Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’étranger à l’étrange ou la conjointure de la merveille

Outremer et outremonde dans Auberi le Bourgoing

Isabelle Weill

Texte intégral

  • 1 ms R, Rome, Bibl. Apost. Vatic. Regina lat. 1441.
    ms C, Paris, B.N. fonds fr. 860.
    ms T, Paris, B.N (...)
  • 2 Benary, W., Das französisches Heldenepos, Auberi li Borgignon, Halle, 1931, 106 p..
    Keller, A. von (...)

1Auberi le Bourgoin est une chanson de geste du milieu du xiiie siècle relativement méconnue, bien qu'elle nous ait été conservée dans cinq manuscrits1, et qu'elle ait été éditée (de façon partielle) par Tarbé, Keller, Tobler et Benary2. La première "branche" de cette chanson du deuxième âge épique illustre le thème carolingien traditionnel de l'adolescent contraint par une trahison et/ou par un scandale lignager de s'exiler loin de sa famille et de son domaine : Auberi, suivi de son neveu Gasselin, après des épreuves qualifiantes (il est " soudoier" auprès du roi Orri de Bavière, puis du comte Baudoin de Flandres), peut obtenir sa réintégration en gagnant le royaume de Bavière et la main de la reine Guibour, sœur de Pépin le Bref. Dans la deuxième partie, Auberi est victime d'un personnage subversif, le traître ardennais Lambert d'Oridon, qui spécule sur la convoitise et la faiblesse de ceux qu'il veut utiliser à ses fins ; la crise sera dénouée par la mort du héros et le meurtre du traître par Gasselin et le duel judiciaire à la cour de Pépin permettront de restaurer l'harmonie sociale : le successeur d'Auberi, Gasselin, époux de la fille de Guibour, peut alors créer une lignée nouvelle grâce à son fils, Naimes de Bavière.

  • 3 Rossi, M., Huon de Bordeaux et l'évolution du genre épique au épique au xiiie siècle. Champion, Pa (...)

2Cette chanson bien écrite, quoique fort composite (le schéma narratif s'inspire surtout de Floovant) se rattache d'abord à la Geste du Roi (le père du héros, Basin, est l'un des douze pairs confondu avec l'enchanteur du même nom, confusion qu'on retrouve, au siècle suivant, dans Jehan de Lanson) ; mais l'onomastique permet de relier aussi Auberi à la Geste des Lorrains : M. Rossi a montré que le héros de Huon de Bordeaux était une reprise d'un personnage allié des Bordelais (et néanmoins sympathique) de la chanson de Gerbert de Metz3 ; on peut penser que le narrateur de notre texte a dû choisir, chez les Lorrains, le vaillant neveu bourguignon de Garin, toujours prêt à quitter ses terres pour venir en aide à son lignage ; il a composé ensuite l'histoire tragique d'Auberi et chanté les peines et les tourments qu'il souffrit durant sa brève vie, les dangers auxquels il fit face, à savoir trahisons lignagères et invasions sarrasines.

3Nous nous proposons, en respectueux hommage à Paul Bancour, de voir comment Auberi le Bourgoin a exploité le thème du Sarrasin envahisseur du premier âge épique.

  • 4 Keller, op. cit. p. 233-234.

4Dans la première partie de la chanson, le héros se trouve confronté, en Bavière, puis en Flandres et à nouveau en Bavière, à plusieurs séries de hordes dévastatrices que rien ne semble pouvoir arrêter dans leur soif de conquète. Le pauvre fugitif qu'est d'abord Auberi propose son aide au puissant roi Orri, agressé par des Rous et des Gafres4 envahisseurs appelés aussi Pincenarts, Routis, Arabis, la gent de Lucie, la gent l'aversier ; cette nomenclature traditionnelle est surtout remarquable par ses effets d'accumulation hétéroclite : ces gens qui devaient être des Slaves ou des Hongrois ne sont jamais jamais appelés Esclers ni d'ailleurs Sarrasins. Auberi se débarasse de cette engeance en tuant Galafre de Monbis,

  • 5 id., p. 235-236.

Li plus haus est de tos les Arrabis5.

5Le reste des assaillants s'enfuient "vers lor païs" sans autre précision.

  • 6 Bancour, P., Les Musulmans dans les chansons de geste du cycle du Roi, Aix, 1982, 2 vol., 1081 p..

6Cette invasion n'était qu'un hors d'œuvre. Le thème se développe de façon beaucoup plus intéressante dans les scènes suivantes qui ont pour cadre les Flandres. Auberi, trahi une nouvelle fois et chassé de Bavière, va rejoindre le comte Baudoin attaqué par des Frisons qui dévastent son pays. Dans les chansons qu'a étudiées P. Bancour, Danois et Frisons sont comptabilisés parmi les Sarrasins épiques6. Nous allons voir qu'il n'en est pas exactement ainsi dans Auberi le Bourgoin.

  • 7 Keller, p. 100.
  • 8 cf. le Couronnement louis, éd. Lepage, A-B, v.681 sq.
  • 9 Tobler, op. cit., p.100.
  • 10 id., p.99.

7En étudiant l'onomastique du passage en question, on constate que le premier assaillant porte le nom de Jehan, ce qui n'a rien de sarrasin. Le roi Galesis est bien roi de Gafre, mais c'est aussi le roi "qui Frise a a baillier"7 ; S'il possède un cheval d'une beauté incomparable, Blan-chart, qu'Auberi va convoiter et dont il va s'emparer après un combat singulier8, il séjourne dans une tente tout à fait splendide qu'il a conquise sur un géant (donc sur un païen, semble-t-il)9. Ces sujets, les Frisons, sont présentés comme des voisins : la bataille a lieu à Tamise sur Oise10 marche entre les Flandres et la Frise. Ces gens se comportent comme des chrétiens épiques, les prières de leur roi en portent témoignage :

  • 11 id., p.108.
  • 12 id., p.109.

Rois Galesis a Jésus reclamé :
"Glorïeus rois, vrais Dieu de majesté..."11
Dieu reclama, le vrai omnipotent :
"Glorieus sires, par ton comandement...12

8Le neveu du roi se conduit de façon identique :

  • 13 id., p.115 ; var.T "D. qui forma Daniel".

Dameldieu jure et le cors saint Marcel,
Ançois qu'il voie abaissier le soleil.
Se venjera d'Auberi le dansel...13

  • 14 id., p.105.

9Auberi leur paraît un diauble, un maufé, un anemi ; ils trouvent les mêmes mots que les Flamands pour stigmatiser sa conduite jugée scandaleuse (Auberi passe pour un séducteur invétéré et pour un assassin). Auberi les défie en termes qui évoqueraient plutôt les luttes des Lorrains et des Bordelais que celles de chrétiens sûrs de leur bon droit et de païens mécréants :14

  • 15 id., p.33.

Dist Auberis : "Glouton, n'i garirez,
Mar i avés les povres gens robés !"15

  • 16 On peut localiser le scribe de R grâce à ses graphies dialectales (en particulier, der pour l'encl (...)

10Tout ceci serait fort étonnant si (comme on peut le supposer d'après la langue du manuscrit R)16 le narrateur d'Auberi n'était pas un homme du Nord Nord-Est, qui devait bien connaître les Flandres et ses villes qu'il énumère avec soin. Nous ne sommes plus dans le monde flou de la Bavière dont les marches s'étendent de la mer aux Ardennes, en passant par la Bourgogne, mais dans un pays connu qui va se révéler ni étrange ni même étranger, mais étrangement actuel à nos yeux, comme le montre la connaisance dont témoigne le narrateur pour les problèmes de la cour du comte de Flandres, en particulier les problèmes linguistiques.

11En effet, dans la Geste traditionnelle, les héros n'éprouvent habituellement aucune difficulté à comprendre les étrangers ni à s'en faire comprendre : Guillaume dans le Couronnement Louis discute sans peine avec Corsolt et dans la Prise d'Orange passe pour un homme de Tiébaut, le souverain d'Afrique. Les "espions latiniers" sont nombreux sur les routes chrétiennes mais ce n'est que dans les chansons tardives que les auteurs insistent sur les capacités de ces personnages polyglottes : le roi païen Floires, dans Hervis de Metz, envoie deux sergents "atapinés" comme pèlerins :

  • 17 éd. Stengel, v.3899-3900.

"Il n'est langajes qu'il ne sevent parler,
Englois, flamenc, alemant autretel...17

12Dans les Enfances Renier, le tratre Piecolet se vante de son savoir :

  • 18 éd. Cremonesi, v. 2292-2293.

"Bien sai parler latins et rommans,
Sarrazinois, griés et popeliquans."18

  • 19 cf. La Conquête de Jerusalem, éd. Hippeau, v.1868.

13Et si on voit dans, le Cycle de la Croisade, des Francs et des païens avoir recours à des interprètes, c'est qu'il s'agit de notations historiques qui échappent aux conventions du genre.19

14Auberi et Gasselin n'ont eu et n'auront aucun problème de communication ni avec les Bavarois ni même avec les Frisons (Auberi échangera de longs propos avec le roi des Danois, tout comme Guillaume avec Corsolt) ; il n'en sera pas de même avec les Flamands de la cour de Baudoin. La question est soulevée plusieurs fois de suite : avant même leur arrivée à Cortrai (ville où le comte réunit des "soudoiers"), Gasselin prévient son oncle, connu pour ses réactions "primaires" et son caractère emporté :

  • 20 Tobler, op. cit., p.19.

"Vous estes fel, s'avés cuer de lïon
Et Flamenc sont et ireus et felon...
Tu ne sauras entendre lor raison... "20

15Auberi promet alors de se montrer patient, serment qu'il aura bien du mal à tenir en entendant (sans les comprendre semble-t-il) les Flamands commenter leur entrée en "en-glois" :

  • 21 id., p.23.
  • 22 id., p.26 et 27.

Dient li autre : "Si grant sont Alemant,
Il ne sont mie si preu com il sont grant."
Auberis oit quanqu'il vont devisant ;
Ses niés le vait tout adés chastoiant
Que ja vers iaus ne mece nul sanblant,
Et il se taist, ne dit ne tant ne quant..21
...Dient Flamenc :"Cist menra grant bobois."
Flamenc parolent et li auquant englois.
Dist Auberis :"Que dient cil Tiois ?"
Gaselins dist :"Vos n'ales mie drois.
Laissiés Flamens demener leur beubois ;
Il ne donroient de vo dangier.II. nois."
Dist Auberis :"Niés, ce n'est mie voirs :
S'il me disoient nule riens sor mon pois,
Tous li plus riches ociroie tout frois. "22

16L'exilé trouve rapidement des alliés aussi isolés que lui dans cette cour étrangère, à savoir cent chevaliers français qui viennent implorer sa protection :

  • 23 id., p.28.

"Et cil Flamenc nos tienent en viuté
Por lor langaje que ne savons parler ;
Ne gardons l'eure nos nos soions mellé."23

17On peut imaginer qu'un auteur, qui avait autant le souci du réalisme, n'a pas pu représenter sous les traits des Sarrasins ses voisins, les Frisons, même dans un récit censé se dérouler cinq siècles plus tôt, à une époque où ils n'étaient pas encore christianisés.

  • 24 ms C, f°149c.

18Le remanieur du manuscrit C (xive siècle) a dû être choqué par ce manque aux conventions du genre et a essayé de faire reprendre leur place aux Danois parmi les Sarrasins épiques. Il a transformé, en premier lieu, l'onomastique : l'espion s'appelle désormais Pinart ; Galesis devient Galafre, un roi "amirant", "le roi de Gafre, qui estoit arrabis"24 (avec un deuxième hémistiche qui semble rajouté, maladresse caractéristique de ce remanieur). Les assaillants sont devenus musulmans :

Lors s'en ala vers le roi amirant :
Mahom reclame de cuer et Tervagant
Que il li soient secorable et aidant.

19La refonte du texte montre encore des traces de l'invocation chrétienne antérieure :

  • 25 id., f°162b.

Li rois des Fris a Mahom reclammé :
"Sire, dist il, par la vostre bonté
Garis mon cors, que ne soit encombrez. "25

20Le neveu du roi fait partie de "la gent Carnabel" (nom qui rappelle le frère de Baligant dans Roland :

Mahomet jure et son dieu Jupitel
Qu'ainz que voie abaissier le soleil
Se vengerai d'Auberi le damsel.

21L'épisode suivant, le retour en Bavière, nous ramène vers des Sarrasins plus traditionnels certes ; mais ils sont aussi plus cruels que ceux de la Geste du Roi.

22Ces Sarrasins (c'est là le terme le plus fréquemment utilisé ; on trouve aussi Persans, païens et Turcs) viennent de pays lointains pour s'emparer de Rome (comme ceux du Couronnement Louis, de la Destruction de Rome, d'Aspremont et de la Chevalerie Ogier). Mais Dieu envoie une tempête qui les détourne de leur route et les oblige à débarquer en Bavière :

  • 26 Tobler, op. cit., p.137.

Un poi lairons D'Auberi le vaillant,
Der roi Ouri vos chanteront avant.
Com a sa terre vinrent.III. roi persant.
Par tel maniere i furent arivant
Tel vos en chantent qui n'en sevent noient ;
Entre Anquetin et le fier Robouant
Et avec iax Corsout le combatant,
Icil .III. roi, que je vos voi nomant,
Furent issu der regne à l'Africant
A.XXX.M. de la gent mescreant.
Avec iaus portent Mahon et Tervagant,
Essilier vuelent Rome, que heent tant ; /92r°/
N'i remandront clers ne prestre chantant.
Et l'apostoile ociront tout avant ;
Deseur l'autel saint Piere le plus grant,
La metront il Mahon et Tervagant...26

23On peut voir que l'onomastique est tout à fait traditionnelle et correspond généralement aux noms qu'a relevés P. Bancour ; à l'amirant Anquetin, Roboant et Corsolt s'ajoutent Lutin de Val Beté, le roi Aquart de Flor, Fau-saron et Butor (connus dans Ogier), Morgant le Fier, Cos-tentin (qui figure dans Elie de Saint Gilles), Maltruiblé (personnage de Fierabras), Sistament, Hustament et Rogement.

  • 27 M. Monfrin a étudié ce motif dans son cours sur Otinel, aux Hautes Etudes, en 1984-1985.

24Ces gens déferlent sur la Bavière en ravageant tout sur leur passage, prennent la ville de Bavier, s'emparent du roi Ouri et le supplicient sous les yeux des derniers défenseurs de la tour, de la reine et de sa fille27 : on le fait "despouillier tout nu" et on mélange de l'arrement à du soufre bouillant :

  • 28 Tobler, op. cit., p.141.

Deseur le roi le poserent menu,
Tout li couvrirent et le cors et le bu...28

  • 29 texte inédit, ms R, f°97.

25On lui crève les yeux au fer rouge ; puis lié à un poteau, il sert de cible aux lances des "novel josteor". Le roi finit par mourir de douleur ; on lui tranche la tête au "branc sarrazinor"29. les païens mettent le feu à la tour, les derniers défenseurs se rendent, mais seules la reine et sa fille échappent au massacre général ; on les enmène vers la côte, au pays de l'Almaçor, un grand carcan autour du cou et battues à coups de cravache :

  • 30 id., f ° 98 .

Desus les os lor fu la chars tranchie,
Li sans vermaus lor saut a grant haschie...30

26Auberi arrive à la rescousse, l'emporte grâce à son sens de la stratégie, tue Anquetin et met le reste de l'armée en fuite ; ceux qui parviennent en vie à la côte remontent dans leur navire et lèvent l'ancre, mais ils n'échapperont pas à la justice divine :

  • 31 Tobler, op. cit., p.153.

Dont lieve un vens amirables et fier,
Et un perrius les siut par enconbrier,
Qui fait lor maux verser et trebuchier,
Lor voiles ronpre et lor nes pechoier.
Vertus fist Dieus, qui tout puet justichier ;
Tous les païens fist en la mer noier...31

  • 32 id., p. 20.

27Auberi peut épouser Guibourg et fiancer son neveu avec sa belle-fille Seneheut, mais leur bonheur est rapidement menacé par l'intervention de Lambert d'Oridon. C'est par son intermédiaire que le motif d'outremer s'introduit à nouveau dans cette deuxième partie de la chanson. P. Bancour a noté que les Sarrasins et les traîtres présentaient nombre de points communs : Lambert n'échappe pas à cette règle : il vit dans les Ardennes "une fort terre estraigne" où vivent "ours et lïons et mainte beste estraigne"32 ;

N'alissiez mie une liue a bandon ;
Ne trouvissiés ou lupart ou lïon, /256r°/
Marmote ou singe, ou serpent ou grifon...

28Il ne croit pas en Dieu :

  • 33 Weill, ms_R, v.3619-3621.

Mais il ne croit ne qu'il fust Sarrasin...33

29IL veut épouser de force une héritière qui lui est promise par son plus proche parent, motif (venant ici de Floovant) lié aux traîtres et aux Sarrasins. On retrouve chez lui le même entêtement borné, la même "négation insensée de l'échec", qu'a notés P. Bancour 35.

  • 34 id., p.469.
  • 35 id., R, v.2323.

30Pour attirer Auberi à Oridon, il allègue les soucis que lui cause son départ pour la Terre Sainte. Certains détails révèlent que ce faux pèlerin s'est déjà trouvé au delà des mers : il se vante d'avoir détruit Constantinople et d'avoir arraché son trésor à l'empereur 36. La tente fabuleuse (cinq des vers qui la décrivent sont copiés dans Huon de Bordeaux34) dans laquelle il tient Seneheut prisonnière a été volée à l'empereur Othon, il brandit l'épée qu'il "tollist a l'aufage"35.

  • 36 cité par P. Bancour, op. cit., p.135.

31Si le pélerinage de Lambert n'est qu'un leurre et si son passé paraît fort trouble (s'agirait-il de la quatrième croisade, revue, dans ce texte de 1250, comme un combat contre des païens ?), l'Outremer vient à lui en la personne d'un pèlerin, qui va s'opposer à lui en apportant aux héros une aide fort efficace. Cet authentique "paumier" a ramené ses palmes des bords du Jourdain ; il revient de captivité : comme dans Mainet et dans les Chetifs, il avait été mis aux travaux forcés36 :

  • 37 Weill,op. cit., ms R, v.1938-1940.

"J'ai lonc tems mes entors un Sarrasin
Qui me menoit loié d'un grant saïn,
Trai sa charrue et gradoi son molin."37

32Mais jamais, conclut le pèlerin, les païens. Turcs et Bédouins, ne lui ont "forfait vaillant un angevin" et ne l'ont maltraité comme l'a fait Lambert.

33Les pèlerins guides et porteurs de nouvelles sont nombreux à sillonner les routes des chansons de geste ; nous allons dans Auberi faire la rencontre d'un personnage adjuvant dont l'intervention salvatrice sera infiniment plus inattendue, à savoir Satan, Lucifer venu de l'outremonde en personne.

  • 38 cf. "Le diable et ses représentations dans quelques chansons de geste", Senefiance n°6, Aix, 1979  (...)
  • 39 in id., M. Rossi, "Sur un passage de la Chanson d'Esclarmonde", p.461-472.

34Dans ce type de texte, les démons ont pour mission de s'emparer des âmes des traîtres et des païens au moment de leur mort ; il est plus rare de leur voir jouer un rôle actif, nécessaire à l'économie du récit38 ; Dans la chanson des Chetifs, un démon se cache sous l'apparence d'un gigantesque serpent devoreur d'homme ; mais ce n'est pas noté dans le texte avant qu'il ne jaillisse hors de son enveloppe animale, une fois transpercé par l'épée de Baudouin de Boulogne, le frère de Godefroi ; le "maufé" disparaît aussitôt sans laisser de trace, sans plus ample commentaire de la part du narrateur. M. Rossi a aussi étudié le jeu d'êtres démoniaques dans Huon et Esclarmonde39 mais ces créatures volontairement secourables semblent infiniment plus ambivalentes que dans notre texte.

35En effet, le démon qui fait une apparition au château d'Oridon est d'une tout autre trempe : nous avons le récit complet d'une scène d'exorcisme (le cercle magique protecteur tracé à l'épée, le signe de la croix, l'eau bénite jetée à la volée en font une cérémonie mi magique, mi chrétienne), un nocturne, un clerc "qui molt sot de clergie / de l'ingremanche, de l'art d'astrenomie" (ce magicien, Roger, veut échapper à Lambert), des spectateurs épouvantés (les amis d'Auberi prisonniers du traître), unun démon arrivé par la voie des airs (Satan en personne d'après le manuscrit R). Le narrateur, pour décrire un démon, ne disposait pas de modèle épique ; mais la description d'un beau cheval fait partie des unités textuelles obligées, au même titre que la description du Sarrasin (ou du traître) : la vision que nous allons recevoir de ce personnage venu d'outremonde participe finalement autant de la première que de la seconde.

  • 40 Weill, op. cit., laisse III.c
  • 41 Saxons, éd. Fr. Michel, laisse CVI.
  • 42 éd. Barrois, v.1260.
  • 43 Fierabras, éd. Kroeber, v.4119 ; Gui de Bourgogne, éd. Guessard, v.2340 ; Jerusalem, v.1833-1834 ; (...)
  • 44 Gui de Bourgogne, v.2330 ; Fierabras, v.4112.

36Le "motif" du cheval suit toujours le même modèle : le narrateur "décline" les éléments de la tête, puis les parties du corps et enfin les jambes, en procédant par additions de touches régulières. La nomenclature est d'autant plus perceptible que les mots-clefs sont souvent prévisibles à la rime (les rimes en -on se révèlent alors utiles : braon, chaon, crepon, esperon, randon, troton, rimes (qui seront utilisées pour notre démon) que l'on trouve, par exemple, dans Auberi pour le portrait du cheval Papillon (suivi, dans la même laisse de celui du traître Lambert)40, dans la Chanson des Saxons41 et la Chevalerie Ogier42). Les narrateurs de la Geste utilisent des séries de paramètres topiques, dont l'emploi semble obligé : contraste des couleurs à partir des trois unités, blanc rouge et noir, comparaisons qui soulignent l'intensité des teintes, contrastes des proportions (tête toujours maigre et "crepon carré"43, petites oreilles et grands naseaux44, cuisses grosses et flancs élancés) ; on termine toujours sur le détail caractéristique important, la vitesse.

  • 45 Bancour, op. cit., chap.II ; Aliscans, éd.Wienbeck.

37P. Bancour a étudié divers types de portraits de Sarrasins : certains sont décrits à l'aide de comparaisons empruntées au domaine de l'animalité, utilisant le noir et le rouge comme couleurs, évoquant le mal et le diable45. Dans Aliscans, le païen Baudus est peint grâce à une série de touches du même ordre :

Les iex ot rouges com carbons enbrasés,
Les caveus noirs com arremens triblés...2760
Dedens enfer n'a de plus biaus malfés...2766

38et Margot de Bocident (qui habite à proximité de l'abîme de Lucifer) chevauche une jument qui lui ressemble :

Et l'uns et l'autre est noirs com arrement

39Cette technique éprouvée est utilisée dans notre texte pour noter non plus la beauté ou la puissance, mais l'indicible, l'horrible, l'innommable :

  • 46 ms R, f°292 r° et v°, texte inédit ; les vers 13 à 22 ne figurent que dans le ms R ; on peut lire (...)

Il prist un livre, si lut sus la leçon
De nigromance dont savoit a fouisson :
Il en apele Lucifer tout par non
(ce fu icil qui par sa desvoison
S'enorgilli vers Dieu por la façon ;
Et Dameldieu l'en fist tel gueredon
-Qui la pensee sot molt tost der felon-
Plus le fist iet que penser ne set on :
Sel trebucha, o lui maint compaignon
Qui la pensee avoient der glouton.) :
Tant le conjure li clers Rogier par non
Qu'il vient a lui acourant le troton.
Ne vos savroit nus dire la façon :
Plus estoit noirs que n'estoient charbon ;
Molt ot hideus le vis et le menton.
Les sorcis grans plus velus d'un dragon,
Lonc ot le nes et ramusé en sonc.
La langue ot traite, plus noire d'un charbon.
Les gambes longues com se fust un hairon
Et les piés plats et bechu les talons.
Les mains, les bras et tuit li aleron.
Sont plus agu que n'est bec de hairon.
Au clerc en vient iré conme lïon :
Rogier l'ot venir de grant randon...46

40Chez ce monstre qui semble impossible à décrire, (cf.v. 13) tout est porté au paroxysme dans un portrait unicolore (il est noir, langue comprise, non pas noir d'ailleurs, mais plus noir que ce qu'il y a de plus noir). Pas un seul trait contrastant : au lieu d'être corpulent comme les Sarrasins, il est étiré, allongé démesurément, angulaire comme une ombre, avec son nez long et recourbé, sa langue tirée (pour happer ses futures victimes), ses talons fourchus, ses ailerons pointus et ses sourcils velus (les poils sont un signe de non humanité) ; sa silhouette est comparée à celle d'un héron, c'est un dragon pour l'horreur qu'il inspire et un lion pour la violence et la fureur qui émane de sa personne. Comme dans les portraits de chevaux, l'auteur termine en insistant sur sa vitesse.

41Le magicien propose aux prisonniers de s'enfuir en montant sur le dos de Satan mais ces derniers refusent d'emprunter une monture qui pourrait les emporter en enfer. Le démon est furieux d'avoir été dérangé car une de ses âmes en a profité pour s'échapper : le clerc lui propose en échange celle de Lambert, proposition que refuse le démon avec indignation : Lambert lui appartient déjà et il ne laisse vivre ce meurtrier que parce qu'il n'a pas son pareil pour lui procurer des centaines d'âmes mortes sans confession. Le diable met alors le feu à la chambre de Lambert, abat un pan de mur de la tour et bâtit un pont sur lequel s'enfuient les trois complices.

42Ce diable maçon, constructeur de pont, semble sorti tout droit du folklore ; ce n'est pas une dupe ridicule comme dans les contes populaires mais sa méchanceté s'avère impuissante devant les pouvoirs du magicien : il ne commet pas d'autre mal que d'inspirer une terreur insensée, et de vagues sentiments chrétiens au traître ; en partant, il n'oublie pas de tout remettre en état, de démolir son pont et de le faire disparaître dans les airs. L'outremonde ne ressurgira plus dans Auberi, si ce n'est pour emporter l'âme de Lambert en enfer...

43Si Auberi ne présente pas toujours un texte très original, le narrateur a su utiliser avec bonheur, les thèmes de la littérature de son temps (invasions sarrasines du cycle du roi, païens du cycle de la croisade), le cadre de sa vie et les ressources du folklore.

44On peut faire d'Auberi le Bourgoin une lecture intertextuelle, mais on peut aussi lire le récit de l'étrange destin d'un homme au fond très ordinaire, de cette vie manquée, entièrement passée en pays étranger, comme un roman où l'ordinaire peut parfois laisser place, sinon à la merveille, du moins à l'étrange.

Notes

1 ms R, Rome, Bibl. Apost. Vatic. Regina lat. 1441.
ms C, Paris, B.N. fonds fr. 860.
ms T, Paris, B.N. fonds fr. 24368.
ms B, Paris B.N. fonds fr. 859.
ms H, Berlin Staatsbibliothek Gall. 4° 48

2 Benary, W., Das französisches Heldenepos, Auberi li Borgignon, Halle, 1931, 106 p..
Keller, A. von, CHR. 1441. Auberis li Borgignons, in Romwart, Beitraege zur Kunde Mittelalterlicher Dichtunq aus italiaenischen Bibliotheken, Mannheim, 1844, p.203-243.
Tarbé, P., Le roman d'Aubery le Bourgoing, Collection des poètes de Champagne antérieurs au xvie siècle, VI, Reims, 1849, XXXII-196 p..
Tobler, A., Mittheilungen aus altfranzösischen Hand-schrifriften, aus der Chanson de geste von Auberi, nach einer vaticanishen Handscrrift, I, Leipzig, 1870, VI-289 p..
Weill, I., Prolégomènes à une édition critique d'Auberi le Bourgoin, thèse de 3e cycle dactylographiée, Paris, 1986, 3 vol., CXXXII-569 p..
Nota : M. J. Monfrin prépare l'édition de la première partie d'Auberi ; je continue l'édition de la seconde, n'ayant édité que les quatre premiers vers des versions R et T-B (en présentation synoptique) dans ma thèse. Le texte intégral (toutes versions comprises) compte plus de trente mille vers.

3 Rossi, M., Huon de Bordeaux et l'évolution du genre épique au épique au xiiie siècle. Champion, Paris, 1975, 678 p..

4 Keller, op. cit. p. 233-234.

5 id., p. 235-236.

6 Bancour, P., Les Musulmans dans les chansons de geste du cycle du Roi, Aix, 1982, 2 vol., 1081 p..

7 Keller, p. 100.

8 cf. le Couronnement louis, éd. Lepage, A-B, v.681 sq.

9 Tobler, op. cit., p.100.

10 id., p.99.

11 id., p.108.

12 id., p.109.

13 id., p.115 ; var.T "D. qui forma Daniel".

14 id., p.105.

15 id., p.33.

16 On peut localiser le scribe de R grâce à ses graphies dialectales (en particulier, der pour l'enclise de en le) ; M. J. Monfrin, dans son cours sur Auberi aux Hautes Etudes en 1986-1987, l'a situé au Nord-Ouest de la Haute Marne.

17 éd. Stengel, v.3899-3900.

18 éd. Cremonesi, v. 2292-2293.

19 cf. La Conquête de Jerusalem, éd. Hippeau, v.1868.

20 Tobler, op. cit., p.19.

21 id., p.23.

22 id., p.26 et 27.

23 id., p.28.

24 ms C, f°149c.

25 id., f°162b.

26 Tobler, op. cit., p.137.

27 M. Monfrin a étudié ce motif dans son cours sur Otinel, aux Hautes Etudes, en 1984-1985.

28 Tobler, op. cit., p.141.

29 texte inédit, ms R, f°97.

30 id., f ° 98 .

31 Tobler, op. cit., p.153.

32 id., p. 20.

33 Weill, ms_R, v.3619-3621.

34 id., p.469.

35 id., R, v.2323.

36 cité par P. Bancour, op. cit., p.135.

37 Weill,op. cit., ms R, v.1938-1940.

38 cf. "Le diable et ses représentations dans quelques chansons de geste", Senefiance n°6, Aix, 1979 ; et in id., C. Brucker, "Mentions et représentations du diable dans la littérature française épique et romanesque du xii et du début du xiiie siècle".

39 in id., M. Rossi, "Sur un passage de la Chanson d'Esclarmonde", p.461-472.

40 Weill, op. cit., laisse III.c

41 Saxons, éd. Fr. Michel, laisse CVI.

42 éd. Barrois, v.1260.

43 Fierabras, éd. Kroeber, v.4119 ; Gui de Bourgogne, éd. Guessard, v.2340 ; Jerusalem, v.1833-1834 ; Ogier, éd. Barrois, v.12174.

44 Gui de Bourgogne, v.2330 ; Fierabras, v.4112.

45 Bancour, op. cit., chap.II ; Aliscans, éd.Wienbeck.

46 ms R, f°292 r° et v°, texte inédit ; les vers 13 à 22 ne figurent que dans le ms R ; on peut lire le passage dans l'éd. Tarbé qui reproduit des fragments du ms T, sans indiquer les coupures. Il faut noter la var. T du v.4 : ce furent cil q..

Auteur

Université de Paris-X Nanterre

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter