Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’étranger à l’étrange ou la conjointure de la merveille

De l'étrange au merveilleux ou le recours aux forêts dans Renaut de Montauban (version du ms. La Vallière)

Micheline de Combarieu du Grès

Texte intégral

  • 1 La chanson des quatre Fils Aymon d'après le ms. La Vallière) éd. par F. Castets, Montpellier, 1909 (...)
  • 2 Sur l'importance du merveilleux dans les Quatre Fils Aymon et sur l'écart que cela peut représente (...)

1Récit d'un très long et acharné conflit opposant des vassaux révoltés à leur seigneur et souverain, Renaut de Montauban1 touche à des problèmes juridiques, politiques, sociaux dans le cadre d'un univers où temps carolingien et capétien, féodalités et royauté revendiquent des légitimités divergentes. Mais ces questions de terres et de droits ne s'abstraient pas d'un environnement qui fait une place à la "merveille"2. Mélange de "réalisme", même pseudo-historique, et d'imaginaire dans l'imaginaire ? Question compliquée par la coexistence du merveilleux féerique et du merveilleux chrétien, - et par le refus, parfois, de jouer le jeu du surnaturel.

  • 3 Sur le caractère, "faé" ou non de cette prouesse, cf. ci -dessous.

2L'étrange(r) n'est jamais, dans Renaut de Montauban. en relation, comme c'est souvent le cas avec l'exotique : les deux épisodes (lutte des quatre frères au service du roi Yon contre le sarrasin Bege en passe de conquérir l'Aquitaine, combats de Renaut et Maugis en Terre Sainte puis dans les Pouilles) qui mettent en scène des Sarrasins, les montrent semblables aux chevaliers chrétiens, - à cette réserve près que, dans le premier de ces épisodes, c'est au contraire le chrétien Renaut, l'homme d'ici, de "chez nous" qui sera aidé par les forces "faées" de son cheval Bayart, lequel fera "prisonnier" le cheval de l'émir3. Il y a donc, d'emblée, une familiarité avec la "faérie" qui gomme Jusqu'à l'étonnement qu'elle devrait (?) susciter. Quand Charlemagne donne à Renaut le cheval Bayart, celui-ci nous est tout uniment présenté comme "faé" :

.1. cheval li amainent qui tos estoit faés... v. 1817

  • 4 D'autres manuscrits et versions, eux, donneront ces précisions : Maugis d'Aigremont mentionne les (...)

3Ni le donateur, ni celui qui se voit conférer ce présent, ni l'auteur ne s'Interrogent ni ne s'expliquent à ce sujet4. Le lecteur moderne tend donc à pallier ce manque de précision en essayant, au moins, de dresser la liste des dons impartis à l'animal et qui justifieraient la qualification de "faé". L'imagerie et l'Imaginaire ont nourri la vision des quatre frères montés sur un Bayart dont la croupe s'allonge nécessairement - et magiquement - pour les porter. On est obligé de constater qu'elle est rarement présente dans notre version de l'épopée. L'est-elle dans ces deux vers évoquant la fuite de Renaut et de ses frères après le meurtre de Bertolai ?

Renaus s'en est fuïs sor Baiart l'aduré,
Aalars et Guichars et Richars l'onoré. vv. 1953-54

4Rien n'est moins sûr. L'épisode ardennais nous montre le cheval d'autant plus rapide qu'il porte deux cavaliers :

Et quant Baiars se sent des. II. vasaus trossés,
li a la teste escouse, .IIII. fois s'est moles,
Bien pres de demi pié s'est desos eus levés.
Adonc fu isniaus plus que devant n'iert asses. vv. 3064-67

5puis les portant tous les quatre quand les autres chevaux sont morts :

Baiars en porte .IIII. quant il est bien hastes. v. 3233

6Et c'est là tout. Pour le reste de l'épopée, Bayart est le cheval du seul Renaut, si l'on s'en tient au registre des faits. Signalons cependant que le motif de la force "supra-équine de Bayart est réintroduit quand, à la fin de l'épisode de Trémoigne, l'empereur le fait jeter dans la Meuse, une meule au cou, et qu'il la brise à coups de sabots. A porter aussi au compte de la "féerie'' la façon dont le cheval réagit au régime de famine que lui vaut le séjour prolongé dans la forêt d'Ardenne : tout herbivores qu'ils soient, les autres chevaux dépérissent et meurent faute de foin et d'avoine ; lui, au contraire, est florissant :

Mais Baiars en fu gros et cras et sejornés.
Mieldres iert il de fueilles qu'autres chevaus de blé. vv. 3218-19

7Dans Montauban assiégé, il sera aussi celui qui résistera le mieux à la privation de nourriture... mais cela ne veut cependant pas dire qu'il a en lui-même des forces de vie inépuisables : celles-ci ne tarderont pas à se tarir lorsque les assiègés affamés se nourriront de son sang :

Lendemain envers none orent il do sanc trait,
Et lendemain ausi dont il se son(t) refait ;
Et Baiars amaigri, si en devint plus lait. vv. 13713-15

8Qu'il s'agisse de force ou de survie, le terme de "fée" n'est pas utilisé. En revanche, Bayart comprend le langage humain, même s'il ne le "parle" pas (la restriction est de l'auteur) et le terme de "faé" est alors employé :

Por Deu, seignor baron, bien l'aves oï tot,
Que Baiars fu faés, li bons cevaux gascons ;
Si entendoit parole com se ce fust (I.) hom. vv. 10531-33

9Mais ce don ne joue un rôle que dans un seul épisode, quand le cheval comprend, à entendre leur dialogue, que Richard va être pendu par Ripeu de Ribemont, et qu'il réveille Renaut en embuscade mais endormi, en faisant retentir son écu d'un coup de sabot. On n'en soupçonne même pas l'existence tout le reste du temps.

10Et la vitesse de Bayard ? Elle est souvent mentionnée, avec force expressions hyperboliques, la plus couramment utilisée étant :

Au menor saut qu'il fait, XXX. piés el sablon. v. 7686

11On trouve aussi :

Ains se venoit plus tost que nus esmerillon... v. 7685

... Ki plus tost vos ira que ne voie espreviers... v. 7579

  • 5 Un vers exceptionnel note bien la rapidité, - il est justement de l'ordre de la chose vue : Avis e (...)

12Mais c'est bien le moins que puisse faire un cheval épique. Certes, il remportera une course... il faut aussi qu'il y ait un vainqueur ! Et lors même que sa rapidité extrême est rappelée, il n'arrive pas plus tôt que ses congénères : par exemple, lorsque Maugis le monte, à la tête de plusieurs centaines de cavaliers, pour secourir Renaut à Vaucouleurs5.

13On remarque que certains de ses exploits font de lui plutôt un animal savant qu'un animal-fée : en particulier l'épisode où il saisit par la crinière le cheval de l'adversaire de Renaut qu'il lui ramène "prisonnier", tandis que Renaut, de son côté, quoique par d'autres moyens, en fait autant avec son cavalter, - le texte souligne le parallèle :

"Ainc mais n'avint tel cose à fil d'empereor ;
Baiar(s) prist le ceval (et) Renaus le segnor". vv. 4056-7

14Ajoutons-y la manière dont il réveille Renaut (cf. ci-dessus), et la façon qu'il a de reconnaître son maître :

S'a veü son segnor, Renaut, le fil Aimon,
il le conust plus tost que fame son baron.
Baiars i vint poignant, Maugis vosist ou non.
Quant vint devant Renaut, oiés de l'arragon :
Sos (Maugis) s'agenoille illuecques el sablon... vv. 7789-793

15ou de lui manifester son affection (vv. 11426 sq.). Cela participe du traitement habituel réservé au cheval dans l'épopée, lui-même en relation avec son Importance historique pour le chevalier, - ne font-ils pas qu'un par le nom ?

16Cependant, Bayart occupe une place de choix dans les pensées des héros, qu'ils comptent sur lui ou le craignent, selon le camp auquel ils appartiennent. Lorsqu'ils vont gagner le traquenard de Vaucouleurs, l'empereur exige des quatre frères qu'ils viennent sans armes et montés sur des mules. Ils discutent ces conditions et voudraient qu'au moins Bayart soit avec eux car, à lui seul, il pourrait, en cas de besoin, leur permettre de se mettre hors de portée d'agresseurs éventuels :

"Bien portera nos. IIII. s'en avomes mestier. v. 6514

"Se nos Baiart avons...
Home ne doterons qui soit desos le ciel". vv. 6525-26

17Le refus du roi Yon, qui leur sert d'Intermédiaire avec l'empereur, souligne la crainte de celui-ci. après que la demande des frères a fait apparaître leur totale confiance (v. 6528). Quand Maugis va enlever Charlemagne, qu'il ramènera endormi par ses charmes dans Montauban assiègé, c'est Bayart qu'il montera : certes, la force "merveilleuse" de l'animal pourra faciliter le retour, mais la distance est si peu importante (le camp de l'empereur est sous les murs de la ville), - et, au demeurant, le trajet s'effectue sans la moindre galopade -, qu'on se demande s'il n'y a pas là, un choix poétique, qui doue Bayart d'un caractère nécessaire dépassant l'ordre de la vraisemblance des faits. Quand Maugis est prévenu que ses cousins sont en danger de mort à Vaucouleurs, l'envol des secours ne se conçoit pas, dans la pensée du messager, sans la participation de Bayart (v. 7578).

  • 6 Notons le au demeurant : le merveilleux est aussi impliqué dans ces deux éléments. Cf. ci-dessous.

18Dans presque tous les cas, le récit "rationalise" le motif en excipant de la force et/ou de la vitesse du cheval, voire de la pusillanimité de l'adversaire : quand Charlemagne ne craint pas Bayart, Il a peur de Maugis ou des fées d'Ardenne6.

19Mais Bayart est plus qu'un adjuvant-fée au service des héros positifs. Il joue d'ailleurs un rôle très modeste quant au déroulement de l'action : Il porte les quatre frères dans la forêt d'Ardenne, mais ne les empêche pas d'y dépérir de faim et d'isolement, - ils devront la quitter pour Dordone ; ce n'est pas sa présence qui change l'Issue de la bataille de Vaucouleurs, mais l'arrivée en force de Maugis, - même si Renaut est heureux de retrouver une monture digne de lui, il nourrira de son sang les quatre frères et leurs proches dans Montauban assiègé, - mais ce ne sera qu'un répit inutile : ils devront fuir la ville sans avoir réussi à faire lever le siège, etc.. Le seul épisode où son intervention est décisive à ce niveau est celui de la pendaison empêchée de Richart.

20En revanche, il est effectivement mentionné, souvent avec insistance, dans tous les épisodes de la chanson, mais là encore, sans référence obligée à son caractère "faé".

21Tout se passe donc comme si l'histoire des quatre frères ne pouvait se dérouler sans qu'il y figure à chaque stade. Car, s'il est le destrier de Renaut, ses interventions concernent aussi les trois autres frères : dans la forêt d'Ardenne, il les porte tous au besoin. Tous Insistent pour l'avoir avec eux à Vaucouleurs même si Renaut seul, le monte (quand Maugis l'aura amené) ; il accompagne les trois frères et Maugis dans leur tentative pour libérer Richart, et c est grâce à lui qu'elle aboutit. Dans la ville assiègée, il nourrira Renaut et les siens du sang qui lui sera prélevé quotidiennement ; et si, dans l'épisode de Trémoigne, on ne le voit guère, Il y joue cependant un rôle important puisqu'il sera le prix à payer par les fils Aymon pour que la paix se fasse.

  • 7 Cf. W.C. Calin, p^. cit., p. 174.

22Mieux, il est un emblème de l'unité de la fratrie. Si le thème du vassal révolté est commun à plusieurs chansons de geste, si celui du lignage en est rarement absent, l'originalité de Renaut de Montauban est d'avoir combiné les deux en imaginant cet indissociable groupe quaternaire - ce que traduit bien l'usage seul devenu populaire du titre "les quatre fils Aymon" de préférence à "Renaut de Montauban" qui figure à l'explicit du manuscrit. On n'a donc pas exactement quatre héros et un cheval mais un héros en quatre personnages7 (variante littéraire de la théologique Trinité) et, dans une logique poétique, un cheval. La présence du seul Bayart signe l'unité héroïque qui est menacée de se décomposer en son absence. C'est elle qu'il préserve par ses interventions, plutôt que tel ou tel des frères. Sans lui, elle n'existe pas non plus si on pense au caractère indissociable du couple chevalier/cheval : c'est pourquoi les frères de Renaut (et pas Renaut seul, ni même Renaut au premier chef) voudraient que Bayart fût avec eux à Vaucouleurs. Sa vitesse et sa force "fées" expriment le caractère exceptionnel dont est douée la fratrie, porteuse des forces des quatre frères mises au service du héros singulier qu'ils constituent. Sans doute pourrait-on aller au delà et penser que, par exemple, la façon dont Bayart est dit aller plus vite quand il porte deux cavaliers (cf. v. 3067 cité ci-dessus) renvoie à une appréhension des forces des quatre frères qui ne font pas que s'additionner mais bien plutôt se multiplier. On comprend mieux alors la raison profonde de l'exigence de Charlemagne pour faire la paix : l'envol de Renaut en Terre Sainte brise mais seulement pour un temps, la quaternité fraternelle ; la mort de Bayart (ou sa disparition) l'empêche (ra) de se reconstituer.

23Est-ce à dire que le caractère "faé" de Bayart n'est que la couverture conventionnelle pour "expliquer" une étrangeté qui tiendrait seulement au dessein poétique de l'auteur ? Je ne le pense pas. Sinon, pourquoi, par exemple, rappeler ce caractère alors même que l'animal ne le manifeste pas comme dans ce duel opposant Renaut à Roland (v. 8919) ? Et pourquoi l'avoir, d'entrée du récit, présenté comme tel ? Ces rappels établissent, en fait une relation de mystère entre la fratrie et cet autre monde auquel appartient Bayart. Le texte a soin de ne pas écraser ses héros humains sous des aides merveilleuses qui risqueraient de ne plus les laisser au centre de l'action et de l'Intérêt du public. Mais, par cette relation familière avec un monde "autre", Il donne à l'aventure féodale une dimension différente, et à la phratrie une référence énigmatique et prestigieuse dont ne bénéficie pas Charlemagne tout empereur qu'il soit. A cheval-fée, sans doute faut-Il un maître à part. Non pas quatre maîtres. Quatre frères alors, - ce que sont, d'abord, Renaut, Richart, Aalart et Guichart ? Ou, plutôt, un tétramorphe humain ?

  • 8 Sur ce personnage, cf. Calin op. cit., pp. 175-76 et les articles suivants : Philippe Verelst : l' (...)
  • 9 Cf. n° 4 et éd. Castets, p. 84.

24La même analyse pourrait être menée en ce qui concerne Maugis8. Si, contrairement à Bayart présenté comme "faé", Maugis est humain, le même mystère plane sur l'origine non plus de ses dons mais de ses pouvoirs9. A la fois familier et énigmatique, lui aussi donne à la fratrie un arrière-plan d'étrangeté. Aussi bien parle-t-on de ses "carmes" et ceux à qui ils s'appliquent se retrouvent "encantés", mais dans le ms La Vallière, il n'est Jamais appelé "encanterres". Comme dans le cas de Bayart, son personnage n'est pas surchargé de notations merveilleuses. Son usage des plantes ne suffit pas à faire de lui un magicien, - sauf à dire que l'empereur qui emploie l'"ansioine" pour réveiller ses hommes en serait un lui aussi (vv. 11655 sq.). il les utilise pour cicatriser des plaies (vv. 8295 sq.), pour donner un réveil rapide à l'empereur endormi (vv. 11638 sq.), pour changer l'apparence de Renaut en le faisant paraître plus jeune qu'il n'est (vv. 4806 sq.), pour "teindre" Bayart (vv. 4800 sq.), et pour paraître malade en se faisant enfler le visage (vv. 9485 sq.). Certaines de ses tentatives s'entourent de précautions, voire se soldent par des échecs, éléments en principe étrangers à la magte. C'est ainsi qu'il attend pour endormir les hommes de Charles qu'il soit minuit :

... que il sunt de dormir durement agrevé... v. 11611

  • 10 On ne peut ici parler de tour d'illusionniste : les chaînes ne sont pas truquées. Cf. Ph. Verelst, (...)

25Quand il "rajeunit" Renaut, le premier homme à qui ils ont affaire, et qui n'a connu le héros que bien peu et il y a fort longtemps, le reconnaît aussitôt ! Mais gardons nous cependant de vouloir par trop rationaliser l'action de Maugis. Il lui arrive de procéder uniquement par des "carmes" : pour endormir ses victimes (vv. 7603-04 ; vv. 11612 sq. ; vv. 12546 sq.) et pour faire tomber ses chaînes (vv. 11618 sq.)10. L'usage d'herbes pour teindre et maquiller n'a rien que de technique, mais que la même herbe puisse rajeunir un homme et faire changer son cheval de couleur ressortit plutôt à la magie. Si le fait de laver des plaies avec du vin avant de les enduire d'une pommade cicatrisante est une conduite conforme à celle que nous attendons d'un médecin, l'action de cette herbe qui remet immédiatement sur pied des moribonds (intervention de Maugis à Vaucouleurs) tend à en faire cet "élixir ressuscitatif" dont se moquera Rabelais à propos précisément de notre personnage. Mais, surtout, gardons nous de vouloir distinguer dans les actions de Maugis celles qui relèveraient d'une technique scientifique et celles qui supposeraient un recours à la magie : cette démarche n'est pas celle du texte qui établit une continuité entre (par exemple) Maugis endormant l'empereur et ses hommes par la récitation de quelque formule, Maugis limitant l'action de ce "charme" pour l'empereur en lui faisant respirer certaines herbes et l'empereur réveillant ses hommes en usant d'une autre plante (vv. 11611-11674) : "enchanté" (v. 11654) par un "charme" (v. 11613). Ils sont "deschanté" (v. 11659) par l'absorption d'"ansioine" (v. 11657). Ou de même entre Maugis endormant les hommes de Yon par un "charme", puis réveillant certains d'entre eux, sans qu'intervienne un autre "charme"... pourquoi pas tout simpement en leur touchant l'épaule ?

Lors commence son charme Maugis li bons larron.
Maintenant endormirent la gant trestot entor.
Hé ! Dex ! Renaus i ot à ami maint baron ;
Ceux esveilla Maugis, de ça IIII., çà dons ; vv. 7603-06

26il n'y a pas naturel d'un côté, surnaturel de l'autre. Du subterfuge consistant à faire boîter Bayart en lui attachant la patte à la profération de "charmes" pour faire tomber ses chaînes, on est dans le même - étrange -registre. C'est pourquoi un charme soporifique agit mieux sur des Individus ensommeillés. C'est pourquoi on ne sait jamais exactement ce que Maugis va faire, ni ce qu'il est capable (ou Incapable) de faire. C'est pourquoi il intervient parfois fort peu en tant qu' "enchanteur". Averti du combat désespéré où les frères sont engagés a Vaucouleurs, il endort les hommes du roi Yon par un charme avant de réveiller ceux qu'il sait favorables à Renaut, mais c'est leur troupe qui tirera d'affaire le héros, non quelque prodige ; mais il doit frapper brutalement Bayart pour que celui-ci accepte ce cavalier dont il n'a pas l'habitude. Quand Richart est fait prisonnier par l'empereur, Maugis déguisé en pélerin, malade de surcroît - herbes et costume aidant - se rend au camp impérial, mais simplement pour connaître le sort réservé au prisonnier ; il ne tentera rien pour le délivrer et la surprise indignée de Renaut témoigne bien de l'incertitude où on demeure toujours au sujet du personnage. Etrange enchanteur donc qui déçoit ceux qui comptent sur lui, mais à qui, d'autre part, on prête plus qu'il ne fait. A la crainte ou à la confiance en Bayart correspondent celles dont Maugis est l'objet. Renaut regrette son absence à Vaucouleurs (vv. 7493-94), se désole quand il le croit mort, disant par là l'affection qu'il lui porte mais aussi sa conviction, qu'avec lut, rien ne serait perdu alors que, sans lui, tout est à craindre. Ogier le voyant arriver là où il ne l'attendait pas, s'écrie :

"Diable l'ont conté Amaugis le larron" v. 7750

27Charlemagne déclare le détester parce qu'on ne sait jamais quand ni comment on va avoir affaire à lui :

"Quant il veut, s'est paumiers, et quant il veut preudon ;
(La tierce) est chevalier et la quarte est prison ;
La quinte est sermoneres"... vv. 9516-18

28et craint les "charmes" de ce prisonnier enchaîné (v. 11550). Il finit par le voir partout, même là où il n'est pas :

"Il est ici o nos, mes nos nel veons mie". v. 12849

29et par lui prêter des actions où il n'est pour rien : lorsqu'il découvre le souterrain qui a permis aux quatre frères et aux leurs de quitter secrètement Montauban assiègé, il croit que :

"Maugis a fet cest trou, ne sai dont il sorsist,
Bien m'a dechu li lerres, sovent cange d'abit" vv. 13904-05

30et il faudra la sagesse de Naime pour rétablir les faits :

"C'est d'uevre sarrazine, li quarés sunt eslit
Et (seellé) à plon comme bon mur porfit" vv. 13907-08

31Même si l'esprit de Charlemagne est ici obsédé par un fantôme qu'il a lui-même créé, il y a un fond de raison dans son attitude : à partir du moment où Maugis peut revêtir n'importe quelle apparence, quelle est sa réalité ? Lorsqu'il s'introduit à la cour pour s'enquérir de Richart, revêtu d'un habit de pélerin, devenu "enflé" et "noir" par l'absorption de deux plantes (vv. 9486-87), boîtant (v. 9502) et louchant (v. 9488), il est déguisé et, pour redevenir "bel chevalier" et bon "josteor de lance" (vv. 9873-74), il n'aura qu'à absorber deux herbes antidotes qui lui redonneront visage et couleur normaux (vv. 9863-64). Encore aura-t-il, le temps de son passage à la cour, illustré son personnage fictif d'un pélerinage à Jérusalem qui l'aurait ramené à Montauban... par magie :

"lluecques me porterent Pilates et Noiron". v. 9539

32pour y rencontrer ... lui-même supposé l'avoir maltraité, - d'où sa fuite précipitée et les morsures de serpent qui l'auraient défiguré ! Mais lorsqu'il se sera fait ermite, l'austérité de sa vie lui donne quelques uns des traits qu'il avait simulés auparavant et le (même) habit qu'il porte ne le dissimule en principe plus, au contraire. Cependant cette maigreur de saint homme (v. 14288) coïncide avec une vigueur telle qu'elle lui permet de venir à bout de cinq adversaires : l'incertitude où nous nous trouvons a son équivalent dans la réaction des habitants de Trémoigne qui s'Interrogent :

"... Por toz les Sains qu'an proie,
Dont vient cist peneans et que(1) part tient sa voie ?
Molt s'en va foiblement et l'eschine lui ploie.
- Taissies vos, dist li autres, folie vos desrote ;
Molt resamble saint homme qui à Dex se ravoie.
- Voire voir, font li autre, vos alez droite voie ;
Je i metroie ja une robe de soie,
Ce est Maugis (li lerres) qui par art s'afebloie ;" vv. 14355-363

33Le rappel des austérités de sa nouvelle vie (hébergé par Renaut. il refuse toute autre nourriture que du pain grossier : vv. 14395-14406) est bien nécessaire pour nous éclairer. Quant a Renaut, lui-même hésite :

"Or vos conjur de Dex où avez vo creance,
Se vos lestes Maugis que si faites semblance,
Que vos lo resamblez à vostre contenance". vv. 14330-32

34Ceux qui le verront repartir ne seront pas plus au clair ;

"Ier not pas cele robe, toz estoit depané...
A Dex ! (est ce li lerres) qui tant nos a pené ?
Est ce donques Maugis qui a laiens esté ?
- Oïl, ce dist li (autre), maint home a engigné.
- Mau dites, dist li tiers, C. anza (qu'il) fu né.
Je cult qu'il est sains home et prestes coroné". vv. 14523-530

35Est-ce lui ou non ? Mais qui, lui ? Dieu seul, après comme avant sa conversion, pourrait le dire.

  • 11 A l'exception du début du poème et de l'épisode ardennais.

36L'intérêt du personnage considéré en lui-même me paraît résider dans cette incertitude et varieté, qui l'Inscrivent dans un registre qui est celui du merveilleux à condition d'y inclure "mirabilia" et "miracula" conformément à une appréhension romane des concepts que le 13e siècle, à l'école de Thomas d'Aquin, remettra en cause. Mais si on le considère dans sa relation avec les quatre frères, on voit que, comme Bayart, sans jouer un rôle décisif dans l'action, il est sans cesse présent quand quelque chose d'important pour eux quatre se passe11. Il apparaît au moment où les héros, Incapables de survivre plus longtemps dans la forêt d'Ardenne, partent à la recherche d'un souverain à qui proposer leurs services et, en faisant l'éloge du roi de Gascogne (vv. 3689 sq.), donne son cadre à l'épisode suivant, en même temps qu'il met au service de ses cousins le trésor qu'il vient de voler à l'empereur et lui-même (vv. 3656 sq.). S'il ne participe pas aux discussions gui précèdent le "rendez-vous" de Vaucouleurs, c'est sans doute pour que, dûment averti, il puise arriver à temps en sauveur avec une armée... sans oublier le vin, les "herbes" et la "potion" qui lui permettront de guérir les blessures des frères. S'il ne sauve pas lui-même Richart prisonnier, les renseignements qu'il rapporte de la cour de l'empereur permettront d'organiser une tentative en force qui aura le même résultat. Décidé à se faire ermite, il usera, une fois encore, de ses "charmes" pour amener Charlemagne au pouvoir des frères. Dans tous le cours de la chanson, on ne le voit jamais jouer son jeu propre : le dernier acte "personnel" qu'il accomplisse est le vol du trésor impérial, et, symboliquement, il en met le profit à la disposition de ses cousins. Ses interventions dans l'action ont pour fonction de maintenir l'existence de la fratrie : à Vaucouleurs, il guérit les blessures des quatre frères, il empêche Richart d'être pendu. Son effacement est surtout net dans la façon dont, en enlevant Charlemagne et en se faisant ermite, puis en partant pour la Terre Sainte, il peut croire donner aux quatre frères le moyen d'obtenir la paix, leur laissant le soin de négocier et de conclure. Pensant assurer ainsi la vie à venir de la fratrie, à l'existence de laquelle, il est constamment appréhendé comme indispensable. Comme pour Bayart, on peut essayer de rationaliser l'analyse : si Charlemagne réclame avec un acharnement qui ne se dément pas qu'on lui livre Maugis, - à tel point que l'enjeu de la guerre semble parfois être plus le sort de l'enchanteur que celui des fils Aymon - on peut bien dire que se poursuit le conflit inauguré à la génération précédente entre l'empereur et Beuve d'Aigremont ; ou affirmer que Charlemagne est lucide quand il voit dans Maugis un allié si efficace des frères qu'il semble difficile de venir à bout d'eux tant qu'il sera à leur côté. C'est le sens de cette remarque de Fouque disant aux quatre frères qu'à Vaucouleurs ils ne vont pas l'emporter car :

"Ainc mais ne fustes vos soupris à nul besong
Que n'eüsies Baiart et Maugis le larron" vv. 6931-32

  • 12 … Rôle joué par le seul cheval dans l'épisode ardennais.

37Cela, qui n'est pas faux, ne me paraît que partiel. Si "fort larron" et "bon baron" qu'il soit, à côte de l'efficacité de son service, c'est sa présence même qui est constitutive du groupe des quatre frères12. Cette équivalence est bien perçue par Charlemagne, et ce rôle : exigeant qu'on lut livre Maugis, puis Bayart pour le(s) mettre à mort, c'est toujours la destruction de la fratrie qu'il vise. On se trouve devant cette situation paradoxale que, seule, l'élimination de Maugis et de Bayart peut apporter la paix aux quatre frères. Mais qu'en même temps elle signe la fin du heros en quatre personnes, protagoniste du poème. La venue à Trémoigne de Maugis sorti de son ermitage est peu justifiée sur le plan de l'action dont elle ne modifie pas le cours. En revanche sa présence, fût-ce pour un temps, au côté des quatre frères, permet, à mon sens, de prolonger l'existence de la fratrie. Lui parti et, dans la foulée (!), le cheval Bayart livré, elle n'existe plus. La retraite définitive de Maugis au retour de Terre Sainte, la disparition de Bayart en forêt d'Ardenne, iront de pair avec la "conversion" de Renaut qui achèvera de rompre l'unité faite des quatre frères, supportée par la double présence du seul cheval et du seul cousin.

  • 13 L'alliance tout è fait spéciale entre Maugis et Bayart est signifiée à plusieurs reprises. Elle s' (...)

38Maugis par ses "charmes", par son humanité différente, comme Bayart par ses dons de "faé", inscrit la fratrie dans un certain ordre d'étrange. Cet élément commun les rend capables, à ce niveau aussi, d'assumer le même rôle d'illustration des héros13.

  • 14 Sur la forêt d'Ardenne dans Renaut de Montauban. cf. W.C Calin, op. cit., pp. 81-82 ; et sur l'esp (...)

39Enfin, à l'animal et à l'homme, Il faut ajouter le lieu : la forêt14, et d'abord celle d'Ardenne, lieu étrange et en relation avec Maugis et Bayart. Renaut et ses frères y sont chez eux : "Nos somes né d'Ardene" (v. 3762) affirment-ils. Fuyant la cour de Charlemagne, ils "entrent en Ardene el parfont gaut ramé et en vinrent sor Muese"... (vv. 1973-74). C'est aussi simplement (mais cette simplicité commence d'être mystérieuse) qu'ils rencontrent le site idéal pour y édifier un château (ce sera Montessor)... mais comment l'élèveront-ils ? Autant, dans l'épisode gascon, la construction de Montauban sera détaillée - jusqu'à énumérer les mesures d'Incitation fiscale prises pour faciliter le peuplement de la nouvelle fondation-, autant Montessor avec ses "fenestres de marbre", se retrouve construit sans que rien nous soit dit de ceux qui ont (auraient) dû participer à l'entreprise.

40Quand Charlemagne lance une expédition contre la forteresse, ce n'est pas tant la perspective du siège qui l'inquiète, que celle du chemin à parcourir pour arriver jusque là. il met en garde ses hommes :

"Gardes que les Espaus ne vos chaille aproismier,
Car fées i conversent, à celer nel vos quier.
Assez tost i porrionsces.VII.ans tor noier,
Jas n'estovroit Renaut por nous eschargaitier" vv. 2000-03

41Le château pris par trahison, l'empereur arrêtera la poursuite au même endroit, la considérant a priori comme vaine (v. 2925 sq.). Là encore, une lecture psychologisante et rationalisante trouve matière à s'exercer : les fées peuvent servir d'excuse à un souverain trop heureux de renoncer à une entreprise difficile. Mais pour parvenir à Montessor, l'armée a dû passer par le défilé redouté... or, elle n'y a fait aucune "mauvaise rencontre" et aucun obstacle ne s'est opposé à sa progression :

Entreci k'as Espaus ne se voirent targier.
Charles prist le destroit forment a resoignier.
Mais bien les ont passés qu'il n'i ont encombrier... vv. 2010-12

42De même lorsque, malgré la mise en garde impériale, Ayme poursuit ses fils, il n'a aucun mal à le faire, ni à les retrouver :

En Ardane s'en entre, s'a ses fius acueilli. v. 2960

43Quant aux frères, ils ne rencontreront pas davantage de fées, hostiles ou propices, durant tout leur séjour dans la forêt, ils ne pourront pas compter sur elles pour adoucir une vie dont, en revanche, le caractère pénible n'aura que des causes naturelles :

Lors lor covint sofrir les tres grans povretés...
Menjuent venoison, c'est toute lor plantés,
Et boivent les fontaines et les ruisiaus des gués
Et prenent les chevreus, quant il les ont bersés.
La char gascrue et l'ewe les a tex conreés
K'il n'i avoit celui ne fust tos engrotés.
Molt les a malbaillis li vent et li orés...
Tot sunt mort de mesaise, n'en est .I. vis remés
Fors seul li .IIII. frare... vv. 3196-3207

44La forêt les protège peut-être comme le pensait Naime :

"Entré sunt en Ardane, en cele forest grant,
D'iluec iront avant où il auront garant". vv. 2945-46

45mais elle les réduit aussi à mourir de faim et de dénuement :

Tant orent as chars nues les blancs haubers portés
Que il furent plus noir k'arremens destrempés
Et si sunt plus velu ke n'est un ours betés...
Por çou vont en Ardane li fil Aymon tot nu... vv. 3237-39 et 3262

Des bons estrius à or est li cuirs desoriés
Et li frain de lor seles porrissent as orés.
Reines firent de hars,...
Mats les cordes porrissent... vv. 3240-46

Quant il pluet et il vente et il gresle menu,
Chascuns est sos .I. arbre, à son col son escu,
Lor hiaumes enrolliés et lor espié molu,
Et li cheval desferrent, li lorain sunt rompu. vv. 3263-66

cf. aussi vv. 3280 sq.

46... tout cela sans le moindre recours à quelque enchantement. Les frères eux-mêmes contribuent à rendre la forêt effrayante, comme en convient Renaut avec une amère ironie :

"Molt avons ces fores et ces grans bos gardés.
VII. ans a accomplis, n'en fu .I. fais portés.
Charles, nostre emperere, nos en doit savoir grés ;
Chascuns en devroit estre richement conreés"... vv. 3283-86

  • 15 Notons d'ailleurs une impossibilité géographique : le château de Montessor est situé en pleine for (...)

47D'où cette idée que les "fées" dont Charles a entendu parler pourraient bien avoir été d'autres hors-la-loi ou brigands. Mais c'est là extrapoler car le texte ne le dit pas. En tout cas, le défilé des Espaus semble bien faire fonction de frontière15 : au delà, on entre dans un monde qui, s'il n'est pas exactement celui des fées, n'est plus celui des hommes : univers étranger aux fils d'Ayme qui y verront leur humanité menacée de disparaître peu à peu :

"Noir somes et velu com ours enchaiené ;
Ja ne seromes mais conut ne ravisé". vv. 3336-37

cf. aussi v. 3238 cité ci-dessus et v. 3280

  • 16 Un rapprochement pourrait être fait avec la forêt du Morois dans le roman de Béroul, refuge des am (...)

48privés, comme on l'a vu, de ces objets fabriqués, qui marquent l'empreinte de l'homme sur la nature (vêtements, harnachement des chevaux, armure) et même de ce feu qui les contraint à manger leur venaison crue, et dont l'absence transforme cette nourriture de chasseurs en proie de prédateurs. Univers de nature, étranger à celui de la culture seul cadre de vie possible pour des hommes qui, même "nés d'Ardene" sont aussi de "Dordone la cité" (v. 1958). Le passage par la forêt est celui d'un long hiver ; le printemps revenu, ils ne se réjouiront pas tant du beau temps qu'ils ne choisiront de retourner en ville, pour y retrouver cette ressemblance que leur a fait perdre leur isolement d'avec les hommes16.

  • 17 On retrouvera la forêt d'Ardenne... dans l'épisode gascon, comme si elle était devenue une sorte d (...)

49Tout se passe en fait comme si le château de Montessor, ses environs immédiats qui servent de réserve de chasse et de pêche aux quatre frères, et, au delà, le "parfont gaut d'Ardene" dessinaient des cercles concentriques autour des héros. Les deux cercles du centre, ceux formés par le château et par ses alentours délimitent autour d'eux l'univers spatial quotidien du seigneur féodal. Avec, cependant, déjà, des touches d'étrangeté : mystère de la construction du château, absence de terres cultivées, -d'où sont venus les hommes qui l'ont construit et doivent en assurer le service ? D'où viennent le vin et le blé que ces chasseurs consomment aussi ? Quant au troisième cercle, il n'est plus sous le rayonnement du château qui impose sa marque humaine et sociale au paysage. C'est l'univers de la sauvagerie. Pourquoi ne serait-il pas habité ? Mais pourquoi les fées qui le hantent devraient-elles se montrer aux hommes ? Et comment les hommes pourraient-ils les voir ? En tout cas, même s'ils apprennent les chemins de la forêt, ils ne cessent de s'y perdre. Et le danger des hommes a vite fait d'y être perçu comme moins grand que celui-là même de cette forêt où l'homme se fait bête sans espérer devenir esprit des arbres. Les quatre frères n'y reviendront plus17.

50Cependant le séjour non des cinq années à Montessor, mais des quelques mois en forêt a constitué une épreuve héroïsante pour les quatre frères. Ils ont vécu là où les autres n'osent même pas pénétrer (l'empereur, son armée) ou se contentent de se risquer brièvement et sans s'avancer trop loin (Ayme). Outre qu'une nécessité de l'histoire, leur sortie de la forêt est bel et bien une fuite. Si elle n'est cependant pas perçue comme un échec, c'est sans doute que la forêt (cette foret ?) est un lieu/un univers où l'homme n'a pas sa place : de l'avoir affrontée, et de n'en être pas morts, les héros sortent grandis, mais aussi marqués de quelque mystère.

51Qui faut-il être pour vivre en forêt (d'Ardenne) ? "Fée" sans doute. Comme celles que les frères n'ont pas vues. Comme le cheval Bayart qui, jeté dans la Meuse, une pierre au cou, la brise et s'enfonce sous les arbres, rompant sans retour avec l'univers des hommes, y retrouvant, à coup sûr, cette pâture qui ne profitait qu'à lui seul, et, par la même occasion, son identité sur-naturelle :

En Ardane est entrés, en la grant forest flœ...
Encor dient al regne, ce conte l'escriture,
Qu'il est en la forest où il tient sa pasture.
Quant voit home ne feme, de l'aleir n'i a cure,
Ains d'en recort fuiant à sa grant aleüre,
Que bien samble anemi qui de Dex nen a cure.
Or vos lairons de lui, ne sai se il plus dure... vv. 15332-342

52Et comme Maugis sans doute qui trouve près de Dordone cet ermitage (vv. 12590-99) où il reviendra vivre ses dernières années (vv. 16583 sq.X Mais notons que, dans ces deux derniers passages, l'Ardenne n'est pas explicitement désignée. Ne serait-ce pas parce que, pour Maugis, Il ne s'agit pas d'un retour à la sauvagerie des fées, mais d'une conversion à Dieu ? Le lieu, "converti" avec lui, y perdrait son ancien nom sans cependant disparaître ?

53Mais la forêt d'Ardenne n'est pas le seul lieu mystérieux du poème. L'épisode gascon invente Vaucouleurs. Là encore, la mise en œuvre de thèmes féodaux se fait dans un espace auquel le terme d' "étrange" convient d'autant mieux qu'il déçoit en un sens l'attente du lecteur, laissant subsister l'énigme et mettant en contact les frères avec un autre-monde suggéré, mais qui ne se manifestera pas, en tout cas de la façon qu'on pouvait l'attendre. Vaucouleurs, c'est l'endroit où, par l'entremise du roi Yon de Gascogne, l'empereur et les quatre frères doivent se rencontrer pour conclure Ta paix : terrain neutre en quelque sorte (ce n'est ni Montauban, ni Bordeaux, ni une place dépendant directement de Charles), lieu à la fois ouvert ("plains de Vaucouleurs", v. 6399) et écarté :

A .III. liues entor n'a ne borc ne maison,
Chastel, ne fermeté, ne habitation... vv. 6671-72

54- un carrefour en pleine campagne :

.IIII. chemin departent desor le pui francor ;
Si va li .I. en France, à Rains ou à Soisons,
Li autres en Galice, li tiers en Karion
Et li quars en Gascoigne... vv. 6674-77

55Mais ce lieu est aussi, idéalement, un lieu d'embuscade et il a été choisi comme tel par l'empereur qui compte, en réalité, y faire prisonniers les quatre frères. L'isolement du site le met hors de portée de tout secours éventuel ; sa disposition (- les quatre routes sont bordées de forêts :

.IIII. fores plenieres li batent environ,
La menor a .VII. liues à .I. mul ambleor.. vv. 6664-65)

56permet de dissimuler sans difficulté toutes les troupes que l'on veut :

Et là fu porparlée la mortel traïson v. 6673

En chascuns des chemins que nomes vos avon,
Avoit .M. chevaliers, fermés les confanons.
Adobés de lor armes sor les chevaus gascons. vv. 6678-680

57De leur cote, pour s'y défendre, les frères utiliseront, en s'y retranchant comme dans une forteresse, la "Roche Mabon" (v. 7042, v. 7110 et cf. vv. 6472-73), seul accident du terrain qui leur soit favorable. Rien que de "fonctionnel" jusque là. Mais sur ce lieu plane aussi une "aura" de mystère et de crainte. Lorsque Renaut dit à sa femme Clarisse, que Vaucouleurs a été choisi comme lieu de rencontre avec l'empereur, elle proteste aussitôt :

"Li plain de Vaucolors font molt à resoignier". v. 6471

58Certes, elle pense, à une traîtrise possible de l'empereur et suggère que l'entrevue ait plutôt lieu sous les murs même de Montauban où Renaut serait à portée de secours en cas de besoin (vv. 6477 sq.). Mais il reste que sa crainte s'explicite en une évocation qui ne présente pas le site comme lieu adéquat d'une trahison :

"Une roce i a haute, contremont, vers le ciel ;
Molt est l'eve par fonde et grant sunt li rochier.
.IIII. fores i a, si com j'oï tesmoignier ;
Li mendres tient .VII. liues à. I. errant à pié". vv. 6472-75

  • 18 On notera aussi que le songe prémonitoire auquel Clarisse se réfère pour détourner son mari de Vau (...)

59C'est la sauvagerie du lieu qui est présentée comme effrayante. Sa solitude renvoie plus, il me semble, à l'image d'un monde où l'homme ne trouve pas sa place qu'à celle d'un lieu d'embuscade : précisément, l'image absente est celle des cavaliers dissimulés sous le couvert des arbres. Lieu de bois, d'eaux et de rochers, d'où sont même absentes les quatre routes qui pourtant le marquent. Lieu étranger et hostile aux hommes : comment traverser ces forêts, franchir cette rivière, escalader ces rochers ? Lieu aussi, peut-être, subtilement satanique avec cette roche superbe qui semble vouloir s'élever jusqu'au ciel. Lieu qui fait d'autant plus évidemment peur en lui-même qu'il inscrit en son centre cette "roce" qui, au contraire, servira de refuge aux frères contre l'assaut des troupes de Charles18 : il n'y a, là, aucune prémonition.

60L'auteur, à son tour, décrit Vaucouleurs sous le prétexte d'un public qui l'ignore (vv. 6660-61). Le motif ne vaut pas grand chose, puisqu'au contraire Clarisse l'a dépeint 200 vers auparavant. Il s'agit bien plutôt que d'informer, de frapper ce public, et peut-être, d'introduire une autre symbolique :

Une roche i a haute del tans ancianor ;
VII. M. pierres a rengies tot entor ;
IV. fores plenieres li batent environ,
La menor a .VII. liues a .I. mul ambleor ;
.IV. eves revineuses la cloent, ce savon...
.I. jaiant le ferma qui Fortibiaus ot nom... vv. 6662-69

61S'il "humanise" et "familiarise" le lieu - en nommant les rivières qui y coulent (Gironde, Dordogne, Balençon, Vairepaine), en en faisant un ca-refour de routes dont il désigne les destinations (Reims et Soissons en France ; Galice ; Gascogne, - par où arrivent les quatre frères ; Carion, dans les Asturies : vv. 6675-76), il y trace aussi un cadre géométrique - quatre forêts, quatre routes, quatre rivières - qui rend énigmatique ce qui aurait pu n'être qu'un banal carrefour. Au "quatre" s'ajoutent le "trois" (A .III. Liues entor n'a ne borc ne maison, v. 6671), le "sept (les 7 000 pieres) et le "un" : la roche unique au centre de cet ensemble quadrangulalre. Il y évoque surtout des éléments de paysage très étranges, à la fois telluriques -"roches", "pierres", "eves", "fores" - el humains : "pierres arengies tot entor" (v. 6663), "ferma" (v. 6669). N'est-ce-pas d'ailleurs rationaliser que de parler d' "humanité" puisque ce maître d'œuvre était le géant Fortibias (v. 6669) et que tout cela se fit dans un autrefois bien impossible à inscrire dans le temps d'une chronique, - au "tens ancianor" (v. 6662) ? Etrange paysage ou architecture étrange, on ne sait, - les deux registres se mêlant indissociablement. Qu'est au juste cette "roche... haute del tans ancianor ; .VII. M. pierres a rengies tot entor" (vv. 6662-63). En quoi exactement a consisté le travail de Fortibias dans cette "raison" (v. 6661) de pierres, de bois et d'eaux ?

62Images d'autant plus énigmatiques que rien ne nous est dit de leur sens et qu'elles tendront à se défaire au cours du combat qui va suivre : les 7 000 pierres en particulier ne seront plus mentionnées. Paysage telluriquement fortifié comme celui du chaos de Montpellier-le-Vieux où des tourelles en ruine "del tans anclanor" semblent encore surgir des bois de chênes verts ? Ou construction de l'esprit Inscrivant dans cette "raison" quadrangulaire - cruciforme - une image de ville, - ou l'Image du monde, avec l'arbre de Vie en son centre ? Lieu dont la majesté obscure érige un décor héroïsant à la scène par ailleurs sordide dont il va être le théâtre. "Décor" "théâtre" ? Il faudrait y ajouter les manteaux d'écarlate vermillons que portent les quatre frères, et les roses rouges qu'ils tiennent à la main. Vêtements convenus qui les désignent, aux coups de leurs ennemis ; fleurs qui expriment leur joie de voir, croient-ils, s'achever un conflit déjà long. Mais aussi, "costumes" et "accessoires" d'un "mystère", d'une représentation rituelle de sacrifice, à la couleur de leur sang. Vaucouleurs est bien un lieu "à resoignier" mais non parce qu'il recèlerait quelque magie des temps anciens, de même qu'en forêt d'Ardenne, le danger ne venait pas, en définitive, des fées. Et ce n'est pas non plus - seulement - un quelconque coin de bois où un roi peu scrupuleux s'apprête à se débarrasser de vassaux trop naïfs, c'est l'aire rituelle, religieuse, théâtrale, où se représente - "Jeu" et "mimêsis" - toute mise à mort de l'Agneau. Ou plutôt, le cadre en est présent (décor et acteurs pour le théâtre, paysages et personnes pour l'Histoire, mais nous sommes a l'Intérieur d'un récit épique : il n'y aura ni dernière "journée", ni mise à mort, - pas de Passion reproduite. Seulement leur suggestion. A peine une quasi-mort et un simulacre de Résurrection - celles de Richart - mais quel héros épique n'a pas, un jour ou l'autre, "tenu ses tripes dans ses mains", quel enchanteur ne détient pas la panacée universelle ?

63La solennité, de toute façon mystérieuse, du décor donne une dimension de grandeur tragique à tout 1 épisode. Quant à l'arrière-plan symbolique que j'y devine, ce nest en effet qu'une lecture. Pour l'appuyer, une autre scène étrange : quand le roi Yon accepte de livrer les quatre frères â l'empereur, après en avoir délibéré avec ses hommes, la salle du conseil connaît une mutation brusque :

Por saint Renaut fist Dex illuec grant monstrison.
Escrit est a Tremoingne en la fiertre au baron :
La chambre qui fu blanche en mua sa color ;
Si devint inde et perse, et noire com charbon,
Et li .I. ne vit l'autre, ains chaïrent trestot.
Une grant piece Jurent illuec en pamison,
Puis issent de la chambre, lor conseil finé ont. vv. 6072-79

64Le "jugement" de Dieu en faveur de celui qui est d'ores et déjà désigné comme "saint" Renaut et le fait que cette scène soit représentée sur sa châsse-reliquaire, montrent bien la volonté de l'auteur d'élever la scène de Vaucouleurs au dessus de la banale embuscade traîtresse, motif trivial de l'épopée, les éléments qui constituent le site peuvent aussi le suggérer symboliquement.

  • 19 L'est-il ? Le texte ne le dit pas. Dans la mesure où il n'influe pas sur la conduite de Renaut, ce (...)

65Mais voici que des fées au géant, nous sommes passés, avec la "monstrison" divine, à un registre différent. Nous y sommes aussi avec le songe prémonitoire de Clarisse. Non en tant qu'il serait envoyé par Dieu19 mais par certaines des images qui y annoncent le malheur des héros :

"Saint Nicol de Waucois revi je trebuchier ;
Les ymages ploroient des biaus iols de lor chief". vv. 6496-97

  • 20 "Apparemment" dans la mesure où, contrairement à ce que semble annoncer le songe de Clarisse, c'es (...)
  • 21 Mais non inhabituelle dans l'épopée : cf. Ami et Amile, laisse 49.

66elles se mêlent à d'autres, - certaines claires, du moins apparemment (vv. 6501-04)20, certaines étranges21, mais seulement par leur façon d'associer hommes et animaux en une chasse "à l'envers" :

"Del parfont bos d'Aguise, qui est grans et pleniers,
Vi issir mil senglers del bos, tos eslaislés,
Les dens hors de la geule, tranchantes com aciers.
Si vos voloient, sire, ocirre et destrancier". vv. 6487-90

  • 22 Cf. W.C. Calin, op. cit., pp. 155-156.

67Cette chanson de geste a pour héros un saint : point de vue de celui qui raconte, par définition, après coup. On pourrait penser que la sainteté de Renaut lui est acquise uniquement par sa mort, assimilée à un martyre dans la mesure où, même si elle n'est pas exactement une confession de foi, c'est le service de Dieu qui la lui vaut. En effet, même si, dans le conflit qui l'oppose à Charlemagne, les torts sont plus du côté de l'empereur que du sien, lui-même n'est pas exempt de tout reproche, et mène en tout cas une vie où la pensée de Dieu ne joue aucun rôle22. Mais, en fait, la conversion de Renaut va être préparée dès l'épisode gascon. Dans l'ensemble du récit, l'écart moral existant entre les protagonistes du conflit ne va cesser de grandir ; l'empereur apparaîtra de plus en plus comme une sorte de "fauteur de guerre", et Renaut comme un héros pacifique, n'exploitant même plus les avantages que lui donnent des combats auxquels il est contraint, dans l'espoir toujours déçu d'apaiser un Charlemagne dont la vindicte aveugle tend de plus en plus à faire un héros démesuré. Ce qui nous amène à Vaucouleurs et à une préparation "littéraire" de la conversion de Renaut : Yon livrant Renaut à Charlemagne pour des raisons d'intérêt et alors qu'il n'a eu qu'à se louer des services du feudataire, c'est un Judas... parce que Judas est l'archétype du traître, parce que Yon lui-même s'en fait l'application (v. 6336), parce que la "monstrison" de Dieu redonne au rapprochement la force que l'usage courant avait pu émousser. Mais c'est alors que Renaut prend valeur christique, lui qui, sans mourir - il n'est pas le Sauveur -, mettra plus tard sa vie en jeu pour ceux qu'il aime : son frère Richart, son cousin Maugis qu'il ne voudra pas livrer à Charlemagne, récusant pour lui le rôle de Judas. La somptueuse mise en scène de Vaucouleurs organise l'espace (du monde) et le temps (des origines) pour une histoire dont le héros est non seulement le seigneur d'une terre, l'époux d'une femme, l'homme d'un roi et le frère que l'on sait, mais aussi un élu de Dieu. - et on connaît la constante présence de cette dimension dans la sainteté médiévale. Le miracle de la chambre souligne que le roi Yon trahit (et que Charlemagne s'acharne sur) ce Renaut que le Seigneur a choisi pour qu'il devienne un de ses saints. Vaucouleurs est là - aussi - pour l'honneur de Dieu.

68Depuis (presque) le début du poème, la phratrie est en relation avec l'autre monde. Pendant l'épisode ardennais, ce monde est à la fois celui de la sauvagerie et de la féerie, figuré par la forêt, mais aussi par Bayart et Maugis. Subsistent la présence (et l'action) du cheval et de l'enchanteur. Mais en même temps, au cours de l'épisode gascon, commencent d'apparaître des éléments d'un "autre monde" différent, chrétien celui-là : le miracle de la chambre est le premier ; un autre sera, sur la prière respective des trois frères de Renaut et de l'empereur (vv. 12271-280), le miracle qui empêche Roland et Renaut aux prises de poursuivre le combat :

Tel vertu i fist Dex...
Une niule leva qui espant par le pré.
L'uns ne pot veoir l'autre, tant i ot oscurté. vv. 12281-84

69Cette manifestation trouble les deux combattants qui n'en identifient d'ailleurs pas l'origine :

"Renaut, ce dist Rollans, où iestes vos alé ?
Ou il est anuitié ou je sui enchanté". vv. 12286-87

70Cependant, Roland la met à profit pour donner une chance à la paix (fût-ce en forçant quelque peu la main à Charlemagne) :

"Se vos à Montauban m'en poïes mener,
Awec vos m'en, iroie volontiers et de gré.
Si me garderes tant que seres accordés ;
Certes que J'ai de vos merveilleuse pité". vv. 12295-98

71La prière de l'empereur (... "Ou trametes tel signe qu'il soient dessevré", v. 12275) trouve peut-être ainsi une réponse qui n'est pas exactement celle qu'il escomptait. La proposition de Roland fait succéder la lumière aux ténèbres :

  • 23 Il est à noter, que ce miracle est une indication de la volonté de Dieu, mais qu'il n'exerce aucun (...)

La niule se depart, si revint la clarté. v. 1230023

  • 24 ... à cause du géant Fortibias dont l'appartenance n'est pas précisées. Les bâtisseurs légendaires (...)

72A ce stade du récit, d'autres éléments peuvent être appréhendés comme participant des deux registres : le songe de Clarisse, pour sa chasse fantastique d'une part, de l'autre pour son aspect de merveille pieuse ; et la description du site de Vaucouleurs : passé mythique (et sarrasin ?)24, suggestion chrétienne d'un plan cruciforme interférant avec celles nourries parla scène de trahison et de mise à mort de l'Innocent qui va s'y dérouler, énigme de ces nombres (1, 3, 4, 7) familièrement liés à des symboles entrant dans un système chrétien de représentation du monde, mais qui, ici, ouvrent surtout sur le mystère, peut-être religieusement décevants mais poétiquement exaltants : - comme la forêt d'Ardenne avec ses fées dérobées. Enfin les dernières séquences de l'épisode gascon voient l'exténuation des présences-fées autour des frères. Le cheval Bayart, se prend à périr dès qu'on se nourrit de son sang ; jusqu'à sa remise à Charlemagne, condition exigée pour la paix, son caractère d'animal "faé" n'apparaîtra plus. Maugis change de "signe", l'enchanteur se fait ermite. Dorénavant il se consacre à Dieu et c'est seulement par ses prières qu'il compte aider Renaut :

Dame Deu servira en tres tot son aage ;
Proiera por Renaut o le fier vaselage. vv. 12608-609

73Et c'est un changement définitif. Il viendra bien à Trémoigne, inquiété par un songe du sort de Renaut ; mais cette visite ne s'accompagnera d'aucune mise en œuvre de ses connaissances magiques. En Terre Sainte non plus - où il retrouvera Renaut, il ne se servira plus de son art, - le texte est explicite sur ce point :

"Par art ne par boidie jamais jor (n'ovrerai),
Car a Dex nostre sire grant piecha voé l'ai. vv. 15534-35

74Mais qu'en advient-il de la forêt ? Elle sert de cadre à plusieurs scènes de la fin de l'épisode gascon et des deux épisodes allemands (Trémoigne, Cologne), mais est absente du pélerinage en Terre Sainte.

75Elle est d'abord le lieu ou l'ermite qui hébergera Renaut et les siens entre Montauban et Trémoigne s'est retiré, ainsi que celui choisi par Maugis pour adopter le même mode de vie. Lieu obligé d'une semblable démarche. Mais quels vont être les rapports de ces hommes de Dieu avec la forêt des fées ? Vont-ils ou non le baptiser ? Et qu'en est-Il en particulier de l'ancien enchanteur ? Ne va-t-il pas y trouver un milieu complice mais au demeurant peu en accord avec le sentiment qui a inspiré sa conversion de vie ?

76Appelé "ome sauvage" (v. 13821), le premier ermite représente pourtant, aux yeux de Renaut, le contraire même de la sauvagerie... mais ce n'est pas non plus l'homme de Dieu qu'il voit en lui. L'ermitage est, pour le héros, étape civilisée entre Montauban qu'il a dû quitter et Trémoigne "(sa) cité ! plus bele" (v. 13844) où il se rend pour y trouver ce "palais reont" qui offrira aux fugitifs le logis qui leur convient, - non par son luxe mais parce que construit de main humaine. L'ermitage, c'est le toit sur la tête ; c'est aussi une nourriture fondée non sur la cueillette, qui fait des siens des "bestes sauvages", mais sur la culture, l'élevage et la cuisson : pain, vin, chapon. Si au cours de l'épisode ardennais, chasses de Montessor, les frères croyaient pouvoir subsister en Ardenne, ils devaient vite déchanter et gagner "Dordone la citei". L'épisode gascon aussi s'articule autour de lieux bâtis : Bordeaux accessoirement, Montauban surtout. Là encore les lieux "déserts" (Vaucouleurs et son absence de toute habitation à des lieues à la ronde) leur sont hostiles. Aussi, chassés de Montauban, Ils ne cherchent nullement à réitérer le séjour forestier initial ; Ils marchent au plus vite vers Trémoigne. Et c'est encore trop que de traverser la forêt ; sa sauvagerie les menace : les frères, jadis "velu comme des ours", tendent à y redevenir bêtes sauvages, - et pas seulement, logiquement, des hommes à moitié morts de faim :

Il n'ont gaires alei contremont le boschage,
Quant il sunt departi comme beste sauvage ;
Les herbes arocherent, errant par bon corage ;
Volentiers les mangerent, si les cache la rage.
Cil qui trove boton, lo cuer li rasoage,
Et cil qui trueve fueille, de manger ne se targe... vv. 13804-809

77Il faudra le gîte d'étape, la table bien servie contre la menace déshumanisante des arbres. C'est non le "saint" mais le "sage" Renaut qui comprend qu'il ne peut plus longtemps laisser ainsi ses hommes moins "dépérir" que "s'abêtir" :

Quant Renaus l'a veü, si mua son corage :
Dont parla hautement comme preudome et sage.
"Baron, ce dist li dus, ce tieng ge à village
Que si aleis paissant comme beste sauvage. vv. 13810-13

78Et ce n'est pas l'ermite en tant qu' "homme de Dieu" qu'il évoque comme recours mais en tant qu'il leur évitera de coucher "à la belle étoile" -comme ils ne songent certes pas à dire ! - et qu'il leur donnera, ce qui s'appelle, pour un homme, à manger :

"Se li hermites vit, bien sai en mon corage ;
Bon ostel nos fera comme gent de parage"...
Molt fu liés li hermites quant il conut Renaut...
"Moit a çaiens vitaille que nule riens ne faut".
il corrut en sa chambre, il n'i a fait c'un saut ;
Pain et vin aporta (et bon let trestot chaut)...
"Ancui aura chascuns chapon en l'escuele"... vv. 13816-838

79Reste à se demander si ce sont ces objets eux-mêmes qui donnent à l'ermite la force de vivre en forêt, d'être "ome sauvage" tout en restant homme de culture. Ou bien ne peut-on être "ome sauvage" et rester homme seulement quand on est aussi homme de Dieu ?

80Maugis apportera-t-il des éléments de réponse ? Sa façon de vivre, d'une ascèse au demeurant très traditionnelle :

Si vivra de racines et d'autre herbe dalvage. v. 12608

"Ne vi fors de racines, s'ai sainte vie escrite"... v. 14556

81est celle qui déshumanisait Renaut et les siens. Cependant, il ne couche pas dehors (pas plus que le premier ermite), et il y a même des traces de culture antérieures à sa venue dans le lieu où il s'installe :

  • 25 Cf. aussi v. 14232 et v. 14252.

Apres antre en .1. bois tres parmi le boscaige...
Lors a gardé sor destre, vit .I. viez hermitage...
Par devant ot un pré et terre gaaignage.
Droit au pié de la porte, par devers le paraige,
Sort une fontenele au pié d'une calage.
Maugis va cele part, si entra el manage ;
La maison a charquié ki ot petit corsage ;
Puis vint en la capeale... vv. 12595-1260425

82Les austérités de sa vie l'amaigrissent (v. 14236 et 14391-14406) :

De Maugis par leron qui moit est afebli... v. 14236

83mais n'atteindront pas son humanité ; là encore, n'est-ce-pas à cause de son "entente... vers Dex qu'il a de cuer servi" (v. 14237) ? On notera le rapprochement des deux motifs dans ces vers :

"Si ser Dex de bon cuer don ge ai merite.
Ne vi fors de racines, s'ai sainte vie escrite". v. 14455-56

84Enfin, l'ermitage de Maugis (et n'en était-il pas de même du premier puisqu'il est sur la route de Renaut ?), pour isolé qu'il sott, n'est pas coupé de toute relation avec le monde humain. Certes, celui qui s'y est retiré y vit dans la plus complète solitude :

Ensinc i fu .VII. ans et mena bone vie,
Ne vit home ne feme de la sœ partie... vv. 16590-91

85mais on connaît son existence dans le pays : quand il meurt :

La gent de la contree qui n'est pas agastie
L'ont enfoï à joie, (nus) n'i brait (ne) ne crie... vv. 16593-94

  • 26 De retour de Terre Sainte, il retrouve évidemment les terres et châteaux précédemment tenus par lu (...)

86Lorsqu'il va, à son tour, quitter le monde, Renaut, on le sait, ne choisira pas la solitude silvestre, mais l'animation urbaine d'un chantier de cathédrale : Cologne sera sa dernière étape. Cependant, pour y parvenir, il traversera encore la forêt, laissant Montauban26 derrière lui :

Renaus s'en va toz liés, en .i. bois est entré.
Or s'en ala Renaus à pié grant aleüre
De ci à l'avesprée par la forest oscure.
Si mangüe de pomes et mainte bone mure,
Et botons et alies et mainte (neple dure).
Autresi vait paisant comme beste en paisture.
Quant Dex dona la nuit, si a pris sa mesure,
Par deso(s) un aubre, lez la forest oscure.
De ci à l'aube (i) fu que la nuiz se despurre,
Don reprist son voage li dus grant aleüre.
A pié s'en va Renaus parmi estrange voie,
Par bois et par essart (tint icel) jor sa voie,
Fruit sauvage mengüe et si but eve quoie.
Ensinc vait la semaine parmi la sapinoie... vv. 17986-999

  • 27 Renaut de Montauban ne s'Inscrit donc nullement dans la perspective de saint Bernard pour qui les (...)

87Certes, il ne s'agit que de passer par la forêt (même si le voyage se prolonge au delà de la semaine notée ci-dessus) et Renaut n'a, à aucun moment, l'intention d'y vivre. Mais, ce laps de temps, il vit réellement en "ome sauvage", couchant dehors et mangeant les fruits qu'il cueille. On retrouve donc les motifs de la "vie sauvage" propres à l'épisode ardennals et au voyage de Montauban à Trémoigne. Certaines expressions s'y retrouvent telles quelles, parmi les plus fortes (cf. v. 17991). Mais aucun acccablement, aucune perception négative de cet état de fait n'est ici mentionné. Si, en Ardenne, les fées, (absentes ou cachées) laissaient le héros au désert - lieu sans homme ni Dieu -, si l'ermite d'entre Montauban et Trémoigne rendait aux voyageurs la compagnie humaine (avant même la présence de Dieu), et s'il subsistait lui-même ainsi que Maugis, à la fois par les éléments de culture qu'ils n'avalent point renoncés et par l'Invocation divine sous laquelle ils avaient placé leur vie, on voit qu'ici c'est encore cette implication qui laisse Renaut s'endormir paisiblement sous un arbre sans craindre les enchantements nocturnes - féeriques ou démoniaques : c'est bien Dieu qui ramène la nuit, moment du repos ... Il n'apparaissait point comme maître du temps en Ardenne27.

88Mais si Dieu protège ceux qui, en Son nom, hantent la forêt, celle-ci n'en conserve pas moins son signe propre. Lorsque le cheval Bayart s'arrache à la Meuse, brisant fantastiquement la pierre de meule qui devait l'y faire s'abîmer, c'est pour s'enfoncer en Ardenne, rompant avec la compagnie des hommes - qu'il va fuir désormais - et... avec celle de Dieu : créature-fée, Bayart pouvait bien être considéré comme "bone chose" le temps de son service auprès de "saint Renaut" ; mais, revenu à la sauvagerie, il ne peut plus être perçu que comme suppôt de Satan :

  • 28 Cf. les textes cités dans la première partie de cette étude.

... Que bien semble anemi que de Dex nen a cure. v. 1534128

89Si l'enchanteur se fait ermite, l'animal se (re) fait cheval sauvage. L'un et l'autre, peut être, redevenant seulement ce qu'ils étaient, si l'on peut dire, avant que les trouvères ne s'en mêlent : culture/nature qui, ici, se traduit en chrétien (Christicola)/païen (silvaticus).

90Cependant, cette répartition - étrange en ce qu'elle mesurerait sa part à Dieu - n'est-elle pas remise en question dans le dernier épisode du poème, celui qui manifeste, après sa mort, la sainteté de Renaut ? Il n'y est plus question de Bayart, ni de Maugis, - aussi bien, il n'est plus question de la fratrie mais du seul Renaut, et nous avons vu la fonction relative â l'existence unitaire du groupe qu'ils remplissaient l'un et l'autre. Mais pour rendre manifeste la sainteté de Renaut, c'est de la nature (sauvage) que Dieu va se servir. Si Bayart jeté vivant à la Meuse s'en sort par l'usage de sa force-fée, le cadavre de Renaut va être sauvé des eaux par une intervention divine. Dans toute cette scène et celles qui vont s'ensuivre, pour la première fois dans le poème, les mots "miracle", "merveille" reviendront à plusieurs reprises. Dieu y apparaît comme maître du monde, maître des éléments, des animaux et, tout aussi bien, des anges :

Mais Dex i fist miracles qu'an doit amentevoir,
Que trestuit li poisson i vienent à pooir.
Deci qu'à une lieuze, par lo Jhesu pooir,
N'i a rem(e)is poisson qui force doie avoir.
Tot droitement viegnent là où orent esp(oir).
Li gregnor vont avant qui avoient pooir.
Par lo commandement de Dex lo pere voir
Ont si tenu lo cors qu'il ne se puet movoir ;
Si (l') ont tant soulevé que Deu dona lo soir.
Par de desures l'eve firent lo cors paroir,
Dont i vint tel clartés por lo Jhesu voloir,
Bien i parut trois cierges (que) l'an vit cler er (coir) ;
Et les angles chanter et haus chans esmovoir... vv. 18236-248

Li miracles fu (biaus) que Dex fist por Renaut.
Quant fu fait li servises des angles baut et h(aut),
Et li poisson s'esmuevent tot erraument piechaut ;
Vers la rive lo mainent trestot à I. sor saut.
Quant lo virent lo clergie, merveille en furent baut...
Atant fu au rivage et l'arcevesque saut,
Et a saissi lo cors et l'a levé en haut.
Et li poisson s'en vont et (la) grant clartés faut.
Li angle s'en revont avec lo Dex en haut. vv. 18269-280

  • 29 Manifestations au demeurant habituelles dans les récits de translations de "corps saints", pour le (...)

91Maître de cela aussi que les hommes ont construit : les cloches se mettent à sonner d'elles-mêmes pour accueillir le corps de Renaut (v. 18137) et le char sur lequel il a été posé ne se déplace que par la volonté de Dieu (vv. 18334, sq.)29.

92Cependant, cette toute-puissance sur le "cosmos" dont le caractère universel ne saurait être contesté - si on considère la démarche intellectuelle et spirituelle qui la fonde - est mise en œuvre au moyen d'éléments choisis : c'est l'eau qui en est le théâtre, et sa faune. Or, l'élément aquatique n'est jamais, dans le cours du poème, associé à des éléments féeriques ou magiques. L'"eve raviseuse" de Vaucouleurs s'efface sitôt que mentionnée et la Meuse n'est qu'une rivière ordinaire où Bayart se noierait de façon fort réaliste sans sa force et son adresse "fées". En revanche, on sait combien l'eau - eaux du baptême et de la grâce -, combien le(s) poisson(s), - symbole christique par excellence - ont été associés à des thèmes chrétiens. Face à la rivière ou se déploie la "gloire" de Dieu - Sa lumière merveilleuse -, la forêt obscure reste toujours plus ou moins suspecte d'être "desvoiable".

93Dans ce dernier épisode, la "merveille" se montre d'éclatante façon, comme elle le faisait déjà dans la "monstrison" de l'épisode gascon. Au rebours de ce qui (ne) se passait (pas) en forêt d'Ardenne, et de ce qui demeurait sans doute ambivalent a Vaucouleurs. Assurément, la féerie n'existe pas seulement dans les esprits des hommes iqnorants et craintifs, - si on ne voit pas les fées, Bayart est un cheval-fée et les savoirs de Maugis ne consistent pas qu'en une utilisation judicieuse de ses mains et d'herbes médicinales-. Mais elle est perçue comme une réalité vis à vis de laquelle on est partagé, à la fois quant a la vision qu'on en peut avoir et à l'attitude qu'on doit lui réserver. Réalité qui peut apparaître comme bénéfique et dont il est loisible de se servir (dons de Bayart, savoirs de Maugis) ; mais qui demeure suspecte (Maugis, conjointement, se fait ermite par repentir des hommes qu'il a tués pendant sa vie chevaleresque si renonce à pratiquer la magie ; le "bon" Bayart prend "in fine" une figure quasi-diabolique). Réalité décevante aussi, et qui se dérobe au lecteur qui s'interrogera toujours sur les fées d'Ardenne et sur les raisons qui faisaient de Vaucouleurs un lieu "molt à resoignier". Réalité fascinante, héroïsante (on ne peut nier le prestige qu'apportent aux quatre frères la possession de Bayart, la parenté de Maugis, le séjour dans la forêt des fées et l'audace d'avoir affronté ce lieu qui a été fortifié "dans les temps" par le géant Fortibias) ; mais réalité "repoussante", qui n'est faite ni pour des hommes, ni pour des chrétiens. Leurs lieux, ce sont les champs cultivés, les châteaux, les églises et les villes.

94La forêt demeure le domaine des "fées", êtres et animaux. Certes, on peut la percer de routes : s'il y a quatre forêts à Vaucouleurs, c'est parce que la silve primordiale a été divisée par ces chemins qui mènent on sait où : dans des cités (Reims, Soissons, Carrion) et des pays (Gascogne, France, Galice, Asturies) d'hommes ; elle peut bien s'étendre sur sept lieues de profondeur, après ces sept lieues, on trouve habitations et villages. On peut la "civiliser", au sens étymologique du mot : elle deviendra - hybride -réserve de chasse autour d'un château, - et Montessor, Monbendel, Montauban l' "occupent" comme on "occupe " un territoire ennemi. On peut la christianiser : peut-être symboliquement par les croisées de chemins (comme à Vaucouleurs), sûrement en y implantant ces ermitages où des hommes de Dieu construisent des chapelles et prient, - leur "entente" suffisamment tournée vers Dieu pour pouvoir y vivre, - représentant un ordre double - à moins qu'il ne s'agisse, sous deux apparences, du même - : ordre de culture, ordre chrétien. Si l'ermite-en-forêt porte ce double visage - homme de culture, homme de Dieu -, que n'altère pas sa qualification d'"ome sauvage", c'est que cela renvoie à la double image que l'on se fait d'une même réalité, celle de la forêt. Lieu de sauvagerie, d'une nature si puissante qu'elle paraît sinon toujours impénétrable aux pas de l'homme en tout cas à ses forces de vie. Le recours à la féerie comme système d'explication traduit l'effroi que l'on ne peut que ressentir devant cette puissance ; c'est en même temps une façon de rationaliser et de se rassurer. S'il y a des fées là-dessous, c'est bien "naturel" qu'un homme ne puisse subsister en forêt. Et s'il y a des fées, il faut faire appel, au-dessus d'elles, à une "merveille" plus haute, - celle-là même de Dieu, et d'abord celle de ses hommes et de ses saints. Protégés et rendus forts par Son signe, ils "occuperont" eux aussi, et de façon peut-être plus efficaces que les superbes enceintes fortifiées, l'espace forestier.

95Tout est-il dit ? Comment Dieu, en effet, pourrait-il ne pas avoir le dernier mot ? N'est-il pas le créateur, aussi, de la forêt ? Mais si le jardin d'Eden avait bien été donné à l'homme pour qu'il le cultivât, la terre d'après la faute est-elle encore faite pour lui être soumise ? Et si l'on peut, pour ce qui regarde l'occupation de la forêt, rapprocher châteaux et ermitages n'est-ce-pas qu'en une certaine mesure leur édification est plus tentative, en effet, pour dominer le monde que pour y imprimer le signe de la croix ? Mais alors, comment l'aventure humaine ne rencontrerait-elle pas ses limites, - avant d'être arrivée aux extrémités de la terre. Limites qu'il ne faudrait pas confondre avec celles du pouvoir de Dieu. L'ermitage où Maugis s'installe est désert depuis longtemps, et va l'être à nouveau après sa mort. Pour combien de temps ? Que va devenir Montessor, en Ardenne, après la fuite des quatre frères ? Sans doute ce qu'est devenu, depuis le temps des Sarrasins, le site de Montauban quand Renaut le redécouvre. Peut-être ce qu'est devenu Vaucouleurs depuis que le géant Fortibias l'avait fortifié.

96Une double ligne d'horizon donc.

97Celle des tentatives humaines successives, toujours recommencées : Maugis après l'ermite qui l'a précédé (dont on ignore le nom mats qui a laissé chapelle, maison, source captée, etc..) et, sans doute, un autre après Maugis ; Renaut après les Sarrasins, quitte à ce que ce soit seulement 1000 ans plus tard. "il faut cultiver notre jardin".

98Celle qui place un ange à l'épée flamboyante à l'entrée du Paradis perdu et l'enclot de murs infranchissables. Celle qui dit la nostalgie et l'Impossibilité. Celle qui dit la limite de l'homme qui a perdu la ressemblance divine et ne cesse - par ces images mêmes d'impossible - de lui rappeler à la fois la perte et la ressemblance.

99Qui pourrait refortifier Vaucouleurs ?

100Qui refera de la forêt d'Ardenne un jardin ?

Notes

1 La chanson des quatre Fils Aymon d'après le ms. La Vallière) éd. par F. Castets, Montpellier, 1909 (Slatkine Reprints, Genève, 1972. Pour une analyse du récit, cf. éd. Castets, pp. 16-36 ou W.C. Calin, The old French Epic of Revolt. Genève-Paris, 1962, pp. 81-99.

2 Sur l'importance du merveilleux dans les Quatre Fils Aymon et sur l'écart que cela peut représenter avec d'autres chansons de geste, cf. W.C. Calin.op. cit., pp. 213-215.

3 Sur le caractère, "faé" ou non de cette prouesse, cf. ci -dessous.

4 D'autres manuscrits et versions, eux, donneront ces précisions : Maugis d'Aigremont mentionne les études de magie faites par Maugis, ainsi que le ms B, d'autre part, fait d'une fée la donatrice de Bayart à Renaut (cf. éd. Castets, pour ces exemples et d'autres, pp. 121, 128, 156).

5 Un vers exceptionnel note bien la rapidité, - il est justement de l'ordre de la chose vue : Avis est qui l'esgarde que il doie voler,
Ne li veïssiés pié ne jambe remuer. vv. 8916-17

6 Notons le au demeurant : le merveilleux est aussi impliqué dans ces deux éléments. Cf. ci-dessous.

7 Cf. W.C. Calin, p^. cit., p. 174.

8 Sur ce personnage, cf. Calin op. cit., pp. 175-76 et les articles suivants : Philippe Verelst : l'enchanteur d'épopée (Prolégomènes à une étude sur Maugis). Romanica Gandensia. XVI, 1976, pp. 119-162 et Le personnage de Maugis dans Renaut de Montauban (versions rimées traditionnelles), Romanica Gandensia. XVIII, 1981, pp. 73-152. Je remercie J. Subrenat de m'avoir communiqué les épreuves de sa contribution aux Mélanges Gasca Gueirazza. Turin. Un enchanteur devant Dieu : Maugis d'Aigremont.

9 Cf. n° 4 et éd. Castets, p. 84.

10 On ne peut ici parler de tour d'illusionniste : les chaînes ne sont pas truquées. Cf. Ph. Verelst, Le personnage de Maugis, p. 137.

11 A l'exception du début du poème et de l'épisode ardennais.

12 … Rôle joué par le seul cheval dans l'épisode ardennais.

13 L'alliance tout è fait spéciale entre Maugis et Bayart est signifiée à plusieurs reprises. Elle s'inscrit dans des faits très matériels mais dont la portée ne doit pas être minimisée. A Vaucouleurs, Renaut regrette l'absence de l'un comme de l'autre (vv. 7493-94 et vv, 6818-820) et le salut viendra sous la forme de l'un montant l'autre. Quand Renaut croît Maugis mort, c'est Bayart qu'il prend à témoin de sa douleur (vv. 11421-24) et la mimique de l'animal (vv. 11424-431) simple façon de montrer son attachement à son maître, suggère aussi l'idée d'une science secrète qui permettrait à Bayart de pressentir que Maugis n'est pas mort et que la chevauchée de Renaut lui apportera des nouvelles rassurantes. Quand Maugis va enlever Charlemagne, il monte Bayart, - et, nous l'avons signalé, sans que l'action le nécessite vraiment. Enfin, c'est un songe concernant le sort du cheval qui fait sortir l'ermite de sa retraite, - et nous avons vu quelle relation s'établissait entre la retraite (l'éloignement) de l'homme et la remise à l'empereur (18 mort recherchée) du cheval. Tout cela est de notoriété publique : Fouque, nous avons cité le texte, ne les dissocie pas l'un de l'autre pour se réjouir que leur absence permette de venir à bout des fils d'Ayme ; en Terre Sainte, le comte de Rames, dès qu'il connaît l'identité de Renaut, s'enquiert :
"Aves encor Maugis où avez tel fiance,
Et Baiart lo faé, don l'an fait tel vantance ?" vv. 15684-85
Et la Mort de Maugis imaginera que, échappé à la Meuse, Bayart ira rejoindre Maugis dans son ermitage. Cf. éd. Castets, p. 121.

14 Sur la forêt d'Ardenne dans Renaut de Montauban. cf. W.C Calin, op. cit., pp. 81-82 ; et sur l'espace géographique du texte, id. pp. 185-189.

15 Notons d'ailleurs une impossibilité géographique : le château de Montessor est situé en pleine forêt d'Ardenne et il faut passer par les Espaus pour y arriver : fort bien ! Mais lorsque les quatre frères quittent le château, il leur faut ausi passer par le défilé (on précise même la distance : 14 lieues (v. 2863 sq.) pour pénétrer dans la forêt.

16 Un rapprochement pourrait être fait avec la forêt du Morois dans le roman de Béroul, refuge des amants mais dont, pour la même raison que Renaut et ses frères, ils ne s'accommoderont finalement pas.

17 On retrouvera la forêt d'Ardenne... dans l'épisode gascon, comme si elle était devenue une sorte d'appendice géographique des héros (vv. 4085 sq.). Mais sous la forme "apprivoisée" qu'elle avait dans les alentours immédiats de Montessor. Cf. aussi ci-dessous.

18 On notera aussi que le songe prémonitoire auquel Clarisse se réfère pour détourner son mari de Vaucouleurs ne contient pourtant aucune allusion au lieu : l'accent y est mis sur les animaux sauvages qui, sortant d'une forêt, se jettent sur lui... mais cette forêt, c'est le "parfont bos d'Aguise" (v. 6487).

19 L'est-il ? Le texte ne le dit pas. Dans la mesure où il n'influe pas sur la conduite de Renaut, ce qui est le plus évident est son rôle par rapport au public du poème : façon d'avertir celui-ci plus que d'introduire une intervention surnaturelle dans le cours des événements.

20 "Apparemment" dans la mesure où, contrairement à ce que semble annoncer le songe de Clarisse, c'est bel et bien grâce à Bayart (et seulement à lui !) que Renaut pourra éviter la pendaison à Richart.

21 Mais non inhabituelle dans l'épopée : cf. Ami et Amile, laisse 49.

22 Cf. W.C. Calin, op. cit., pp. 155-156.

23 Il est à noter, que ce miracle est une indication de la volonté de Dieu, mais qu'il n'exerce aucun effet de contrainte sur les hommes. Aussi bien, le geste de Roland sera inutile et la guerre va se poursuivre.

24 ... à cause du géant Fortibias dont l'appartenance n'est pas précisées. Les bâtisseurs légendaires de la chanson de geste sont souvent des Sarrasins : cf. dans Renaut de Montauban même, le souterrain de Montauban qui permet aux assiégés de fuir : "c'est d'uevre sarrasine". vv 13907-09).

25 Cf. aussi v. 14232 et v. 14252.

26 De retour de Terre Sainte, il retrouve évidemment les terres et châteaux précédemment tenus par lui.

27 Renaut de Montauban ne s'Inscrit donc nullement dans la perspective de saint Bernard pour qui les villes, à l'Instar de Paris, sont toujours en puissance de "nouvelles Babylones", alors que, écrit-il à maître Henri Murdach : "Tu trouveras plus dans les forêts que dans les livres. Les bois et les rochers t'enseigneront des choses qu'aucun maître ne te dira". Epist. 104 PL t. 182, c. 238. Pour notre texte, il n'est pas de "sainteté" de la forêt. Voir, à ce sujet, La piété populaire au Moyen Age, E. Delaruelle, Turin 1975 et, plus précisément (pp. 115 sq.) la discussion de G. Duby, dom Becquet et. M. Bligny. Les formules de dom Becquet ("il n'y a pas beaucoup de sainteté dans la forêt... Est-ce que la forêt n'est pas Sainte dans les romans courtois simplement parce qu'il y a là de saintes gens ; et ces saintes gens sont saints parce qu'ils ont une église où ils peuvent prier Dieu") et de M. Bligny ("La forêt est le lieu nécessaire pour ceux qui cherchent la solitude. Si la forêt est sainte, c'est surtout, il me semble, lorsqu'elle héberge un saint ermite... elle devient sainte parce qu'elle a contracté quelque chose de sa sainteté") expriment fort bien ce qu'on trouve dans Renaut de Montauban.

28 Cf. les textes cités dans la première partie de cette étude.

29 Manifestations au demeurant habituelles dans les récits de translations de "corps saints", pour les dernières d'entre elles.

Auteur

Université de Provence (Aix-Marseille I)

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter