Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cheval dans le monde médiéval

Le cheval et le départ en aventure dans Les Romans de Chrétien de Troyes1

Begoña Aguiriano

Texte intégral

  • 1 Les citations et références des œuvres de Chrétien de Troyes renvoient aux éditions suivantes :
    Erec (...)

1Le héros des romans de Chrétien de Troyes est un 'chevalier', ce qui suppose, au Moyen Age, toute une série de qualités d'ordre et moral et social, qui le différencient du reste et qui le situent à l'intérieur de l'élite de son monde. On pourrait même ajouter que le chevalier a un désir de transformation qui vise le perfectionnement personnel, et que ce désir le définit d'une certaine façon.

2Mais, avant toute chose, on est 'chevalier' quand 'on combat à cheval', et, sans aucun doute, l'essence du chevalier est intimement liée à sa monture.

3Le cheval définit le héros, non pas de façon statique - comme le définissent les vertus caractéristiques de sa classe - mais en ‘mouvement’. C'est, précisement, dans la ‘chevauchée’ qu'ils forment un tout indissociable, de telle façon que l'idée de l'un sans l'autre reste inconcevable. Et l'on peut dire donc que c'est dans le départ 'à cheval' vers le monde inconnu - dans le mouvement - que le héros est un vrai chevalier, car, d'un côté, il chevauche sur l'animal qui lui prête son nom, et, de l'autre, il se dirige vers la perfection à laquelle il tend par nature.

4Dans les œuvres analysées, la décision de partir - et même avant qu'elle ne soit formulée verbalement - s'accompagne automatiquement du fait de monter à cheval et de celui de chevaucher. Et presque toujours la présentation du héros est faite ‘à cheval’ :

  • Erec entre en scène “a esperon” (Erec,v.81). Chrétien nous fait percevoir d'abord la vitesse, le mouvement à travers l'espace, et puis il nous parle de la personne et de ses vertus.

    • 2 CHEVALIER-GHEERBRANT, : art. « Cheval » dans Dictionnaire des symboles, Paris, Robert Laffont, 1969 (...)

    La première disjonction de Perceval est annoncée par le chant des oiseaux qui le remplissent de joie et le poussent à seller son cheval et y monter immédiatement (Graal,v. :69-90). Ici le cheval est pourvu d'ailes, c'est donc Pégase, le cheval ailé symbole de la sublimation de l'instinct2.

5Le geste de monter ‘à cheval’ n'est pas un privilège exclusif des premiers départs en aventure du héros, bien au contraire, tout le long du parcours à chaque décision de partir, à tout désir de changement correspond le fait de se préparer et de sauter sur la monture.

  • 3 Terminologie établie par P. Gallais dans Dialectique du récit médiéval (Chrétien de Troyes et l'Hex (...)

6Nous sommes dans le 'poste de la disjonction'3 quand le héros, pourvu de toute sa puissance virile, se décide à l'action créative qui le conduira à sa propre réalisation, et pour ce faire il monte à cheval.

  • 4 FRANZ, M-L von. : L'Ombre et le Mal dans les contes de fées. Paris, Fontaine de Pierre. 1981. p. 38 (...)

“Le cheval est l'une des formes symboliques les plus pures de la nature instinctive, de cette énergie qui supporte et entraîne le moi conscient sans qu'il s'en rende compte. Il est le flot de la vie... C'est l'énergie vitale que nous chevauchons...”4

  • 5 Ibidem.

7Au moment de la disjonction le cheval du héros est la “monture privilégiée de la quête spirituelle”5, qui, par le biais de l'action créative, le conduit vers l'Autre.

8Le cheval est le symbole du chevalier mais, en même temps, la description du cheval définit non seulement le chevalier, mais aussi sa situation et l'action vers laquelle se dirigent cavalier et monture, même si cette action n'a été que pressentie inconsciemment.

9Nous allons voir jusqu'à quel point cette définition s'avère exacte dans les œuvres qui nos occupent :

  • 6 GREIMAS, A.J. dans Dictionnaire de l'Ancien Français dit :“Destrier : Gros cheval de bataille,..., (...)

10Dans Erec et Enide le chevalier nous est présenté, dans sa première disjonction, sur un “destrier” et non pas un "chaceor" (Erec,v.94), ce qui est surprenant si l'on considère qu'il ne veut qu'accompagner la reine et que le ‘destrier’ n'était généralement utilisé que dans les combats6. Erec monte sur son destrier et prend son épée - élément fondamental dans la quête initiatique, symbole de pouvoir et de pureté - et, même si ce n'est qu'inconsciemment, Erec paraît pressentir le danger. Le choix du cheval et de l'épée obéissent à un même élan créatif qui, mènera le héros diurne vers sa propre réalisation.

11La deuxième disjonction commence avec l'ordre donné par Erec à sa femme de chevaucher sur son meilleur palefroi (Erec,v.2574-2579). L'ordre est suivi du rituel propiciatoire du héros qui monte ensuite sur son cheval "bai de Gascoigne" (Erec,v.2659). De couleur rougeâtre, il s'agit d'un cheval de guerre qui évoque le feu et la fougue de Pégase, et nous parle de l'impétuosité et des émotions qui remplissent le cœur de celui qui le monte.

  • 7 EVOLA, J. : Le Mystère du Graal et l'idée impériale gibeline. Paris. Editions Traditionnelles. 1984 (...)

“Si le chevalier représente le principe spirituel de la personnalité engagé dans les différentes épreuves, le cheval ne peut être que ce qui « porte » un tel principe c'est-à-dire la force vitale, plus ou moins maîtrisée par lui.”7

12La dernière disjonction du parcours des époux a lieu après leur sejour chez le roi Guivret le Petit qui, au moment du départ, offre à Enide un cheval. Ce nouveau palefroi est décrit tout d'abord par opposition à celui qui fut abandonné au château du comte de Limors lors de la fuite en secret. Chrétien nous dit :

“Cil estoit noirs es cist est sors,” (Erec,v.5274)

13Le cheval qui guidait Enide était 'noir', et par sa couleur il était associé aux ténèbres et à la nuit noire. Pour la traversée de l'espace infernal, Enide chevauchait sur une monture néfaste, animal psychopompe qui le conduisait inexorablement vers la mort symbolique. Mais ce cheval chtonien a été abandonné au centre de l'enfer et, à partir de ce moment-là la jeune épouse chevauche sur un palefroi doré et lumineux qui lui permet d'initier l'ascension. Ce nouveau cheval est défini par la lumière, par son caractère diurne et solaire, et aussi, parce qu'il enferme en lui tous les éléments de la synthèse positive des contraires. Le texte nous dit :

“Cil estoit noirs et cist sors,
mes la teste fu d'autre guise :
partie estoit par tel devise
que tote ot blanche l'une jœ
et l'autre noire come chœ ;
antre deus avoit une ligne
plus vert que n'est fuelle de vingne,
que departoit del blanc le noir.”(Erec,v.5274-5281)

  • 8 CHANDES, G. : Le Serpent, la femme et l'épée. Amsterdam, Rodopi, 1986 p. 47

14L'opposition blanc-noir exprime l'antagonisme et l'équilibre des forces qui dominent l'univers, et traditionnellement elle a une valeur positive. Non obstant, comme il a très bien vu G. Chandès8, cette opposition ne semble pas être valorisée positivement chez Chrétien.

  • 9 Ibidem. p. 47.

“Faute d'un troisième terme pour les unir et transformer en progrès une relation d'opposition, les contraires se figent en une immobilité de mort”9

  • 10 Pour d'autres renseignements consulter ROUSSEAU. R-L. : Le Langage des couleurs. St-Jean-de-Braye. (...)

15Le cheval offert par le roi Guivret à Enide se sépare subtilement du reste des objets et des animaux qui, dans les œuvres du poète champenois, présentent la même dichotomie cromatique ; En lui une fine ligne verte délimite les contours du blanc et du noir sur son visage. Le vert est à l'origine de la vie et nous rappelle la gestation, la croissance et la fécondité. Le printemps est vert, et il n'y a pas de printemps sans régénération de la nature, c'est pourquoi le vert est aussi la couleur de la régénération spirituelle10 G. Chandès nous dit :

  • 11 CHANDES, G. : op.cit. p. 161.

“En ce signe si exigu qu'il pourrait rester inaperçu, converge toute une symbolique synthétisante de l'arbre (le cycle végétal) et, par suite du Fils.”11

16Dans la monture d'Enide est gravée la nouvelle situation des époux, à laquelle ils sont arrivés avec douleur. Leur union n'est pas stérile, bien au contraire, et les bénéfices dépasseront sans doute le régime du particulier, c'est-à-dire du couple. Les époux sont prêts à affronter l'épreuve capitale et leur victoire est déjà préfigurée dans le cheval d'Enide et dans le cortège d'animaux qui les accompagnent :

“Maint faucon et maint esprevier
et maint ostor sor et gruier
et maint brachet et maint levrier
fist Guivrez avœc ax porter
por aus deduire et deporter.”(Erec,v.5314-5318)

  • 12 CHEVALIER-GHEERBRANT : art. « cheval » dans Dictionnaire des symboles.

17Dans Le Chevalier au Lion on assiste, tout d'abord, à un dédoublement du sujet, et Calogrenant anticipe les aventures du 'vrai' héros. C'est Calogrenant qui réalise un premier éloignement de la cour arthurienne et qui vient au domaine de la Fontaine. Là il doit lutter contre le Défenseur, mais il est vaincu et le vainqueur lui prend le cheval. Si le cheval est la "monture privilégiée de la quête spirituelle."12, il paraît évident que la perte du cheval annonce ici que ce chevalier ne pourra pas mener à terme son parcours initiatique, et qu'il lui faudra laisser la place à un autre.

18Les aventures d'Yvain suivent immédiatement le récit de Calogrenant et dans ses débuts le cheval est en cause. Yvain veut venger son cousin germain et il sait bien qu'il n'en aura pas le droit s'il vient au domaine de la Fontaine avec tous les autres chevaliers de la cour. Il décide donc de partir seul et en secret, et, pour ce faire, il monte sur un 'palefroi', qui est un cheval fait pour la marche ou pour la cérémonie, et qui lui permet de partir sans éveiller des soupçons. Le palefroi devient ici 'masque' et sert de déguisement efficace pour le chevalier. Par ailleurs, avant de partir il demande à un de ses fidèles écuyers de l'attendre sur le chemin avec ses armes et un 'cheval bien ferré' (Lion, v.736). Ici, le choix du terme 'cheval' attribue à l'animal toutes les connotations que l'idée de 'cheval' contient. Chrétien semblerait dire que pour une quête essentielle seule la monture essentielle est valable. En fait, il s'agit d'un 'bon cheval' (Lion,v.751), rapide et qui est prêt à partir, puis

“qu'il n'i falloit ne fers ne clos.”(Lion,v.753)

  • 13 CHEVALIER-GHEERBRANT : art. « soulier » dans Dictionnaire des symboles.

19Quand Yvain a demandé à son écuyer de l'attendre sur le chemin, il a insisté pour que le cheval soit 'bien ferré' (Lion,v.736). Le fer à cheval peut être considéré comme la chaussure de l'animal qui est le symbole du voyageur13. On voit qu'Yvain se prépare pour le voyage qui le conduira vers le monde inconnu. En même temps aussi bien le fer à cheval que la chaussure ont la possibilité de faire obstacle aux influences maléfiques et, par conséquent, le fait de monter sur un cheval qui ne perdra pas ses fers peut être, d'une certaine manière, garant de la victoire.

20D'autre part M-L von Franz nous dit :

  • 14 FRANZ, M-L von: L'Ombre et le Mal dans les contes de fées. Paris, Fontaine de Pierre. 1981. p. 79

“Le cheval... fait jaillir l'eau du puits. Cheval et source sont des symboles de transformation.”14

21Il paraît évident que ce cheval bénéfique conduira le héros vers le domaine de la Fontaine où sera possible la transformation profonde du chevalier.

22Tout au début du Chevalier de la Charrete on voit la cour se préparer afin de poursuivre le cortège formé par Méléagant, la reine Guenièvre et le sénéchal Keu. En tête de cette armée improvisée se trouve le neveu du roi Arthur, Gauvain, qui, en plus du cheval qu'il monte, il fait emmener pour lui deux autres chevaux (Charrete,v.254-256).

  • 15 La deuxième fois dans Le Conte du Graal, quand il part vers Escavalon monté sur le Gringalet et acc (...)

23Gauvain est le seul chevalier qui, dans les œuvres de Chrétien, commence l'aventure avec un équipement matériel excessif15, et, en même temps, il est le seul à ne jamais réaliser une préparation rituelle, tel qu'on voit faire aux autres héros. Ce comportement du 'meilleur chevalier du monde' est surprenant et nous renseigne par rapport à sa personne.

24D'un côté, nous savons que l'accord parfait entre cavalier et monture est l'image la plus solide de l'homme équilibré, de l'être total. Il est évident que si l'on considère le cheval comme le symbole des forces élémentaires et vitales, des instincts et des passions, c'est-à-dire, de l'énergie dans son aspect masculin, alors la maîtrise de l'animal sera l'équivalent de la maîtrise de l'égo. Le fait de se lancer à l'aventure avec plusieurs montures implique des problèmes pour les maîtriser, et, par conséquent, suppose une certaine faiblesse pour faire face à l'épreuve.

25D'autre part, du point de vue junguien, le cheval s'identifie à la 'persona' dont les divers visages devront être confrontés pour pouvoir accéder à la réalisation du Moi. La 'persona' est le masque social officiel employé par l'individu, et peut devenir problématique si le sujet s'identifie trop étroitement à elle. Par conséquent le fait de partir en aventure équipé de trois montures suppose une pétrification de la 'persona', du ego héroïque, une excessive dépendance de l'image sociale de soi-même et l'impossibilité d'accéder à la totalité vers laquelle tout être humain doit se diriger.

  • 16 CHEVALIER-GHEERBRANT : art. « cheval », dans Dictionnaire des symboles.
  • 17 Dans le sceau des Templiers on voit un cheval monté par deux chevaliers, ce qui peut représenter la (...)

26Finalement, si dans la totalité de l'image équestre 'le cheval symbolise les composantes animales de l'homme'16, et le chevalier sa partie spirituelle, se pourvoir de plus d'une monture suppose un profond déséquilibre entre l'animalité et la spiritualité de l'individu, au détriment de cette dernière. Tout paraît donc indiquer que Gauvain est qualifié, depuis le début de l'œuvre, de façon négative, et que ceci montre que son effort sera inutile, qu'il n'aura pas la possibilité de réaliser son moi profond17.

27Gauvain et ceux qui chevauchent avec lui arrivent à proximité d'un bois quand

“... issir an voient
le cheval Kex, sel reconurent,
et virent que les regnes furent
del frain ronpues anbedeus.
Li chevax venoit trestot seus,
s'ot de sanc tainte l'estriviere,
et de la sele fu derriere
li arçonz frez et peçoiez.(Charrete,v.258-265)

28Ce n'est pas le cheval - l'élan vital - qui a été pris par l'opposant, mais le cavalier. Se laissant guider simplement par l'orgueil et par le désir de satisfaire son ambition sociale, Keu n'a pas pu vaincre, les rênes de son cheval se sont brisées et il a été blessé dans le plus profond de lui-même. Le manque de générosité dans l'action lui a fait échouer.

29Tout de suite après, Gauvain voit sortir de la forêt un chevalier qui venait :

“sor un cheval duillant et las
apantoisant et tressüé.” (Charrete,v.272-273)

30Le cheval porte en lui les signes du combat, et sa fatigue est témoin de l'énergie dépensée par celui qui le chevauche. Le cavalier, de son côté, reconnaît Gauvain et s'adresse à lui pour lui demander un des chevaux qu'il a en trop. Le neveu d'Arthur offre à Lancelot la possibilité de choisir, mais celui-ci ne s'attarde pas sur le choix, saute sur le cheval le plus proche et s'éloigne au galop (Charrete,v. 290-295). Et à cet instant précis le cheval de Lancelot meurt

“car molt l'avoit le jor pené
et traveillié et sormené.” (Charrete.v. 297-298)

  • 18 Le terme 'sacrifice' est pris ici dans son double sens de 'renoncement' d'un côté et de 'sacrum fac (...)

31Nous avons dit précédemment que le cheval représente l'énergie vitale, le flux de la vie, et, par conséquent, sa mort sur le chemin initiatique ne peut être que le 'sacrifice'18 réalisé par le héros.

  • 19 FRANZ, M-L von : op. cit. p. 380.

“Le sacrifice du cheval représente un complet renoncement à ce flot de libido qui a suffi jusque là à guider la vie ; en d'autres termes, c'est un retournement de l'extérieur vers l'intérieur, vers un état d'introversion qui permet de passer à un autre niveau de conscience.”19

32Le chevalier qui est capable de risquer sa monture peut aussi risquer sa vie, et pourra gagner un jour. Le renoncement conscient à sa nature instinctuelle ouvre les portes qui le conduiront à lui-même.

33Dès ces premiers vers du récit, et grâce aux images véhiculées par le cheval, les différences qui existent entre ces deux chevaliers qui ont entrepris la quête de la reine sont évidentes. L'un d'eux, celui qui apparaît incognito, et qui n'est autre que Lancelot, est disponible, et, après avoir remplacé sa monture, reprend le chemin du risque. L'autre, Gauvain, incapable de risquer l'image qu'il a de soi-même, il reste toujours dans les limites de la 'contenance', refusant de descendre du cheval, et donc de sa gloire mondaine.

34Si l'on suit le héros de la charrette dans son parcours on voit qu'il risque le cheval - et soi même - sans interruption, et que, pratiquement, dans chaque disjonction il est dans l'obligation d'accepter un nouveau cheval en cadeau qui remplace celui qui vient d'être sacrifié sur le chemin initiatique. Curieusement pour sa dernière disjonction c'est la sœur de Méléagant qui lui offre un cheval

“le meillor c'onques veïst nus” (Charrete,v.6701)

35Tout le long de son parcours il s'efforce sans arrêt pour se libérer des attaches matérielles, qui, autrement, le laisseraient cloué au monde de l'apparence. La réitération du sacrifice de la monture fait de lui un chevalier tout à fait intériorisé, capable de mener à terme l'intégration de son être.

36Dans Le Conte du Graal les premiers vers nous ont introduits dans un temps de renouvellement naturel, avec une prédominance des symboles ascensionnels qui confèrent au récit un ton aérien, image parfaite du bonheur d'avant la chute. Au beau milieu de cette explosion printanière, le jeune homme met la selle sur son cheval de chasse et se dirige vers la forêt.

37Le ‘chaceor’ nous parle ici de celui qui le chevauche dans un double sens. D'un côté, aussi bien la monture que les armes - III. Javeloz (Graal,v.79) - qualifient le héros comme quelqu'un qui vit immergé dans un monde 'non civilisé', éloigné de la culture chevaleresque. Le jeune homme est un héros primordial qui devra être modélé par la culture pour pouvoir plus tard réussir à la totalité de son être. D'un autre côté la 'chasse' est l'image de la quête spirituelle à laquelle se dirige le héros, quoique inconsciemment.

38Le fils de la 'Veve Dame' s'éloigne du foyer maternel, et dans la forêt

“Por la dolçor del tans serain
osta au chaceor son frain,
si le leissa aler peissant
par l'erbe fresche verdeant ;(Graal,v. 91-94)

39Poussé par la nature il laisse une totale liberté de mouvements au cheval.

  • 20 FRANZ, M-L von : op. cit. p. 366-367.

“... le cheval représente la force vitale inconsciente la plus spontanée, la réaction instinctive naturelle sur laquelle, désormais, le héros peut compter...”20

40Perceval laisse agir sa nature spontanée, il libère ses instincts, et avec une confiance absolue dans la force qui le conduit, il savoure cette liberté innocente et primordiale.

41Le destin vient de la main des chevaliers qui lui font prendre brusquement conscience de son ignorance. Alors,

“cil cingle de la reorte
son chaceor par mi la crope,
et cil s'en va qui pas ne çope,” (Graal,v.624-626)

42Et, chevauchant à toute allure, il s'élance à la poursuite de sa propre ignorance pour l'annuler.

43Dans ce récit l'accès du héros à un niveau différent est marqué par le changement de monture et d'armes. A la cour arthurienne, de façon tout à fait surprenante et se laissant guider par son propre élan, il a réussi à vaincre le Chevalier Vermeil qui avait contredit le droit du roi Arthur sur sa terre. Sa victoire lui procure les armes et le destrier du vaincu, et il devient donc le 'Chevalier Vermeil'. Il accède à une nouvelle façon d'être qui n'est pas encore parfaite comme on verra à son passage par le Château du Graal. On peut dire que les armes et le cheval lui donnent 'l'apparence' d'un chevalier ; à partir de maintenant, il lui faudra atteindre l'essence de la chevalerie.

44A la fin de l'épisode du Château du Graal c'est encore le cheval qui est protagoniste. Le lendemain du cortège du Graal, Perceval se retrouve seul dans les lieux et décide de partir et, quand il traverse le pont-levis monté sur son cheval, le pont se lève avant qu'il ne soit arrivé de l'autre côté,

“et li chevax a fet un saut,
que, s'il n'eüst si bien sailli,
amedui fussent mal bailli,
li chevax et cil qui sus iere." (Graal,v.3394-3397)

  • 21 Voir note n° 7.

45L'habileté de l'animal a sauvé le chevalier. D'après les Etudes Traditionnelles, ceci est indice du déséquilibre, de l'imperfection du héros à ce moment de son évolution. Car s'il est vrai, comme le dit J. Evola, que le chevalier représente le principe spirituel de la personnalité et le cheval la force vitale, et les puissances élémentaires qui 'portent' un tel principe21, alors, le fait que le salut dépende de l'habileté du cheval suppose une prépondérance des impulsions inconscientes, de l'instinct sur la spiritualité.

46L'intérêt porté par Chrétien à la description minutieuse des montures de Gauvain dans Le Conte du Graal invite à une lecture en profondeur. G. Chandès dans Le Serpent, la femme et l'épée, a, à notre avis, très exactement interprété la relation de Gauvain avec ses diverses montures ; nos considérations ne peuvent que corroborer ses conclusions.

47On a vu comment dans Le Chevalier de la Charrete, Gauvain commençait la quête de la reine pourvu de deux chevaux, en plus de la propre monture. Ceci était alors interprété comme signe d'une valorisation négative de ce personnage. Et dans Le Conte du Graal, après le défi de Guinganbresil, Gauvain décide de partir, mais

“.VII. escuiers mainne avœc lui
et .VII destriers et .II. escuz.” (Graal,v.4776-4777)

  • 22 CHEVALIER-GHEERBRANT : art. « sept » dans Dictionnaire des Symboles.
  • 23 Ibidem, art. « deux ».

48Le sept “indique le sens d'un changement après un cycle accompli et d'un renouvellement positif.22, et la répétition volontaire du chiffre sept peut indiquer que Gauvain a déjà fini un cycle de sa vie et qu'il est prêt pour en commencer un autre. Si l'on ajoute à ceci que le sept est le chiffre de l'homme parfait, on pourrait penser que le neveu d'Arthur se trouve à la dernière étape de son voyage, après laquelle il atteindra le degré maximal de développement. Mais à côté des sept chevaux il y a 'deux écus', et le deux est le chiffre de l'ambivalence qui peut être “germe d'une évolution créatrice aussi bien que d'une involution désastreuse”23.

49Même s'il est vrai que donner une oppinion précise du parcours héroique qui commence maintenant, serait, d'une certaine façon, le préjuger, il est aussi vrai que la description de ce départ en aventure contient des traits qui le singularisent et l'opposent aux départs réalisés par les autres héros ; des traits qui qualifient le chevalier et déterminent son parcours.

50Tout paraît indiquer que Gauvain ne veut pas accepter le risque que tout parcours initiatique exige :

  • il emmène sept chevaux et il renforce donc les pulsions animales, et reste ancré dans la non-évolution. Il refuse la moindre possibilité de se détacher de la matérialité ;

  • en outre, il part avec sept écuyers, quand l'initiation exige la solitude ;

  • finalement, les armes qui le définissent ce sont les écus, des armes protectrices.

51Gauvain commence son voyage hyperprotégé, et même s'il accepte le risque de se mettre en route, on a l'impression qu'il manque de dévouement, et que dans sa décision de partir il n'y a pas l'élan créatif qui dominait le départ des autres héros.

52Dès le départ Gauvain apparaît qualifié comme un personnage trop attaché au moi héroïque et accordant la priorité aux valeurs qui concernent l'apparence. Cependant son apparence crée une certaine confusion - il sera pris pour un marchand au château de Tintagel (Graal,v.5030) - ce qui est le vrai drame de ce chevalier : la dissociation profonde de son être et la pétrification dans le monde de l'apparence.

53Sa façon d'agir ne favorise ni le chemin héroïque, ni la gloire mondaine, bien au contraire, elle provoque le blâme et la dégradation.

54Plus tard, Gauvain est en pleine forêt, il voit des cerfs et il veut les poursuivre et, pour ce faire, il demande à un de ses écuyers de lui donner un cheval, pas n'importe lequel, mais

“tot le mellor que il avoit” (Graal,v.5610)

55Gauvain choisit le meilleur mais il ne se soucie pas de vérifier quel est l'état du coursier. Alors quand il poursuivra l'objet de ses désirs (Graal,v.5622-5626) - une biche, image donc de la féminité - son cheval perd un de ses fers, et l'effort du chevalier sera inutile.

  • 24 FRANZ, M-L von : op. cit. p. 98

56Le cheval matérialise “l'élan instinctuel qui tend vers une transformation de la conscience...”24, et, par conséquent, l'échec de cet élan suppose l'impossibilité de la transformation de son être.

57Gauvain doit descendre de sa monture, car “... ses chevax mout duremant clochoit ;” (Graal.v.5629-5630). L'animal boite et empêche le chevalier de continuer ce qu'il croyait son chemin.

  • 25 CHEVALIER-GHEERBRANT : art. « boiteux » dans Dictionnaire des symboles.

58Alors si, d'un côté, le cheval est symbole de l'élan vital de celui qui le chevauche, et si, de l'autre, “Boiter est un signe de faiblesse, d'inachevé, de déséquilibre.”25, le fait de monter un cheval boiteux peut marquer une imperfection profonde dans la nature de l'être, un déséquilibre grave dans le flux de l'énergie vitale.

  • 26 Ibidem.

59Tout le long de ses œuvres, Chrétien qualifie souvent Gauvain comme 'le soleil de la chevalerie', néanmoins, “le boiteux évoque le soleil déclinant,...”26. Et l'on pourrait dire que, dès le début, le chevalier solaire par antonomase apparaît assombri et incapable de mener à bon terme son parcours initiatique.

60Plus tard, à partir du moment où Gauvain doit chercher la Lance-qui-saigne, il est seul et monte le Gringalet, mais, à chaque disjonction, il devra faire face à une situation de conflit, dont le centre sera le Gringalet ou une autre image hippomorfique :

61- Tout d'abord l'Orgueilleuse de Logres lui propose d'aller chercher son palefroi, mais pour ce faire il doit abandonner le Gringalet sans la moindre garantie de pouvoir le récupérer plus tard (Graal,v.6471-6489). Gauvain va chercher le palefroi dont la description nous rappelle le cheval offert par le roi Guivret le Petit à Enide.

“... la teste ot
d'une part noire et d'autre blanche."(Graal,v.6578-6579)

  • 27 CHANDES, G. : op. cit. p. 161

62Mais, dans lequel, comme G. Chandès a très bien souligné27, manque le troisième élément qui pourrait faire de la rencontre des opposés quelque chose de créatif. Le cheval de l'Orgueilleuse est négativement valorisé, en lui les contraires restent indéfiniment dissociés et sans la moindre possibilité de conjonction.

63Quand il revient avec le palefroi de la demoiselle, celle-ci renouvelle sa promesse

"« Chevaliers, or alez
quel part que vos onques volez,
et ge vos sivrai tote voie
tant que por moi honir vos voie.
Et ce ert ancui, se Deu plest. »”(Graal,v.6653-6657)

64Alors, Gauvain, qui maîtrisait l'éloquence, ne dit rien et

“Toz honteus monte, si s'an vont” (Graal,v.6660)

65Gauvain n'a plus que le Gringalet, l'Orgueilleuse de Logres et, surtout, la 'honte'.

66A partir de maintenant la 'honte' grandit jusqu'à devenir insupportable et elle est toujours en rapport avec l'image hippomorfique.

67- Gauvain a perdu le Gringalet et il est obligé de monter un misérable roncin. La description hyperbolique faite par Chrétien de cet animal (Graal,v.6915-6931) nous montre bien le niveau dans lequel se trouve ce chevalier et le lieu où il se dirige. On est bien loin du symbolisme de Pégase suggéré par le 'chaceor' de Perceval. Il s'agit sans doute de son opposé, du cheval infernal.

68Gauvain n'est plus le héros solaire qui chevauchait de façon héroïque vers son triomphe diurne, bien au contraire, monté sur cette image ténébreuse s'achemine à sa perte définitive. Le meilleur chevalier du monde, dont la principale préoccupation est l'apparence esthétique, et le roncin, s'obstinant à mener un trot disharmonieux, évoquent l'image d'un déclin irréversible.

69Montant le cheval de sa honte et accompagnée de l'ironie de la Male Pucelle, Gauvain voit pour la première fois le Palais de la Merveille et la barque qui l'y conduira.

  • 28 Dans le texte le nautonier est un personnage d'une énorme ambigüité, jusqu'au point de ne pas savoi (...)

70Devant le Palais, et par le biais d'un combat, Gauvain récupère son cheval, qui est immédiatement disputé par le nautonier28. Mais ensuite le nautonier accepte d'avoir le chevalier vaincu au lieu du cheval, et Gauvain a, enfin, son cheval. Malgré ceci Gauvain ne continue pas son chemin en croupe du Gringalet, car, pour arriver au Palais de la Merveille, il lui faut rentrer dans la barque du nautonier - avatar évident de Charon.

  • 29 DURAND, G. :op. cit. p. 286.

“... toute barque est un peu « vaisseau fantôme », est attirée par les inéluctables valeurs terrifiantes de la mort.”29

71Nous retrouvons là tous les symboles de la descente, ce qui oppose, à nouveau, Gauvain à tous les autres héros de Chrétien. Dans l'intimité de ce véhicule et glissant sur l'eau, pendant la nuit, Gauvain se dirige au domaine de la mère ; là, à l'intérieur d'une hutte, où rien de matériel ne manque, il pourra se nourrir et se reposer. Toutes ces images du régime nocturne appartenant aux structures mystiques de l'imaginaire, montrent que le parcours de Gauvain, chevauchant ces montures néfastes, n'avance pas vers le lieu de la transformation ontologique, mais qu'il 'regresse' à l'espace de la totale négation.

72Jusqu'à présent les sentiments qui ont présidé le parcours de Gauvain sont la honte et le deshonneur. Mais, à partir du moment où il entre au Palais de la Merveille et qu'il est conscient qu'il ne pourra plus sortir, c'est l'accablement qui domine. Il réussit enfin à avoir la permission de sortir, et il le fera en croupe du Gringalet et pour mener à terme le dernier caprice de la Male Pucelle : la traversée du Gué Perilleux. Pour le faire il prend son élan,

“... mes il faut,
qu'il ne preist mie bien son saut,
si sailli droit en mi le gué,”(Graal,v.8255-8257)

73Gauvain a mal calculé et seule l'aptitude de son cheval pour la nage le tire d'affaire (Graal,v.8258-8262). Au bout du voyage le cheval devient vaisseau.

74Dans le parcours du neveu d'Arthur, le cheval est toujours au centre de l'action réalisée, et l'on peut affirmer avec G.Chandès que l'animal exerce la fonction d'Objet qui dans les autres récits était réservée à l'anima positive, ce qui est, d'une part, indice d'une importante perturbation.

  • 30 CHANDES, G. : op. cit. p. 281

“La substitution du cheval à l'image féminine comme Objet de l'aventure signifie donc, semble-t-il, que le héros combat moins pour conquérir un visage de l'anima, une figure de l'essentielle différence, que pour préserver la cohérence d'un moi qui se dégrade parce qu'il n'a jamais su intégrer les valeurs positives de la féminité.”30

75D'autre part, si l'on prend le cheval en tant qu'image de l'anima, il marque la totale impossibilité de Gauvain de réussir une harmonieuse conjonction avec l'autre.

76Nous venons de voir que les vrais héros de Chrétien, quand ils abandonnent le monde connu, ils réalisent un acte diairétique qui les conduit vers un espace différent, dans lequel ils pourront essayer leur propre transformation. Pour ceci, ils utilisent toujours le même moyen de transport : le cheval solaire. D'autre part, Gauvain, qui a été le héros solaire par antonomase, s'assombrit dans un long processus de dégradation ; et dans ce processus le fil conducteur n'est autre que le cheval nefaste, qui devient finalement barque et le conduit à sa propre négation.

77Avant de finir nous devons signaler que si nous n'avons pas parlé du cheval dans Cligés, c'est parce que les départs en aventure décrits dans ce roman ne nous renseignent pas beaucoup sur le sujet de notre exposé. Le premier héros, Alexandre, se disjoint toujours 'en bateau'. Et, quand Cligés se sépare de Fenice, Chrétien nous parle simplement des chevaux offerts par l'empereur Alis à son neveu. Le texte dit : “De chevax por vos deporter” (Cligés,v.4231). Il s'agit donc des montures qui ne visent pas l'essentiel. Pourtant il est vrai que Cligés emmène pour son usage personnel quatre destriers de robe différente (Cligés,v.4239-4243), et que, le moment arrivé, chaque cheval marquera un stade de l'évolution du chevalier.

78L'important dans cet épisode c'est que Chrétien ne veut pas s'attarder sur les chevaux et qu'il préfère décrire la séparation des cœurs des amants, et tout paraît indiquer qu'il marque par là ce qu'il fait ailleurs par le biais du mouvement spatial 'à cheval'.

79La réflexion sur le cheval dans le départ en aventure nous fait arriver aux conclusions suivantes :

80Tout d'abord il faut dire que le cheval est à la base du mouvement diairétique réalisé par les héros de Chrétien. Le départ 'à cheval' suppose toujours une certaine célérité. La plupart des fois il se réalise 'a esperon' ou entouré de termes qui nous rappellent la brusque irruption dans un rythme plus rapide. Le cheval ne glisse pas, il sillonne les airs, ce qui souligne le caractère traumatisant de la disjonction. Quand le héros s'éloigne sur sa monture il le fait en solitaire et/ou en secret, ou bien laissant son monde stupéfié, car la rapidité de la décision empêche les autres de réagir. L'éloignement 'à cheval' se fait dans les limites du strictement nécessaire, et il n'y a jamais le temps d'un préalable ravitaillement. A la décision de partir du héros succède immédiatement le fait de monter à cheval, ce qui introduit un changement dans le récit, car soudain le héros fait irruption dans le monde inconnu. On peut dire donc que le cheval est le trait d'union entre l'ici et l'au-delà. Souvent le fait de monter est le seul élément qui situe la narration dans un espace autre, sans que la description du mouvement soit nécessaire ; comme si le fait de monter 'à cheval' était un acte magique capable de transformer l'entourage, ou, pour mieux dire, capable de situer le héros dans un espace de transformation. C'est pourquoi les voyages ne sont décrits que quand ils sont pertinents pour la compréhension du sens de l'œuvre, et jamais simplement pour marquer le mouvement.

81Le cheval constitue l'élément conducteur qui transporte et guide le héros depuis son monde jusqu'à la rencontre avec la femme, il est donc, l'adjuvant qui permet au héros d'accéder à sa propre perfection. En tant qu'adjuvant dans le chemin initiatique, sa perte est toujours traumatisante et douloureuse, et implique un renouvellement de l'élan créatif qui se matérialise dans la nouvelle monture.

  • 31 DURAND, G. : Les Structures anthropologiques de l'imaginaire, Paris, Bordas, 1969, 9e éd. pp. 81-82

82D'autre part, nous savons que le départ du héros est souvent provoqué par un profond sentiment de 'manque', et, par conséquent, le cheval est aussi un 'adjuvant de premier aloi' au processus qui permet l'anéantissement du manque. L'animal, par sa capacité de mouvement, permet la réalisation de cet acte diairétique qui sépare le héros des tendances féminoïdes où il était immergé dans le monde connu. C'est ainsi que, par un processus d'euphémisation typique dans la vie des symboles, le cheval, qui est fils de la nuit et du mystère, associé aux ténèbres du monde chtonien, et traditionnellement en rapport avec les grandes figures lunaires, devient ouranien et s'élève jusqu'à devenir lumineux comme le soleil31.

  • 32 BOLLNOW, O-F. : Mensch und Raum. Traduction en espagnol : Hombre y Espacio par J. Lόpez de Asiain, (...)

83Epiphanie céleste, le cheval de la disjonction est diurne, et avec ses ailes il sillonne les vents et conduit le héros, dans son mouvement ascensionnel tout le long du chemin de la quête spirituelle. "Seule la lumière du soleil séduit pour aller au loin"32, et le cheval ailé, Pégase, est le seul capable de réaliser ce voyage vers la lumière.

84Mais même si au moment de la disjonction le cheval du héros solaire est diurne, dans les textes nous trouvons d'autres montures qui, montées soit par le héros, soit par des personnages non héroïques, n'appartiennent pas aux mêmes structures. Ce qui prouve que

  • 33 CHEVALIER-GHEERBRANT : art. « cheval » dans Dictionnaire des symboles.

“...Le cheval n'est pas un animal comme les autres. Il est la monture, le véhicule, le vaisseau, et son destin est donc inséparable de celui de l'homme. Entre les deux intervient une dialectique particulière, source de paix ou de conflit...,”33

Notes

1 Les citations et références des œuvres de Chrétien de Troyes renvoient aux éditions suivantes :
Erec et Enide, éd. par Mario Roques, Paris. 1977.
Cligés, éd. par Alexandre Micha, Paris, 1978.
Le Chevalier au Lion, éd. par M. Roques, Paris, 1967.
Le Chevalier de la Charrete, éd. par M. Roques, Paris, 1975.
Le Conte du Graal, éd. par Félix Lecoy, Paris, 1975.

2 CHEVALIER-GHEERBRANT, : art. « Cheval » dans Dictionnaire des symboles, Paris, Robert Laffont, 1969. Ed. revue et augmentée 1982.

3 Terminologie établie par P. Gallais dans Dialectique du récit médiéval (Chrétien de Troyes et l'Hexagone logique), Amsterdam, Rodopi, 1982.

4 FRANZ, M-L von. : L'Ombre et le Mal dans les contes de fées. Paris, Fontaine de Pierre. 1981. p. 380.

5 Ibidem.

6 GREIMAS, A.J. dans Dictionnaire de l'Ancien Français dit :“Destrier : Gros cheval de bataille,..., que le chevalier ne montait que lorsqu'un danger se présentait”.

7 EVOLA, J. : Le Mystère du Graal et l'idée impériale gibeline. Paris. Editions Traditionnelles. 1984. p. 163.

8 CHANDES, G. : Le Serpent, la femme et l'épée. Amsterdam, Rodopi, 1986 p. 47

9 Ibidem. p. 47.

10 Pour d'autres renseignements consulter ROUSSEAU. R-L. : Le Langage des couleurs. St-Jean-de-Braye. Ed. Dangles. 1980. pp. 23-40.

11 CHANDES, G. : op.cit. p. 161.

12 CHEVALIER-GHEERBRANT : art. « cheval » dans Dictionnaire des symboles.

13 CHEVALIER-GHEERBRANT : art. « soulier » dans Dictionnaire des symboles.

14 FRANZ, M-L von: L'Ombre et le Mal dans les contes de fées. Paris, Fontaine de Pierre. 1981. p. 79.

15 La deuxième fois dans Le Conte du Graal, quand il part vers Escavalon monté sur le Gringalet et accompagné de sept écuyers qui mènent sept chevaux. Equipement sans doute excessif pour chercher l'aventure individuelle.

16 CHEVALIER-GHEERBRANT : art. « cheval », dans Dictionnaire des symboles.

17 Dans le sceau des Templiers on voit un cheval monté par deux chevaliers, ce qui peut représenter la conjonction des opposés menés par le même élan créatif. Le cas contraire, celui de Gauvain dans le texte, serait, donc, marque de dispersion, de non-réunion, et, par conséquent, d'écartement du chemin initiatique.

18 Le terme 'sacrifice' est pris ici dans son double sens de 'renoncement' d'un côté et de 'sacrum facere' - faire quelque chose de sacré - de l'autre.

19 FRANZ, M-L von : op. cit. p. 380.

20 FRANZ, M-L von : op. cit. p. 366-367.

21 Voir note n° 7.

22 CHEVALIER-GHEERBRANT : art. « sept » dans Dictionnaire des Symboles.

23 Ibidem, art. « deux ».

24 FRANZ, M-L von : op. cit. p. 98

25 CHEVALIER-GHEERBRANT : art. « boiteux » dans Dictionnaire des symboles.

26 Ibidem.

27 CHANDES, G. : op. cit. p. 161

28 Dans le texte le nautonier est un personnage d'une énorme ambigüité, jusqu'au point de ne pas savoir si son rôle, par rapport au héros, est positif ou négatif. Toutefois il ne faut pas oublier que, comme l'affirme Bachelard, “il n'y a pas de nautonier du bonheur”. BACHELARD, G. L'Eau et les Rêves. Essai sur l'imagination de la matière, Paris, Corti, p. 108.

29 DURAND, G. :op. cit. p. 286.

30 CHANDES, G. : op. cit. p. 281

31 DURAND, G. : Les Structures anthropologiques de l'imaginaire, Paris, Bordas, 1969, 9e éd. pp. 81-82

32 BOLLNOW, O-F. : Mensch und Raum. Traduction en espagnol : Hombre y Espacio par J. Lόpez de Asiain, Barcelona, Biblioteca Universitaria Labor, 1969 p. 211.

33 CHEVALIER-GHEERBRANT : art. « cheval » dans Dictionnaire des symboles.

Auteur

Université du Pays Basque

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540