Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’étranger à l’étrange ou la conjointure de la merveille

Une arme étrange dans la Chanson de Roland

Michelle Houdeville

Texte intégral

1A plusieurs reprises, dans la Chanson de Roland, l'auteur met l'accent sur la différence fondamentale qui sépare les Francs des Sarrasins.

  • 1 Nous utilisons l'édition de la Chanson de Roland de Pierre Jonin, coll. Folio n° 1150, Paris, Gall (...)
  • 2 Ibid., vv. 1057, 1068, 1098, 3327.

2Paiens unt tort e chrestiens unt dreit1. La ruse et la duplicité des païens, qualifiés de "félons"2, leur assurent un net avantage sur leurs adversaires, comme on le voit à propos du pacte mensonger proposé par Marsile :

  • 3 Ibid., v. 95.

3Nes poet guarder que alques ne l'engignent3.S'agit-il de faits isolés, d'actes accidentels imprévisibles, de simples accidents de parcours ? Ou au contraire d'une stratégie mûrement réfléchie, d'une démarche systématique, en un mot de l'application d'une théorie nouvelle ? Si l'on veut bien resituer le texte dans son environnement historique, si l'on veut bien relire les écrits à la lumière de concepts, sans doute modernes, mais dont l'existence émerge dès l'apparition de sociétés structurées, force est bien d'utiliser un vocabulaire contemporain pour qualifier les techniques tendant à la démoralisation de l'adversaire, à sa déstabilisation. Ne nous trouvons-nous pas ainsi devant une sorte de guerre psychologique axée - déjà ! - sur la désinformation, voire l'action sur le subconscient ?

4Au combat loyal, les Sarrasins substituent fréquemment des manoeuvres tortueuses. Ils pratiquert la ruse de guerre, faisant croire à Charlemagne qu'ils souhaitent la paix, afin de détruire plus commodément son arrière-garde. Il s'agit là d'une opération de diversion. Mais la feinte ne se situe pas seulement au niveau stratégique. Les païens sont aussi trompeurs sur le plan politique : ne pouvant affronter la supériorité militaire de Charlemagne, Marsile, sur le conseil de Blancandrin, lui fait croire qu'il désire négocier. Cette technique leur semble coutumière, du moins si l'on en croit les paroles de Roland aux vers 196-209. Il s'agit là d'une véritable volonté d'intoxication, destinée à conduire l'adversaire à sa perte, ainsi que l'exprime Blancandrin :

  • 4 Ibid., vv. 47-50.

... Par ceste meie destre
E par la barbe ki al piz me ventelet,
L'ost des Franceis verrez sempres desfere.
Francs s'en irunt en France, la lur terre4.

5Les Sarrasins utilisent de nombreux moyens de persuasion. Ouverte, cette dernière ne jouit que d'une crédibilité limitée. Ainsi, Charlemagne émet des doutes :

  • 5 Ibid., vv. 144-146.

Li reis Marsilies est mult mis enemis :
De cez paroles que vos avez ci dit,
En quel mesure en purrai estre fiz ?5

6Les païens doivent alors étayer leurs affirmations sans lésiner sur les moyens destinés à emporter l'adhésion, ce qui suppose le sacrifice délibéré et cynique d'un certain nombre de vies : les otages qui seront livrés à Charlemagne sont voués à la mort mais, pour Blancandrin, pourtant personnellement concerné puisque son fils est du nombre, il s'agit là d'un prix à payer inévitable. Il est à noter, d'ailleurs, que les réserves de l'empereur cessent sitôt que Blancandrin révèle que son propre enfant figurera dans le groupe.

  • 6 Ibid., v. 565.
  • 7 Ibid., v. 851.
  • 8 Ibid., vv. 682-691.

7Une autre forme d'intoxication, plus retorse, est effectuée par l'intermédiaire d'agents recrutés dans le camp même de ceux que l'on veut duper. Ganelon devient ainsi l'un de ces agents de l'étranger. Il invente l'histoire des 400.000 Sarrasins noyés avec : l'algalife, à la laisse LIV. Là, il mêle habilement le vrai et le faux. Le chiffre, a, en effet, été confirmé par Marsile lui-même6 et c'est bien le nombre d'hommes qu'il rassemble ensuite7. Mais ces personnages sont bien vivants et non morts dans la tempête comme Ganelon le fait croire à Charlemagne8. Ainsi Ganelon s'engage-t-i1 en faveur de Marsile, faisant passer de fausses informations et pesant sur les décisions pour amener l'empereur à effectuer le choix qui lui sera le plus préjudiciable : retourner en France sans chercher à prendre Sarragosse.

  • 9 Jean Subrenat, Etude sur Gaydon, chanson de geste du xiiie siècle, Aix-en-Ρrοvence, éditions de l' (...)

8Les personnages trompeurs - Ganelon ou Blancandrin - sont marqués, dans la Chanson de Roland, par une certaine ambiguïté. Ainsi, Ganelon apparaît-il tout d'abord comme un noble baron dont le courage et le ton provocateur suscitent l'admiration des Sarrasins. L'auteur souligne sa beauté, sa noblesse et sa valeur. Mais, animé par sa rancune contre Roland et aussi, semble-t-il, par une certaine cupidité, il accepte l'idée de servir une puissance ennemie, échangeant avec Marsile serment solennel et baiser d'amitié. Dès lors il est traité en ami et comblé de cadeaux par les plus nobles des Sarrasins mais n'en conserve pas moins une certaine grandeur, agissant avec "une liberté totale, complète, assumant sa conduite avec un sens réel des responsabilités"9.

  • 10 Roland, o.c., v. 24.
  • 11 Ibid., v. 26
  • 12 Ibid., ν. 69.

9S'il en est venu à trahir, c'est grâce à l'habileté de Blancandrin qui joue un double rôle d'agent de recrutement (transformant Ganelon en agent d'intoxication) et d'agent de pénétration : il observe, en effet, avec un parfait sang-froid et une grande perspicacité, ce qui se passe chez les Francs et accumule nombre d'informations utiles. Il tire profit des faiblesses de l'adversaire, fatigué de sept années de guerre, et des tensions qui règnent entre les membres du conseil de Charlemagne. C'est d'ailleurs lui qui, le premier, a eu l'idée de négocier avec l'empereur. L'auteur le présente comme "saives"10 et "prozdom"11 mais déclare ensuite que l'ambassade qui sera envoyée à Charlemagne et dont il fera partie, sera composée par "dix des plus félons"12. Il y a donc ambiguïté de ce personnage, astucieux mais dépourvu de scrupules.

  • 13 Nombreux sont les ouvrages consacrés à ces méthodes de combat. Nous n'en citerons ici que quelques (...)

10Ainsi, les Sarrasins apparaissent comme des combattants redoutables qui n'hésitent pas, pour s'assurer la victoire, à user de moyens sans noblesse, comme la ruse, le mensonge ou le recrutement d'agents d'intoxication dans le camp ennemi. Ils semblent donc accorder une étrange importance à ce que nous pourrions appeler la guerre psychologique13. Sont-ils pour autant les seuls à mettre en oeuvre pareils procédés ?

  • 14 Roland, o.c., vv. 207-209.
  • 15 Ibid., vv. 469-483.
  • 16 S.G. Raymond, "Terrorisme et Terroristes, à Armelle Κ... victime du terrorisme", in Synapse, janvi (...)

11D'un côté comme de l'autre, on a recours à la menace et à la violence pour impressionner l'adversaire. Dans le passé, Marsile a fait exécuter Basan et Basile, envoyés de Charlemagne14. Ganelon, parlant au nom de l'empereur, énumère au roi les humiliations et les mauvais traitements qui lui seront infligés après la prise de Saragosse, s'il s'obstine à poursuivre la lutte15. Dans les deux cas, la violence paraît destinée à déstabiliser l'ennemi et à lui faire souhaiter la fin de la guerre. Elle a un rôle de message et, selon l'expression du Dr. J.G. Raymond, elle "paraît avoir valeur de communication"16. La menace répond à la menace.

  • 17 Stéphane Gompertz, "L'injure, le code, l'exclusion", p. 387. Exclus et systèmes d'exclusion dans l (...)

12Avant le combat, chrétiens et sarrasins s'insultent. C'est un moyen de stimuler la pulsion combative car "l'injure détruit l'existence autonome et complète de l'autre ; l'être injurié n'existe plus en dehors de ce à quoi on le réduit ; il n'est plus que son infamie"17.

13Les funérailles de Roland et de ses amis, par leur ampleur, servent de support à l'action psychologique. L'hommage au défunt devient un moyen de propagande politique et une incitation à la vengeance : l'action et les choix de Roland, contestés de son vivant, s'imposent désormais aux survivants.

  • 18 Roland, o.c., vv. 715 et 827.
  • 19 Carole Bercovi-Huard, "L'exclusion du sarrasin dans la Chanson de Roland : vocabulaire et idéologi (...)

14Pour déstabiliser l'armée adverse, les Sarrasins alignent des forces impressionnantes : 400.000 Sarrasins sont ainsi opposés à 20.000 Francs18. Ils donnent ainsi le sentiment qu'ils peuvent, par une énorme machine de guerre, tout écraser et tout renverser. Comme l'écrit Carole Bercovi-Huard : "l'armée ennemie apparaît comme le phénix capable de renaître toujours plus puissant"19. Mais cette utilisation hyberbolique du nombre répond aussi à une autre intention : elle permet en effet d'accentuer le caractère négatif de la représentation du Sarrasin dans l'épopée.

  • 20 G. Gougenheim : Orgueil et fierté dans le Roland in Mélanges de langue et de littérature du Moyen (...)
  • 21 Carole Bercovi-Huard, o.c., p. 349.
  • 22 Ibid., p. 201.
  • 23 Ibid., p. 351.
  • 24 Pierre Jonin, Le climat de croisade des chansons de geste in Cahiers de civilisation médiévale, Po (...)
  • 25 Paul Bancourt, Les musulmans dans les chansons de geste du cycle du Roi, 2 vol., Aix-en-Provence, (...)
  • 26 Marguerite Rossi, Huon de Bordeaux, Paris, Champion, 1975, p. 585.
  • 27 Jean Flori, Mourir pour la croisade, p. 13 in L'Histoire n° 109, mars 1988, pp. 8-19.

15Car, en dépit de la noblesse de l'émir Baligan, l'image du Sarrasin est souvent dévalorisée dans le Roland. Ainsi, l'orgueil "considéré comme quelque chose de mauvais, de détestable"20 n'est attribué qu'à lui. Les noms choisis vont dans le sens d'une "vision dénigrante"21, leur religion est inefficace22, ils ont des liens avec les démons23, on en arrive ainsi à une "conception du musulman ennemi héréditaire obstiné dans le mal"24. Comme l'a montré Paul Bancourt, cette représentation défavorable "peut s'interpréter comme l'expression des phobies de l'Occident chrétien à l'égard des peuples non-chrétiens. En faisant parfois du Sarrasin un agent de l'Antéchrist, la geste semble parcourue d'un frisson millénariste. Le déferlement épique d'une multitude de "païens" sur la Chrétienté y traduit la hantise d'une menace. La conception imaginaire d'un monde qui serait l'envers du monde chrétien exprime une psychose de peur, celle d'un renversement des valeurs humaines, chrétiennes, chevaleresques et courtoises, l'angoisse d'avoir à basculer dans un monde à l'envers"25. La chanson s'applique à répandre une idéologie guerrière et à célébrer "cet élan qui pousse à chercher l'accomplissement de la vie chrétienne dans l'ultime sacrifice"26. Ce faisant, l'épopée va dans le même sens que les sermons de ces prédicateurs de la croisade dont Jean Flori évoque les procédés parfois peu scrupuleux : "A l'appui de cette prédication, on n'hésita pas à duper queque peu ce peuple naïf en recourant au merveilleux et... aux falsifications : lettres tombées du ciel, signes cosmiques, faux appels angoissés des chrétiens d'orient, etc"27. Les miracles dont bénéficie Charlemagne tendent à faire de lui un homme de Dieu et à présenter la lutte contre l'Infidèle comme un devoir auquel nul ne peut se dérober.

  • 28 Vladimir Volkoff, La désinformation arme de guerre, Paris, Julliard, L'Age d'homme, 1986, p. 13.
  • 29 P. Kirsch, La condition du héros dans La Chanson de Roland, p. 387, in Mélanges Ch. Camproux, CED (...)
  • 30 Jean-Charles Payen, Une poétique du génocide joyeux : devoir de violence et plaisir de tuer dans l (...)
  • 31 Roger Mucchielli, La subversion, o.c., p. 135.
  • 32 Maurice Olender, Les secrets de la révélation, p. 14, in La trahison, hiver 87-88, Le genre humain (...)

16L'arme psychologique qui semblait donc, au départ, attribuée aux Sarrasins est, en fait, utilisée par les deux camps mais d'une manière différente. Si Roland et les siens se refusent à recourir à des procédés vils, la chanson elle-même manifeste une nette intention de propagande et de désinformation, si du moins on voit dans cette dernière "un programme visant à substituer dans la conscience et surtout dans l'inconscient des populations cibles telles images, considérées comme bonnes par la puissance désinformante, à certaines autres tenues pour mauvaises"28. L'épopée accrédite l'idée que la Chrétienté doit se répandre dans le monde entier et fait de Charlemagne un personnage porteur comme l'a souligné P. Kirsch, nous avons là "affaire à un poème rédigé à une époque où l'Eglise essaie de dompter les énergies du monde féodal en les dirigeant contre les occupants païens des terres saintes, où elle a intérêt à propager l'image d'un seigneur qui met la combativité, voire même la sauvagerie de ses pareils, au service de la foi"29. Sans aller jusqu'à dire, comme J. Ch. Payen, que "la chanson de geste fomente intentionnellement le plus sournois des racismes : le racisme religieux, celui qui excuse la honte du génocide au nom d'une foi confortablement impérialiste"30, il n'en faut pas moins reconnaître une intention polémique dans cette oeuvre. Si Ganelon et Marsile sont condamnés, c'est surtout pour interdire toute idée d'accommodement avec l'ennemi et soutenir la volonté de poursuivre la lutte à outrance. Ce que l'auteur appelle trahison est, en fait, une politique autre que celle qu'il défend. Comme le fait remarquer Maurice Olekder, "le traître n'existe pas en soi. La trahison est toujours relative à une solidarité rompue par un agent qui s'identifie à une nouvelle alliance"31. L'auteur de la Chanson de Roland reproche aux Sarrasins de recourir à la ruse et à la guerre psychologique pour tenter de remporter la victoire mais lui-même participe à ce que l'on pourrait qualifier "d'entreprise de désinformation" en accréditant l'idée de la supériorité de Charlemagne et de la religion chrétienne et en renforçant le mythe collectif du sarrasin. Ce faisant, lui aussi, dans une certaine mesure, participe à la lutte qu'il préconise car, comme l'écrit Roger Mucchielli : "L'important n'est pas la réalité de la vie mais ce que les gens croient... Les motivations qui mobilisent les esprits et les coeurs n'ont rien à voir avec les réalités objectives ; ce sont les mythes qui font que les hommes se lèvent et marchent, s'exposent et se font tuer, ou au contraire s'arrêtent et se cachent. Les mythes sont des images-forces, des imaginaires collectifs capables de fasciner les consciences d'un groupe ou d'une masse parce qu'elles y trouvent des satisfactions ou des valorisations profondes... Trouver les mots qui portent est plus important que d'analyser les données objectives"32. En traçant une image idéalisée de la chevalerie, 1a Chanson de Roland défend, certes, l'esprit de croisade mais propose surtout un projet de société et une conception politique de la Cité. L'objectif à atteindre justifie, dans les deux camps, un comportement stratégique et méthodologique peu compatibles, parfois, avec l'idéal affirmé. C'est peut-être aussi par là que le texte révèle sa modernité comme il illustre la permanence du comportement social.

Notes

1 Nous utilisons l'édition de la Chanson de Roland de Pierre Jonin, coll. Folio n° 1150, Paris, Gallimard, 1979, vers 1015. Cf. aussi vv. 1212, 3413, 3554.

2 Ibid., vv. 1057, 1068, 1098, 3327.

3 Ibid., v. 95.

4 Ibid., vv. 47-50.

5 Ibid., vv. 144-146.

6 Ibid., v. 565.

7 Ibid., v. 851.

8 Ibid., vv. 682-691.

9 Jean Subrenat, Etude sur Gaydon, chanson de geste du xiiie siècle, Aix-en-Ρrοvence, éditions de l'Université de Provence, 1974, p. 300.

10 Roland, o.c., v. 24.

11 Ibid., v. 26

12 Ibid., ν. 69.

13 Nombreux sont les ouvrages consacrés à ces méthodes de combat. Nous n'en citerons ici que quelques-uns : Roger Mucchielli, La subversion, Paris, Bordas, 1971, CLC, 1976.
R. Escarpit, Théorie de l'information et pratique politique, Paris, Le Seuil, 1981.
J. Packard, La persuasion clandstine, Paris, Calmann-Lévy, 1958.
S. Tchakhotine, Le viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1952.

14 Roland, o.c., vv. 207-209.

15 Ibid., vv. 469-483.

16 S.G. Raymond, "Terrorisme et Terroristes, à Armelle Κ... victime du terrorisme", in Synapse, janvier 1988, p. 52.

17 Stéphane Gompertz, "L'injure, le code, l'exclusion", p. 387. Exclus et systèmes d'exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales, Senefiance n° 5, Aix, Paris, Cuerma Champion, 1978, pp. 385-389.

18 Roland, o.c., vv. 715 et 827.

19 Carole Bercovi-Huard, "L'exclusion du sarrasin dans la Chanson de Roland : vocabulaire et idéologie" in Exclus et systèmes d'exclusion o.c., p. 348.

20 G. Gougenheim : Orgueil et fierté dans le Roland in Mélanges de langue et de littérature du Moyen Age et de la Renaissance offert à Jean Frappier, Genève-Droz, 1970, pp. 365-373.

21 Carole Bercovi-Huard, o.c., p. 349.

22 Ibid., p. 201.

23 Ibid., p. 351.

24 Pierre Jonin, Le climat de croisade des chansons de geste in Cahiers de civilisation médiévale, Poitiers, juillet-septembre 1964, n° 3, p. 288.

25 Paul Bancourt, Les musulmans dans les chansons de geste du cycle du Roi, 2 vol., Aix-en-Provence, Université de Provence, 1982, t. II, p. 1005.

26 Marguerite Rossi, Huon de Bordeaux, Paris, Champion, 1975, p. 585.

27 Jean Flori, Mourir pour la croisade, p. 13 in L'Histoire n° 109, mars 1988, pp. 8-19.

28 Vladimir Volkoff, La désinformation arme de guerre, Paris, Julliard, L'Age d'homme, 1986, p. 13.

29 P. Kirsch, La condition du héros dans La Chanson de Roland, p. 387, in Mélanges Ch. Camproux, CED Montpellier, 1978, pp. 385-397.

30 Jean-Charles Payen, Une poétique du génocide joyeux : devoir de violence et plaisir de tuer dans la Chanson de Roland Olifant, tome VI, n° 3 et 4 (Roncevaux 778-1978, Proceedings of the Pennsylvania State University Conference, october 5-7, 1978), 1979, pp. 226.

31 Roger Mucchielli, La subversion, o.c., p. 135.

32 Maurice Olender, Les secrets de la révélation, p. 14, in La trahison, hiver 87-88, Le genre humain, n° 16-17, Paris, Seuil, p. 9-17.

Auteur

Université de Provence (Aix-Marseille I)

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter