Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’étranger à l’étrange ou la conjointure de la merveille

Les sarrasins dans les "romances" du Moyen Anglais : sur quelques passages du Sowdone of Babylone

May Plouzeau

Texte intégral

  • 1 Voir les numéros 1 à 30 de la Bibliographie.

1A eux deux, Marguerite Rossi et Paul Bancourt ont porté un intérêt durable aux Sarrasins épiques, au Cycle du Roi, à des productions littéraires tardives ou non françaises. En font foi leurs thèses, nombre d'articles1, et aujourd'hui encore, les communications qu'ils donnent au présent colloque. Voilà pourquoi ce double hommage unira ces quatre thèmes par le biais d'un sujet que je présenterai graduellement au moyen d'un cadrage de plus en plus serré.

***

2Tout d'abord, comme exemple de littérature tardive et étrangère, j'ai convoqué les romances anglais.

  • 2 Cf. Baugh, Bibliog. 39, 2.
  • 3 Cf. Finlayson, Bibliog. 41, 47 et 61, où il s'appuie sur les dénombrements de R. Hoops.
  • 4 Notamment Baugh, Bibliog. 38 et 39 et Finlayson, Bibliog. 41.
  • 5 Cf. Baugh, Bibliog. 39, 23-24.
  • 6 Sir Ferumbras (Bibliog. 46), qui change de mètre au v. 3411, constitue une exception notable.
  • 7 "Basically a romance is a story of adventure generally involving a considérable amount of armed co (...)
  • 8 Finlayson, Bibliog. 41, 45. Naturellement, la critique s'est ingéniée à définir l'essence du roman (...)

3Les historiens de la littérature appellent romances des textes narratifs composés en moyen anglais du 13e au 15e siècle, et surtout entre 1350 et 14502, qui s'autodésignent parfois du terme de romance3, et qui sont pour la plupart écrits en vers. A la suite de quelques autres4, j'utiliserai le mot romance au sens exclusif de romance en vers, et par ailleurs j'en fais un masculin. La longueur des romances est généralement comprise entre 1 200 et 12 000 vers, mais certains excentriques s'en tiennent à quelques centaines de vers, tandis qu'à l'opposé l'un va jusqu'à dépasser 18 000 vers5 ! La technique de versification, la plupart du temps constante à l'intérieur d'un même texte6, peut varier d'un texte à l'autre. Les sujets traités sont des plus divers. Un grand nombre de romances sont adaptés d'oeuvres françaises relevant elles-mêmes de genres bien différents entre eux, comme en témoigne le choix de titres suivants : Sir Tristrem, Libeaus Desconus, William of Palerne, Amis and Amiloun, Ywain and Gawain, Le Bone Florence of Rome... Ensemble protéiforme, donc, et si multiple qu'il appelle une définition du romance qui aille au-delà des caractéristiques énumérées jusqu'ici. On peut s'entendre à la suite d'A.C. Baugh pour considérer que "fondamentalement un romance est une histoire d'aventure qui comporte en général un nombre considérable de combats armés" et dont l'amour est un ingrédient facultatif7, à condition de préciser avec J. Finlayson que les protagonistes des romances sont des "aristocratie personaé8.

  • 9 Pour Gui et Beues, voir Metlitzki, Bibliog., 78, 195 sqq. ; pour Richard, voir Baugh, Bibliog. 39, (...)
  • 10 Fait exception Sir Ferumbras mentionné à la note 6.
  • 11 Voir French et Hale, Bibliog. 34, 9-10.

4Voilà donc de la littérature tardive et étrangère. Venons-en au Cycle du Roi et aux Sarrasins. Ces derniers, l'on en rencontre un peu partout, et je citerai presque au hasard Gui of Warwick, Beues of Hampton, Richard the Lion-Hearted, Partonope of Blois9. Mais il m'était impossible d'examiner les Sarrasins de tous les romances, pour la simple (et mauvaise) raison qu'on ne trouve pas de ces textes dans Aix-en-Provence, et que le goût de la quête le cède à l'occasion au simple bon sens. (C'est ainsi, par exemple, que je n'ai pas lu un seul des romances cités par moi jusqu'ici10.) Par bonheur, lors de la conception du présent colloque, il avait été demandé que les "littéraires" ne quitassent point le terrain épique. Or, il se trouve qu'on peut opérer des regroupements entre romances en fonction de leur matière de base, et qu'une de ces matières, la matière carolingienne, fait assez bonne figure dans le corpus des romances, à côté des matières celte, antique, orientale et d'Angleterre11 ; en outre, les "Charlemagne romances", comme dit la critique anglo-saxonne au lieu de "romances du Cycle du Roi", mais c'est de cela qu'il s'agit et nous voici bien en présence du Cycle du Roi, ces romances, donc, puisent souvent leur inspiration dans les chansons de geste françaises ; enfin (last but not least), ce groupe de romances, j'ai pu le lire intégralement (comme on le verra, il n'est pas si nombreux).

5Pour toutes ces raisons, je me proposais au départ de traiter le sujet suivant : l'image des Sarrasins dans les romances carolingiens. Car je m'attendais que les Infidèles de la littérature britannique se distinguassent des modèles que leur fournissaient les chansons, et m'apprêtais à dresser un catalogue de ces différences, puis à en trouver les causes.

  • 12 Cf. Legouis, Bibliog. 36, 87 ; Smyser, Bibliog. 66, 80 ; Finlayson, Bibliog. 41, 51. Le développem (...)
  • 13 Mais cf. M. Rossi, Bibliog. 27, 254 : le choix des pays étrangers de transposer le cycle de Charle (...)
  • 14 Cf. Roland refusant d'aller au combat parce que Charlemagne a vanté les qualités guerrières des an (...)
  • 15 Cf. Fierabras APF, p. 148, 152, 154.
  • 16 Musulmans, parce qu'en définitive, ce qui caractérise les Sarrasins épiques, c'est leur religion, (...)

6Je fus déçue. Globalement, et mis à part un texte (The Sowdone of Babylone, de la geste de Fierabras), les "Charlemagne romances" n'innovent point par rapport à nos chansons lorsqu'ils dessinent des Sarrasins. Tout au plus doit-on dire qu'ils manifestent un goût évident pour des situations simplistes, des gestes outrés, des portraits-charges, toutes choses dont on trouvera plus bas quelques illustrations, et qu'on peut imputer au désir profond d'un public conçu comme frustre, du moins par nos modernes critiques, puisqu'il n'entend ni le latin, ni le français, et qu'il faut lui traduire12. (C'est à ce penchant que tient sans doute la faveur (relative) dont a joui en Grande Bretagne la matière carolingienne13 : car, de France, on ne transporte pas seulement Charlemagne et ses ".xii. douzepers" à la psychologie sommaire, parfois à la limite du caractériel et donc bien pittoresques14, mais encore des Sarrasins, par définition encore plus pittoresques, surtout s'ils sont géants, femme de géant, bébés de géant, comme il s'en trouve dans Fierabras15.) Donc, en dehors du Sowdone (qui du reste partage avec les autres "Charlemagne romances" le goût du trait appuyé, voire de la bouffonnerie), on peut considérer que les Sarrasins des romances n'ont pas d'autres caractéristiques que celles dont P. Bancourt nous a procuré une synthèse magistrale en décrivant les Musulmans dans les chansons de geste du Cycle du Roi. (On sait que P. Bancourt a préféré dans le titre de sa thèse le terme de musulman à celui de Sarrasin, mais qu'il emploie couramment ce dernier dans son texte16.) Bien que la permanence de ces caractéristiques dans l'espace et dans le temps constitue à elle seule un digne et difficile sujet de réflexion, je fuirai la difficulté pour m'attacher dorénavant aux traits singuliers des Sarrasins du Sowdone.

7Voici ce que j'entends par traits singuliers : ils sont absents des autres "Charlemagne romances" ; ils sont absents de ce qu'on peut entrevoir du modèle français du Sowdone ; ils sont absents des chansons du Cycle du Roi étudiées par P. Bancourt. Π y a plus : les spécialistes de la littérature anglaise n'ont pas trouvé de source aux passages du Sowdone qui produisent ces traits. Stimulée par leur aveu d'ignorance, je me suis mise à la recherche de ces sources, et c'est cette quête, avec ce qui en a résulté, qui est devenue l'objet de ma communication : je me propose en définitive, dans les présentes pages, d'éclairer les origines d'un tout petit canton de la littérature anglaise. Mais que nos collègues se rassurent : il y aura partout des Sarrasins et de la littérature medievale, et même, in fine, de l'ancien français, notre matière à tous, composé tout exprès à leur intention.

***

8Mais avant d'en venir au Sowdone puis aux traits curieux de ses Sarrasins, il n'est pas mauvais de brosser un tableau d'ensemble d'une part des romances carolingiens et d'autre part des qualités "ordinaires" des Sarrasins qui les peuplent.

  • 17 Traduction du Fierabras de Jean Bagnyon, voir Smyser dans le Manual de Severs (Bibliog. 37), 86-87 (...)
  • 18 Ed. par O. Richardson, Londres 1884-85 (EETSES 44, 45).
  • 19 Traduit par Sir John Bourchier, Lord Berners ; éd. par S. Lee, Londres 1882-87 (EETSES 40, 41, 43, (...)

9Rappelons d'abord pour mémoire que les fictions du moyen anglais se rattachant à la matière carolingienne comprennent, outre les romances, que nous décrirons dans un instant, trois textes en prose, tardifs (15e et 16e siècles), que je n'ai pas lus, dont nous ne nous occuperons pas, mais dont certains titres évoqueront des histoires chères au cœur de nos collègues : le Charles the Grete de Caxton, qui se rattache à la geste de Fierabras17 ; du même Caxton, The Foure Sonnes of Aymon18 ; et enfin, The Boke of Duke Huon of Burdeux19.

  • 20 La présente description suit Smyser (Bibliog. 66).

10Les romances carolingiens comprennent deux romances isolés, et, plus importants, le groupe d'Otuel et le groupe de Fierabras20.

  • 21 Bibliog. 48. En écrivant ce titre et en transcrivant les textes écrits en moyen anglais, je procèd (...)

11Les romances isolés sont d'un côté un fragment du Song of Roland (Bibliog. 47) et de l'autre le Taill of Rauf Coilyear (le "Conte de Ralph le Charbonnier")21, auquel on ne connaît pas de modèle français ou latin, et qui est probablement autochtone.

  • 22 Bibliog. 47.
  • 23 Voir Bibliog. 63, 152.

12Le groupe d'Otuel, fondé sur la chanson d'Otinel ou lié à elle, comprend cinq romances. Le Sege of Melayne (le "Siège de Milan")22, dont on ne connaît pas non plus de modèle, doit dériver d'une chanson écrite pour servir d'introduction à Otuel, selon G. Paris23. Otuel (Bibliog. 48) et Duke Roland and Sir Otuel of Spain (Bibliog. 47) s'inspirent de notre chanson d'Otinel. C'est elle aussi que l'on retrouve dans le début d'Otuel and Roland (Bibliog. 49), tandis que la fin de ce romance ainsi que l'intégralité de Roland and Vernagu (Bibliog. 48) ont pour source l'Estoire de Charlemagne en prose : miracles à foison et combats en Espagne.

13Le groupe de Fierabras comprend trois romances : le Firumbras (Bibliog. 49), fragmentaire, rapporte la fin de l'histoire à partir de la sortie des prisonniers de chez Floripas ; Sir Ferumbras (Bibliog. 46), raconte, grosso modo, la même chose que Fierabras APF ; notre Sowdone, sur lequel nous reviendrons, combine la Destruction de Rome et Fierabras.

  • 24 Les plus anciens sont Roland and Vernagu, Otuel and Roland et Otuel, qui ne peuvent avoir été comp (...)
  • 25 Voir Smyser, Bibliog. 66.
  • 26 Bibliog. 27, 254.
  • 27 Cf. Roland and Vernagu, v. 629 sqq. et opposer la sobriété du Pseudo-Turpin, misit lapidem ad capu (...)
  • 28 Cf. Sir Ferumbras, v. 2229 sqq. ; Sowdone, 1997 sqq. et comparer avec Fierabras APF, p. 88-89.

14Chacun de ces romances est conservé dans un seul manuscrit. Aucun n'est antérieur au 14e siècle24 et la composition du groupe de Fierabras s'échelonne entre les environs de 1375 et après 140025. Comme ailleurs en Europe, et Madame Rossi l'a rappelé avec force26, les romances ne doivent rien à la forme des chansons qu'ils adaptent, bien que la plupart leur empruntent le contenu de leurs narrations. Tous, je l'ai dit, marquent un penchant pour le trait appuyé, voire des situations bouffonnes : dans Rauf, Charlemagne, qui dissimule son identité, est malmené, verbalement et physiquement, par un charbonnier ; dans le Sege of Melayne, l'empereur, refusant d'aller se battre contre les Sarrasins, est assiégé dans Paris par Turpin qui espère ainsi le ramener à des sentiments plus chrétiens ; comme dans la chronique du Pseudo-Turpin, le Roland de Roland and Vernagu place une pierre sous la tête du géant endormi, mais c'est pour en faire cesser les ronflements27 ; chrétiens et Lucafer s'entrebrûlent avec délectation au stupide concours des charbons ardents28, et Nayme triomphe de son ennemi en le rôtissant dans la cheminée :

  • 29 "Il le jeta dans le feu brûlant. En vérité, il reçut un bien beau horion ! Et avec une fourchette (...)

He caste him in the fire al hote.
Foresothe, he hadde a right gode cloute!
And with a fyre forke he helde him doune
Tille he were rosted to colis ilkadele.29

  • 30 Voir Bibliog. 26.

15Dans tel contexte, l'on imagine que les Sarrasins ne seront pas ménagés, puisque les chrétiens sont si peu délicats, et de fait, l'on retrouve les thèmes comiques de l'ambassade insolente (ceci est tout exprès pour vous, Monsieur Bancourt30) et de portraits grotesques.

  • 31 Railleries d'Otuel à l'adresse de Charlemagne dans Otuel and Roland (Bibliog. 49), 162-168 ; compa (...)

"Thow olde cherl," otuel sayde,
Come nougt there, y the rede,
But go and make a flyng
To throwe aboute in ferhede,
Pies and crowes to don to deth,
And other foules olde & yong;
For age ys stolen the vppon.31

  • 32 P. Bancourt, Bibliog. 19, 83.
  • 33 Ibid.

16Tout comme dans les "chansons de la deuxième génération"32, le "portrait du Sarrasin gigantesque et monstrueux"33 est un thème de prédilection :

  • 34 V. 1250 sqq. On insiste sur la largeur des yeux, du nez, des épaules, la forme repoussante des sou (...)

Brod were hys eyyen, hys browes euyl y-schape,
hys nose Brod and Croked, hys schyn as a nape,
hys schulders, wonder thyk, - a gloten to fede.
To large elne, y wot, he was of Brede.
Swart teth : and blo and yolw was hys swyre /./
(Gulfagor dans Firumbras34.)

  • 35 Bibliog. 48, v. 473-480. Noter les chiffres : il a quarante pieds de haut, son visage a quatre pie (...)

He hadde tventi men strengthe,
& fourti fet of lengthe,
Thilke panim hede,
& four fet in the face,
Y-meten in the place,
& fiften in brede,
His nose was a fot & more,
His browe as brestles wore /./
(Vernagu dans Roland and Vernagu35.)

17Comme on peut s'en douter, le Sowdone exploite la même veine :

  • 36 Sowdone 2193-2200. "Ce géant avait un long corps, une tête comme d'un léopard (ou peut-être d'un l (...)

This geaunte hade a body longe,
An hede like an libarde --
Therto he was devely stronge --
His skynne was blake and harde.
Of Ethiope he was bore,
Of the kinde of Ascopartes --
He hade tuskes like a bore,
An hede like a liberde36.

  • 37 Cf., à propos d'Otuel : Hit was the boldesle sarazin That euere thorte drinke win, "C'était le plu (...)
  • 38 Je reproduis les graphies du Sowdone.
  • 39 C'est ce que fait souvent l'irascible Laban du Sowdone, tout comme l'"amirant" de Fierabras APF.

18Pour le reste, les Sarrasins de tous les jours, ceux qu'épargnent le monstrueux, se voient attribuer dans les romances les mêmes caractéristiques (ou absence de caractéristiques) que ceux que décrit P. Bancourt : par exemple (mon inventaire n'est pas complet), ils boivent du vin37, ils adorent des idoles, principalement sous forme de la triade Mahounde, Termagaunte, Apolyne38, ils se fâchent contre elles quand elles ne favorisent pas leur parti39 etc. Rien de nouveau, donc, et l'on voit que pour ces traits classiques, le Sowdone ne s'isole pas des autres romances. En ce qui concerne les traits moins classiques, nous y arrivons dans un instant, le temps de décrire le Sowdone lui-même avec un peu plus de détails qu'il n'a été fait jusqu'ici.

***

  • 40 Le terme est utilisé dans le colophon (mais non, toutefois, dans le corps du texte).
  • 41 Cf. les extraits donnés en fin d'article.
  • 42 Smyser, Bibliog. 65, et Lappert, Bibliog. 54, 33 sqq. Incidemment, puisque le texte du Sowdone est (...)
  • 43 Mais le degré de parenté entre Egerton et Sowdone reste à définir. Pour Smyser, Bibliog. 65, ils o (...)
  • 44 J'emprunte ces termes à D. Boutet, Bibliog. 57, 295.
  • 45 Cf. D. Boutet, Bibliog. 57.
  • 46 Cf. Smyser, Bibliog. 64.
  • 47 Cf. Smyser, Bibliog. 64, 205-208 et Hausknecht, Bibliog. 53, xlvi. Mais le fait que Floripas, dans (...)

19Le Sowdone of Babylone est un romance40 de 3 276 vers frappés tantôt de trois et tantôt de quatre accents. Ces vers sont disposés en quatrains rimés abab. La rime est généralement soignée, le mètre, un peu moins. Le poème, souvent assez plat, se lit sans peine41. Il raconte la Destruction de Rome suivie de Fierabras dans une version "courte". En examinant l'onomastique et l'agencement du récit du Sowdone, on peut démontrer que le texte se rapproche beaucoup de la version anglo-normande conservée dans le manuscrit Egerton, comme l'a fait Smyser, et comme le confirme Lappert42. Toutefois, l'un et l'autre critique prouvent avec de bons arguments que le manuscrit Egerton n'est pas la source immédiate du Sowdone43. Par ailleurs, les trois romances de Fierabras sont indépendants les uns des autres : leurs auteurs respectifs ont ignoré l'existence des deux autres romances. Le récit présente un tour purement narratif, qui "sacrifie" tous nos "moyens épiques traditionnels"44, caractère narratif déjà fort sensible dans la version anglo-normande d'Egerton45. Mais si la forme épique a disparu, le fonds, la matière de Fierabras, ne paraît guère introduire d'élément que l'on ne retrouve dans l'une ou l'autre des versions d'oïl ou d'oc46. Notre auteur est si peu inventif qu'on a, de façon convaincante, retrouvé les sources de passages qui à première vue semblaient originaux, dans des descriptions de l'amour et du printemps47. La découverte de ces sources, Langland et certains textes de Chaucer, permet du reste de proposer une datation du Sowdone : composé au plus tard vers 1450, date du manuscrit, il n'a pu être écrit avant les environs de 1 400 comme le montrent ses emprunts à Chaucer.

  • 48 Il faudrait peut-être ajouter l'italien, qui, par exemple, faisait partie des langues pratiquées p (...)
  • 49 Sir Ferumbras (Bibliog. 46) est meilleur et même "the best" des "Charlemagne romances" selon Baugh (...)

20De tout cela, ressortent trois choses pertinentes pour mon propos. En premier lieu, on est en droit de considérer le Sowdone comme la mise en œuvre d'un ensemble d'emprunts, et la quête de sources n'est pas une démarche absurde. Ensuite, ces sources sont à rechercher à la fois dans les littératures anglaise et française, à quoi il faut probablement ajouter les textes écrits en latin, car il est douteux qu'un lettré de ce temps n'ait pas connu cette langue48. Enfin, comme le Sowdone, œuvre somme toute mineure, n'a pas attiré un nombre de critiques très élevé49 et que, même en s'en tenant à trois langues, le champ à explorer est immense, on s'explique qu'on n'ait pas trouvé de sources aux passages qui nous intéressent.

***

  • 50 Les teintes des Sarrasins ne font pas partie des traits que j'ai définis comme singuliers. En effe (...)

21Ces passages, il est temps d'y venir, et en voici le catalogue, au demeurant fort court. Il se divise en trois sections : vocabulaire, pratiques religieuses, habitudes alimentaires50.

22L'auteur nous fournit obligeamment un mot sarrasinois avec sa traduction : lors des festivités qui suivent le sac de Rome,

"Antrarian! Antrarian !" thai lowde cryed;
That signyfied "joye generalle." (691-692.)

23("Ils crièrent à haute voix 'Antrarian ! Antrarian !' ; cela signifiait 'joie générale'.")

24Dans les pratiques religieuses, je relève trois traits notables. Tout d'abord, une cérémonie funèbre est célébrée

by right of Sarsenye
With brennynge fire and riche oynemente (2271-72.)

25Ce qui signifie très vraisemblablement, car with, "avec", est un peu vague, que se déroule une crémation. Ensuite, les cérémonies religieuses paraissent comporter des sacrifices d'animaux :

There were many hornys blowe.
The preestes senden thikke inowe --
Goolde and silver thikke thai throwe;
With noyse and crye thai beestes slowe. (1029-32.)

26("On sonna maint cor. Les prêtres firent aller chercher en quantité — Et jetèrent épaissement, de l'or et de l'argent ; ils abattirent des bêtes à grand bruit et à grands cris.") J'ai écrit "paraissent comporter", parce que le contexte, dont est reproduit tout ce qui est nécessaire pour l'interprétation du vers 1032, n'éclaire pas de façon décisive sur l'usage ultime des bêtes abattues. Enfin, et cela est certain, on offre aux dieux encens, lait, miel et huile :

"Ye moste make offrynge for youre offence,
For drede of grete vengeaunce,
With oyle, mylke and frankencense /./" (2449-51.)

27("Vous devez redouter une vengeance terrible et faire amende honorable pour votre attitude offensante [envers les dieux] au moyen d'huile, de lait et d'encens pur", voilà ce que recommande au Soudan son counsaile (v. 2443), ce qui est exécuté (un peu plus loin dans le texte, pour expier une autre offense envers les dieux) :

Thai made a fyre of frankeencense
And blewen hornes of bras,
And casten in milke [and] hony for the offence /./ (2521-23.)

28("Ils firent un feu d'encens pur, et sonnèrent des cors de laiton, et jetèrent dedans du lait et du miel à cause de l'offense.")

29Dans la troisième mention que fait le texte d'encens, de lait et de miel, ces deux dernières matières sont probablement à considérer plus comme des aliments ingérés par les Sarrasins que comme des offrandes à leurs dieux ; je donne toute la séquence pour que l'on puisse juger :

And to his goddes offrynge he made,
He and his sone, Sir Ferumbras.
Here goddis of golde dide fade --
Thai brent frankensense
That smoked up so stronge,
The fume in her presence –
It lasted alle alonge.
Thai blewe hornes of bras;
Thai dronke beestes bloode.
Milke and hony ther was
That was roial and goode. (678-688.)

30("Il [Laban] fit des offrandes à ses dieux avec son fils, Sir Ferumbras. Leurs dieux d'or s'estompèrent [derrière le rideau de fumée] : ils brûlèrent de l'encens pur qui fuma si fort qu'en leur présence les vapeurs refusèrent de se dissiper. Ils sonnèrent des cors de laiton ; ils burent du sang de bêtes. Il y eut du lait et du miel qui était 'royal' et bon.") Ther was, "il y eut", n'est pas tout à fait assez précis.

31Quoiqu'il en soit, avec cette séquence, nous abordons le domaine des aliments, puisque les Sarrasins dronke beestes bloode, breuvage destiné à enflammer leur ardeur au combat :

He made hem drinke wilde beestes bloode,
Of tigre, antilope and of camalyone,
As is here use to egre here mode
Whan thai in werre to battayle goone. (985-988.)

32("Il [Laban] leur fit boire du sang de bêtes sauvages, de tigre, d"antilope' et de 'caméléon', comme c'est leur coutume pour enflammer leur cœur quand ils vont en guerre pour se battre." Sur l'antilope et le camalyone ("caméléon" ou "girafe"), voir fin de l'article, note au v. 986.)

33Enfin le clou gastronomique, une friture de serpents, est comme il se doit réservé au chef des païens :

Serpentes in oyle were fryed
To serve the Sowdon with alle. (689-690.)

***

34Voilà donc ce qui, en fait d'exotisme "sarrasin" constitue la "Sowdone touch".

  • 51 Voir respectivement Bibliog. 64, 209, Bibliog. 65, 349, Bibliog. 66, 84.
  • 52 Cf. Bibliog. 54, 359.

35Ces traits ont souvent arrêté, voire diverti la critique. C'est ainsi qu'Ellis, Bibliog. 32, les cite presque tous, en les assortissant de commentaires goguenards : "Whilst the Soudan was thus feasting on fried snakes" (p. 386), ou bien "the warlike ardour occasioned by the inflammatory nature of their diet" (p. 388). Mais ceux que précisément ces passages ont arrêtés n'ont pu trouver leur origine : pas plus Smyser en 1931, en 1932, en 196751, que Lappert en 197552.

  • 53 Numéros 68 à 73 de la Bibliographie. Un grand merci à Christiane Deluz de m'avoir fourni ces référ (...)
  • 54 J'ai travaillé Hérodote, le Livres dou Tresor et Mandeville grâce aux index, excellents, des éditi (...)

36On l'a vu, ma première hypothèse est que ces "renseignements" ne sont pas inventés. Ma seconde hypothèse de travail est que l'écrivain ne les a pas butinés çà et là, et qu'un texte qui en renfermerait à la fois un certain nombre aurait plus de chances d'avoir été utilisé par l'auteur du Sowdone qu'un texte qui n'en comporterait qu'un seul ou peu. On a vu aussi que les emprunts peuvent provenir de trois littératures, française, anglaise et latine. Pour tenter de remonter jusqu'aux textes qu'imite le Sowdone, je ferai d'abord quelques tentatives du côté des répertoires onomastiques, car certains Sarrasins portent des noms rares. J'utiliserai ensuite des dictionnaires de langue dans l'espoir de rencontrer des citations qui évoquent le Sowdone à partir de mots clés tels que antrarian, antelope etc. Enfin, le pittoresque des détails oriente vers des sommes, antiques ou médiévales, telles que récits de voyages, histoires naturelles, encyclopédies, romans d'Alexandre : ce que j'ai lu en ce domaine se borne, par ordre chronologique, à des passages d'Hérodote, d'Honorius d'Autun, de Jacques de Vitry, de Vincent de Beauvais, du Livres dou Tresor de Brunetto Latini, des Voyages de Mandeville53, selon une méthode que je décris en note54.

37Ma documentation est donc lacunaire, et mes recherches n'ont pas été systématiques. Cet état de chose m'impose l'obligation de fournir au lecteur le moyen de contrôler à chaque instant l'avance de mes recherches, ce qui alourdira quelque peu l'exposé.

38Je procéderai en commençant par les traits en apparence les mieux individualisés : noms propres, mots rares, mœurs extravagantes, pour terminer par les mentions plus banales, qui promettent a priori moins de rapprochements pertinents avec d'autres textes, comme l'usage de boire du lait ou de brûler les morts.

  • 55 Cf. par exemple les vers 977 sqq. cités en fin d'article.
  • 56 Tout à fait abusivement, je considère comme familier un nom propre du Sowdone s'il figure aussi da (...)
  • 57 Gallopes, Marsedage et Cramadas sont placés à l'intérieur du vers.
  • 58 Sur ces trois auteurs, voir respectivement Bibliog. 68, 72, 73.
  • 59 Selon le Professeur Crépin, de l'Université de la Sorbonne, et que je tiens à remercier, la critiq (...)

39Le Sowdone crée un effet d'étrangeté en accumulant noms de peuples et de pays lointains55. De fait, ces noms sont assez familiers aux lecteurs d'épopées ou de romans français et de "géographes" médiévaux56. Toutefois, deux de ces noms résistent à l'identification : il s'agit du peuple des Askalous (v. 499, rimant avec us, "nous"), dans lequel il faut peut-être voir un écho de la ville d'Ascalon ou du peuple des Esclers, et par ailleurs, de celui des Gallopes (v. 258), pour lequel je n'ai pas d'hypothèse. Touchant les noms de personnes, me restent inconnus Marsedage, Mersadage, roi de Barbarie (2249, 2269) et Cramadas, un bisshop ("évêque") sarrasin (2777, 2790)57. Ces quatre noms sont absents du répertoire de Flutre, et Moisan ne les relève que dans le Sowdone, qui est donc le seul texte à les présenter à l'intérieur de l'énorme corpus de romans français et provençaux, de gestes françaises et des dérivés étrangers de ces dernières (au nombre desquels nos "Charlemagne romances") qu'ont dépouillé Flutre et Moisan. En ce qui concerne le corpus des "géographes", on remarque que ces noms ne se trouvent pas dans Hérodote, dans le Trésor de Brunetto Latini, dans Mandeville58. A qui s'intéresserait aux sources du Sowdone, je recommande de ne pas oublier ces noms (les deux derniers me paraissent avoir un parfum d'Alexandre), s'il disposait pour la littérature du moyen anglais d'index aussi commodes que le sont nos Langlois, Flutre, West et Moisan59.

40Poursuivons avec le mot antrarian.

  • 60 Cf. Pierre-Yves Badel, Bibliographie 74, 14.

41Rapporter des mots étrangers est un des moyens propres à susciter l'impression de couleur locale ; traduire ces mots, c'est authentifier ses dires60 ; conjoindre les deux démarches, c'est souvent mêler réel et imaginaire, attitude courante au Moyen Age.

  • 61 Voir, dans la thèse de P. Bancourt (Bibliog. 19), la section intitulée "Les cris de guerre et la t (...)
  • 62 Voir P. Bancourt, Bibliographie 18, 33.
  • 63 La Chanson d'Antioche, éd. Suzanne Duparc-Quioc, 2 vol., Paris 1977-78, v. 6306 : exemple retrouvé (...)
  • 64 Cf. Raoul de Caen, "Allachibar, quod infidelitas orando exclamat", dans RHCocc. ΠΙ, 636 (Allachiba (...)
  • 65 Voir par exemple Mandeville, Bibliog. 73, 48, 93, 101.
  • 66 Voir notes 53 et 54.

42Reste que de façon générale, l'inclusion de mots étrangers ne me paraît pas répandue indifféremment dans des textes de toute nature ; en particulier, l'intention didactique qu'elle implique paraît bien éloignée de l'esprit des chansons de geste. Ainsi, la thèse de P. Bancourt ne cite pas de cri sarrasin et guerrier (les deux épithètes s'appliquent à "antrarian !") qui soit proféré en langue originale dans les chansons du "Cycle du Roi"61. L'usage de l'"inclusion", que celle-ci soit ou non accompagnée de traduction, est sans doute plus fréquent dans les textes qui se rapprochent des chroniques, comme l'Estoire de la Guerre Sainte d'Ambroise62 ou la Chanson d'Antioche, où on peut lire : "Aride, aride ! hucent, Mahon ! quel destorbier /"63. On le rencontre, cela va de soi, chez les chroniqueurs64 et dans les récits de voyages tels ceux de Mandeville65. Dans ces conditions, nous sommes orientés vers les "géographes" anciens. Je n'ai pas rencontré antrarian dans le peu que j'en ai lu66.

  • 67 Le "Jeu de saint Nicolas" de Jehan Bodel /./ par Albert Henry, troisième éd. remaniée, Bruxelles 1 (...)

43Or, pour retrouver un mot de ce type, il est nécessaire de lire les textes de bout en bout car nos dictionnaires de moyen anglais ou d'ancien français ne paraissent pas faire de sort aux "inclusions" étrangères. Le très riche Oxford English Dictionary, le Kurath, immense dictionnaire de moyen anglais, n'ont pas d'entrée antrarian, alors que le Sowdone fait partie des textes qu'ils ont dépouillés. Si antrarian est absent de la nomenclature de nos dictionnaires d'ancien français, Godefroy et TL, cela ne signifie pas davantage que ce mot ne figure pas dans leur corpus de textes : c'est simplement qu'ils rejettent les mots étrangers qui apparaissent en tant qu'étrangers dans les textes français, si curieux soient-ils ; j'ai pu le vérifier à propos du jargon de Tervagan (Palas aron ozinomas Baske bano tudan donas etc.) dans le Jeu de saint Nicolas67 : par exemple, ni aron ni baske ne sont consignés par Godefroy ou TL. J'ajoute pour mémoire qu'on ne trouve pas antrarian ou quoi que ce soit d'approchant dans les dictionnaires de grec ancien de Bailly, de latin classique de Gaffiot, dans les tomes premiers du Du Cange et du Mittellateinisches Wörterbuch publié à Munich.

  • 68 Respectivement, Katarina Kalova, Denis Gril, Robert Demerguerian, et Reza Houshiargan pour les deu (...)

44Ce qui confirme ce dont on se doutait, à savoir qu'antrarian n'est ni du latin ni du grec ancien. Ce ne serait pas non plus du turc, de l'arabe, de l'arménien, du kurde ou du persan, du moins, selon mes informateurs, qui tiennent comme il se doit à rester très prudents68.

  • 69 Cf. note 54.
  • 70 Sur ces deux animaux, voir Mandeville, p. 202-3 (texte d'Egerton) et 396 (texte de Paris) ; selon (...)
  • 71 Vois infra, note au v. 986 de ma traduction. Toutefois, le texte de Paris de Mandeville lui prête (...)
  • 72 Cf. infra, note au vers 986 de ma traduction.

45Poursuivons l'exploration fondée sur les mots ou notions a priori peu banals en cherchant dans quels textes on boit du sang d'antilope, de caméléon (ou de girafe), et de tigre. Dans mon corpus de "géographes", nulle part ; mais je puis apporter quelques précisions sur l'apparition de ces animaux dans les textes ayant fait l'objet d'index détaillés69, afin que l'on juge si leur mention évoque notre Sowdone. Chez Hérodote, pas de tigre ni de caméléon ni de girafe ; pas de tigre ni d'antilope chez Mandeville ; pas de girafe chez Brunetto Latini. Pour le reste, quand l'une ou l'autre de ces bêtes se trouve chez ces auteurs, son sang ne devient pas breuvage, comme nous l'avons vu, et par ailleurs, elles ne sont pas associées, sauf chez Mandeville. Auquel je m'arrête, car voici un premier indice, quoique très fragile, d'une lecture possible de ce "voyageur" par l'auteur du Sowdone : après une description de la girafe (appelée orafle ou gerfauc selon les manuscrits), très reconnaissable, vient celle du caméléon, également reconnaissable70 ; or, notre Sowdone paraît utiliser le mot camalyone pour désigner autre chose que ce petit animal71, et la proximité des deux descriptions dans Mandeville a pu favoriser la confusion lexicale, dont il faut toutefois souligner qu'elle n'est pas le propre de notre auteur72, ce qui enlève quelque crédit à l'hypothèse d'une parenté entre lui et Mandeville sur ce point.

  • 73 Mes investigations chez les lexicographes se bornent aux articles camelion de TL, cameleon de Gdf, (...)

46D'un autre côté, le recours aux lexicographes s'est révélé infructueux73.

  • 74 Bibliog. 68, IV, 183.
  • 75 Hist. nat., éd. Lemaire, t. 2 (Paris 1828), 727.
  • 76 Cf. Stoker, Bibliog. 80, 26 pour ces deux auteurs.
  • 77 Bibliog. 77, 1, chap. 88.
  • 78 Cf. Bibliog. 73, 137, 340.

47La dernière des mentions frappantes est, me semble-t-il, celle de friture de serpents. Sur ce point, le Sowdone n'est en fait original que dans la manière d'accommoder le mets, car les peuples mangeurs de serpents figurent chez de nombreux "géographes", qu'ils dessinent des cartes ou qu'ils se servent de mots. Depuis Hérodote74, tout le monde recense des ophiophages, sans donner beaucoup de détails : citons entre autres Pline75, Solin, Barthélémy l'Anglais76, Vincent de Beauvais77. Transposant Vincent de Beauvais, Mandeville attribue ces mœurs alimentaires aux habitants de "Tracorde"78, et développe le motif pour ceux de "Marchi" :

  • 79 Bibliog. 73, 345 ; cf. le texte anglais, d'Egerton, p. 144.

Et si a grant foison de serpens, des quels on fait grant feste et les mangue on aus grans sollempnites. Car qui aurait fait une grande feste et eust donne toutes les viandes que on saurait deuiser, se il nauoit donne un entremes de ces serpens, il nauroit riens fait, car on ne priserait riens quanquil aurait fait.79

  • 80 Chez les lexicographes, j'ai lu les articles commençant par serp- dans Gdf et TL et les art. adder (...)

48De sorte que pour les mangeurs de serpents, plutôt que l'absence de texte, c'est leur nombre qui gêne : dans tout cela, qu'aura lu, ou vu, l'auteur du Sowdone ?80

  • 81 Encore une fois, le recours aux lexicographes ne m'a rien apporté, et je n'ai pas trouvé de buveur (...)
  • 82 Cf. D. Régnier-Bohler, dans la Rev. des sciences humaines 183 (1981), 120.
  • 83 Ed. Barguet (Bibliog. 68), III, 11 et IV, 70 ; je note au passage que le mot "sang" manque à l'ind (...)
  • 84 Il s'agit surtout de sang de cheval. Cf. Stace, Achilléide I, 307 et la note de l'éd. Lemaire, t. (...)
  • 85 V. 2449 de l'éd. J. Couraye du Parc, Paris 1884.
  • 86 Bibliog. 70, 218.
  • 87 Bibliog. 73, 137.

49L'ingestion de sang est en dehors des habitudes de table tant des chrétiens que des Sarrasins épiques. Toutefois, l'on n'a pas de peine à concevoir que des "géographes" et des auteurs de fiction prêtent assez naturellement cette coutume à des peuples guerriers. De fait, j'en ai rencontré plusieurs occurrences81. Si l'on met à part son usage comme médicament interne, d'ailleurs rare82, on notera que boivent du sang certains Perses et des Scythes dans Hérodote83, des peuples de Scythie chez Virgile, Horace, Sénèque, Stace, Avienus et quelques autres auteurs antiques84, les Centaures de la Mort Aymeri85, les "Commani" de Jacques de Vitry86, et les habitants de l'île de Melk, qui se repaissent de sang humain dans la version Egerton de Mandeville87 ; lequel décidément commence à nous devenir aussi familier que ce catalogue se fait lassant.

50Car il est clair que jusqu'ici ma "méthode" ne mène à rien, en dehors du fait que nous pouvons maintenant affirmer que sur le chapitre de la nourriture l'auteur du Sowdone n'invente ni le sang ni les serpents. Quant à préciser qui il aurait suivi, j'en suis bien incapable : en l'absence de la rencontre d'un détail significatif, on ne peut rien tirer de la liste de noms donnée ci-dessus, et du reste, il est douteux que notre auteur ait eu l'envie ou la possibilité de se reporter à tous les membres de cette liste. Nous reviendrons sur ce point.

  • 88 Mais on notera que je n'ai fait qu'un usage restreint des dictionnaires, en particulier de ceux de (...)
  • 89 Encore ai-je cru devoir montrer que la présence de ces trois traits n'est pas absolument sûre ; el (...)
  • 90 Cf. Metlitzki, Bibliog. 78, 210 sqq. et les article oile et honi du Kurath.
  • 91 Hérodote, Bibliog. 68, III, 23, IV, 186, 1, 216.
  • 92 Ibid., Π, 40.
  • 93 Speculum Historiale (Bibliog. 71) I, 88.
  • 94 Cf. Bibliog. 73, 171, 173, 189, 199, 369, 371.
  • 95 Ibid., 123, 327.

51Si l'étude fondée sur des particularités aussi marquantes que la mention d'antrarian, de sang d'antilope, de camalyone et de tigre, de l'ingestion de serpents et, dans une moindre mesure, de sang, si cette étude est décevante88, à plus forte raison doit-il en être de même d'une enquête conduite à partir des autres traits singuliers des Sarrasins du Sowdone : sacrifice d'animaux, fait de boire lait et miel, crémation de morts89, offrandes de miel, lait, huile et encens. Car on se doute qu'il ne doit pas être difficile de retrouver la plupart de ces traits dans l'antiquité classique ou les romanz et romances qui s'en inspirent ; par ailleurs, l'association du lait et du miel, traditionnelle depuis la Bible, se renouvelle dans les poèmes du pays de Cocagne tant français qu'anglais, où on leur adjoint généreusement l'huile et le vin90 ; en outre, nos "géographes" mentionnent aussi à l'occasion telle ou telle de ces pratiques, comme on peut en juger : Hérodote ne manque pas de faire remarquer que le lait est la boisson des "Ethiopiens", des Libyens, des Massagètes91, que le miel et l'huile sont utilisés dans les sacrifices en Egypte92 ; Vincent de Beauvais relève que certaines nations "éthiopiennes" vivent de lait et que les Scythes lacté el melle vivunt93, et Mandeville, que nous retrouvons encore, connaît des peuples buveurs de lait, d'autres buveurs de lait et de miel, ou qui en offrent à leurs idoles94, tandis qu'à "Polumbe", on brûle les veuves avec leur mari95.

  • 96 Ainsi dans le texte d'Egerton : p. 137, sang et serpents comme nourriture ; p. 201, peuple buveur (...)
  • 97 Cf. Letts, Bibliog. 73, p. xxxii sqq., lxi.
  • 98 Cf. ibid., p. xxix el xxxvii sqq.

52En somme, je ne puis citer de source précise à nos passages. Du reste, l'abondance des noms de "géographes" cités ne doit pas faire illusion, car la plupart procèdent par compilation de ceux qui venaient avant eux ; et à ce propos, l'on doit souligner combien il est douteux qu'Hérodote ait été une source directe de notre auteur, de même qu'il était une source très lointaine pour les "géographes" médiévaux. Tout au plus noterons-nous la présence répétée de Mandeville et le fait que plusieurs des traits qui nous intéressent sont chez lui concentrés sur quelques pages96. Mais précisément, cette multiple présence de Mandeville s'explique sans doute parce que nous avons en lui un compilateur infatigable97. Ce qui toutefois ne signifie pas que l'auteur du Sowdone n'ait pu connaître ses Voyages, extrêmement populaires, et accessibles en français, en latin et en anglais à l'époque où il composait son poème98.

  • 99 Avant de passer à cette partie, je dois signaler que je n'ai pu prendre connaissance de l'article (...)
  • 100 Cf. notes 73, 81, 90.

53Quoiqu'il en soit, il est clair que nous n'avons pas beaucoup avancé dans la recherche des sources et c'est pourquoi j'ai fait une dernière tentative du côté des lexicographes du moyen anglais99. Si désespérée ou absurde que paraisse l'entreprise, je me suis livrée à la lecture d'articles du Kurath consacrés à des mots très fréquents impliqués par les pratiques de nos Sarrasins, et ce, toujours à la recherche d'hypothétiques rencontres avec notre texte ; ont donc été consultés, outre les articles déjà mentionnés100, les articles beste, ("bête"), brennen ("brûler"), birien ("enterrer"), fir ("feu"), frien ("frire"), oile ("huile"). Le tout en vain.

  • 101 Ce fut vraiment celui que je consultai le dernier : en février 1988, il se trouvait dans un fascic (...)
  • 102 Cf. note 90.
  • 103 Voir le passage suivant l'appel de la note 47.

54Mais le dernier essai, l'article "milk" ("lait")101, m'ouvrit une piste avec cette citation du Knight's Tale de Chaucer : vessels... Al ful of hony, melk and blood and wyn. Il y a là du lait, du miel, de l'huile, non point coulant à flots comme dans la Bible et les passages auxquels j'ai fait allusion102, non point présentés comme aliments de base d'un peuple plus ou moins exotique, mais apparemment utilisés et "conditionnés" pour une occasion particulière comme le laisse à penser l'emploi du mot vessels. Or, je l'ai dit103, la critique a déjà opéré des rapprochements entre le Sowdone et Chaucer, et plus précisément entre le Sowdone et le Knight's Tale, toutefois sur d'autres bases que la présente citation.

55Le fait que l'on trouvât des points communs entre le Sowdone et le Knight's Tale n'avait pas suffi à m'engager à lire ce conte, pour la raison suivante : aucun de ces points ne se rapportait aux traits des Sarrasins que j'ai répertoriés comme singuliers, et d'autre part, j'imaginais que si les spécialistes du Sowdone qui citaient ces points avaient lu dans le Knight's Tale des passages qui évoquent les traits singuliers de nos Sarrasins, ils n'auraient pas manqué de les signaler. Je me trompais. Mais tout d'abord, revenons sur ces points.

56En premier lieu, Smyser s'attachait à la mention de Floripas descendue dans son jardin "like Emelye" (du Knight's Tale)

To geder Floures in morne colde

  • 104 Smyser, Bibliog. 64, 207.
  • 105 Cf. note 47.

57et jugeait que "the quality of this one verse is perhaps itself no mean indication of the rapport between the worthy translator [of Fierabras] and the author of the Canterbury Tales."104 Or, la découverte du texte d'Egerton ôte beaucoup de poids à l'hypothèse de l'existence de ce "rapport"105.

  • 106 V. 1982 et 2441.
  • 107 Cf. l'article armipotent du Kurath et la note de Hausknecht au v. 939 de son éd. du Sowdone (Bibli (...)
  • 108 Respectivement Hausknecht, Bibliog. 53, p. xlvi et Lappert, Bibliog. 54, p. 18.

58Le second point concerne une invocation par les Sarrasins du dieu Mars "armypotente" (Sowdone 1005) : ce dieu figure aussi dans le Knight's Tale, avec la même épithète106. Je n'avais pas cru ce rapprochement décisif, d'une part parce que le syntagme Mars armipotent est fréquent chez les auteurs anglais de l'époque du Sowdone107, et d'autre part, parce que les critiques qui l'opéraient se montraient prudents, parlant de "some traces of resemblance", et citant les mêmes deux vers "which seem to draw upon /./ the Knight's Tale"108 ; mais la confrontation de ces deux vers et des quatre vers du Knight's Tale qu'ils produisaient engageait en effet à la plus grande circonspection, puisque nous nous trouvions d'un côté devant

Ο thow, rede Marz armypotente,
That in the trende baye hase made thy trone /./
(Sowdone 1005-6)

59et de l'autre devant

And doun ward from an hille, under a bente,
Ther stood the temple of Mars armypotente,
Wroght al of burned steel, of which the entree
Was long and streit, and gastly for to see.
(Knight's Tale 1981-84.)

  • 109 Cf. Moisan I, 2, p. 787 el II, 3, p. 516, où il convient de rectifier l'identification de Platoun (...)
  • 110 Voir Metlitzki, Bibliog. 78, 206 sqq., Daniel, Bibliog. 77, 137 sqq., 297 sqq., Bancourt, Bibliog. (...)
  • 111 Bancourt, Bibliog. 19, 356 ; cf. aussi Moisan II, 3, p. 452, article Mars (où il faut lire "DRo 4" (...)

60En outre l'amalgame entre panthéon sarrasin et dieux antiques se réalise en partie, avec les mentions fréquentes de Jupiter et d'Apolin, dans les gestes françaises et les romances anglais (qui leur adjoignent généreusement Platon, à l'exemple de quelques chansons109) ; cet amalgame a été bien étudié par les érudits110 et Mars, dieu sarrasin, figure dans les chansons retenues par P. Bancourt111.

61Pour toutes ces raisons, donc, je ne croyais pas utile de lire le Knight's Tale. La citation du Kurath, avec ses hony, melk and blood, m'engagea à le faire. J'eus raison : outre qu'il est beau, j'y trouvai plusieurs détails qui me parurent exploitables.

  • 112 Cf. note 106.
  • 113 V. 974, 1747, 1969.
  • 114 v. 2373-2420.
  • 115 Le Sowdone s'adresse au dieu en lui "faisant [sa] complainte" (makande my moone 1010), Arcite évoq (...)
  • 116 Sowdone 1022 ; Knight's Tale 2420.

62Tout d'abord, le dieu Mars y est non seulement "armipotent"112, mais aussi rede113, "rouge", comme dans le Sowdone. Ensuite, il convient de noter que la prière du Sowdone à Mars est très développée (v. 1005-28), et que nous avons là le seul endroit du texte où un Sarrasin s'adresse de la sorte à un de ses dieux. Il y a plus : cette prière suit le même mouvement que celle qu'adresse Arcite à Mars dans le Knight's Tale114, avec successivement localisation du dieu, énumération de ses attributs, ton plaintif115, promesse de servir le dieu selon les rites, maintenant et à l'avenir, demande de "victorye"116 sur l'ennemi. Il serait trop long de tout citer, mais nous pouvons au moins comparer le début des deux pièces :

  • 117 Ο est une simple omission du rubricateur : cf. Sowdone p. 139.
  • 118 Ce vers signifie "qui as fait ton trône dans the trende baye" ; trende est un hapax selon l'OED, e (...)

"[O]117 thow, rede Marz armypotente,
That in the trende baye hase made thy trone118
That god arte of bataile and regent
And rulist alle alone,
To whom I profre precious present,
To the, makande my moone /./"
(Sowdone 1005-10)

"O stronge god, that in the regnes colde
Of Trace honoured art and lord yholde,
And hast in every regne and every lond
Of armes al the brydel in thyn hond,
And hem fortunest as thee lyst devyse,
Accepte of me my pitous sacrifise."
(Knight's Tale 2373-78.)

  • 119 Knight's Tale 2953.

63Or, la prière du malheureux Arcite ne sera pas exaucée. Π meurt au combat, et reçoit de somptueuses funérailles. C'est précisément dans son bûcher que l'on jette des coupes de sang, de lait, de miel, le tout avec encens et multiples clameurs119.

And after that cam woful Emelye,
With fyr in honde, as was that tyme the gyse,
To do the office of funeral servyse.
Heigh labour and fui greet apparaillynge
Was at the service and the fyr-makynge /./
(Knight's Tale 2910-14.)

/./ And beryed him by right of Sarsenye
With brennynge fire and riche oynemente.
(Sowdone 2271-72.)

/./ And gerlandes, hangynge with ful many a flour,
The mirre, th'encens, with al so greet odour /./
(Knight's Tale 2936-37.)

Thai made a fyre of frankeencense /./
(Sowdone 2521.)

Thai brent frankensense That smoked up so stronge /./
(Sowdone 681-2.)

/./ With vessels in hir hand of gold fui fyn,
Al fui of hony, milk, and blood, and wyn /./
(Knight's Tale 2907-8.)

/./ And coppes fulle of wyn, and milk, and blood,
Into the fyr, that brente as it were wood /./
(Knight's Tale 2949-50.) /./

With oyle, mylke and frankencense /./
(Sowdone 2451.)

Thai made a fyre /./
And casten in milke [and] hony /./
(Sowdone 2521-23.)

Thai dronke beestes bloode.
Milke and hony ther was /./
(Sowdone 686-7.)

  • 120 Le Knight's Tale adapte librement le Teseida : voir Chaucer Robinson, p. 669 sqq.

64Ainsi des vers souvent un peu raides, parfois même sautillants, sont-ils vraisemblablement inspirés par la souple prosodie de Chaucer lequel remodèle les vers sinueux et mélodieux de Boccace120

  • 121 Teseida XI, 37 et XI, 51 ; je cite d'après le t. 9 des Opere volgari de Boccace éd. par Ignazio Mo (...)

Li più nobili Achivi i vasi cari
Di mel, di sangue e di latte novello
Pieni portavan con lamenti amari /./.
E le cratere di vini spumanti,
E dell' oscuro sangue, e Ί grazïoso
Candido latte /./121

  • 122 Thébaïde, chant VI. Mars armipotent de Chaucer provient du Teseida VII, 32 (Iddio Armipotente), (...)

65qui lui-même refaçonne les hexamètres de Stace122, lequel déjà, etc.

66On n'en finirait pas.

  • 123 Voici encore un pavé d'érudition. Ensuite, c'en sera fait de la lourdeur. Hausknecht, Smyser et La (...)

67C'est qu'ils ne sont pas seuls en littérature, ces Sarrasins dont somme toute, la triple singularité ne se dégageait qu'à partir de critères rigoureusement sélectionnés (à savoir des critères qui les situassent dans le cadre de préoccupations communes à Madame Rossi et Monsieur Bancourt). Ils ne sont pas seuls : leur bien curieuse altérité s'élabore sur une longue tradition faite d'emprunts, d'imitations, de compilations, de ressassement tout médiéval. Ce qui a pesé d'un poids terrible sur les présentes pages123 : puisque le Moyen Age compile, compilons aussi, à la recherche de ses sources, pillons les textes, accumulons les extraits, alignons les citations ; qui sait, de ces confrontations finirait peut-être par jaillir quelque lueur.

68Mais il est une autre façon d'être médiéval : ces Sarrasins de fiction, si peu "autres" que les peuples qui les ont précédés en littérature, ne sont-ils pas en même temps tout à fait uniques ? Car nos compilateurs-adaptateurs-imitateurs sont aussi des auteurs. Celui du Sowdone a créé ses personnages dans le mètre, la rime, les mots de son choix. Si bien que nos Sarrasins ont tout de même une forme qui n'appartient qu'à eux, produit de l'art de la variation.

69Λ cet art ténu, je voudrais m'exercer à mon tour et offrir à mes collègues un peu d'ancien français, et puis encore des Sarrasins, qui seront de nouveau autres tout en étant eux-mêmes, puisqu'ils seront simplement renouvelés de leur modèle anglais.

***

Scènes de réjouissances

70681 Thai brent frankensense

71682 That smoked up so stronge,

Encens bruslent dont la fumiere

72683 The fume in her presence --

73684 It lasted alle alonge.

Tot entenebre la lumiere.

74685 Thai blewe hornes of bras;

Il cornent graisles de laiton ;

75686 Thai dronke beestes bloode.

Sanc de bestes boivent foison.

76687 Milke and hony ther was

Si reburent lait et doz miel

77688 That was roial and goode.

  • 124 688 biel. Picardisme suspect : le passage ne renferme aucune autre forme dialectale. On pourrait c (...)

Qui mout lor sot söef et biel124.

78689 Serpentes in oyle were fryed

Si ot serpenz en uile friz

79690 To serve the Sowdon with alle.

Dont li Soudans fu bien serviz.

80691 "Antrarian! Antrarian!" thai lowde cryed;

"Antrarian! Antrarian!"
Crierent tuit en grant hautece ;

81692 That signyfied "joye generalle".

Cist mot senefient leece.

Le Soudan convoque ses vassaux

[Mes lor envoie, vienent li en aïe]

82977 To Inde Major and to Assye,

83978 To Ascoloyne, Venys, Frige and Ethiope,

D'Inde Major, d'Ethïope, d'Asie,
Et d'Escalone, Venice et puis Frigie,

84979 To Nubye, Turkye and Barbarye,

De Barbarie, Nubie et de Turquie,

85980 To Macedoine, Bulgare and to Europe.

De Macedoine, Europe et Bouguerie.

86981 Alle these people was gadred to Agreniore,

Vers Aigremore ont lor voie acoillie

87982 Thre hundred thousand of Sarsyns felle,

Troi cent milier de la gent paienie,

88983 Some bloo, somme yolowe, somme blake as more,

  • 125 983 blake as more. Démarquage de l'expression noir come more ("noir comme une mûre"), très fréquen (...)

Bloi, jaune ou noir come more porrie125,

89984 Some horible and stronge as devel of helle.

Orible et fier com d'infernal maisnie.

90985 He made hem drinke wilde beestes bloode,

Si lor fist boivre del sanc de sauvagine,

91986 Of tigre, antilope and of camalyone,

  • 126 986 antilope. Cet exemple manque aux articles antelope du Kurath et de l'OED. En moyen anglais, le (...)

Camelieparz et antelus et tigres126,

92987 As is here use to egre here mode

Por lor cuer enaigrir, ço est lor droite guise,

93988 Whan thai in werre to battayle goone.

Quant en bataille en vont a ost banie.

Funérailles

942269 Mersadage, Kinge of Barbarye,

Mersadag, roi de Barbarie,

952270 He did carye to his tente

  • 127 2270 Le sujet du verbe est Laban (le Soudan). Florie est une épithète purement ornementale appelée (...)

En porte en sa tente florie127.

962271 And beryed him by right of Sarsenye

Si l'enterra a loi de Sarrasin

972272 With brennynge fire and riche oynemente.

A feu ardent et basme non frarin.

982273 And songe the dirige of Alkarone,

  • 128 2273-75 Littéralement "Et exécuta le chant funèbre du Coran qui est la bible de leur religion, et (...)

De l'Alcoran chante la loi128,

992274 That bibill is of here laye,

Qui est com bible de leur foi.

1002275 And wayled his deth everychone

De sa mort ont grant duel mené,

1012276 Vii nyghtis and vii dayes.

Set nuiz, set jorz, tant a duré.

102Merci encore à ceux dont la patience, la courtoisie et le savoir m'ont été une aide précieuse, et dont je n'ai pu encore citer les noms : Raymond Arveiller, Paul Bancourt, Annie Cazenave, Mireille Gombert au clavier, Khira Knelifa Mahjoubi, Marc Le Person, Daniel. Rocher, Marguerite Rossi, jean Subrenat, Saston Zink.

Bibliographie

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

I. M. ROSSI ET P. BANCOURT, ŒUVRES CROISEES (JUSQU'EN 1987)

La liste figurant ci-dessous ne comprend pas les comptes rendus donnés par nos collègues.

1 P. Bancourt, Etude de quelques motifs communs à l'épopée byzantine de "Digénis Akritas" et à la chanson d"'Aiol", dans Romania 95 (1974), 508-532.

2 P. Bancourt, "Sen" et "chevalerie", réflexions sur la tactique des chevaliers dans plusieurs chansons de geste des xiie el xiiie siècles, dans Rencesvals Aix, Aix-en-Provence 1974, 621-637 (je choisis la forme de titre donnée dans la Table des matières de l'ouvrage ; elle est un peu différente p. 621).

3 M. Rossi, Loyauté et déloyauté dans "Huon de Bordeaux", ibid., 373-387.

4 M. Rossi, "Huon de Bordeaux" et l'évolution du genre épique au xiiie siècle, Paris 1975.

5 P. Bancourt, Les chevaux des Sarrasins dans les chansons de geste. Convention-fiction-réalité, dans Morale pratique et vie quotidienne dans la littérature française du Moyen Age (Senefiance 1), Aix-en-Provence 1976, 111-131.

6 M. Rossi, Figures royales et conception de la fonction monarchique dans "Gerbert de Mez", ibid., 69-86.

7 M. Rossi, L'accueil aux voyageurs d'après quelques chansons de geste des xiie et xiiie siècles, dans Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation medievales (Senefiance 2), Aix-en-Provence 1976, 381-394.

8 M. Rossi, In memoriam G. Andrieu, dans Bulletin bibliographique de la Société Rencesvals 10 (1976-77), 9.

9 M. Rossi, Le motif du duel judiciaire dans "Gaydon" : traitement littéraire et signification, dans Mélanges J. Lods, Paris 1978, 530-546.

10 M. Rossi, La réprobation sociale est-elle un critère d'exclusion ? Les traîtres dans "Gerbert de Mez", dans Exclus et systèmes d'exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales (Senefiance 5), Aix-en-Provence 1978, 2740.

11 M. Rossi, Sur Picolet et Auberon dans la "Bataille Loquifer", dans Mélanges J. Wathelet-Willem, Liège 1978, 569-591.

12 M. Rossi, Sur un passage de la "Chanson d'Esclarmonde" (vs. 2648-2826), dans Le diable au Moyen Age (doctrine, problèmes moraux, représentations) (Senefiance 6), Aix-en-Provence 1979, 461-472.

13 P. Bancourt, La décoration des intérieurs sarrasins dans les chansons de geste du xiie siècle et l'art musulman, dans Mélanges P. Jonin (Senefiance 7), Aix-en-Provence 1979, 63-88.

14 M. Rossi, Les séquences narratives stéréotypées : un aspect de la technique épique, ibid., 593-607.

15 M. Rossi, Sur l'épisode de Caradoc de la "Continuation Gauvain", dans le t. 2 des Mélanges Ch. Foulon, Marche Romane 30 (1980), 247-254 (je choisis la forme de titre donnée p. 247 ; elle est un peu différente dans la Table des matières de l'ouvrage).

16 M. Rossi, Sur le "Huon de Bordeaux" de Tressan. Source ancienne ? Vocabulaire "médiéval" ?, dans Mélanges A. Lanly, Nancy 1980, 313-328.

17 M. Rossi, La prière de demande dans l'épopée, dans La prière au Moyen Age (littérature et civilisation) (Senefiance 10), Aix-en-Provence 1981,449-475.

18 P. Bancourt, De l'imagerie au réel : l'exotisme oriental d'Ambroise, dans Images et signes de l'Orient dans l'Occident medieval (Senefiance 11), Aix-en-Provence 1982, 27-39.

19 P. Bancourt, Les musulmans dans les chansons de geste du Cycle du Roi, Aix-en-Provence 1982.

20 M. Rossi, Le duel judiciaire dans les chansons du Cycle carolingien. Structure et fonction, dans Mélanges R. Louis, Saint-Père-sous-Vézelay 1982, 945-960.

21 P. Bancourt, Réel, imaginaire et senefiance dans la représentation des musulmans de la "Chanson de Roland", dans Mélanges J. Larmat, Nice 1983 (couverture) ou 1982 (p. de garde), 31-40.

22 M. Rossi, Les duels de Gauvain dans la "Première Continuation de Perceval", ou les ambiguïtés de la prouesse individuelle, ibid., 275-289.

23 P. Bancourt, Chansons de geste, roman, romance et fabliaux. A propos de deux scènes hippiques des Fabliaux, dans Comique, satire et parodie dans la tradition renardienne et les Fabliaux. Actes du Colloque des 15 et 16 janvier 1983. Publ. par les soins de D. Buschinger et A. Crépin, Göppingen 1983, 59-70.

24 P. Bancourt, Or antique, or épique, or d'Occident et d'Orient dans le "Roman de Thèbes", dans L'or au Moyen Age (monnaie-métal-objets-symbole) (Senefiance 12), Aix-en-Provence 1983, 25-39.

25 M. Rossi, Rainouart assiégé. Un exemple de transposition de motifs épiques traditionnels, dans Les chansons de geste du Cycle de Guillaume d'Orange, III : Les Montages Guibourc. Hommage à Jean Frappier, sous la dir. de Ph. Ménard et J.-Ch. Payen, Paris 1983, 261-290.

26 P. Bancourt, Le thème de l'ambassade insolente dans les chansons de geste françaises et la littérature arabo-turque, dans Rencesvals Padoue, Modène 1984, 267-275.

27 M. Rossi, Rapport introductif de "Epopée française et épopée non française. Contacts, dérivations, écarts", ibid., 245-265.

28 M. Rossi, Sur quelques aspects littéraires de la version en alexandrins de "Huon de Bordeaux" (BM. 1451), dans Mélanges A. Planche, Paris 1984, 429-437.

29 P. Bancourt, Vol puni, vol impuni dans les fabliaux (contribution à l'étude des rapports de la littérature et de la société au xiiie siècle), dans La justice au Moyen Age (sanction ou impunité ?) (Senefiance 16), Aix-en-Provence 1986, 25-41.

30 P. Bancourt, De l'image épique à la représentation historique du musulman dans VEstoire de la Guerre Sainte" d'Ambroise (l'"Estoire" et la "Chanson d'Aspremont") dans Rencesvals Strasbourg, Aix-en-Provence 1987, 223-238.

II. LES ROMANCES DU MOYEN ANGLAIS : GENERALITES

La présente section ne comporte que des titres d'ouvrages que j'ai pu me procurer, soit pour les lire de bout en bout (section II.B), soit pour les consulter sur certains points (section II.A). Elle ne constitue donc en aucune façon une bibliographie de base sur les romances.

II.Α. LIVRES

31 Charles W. Dunn et Edward T. Bymes, Middle English Literature, New York 1973.

32 George Ellis, Specimens of Early English Metrical Romances /./. A New Edition revised by James O. Halliwell, Londres 1848.

33 Boris Ford, The Pelican Guide to English Literature. I. The Age of Chaucer. Reprinted, with revisions, Penguin Books 1959.

34 Walter H. French et Charles B. Hale, Middle English Metrical Romances, New York 1930.

35 A.C. Gibbs, Middle English Romances, Londres 1966.

35a Laura A. Hibbard, Mediaeval Romance in England, A Study of the Sources and Analogues of the Non-cyclic Metrical Romances, New Edition /./, New York 1960.

36 Emile Legouis et Louis Cazamian, A History of English Literature. Revised Edition, reprinted with additional chapters, Londres 1954.

37 J.B. Severs, A Manual of the Writings in Middle English 1050-1500, based upon A Manual of the Writings in Middle English 1050-1400 by John Edwin Wells /./. 1.1. Romances, New Haven (Connecticut) 1967.

II.Β. ETUDES COURTES

38 Albert C. Baugh, Improvisation in the Middle English Romance, dans Proceedings of the American Philosophical Society 103 (1959), 418-454.

39 Albert C. Baugh, The Middle English Romance. Some Questions of Creation, Presentation, and Preservation, dans Speculum 42 (1967), 1-31.

40 A.I. Doyle, The Social Context of medieval English Literature, dans The Age of Chaucer (Bibliog. 33), 85-105.

41 John Finlayson, Definitions of Middle English Romance, dans The Chaucer Review : A Journal of medieval Studies and Literary Criticism 15 ( 1980), 44-62 et 168-181.

42 Wolfgang Iser, Mittelenglische Literatur und romanische Tradition, dans Grundriss der romanischen Literaturen des Mittelalters. 1 : Généralités, directeur Maurice Delbouille, rédacteur Hans U. Gumbrecht, Heidelberg 1972, 304-332.

43 J. Jacquot, Les lettres françaises en Angleterre à la fin du xve siècle, dans Entretiens dArras 17-20 juin 1954. La Renaissance dans les provinces du Nord /./. Etudes réunies par François Lesure, Paris 1956, 71-96.

44 Derek Pearsall, Middle English Romance and ils Audiences, dans Mélanges Johan Gerritsen, Groningue 1985, 37-47.

45 John Speirs, A Survey of medieval Verse, dans The Age of Chaucer (Bibliog. 33), 17-67.

III. " CHARLEMAGNE ROMANCES", CHANSONS FRANÇAISES, GESTE DE FIERABRAS

La présente section, III, ne cite que des ouvrages dont j'ai pu prendre connaissance de bout en bout, et pour cette raison doit faire l'objet de la même mise en garde que la section II. Je continue à prendre le mot romance au sens étroit de romance en vers.

III.A. EDITIONS DE "CHARLEMAGNE ROMANCES", A L'EXCLUSION DE CELLES DU SOWDONE

46 The English Charlemagne Romances. Part. I. "Sir Ferumbras". Edited from the unique paper MS. about 1380 A.D., in the Bodleian Library (Ashmole MS. 33) by Sidney J. Herrtage, Londres 1879 (EETSES 34). (Des Notes and Additions à cette édition sont fournies avec l'édition du Sege off Melayne, Bibliog. 47.)

47 The English Charlemagne Romances. Part. II. "The Sege off Melayne" and "The Romance of Duke Rowland and Sir Oluell of Spayne", /./ with a Fragment of "The Song of Roland" /./ by Sidney J. Herrtage, Londres 1880 (EETSES 35).

48 The English Charlemagne Romances. Part. VI. "The Taill of Rauf Coilyear" (about 1475 A.D.) (from the unique copy of Lekpreuik's edition of 1572) with the Fragments of "Roland and Vernagu" and "Otuel" (from the unique Auchinleck MS., about 1330 A.D.). Re-edited from the originals, with Introduction, Notes, and Glossary, by Sidney J.H. Herrtage, Londres 1882 (EETSES 39).

49 "Firumbras" and "Otuel and Roland". Edited from MS. Brit. Mus. Addit. 37492 by Mary Isabelle O'Sullivan, Londres 1935 (EETSOS 198).

III.Β. EDITIONS DE CHANSONS FRANÇAISES

Les ouvrages sont classés par ordre chronologique de parution.

49a Der Roman von Fierabras, provenzalisch, p. par Immanuel Bekker, Berlin 1829.

50 Otinel. Chanson de geste publiée pour la première fois, d'après les manuscrits de Rome et de Middlehill par François Guessard et H. Michelant, Paris 1859.

51 Fierabras. Chanson de geste publiée pour la première fois d'après les manuscrits de Paris, de Rome et de Londres par A. Krœber et G. Servois, Paris 1860.

52 "La Destruction de Rome" et "Fierabras". MS. Egerton 3028, Musée Britannique, Londres, présentation et édition par Louis Brandin, dans Romania 64 (1938), 18-100.

III.C. EDITIONS DU SOWDONE

53 The English Charlemagne Romances. Part. V. "The Romaunce of The Sowdone of Babylone and of Ferumbras his Sone who conquerede Rome". Re-edited from the unique MS. of the late Sir Thomas Phillipps, with Introduction, Notes, and Glossary, by Emil Hausknecht, Londres 1881 (réimprimé en 1891) (EETSES 38).

Voir Schleich, dans Anglia Anzeiger 5 (1882), 69-73 ; F. Holtausen, Textual Notes, dans Anglia 15 (1893), 200-203.

54 The Romaunce of the Sowdon of Babylone : a Critical Edition, [by] Stephen F. Lappert, "dissertation" de l'université de Pennsylvanie 1975.

III.D. SOMMAIRES ET MORCEAUX CHOISIS DU SOWDONE

55 Dans Ellis (Bibliog. 32), sous le titre de Sir Ferumbras, 379-404.

56Dans French el Hale (Bibliog. 34), 239-284.

III.E. TRAVAUX

57 Dominique Boutet, Le "Fierabras" anglo-normand du manuscrit Egerton 3028 du British Museum : style épique et remaniement, dans Rencesvals Strasbourg, 283-299.

58 Emil Hausknecht, Ueber sprache und quellen des mittelenglischen heldengedichts vom "Sowdan of Babylon", "dissertation", Berlin 1879.

59 Hans-Erich Keller, Le sort de "Fierabras" en Allemagne, dans Rencesvals Strasbourg, 717-735.

60 André de Mandach, La Geste de Fierabras ou le jeu du réel et de l'invraisemblable, ibid., 843-857.

61 André de Mandach, Naissance et développement de la chanson de geste en Europe. V. La Geste de Fierabras. Le jeu du réel et de l'invraisemblable. Avec des textes inédits, Genève 1987.

62 Rudoph Mehnert, Alte und neue Fierabras-Fragen, dans ZRP 60 (1940), 49-62.

63 Gaston Paris, The English Charlemagne Romances, dans Romania 11 (1882), 149-153.

64 Hamilton M. Smyser, The "Sowdon of Babylon" and its author, dans Harvard Studies and Notes in Philology and Literature 13 (1931), 185-218.

Voir le compte rendu d'Everett dans The Year's Work in English Studies 12 (1931), 106-108.

65 Hamilton H. Smyser, A new manuscript of the "Destruction de Rome" and "Fierabras", dans Harvard Studies and Notes in Philology and Literature 14 (1932), 339-349.

66 Hamilton H. Smyser, Charlemagne Legends. I, The Firumbras Group et II, The Otinel (Otuel) Group, dans Severs (Bibliog. 37), 80-94 (texte) et 258-265 (bibliographie).

67 Table ronde sur la geste de Fierabras, avec Luciano Formisano, Hans-Erich Keller, Marc Le Person, André de Mandach, Elio Melli, Eve-Marie Roth, dans Rencesvals Strasbourg, 1209-1251.

IV. EXOTISME, "GEOGRAPHIE", SARRASINS

Les sections IV.A et IV.B appellent respectivement les mêmes mises en garde que les sections II.A et II.B.

IV.A. AUTEURS ANCIENS ET MEDIEVAUX

68 Hérodote, [L'enquête]. Texte présenté, traduit et annoté par A. Barguet, dans Historiens grecs. I. Hérodote, Thucydide, 1964 ("Bibliothèque de la Pléiade" 176).

69 Honorius d'Autun, De imagine mundi, dans la Patrologie de J.-P. Migne, t. 172, Paris 1895, 115-187.

70 Jacques de Vitry, Historia hierosolymitana, dans Jacobi de Vitriaco /./ Libri duo. Quorum prior orientalis sive hierosolymitanae ; Aller, occidentalis Historiae nomine inscribitur /./. Douai 1597 (coté 3° 12164 à la Bibliothèque Méjanes).

71 Vincent de Beauvais, Speculum Historiale, incunable coté G 1743 à la Bibliothèque Méjanes.

72 Brunetto Latini, Li Livres dou Tresor, édition critique par Francis J. Carmody, Berkeley et Los Angeles 1948.

73 Mandeville, dans Mandeville's Travels. Texts and Translations by Malcolm Letts, 2 vol., Londres 1953.

IV.B. TRAVAUX MODERNES

74 Pierre-Yves Badel, Lire la merveille selon Marco Polo, dans Revue des sciences humaines 183 (1981), 7-16.

75 Paul Bancourt, Les musulmans dans les chansons de geste du Cycle du roi, Aix-en-Provence 1982 (= Bibliog. 19).

76 Annie Cazenave, L'exotisme au temps d'Albert le Grand, dans Miscellanea Mediaevalia, Veröffentlichungen des Thomas-Instituts der Universität zu Köln, Bd 14, Albert der Grosse /./, Berlin-New York 1981, 141-154.

77 Norman Daniel, Heroes and Saracens : A Reinterpretation of the Chansons de Geste, Edinburgh University Press 1984.

78 Dorothée Metlitzki, The Matter of Araby in medieval England, New Haven (Connecticut) et Londres 1977.

79 Arié Serper, Sarrasins et chansons de geste, dans Rencesvals Padoue, Modène 1984, 179-183.

80 Ray C. Stoker, Geographical Lore in the Middle English Metrical Romances, "dissertation" de l'université de Stanford 1929.

V. TITRES CITES EN ABREGES

Chaucer Robinson = The Complete Works of Geoffrey Chaucer, ed. by F.N. Robinson, Second éd., Londres-Oxford 1974.

EETSES = Early English Text Society, Extra Series.

EETSOS = Early English Text Society, Original Series.

FEW = W. von Wartburg, Französisches etymologisches Wörterbuch, Tubingen puis Bâle 1922 sqq.

Fierabras APF = Bibliog. 51.

Flutre = L.F. Flutre, Table des noms propres avec toutes leurs variantes figurant dans les romans du moyen âge écrits en français ou en provençal /./, Poitiers 1962.

Gdf = F. Godefroy, Dictionnaire de l'ancienne langue française /./, 10 vol., Paris 1880-1902.

Knight's Tale = partie de Chaucer Robinson, q. v.

Kurath = Middle English Dictionary, éd. par H. Kurath et al., Ann Arbour 1954 sqq.

Langlois = E. Langlois, Table des noms propres /./ compris dans les chansons de geste imprimées, Paris 1904.

Mandeville = Bibliog. 73.

Moisan = A. Moisan, Répertoire des noms propres /./ cités dans les chansons de geste françaises et les œuvres étrangères dérivées, 2t. en 5 vol., Genève 1986.

Otinel APF = Bibliog. 50.

Rencesvals Aix = Société Rencesvals /./, VIe Congrès International, /./. Actes, Aix-en-Provence 1974.

Rencesvals Padoue = Essor et fortune de la chanson de geste /./. Actes du IXe Congrès International de la Société Rencesvals /./, 2 vol., Modène 1984.

Rencesvals Strasbourg =- Xe Congrès International de la Société Rencesvals /./. Au carrefour des routes d'Europe /./, 2 vol., Aix-en-Provence 1987.

RHCocc. = Recueil des Historiens des Croisades, historiens occidentaux.

Sir Ferumbras = Bibliog. 46.

Sowdone - Bibliog. 54.

Sowdone, éd. Hausknecht = Bibliog. 53.

TL = A. Tobler et E. Lommatzsch, Altfranzösisches Wörterbuch, 1925 sqq.

West = G.D. West, An Index of proper names in French Arthurian Verse Romances /./, Toronto 1969.

ZRP = Zeitschrift für romanische Philologie.

Notes

1 Voir les numéros 1 à 30 de la Bibliographie.

2 Cf. Baugh, Bibliog. 39, 2.

3 Cf. Finlayson, Bibliog. 41, 47 et 61, où il s'appuie sur les dénombrements de R. Hoops.

4 Notamment Baugh, Bibliog. 38 et 39 et Finlayson, Bibliog. 41.

5 Cf. Baugh, Bibliog. 39, 23-24.

6 Sir Ferumbras (Bibliog. 46), qui change de mètre au v. 3411, constitue une exception notable.

7 "Basically a romance is a story of adventure generally involving a considérable amount of armed combat. Love may or may not be an ingrédient." Baugh, Bibliog. 39, 1-2.

8 Finlayson, Bibliog. 41, 45. Naturellement, la critique s'est ingéniée à définir l'essence du romance : l'article de Finlayson, Definitions of Middle English Romance (Bibliog. 41) est un bon exemple de ce type d'exercice ; voir aussi la bibliographie qui y est rassemblée. Sur les romances, consulter les p. 589-590 du Cambridge Guide to English Literature de Michael Stapleton (1983) ainsi que l'indispensable Manual de Severs (Bibliog. 37), l'anthologie de French et Hale (Bibliog. 34), excellente, les belles monographies de L.A. Hibbard (Bibliog. 35a).

9 Pour Gui et Beues, voir Metlitzki, Bibliog., 78, 195 sqq. ; pour Richard, voir Baugh, Bibliog. 39, 13 ; pour Partonope, voir Daniel, Bibliog. 77, 247.

10 Fait exception Sir Ferumbras mentionné à la note 6.

11 Voir French et Hale, Bibliog. 34, 9-10.

12 Cf. Legouis, Bibliog. 36, 87 ; Smyser, Bibliog. 66, 80 ; Finlayson, Bibliog. 41, 51. Le développement de la littérature en moyen anglais est replacé par Doyle dans son contexte linguistique, culturel et social de façon remarquablement claire et élégante (Bibliog. 40).

13 Mais cf. M. Rossi, Bibliog. 27, 254 : le choix des pays étrangers de transposer le cycle de Charlemagne de préférence aux autres cycles épiques français "s'explique par l'importance de la figure historique de Charlemagne, les traces et les souvenirs de son activité et de ses exploits conservés dans toute l'Europe".

14 Cf. Roland refusant d'aller au combat parce que Charlemagne a vanté les qualités guerrières des anciens et non des jeunes, et se prenant violemment de querelle avec lui : Fierabras APF, v. 143 sqq.. Sir Ferumbras, v. 142 sqq., Sowdone, v. 1079 sqq.

15 Cf. Fierabras APF, p. 148, 152, 154.

16 Musulmans, parce qu'en définitive, ce qui caractérise les Sarrasins épiques, c'est leur religion, si extravagante qu'en soit la description. Cette idée est aussi une des lignes de force de la belle étude de N. Daniel, Heroes and Saracens (Bibliog. 77).

17 Traduction du Fierabras de Jean Bagnyon, voir Smyser dans le Manual de Severs (Bibliog. 37), 86-87 ; éd. par S. J. Heritage, Londres 1880-81 (EETSES 36, 37).

18 Ed. par O. Richardson, Londres 1884-85 (EETSES 44, 45).

19 Traduit par Sir John Bourchier, Lord Berners ; éd. par S. Lee, Londres 1882-87 (EETSES 40, 41, 43, 50).

20 La présente description suit Smyser (Bibliog. 66).

21 Bibliog. 48. En écrivant ce titre et en transcrivant les textes écrits en moyen anglais, je procède à quelques aménagements graphiques, parce qu'il y a en moyen anglais "deux lectres plus quil ny a en la. b. c, cest assauoir 3 et 5" (Mandeville, Bibliog. 73, p. 309), absentes de ma machine.

22 Bibliog. 47.

23 Voir Bibliog. 63, 152.

24 Les plus anciens sont Roland and Vernagu, Otuel and Roland et Otuel, qui ne peuvent avoir été composés après 1330-1340 (cf. Smyser, Bibliog. 66).

25 Voir Smyser, Bibliog. 66.

26 Bibliog. 27, 254.

27 Cf. Roland and Vernagu, v. 629 sqq. et opposer la sobriété du Pseudo-Turpin, misit lapidem ad caput eius, vt libentius dormiret : texte donné dans Rauf (Bibliog. 48), p. xix.

28 Cf. Sir Ferumbras, v. 2229 sqq. ; Sowdone, 1997 sqq. et comparer avec Fierabras APF, p. 88-89.

29 "Il le jeta dans le feu brûlant. En vérité, il reçut un bien beau horion ! Et avec une fourchette à rôtir, il le maintint au sol, jusqu'à ce qu'il fût complètement réduit en charbons." (Sowdone 2015- 18.)

30 Voir Bibliog. 26.

31 Railleries d'Otuel à l'adresse de Charlemagne dans Otuel and Roland (Bibliog. 49), 162-168 ; comparer Otinel APF, p. 8 ; "Jamès pucelle n'aura de vos envie, Ainz garderez ceste herbergirie K'escufle i entre ne comeile ne pie." Il conviendrait naturellement de comparer les romances d'Otuel avec le manuscrit anglo-normand d'Otinel.

32 P. Bancourt, Bibliog. 19, 83.

33 Ibid.

34 V. 1250 sqq. On insiste sur la largeur des yeux, du nez, des épaules, la forme repoussante des sourcils, du nez, du menton, les dents noires, le cou jaune ; et "c'était un glouton à nourrir" !

35 Bibliog. 48, v. 473-480. Noter les chiffres : il a quarante pieds de haut, son visage a quatre pieds de large, ses épaules, quinze pieds, son nez, plus d'un pied.

36 Sowdone 2193-2200. "Ce géant avait un long corps, une tête comme d'un léopard (ou peut-être d'un lézard, suggère Lappert) ; en outre, il avait une force démoniaque ; sa peau était noire et dure. Il était natif d'Ethiopie, de la race des 'Ascoparts' ; il avait des défenses comme un sanglier, et une tête comme un léopard (ou un lézard)." Sur les géants dans les romances, voir D. Metlitzki, Bibliog. 78, 192 sqq. et P. Bancourt, Bibliog. 19, 64-65, sur les géants dans les chansons de geste.

37 Cf., à propos d'Otuel : Hit was the boldesle sarazin That euere thorte drinke win, "C'était le plus hardi Sarrasin qui ait jamais dû boire de vin", Otuel (Bibliog. 48), 103-104 ou Balan faisant serment de ne boire "whit wyn ne red" de la journée avant d'avoir pendu ses ennemis (Sir Ferumbras 1972). Comparer P. Bancourt, Bibliog. 19, 442-3 et N. Daniel, Bibliog. 77, 50-51.

38 Je reproduis les graphies du Sowdone.

39 C'est ce que fait souvent l'irascible Laban du Sowdone, tout comme l'"amirant" de Fierabras APF.

40 Le terme est utilisé dans le colophon (mais non, toutefois, dans le corps du texte).

41 Cf. les extraits donnés en fin d'article.

42 Smyser, Bibliog. 65, et Lappert, Bibliog. 54, 33 sqq. Incidemment, puisque le texte du Sowdone est beaucoup plus proche de la version Egerton que de celle de Fierabras APF, j'avais tort (dans Senefiance 24, p. 638-9) de rechercher des "grene helms" dans le Sowdone sur la foi des "verts heaumes" que l'on trouve en abondance dans Fierabras APF, car il convenait de comparer Sowdone et Egerton, et cette dernière version ne comporte pas une seule occurrence du syntagme "vert heaume".

43 Mais le degré de parenté entre Egerton et Sowdone reste à définir. Pour Smyser, Bibliog. 65, ils ont tous deux une source commune. Lappert, Bibliog. 54, 36, est plus nuancé : "It is more likely that bofh are descended from a common original than that there is a direct connection between them." D. Boulet affirme, sans preuve, que le Sowdone "semble bien être une traduction" de la version Egerton (Bibliog. 57, 295). Lappert a des remarques importantes sur "an interesting correspondence in the two manuscripts in the placing of the capitals" (Bibliog. 54, 36).

44 J'emprunte ces termes à D. Boutet, Bibliog. 57, 295.

45 Cf. D. Boutet, Bibliog. 57.

46 Cf. Smyser, Bibliog. 64.

47 Cf. Smyser, Bibliog. 64, 205-208 et Hausknecht, Bibliog. 53, xlvi. Mais le fait que Floripas, dans le Sowdone, se rende dans son jardin To geder Floures in morne colde (éd. Hausknecht, v. 1553), et de là entende les gémissements des prisonniers, n'est peut-être pas une imitation de Chaucer, contrairement à ce que pense Smyser, Bibliog. 64, 207, car la même situation, absente de Fierabras APF, se trouve dans Egerton, v. 540 sqq. et 583 sqq. de l'éd. Brandin (Bibliog. 52) ; cf. du reste Smyser, Bibliog. 66, 83.

48 Il faudrait peut-être ajouter l'italien, qui, par exemple, faisait partie des langues pratiquées par Chaucer.

49 Sir Ferumbras (Bibliog. 46) est meilleur et même "the best" des "Charlemagne romances" selon Baugh, Bibliog. 39, 8. Mais la qualité de l'attention dévolue au Sowdone est grande : les éditions de Hausknecht et de Lappert sont bonnes (Bibliog. 53 et 54 ; je n'ai pas pris connaissance de l'éd. du Roxburghe Club, donnée en 1854) ; les études de Hausknecht et de Smyser et les comptes rendus de l'éd. Hausknecht sont très sérieux (voir Bibliog. 58, 64 à 66, 53).

50 Les teintes des Sarrasins ne font pas partie des traits que j'ai définis comme singuliers. En effet, si les couleurs bloo et yolowe (Sowdone 983, = a. f. bloi et "jaunes") n'apparaissent pas dans Egerton (pas plus que dans Fierabras APF), et si, sauf erreur, elles ne sont pas relevées par P. Bancourt, Bibliog. 19, il n'en reste pas moins qu'elles sont associées dans d'autres "Charlemagne romances" : cf. le vers précédent l'appel de la note 34. Blo, "sombre", qualifie encore d'autres Sarrasins dans l'article blo du Kurath.

51 Voir respectivement Bibliog. 64, 209, Bibliog. 65, 349, Bibliog. 66, 84.

52 Cf. Bibliog. 54, 359.

53 Numéros 68 à 73 de la Bibliographie. Un grand merci à Christiane Deluz de m'avoir fourni ces références dans une bonne lettre qui mentionne encore d'autres choses, que je n'ai pu consulter : Vincent de Beauvais, Speculum Historiale II, 92-93 et "Speculum Naturale XXXI, 118-132" ; Image du monde de maître Gossouin, éd. O.H. Prior, Lausanne 1913, 109-124, Thomas de Cantimpré, Liber de monstruosis hominibus Terrae Orientis, éd. A. Hilka (1933), 153-165. Une personne sérieuse n'omettrait pas l'Histoire Naturelle de Pline et les Etymologies d'Isidore.

54 J'ai travaillé Hérodote, le Livres dou Tresor et Mandeville grâce aux index, excellents, des éditions ; en outre, j'ai lu les chapitres de "géographie" du Livres dou Tresor (I, chap. 121 à 124) et toute la version Egerton de Mandeville ; d'Honorius d'Autun, j'ai lu les col. 121 à 150 ; de Jacques de Vitry, les chapitres 80, 88, 89, 92 ; de Vincent de Beauvais, les chap. 87 et 88 du Speculum Historiale I. Pour les éd., voir numéros 68 à 73 de la Bibliographie.

55 Cf. par exemple les vers 977 sqq. cités en fin d'article.

56 Tout à fait abusivement, je considère comme familier un nom propre du Sowdone s'il figure aussi dans le MS Egerton anglo-normand ; c'est ce qui se produit pour Barroke, femme de géant, correspondant à Barac d'Egerton et substitué à Amiete de Fierabras APF : cf. Moisan (peu commode en l'occurrence) I, s. v. Barac et Amiete, et II, 3 s. v. Amiette ; sur ce nom, voir A. de Mandach, Bibliog. 61, 51 et Smyser, Bibliog. 64, 201.

57 Gallopes, Marsedage et Cramadas sont placés à l'intérieur du vers.

58 Sur ces trois auteurs, voir respectivement Bibliog. 68, 72, 73.

59 Selon le Professeur Crépin, de l'Université de la Sorbonne, et que je tiens à remercier, la critique anglo-saxonne ne disposerait pas d'ouvrage de ce type, du moins au début de l'année 1988.

60 Cf. Pierre-Yves Badel, Bibliographie 74, 14.

61 Voir, dans la thèse de P. Bancourt (Bibliog. 19), la section intitulée "Les cris de guerre et la transmission du commandement", p. 993-996.

62 Voir P. Bancourt, Bibliographie 18, 33.

63 La Chanson d'Antioche, éd. Suzanne Duparc-Quioc, 2 vol., Paris 1977-78, v. 6306 : exemple retrouvé à partir de P. Bancourt, Bibliog. 18, n. 44 p. 39, qui explique que aride, cri des Sarrasins, est une "altération de l'arabe arir" ; à ce scrupuleux souci de couleur locale, opposer la fantaisie d'Otuel and Roland (Bibliog. 49) : "Mahoun joye !" s'écrie le Sarrasin qui vient de renverser Roland (v. 823).

64 Cf. Raoul de Caen, "Allachibar, quod infidelitas orando exclamat", dans RHCocc. ΠΙ, 636 (Allachibar, c'est Allah akbar, "Dieu est grand") ; cf. encore Histoire anonyme de la première croisade, éd. Louis Bréhier, Paris 1964, 44, et le fidèle plagiaire de l'Anonyme, Tudebode, dans RHCocc. III, 25. Ces deux derniers passages sont signalés par P. Bancourt, Bibliog. 18, n. 34 p. 39. Sur les cris des Sarrasins, notre collègue est une mine, mais qu'il me pardonne de relever un détail : contrairement à ce qu'il affirme dans sa thèse (Bibliog. 19), p. 995, ce ne sont pas les "Turcs", mais bien les croisés qui, dans le récit que Robert le Moine met dans la bouche de Soliman, "vociferant et strident dentibus et aerem clamoribus implent" (voir RHCocc. III, 765).

65 Voir par exemple Mandeville, Bibliog. 73, 48, 93, 101.

66 Voir notes 53 et 54.

67 Le "Jeu de saint Nicolas" de Jehan Bodel /./ par Albert Henry, troisième éd. remaniée, Bruxelles 1981, v. 1512 sqq. ; la note au v. 1512 fournit une bibliographie sur l'utilisation stylistique des langues étrangères.

68 Respectivement, Katarina Kalova, Denis Gril, Robert Demerguerian, et Reza Houshiargan pour les deux dernières langues.

69 Cf. note 54.

70 Sur ces deux animaux, voir Mandeville, p. 202-3 (texte d'Egerton) et 396 (texte de Paris) ; selon Letts, ibid., p. 202-3, Mandeville suit Vincent de Beauvais, Speculum Naturale ΧIΧ, 19 et 6.

71 Vois infra, note au v. 986 de ma traduction. Toutefois, le texte de Paris de Mandeville lui prête une taille assez grosse, "comme cheuriaux sauuages" (p. 396) ; le texte d'Egerton le compare plus justement à un rat.

72 Cf. infra, note au vers 986 de ma traduction.

73 Mes investigations chez les lexicographes se bornent aux articles camelion de TL, cameleon de Gdf, camelioun du Kurath, girafe de TL, hirable de Gdf, antelope de l'OED et du Kurath, antelu ("antilope") de TL et "antilope" de Gdf. Rien à "creuser" de tout cela, sauf peut-être l'attestation de "Trev. Barth." donnée par le Kurath, "that beeste that hatte Camelion" ; je ne me suis pas reportée à ce texte.

74 Bibliog. 68, IV, 183.

75 Hist. nat., éd. Lemaire, t. 2 (Paris 1828), 727.

76 Cf. Stoker, Bibliog. 80, 26 pour ces deux auteurs.

77 Bibliog. 77, 1, chap. 88.

78 Cf. Bibliog. 73, 137, 340.

79 Bibliog. 73, 345 ; cf. le texte anglais, d'Egerton, p. 144.

80 Chez les lexicographes, j'ai lu les articles commençant par serp- dans Gdf et TL et les art. adder, snake el serpent de l'OED. A partir de cela, on remonte seulement jusqu'au motif, bien différent, du serpent nourriture de jouvence tant pour l'homme que pour le cerf ; cf. OED, art. snake, et Clef d'amors, éd. A. Doutrepont (Halle 1890), p. xv, à rapprocher de Jacques de Vitry, Bibliog. 70, p. 218.

81 Encore une fois, le recours aux lexicographes ne m'a rien apporté, et je n'ai pas trouvé de buveurs de sang à partir des articles consacrés à blod par le Kurath et à "sang" par Godefroy et TL.

82 Cf. D. Régnier-Bohler, dans la Rev. des sciences humaines 183 (1981), 120.

83 Ed. Barguet (Bibliog. 68), III, 11 et IV, 70 ; je note au passage que le mot "sang" manque à l'index de cette éd., inexpliquablement, car s'y trouvent par ex. lait, miel, huile et vin.

84 Il s'agit surtout de sang de cheval. Cf. Stace, Achilléide I, 307 et la note de l'éd. Lemaire, t. 3 des Œuvres de Stace (Paris 1827), 519-520, ainsi que les notes aux v. 921-2 de la Descriptio Orbis Terrae d'Avienus au t. 5 de l'éd. Lemaire des Poet. lat. min. (Paris 1825), 277.

85 V. 2449 de l'éd. J. Couraye du Parc, Paris 1884.

86 Bibliog. 70, 218.

87 Bibliog. 73, 137.

88 Mais on notera que je n'ai fait qu'un usage restreint des dictionnaires, en particulier de ceux de latin médiéval.

89 Encore ai-je cru devoir montrer que la présence de ces trois traits n'est pas absolument sûre ; elle est néanmoins très vraisemblable : cf. le passage compris entre l'appel des notes 50 et 51.

90 Cf. Metlitzki, Bibliog. 78, 210 sqq. et les article oile et honi du Kurath.

91 Hérodote, Bibliog. 68, III, 23, IV, 186, 1, 216.

92 Ibid., Π, 40.

93 Speculum Historiale (Bibliog. 71) I, 88.

94 Cf. Bibliog. 73, 171, 173, 189, 199, 369, 371.

95 Ibid., 123, 327.

96 Ainsi dans le texte d'Egerton : p. 137, sang et serpents comme nourriture ; p. 201, peuple buveur de lait ; p. 202, girafe ; p. 203, caméléon ; p. 144, peuple mangeur de serpents, offrande de viandes fumantes à des idoles (Bibliog. 73).

97 Cf. Letts, Bibliog. 73, p. xxxii sqq., lxi.

98 Cf. ibid., p. xxix el xxxvii sqq.

99 Avant de passer à cette partie, je dois signaler que je n'ai pu prendre connaissance de l'article de S. Tonguc, The Saracens in the Middle English Charlemagne romances, publié à Istanbul dans le n° 5 de la revue Litera (cf. Smyser, Bibliog. 66, 259). Par ailleurs, je remercie R.A. Abemethy, "assistant librarian" à l'université de Durham, d'avoir bien voulu m'informer que la "dissertation" de J.D. Bumley, appelée dans Klapp 8, item 1127, An investigation of the differences in ideas and emphases in five Middle English romances and the Old French versions of the same subjects ne porte sur aucun "Charlemagne romance".

100 Cf. notes 73, 81, 90.

101 Ce fut vraiment celui que je consultai le dernier : en février 1988, il se trouvait dans un fascicule assez difficile à obtenir à la Bibliothèque Nationale.

102 Cf. note 90.

103 Voir le passage suivant l'appel de la note 47.

104 Smyser, Bibliog. 64, 207.

105 Cf. note 47.

106 V. 1982 et 2441.

107 Cf. l'article armipotent du Kurath et la note de Hausknecht au v. 939 de son éd. du Sowdone (Bibliog. 53).

108 Respectivement Hausknecht, Bibliog. 53, p. xlvi et Lappert, Bibliog. 54, p. 18.

109 Cf. Moisan I, 2, p. 787 el II, 3, p. 516, où il convient de rectifier l'identification de Platoun dans "Ot2" (Otuel and Roland, Bibliog. 49) : il ne s'agit pas du "philosophe grec", mais bel et bien du dieu sarrasin.

110 Voir Metlitzki, Bibliog. 78, 206 sqq., Daniel, Bibliog. 77, 137 sqq., 297 sqq., Bancourt, Bibliog. 19, 397.

111 Bancourt, Bibliog. 19, 356 ; cf. aussi Moisan II, 3, p. 452, article Mars (où il faut lire "DRo 4" au lieu de "DRo 3").

112 Cf. note 106.

113 V. 974, 1747, 1969.

114 v. 2373-2420.

115 Le Sowdone s'adresse au dieu en lui "faisant [sa] complainte" (makande my moone 1010), Arcite évoque sa "peine" (Knight's Tale 2382 sqq.).

116 Sowdone 1022 ; Knight's Tale 2420.

117 Ο est une simple omission du rubricateur : cf. Sowdone p. 139.

118 Ce vers signifie "qui as fait ton trône dans the trende baye" ; trende est un hapax selon l'OED, et baye ne se retrouve ni dans le Knight's Tale ni dans l'ensemble de Chaucer (à consulter la Concordance de Chaucer publiée par J.S.P. Tatlock et A.G. Kennedy, Washington 1927). En utilisant les articles trende de l'OED et bai du Kurath, on aboutit pour trende baye à quelque chose comme "chapelle arrondie" ou "porche voûté". A moins que baye soit à prendre au sens géographique, et que nous ayons encore un écho du Knight's Tale : dounward from an hille, under a bente, Ther stood the temple of Mars (1981 -2). On notera l'article défini the du Sowdone.

119 Knight's Tale 2953.

120 Le Knight's Tale adapte librement le Teseida : voir Chaucer Robinson, p. 669 sqq.

121 Teseida XI, 37 et XI, 51 ; je cite d'après le t. 9 des Opere volgari de Boccace éd. par Ignazio Moutier, Florence 1831, sous le titre de La Teseide qu'adoptait alors la critique.

122 Thébaïde, chant VI. Mars armipotent de Chaucer provient du Teseida VII, 32 (Iddio Armipotente), où l'épithète est empruntée à Stace (Thébaïde III, 344, VII, 78 : cf. éd. J.A. Amar et N.E. Lemaire, Paris 1825-27).

123 Voici encore un pavé d'érudition. Ensuite, c'en sera fait de la lourdeur. Hausknecht, Smyser et Lappert citent à eux trois (Bibliog. 53, 64 à 66, 54) d'autres titres de Chaucer dont des passages sont à rapprocher du Sowdone : le General Prologue des Canterbury Tales, Anelida and Arcite, Troilus and Criseyde. J'ai lu ces pièces (dans l'éd. Chaucer Robinson) : elles ne présentent rien qui rappelle les traits singuliers de nos Sarrasins. Je laisse également de côté la discussion, pourtant importante, concernant l'ordre des v. 940-1929 de l'éd. Lappert : voir Lappert, Bibliog. 54, 38 sqq. et Smyser, Bibliog. 64, 203 sqq.

124 688 biel. Picardisme suspect : le passage ne renferme aucune autre forme dialectale. On pourrait corriger r. doz (épithète de remplissage, notons-le) miel et lait Qui ne lor savoit mie lait.

125 983 blake as more. Démarquage de l'expression noir come more ("noir comme une mûre"), très fréquente en ancien français, mais, semble-t-il, souvent interprétée comme signifiant "noir comme Maure" par les adaptateurs anglais, lesquels traduisent aussi, plus correctement, blak as (a) bery : voir M.-Cl. Blanchet dans Mélanges J. Lods, Paris 1978, 83. L'OED ne relève more signifiant "mûre" que dans le composé more-tree, "mûrier" ; je n'ai pas eu accès aux parties du Kurath traitant les entrées commençant par mo- et ne sais si elles ont paru.

126 986 antilope. Cet exemple manque aux articles antelope du Kurath et de l'OED. En moyen anglais, le mol désigne non ce que nous entendons par "antilope", mais ce qui correspond à l'antelu de Brunetto Latini : une "trés fiere beste" armée de cornes "grans et a maniere de sie", comme la décrit le Livres dou Tresor (Bibliog. 72) I, chap. 175.
camalyone. Comme le notait Ellis (d'après Lappeit, Bibliog. 54, p. 372), "the blood of a cameleon would go very little way towards satisfying a thirsty Saracen", et il faut comprendre ici, "probably", le "camelopardalis", c'est-à-dire la girafe. Cf. Wycliffe (cité ibid.) : "Camelioun, that is, a beeste lijk in the heed to a camel, and hath white spottis in the bodi as a parde, and is lijk an hors in the necke, and in the feet is lijc a wilde oxe." En ancien français, comme aussi parfois en moyen anglais, camelion signifie "caméléon" ; la traduction camcliepart s'inspire de l'article camelopardus du FEW.

127 2270 Le sujet du verbe est Laban (le Soudan). Florie est une épithète purement ornementale appelée par la rime ; le texte anglais ne comporte rien de tel.

128 2273-75 Littéralement "Et exécuta le chant funèbre du Coran qui est la bible de leur religion, et chacun pleura sa mort".

Auteur

Université de Provence (Aix-Marseille I)

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter