « Vous menacez le seigneur Camille : il est bien homme pour vous : il en sçait à vous et à vos grands chevaux. »72

  • 73 Pierre Charron, Les trois veritez, Paris, Jacques Villery, 1635, III, 11, « Advertissement », p. 4 (...)
  • 74 La consultation de nombreux ouvrages sur l'histoire de la Lorraine ne nous a pas permis de dater p (...)

42De même est-il difficile de trouver l'origine exacte d'une expression que Charron affectionne, « se vouloir mettre au rang des grands chevaux », qui signifie faire preuve d'une prétention démesurée et tout à fait déplacée73 : s'agit-il de la taille et de la prestance acquise par le part de chaussures à talons ou de prétentions chevaleresques sur le champ de bataille, voire nobiliaires ? Il est d'autant plus difficile de le dire que le syntagme a connu un destin curieux. En effet, « grands chevaux » va devenir le surnom de quatre grandes familles nobles de Lorraine (Châtelet, Lignéville, Haraucourt et Lenoncourt), héritières des lignages d'ancienne chevalerie, auxquelles on opposera une quinzaine d'autres familles surnommées « petits chevaux ». L'appellation est attestée au xviiie siècle, mais peut-être est-elle plus ancienne, auquel cas l'expression de Charron pourrait être une allusion74.

  • 75 Montaigne, Essais, livre 3, éd. citée, p. 249. Remarquons que l'histoire littéraire présente parfo (...)
  • 76 Französisches Etymologisches Wörterbuch, Basel, Helbing et Lichtenhahn, 1946, article « caballus »

43Le premier auteur à employer l'expression dans sa forme codifiée semble être Montaigne au chapitre XII du troisième livre des Essais, intitulé « De la phisionomie ». Opposant Socrate et Caton, Montaigne écrit à propos de celui-ci : « en Caton, on void bien à clair que c'est une alleure tenduë bien loing au dessus des communes ; aux braves exploits de sa vie, et en sa mort, on le sent tousjours monté sur ses grands chevaux. »75. Et Vartburg de donner à cette expression le sens de « prendre les choses avec hauteur, montrer de la fierté »76, ce qui codifierait définitivement la locution. Toutefois, il semble qu'on puisse lui prêter une autre signification.

  • 77 Dictionnaire de l'académie française, Paris, J.B. Coignard, 1694, t. II, p. 85. Ce sens apparaît e (...)
  • 78 Montaigne, op. cit., p. 248.
  • 79 Ibid., p. 249.

44En effet, le dictionnaire de l'Académie, s'il reconnaît le sens actuel dès son édition de 1694 à l'article « cheval », reprenant en cela le sens donné par Richelet et Furetière, mentionne à l'article « monter », outre ce même sens, celui de « traiter avec des termes magnifiques un sujet qui ne doit pas estre traité que simplement »77. Or, en ce début de chapitre, Montaigne oppose « la nayfveté et la simplicité » qu'illustre Socrate aux « graces (...) pointues, bouffies et enflées d'artifice » de l'usage oratoire de son temps « formé qu'à l'ostentation »78. Ce caractère excessif lui semble illustré également par Catan avec son « alleure bien au dessus des communes » ; monté sur ses grands chevaux, Caton sert de faire-valoir à Socrate, qui « ralle à terre, et d'un pas mol et ordinaire traicte les plus utiles discours. »79.

  • 80 En 1611, Cotgrave donne encore a l'expression le sens de « to use lofties tearmes » ; l'adjectif r (...)
  • 81 Pierre Charron, De la sagesse, Bordeaux, S. Millanges, 1606, livre II, chapitre III, p. 333, La pr (...)
  • 82 Pierre Charron, De la sagesse, Bordeaux, S. Millanges, 1606, livre II, chapitre III, p. 333, La pr (...)
  • 83 Entretiens de Monsieur de Voiture et de Monsieur Costar d'après l'édition de 1654, Paris, A. Courb (...)

45Cette dernière formule avec le verbe « traiter », employée Immédiatement après l'expression en cause, nous donne à penser que c'est, selon toute vraisemblance, au sens de « traiter un sujet simple en termes magnifiques » que Montaigne entendait la tournure80. Il n'en demeure pas moins que quelques lustres après l'expression est codifiée, reconnue comme telle, avec le sens que nous lui connaissons. Nicot ne la mentionne pas en 1606 dans son Thrésor de la langue françoyse, mais, dès 1601, Charron l'emploie dans De la sagesse et le sens ne semble faire aucun doute puisqu'il écrit « les autres montent sur leurs grands chevaux, se gendarment, se bandent et tiennent tousiours en cervelle et agitation »81. Toutefois, une ambiguïté demeure car il est encore là question d'opposer le « grans maistre et admirable docteur en la nature » qu'a été Socrate et Aristote pratiquant « l'art et science du monde »82 ; en fait nous retrouvons là le débat sur l'art oratoire et l'expression peut encore être entendue au sens de « traiter un sujet simple en termes magnifiques ». Cependant, le glissement de sens commence à se faire jour dans le contexte, avec l'emploi du verbe « se gendarmer ». Toujours est-il que l'expression devient courante puisque Voiture, dans une lettre à Costart de 1638, la qualifie déjà de « phrase françoise »83.

  • 84 Cf. Lexique de la langue de Malherbe avec une introduction grammaticale, A.D. Régnier fils, Paris, (...)
  • 85 Saint François de Sales est cité par Godefroy, t. 9, art. « cheval » C'est Brunot, dans son Histoi (...)

46Le statut est vite acquis et l'on ne sait trop comment : Malherbe n'utilise pas l'expression mais Chapelain oui, le Père Bouhours n'en dit mot dans ses Remarques nouvelles sur la langue française, tout en consacrant un article à « monter à cheval et monter un cheval »84. Il est vrai qu'en cette fin du xvie siècle et au début du xviie, à une époque où la langue française ne cesse de s'enrichir ou d'évoluer – ce dont les textes littéraires ne sont qu'un faible témoignage –, il a pu suffire de la rigueur d'un puriste, de l'ignorance d'un philologue pour qu'une image, une métaphore ne franchisse pas le cap d'une reconnaissance établie et ne devienne pas une expression codifiée. Le monde de l'équitation inspire pourtant les auteurs : on trouve « mettre a cheval son opinion » sous la plume de saint François de Sales, « faire perdre les étriers à ma patience » sous celle de Saint-Amant85 ; au fil des siècles vont apparaître les syntagmes « dada », « cheval de bataille » (qui dans un premier temps se substitue à « destrier », puis prend un sens métaphorique) ; l'hippophagie va inspirer « manger du cheval », expression peu illustrée par les textes néanmoins. Si certaines de ces expressions ont survécu, d'autres ne sont pas passées à la postérité.

  • 86 Madame de Sévigné, éd. citée, t. III, lettre à Bussy-Rabutin, du 24 juin 1881, p. 71 et lettre à M (...)
  • 87 Antoine Hamilton, éd. citée, chap. IX, p. 178 et XI, p. 280.
  • 88 V. 21.
  • 89 Théologie portative, dans le Discours préliminaire, éd. de 1768, p. 196.
  • 90 Les petits bourgeois, Paris, Gallimard, p. 95-96.
  • 91 Le rhubarbe, Paris, Le Seuil, 1965, p. 153.
  • 92 Je t'aimerai sans vergogne, 1967, p. 161.

47Il va de soi que, avec la codification abstraite de l'expression, une dichotomie se crée entre les auteurs qui continuent à employer l'expression au sens propre et ceux qui en usent au sens métaphorique. En effet, au sens propre, la référence au nombre de possesseurs s'impose et implique que le nombre du mot « cheval » soit en conséquence ; cependant, l'emploi imagé Implique systématiquement un pluriel pour un seul possesseur. En cet emploi, la base de données Frantext, du C.N.R.S, et les différents dictionnaires permettent de constater que certains auteurs ont une prédilection pour l'expression : Madame de Sévigné l'emploie deux fois dans sa correspondance86, Hamilton aussi dans les Mémoires du comte de Gramont87. Mais on la trouve déjà chez Molière dans Sganarelle88, et elle apparaît ultérieurement chez Holbach89, chez Balzac90, puis dans l'œuvre de René-Victor Pilhes91 ou encore dans celle de Jean-Pierre Chabrol92.

48Un des moyens de se persuader de la pérennité et de la vivacité de ce genre d'expression est de contrôler si les auteurs de dictionnaires de thèmes ont pris la peine de traduire l'expression. La comparaison de diverses traductions de « monter sur ses grands chevaux » est édifiante : les dictionnaires Harrap's de thème allemand et anglais donnent l'équivalent concret mais en mettant cheval au singulier, tandis qu'Edon et Quicherat, dans leur dictionnaire de thème latin, traduisent en termes abstraits, de même que le Robert et S ignorent pour l'italien ; en espagnol, existe une expression équivalente : « grimper à la treille ».

49La facilité d'investigation qu'offrent les méthodes informatisées va nous permettre d'esquisser, en conclusion, une comparaison avec un syntagme très proche de « grands chevaux », celui de « cheval de bataille ». Il a connu le même devenir avec un sens métaphorique, légèrement moins péjoratif toutefois. Ce sens n'est apparu que vers la fin du xviie siècle et encore n'est-il que rarement utilisé jusqu'à la Révolution. Ce n'est qu'au xixe siècle que la formule devient vraiment courante. Comment l'expliquer ?

50Jusqu'à la fin des guerres napoléoniennes, même si les races ont évolué, même si les silhouettes se sont affinées, le cheval de bataille demeure une réalité tangible, qu'illustrent de nombreux tableaux : charge de cavalerie et combats à l'arme blanche sont encore le reflet, bien pèle, de l'esprit chevaleresque des temps anciens. Cependant « monter sur ses grands chevaux » prend un sens métaphorique et péjoratif bien avant la disparition des chevaux de bataille. Pourquoi ?

51Nous avons étudié le réseau d'expressions et de significations qui a pu aboutir à ce sens, mais nous sommes tenté d'ajouter que cette image dépréciative est née le jour où est tombée en désuétude la pratique de quitter le palefroi pour enfourcher le destrier au moment du combat, le jour où la bataille a cessé d'être une mosaïque de combats singuliers, dans laquelle il était certes important de vaincre, mais surtout de le faire dans un esprit de chevalerie, pour devenir une charge de cavalerie conçue au sein d'une stratégie d'ensemble. A cet égard, le renouvellement du vocabulaire sur la racine italienne de « cavalier », mais aussi l'introduction par la même voie d'emprunt du grade de « colonel » ou de la formation en « escadron » sont significatifs de cette évolution des mentalités.

52Quel contraste entre un saint Louis, un Jean II le Bon ou un François 1er, roi chevalier, au cœur du combat et se faisant prendre, et un Henri IV ou un Louis XIV campé par les peintres historiographes sur une éminence dominant le champ de bataille. Qui a entendu parler après Pavie d'un roi de France fait prisonnier au combat ? Songe-t-on encore beaucoup au tournoi après la mort d'Henri II ? L'évolution des mœurs et de la stratégie militaire sont des réponses suffisantes, mais dès lors que les grands chevaux ne participent plus à la vie quotidienne de leurs maîtres, à leurs quêtes, à leurs aventures, et ne paraissent ni ne s'illustrent plus que sur les champs de bataille, pour un temps assez bref, dès lors que les déplacements se font plutôt en voiture qu'à cheval, changer de monture selon les circonstances revêt un caractère désuet et donc assez vite ridicule.

53Nous ne sommes pas loin de penser qu'en raison des liens étroits qui unissent une langue et la société dont elle émane et qu'elle reflète, l'étude d'une expression aussi brève et codifiée que « monter sur ses grands chevaux » permet, sans même qu'on l'ait voulu, d'évoquer, sinon de comprendre, la lente et douloureuse agonie d'une classe sociale dont le cheval demeure un des symboles.

Notes

1 Emile Littré, Dictionnaire de la langue française, édition de 1873, Paris, Gallimard, Hachette, 1963, t. II, article « cheval », p. 243.

2 Emile Littré, Dictionnaire de la langue française, édition de 1873, Paris, Gallimard, Hachette, 1963, t. II, article « cheval », p. 243.

3 La Curne de Sainte-Palaye dans ses Mémoires sur l'ancienne chevalerie, Paris, Veuve Duchesne, 1781, décrit le changement de monture pour le combat et conclut : « c'étoit ce qu'on appelloit monter sur ses grands chevaux, expression que nous avons conservée », p. 21.

4 La Curne de Sainte-Palaye emploie par ailleurs l'adjectif possessif « leurs », dès que le sujet du verbe « monter » est au pluriel (cf. op. cit., p. 24) et n'est pas sensible au problème gramatical mais également pratique que pose l'expression.

5 Cf. Claude Duneton, Le Bouquet des expressions imagées, Paris, Seuil, 1990.

6 Nous avons consulté les concordanciers des formes graphiques occurrentes établis par Gérard Gonfroy, Publications du T.E.L.M.O.D., Université de Limoges, pour Ami et Amile, Jehan et Blonde et le Roman de Tristan en prose, ceux édités par le C.U.E.R. M.A., Aix-en-Provence, pour Galeran de Bretagne, Perceval, le Roman de Tristan de Beroul. Joseph I, Duggan a établi A Concordance of the Chanson de Roland, Ohio State University Press, 1969, Pascal Bonnefois fait suivre son Edition critique des Récit d'un ménestrel de Reims, Atelier National de Reproduction des Thèses de l'Université de Lille III, 1990, d'un concordancier. Pour le Roman de Renart, nous avons eu recours à l'Index thématique établi par Micheline de Combarieu et Jean Subrenat, C.U.E.R, M.A., Aix-en-Provence, 1987, et, pour Dieudonné de Hongrie, nous nous sommes livré à une recherche informatisée dans l'édition que nous préparons.

7 Vers 1277 de l'édition Félix Lecoy, Paris, Champion, 1962 ; un concordancier a été publié par le C.U.E.R. M.A., Aix-en-Provence, en 1978.

8 In La Technique littéraire des chansons de geste, Actes du Colloque de Liège, Paris, Les Belles Lettres, 1959, p. 85-104, L'étude porte sur une quinzaine de textes : La Chanson de Roland, Gormont et Isembart, La Chanson de Guillaume, Le Pélerinage de Charlemagne, Le Couronnement de Louis, Le Charroi de Nîmes, La Prise d'Orange, Le Moniage Guillaumе (les deux rédactions), Aliscans, La Chevalerie Vivien, Les Enfances Guillaume Aymeri de Narbonne, Raoul de Cambrai, Buevon de Commarchis.

9 Une fois dans La Chanson de Guillaume, éd. Mac Millan, Paris, S.A.T.F., 1949, v. 918, et une autre dans Les Enfances Guillaume, éd. P. Henry, Paris, S.A.T.F., 1935, v. 3 023, Il est significatif que les deux textes appartiennent au même cycle, quand on sait la place qu'y tient le cheval (cf, Jean Bichon, L'animal dans la littérature française au xiie et au xiiie siècles, Atelier National de Reproduction des Thèses de l'Université de Lille III, 1976, p. 343 à 347).

10 Jean Frappier, art. cit., p. 85 ; Jean Bichon constate également que « cheval » demeure le terme générique et se substitue fréquemment à « destrier », op. cit., p. 157-159.

11 Friedrich Bangert, « Die Tiere in altfranzösischen Epos », Ausgaben und Abhanlungen, Marburg, N. G, Elwert'sche Verlagsbuchhandlung, t. XXXIV, 1885.

12 Adolf Kitze, « Das Ross in den altfranzösischen Artus- und Abenteuer-Roman », Ausgaben und Abhanlungen, Marburg, N. G. Elwert'sche Verlagsbuchhandlung, t. LXXXV, 1888.

13 Berte aux grands pieds, éd. A. Scheler, Bruxelles, 1874, v. 3 340 ; Doon de Mayence, éd. A. Pey, Paris, 1859, v. 4 933 ; Les Enfances Ogier, éd. A. Scheler, Bruxelles, 1874, v. 3 370, encore s'agit-il d'une tournure consécutive ; Huon de Bordeaux, éd. P. Ruelle, Bruxelles-Paris, P.U.B.-P.U.F., 1960, v. 416, 441 ; Aliscans, éd. F. Guessard et A. de Montaiglon, Paris, 1870, v. 2 293 ; Garin le Loheren, éd. J. E. Vallerie, Columbia University, Edwards Brothers, 1947, v. 2 522, 9 660, 14 962, Micheline de Combarieu nous a signalé un exemple dans Lancelot, éd. A. Micha, Paris-Genève, Droz, 1980, t. VII, p. 56.

14 « Aus der Chanson de geste von Auberi dem Burgunden », par A. Tobler, Mittheilungen aus Altfranzösischen Handschriften, Leipzig, Verlag von S. Hirzel, 1870, p. 105, v. 31 ; Doon de Mayence, éd. citée, v. 3 275 ; Garin de Monglane, B.N, fonds français 24 403, f° 14 a, v. 21 ; Garin le Loheren, éd. citée, v. 4 479, 4 950, 8 469.

15 Dans « Die Bruchstücke von Aspremont », Die Altfranzösische Romane der St Markus-Bibliothek, par J. Bekker, Berlin, 1840, Codex VI, p. 62, v. 26.

16 Dans Raoul de Cambrai, éd. E. Le G1ay, Paris, 1840, p. 124, v. 6 (« grant destrier bai ») et dans Gui de Bourgogne, éd. F. Guessard et H. Michelant, Paris, Vieweg, 1859, v. 777 (« grans destriers ferrés »).

17 Edition C. Hippeau, Paris, S.A.T.F, 1868, v. 5 210.

18 Dans le Lai de Doon, publié par G. Paris, Romania, Paris, Vieweg, t. VIII, 1879, p. 61, v. 42, et dans Durmart le Galois, Roman Arturien du Treizième Siècle, publié par Joseph Gildea, Villanova Pennsylvanie, The Villanova Press, t. 1, 1965, v. 4 212, 5 611, 8 470, 8 556, 12 278, 12 530, 14 962.

19 Li Romans de Claris et Laris, éd. Johan Alton, Tübingen, H. Lapp. 1884, v. 22 090, 26 417 ; Durmart le Galois, éd. citée, v. 9 426, 11 662, 12 956, 13 269.

20 Dans Durmart le Galois, éd. citée, v. 12 987 (« Sor granz destriers beaz et apers »).

21 Ibid., v. 5 722 (« Et sor les granz chevaz de pris ») ; on retrouve la même expression que dans Galeran de Bretagne.

22 Dans The continuations of the old French Perceval of Chrestien de Troyes, the first continuation, éd. W. Roach, Philadelphie, American Philosophical Society, 1949, reprint 1962, v. 17 330.

23 Cf. les études citées de Frappier, Bangert et Kitze, et le présent volume (passim).

24 Cf. Jean Bichon, op. cit., p. 164 et 545 sq.

25 Dans Perceval le Gallois, éd. citée, v. 21 357, IL faut néanmoins prendre en compte que ces adjectifs antonymes peuvent exprimer le caractère adulte ou non de l'animal, comme c'est le cas pour « grand destrier » dans le Roman de la Rose, éd. F. Lecoy, Paris, Champion, t. II, 1973, v. 14 025, ou dans la ballade « Contre les chevaux trop jeunes », Oeuvres complètes d'Eustache Deschamps, éd. Queux de Saint-Hilaire, Paris, F. Didot et Cie, t. V, 1887, p. 96, v. 16.

26 C, Bangert, art. cité, p. 51, pour « grant palefroi », « grant sommier », et Kitze, art. cité, p. 18-19 et p. 5 sq., notes 23, 24, 26, 31, 45, 53, et pour « haut », Kitze, art. cité, notes 12, p. 4, et 71, p. 13.

27 Léon Gautier, La Chevalerie, éd. préparée et adaptée par Jacques Levron, Paris, Artaud, 1959, p. 342.

28 Cf. J. Bichon, op. cit., p. 164 et 166.

29 J, Frappier, art. cité, p. 95-96 et 100-101.

30 Il s'agit d'une autre locution, tirée d'une chanson sur l'échec du prince de Condé devant Lérida en 1647, que Louis II de Bourbon aurait composée lui-même (Cf. Antoine Hamilton, Mémoires du comte de Gramont, Paris Julliard, 1965, p. 132), Madame de Sévigné y fait allusion dans sa lettre du 8 avril 1671 à Madame de Grignan, lais reprend l'expression dans un sens licencieux (édition Roger Duchêne, Paris, Gallimard, t. I, 1978, p. 210).

31 « Il y a des chevaux de plusieurs lanières : destriers, grands pour les combats, palefrois, pour chevaucher à l'aise de son corps... », cité par Marie-France de Genellis dans Le Cheval dans l'histoire, Paris, Peyronnet et Cie, p. 89. Cf. aussi Adrien Harmand, « Le destrier, critique étymologique », dans la Revue de Philogie française, Paris, Champion, t. XLVI, 1934, p. 6 note 2 et J. Bichon, op. cit., p. 771.

32 Nous avons consulte entre autres le Thesaurus linguae latinae, Lipsiae, Teubneri, 1931-1353, le Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, d'Albert Blaise, Strasbourg, Le Latin chrétien, 1954, le Mediae Latinitas Lexicon minus, de J.F. Niermeyer, Leiden, E.J. Brill, 1984.

33 Cf. A. Le Boeuffle, Les noms latins d'astres et de constellations, Paris, Les Belles Lettres, 1977.

34 Cf. Albert Pauphilet, Etudes sur la Queste del Saint Graal, Paris, Champion, 1968, p. 111-112, 114 et sur l'âne, p. 118.

35 La Queste del Saint Sraal, éd. A. Pauphilet, Paris, Champion, 1967, p. 150.

36 Ibid., p. 158.

37 Gustave Cohen, Histoire de la chevalerie en France au Moyen Age, Paris, Richard-Nasse, 1349, p. 19.

38 Cf. A. Pauphilet, op. cit., p. 42, Malgré la fin tragique d'Henri II, des tournois eurent encore lieu sous le règne de Charles IX : celui-ci fut blessé par le duc de Guise au cours de l'un d'eux (cf. M. F. de Genellis, op. cit., p. 109).

39 Jean Bichon, op. cit., p. 388.

40 Cf. Pierre Megnin, Histoire du harnachement et de la ferrure du cheval, Vincennes, Bureaux de l'éleveur, 1904, p. 96-97.

41 Huiliez, Les chevaux du royaume, Paris, Montalba, 1983, p. 352, note 9.

42 Cette charge va atteindre cent cinquante kilos a la fin du moyеn âge cf. L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, planches et commentaires présentés par J. Proust, Paris, Hachette, 1985, p. 735.

43 Voir Tutta la pittura di Paolo Uccello, d'Enzo Carli, Milan, Rizzoli, 1954 ; deux tableaux portent le titre de Saint Georges et le Dragon ; on peut observer aussi les trois versions de La Bataille de San Romano ou l'Image équestre du condottiere John Hawkwood.

44 Voir All the sculpture of Donatello, par Luigi Grassi, traduit par Paul Colacicchi, Milan-Londres, Oldbourne Press, 1964, illustrations, p. 151-154, et l'Histoire de l'art, Paris, Alpha, t. 5, 1977, p. 167 et 142.

45 Ibid., t. 6, 1977, p. 110-111.

46 Du Cange, Glossarium mediae et infimae latinitatis Paris, F. Didot frères, t. VI, 1846, à l'article « Valeti », p. 729 ; la citation est tirée du chapitre 97 des Chroniques, qui traite des années 1366-1367.

47 Ibid., t. II, 1842, article « caballus », p. 3.

48 Blessé au siège du château de Rabastens, dans le Béarn, le 23 juillet 1570, Montluc se replie derrière les lignes ; il écrit a ce propos : « et s'en retournay par le mesme chemin que je y estois allé ; et trouvay ung petit cheval d'ung soldat, sur lequel le montay соmmе je peux... », Commentaires de Blaise de Montluc, éd. P. Courteault, Paris, Gallimard, 1964, p. 782. On trouve des « grands chevaux » notamment chez Rabelais, Le cinquième livre, Œuvres complètes, Paris, Garnier, t. II, 1962, chap. 7, p. 303 ; La Curne de Sainte-Palaye donne, dans son Dictionnaire historique de l'ancien langage françois (art. « cheval »), un exemple tiré de la Chronique française, E. Huguet cite Les Comptes du monde du monde amoureux, dans son Dictionnaire de la langue française du xvie siècle, (art. « cheval »). L'appellation a encore cours au xviie siècle, comme l'atteste une occurrence dans l'Histoire tragé-comique d'Audiguier, éd. de 1615, livre I, p. 285. A ce vocable va bientôt se substituer celui de « cheval de bataille ».

49 Cf. l'Histoire de l'art, Paris, Alpha, t. 5, 1977, p. 283 et 287.

50 Marie-France de Genellis, op. cit., p. 89. Suivent la description du palefroi et les catégories de chevaux arabes connus à l'époque.

51 Pierre Magnin, op. cit., p. 111 et figures 37 et 38.

52 La Curne, op. cit., p. 24 note 38. L'auteur se réfère aux Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, (publiés par V.L. Bourrilly et F. Vindry, Paris, Renouard, t. III, 1912, p. 101) : « tous les grands chevaux qui excéderoient la haulteur de six palmes et quatre doigts demoureroient dedans la ville. » Mais la référence à Monstrelet ne laisse pas d'être embarrassante ; en effet, dans l'édition de La Chronique d'Enguerran de Monstrelet, établie par L. Douët d'Arcq, Paris, Vve J. Renouard, t. V., 1851, p. 441, il ne s'agit pas de « six paumes » mais de « six heaumes » et donc du nombre de cavaliers participant à la joute. En outre, si l'on en croit A. Harmand, art. cit. p. 25-27, on aurait dû se servir de grands chevaux pour ce genre d'épreuve ; la suite du texte de Monstrelet (« Et y eut grand foison de lances rompues ») confirme qu'il s'agit bien de joute et non de tournois. A. Harmand s'appuie sur la ballade d'Eustache Deschamps, déjà mentionnée, dans laquelle apparaissent ces vers : « Trois manieres truis de chevaulx, qui sont / Pour la jouste les uns, nommés destriers, / Haulz et puissans, et qui tresgrant force ont » (v. 1-3, p. 95) ; or, souligne Harmand (p. 6), Deschamps fait autorité de par sa qualité de gentilhomme. Par ailleurs, l'emploi de la mesure dans l'oeuvre de Montaigne n'en rend pas l'étalonnage plus sûr (Essais, livre 3, Paris, Garnier-Flammarion, 1969, chapitre « Des coches », p. 129 : « ils assignent les geants, et en firent voir aux Espagnols des ossements à la proportion desquels la stature des hommes revenoit à vint paumes de hauteur »).

53 Rappelons qu'actuellement un anglo-arabe mesure entre 1,58 m et 1,66 m au garrot (Quid, 1992, Paris, Robert Laffont, p. 1747a).

54 Dans La vie de saint Thomas Becket, éd. E. Walberg, Paris, Champion, 1964, v. 1 496.

55 Voir les articles « monter » et « argot » dans le dictionnaire de Huguet (citations de Marot, Scarron, Cretin).

56 Cité par Godefroy a l'article « monter » de son Dictionnaire de l'ancienne langue française, t. V, p. 399 : « Mors qui les montez fist descendre / Et qui des cors de rois fais cendre, » f° 103. Le sens est attesté également chez Guernes de Pont-Saint-Maxence, op. cit., v. 2 953.

57 Sur les chevaux dans les différentes batailles mentionnées, voir M.F. de Genellis, op. cit., p. 94-97. Dans les Récits d'un ménestrel de Reims, le roi Philippe Auguste échappe à la capture par Richard d'Angleterre, en sautant sur le plus rapide destrier disponible, éd. citée, p. 48-49.

58 Cf. M. F. de Genellis, op. cit., p. 110-111. On comprend mieux dès lors les distinctions introduites par Eustache Deschamps, qui écrit pour la deuxième catégorie de chevaux : « Et les moiens sont appeliez coursiers : Ceulz vont plus tost pour guerre et sont legiers », v. 4-5 ; A. Harmand précise que ces coursiers étaient rangés dans la catégorie des grands chevaux lorsqu'ils atteignaient une certaine hauteur, art. cit., p. 25-26.

59 La Curne de Sainte-Palaye donne diverses occurrences ; l'expression apparaît également dans les Miracles de Nostre Dаmе, éd. Paris et Robert, Paris, F. Didot : au tome IV, 1879, p. 109, dans le Miracle de saint Ignace, daté de 1366, et au tome VII, 1883, p. 166 dans le Miracle de saint Laurent, de 1380.

60 C'est le sens donné par Godefroy, t. 9, art. « cheval » ; tous les dictionnaires s'accordent à donner un sens similaire et ce déjà dans le Dictionarie of the french and english Tongues, de Randle Cotgrave, Londres, 1611, reprint Menston Scolar press limited, 1968.

61 L'expression est encore assez significative pour que Pierre-Jakez Hélias en ait fait le titre d'un de ses romans.

62 Cette expression, qu'on trouve par exemple dans La Dаmе de chez Maxim's de G. Feydeau, acte I, sc. 5 (Théâtre complet, Paris, Le Bélier, t. VII, 1954, p. 96), est déjà attestée en 1776 dans le Nouveau dictionnaire françois-anglois de L. Chambaud et J.B. Robinet, Paris-Amsterdam, Pankoucke.

63 C'est d'autant plus plausible si l'on suit A. Harmand dans ses déductions : les caractéristiques des montures sont différentes pour la joute, le tournois ou la guerre et il faut donc avoir plusieurs grands chevaux en voyage pour faire face à tout type d'aventure. Certaines pratiques de changement de monture sont anciennes : cf. Montaigne, Essais, livre I, chapitre 48, « Des destriers ».

64 Brantôme, Vies des dames galantes, Paris, Garnier, 1931, p. 198.

65 Brantôme, Vies des dames galantes, Paris, Garnier, 1931, p. 198.

66 Marguerite de Navarre parle de « haultz patins », L'Heptaméron des nouvelles, Paris, A. Lemerre, 1879, nouvelle 59, p. 109, et Régnier parle de l'artifice de devoir « sa taille au bois de ses patins », Oeuvres complètes, éd. Gabriel Raibaud, Paris, Nizet, 1982, Satire IX, v. 188, p. 103. Voir Le costume moderne et contemporain par Michèle Beaulieu, Paris, P.U.F., 4e éd., 1968, p. 26 et 28.

67 Par exemple, Huguet, op. cit. cite à l'article « patin », les Variétés historiques et littéraires avec : « Pour ces grands eschaffauts de patins hault montés ».

68 66, Brantôme, op. cit., p. 207.

69 C'est le sens retenu par Tobler-Lommatzsch dans le Altfranzösisches Wörterbuch, l'autre sens proposé est « se mettre en chemin », Cf. Recueil général et complet des fabliaux des xiiie et xive siècle, éd. A. de Montaiglon et G. Raynaud, t. VI, 1890, reprint Burt Franklin, s.d., « Du Vilain qui donna son âme au deable », p. 34, v 18 : « I, jor monta sur ses soulers ».

70 C'est en tout cas le rapprochement fait par Cotgrave, et ce dès 1611, puisqu'il donne entre autres sens « to stand upon his pantofles ». Cette traduction est conservée par L. Chambaud et J.B. Robinet op. cit., en 1776.

71 On trouve l'expression dans Les cent nouvelles nouvelles dites les cent nouvelles du roi Louis XI, par P.L. Jacob, Paris, A. Delahaye, 1858, « La Ve nouvelle par Phelippe de Laon », p. 68 ; une note souligne la parenté avec l'expression actuelle.

72 Œuvres du seigneur de Cholières, éd. Ed. Tricotel, Paris, Librairie des bibliophiles, t. II, 1879, p. 371.

73 Pierre Charron, Les trois veritez, Paris, Jacques Villery, 1635, III, 11, « Advertissement », p. 455, et 13, « Advertissement », p. 541.

74 La consultation de nombreux ouvrages sur l'histoire de la Lorraine ne nous a pas permis de dater précisément ce surnom, ignoré de certains auteurs et admis sans plus d'explications par d'autres. Il est attesté à la cour de Lunéville d'après le Quid, éd. citée, p. 1 226, et l'origine en est bien la mode des souliers 4 talons. Il est difficile d'être plus précis ; l'usage de cette appellation est admis à la cour de Stanislas pour Gérard Doscot, qui y voit l'origine de notre expression, dans Stanislas Lesczynski et la Cour de Lorraine, Lausanne, éd. Rencontre, 1969, p. 170 ; pour se faire, il faudrait que le surnom soit beaucoup plus ancien. Cela n'est pas tout à fait impossible dans la mesure où la lutte de l'ancienne noblesse lorraine contre la politique d'anoblissement pratiquée par les ducs à des fins lucratives date du début du xviie siècle (cf. Guy Cabourdin, Terre et Hommes en Lorraine du milieu du xvie siècle à la guerre de Trente Ans, Lille, Atelier National de Reproduction des Thèses, 1975, p. 785 sq.). Mais la mode des talons hauts a persisté jusque sous le règne de Louis XV (Michèle Beaulieu, op. cit., p. 66 et 69) et il semble que les contemporains ne connaissent pas le surnom : ni Madame de Sévigné, ni Tallemant des Réaux, ni Saint-Simon n'y font allusion, tout en mentionnant ces familles ; de même pour les historiens, comme Louis Moreri, dans son Grand Dictionnaire historique, éd. de 1717 et de 1759, ou le Père Anselme, dans son Histoire généalogique et chronologique..., t. II, 1731, n'en parlent ; quant à Dom Augustin Calmet, spécialiste de l'histoire locale, qui fréquentait Voltaire et Mme du Châtelet, il a publié en 1741 une Histoire généalogique de la maison du Châtelet, brancha puînée de la maison de Lorraine, Nancy, J.B. Cusson, sans faire la moindre mention de ce surnom. Il nous est donc difficile d'être plus précis, mais il est évident que l'expression de Charron s'applique tout à fait aux luttes de castes qui opposent dès le début du xviie siècle noblesse d'épée et noblesse de robe, même si la locution est antérieure au surnom donné à ces familles.

75 Montaigne, Essais, livre 3, éd. citée, p. 249. Remarquons que l'histoire littéraire présente parfois des coïncidences curieuses : Brantôme et Montaigne ont fait tous deux une grave chute de cheval.

76 Französisches Etymologisches Wörterbuch, Basel, Helbing et Lichtenhahn, 1946, article « caballus ».

77 Dictionnaire de l'académie française, Paris, J.B. Coignard, 1694, t. II, p. 85. Ce sens apparaît encore au xixe siècle dans le Dictionnaire universel de Lachâtre (s.l.n.d.).

78 Montaigne, op. cit., p. 248.

79 Ibid., p. 249.

80 En 1611, Cotgrave donne encore a l'expression le sens de « to use lofties tearmes » ; l'adjectif révèle toute l'ambiguité de l'expression, puisqu'il peut signifier aussi bien « élevé, noble, grandiose » que « hautain, condescendant ». Le débat sur l'art oratoire va se continuer et s'amplifier au début du siècle suivant. Cf. ce qu'écrit Denis Lopez dans La plume et l'épée : Montausier (1610-1690), P.F.S.C.L., Paris-Tübingen, Leiner, 1987, sur atticisme et sénéquisme d'une part et cicéronianisme d'autre part (entrées de l'index) et les références faites à Marc Fumaroli, L'Age de l'éloquence, Genève, Droz, 1980.

81 Pierre Charron, De la sagesse, Bordeaux, S. Millanges, 1606, livre II, chapitre III, p. 333, La première édition date de 1601.

82 Pierre Charron, De la sagesse, Bordeaux, S. Millanges, 1606, livre II, chapitre III, p. 333, La première édition date de 1601.

83 Entretiens de Monsieur de Voiture et de Monsieur Costar d'après l'édition de 1654, Paris, A. Courbé, (s.l.n.d.) : dans la lettre III, Costart cite à Voiture un vers d'Athénée, « Le vin est le grand cheval des poètes », et commente ainsi : « A ce conte-là, il ne sont pas montés sur leurs grands chevaux, s'ils n'ont bien bu. Ils parlent toûjours à cheval car le discours du Poète est opposé à celuy de l'Orateur, qu'Horace appelle un discours à pied, sermonem pedestrem. Mais lors qu'ils sont à jeun, ils ne sont montez que sur des bidets. », p. 64. Dans la lettre IV, du 25 août 1938, Voiture répond que ce grand avec cheval lui plaît « et revient heureusement à cette phrase Françoise, monter sur ses grands chevaux, comme vous l'avez ingénieusement remarqué, », p. 68.

84 Cf. Lexique de la langue de Malherbe avec une introduction grammaticale, A.D. Régnier fils, Paris, Hachette, 1869 ; Jean Chapelain, Lettres, éd. Tamizey de Larroqus, Paris, Imprimerie nationale, t. I, 1380, p. 622, n. 4, la lettre est publiée dans l'édition de 1540, cf. Lexique de la langue de Chapelain, A. Fabre, Paris, 1889 ; Père Bouhours, Remarques nouvelles sur la langue française, Paris, Mabre-Cramoisoy, 1676, et Suite des remarques..., Paris, G. et L. Josse, 1692 ; Vaugelas ne fait également aucun commentaire dans ses Remarques sur la langue françoise, éd. A. Chassang, Paris, L Cerf, 1884. Nous n'avons rien trouvé non plus dans l'oeuvre de Ménage : Les origines de la langue françoise, de 1650, Observations de Monsieur Ménage sur la langue françoise, de 1672, Dictionnaire étymologique de la langue françoise, de 1694.

85 Saint François de Sales est cité par Godefroy, t. 9, art. « cheval » C'est Brunot, dans son Histoire de la langue française (t. III, 1ère partie, p. 256), qui relève l'expression chez Saint-Amant ; celui-ci parle des musiciens ambulants qui le réveillent au petit matin : « Mais ces fascheux Menestriers / Ont fait perdre les estriers / Cent fois à ma patience » Œuvres, éd Jean Lagny, Paris, M. Didier, t. III, 1969, « L'Albion », v. 542-544. En revanche, Brunot ne fait aucune allusion à l'apparition de l'expression qui nous occupe.

86 Madame de Sévigné, éd. citée, t. III, lettre à Bussy-Rabutin, du 24 juin 1881, p. 71 et lettre à Madame de Grignan, du 4 avril 1689, p. 567 ; dans cette lettre-ci, on peut constater combien l'expression reste liée à la fois au domaine équestre et a l'art oratoire : « Quand je vous vois écrire sur de grand papier, il me semble que je vous vois montée sur vos grands chevaux. C'est un grand divertissement pour moi ; vous galopez sur le bon pied, je l'avoue, mais vous allez trop loin et je ne puis souffrir les conséquences. »

87 Antoine Hamilton, éd. citée, chap. IX, p. 178 et XI, p. 280.

88 V. 21.

89 Théologie portative, dans le Discours préliminaire, éd. de 1768, p. 196.

90 Les petits bourgeois, Paris, Gallimard, p. 95-96.

91 Le rhubarbe, Paris, Le Seuil, 1965, p. 153.

92 Je t'aimerai sans vergogne, 1967, p. 161.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540