Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’étranger à l’étrange ou la conjointure de la merveille

Les éléments merveilleux dans Dieudonné de Hongrie

Marguerite Rossi

Texte intégral

  • 1 J'utilise pour cela la thèse de Denis Collomp, qui a édité la moitié de l'œuvre et analysé de faço (...)

1Avant d'aborder le sujet, je ferai une brève présentation de Dieudonné de Hongrie qui est un texte peu connu et non encore complètement édité1. Autrefois connue sous la désignation de Roman de Charles le Chauve, d'après les v. 20-21 :

  • 2 Ms BN 24 372, 1 r°a, v.20-21. (Les références à Dieudonné de Hongrie renvoient pour la première p (...)

De ce Karle le Cauve que Dex tant honora descent nostre matere...2

  • 3 L.F. Flutre, Dieudonné de Hongrie. chanson de geste du xiv° siècle, ZRP, LVIII, 1952, p. 321.

2la chanson doit son titre actuel, plus exact, à L.F. Flutre, qui, de manière logique, a proposé de désigner l'œuvre par le nom de son héros principal, qui est bien le personnage appelé Dieudonné de Hongrie3. Le poème date des années 1360-65 ; il compte environ 16 000 vers (il y a quelques lacunes, ce qui ne permet pas de préciser davantage). Chanson généalogique, il groupe des récits qui auraient sans doute un siècle plus tôt formé tout un cycle : il s'agit de la vie et des aventures de Charles le Chauve, de son fils Philippe, de son petit-fils Dieudonné et de son arrière-petit-fils Dagobert. En célébrant cette lignée royale mythique, le poète entend glorifier la monarchie française de ce xiv° siècle où il compose son œuvre.

3Conformément à ce dessein, chacun des héros mis en scène s'emploie aux tâches qui s'imposent à un prince royal, et d'abord à la lutte contre les traîtres qui ruinent et dévastent le royaume ; dans ces luttes, pères et fils combattent côte à côte, la chronologie du récit étant assez resserrée pour que Charles, Philippe et Dieudonné puissent apparaître et agir ensemble. Mais, malgré ces rencontres, les héros se différencient par le style de leurs aventures personnelles, "enfances" précédant les épisodes politiques de leur activité ; Charles le Chauve, païen hongrois , se convertit et accède au trône de France grâce au miracle de la Sainte Ampoule ; la jeunesse de son fils Philippe est celle d'un banni ; accusé injustement d'avoir voulu assassiner son père, il est chassé par celui-ci et conquiert ailleurs une épouse et un royaume, avant d'être réintégré à son rang en France ; quant à Dieudonné, fils de Philippe, il connaît le sort de l'enfant arraché à une mère calomniée : trouvé et élevé par des étrangers, il doit quitter cette famille d'adoption et découvrir son identité ; il y sera aidé par une fée dont la protection et les dons lui permettent de retrouver ses parents, puis d'accomplir de nombreux exploits. Dagobert enfin, dernier de la lignée, a les aventures de l'enfant chrétien enlevé par des Sarrasins et élevé en terre païenne, puis retrouvé et ramené en France.

4Ces quelques indications suffisent à faire comprendre que Dieudonné de Hongrie est largement tributaire de la tradition épique, qui a fourni tous ces schémas narratifs ; mais la chanson n'est pas pour autant dénuée de cohérence : compliqué et touffu, le récit est cependant soigneusement ajusté, les divers épisodes reliés les uns aux autres avec précision. Le poème a aussi une signification qui lui est propre : le dessein qui s'y exprime, celui d'exalter la monarchie française en narrant la vie admirable d'une lignée de princes héroïques, est bien différent des intentions des textes des siècles précédents, où le roi se montrait le plus souvent médiocre, fréquemment injuste, et figurait toujours à 1'arrière-plan.

5La présence du merveilleux dans une chanson de geste n'a rien d'une nouveauté à la date de Dieudonné de Hongrie, et on trouve dans plusieurs épisodes du poème objets magiques, enchanteur ou pays fantastiques. Nous limiterons ici notre étude à ce que nous avons appelé dans notre titre la "Féerie" ; il s'agit des auxiliaires surnaturels situés par l'auteur dans le château de Féerie, qui entrent en rapport avec le héros Dieudonné et lui donnent durablement leur protection, de sorte que la plupart de ses aventures sont menées à bien grâce à eux ou à leurs dons.

6Résumons brièvement le récit : Dieudonné, qui vient de quitter sa famille d'adoption, erre dans une forât ; arrivant dans une clairière, il rencontre auprès d'une fontaine des fées qui l'envoient au château de Féerie ; il y est accueilli par un nain, Maufuné, qui lui impose un combat avant de le laisser entrer ; vainqueur et admis dans le château, où un repas lui est offert, il se trouve en présence d'une fée, Gloriando, qui se déclare sa protectrice en raison de sa loyauté amoureuse : n'a-t-il pas, refusant l'amour de la fée, affirmé sa fidélité à sa bien-aimée Supplante ? En gage de cette protection, la fée lui remet une nappe, une coupe et un cor aux propriétés merveilleuses. Il prend alors congé. Par la suite, cor et nappe le pourvoiront de nourriture et de boisson, tandis qu'en sonnant du cor il fera surgir à ses côtés 7 000 guerriers qui lui assureront la victoire sur ses ennemis. Mais, à deux reprises, Dieudonné perdra les objets magiques et la protection de la fée par des transgressions ; il subira alors de longues et douloureuses épreuves avant d'obtenir le pardon de Glorïande.

  • 4 Le manuscrit de Turin, qui contient ce texte augmenté, date de I3II ; on trouve des souvenirs de l (...)
  • 5 Toutefois, le châtiment direct infligé par la fée après le mensonge de Dieudonné est inspiré des m (...)
  • 6 DH, 32, r°a 18 ; Huon de Bordeaux, éd. Ruelle, Paris - Bruxelles, 1960, v.3606.

7On identifie sans peine le modèle principal qui a inspiré ce canevas : il s'agit de Huon de Bordeaux, qui, rappelons-le, au xiv° siècle, ne saurait être séparé de ses nombreuses suites fantastiques et romanesques4. De ce poème viennent aussi bien des schémas narratifs et des personnages que des détails de traitement. Bien entendu, la chanson du xiii° siècle fournit eh premier lieu le thème de la rencontre avec des êtres surnaturels "faés" et de l'aide qu'ils apportent à un humain, directement ou par l'intermédiaire de talismans ; de Huon de Bordeaux vient aussi le schéma transgression /punition, et les péchés de Huon et de Dieudonné sont semblables -mensonge et luxure - et punis de façon comparable dans les deux œuvres5. Les personnages merveilleux de Dieudonné doivent beaucoup également à Huon de Bordeaux : la fée protectrice, Glorïande, tire son nom de celui d'un chevalier "faé" de la cour d'Auberon, Gloriant ; comme Auberon est roi, elle est reine, et, chrétienne comme lui, elle agit aussi "de par Dieu"6. Le nain Haufuné, gardien du château féerique et par la suite auxiliaire dévoué du héros, surpasse encore Auberon par son grand âge :

  • 7 DH, 30 r°a , v. 13-7 ; dans Huon de Bordeaux, Auberon , fils de Jules César , "nasqui ançois que J (...)

Je vi l'arche Noël, David et Salomon
Et Cesaire le roy et Judas Makabon
Et de Troies le grant vi le destrucïon
Et je vi Jhesucris qui soufri pasion..7

  • 8 DH, 42 r°b , v.20-25  ; HB , v. 7071-75.
  • 9 DH , v.13890-1  ; HB , v.5397-9.
  • 10 DH, 29 v°b, 33-7 ; HB, v.3218-35.
  • 11 DH, 30 r°a, v.16-9 ; HB, v.3290-4.
  • 12 DH, 30 v°a, v.29-36 ; HB, v.3848.
  • 13 DH, 31 v°b, v.II-5 et 24-33 ; HB, v.3680-90 et 3737-43.

8Mais il est surtout très semblable à un autre nain auxiliaire figurant dans Huon de Bordeaux, Malabron ; il accepte comme lui d'être châtié et de devenir "luiton" pour pouvoir secourir le héros coupable8 ; tous deux sont à l'aise dans la mer et y transportent le héros sur leur dos9 ; tous deux apparaissent dans les situations désespérées où le héros a perdu l'usage des objets magiques pour fournir le secours qui ne peut plus être obtenu autrement. Le traitement de détail des thèmes est aussi le même sur bien des points ; à titre d'exemple, nous indiquerons ici les points communs aux rencontres des deux héros avec les êtres surnaturels : comme Huon, Dieudonné erre affamé et sans gîte dans une forêt10, comme lui il essuie un orage effrayant lors de la rencontre avec l'être surnaturel11, et tous deux sont alors délivrés magiquement de leurs soucis par une musique surnaturelle12 Des objets magiques donnés à Dieudonné par la fée, deux, la coupe et le cor, viennent de Huon de Bordeaux où ils ont les mêmes caractéristiques13.

  • 14 Chrétien de Troyes, Yvain ou le chevalier au lion, éd. Mario Roques, Paris, 1963, (CFMA), v.419-77
  • 15 Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. Mario Roques, Paris, 1963, (CFMA), v.3664-839.

9Mais pour construire l'épisode important qu'est la rencontre de Dieudonné avec sa future protectrice, l'auteur de Dieudonné de Hongrie a également fait appel à la littérature arthurienne, au roman. Il n'est que de voir la manière dont Dieudonné est introduit au château féerique : au cœur de la forêt, il arrive à une prairie où coule une source, et où se trouve un arbre couvert d'oiseaux. Ce site est un souvenir direct ou indirect d’Yvain, où il se situait à l'entrée de l'"Autre Monde"14. Puis le héros, que les fées qui se baignaient à la source ont envoyé vers le château, se heurte à un nain qui le provoque au combat : il devra le vaincre avant de recevoir l'hospitalité ; le modèle de ce nain est probablement le Quivret d'Erec et Enide15. Enfin la rencontre avec la fée exploite le thème des amours d'un humain avec une créature surnaturelle, lieu commun ancien de la littérature courtoise. L'amalgame entre chanson de geste et roman, dont le corpus de Huon de Bordeaux fournissait le modèle, est donc poursuivi, le roman étant mis à contribution de façon très visible ; cependant, cette combinaison est limitée à un unique épisode ; le poète n'opère pas une synthèse d'ensemble des deux genres, il se borne à modifier son principal modèle là où celui-ci ne correspond pas à ses propres intentions.

10Quel traitement littéraire subissent ici les thèmes merveilleux ? Personnages et objets sont fort peu décrits, conformément a l'esthétique de l'ensemble du poème, qui privilégie la narration. Ainsi, le château de Féerie n'est pas décrit : seule attire l'attention la table où Dieudonné sera invité à s'asseoir :

  • 16 DH, 30 v°a, v.19-22.

Par dedens une sale emmena le marchis ;
Une table i ot mise, se nous dit li escris,
Toute resembloit d'or, d'asur et de vernis,
Desus le table i ot des gras poons rostis..16

  • 17 DH, 30 v°b, v.9-10.

11L'unique trait descriptif concernant la fée est une allusion à sa couronne "a pierres précieuses" qui 'de maint perle fu autour avironee"17. C'est peu pour évoquer les prestiges du monde féerique.

12Une seule fois le texte se fera plus descriptif, lors d'un épisode où le nain Maufune rivalise de prodiges avec un enchanteur sarrasin, et où chacun d'eux produit à son tour des mirages ; pour rendre plus sensible leur puissance d'illusion, le poète introduit quelques notations évocatrices :

  • 18 DH, v. 14012-7.

... Et Maufune les a
Fait un enchantement : a cascuns d'iax sembla
C'une grande rivière de travers les ala,
Si grant et si orrible que chascuns le douta :
Oient 1'iaue bruïr et le vent qui leva,
Un tonoire lever...18

13Cette absence générale de traits concrets manifeste certainement une usure les motifs utilisés sont connus, déjà trop exploités pour solliciter la curiosité du public : il suffit de marquer les moments importants du développement par quelques touches descriptives. En fait la fonction essentielle de la Féerie n'est pas de fournir des merveilles, mais d'intervenir dans l'action et de contribuer à son déroulement. Aussi Dieudonné de Hongrie ne nous propose-t-il pas, comme la Chanson d'Esclarmonde par exemple, l'exploration d'un univers fantastique où s'enchaînent les prodiges la Féerie ne s'ouvre que deux fois pour Dieudonné, qui n'y séjourne pas, et, à part un bref passage sur l'île d'Aymant, il ne voyage jamais que dans des contrées situées à l'intérieur du monde connu : France, Hongrie, Orient des Croisades.

  • 19 D.Collomp, op. cit., pp.18 et 20.

14Dès lors 1'important pour le poète est, en caractérisant les habitants de la Féerie, de définir leurs relations avec Dieudonné et par suite leur place dans l'action. De ce point de vue, une distinction apparaît entre les deux protecteurs et auxiliaires du héros, Maufuné et la fée Glorïande. Le premier, à l'instar de son modèle, le Malabron de Huon de Bordeaux nain secourable et créature marine aussi bien, aide le héros en toute circonstance, et spécialement quand ses talismans perdent leur pouvoir ; il est à la fois messager de la Féerie, conseiller très avisé et auxiliaire dans toutes les situations sans issue :ainsi c'est lui qui va chercher le héros à l'île d'Aymant, où il a abouti après avoir irrité Glorïande par un mensonge, lui aussi qui, au moment où Dieudonné prisonnier des Sarrasins entreprend de se suicider, 1e sauve, 1'aide à retrouver sa femme et son fils et à revenir en France19 ; son rôle est plus développé que celui de Malabron son modèle, mais il est conçu exactement de la même manière.

15Il n'en va pas de même pour ce qui est de l'autre protectrice du héros, la fée Glorïande, car nous assistons ici à un étrange amalgame ; l'auteur substitue au roi Auberon de son modèle une figure féminine, qui ne saurait nouer avec le héros des relations du même type que celles du roi de Féerie avec Huon ; il superpose donc au modèle de merveilleux christianisé de Huon de Bordeaux des schémas de relations venus de la littérature courtoise, créant ainsi un personnage ambigu, pour ne pas dire incohérent.

  • 20 DH, 31 v°b, passim.

16Que la fée Glorïande soit chrétienne est admis comme une évidence : elle-même, directement ou par les objets magiques donnés au héros, agit "de par Dieu" ; quand Dieudonné réussit à boire à la coupe magique qu'elle lui tend, elle lui affirme que "Jhesucris l'aime" ; les opérations magiques s'accomplissent par le signe de la croix et seulement si le héros a le cœur pur20. En accord avec la morale chrétienne, la fée punit le mensonge et la luxure de son protégé ; les guerriers que le cor magique fait surgir au service des justes causes ont l'apparence de Croisés ou de ces saints qui, dans certaines épopées, venaient aider les chrétiens :

  • 21 DH, v.10950-1.

Armé de blanques armes plus que ne soit coton
A une crois vermeille asize ens u moilon. .21

17Toutefois Glorïande, on peut le noter au passage, n'a aucun des dons qui garantissaient la sainteté et la perfection d'Auberon ; celui-ci, on s'en souvient, qui voyait tout en Dieu, jouissait de la vision béatifique et était promis au Paradis où il devait accéder sans mourir, semblable en cela aux élus ou à l'homme avant la chute originelle ; ces traits surnaturels chrétiens lui donnaient l'autorité nécessaire à son rôle final en face de Charlemagne pour sauver le vassal sans recours devant l'injustice Rien de tel chez Glorïande, qui n'entretient aucun rapport privilégié avec Dieu et dont la clairvoyance se limite à connaître à distance les actions de son protégé. Cela tient à la structure de Dieudonné de Hongrie, qui ne suppose pas l'intervention justicière d'un être supérieur aux rois, puisqu'il n'y a ici ni roi injuste, ni conflit sans issue entre un roi et son vassal. Aussi la christianisation se limite-t-elle à une couleur générale elle est en fait liée au schéma transgression/ punition : la fée impose la vertu à son protégé et sanctionne ses fautes au nom de Dieu.

18Par ailleurs, pour justifier 1'intérêt que la fée manifeste à Dieudonné, Huon de Bordeaux et ses données étaient inutilisables, puisque Dieudonné de Hongrie n'est pas le récit d'un conflit vassalique et que son héros n'est ni un innocent persécuté ni un vassal à la loyauté héroïque. C'est pourquoi l'auteur recourt aux thèmes amoureux et chevaleresques qui vont dominer la rencontre de Dieudonné avec la fée et colorer le personnage de cette dernière.

  • 22 DH, 30 r°a, v.42-3.

19Dieudonné arrivant au châteu de Féerie se montre en effet à la fois parfait amoureux et admirable guerrier ; défié par le nain Maufuné, il refuse de se mesurer avec cet adversaire de petite taille, mais accepte le combat quand le nain revient sous l'aspect d'un "puissant baron"22, et remporte la victoire ; il a ainsi prové successivement son esprit chevaleresque et sa vaillance. Ce parfait chevalier éveille l'amour de Glorïande, qui envisage de le couronner en Féerie ; mais très vite, elle devient plutôt une puissance supérieure qui fait subir à Dieudonné une épreuve de fidélité amoureuse : deux fois, elle s'offre à lui, d'abord sous l'aspect d'une vieille hideuse mais qui promet au héros la richesse pour prix de sa complaisance, puis en se présentant dans toute sa beauté ; elle déclare alors :

  • 23 DH, 31 r°a, v.35-7 et 39.

Et s'obéir ne vueult a la moie pensee,
Grant amour luy feray a chele desevree,
Kar il a par amour plevie et creantee
Une gente pucele que Suplante est nomee
.......
La loiauté de li sarai ains 1'avespree.23

20Dieudonné triomphe de l'épreuve, proclamant hautement sa fidélité à sa bien-aimée Supplante ; il est alors reconnu plein de "loiauté" – amoureuse et non féodo-vassalique - et comblé de dons par Glorïande qui affirme alors :

  • 24 DH, 31 v°b, v.44.

Dieuesse sui d'amours pour amours gouverner.24

21C'est donc l'amour, en deux sens contradictoires d'ailleurs, qui justifie la protection de Glorïande sur Dieudonné ; la fée amoureuse est aussi et surtout une sorte d'avatar de Vénus, et favorise l'amour sous toutes ses formes. S'ajustent ainsi, non sans difficulté, deux thèmes sans lien entre eux, celui de la fée éprise d'un humain et celui de la fidélité amoureuse du parfait chevalier. Les représentations venues du roman dominent ici, et l'amour crée le lien entre la fée et le héros Certes, 1a suite de l'intrigue avec les interventions surnaturelles qui s'y produisent ne sont guère en rapport avec cette première scène. Mais en raison de cette orientation initiale, la fée Glorïande, même si elle est parfois désignée du nom de reine, ne sera jamais la souveraine du héros : son râle ne reproduit pas celui d'Auberon dans Huon de Bordeaux, qui n'aurait pas eu de sens dans l'intrigue de la nouvelle chanson. Le romanesque est ici lié au merveilleux pour établir les relations entre les personnages en fonction des données de l'action.

  • 25 DH, 30 v°B, v.12 et 37.
  • 26 DH, V. 13 925-94.

22Un dernier trait des personnages féeriques est leur aspect parfois comique : c'est un contraste habituel dans la chanson de geste. Chez Maufuné, 1'opposition entre sa petite taille et l'âge qu'il s'attribue amuse Dieudonné ; la fée déguisée en vieille est traitée avec désinvolture, apostrophée du nom de "vieille réparée", plaisamment décrite comme "noire et barbée"25. Une scène comique et parodique intervient au moment où le nain vient aider Dieudonné à reprendre son fils chez un émir sarrasin : transformé en singe, Maufuné se fait mener au bout d'une corde par Dieudonné, jongleur pour l'occasion, et il crée le scandale et le désordre, dans une parodie plaisante du motif de l'ambassade insolente repris ici dans une conduite animale, pseudo-humaine et risible par cela même26.

  • 27 DH ,31 v°a, v.16-20 ; cette addition ne reconstitue pas pour autant le schéma folklorique à trois (...)

23Nous nous proposons maintenant d'examiner comment les données de la Féerie contribuent au développement narratif L'auteur do Dieudonné de Hongrie se trouvait doté, par ses emprunts mêmes, de deux schémas : 1a transgression suivie de punition, et l'action des objets magiques en faveur du héros ; comment les exploite-t-il ? Pour les objets magiques -qui ne sont pas absolument les mêmes que dans sa source, car au cor et à la coupe se trouve ajoutée une nappe pourvoyeuse de nourriture27 – il ne reproduit pas son modèle, où le cor servait à vaincre des méchants préalablement confondus pour n'avoir pas pu boire à la coupe. Nappe et coupe, ici, fonctionnent ensemble et uniquement comme pourvoyeurs de nourriture et de boisson, tandis que le cor procure au besoin de l'aide militaire. La donnée de base modifiée par cette dissociation, 1e poète procède à une redistribution des actions merveilleuses : au cours des errances de Dieudonné, il multiplie les épisodes de disette où interviennent la nappe et la coupe, tandis que dans les épisodes guerriers le cor intervient seul Cette recomposition assez banale change évidemment tout à fait la portée de l'intervention merveilleuse, qui perd l'essentiel de sa signification morale.

  • 28 Le héros oublie de sonner du cor, bien que l’ayant en sa possession  : fait alors prisonnier , les (...)
  • 29 DH, v. 10 385-900.

24Sur les épisodes où apparaissent la nappe et la coupe, il y a peu à dire, car ils sont tous du même type : en l'absence de nourriture, ils assurent le salut du héros et de ses compagnons. Il y a plus d'ingéniosité dans les récits qui font intervenir le cor magique ; comme on sait, par l'arrivée des guerriers de Féerie, il assure la victoire de Dieudonné ; mais comme Huon, et pour les mêmes raisons narratives ( il s'agit d'éviter que l'aide surnaturelle ne vienne annuler l'action humaine et fiter tout intérêt au récit) Dieudonné se trouve souvent dans l'impossibilité d'appeler ses auxiliaires merveilleux ; l'auteur s'ingénie à varier les explications du fait, et à créer des aventures supplémentaires en narrant longuement comment le héros rentre en possession de son talisman28. Voici un seul exemple de ces récits à rebondissements et passablement mouvementés : Charles et ses fils sont en train d'assiéger Losanne, ville des traîtres ; Dieudonné est à l'assaut, il a oublié son cor dans sa tente ; pressé par les ennemis, il envoie un messager prendre le cor ; celui-ci s'acquitte de sa mission, mais revient trop tard :Dieudonné et ses compagnons ont été faits prisonniers ; le messager, qui a lui-même essayé en vain de sonner du cor, informe alors le roi de la capture de Dieudonné et du besoin qu'il aurait du cor : un évêque guerrier se propose donc pour porter le cor au captif, et provoque une bataille où il se fait volontairement capturer ; il peut ainsi donner à Dieudonné le cor qu'il avait caché dans sa tunique. C'est seulement alors que les prisonniers, après une lutte contre leurs geôliers, pourront être secourus par les guerriers merveilleux. Tout ce récit organisé autour de l'oubli du cor compte 1 600 vers29. Ainsi le cor magique sert de prétexte à des épisodes guerriers qui sont autant d'inventions ingénieuses par rapport à la source, inventions qui atténuent le caractère mécanique du dénouement obtenu par le moyen de l'instrument merveilleux.

  • 30 Huon de Bordeaux montrait le héros captif protégé une Sarrasine amoureuse et libéré pour servir de (...)

25Le schéma transgression/punition fournissait trois épisodes dans Huon de Bordeaux : Dieudonné n'en retient que deux ; la première faute du héros est un mensonge, l'autre l'adultère commis avec une Sarrasine ; la première se produit au cours de la quête de Dieudonné recherchant son père ; la seconde, lors d'une expédition en Orient pour reprendre sa femme enlevée par les Sarrasins ; si on considère l'ensemble de ses aventures, cette répartition est symétrique, et un certain équilibre de la composition en résulte. Par ailleurs, le châtiment des deux fautes n'est pas identique : le poète a soin de ne pas se répéter. La première transgression a pou résultat de compromettre la quête dans laquelle le héros est engagé (il se retrouve prisonnier de l'île d'Aymant) et sera d'autre part châtiée directement par la fée, qui déchaîne ses sept mille guerriers contre les hommes de Dieudonné venu se mettre à sa merci, une fois tiré de l'île d'Aymant par Maufuné. La seconde faute entraîne une défaite suivie d'une longue et douloureuse captivité pour Dieudonné, -un châtiment indirect par conséquent. Ajoutons que dans le premier épisode le pardon de la fée suit de très près sa colère, alors que dans le second le nain Maufuné, porteur du pardon de sa souveraine, n'interviendra que lorsque Dieudonné, au comble du désespoir, a décidé de se suicider. Il y a donc une gradation voulue entre les deux châtiments, qui correspondent à des transgressions d'inégale gravité On peut d'autre part noter la liberté du poète par rapport à son modèle, en particulier pour le récit de la captivité de Dieudonné chez les Sarrasins30. Dernière remarque : le poète a réservé ce schéma narratif à la construction des épisodes où Dieudonné est engagé dans des aventures sans rapport avec le destin du royaume de France le héros qui pèche et est puni ne voit pas son rôle en tant que pprince royal mis en question.

26Les récits où intervient la Féerie ont donc été refondus, réorganisés, répartis librement dans Dieudonné de Hongrie, pour élaborer une intrigue nouvelle, et en tenant compte de l'opposition dans la vie du héros principal, entre ses aventures personnelles et son action dynastique. Ce travail d'adaptation concerté subordonne les emprunts à une conception originale et traduit l'attention du poète à la composition, son souci de varier et d'équlibrer entre eux ses divers développements.

27Mais la Féerie intervient aussi à un niveau plus essentiel de la structure narrative :l'auteur a placé les scènes de Féerie ou certaines interventions magiques à des moments essentiels de la vie de ses héros, et cela conditionne la suite du récit ; ainsi Dieudonné, enfant trouvé, n'aura pas à s'interroger longtemps sur ses origines : à peine a-t-il quitté la ville où il a passé son enfance chez des parents adoptifs que lui sont révélés au cours de sa rencontre avec Glorïande, son vrai nom et son lignage, révélation qui reçoit un éclat tout particulier du contexte merveilleux lui- même ; la fée retrace les circonstances de la naissance du héros, et termine ainsi :

  • 31 DH, 31 r°b, v. 23-9.

Mes ton père...
..., te dona a Dieu, Dieudonné t'apele on
Les letres si en sont escrites en ce fachon
Desus te destre espaule trover les poroit on
Ton pere si est rois de moult noble royon,
De Hongrie le grant ou il a maint donjon ;
Fiex est Karle le Cauve, si a non Phelipon.31

  • 32 Parise la duchesse ou Macaire, par exemple, développent ce type de récit.

28Ainsi renseigné, le prince n'a plus qu'à retrouver ses parents, dont il pourra se faire reconnaître grâce au signe qu'il porte sur l'épaule ; il sait déjà aussi qu'il devra s'acquitter des obligations qui découlent de ces liens familiaux. La révélation merveilleuse détermine ainsi la nature du récit postérieur pas de ces épisodes où le héros cherche qui il est ou agit conformément à l'identité fausse qu'il croit la sienne jusqu'au coup de théâtre final32 ; les actes de Dieudonné découlent tous du fait qu'il se sait fils de roi, perspective qu'impose le propos général de la chanson

29Le même problème d'identité pourrait se poser pour Dagobert, 1e fils de Dieudonné, qui vit un temps en Orient comme fils d'un émir sarrasin ; mais le nain Maufuné intervient pour aider son père à le ramener en France (32) sans qu'il ait jamais eu l'occasion d'agir sous son identité d'emprunt : il prend ainsi lui aussi dès qu'il en est capable sa place dans la lignée royale pour y accomplir ses devoirs. Dans les deux cas, c'est par le recours à la Féerie que l'auteur de Dieudonné de Hongrie a donné l'orientation qu'il souhaitait à son récit, écartant ce qui, des canevas narratifs qu'il utilisait, ne convenait pas à son propos.

30Reste à se demander si, à son rôle dans la composition, la Féerie ajoute une fonction plus essentielle : contribuent-t-elle à la signification de l'œuvre, en faisant de la fée un agent essentiel dans l'accomplissement du destin du héros ? On peut se souvenir que la source principale offrait deux modèles : dans le Huon de Bordeaux du xiii° siècle, le nain Auberon mettait fin par son intervention au conflit entre le héros et Charlemagne. Dans les suites, Huon devenait roi de Féerie, accédant définitivement au monde merveilleux. Dans les deux cas, Auberon était l'agent indispensable qui fixait le sort de Huon.

31Rien de tel ici. Si Dieudonné est à un moment en conflit avec son père, ce conflit, causé par des traîtres, se résout par un duel judiciaire dont tous acceptent l'issue ; il n'y aura plus de difficultés au sein de la lignée royale, mais la fée n'est pour rien dans cette conclusion. Quant au thème de la royauté en Féerie, il est écarté dès la première rencontre du héros avec la fée protectrice, puisque, se voyant offrir l'amour de la fée et sa couronne, le héros a opté pour un destin humain. C'est que ces aspects du thème ne s'accordaient guère avec les orientations du poème ni avec le statut de Dieudonné : il est, par naissance, de lignée royale, de cette famille des rois de France dont la chanson exalte la puissance. On ne saurait donc lui offrir mieux que le sort auquel il a droit naturellement : 1a royauté en Féerie est exclue par cette perspective.

  • 33 DH, v. 14100 sqq.

32En fait cependant Dieudonné ne règnera pas : selon le vœu fait par son père à sa naissance, il se vouera à Dieu et se retirera dans un ermitage, recevra le martyre après quelques années de sainte vie, et sera canonisé33 ; au-delà de la gloire terrestre, représentée par la royauté, il accède ainsi à la gloire céleste, conçue comme la finalité suprême, ce qui ne laisse aucune place à l'éventualité d'un destin fictif en Féerie.

  • 34 DH, v. 15 560-5.

33A cette élaboration, par conséquent, le merveilleux est tout à fait étranger : inutile comme souveraine, la fée est écartée aussi de ce dénouement surnaturel, même si c'est elle qui est chargée de l'annoncer34.En fait, 1a fonction du merveilleux ne peut être ici que d'ornement et de commentaire.

34Fonction d'ornement d'abord : dans ces œuvres postérieures à Huon de Bordeaux et qui s'en inspirent, le héros, par convention, tire un prestige particulier de ses relations avec le monde des fées. Dieudonné, héros du poème, sera donc distingué parmi les autres personnages royaux par ce trait supplémentaire qu'est la faveur du monde féerique ; ses aventures sont rehaussées par des prodiges, ses sentiments mis en valeur par le prix que leur accorde la fée, les événements de sa vie familiale soulignés par la présence des objets magiques ou d'un auxiliaire surnaturel. Ceci essentiellement dans les aventures personnelles de Dieudonné, largement distinctes de son activité de prince royal.

35Quand par ailleurs le héros agit comme figure exemplaire et incarnation, entre d'autres, des grandeurs de la monarchie, le merveilleux devient commentaire, qui accentue par sa présence la portée des épisodes où il figure, sans en changer pour autant la signification. L'apparition des guerriers envoyés par Glorïande chaque fois que le héros se mesure aux traîtres souligne la portée politique et morale de cette lutte ainsi menée à bien. Le messager de la fée, qui vient annoncer à Dieudonné qu'il doit se consacrer à Dieu, ne détermine pas le destin du héros, fixé dès sa naissance : mais sa présence donne un relief particulier à ce tournant de l'existence du futur saint, même si ce qui compte vraiment, c'est cette grandeur chrétienne où la fée n'est pour rien.

36Nous pouvons donc conclure que le poète de Dieudonné de Hongrie a fait un usage habile et réfléchi des données de la Féerie : l'emprunt n'est pas copie servile. Se livrant à des adaptations ingénieuses sur le plan narratif, le poète a su utiliser les personnages surnaturels et leurs interventions pour construire une intrigue compatible avec l'orientation politique et morale de son œuvre. Sans doute sa perspective lui interdisait-elle de situer le merveilleux au cœur de l'œuvre, comme dans son modèle du xiii° siècle : mais il s'est conformé habilement à un usage dicté par le goût de son temps, celui de faire une large place au merveilleux dans la chanson de geste : on peut admettre qu'il n'a sacrifié à cette mode ni ses intentions, ni la recherche d'une composition cohérente. L'œuvre est pensée et organisée, et la place de la Féerie calculée et pertinente.

Notes

1 J'utilise pour cela la thèse de Denis Collomp, qui a édité la moitié de l'œuvre et analysé de façon très précise dans son introduction la partie encore inédite. Je remercie aussi M.J.Nunez, qui doit compléter l'édition et m'a fourni les photocopies de passages du manuscrit.

2 Ms BN 24 372, 1 r°a, v.20-21. (Les références à Dieudonné de Hongrie renvoient pour la première partie au manuscrit, pour la deuxième à l’édition).

3 L.F. Flutre, Dieudonné de Hongrie. chanson de geste du xiv° siècle, ZRP, LVIII, 1952, p. 321.

4 Le manuscrit de Turin, qui contient ce texte augmenté, date de I3II ; on trouve des souvenirs de la plupart des suites dans Dieudonné de Hongrie.

5 Toutefois, le châtiment direct infligé par la fée après le mensonge de Dieudonné est inspiré des menaces d'Auberon envers Huon qui ne veut pas lui adresser la parole il y a donc recomposition à partir de deux épisodes distincts de la source.

6 DH, 32, r°a 18 ; Huon de Bordeaux, éd. Ruelle, Paris - Bruxelles, 1960, v.3606.

7 DH, 30 r°a , v. 13-7 ; dans Huon de Bordeaux, Auberon , fils de Jules César , "nasqui ançois que Jhesucris fu nés * (v. 3447 ).

8 DH, 42 r°b , v.20-25  ; HB , v. 7071-75.

9 DH , v.13890-1  ; HB , v.5397-9.

10 DH, 29 v°b, 33-7 ; HB, v.3218-35.

11 DH, 30 r°a, v.16-9 ; HB, v.3290-4.

12 DH, 30 v°a, v.29-36 ; HB, v.3848.

13 DH, 31 v°b, v.II-5 et 24-33 ; HB, v.3680-90 et 3737-43.

14 Chrétien de Troyes, Yvain ou le chevalier au lion, éd. Mario Roques, Paris, 1963, (CFMA), v.419-77.

15 Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. Mario Roques, Paris, 1963, (CFMA), v.3664-839.

16 DH, 30 v°a, v.19-22.

17 DH, 30 v°b, v.9-10.

18 DH, v. 14012-7.

19 D.Collomp, op. cit., pp.18 et 20.

20 DH, 31 v°b, passim.

21 DH, v.10950-1.

22 DH, 30 r°a, v.42-3.

23 DH, 31 r°a, v.35-7 et 39.

24 DH, 31 v°b, v.44.

25 DH, 30 v°B, v.12 et 37.

26 DH, V. 13 925-94.

27 DH ,31 v°a, v.16-20 ; cette addition ne reconstitue pas pour autant le schéma folklorique à trois objets, car dans les contes, la triade correspond à trois fonctions distinctes ; il n'y a pas , comme ici ,une même fonction assurée par deux objets.

28 Le héros oublie de sonner du cor, bien que l’ayant en sa possession  : fait alors prisonnier , les mains liées , il ne peut se saisir de l'instrument qu'il a sur lui ( DH ,v. 9818 sqq.) ; le héros oublie son cor dans sa tente ( DH ,v.IO 391)  ; le cor perd son efficacité par suite d'une transgression ( DH , v. 11 556 sqq.)

29 DH, v. 10 385-900.

30 Huon de Bordeaux montrait le héros captif protégé une Sarrasine amoureuse et libéré pour servir de champion à l'émir Gaudisse ; dans Dieudonné de Hongrie au contraire, la captivité est longue et cruelle, assortie de travaux forcés, et le héros ne sera sauvé par Maufuné qu'au moment où il envisageait le suicide ; il y a aussi une tentative d'évasion manquée organisée par la Sarrasine amoureuse : elle ne vaut au héros, après quelques douceurs, qu'un surcroît de souffrances.

31 DH, 31 r°b, v. 23-9.

32 Parise la duchesse ou Macaire, par exemple, développent ce type de récit.

33 DH, v. 14100 sqq.

34 DH, v. 15 560-5.

Auteur

Université de Provence (Aix-Marsielle I)

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter