Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’étranger à l’étrange ou la conjointure de la merveille

D'étranges machines étrangères dans le cycle de Huon de Bordeaux

Les automates, gardiens de Dunostre

Jean Subrenat

Texte intégral

1Lorsque les héros de nos épopées se trouvent en mission hors de leurs fiefs et sont en de lointains pays, monde musulman cher à notre collègue Paul BANCOURT, ou monde chrétien d'orient, il leur arrive de se trouver en présence d'étranges machines sauvent merveilleuses, parfois inquiétantes, toujours étonnantes, du moins pour les trouvères qui les décrivent. Parmi celles que nous rencontrons à notre tour en les suivant se trouvent à une place de choix les gardiens en cuivre de la forteresse de Dunostre, toujours redoutables aux intrus, qui nous permettront de rappeler, sur un point particulier, que, décidément, Huon de Bordeaux reste le texte impressionnant dont Madame ROSSI a su si bien dire les mérites et démonter les ressorts.

  • 1 Sur ce point voir l'exposé malheureusement très rapide, mais accompagné de quelques exemples bien (...)

2Certes, l'automate n'est pas une particularité de l'épopée. C'est d'abord une réalité historique depuis la civilisation alexandrine. L'on a en effet conservé des descriptions assez précises, datant de cette période, en particulier dans les œuvres de Philon de Byzance (iie siècle A.C.) ou de Héron Ctésibios d'Alexandrie (iiie-iie siècle A.C.) dont certains traités ont été conservés en Grec, mais dont souvent la transmission médiévale s'est faite par des traductions ou des adaptations arabes. Ces questions d'histoire des techniques d'une part, de transmissions de textes d'autre part, dépassent le cadre de cette communication, mais il n'est pas sans intérêt de garder présents à l'esprit à la fois l'importance de l'Orient méditerranéen et les modes de transmission des textes anciens Jusqu'au Moyen Age dans le domaine qui nous occupe ici1.

  • 2 Se reporter sur ce point à la communication de K. Alain LABBE dans le présent volume.

3Réalité historique ancienne donc et, assurément, perpétuée en Orient et en particulier dans le monde byzantin où de nombreux voyageurs ont pu s'en rendre compte (du moins avant la prise de Constantinople2, mais présence littéraire très large également aux xiie et xiiie siècles et même au delà, aussi bien dans les romans antiques que les romans arthuriens et évidemment les chansons de geste.

4Avant cependant de regarder les textes, je vous propose d'accepter, comme définition de l'automate, celle du "Micro-Robert, dictionnaire du Français primordial" (éd. 1971) qui paraît tout à fait opératoire pour notre propos : "Appareil mû par un mécanisme intérieur et imitant les mouvements d'un être vivant". Cette formule met bien en valeur le caractère non apparent du mécanisme (de sorte que l'on aura l'illusion du vrai), précise qu'il y aura mouvement (ce qui exclut donc les statues inertes) et parle d'êtres vivants, ce qui nous conduit à distinguer, dans l'épopée, les imitations d'animaux des copies d'être humains parmi lesquels se trouvent évidemment les portiers de Dunostre dans Huon de Bordeaux.

***

5Que sont leurs caractéristiques ? L'on se rappelle que lorsqu'Auberon interdit à Huon de se rendre à Dunostre, forteresse construite par Jules César (HdB, vv. 4583-4584), admirable et bien gardée, il précise :

Et s'a deus hommes a l'entrer de l'ostel,
Tout sont de keuvre et fait et compasé ;
Si tient cascuns un flaiel acouplé,
Tout sont de fer, moult font a redouter.
Tout adés batent et yver et esté ;
Et si vous di par fine vérité,
Une aloete, que bien tost set voler,
Ne poroit mie ens el palais voler
Que ne fust morte, ne poroit escaper. (HdB vv. 4590-4598)

6Auberon qui affirme être venu

Por aventures et enquerre et trover (HdB, v. 4622)

7ne tient aucun compte de l'interdiction et, se présentant devant Dunostre,

Droit a l'entree les deus hommes trova
Si d'Auberons le dist et devisa.
Et ens lor mains cascuns un flaiel a,
Tout sont de fer, Hues les redouta.
Yver n'esté nus d'aus ne s'aresta ;
Ainc Damedix oisellon n'estora,
Tant volast bien, qui el palais entrast,
Qui ne fust mors ; ja ne leur escapast.
(HdB, vv. 4747-4754)

  • 3 Or, le merveilleux ou le magique ne manquent pas dans Huon de Bordeaux, même à Dunostre, même lors (...)

8La réalité que rencontre Huon correspond exactement à la description faite préalablement par Auberon : deux automates (de cuivre) battent sans cesse l'air avec des fléaux en fer, si intensément que toute tentative de passage (même de la part d'un oiseau) serait mortelle. Il s'agit là d'une description extérieure. Rien ne semble merveilleux ni magique3, non plus que satanique ou infernal, puisque la machinerie est insensible à une conjuration divine :

Li enfes Hues assés les esgarda,
De Damedieu sonvent les conjura,
Mais il ne cessent ne nus d'aus n'aresta.
(HdB, vv. 4755-4757)

9Ces automates ont un fonctionnement purement mécanique, sans réel mystère ; en effet, la jeune fille prisonnière de l'Orgueilleux peut en arrêter le mouvement :

La pucelë le puestic desfrema,
Uns vens en ist qui l'engien Jus jeta.
Li hom qui batent furent fait a compas :
Si tost c'on l'uevre si lour falent li brac.
(HdB, vv. 4805-4809)

10Et lorsque que Huon désire repartir, le passage lui est interdit :

Vint au guicet, si cuida ens entrer ;
Mais li engien sont amont relevé,
[Li home batent des flaiaus acouplés.]
"Par foi, dist Hues, or sui jou atrapés. "
(HdB, vv. 4831-4834)

11En revanche, après sa victoire sur l'Orgueilleux, Huon a le champ libre, car

... la pucele corut l'uis desfremer
Et a l'engien maintenant jus jeté
V li doi homme estoient conpassé
Qui toudis batent de flaiaus acoplés.
( (HdB, vv. 5267-5270)

12Il n'est peut-être pas très facile de se représenter le fonctionnement du système, c'est pourquoi je vous donne, pour ces deux dernières citations, la traduction de François SUARD qui est aussi éclairante que faire se peut :

"La jeune fille ouvrit la petite porte : aussitôt un effet de vent bloqua le mécanisme des automates. L'engin était fait avec une telle précision que, dès qu'on ouvrait le guichet, les bras des automates s'arrêtaient ;

13et

  • 4 Histoire de Huon de Bordeaux et Aubéron roi de féerie, chanson de geste du xiiie siècle, traductio (...)

"La jeune fille se hâte de leur ouvrir la porte, et bloque le mécanisme qui commande les deux automates dont les fléaux à courroies s'abattent sans cesse"4

  • 5 H. VIOLLET-LE-DUC, Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque carlovingienne A la rena (...)
  • 6 Id. ibid. pp. 427-428.

14Il convient en tout cas de retenir qu'il s'agit de deux statues métalliques (de cuivre), - sans doute assez semblables à des jacquemarts, - qui sont armées de fléaux, c'est-à-dire d'une arme plus redoutable que ne le serait une simple masse ou une épée, à cause précisément de l'articulation des deux parties du fléau ; il s'agit d'une arme bien connue que VIOLLET LE DUC définit ainsi : "Arme offensive, composée d'une masse de fer retenue par un bout de chaîne, par une bande de cuir ou une bielle a l'extrémité d'un bâton"5. Deux remarques s'imposent encore sur ce point : d'une part, l'auteur de Huon de Bordeaux précise que ces fléaux sont en fer ; il faut sans doute comprendre que même le manche est métallique ; ils sont donc particulièrement solides. D'autre part, si l'on en croit VIOLLET LE DUC, "cette arme terrible [...] était surtout usitée en Allemagne, en Suisse, et ne paraît pas avoir été habituellement employée en France"6 ; serait-ce une touche de (faux-)exotisme ? Ajoutons à cela que la description, suffisamment précise, ne laisse aucune place à quelqu'irrationnel que ce soit : le fonctionnement n'a rien de merveilleux, mais dépend d'un mécanisme dont les commandes sont simples puisque Sébille, même terrorisée par l'Orgueilleux, peut, nous l'avons vu, le faire fonctionner. La seule précision que l'on ait sur lui est qu'il fait appel à l'énergie pneumatique :

Uns vens en ist qui l'engien jus jeta.
(HdB, v. 4807)

***

15Comme on le sait, autour de Huon de Bordeaux s'est créé tout un cycle épique, si bien qu'on ne s'étonnera guère que cet épisode des automates de Dunostre se retrouve dans les textes connexes. Mais comment leurs auteurs ont-ils compris et interprêté le texte fondateur. Deux chansons sont ici utiles : Huon, roi de Féerie et le Roman d'Auberon.

16Dans Huon, roi de Féerie, le héros, après diverses aventures, se retrouve à Dunostre, protégé par les automates. Cependant, une famille de géants vient attaquer la forteresse et c'est l'un d'eux, Broairt, qui doit présenter à Huon l'ultimatum des siens. Il s'approche de Dunostre et voici ce qui se passe :

  • 7 über die pariser Hss. 1451 und 22555 der Huon de Bordeaux- Sage. Beziehung der Hs. 1451 "Chanson d (...)

Vint a la porte, maix il n'i puet antrer,
Li homme y baitent qui y sont tresgitei.
Broair lez voit, molt en devint anflez,
Il escriait molt en hault li desvés :
"Tenez vous quoy ! Que c'est que vous baités ?
Per lez diable n'estez vous pas laissez ?
Reposés vous, laissiez moy ens entrer !"
Et il ne scessent tant ne quant de fraipper
Broairt lez voit, molt en est ayrez,
Le maillat hauce, .i. en ait si frappei,
Que son maillat ait parmy troncenei.
Le remenant ait sor son chief getei,
Covrir se cude Broairt le deffaiez
Tant que il fuit oultre l'angin paissez.
En.iiii. piece le covient troncener,
Et nompourquant c'est il oultre paissez.
Jusqu'au pallais ne se volt arester.
(Huon roi de Féerie, vv. 552-568)7

17Broairt a donc franchi le barrage ; il affronte Huon mais doit bientôt fuir et, pour ce faire, repasser devant les automates :

En füe torne, s'avalle lez degrey,
Vint au guichet ou li baitere yert,
Paisser vout oultre li sairaisins dervez ;
Mais li baitere li ait tel cop donnei,
La teste en fait en.iii. piece voiler.
(Huon roi de Féerie, vv. 597-601)

18Il semble qu'au cours de ces événements les automates aient subi quelque dommage puisque Huon s'en désole et que Malabron doive effectuer une réparation :

Vint au guichet, l'omme trouvait blessiei,
Tantost l'anforse, qu'ains ne fuit plus antier.
(Huon roi de Féerie, vv. 630-631)

19Après quoi, Malabron doit quitter Dunostre et l'auteur nous dit :

Quant Mallabrin ot tout laixiei l'ovrer,
Vint au guichet erramment deffermer, ;
Defors s'an ist, que il volt despancer.
(Huon roi de Féerie, vv. 632-634)

20ou plus précisément :

Quant Mallabrin le guichet desfermait,
.I. van en ist que l'angin jus versait,
Cilz que baitoient furent quoy a compais,
Et Mallabrin erramment s'an tornait,
(Huon roi de Féerie, vv. 641-644)

21Nous avons là tous les passages du texte de Huon roi de Féerie qui concernent les automates. On remarque que, exactement comme dans Huon de Bordeaux, ces automates sont sans cesse en mouvement et forment un barrage quasi-infranchissable : Broiart, lorsqu'il fuit de Dunostre, reçoit un coup mortel (sa tête éclate en trois morceaux) ; en revanche, s'il avait réussi à pénêtrer dans la forteresse, c'était non par l'effet de quelque magie, mais en affrontant les automates les armes à la main ; sa réussite est un exploit purement humain (quoiqu'au sens propre "gigantesque"), obtenu non sans mal et, semble-t-il, non sans dégâts pour les automates eux-mêmes. Enfin, exactement comme dans Huon de Bordeaux, ces derniers sont commandés par l'ouverture d'un "guichet", ce qui provoque un mouvement d'air.

22Pourquoi s'être attardé si longtemps sur ce texte qui ne paraît pas apporter grand-chose à ce que contenait déjà Huon de Bordeaux ? Eh bien, parce que dans une épopée où le merveilleux règne en maître (Huon peut se déplacer par simple "souhait", il peut creuser de la même façon un fossé large de deux cents pieds et aussi profond que large, ou encore construire un pont tournant qui obéisse à la voix, etc.), quand il s'agit des automates, le magique est totalement exclus ; nous restons dans le domaine de la pure rationalité.

23Quant à l'origine - poétique ou littéraire - de ces automates, c'est évidemment la Chanson d'Auberon qui peut fournir des informations, puisqu'elle se donne pour mission d'être un prologue explicatif à Huon de Bordeaux. En l'occurrence, il s'agit d'indiquer comment l'Orgueilleux était devenu seigneur de Dunostre, cité de Brunehaut et Césaire, les grands-parents d'Auberon. C'est Satan qui avait transporté sur son dos le géant pour l'installer dans la forteresse ; la présentation des lieux, en particulier des automates, nous apporte peu de renseignements nouveaux ;

  • 8 Le roman d'Auberon, prologue de Huon de Bordeaux, éd. Jean SUBRENAT, T.L.F., n°202, GENEVE, Droz, (...)

(Et) les geans de cuivre qui erent ouvré,
Par les haus non furent fait et fondé ;
Chacun tenoit .I. fleel acouplé,
De cos ferir estoient acosté
Si que nus hons n'eûst outre passé
Por nul avoir tant evist de fierté.
A l'Orguilleus a Sathanas moustré
L'angien par quoy sont si enviguré :
Une fenestre i ot d'antiquité ;
Tant que close iert, ja ne seront cessé
De cos ferir. Sathans li a rouvé
L'uisset ouvrist et le laist desfremé,
Adont n'ont plus li engien flaellé.
(Auberon, vv. 2301-2313)8

24Nous savions déjà presque tout cela ; nous apprenons simplement ici que le système est de création divine, ce qui ne change rien à son fonctionnement purement mécanique ; Satan n'enseigne aucune "nigremance" au nouveau maître, qui, sitôt installé,

Le pont levich encontremont saca,
Le porte clot et bien le veroilla,
Et l'uisselet maintenant refrema,
Puis li engiens a batre commença.
(Auberon, vv. 2349-2352)

25Mais, par amour, le géant révèle le secret des automates à la fille de Guillemer de Saint Omer qu'il vient de capturer ;

Et li geans la fenestre a moustré
Qui les engiens fait meuvre et flaeller,
Mouvoir les fait quant lui plaist et cesser.
(Auberon, vv. 2457-2459)

26Ce qui causera sa perte, puisque, comme l'on sait, la jeune fille libèrera le passage pour Huon de Bordeaux.

27De cette analyse un peu longue et de ces longues citations (mais certains des textes sont peu accessibles), il ressort qu'il y a une grande homogénéité de tout le cycle de Huon sur la conception des automates. Si le roman d'Auberon leur attribue une origine divine, il ne leur donne aucun pouvoir particulier. En effet, partout ces hommes de cuivre armés de fléaux en fer se meuvent sans arrêt pour empêcher tout passage. Ils sont commandés par un mécanisme qui associe l'ouverture d'une fenêtre ou d'un "guichet" à un souffle de vent (une force pneumatique) qui les immobilise. Sitôt le "guichet" refermé, ils reprennent leur mouvement.

***

28Ces automates humains du cycle de Huon de Bordeaux, très caractéristiques, sont en outre originaux, presque uniques. Sans prétendre avoir fait un dépouillement exhaustif, il me faut avouer que je n'en ai guère trouvé d'autres.

29Tout au plus dans Mainet, voit-on un géant menaçant qui se tient devant la tente de Braimant :

  • 9 Mainet, fragment d'une chanson de geste du xiie siècle, éd. Gaston PARIS, in Romania, IV, 1875, pp (...)

En son le pumel d'or ot formé un gaiant,
Et tint un arc d'aubouro bien fait et bien seant,
La saiete entoiscie afilee et trançant :
Kanace nos François, mar iront en avant.
(Mainet, fol. IV d, vv. 131-134)9

30Le texte n'en dit pas plus et, du moins dans les fragments conservés, il ne se passera rien, si bien que le "mar iront en avant" semble bien être une réflexion purement affective de l'auteur ou du jongleur. S'agit-il vraiment ici d'un automate (et dans ce cas l'on ignore comment il fonctionne) ou ne serait-ce pas plutôt une statue inerte mais inquiétante, bien que cet archer géant soit immédiatement associé à une véritable merveille :

A l'autre clef du tref ot un petit enfant
Qui tenoit en sa bouce un menu olifant,
Et quant li vens s'i fiert si vait en haut sounant
Bien le puet on oir d'une loee grant :
De fine amour s'en drece l'erbe el pré verdoiant.
(Mainet, fol. IVd, vv. 135-139)

31L'on constate ici un changement radical de ton : c'est un enfant qui est l'automate et l'atmosphère qu'il crée nous éloigne fort des dures réalités militaires.

  • 10 De quivre e de metal tregeté dous enfanz ;
    Cascun tient en sa buche un corn d'ivorie blanc.
    Si galer (...)

32Ainsi, sur l'ensemble de la production épique, les automates-gardiens de Dunostre dans Huon de Bordeaux sont à peu près uniques en leur genre. En revanche, les automates "charmants" - si vous permettez l'expression,- comme le petit enfant qui émeut même l'herbe des champs avec la musique de son olifant, ne sont pas aussi rares. Le Pèlerinage de Charlemagne présente de semblables automates à Constantinople10. Ce que l'épopée propose encore, ce seront des animaux automates : ainsi dans Aymeri de Narbonne voit-on un arbre de cuivre doré qui porte des oiseaux merveilleux, façonnés à partir de pierres en provenance du fleuve Paradis, par un enchanteur qui

  • 11 Aymeri de Narbonne, chanson de geste publiée par Louis DEMAISON, PARIS, S.A.T.F., 1887, vv. 3504-3 (...)

Par nigremance i fait le vent entrer,
Encontremont par le tuel monter ;
Qant li vanz sofle, les oisiax fet chanter...
(Aymeri, vv. 3520-3522)11

33Ce merveilleux n'est d'ailleurs pas ignoré par l'auteur de Huon de Bordeaux, puisque le lit de l'Orgueilleux est décoré de quatre oiseaux musiciens analogues ; mais l'auteur, cette fois-ci, prend bien soin de préciser qu'il s'agit de magie :

  • 12 Cf. supra n. 3.

Par ingremance i furent compassé. (HdB, v. 1955)12

34Ce sont des objets essentiellement décoratifs, merveilleux ; ils ne sont pas des instruments militaires, ils n'obéissent pas à un fonctionnement logique.

***

35C'est donc évidemment le roman qu'il faut interroger pour tenter de trouver sinon des sources, du moins des rapprochements pour les automates de Dunostre. cela a été fait depuis longtemps déjà et il me suffira, pour avoir l'état de la situation, de citer Madame ROSSI :

  • 13 Marguerite ROSSI, Huon de Bordeaux, PARIS, Champion, 1975, p. 382, cf. aussi p. 43.

"L'auteur prend bien soin de préciser que les portiers de cuivre de Dunostre avec leurs fléaux, - empruntés au Lancelot en Prose, - sont des automates mus par un mécanisme, un "engien" que l'on peut manœuvrer i sa guise. Les oiseaux d'or du lit du géant sont également des automates : ces merveilles de l'art mécanique sont à rattacher à la tradition des romans antiques et ils n'ont rien à voir avec les objets enchantés arthuriens destinés à éprouver les héros des romans bretons et qui cessent de se mouvoir ou de jouer leur rôle avec la fin de l'enchantement."13

36Ces réflexions incitent à distinguer deux choses : les automates merveilleux qui ornent le lit de l'Orgueilleux et - en face - toujours - les gardiens de Dunostre.

  • 14 Colette-Anne VAN COOLPUT, Automates arthuriens, pour paraître dans les Actes du colloque "Le mythe (...)
  • 15 Outre la thèse de Madame ROSSI, voir Huon de Bordeaux, édité par Pierre RUELLE, Université libre d (...)

37Les oiseaux du lit, nous l'avons dit, se rattachent au domaine merveilleux, purement décoratif ; il s'agit, - pour reprendre une heureuse formule de Colette-Anne VAN-COOLPUT, dans son étude extrêmement pertinente sur les Automates arthuriens14, - "d'un objet esthétique [qui] participe d'un gracieux décor qu'on regarde avec plaisir, jamais avec frayeur". Telle est bien aussi la situation des automates épiques (anthropomorphes ou non) signalés dans Mainet, dans le Pèlerinage de Charlemagne ou dans Aymeri de Narbonne. Et les rapprochements avec la littérature romanesque (romans antiques ou romans arthuriens) ne manquent pas ; ils ont été faits à diverses reprises sans qu'il soit utile de revenir sur ce point15. En dernier ressort, l'article cité de Madame VAN COOLPUT rappelle les différents textes utiles et en analyse les données. L'auteur de Huon avait en autre bien dit que les oiseaux étaient "par ingremance... compassé (HdB, v.4955) ; expression que l'on retrouve dans les oeuvres romanesques. Ainsi, par exemple, Benoit de Sainte-Maure écrit-il que les merveilles de la Chambre des Beautés, dans le palais de Troie sont le fait de

  • 16 Cité d'après Le Roman de Troie de Benoit de Sainte-Maure, traduction et présentation par Emmanuell (...)

Treis poëtes, saives autors,
qui molt sorent de nigromance.16

38Mais que faire, dans tout cela, des redoutables automates de Dunostre ? Madame ROSSI rappelait qu'ils étaient "empruntés au Lancelot en prose", puis ajoutait (mais en envisageant la globalité des automates de la chanson de Huon) qu'ils n'[avaient] rien à voir avec les objets enchantés arthuriens destinés à éprouver les héros des romans bretons et qui cessent de se mouvoir ou de jouer leur rôle avec la fin de l'enchantement".

39En effet, les automates du château de la Douloureuse Garde sont

  • 17 Lancelot, roman en prose du xiiie siècle, éd. Alexandre MICHA, t. VII, GENEVE, Droz, 1980, p. 416 (...)

.... II. chevaliers de coivre resjetés et tient chacuns une espee d’achier si grant et si pesant que assés eussent doi homme a lever et gardent l'entree de l'huis et jetent des espees si menuement que nules riens n'i passast sans colp avoir.17

40Cette description est tout à fait semblable à celle des gardiens de Dunostre ; ne change guère que l'armement (épées et non fléaux d'armes).

41En revanche, déjà différents d'aspects sont les

....II. vilains massiz de coivre qui fischié estoient o mur et descochoient par enging carriax d'aubaleste par grant force et par grant aïr

  • 18 Le Haut Livre du Graal, Perlesvaus, ed. William A. Nitze and T. Atkinson JENKINS, t.I, The Univers (...)

42que risque d'affronter, dans le Perlesvaus, Gauvain lorsqu'il approche du château du Roi Pêcheur18.

43Enfin, sans vrai rapport apparent sont les portiers de la tente de Caradoc dans la première continuation de Perceval :

  • 19 The Continuations of the Old French Perceval of Chretien de Troyes,, volume II, the First Continua (...)

Car a l'issue de la tente
S'estoient par anchantement
Deux ymages d'or et d'argent
Dou paveillon l'une fermoit
L'uis et l'autre lou desfermoit,
Ja n'i eüst autre portier.
Et ancores d'autre mestier
Servoient, car l'une iert manière
De bien harper de grant maniere.
L'autre ymaige de l'autre part
Dedanz sa main tenoit un dart ;
Ja n'i veïst antrer vilain
Que nous ferist trestot de plain.19

  • 20 Lancelot, éd. cit. ibid. pp.416-418, (XLIa, 7-10).
  • 21 Le Chevalier de la Charrete (Les Romans de Chrétien de Troyes, édités d'après la copie de Guiot, t (...)

44Pourquoi citer ces deux derniers textes apparemment plus éloignés ? Parce que, si incontestablement les gardiens du château de la Douloureuse Garde dans le Lancelot en prose ont bien la même apparence que les portiers de Dunostre et ont dû (ou pu ?) inspirer l'auteur de Huon pour sa propre description, ils vont remplir dans le monde romanesque un rôle tout à fait différent. Tout d'abord, il ne sont pas seuls, mais font partie d'un ensemble magique assez complexe, puisque Lancelot, après avoir réussi à franchir leur barrage (comme le fait Broairt dans Huon roi de Féerie d'ailleurs), se trouve en présence d'un chevalier qui a toutes les caractéristiques d'un personnage démoniaque, puis d'une jeune fille de cuivre qui tient la clé des enchantements. La possession de cette clé permet la destruction des automates20, qui n'existent donc bien que le temps de mettre en valeur le héros, ainsi que le disait Madame ROSSI ; l'épreuve franchie victorieusement, ils disparaissent comme s'évanouissent les lions effrayants du Pont de l'Epée devant Lancelot21.

  • 22 Perlesvaus, éd. cit. ibid. p. 91 (V, 1716-1718) et p. 108 (VI, 11. 2138 sqq).

45Il en va de même pour les gardiens du château du roi Pêcheur dans le Perlesvaus ; Gauvain n'a même pas à les affronter. Ils ne sont que le prétexte à une belle quête : Gauvain ne pourra franchir leur barrage que s'il se présente en tenant l'épée qui a servi à la décollation de Jean-Baptiste22.

  • 23 Première Continuation de Perceval, éd. cit. (la suite des références données à la note 19). voir a (...)

46Quant à l'épisode de la tente de Caradoc, dans la Continuation de Perceval, il nous conduit au pur merveilleux puisque le portier armé d'une flèche en frappe éventuellement un "vilain" qui voudrait entrer et que la harpe de l'autre portier est capable de reconnaître les "fausses-pucelles" (éventuellement, une corde de la harpe se rompt)23.

47Le rapprochement de ces textes (et il y en aurait évidemment d'autres) permet, me semble-t-il, de voir l'orientation que l'auteur du Lancelot en prose donne à ses "hommes de cuivre" : ils ont l'aspect redoutable de guerriers (et non l'aspect charmant des "gentils automates"), mais ils ont surtout une fonction symbolique : Lancelot peut franchir leur barrage sans trop de mal. Les automates du Perlesvaus, a fortiori ceux de l'épisode de Caradoc dans la première continuation de Perceval, montrent bien cette tendance merveilleuse, irréaliste, prêtée aux automates de roman.

***

48Si nous en revenons maintenant aux portiers de Dunostre, nous constatons qu'avec un aspect assez semblable à celui des gardiens de cuivre du Lancelot en prose, ils jouent un rôle totalement différent ; dans une chanson de geste dont l'auteur ne dédaigne certes pas le merveilleux, c'est le moins qu'on puisse dire, eux demeurent purement épiques, militaires, guerriers.

49Ils offrent un barrage effectivement infranchissable et, ce qui est remarquable, c'est que les épigones de la chanson de Huon qui ont exploité, parfois sans retenue, la veine merveilleuse, ne l'ont absolument pas fait pour ces automates. Que Broairt, dans Huon roi de Féerie, parvienne à pénêtrer dans Dunostre ne contredit pas l'ensemble ; à la limite, ce passage en prouve la pertinence ; les automates ne sont que des machines, (si elles avaient eu un pouvoir magique, elles eussent été infaillibles). Mais il a fallu un géant pour les franchir ; encore n'a-t-il pu réussir qu'une fois ; sa seconde tentative est mortelle ; enfin, il faut réparer les machines (si j'ai bien compris le texte), preuve encore qu'il s'agit de véritables mécanismes, et l'on ne dit pas que Malabrun use de pouvoirs spéciaux pour le faire.

50Une question demeure, mais je n'y répondrai pas : comment fonctionnaient vraiment ces automates ? Je remarque cependant qu'il est toujours fait allusion au "vent". Sans doute, parce qu'il faut une explication invisible, à un mécanisme qui ne se voit pas ; peut-être aussi parce que les automates musiciens (mais là on le comprend mieux) fonctionnent grâce au souffle du vent. Il faut aussi se rappeler que l'ouvrage de Héron d'Alexandrie, auquel il a été fait allusion au début de cette communication, s'appelait "Les Pneumatiques", et que les automates byzantins du xiie siècle utilisaient essentiellement les forces hydrauliques et pneumatiques pour se mouvoir, deux sources d'énergie invisibles pour le spectateur.

  • 24 Il y a en revanche dans le Bâtard de Bouillon deux automates, mais ils sont en or. Ils gardent, no (...)

51En tout état de cause, sans aller jusqu'à prétendre que les automates de Dunostre sont un archaïsme littéraire ou une copie de la réalité extérieure, du moins peut-on remarquer qu'ils sont à peu près les seuls dans la chanson de geste, mais aussi dans l'ensemble de la littérature des xiie et xiiie siècle, à se voir conférer une fonction de machines de guerre à l'armement particulièrement redoutable, à mériter une explication objective, à refuser toute collusion avec la magie. C'est incontestablement une originalité de Huon de Bordeaux, et assurément bien perçue comme telle puisqu'encore une fois les épigones de cette illustre chanson n'ont pas voulu se laisser porter par leur tendance naturelle au merveilleux pour modifier ces scènes24.

Notes

1 Sur ce point voir l'exposé malheureusement très rapide, mais accompagné de quelques exemples bien choisis, in Alfred CHAPUIS et Edmond DROZ,, Les Automates, figures artificielles d'hommes et d'animaux, histoire et technique, NEUCHATEL, Editions du Griffon, 1949, chap. II, Les automates dans l'Antiquité.- Des Arabes à la Renaissance, pp. 33-50. Voir aussi : Alfred CHAPUIS et Edouard GELIS, Le monde des automates, étude historique et technique, 2 vol. (XIII-350 et 356 pp.), PARIS, 1928, (Slatkine 1984) : le chap. III, Les automates byzantins et musulmans (pp. 49-68) ;

2 Se reporter sur ce point à la communication de K. Alain LABBE dans le présent volume.

3 Or, le merveilleux ou le magique ne manquent pas dans Huon de Bordeaux, même à Dunostre, même lorsqu'il s'agit d'automates ; le lit dans lequel dort l'Orgueilleux est en effet un bel exemple d'automates "par ingremance... compassé"(HdB, v. 4956) :
As quatre bors du caalit doré
A quatre oisiaus qui moult font a loer,
Qui adés cantent et yver et esté ;
Le jor li traient quant il doit ajourner.
Harpe ne gigle n'est tele a escouter ;
Par ingremance i furent compassé. (Hdb, vv. 4950-4956).

4 Histoire de Huon de Bordeaux et Aubéron roi de féerie, chanson de geste du xiiie siècle, traduction et postface de François SUARD, PARIS, Stock/Moyen Age, 1983, pp. 136 et 147.

5 H. VIOLLET-LE-DUC, Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque carlovingienne A la renaissance PARIS, t. V (1874) p.427.

6 Id. ibid. pp. 427-428.

7 über die pariser Hss. 1451 und 22555 der Huon de Bordeaux- Sage. Beziehung der Hs. 1451 "Chanson de Croissant" ; die "Chanson de Huon et Callisse" ; die "Chanson de Huon, roi de Féerie" von Hermann SCHÄFER (Ausg. U. Abh XC), MARBURG 1892.

8 Le roman d'Auberon, prologue de Huon de Bordeaux, éd. Jean SUBRENAT, T.L.F., n°202, GENEVE, Droz, 1973.

9 Mainet, fragment d'une chanson de geste du xiie siècle, éd. Gaston PARIS, in Romania, IV, 1875, pp. 305-337.

10 De quivre e de metal tregeté dous enfanz ;
Cascun tient en sa buche un corn d'ivorie blanc.
Si galerne ist de mer, bise ne altre vent
Ki ferent al paleis de devers occident,
Il le funt turneër e menut e suvent
Cumme röe de char qui a tere decent.
Cil corn sunent e buglent e tunent ensement
Cum taburs u toneires u grant cloches qui pent :
Li uns esgardet l'altre ensement en riant,
Que ço vus fust viaire que tut fussent vivant.
Le Voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople, éd. Paul AEBISCHER, T.L.F., GENEVE, Droz, 1965, vv. 353-361).
Se reporter à la communication de Mme Huguette LEGROS dans le présent volume.

11 Aymeri de Narbonne, chanson de geste publiée par Louis DEMAISON, PARIS, S.A.T.F., 1887, vv. 3504-3528.

12 Cf. supra n. 3.

13 Marguerite ROSSI, Huon de Bordeaux, PARIS, Champion, 1975, p. 382, cf. aussi p. 43.

14 Colette-Anne VAN COOLPUT, Automates arthuriens, pour paraître dans les Actes du colloque "Le mythe d'Arthur après Chrétien de Troyes" (Bouillon, Mai 1983), Preprint Literatuurwetenschap, n°9, Katholieke Universiteit Leuven, p. 2)

15 Outre la thèse de Madame ROSSI, voir Huon de Bordeaux, édité par Pierre RUELLE, Université libre de Bruxelles, 1960, p. 81 et les références bibliographiques données par ces deux ouvrages, qu'il est inutile de reproduire ici. Noter que J. Douglas BRUCE (Human automata in classical tradition and mediaeval romance in Modern Philology, Juillet 1912, pp. 511-526) reste précieux.

16 Cité d'après Le Roman de Troie de Benoit de Sainte-Maure, traduction et présentation par Emmanuelle BAUMGARTNER, PARIS, 10/18, 1987, p. 357, vv.14668-14669.

17 Lancelot, roman en prose du xiiie siècle, éd. Alexandre MICHA, t. VII, GENEVE, Droz, 1980, p. 416 (XLa 6).

18 Le Haut Livre du Graal, Perlesvaus, ed. William A. Nitze and T. Atkinson JENKINS, t.I, The University of CHICAGO Press, 1932, p. 91 (V, 11. 1694-1696)

19 The Continuations of the Old French Perceval of Chretien de Troyes,, volume II, the First Continuation, Redaction of Mss E M Q U, ed. William Roach and Robert H. IVY, vv. 7950-7962, University of Pennsylvania, PHI LADELPHIA, 1950, p.236. Cf. aussi t. I Redaction of Mss T V D, p.111 ,vv. 4092 sqq.

20 Lancelot, éd. cit. ibid. pp.416-418, (XLIa, 7-10).

21 Le Chevalier de la Charrete (Les Romans de Chrétien de Troyes, édités d'après la copie de Guiot, t. III) publié par Mario ROQUES, PARIS, Champion (C. F. M. A.) 1967, vv. 3032-3036, 3118-3123.

22 Perlesvaus, éd. cit. ibid. p. 91 (V, 1716-1718) et p. 108 (VI, 11. 2138 sqq).

23 Première Continuation de Perceval, éd. cit. (la suite des références données à la note 19). voir aussi au t. III, appendice I, p. 664, la version du Ms P.

24 Il y a en revanche dans le Bâtard de Bouillon deux automates, mais ils sont en or. Ils gardent, non l'entrée d'une forteresse, mais la porte d'ivoire d'un verger peuplé de fées où se trouve une rose que, seul, le meilleur chevalier du monde pourra cueillir. Les automates cessent de battre lorsque l'heureux élu se présente (Bâtard de Bouillon, vv. 3577-3650, éd. critique par Francis Robert COOK, TLF 187, GENEVE, Droz, 1972).
C'est M. Denis COLLOMP qui a attiré mon attention sur cette scène ; je l'en remercie. Le texte est en effet intéressant pour notre propos, en ce qu'il souligne, par une épopée "tardive", l'originalité du cycle de Huon de Bordeaux à refuser tout merveilleux, donc à se vouloir réaliste, pour ce qui concerne les automates.
Au moment où a été rédigée cette communication, n'était pas encore parue l'intéressante étude, qu'il convient de lire, de Mme Emmanuèle BAUMGARTNER, Le temps des automates, in Le nombre du temps en hommage à Paul ZUMTHOR, PARIS, Champion, 1988, pp. 15-21.

Auteur

Université de Provence (Aix-Marseille I)

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter