Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’étranger à l’étrange ou la conjointure de la merveille

Un anneau nuptial pas comme les autres

Denis Collomp

Texte intégral

1Les auteurs des dernières chansons de geste, au xive siècle, se trouvent forcés de satisfaire à deux obligations contraires : imiter leurs prédécesseurs pour maintenir un genre extrêmement marqué dans sa forme et ses thèmes et bénéficier par là d'une audience favorable du public ; mais aussi faire du neuf, car il faut susciter un intérêt de surprise chez ce même public, qu'on risque de lasser et qui n'est assurément plus cet auditoire dont l'origine sociale et les préoccupations éthiques avaient suscité le genre épique.

  • 1 Cf. Marguerite ROSSI, Huon de Bordeaux et l'évolution du genre épique au xiiie siècle, Paris, Cham (...)
  • 2 Voir ce qu'écrit à ce sujet Daniel POIRION, in Le Merveilleux dans la littérature française du moy (...)

2Mais a l'époque, ce char de Platon de la création épique n'a rien en soi de nouveau : pour émerveiller l'auditoire, les auteurs avaient déjà dû recourir à de nouveaux thèmes1. Le merveilleux, qui se manifestait dans les premiers textes par de grands coups surhumains, des prouesses hors du commun et tout ce qu'il est convenu d'appeler l'exagération épique2, avait déjà été vivifié et complété par celui des objets extraordinaires, empruntés à d'autres littératures. Par le même fait, les dernières productions de chansons de geste se trouvent de nouveau enfermées dans le cercle de 1 imitation et du renouvellement.

  • 3 L'appellation Dieudonné de Hongrie est celle que nous avons retenue pour le texte intitulé jusqu'à (...)

3Les solutions apportées ne sont pas toujours ingénieuses, mais il arrive que certains textes offrent un heureux changement thématique dans la continuité épique. Il en est ainsi dans Dieudonné de Hongrie ; texte dont nous avons eu le plaisir d'éditer la deuxième partie sous la direction de Madame Marguerite ROSSI3. L'auteur de cette chanson amalgame deux thèmes : celui de l'épouse chaste et celui de l'anneau merveilleux, plus exploité dans d'autres contextes. Mais si ce renouvellement est une trouvaille, son exploitation au sein d'un texte très long manque quelque peu de rigueur. Cette faiblesse même illustre la démarche créatrice du moment, puisant à trop de sources et tiraillée entre tradition et modernisation.

4Simple symbole d'engagement à l'origine, à l'instar de nos actuelles bague de fiançailles et alliance, l'anneau devient un moyen d'identification. Cette double valeur est illustrée dans différents genres, ce qui en souligne la fixité thématique.

5Dans le lai de Marie de France Equitan, l'échange d'anneaux signifie l'engagement mutuel du roi et de la femme du sénéchal :

  • 4 Les Lais de Marie de France, publié par Jean RYCHNER, Paris, Champion, 1968, Equitan, v. 181-182.

Par lur anels s'entresaisirent,
Lur fiaunces s'entreplevirent.4

6Mais le rôle de l'anneau, qui n'a ici rien de merveilleux, ne se limite pas à la valeur morale du don ; donné à une personne, l'anneau en permet l'identification. Frêne, dans le lai du même nom, est reconnue par sa mère grâce à un anneau orné d'une pierre.

  • 5 La Chanson d'Aspremont, Chanson de geste du xiie siècle, texte du manuscrit de Wollaton Hall, édit (...)
  • 6 Cf. Histoire littéraire de la France, Paris, Firmin Didot, t. 26, 1873, p. 249 et 254 et Paul MEYE (...)
  • 7 Paul MEYER, op. cit., p. 19.
  • 8 Histoire littéraire de la France, ibid., p. 243.

7Cette valeur de l'anneau se retrouve dans les textes épiques. Ainsi, dans La Chanson d'Aspremont, le texte insiste sur le fait que l'anneau permet d'identifier le corps d'Aumont5. Mais des textes plus tardifs recourent aux différentes valeurs thématiques et les mêlent. Tristan de Nanteuil illustre assez bien cette particularité : simple gage d'une affection naissante entre Clarisse et Tristan ou entre Clarinde et Blanchandin (en réalité Blanchandine, déguisée en homme)6, l'anneau échangé est également signe de reconnaissance entre Aiglantine et Gui de Nanteuil7. La richesse thématique de l'anneau apparaît avec un autre don, celui que fait Marie à Doon, hôte de son père : il s'agit là encore d'un don suscité par l'amour, mais l'anneau en question a la particularité de guérir toutes les maladies8. Il s'agit dans ce contexte d'un motif qui n'a aucune incidence sur le récit. Cependant se dessinent les différentes fonctions thématiques de l'anneau et l'auteur d'un texte tardif comme Tristan de Nanteuil ne peut s'empêcher d'introduire l'ensemble du répertoire, même sans nécessité narrative.

  • 9 Voir à ce sujet Jeanne LODS, Le Roman de perceforest, Origines, composition, caractère, valeur et (...)

8Attaché à une personne, l'anneau est donc un moyen d'identification, soit par sa particularité, soit par sa taille, comme dans le Roman de Perceforest9. Mais si l'anneau est identité, sa possession est aussi un moyen d'acquérir un état civil et il devient mot de passe. C'est le cas dans Huon de Bordeaux, où le héros éponyme conquiert l'anneau d'un géant et peut ainsi franchir sans encombre les ponts de Babylone, en se faisant passer pour sarrasin :

  • 10 Huon de Bordeaux, édité par Pierre RUELLE, Paris, PUF, 1960, v. 5495-5496. Cf. également v. 5175-5 (...)

Hues li mostre le bon anel d'or cler
Et cil li cort le porte desfremer.10

  • 11 Cf. notre édition partielle de Dieudonné de Hongrie, thèse dactylographiée, Aix-en-Provence, 1986, (...)

9Le rôle de l'anneau est donc plus important et son statut passe de simple objet à la valeur surtout sentimentale à élément moteur de l'action. Il n'y a rien d'étonnant dans ce contexte à ce que l'auteur de Dieudonné de Hongrie reprenne ce thème de l'anneau, puisque ce texte tardif doit beaucoup à Huon de Bordeaux et à ses continuations, et donne à ce thème un caractère merveilleux en s'inspirant tant des objets magiques de cette même chanson que de ceux d'autres textes11.

  • 12 Platon, La République, livre II, § 359 e sq., traduction Robert BACCOU, Paris, Garnier, 1966, p. 1 (...)
  • 13 Platon, La République, livre II, § 359 e sq., traduction Robert BACCOU, Paris, Garnier, 1966, p. 1 (...)

10On sait que la tradition de l'anneau magique est très ancienne puisqu'elle remonte à Platon : l'anneau en question est celui de Gygès le Lydien, anneau qui a le pouvoir de rendre invisible celui qui le porte lorsqu'il tourne "le chaton de la bague vers l'intérieur de sa main12". Remarquons que l'anneau est trouvé par Gygès sur "un cadavre de taille plus grande, semble-t-il, que celle d'un homme13" au fond d'un gouffre brusquement ouvert devant ses pas. Voilà qui se rapproche du géant auquel Huon prend l'anneau et nous plonge dans l'univers des "mirabilia", où la terre s'entrouvre, où les êtres sont d'exception soit par leur taille soit par leurs actions.

11C'est de cet anneau de Gygès qu'est directement inspiré celui que Lunete donne à Yvain pour le protéger lorsque, s'étant aventuré dans la forêt de Brocéliande, il est prisonnier d'une salle du château. La "vertu" de l'anneau est exactement la même que chez Platon et s'obtient de la même façon :

  • 14 Le chevalier au lion, Yvain, publié par Mario ROQUES, Paris, Champion, 1971, v. 1030-1037.

mes il covient que l'en anpoint
si qu'el poing soit la pierre anclose ;
puis n'a garde de nule chose
cil qui l’anel an son doi a,
que ja veoir ne le porra
nus hom, tant ait les ialz overz,
ne que le fust qui est coverz
de l'escorce, qu'an n'en voit point.14

  • 15 Lancelot, le Chevalier de la charrete, publié par Mario ROQUES, Paris, Champion, 1972, v. 2335-235 (...)

12Chrétien de Troyes utilise une autre version du thème de l'anneau protecteur dans Le Chevalier de la charrete : ici, l'anneau donné par la fée du lac a le pouvoir de dissiper les enchantements15. Dans les deux cas, il s'agit d'un don fait par une femme au héros pour le protéger au cours de ses aventures.

13Ce don d'un anneau protecteur apparaît également dans la première partie de Dieudonné de Hongrie : Philippe, fils du roi de France Charles le Chauve, arrive en Hongrie, dont la capitale, Monluisant, est menacée par un géant qui convoite la fille du roi de Hongrie. Philippe se fait le champion de la princesse Dorame et celle-ci lui offre un anneau :

  • 16 Dieudonné , de Hongrie, Bibliothèque nationale, fonds français, manuscrit/ cote 24 372,f° 14 r° co (...)

Elle print .i. annel qui estoit d'or fin cler,
A une riche pierre qui moult fist a löer.
La vertus de la pierre fist a recommander
Kar elle estoit tant digne - se puis pour voir conter -
Qui le porte seur li il se puet bien venter
Nul venins quel qu'i soit ne le puet enerber,
Ni en yaue noier ne sen corps desperer,
Ne mauvais tesmoignage sus son corps controver.
Le pierre ne poroit nulz hons trop aquater :
Une fee le vaut ensement destiner.16

  • 17 Aye d'Avignon, Chanson de geste anonyme, édition critique par S. J. BORG, Genève, Droz, 1967, v. 2 (...)

14Merveilleux dans ses effets, l'anneau l'est aussi par son origine, tout comme chez Platon ou dans Le Chevalier de la charrete ; on est amené à constater que ces objets relèvent d' un merveilleux qui n'a rien de chrétien, qu'il soit féerique, pour les deux cas que nous venons d'étudier, ou païen comme dans Aye d'Avignon, où le sarrasin Ganor remet à Aye un anneau qui préserve de la faim et de la soif17. L'origine de l'anneau de Lunete, dans Yvain, n'est pas précisée, mais il ne faut pas oublier que le lieu de l'action est déjà un lieu merveilleux.

  • 18 Dieudonné de Hongrie, manuscrit cité, f° 15 v° colonne a v. 27-44 = v. 2631-2648.

15Comme il se doit, dans Dieudonné de Hongrie, l'anneau va préserver Philippe de tout mal lors du combat contre le géant, et notamment de la noyade18. Un merveilleux qui ne doit plus rien aux interventions divines, comme dans les textes les plus anciens, s'introduit donc dans le combat épique, pour équilibrer en faveur du héros la merveille du gigantisme ; mais ceci n'est pas une nouveauté au xive siècle.

  • 19 Les Lais de Marie de France, éd. citée, Yonec, v. 415-420.

16Cependant, une évolution se fait sentir dans l'exploitation du thème, lorsqu'il s'agit d'un anneau magique. En effet, l'anneau est un secours également pour l'héroïne, dans des situations qui n'ont plus rien d'épique. Dans le lai Yonec, le père d'Yonec, l'autour, donne à la dame de ses pensées un anneau qui fera perdre au mari le souvenir de tout ce qui s'est passé19. Avec ce lai, nous rejoignons un point essentiel du devenir du thème dans Dieudonné de Hongrie, sa subordination au thème de l'épouse chaste. De plus, nous constatons que dans ce contexte ce n'est plus une femme qui donne l'anneau à un homme dans une mise en oeuvre héroïque, mais un homme qui l'offre à une femme pour préserver sa réputation ou sa chasteté, dans une perspective beaucoup plus courtoise.

17Ce faisant, le thème perd de sa vigueur : par son application au thème de la chasteté, il se trouve réduit à 1 état de motif, dont l'utilisation est limitée à une occurrence.

***

18Le thème de la chasteté se développe selon deux versions : soit l'héroïne use de ses capacités oratoires, soit elle préfère la magie, et toute une palette de possibilités s'offre alors à l'auteur.

  • 20 Huon de Bordeaux, éd. citée, v. 6955-6974.
  • 21 Aye d'Avignon, éd. citée, v. 1599-1602.

19Dans Huon de Bordeaux, Esclarmonde parvient à préserver sa foi envers Huon en faisant croire à Galafre qu'elle a proféré un voeu de chasteté pour deux ans20. Il est évident que cette ruse n'est crédible que parce qu'Esclarmonde est d'origine sarrasine tout comme Galafre et qu'elle a l'habileté d'invoquer Mahomet, ce qui semble satisfaire la crédulité du futur époux ! Peut-être en fallait-il un peu plus pour justifier la patience d'un mari - quand du moins la proposition ne venait pas de celui-ci, comme c'est, le cas dans Aye d'Avignon, où Ganor veut d'abord effectuer un pélerinage à La Mecque21 - et pour étonner le public.

20Mais de simple art oratoire, la parole peut se faire magique, pour plus de certitude. Ceci explique que, dans les romans arthuriens, Viviane (ou Niniene) ait recours à une formule magique pour se préserver des entreprises de Merlin, formule que Viviane arrache à Merlin lui-même à force de persuasion : double pouvoir de la parole, éloquente ou magique.

  • 22 Cité par Paulin PARIS, in Les Romans de la table ronde mis en nouveau langage et accompagnés de re (...)

Si li aprist trois nons que se escrivoient en ses aines, totes les fois qu'il devoit a li gesir, qui estoient plain de si grant force que ja tant que il i fussent ne poist a li avenir. Et por ce dit 1 en en reprovier que fame a plus d'art qu'un deable.22

21Dans ce contexte-là, la parole est primordiale et le talisman n'existe pas en soi : seule 1 éloquence ou la connaissance peuvent mettre en oeuvre une protection, tandis que l'anneau est un objet aux vertus spécifiques, dont l'effet peut se faire sentir sans que le bénéficiaire en ait connaissance. Ainsi passe-t-on du savoir et de l'action, caractéristiques de l'individualité, si étonnants soient-ils, à la passivité devant l'objet merveilleux.

22Quel que soit le moyen choisi pour défendre la vertu menacée, deux exploitations possibles du thème se dessinent : ou le prétendant est conscient et il est rendu furieux par son manque de virilité, ou le talisman fait naître en sus une illusion qui berne l'infortuné.

23C'est la seconde version qu'illustre l'autre occurrence des aventures de Viviane et de Merlin dans Lancelot :

  • 23 Lancelot, roman en prose du xiiie siècle, édition critique par A. MICHA, Paris-Genève, Droz, t. VI (...)

En tel maniere le mena moult longement et tous jours quida Merlins au partir que il eust o lui geus.23

  • 24 Cligés, publié par A. MICHA, Paris, Champion, 1970, v. 3156-3174.
  • 25 Raoul de Cambrai, chanson de geste, publiée par P. MEYER et A. LONGNON, Paris, Firmin Didot, v. 68 (...)
  • 26 Cf. Daniel POIRION, op. cit., p. 24.
  • 27 Cf. Dictionnaire des Lettres françaises, Paris, Arthème Fayard, t. Le Moyen Age, 1964, p. 131.

24C'est également celle retenue par Chrétien de Troyes dans Cligés24. La première version apparaît dans Raoul de Cambrai25. Les moyens utilisés sont divers : ce sont encore des mots magiques dans Lancelot, de l"'herberie" dans Cligés ou Raoul de Cambrai ; ce peut être une ceinture magique, comme celle qui protège Floripas dans Fierabras26 ou Josiane dans la version anglo-normande de Bueve de Hantone. lors du mariage avec le roi Yvorin27. L'efficacité de cette dernière ceinture est encore plus radicale ultérieurement puisqu'elle permet de tordre le cou à un autre prétendant !

25La variation de motifs sur le même thème est tout à fait remarquable dans les trois versions franciennes de Bueve de Hantone. La ceinture disparaît au profit d'enchantements aux moyens moins précis, mais pour les effets desquels nous retrouvons les deux exploitations possibles du thème. Dans la première version, l'illusion est parfaite :

  • 28 Bueve de Hantone, édité par Albert STIMMING, Gesellschaft für romanische literatur, Dresde, Max Ni (...)

Cele sot tant et si fort l'encanta,
Toutes les nuis se dormi et songa
Que li faisoit, mais riens ne l'atouca,
Sour toutes riens le tint chier et l'ama.28

26Ce n'est pas le cas dans la deuxième version :

  • 29 Ibid., 2ème version a, t. 30, v. 2740-2742.

Par ses conjures, par ses sors qu'ele fist
Ainc l'amiraus ne pot gesir a li,
Il en fu moult coureçous et maris.29

27La dernière version éprouve le besoin de préciser le moyen de l'enchantement, sans s'attarder sur la désillusion du mari :

  • 30 Ibid., 3ème version a, t. 34, 1912, v. 2674-2582.

Elle a une herbe, qui moult par est vaillans,
Que li donna uns paumiers cel autre an ;
Il n'i a feme en cest siecle vivant,
Se la portoit, ce vous di et creant,
Mal douteroit hom de mere vivant
K'a li geüst, tant l'alast esforchant.
Enprés sa char la loia maintenant,
Pour chou n'ot joie de li ne tant que quant
Rois Yvorins qui la desirroit tant.30

28De même, la version en prose insiste surtout sur le moyen utilisé, tout en suivant généralement de près la deuxième version :

  • 31 Beufves de Hantonne, version en prose (édition Verard), présentée et transcrite par Marie-Madelein (...)

Elle le froctoit d'une herbe mystionnee par autres drogueries, qui la chaleur de sa nature luy estaingnoit.31

29On constate donc que les différentes variations thématiques, tant sur la fin que sur les moyens, se complètent et apparaissent aussi fréquemment les unes que les autres.

30Le thème de la chasteté, dans Dieudonné de Hongrie, n'est donc pas une nouveauté, mais sa particularité tient au recours à un objet magique, dont le pouvoir peut être éprouvé en toute ignorance. Il est évident que, le thème de 1 anneau ayant été exploité, notre auteur n'est pas le premier à l'avoir subordonné au thème de la chasteté féminine. Mais l'exploitation qui en avait été faite était extrêmement limitée. L'anneau nuptial d'Aye d'Avignon, dans l'oeuvre du même nom, est magique, mais en fait le motif développé est celui de la reconnaissance. En effet, par cet anneau caractéristique, Aye se fait reconnaître de son mari, Garnier de Nanteuil :

  • 32 Aye d'Avignon, éd. citée, v. 2005-213.

Trait a .i. anelet dont i l'ot espousee,
Ou ot .ii. riches (pierres) precioses et cleres,
Et la tierce y estoit qui ert vaillant e clere.
De paradis terrestre l'avoit on aportee ;
Tant(e) bonne aventure li avoit Diex donnee
Tout autresi estoit comme chose faee :
Fame qui l'ait o soi n'iert ja desvirginee
Par nul honme qui soit, si bien ne li agree ;
En une verge d or estoit bien seellee.32

31Ce motif purement ornemental a la particularité de rattacher le merveilleux au domaine chrétien, mais tout en comparant l'objet magique à une "chose faee", ce qui semble souligner l'origine du motif, tel qu'il est traité habituellement.

32L'invention de l'auteur de Dieudonné de Hongrie est donc de redonner une ampleur thématique à l'anneau magique, ce qu'il avait perdu dans son assimilation au thème de la chasteté.

***

33Rappelons les circonstances dans lesquelles apparaît cet anneau nuptial pas comme les autres. Philippe, dont nous avons déjà parlé, son père Charles le Chauve et son fils Dieudonné se trouvent en France pour lutter contre les derniers traîtres de la lignée de Lausanne. Cependant, les païens envahissent la Hongrie et dévastent Monluisant : la reine Dorame, l'épouse de Philippe, se suicide et Supplante, la femme de Dieudonné, et Dagobert, leur fils, futur roi de France et fondateur de Saint-Denis, sont enlevés.

34Le chef des païens, le roi Josué d'Aumarie, a monté cette expédition pour conquérir Supplante, dont la beauté lui avait été vantée. Il s apprête à l'épouser et Supplante ne cesse de se désespérer, ce qui finit par émouvoir l'enchanteur Balan d'Escalonne, qui, par son ingremance", avait endormi la cité de Monluisant et permis ainsi le rapt de Supplante et de Dagobert.

  • 33 Histoire littéraire de la France, éd. citée, t. 26, analyse de Charles le Chauve (i.e. Dieudonné d (...)

35Emu, donc, par les plaintes de Supplante, Balan va lui donner ce que Paulin PARIS appelait si plaisamment "l'anneau préservatif"33. Par conséquent, cet anneau appartient au monde des merveilles païennes et, s'il peut y avoir paradoxe à ce que celui-là même qui enlève Supplante pour la livrer à Josué donne précisément le moyen d'échapper à ce mariage, le texte nous en fournit une explication :

  • 34 Dieudonné de Hongrie, éd. citée, v. 10226-10229.

Et je le vous ottrie par bonne entencïon
Que j'aime Crestïennes, ill a longue saison,
Kar bien me samble avis, selon droit et raison,
Que miex vaut vostre loi que li lois de Mahon.34

  • 35 Cf. Paul BANCOURT, Les Musulmans dans les chansons de geste du cycle du roi, Aix-en-Provence, Publ (...)
  • 36 Dieudonné de Hongrie, éd. citée, v. 14084-14100.

36A certains égards, il se peut que 1 onomastique explique l'évolution religieuse de l'enchanteur ; en effet, dans La Chanson d'Aspremont, le sarrasin Balan s'intéresse à la religion catholique et finit par se convertir35. Notons cependant que, dans Dieudonné de Hongrie, Balan se convertit sous la contrainte après une scène de magie dont il sort vaincu36.

  • 37 Paul BANCOURT, ibid., p. 469.
  • 38 Paul BANCOURT, ibid., p. 469.

37On constate que l'anneau magique qui fait partie de l'attirail merveilleux des païens dans le cycle du roi, en marge duquel Dieudonné de Hongrie est écrit, est plutôt un anneau qui préserve du danger, comme celui que nous avons vu offert par Dorame à Philippe. Toutefois, l'anneau du païen Balan illustre encore tout à fait ce que fait remarquer M. Paul BANCOURT : "aucun de ces talismans épiques ne porte de marque vraiment islamique37". On peut seulement noter que dans la plupart des cas le pouvoir magique de l'anneau émane de la pierre précieuse qu'il porte, motif qu'on retrouve dans Les Mille et une nuits notamment38.

38L'enchanteur compatissant donne donc à Supplante un anneau magique :

  • 39 Dieudonné de Hongrie, éd. citée, v. 10214-10222.

Ensi li enchanterres qui Balan ot a non
Donna a le contesse, sans mavaise occoison,
.I. anniel ou il ot pierre de tel renon
Que dame qui le porte desus li - ce seit on -
N'ara garde par homme - et fust de sen baron -
Qu'il fache en son gent corps point fornicacîon ;
Et quant se levera et fera partison,
Il li sera avis a son entencîon
Qu'il en avera fait son voloir et son bon.39

39L'auteur opte pour la variante thématique illustrée par Lancelot et Cligés, mais en la développant.

40En effet, l'anneau ne manque pas d'opérer son charme au soir des noces :

  • 40 Ibid., v. 10273-10283.

Et quant se vint au nuit, la dame fu couchie
En .i. lit ordené miex que je ne vous die ;
Et li rois se coucha lés la dame prisie :
3ien le cuide tenir toute nuit embracie,
Mais c'est .i. orilier de coy il s'esbanie !
Et la dormoit li rois toute nuit a nuitie ;
Jamais ne s'esvilast s'iert la dame vestie :
Mais quant la dame estoit vestue et apointie,
Elle rostoit l'annel qui moult ot seignourie
Et puis disoit au roy : "Bien m'avés donoïe !
- Dame, se dit li roys, vous iestes bien m'amie.40

41Voilà donc une fixité thématique qui se dessine par la répétition de ce qui n'était auparavant qu'un motif.

42Mais on se rend très vite compte que le thème de l'anneau magique est plus circonstanciel que structuré et que l'auteur éprouve quelque difficulté à en unifier l'exploitation. En effet, lorque les époux séparés se retrouvent et s'adressent des reproches mutuels sur leur inconduite, volontaire pour Dieudonné, forcée pour Supplante, celle-ci révèle à son mari l'existence de l'anneau et ses pouvoirs et ajoute un argument curieux :

  • 41 Ibid., v. 13296-13299.

Sire, se dit Supplante, je m'en sui gardee
Et tout par un annel a le pierre encassee
Dont bien vous en seroit la vertus esprouvee
Se j'estoie avuec vous une seule vespree.41

43Il y a pour le moins paradoxe à vouloir faire expérimenter l'illusion pour la révéler, car la dupe est par définition mal placée pour découvrir la supercherie !

  • 42 Cf. Paul BANCOURT, op. cit., p. 692-695.
  • 43 Histoire littéraire de la France, éd. citée, t. 26, p. 119.

44Mais il y a plus grave, dans la suite du récit. Voulant berner la jeune sarrasine Corsabrine, qui poursuit Dieudonné de ses assiduités selon un thème connu42, Supplante se propose d'offrir, sous un prétexte, l'anneau à la jeune femme, pour lui procurer l'illusion de retrouver Dieudonné ; ce faisant, elle en rappelle les vertus (v. 13356-13375). Comme le fait remarquer Paulin PARIS, "il semble que le précieux talisman devait être donné à Dieudonné plutôt qu'à la reine de Damas pour que le charme opérât sur celle-ci comme il avait opéré sur le roi d' Aumarie ; mais il arrive plus d'une fois à notre rimeur de garder un souvenir assez confus de ce qu'il a précédemment imaginé43".

45Il est bien vrai que c'est le dupeur et non la dupe qui devrait porter l'anneau, mais ainsi Dieudonné a plus de chance de croire à la sincérité de Supplante, en expérimentant autrement qu'à ses dépens l'anneau magique, comme le souligne son épouse :

  • 44 Dieudonné de Hongrie, éd. citée, v. 13375.

Or sarés si c'est voirs, c'il plaist a Jhesucris !44

46Effectivement le charme opère, ce que confirme la conversation ultérieure entre Supplante et Corsabrine :

  • 45 Ibid., v. 13461-13463.

Dame, se dit Suplante qui fu plaine d'avis,
Anuit avés eüst, je croy, de vos delis !
- Dame, dit Corsabrine, li rois est mes amis !45

47Au regard du vers 10283, déjà cité, le sens du mot "ami" ne fait aucun doute, tandis que le poète vient de commenter l'attitude de Dieudonné pour nous rassurer sur sa fidélité :

  • 46 Ibid., v. 13449-13454.

Doucement l'acola li princes signouris,
Mais il pria de cuer a Dieu de Paradis
Que ja ne li ottrie volenté ni avis
Que li carnex voloirs ne li soit accomplis :
D'autre part c'est tournés et bien fort endormis
Jusques au landemain que jour fu esclarcis...46

48Paradoxe certes, mais à être magique, cet anneau peut bien receler plus d'une capacité. Néanmoins, une difficulté demeure. Par deux fois, le texte rappelle les vertus de l'anneau ayant protégé Supplante contre le païen Josué d'Aumarie et là, le thème conserve toute sa logique (v. 13807-13808 et 14215-14220). Mais lorsque le récit évoque Corsabrine, quatorze ans après tous ces événements, nous apprenons :

  • 47 Dieudonné de Hongrie, éd. citée, v. 15099-15105.

Encore(s) ot l'annel que jadis li donna
Suplante la roïne, qu en la forest fina.
Dont li rois, sen mari, point a li n'abita,
De quoy celle roïne forment se mervilla
Et bien vit que l'annel si grande vertus a.
Lors sot bien que Suplante en sen doit le bouta
A le fin que li rois a li n'abitast ja.47

49Il est vraisemblable que "li rois" au vers 15105 désigne Dieudonné plutôt que le mari de Corsabrine ; mais comment celle-ci se rend-elle compte tout à coup de l'illusion ? Il y a là bel et bien une inconséquence, d'autant plus grande qu'apparemment c'est alors le mari de Corsabrine qui est dupé. Le thème revient donc au premier cas de figure sans raison apparente.

50Qu'est-ce à dire ? Faut-il se résigner à constater comme le fait Paulin PARIS les inconséquences du poète et parler de motif plutôt que de thème, devant l'échec de la mise en oeuvre ? Peut-être peut-on tenter d'ouvrir quelques voies d'explication.

51Tout d'abord les erreurs thématiques soulignent l'importance plus grande accordée à l'exploitation du motif sur l'instant qu'à la structure d'ensemble. En effet, la dernière mention de l'anneau (v. 15099-15105) n'est absolument pas nécessaire au récit ; c'est donc surtout par plaisir d'étonner le public, de l'émerveiller que l'auteur le rappelle : image instantanée qui fait sensation, sans qu'il soit absolument impératif de la mettre en parfait accord avec les autres occurrences du texte. Cela est d'autant plus aisé qu'un récit aussi long (15 660 vers) ne pouvait être entendu ou lu en une seule fois. L'émerveillement spontané et momentané prime la logique du récit.

52Néanmoins, si celui-ci devait avoir une logique, elle pourrait bien être d'ordre épique. En effet, le héros a commis une faute en se laissant séduire par une sarrasine ; il doit donc se racheter, et il faut par conséquent soustraire le héros à l'influence du merveilleux, sous laquelle il n'aurait plus aucun mérite. Portant l'anneau, Dieudonné n'aurait aucune difficulté à surmonter l'épreuve, alors qu'en fait il a recours à la prière (v. 13450-13452), tout comme d'autres mettent une épée au milieu du lit. Par sa seule force de caractère et par un retour à un merveilleux chrétien, si tant est qu'on puisse considérer l'efficacité de la prière comme relevant de ce domaine, le héros déchu retrouve sa dimension épique, et l'anneau n'est plus qu'un simple adjuvant qui facilite par son pouvoir la duperie et permet la progression du récit. C'est alors à Corsabrine de le porter.

53Enfin, le fait que ce soit toujours la femme qui porte l'anneau peut avoir une valeur symbolique qu'il n'y a peut-être pas lieu de négliger. En effet, la métaphore érotique de 1 anneau est utilisée dans les Fabliaux d'une part et dans le Roman de Renart d'autre part. On trouve par exemple dans Du prestre qui fu mis au lardier :

  • 48 Recueil général et complet des fabliaux des xiiie et xive siècles, publiés par Anatole de MONTAIGL (...)

Quant Baillet aloit
Hors de son ostel,
Le Prestre venoit,
Qui estoit isnel ;
A la savetiere fourbissoit l'anel.48

54Dans son Lexique du Roman de Renart, Gunnar TILANDER donne également plusieurs occurrences du terme "annel" toujours avec la même signification.

55De plus, on connaît le récit de "l'anneau d'Hans Carvel" qui est rapportée par Rabelais (Le Tiers Livre, fin du chapitre XXVIII), puis par La Fontaine (Contes, 2e partie, XII). Mais la tradition en est plus ancienne, puisqu'on la trouve aussi bien dans les Cent Nouvelles nouvelles que chez L'Arioste (Ve satire), entre autres. La première version semble être celle donnée dans la facétie CXXXII du florentin Pogge, qui a pour titre "Visio Francisci Philelphi", oeuvre qui n'est que de peu postérieure à Dieudonné de Hongrie, puisque Pogge est né en 1380.

56Une fois de plus, il y est question d'anneau :

  • 49 Les Facecies de Poge, traduction française par Guillaume TARDIF, du Puy-en-Velay, lecteur du Roi C (...)

ce estoit le souverain remède aux jaloux de tousjours tenir le doy en celluy anneau...49

57Or, il est plus que vraisemblable qu'avant d'être transcrite, l'anecdote a appartenu à une littérature orale, et qu'elle existait également dans le fonds folklorique français, ce que corrobore l'utilisation qui est faite du terme dans les textes populaires.

  • 50 Paulin PARIS, Histoire littéraire de la France, éd. citée, t. 26, p. 124.

58Il ne s'agit nullement pour nous de faire une lecture uniquement symbolique de l'anneau magique dans Dieudonné de Hongrie, car assurément, par ses sources épiques et courtoises explicites, le thème ne s'y prête pas ; mais nous sommes amené à en constater les ambiguïtés. Or, comme le fait remarquer Paulin PARIS, ce thème lié à celui de la chasteté est une des rares originalités du texte50. Il nous semble donc que le souvenir d'autres textes, de littérature populaire, a pu inspirer à l'auteur le développement de ce qui n'était qu'un simple motif, dans Aye d'Avignon par exemple ; ceci expliquerait que le poète ait eû quelque difficulté à en maîtriser parfaitement la transposition épique, dans la mesure où plusieurs sources d'inspiration interféraient.

0=0-0-0=0

59Le cartésianisme étant passé par là, les lecteurs modernes que nous sommes ne peuvent s'empêcher de reprocher à un auteur comme celui de Dieudonné de Hongrie son manque de cohérence et de continuité dans les thèmes.

60Mais, pour ce qui est de l'anneau magique dans ce même texte, on peut d'abord constater qu'il existe une certaine créativité, qui donne une ampleur thématique à ce qui n'était que motif dans les textes antérieurs ; ensuite, la subordination du thème à celui de la chasteté peut inviter à quelque indulgence du fait même du caractère secondaire de l'anneau, en considération des efforts tentés pour renouveler et enrichir un genre vieilli au xive siècle, par l'invention de nouvelles merveilles.

61En outre, le rôle du merveilleux est d'étonner, de surprendre à en faire perdre tout esprit critique ; à ce titre, le traitement saisissant du motif sur l'instant a plus d'importance que sa continuité thématique. L'essentiel est que le public soit lui aussi sous le charme, pris dans le cercle magique de l'auditoire séduit par le conteur, autre image de l'anneau.

Notes

1 Cf. Marguerite ROSSI, Huon de Bordeaux et l'évolution du genre épique au xiiie siècle, Paris, Champion, 1975, p. 15, 409-410, 461.

2 Voir ce qu'écrit à ce sujet Daniel POIRION, in Le Merveilleux dans la littérature française du moyen âge, Paris, PUF, 1982, p. 19.

3 L'appellation Dieudonné de Hongrie est celle que nous avons retenue pour le texte intitulé jusqu'à présent Roman de Charles le Chauve, selon la suggestion de L.F. Flutre, in "Dieudonné de Hongrie, Chanson de geste du xive siècle", Zeitschrift für romanische Philologie, t. LXVIII, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 1952, p. 321.

4 Les Lais de Marie de France, publié par Jean RYCHNER, Paris, Champion, 1968, Equitan, v. 181-182.

5 La Chanson d'Aspremont, Chanson de geste du xiie siècle, texte du manuscrit de Wollaton Hall, édité par Louis BRANDIN, 2e édition, Paris, Champion, 1924, v. 7972-7973, 8175-8177, 8265, 8271-8274.

6 Cf. Histoire littéraire de la France, Paris, Firmin Didot, t. 26, 1873, p. 249 et 254 et Paul MEYER, "Notice sur le Roman de Tristan de Nanteuil", Jahrbuch für romanische und englische Literatur, Leipzig, F.A. Brockhaus, t. IX, 1868, p. 357 et 367.

7 Paul MEYER, op. cit., p. 19.

8 Histoire littéraire de la France, ibid., p. 243.

9 Voir à ce sujet Jeanne LODS, Le Roman de perceforest, Origines, composition, caractère, valeur et influence, Paris-Geneve, Droz, 1951, I, IV, p. 79. Sur les sources anciennes du motif dans Peau d'Ane, le conte de Charles PERRAULT, voir l'édition de G. ROUGER, Paris, Garnier, 1967, p. 54-55.

10 Huon de Bordeaux, édité par Pierre RUELLE, Paris, PUF, 1960, v. 5495-5496. Cf. également v. 5175-5177, 5320-5321 et 5482-5488.

11 Cf. notre édition partielle de Dieudonné de Hongrie, thèse dactylographiée, Aix-en-Provence, 1986, Introduction, p. 40-43, et la communication de Madame Marguerite ROSSI au colloque du C.U.E.R.M.A., publiée ipso loco.

12 Platon, La République, livre II, § 359 e sq., traduction Robert BACCOU, Paris, Garnier, 1966, p. 109.

13 Platon, La République, livre II, § 359 e sq., traduction Robert BACCOU, Paris, Garnier, 1966, p. 109.

14 Le chevalier au lion, Yvain, publié par Mario ROQUES, Paris, Champion, 1971, v. 1030-1037.

15 Lancelot, le Chevalier de la charrete, publié par Mario ROQUES, Paris, Champion, 1972, v. 2335-2355.

16 Dieudonné , de Hongrie, Bibliothèque nationale, fonds français, manuscrit/ cote 24 372,f° 14 r° colonne a, v. 19-28 = v. 2353-2362. On trouve ce genre d'anneau dans La Chanson d'Aspremont, avec celui que la femme d Agolant offre à Naime, éd. citée, v. 2656-2667.

17 Aye d'Avignon, Chanson de geste anonyme, édition critique par S. J. BORG, Genève, Droz, 1967, v. 2425-2428. Dans cette occurrence encore, le motif n'a aucune incidence sur le récit.

18 Dieudonné de Hongrie, manuscrit cité, f° 15 v° colonne a v. 27-44 = v. 2631-2648.

19 Les Lais de Marie de France, éd. citée, Yonec, v. 415-420.

20 Huon de Bordeaux, éd. citée, v. 6955-6974.

21 Aye d'Avignon, éd. citée, v. 1599-1602.

22 Cité par Paulin PARIS, in Les Romans de la table ronde mis en nouveau langage et accompagnés de recherches sur le caractère et l'origine de ces grandes compositions, Paris, L. Techener, 1868-1877, t. II, p. 180. La citation est extraite de ce que l'auteur préfère appeler Le livre d'Artus, qui est en fait la continuation du Merlin et qui est donne dans le t. II de la Suite Vulgate éditée par Sommer.

23 Lancelot, roman en prose du xiiie siècle, édition critique par A. MICHA, Paris-Genève, Droz, t. VII, 1980, p. 43, § 10.

24 Cligés, publié par A. MICHA, Paris, Champion, 1970, v. 3156-3174.

25 Raoul de Cambrai, chanson de geste, publiée par P. MEYER et A. LONGNON, Paris, Firmin Didot, v. 6869-6888.

26 Cf. Daniel POIRION, op. cit., p. 24.

27 Cf. Dictionnaire des Lettres françaises, Paris, Arthème Fayard, t. Le Moyen Age, 1964, p. 131.

28 Bueve de Hantone, édité par Albert STIMMING, Gesellschaft für romanische literatur, Dresde, Max Niemeyer Verlag, 1ère version a, t. 25, 1911, v. 2794-2797.

29 Ibid., 2ème version a, t. 30, v. 2740-2742.

30 Ibid., 3ème version a, t. 34, 1912, v. 2674-2582.

31 Beufves de Hantonne, version en prose (édition Verard), présentée et transcrite par Marie-Madeleine IVAL, Senefiance, n° 14, Aix-en-Provence, Publications du C.U.E.R.M.A., 1984, p. 53.

32 Aye d'Avignon, éd. citée, v. 2005-213.

33 Histoire littéraire de la France, éd. citée, t. 26, analyse de Charles le Chauve (i.e. Dieudonné de Hongrie), p. 124.

34 Dieudonné de Hongrie, éd. citée, v. 10226-10229.

35 Cf. Paul BANCOURT, Les Musulmans dans les chansons de geste du cycle du roi, Aix-en-Provence, Publications dis l'Université de Provence, 1982, p. 474-475, 516-517, 553-554.

36 Dieudonné de Hongrie, éd. citée, v. 14084-14100.

37 Paul BANCOURT, ibid., p. 469.

38 Paul BANCOURT, ibid., p. 469.

39 Dieudonné de Hongrie, éd. citée, v. 10214-10222.

40 Ibid., v. 10273-10283.

41 Ibid., v. 13296-13299.

42 Cf. Paul BANCOURT, op. cit., p. 692-695.

43 Histoire littéraire de la France, éd. citée, t. 26, p. 119.

44 Dieudonné de Hongrie, éd. citée, v. 13375.

45 Ibid., v. 13461-13463.

46 Ibid., v. 13449-13454.

47 Dieudonné de Hongrie, éd. citée, v. 15099-15105.

48 Recueil général et complet des fabliaux des xiiie et xive siècles, publiés par Anatole de MONTAIGLON et Gaston RAYNAUD, Paris, Librairie des bibliophiles, t. II, 1877, fabliau XXXII, p. 24. On retrouve le terme, avec le même sens, dans Le dit des c, p. 138, v. 44, et dans une variante de La Veuve, p. 309, v. 361.

49 Les Facecies de Poge, traduction française par Guillaume TARDIF, du Puy-en-Velay, lecteur du Roi Charles VIII, édité par Anatole de Montaiglon, Paris, Léon Wilhem, 1878., p. 202.

50 Paulin PARIS, Histoire littéraire de la France, éd. citée, t. 26, p. 124.

Auteur

Université de Provence (Aix – Marseille I)

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter