Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’étranger à l’étrange ou la conjointure de la merveille

So dis la donna : "Oy, bel sira Rollan, Mos maritz es en malaür lo gran." les Sarrasins et la Sarrasine dans Rollan a Saragossa

Gérard Gouiran

Texte intégral

1La guerre dont le Rollan a Saragossa est un épisode rappelle davantage la "Reconquista" que l'expédition historique de Charlemagne, qui ne dura que quelque quatre mois. L'un des protagonistes, en effet, veut se venger de Roland qui l'a blessé au combat sept ans auparavant. Dans de telles conditions, les adversaires ne sauraient maintenir en permanence l'état de belligérance, et il se noue parfois entre eux d'étranges liens.

2C'est ainsi que, lorsque Roland s'apprête à entrer dans Saragosse, il peut se renseigner sur la ville auprès de sept marchands qui en viennent et en qui il reconnaît immédiatement des chrétiens :

  • 1 Roland à Saragosse, éd. Mario Roques, Paris 1956. Les citations ne seront pas précédées d'une abré (...)

De la cieutat yesson set mercadans, Quatorze muls menant cargat d'aur et d'arjant, Crestians foron, ben los connoc Rollan (vv. 395-397)1.

3Ces Normands commercent donc sans encombre avec les Sarrasins en pleine guerre. Ils ont seulement la prudence de ne pas vouloir accepter le splendide cheval arabe que Roland a conquis sur le roi Farnagan, bien conscients que

Si ho sabian la sarrasina jant, Tot nos tolrian so que nos aportam (vv. 431-432),

4c'est-à-dire qu'on leur enlèverait non pas la vie, mais leurs biens. Ils leur sont toutefois suffisamment attachés pour s'empresser, à la première occasion, de tenter de donner le destrier à Olivier, malgré tout le profit que Roland, qui évoque lui un risque mortel,

Non temias mort (v. 436)

5leur assure qu'ils en tireront, une fois de retour chez eux.

6Les marchands normands ne sont pas les seuls à préférer se poser des problèmes commerciaux plutôt que moraux. A la fin de l'œuvre, un Sarrasin, qui

ben sep parler en latin es en roman (v. 1204),

7vient trouver Olivier en plein camp de Ronceveaux pour lui proposer un étrange marché : ce Golian rapporte que le roi du Mont Noir va aller mettre son trésor en sûreté derrière les murailles de Saragosse :

Trente muls son cargat d'aur e d'arjant, Pron portan palis e bels arrezamans, Sendatz e polpras e bons erminis blanx (vv. 1215-1218).

  • 2 Abréviation CR. Je me réfèrerai à Chanson de Roland, Cantar de Roldan, éd. Martin de Riquer, Barce (...)

8Le premier mouvement de méfiance d'Olivier ne dure guère ; il va se livrer à cette opération qui s'avèrera on ne peut plus fructueuse. Les traîtres ne manquent pas dans les gestes, mais, en principe, la trahison ne paie pas et ceux qui profitent de leurs services se chargent généralement de leur punition. Charlemagne ne dit-il pas dans la Chanson de Roland2 :

Ki hume traist, sei ocit e altroi (v. 3959) ?

9Or, ici, rien de tel. Olivier reconnaît simplement :

Servit m'a Golian (v. 1235)

10et, lors du partage,

Al Sarrazin donan C. palis e mil soutz de bezans, Cavals es armas trastuch a son talent (vv. 1262-1263).

11Ce sympathique Sarrasin, dont le rang ne doit pas être assez élevé pour que quiconque songe à lui proposer de se convertir, ne disparaît pas si vite de l'histoire et Olivier a recours à son aide pour mettre en scène un tour qu'il va jouer à Roland, et l'on ne saurait dire qu'il s'adresse à lui comme à un ennemi de sa foi :

Amix, dis el, vay en la tor montant (v. 1342).

12Ajoutons encore que l'auteur éprouve certaines difficultés à marquer les différences qui distinguent chrétiens et Sarrasins. Les pairs éprouvent bien une sorte de fascination pour le monde de leurs adversaires, et Roland, du haut d'une colline,

Vi Saragossa la gran cieutat valhant, Sot si esgarda ves miech dia passant Las autas tors e-ls palays que son grans (vv. 284-286),

13mais il arrive parfois que l'image de l'autre ne soit que votre reflet : dans le camp chrétien, à côté des soldats qui révisent leurs armes,

li autre van als escax deportant (v. 147).

14Or, lorsque Roland demande aux marchands normands à quoi les Sarrasins passent leur journée, on ne peut pas dire que la réponse nous plonge dans l'exotisme :

A ma fe, sira, matin si van levant, Auson las oras allas horas layans E pueys s'aseton sobre I. tapit blanc, Escax e taulas lur portan nom davant On se deportan la serraÿna jant (vv. 411-415).

15Pourtant, certains éléments de la représentation des Sarrasins les différencient fondamentalement des chrétiens ; on pourrait ainsi dire que la caractéristique essentielle des Sarrasins anonymes est d'être le nombre, de se définir d'abord comme un obscur grouillement sans individualité. C'est si vrai que le mot prieyssa (vv. 672, 699 & 1073), qu'il s'agisse de la foule ou de la mêlée indistincte du combat, n'est employé qu'à leur propos. Il n'apparaît pour les chrétiens ni lorsque Olivier retrouve dans ses quartiers soixante mille vaillants chevaliers (v. 78), ni lorsqu'on nous dit qu'il y avait tant de soldats près de Roland que tous ne purent le voir arriver (v. 150), ni jamais lorsque les Francs se battent, comme si au nombre des Sarrasins s'ajoutait l'idée d'un désordre démoniaque.

16De fait, les troupes des Francs peuvent être considérables ; ainsi, l'armée de secours dont Charlemagne fera escorter les deux pairs à leur insu s'élève tout de même à soixante mille hommes (v. 250) et Olivier partira pour le raid final avec trente mille soldats. Mais le réservoir sarrasin paraît inépuisable. Charlemagne disait que leurs rois n'hésiteraient, pas à sacrifier trente mille hommes :

Veyran lo sanc ses tot retenemant De trenta milia de payans combatantz (vv. 43-45),

17et, selon le marchand normand, dans Saragosse,

Son ben .C. milia dels payans combatans (v. 408),

18chiffre confirmé par Braslimonde ;

E son cent milia amb armas combatans (v. 597).

19Quand Roland fuira la ville, soixante mille hommes vont le prendre en chasse :

Seychanta milia en va foras yssant (v 899),

20même si, selon Turpin, lorsque les renforts chrétiens arrivent, le combat n'oppose plus "que"

Mays de .XX. milia soldats aux deux pairs.

21Il faut croire qu'il n'y a pas de commune mesure dans ces batailles entre les combattants et les spectateurs, puisque, nous dit Marsile :

Seyssanta milia en ha fores ei camp, Per totz non fay demiech pe adevant (vv. 968-969).

22De fait, même l'exagération épique rend peu probable qu'en un après-midi les frères ennemis aient dépêché, dans une lutte où ils combattent le plus souvent alternativement, quarante mille Sarrasins l'auteur ne nous dit-il pas que, pendant la matinée.

Del bon matin all'alba pareyssant Non definet tro miech dia passant ; Enans lo vespre si -niac mort aytant, Mile.IIC. (vv. 683-686),

23alors qu'on ne peut vraiment pas accuser Roland d'avoir chômé.

24C'est le nombre des Sarrasins, beaucoup plus que leur valeur, qui met en danger le preux. Il dit bien, à propos du comte de Bravis :

Si tuch li autres son aytals de sayans, Non n'ychiray ha trastot mon vivant (vv. 813-814),

25tandis que les vagues de Sarrasins se succèdent sans cesse, si bien que le paladin, enfin sorti du piège de Saragosse, sent l'inanité de son action :

Tant non n'aussi que un en sia mermant (v. 912).

  • 3 Abréviation R. V. "Ronsasvals, poème épique provençal", éd. Mario Roques, Romania 58 (1932) 1-28 e (...)

26De même, le Gandelbuon de Ronsasvals3 s'écriait :

Aquestas gens vev creysser ses mermier ; yeu crey que - ls mortz tornan ressuscitier (vv. 616-617),

  • 4 Abréviation P.B. Paul Bancourt, Les Musulmans dans les chansons de geste du cycle du roi, Aix-en-P (...)

27et P. Bancourt relève "la multiplication des ennemis s'abattant comme un fléau" (p. 1005)4.

28C'est ainsi que l'auteur met en scène, à la mort du comte de Bravis, une remarquable poussée de rage collective où les Sarrasins trouvent dans leur douleur une nouvelle énergie :

Gran fon lo dol de la payana jant, Ploran lur frayres e lurs filhs es parans, Lansan lur dartz enpennet e tranchantz Que son escut li van tot pesseyant ; Tals colps Ii donan per l'alberc jaucerant Que per la bocca e per las narras davant, So dis la gesta, ayssi cazec lo sanc (vv. 820-826).

29On remarquera que le collectif la payana gent est repris par des verbes à la 3ème personne du pluriel, sans pronoms sujets, soulignant bien l'absence d'individualité des Sarrasins, faisant ressortir l'idée qu'il s'agit d'une énorme masse qui, même en mouvement, reste indistincte. C'est si vrai qu'on signale les occasions où un païen se trouve en tête des troupes (v. 530) ou s'avance en dehors des lignes (v. 980), tant la rareté de l'action la rend digne d'être notée.

30Doit-on en conclure que les Sarrasins n'ont pas cette existence, cette valeur individuelle, qui seule donne naissance aux héros épiques ? C'est selon : notre auteur n'a pas laissé tous les Sarrasins dans l'anonymat.

31Ainsi, avec le roi Farnagan, nous rencontrons pour une fois un Sarrasin solitaire. Il est sorti de grand matin dans les jardins qui entourent Saragosse pour veiller à ce que des Francs ne s'y infiltrent pas. Sa première réaction, en entendant les violentes menaces de Roland, qu'il avait d'abord pris pour un espion, un messager ou un jongleur, est de s'enfuir. Lorsque Roland lui annonce qu'il n'hésitera pas à le frapper dans le dos, c'est la seule énergie du désespoir qui lui fait affronter le paladin, sursaut bien inutile, il est vrai.

32Le roi du Mont Noir aura la chance de ne pas devoir recourir à de telles ressources : alors qu'il est en route vers Saragosse, il tombe dans une embuscade tendue par Olivier et trente mille Francs. Sa réaction montre qu'il a le sens de l'essentiel : il abandonne sa troupe au massacre et son immense trésor au pillage :

Fuch s'en lo rey que los vay capdelant (v. 1253),

33mais il semble garder la vie, sinon l'honneur.

34Les Sarrasins offensifs préfèrent se servir des circonstances, c'est-à-dire essentiellement du nombre comme l'anonyme qui, à la porte de Saragosse, parvient à saisir les rênes de Malmatin, en profitant de la mêlée, et contraint ainsi Roland, qui ne peut plus l'atteindre de sa lance, à dégainer Durandal, ce qui, au demeurant, ne prolonge guère la vie du rusé.

35Ce sens de l'opportunité caractérise également le roi Balan : il profite de ce qu'un assaut général a Jeté à terre Roland et sa monture pour s'emparer du destrier sur lequel il s'éloigne alors au galop. Puis, tandis que ce roi fait l'inventaire de son butin, il voit tout à coup Olivier fondre sur lui. Dès lors, il est beaucoup moins faraud :

El ac paor deus que aus Olivier, Non hi volgra esser por tot l'aur d'otramer ; Gurpis las regnas sobre- l col del destrier ; Se-n fos nembratz, ben s'en pogra alier, Mas de sa lansa lo feri Olivier Cent l'asta dura l'abatet del destrier ; Per miech la priessa s'en vay lo rey ha pe, Grant joya n'at cant en fon escapet (vv. 1068-1075),

36une attitude qui n'a évidemment rien d'épique, mais qui permettra au roi Balan de survivre, puisqu'il sera le seul homme à rentrer peu glorieusement à Saragosse avec Marsile, après la bataille générale.

37On voit que la distance est courte entre ce roi grotesque, habile à saisir la bonne occasion, mais lâche, et la pure et simple traîtrise que l'auteur inspire à deux personnages.

38Quand Olivier s'est enfin décidé à apporter son aide à un Roland hors de combat, dont les coups ont perdu jusqu'à leur efficacité, celui-ci quitte le champ de bataille pour aller se reposer près d'une fontaine ; un Sarrasin le suit et lui porte, sans crier gare, un coup de lance qui lui perce le haubert, alors que Roland avait posé au sol sa lance, mais pas si loin que le lâche n'en subisse la justice immanente.

39Plus pittoresque est l'aventure du rot Amalrant, un Sarrasin qui comprenait le latin et le roman (encore un, mais en sept ans de guerre...) et a entendu le dialogue pendant lequel Roland avouait son épuisement à un Olivier qui lui refusait obstinément son aide. Amalrant pense trouver là une belle occasion de gloire à peu de frais, et il requiert du roi Marsile, qui ne se fait aucune illusion sur les chances de ce champion d'occasion, le droit d'affronter Roland en échange de son long service passé. L'auteur saisit ce prétexte pour mettre en scène la suffisance d'Amalrant, gonflé de vanité, qui prend un ton protecteur à l'égard de Marsile, puis se pavanne devant l'armée sarrasine, en défiant Roland, bien assuré qu'il est que le duc se rendra sans combattre. L'effet comique est pleinement réussi lorsque la baudruche se dégonfle en entendant Roland le prendre au mot. Il voit se refermer sur lui le piège qu'il a lui-même construit :

Non hi volgra esser per aur ni per arjant, Mas non s'en ausa pas estrayre filant : Del rey Marcili n'a receuput son gar, (vv. 986-988),

40et il ne lui reste plus qu'à tirer courage de sa peur même, comme avait fait le red roi Farnaçan. Il recevra d'ailleurs de Marsile une oraison funèbre parallèle à celle dont Braslimonde avait gratifié Farnagan :

Yeu m'en sabia aytant : Sl-n i ven autres, el morra eychament (vv. 993-994).

  • 5 On pourrait trouver plus exact le parallélisme dans la Chanson de Roland (laisses 70 à 78). En réa (...)

41Un peu comme l'enfer singe le paradis, la structure de la hiérarchie Sarrasine est parallèle à l'organisation de la société franque. De même que les dix rois ergulhos e prezans (v. 407) font pendant aux douze pairs, Marsile correspond à Charlemagne5.

42Cette antithèse se marque dans leurs idéologies : alors que Marsile n'a confiance qu'en la supériorité numérique de ses hommes auxquels il expose longuement cette tactique avant l'assaut qui parviendra à jeter le paladin à terre, toute autre est la conception de Charlemagne : il n'accorde de valeur qu'au combat singulier, seul digne d'un chevalier, et méprise la mêlée indistincte. Quand Olivier lui rapporte que Roland a été désarçonné, l'Empereur demande qui a accompli un tel exploit ; mais, apprenant que le mérite n'en revient à aucun individu précis, il se désintéresse purement et simplement du fait :

Yeu non ho pres niant, Pos un solet non l'annet derroquant (vv. 1170-1171).

43L'empereur ne disait-il pas dans la Chanson :

S'i unt grant gent, d'iço, seignurs, qui calt (v. 3340) ?

44Au demeurant, comme il est normal après avoir partagé une aussi longue histoire, les deux groupes se connaissent bien. Roland a blessé sept ans plus tôt le comte de Bravis dans un combat singulier, ce qui, si nous nous fions à la chronologie de la Chanson de Roland, situe notre épisode immédiatement avant le récit rapporté par la Chanson et le Ronsasvals. Le héros rappelle ainsi à Olivier (vv. 270-276) que les Francs, en marche vers Saint-Jacques, avaient autrement conquis Saragosse et que Marsile a dû la leur reprendre, cette cité étant désormais la seule à résister en Espagne.

45C'est dire que Marsile a eu le temps d'observer ses adversaires, et il les connaît bien. Dès qu'on l'avertit qu'un combattant isolé a forcé la porte de Saragosse, il dit :

Yeu cuch sia Rollan, Lo neps de Karle que ha l'erguelh tant gran (vv. 513-514).

46Loin de méconnaître la force du paladin, il ne se fera jamais d'illusions sur l'issue du combat singulier que le roi Almarant veut livrer au héros, alors même que celui-ci est épuisé :

Yeu say ben non vieures longamant (v. 974),

47et il ne pense posséder aucun champion qui puisse en venir à bout par ses seules forces.

48Marsile connaît également Olivier : lorsque les Sarrasins se demandent quel est le démon qui vient de se déchaîner alors que Roland était enfin hors de combat, le rot leur répond :

Aysso es Olivier, Qu'ieu lo connosc als gran colbes que fier (vv. 1094-1095).

49Il comprend assez bien la situation pour avoir une claire vision de l'enjeu de la lutte et il voit, annonçant Roncevaux, quel profit pourrait être tiré de la témérité de Roland :

Si- l podem penre ni luy far recrezant, Karle lo rey que lo pot amar tant, Sil enn'es mort e trastota sa jant : Crestianisme s'en ira abayssant E paguanisme ha grans pans eychassant (vv. 529-533).

50Le seul problème, c'est qu'il reste encore à capturer le paladin ; or, dès que Roland apparaît sur la place du palais de Saragosse, le roi Marsile, à la décharge duquel il faut dire qu'il est sans armes, ne prend la tête des Sarrasins que pour mieux fuir son ennemi :

E-l rey Marsili fuch tant quant poc al devant (v. 539).

51Il ne se risquera qu'une fois à affronter Roland en combat singulier et il ne se livre à cette imprudence que parce que

am puc non pert son sans (v. 637).

52De fait, quand Marsile, désormais équipé, ramène ses troupes sur la place, il y trouve Roland en conversation galante avec la reine Braslimonde, sa propre femme.

53SI le dol qu'il ressent donne au roi le courage d'attaquer Roland, il n'en est pas plus vigoureux pour autant et seule la qualité de son haubert lui vaudra de n'être que jeté au sol par le coup de lance qu'il reçoit de son adversaire. Comme si l'humiliation de cette peu glorieuse situation ne suffisait pas, Marsile dévorera l'affront jusqu'au bout et ne devra d'échapper à Durandal qu'au fait qu'il soit le mari de Braslimonde, c'est-à-dire donc au lien qui unit Roland et sa femme. On ne choisit pas toujours les voies de son salut.

54Cette première leçon suffira amplement à Marsile qui, par la suite, évitera soigneusement le danger, même si cette lâcheté ne le fait pas renoncer à la bravade. L'auteur en tire d'efficaces effets comiques ; le roi menace ainsi Roland :

Yeu ti pendray en forças autamant : May non ti veyra Karle que ti ama tant (vv. 691-692)

55qui lui répond par un défi véritable :

Malvays rey, vay avant ; Rey yest volpilh, c'ar non alies avant ! Dieus, qui anc vy tant de avol jant ?

56Au sanglant affront que représentent de tels mots, la réplique de Marsile prête à sourire :

Dieus ti don marrimant ; Per Baomet yeu non yray vant (vv. 697-698).

57De la même façon, on ne peut que rire lorsque ce roi, qui s'est montré si peu à son avantage, admoneste ses hommes avec une indignation scandalisée :

Senhos, fayt ilh, con non prennes Rollen ? Ja vezes vos que tot es recresant (vv. 884-885).

58La prudente lâcheté de Marsile trouvera son piteux couronnement lorsque, voyant perdue la bataille générale contre ce qui n'est pourtant qu'un détachement de l'armée franque, il abandonnera ses troupes dans une situation critique pour se réfugier, avec le seul roi Balan, autre image de la lâcheté, dans la ville dont ils prendront grand soin de refermer la porte pour en interdire l'accès aux Francs, sans se préoccuper des Sarrasins demeurés hors des murs.

59Pour être sans doute le principal, la lâcheté n'est pas le seul défaut de Marsile. On a vu qu'il était jaloux, il est aussi cruel : quand Roland l'abandonne, Olivier le maudit en lui souhaitant de tomber au pouvoir de Marsile :

Plagues ha Dieu, alla paterna grant, Que- l rey Marcili vos tengues de layans En celles tors els palays que son grans ; No- I pot suffrir home de mayre vivant (vv. 318-321).

60Et de fait, Marsile, rendu encore plus furieux par la bataille, menacera Roland de le pendre, or la "pendaison : c'est un supplice infâmant, réservé aux vilains" (P.B. p. 162). Remarquons tout de même que Roland menace Olivier du même supplice s'il persiste à lui refuser son aide, (vv. 952-954), avant que Charlemagne n'en menace à son tour Roland s'il ne réussit pas à ramener Olivier (v. 1322).

61Marsile est également un mauvais suzerain : Charlemagne disait de lui qu'il n'hésiterait pas à verser le sang de trente mille de ses soldats (vv. 43-44). De fait, il les abandonnera sans hésitation au massacre. D'autre part, il manque au devoir de générosité ; alors qu'au moment de mourir Roland songe aux biens dont il aurait voulu combler ses hommes, que Olivier part en expédition pour enrichir les siens et ne prendra presque rien lors du partage, Amalrant dit à son seigneur :

servit vos ay longament, C'anc no- m doniest la valor d'un bezant (961-962).

62La même idée se retrouve dans le Ronsasvals (vv. 8-9).

63Enfin, pour achever le portrait du roi sarrasin, notons que, en matière de religion, l'auteur oppose la foi de Roland, toujours confiant et soumis, et toujours protégé, à l'attitude ambiguë de Marsile. Il jure continuellement par Baomet (vv. 698, 709), bien entendu, et même par Baomet, mon Dieu, mais Braslimonde nous apprend qu'il a le souci de prévoir tous les cas et de ne fâcher aucun dieu et surtout pas celui des chrétiens :

E- l rey Marcili vay atrestal fazant, A cada jor li uffre .I. bezant ; Per tal ho fay que lo gardi dels francs (vv. 391-393).

  • 6 Dans la Chanson de Roland, après la défaite de Marsile, les Sarrasins détruisent leurs idoles (lai (...)

64Suivant la tradition6, il perd tout respect pour son dieu lorsque la situation le défavorise et, apprenant que Roland a réussi à s'échapper de Saragosse, il le prend violemment à parti :

Ay, Baomet, malvays dieus recrezant, Mal ho es fach, car mi as tout Rollan ; Los huels del cap en perdras veremant (vv. 893-895),

65dans une scène qui fait pendant à la prière de Roland :

Ay, Dieus, dis el, vera paterne grant ! Or se morra tot a estros Rollan ; Sancta Maria, or prega ton enfant (vv. 847-850).

66Ainsi, on peut voir que la plupart des Sarrasins figurant dans le Rollan a Saragossa sont loin d'être des héros positifs et même des héros tout court. Ils ont pleinement "la fonction de faire valoir le guerrier chrétien et d'exalter ses exploits" (P.B. p. 1005). On a pu constater également que leur poltronnerie introduit dans l'épopée des moments de détente, un véritable comique de dérision. Cruels, ridicules, éternellement vaincus, les Sarrasins ne sont pas sans rappeler les démons des mystères médiévaux.

67Toutefois, dans cette multitude où ceux qui se distinguent ne le font guère que par leurs défauts, on doit relever une remarquable exception : le comte de Bravis.

  • 7 Il faut considérer l'âge du comte de Bravis par rapport à celui d'autres vieillards épiques : ains (...)

68Au moment où, malgré l'immense foule de soldats qui l'accompagnent, Marsile fuit devant Roland, il rencontre un vieil homme à qui il tente de communiquer sa panique. Mais le comte de Bravis est un vieillard courageux, un véritable preux qui n'a pas hésité sept ans plus tôt, alors qu'il était plus que nonagénaire, à affronter Roland en combat singulier7. Il en a reçu une telle blessure au flanc gauche qu'il est resté cloue au lit depuis.

69On peut résumer sa réaction à la nouvelle que lui annonce le roi épouvanté ; aux paroles du lâche :

Coms de Bravis, sira, mot nos vay malamant (vv. 702-703),

70il répond :

Or mi vay bellamant (v. 710)

71et ajoute sans attendre

on son mos garnimans (v. 717) ;

72le temps de la vengeance est enfin arrivé pour lui.

73Marsile l'accuse alors de dire des folies : il est bien évident qu'il va y laisser la vie ! Avec une grande noblesse, le vieillard lut rétorque :

Volpilhage dizes. Ja suy yeu vielhs, ben ay. C. ans passet E si hi mor i nulh dampnage non es (vv. 737-739).

74Et de fait, il va se vêtir et s'armer pour cet ultime rendez-vous en deux très courtes laisses (XII-XIII) où la blancheur de linceul des vêtements d'un cendant mot blanc (v. 743°, de l'épée don le pons fon d'arjant (v. 745) et de l'oriflamme d'un riche blanc sandet (v. 756) évoque pour nous une toilette funèbre.

75Le rêve du vieil homme, à la tête de ses soldats qu'il contraint à le suivre bien malgré eux, est de capturer Roland ; aussi, avant d'aller se mesurer avec son ennemi, en habile tacticien dont il est bien le seul à montrer les qualités dans l'affolement général, il commence par fermer les portes de la cité à l'aide de chaînes et surtout d'un ferrolh maravilhant (v. 773), dont il attache la clef à l'arçon de sa selle pour plus de sûreté. Cela fait, il se précipite au combat et court sus à Roland avec tant de violence qu'il le déséquilibre. Bien qu'il ait lui-même été Jeté à terre,

E le viellh si redreyssa tantost de contenant E vay trayre s'espeya e vay ferir Rollan De sus per l'elme un colbe aÿtant grant Que un des cayres en vay jost derrocant ; Fort fon l'alberc no- l poc falcer niant Sobre l'arsson en davalla lo brant, No- l pot falcer, tot fon de fin argent (vv. 805-811).

76Et, avant de le tuer, Roland fera de lui un bel éloge :

Si tuch li autres son aytals de sayans, Non n'ychtray ha trestot mon vivant (vv. 813-814).

  • 8 Le thème des armes de Jet, qui permettent à un adversaire trop lâche pour affronter le héros en co (...)

77Le comte a donc le mérite d'être le premier à faire douter le chevalier chrétien et sa mort va inspirer aux Sarrasins le courage du désespoir. Ils vont si bien cribler Roland de flèches 8 qu'il lui faudra tourner bride et fuir au galop vers la porte qu'il trouvera solidement fermée, ce qui le place dans une situation tout à fait critique. Ainsi, même après sa mort, le vieux comte est encore le seul Sarrasin a faire courir un tel danger au paladin qu'il faudra toute la puissance miraculeuse de Durandal et des saintes reliques de son pommeau pour le tirer d'affaire.

  • 9 On se souvient que le duc Naime de la Chanson est aussi un combattant, même si la faiblesse due à (...)

78C'est un beau caractère, qui fait un peu songer à Don Diègue, en moins bavard, que ce centenaire habité par l'esprit de violence et par un sens profond de sa gloire. Le comte est bien éloigné du traditionnel vieillard de bon conseil9, il pratique avant tout l'auxilium, et son conseil - on a vu qu'il n'était pas dépourvu de ruse et même de sens tactique - est prioritairement attaché à l'honneur.

79Ainsi donc, tous les Sarrasins du Rollan a Saragossa, pour être toujours inférieurs aux deux héros chrétiens, ne font pas systématiquement mauvaise figure et le courage ardent du comte de Bravis montre qu'il est possible aux Sarrasins d'être des preux, ce qui souligne encore la lâcheté de Marsile. Mais, quelles que soient les qualités du vieillard héroïque, il n'en reste pas moins que le Sarrasin le plus attachant du texte est une Sarrasine.

80Les femmes, dont on sait quelle place leur accorde la lyrique occitane médiévale, ne sont pas absentes de l'épopée en langue d'oc. Après avoir confessé les pairs qui vont mourir à Ronsasvals, l'archevêque Turpin les encourage au combat par ses mots :

De vostras amigas aras sias remembratz, Car qui ben fara, mot en sera amatz (R. vv. 502-503)

81et Charlemagne, dans son planh de Roland, mettra au nombre de qualités de son neveu le service d'amour :

e bellas donnas amar e gent servir (R. v. 1534),

82avant d'évoquer :

Cant mi veyran donnas comtar ni dir : On es Rollan que sol far joya e dir ? (R. vv. 1539-1540).

83Si l'amour courtois des belles dames chrétiennes a tant d'importance, on comprendra que, dans l'univers imaginaire, tout à la fois attractif et répulsif, que composent les Sarrasines des chansons de geste, c'est peu dire que la femme autre, ou femme de l'autre, occupe une place importante, et P. Bancourt l'a bien montré dans les pages qu'il a consacrées à la Sarrasine, dont il dit qu'elle représente "une conception ancienne de la femme, selon laquelle elle est, par rapport à l'homme, essentiellement tentatrice et séductrice" (p. 752).

84Le personnage de la reine, femme de Marsile, n'est pas une création originale du Rollan a Saragossa : si Braslimonde n'apparaît pas dans le Ronsasvals, elle occupe une place non négligeable dans la Chanson de Turold, puisqu'elle figure, d'une façon ou d'une autre, dans une douzaine de laisses, étant même mentionnée dans la toute dernière, sous les noms de Bramimonde, Bramidonie, avant de devenir chrétienne sous celui de Juliane, elle joue même un rôle politique et social important (P.B. pp. 637-640).

85Attardons-nous un moment sur son personnage dans la Chanson de Roland. Elle apparaît pour la première fois lors de l'ambassade de Ganelon, à qui elle vient remettre de riches présents pour sa femme, mais on ne saurait dire que cet acte marque son indépendance ou des choix personnels, "elle met son charme au service d'un dessein politique, celui de séduire le Franc" (P.B. pp. 793).

86La grande majorité de ses apparitions dans la Chanson font d'elle la femme pour qui les exploits guerriers des hommes ne signifient que malheur, une Hécube, plus épouse que mère, et, à propos des "Silences dans la Chanson de Roland", Romania 97, 1976, p. 540, Jacques Ribard a beau jeu de noter :

Ici le contrepoint est fourni par les cris et les lamentations de Bramidoine (vv. 2595-608, 2714-23).

87L'auteur semble se plaire à souligner la vanité, l'indécence même des plaintes de la femme. Clarien déclare :

"Dame, ne parlez mie itant !" (v. 2724)

88et Marsile lui-même aura à l'adresse de son épouse, cette laconique et brutale réponse :

"Laissez ço ester !".

89Si cette attitude confère à son personnage une indéniable originalité qui a intrigué les critiques, elle n'empêche pas, tout au contraire, la reine d'être véritablement partie prenante dans la tragédie de l'Espagne sarrasine. P. Bancourt note :

"Dans la Chanson de Roland, les pleurs de la reine Bramimonde, ses cris, ses malédictions, ses blasphèmes, sa participation active au déchaînement sacrilège du peuple, son mépris des fanfaronnades, son défaitisme, son ironie, ses prières, montrent bien combien elle se sent personnellement engagée par la fortune du combat..." (p. 666).

90Pourtant, pour concernée qu'elle soit, elle est rarement une actrice de l'histoire : après la mort de Marsile, bien sûr,

E Bramidonie les turs li ad rendues (CR. v. 3655),

91en tant que veuve, mais en dépit de tous les égards qu'elle reçoit, on peut dire qu'elle est prise en charge par les autres. Si Charlemagne dit bien, à propos de sa conversion,

En ma maisun ad une caitive franche, Tabt ad oït e sermuns e essamples Creire vœlt Deu, chretientet demandet (CR. vv. 3978-3980),

92mais Turold résume l'action avec moins de délicatesse :

Em Bramidonie ad chrestientet mise (CR. v. 3990).

93Pour attachante que soit cette reine des douleurs, du physique de laquelle nous ignorons tout (P.B. p. 573), elle est bien éloignée de la Braslimonde du Rollan a Saragossa.

  • 10 "Un rendez-vous qui est moins une récompense qu'une épreuve de sa vaillance" (P.B. p. 732) ; le mê (...)

94Comme nous prenons ce récit en route, nous ignorons quelles sont les raisons qui ont poussé la reine à envoyer à Roland son gant, signe d'un étrange et ambigu défi10. est-ce le seul bruit des exploits du héros qui a excite la curiosité de la belle reine ? P. Bancourt nous rappelle que

"les héros chrétiens méritent, conquièrent la Sarrasine par leur prouesse, mais comme par surcroît... Dans la conception épique,... l'amour est accordé au soupirent valeureux comme une grâce" (pp. 770-771).

95Nous ne savons pas s'il en est ainsi pour Braslimonde, mais il est sûr que la curiosité seule ne suffit guère à expliquer son impatience :

Be- m meravilh del palaÿn Rollan : Ben ha .X. jors qu'ieu l'envigey mon gan, Anc pueys non vi .I. message dels Franx (vv. 331-333),

96dit-elle, avant d'envoyer une donzella observer le Mont Noir d'où le paladin descend à cheval, bannière déployée. Sitôt prévenue, elle s'empresse d'aller vérifier par elle-même l'identité du chevalier annoncé :

Vay li donna lay fors son cap gitant, Esgardet ves Mont Negre e vi venir Rollan (vv. 349-350).

97Quelque vague que soit la nouvelle, alors qu'elle disait n'attendre qu'un

message dels Francx, Cant l'auszi Braslimonda, tot lo cors ac jauzant (v. 347).

98Et elle reconnaît le pair, que sa bannière soit célèbre ou que le cœur de la reine l'avertisse.

99On pourrait penser qu'elle est animée par un certain goût pour la compétition, puisqu'elle s'écrie, dès qu'elle l'a reconnu :

Esta nostra cieutat hasaldra veramant ; Abens qu'el s'en torni lo dampnages es grans (vv. 355-356).

100Sur ce point l'auteur du Rollan a Saragossa a réussi un portrait psychologique intéressant à travers une mise en scène des contradictions de l'amour courtois qu'on n'attend guère dans le cadre de l'épopée où nous sommes.

101En effet, pour être digne de la dame la plus parfaite, et Braslimonde reçoit régulièrement l'épithète de

am lo cors covinent,

102le chevalier doit lui aussi se montrer le plus parfait, ce qui, dans le monde féodal, se démontre essentiellement sur le champ de bataille. C'est dire que pour pouvoir honorer le prix de celui qui est digne de son amour, la dame doit exiger qu'il mette sans cesse sa vie en danger, quitte à trembler pour lui.

103Cette atmosphère galante n'est surprenante que parce qu'elle règne dans une œuvre datée du xiième siècle, sinon, les relations entre la Sarrasine et son amant

"s'apparentent fréquemment aux conceptions de l'amour chevaleresque ou de l'amour courtois" (P.B. p. 769)

104et

  • 11 11- Pour la datation de Rollan a Saragossa et de Ronsasvals, v. deux articles de Martin de Riquer  (...)

"telle est bien la nature de l'amour chevaleresque que l'amour et l'exploit sont inséparables, que c'est par l'exploit qu'on mérite l'amour et non l'inverse" (Ibidem, p. 770)11.

105De fait, l'épreuve imposée à Roland est franchement exceptionnelle puisqu'il doit attaquer à lui seul la ville de Saragosse. Il le sait si bien qu'il invente une ruse pour se défaire de la compagnie d'Olivier, qui aura beaucoup de mal à lui pardonner de l'avoir traite ainsi. Braslimonde attend du héros des prouesses Inouïes, puisque, quand elle le regarde, comme au spectacle, tuer d'un coup de lance le roi Farnagan, elle accorde à celui-ci une pauvre oraison funèbre de trois vers :

Yeu en sabia aytant : Si d'aytals reys trobava.C. Rollan, Ja lur dieus non lur seria garans (vv. 387-389),

106C'est qu'elle attend mieux de Roland.

107Pour qu'elle se manifeste réellement au chevalier, il faudra qu'il ait accompli un exploit qui sorte vraiment de l'ordinaire et, après tout, en sept ans au moins de guerre où les beaux coups d'épée n'ont pas dû manquer, on comprend qu'elle soit exigeante. Mais enfin, une fois que Roland a forcé la porte de Saragosse en abattant, à grands coups de lance et d'épée quatre-vingt-dix-neuf des cent hommes d'armes qui la gardaient, tandis que le centième, qui a tout de même laissé un bras dans l'affaire, court prévenir Marsile ; alors que soixante mille Sarrasins sont en train de revêtir leurs armures pour capturer l'audacieux, la belle dame estime qu'il a fait ses preuves. Le seul ennui, c'est que, s'il est difficile d'entrer à Saragosse, il est encore beaucoup plus malaisé d'en ressortir. C'est donc au milieu du sang versé, tandis que le bruit et la fureur sont un court instant suspendus, que va se dérouler une rencontre galante, d'un caractère plus romanesque qu'épique.

108Dans de si difficiles circonstances, Braslimonde n'a pas choisi d'adopter une tenue négligée et la description de ses préparatifs offre un parallèle contrastant plein de charmes avec les scènes obligées où les héros s'apprêtent pour le combat (vv. 94-139 pour Olivier, 180-193 pour Roland et 742-756 pour le comte de Bravis) : à chacun sa guerre.

109Je ne sais ce qu'il faut admirer le plus chez la belle Sarrasine, l'exotisme des vêtements :

Viest un blisaut d'un pali affricant e d'un samit caussas estreytamant (vv. 545-546),

  • 12 P. Bancourt rapporte que "les Musulmans d'Andalousie... enfilaient comme vêtement de dessous une p (...)

110avec ces chausses rappelant le pantalon des Orientales, mais qui sont ajustées12, le merveilleux de son palefroi :

  • 13 Je crains que la traduction de Carlos Alvar (Roldan an Zaragoza, 47, Saragosse 1978) : "eran respe (...)

Vert fon es inde, pomellat e ferrent (v. 55 013

111ou encore ce miracle de l'artisanat sarrasin :

E lo peytral meravilhos e gran : Mil esquilletas hi ac d'aur resonant, Totes corron per dos filetz d'arjant, Quant la una pueja e l'autra deyssant, De doas en doas si van aparelhant (vv. 554-558),

112qui amène l'auteur à proclamer que

  • 14 On relève que le cheval de Juzian, neveu du roi Marsile, porte dans Ronsasvals le même ornement (v (...)

Anc Dies non fes clergues que aytant sapian Que sapchan dir per qual engienh si fan (vv. 559-560)14.

113Qu'on se souvienne de la supériorité des Arabes en matière d'horlogerie et du cadeau que l'histoire ou la légende veut que Charlemagne ait reçu du calife Haroun al Raschid.

114Braslimonde porte un épervier :

Un sparvier li aportan devant De quatre muydas, no- l vi nom plus valhant, E portet lo sobre el ponh en un gant Que fon daurietz d'aur frizet bellement (vv. 567-570),

115ce qui correspond sans doute à une Image traditionnelle du monde arabe où la volerie était tenue en grand honneur, mats cela peut offrir d'autres sens : l'épervier est aussi un symbole de paix, et signifierait que la reine ne se reconnaît pas dans les combats opposant Roland et les Sarrasins ; ce peut être aussi la promesse d'une autre douce paix.

116Quoi qu'il en soit, l'auteur nous brosse le tableau raffiné d'une femme de rêve, qui rappelle les dames des tapisseries, mais il nous représente aussi le personnage d'une dame décidée qui, loin de s'en remettre au hasard, prépare soigneusement la rencontre à laquelle elle se rend toute seule.

117Après avoir fort diplomatiquement salué Roland au nom del Creator, prenant ainsi une initiative qu'elle n'abandonnera jamais, elle met en scène sa puissance de suzeraine dans un acte encore une fois parallèle aux actions des combattants :

Ella que- l vi per las regnas lo prant : Tot estes pres, non tornares nient (vv. 581-582).

118Roland sait bien qu'il ne saurait y avoir de piège, et il lui répond avec une extrême courtoisie, lui reconnaissant une puissance qu'il dénierait à tout autre :

  • 15 Ces actes tout symboliques n'on rien à voir avec ceux de la Brandimonde d'Anséis de Carthage. Dès (...)

Ben mi ven e talent, Be- m penre mielh que nulh home vivent : si eran mil dels payans combatans, Non tirarian ja mays regnas d'arjant (vv. 583-586)15.

119Après cette cérémonie, hommage à la fois courtois et féodal, le jeu peut cesser, et une autre Braslimonde apparaît. Alors qu'elle disait à son prisonnier qu'il ne pourrait plus partir de Saragosse, elle le presse d'en sortir au plus vite ; c'est que les tours de la ville ne sont pas une prison d'amour. La reine va jusqu'à exprimer son admiration à Roland :

Assaut as fach meravilhos e grant (v. 589)

120et elle procède alors à ce que l'auteur appelle un bel ensenhamant (v. 608) : afin que le héros puisse fournir à Charlemagne la preuve qu'il a bien accompli son téméraire exploit, elle lui demande d'emporter son manteau, dont on nous avait précisé que

Sol los selcles que l'afublan davant Non pot comprier ben riches mercadant (vv. 548-549), per m'amor,

121dit-elle...

122Ce don - et l'on sait que le don a sa place dans la codification de la fin'amor, signifiant même une des étapes de son développement - entraîne un instant de silence privilégié où l'auteur s'attarde à décrire la reine avec les yeux de Roland :

Bralimonda fon belle, la cara mot resplant (v. 621).

123Et l'on arrive ainsi à un surprenant moment où les deux héros, peut-être faute de pouvoir aller plus avant, échangent leurs regrets. Roland, qui avait réussi à extorquer à Olivier un don aventureux en lui rappelant que

Vostra seror hay presa per molher, Auda la bella, cuy yeu puesc tant amer (vv. 279-280),

124s'écrie soudain :

Plagues ha Dieu, alla paterne gran, Qu'ieu vos tengues de lay foras el camp (vv. 623-624),

125paroles que l'on serait surpris de voir adresser à Dieu, s'il n'était pas assez fréquent de le voir impliquer dans leurs affaires amoureuses par les troubadours. La reine éprouve des sentiments semblables et va même jusqu'à envisager, dans un rêve, de livrer aux chrétiens tout le pays des Sarrasins :

  • 16 La Brandimonde d'Anséis propose à Raimon, son amant, le royaume de son mari, à la condition qu'il (...)

Ay ! Dieus, car tu lay fossas am mi, sire Rollan ! Ans que vengues al vespre deman bayssant, Vos en rendria dels Sarrazins lo camp (vv. 625-627)16.

126Il faut dire que son sentiment, au moins de vif intérêt pour Roland, laisse dans son cœur peu de place à ses correligionnaires, et nous avons vu la rapide conclusion qu'elle tirait de la mort du roi Farnagan. De la même façon, lorsqu'elle part à la recherche de Roland, elle demandé où il se trouve à un Sarrasin et, comme ce malheureux se plaint que le pair ait tué deux de ses frères, elle a cette répartie charmante :

So non pres yeu niant (v. 577).

127On ne peut donc dire qu'elle soit très attachée aux intérêts des Sarrasins et c'est sans excessif déplaisir qu'elle évoque la peine qu'éprouverait Marsile à être dépouillé de son royaume :

E- l rey Marcili en fora tot dolans (v. 628).

128On ressent également une certaine surprise devant les relations que cette Sarrasine entretient avec ses dieux. Ce personnage positif est sans doute sur la voie de la conversion, ce qui explique qu'elle fasse le lien entre les exploits de Roland et le dieu adoré par les chrétiens :

Bon fon lur senhor, que van tot jorn pregant (v. 390),

  • 17 D'un point de vue ethnologique, on notera avec intérêt que Braslimonde Jure par Baffon, alors que (...)

129mais cela ne l'empêche pas de recommander Roland à Baffon (v. 394)17. P. Bancourt notait de même :

"La plupart des Sarrasines ne se font pas scrupule de trahir leur foi et leur patrie... l'amour fait d'elles des adversaires impitoyables de leurs compatriotes" (p. 816).

130Peut-être faut-il prêter davantage à la belle reine.

131Mais le rêve où le couple s'est laissé emporter, encore que les subjonctifs imparfaits et les conditionnels des vv. 623-628 soulignent bien qu'ils sont tous deux conscients de ne vivre qu'un rêve, se dissipe avec l'arrivée massive de Sarrasins, menés par l'encombrant mari, précisément.

132Marsile, à la différence de Braslimonde et de Roland, semble avoir peu de connaissances sur le code de la fin'amor, puisque

Lay am sa molher el vi estar Rollan, Don ac tal dol am pauc non pert son sans (vv. 636-637).

133C'est même la seule occasion, on l'a vu, où il fera preuve de courage au point de risquer de ne jamais pourvoir recommencer puisque Roland le jette à terre et s'apprête a lui trancher la tête de son épée.

134Or, à ce moment-là, Braslimonde, qui, en voyant arriver son époux avait pourtant eu des paroles moqueuses :

  • 18 Cette rapide et digne ironie sur son "malmari" fait toute la différence avec la Brandimonde d'Ansé (...)

Mos maritz es en lalaür lo gran (v. 634) 18

135et dont la manière de s'adresser à Roland se faisait plus affectueuse, se précipite :

E Braslimonde li vay fort escriant : Merce, bel sira, non l'aucizas niant : Mos maritz zs, ben deu esser garans (vv. 645-647).

136On appréciera au passage la parfaite logique de ce dernier vers. Au demeurant, Roland partage cette logique, puisqu'il répond :

Rason en aves gran : Per vostra amor deu aver garimant (vv. 649-650).

137Ainsi, c'est pour l'amour de Braslimonde que son mari jaloux est épargné par celui même qui faisait à son épouse une cour empressée, dont d'ailleurs cette grâce même n'est qu'un prolongement.

138Curieuse Braslimonde, dont le cœur ne semble pas insensible, puisque, à propos des escarboucles et des topazes qui ornent le harnachement de son cheval, l'auteur précisait déjà :

De Babilonia los li trames l'amirat, Que es sos drut que la pot amer tant (vv. 563-564),

139et drut a le plus souvent un sens fort en occitan.

140Je ne crois pas pour autant qu'on puisse reprendre à son propos la définition de P. Bancourt :

"Hardie dans ses propos et dans son comportement, ignorant la pudeur, toujours la première à déclarer son amour, à provoquer par ses avances celui que son cœur désire, à lui fixer des rendez-vous équivoques où elle prend l'initiative des baisers et des étreintes, ne connaissant d'autre frein à sa sensualité que les limites qui lui sont imposées par son ami, telle apparaît en général la Sarrasine épique" (p. 748).

141Il faut reconnaître que Braslimonde a l'Initiative en envoyant son gant et en fixant à Roland le rendez-vous de Saragosse, mais on ne saurait lui reprocher d'ignorer la pudeur et tout le charme de la scène de leur rencontre vient précisément de ce que les deux personnages savent parfaitement que leur amour est impossible. Roland aime Aude cuy, dit-il,

yeu puesc tant amer ;

142Braslimonde n'aime guère Marsile, mais ce n'est pas là une raison suffisante. Le seul échange entre eux sera le manteau donné par la reine sous prétexte que, sans cela, on ne croirait pas que Roland ait réalisé son exploit, encore se contente-t-elle de le poser sur l'encolure de Malmatin ; leurs gants ne se frôlent même pas. Il faudra toute l'émotion suscitée par l'arrivée de Marsile pour que Braslimonde passe de Sira à Bel sira en s'adressant au paladin.

143La reine est d'ailleurs assez sûre de la maîtrise de ses sentiments pour ne jamais les dissimuler : les marchands normands ont rapporté à Roland, à qui bien évidemment

hanc ren non... plac tant,

  • 19 Ce thème de la Sarrasine qui joue aux échecs, avec ou devant des hommes, apparaît aussi dans Huon (...)

144que Braslimonde, invincible aux échecs19, disait à la fin de la journée à ceux qu'elle avait vaincus :

Tuch estes matz per l'amor de Rollan (v. 419).

145Aussi, malgré la colère de Marsile, elle ne songe pas un instant à se justifier : peut-être pense-t-elle qu'avoir sauvé un mari qu'elle n'aime guère supplée largement toutes les justifications. Et quand la mêlée se déchaîne, Braslimonde disparaît. On l'imagine s'éloignant, hautaine et encore souriante, transformant déjà en souvenir précieux l'instant magique qu'elle a vécu et où elle a rêvé un moment que sa vie aurait pu être différente.

146D'ailleurs, la Sarrasine du Rollan a Saragossa se distingue par une sûreté d'elle-même qui ne blesse pas l'honnêteté et, alors que P. Bancourt note que

"Les Sarrasines ne rougissent jamais" (p. 742),

147notre auteur nous dépeint la charmante timidité de la donzella de Braslimonde, qui, mandée tout en haut du palais pour voir si elle n'aperçoit pas quelque messager en réponse au gant envoyé par sa maîtresse à Roland, revient faire son rapport en robeyant (v. 343). Braslimonde, elle, ne rougit pas, mais il est parfaitement naturel qu'une reine ne se comporte pas comme une demoiselle.

148C'est une belle figure que cette reine, quelque peu magique, douée de cette force qui lui permet d'agir avec une liberté d'allures et d'esprit remarquable, se marquant jusque dans le détail :

El palafren vay la donna montant, Pren son estrieu, companhon non hi atant (vv. 565-566).

149P. Bancourt explique que la Sarrasine représente l'image de la femme révoltée (p. 824) ; Braslimonde n'a rien d'une femme révoltée, elle offre la surprenante image d'une femme qui sait garder son cœur libre, sans enfreindre pour autant, sinon dans un instant de songe éveillé, les lois et les usages de son rang, de son pays et de son temps.

150Nous sommes aussi loin de la condition de la femme sarrasine qui nous est présentée comme une récompense du guerrier dans la Chanson de Roland où l'Emir, pour encourager ses hommes leur dit :

Je vos dunrai moillers gentes e beles (v. 3398)

151que de l'aboutissement de notre personnage, la Brandimonde d'Anséis de Carthage, dont le caractère rappelle plus souvent le fabliau que l'épopée.

152Cette reine libre parvient même, dans un récit où il fait plus qu'à son tour figure de Matamore, à faire connaître à Roland un frisson véritablement sensuel, et je crois bien que c'est à Braslimonde qu'on doit

"l'impression de dignité élégante, de souriante courtoisie, d'émotion retenue qui se dégage du récit de Roland à Saragosse"

153dont parle Mario Roques (éd. cit. p. xv).

Notes

1 Roland à Saragosse, éd. Mario Roques, Paris 1956. Les citations ne seront pas précédées d'une abréviation du titre.

2 Abréviation CR. Je me réfèrerai à Chanson de Roland, Cantar de Roldan, éd. Martin de Riquer, Barcelone 1983.

3 Abréviation R. V. "Ronsasvals, poème épique provençal", éd. Mario Roques, Romania 58 (1932) 1-28 et 161-189.

4 Abréviation P.B. Paul Bancourt, Les Musulmans dans les chansons de geste du cycle du roi, Aix-en-Provence 1982.

5 On pourrait trouver plus exact le parallélisme dans la Chanson de Roland (laisses 70 à 78). En réalité, les douze pairs sarrasins y répondent à la simple nécessité du combat : un tel souci ne vient pas interférer ici avec la description sociale.

6 Dans la Chanson de Roland, après la défaite de Marsile, les Sarrasins détruisent leurs idoles (laisse 187) et Bramimonde les prend violemment à partie dans les vv. 2715-2718.

7 Il faut considérer l'âge du comte de Bravis par rapport à celui d'autres vieillards épiques : ainsi, selon Marsile, Charlemagne plus a de .II.C. anz (CR. v. 552), ce qui n'empêche pas l'empereur de se battre ; inversement, le Ronsasvals lui fait dire ; Vielh suy e freols, armas non puesc portier (v. 1212).

8 Le thème des armes de Jet, qui permettent à un adversaire trop lâche pour affronter le héros en combat singulier de l'abattre de loin, se trouve également dans la laisse 160 de la Chanson.

9 On se souvient que le duc Naime de la Chanson est aussi un combattant, même si la faiblesse due à son grand âge lui donne le dessous dans un duel où il passe bien près de la mort (laisses 247 à 250).

10 "Un rendez-vous qui est moins une récompense qu'une épreuve de sa vaillance" (P.B. p. 732) ; le même auteur écrit encore, à propos de la Brandimonde d'Anséis de Carthage : "Le rendez-vous proposé est toujours périlleux. C'est une épreuve que le chevalier chrétien se doit d'accomplir, qu'il doit 'oser' sous peine de passer pour lâche" (p. 755) et renvoie à Gaydon (8290), aux Saisnes (laisses 69, 71, 122 et 127) et à Anséis (4939, 6086 et 6215). De même : "la manche offerte par Brandimonde à Raimon (4541, 4999, 5000) n'est pas un guerredon, c'est une caution qui accompagne l'invitation au rendez-vous et un stimulant (pp. 784-785). Il n'est évidemment pas indifférent que notre Braslimonde envoie non pas une manche, acte romanesque, mais un gant, acte épique.

11 11- Pour la datation de Rollan a Saragossa et de Ronsasvals, v. deux articles de Martin de Riquer : "La Antigüedad del Ronsasvals provenzal", Coloquios de Roncesvalles, agosto 1955, pp. 245-251, Univ. de Zaragoza, Diputacion forai de Navarre, Saragosse 1956, et surtout "La Fecha del "Ronsasvals" y del "Rollan a Saragossa" segun el armamiento, Boletin de la Real Academia Espanola, t. XLIX, cahier CLXXXVII, mai-août 1969, 211-251, Madrid 1969.

12 P. Bancourt rapporte que "les Musulmans d'Andalousie... enfilaient comme vêtement de dessous une paire de culottes longues et étroites" (p. 582).

13 Je crains que la traduction de Carlos Alvar (Roldan an Zaragoza, 47, Saragosse 1978) : "eran respectivamente, verde, indigo, moteado y grisaceo", où vert qualifierait le blisaut, inde les caussas, pomellat le mantel et ferrant (et non gerrant) le palafren, ne soit, bien qu'astucieuse, abusivement rationnelle, sinon un peu raisonneuse.

14 On relève que le cheval de Juzian, neveu du roi Marsile, porte dans Ronsasvals le même ornement (vv. 55-60), de même peut-être aussi que celui de Turpin (v. 446).

15 Ces actes tout symboliques n'on rien à voir avec ceux de la Brandimonde d'Anséis de Carthage. Dès que les chrétiens arrivent, et la roïne mout bel les recoilli ; Haimar, embrache, estraint l'a envers li (éd. J. Alton, Tübingen 1892, vv. 5032-5033) avant de tout lui accorder dès cette première entrevue.

16 La Brandimonde d'Anséis propose à Raimon, son amant, le royaume de son mari, à la condition qu'il l'emmène (vv. 7345-7349).

17 D'un point de vue ethnologique, on notera avec intérêt que Braslimonde Jure par Baffon, alors que les hommes jurent eux, per Baomet.

18 Cette rapide et digne ironie sur son "malmari" fait toute la différence avec la Brandimonde d'Anséis dont les critiques sont lourdement explicites : Trop a vescu, mout m'anoie sa vie ; Ja mais par lui n'iert dame bien servie ; Jou doi avoir del mireaor envie Et moi mirer, tant que soie loïe, Et la potendhe soit Marsile baillie ! Tant a vescu que sa car a brisie (vv. 7173-7178).

19 Ce thème de la Sarrasine qui joue aux échecs, avec ou devant des hommes, apparaît aussi dans Huon de Bordeaux (vv. 7522-7525).

Auteur

Université Paul Valery Μοntpellier III

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter