Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’étranger à l’étrange ou la conjointure de la merveille

Les automates. Attirance, répulsion de étrange

Huguette Legros

Texte intégral

  • 1 Β GUIDOT, Recherches sur la Chanson de Geste au xiiie siècle. Publications Université de Provence, (...)
  • 2 Voir entre autres S. MEJEAN A propos de l'arbre aux oiseaux dans Yvain, in, Remania, t. 91, 1970, 3 (...)

1Les automates sont relativement rares dans les chansons de Geste des xiie et xiiie siècles. Sans doute est-ce lié au genre même de l'épopée et au peu de place qu'y occupe le merveilleux, fut-ce au xiiie siècle1. Cependant, alors que les automates sont connus du monde occidental et présents dans la littérature romanesque2, ils n'apparaissent, dans les épopées, que dans révocation du monde oriental islamique ou byzantin. Est-ce par souci de vérité historique ou pour des raisons relevant de la sénéfiance des récits concernés ? Nous étudierons la place qu'ils tiennent dans la narration et le rôle qui leur est attribué. J'appuierai mon étude sur Le voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople, sur Girard de Roussillon, Huon de Bordeaux, Aymeri de Narbonne, la Prise d'Orange et Les Enfances de Guillaume.

  • 3 A CHAPUIS et E. GELIS, le monde des automates, Blondel, 1928, t. I, pp. 31 sq. Gérard BRETT, The au (...)

2Il n'est pas douteux que la supériorité de l'Orient dans les arts mécaniques vient de ce que les byzantins s'inspirent des grecs et des romains et qu'ils sont les héritiers de l'École d'Alexandrie, alors que les arabes perpétuent et diffusent les techniques persanes et grecques3.

  • 4 Jean EBERSOLT, le grand palais de Constantinople et le livre des Cérémonies, Pans, Leroux, 1910, pp (...)
  • 5 EUSEBE, Vita Constantini, III, 15, p. 84.
  • 6 Jean EBERSOLT, op. cit. chapitre XVII, p. 161 sq.
  • 7 Ce trône est décrit dans l'ouvrage cité ci-dessus. Il est également décrit dans l'article de G. BRE (...)
  • 8 A. VOGT, Constantin Porthyrogénète, le livre des Cérémonies, texte, traduction, et commentaire, 4 v (...)
  • 9 J. EBERSOLT, op. cit. p. 69. "Pour ces réceptions la Magnaure était richement décorée. On suspendai (...)

3A Constantinople, l'Empereur se comporte comme une personne sacrée4 ; il n'y a pas d'intermédiaire entre lui et la divinité et Eusèbe insiste sur le fait que le basileus est l'image de Dieu sur la terre5 ; aussi s'entoure-t-il d'un apparat, d'un cérémonial et d'un luxe qui le mettent hors de la commune humanité. C'est pour proclamer l'appartenance divine de sa royauté que Constantin fit le grand palais de Constantinople dont l'architecture est mise au service d'une conception théocratique du pouvoir6. C'est dans la Magnaure que se trouvait le trône dit de Salomon. Il fut construit autour de 835 par Léon le philosophe ; sur les marches de ce trône, des griffons et des lions fabriqués en or et en argent sont animés et capables de rugir ; à côté du trône, se dressent des arbres aux branches d'or qui abritent des oiseaux métalliques aux chants mélodieux. Le trône pouvait se soulever presque jusqu'au plafond de la salle7. Chaque Basileus a poursuivi la construction du palais tout en maintenant un étroit rapport entre les salles d'apparat, les appartements du palais, les églises, plus particulièrement Sainte Sophie, et l'Hippodrome. L'ensemble constitue une véritable ville organisée en fonction des déplacements de l'Empereur qui sont réglés par un strict protocole dont le cérémonial nous est connu par le Livre des Cérémonies8. Le centre du palais s'est déplacé lorsque les Empereurs habitèrent le Chrysotriclinos, mais le même souci du paraître présida à sa décoration ; son plan étant inspiré des églises byzantines, le trône du basileus fut alors placé à l'hémicycle. Nous ne pouvons rendre compte du plan complexe et quelque peu incohérent du palais de Constantinople ; une seule chose nous importe ici : le souci constant du luxe qui s'exprime aussi bien dans l'architecture par le choix de matériaux précieux que par la beauté de la décoration9.

  • 10 E BAUMGARTNER, Troie et Constantinople dans quelques textes du xii et du xiiie siècles : fiction et (...)

4Constantinople fascine l'Occident. C'est une ville mythique10, mais c'est aussi une ville connue par les ambassades qui se rendent des cours occidentales auprès du Basileus.

  • 11 F.A. WRIGHT, The works of Lintprand of Cremona, New-York, 1930. Cf. également J. EBERSOLT, op. cit.(...)

5Liutprand de Crémone, dès le xe siècle, s'attarde sur le cadre dans lequel il fut à deux reprises reçu à Constantinole. Il dut se prosterner devant l'Empereur alors que les lions se dressaient, frappaient le sol de leur queue et rugissaient ; pendant ce temps, nous dit-il, les oiseaux chantaient. Il ne parle que d'un arbre et ne dit rien des griffons, mais l'ensemble est suffisamment impressionnant pour qu'il avoue son émerveillement11.

  • 12 J. EBERSOLT, op. cit. pp. 175-177. René GROUSSET, L'épopée des croisades, le club français du livre (...)

6Deux siècles plus tard, Guillaume de Tyr raconte, lui aussi, la richesse de la salle dans laquelle fut reçu le roi Amaury de Jérusalem. La salle, le Chrysotriclinos, est décorée de nombreux objets précieux : couronnes, vases sacrés, table d'or et d'argent, étoffes rares brodées de pierres précieuses, et surtout d'un platane d'or, orné de perles et couvert d'oiseaux qui émettaient des sons harmonieux au moyen d'une machine pneumatique12.

7Notons que richesses et automates sont rassemblés dans les salles d'apparat. Tout est fait pour éblouir les étrangers et donner du Basileus l'image d'un potentat.

8Le monde musulman ne cède en rien aux splendeurs de Constantinople. Trois grands foyers culturels sont en contact avec l'Occident : Bagdad, le Caire, Cordoue.

  • 13 GAUDEFRY - DEMOMBYNES, Le monde musulman et byzantin jusqu'aux croisades. Histoire du Monde, t. VII (...)

9A Bagdad, au ixe siècle, la dynastie abbasside issue du mouvement chiite se tourne politiquement vers l'Orient ; mais, sur le plan culturel, le Califat se met à l'école de l'hellénisme. Le règne de Haroun al Rachid, le "bien dirigé" par Allah, jouit d'un certain prestige en Occident, même si c'est alors que l'Espagne se place sous une dynastie omeyyade, que le Maghreb se scinde en divers gouvernements et que les Perses prennent conscience de leur identité. L'unité arabe n'est plus qu'un leurre et le Califat de Bagdad commence une longue décadence, mais les apparences sont sauves parce que les Califes se présentent comme les représentants du Prophète : il est l'imân "qui ordonne le bien et interdit le mal". Les califes abbassides se proclament "Rois des Rois sassanides" ; souverains absolus, ils prennent part officiellement à la prière du vendredi et l'imân Khatib qui prononce la Khotba est placé trois marches sous lui. Alors que le Coran ne contient aucun principe de gouvernement, les dynasties régnantes se sont donné un pouvoir absolu inséparable de la loi religieuse. Il n'y a pas de distinction entre le spirituel et le temporel et l'étiquette qui règle la vie de la cour abbasside est là pour rappeler que le Calife représente Allah sur la terre ; il est important de noter que l'un des spectacles les plus somptueux et les plus attendus est la sortie du palais pour la prière du vendredi. Cependant à ces cérémonies publiques correspond un réel goût du luxe et du confort. Trait constant de l'architecture arabe, alors que les extérieurs sont sévères, les appartements d'apparat et les appartements privés sont luxueux. Les ambassadeurs occidentaux (comme les byzantins) seront émerveillés par le luxe des salles de réception. C'est dans la grande salle d'audience que les Califes font construire les arbres aux feuilles d'or et d'argent dont les branches sont chargées d'oiseaux articulés qui chantent en battant des ailes. Ensuite, les automates seront placés dans le jardin intérieur pour le plus grand émerveillement du visiteur qui pénètre dans le palais en découvrant chaque pièce plus belle que la précédente jusqu'au lieu central qu'est le jardin13. Les califes de Bagdad vont également entretenir et développer de véritables ménageries. El Mançour n'avait pas moins de cent lions et toutes sortes d'autres animaux. En fait, ces machines spectaculaires, comme le souci de faire du jardin califal une sorte de microcosme de la flore et de la faune est une manière de manifester que la puissance du Calife s'étend sur la Création toute entière. Les automates ne sont pas seulement de beaux objets, ils sont liés à l'affirmation du pouvoir théocratique du souverain.

10Il en est de même au Caire sous le Califat des Fatimides. Guillaume de Tyr raconte l'émerveillement d'Hugues de Césarée envoyé en ambassade au Caire en 1167 :

  • 14 Rebé GROUSSET, op. cit. p. 176.

"ils traversèrent des galeries aux colonnes de marbre, toutes lambrissées d'or ; ils longèrent des bassins de marbre remplis d'eau courante, ils entendaient les gazouillements d'une multitude d'oiseaux exotiques aux couleurs merveilleuses (...). Un rideau tissé d'or alourdi de pierres fut tiré et le Calife apparut sur son trône d'or, vêtu d'un costume d'une richesse inouïe"14.

11Au xe siècle, Abd al Rahman fit construire dans la montagne de Cordoue une cité-palais, Madina al-Zahra qui fascina par sa beauté. Parmi les merveilles d'Al-Zahra se trouvaient deux fontaines. La plus grande était de bronze doré et sculptée de personnages humains "qui semblaient vivants", la plus petite était ornée

  • 15 Claudio SANCHEZ-ALBORNOZ. L'Espagne musulmane, OP. U/Publisud, 1985, pp. 251-252.

"de silhouettes faites d'or rouge, serties de perles et autres pierres précieuses (...) elles représentaient des lions, des antilopes, des crocodiles sur un côté et sur l'autre un aigle et un dragon et jouxtant les deux groupes apparaissaient une colombe, un faucon, un canard, une poule, un milan et un vautour. Tous étaient ornés de joyaux et crachaient l'eau par la bouche"15.

12Microcosme animal, emblématique du pouvoir cosmocrator du Calife.

  • 16 Ibid. p 251-252.

13Cependant une autre des merveilles d'Al-Zahra était le salon des Califes, salle de réception dont le toit était, comme les murs, fait d'or et de marbres transparents. Huits portes ouvraient sur le salon ; elles étaient ornées d'or et d'ébène et reposaient sur des piliers de marbres divers et de cristal transparent ; au centre se trouvait un grand bassin plein de mercure. Quand le soleil pénétrait dans la salle, son éclat se reflétait sur les portes et sur les murs et si le mercure était mis en mouvement, la pièce semblait traversée de rais de lumière et les visiteurs avaient l'impression que le salon s'éloignait ; en effet, le mouvement de mercure faisait croire que la pièce ne cessait de bouger ou de tourner autour d'un pilier comme si elle suivait le mouvement du soleil16.

  • 17 A. CHAPUIS et E. GELIS, le monde des automates, Paris, 1918, t. 1, pp. 55 sq.

14Comme on le voit les automates sont des objets destinés surtout aux salles de réception. Ainsi, outre les mécanismes qui ont si vivement impressionné les ambassadeurs occidentaux, étaient fabriqués des appareils qui servaient de divertissements lors des repas. Ce sont des personnages qui présentent des boissons ou une serviette, ou des mécanismes qui servent à mystifier les convives, ou encore des bateaux qui sont de véritables boites à musique puisque les musiciennes assises sur la dunette par un système de clepsydre semblent jouer de la flûte ; d'autres servent à laver les mains ; je signalerai enfin une fontaine érigée au xiiie siècle pour le Khan mongol Mangon par un orfèvre français, Guillaume Boucher, cette fontaine représentait un arbre dont les feuilles et les fruits étaient en argent et au pied duquel quatre lions vomissaient du lait de jument. Si je cite cet exemple c'est que l'automate est ici nettement lié à la fonction nourricière du souverain17.

  • 18 Ibid., pp. 51-54 ; 62 ; 64-66.

15Pour revenir à l'Orient musulman et byzantin, notons que les autres mécanismes se trouvent dans les horloges qui ornaient les portes des villes ou les portes des palais. Ce sont des clepsydres ou des horloges "à chandelles", encore appelées "horloges-lumière"18.

16Les premiers concourent à la gloire de l'hôte, les seconds signifient la maîtrise du temps. Et, de fait, à Constantinople comme à Bagdad, au Caire ou à Cordoue les automates sont directement liés à la représentation de la puissance du souverain. Ils sont là pour frapper les imaginations et affirmer la conception théocratique du pouvoir et la conception orientale du roi-cosmocrator. Califes et Basileus affirment ainsi leur toute puissance sur les végétaux, les animaux, donc la nature, sur le temps, sur les techniques et se font semblables à Dieu lorsqu'ils ordonnent la création d'androïdes ou lorsqu'ils donnent la vie à des créatures animales.

  • 19 Ibid., p. 68. Ajoutons que Frédéric II revient à la conception universaliste et romaine du pouvoir.

17L'Occident connaissait ces mécanismes non seulement par les récits des ambassades mais encore par d'autres voies dont certaines sont bien attestées. En 807, Haroun al Rachid envoie à Charlemagne des présents somptueux dont une horloge hydraulique ornée d'automates qui marquaient les heures19. D'autres informations passent par les chroniqueurs et les scientifiques arabes traduits en Espagne.

18A partir du xiie siècle, la création du royaume de Jérusalem met l'Occident au contact immédiat de l'Orient. Baudoin Ier n'hésite pas à s'entourer d'une pompe toute orientale. Il trône vêtu d'un burnous brodé d'or, fait porter devant lui un bouclier doré et porte la barbe comme le basileus. De plus, à la manière des arabes, il se laisse "adorer" par les ambassades musulmanes. Les rapports avec les byzantins furent aussi mouvementés qu'avec les princes musulmans, mais les trois civilisations se frottaient les unes aux autres autrement que par les armes.

19Rappelons combien Aliénor d'Aquitaine fut fascinée par la vie à cour de son oncle Raymond de Poitiers, prince d'Antioche. Sous le règne de Baudoin III les contacts sont rétablis avec Constantinople et en 1158 la princesse Théodora, nièce de l'Empereur Manuel Commène débarque à Tyr pour épouser Baudoin III ; sa dot émerveille les princes francs ; elle fait pénétrer un peu de luxe byzantin à Jérusalem. Un an plus tard Manuel Commène demeure deux mois a Antioche et les fêtes se succèdent. Amaury Ier qui succède à son frère est né en Palestine, il n'hésite pas à voler au secours de Chamer et à sauver l'indépendance égyptienne pour sauver le royaume franc de Syrie. C'est alors que des contacts sont pris avec le califat Fatamide et la chronique de Guillaume de Tyr est truffée de descriptions concernant les différentes cours orientales. L'émerveillement laisse parfois place à la désapprobation lorsque le chroniqueur juge le mode de vie des princes chrétiens trop proche de celui des souverains orientaux.

20De fait, à plusieurs reprises la Papauté va condamner la construction d'androïdes : l'homme ne doit pas se substituer au Créateur. Les premiers automates à visage humain sont construits à Venise et les doges sont blâmes, voire excommuniés pour avoir réalisé des imitations aussi parfaites de l'Homme ; on s'interroge pour savoir si ce n'est pas la un art diabolique, Lucifer étant seul capable d'insuffler à l'homme un tel pouvoir.

21Il est à noter que les automates mettant en mouvement des animaux ou des végétaux sont volontiers admirés même s'ils semblent quelque peu suspects alors que toutes les représentations humaines animées sont, dans un premier temps, condamnées parce que le mécanicien se fait démiurge.

22Les occidentaux vont être d'autant plus séduits par les androïdes orientaux et en feront d'autant plus volontiers des symboles de toute puissance sur la création.

  • 20 Ibid., p. 68. Ajoutons que Frédéric II revient à la conception universaliste et romaine du pouvoir.

23Cependant, la mode aidant, Roger II de Sicile accueillit à sa cour des mécaniciens musulmans et nous savons par une inscription de la chapelle palatine de Palerme qu'il y avait fait construire une clepsydre au mécanisme complexe. A la fin du xiie siècle, Frédéric II commanda des lions mugissants et des arbres aux branches d'or et d'argent couverts, eux aussi, d'oiseaux chantants20.

24Au xiiie siècle, Al Jazari écrit un traité divisé en figures expliquant le mécanisme de différentes sortes d'automates dont il fait le plan ; le traité est immédiatement connu en Occident. Enfin, la Prise de Constantinople en 1204 aura pour conséquence une meilleure connaissance des ressources de la technologie orientale.

25Cette longue introduction nous permet de dégager quelques conclusions Les automates sont connus de l'Occident autrement que par des récits fantaisistes faits par des voyageurs émerveillés soucieux d'enjoliver encore la vision du monde Oriental. On connaît, plus ou moins bien certes, les mécanismes des automates et les différentes formes qu'ils peuvent prendre. Reste que, à Constantinople comme dans les cours arabes, les automates sont des objets de prestige faits pour impressionner les visiteurs et qu'ils sont liés au cérémonial et à l'image de la puissance du souverain.

26Qu'en est-il dans les chansons de geste ?

  • 21 Op. cit. Champion-Slaktine, Paris, 1985, pp. 343 sq.

27Le palais du roi Hugon dans le Voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople a été remarquablement étudié par A. LABBE dans son étude "L'architecture des palais et des jardins dans les chansons de Geste"21 ; je vais cependant reprendre ce passage en le considérant selon l'axe qui nous intéresse : pourquoi le trouvère décrit-il des automates et quel est leur rôle dans cet épisode de la chanson ?

28En fait, il y a deux types de merveilles dans ce palais. D'une part les statues animées, d'autre part le mouvement de rotation qui concerne le palais tout entier.

29Les automates à visage humain sont bien connus et ce qui importe pour notre propos c'est le fait que le narrateur nous dise à deux reprises qu'ils semblent vivants :

  • 22 Edition Paul AEBISCHER, Genève, Droz, 1965. Il est impossible de donner ici une bibliographie compl (...)

Li uns esgardet l'altre ensement en riant,
Que ço vus fust viaire que tut fussent vivant.
……………………………………………….
Ε celes imagenes cornent, lune al altre surist
Que ceo vus fust viarie que il fussent tuz vis22

  • 23 J. GRISWARD, Paris, Jérusalem, Constantinople dans le pélerinage de Charlemagne. Trois villes, troi (...)

30Ainsi l'Empereur qui les a faits construire est non seulement le représentant de Dieu sur la terre, mais il tend à se substituer à lui en se faisant Créateur lui-même, à la fois démiurge et pygmalion. Il y a dans cette évocation une sorte d'écho de la scène qui a eu lieu à Jérusalem, mais ici le pouvoir de l'Empereur est un pouvoir sur le monde bien différent de celui qui est évoqué à propos de Charlemagne23.

31Cependant le narrateur nous dit encore à props de ces automates :

L'un halt, li altre cler, mult feit bel a oïr :
C'est avis qui l'ascute qu'il seit en paraïs,
La u li angle chantent e suëf e seriz ! (v. 375-377)

32alors qu'on nous annonçait aux vers 358-359 :

Cil corn sunent e buglent e tunent ensement
Cum taburs u toneires u grant cloches qui pent (v. 358-359)

33Cette apparente contradiction, participe en fait du jeu d'oppositions sur lequel est construit la seconde partie de l'évocation du palais. En effet, à partir du moment où le mécanisme est mis en mouvement le narrateur insiste sur l'opposition qui existe entre le calme qui règne à l'intérieur du palais et la violence de la tempête extérieure. Le vent se lève "Vint bruant" et nous dit-on :

Mult fud grant li orages la neif e li gressilz
E li vent durs e forz qui tant bruit e fefreit (v. 378-379)

34alors que le mouvement impulsé au palais est qualifié de "suef" et de "serrit". De même, l'image contenue dans le vers 372 "turner cum arbre de moulin" s'oppose à celle du vers 357 "Cumme rœ de char qui a tere decent"

35Enfin le narrateur reprend cette opposition dans les trois vers qui précèdent l'évocation de la réaction des Français :

Laenz fait tant requeit e soëf e serit
Cume en mai en estet quant soleil esclacist.
Mult fu grés li orages e hidus e costis. (v. 382-384)

36Le palais apparaît donc comme un hâvre de paix si agréable qu'on pourrait se croire au Paradis (v. 376).

37L'harmonie qui règne dans le palais est emblématique du rôle du roi-cosmocrator qu'assume l'Empereur. Il est garant de l'ordre du monde et s'il semble étranger à la mise en mouvement de son palais, il n'est pas pour cela ignorant du mécanisme ; si les éléments extérieurs sont incontrôlés (c'est du moins la première impression qui se dégage à la lecture du texte), ils ne sont pas pour autant incontrôlables. Au milieu de la tempête (réelle ou artificielle) Hugon reste, à l'image de son palais, calme et serein. Son autorité s'exprime par son immobilité, il reste stable lorsque tout bouge.

38A cette attitude s'oppose celle de Charlemagne et de ses pairs. L'Empereur est d'abord émerveillé par les richesses du palais :

Karle vit le paleis e la richesse grant,
La sue manantise ne priset mie un guant.(v. 362-363)

39émerveillement qu'il exprime à haute voix :

"Seignurs, dist Carlemaigne, mult gent palais ad ci !
Tel nen out Alixandre ne li vielz Costantin,
Nen out Crisanz de Rome, qui tanz honurs bastid !" (v. 365-367)

  • 24 Ce n'est pas la seule fois où les artifices durent le temps de la journée et se calment avec la nui (...)

40Or, ces paroles semblent provoquer la levée du vent puisque le vers 368 commence par l'expression "E tant cum..." ; tout se passe comme si les visiteurs étaient mis à l'épreuve, les vents étant les auxiliaires d'Huqon qui, lui, ne répond pas à Charlemagne. Or, nous l'avons dit, Hugon, à l'abri dans son palais, semble dominer les forces de la nature ; il sait quand cessera la tourmente puisqu'il répond à Charlemagne qui s'inquiète "Un petit m'atendet" ; et, de fait, la seule indication de temps qui nous soit donnée depuis l'arrivée de Charlemagne à Constantinople est celle du vers suivant : "li vespres aproçat, li orages remeste". Il me paraît intéressant de noter que les éléments se calment lorsque la nuit tombe. La puissance de Hugon est liée au soleil alors que la nuit va appartenir aux barons de Charlemagne24.

41Mais revenons à l'évocation de la réaction des Français. D'une part Charlemagne est présenté dans la situation d'un observateur : le verbe "voir" est employé à deux reprises ; d'autre part, il ne comprend pas : "il ne sout que ceo fud". Celui que le patriarche de Jérusalem avait appelé "Charlemaine sur tuz reis curunez" est ici présenté comme totalement impuissant face aux événements. Son attitude "sur le marbre s'asist" s'oppose à celle de Hugon "en est avant alez". Quant aux barons ils se jettent à terre et se couvrent la tête, refusant de voir ce qui se passe : "ne l'osent esgarder". Lorsqu'ils parlent c'est pour se lamenter :

"....................................... Mal sumes entreris
Les portes sunt uvertes : si n'en poüm issir !"

  • 25 Vers 380-381 ; Le Voyage de Charlemagne.........
    Les fenestres en sunt a cristal mult gentilz,
    Tailee (...)

42Cependant ce vers, comme les vers 380-381, nous donne des indications sur le mécanisme, même si elles sont apparemment contradictoires puisque le palais est protégé grâce à des vitres de cristal alors que les portes sont ouvertes. Ce qui importe c'est que les fenêtres sont l'œuvre de l'Empereur qui apparaît donc comme un habile bâtisseur25 tandis que la mention de l'ouverture des porte est liée à l'expression du désir de fuite des pairs de Charlemagne. De plus, comme le dit alain LABBE il est fort possible que cette tempête ne soit qu'une mise en scène :

  • 26 Alain LABBE, op. it. p. 344

"Ce bruyant cataclysme ressemble trop à une tempête d'opéra pour n'être pas produit, dans quelque coulisse, par d'autres mates invisibles, afin de parfaire la mise en scène de la toute-puissance du souverain sur les forces naturelles".26

43En effet, simuler la tempête c'est donner l'impression qu'on peut dominer les forces les plus violentes de la création, et ce pouvoir sera également attribué à l'Empereur de Constantinople dans Girart de Roussillon.

  • 27 Margaret SCHLANCH a, dans un article paru dans Speculum, 1932, pp. 500 à 514 et intitulé The palace (...)

44Ainsi le palais est présenté comme un microcosme organisé autour de l'axe qu'est le pilier central, microcosme à cause des peintures qui couvrent les murs, des androïdes qui sont censés charmer les hôtes, de la présence tangible (réelle ou non) de phénomènes atmosphériques27 ; microcosme sur lequel règne Hugon et qui est à l'image du macrocosme comme l'Empereur de Constantinople est à l'image de Dieu. C'est à cette image d'un pouvoir absolu et théocratique que Charlemagne va se mesurer.

  • 28 Op. cit. pp. 173 sq.

45Dans Girart de Roussillion nous nous retrouvons à Constantinople. Girart accompagné du pape et d'une nombreuse troupe va à Constantinople chercher les filles de l'Empereur ; l'aînée est promise au roi de France, la cadette à Girart. L'ambassade est successivement reçue par l'Empereur dans trois lieux : la salle d'audience, la chapelle et la chambre. Alain LABBE montre comment ces trois lieux sont symboliques des trois fonctions assumées par le roi28.

46Or, lorsque les envoyés de Charles commencent à parler de leur mission, l'Empereur ne leur répond pas immédiatement, il leur propose des divertissements, mais pas n'importe lesquels.

  • 29 Girart de Roussillon, éd. W. Mary Hackett, Paris, Picard, 1951, 3 volumes, t. I.

47Ces jeux sont des tours faits par ses "nigromanz". En effet, il ne s'agit pas pour l'Empereur d'esquiver la discussion ou de distraire futilement ses hôtes ; il veut, avant toute négociation, faire preuve de sa puissance. Or, il choisit de faire provoquer la pluie, la tempête et des signes éclatants29 :

Comenchant lor afaires a mentever.
E il lor fait ses jous estrains veder,
E a ses nigromanz tanpez plover,
E signes per samblances granz aparer.
E quant lor a pavor fait sostener,
Si fai autres merveilles par art mover,
E jous corteis perviz, leus a sofrer,
C'uns non sat mout trosc'au demain au ser. (v. 211-218)

48Autrement dit, il se présente comme le maître des éléments naturels et cette fois, le narrateur le présente comme l'instigateur des phénomènes surnaturels.

49La réaction des francs est d'abord la peur : "E quant lor a pavor fait sostener", puis l'oubli : "C'uns non sat mout trosc'au demain au ser". Ainsi les envoyés de Charles sont eux aussi, éblouis par la démonstration des pouvoirs de l'Empereur. Or, Alain LABBE, analysant ce passage, souligne l'emploi de "fai... mover" et de "per art" et conclut ainsi ;

  • 30 Op. cit. p. 183.

"Tout porte à croire qu'il s'agit d'automates dont les techniciens byzantins s'étaient fait les spécialistes"30.

50J'ajouterai qu'il est intéressant de noter qu'ici les automates ne sont pas présentés comme des machines relevant d'une supériorité technique, mais que le texte reste assez vague pour que le lecteur ou l'auditeur les associe à des phénomènes magiques dont l'instigateur est l'Empereur.

  • 31 Marc BLOCH, Les Rois Thaumaturges, A. Colin, 1961, pp. 41, 78, 185 sq. Seuls les Basiieus osent con (...)

51Constantinople est le lieu de tous les sortilèges et la puissance de l'Empereur est liée à la manifestation de ses pouvoirs sur le monde. Les rois de Constantinople sont cosmologiques, alors que les rois carolingiens sont thaumaturges ; curieusement "thaumaturge" renvoie aux pouvoirs guérisseurs des rois de France31 alors que "cosmologique" renvoie ici aux pouvoirs magiques des Basileus, exercés sur les forces naturelles.

  • 32 M. PACAUT, les structures politiques de l'Occident Médiéval, A Colin, 1969, pp. 170 à 177 et p. 188 (...)

52Ce sont deux conceptions du pouvoir qui s'opposent ; mais les épopées sont des textes littéraires et non des textes didactiques aussi, les trouvères choisissent-ils une expression imagée pour évoquer des conflits bien réels32. Ce qui nous intéresse c'est que les automates sont liés à l'affirmation de la puissance des Empereurs de Constantinople. On le voit leur fonction narrative n'est pas de l'ordre de l'ornemental.

53Qu'en est-il dans le monde sarrassin ?

54Huon de Bordeaux nous présente deux androïdes qui gardent la tour de l'Orgueilleux. Ils tiennent à la main un fléau en fer qu'ils actionnent avec une rapidité telle que, nous dit-on, aucun oiseau ne pourrait passer outre ; il mourrait dans l'instant :

Si c'Auberons le dist et devisa.
Et ens lor mains cascuns un flaiel a,
Tout sont de fer, Hues les redouta.
Yver n'esté nus d'aus ne s'aresta ;
Ainc Damedix oisellon n'estora,
Tant volast bien, qui el palais entrast,
Qui ne fust mors ; ja ne leur escapast. (v. 4748-4754)

  • 33 Huon de Bordeaux, éd. Pierre Ruelle, P.U.F., 1960. Cf. également l'étude de M. ROSSI, Huon de Borde (...)

55Le narrateur nous donne l'impression de donner des précisions sur le mécanisme33 ; en fait, ce qui importe c'est que Huon va déjouer, grâce à la complicité de Sébille, le mécanisme complexe de ces automates.

56Certes, Huon a peur "Hues les redouta" ; mais il n'a pas une réaction de panique, il les observe et leur demande, au nom de Dieu, de s'arrêter :

Li enfes Hues assés les esgarda,
De Damedieu sonvent les conjura,

57Mais "il ne cessent ne nus d'aus n'aresta".

58Alors il prie Dieu et la Vierge afin qu'ils l'aident à comprendre comment il va pouvoir pénétrer dans le château. Apercevant un bassin d'or, il le frappe de son épée en guise de sonnette ; autant dire qu'il domine parfaitement sa peur. C'est alors que Sébille voyant qu'il s'agit d'un chevalier venu de France arrête les automates :

La pucelë le puestic desfrema,
Uns vens en ist qui l'engien jus jeta.
Li hom qui batent furent fait a compas :
Si tost c'on l'uevre si lour falent li brac. (v. 4806-4809)

59Ainsi ils ne sont pas présentés comme des objets redoutables doués d'un quelconque pouvoir et créés par magie ; ils ne sont que des mécaniques parfaitement réglées et toute personne connaissant le mode d'emploi peut les arrêter. De plus, il est important de noter que l'Orgueilleux n'est pas le seul à connaître les secrets de leur fonctionnement.

60Dieu par l'intermédiaire de Sébille aide implicitement Huon et l'arrêt des automates par la jeune femme annonce la défaite de l'Orgueilleux.

61Autres automates, les oiseaux dont le chant berce le sommeil du géant :

As quatre bors du caalit doré
A quatre oisiaus qui moult font a lœr,
Qui adés cantent et yver et esté ;
Le jor li traient quant li doit ajourner.
Harpe ne gigle n'est tele a escouter ;
Par ingremance i furent compassé. (v. 4950-4955)

62Ils n'ont aucune fonction narrative et permettent seulement d'introduire un contraste entre le luxe et la tranquillité de la chambre et la laideur repoussante de l'Orgueilleux. Ils relèvent d'une topique du merveilleux lié à la beauté et peu importe qu'ils aient été fabriqués par "ingremance" puisqu'ils ne sont pas là pour éprouver Huon.

63Dans Aymeri de Narbonne le trouvère décrit un arbre aux oiseaux présenté par l'Emir de Babylone le jour de la fête de la translation du corps de Mahomet à la Mecque. L'occasion de la présentation est donc solennelle :

  • 34 Aymeri de Narbonne, éd. Louis Demaison, Paris, Firmon-Didot, 1687, t. II. Vers 3499 à 3506.

Merveille gent i ot fet asenbler
Por une feste que vodrent celebrer
De Mahomet que durent aorer,
Si com en l'ot a Mesques fet porter
Et en la fiertre couchier et reposer.
La feste ert grant, bien la firent garder ;
Et l'amirant lor fist ses jeus mostrer,
Si merveillex corn vos m'orroiz conter34

64C'est à la foule que l'Emir montre l'automate qu'il a fait construire ; l'objet a deux qualités principales : d'une part, il est précieux, d'autre part toutes les espèces d'oiseaux sont représentées.

En mi la sale del palès principer
Avoit .j. arbre q'an i ot fet ovrer ;
Fet fu de coivre, si l'ot en fet dorer,
Et en un molle si fondre et tresgiter,
Soz ciel n'a home, tant seust porpanser
Et la maniere des oisiax esgarder,
Qu'il ne poist sor cel arbre trover
De toz oisiaus la figure prover ;
Et si avoit chascuns oisiax son per. (v. 3507-3515)

65De plus, cet arbre entretient un lien étroit avec le fleuve Paradis puisque :

Li enchanteres fist forment a lœr :
Del flum c'œz Paradis apeler
Il fist les pierres venir et asenbler ;
En fin esmal les ot fet seeler. (v. 3516-3519)

  • 35 Selon les traditions islamiques (mais étaient-elles connues ?) le vent est chargé de contenir les e (...)

66Ainsi l'arbre est emblématique des pouvoirs de l'émir ; il appartient à la fois au monde terrestre, puisqu'il est image d'un arbre réel et que les oiseaux sont également images de toutes les espèces connues, et au monde céleste, puisque les matériaux de sa construction proviennent du Paradis. Enfin, il fonctionne grâce au vent, intermédiaire entre le Ciel et la Terre35, et possède des pouvoirs magiques :

Par nigromance i fait le vent entrer,
Encontremont par le tuel monter ;
Quant li vanz sofle, les oisiax fet chanter,
En lor maniere, seriement et cler.
Soz ciel n'a home qui s'en puist saouler ;
S'il est iriez, por coi l'oie soner,
Tout maintenant li fet s'ire oublier. (v. 3520-3526)

67L'Emir et l'"enchanteres" ont la maîtrise du mécanisme

Tant com en veut, fet en le son durer,
Et quant l'en veut, si le fait en cesser. (v. 3527-3528)

68Et "l'arbre aux oiseaux" est bien là pour affirmer sa toute puissance sur la création comme le soulignent indirectement les vers qui suivent :

L'amirant servent Sarrazin et Escler,
Forment se fet servir et ennorer. (v. 3529-3530)

  • 36 Cf. A LABBE, op. cit. pp. 56-58 entre autres.

69Cette scène qui est une pause dans l'action met en évidence la plénitude des pouvoirs de l'Emir ; aussi les chrétiens auront-ils d'autant plus de mérite à le battre qu'il est présenté comme un ennemi redoutable, siègeant ici en majesté36.

70Retrouve-t-on dans le monde sarrazin l'équivalent des "jeux" de magie que nous avons rencontrés à Constantinople ?

71Deux épopées, au moins, nous en offrent des exemples : la version D. de la Prise d'Orange et les Enfances de Guillaume.

72La version D. de la Prise d'Orange est restée inachevée. La dernière laisse nous présente d'abord les Français en train de festoyer pour fêter leur victoire ; vient ensuite le récit du baptême d'Orable et de son mariage avec Guillaume ; c'est alors que Bertrand veut savoir s'il est vrai que celle qui est devenue Guibourg possède des pouvoirs magiques :

Dame Guibor qui tant fait ο loër
Enchanteors avoit d'outre la mer,
D'estranges jeus soloient faire assés,
De plus de guisses c'on ne seit devisser ;
Se nus en i a, faites les nos mostrer. (ν. 1575-1579)

  • 37 Cl. REGNIER, les réactions en vers de "la Prise d'Orange", Paris, Klincksieck, 1966, Laisse LVII, p (...)

73Répondant à la demande de son époux, Guibourg délivre les deux magiciens qu'elle avait enfermés dans une citerne et propose à Guillaume de regarder leurs "jeus"37. Or, les deux enchanteurs jettent un sort sur Orange et l'un d'eux dit à son compère :

"Compainz, dist il, tos les ai enchantés
Et ceaus dedens, ceaus defors la cités".

74Et le manuscrit D s'achève sur ces vers somme toute peu rassurants :

Ceaux qui ci sont voirai si demoner
faire en poés toute vos volantés.

75Il est à espérer que Guibourg reste maître du jeu ! L'inachèvement de la version D ne nous permet pas de commenter davantage cet épisode. En revanche l'épisode des "jeus" est longuement développé dans les Enfances de Guillaume.

  • 38 Les Enfances de Guillaume, éd. Patrice Henry, S.A.T.F., 1935, vers 1798 à 1970. Il est a noter que (...)

76Orable, furieuse d'épouser Thiébault, s'applique à le ridiculiser lors du banquet du mariaqe. Elle fait surgir un cerf et des chasseurs viennent renverser le repas, des narines du cerf sortent des "pautoniers" qui frappent violemment Thiébault et tuent des sarrasins, puis une procession de moines agitant de grandes torches brûlent les moustaches des païens et en étranglent quelques uns, enfin apparaissent des ours et des lions terrifiants. Certes ces enchantements ne sont pas le fait d'automates ; mais si j'ai choisi de les évoquer c'est qu'ils participent du même principe de l'affirmation du pouvoir. Ici Orable utilise son art de magie contre les siens avec une cruauté que B. Guidot a bien soulignée ; j'ajouterai qu'en humiliant Thiébault qui ne cesse de demander grâce38, elle ridiculise sa victoire et affirme consécutivement son propre pouvoir sur les choses et les êtres.

77Ainsi dans le manuscrit D. de la Prise d'Orange et dans les Enfances de Guillaume, l'art de magie est le fait d'une femme, Orable. Ses intentions ne sont pas les mêmes dans l'un et l'autre cas ; mais ces deux scènes présentent un élément commun : l'affirmation de la puissance ; Thiébault en est la victime, Guillaume le bénéficiaire ; Thiébault perd Orable et la terre, Guillaume conquiert la femme et la ville, reste que Orable - Guibourg est présentée comme "une souveraine plus qu'à demi magicienne" qui aurait

  • 39 A. LABBE, op. cit. pp. 319-320 note 128.

"le pouvoir de lier et de délier les monstres de l'univers chthonien, enfermés dans les profondeurs de son palais féerique et surgissant à son appel"39.

78Or, le palais de Gloriette, demeure d'Orable, et but de la quête de Guillaume, recèle des éléments qui s'apparentent aux automates placés dans les salles de réception.

79Guillaume est fasciné par la beauté de la pièce dans laquelle Orable le reçoit et que le trouvère décrit avec complaisance :

En Glorïete en sont venu a tant.
De marbre sont li piler et li pan,
Et les fenestres entaillies d'argent ;
Et l'aigle d'or si reluist et resplent ;
Soleil n'i luist ne n'i cort point de vent ;
Bien fu paree, mout par fu avenant.

80Mais l'élément le plus étrange est l'arbre qui se dresse, au milieu de la salle :

A une part de la chambre lenz
Avoir un pin par tel esperiment
Col vos orroiz se vos vient a talent :
Longue est la branche et la fueille en est grant,
La flor qu'en ist par est si avenant,
Blanche est et inde et si est vermeillant.

81Etrange pin qui porte des fleurs multicolores et de longues feuilles. En fait, cet arbre rappelle les "arbres aux oiseaux" et même si nous n'avons pas d'indications concernant un éventuel mécanisme, il semble bien qu'il s'agisse d'un arbre d'orfèvrerie. Orable assise sous le pin est ainsi présentée comme l'incontestable souveraine d'Orange, et ce "pin ramé" assume un rôle semblable à celui des autres objets mécaniques qui ornent les salles d'apparat que nous avons étudiées.

  • 40 Pour laquelle je ne peux donner toutes les références bibliographiques tant elles sont nombreuses e (...)

82Au terme de cette trop brève étude nous pouvons cependant distinguer quelques unes des fonctions narratives assumées par la description des automates dans les chansons de Geste40.

83Lorsqu'ils sont des obstacles opposés aux chevaliers francs, ils se révèlent inefficaces parce qu'ils ne sont que des mécaniques dont on peut déjouer le fonctionnement.

84D'autres automates sont présentés comme les produits de la magie et en cela ils sont indissociables des divertissements offerts par les enchanteurs qui sont au service des souverains orientaux, chrétiens ou musulmans. Comme les "jeux", ils sont là pour montrer que les pouvoirs du roi s'étendent à la cosmologie et comme toute manifestation occulte, ils peuvent être mis au service de l'hospitalité ou, au contraire, être là pour effrayer et ridiculiser le visiteur.

85Enfin, il est des automates dont la description a pour fonction de donner une image de la puissance des souverains ; ils sont emblématiques de la nature de leur pouvoir. C'est le cas du palais de Hugon et de l'arbre aux oiseaux présenté par l'Emir dans Aymeri de Narbonne. Le monarque est alors présenté comme un roi cosmocrator et les automates représentent sa domination sur la nature en même temps qu'ils symbolisent la part surnaturelle de sa fonction et son rôle de garant du monde et éventuellement de la fertilité.

86Si les chansons de Geste ne décrivent des automates que dans les cours orientales ce n'est pas uniquement parce qu'elles avaient perpétré les secrets de fabrication de ces étranges mécanismes qui fascinent l'Occident, c'est aussi parce qu'ils sont les symboles d'une certaine forme de pouvoir qui n'est pas celle des souverains occidentaux. Dans les épopées le pouvoir se partaqe entre Charlemagne et le Pape et seuls les monarques orientaux sont présentés comme des rois-prêtres ou des rois-magiciens.

87Ainsi les descriptions d'automates dans les épopées ne sont jamais gratuites. Elles concourent à la sénéfiance de la Chanson et c'est pourquoi les trouvères qui puisent dans un fonds commun de mécanismes connus choisissent de décrire tel ou tel selon la signification qu'ils lui assignent ou encore prennent des libertés avec la vraisemblance afin de les inscrire dans une vision imaginaire du monde oriental.

88Enchantements de l'Orient, magie des arts mécaniques, fascinants objets précieux, les automates sont aussi porteurs de messages et le trouvère se fait, à son tour, magicien des mots et des images pour les évoquer et leur donner un sens.

Notes

1 Β GUIDOT, Recherches sur la Chanson de Geste au xiiie siècle. Publications Université de Provence, 1986, 2 tomes, T. II - ch. IV, pp. 592-593.

2 Voir entre autres S. MEJEAN A propos de l'arbre aux oiseaux dans Yvain, in, Remania, t. 91, 1970, 3, pp. 392-99.
On peut citer le Chevalier au Lion, Perceval de Chrétien de Troyes, Floire et Blanchefleur, etc.

3 A CHAPUIS et E. GELIS, le monde des automates, Blondel, 1928, t. I, pp. 31 sq. Gérard BRETT, The automate in the bizantine "throne of Salomon", Spéculum, XXIX, n° 3, 1954, pp. 480 à 482.

4 Jean EBERSOLT, le grand palais de Constantinople et le livre des Cérémonies, Pans, Leroux, 1910, pp. 1 et 2.

5 EUSEBE, Vita Constantini, III, 15, p. 84.

6 Jean EBERSOLT, op. cit. chapitre XVII, p. 161 sq.

7 Ce trône est décrit dans l'ouvrage cité ci-dessus. Il est également décrit dans l'article de G. BRETT cité à la note 3 ; enfin Alain LABBE reprend les principaux éléments de la description et donne une bibliographie à jour de son étude : L'architecture des palais et des jardins dans la chanson de Geste, Champion-Slatkine, 1987, pp. 342 sq.

8 A. VOGT, Constantin Porthyrogénète, le livre des Cérémonies, texte, traduction, et commentaire, 4 vob, Paris, 1935 à 1940, réd. 1967. Voir aussi J. EBERSOLT, op. cit., pp. 180 à 216.

9 J. EBERSOLT, op. cit. p. 69. "Pour ces réceptions la Magnaure était richement décorée. On suspendait des chaînes de bronze argenté, sept du côté droit et autant du côté gauche, (...) Sur le côté droit, au milieu des grandes colonnes, et en dehors des tentures qui y étaient suspendues, étaient placés l'orgue d'or et plus haut, vers l'est, l'orgue d'argent", p. 82 "Constantin Porthyrogénète décora aussi le Chrysotriclinos de mosaïques très fines aux couleurs variées, qui le faisaient ressembler à un jardin rempli de fleurs. Des entrelacs entouraient ce travail inimitable, cerclé d'argent". Cf. pp. 90-96-97 ; pp. 174-179.

10 E BAUMGARTNER, Troie et Constantinople dans quelques textes du xii et du xiiie siècles : fiction et histoire, in, ta ville, Histoires et Mythes, Université de Paris X - Nanterre, pp. 6 à 16.

11 F.A. WRIGHT, The works of Lintprand of Cremona, New-York, 1930. Cf. également J. EBERSOLT, op. cit. pp. 68-76.

12 J. EBERSOLT, op. cit. pp. 175-177. René GROUSSET, L'épopée des croisades, le club français du livre, 1967, p. 182.

13 GAUDEFRY - DEMOMBYNES, Le monde musulman et byzantin jusqu'aux croisades. Histoire du Monde, t. VII, de Boccard, 1931, pp. 380 à 383.

14 Rebé GROUSSET, op. cit. p. 176.

15 Claudio SANCHEZ-ALBORNOZ. L'Espagne musulmane, OP. U/Publisud, 1985, pp. 251-252.

16 Ibid. p 251-252.

17 A. CHAPUIS et E. GELIS, le monde des automates, Paris, 1918, t. 1, pp. 55 sq.

18 Ibid., pp. 51-54 ; 62 ; 64-66.

19 Ibid., p. 68. Ajoutons que Frédéric II revient à la conception universaliste et romaine du pouvoir.

20 Ibid., p. 68. Ajoutons que Frédéric II revient à la conception universaliste et romaine du pouvoir.

21 Op. cit. Champion-Slaktine, Paris, 1985, pp. 343 sq.

22 Edition Paul AEBISCHER, Genève, Droz, 1965. Il est impossible de donner ici une bibliographie complète concernant le Voyage......., je renvoie à celle de A. LABBE et à celle des articles cités.

23 J. GRISWARD, Paris, Jérusalem, Constantinople dans le pélerinage de Charlemagne. Trois villes, trois fonctions, in, L'image et le Mythe de la ville, P.U. PARIS-Sorbonne, 1986, pp. 79-81.

24 Ce n'est pas la seule fois où les artifices durent le temps de la journée et se calment avec la nuit, nous retrouvons la même notation à propos des jeux d'Orange dans les Enfances de Guillaume. Liés à la démonstration de la puissance du souverain, les éléments magiques ou mécaniques renvoient à l'aspect solaire de sa force et de son pouvoir.

25 Vers 380-381 ; Le Voyage de Charlemagne.........
Les fenestres en sunt a cristal mult gentilz,
Tailees e cunfites a brasme utremarin ;

26 Alain LABBE, op. it. p. 344

27 Margaret SCHLANCH a, dans un article paru dans Speculum, 1932, pp. 500 à 514 et intitulé The palace of Hugon de Constantinople, fait des rapprochements précis avec le Chrysotriclinos du Grand palais de Constantinople (pp. 502-503) ; de fait, les peintures murales même si elles ont la signification que leur attribue J. GRISWARD dans son article cité ci-dessus sont également le reflet assez fidèle de la réalité ; de même que les fenêtres font penser aux plaques de marbre transparent placées spécialement pour éblouir les ambassadeurs abbassides venus traiter avec le Basileus - Cf. J. EBERSOLT. pp. 174 à 179.

28 Op. cit. pp. 173 sq.

29 Girart de Roussillon, éd. W. Mary Hackett, Paris, Picard, 1951, 3 volumes, t. I.

30 Op. cit. p. 183.

31 Marc BLOCH, Les Rois Thaumaturges, A. Colin, 1961, pp. 41, 78, 185 sq. Seuls les Basiieus osent conserver des titres les rattachant à la fonction sacerdotale. Cf. p. 187 note 3.

32 M. PACAUT, les structures politiques de l'Occident Médiéval, A Colin, 1969, pp. 170 à 177 et p. 188 document n° 23.

33 Huon de Bordeaux, éd. Pierre Ruelle, P.U.F., 1960. Cf. également l'étude de M. ROSSI, Huon de Bordeaux, Paris, Champion, 1975, pp. 381-82.

34 Aymeri de Narbonne, éd. Louis Demaison, Paris, Firmon-Didot, 1687, t. II. Vers 3499 à 3506.

35 Selon les traditions islamiques (mais étaient-elles connues ?) le vent est chargé de contenir les eaux et de servir de support au monde. Toutefois même si les textes arabes sont inconnus au Moyen-Age, l'arbre y a bien le symbolisme que dégage A, LABBE dans son étude (op. cit.) et il est un lien entre le monde ouranien et le monde chthonien. Ce symbolisme pouvait être compris de l'Occident. Cf. A. LABBE, op. cit. p. 57 entre autres.

36 Cf. A LABBE, op. cit. pp. 56-58 entre autres.

37 Cl. REGNIER, les réactions en vers de "la Prise d'Orange", Paris, Klincksieck, 1966, Laisse LVII, pp. 307-308.

38 Les Enfances de Guillaume, éd. Patrice Henry, S.A.T.F., 1935, vers 1798 à 1970. Il est a noter que dans cet épisode c'est le roi Sarrasin qui est effrayé. La panique de Thiébault vient de ce qu'il ne comprend pas (comme les barons francs) et de la cruauté des "jeus". En fait, à chaque fois que le pouvoir s'affirme par magie, il est cause de frayeur. Voir l'étude de B. GUIDOT, op. cit. pp. 600-601.

39 A. LABBE, op. cit. pp. 319-320 note 128.

40 Pour laquelle je ne peux donner toutes les références bibliographiques tant elles sont nombreuses et surtout dispersées dans des études d'Histoire, de Mécanique ou encore dans telle ou telle étude portant sur l'iconographie ou sur des textes littéraires parfois éloignés de ceux que nous étudions.

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter