Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’étranger à l’étrange ou la conjointure de la merveille

Étranges sarrasins : le luxe et l'exοtisme dans le Willehalm de Wolfram

Jean-Marc Pastré

Texte intégral

  • 1 Nous citerons le Willehalm d'après Lachmann, la Bataille d'Aliscans d'après Guessard, Paris, 1870, (...)
  • 2 voir P. Bancourt, Les musulmans dans les chansons de geste du cycle du roi, Aix-Marseille, 1982, p (...)
  • 3 Willehalm 17,24-25 ; 29,22-23 ; 360,5-9 ; 400,15-22 ; 427,1-3. Rasche, v. 450 d e f.
  • 4 op. cit., p. 997.
  • 5 Wi : 41, 4-9 : troupes de Gorhant, traduction de Rasche 78-79 : "Si durement vient entre'aus glati (...)
  • 6 Wi. 35, 10-36, 4 et 351, 15-17. Voir P. Bancourt, op. cit., pp. 64-66 et 74-75 ; Roland, v. 890 et (...)

1Chez Wolfram tout autant que dans la geste française, les troupes sarrasines étonnent. Parmi les traits qui caractérisent leur apparence, Wolfram dut d'abord se sentir obligé de conserver tant soit peu le motif de la frayeur que doit inspirer aux Chrétiens d'Aliscans1 l'aspect parfois terrifiant des troupes ennemies. Dès qu'ils s'en approchent, les Sarrasins surprennent ainsi les Chrétiens par l'étourdissant vacarme des buisines, des tambours, des trompettes et parfois des timbales2 qui viennent littéralement submerger l'armée des Chrétiens3. Wolfram notait là l'exotisme des troupes sarrasines, qui étaient à peu près les seules, comme le notait Paul Bancourt, à se servir de tambour4. Wolfram ajoute en la matière sa note personnelle : il signale en effet qu'à bon droit le roi Cernubile fait sonner la charge par mille tambours et huit cents trompettes ; on sait encore à Thusi, dit-il, le royaume de Cernubile (360, 10-12), que la trompette y fut justement inventée. Mais les Chrétiens sont encore plus ébranlés par les vociférations des Sarrasins : Wolfram reprend le trait de sa source et conserve l'emphase toute épique par laquelle les cris et les fanfares guerrières font trembler roches et racines et déchaînent les eaux de la mer5. Objets de surprise encore, les troupes cornues de Gorhant, proches d'une animalité primitive, ont le cuir vert -et non plus noir comme dans la source-, courent comme des bêtes et glapissent comme chiens ou vaches, ce que Wolfram emprunte peut-être à la Chanson de Roland6. Mal armées pour la bataille, les troupes de Gorhant sont aisément décimées par Willehalm dont l'épée traverse cette peau de corne et s'enfonce jusqu'à la moëlle (41,17-19).

  • 7 Rasche, v. 5158, 5181, Rolin, v. 358.

2Si chez Wolfram les Sarrasins émerveillent, c'est à vrai dire bien plus pour le luxe et l'exotisme qu'ils étalent, bien souvent à leurs dépens, dans leurs armures et leurs vêtures. Au premier abord, les chefs chrétiens et sarrasins ne semblent pas se distinguer les uns des autres par leur armure. Wolfram mentionne certes ainsi le haubert pour Bernart de Burbant et pour Heinrich (406, 6ss), mais il le fait tout autant pour Terramêr (360,11-18), pour son fils Tybalt (366,4) et pour le roi Oukîn (422, 15ss). Wolfram néanmoins prend soin de montrer ce qui fait la force des uns et la faiblesse des autres : seul Bernart porte un haubert doublier, ce qui le sauve des coups du roi Cliboris (410,17-22), alors qu'en Aliscans Bau-dus en possède un tout comme Vivien7. A l'inverse du Rolandslied des années 1170, où les troupes sarrasines de Targis ont même un haubert "treslis" (v. 4659-64), cette pièce de l'armure se révèle à l'usage plus robuste et plus efficace chez les Chrétiens du Willehalm que chez les Musulmans, à preuve encore l'équipement si complet d'Oukîn, que Willehalm parvient pourtant à occir d'un coup d'épée.

  • 8 Wi. 366, 4-15 : Tybalt ; une étoffe de salamandre recouvre l'écu et la cotte de mailles ; 125, 8 : (...)
  • 9 Wi. 425, 25-426, 30. Rasche, v. 5997-99 : "D'un grant luiton ot endossé la pel/Et si avoit en son (...)

3Il en va de même pour les écus. Seuls sont notés ceux des rois sarrasins, soit pour leur richesse8 soit pour leur efficacité, due alors, comme dans la geste française, aux peaux de bêtes dont ils sont faits. Wolfram reprend ainsi de sa source la peau de dragon du bouclier de Purrel9, lequel devient, par la magie de l'exotisme, invincible : Rennewart ne peut donc que l'assommer (429, 27-430, 3), alors que Rainouart le tue dans Aliscans. Ici comme souvent dans la geste, seule la surnature fait la force du Sarrasin. Parmi les Chrétiens, seul Vivîanz possède un riche bouclier. Comme dans l'Erec de Hartmann (v. 2285-2319), son écu a les lanières garnies de pierres précieuses. Or c'est encore là la manière sarrasine, puisque cet écu lui fut offert par Gyburg, laquelle commit sans doute l'imprudence de l'envoyer dans ce trop brillant appareil à la bataille (59, 30-60, 14). Luxe inutile et magie exotique, tels sont bien en effet les deux pôles autour desquels tourne l'évocation des Sarrasins chez Wolfram.

  • 10 P. Bancourt, op. cit., p. 929.
  • 11 v. 2543-45 : offert à Ganelon par Clibosis ; v. 4304, 4599. Veldeke, Eneide, v. 5697-5724 : heaume (...)

4Tout comme les troupes de Floriadès, qui dans la Chanson d'Aspremont n'ont ni brognes ni hauberts10, les troupes de Halzebier sont très légèrement armées : pas un pour cent des combattants n'a d'armure ; tous, malgré la splendeur de leurs habits, seront abominablement massacrés et serviront aux chevaux de sanglant tapis (20, 13-17). Wolfram souligne donc dès les premiers paragraphes du Willehalm l'inadéquation tragique de Sarrasins pourvus dans un dur combat d'un simple turban haut et blanc comme neige. Les troupes sarrasines étonnent par contre les Chrétiens par leur luxe insolite. Ce sont les troupes d'Arestemeiz et de Haropin, parées de merveilles pour qui aurait le loisir de les admirer, couvertes de cadeaux de leurs amies (423, 6-9), ce sont surtout les troupes de Poydjus, petit-fils de Terramêr, symbole d'une richesse inouïe due aux rivières issues du Caucase qui regorgent de gemmes tout autant que les montagnes de son royaume regorgent d'or (377, 12-22). Wolfram d'ailleurs ne condamne pas cette richesse étonnante, pour peu que la vaillance l'accompagne (378,1-8). C'est aussi l'armure du roi Poufameiz d'Ingulîe, toute garnie de pierres précieuses (55,15-21), ou encore le heaume étincelant du roi Noüpatris surmonté d'une couronne de rubis (22,19-29). Wolfram avait certes pu rencontrer quelques notations de ce genre dans Aliscans, mais il les multiplie et les développe à plaisir. Cernubile, Poydjus, Josweiz, les grands parmi les Sarrasins ont tous de superbes heaumes, à l'instar sans doute aussi du Rolandslied11 et de l'Eneide de Veldeke, manière toute sarrasine puisque Gyburg ne trouvera rien de mieux que d'offrir à Rennewart pour armure celle du roi Synagun, dont le heaume est garni de pierres (295, 6-19).

  • 12 P. Bancourt, op. cit., p. 914-918.

5Conformément à l'opinion commune qui veut que les Croisés empruntèrent aux Musulmans le motif des armoiries, Wolfram réserve aux Sarrasins cet usage et en fait l'apanage de la famille royale de Terramêr. Ainsi Tybalt, son fils (366, 4ss), Ehmereiz, fils de ce dernier et de Gyburg (75, 23-35), Arofel, son frère (180, 30 ; 125, 8) ont tous une magnifique cotte d'armes. L'armure d'Arofel, portée par Willehalm jusqu'à Laon, suscite l'étonnement général : l'étoffe de la cotte ne peut en effet être chrétienne, pense-t-on à la cour de Louis (128, 15-129, 7). L'armée de Terramêr enfin se reconnaît à sa cotte d'armes ornée de poissons et de dragons (400, 23-401, 13), motif sans doute emprunté à la Chanson de Roland12. Willehalm reconnaît ainsi Terramêr à ses armes, le dieu Kâhûn chevauchant un griffon, armes héritées de Baligan, qui les portait à Roncevaux, et de Kanabeus (441, 4-18). Josweiz aura tout autant pour blason un cygne blanc aux pattes noires, armes parlantes en ce que son père Matusales avait la peau blanche et qu'il eut pour mère une africaine, tant et si bien qu'il a comme le Feirefîz du Parzival la peau blanche et noire à la fois (386, 11-21 ; 388, 6-7).

6Il en va de même pour les cimiers. Aliscans n'en cite aucun. Wolfram n'en cite que rarement pour les Chrétiens, et seulement lorsque Rennewart admire leurs troupes avant la bataille (313, 17-23). Comme la cotte d'armes, le cimier -tout autant destiné à la reconnaissance du chevalier dans la mêlée- caractérise dans le Willehalm si bien les Sarrasins que Wolfram les appelle le plus souvent les "gezimierden", les combattants au cimier. Wolfram cite avec plus de détail celui du roi Marlanz (394, 25-395, 1), tout aussi éclatant que celui d'Esserê (417, 29ss). L'armée de Terramêr a même pour cimiers toutes sortes d'animaux marins fantastiques, d'oiseaux et de quadrupèdes, d'arbres avec branches et rameaux (403, 14-22) qui font de ces chevaliers de l'amour les troupes les plus bigarrées qui soient (400, 23-401, 13) ; cimiers que les Chrétiens, nous précise Wolfram goguenard, n'en couperont pas moins en deux, tous ces ornements vacillant sous leurs coups. Le cimier de Cliboris de Tananarke, un navire orné de pierres précieuses fixées à des fils d'or, subira le même sort. Transformé en une espèce de dragon par les étincelles de feu qui semblent lui sortir de la bouche dès qu'il bouge la tête, cette marionnette aura son navire fendu par l'épée de Bernart de Brubant (409, 18-411, 10), et le navire sombre dans le sang du malheureux. Wolfram semble éprouver peu de pitié pour le défunt ; ne remarque-t-il pas en effet que ceux-là qui comme le Sarrasin reçurent de leur amie quelque cadeau regretteront le sort... de l'éclatant cimier. Superflus dans la bataille et nouvel exemple d'inadéquation, les trop beaux cimiers ne servent en fait qu'à trop attirer l'attention de l'ennemi, à preuve Palprimes, l'un des fils de Purrel, mis en danger par l'éclat du trop bel objet et sauvé de justesse des mains de l'ennemi (428, 13-18).

  • 13 Rasche, v. 450 a b c, les troupes de Baufumés : "Mainte baniere, mainte enseigne i balie, /Et main (...)

7Outre la richesse de l'armement des Sarrasins, pour partie présente déjà dans l'Aliscans13, Wolfram souligne sans cesse le raffinement des campements et des vêtements des Musulmans. Alors que les princes chrétiens installent à Orange leur camp, richement comme il se doit, Wolfram précise que cela n'est rien face au luxe d'étoffes précieuses, aux riches samits qui servent de toile de tente et couvrent toute la plaine (234, 1-12). Avant la première bataille, Willehalm est impressionné par les troupes ennemies sous leur baldaquins de samit et de soies diverses, éclatantes de couleurs, par les tentes à l'intérieur de cindale, attachées aux piquets par des cordes de soie, enfin par les bannières précieuses, splendides et cousues d'étranges motifs (18, 3-13).

8Pour les troupes de Haucebiers, Aliscans ne citait que les bannières éclatantes et les heaumes. A cette splendeur guerrière, Wolfram substitue le luxe "civil" des soies de prix dont sont faits les manteaux, cadeaux de leurs amies, dont il compare le chatoiement aux prairies de mai parsemées de fleurs (19,18-20,30). Ailleurs, Rennewart reste confondu devant le luxe des troupes de Tybalt et d'Ehmereiz, pourvues de tout ce qu'on peut imaginer en matière de cadeaux de dames. Le manteau d'Ehmereiz, fils de Gyburg, est plus beau que prairie de mai couverte de rosée ; la soie de Pofuz en est plus éclatante que la flamme et si douce au toucher que l'autruche pourrait y déposer ses œufs sans risque (364, 14-30). Les soies de prix de l'armée de Poydjus, son cousin, donnent sur le champ de bataille plus d'éclat que le soleil et le feu. Ce luxe leur est d'ailleurs si naturel, observe Wolfram, qu'il ne semble pas même leur peser. Poydjus lui-même a sur lui de telles richesses que le poète n'ose les énumérer, tant il a honte de sa pauvreté, et seul un homme riche saurait dire le luxe du manteau si richement brodé qu'il éclipse toute autre richesse. Wolfram surenchérit encore par plusieurs hyperboles sur ce thème, tant il fait de Poydjus le symbole de ce luxe sarrasin, fait à chaque fois de richesse, de lumière et de la grâce due à cet amour qui leur fit offrir ces soies rayonnantes (376, 1-378, 8). L'éclat des soies précieuses des troupes du roi Marlanz de Jericop est même si fort que le soleil qu' elles reflètent dans chacun de leur mouvement gêne les Chrétiens dans la bataille (394, 25-395, 1 ; 398, 10-13).

9Wolfram introduit tout autant de passages de son invention pour décrire le luxe des harnois. Les destriers des troupes de Tybalt et de son fils Ehmereiz sont ainsi recouvertes de soies précieuses (364,14-30 ; 366,12-15). Une couverture protège de même Brahâne, le destrier de Terramêr, et lui va jusqu'aux sabots (360,13-18). Pour les troupes de Josweiz, roi d'Amatiste, les destriers sont tout autant recouverts de soies éclatantes que leur cavalier, Wolfram soulignant par cette égalité d'égard l'absence de différence entre l'homme et la bête (33, 16-23). Le roi Margot de Pozzidant chevauche quant à lui une jument couverte de mailles et d'une soie, surcharge qui gêne les évolutions de la pauvre bête et la rendent quasiment inapte au combat. Wolfram ne manque pas de souligner que les chevaliers chrétiens jamais ne surchargeraient ainsi leur destrier et que jamais ils n'auraient choisi pour monture de combat une jument (395, 5-14).

  • 14 P. Bancourt, op. cit., p. 580.

10Tout ce luxe de soies est chez Wolfram la marque du raffinement sarrasin. Ces étoffes que Willehalm porte par-dessus l'armure d'Arofel sont ainsi inconnues de la cour de Laon. De même les moines qui l'accueillent entre Orléans et Laon ne connaissent pas la soie dont est faite sa cotte d'armes et son manteau, tous deux supérieurs encore aux cadeaux que la reine sarrasine Sekundille fit à Feirefiz (125, 8-30 ; 128, 15-129, 3). Gyburg, qui a conservé les habitudes vestimentaires d'Arabel, s'habille ainsi à Gloriette d'en riche manteau de soie d'Alamansura, venue des pays d'Orient qui sont les siens, précise Wolfram, et où l'on peut admirer, comme souvent dans la geste française et conformément aux réalités musulmanes de l'époque14, des broderies et des pierres précieuses fixées à la ceinture (248,24-249,15). Ce goût tout oriental pour le luxe vestimentaire transparaît encore dans les trois habits que Gyburg offrit à Vivîanz, qu'elle chérit comme un fils, pour son adoublement : elle paya sur ses propres fonds les soies les plus coûteuses et une armure si splendide qu'aucun Sarrasin, référence révélative, n'aurait pu rivaliser avec lui (63, 10-30).

  • 15 v. 3349-61 ; 4376-77 ; 4600-603 ; 4604-11 ; 4881-86 ; 4927, 4933-34 ; 7363-71, 8406-409.

11Mais, comme nous l'avons vu, Wolfram ne condamne pas ces richesses pour elles-mêmes comme 1' avait fait un demi-siècle plus tôt l'auteur du Rolandslied, pour lequel ces troupes sarrasines aveuglantes d'or et de pierres étaient l'image même de leur hybris diabolique, d'une superbia par trop insolente15. Mais ce luxe, tout admirable qu'il soit, n'en est pas moins inapproprié aux circonstances, qui sont celles d'une guerre sans merci. Wolfram nous le laisse clairement entendre dans plusieurs passages. Après qu'il eut par exemple mis en parallèle les soies éclatantes des troupes de Josweiz et l'éclat du feu ou du soleil, Wolfram poursuit sa noble comparaison par une remarque qui met en dérision ce qui précède : la poupée de sa fille n'est de loin pas aussi belle, ce qui n'est pas un reproche qu'on peut lui faire, précise le poète (33,16-23). Les combattants et leurs destriers sont ici réduits à l'état de jouets, symboles d'inutilité, de frivolité. Ces parures sont en fait déssaisies de leur utilité, qui devrait être leur fonction première : une poupée doit être belle pour qu'on ait envie de jouer avec elle, mais la rutilante beauté de chevaliers en guerre ne devrait pas être celle d'un tournoi festif et sans grand risque.

  • 16 R. Assunto, Die Theorie des Schönen im Mittelalter, Cologne, 1963, pp 27-38. Thomas, Summa theol. (...)

12Cette inadéquation apparaît mieux encore dans l'absence d'armure des troupes de Halzebier. Ces hommes certes n'ont pas de bouclier, mais non par une faiblesse d'armement due à une incapacité technique : ils exposent généreusement leur vie, souligne Wolfram (20,17), et font preuve en fait d'une folle bravoure propre à leur folle jeunesse. Ces Sarrasins sont en effet venus pour le service d'amour de leur amie et portent ces riches vêtures pour l'amour des dames qui les leur ont offertes ; Terramêr le précise clairement, lui qui, pour son grand âge, a renoncé à la parure du cimier et qui reconnaît qu'il fit comme les autres lorsqu'il était jeune, Wolfram fondant par là dans le passé du chef suprême des armées sarrasines une tradition qu'il veut ancienne et orientale (338, 9-14). Or l'esthétique médiévale voulait que la beauté toujours fût subordonnée à la destination d'un objet. Thomas d'Aquin dira quelques années plus tard dans une belle formule qu'une scie en verre serait certes agréable à voir et plus belle qu'une scie en fer, mais qu'elle n'en serait pas pour autant meilleure puisqu'inadaptée à son objet16. Les parures sarrasines sont certes appropriées à leur objet naturel, qui est le service des dames, l'amour et le raffinement des cours, mais le luxe ne répond pas à l'objet de leur présence en Aliscans, qui reste la plus meurtrière des guerres.

13Trop voyants, ces vêtements attirent en outre l'ennemi. Ehmereiz est ainsi conduit à l'écart par les Chrétiens ; seul le reflet inhabituel du soleil sur la soie de Pofuz attire l'attention des Sarrasins qui viennent alors le délivrer (367, 24-30). Les choses tournent en général moins bien. Assailli par Cernubile, le vieil Heimrîch fend le heaume et la tête du Sarrasin jusqu'aux dents ; ainsi périt, commente laconiquement Wolfram, le Sarrasin si brillamment chamarré, porteur comme il est de cadeau d'amies (408, 18-29), lesquels ne préservent en rien des coups et de la mort. La plus exemplaire à cet égard reste toutefois la mort du roi Poufameiz. Objet d'hyperboles nombreuses, le Sarrasin porte sur lui toutes les richesses qu'une femme peut accumuler sur un homme. Plus chamarre encore que Noüpatris et que Tesereiz, il avait été envoyé en Aliscans par l'une de ses amies afin qu'on loue par là l'amour qu'elle lui porte. Or Wolfram nous explique que cette parure luxueuse lui coûta la vie, et il le fait périr sous les coups de Willehalm (54, 27-55, 21). Garnie de pierres précieuses, son armure avait d'abord aveuglé Willehalm, de même que les soies chatoyantes renvoyaient ailleurs si irrégulièrement le soleil que les Chrétiens en éprouvaient de la gêne au combat (398, l0ss) : ce luxe de soieries, qui est bien peu à sa place dans la bataille, vient interférer dans le combat, apporte une touche d'irrationalité dans l'ordre établi de la bataille et cause la mort des uns et la gêne des autres.

14Plus symbolique encore se révèle être la mort en combat singulier de Vivîanz et du roi Noüpatris. Rayonnant de luxe et de beauté, le jeune Sarrasin a lui aussi été envoyé par l'une de ses amies et risqua sa vie toujours pour la gloire et l'amour.

  • 17 J.M. Pastré, L'image du Sarrasin dans le Willehalm de Wolfram von Eschenbach, in Images et signes (...)

15Wolfram ne décrit pas son équipement militaire et n'insiste que sur ce luxe et sur la bannière de sa lance où Amor est cousu avec la flèche et le carquois. Par un raccourci saisissant, Wolfram explique que la flèche d'Amor est passée à travers le corps de Vivîanz et l'a vidé de ses entrailles (24, 2-7 ; 25, 14-18). Le service d'amour et le raffinement qui l'accompagne apportent en fait la mort de ces deux symboles de jeunesse rayonnante. Wolfram apporte lui-même le commentaire approprié : ces deux morts ne peuvent en aucun cas satisfaire les dames qui les envoyèrent défendre leurs couleurs. Il y a là une sorte de malentendu tragique et d'inadéquation profonde entre le but recherché et le résultat atteint. Wolfram regrette plus qu'il ne l'admire cette détermination inopportune et cet amour si mal venu dans ces luttes à mort (26, 2-11)17.

16Mort dans son habit d'écarlate offert par Gyburg pour son adoubement, envoyé malencontreusement dans cette tenue par celle qui lui voue un amour maternel, Vivîanz est aussi, à sa manière, signe de cette inadéquation (60, 10-12), et sa mort est pour l'amour une perte immense (64, 6-17). Willehalm lui-même s'accusera de l'avoir envoyé trop jeune au combat et veut se convaincre que Gyburg n'a aucune part de responsabilité dans la mort du jeune preux (67, 10-30) qui paya de sa vie les fatales interférences de la bravoure et de l'amour et cette habitude fâcheuse des Sarrasins de mêler à contre-temps le luxe, l'amour et la guerre.

Notes

1 Nous citerons le Willehalm d'après Lachmann, la Bataille d'Aliscans d'après Guessard, Paris, 1870, d'après l'édition de Wienbeck, Hartnacke et Rasch, Halle, 1903, et, pour mémoire, d'après G. Rolin, Leipzig, 1894, qui ébauche la comparaison des deux œuvres, mais considère à tort que Wolfram eut pour modèle le manuscrit inachevé m (Boulogne).

2 voir P. Bancourt, Les musulmans dans les chansons de geste du cycle du roi, Aix-Marseille, 1982, p. 998.

3 Willehalm 17,24-25 ; 29,22-23 ; 360,5-9 ; 400,15-22 ; 427,1-3. Rasche, v. 450 d e f.

4 op. cit., p. 997.

5 Wi : 41, 4-9 : troupes de Gorhant, traduction de Rasche 78-79 : "Si durement vient entre'aus glatisant, / Ke la marine en va toute tournant" (BbT : crollant ; L : resonant ; MC : tranblant. Wi. 400,15-22 : Terramêr, cf. 37, 3-5 ; Rolin, v. 467-469 ; Rasche, v. 5980-82) .

6 Wi. 35, 10-36, 4 et 351, 15-17. Voir P. Bancourt, op. cit., pp. 64-66 et 74-75 ; Roland, v. 890 et 3527.

7 Rasche, v. 5158, 5181, Rolin, v. 358.

8 Wi. 366, 4-15 : Tybalt ; une étoffe de salamandre recouvre l'écu et la cotte de mailles ; 125, 8 : Arofel.

9 Wi. 425, 25-426, 30. Rasche, v. 5997-99 : "D'un grant luiton ot endossé la pel/Et si avoit en son chief un chapel/Qui estoit fais de cuir de luitorel". Rolin, v. 4765-67. Voir P. Bancourt, op. cit., pp. 66, 917-918.

10 P. Bancourt, op. cit., p. 929.

11 v. 2543-45 : offert à Ganelon par Clibosis ; v. 4304, 4599. Veldeke, Eneide, v. 5697-5724 : heaume d'Eneas ; Eneas, v. 4450-68.

12 P. Bancourt, op. cit., p. 914-918.

13 Rasche, v. 450 a b c, les troupes de Baufumés : "Mainte baniere, mainte enseigne i balie, /Et maint vert elme reluit et reflambie, /De l'or, qui luist, est la terre esclarcie." Rolin, v. 464-466.

14 P. Bancourt, op. cit., p. 580.

15 v. 3349-61 ; 4376-77 ; 4600-603 ; 4604-11 ; 4881-86 ; 4927, 4933-34 ; 7363-71, 8406-409.

16 R. Assunto, Die Theorie des Schönen im Mittelalter, Cologne, 1963, pp 27-38. Thomas, Summa theol. I, 91,3 : "Sicut artifex qui facit serram ad se-candum, facit eam ex ferro, ut sit idonea ad se-candum ; nec curat eam facere ex vitro, quae est pulchrior materia, quia talis pulchritudo esset impedimentum finis."

17 J.M. Pastré, L'image du Sarrasin dans le Willehalm de Wolfram von Eschenbach, in Images et signes de l'Orient dans l'Occident chrétien, Senefiance 11, Marseille, 1982, pp. 253-265.

Auteur

Université de Haute-Normandie Rouen

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter