Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cheval dans le monde médiéval

Gauvain, les femmes et le cheval

Cristina Álvares

Texte intégral

  • 1 Voir, entre autres, Jean FRAPPIER, Chrétien de Troyes et le mythe du Graal : étude sur Perceval ou(...)
  • 2 Pour une explication de ces noms en tant que noms de sauvages nous renvoyons aux oeuvres de Claude (...)
  • 3 On ne peut éviter de se demander pourquoi toutes ou presque toutes ces femmes séduites et délaissé (...)

11. On ne l'a que trop souvent dit et répété : Gauvain est un séducteur dont les multiples aventures amoureuses se caractérisent par la frivolité et l'éphémérité1. Il est "l'éternel célibataire" (WALTER, 1989 : 186)2 qui, ayant réussit une épreuve dont le prix devrait être l'obtention de la femme (par exemple, dans La mule sans frein, celui qui conquérait le frein de la mule, avait (l'amour de) la demoiselle), s'arrange toujours pour que ce prix n'ait pas une dimension définitive. Dans Le conte du Graal l'épisode du Château de la Merveille est assez symptomatique : après avoir réussit l'épreuve du lit de la merveille, Gauvain obtient non pas une femme mais une grande quantité de pucelles qui "font / de lui lor prinche et lor seignor" (v.7946-47) (BUSBY, 1980 :123).3

2Déjà Keyth Busby remarquait, sans le développer, le contraste entre l'inconstance des amours de Gauvain et sa fidélité à son cheval Gringalet : il a une peur bleue de le perdre (voler son cheval c'est lui voler son cœur : Le conte du Graal, v.7102-03) et sa joie est immense lorsqu'il le récupère (BUSBY, 1980 : 115). Gauvain n'a pas de dame, comme disait Frappier (FRAPPIER, 1972 : 215-216), mais il a un cheval : pas n'importe lequel, pas un cheval anonyme, mais le Gringalet.

  • 4 Nous nous référons aux éditions suivantes : Chrétien de Troyes, Le roman de Perceval ou le conte d (...)

3Or, notre propos est d'analyser la relation entre Gauvain, les femmes et le cheval dans Le conte du Graal, de Chrétien de Troyes et dans L'âtre périlleux4, deux romans qui mettent en scène le vol du Gringalet. De plus, le choix de ses deux textes s'appuye également sur les représentations très différentes qui y sont faites de Gauvain. Chez Chrétien, la quête parallèle de celui-ci sert de terme de comparaison, voire de contraste, avec celle du héros (BUSBY, 1980 :85) et surtout dans son dernier roman, "the gently burlesque treatment of Gauvain" (BUSBY, 1988 : 95) fait ressortir les limitations du modèle courtois et chevaleresque qu'il incarne (idem : idem). Par contre, dans L'âtre périlleux, Gauvain n'est pas un terme de comparaison, il est lui-même le héros du roman : il a commis une faute et il doit l'expier (BUSBY, 1988 :103). L'ironie ou, d'après le mot de Busby, "the gently burlesque", s'amorce au début du roman, plus précisément pendant la crise ouverte par l'enlèvement de la demoiselle qui était sous la protection de la cour, crise résolue assez rapidement. Elle concerne l'inertie de Gauvain devant le rapt de la demoiselle, l'attribution de sa qualité solaire à Escanor, l'acte très anti-courtois de blesser le cheval de l'adversaire. Mais pendant la quête du nom perdu de Gauvain, quête qui fait l'unité du roman, le texte prend un ton sérieux. Ceci distingue L'âtre périlleux du Conte du Graal, où l'ironie ne fait que mettre en cause le modèle de courtoisie et de chevalerie qu'est Gauvain (BUSBY, 1980 :104-5).En fait, dans le roman de Chrétien, le neveu d'Arthur est accusé de plusieurs crimes, qu'il ne nie pas, et qui le rangent du côté de la sauvagerie, c'est-à-dire, du côté de la transgression de la loi et de la subversion de l'ordre qu'il devrait garantir et défendre. On l'accuse d'avoir tué (sans défi, par trahison) un père, celui de Guingambrésil (v.4759-4761), dont il assumera le rôle du fils, tout en occupant la place du frère incestueux auprès de la fille de l'homme qu'il a tué (v.5798-5802 ; v.5966-72). Parricide et inceste fantasmatiques qui pré-figurent la rencontre de Gauvain avec sa sœur au Château de la Merveille, gynecée où il n'y a pas de chevaliers (traduisons, où il n'y a pas d'hommes pouvant être pères : v.7563-78) et dont le pouvoir appartient à deux mères (v.7528-38), celle d'Arthur et celle de Gauvain. Mais ce n'est pas tout. On l'accuse également de vouloir enlever une demoiselle, la Male Pucelle, (v.6698-6700) et d'appliquer sa propre loi (v.7132-3), c'est-à-dire d'exercer la tyrannie, deux crimes classiques de l'homme sauvage (WALTER, 1989 : 524 sq). Bien sûr, il désirait kidnapper la demoiselle, mais il ne l'a pas fait ; s'il a obligé Gréoréas à manger avec les chiens, les mains liées derrière le dos, c'est que celui-ci avait violé une demoiselle ; le roi d'Escavalon n'était pas son père et l'inceste avec Clarissant, sa sœur, n'est qu'un risque, formulé en termes de souhait par leur mère qui voudrait qu'ils se marient. Pourtant, les accusations qu'on lui adresse (et qu'il ne nie pas, qu'il avoue même, comme celle de vouloir enlever la Male Pucelle) configurent une attitude de Gauvain face à la loi qui est fort différente de celle qu'il prend dans L'âtre périlleux.. Car, dans ce roman, il est l'incarnation même de la loi. Pendant la poursuite d'Escanor, Gauvain réussit toujours à empêcher que le (faux) kidnappeur passe la nuit avec la demoiselle (il lui suffit de demander à l'hôte de leur donner des chambres séparées ; personne ne saurait contrarier un désir de Gauvain). Et très curieusement, son côté séducteur perd tout relief et se réduit au seul soupçon d'avoir couché avec une demoiselle.

4L'histoire de L'âtre périlleux peut se résumer à la lutte du héros contre la dimension sauvage, hors-la-loi, de l'amour. Gauvain est confronté à des couples en crise, où la femme est la victime de l'orgueil (Roi de la Rouge Cité, Faé l'Orgueilleux, Codovrain le Roux), de la jalousie (idem), de l'inconstance (Espinogre), du rapt (Escanor), du séquestre (le diable), bref, de la violence masculine. Il a affaire à des adversaires dont les noms renvoyent à "ce personnage mythologique central du Moyen Age, l'Homme Sauvage" (WALTER, 1990 : 194) : Escanor de la Montagne, le diable, Codovrain le Roux, Espinogre, Roi de la Rouge Cité, Faé l'Orgueilleux,etc2.

  • 5 La même métaphore structure la chanson "Compahno faray unvers...", de Guillaume de Poitiers. Selon (...)

5Gauvain résout chaque crise en instaurant dans le couple l'ordre courtois : après avoir conquis la femme sur son protecteur illégitime, parce que sauvage, il la lui rend, mais dans des conditions différentes, c'est-à-dire dans des conditions qui s'accordent avec la loi arthurienne. Au lieu du séducteur, Gauvain joue ici le rôle du donneur de femmes, du marieur qui remplace le premier contrat — concernant uniquement le couple et instituant l'union en marge de la société et de la loi —, par un second contrat, imposé par un élément extérieur au couple, le représentant de la loi, et qui l'intègre à l'ordre social. Ceci implique l'acceptation des limites que la loi impose à la sexualité masculine déréglée et qui se traduisent dans le mariage (à la fin tout le monde se marie à la cour d'Arthur, sauf Gauvain, évidemment). Le cas le plus représentatif est peut-être le dernier : il donne la demoiselle qui l'aimait à son prétendant sauvage s'il accepte, entre autres conditions, de l'épouser avec le consentement d'Arthur (différemment de ce qui se passe dans l'épisode de Cadret, ici on ne demande pas l'opinion, le consentement de la demoiselle : la femme y est prise comme le signe d'une communication entre hommes qui vise le renforcement des liens vassaliques et, par là, du pouvoir d'Arthur - vd. MARCHELLO-NIZIA, 1981)5. Aussi Gauvain intègre-t-il à l'ordre arthurien tous ces (ex-) hommes sauvages, sauf Escanor et le diable qu'il tue. Bref, il joue un rôle pacificateur, moralisateur et civilisateur qui l'oppose au Gauvain du Conte du Graal, jouet de plusieurs lois contradictoires qu'il n'arrive pas à maîtriser.

62. Structuré sur les registres chevaleresque et amoureux, le texte du roman tisse des équivalences entre les deux objets les plus représentatifs de ces deux registres : le cheval et la femme. Dans le Lai de l'aubépine, le héros conquiert à l'Autre Monde la femme et un cheval merveilleux qui disparaîtrait si on lui ôtait la bride. Un jour, la femme (jalouse ?) enlève la bride et le héros perd ainsi l'autre objet qu'il avait obtenu de son combat avec les chevaliers merveilleux. Cette relation métonymique est remplacée, dans La mule sans frein, par une métaphore : celui qui maîtrisera la mule, maîtrisera la demoiselle (WALTER, 1989 : 187)2. Équivalents par métaphore ou par métonymie, cheval et femme sont, donc, échangeables.

7Dans Le conte du Graal, on trouve différents types de relations entre la femme et le cheval. Dans l'épisode du tournoi de Tintagel les quatre chevaux que Gauvain conquiert sont donnés à quatre femmes. Le don du cheval est, dans le contexte ludique du tournoi, un geste courtois qui illustre l'excellente éducation de Gauvain. Dans un contexte différent apparaît l'échange de chevaux entre Gauvain et la Male Pucelle : il va prendre son palefroi qui est sur l'autre rive pendant qu'elle s'occupe du Gringalet. La peur qu'on le lui vole hante Gauvain qui se dépêche, de crainte que la demoiselle ne puisse rien contre un éventuel voleur de chevaux. Mais il n'en est rien.

(...) son palefroi li done
Et elle son cheval li laisse (v.6872-72)

8Cet échange scelle une alliance bizarre fondée sur la haine : la demoiselle suivra Gauvain jusqu'à ce que lui arrive quelque chose de honteux. L'étrangeté de cet accord s'explique peut-être par le fait que ce type d'échange ne s'établit qu'entre hommes, l'échange des chevaux, comme celui des femmes, servant à consolider l'amitié virile. Qu'une femme soit partenaire de l'accord au lieu d'en être l'objet ne peut qu'inverser le sens de l'alliance, où l'une des parties, Gauvain, n'en tire aucun profit. Effectivement, c'est dans la compagnie de la Male Pucelle qu'il subit le vol du Gringalet et, très curieusement, lorsqu'il le récupère, elle disparaît. L'humiliation, le déshonneur, la honte qu'elle lui souhaite et prédit se confondent, donc, avec la perte du cheval.

9Gréoréas, le chevalier blessé que Gauvain guérit, prend le Gringalet pour se venger de la punition arbitraire à laquelle le neveu d'Arthur l'avait, autrefois, soumis. Avant de l'avoir reconnu, Gréoréas lui avait demandé le cheval de son écuyer, le "ronchin" :

Mais son ronchin m'en amenez
Et ceste pucele prenez (v.7049-50)

10Et Gauvain lui rend le "ronchin", puis prend la demoiselle et la met sur son palefroi :

Tot maintenant le ronchi prent
Mesire Gavains, si le rent
Al chevalier,cui la veue
Fu resclarchie et revenue,
S'a monseigneur Gavain veu ;
Lors primes l'a reconneu.
Et mesire Gavains a prise
La damoisele et si l'a mise
Desor le palefroi norois
Com debonaires et cortois.(v.7061-70)

11L'ordre des propositions de Gréoréas, comme l'ordre des gestes de Gauvain (rendre le cheval, prendre la demoiselle), comme le choix des verbes (en amener, prendre) dont l'opposition sémantique est renforcée par la rime, ne figurent-ils pas la prise de possession de la femme en échange du don du cheval ? Or, entre les deux gestes de Gauvain, Gréoréas récupère la vue, reconnaît son ennemi et rompt l'alliance virile que l'échange de la femme et du cheval venait d'établir entre eux : il monte le Gringalet et emmène la demoiselle. Gauvain, lui, se trouve réduit au "ronchin" et à la Male Pucelle qui se moque de lui. Mais son humiliation ne dure pas longtemps : il reconquiert son cheval sur le neveu de Gréoréas et perd la Male Pucelle.

  • 6 L'orage est associé à l'acte sexuel qu'il accompagne ou qu'il précède. Aussi, dans Énéas, Énéas et (...)

123. D'après Keyth Busby, le refus de Gauvain à se séparer de son cheval dans l'épisode du cimetière (v.852-63), doit être lu en intertextualité avec Le conte du Graal, où la perte du Gringalet a, selon l'auteur, entraîné bien des problèmes (BUSBY, 1988 : 104). Or, dans L'âtre périlleux, le vol du Gringalet prend une dimension qu'il n'a pas dans le roman de Chrétien. D'abord parce qu'il cause davantage de problèmes ; puis, parce qu'il ouvre une séquence d'épisodes qui est centrale dans le récit, car elle se situe entre la victoire sur Escanor et la récupération de son nom par Gauvain, et qui possède la caractéristique suivante : l'échange d'une femme par un cheval structure l'entrelacement des épisodes. Femme et cheval s'entrelacent pour que s'entrelacent les épisodes où Gauvain et des hommes plus ou moins sauvages s'entrelacent dans des alliances qui consolident l'ordre arthurien. C est pourquoi Codovrain le Roux abandonne à Gauvain son amie, la demoiselle à l'épervier, qu'il soupçonne d'infidélité, et vole le Gringalet. Son cheval perdu, Gauvain gagne une demoiselle. Et le soupçon jeté par le narrateur sur le comportement de tous les deux pendant la nuit orageuse ("Je ne vous di rien du sorplus,/S'il i orent autre delit"-v.2804-5)6, tout comme le fait d'avoir laissé échapper le cheval d'un chevalier qui avait révendiqué la demoiselle, pour ne pas la laisser seule ("Le destrier saut et va se voie,/ Au travers la forest./A G. merveille desplest,/Car ne se sot pas conseillier ;/Qu'il ne veut pas seule laissier/Pour nul besoing le damoisele" :v.644-49 de l'appendice concernant l'épisode du roi de la Rouge Cité), montrent que Gauvain a vraiment pris possession d'elle. L'absence du cheval est comblé par Raguidel qui donne le sien à Gauvain, tout en attendant le "guerredon" : le don du cheval implique une dette. En fait, plus tard, Raguidel demande à Gauvain de lui donner son amie :

Et laiens a uene pucele,
Dedens cel castel enfremee,
Que j'ai plus de trois ans amee ;
Si vous pri que le me dounais.
(v.4256-59)

13Gauvain "si l'a par le destre bras prise" (v.4271), malgré elle, et l'emmène à Raguidel qu'elle ne reconnaît pas : le don de la femme a, donc, une allure d'enlèvement. De retour à la cour, Gauvain dira à Arthur :

-Sire (...) vos dorrois
As deus chevaliers lor amies
(...)
Et Raguidel n'i faudra mie
A la soe, qu'il m'ot mestier,
Qu'il me douna un bon destrier.
(v.6604-5 ; v.6610-11)

14Aussi, l'échange de la femme et du cheval scelle-t-il l'amitié entre Gauvain et le courtois Raguidel. Et il en est de même pour le jaloux Codovrain qui est le frère de la demoiselle que Gauvain a "enlevée" dans le but de la donner à Raguidel. Codovrain apparaît pour l'empêcher de prendre sa sœur (v.4356-57), car, à ses yeux, il est un ravisseur. La simétrie des situations est évidente : celui qui a volé le cheval de Gauvain croit que celui-ci lui vole sa sœur. Gauvain le vainc en combat et le fait se réconcilier avec la demoiselle de l'épervier. Autrement dit, il lui rend la femme avec la garantie qu'il ne lui a pas "cose dite" qui aurait pu l'offenser (v.4435) - ce qui ne veut pas dire qu'il ne lui ait pas "cose faite". Et, en échange, il reprend le Gringalet. Il fait encore mieux : il donne à Codovrain le cheval que Raguidel lui avait donné — car, évidemment, le Gringalet vaut davantage qu'une femme.

15La récupération du cheval est une étape importante dans la quête de l'identité, comme Busby le suggère (BUSBY, 1988 : 105), car la récupération de son nom sera désormais une affaire rapidement réglée. Ceci arrive lors de la rencontre avec ceux qui se vantaient de l'avoir tué : Gomeret et le Faé Orgueilleux. Après les avoir vaincus, Gauvain leur donne les demoiselles qu'ils désiraient à condition qu'ils ressuscitent celui qu'ils avaient tué à sa place (l'un d'eux, le Faé Orgueilleux, est magicien) et qu'ils rendent la vue au valet à qui ils avaient arraché les yeux : leur sauvagerie est ainsi neutralisée. Il n'est plus question de chevaux en échange de femmes, car maintenant Gauvain a le sien.

16L'épisode du Laid Hardi pose de nouveau la question de l'équivalence entre la femme et le cheval, mais il ne s'agit plus d'un échange : le Laid Hardi veut disputer à Gauvain quatre chevaux, y compris le Gringalet, et l'amie du Faé.

17Au contraire de tous les autres, dans cet épisode il n'y a aucun couple en crise, aucune réconciliation à faire, aucun compromis à établir. D'autre part, il y a des indices qui renvoyent à la duplicité de Gauvain et de son dernier adversaire : le Laid Hardi cherchait Gauvain (qui se cherchait lui même) ; il propose au neveu d'Arthur le partage sexuel de la demoiselle ; leur combat est un combat indécis (v.6066-72), ce qui signifie qu'ils sont égaux (aux armes) ; et, finalement, tandis que tous les autres se marient à la cour, Gauvain et le Laid Hardi sont les seuls qui ne couchent pas "cascuns o s'espousee" (v.6651). Le Laid Hardi serait-il le reflet laid de Gauvain, son double sauvage dominé, repenti et (ré)intégré à la cour ? Si Gauvain n'a rien à é-changer avec lui, c'est que le Laid Hardi n'est pas un autre : il est le même. Au lieu de l'échange, on vérifie le partage d'un même objet sexuel où les doubles se rencontrent, tout comme ils se rencontrent dans le combat, où ils ne font que se réfléter l'un à l'autre. Et, à la fin des aventures, ils se retrouvent dans la même situation : celle des célibataires.

18Chevaux et femmes circulent. Des hommes les échangent pour finalement les reprendre. Chaque femme revient à son maître, le Gringalet revient à Gauvain. Cela signifie-t-il que cet échange n'a rien changé ? Bien sûr que non. L'échange a servi à l'établissement de pactes, d'alliances ayant une dimension interne au couple (harmonie et paix entre les conjoints) et une dimension externe, celle-ci se traduisant dans l'intégration sociale des individus qui acquièrent ainsi leur place dans le monde, leur identité ("Li rois li a dit et conté/ del roi de la Rouge Cité,/com il s'estoit a lui rendus,/com il fu de cort revenus,/qu'il onques mais n'i ot esté,/ et comment il li a juré/ que il tendra chiere s'amie", v.6613-19).

19Quant à Gauvain, avec son cheval et son nom, il récupère sa place à la cour, bref, il recupère sa réputation, son prestige. Après avoir transformé le monde, Gauvain revient au point zéro qui est un point plein, puisqu'il y est le modèle de courtoisie et de chevalerie. Son point de départ et son point d'arrivée se confondent dans la perfection. Tandis que les personnages secondaires, les ex-sauvages, deviennent autres (et la présence des épouses est le signe de cette transformation), Gauvain tourne en cercle et revient au même (état).Le Conte du Graal ne fait que confirmer la dimension statique du personnage : "Gauvain has come in full circle and has made no progress" (BUSBY, 1980 : 112) et la rencontre endogamique finale est une rencontre avec le Même. L'amour du cheval, qu'il ne faut surtout pas perdre alors que la femme est toujours à perdre, est un signe du statisme et du narcissisme de Gauvain.

  • 7 HOLDEN, A.J., "compte-rendu à K. Busby, Gauvain in old frech literature", Romania, 413, t. 104, 1, (...)
  • 8 Dans un épisode du Chevalier aux deux épées analysé par Atanassov dans l'article cité, Gauvain est (...)

204. Le statisme du personnage montre qu'il n'a pas la densité psychologique qui ferait de lui un héros au même titre que Lancelot, Yvain, Erec, etc.. Comme A.J.Holden le dit dans un compte-rendu à l'essai de Busby7, Gauvain est une fonction : avec Arthur, Guenièvre, Keu, il est un composant de la cour où il est "le porte-parole des valeurs courtoises" (HOLDEN, 1983 : 125), et le miroir de la chevalerie" (idem : idem). À l'opposé de Keu qui, en disant amèrement la réalité de la chevalerie, fonctionne comme un centre repoussant, Gauvain fonctionne comme un centre séduisant qui attire hommes et femmes, parce qu'il réflè1te le désir qu'a la chevalerie de soi-même. Il est l'image où la chevalerie aime se reconnaître et s'admirer, il incarne le narcissisme de la cour d'Arthur.8

  • 9 "Dans son aveuglement idolâtre, la société, et plus particulièrement les femmes, refusent le vrai (...)

21Statisme et narcissisme dérivent de sa fonction de modèle, achevé, parfait, et d'image. Si le combat du héros avec Gauvain est un combat indécis c'est parce qu'il faut que le héros s'égale au meilleur chevalier du monde sans en anéantir l'image par une victoire. Car Gauvain doit demeurer image, image centripète qui fait l'unité, la cohérence et la valeur de la chevalerie arthurienne.9 D'où ses aventures d'une nuit. Car le "surplus" anéantirait l'image du chevalier toujours jeune, toujours libre, toujours prêt à partir à l'aventure, modèle de tous les chevaliers. En tant que partenaire définitif de Gauvain, le Gringalet est un élément structural de cette image.

Notes

1 Voir, entre autres, Jean FRAPPIER, Chrétien de Troyes et le mythe du Graal : étude sur Perceval ou Le conte du Graal, Paris, S.E.D.E.S., 1972 ; Jean LARMAT, "Le personnage de Gauvain dans quelques romans arthuriens du xiie et du xiiie siècles", Études de langue et littérature françaises offerts à André Lanly, Nancy, Publications de l'Université de Nancy, II, 1980, p. 185-202 ; Douglas KELLY, "Gauvain and fin'amors in the poems of Chrétien de Troyes", Studies in philology, 67, 4, 1970, p. 453-460 ; Keith BUSBY, Gauvain in old french literature, Amsterdam, Rodopi, 1980 ; idem,"Diverging traditions of Gauvain in some of the later old frech verse romances", The Legacy of Chrétien de Troyes, Amsterdam, Rodopi, 1988. En choisissant un point de vue junguiant, L. N. de LOOSE pense que "the one-sided maleness of Gauvain chilvaric ideal" est le responsable de son "inability to the deal with, and/or submit to, the feminine world" (de LOSE, L.N., "Chilvary qualified : the caracter of Gauvain in Chrétien de Troyes 'Le chevalier de la charrette"', Romanic review, 1983, 74, p. 253-9).

2 Pour une explication de ces noms en tant que noms de sauvages nous renvoyons aux oeuvres de Claude Gaignebet (surtout Art profane et religion populaire au moyen âge, Paris, P.U.F., 1985), et de Ph. Walter: Canicule : essai de mythologie sur Yvain de Chrétien de Troyes, Paris, S.E.D.E.S., 1988 ; La mémoire du temps : fêtes et calendriers de Chrétien de Troyes à La mort Artu, Paris, Champion, 1989 ; Le gant de verre : le mythe de Tristan et Iseut, La Gacylli, Artus, 1990. En résumé, il s'agit de ceci : le rouge est la couleur du feu, image d'une sexualité trop ardente qui brule, dévaste, stérilise. Il est aussi la couleur du sang, marque de la transgression sexuelle responsable, comme le "sang" de la Lune Rousse, de stérilité. Les enfants conçus pendant les règles sont roux, comme Codovrain. Escanor de la Montagne, souvenir de Harpin, est un héritier du géant ravisseur de femmes, associé au lieu sauvage de la montagne, comme le géant du Mont-Saint-Michel tué par Arthur dans Brut, de Wace. Espinogre contient "ogre" dans son nom, et le mot "orgueilleux" qui qualifie le Faé, se relie étymologiquement à "ogre" (WALTER, 1990).

3 On ne peut éviter de se demander pourquoi toutes ou presque toutes ces femmes séduites et délaissées sont des demoiselles, des jeunes à marier, et non des dames. La seul exception paraît être Méraugis, où, comme Yvain, Gauvain épouse la femme d'un chevalier qu'il a tué en combat et devient le gardien de sa terre qu'il doit défendre contre tout intrus. D'ailleurs, Méraugis fait allusion à l'amie de Gauvain ce qui est également exceptionnel (BUSBY, 1980 : 266).À l'opposé de Lancelot, Gauvain ne pratique pas l'adultère et sa façon légère et ludique de vivre l'amour est tout à fait le contraire de la fidélité absolue de Lancelot à la reine.

4 Nous nous référons aux éditions suivantes : Chrétien de Troyes, Le roman de Perceval ou le conte du Graal, ed. W. Roach, Genève/Paris, Droz/Minard, 1959 ; L'Âtre Périlleux, ed. B. Woledge, Paris, Champion, 1936.

5 La même métaphore structure la chanson "Compahno faray unvers...", de Guillaume de Poitiers. Selon J.-Ch. Huchet, dans la lyrique des troubadours, la femme est le signe d'une communication entre hommes, plus précisément le signifiant d'un désir homosexuel (HUCHET, L'amour discourtois, Toulouse, Privat, 1987). La même théorie est soutenue par MARCHELLO-NIZIA, "Amour courtois, société masculine et figures du pouvoir", Annales E.S.C., 36, 1981.

6 L'orage est associé à l'acte sexuel qu'il accompagne ou qu'il précède. Aussi, dans Énéas, Énéas et Didon font l'amour dans une grotte où ils se sont réfugiés pour échapper à l'orage. Dans Yvain, la tempête merveilleuse précède la rencontre d'Yvain et de Laudine, et la violence du désir qu'Yvain éprouve de voir Laudine fait écho au désir également violent de voir la violence de l'orage. Une métaphore chinoise remplace "aimer" par "faire pleuvoir et vanter" (voir Le Dernier Empereur, de B. Bertollucci).

7 HOLDEN, A.J., "compte-rendu à K. Busby, Gauvain in old frech literature", Romania, 413, t. 104, 1, 1983, p. 125-6. À cet égard, voir aussi l'excellent article de Stoyan ATANASSOV,"Gauvain : malheur du nom propre et bonheur du récit", Le récit amoureux, colloque de Cerisy 1982, Paris, P.U.F., 1984, p. 11-21.

8 Dans un épisode du Chevalier aux deux épées analysé par Atanassov dans l'article cité, Gauvain est pris d'une extase narcissique :il admire la perfection de son corps et remercie Dieu de l'avoir fait si beau et le plus aimé des hommes (ATANASSOV, 1984 : 13).

9 "Dans son aveuglement idolâtre, la société, et plus particulièrement les femmes, refusent le vrai Gauvain tout en sublimant son image idéale" (ATASSANOV, 1984 : 12)- image qui correspond à "une réputation par oui-dire" (idem : idem). Ceci explique, soutient Atassanov, que les gens qui croyent que Gauvain est mort ne le reconnaissent pas quand ils le voient devant eux, bien vivant ; car Gauvain est un signifiant (un corps)dont le signifié est aliéné(absent, mort). Et c'est cette aliénation qui produit le Gauvain-image (ATANASSOV, 1984 : 14-5).

Auteur

Université de Braga, Portugal

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540