Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cheval dans le monde médiéval

La femme et le cheval du xiième au xvième siècles

Monique Closson

Texte intégral

1Le Moyen-Age est l'âge d'or du cheval ; les chansons de Geste, les chroniques et les romans courtois résonnent des prouesses des chevaliers ; dès leur plus jeune âge, ils apprennent à monter à cheval. Et leurs femmes et leurs sœurs ? On ne parle guère de leurs exploits, et encore moins de ceux des femmes des classes inférieures.

2Or la société évolue à partir du xième siècle à cause du développement des villes. A côté de la noblesse, va se constituer une bourgeoisie pleine de dynamisme, qui à son tour va faire bouger les campagnes. Cette bourgeoisie composée de marchands, de commerçants, d'artisans, de financiers, d'artistes, se déplace beaucoup. De plus, cette période de grand christianisme voit s'épanouir l'habitude de partir en pélerinage pour toutes sortes de raisons, vers les sanctuaires même les plus lointains. La ville devient un centre d'échange, qu'il s'agisse du commerce local ou du trafic à grande distance.

3Il y a plus de routes qu'on ne croit. Les anciennes voies romaines viennent s'ajouter aux anciennes voies gauloises et d'autres ont été construites depuis et continuent à l'être ; on se remet à bâtir des ponts pour relier les routes plutôt que de passer les rivières à gué. Le long des grandes routes, il y a de plus en plus de bourgs, d'auberges, d'hospices, de monastères et de châteaux.

4Il ne faut pas oublier les grandes foires du Lendit à Saint Denis, celle de Provins, celle de Troyes et bien d'autres qui attirent un monde considérable.

5Et c'est bien sûr à cheval que l'on se déplace, parfois en litière tirée par des chevaux quand on est riche, ou en chariot ou charrette quand on est plus modeste ; mais ces moyens de locomotion sont si inconfortables à cause des routes bien souvent défoncées que l'on préfère monter à cheval ; toutes les classes de la société se servent de ce moyen pour circuler, surtout les nobles bien sûr car le cheval est un animal cher ; les bourgeois et les paysans qui n'ont pas les fonds nécessaires pour l'acheter, se rabattent sur la mule et l'âne. Nous voyons à travers les textes que monter à cheval n'est pas l'apanage de l'homme mais aussi celui de la femme. Les miniatures qui illustrent parfois les récits sont aussi un excellent témoignage.

6Nous commençons notre enquête sur la femme noble car c'est d'elle principalement dont la littérature médiévale parle le plus.

7On parle beaucoup de la dame "chevaleresse", mais jamais de la manière dont elle apprenait à monter ; y avait-t-il des écuyers spécialement réservés aux filles de la noblesse pour leur apprendre l'art de monter à cheval, ou apprenaient-elles au château paternel avec leurs frères et leurs cousins ? En tout cas, c'est bien l'écuyer d'écurie qui apprend la théorie et la pratique de l'équitation. On ignore à peu près tout de la méthode. Nous savons cependant qu'à Padoue, dès le début du xvème siècle, il y avait une fameuse académie d'équitation dont la méthode d'enseignement est appelée latine. Cette méthode utilisait la bride, rarement l'éperon ; elle proscrivait aussi le fouet et la voix ; les étriers étaient longs.

8Dans un texte du xiiième siècle, "Le Roman de Silence", l'héroine qu'on élève comme un garçon et qu'on veut faire passer pour tel, à cause d'un héritage, est éduquée par le sénéchal qui lui apprend à monter en l'entraînant dans les courses à travers bois et rivières.

9Il semble que jusqu'au xivème siècle, les cavalières montent à califourchon comme les hommes. Cependant, au xiième siècle, on les voit dans les enluminures des manuscrits quelquefois montées en "amazone", assise sur la gauche de la monture mais rarement. Par contre à partir du milieu du xivème siècle, elles adoptent de plus en plus souvent cette contenance qui n'est pas pratique du tout ; est-ce par coquetterie ? Pour se démarquer du commun ? Mais il se peut que ce soit par pudeur, par préjugé. On croyait en effet qu'à force de galoper assise à califourchon, les filles rompaient leur hymen et n'étaient plus vierges... En tout cas elles adoptent de plus en plus cette attitude peu confortable, mais fort gracieuse. La cavalière s'installe alors latéralement à la selle, à gauche, les deux jambes du même côté ; au xiième siècle et sûrement au xiiième siècle, elle pose les deux pieds sur une planchette adaptée à la selle des femmes. Dans les comptes royaux de cette époque, on note la commande "pour la façon d'une planchette pour servir aux acquenées des filles de la Reine", cette attitude incommode obligea les selliers à faire une selle à trois côtés. La selle ordinaire comporte deux arçons, celui de devant, le pommeau, et celle de derrière le troussequin. Pour monter en amazone, il est nécessaire que la selle ait une troisième arcade pour maintenir le corps. Ces selles spécialement destinées aux femmes s'appelaient sambues. Dans le roman d'Amadas et d'Ydoine (fin xiième siècle), il est dit :

"A pallefroy, vient si l'ancelle
Le poitrail large et met le frein (mors)
Et la sambue et le lorrein (les rênes)"

10Au début, il y a bien une planchette pour poser les deux pieds parallèles. Elle est attachée par deux courroies sur le côté de la sambue. Celà s'appelait monter "en séant". Cette façon ne comporte ni étriers ni éperons. La cavalière portait des souliers plats spéciaux pour celà. Ne pouvant pas éperonner, elle se servait d'un fouet à trois lanières. Dès le xivème siècle, cette structure est améliorée ; sur le côté gauche de la selle, on laisse une petite planchette pour la jambe droite, mais on installe un étrier pour la jambe gauche sur lequel le pied va pouvoir se poser et ainsi mieux diriger la monture ; finalement on remplace la petite planchette par un autre étrier ; le premier étrier est très long et peut être réglé à la convenance de la chevaleresse ; quant à l'autre étrier il est fixé au bas de la selle, (très visible sur une fresque de l'Eglise Saint Julien, au Petit Quevilly, près de Rouen. Dans le Roman de Tristant par Thomas (xiième siècle), le cheval d'Iseult, n'ayant pu éviter une grande flaque d'eau, asperge sa cavalière jusqu'aux cuisses. Cet incident révèle que cette dernière n'a pas les jambes parallèles, les pieds fixés sur une planchette, mais bien sur les étriers à différente hauteur ; elle a dû écarter les cuisses pour donner un coup d'éperon à son cheval afin d'esquiver le trou d'eau mais trop tard. Si ces perfectionnements donnent plus de force à la cavalière pour dominer son cheval, sa position quant à elle, est toujours aussi inconfortable ; son corps est de biais et elle doit constamment tourner la tête pour se conduire. Il faut attendre le xvième siècle pour que cette position se modifie. C'est Catherine de Médicis qui introduit en France la selle à corne ou à fourche, qui retient la jambe droite pliée sur l'arçon de devant et qui permet au corps de se placer parallèlement à celui du cheval, ce qui était plus approprié.

11Aux femmes étaient réservés certains chevaux : le palefroi essentiellement ; les destriers étaient réservés aux batailles, les coursiers à la cavalerie légère et les roussins pour le travail et les voyages.

12Le palefroi était un cheval de parade mais la haquenée était par excellence le cheval de la dame à cause de la douceur de son allure, de sa docilité ; elle était dressée pour marcher à l'amble, c'est à dire qu'elle se déplaçait en levant en même temps les jambes du même côté. Cette allure était très recherchée, à cause de la douceur des réactions ; celles qui arrivaient à marcher ainsi s'appelaient haquenées du nom d'un village anglais où on éduqua les premiers chevaux à marcher ainsi. La couleur des chevaux comptait beaucoup. Les chevaux blancs ont toujours paru être la monture convenant aux princes. D'ailleurs dans les romans comme "Lancelot", "La quête du Graal" et bien d'autres encore, les fées montent toujours sur un cheval blanc ; il y a de nombreuses ballades sur l'haquenée plus charmantes les unes que les autres. Dans "L'Ecurie des dames" (manuscrit de Soissons) :

"Je suis la gente acquenée
Sur toute autre relluysans
Dommage est que ne suis menée
Vu mon train qui est si plaisant."

13Il semble bien que l'haquenée apparaisse au début du xivème siècle grâce aux croisements effectués avec des chevaux arabes ; auparavant en Occident les chevaux sont des bêtes lourdes et puissantes.

14Si on cultivait l'art de bien monter les chevaux, on les habillait à souhait. Olivier de la Marche (1426-1502) a laissé des descriptions d'une somptuosité qui dépasse l'imagination. Le harnais, qui est l'équipement du cheval, comprenant le mors, les attelles, la picière, couvrant la poitrine, la croupière et surtout la selle, est luxueux. Dans les comptes du Roi Charles V, on lit l'énumération de ce qui est exigé : "... pour les freins (brides montées), garnis de fin cuivre doré et les clous de besans plats (trous ronds) de haute taille et armoyez les armes de la Reine, le tout finement doré et garni de cuir de Navarre La selle est l'objet de tous les soins ; on les recouvre des plus beaux tissus et des plus belles broderies, bordées de grelots ; dans les comptes des Ducs de Bourgogne : ..."pour une selle riche de broderie à chavaucher pour Madame d'Orléans, frangée de franges de soie, rubannée de rubans or ; et le harnais fait de broderie et cloutée d'or, avec des volants ... et le mors et les étriers dorez de fin or."

15Déjà au xiième siècle, dans le Roman de Floire et Blanchefleur, on parle d'une sambue couverte d'un drap brun de Castille, toute brodée de fleurs d'or. Les étriers et les sangles sont de soie et les boucles qui tiennent le mors et les sangles sont en or ; la richesse n'a pas de limite. Dans Lancelot, la selle est en ivoire habilement ciselée de petites images de dames et de chevaliers ; la couverture de selle était blanche, traînant jusqu'à terre, de la même soie dont la dame était vêtue. Les robes de chevaux, appelées houssures, étaient au début, d'une seule pièce, avec une échancrure au flanc pour le passage des éperons. Puis au milieu du xiiième siècle apparaît "la houssure" en deux parties, l'une pour l'avant, l'autre pour la croupe ; l'étoffe était soit du satin, du velours ou du taffetas, souvent armoriée, bordée de pendants et de découpures qui volaient au vent. Quand la housse s'arrêtait au bas des flancs du cheval, celle-ci était terminée par des franges en cuir, appelées, coupe-mouches ; quand elle était longue, elle était frangée pour que les mouches ne viennent pas agacer la monture. Ainsi dans Guillaume de Döle (1220) :

"La sambue était détrenchée (coupée en tranches)
De samit (satin) vermeil jusqu'à terre."

16Habiller le cheval comme la cavalière était le summun de l'élégance. Le choix du tissu était primordial. Cependant, on n'a pas de détails précis sur l'habillement de la femme à cheval. A la vue des miniatures, on peut affirmer qu'elles portent des robes longues lorsqu'elles montent en amazone. Dans les comptes royaux, on voit souvent l'achat de robes à chevaucher pour les dames, mais sans commentaire. Un petit ivoire du xiiième siècle, conservée au Louvre nous révèle une cavalière montée à califourchon ; sa robe est large et ouverte par devant ; par dessus elle porte un surcot sans manche qui est une sorte de cape ; sur sa tête, elle a un chapeau à visière qui tient un voile qui lui protège les cheveux et le bas du visage.

17A partir du xivème siècle, en pleine guerre de cent ans, les rois et les princes étalent un luxe de plus en plus tapageur. On peut dire que les marchands de tissus, les brodeurs, les selliers, ceux qui travaillaient le métal pour l'équipement du cheval, devaient avoir beaucoup d'esprit créatif, pour satisfaire aux fantaisies fastueuses de tous les chevaucheurs.

18Dès cette époque, les entrées royales dans les villes sont l'occasion de déployer une pompe extraordinaire. C'étaient de véritables mises en scène pour mieux impressionner le peuple et mieux asseoir le pouvoir des princes. Les habitants des villes pouvaient admirer de près les puissants. De nombreux textes enluminés nous font le récit de ces parades. Lors du banquet du cygne (rapporté par Olivier de la Marche), organisé en 1459, par Philippe le Bon, on remarque dans la longue procession, une très jeune et belle dame, vêtue d'une robe verte, montée sur une "acquenée houlsée de soie bleu, et la menaient trois hommes à pieds, vêtus de manteaux de soie vermeille, portant chapeau à corvette de soie verte... et la descendirent de son acquenée." Dans ses chroniques, Froissart raconte l'entrée d'Isabeau de Bavière à Paris ; l'accueil est fastueux. Les plus grandes dames du royaume somptueusement vêtues, montées en amazone, sur les blanches haquenées, viennent attendre la princesse à la Porte Saint Denis et l'escortent autour de sa litière jusqu'au Palais Royal. Le roman de Jehan et de Blonde, au début du xivème siècle, écrit par Philippe de Remi, raconte l'entrée de comte de Dammartin dans sa ville avec précision ; toutes les rues étaient tendues "de toile si drue qu'on ne voyait plus le ciel ; et sur les façades, pendaient drap d'or et d'écarlate, fourré de vair. Blonde la dame est sur son palefroi, avec trente dames autour d'elle à cheval et l'entrée du comte a lieu au son des tambours et des cors sarrazinois."

19Vers la fin du Moyen Age, ces entrées reflétaient la prééminence royale, mais aussi l'essor de la bourgeoisie qui participe, en offrant le décor et en présentant cérémonieusement les clefs de la cité. Les amazones richement équipées sont une composante magnifique de ces parades. D'ailleurs elles ne se contentent pas de pavaner. Elles participent aux chasses.

20La chasse est l'exercice favori de la noblesse, et comme nous allons le voir, les dames nobles ne se privaient de suivre les chasses, aussi bien la chasse à courre, au vol et même au furet.

21La chasse à courre était vraiment le privilège de la noblesse, car pour pouvoir la suivre, il faut des chevaux, des valets, des chiens courants et tout un attirail d'un entretien dispendieux. La chasse au vol était aussi très prisée. Le plus ancien traité écrit en français est le livre du Roi Modus et de la Reine Ratio ; l'auteur, Henri de Ferrière, du début du xivème siècle, y décrit la manière de chasser au vol, d'élever, d'instruire et de soigner les oiseaux. Le livre de chasses de Gaston Phœbus paraît un peu plus tard. Il semble que les dames chassaient rarement la grosse bête ; mais cela leur arrivait. Dans les chansons du Roi Guillaume d'Angleterre (xivème siècle), à la même époque, la Reine demande au Roi de l'accompagner à la chasse : elle fait mettre en selle les chasseurs, les veneurs ; tous ont leurs cors et leurs harnais ; ici, c'est une chasse au cerf. Cependant, la chasse préférée des dames était la chasse au vol ; dans le manuscrit du Roi Modus, une miniature nous montre la Reine Ratio galopant et lançant son épervier. La main qui tient l'oiseau est protégée par un énorme gant, appelé gant de fauconnerie ou moufle, généralement en cuir de chamois, bien doublé. Elle monte son cheval à califourchon mais généralement, dans la plupart des miniatures représentant des cavalières chassant, c'est la monture en amazone qui prime. Pour la chasse à courre, les dames montent toutes à califourchon pour pouvoir galoper ; la chasse à courre est beaucoup plus violente que l'autre ; dans celle-ci, il faut forcer la bête, la devancer, alors que dans la seconde, il suffit de suivre l'oiseau qu'on a lancé ; un lévrier suffit pour ramasser la proie. Pas besoin de veneurs ni de meute. On peut lire dans Don Flores de Grèce (xiiième siècle) : "Rencontrent deux demoiselles montées sur deux chevaux blancs, fort vêtues et chacune d'elles en petit manteau d'écarlate à la francaise, portant sur leur poing un faucon et l'une et l'autre prêt à voler." Quand ces dames s'adonnent à la chasse à courre, elles préfèrent la chasse au lièvre à celle du sanglier, qui est beaucoup plus redoutable ! Les documents ne nous renseignent guère sur la tenue vestimentaire de ces chasseresses. Des enluminures du xiiième siècle nous montrent des femmes à la chasse vêtues d'une manière stricte, avec une robe courte. En tout cas, elles révèlent une grande habitude et une grande aisance de la part de la femme de la classe seigneuriale dans ce genre de sport. A la fin de la chasse à courre, il est d'usage que le seigneur offre la patte coupée du gros gibier à sa dame ; on voit cette scène dans une très belle miniature du manuscrit du xivème siècle : "Hommage du comté de Clermont en Beauvaisis".

22Les tournois étaient aussi une des distractions favorites de ces dames. Si elles ne joutaient pas, elles participaient activement à ces jeux brutaux. Souvent avant le tournoi, elles aident le chevalier à s'équiper et lui tendent la lance. Dans les "tournois du Roi René", le texte accompagnant les miniatures, nous apprend beaucoup sur le déroulement de ces jeux : "La présence des dames les plus renommées pour leur beauté, leur naissance et leur esprit était nécessaire. Les dames élisaient leur chevalier en leur donnant un joyau que le chevalier mettait à son heaume ou à son écu." Les planches de ce manuscrit nous montrent les dames arrivant en grande cérémonie, puis les galeries ou houdis, où prennent place les seigneurs et leurs dames pour assister au spectacle et enfin la dame qui offre trois aigrettes au vainqueur.

23De plus, nombreux sont les textes médiévaux où les chevaliers joutent pour les beaux yeux des dames et portent leurs couleurs.

24En dehors de ces plaisirs que se donnaient les nobles, le cheval est le principal moyen de locomotion aussi bien pour la dame noble que pour la bourgeoise et la paysanne. Le cheval a un rôle important dans les transports des gens et celui des marchandises ; il est l'objet de soins incessants, d'autant plus qu'il est un signe extérieur de richesse. Il semble qu'à la fin du Moyen-Age, les femmes de toute la société cessent de monter à califourchon, adoptant la monte en amazone. Comme cette attitude est précaire, elle interdit le galop ; cela expliquerait que l'on voit souvent à partir de cette époque les femmes en croupe derrière leurs cavaliers. Dans les romans, les chevaliers prennent leurs dames en croupe pour les longs voyages. Ainsi, le Roi Charles VII, venant de Montauban, fait son entrée à Toulouse, portant la Reine en croupe derrière lui.

25Les chevauchées à deux sur le même cheval était aussi un des plaisirs auxquels se livraient les jeunes amoureux. On avait des selles exprès pour que la dame puisse s'installer agréablement derrière son mari ou son écuyer. Dans les comptes de Bochelet (xivème siècle), "L'argenterie de la Reine" : "Pour avoir fait deux coussinets en façon d'un siège d'une selle de cheval, garni de feutre, cuir et toile ... pour asseoir et attacher au derrière de la selle sur la croupe, pour le service de la Reine à aller plus à l'aise à cheval derrière l'homme".

26Certes les plus sportives continuent à monter à califourchon pour voyager. Dans les chroniques de Monstrelet (1390-1450), les princesses chevauchent comme les hommes. "La duchesse de Brabant se met en chemin pour tirer droit sur Calais ; ils chevauchent sans arrêt la première journée..."

27Dans "Les quinze joies du mariage" (1382), la bourgeoise se plaint à son mari d'avoir un étrier trop long et l'autre trop court ; ce qui laisse supposer qu'elle monte à califourchon.

28En tout cas, on pouvait couvrir des distances remarquables à cheval. Charles VI, par exemple, quitte Montpellier à cheval et arrive quatre jours plus tard à Paris, soit 180 km par jour.

29Pour la cavalière médiévale on ne peut que constater que les trois cas de figure cœxistaient : elle montait soit à califourchon, soit en amazone, soit en croupe.

30Malgré les routes défonçées, les dames de la noblesse se faisaient transporter en litière ; c'était une sorte de lit couvert porté sur deux brancards, par deux ou plusieurs chevaux, l'un devant, l'autre derrière. Dans le roman de Floire et Blanchefleur : "ils ont mis la Reine en litière entre deux palefrois." (1150). Dans "le Journal d'un bourgeois de Paris", en 1431, le duc de Bourgogne amène avec lui son jeune fils légitime qu'il fait transporter en litière. Toutes les autres personnes chevauchent. Les litières transportaient généralement une seule personne. Les princes possédaient de grandes charrettes recouvertes de drap précieux, pour transporter les femmes de leur maison, lors des voyages. Dans les comptes du Roi René, on voit l'achat de la couverte de chariot branlant dont le coffre se trouvait suspendu par des courroies derrière. Ce véhicule s'appelait char à dames. Et puis il y avait toutes sortes de chariots des petites gens que nous révèlent les miniatures ; on remarque surtout des tombereaux à deux roues.

31Pour parler vraiment de la bourgeoise et de la paysanne, nous nous heurtons à la rareté des textes qui parlent d'elles. Cependant "Le Ménagier de Paris" et "The Canterbury tales" de Chaucer, deux œuvres de la fin du xivème siècle lèvent un peu le voile.

32Dans le premier livre, le mari donne un cours de fauconnerie à sa jeune épouse, ce qui prouve que ces deux époux de la riche bourgeoisie chassent à l'instar des nobles ; D'ailleurs Gace de la Buigne (1359) dans son "Roman des déduits" écrit :

"Mais clerement vous veuil mostrer
Que les gens moyens aussi bons
Deduis ont souvent des faucons
Et aucune fois de meilleurs
Que n'ont ceux qui sont supérieurs"

33En effet, le mari conseille à son épouse certains éperviers qui sont "bons pour dames" et qu'on reconnaît à leur plumage ; ils sont "tost réclamez et rendent toute leur proie et viennent volontiers au sifflet."

34Dans le texte anglais, on assiste à la rencontre de pélerins sur la route ; parmi ceux-ci la commère de Bath, riche commerçante assez vulgaire, qui fait le pélerinage à cheval ; on décrit son chapeau de voyage, sa jupe et ses éperons. Une gravure nous la montre, montée en amazone, un long chapelet enroulé à son bras.

35Quant aux paysans, seules deux gravures allemandes nous les révèlent : la première de Schongauer, évoque la dure vie d'un couple de paysans au xvème siècle ; l'homme au visage hâve, à pied, conduit le cheval par la bride, sur lequel sont installés sa femme et son enfant, nus pieds. Il n'y a pas de selle, simplement un sac de toile à la place. La femme tient un long bâton destiné à se défendre contre d'éventuels voleurs. Le mari porte une épée. Il est clair qu'ils vont vendre leurs volailles au marché car deux oies sont suspendues à l'encolure du cheval.

36La seconde gravure, possédée par le musée de Brauschweig, est très intéressante, quoique le cheval soit remplacé par un âne, ce qui semble plus plausible pour un pauvre paysan. L'homme est à pied tandis que la femme montée sur l'âne, transporte tout leur modeste avoir. Un panier fixé sur sa tête est empli de coqs et de poules caquetant et dans un solide fourlard noué dans son dos, il y a tous les ustensiles de cuisine. Le berceau avec l'enfant est posé sur les genoux.

37"Les Miracles de Notre Dame", rédigés au début du xiiième siècle mais illustrés par Mielot au xvème siècle rapportent combien les gens partaient facilement en pélerinage, soit pour se soigner, soit pour soigner l'enfant ; on partait à la recherche de saints guérisseurs, souvent fort loin. Et c'était principalement les femmes qui partaient car elles étaient plus libres, les maris restant pour vaquer à leurs affaires. Selon de nombreuses études, toutes les classes de la société se promènent beaucoup sur les routes et ce phénomène va s'atténuer au xviième siècle, époque où les gens vont devenir plus sédentaires.

38Au terme de cette étude qui est loin d'être exhaustive, on ne peut que constater avec regret combien la place de la femme est inexistante, méconnue dans la littérature médiévale ; bien sûr on en parle mais surtout pour lui ordonner des règles de conduite, mais jamais en être responsable, intelligent et énergique. Quelques héroïnes ont émergé : Blanche de Castille, Christine de Pisan et Jeanne d'Arc, mais la multitude des autres... ? Heureusement, les miniatures sont une source extrêmement riche pour la connaissance du rôle des femmes. On les voit participer à la plupart des activités masculines, sauf à celles de la guerre, où elles ne sont représentées qu'en victimes immolées à la passion des hommes.

39Comme l'a écrit Georges Duby : "C'est ainsi que les femmes se faufilent en fin de cortège, parmi les figurants de la représentation sociale".

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Cavalière, montant en amazone, les pieds posés sur une planchette. (L'Enéide. manuscrit 282. Staats Bibliothek Berlin)

Dames chassant à courre. Psautier de la Reine Mary, 1340. Bristish Museum. London.

Chasse au faucon. Codex Manesse. F° 423. Début xiv° siècle. Bibliothèque de l'Université d'Heidelberg.

Dames assistant à un tournoi à Londres. Chroniques de Froissait. Manuscrit de l'Arsenal à Paris.

Femmes se tenant en croupe ; Secrets de l'histoire Naturelle. xv° siècle. Manuscrit français 22971. Bibliothèque Nationale.

Dame de qualité, transportée en litière. Harley. Manuscrit 4431. British Museum.

Contes de Canterbury de Chaucer. La commère de Bath. Gravure sur bois. Edition de Caxton. 1484.

Couple de paysans allant au marché. Gravure de Schongauer, vers 1470.

Pèlerinage au Mont Saint Michel. Livre de Pierre de Bretagne. Manuscrit latin 1159. Bibliothèque Nationale.

Bibliographie

• Le Roman de Silence par Heldis de Cornouailles

• Roman d'Amadas et d'Ydoine - Fin du xiième siècle -Traduction : J.C. Aubailly - Champion PARIS

• La vie en France au Moyen-Age de Charles Victor Langlois -Edition Slatkine – 1981

• Don Flores dans Lacurne - B.N.

• Chroniques de Charles VII par Chartier

• Comptes du Roi René - Arnaud d'Agnel - 1910 Edition Alphonse Picard

• Gay Victor et Stein Henri - Glossaire archéologique du Moyen-Age et de la Renaissance - Picard 1928

• Godefroy Frédéric - Dictionnaire de l'ancienne langue française du xième siècle au xvème siècle - PARIS 1937

• Les quinze joies du mariage - Edition stock 1986

• Le Ménagier de Paris - Edition Pichon

• Les contes de Cantorbéry - Traduction J.P. Foucher PARIS 1908 (Le livre de poche 1974)

• Journal d'un bourgeois de Paris - Le livre de poche "Lettres gothiques" 1990

• Comptes de Monstrelet 1390 - 1453 - B.N.

• Inventaire du trousseau de Marie de Bourgogne - B.N.

Table des illustrations

Légende Cavalière, montant en amazone, les pieds posés sur une planchette. (L'Enéide. manuscrit 282. Staats Bibliothek Berlin)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Dames chassant à courre. Psautier de la Reine Mary, 1340. Bristish Museum. London.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3318/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Chasse au faucon. Codex Manesse. F° 423. Début xiv° siècle. Bibliothèque de l'Université d'Heidelberg.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3318/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Légende Dames assistant à un tournoi à Londres. Chroniques de Froissait. Manuscrit de l'Arsenal à Paris.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3318/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Femmes se tenant en croupe ; Secrets de l'histoire Naturelle. xv° siècle. Manuscrit français 22971. Bibliothèque Nationale.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3318/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Dame de qualité, transportée en litière. Harley. Manuscrit 4431. British Museum.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3318/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Contes de Canterbury de Chaucer. La commère de Bath. Gravure sur bois. Edition de Caxton. 1484.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3318/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Couple de paysans allant au marché. Gravure de Schongauer, vers 1470.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3318/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1010k
Légende Pèlerinage au Mont Saint Michel. Livre de Pierre de Bretagne. Manuscrit latin 1159. Bibliothèque Nationale.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3318/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 336k

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540