Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’étranger à l’étrange ou la conjointure de la merveille

L'Orient, sésame de l'aventure linguistique dans l'épopée italienne et hispanique

Jean Lacroix

Texte intégral

INTRODUCTION :

1Beaucoup plus qu'un thème, mieux qu'un concept qui le restreindrait un peu formellement à quelque théorie d'essence philosophique, le terme d' "Orient" relève d'abord d'un sème, c'est-à-dire d'un signe proliférant que l'on retrouve à la source d'une véritable idéologie, au sens où, aujourd'hui, on parle par exemple de "langues orientales".

2De là la présence, sans doute a priori insolite, d'un autre vocable, celui de "sésame", impliqué par l'aventure linguistique qui caractérise aussi toute chanson de geste.

3L'Orient en effet est le signe sans doute le plus évident (obsédant même), quoique peut-être aussi le plus secret de la chanson de geste, fréquemment en bout de vers, prolongeant par sa nasale le vers assonance de la laisse monorime du poème français, italien, espagnol ou -mieux encore- la rime alternée de l'octave dans l'épopée chevaleresque des xvè et xviè siècles, elle-même prolongement du rêve orientalisant de la geste des xiiè, xiiiè et xivè siècles.

4D'où les guillemets de notre intitulé enchâssant le terme d' "Orient", signe typographique normalement dénotatif d'un discours direct (ou indirect rapporté) qui ouvre sur une oralité, cette oralité discursive propre au genre médiéval en question.

5Précisément, l'Orient questionne la chanson de geste bien autant que celle-ci questionne le premier nommé.

6En somme, l' "Orient" résonnerait encore grâce à sa fréquente diérèse qui distingue aussi le mot dans sa transcription typographique, comme un mot magique ou bien tel un olifant de paladin lui-même instrument aux résonances asiatiques évoquant, par déviance métonymique à peine déguisée, la démesure archétypique d'un animal colossal à la proverbiale mémoire.

7Précisément, l'une de nos chansons de geste (espagnole s'attarde - ce n'est point un hasard - sur l'éléphant ... d'Asie, créature à mi-chemin de la réalité et de la monstruosité.

8Ainsi, le mot "Orient" s'ouvre comme le signe mixte, écrit et sonore, d'une aventure linguistique que nous nous proposons d'esquisser et de décrire pour partir, avec la chanson de geste des xiiè, xiiiè et xivè siècles et même plus tardivement parfois, à la découverte d' "estranges pays".

***

9Sans l'Orient, il n'est point trop exagéré d'affirmer que la chanson de geste et l'épopée chevaleresque perdraient énormément de leur intérêt et même de leur raison d'être. Point de mire ou présence obsédante, cet "orient" justifie et exalte l'aventure dans sa triple dimension militaire, religieuse et plus secondairement sentimentale.

10Sans les "estranges contrées", l'appel et la séduction de l'Inconnu et du merveilleux s'évanouiraient totalement, aliment ou résultante de l'Aventure sous toutes ses formes, que la langue recrée pour la célébrer autrement. Ce qui suscite l'admiration et fait naître la "merveille" en langue française, italienne, espagnole est le mot-clé, liminaire ou final, des chansons de geste qui entretiennent plus d'un point de ressemblance avec d'autres écrits, moins fictionnels, plus proches des réalités de l'aventure commerciale ou guerrière.

  • 1 Histoire anonyme de la 1ère Croisade ; cf. bibliographie ; p. 4.

11Au début du xiiè siècle, la relation apparentée à la chronique qu'est la Gesta Francorum1 place le départ sous le signe des croix cousues sur l'épaule droite et dans le sillage de "Karolus Magnus, mirificus rex Franciae" (I, § 2). S'adressant au xiiiè siècle aux :

Seigneurs, empereurs et rois, ducs et marquis, comtes et bourgeois et toutes gens qui (veulent) connaître les divergences rares des hommes et les diverses régions du monde...

12Marco Polo recommande le livre qu'il a dicté, et qui regorge de merveilles :

  • 2 Le. Livre de Marco Polo ou le Devisement du Monde, texte intégral mis en français moderne et comme (...)

... prenez ce livre et le faites lire, et vous y trouverez toutes les grandissimes merveilles et les diversités de la Grande Arménie, et de la Perse, et des tartares et de l'Inde.2

13L'Orient est déjà là dans les écrits, au bout du voyage, qu'il soit celui de l'imaginaire ou celui du périple marchand, du pèlerinage missionnaire, de l'expédition guerrière ou de la quête mystique.

  • 3 Dante Alighieri, Divine Comédie, Purg. I, 201; VIII, 11 ; IX, 2 ; XXVI1, 94.
  • 4 Le Tasse, Gerusalemme Liberata I,15,v.8 ; IV,23,v.4 ; XIV,14,v.7 ; XV,41,v.l.

14L'"Orient", maître-mot employé quatre fois à la rime par Dante dans le seul royaume de transition qu'est le Purgatoire, tant à son entrée qu'à sa sortie3, est employé encore fréquemment à la rime par le Tasse, dans le dernier tiers du xviè siècle, à l'issue de la sanction tridentine et en pleine réaction de la Contre-Réforme.4

  • 5 J. Attali, op. cit. cf. bibliographie, p. 90, chap. II (la force des choses).

15En guise de "sésame", tout à la fois enracinement et ouverture pour notre propos, un avant-goût du jeu langagier sera donné comme exemple révélateur de l'aventure linguistique de la chanson de geste : le mot "Babylone". "Babylone", certes, est bien évidemment l'un des pôles de la conquête alexandrine vers l'Extrême Orient de El libro de Alixandre ; mais il apparaît également dans nombre de chansons de geste où il équivaut à la désignation d'une autre capitale orientale, un autre foyer culturel exotique, non plus assyrien mais égyptien : le Caire. Or Babylone, cette "Babylone égyptienne" ouvre, selon son étymologie "les portes de l'Orient"5 et se confond avec les destinées d'une autre capitale, la métropole et ville sainte du Nil qui est, toujours selon l'étymologie, "la victorieuse" (El Qāhirahh en arabe).

16Mais quel est donc cet Orient ensorceleur et source inépuisable de "merveilles" pour le paladin, pour le croisé, pour le marchand, pour le pèlerin ?

***

17Il est celui de la conquête, mais une conquête qui se confond avec la reconquête inscrite par définition dans l'histoire de la Croisade dès la fin du xiè siècle et dans celle de pays comme l'Espagne (la Reconquista).

18Il est tout autant par conséquent celui d'une renaissance que d'une véritable naissance au sens où la libération du Saint Sépulcre (cf. première octave de la Jérusalem délivrée) est la condition d'une adoration retrouvée et d'un culte récupéré à sa source (dernier vers de la dernière octave, dans la même épopée) ; où cette reconquête est le gage d'un retour dans la patrie d'origine, une fois la mission libératrice et salvatrice des Lieux Saints accomplie (dernier vers de la première octave, id.).

  • 6 P. Claudel, Connaissance de l'Est : la première série de ces essais, écrite entre 1895 et 1900 a é (...)

19Finalement, cet "Orient" pourrait fort bien s'apparenter à l'Orient de celui qui, au prix d'une étymologie contestable, voulait re-naître à son contact : ce poète chrétien, consul de France à Shangaī, Fou-Tchéou, Pékin et Tien-Tsin qui désirait que ses impressions d'Extrême-Orient consignées dans son ouvrage Connaissance de l'Est6 s'entendent et se lisent comme "co-naissance".

20L'Orient de la chanson de geste, à bien l'entendre, sera donc double : celui de la quête, objet d'un immense désir, mais aussi celui d'une présence "à rebours" dans certains pays occidentaux, latins de surcroît, où il est lui-même conquérant.

***

21L'Orient sera d'abord celui de la conquête : que celle-ci, au sens focalisé et très finalisé, coïncide avec une optique très précise, d'abord religieuse et spirituelle, celle des Croisades dont l'acte suprême et le point culminant de la geste seront constitués par l'assaut et la prise de Jérusalem et par la libération des Lieux Saints : la Jérusalem délivrée en est la survivance tardive ; ou bien que celle-ci soit, au sens le plus étroit, purement relationnel et restrictif, un Orient indirect sur le chemin rituel de Saint Jacques de Compostelle (campus stellae), ce patron de l'Espagne, saint militant s'il en est qu'on représente inconographiquement sur sa monture armé de son épée de chevalier de la guerre sainte. A ce schéma réduit à l'itinéraire partiellement ibérique, sur arrière-fond d'Orient, répondent l'Entrée d'Espagne et son adaptation italienne, Li Fatti di Spagna où Charlemagne s'oppose au roi sarrasin Marsile.

22Conquête revêt enfin un autre sens, beaucoup plus ouvert : conquête absolue, impérialiste, celle de la Chanson d'Antioche et surtout celle contée dans El libro de Alixandre qui recule au plus loin, au fin fond de l'Orient, l'appétit insatiable de conquêtes.

23En somme : objectif stratégique ponctuel ou au contraire simple trajectoire et tracé limité, mais aussi vaste espace quasiment mythique ouvert à la démesure et aux ambitions sans limites d'un conquérant, l'Orient c'est tout cela à la fois. Il appelle, concrétise et - pourrait-on-dire - synchrétise la geste et le récit épiques.

24Le mythe est si puissant qu'une aventure plutôt toute intérieure, simplifiée à un débat psychologique quasiment d'ordre individuel et exclusivement français et du nord comme Raoul de Cambrai, laisse pourtant entrevoir une échappée lointaine et discrète, un Orient en filigrane où Bernier s'est croisé (I, XVIII) et où il a connu l'expiation du côté de la Palestine.

***

25L'autre Orient, revers de la médaille, sera celui paradoxal de l'invasion : un Orient à rebours, à l'heure européenne ; celui des invasions et de l'occupation sarrasine ou maure, ottomane ou autre (gothique), Un Orient d'importation cette fois qui tente de s'implanter sur le territoire de nations latines très -chrétiennes telles la France, l'Italie, l'Espagne et le Portugal et qui les marquera de son empreinte culturelle, artistique mais aussi linguistique : dans la toponymie (Gibraltar, Marsala, Algarve), dans la civilisation de l'échéance et de la production (le sarrazin ou blé noir).

  • 7 En fait, la panoplie des Dieux : Trivigant, Apollin, Macom, Jupin.

26Bref, un Orient qui entre en conflit avec l'Occident d'abord mais pas exclusivement : la Croix contre le Croissant, Mahomet et les autres divinités contre Jésus7.

27De cet Orient d'Europe, de cette Europe occidentale qui vit malgré elle à l'heure orientale peuvent se réclamer l'Entrée d'Espagne encore, mais aussi les Narbonnais qui s'achèvent sur le rejet des vaincus (amirant compris) à la mer, Aymeri de Narbonne où les troupes païennes décimées subissent le même sort et rejoignent au plus vite Cordoue par la mer, ou encore la chanson de Guillaume (CXIX, v. 1700 ; CXXII, v. 1860). La première nommée de ces chansons de geste illustre même les deux faces de l'Orient examinées précédemment puisque sur les quinze mille vers qu'elle comprend, plus d'une dizaine de milliers sont consacrés, d'abord au second visage, celui d'un Orient envahisseur de pays occidentaux alors que la partie restante est véritablement orientale où Roland s'exile au-delà des mers pour se faire "là-bas" champion de la foi chrétienne.

28Ainsi, l'horizon "du côté oriental", l'horizon de la fuite des envahisseurs ou de l'expédition (des Croisés par ex.) sera l'horizon marin, barrière réelle et fictive entre deux mondes qui ne deviendra réellement champ épique et enjeu que fort tard avec les Lusiades (X, v. 142) mais qui constitue déjà une ligne de démarcation dans El libro de Alixandre puisqu'après une première fois franchi l'Hellespont :

En mal punto naciemos e passemos la mar (str. 1835, v. 3)

29dans le but d'atteindre l'Euphrate, le Tigre jusqu'à l'Indus, après avoir pris et soumis des cités prestigieuses comme Tyr, Babylone et Suse, et brûlé Persépolis, c'est la mer que les troupes alexandrines doivent retraverser (str. 2462), après dix ans d'Asie (str. 2467) pour rentrer en Europe et regagner l'Espagne.

  • 8 27 livres publiés en 1547 ; les 18 derniers seront publiés en 1548 ; le poème est écrit en hendéca (...)

30Ce second Orient est tout aussi important que le premier, d'extraversion : c'est celui-ci que récupérera au milieu du xviè siècle le Vicentin Trissino avec son grand poème héroïque de quarante-cinq livres, l'Italie libérée des Goths8, écrit contrairement aux deux dernières épopées du xviè siècle, celles du Tasse et de Camoens, à la veille du Concile de Trente et qui relate précisément la reconquête de l'Italie par les deux généraux de Justinien, Bélisaire et Narxès.

  • 9 Jean Lacroix, La nouvelle en vers en Italie de 1792 à 1853, Thèse d'État, Université de Nice, broc (...)
  • 10 Ibidem, t. II; p. 380 sqq; chap. I, 4°).

31Cet Orient d'un second type sera aussi et surtout le modèle a contrario de l'Opéra - et spécifiquement italien - ainsi que celui d'autres genres en vogue dans la première moitié du xixè siècle comme la nouvelle en vers9 ; dans l'un et l'autre domaines, musical et littéraire, il servira de ferment patriotique pro domo à une Italie préoccupée de son Unité et de son Indépendance dans le cadre de la lutte pour les "nationalités". Les Turcs en Italie de Rossini, en 1814, et la fresque en neuf épisodes de Silvio Pellico I Saluzzesi (Les gens de Saluzzo), en 1837, répondent à ce schéma.10

32Dans cette même période, thème et localisation dramatiques de la chanson de geste inspirent encore certains opéras si l'on veut bien se souvenir que Cari-Maria von Weber tire son Euryanthe (1823) de Huon de Bordeaux qui était paru... dans la "Bibliothèque bleue", et que la Favorite (1840) de Donizetti qui se déroule en Castille au xivè siècle voit deux de ses actes (le premier et le quatrième) situés au monastère de Saint-Jacques de Compostelle.

***

  • 11 Épopée souvent réductible à ce titre fourni par le chef de l'expédition. Cf. il Goffredo, poema er (...)

33L'Orient d'abord cristallise les rêves et justifie l'entreprise audacieuse non seulement d'une collectivité mais encore mieux d'un être exceptionnel à la hauteur de sa démesure et de ses espaces vierges et inconnus ; un individu hors du commun au service d'une autorité et parfois la débordant et se rebellant à elle. Nom et renom s'imbriquent grâce à l'aventure orientale. C'est le cas du Roland de la Chanson d'Antioche qui défie Charlemagne et se fait le champion de l'Occident en Orient ; celui du Renaud de Rinaldino da Montalbano qui s'est fait pélerin du monde entier avec ses deux voyages orientaux ; encore celui de Godefroi11 dans l'épopée tardive italienne des xvè et xviè siècles ; c'est enfin - cas le plus typique - celui d'Alexandre, héros du livre de la geste la plus orientale qui soit, celle de plus de dix mille vers de Gonzalo Berceo ; dans El libro de Alixandre en effet, l'enfance du héros s'apparente à celle mythique d'Hercule ; à cet enfant à l'enfance prodigieuse, un prophète ... venu de l'Orient et versé dans les lettres égyptiennes a prédit qu'il s'en ira conquérir les peuples de l'Inde :

est nino conquirrà las indianas yentes. (Str. 21, V. 1)

34Et ce héros en germe que le tout jeune enfant est déjà (il a douze ans à peine) s'en va déclarant - déclamant - son ambitieux projet d'abandonner l'Europe et de passer au-delà des mers pour venir conquérir rien moins que l'Asie où il défiera Darius :

Dexaré Europa e passaré la mar ; (str. 25, v. 2)

... Iré conquerir Αsia e con Dario lidiar. (str. 25, v. 2).

35Pour tous ces champions d'exception, un espace au départ mythique convient, qui satisfait le déploiement de l'imaginaire et la mémorisation corrélative de leurs hauts faits et gestes. L'espace oriental fortifie et agrandit le nom et le renom qui, à .leur tour, secrètent un Orient à leur démesure. Déficitaire, le langage qui en re-dit les mille et une péripéties (expéditions, batailles rangées, ambassades et sièges, duels, etc...) est en même temps un langage à vocation pléthorique. La litote y est toute proche de l'hyperbole. Ces deux vers empruntés à l'épopée tardive de la Jérusalem délivrée :

  • 12 Le Tasse, La Gerusalemme liberata, XIII, 8, v. 7-8.

et ces humbles notes qu'il ajouta
une langue, si impie elle n'est point, ne le peut redire12

36pourraient être à eux seuls définir la caractéristique du langage de la chanson de geste tout entière.

37Et un autre langage, plus codé encore, s'imbrique dans le premier : celui des lettres ou messages directs, retranscrits tels quels ou au contraire ramassés en style indirect, inscriptions (peinture, arbres, pierres tombales), comptes rendus de messagers, avertissements de prophètes ou décrets sibyllins de magiciens, songes de la nuit et de l'ombre, dialogues-altercations entre chefs constituent la trame écrite / orale qui court d'un camp à l'autre ou à l'intérieur de l'un et de l'autre camps. Ce qui est pré-dit, ce qui se re-dit ou tout simplement ce qui se dit menace ou apaise, édicté ou supplie, condamne ou absout. A tous égards, ce langage est redevable d'une énonciation épi -grammatique elle-même source d'emphase.

***

38C'est dans un tel contexte thématique et linguistique que l'Orient et l' "étrange" se marient c'est-à-dire s'échangent et s'appellent, complémentaires et parfois parallèles.

  • 13 Dante Alighieri, Par. XI, 52-54.

39Avec "Orient" et "étrange", il s'agit de deux mots magiques aux effets polysémiques analogues au cor qui, dans la Chanson de Roland, n'a qu'une fonction d'avertissement tardif et de pressentiment impuissant du tragique qui va suivre mais qui, dans d'autres chansons ultérieures, agira de manière plus positive et débouchera sur une intervention opportunément efficace. Ces deux mots magiques font partie intégrante et littérale d'abord de la chanson de geste "orientée" outremer, du côté où le soleil se lève, au sens astronomique et mystique où l'emploie Dante au chant XI du Paradis pour la double étymologie d'Assise ("ascendere" : monter) et d' "0rient"13, à la source même du monde où d'une certaine manière l'on naît et l'on renaît (orior) dans un espace si vaste, plus que continental, et si illimité que la géopolitique a pris l'habitude de le découper et de le prolonger en "proche", "moyen" et "extrême".

  • 14 Dizionario etimologico della lingua italiana, M. Cortelazzo, P. Zolli, II, Bologna, Zanichelli, 19 (...)

40L'autre mot (sème) de la chanson de geste - l'"«étrange" - dénote la sortie, la vision excentrée en direction de l'Autre et pour lequel l'italien particulièrement riche en connotations joue sur les notions d'étranger (straniero), d'étrangeté (strano), de mise à l'écart voire d'exclusion (estraneo) et, à la limite, d'aliénation fût-elle déguisée, ou à tout le moins d'occultation (straniare) :14 tous vocables dérivés du français "estrangier" et "estrange".

  • 15 Le Tasse, La Gerusalemme liberata, X, 24, v. 1-2 ; id., l'Isola di Fortuna (XV, 37) et jusqu'à la (...)

41Autrement dit, l'étrangeté en habit d'Orient (en livrée devrait-on dire) joue de la polyvalence et de l'interéchange sémique : ainsi le couplage nom-renom déjà examiné peut fort bien se dédoubler d'une autre manière, associant "renommée" et "fortune", le dernier terme pouvant figurer, autant que le premier nommé, une divinité présidant à l'orientation d'une existence humaine, humble ou plus prestigieuse. Ce peut être par conséquent aussi sous des doubles auspices antinomiques que se place la conquête ou la reconquête de l'Orient, remplie des risques et des bienfaits que l'une et l'autre font diversement courir ou prodiguent aux héros de la chanson de geste.15

42Aussi, partir pour l'Orient ou le côtoyer par invasions interposées, s'embarquer ou faire rembarquer vers "d'estranges pays" revient-il moins à entreprendre qu'à répéter un départ en vue d'un ressourcement, à illustrer un rite que la chanson de geste, genre poétique ritualisé s'il en est, mime à merveille : les nombreux départs s'y feront ou se répèteront inlassablement à l'aurore d'un jour nouveau.

***

43Linguistiquement parlant, l'étrangeté ressort de la conjonction des deux sens du mot "geste" : celui, historico-narratif d'un récit lié à de hauts faits-et-gestes et pénétré de légendaire, rehaussé de symbolique ; celui structural de regroupement de poèmes autour d'un thème identique.

  • 16 Les Narbonnais, op. cit. cf. bibliographie ;

44"Estrange" connote par conséquent un vaste espace naturel ou institutionnel, un vide à combler qui s'appelle "contrée" ou "pays" à la fin du xiiè siècle chez Richard le Pélerin dans la Chanson d'Antioche (CCLVVV, v. 6735) ; qui peut s'appeler ailleurs royaume ("en estrange regné")16 chez le Champenois Bertrand de Bar-sur-Aube, au début du xiiiè dans les Narbonnais ; qui se réfère aux peuplades pour Gonzalo Berceo dans El libro de Alixandre, au milieu du xiiiè siècle : "esas yentes estrañas" - (L.IV, 2) et, plus tard, dans les premières années du xivè siècle, aux "villes" dans l'Entrée d'Espagne" (XXXV, 726).

45Le rituel de l'étrangeté confié à la partie assonancée du vers ou - parfois - rejeté en fin de laisse sur le vers orphelin (Les Narbonnais, XXVII, 874) indique bien le but recherché, l'insistance sur un Inconnu à découvrir, sur la nouveauté à mettre au jour.

46Un pas de plus est franchi avec les chansons de geste remaniées et revues par les Italiens dont les Reali di Francia d'Andrea da Barberino, au xivè siècle, mettront en exergue la recherche de l'inusité, le spectacle voire la vision de l'insolite assez souvent fort peu dissociables d'une beauté subjugante.

  • 17 Reali di Francia, p. 177, X. livre VI, IV, p. 28 ; 1. VI, LIX, le chapitre des exploits de Roland (...)

47L'épithète pellegrino que Pétrarque emploie dans sa chanson All'Italia pour désigner le barbare et l'envahisseur ("le pellegrine spade"), cette épithète très usitée au Moyen Age réalise la conjonction de multiples significations : depuis celle de l'errant lié au "pélerin" - et de l'errant loin de ses attaches et de ses racines comme l'est justement le Roland des Reali ("viva il pellegrino Orlandino")-jusqu'à celle d' "élégant" (élégance de l'âme, prestance physique aussi) qui suscite l'admiration, en passant par celle d'une certaine disponibilité naïve à aborder les horizons lointains, inconnus et insolites de l'Orient, terre de mystères.17

48Or, pour discrète que soit la présence des femmes dans la chanson de geste et leur rôle plutôt limité, il n'en reste pas moins que, ça et là, d'étranges figurations féminines, symboliques de l'errance et d'une certaine forme de marginalisation tranchent sur l'hégémonie masculine : la jongleuse Tarsiana par exemple, dans El libro de Apollonio, poème aragonais du xiiiè siècle de plus de deux mille cinq cents vers, inspirera à la fois Cervantès pour sa Gitanilla de La Preciosa des Nouvelles exemplaires, Shakespeare pour sa Marina, dans Périclès, prince de Tyr qui se passe dans différents pays de l'Asie Mineure et Victor Hugo pour Esmeralda (Notre-Dame de Paris) ; une autre femme, dans El libro de Alixandre, est cette Calestris - ou Talestris - la reine des Amazones dont le royaume près de l'Arménie, sur les rives de la mer Noire, est aussi signalé au cours des errances asiatiques des Reali di Francia (VII, XII, XXI).

***

  • 18 Cette fonction de vide, très tenace jusqu'à nous, n'est pas à négliger (cf. Le Clézio, Le Désert(...)

49L'étrange - on le voit - connote ou accroît la magie intrinsèque de l'Orient immense, hétéroclite, inconnu et secret, à tout le moins fascinant et incantatoire rien que par les noms qui le désignent - de villes, de régions, de déserts ...18

50Délaissant volontairement le côté notoirement fascinant et enchanteur des splendeurs orientales qui a fait l'objet d'un précédent colloque aixois, nous nous contenterons ici de mettre en évidence, au-delà du cliché esthétique, quatre centres d'intérêt linguistique sous le sceau de l'Orient et de l'étrange.

*

51En premier lieu, un exemple de redondance à but emphatique est le recouvrement de l'Orient par la ou par les mervei1le(s) ; le mot est par essence de nature hyperbolique au sens où un personnage de la Chanson d'Aspremont, Justin, est qualifié de "un païen d'Orient" (CLVIV v. 3060) et où, comme dans le Poema del Cid (II, 78, v. 1257-80) un personnage de tonsuré (Don Jérôme), bientôt promu au rang d'évêque de Valence, arrive tout auréolé pourrait-on dire de l'Orient :

En estas nuevas todos se alegrando
De parte de Orient, vino un coronado.

52émergeant de la lumière naissante, aurorale, virginale, baignant dans cette lumière et la charriant avec lui comme un véritable saint.

53Et l'Orient prend - sous cet aspect-là - d'autant plus de relief eu égard à sa splendeur et à ses "merveilles" que l'on a affaire à une figure chrétienne de légende qui a régné en Orient (Ugo d'Alvernia) : ce Prêtre Gianni (ou Presto Giovanni), roi chrétien très riche et très puissant dont il est dit au livre III (ch. III) qu'il régna sur l'Inde, l'Asie et sur l'Éthiopie.

54Curieuse réversibilité qui fait par ailleurs que la mention "gent d'outremer" peut indifféremment s'appliquer aux Orientaux (définis ainsi par les Européens) ou aux Occidentaux désignés ainsi par les Asiatiques : une telle réversibilité est à la mesure de la relativité des points de vue qui s'entremêlent dans la chanson de geste.

55Bref, l'Orient accumule et exhibe les merveilles comme les annonce Aymeri de Narbonne :

..."si merveilles com vos m'orroiz conter, (XCVII, v. 3499-3506)

56ou, mieux encore, telles que les dépeint El libro de Alixandre, par paliers narratifs successifs qui ajoutent, puis surajoutent merveilles sur merveilles (2155 ; 2470) ; après la légende troyenne, après le grand affrontement Darius - Alexandre (première puis deuxième bataille), après un autre affrontement avec Poro et la surprenante réconciliation qui en découle, on assiste à la plongée dans l'Au-delà et à la description de l'Enfer ("nuevas maravillas de Oriente") ; enfin, l'on assiste à un final solaire et lunaire et au triomphe d'Alexandre ("nuevas rarezas orientales"). Autant d'actes et d'exploits diversifiés qui font de la nouveauté l'expression hyperbolique d'une saturation d'émerveillement qui profite à la geste impérialiste alexandrine.

*

57Autre centre d'intérêt, plus franchement mystique - et dans les deux sens indistinctement aussi bien païen que chrétien - l'Orient est, non seulement, ce vers quoi la collectivité se dirige mais aussi le tropisme obligé de l'acte de la prière du chef ou de l'humble : en direction de la jeune lumière qui naît avec le jour.

58C'est vers l'Orient que dirige ses regards et son esprit 1 Orant agenouillé ; et ce du milieu du xiiè siècle au milieu du xivè siècle. Dans le Couronnement de Louis, chanson de geste à l'intitulé en soi à valeur héraldique, un païen que Guillaume voit s'approcher (XXI, v. 671) "laid et hideux", tourne son visage vers l'Orient comme pour conjurer son effroi et implorer son aide ; dans la Chanson d'Antioche, c'est Enguerrant, cette fois qui :

... a tourné ses mains amont vers
Orient Puis prie Damedeu ... CXIX, v. 267).

59Dans les premières années du xixè siècle, c'est au tour du Roland de l'Entrée d'Espagne de s'agenouiller humblement en direction de l'Est (CLXIX, v. 4137 - 39) ; enfin dans la seconde moitié de ce même siècle, Li Fatti di Spagna voient Charles lui-même prier, le visage regardant l'Orient (XXVIII, p. 843).

  • 19 Canavaggio, Cervantès, op. cit. ; cf. bibliographie, le chapitre consacré à Lépante. Chez le Tasse (...)

60Une telle unanimité dans la fascination pour la lumière et pour le soleil levant n'occulte pas néanmoins la réalité d'un affrontement plus gigantesque Orient contre Occident, un diptyque que certaines chansons de gestes affichent mais de façon moins irréductible qu'on ne pourrait le penser : moins un face à face sans merci à l'issue duquel le second écraserait le premier, que les deux faces d'un même miroir. Bien sûr - et tard au xviè siècle, au temps de la Contre-Réforme, - i1 redeviendra gigantesque, historiquement réel et implacable dont la limite paroxystique sera constituée par la victoire décisive, navale, des nations chrétiennes réunies à Lépante (1571), juste un an avant que ne paraissent Les Lusiades.19 »

  • 20 Le Tasse, Ger. Liberata ; VI, 21, v.3 ; IX, 71, v. 1-2 pour Clorinde ; XX, 14, v. 2 pour Goffredo.

61Pure apparence d'un conflit rigide, tant place il y a pour les convertis : Malzerigi dans la Prise de Pampelune, Balan dans la chanson d'Aspremont ou Rainouart, cas typique de la Chanson de Guillaume : ce garçon cuisinier et jeune géant oscille entre les deux camps ; pure apparence encore puisque Berceo prétendait écrire (cf. incipit) "le livre d'un roi païen" et que son Orient gigantesque embrassait curieusement trois continents : l'Europe, l'Asie et l'Afrique. En revanche, plus radicale sera l'opposition, au temps du Tasse, avec Clorinde qui combat les armées de l'Occident et avec Godefroy qui se pose à la fin de la Jérusalem délivrée, en "domator de l'Oriente".20

*

62Dernier centre d'intérêt (à moins que ce ne soit le premier) : celui d'une fin qui serait éternel recommencement. L'Orient s'identifie à l'aurore, au lieu de la naissance (des religions entre autres) ; l'Orient est le seuil à atteindre et à franchir jusqu'au xviè siècle compris où le Tasse réserve à ce mot, à l'ouverture de son épopée, la notion de "portes" (I, 71, v. 1-2) et près de son achèvement, la notion de jusqu'au-boutisme : "estremo" (XVII, 3, v. 6).

  • 21 Aymeri de Narbonne, op. cit., cf. bibliographie, XXXVIII, 1284; LXXII, 2486; LXXXIV, 2936.
  • 22 La Chanson d'Antioche, CLXXIII, 3988 ; CC, 4821-24 ; CCXIII, 5192.

63De là peut-être la fréquence du stylème hyperbolique : "jusqu'en Inde major" dans Aymeri de Narbonne21 ou, plus connue, celle de l'expression "desci qu'en Orient", dans la même chanson de geste, dans la Chanson d'Aspremont (I, 322, v. 6356) ou dans bien d'autres encore comme la Chanson d'Antioche.22

64Dans cette dernière, l'Orient est devenue la référence obligée, positive pour la louange d'un coursier d'élite (CCXXX, v. 5524) ou négative pour la malédiction prometteuse de carnage (CCXLIII, v.5870-71).

65De toute façon il est la amrque sans conteste de la démesure et fait figure d'enjeu proprement mythique.

***

66Le mythe prend tout son sens en grande partie grâce à son fréquent éclairage sudiste et grâce à la notion de contact.

67L'aventure linguistique à l'effigie de l'Orient implique en effet principalement, au départ ou en retour, la traversée et la fréquentation des zones méridionales de pays, de contrées ou l'on "latine" (y compris par interprète ou latinier/latimier interposé), où l'on "parle roman" : Rome et la Calabre ; Provence, Languedoc et Aquitaine ; Castille mais aussi pays sévillan, cordouan et Algarve.

68Ce Sud occidental prédisposait historiquement et géographiquement aux contacts par les rivages méditerranéens, avec le monde africain d'abord (d'où le prototype du Sarrasin) et, au-delà, avec le monde musulman islamique et, plus loin encore, asiatique : d'où les mots très généralisant et passablement déformants de "Maures" et de "Chrétiens" pour décrire un affrontement en apparence dichotomique.

  • 23 Waujf Boutros Ghali, op. cit., cf. bibliographie, p. 17, chap. "De l'influence des Arabes sur les (...)

69Or, contact implique échange et met en jeu - qu'on le veuille ou non - une réciprocité. L'historien arabe Waujf Boutros Ghali auteur, au début de ce siècle d'un ouvrage sur la Tradition chevaleresque des Arabes se plaît fort justement à rappeler les liens réels, historiques d'antériorité et d'influence entre le monde arabe oriental et le monde franc carolingien, notamment le fait que la Chronique de Turpin qui a précédé tous les romans de chevalerie affirme (chap. XX) que Charlemagne avait reçu l'Ordre de Chevalerie de Galafron Amir (admirantus) et qu'un fabliau du xiè siècle atteste que Saladin, "homme très puissant et très loyal sarrazin" fut armé chevalier par le prince Hugues de Tabaric23.

70Le même historien arabe propose un renversement de perspectives dans la relation entre l'institution et le rituel passé dans les moeurs :

En Europe, l'institution a précédé les moeurs, au lieu que chez les Arabes l'institution est venue tard au moment où le sentiment chevaleresque allait s'affaiblissant.

71C'est sur la circularité du langage que nous achèverons cette étude : d'un langage réversible d'idéologies plus souples qu'on ne le pense derrière l'apparente rigidité des codes dont est issue la chanson de geste.

72La rémanence fort tardive, parfois jusqu'à notre époque, de pratiques et de rituels tant historiques que littéraires du monde chevaleresque va jouer dans les deux sens : celui d'une réévaluation fût-ce au prix d'une épuration ; celui d'une certaine dérision et du constat d'un hiatus entre culture populaire et culture élitiste et bourgeoise institutionnalisée.

  • Pratiques historiques et comportement sociologique en France par exemple : J.P. Roux, dans un récent ouvrage consacré à ce qu'il nomme une phénoménologie du sang24, rappelle que l'adoubement se retrouve encore sous François Ier, devenu bien vite une véritable initiation finissant par se confondre avec un sacrement après n'avoir été, au départ, qu'un simple entraînement pour contrôler les capacités physiques du chevalier.
  • Pratiques littéraires et culturelles aussi, en Italie tout spécialement :
  • 25 Al. Manzoni, I Promessi Sposi a cura di P. Nardi, Ed. scolast. Mondadori. Chap. XXIV, p. 344 ; cha (...)

73Le pays des épopées ou des poèmes chevaleresques tardives (Pulci, Boiardo, l'Arioste, le Tasse, Trissino) voit, au xixè siècle d'abord, une curieuse résurgence du topos de la chanson de geste. Manzoni en effet, au chapitre XXIV de ses Fiancés, récit fondateur de la tradition romanesque, rappelle, au sujet d'une figure de second plan (un tailleur de village lombard), l'engouement dans les milieux populaires ruraux du Nord pour les Reali di Francia et pour Guerrin il Meschino ; pour ces épopées qui, aujourd'hui encore, font l'objet d'une vogue indéniable au travers de bandes dessinées, de séries télévisées, de remakes qui sont parfois de vrais récritures proposées par des talents confirmés comme Italo Calvino ou Giuliani.25

  • 26 Pupi et cantastorie font partie du folklore sicilien mais les seconds nommés ont pratiquement disp (...)
  • 27 Dante Alighieri, des traces des cycles en question dans la Divine Comédie : cf. Inf. IV, 129 ; ibi (...)

74Comme font l'objet encore, ou faisaient l'objet il n'y a pas si longtemps, de motifs iconographiques (panneaux historiés sur les charrettes siciliennes), ou de récits oralisés périodiques et mimés (par la bouche des cantastorie ou des pupi)26, les chansons de geste et les épopées du cycle carolingien et arthurien.27

***

75Or, ce n'est point un hasard justement si un certain nombre d'historiens de ce xixè épris de Moyen Age - et d'historiens de la culture médiévale - reconsidèrent plus objectivement, des deux côtés des Alpes, les rapports réels, historiques, commerciaux, religieux et culturels, entre les deux civilisations, orientale et occidentale.

  • 28 Le premier est l'auteur d'un Précis historique sur les Maures, le second sur la Civilisation des A (...)

76Citons côté français, Fauriel, avec son Histoire de la poésie provençale et, côté italien, Sismondi avec son ouvrage De la littérature du midi de la France sans parler d'autres auteurs - français - comme Florian, Gustave le Bon ou Louis Viardot.28.

***

CONCLUSION

771 - Du xiiè jusqu'à la fracture tardive introduite par le Concile de Trente au-delà de laquelle on écrit "autrement" des épopées, portugaise et italienne, l'Orient demeure la fascination permanente, la présence accrue d'"estranges contrées", la fixation de tous au-delà des mers, vers des déserts peuplés des noms magiques de villes convoitées et prises : Tyr, Persépolis, Suse, Babylone, Antioche, Jérusalem, Troie, Damas...

78Son prestige est tel dans la conquête ou dans la reconquête diversifiée (des Lieux Saints, d'un Empire, de marchés...) qu'il a -on l'a constaté - une fonction réversible mythique que le langage épique, sur la lancée de la chanson de geste, n'a de cesse de traduire et de remplir.

  • 29 J. Favier, op. cit., dès l'ouverture de son ouvrage, au début du premier chapitre qu'il intitule j (...)

79Ce langage traduit aussi, a posteriori, (rares sont les témoins contemporains de la geste qu'ils écrivent comme l'est par exemple l'auteur de Raoul de Cambrai ou celui de la Chanson des Albigeois) une réalité politico-économique vieille de plusieurs siècles puisque déjà au viiè et au viiiè siècles, l'Orient est partout présent en Gaule comme en Italie et en Espagne et que ses religions ont envahi l'Occident, celles de Mithra et du Christ.29

80Il était donc dans l'ordre des choses et dans la nature des faits historiques de prendre en compte la double facette d'un Orient réversible, à double sens : un Orient attractif qui appelle la conquête vers de nouveaux horizons outremer, et un Orient importé, envahisseur et à son tour conquérant venu contester l'Occident sur son territoire, dans sa mentalité et dans son (ou ses) langage(s).

  • 30 Fréquentes incursions ottomanes sur les rivages de l'Italie du Sud jusqu'à Lépante ; longue occupa (...)

812 - Que l'auteur (ou les auteurs successifs) des chansons de geste soi(en)t demeuré(s) anonyme(s) ou au contraire qu'ils aient une identité connue (Andrea da Barberino, Gonzalo Berceo, Nicolas de Vérone) ; qu'en France, en Italie ou en Espagne cet auteur témoin direct ou dépositaire d'une tradition parfois très ancienne soit d'origine septentrionale ou qu'il appartienne plutôt aux franges méridionales des pays considérés, c'est-à-dire plus proches et plus familiers d'une connaissance et d'une appréciation atavique du mirage et des réalités orientales30, autant de diversifications stratégiques d'un unique objectif, d'un même parcours bidirectionnel, d'un identique "kaléidoscope" oriental : ce dernier terme, en dépit de sa naissance tardive (il date du xixè siècle) n'en traduit pas moins dans son étymologie ("belle vue") une grande partie de la séduction et de la fascination exercée par l'Orient de conquête et par l'Orient conquérant.

  • 31 J. Favier, ibid., chap. I, p. 32.

82Prestige oriental d'ailleurs ressenti de bonne heure : ce fut le cas spécifique de l'Itale. Jean Favrier, dans un ouvrage récent, De l'or et des épices,31 le rappelle fort opportunément : ce pays n'avait point en effet attendu les Croisades pour commercer, avec l'Islam, grâce à ses flottes, les premières d'Europe à l'époque.

  • 32 Amerigo Vespucci, op. cit., (cf. bibliographie).
  • 33 L. Camoens, Les Lusiades, op. cit., V, 37, 41 ; VII, 15-16 ; 55 ; 71. VIII, 72 ; X, 52 v. 9 ; 138, (...)

833 - C'est donc bien d'une aventure linguistique qu'il s'agit, ouverte sur d'autres mondes, en vue d'une nouveauté que les auteurs de chanson de geste ne sont pas les derniers à "découvrir" derrière l'étrangeté, bien avant le siècle dit "des grandes découvertes" consécutives à l'ouverture des voies maritimes transocéaniques ; nouveauté que plus tard un navigateur florentin, Amerigo Vespucci, inscrit dans le titre de sa relation rendant compte du Nouveau Monde32 et qu'un auteur épique lusitanien chante à satiété, plus de trois quarts de siècle après la geste de son compatriote Vasco de Gama, elle-même contemporaine de la geste du Florentin.33

84Cette aventure linguistique ouverte sur d'autres mondes à découvrir avec des mots "chrétiens" et "latins" se place sous le signe de l'amalgame contrairement aux apparences qui pourraient les faire croire dichotomiques de façon caricaturale : elle est une aventure totale confiée à l'oral et à l'écrit, l'un renvoyant à l'autre dans une réciprocité féconde, comme l'Orient qu'on va chercher renvoie et répond à l'Orient qui envahit, dans la réalité et dans la fiction, et qui occupe souvent fort longtemps l'Italie du Sud (Sicile), la France du Sud (cf. Poitiers) et une grande partie de l'Espagne, du Sud notamment, et du Portugal (l'Algarve, "pays de l'Ouest").

854 - Langage-sésame par conséquent dont l'étymologie nous rappelle la source orientale et arabe : cette plante à laquelle est encore du reste attachée l'épithète d'"orientale", devenue ensuite mot de passe et code magique... dans une des oeuvres majeures du patrimoine culturel universel, les Mille et Une Nuits qui, à l'aube d'un xviiiè siècle friand d'exotisme, rassemble à son tour une geste, mais onirique, ludique et magique, dans une oeuvre composite anonyme fruit de l'imaginaire collectif issu du Proche et du Moyen Orient : des récits du désir (Schéhérazade) informant le désir de conter.

  • 34 Cité par P. Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, t. VII, p. 422 (...)

86"Sésame" a proliféré comme la geste porteuse d'Orient, à l'enseigne de l'Orient : de plante oléagineuse d'usage immémorial et appartenant en propre à une culture orientale, elle est devenue mot-clé ; et ce vocable à son tour est devenu cliché.34

87Le sens a essaimé comme la semence qui en est à l'origine et que la chanson de geste française, espagnole, italienne éprise d'Orient, a si bien su faire fructifier.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

A) Chansons de geste consultées et citées dans l'étude :

Aymeri de Narbonne, chanson de geste publiée par la Société des Anciens textes français, n° 42, Paris Didot, 1887, 2 tomes.

La Chanson d'Antioche, édition du texte d'après la version ancienne publiée par Suzanne Duparc-Quoc, Paris, Libr. orient. Paul Geuthner, 1977, 2 tomes.

La Chanson d'Aspremont, chanson de geste du xiiè siècle.

Les Classiques français du Moyen Age, n° 25, texte du manuscrit de Wollaton Hall, édité par Louis Brandin, 2è édit. revue, Paris, Champion, 1924, 2 tomes.

La Chanson de Guillaume, publiée par Duncan Mac Millan, Paris, Ed. Picard, 1949, Société des Anciens textes Français, 2 tomes, 147 et 192 p.

La Chanson de Roland, texte original et traduction par Gérard Moignet, d'après le manuscrit d'Oxford, 3è édit. revue et corrigée, Bibliothèque Bordas, Paris, Bruxelles, Montréal, 1969, 320 p.

Le Couronnement de Louis, chanson de geste du xiiè siècle éditée par Ernest Langlois, les Classiques français du Moyen Age, Paris, H. Champion, 1961, 169 p., variantes et notes pp. 85-156, index, pp. 157-169, 2è édition.

L'Entrée d'Espagne, chanson de geste franco-italienne, publiée d'après le manuscrit unique de Vienne par Antoine Thomas, Paris, Libr. F. Didot, 1913, index noms propres pp. 307-355 ; glossaire pp. 357-412, 2 tomes.

Gonzalo Berceo, El Libro De Alixandre, reconstrucción crίtica de Dana Arthur Nelson, Madrid, Editorial Gredos, Biblioteca Romanica Hispanica, IV, textos 13, 1978, 791 p. (Indice analίtico, pp. 765-791).

Histoire Anonyme de la Première Croisade (gesta Francocrum et aliorum Hieroso-limitanorum), éditée et traduite par Louis Bréhier, Les Classiques de l'Histoire de France au Moyen Age, 2è tirage, Société d'Edition "Les Belles Lettres", 1964.

Les Narbonnais, chanson de geste publiée par Hermann Suchler, Société des Anciens Textes français, n° 42, paris, Didot, 1848, t. I, étude, 250 p. ; t. II, textes, 320 p. vocabulaire pp. 193-227 ; index pp. 229-250.

Poema Del Cid, témoins de l'Espagne, textes bilingues (1), trad. française et préface d'Eugène Kohler, texte critique établi par Don Ramon Menéndez Pidal, paris, Librairie C. Klincksieck, 1955.

Raoul De Cambrai, chanson de geste du xiiiè siècle, renouvelée par Paul Truffau, Paris, l'Artisan du Livre, 1941, 20 p.

Romanzi dei Reali Di francia a cura di Adelaide Mattaini, Milano, Rizzoli, 1957, 1267 p. Cet imposant volume comprend, outre i Reali proprement dits :

– Il libro delle storie (ch. de geste du xivè s.) ;

– Li Fatti de Spagna (pp. 700-877) ;

– Ugone d'Alvernia (pp. 1184-1236) ;

– Rinaldino da Montalbano (pp. 881-966) ;

– Dans le volume Le Origini (testi italiani, latini, provenzali e franco-italiani), Milano, Napoli, Ed. Ricciardi, 1956, 1236 p. Cet imposant volume comprend, entre autres, Il Karleto (pp. 1116-1135), Huon d'Auvergne, poema franco-veneto ; La prise de Pampelune (pp. 1186-1199).

+ autres chansons de geste citées : El Libro de Apollonio, El Libro dels Tres Reis d'Orient.

B) Autres textes d'épopées ou de poèmes chevaleresques, de relations de voyages :

– Camoens (Luis de) : Os Lusiadas, edicᾶo organizada por Emanuele Paulo Ramos, Porto Editora, Porto, 1978, 614 p.

– Camoens (Luis de), Les Lusiades, traduction de Roger Bismut, nv. édit. (Fondation Gulbenkian), Lisbonne, 1961, 384 p.

– Tasso (II), La Gerusalemme liberata, Milano, Rizzoli, B.U.R. n° 113-117, 500 p.

– Tasso (II), La Gerusalemme liberata di T. Tasso raccontata da Alfredo Giuliani, con una scelta del poema, notes pp. 191-243, Milano, Einaudi, coll. Gli Struzzi, n° 12.

– Ariosto (Ludovico), Orlando Furioso di L. Ariosto raccontato da Italo Calvino, con una scelta del poema, notes pp. 233-286, Milano, Einaudi, Gli Struzzi, n° 11.

– Vespucci (Amerigo), Il Mondo nuovo, intr. di Mario Pozzi, Oltramare I, coll. "Viaggiatori italiani dal medioevo al Rinascimento"), Serra e Riva édit., 1984.

Notes

1 Histoire anonyme de la 1ère Croisade ; cf. bibliographie ; p. 4.

2 Le. Livre de Marco Polo ou le Devisement du Monde, texte intégral mis en français moderne et commenté par T' Sterstevens, Paris, Albin Michel, Club Français du Livre, 1963 ; p. 1.

3 Dante Alighieri, Divine Comédie, Purg. I, 201; VIII, 11 ; IX, 2 ; XXVI1, 94.

4 Le Tasse, Gerusalemme Liberata I,15,v.8 ; IV,23,v.4 ; XIV,14,v.7 ; XV,41,v.l.

5 J. Attali, op. cit. cf. bibliographie, p. 90, chap. II (la force des choses).

6 P. Claudel, Connaissance de l'Est : la première série de ces essais, écrite entre 1895 et 1900 a été publiée en 1900; la seconde série, écrite entre 1900 et 1905, l'a été en 1907.

7 En fait, la panoplie des Dieux : Trivigant, Apollin, Macom, Jupin.

8 27 livres publiés en 1547 ; les 18 derniers seront publiés en 1548 ; le poème est écrit en hendécassyllabes.

9 Jean Lacroix, La nouvelle en vers en Italie de 1792 à 1853, Thèse d'État, Université de Nice, brochée, 4 tomes, 1860 p. ; déc. 1986.

10 Ibidem, t. II; p. 380 sqq; chap. I, 4°).

11 Épopée souvent réductible à ce titre fourni par le chef de l'expédition. Cf. il Goffredo, poema eroico del Sig. Torquato Tasso con gli argomenti del Sig. Gio Vicenzo Imperiale, in Padova MDCCLIV. NELLA stamperia del Seminario. Voir aussi l'histoire d'un mot (épithète) entre les deux versions épiques de 1575 (la "liberata'') et de 1593 (la "conquistata"), près de vingt ans après. Idem, le Tasse est l'auteur par ailleurs d'un Rinaldo (en 1562), dix chants d'octaves, soit la moitié moins que la Jérusalem délivrée.

12 Le Tasse, La Gerusalemme liberata, XIII, 8, v. 7-8.

13 Dante Alighieri, Par. XI, 52-54.

14 Dizionario etimologico della lingua italiana, M. Cortelazzo, P. Zolli, II, Bologna, Zanichelli, 1984, p. 403 (estràneo) ; Dizionario etimologico italiano de C. Battisti-Giov. Alessi, Firenze, Barbera, 1966, V, p. 3649.

15 Le Tasse, La Gerusalemme liberata, X, 24, v. 1-2 ; id., l'Isola di Fortuna (XV, 37) et jusqu'à la fin de l'épopée, XX, 108, v. 5. ("Fortuna che varia e instabil erra...").

16 Les Narbonnais, op. cit. cf. bibliographie ;

17 Reali di Francia, p. 177, X. livre VI, IV, p. 28 ; 1. VI, LIX, le chapitre des exploits de Roland issu de parents pauvres.

18 Cette fonction de vide, très tenace jusqu'à nous, n'est pas à négliger (cf. Le Clézio, Le Désert) : le Tasse, Jer. Délivr. XVI, 55, v. 3-4 ; Racine : "Dans l'Orient désert...".

19 Canavaggio, Cervantès, op. cit. ; cf. bibliographie, le chapitre consacré à Lépante. Chez le Tasse, Ger. liberata, II, 76-79.

20 Le Tasse, Ger. Liberata ; VI, 21, v.3 ; IX, 71, v. 1-2 pour Clorinde ; XX, 14, v. 2 pour Goffredo.

21 Aymeri de Narbonne, op. cit., cf. bibliographie, XXXVIII, 1284; LXXII, 2486; LXXXIV, 2936.

22 La Chanson d'Antioche, CLXXIII, 3988 ; CC, 4821-24 ; CCXIII, 5192.

23 Waujf Boutros Ghali, op. cit., cf. bibliographie, p. 17, chap. "De l'influence des Arabes sur les moeurs chevaleresques" ; p. 33, ibidem.

24 J-P. Roux, le Sang, op. cit. pp. 24-28 ; p. 121, à une époque - ajoute l'auteur - où pourtant la chevalerie est morte".

25 Al. Manzoni, I Promessi Sposi a cura di P. Nardi, Ed. scolast. Mondadori. Chap. XXIV, p. 344 ; chap. XXV, p. 362.
Pour les adaptations ou récritures, voir bibliographie ci-après.

26 Pupi et cantastorie font partie du folklore sicilien mais les seconds nommés ont pratiquement disparu.

27 Dante Alighieri, des traces des cycles en question dans la Divine Comédie : cf. Inf. IV, 129 ; ibidem, V, v.128, 134 ; id. XXXII, 62.

28 Le premier est l'auteur d'un Précis historique sur les Maures, le second sur la Civilisation des Arabes, le troisième d'Essais sur l'histoire des Arabes et des Mores d'Espagne.

29 J. Favier, op. cit., dès l'ouverture de son ouvrage, au début du premier chapitre qu'il intitule judicieusement "Horizons" (p. 17).

30 Fréquentes incursions ottomanes sur les rivages de l'Italie du Sud jusqu'à Lépante ; longue occupation mauresque dans l'Espagne du Sud jusqu'à la Reconquista.

31 J. Favier, ibid., chap. I, p. 32.

32 Amerigo Vespucci, op. cit., (cf. bibliographie).

33 L. Camoens, Les Lusiades, op. cit., V, 37, 41 ; VII, 15-16 ; 55 ; 71. VIII, 72 ; X, 52 v. 9 ; 138, 142.

34 Cité par P. Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, t. VII, p. 422 : "Le sésame oriental est originaire de l'Inde : mais de temps immémorial, on le cultive dans l'Orient. On mange ces semences cuites dans du lait".

Auteur

Université Paul Valery Mοntpellier III

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter