Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cheval dans le monde médiéval

Les chevaux symboliques d'Amadas et Ydoine

Régine Colliot

Texte intégral

  • 1 Amadas et Ydoine, roman du xiiie siècle, édité par John Reinhard, Paris, C.F.M.A., 1926. Toutes le (...)

1Les auditeurs médiévaux et les lecteurs plus modernes d'Amadas et Ydoine1 gardent le souvernir d'un beau récit d'amour courtois, le plus chaste, le plus exclusif et le plus passionné tout ensemble. Les chevaux paraissent y jouer un rôle mineur, pourtant non dépourvu de signification ; dans ce roman courtois, le cheval occupe une place modeste mais suggestive.

2Les chevaux dans les 1 500 premiers vers d'Amadas et Ydoine sont curieusement absents, même si l'action suppose des défilés de chevaliers (par exemple à propos du "burdis fort et plener", v. 995, où les compagnons d'Amadas qui vont jouter à la lance, le font certainement à cheval). Il faut attendre le vers 1470 pour que le mot soit mentionné. Amadas accomplit son grand voyage de prouesse, qui doit le rendre digne de devenir l'époux d'Ydoine :

Pour ce abati cent vassaus
Et gaaigna cinc cens chevaus
dont si grant est la renumee
De lui par tout le mont alee
Que d'Engleterre jusqu'à Roume
N'est parole d'un tout seul home
Envers lui de chevalerie. v. 1469-75

3L'exploit semble en effet considérable ; comment Amadas, ayant triomphé de cent vassaux peut-il avoir du même coup gagné cinq cents chevaux ? (même en admettant que chacun des vaincus possédait en réserve un cheval de remonte). Mais le chiffre est évidemment un chiffre d'exagération épique, destinée à exalter la gloire sans mesure du héros : il s'agit d'un chiffre hyperbolique, qui suscite l'éloge hyperbolique. Mais bientôt Amadas va gagner au combat un cheval dont il va faire un usage spécial et, peut-on dire, amoureux : il conquiert en effet au cours d'une joute où il est victorieux le cheval du frère du roi de France

Et au duc un cheval courant
Envoie dont il au jouster
Fist jus un haut baron verser :
Freres estoit le roi de France. v. 1518-21

4Le triomphe ne fut pas facile, car

Mult fu grans et dure et fiers
Et merveilles boins chevaliers. v. 1524-25

5Or ce "cheval courant" est en effet connu pour son endurance et sa rapidité que l'auteur compare à celles du dromadaire

Iloec conquist le bon ceval
Qui plus va tost et pui et val
Que dromadaires por besogne. v. 1535-37

6La filiation du cheval avec un dromadaire serait-elle suggérée ? Amadas songe aussitôt à utiliser ce butin exceptionnel pour une "captatio bene-volentiae". Il l'envoie en effet au duc de Bourgogne qu'il espère voir devenir son beau-père et compte obtenir ses bonnes grâces par ce cadeau "royal" (rehaussé par la comparaison avec le dromadaire). Il envoie l'animal par "cierté" (v. 1539) par sentiment d'hommage affectueux envers le duc dont il est le vassal ; un vassal peut donc gratifier son suzerain d'un cheval conquis au tournoi, cheval de grand prix, car il est qualifié de "missaudour" (v. 1541). La qualité et le prix d'un cheval vont de pair.

7Le duc de Bourgogne reçoit avec joie le présent comme le don "d'un bon vassal", et toute la cour de Bourgogne admire l'animal.

Par un sien vallet en Bourgoigne
L'envoie, et par mult grant cierté,
Car tel n'ot en crestienté.
Le duc tramet le missaudour
Et un salu, com a signour ;
Et si li mande par amour
Comme a houme de grant valor
Qu'il s'en venra hastivement.
Li dus en est liez et joians.
Mult loent tuit le bon ceval. v. 1538-47

8Le cadeau en fait n'est pas simple hommage d'un vassal à son suzerain, mais espoir de se faire bien voir d'un futur beau père ; hélas le duc a d'autres projets en tête pour sa fille, le missaudour manquera son but. Mais dans l'immédiat il déclenche la joie d'Ydoine qui assiste à l'arrivée de l'animal à la cour ; le cheval est donc aussi message secret d'amour, comme les deux amants ont l'habitude d'en échanger :

Si vous di bien, c'au mien avis,
Qu'Idoine n'est mie paulie,
Ains est si finement haitie
Des messages, dou mandement
Que li tramet priveement,
Que tout le cuer a de douçour
Embrasé et de fine amour. v. 1550-56

9Le missaudour avait donc triple signification : hommage d'un vassal à son suzerain, espoir de séduction intéressée, signe dissimulé d'amour.

10Cependant Amadas revient en effet en Bourgogne, au milieu du cortège triomphal formé par ses jeunes compagnons, tous défilant évidemment à cheval :

Puis s'en tourne le grant chemin
Droit vers Bourgongne a un matin,
Et tuit si compaignon o lui,
A mult grant joie, sans anui.
Bien erent comme chevalier
Qui d'armes aiment le mestier,
Qu'en la route a mult biaus escus,
Haubers saffrés, hiaumes agus,
Riches chevaus et de grant pris,
Et jovles houmes et jolis. v. 1597-1606

  • 2 Albert Henry, Les Œuvres d'Adenet le Roi, tome I, biographie d'Adenet, Bruges, 1951, p. 70 (compte (...)

11Le cheval s'insère dans l'énumération des attributs chevaleresques, et ne prend pas plus d'importance que les hauberts, ou les heaumes. Cependant un beau cheval est toujours "de grand prix". D'après les comptes qui nous ont été conservés de Makel, le secrétaire comptable du comte Gui de Flandre2, un cheval, robuste mais ordinaire coûte 18 livres à Florence en 1271, une trentaine d'années après la rédaction vraisemblable d'Amadas et Ydoine. Mais dans la suite du récit, nous verrons qu'un très beau cheval peut coûter plus de 100 livres.

12Amadas est particulièrement heureux en se rapprochant de Dijon et il met son cheval à l'amble, adoptant cette allure dansante pour matérialiser sa joie :

Ert Amadas jentix et biaus,
Humles et frans, de boines mours...
L'ambleüre vait li mescin... v. 1648-1651

13Au dessus de ses chausses entaillées de noir et de vermeil, il porte des éperons d'or, en harmonie avec son cheval qui est "sor", d'un roux doré, couleur qui symbolise sa gloire et sa joie

Desous ot esperons a or
Et sist sour un palefroi sor,
Bel et crenu, souef portant,
On ne trouvast nul mix ambiant. v. 1643-1646

14Premier portrait précis d'un beau cheval dans le texte, il y en aura d'autres. Ce cheval accompli est d'une belle couleur chatoyante, son poil est long et abondant, son allure est douce, et il a été dressé à marcher à l'amble. C'est un palefroi, un cheval de parade et non un destrier. Tout en avançant à l'amble, Amadas, plein de joie, se met à chanter un "sonnet poitevin" (Il faudrait savoir si le rythme d'un sonnet poitevin a quelque analogie avec l'amble du cheval...). Toujours sur sa monture et toujours chantant, Amadas tient par le cou un de ses compagnons, et les autres le suivent deux par deux, charmés par les mots d'amour

L'ambléüre vait li mescin
Cantant un sonnet poitevin.
De la grant joie que il a...
Par envoiseüre a jeté
A un sien compaignon privé
Le braç au col par droite joie.
Cantant va d'Ydoine la bloie
Mult haut et cler, par grant douçour,
Et courtois mos par grant amour.
Si compagnon environ lui
Erroient apres dui et dui
S'escoutoient par grant delit
La cançounette que il dist. v. 1651-1664

15Ainsi s'organise un cortège poétique à cheval, basé sur des mots "courtois" et des rythmes, formé par tous les tournoyeurs. Ce cortège de joie va former un contraste total avec celui qui va se former dans peu d'instants quand Amadas aura sombré dans la folie. Il vit en effet ses dernières minutes à cheval dans sa dignité d'homme et de chevalier. La rencontre avec le message fatal, annonçant le mariage d'Ydoine avec le comte de Nevers est proche. Ce messager, bien connu d'Amadas, avance sur la route, et dès qu'il l'aperçoit, il pique des éperons, pour avoir plus vite des nouvelles de sa Bien-Aimée, et dépasse ses compagnons :

Amadas cevauce devant,
Si l'a trestout premiers veü,
Si l'a mult bien reconneü :
Bien set c'est li vallés s'amie... v. 1702-1705
De la grant joie que il a
Que nouveles de li ora
Le palefroi des esperons
A point et laist ses compagnons :
Contre celui en vait poignant, v. 1709-1713

16Le trot du cheval est ici élan de joie. Mais le héros met pied à terre, car le messager va à pied, et abandonnant son palefroi, il va entrer dans la douleur, la folie et la honte pour plusieurs années. Le cheval, associé à la gloire du jeune chevalier, va s'éloigner de lui pendant sa déchéance, mais il reparaîtra auprès de lui, quand Amadas aura retrouvé son bon sens, pour l'aider à reconquérir sa gloire.

Cil est jà au vallet venus
Du palefroi est descendus. v. 1719-1720

17Quand Amadas comprend qu'Ydoine est perdue pour lui, la démence s'empare du héros, il se transforme en une sorte de loup "comme garous jete la main" (v. 1818), plus loin il sera comparé à un cerf

Com cerf en broel faisant ses saus v. 2511

18et même à un écureuil

Les menus saus, plus qu'escureus
S'en va la rue contreval. v. 2758-2759

19Autrement dit, le chevalier tombé dans l'abjection de la folie adopte maintenant une démarche de bête, privé de son cheval. Ses compagnons s'apercevant de son état essaient de l'arrêter dans sa fuite ; ils y ont le plus grand mal, bien qu'ils soient, eux, restés à cheval.

Quant ce voient si compaignon
Qu'il est esragiés et dervés...
A esperon vont tout apres
Et qui ains ains, de grant eslès. v. 1828-1834

20Malgré cet avantage, ils le rattraperont avec la plus grande difficulté

Envers le bos s'est adrechiés.
E cil les palefrois guerpirent
Et es destriers mult tost salirent.
D'esperouner pas ne se faignent.
A mult grant angousse l'ataignent. v. 1838-1842

21Le fou est si rapide qu'ils sont obligés d'échanger leurs palefrois contre leurs destriers. Quand ils l'ont arrêté, ils le garottent, et le remontent à cheval, mais dans quelle attitude ! En quelques minutes Amadas est passé de l'état de cavalier triomphant sur son palefroi à celui de misérable dément ligoté et maintenu entre les bras d'un de ses compagnons sur un cheval qu'on fait avancer très doucement, de crainte que le fou ne s'échappe ou ne tombe :

A fine force et a martire
Le font liier et a grant ire :
Angousseus en sont et dolent
Puis l'ont monté isnelement
Sus un souef ambiant destrier
Derriere lui un cevalier
Qui en ses bras le tient o plour. v. 1903-1910

22Le contraste entre la marche poétique et triomphale vers Dijon et la piteuse retraite du fou est grand, les chevaux aident à matérialiser l'aspect dramatique des scènes.

23Lors de la seconde fuite d'Amadas, cette fois du château de son père, à nouveau les poursuivants montent tous à cheval mais le fou court si vite qu'ils perdent sa trace, le fou bat à la course les chevaux

Tuit ensemble dolent en sont :
Pour l'aler querre monter font
Chevaliers, serjans, damoisiaus ;
Tuit montent es chevaus isniaus,
Et issent hors de la cité...
Mais t'aillent tuit... v. 2525-2533

24L'égaré réussit à distancer les chevaux ; dans toutes ces démarches, le cheval, compagnon de l'homme, est associé à sa joie ou à sa tristesse, à ses efforts aussi ; il ne s'agit pas seulement d'une association physique, mais d'une illustration mentale.

25Le cheval va reparaître auprès du messager Garinet, dépêché par Ydoine pour retrouver Amadas. Pour cette mission, la comtesse lui fournit un cheval :

Et mult estoit loiaus vallés
Il estoit noumés Garinés ;
Ele l'avoit mis a ceval. v. 2587-2589

26Formule curieuse, qui semble signifier que Garinet, de messager à pied, devient messager à cheval ; étant donné ses voyages qui le mèneront jusqu'en Italie, il en aura bien besoin ; c'est à cheval qu'il parvient dans la ville de Lucques au Nord du pays et se présente dans la maison du riche bourgeois, si charitable pour les héros. Le cheval fait partie de la respectabilité du voyageur et Garinet en prend soin.

Iloec le fait bien atorner
Et son ceval bien establer.
En l'estable aaisïement... v. 2693-2695

27Le cheval de Garinet, simple sergent, est le seul dans le récit, à être bien traité. Garinet, quand il a identifié le fou de Lucques, fournit à l'hôte un résumé de son destin, "du plus haut au plus bas"

Maintes fois l'ai véü armé
Sus le destier, l'escu au col,
Et or le voi dervé et fol. v. 2800-2802

28Folie et chevalerie sont opposées, comme elles le seront encore dans la suite du récit.

29Cependant la comtesse Ydoine quitte Nevers pour se rendre à Lucques puis à Rome ; elle part seule et sans son époux, le bon comte de Nevers, qui lui fournit pour son voyage chevaux et cinq chevaliers d'escorte, et sommiers porteurs de bagages, comme il convient à si haute dame

Draps et chevaus, or et argent ;
Si li baille cinc chevaliers,
Qui assés i vont volentiers
Et feront son commandement. v. 3008-3011

30Voici donc l'héroïne en "commandante" d'une petite escorte, ce qui s'accorde à son caractère volontaire et indépendant, on la verra doner en effet des ordres à ses chevaliers. Comme on mesure la noblesse d'un personnage à l'importance de son "train", Garinet, rentrant dans Lucques ne manque pas d'envoyer avant lui

Coffres et bouges et somiers v. 3029

31car il y a identification sociale et considération à l'égard de l'homme ou de la dame noble d'après le nombre de chevaux qui l'accompagnent et leur qualité. Le cheval est évidemment absent lors des épisodes lucquois de la folie d'Amadas, mais il reparait lors de sa guérison. Ydoine prépare avec grand soin la réintégration sociale d'Amadas, et pour l'introduire chez le bon hôte, elle met au point une rentrée à cheval, après lui avoir envoyé des habits de luxe. La remontée sur un cheval parachève cette résurrection :

A un rubi cler et luisant
Ot en son doi mult bien seant.
Sour un palefroi est montés
Qui ricement fu atornés :
A cort s'en va... v. 3781-3785

32Et Amadas descent de son cheval juste devant la porte de la salle du festin

Es vous Amadas qui descent
Devant l'uis de la sale droit v. 3792-3793

33Le rapport folie/chevalerie commence à s'inverser. Le chevalier récupère son cheval quand il retrouve sa raison. Le palefroi est le signe de ce rassérénement.

34Pour accomplir son pélerinage obligatoire à Rome, Ydoine doit laisser Amadas à Lucques, chez l'hôte obligeant qui lui fournira tout ce que peut souhaiter un chevalier

Cevaux et dras a grant honor
Armes, harnois et bel atour. v. 3889-3890

35C'est en effet ce qui se passera dans la scène célèbre de l'après-midi à Lucques pendant laquelle Amadas voit défiler dans la grand'rue qui a été le théâtre de sa honte tous les éléments de sa réhabilitation. D'abord un messager bien atourné, qui est un inviteur de tournoi, qui

Passe la rue en avalant
et s'en passe outre le grant trot
Que il onques ne leur dist mot. v. 40656-4058

36Amadas l'interpelle, le messager

Guencist a lui outre la rue. v. 4075

37Il fait donc traverser la rue à son cheval, informe Amadas qu'il recrute des combattants pour un important tournoi ; Amadas aussitôt songe à y participer ; et le Ciel va lui envoyer un splendide coursier pour s'y rendre : suivent dans le récit deux magnifiques portraits de chevaux ; le premier est un destrier :

Si garde et voit venir aval
La rue un mult rice ceval
Qui bien cent livres u plus vaut :
Endroit mie di por le caut
Le menoit uns vallés baignier.
Quant Amadas voit le destrier,
Mult le couvoite en son courage.
L'ostes, qui ot le cuer mult sage,
Aperçoit bien a son samblant
Et a çou qu'il l'esgarde tant,
Que mult le couvoite Amadas.
A haute vois isnel le pas
Le vallet au borjois apele,
Et cil guencist la resne bele,
Le bon ceval droit vers lui guie ;
Mais au venir, par cortoisie,
Les jambes oevre un seul petit
Et li destriers, selonc l'escrit,
Se lance avant com uns quariaus.
Veit l'Amadas, mult li est biaus ;
Mult le loe et dist que mult vaut.
Li ostes li respont en haut :
"Sire, est il a vostre talent ?
- Oîl, ostes, estrangement
Le couvoit, car il est mult biaus,
Et, par samblant, fors et isniaus,
Et aaisiés, au mien espoir. v. 4126-4153

38Amadas éprouve donc un véritable coup de foudre pour ce cheval, dont on devine au premier coup d'œil le prix élevé qu'il doit coûter, rapide comme une flèche, beau, robuste, facile à manier. Il le "couvoit" fort en son cœur, et l'hôte s'aperçoit aussitôt de cette attirance quasi amoureuse. Cet homme obligeant interroge :

Volés le vous, biau sire, avoir ?
- Oïl.

39répond Amadas sans fausse honte ; aussitôt l'hôte s'entremet, il achètera le cheval, qui appartient à un sien cousin, pour Amadas, en y mettant le prix qu'il faudra

Car le ceval si bien counois
Qu'il a en lui si grant bonté
N'a milleur en ceste cité. v. 4160-4162

40L'hôte interpelle le valet et le charge de dire à son maître qu'il "retient le destrier" (v. 4165) et le valet laisse sans difficulté le "missaudour" (v. 4172). Voici Amadas pourvu pour le tournoi d'une monture incomparable, et l'on salue au passage la noblesse des moeurs de ces grands bourgeois italiens qui agissent en vrais grands seigneurs : dans cette Italie du xiiie siècle, ce ne sont plus les suzerains qui donnent armes et chevaux, mais les bourgeois enrichis. Comme le bourgeois achètera deux chevaux, il dépensera, d'après le texte, plus de deux cents livres pour un geste de pure magnificence... Amadas en effet va faire aussitôt une seconde rencontre "chevaline", si l'on peut dire, après le cheval de guerre s'avance le cheval d'amour :

... un palefroi revit passer
Qui bien faisoit a regarder.
Car il n'estoit mie tondus,
Grans ert et biaus, ce m'est avis,
N'ot si bel en trente païs ;
De cors, de membres ne de teste,
Ne vit nus hom si gente beste... v. 4175-4182

41Suit une description plus détaillée du palefroi : il a le dos bien cambré comme il faut pour porter la selle bien droit, sans remuer les côtes ni les flancs, la croupe bien large sans défaut, la narine ample, les yeux saillants, aucune trace de gale ni d'excroissance, ressemblant à l'hermine pour la blancheur ; jamais on ne vit palefroi si beau en fresque ni en tapisserie, il bouge la tête comme par fierté, il a l'encolure arrondie, un large espace entre les deux yeux (v. 4185 à 4196) enfin sa démarche est fière

La rue fait toute frémir
Et des cailliaus le fu saillir v. 4191-4192

42Et il va l'amble d'une façon extraordinaire, si joliment et si doucement qu'aucun cheval, sinon son pareil, ne peut avancer comme lui (v. 4199-4202). Nul ne le voie qui n'affirme qu'on n'a jamais vu telle bête sous le ciel, dans la réalité ou en imaginatio (v. 4203-4205).

43Amadas pense aussitôt que ce palefroi est destiné à Ydoine dont il est en quelque sorte le "signe". De même que le destrier était destiné à Amadas, de même ce palefroi, immaculé comme l'hermine, convient à la pureté de la pucelle Ydoine, et la blancheur de l'animal symbolise la chasteté obstinée d'Ydoine. (Nous sommes presque sur le chemin de la Licorne). Chacun des deux amants trouve à Lucques monture à sa ressemblance, à sa signifiance. Amadas

.... pense bien en son secroi
S'Idoine, s'amie, ne l'a,
De par lui malement ira. v. 4208-4210

  • 3 Li Chevaliers as deus espees, édition Wendelin Foerster, Altfranzössischer Abenteuerroman, Halle, (...)

44L'hôte s'aperçoit une fois encore de l'engoûment d'Amadas pour le palefroi et pratiquant la même largesse l'achète également et le fait mener à l'hôtel du chevalier (v. 4212-4217) c'est-à-dire le siens propre. Les "blancs" palefrois sont certes attribués très souvent aux héroïnes de romans, arthuriens ou courtois, mais elles ne sont pas toujours pucelles, alors que dans le cas d'Ydoine, le symbole est évident. Le symbole de pureté n'existe pas par exemple dans la description du petit palefroi breton tout blanc, monté par l'amie de Gauvain dans le Chevalier aux Deux épées, qui est ou sera sa maîtresse3 :

S'ot palefroi petit breton
Blanc comme nois qui est chéüe
De nouviel... v. 5156-5158

  • 4 Op. cit., v. 12226-12228.

45En fait cette blancheur "neigeuse" du palefroi des jeunes femmes est un topos, mais au milieu du xiiie siècle le conteur insiste d'ordinaire sur le raffinement de la parure du palefroi, aussi coquettement combinée que celle de sa propriétaire, en harmonie avec son élégance. Dans l'œuvre pré-citée, même palefroi blanc pour le cortège de noces de Lore de Caradigan4 :

... et seoit
Sor un blanc palefroi petit
Crenu... v. 12226-12228

46Celui d'Ydoine

De blancheur resambloit ermine
... il n'estoit mie tondus
Ains est trop cointement crenus. v. 4177-4178

47Contrairement à l'usage moderne, il semble que l'on laisse pousser les crins du cheval dans toute leur force et exubérance. Dans le cas d'Ydoine qui pratique l'amour courtois le plus chaste et le plus scrupuleux, la robe candide de sa monture (et la monture est composante du personnage) a bien valeur de symbole.

48Cependant Amadas pourvu maintenant de son beau destrier s'apprête pour le tournoi, muni de belles armes et de tout l'équipement nécessaire par le bourgeois :

Car li ostes, comme courtois,
Li a trouvé rice harnois,
Vallet, esquiier et serjant. v. 4233-4235

49et il se dirige sans souci vers le lieu du combat ; en effet il ne craint plus maintenant d'être identifié comme le fou de Lucques ainsi qu'il l'a redouté quelque temps et il se dirige "à l'amble" vers le champ de l'engagement

I vint la petit ambleüre
Com cil qui pas ne s'aseüre. v. 4245-4246

50Nous ne l'avons pas vu ambler depuis qu'il arrivait à Dijon. Et c'est le portrait triomphal du chevalier Amadas prêt au combat :

... tant par est li damoisiaus
Et grans et fors et gens et biax
C'on ne trouvast pour nule rien
Nul si bel houme teriien
Ne mix ressemblast chevalier.
Il sist sour le corant destrier
Qu'acata li ostes courtois :
Plus blans est tous que nule nois
Fors que le pié destre avoit brun.
D'un mout delïé ysenbrun
D'Alemaigne, noir et deugié,
A fleurs, a foellies detrenché,
Est couvers li cevaus de pris ;
Les trenceüres, ce m'est vis,
Furent larges pour le blancor
Veoir dou ceval missaudor.
Quant il ert au tornoiement :
Et avoeques lui ensement
Ot bien jusqu'a dis damoisiaus
Sour bons roncis fors et isniaus. v. 4259-4278

51Ainsi nous connaissons maintenant la couleur du missaudour, il est, lui aussi, blanc comme neige, tout comme le cheval d'Ydoine, bêtes jumelles en quelque sorte, assorties par la même pureté, comme les maîtres le sont par la chasteté de leur amour. Mais le cheval d'Amadas présente un léger défaut : il a le pied droit brun. Pourquoi ? Certes il ne s'agit là peut-être que d'une curiosité physique, mais ne serait-ce pas la marque qu'Amadas est passé par la folie, honte suprême pour un chevalier, comme Amadas l'a dit lui-même à sa Bien-Aimée ? A cause de son harnachement, de sa robe de parade noire toute découpée à feuilles et à fleurs pour mettre en valeur sa blancheur, la description du cheval joue sur l'opposition du blanc et du noir, en un luxueux contraste. Le blanc l'emporte sur le noir d'ailleurs, tout comme la force et la vertu guerrière d'Amadas retrouvées font oublier sa déchéance. Et il est environné d'un cortège de compagnons cavaliers montés sur de bons roncins.

52Bientôt il s'engage dans le combat des tournoyeurs, protégé par son écu blanc et noir lui aussi (v. 4290-4291) monté sur le destrier dont l'élan est irrésistible comme il sied à tout cheval de combat qui participe à l'assaut

Point Amadas par grant randon
Lance baisie, a esperon
Tant par va tost li siens cevaus
Parmi le blé qui ert ingaus
Que ne s'i tenist uns faucons
Et il, plus joins qu'esmerillons
En vait un chevalier ferir v. 4307-4313

53Ainsi nous voyons le destrier en action, sa course est si rapide qu'elle gênerait le vol du faucon ; bientôt Amadas a vaincu un premier adversaire et l'envoie au sol

Remés en sont wit li arçon, v. 4320

54et conquiert son premier cheval. Que va-t-il en faire ? Alors se produit un curieux incident : il est abordé par un "croisié" qui l'implore :

"Sire, sire ! moi le dounés,
Que certes mult grant bien ferés
Et par couvent que hui cest jour
Vous otroie Damediex l'onor
Et le pris du tornoiement".
Amadas la parole entent,
Si li doune tot maintenant
Et li croisiés s'en va poignant
Qui en maine le bon ceval. v. 4325-4333

  • 5 Je signale à ce propos un article de W.T.H. Jackson : "Prison et croisié : ein Beitrag zum Begriff (...)

55Que fait ce croisé au milieu d'un tournoi de prestige, occupé à se faire octroyer des chevaux par ses supplications, comme une aumône, et prédisant à son bienfaiteur "le prix du tournoi" pour sa charité éventuelle ? C'est une curieuse manière de "faire croisade". S'agit-il d'un croisé "solitaire" qui paie de cette façon son voyage outre-mer en gagnant des chevaux qu'il revendra sans doute ? En fait les croisés au milieu des tournois constituent un topos de la littérature arthurienne5. Selon le texte d'autres croisés agissent de même, réclamant des chevaux aux vainqueurs ; Amadas en effet abat "d'un seul eslés" cinq autres adversaires et donne leurs chevaux "aux prisonniers et aux croisés" Amadas est un toumoyeur gratuit qui ne cherche que la victoire pure.

Tous desarmés cinc chevaliers
A abatus et les destriers
Doune as prisons et as croisiés. v. 4343-4345

56Il gratifie donc de ses prises des combatants capturés qu'il remettrait en selle par largesse et générosité, et encore des croisés. Cet épisode doit confirmer la grandeur d'âme d'Amadas.

57Le tournoi se poursuit dans le flux et le reflux des combattants ; nous apprenons au passage pendant un bref moment de repos d'Amadas que son destrier s'appelle Blanchart "Blancart" (v. 4374) ce qui ne nous étonne pas

Si descend a pié de Blancart.

58S'emparant toujours des chevaux de ses adversaires, il a l'élégance de remettre en selle tous ceux qu'il voit tomber au sol (v. 4414-4418). On l'entoure, on l'acclame, il s'élance "de grant randon" et "a esperon" contre le capitaine ennemi" et li fist guerpir le ceval" (v. 4482). A tout adversaire, il fait

Par estavoir widier l'arçon. v. 4518

59quitte à lui restituer ensuite son cheval, dans une sorte de ballet guerrier. Enfin il reçoit le prix du tournoi, et retourne à Lucques, entouré de compagnons enthousiastes ; sa honte est effacée à tout jamais.

60Cependant Ydoine revient de son pélerinage romain, toute joyeuse. Elle va, hélas, presque arrivée à Lucques, tomber dans un guet-apens, suivi d'un enlèvement à cheval qui aura des suites dramatiques. Elle chemine tranquillement

Par la rice resne la tient
Uns vius chevaliers qui la guie. v. 4618-4619

61Il est fréquent, dit l'auteur, de faire ainsi guider par la bride les belles dames par de vieux chevaliers, peu dangereux pour leur vertu

Car mult souvent ont en baillie
Teus gens les dames a guier
Et a conduire et a mener
Que mains est doutés hom de jors
Que li jovenes en toutes cors... v. 4620-4624

62Mais l'escorte des vieux chevaliers a d'autres inconvénients

Si com la route erroit tot droit...
Au trespas d'un petit vaucel... v. 4625-4627
A destre uns chevaliers leur sourt
Sour un destrier crenu qui cort
Plus que ne destent uns quariaus. v. 4630-4631

63L'assaillant s'empare de la comtess et la place sur le col du destrier, dans la position de la dame qui de gré ou de force, chevauche avec un cavalier :

Les galos apoignant,
Le chevalier vint ataignant
Qui la dame tenoit au frain.
Tout porte a terre en mi le plain
Et palefroi et cevalier. (Il s'agit du vieux guide d'Yvoine)
Par sus le col de son destrier
Met la comtesse, si s'en vait. v. 4635-4641

64Ydoine crie comme il convient à femme enlevée, les gens de son escorte

Si poignent, a grant eslés,
A esperons trestost après, v. 4649-4650

65Bientôt le ravisseur s'aperçoit qu'il est encerclé, alors il abandonne et sa proie et sa course

comme cil voit
Qu'il ne la puet porter avant
Si la met jus tout maintenant
A tere, ne mot ne li dist.
Et puis tantost s'esvanuit
Que nus ne sot que il devint, v. 4658-4663

  • 6 Albert Henry, Les oeuvres d'Adenet le Roi, tome V. Cléomadès, vol. I, texte, vol. 2, Introduction. (...)

66Cette disparition est magique : on apprendra plus tard que le ravisseur est un chevalier-fée dont le cheval a toutes les caractéristiques d'un cheval surréel : beauté, force étonnante, rapidité (celle du carreau d'arbalète) possibilité de disparition subite et totale. Ainsi le cheval de fust de Cléomadès6 se déplaçait comme "uns karrel qui est descochiés" (v. 1634) et disparaissait en un instant en plein ciel

Li chevalès s'en ala
Si tres tost que cil qui le virent
Mouvoir assés tost le perdirent" v. 2452-2454

67Ce cheval impétueux possède quelque rapport avec la mort, que son cavalier apporte à Ydoine sous la forme d'un bijou (une bague) empoisonné ; de même qu'il portera son maître au combat pour s'emparer du corps de la morte. Ainsi s'esquisse le motif du cheval de mort, ou servant de monture à la mort, association si fréquente dans les gravures de Durer par exemple. Ce cheval est lui aussi chargé d'un symbole.

68Cependant Amadas dans l'immédiat rejoint son amie et tous deux se dirigent vers Lucques au pas apaisé de leurs chevaux :

S'amie a mult grant joie en maine
Droit a Luques la voie plaine.
Par la resne le tient de soie.
Li palefrois si se desroie
Sour qu'ele siet, a desmesure,
Mais si souef va l'ambléüre
Que daintiés est de l'esgarder. v. 4703-4709

  • 7 Aucassin et Nicolette, chantefable du xiiie siècle, éditée par Mario Roques, C.F.M.A., Paris, 1929 (...)

69La chevauchée heureuse des amants est un topos romanesque : ainsi dans Aucassin et Nicolette : "Il monta sor son ceval et prent s'amie devant lui, baisant et acolant7

  • 8 Op. cit., XXVII "or se cante" (1-7).

Aucassins li biax, li blons...
entre ses bras ses amors
devant lui sor son arçon ;
les ex li baise et le front
et la bouce et le menton.8

70Mais cette chevauchée amoureuse débouche sur la mort subite d'Ydoine et son ensevelissement au cimetière de Lucques, après d'ultimes et étranges recommandations à son Bien-Aimé.

71Ici commence le dernier épisode d'Amadas et Ydoine qui mettra aux prises un être surnaturel, ambigu, le chevalier-faé, et l'amant Amadas qui n'a pour arme que son amour ; dans cette lutte entre nature et surnature, les deux cavaliers s'engagent avec leurs montures ; ainsi le cheval du cavalier ravisseur devient bête fantastique, qui semble immortelle comme son maître et l'emportera pour finir dans l'inconnu. Avec lui, nous quittons le bel animal domestique qu'on peut ramener dans son étable, si beau et si fort qu'il soit, pour pénétrer dans le monde des chevaux irréels.

72La nuit qui suit l'ensevelissement d'Ydoine, Amadas décide de regagner le cimetière et mu par une sorte de prémonition, il s'y rend armé et à cheval :

...S'est en son ceval montés
Et prend sa lance et son escu.
Par grant vigeur et par vertu
S'en ist de l'ostel a celée. v. 5426-5429
... il nule noise ne fait
Tant qu'il est hors de la cité
Et vient au liu d'antiquité,
S'est dou destrier jus descendus.
A un pin qui estoit ramus
L'atace fermement et lie... v. 5432-5437

73Assuré de l'assistance possible de son coursier, il s'abandonne longuement à son désespoir. Un bruit confus qui se rapproche interrompt ses larmes :

De toutes pars ot grant angor,
Homes parler, cevaux fremir,
Toute la tere font fremir. v. 5596-5598

74L'arrivée de ces gens en ce lieu est si étrange qu'Amadas pense aussitôt qu'il s'agit de diables. Les survenants se partagent en deux groupes : l'un escorte une bière qui contient un cadavre, recouvert d"'un paile u bien reluist li ors" (v. 5624). Les clercs déposent la bière à terre. L'autre groupe amène un palefroi, cheval de l'au-delà

Un palefroi blanc comme flor
I vit venir o rice atour.
Car mult i ot rice lorain
De fin or et de pieres plain.
Ainc a dame n'a damoisele
Ne vit on sambue si bele
Qu'estrange melodie rendent
Les esceletes qui y pendent
Au rice frain et au poitral
Et as estrivieres aval.
Dou son et de la grant doçour
Retentist tous li clos entor.
Descendu sont et aresté,
S'ont tout le mur avironé
Et furent tuit coi et taisant. v. 5635-5649

75Ce merveilleux palefroi à la robe toute blanche, au harnais d'or garni de pierres précieuses, à la selle, à la bride, aux étrivières toutes ornées de clochettes mélodieuses (selon la coutume de la grande élégance sarrasine) est évidemment destiné à emporter la blanche pucelle Ydoine, qu'elle soit morte ou vive, quand on aura pratiqué l'échange avec le "corps mort" couvert d'une paile doré. Mais pourquoi ces clochettes multipliées sur le harnachement du palefroi qui "rendent une étrange mélodie" et "remplissent de douceur" toute la campagne ? On pense à un autre animal porteur d'une clochette, ou d'un grelot, le chien Petitcru, offert par Tristan à Yseut, après que le héros a expérimenté la vertu d'oubli heureux provoqué par le grelot.

  • 9 La Folie d'Oxford, v. 757-760. Dans Edition J.C. Payen, les Tristan en vers, p. 289. Paris, 1974.

... une faiz vus envaisi
Un chenet ke vus purchaçai,
Et ço fu le Petit Creü
Ki vus tant cher avez eu9.

  • 10 Le Roman de Tristan et Yseut, adapté par Joseph Bédier, Paris, 1920, pp. 142-143 ; la source de l' (...)

76Le poème de Gottfried de Strasburg a été utilisé par Joseph Bédier dans son adaptation du roman de Tristan : "Il ne lui souvint plus de tant de misères endurées pour la reine ; car telle était la merveilleuse vertu du grelot : le cœur à l'entendre sonner si doux, si gai, si clair, oubliait toute peine"10. Il s'agit d'un sortilège et l'animal porteur du grelot est magique. On peut donc supposer que toutes ces clochettes au son si mélodieux sont destinées à effacer de la mémoire d'Ydoine tout souvenir d'Amadas, pour le plus grand profit du Chevalier-faé.

77Enfin les éléments descriptifs réunis ici par le conteur s'apparentent à certains tableaux de l'école surréaliste du xixe siècle, ceux d'Odilon Redon par exemple.

78L'organisateur de l'enlèvement vers l'Autre-Monde ne tarde pas à apparaître

Uns chevaliers s'en part a tant
Armés sor un corant destrier, v. 5650-5651

79Un bon prodigieux de sa monture, exécuté dans les règles, l'introduit dans le cimetière

Sor le ceval, armés et prest
S'adrece au mur et mult tost point :
Li cevaus les quatre piés joint,
Le mur tressaut plus d'une toise
Qu'il n'i atouce ne n'adoise,
Voiant tous ceux d'entor le mur. v. 5658-5663

80Ce cheval sauteur d'obstacles avec tant de précision arrête son maître devant Amadas. Suit un long dialogue où s'affrontent les deux rivaux qui convoitent le corps d'Ydoine, et qui débouche sur un violent combat. Amadas est "montés sans demorance" (v. 6087). Les chevaux participent à l'engagement, en valeureux destriers qu'ils sont

Andoi poignent des esperons
Li ceval tost et droit lor vont
Car il les vont mult destraignant
En leur aleüre plus grant
S'entrecontrent li doit vassal,
Et autresi li bon ceval.
Car cil bien adrecier les sorent. v. 6105-6111

81Le choc entre les combattants s'accompagne de celui des chevaux

Et des piés des cevaus ensamble
Que trestuit quatre a tere vont
Voellent u non, tot en un mont. v. 6124-6126

82On évoque les chevaux de la bataille de San Romain, de Paolo Uccello. Après quoi la lutte se poursuit à pied autour de la tombe. Le chevalier énigmatique gravement blessé révèle sa nature de "faé" et sa ruse machiavélique. Puis il reprend son cheval et part aussi mystérieusement qu'il est venu.

Si s'en tourne hastivement
Et vient au mur ; le ceval point
Li chevaus les quatre piés joint
Si resaut outre par vertu. v. 6456-6459

83Monture et cavalier disparaissent dans l'inconnaissable d'où ils sont sortis. L'épisode du cavalier fée et de sa monture ajoute au récit une dimension poétique et consacre cependant la victoire de l'amour humain, déterminé et absolu, sur les fantasmes de l'au-delà, et sur la mort elle-même.

84Un dernier tableau de chevauchée nous montrera Amadas emmenant Ydoine ressuscitée sur le bon destrier vers la ville de Lucques, marchant au pas dans l'aube qui se lève après la nuit infernale, et la couvrant de baisers

Sour le destrier est Amadas
Montés, si s'en reva le pas.
Entre ses bras Ydoine tient
Dont mult grans joie au cuer li vient ;
Souvent le baise par amor
Si com apert l'aube du jor. v. 6775-79

85Ainsi le cheval participe à la victoire amoureuse du héros et sa démarche apaisée est le symbole de l'heureuse conclusion de ses amours et de l'histoire.

86Dans tout le récit on aperçoit le cheval à côté des héros, figurant dans leurs entreprises et leurs espoirs, ami courageux, preuve de leur noblesse d'âme et de leur rang social, auxiliaire de leur beauté, soutien indispensable de leur vaillance ; dans l'ombre du maître médiéval, le cheval est son témoin, son signal "A tel maître, tel cheval".

87Mais existe-t-il en définitive dans le roman des liens directs entre le cheval, animal élu, et l'homme qui le possède ?

88Dans l'œuvre étudiée, il ne le semble guère : les liens sont ceux de l'admiration esthétique, certes ; un cheval parfaitement beau déclenche une convoitise quasi amoureuse chez Amadas. Et par ailleurs l'homme parie sur son utilité ; un "bon" cheval doit s'affirmer, rapide, robuste, aisé à conduire, déterminé à l'attaque : tel quel, il satisfera son maître. Mais y a-t-il lien affectif entre eux ? Amadas est-il attaché à son, ou ses, chevaux ? S'en soucie-t-il ? Serait-il navré de les perdre ? Ou qu'ils soient blessés ? ou morts ? Il n'y en a nulle trace dans le récit. On ne fait jamais mention d'un rapport affectueux, désintéressé, sensible, entre le cavalier et son cheval. Quand les chevaux ne sont plus utiles à la narration, ils disparaissent. Il n'y a pas d'attachement "moderne" du maître à sa monture. La séparation entre le monde humain et le monde animal est soigneusement maintenue dans "Amadas et Ydoine".

Notes

1 Amadas et Ydoine, roman du xiiie siècle, édité par John Reinhard, Paris, C.F.M.A., 1926. Toutes les citations d'Amadas et Ydoine sont tirées de cette édition.

2 Albert Henry, Les Œuvres d'Adenet le Roi, tome I, biographie d'Adenet, Bruges, 1951, p. 70 (comptes de Makel, 1270).

3 Li Chevaliers as deus espees, édition Wendelin Foerster, Altfranzössischer Abenteuerroman, Halle, 1877, réédité par Rodopi, Amsterdam, 1966, v. 5156-5158.

4 Op. cit., v. 12226-12228.

5 Je signale à ce propos un article de W.T.H. Jackson : "Prison et croisié : ein Beitrag zum Begriff arme Ritter". Zeitschrift für deutsches Altertum, CI (1972) 105-117 (XXV.22) (dans Topos and Images, in Chrétien de Troyes an Analytic Bibliography, by Douglas Kelly, London, 1976).

6 Albert Henry, Les oeuvres d'Adenet le Roi, tome V. Cléomadès, vol. I, texte, vol. 2, Introduction. Editions de l'Université de Bruxelles, t. XLVI, Bruxelles, 1971.

7 Aucassin et Nicolette, chantefable du xiiie siècle, éditée par Mario Roques, C.F.M.A., Paris, 1929, XXVI : "Or dient et content et fabloient" 20-21.

8 Op. cit., XXVII "or se cante" (1-7).

9 La Folie d'Oxford, v. 757-760. Dans Edition J.C. Payen, les Tristan en vers, p. 289. Paris, 1974.

10 Le Roman de Tristan et Yseut, adapté par Joseph Bédier, Paris, 1920, pp. 142-143 ; la source de l'épisode est Gottfried de Strasburg.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540