Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’étranger à l’étrange ou la conjointure de la merveille

L'étrange et les belles étrangères dans le Siège de Barbastre

Régine Colliot

Texte intégral

  • 1 Le Siège de Barbastre, édité par J.L. Perrier, CF.M.Α., Paris, Champion, 1926. Toutes les citation (...)
  • 2 Siège de Barbastre, introduction, p. 3.

1"Rien n'a été écrit, dit Léon Gautier dans les Epopées Françaises, de plus long et de plus ennuyeux que le Siège de Barbastre1 et Garin de Monglane"2. Certes les combats et affrontements meurtriers occupent la plus grande partie du récit de Barbastre, devant communiquer à l'époque par leur ampleur même une sorte d'ivresse libératrice aux auditeurs, mais le jongleur a coupé habilement les parties épiques par des épisodes plus attrayants, savamment distribués, relevant du monde de l'étrange ou de l'amour : c'est dans ces deux domaines que se situera notre étude.

2Le Siège débute par la capture, sous les murs de Narbonne de Bueves de Conmarchis et de ses deux fils Girart et Gui : emmenés jusqu'à Barbastre "le mestre donjon" de l'amirant d'Espagne, ils sont précipités dans un cachot souterrain : là se produit la première confrontation de l'homme médiéval et de l'Etrange :

Leianz ot un serpent qui ot non Belinais.
Onques si let deable crestien ne vit mais.
(v. 533-34).

  • 3 Pavement de la mosaïque du choeur de l'Abbaye de Ganagobie, abs i de droite.

3Ce serpent, non pas anonyme mais pourvu d'une identité, est assimilé à un diable ; offert à la vue des chrétiens, il n'est pas seulement bête gigantesque, obstinée dans ses assauts, sale et puante, il jette "feu par la gueule" et veut dévorer les Francs. Le monstre cracheur de feu est une figure traditionnelle du Dragon qui hante l'imaginaire médiéval, comme le reproduit la mosaïque du pavement de l'abbaye de Ganagobie3 (xiie siècle) contemporaine de notre geste, datée fin xiie-début xiiie : corps d'oiseau pourvu d'ailes, queue puissante enroulée, serres crochues, dents acérées, crête ou panache de plumes sur la tête. Beuves, réfugié sur une "frete" un escarpement du cachot, essaie en vain d'assommer la bête, jusqu'à ce que, muni par Clarion, un païen traître à sa race, d'un épieu tranchant, il enfonce son arme "tres par devant la gueule" du monstre :

Le cuer qu'il ot el ventre en deus moities copa. (v. 560).

4reproduisant le geste de Saint Georges dans la mosaïque signalée. Comme dans la légende hagiographique, il s'agit de la défaite du Mal par le Bien, du Démon par l'envoyé de Dieu, cet épisode inaugural du récit fournissant déjà le dénouement symbolique, la victoire des chrétiens sur le paganisme, que ce soit par les armes ou la conversion.

5Mais le Dragon, dragon du rêve, dragon fantasme, reparait dans les cauchemars de plusieurs personnages au fil des épisodes : le Siège de Barbastre nous présente toute une iconographie du rêve. Le Dragon hante le sommeil d'une princesse Sarrasine, héroïne touchante dont nous reparlerons : dans un songe qui s'avérera prémonitoire et qu'elle ressent comme tel, elle voit venir de France un dragon ailé "un dragon enpané" (v. 4585)

Qui gita feu et flanbe a planté" (v. 4586)

6par la gueule, saisit le prince païen fiancé de la jeune fille, incendie son bouclier, lui arrache le coeur. Dans la grande bataille qui suit, Rubion, le fiancé, est tué en effet par Aymeri de Narbonne lui-même, qui par une sorte de renversement du Mal en Bien, est le Dragon : la signification de la bête est ambivalente. Le Dragon apparaît encore dans un cauchemar de Girart de Conmarchis :

Ennuit songié un songe dont molt sui esbaldiz,
Que de France venoit un dragon posteïs...
Tant gitoit feu et flanbe tot ardoit ce païs,
Grant masse d'oiseillons vi entor, ce m'est vis,
Et trestuit escrioient : "Bueves del Conmarchis,
Donez nos le tresor que nos avez promis".
(v. 4808-815)

7Girart conclut : "C'est li secors de France loialment vos plevis". Mais une discussion sur le "sens" du Dragon s'engage alors entre le père et le fils prouvant que la controverse sur les songes et leur "sen" était d'usage entre barons francs. Beuves prétend en effet que le Dragon ne représente pas les troupes du roi Louis, mais l'amirant d'Espagne "qui nos prendra a force einz deus jorz aconpliz" (v. 4819), et les oisillons, les malheureux français assiégés dans Barbastre. La valeur du Dragon est donc toujours ambivalente. En fait l'interprétation de Girart était la bonne, le Dragon était donc bénéfique. Signalons encore une dernière apparition du Dragon qui sert à identifier le blason, les armes de Guibert, fils d'Aymeri, dans une conversation entre Sarrasines interprétant un rêve :

Li lions, c'est Guibert, qui porte le dragon.
(v. 5704)

8Par quelle action d'éclat Guibert a-t-il introduit le Dragon dans ses armes ? Mais le Dragon est l'emblème des Aymerides, car Beuves le porte aussi sur son enseigne (v. 2801).

9Les bêtes sauvages se multiplient dans les cauchemars nombreux des dormeurs et dormeuses : héros et héroïnes en sont la proie. Le duc Beuves (v. 2742-2754) est tourmenté par un songe terrifiant : il lui semble qu'il s'empare d'un sanglier, veut le dépecer, quand surgissent trente chiens de chasse qui lui disputent sa venaison ; il tire son épée contre eux, s'apprête à les tailler en pièces, quand deux lions sortent d'un bosquet, le mordent au bras, font voler son épée ; Beuves est si ému qu'il fait un soubresaut dans son lit

Lors s'estandi el lit, par vertu, corne ber
(v. 2753)

10Il renverse le lit au grand étonnement de ses gardes ; presque aussitôt il apprend que ses deux fils Girart et Gui sont partis au camp païen

Por une Sarrazine qui Dieus puist vergonder
(v. 2764).

11Si, dans la bataille aussitôt engagée, Girart est délivré, Gui demeure captif de l'amirant et menacé du bûcher. Le rêve de Beuves était donc prémonitoire et annonciateur de grands malheurs, mais son interprétation, que d'ailleurs Beuves ne tente pas, demeure difficile. Faut-il voir dans les deux lions Girart et Gui, qui par leur imprudence mettent leur père en difficulté ? C'est possible, quoique les deux bêtes du songe soient franchement hostiles au duc ce qui n'est pas le cas de ses fils. Le rêve demeure donc incertain dans ses effets.

12Dans le camp païen, ce sont les femmes qui ont des rêves prémonitoires, suivis de réveils douloureux ; la fiancée de Rubion

De la poor s'éveille, s'a un soupir geté
(v. 4591)

13De même Aumarinde

De la poor del songe est la bele esperie
Et s'asist en son lit conme famé marie
(v. 5685-86)

14Mais les hommes païens dans Barbastre ne rêvent pas, à la différence des barons francs ; et ils méprisent les songes, faisant preuve d'un rationalisme qui leur sera fatal : ils les rejettent. Ainsi le prince Rubion refuse de prendre en considération le rêve prémonitoire de sa fiancée qui l'a vu tué et consumé par un Dragon ailé. Sa réponse est nette :

Bele, dit Rubion, vos avez bien parlé ;
Mes je ne croi pas songe ne tele aversité,
Que le matin movrai con il ert ajorné,
Si irai a Barbatre, la mirable cité.
Tant me fi en Mahom et en sa poosté...
(v. 4598-602)

  • 4 Chanson de Roland, édition de Pierre Jonin, traduction, préface, notes et commentaires par Pierre (...)

15Le dédain du rêve est présenté comme une preuve de foi en Mahomet, un acte de révérence envers son pouvoir ; mais pour les chrétiens les rêves viennent de Dieu, chacun se souvient des songes de Charlemagne dans le Roland, l'un concomitant au danger de Roland, l'autre anticipant sur l'avenir de l'empereur4. Ils ne sont pas méprisables, ils sont avertissements, preuves de l'attention de Dieu à sa créature, comme dans la Bible.

16Le rêve prend une coloration amoureuse quand ce sont des princesses païennes qui le perçoivent : ainsi la touchante fiancée de Rubion qui essaie en vain de le mettre en garde, ou la princesse Aumarinde, en proie à une vision nocturne dès son arrivée au camp païen avec ses compagnes Blanchendine et Aumarie :

Si a songié un songe de grant averserie...
Un lion et deux viautres, blanc comme noif negie,
En l'eve se feroient tuit en une saillie,
Dedanz son tref venoient chascon teste besie ;
Et par devant ses piez li lions s'umelie,
De travers pars par les flans l'avoit tantost sessie,
L'un viautre Blanchandine et li autre Aufanie.
(v. 5667-75)

  • 5 Paul Bancourt, Les Musulmans dans les Chansons de Geste du Cycle du Roi, Publications de l'Univers (...)

17Les bêtes sauvages régnent toujours sur le monde des rêves, mais comme il s'agit en fait d'une prédestination amoureuse, les animaux se métamorphosent, le lion devient implorant, les chiens courants ont le poil blanc comme la neige fraîche, et ils emportent les pucelles sans leur causer aucune blessure. Réveillée par sa peur, Aumarinde va discuter du sens de son cauchemar avec ses amies (sujet de causerie qui leur semble habituel) et Aufanie va fournir l'explication, avec la lucidité, le don de voyance fréquents chez les Sarrasines5. Le songe prédit l'enlèvement des trois jeunes filles par les barons francs :

Li lions c'est Guibert, qui porte le dragon.
Et li uns des deus viautres c'est Gui, li fiz Buevon,
Et li autres Girart, qui a cuer de baron
(v. 5704-06)

  • 6 op. cit., p. 586 : "Alors que les Sarrasins paraissent parfois sots, les Sarrasines sont au contra (...)

18Pour être sûres qu'il s'agit bien d'une prédiction sur l'avenir, les trois princesses travaillent aussitôt à sa réalisation. Aumarinde réclams à l'Amirant d'être logée avec ses amies à l'écart des troupes sarrasines, ce qui lui est accordé par une confiance des païens qui frôle la sottise, trait fréquent de leur nature, comme dirait Paul Bancourt6. Le rêve deviendra réalité, les trois pucelles seront enlevées par les Francs et emmenées à Barbastre à la fin du récit. Il sera aussi triste vérité pour la désolée fiancée de Rubion : le jongleur nous fournit à propos d'elle le portrait de la "rêveuse", et des meilleures conditions physiques et psychologiques pour éprouver cet état :

Ele amoit Rubion un an avoit passé.
En un lit se gisoit de cristal tregité,
La coûte est d'un brun paile menuëment ouvré
Li lincel d'un cheinsil plus blanc que fleur en pré,
Ilec dort la pucele ο le cors ennoré,
Et a songié un songe de grant aversité (v. 4579-84)

19Si un environnement luxueux est bon auxiliaire du rêve, le luxe de la dormeuse, comme déjà dans la Bible, n'est pas un rempart contre le rêve fatal.

20Les rêves ne sont pas le seul élément merveilleux du Siège de Barbastre. Malatrie, l'héroïne principale, fille de l'amustant de Cordres, nous est présentée assise sous un arbre magique, un sycomore, qui a la propriété de détruire toute la "vermine" dans une vaste circonférence alentour :

Par desoz la palés ot un arbre planté,
Un sicamor molt riche qui molt ot de bonté :
Ne pot sofrir vermine, c'est piéça esprové,
De tant corne un ars tret un carrel enpané :
La s'asist Malatrie, la bele au cors molé.
(v. 1513-17)

  • 7 La Prise d'Orange, édition Claude Régnier, Bibliothèque française et romane, rédaction AB, Paris, (...)

21On retrouve ici comme dans d'autres textes, l'alliance courtoise de la Belle Dame et du Bel Arbre magique (tuant insectes, rongeurs ?). Dans la citadelle d'Orange7, Orable, de même, est assise sous un pin aux fleurs multicolores et éternelles. Pour parachever le rapprochement avec Orable, l'écuyer de Malatrie, Malaquin

... tenoit en sa mein un flael d'or ovré,
Devant li fesoit vent pour mieuz avoir son gré.
(v. 1522-23)

  • 8 P. Bancourt, op. cit., p. 651 : discussion sur les mots "platel" et "flavieux".

22Le mot "flael" qui n'est pas le mot "platel" ni le mot "flavieux" (examen du passage par P. Bancourt)8 désigne probablement aussi un éventail étant donné le contexte, bien que j'aie pensé, à cause du sens courant du mot "fouet", à le traduire par "chasse-mouches", de toute façon objet oriental de luxe. Près de Malatrie se tient le chevalier nain Galacïen qui se déplace avec une rapidité surnaturelle, tel le nain Aubéron, ce qui lui permet de délivrer en courant des messages aux vassaux convoqués par l'amustant, dans un horaire réduit (il a la taille classique du nain, celle de Pépin le Bref dans Berte aux grans piés) :

N'ot que cinc piez de lonc, el mont n'avoit son per,
plus coroit que lions, ne liepart, ne sengler.
(v. 1582-83)

  • 9 Marguerite Rossi, Huon de Bordeaux, Nouvelle Bibliothèque du Moyen Age, Paris, Champion, 1975, pp. (...)

23Possède-t-il la nature d'un elfe germanique, personnage que Madame Rossi signale comme une des sources du nain Aubéron9 ? Malatrie, présentée dès l'abord comme liée au magique, incarne aussi le fantasme de la somptuosité orientale : c'est elle qui détient en effet "le trésor Justamont", trésor mythique d'un roi païen inconnu, d'une accablante richesse, qu'elle fait miroiter aux yeux des Francs, sur lequel elle a la haute main et qui sera in fine la récompense des conquérants :

Le trésor Justamont lor ferai délivrer :
Ja ne seront mes povre se le sevent garder.
(v. 3252-53)

24fait-elle annoncer par l'intermédiaire d'un messager à la comtesse Hermenjart. Au dénouement, Malatrie fait ouvrir la grande cave voutée "le grant celier votiz" où git le trésor, dont elle semble être la gardienne (c'est la Princesse au trésor) :

Onc mes ne fu par home un tel avoir conquis
De tirez et de dras et de porpres floriz
Charcierent il leenz vint et qatre ronciz,
D'or et d'arjent trosserent deux toneaus raenpliz,
Le tresor ont trestot a François departiz.
(v. 7193-97)

25Malatrie fera se concrétiser le rêve de la richesse conquise par la guerre. Un climat exotique l'entoure : un dromadaire emporte avec cent mulets son trésor personnel :

Son riche dromadaire fist chargier en la tor.
(v. 1635)

26Elle-même, partant rejoindre son père, prend place sur un éléphant :

Desore un olifant, qui tant ot de vigor
En monta la pucele, si blenche comme flor.
(v. 1636-37)

27Elle accomplit le voyage vers Barbastre dans une nef merveilleuse longuement décrite en ses détails surprenants : sa longueur est celle de la portée d'un arc, elle comporte sanctuaire de dieux païens, moulin, vivier, four à pain, cellier, cave aux vins, et même une petite prairie où Malatrie va se divertir (s'esbenoier). La nef porte quatre mâts, elle est insubmersible :

Par tel engin fu fete qu'ele ne pot plungier. (v. 1657)

  • 10 Pierre Jonin, Pages épiques du Moyen Age français, S.E.D.E.S., Paris, 1964, p. 181. La Destruction (...)
  • 11 op. cit., Le navire merveilleux, le Syracuse, p. 195-6.

28Garnie de quatre "châteaux" pour la défendre, chacun tenu par vingt arbalétriers, elle est dirigée par le sage Esclamare qui fait allumer quatre lanternes sur la nef. On trouve ici esquissés la plupart des éléments de la description du "navire merveilleux" figurant dans la Destruction de Rome, en particulier la mention du jardin dans un navire, création qui bouleverse les éléments naturels, signalée par Pierre Jonin dans ses Pages Epiques10, ainsi que sa source probable, le Banquet des Sophistes d'Athénée11. Arrivée au camp des païens, Malatrie se fait dresser une tente tout aussi magnifique que sa nef : située dans un verger (exposée à dessein aux tentatives des Français) près du cours d'une rivière, la Sore, la tente pourrait contenir un banquet de deux cents chevaliers ; confectionnée en riche étoffe, elle est couronnée d'un aigle resplendissant qui signale imprudemment la présence de la Princesse, ses cordes sont de soie. Malatrie est couchée sur des matelas de soie et de riches oreillers (v. 1800) en pure soie parfilée d'or (v. 1781-1802). Le cadre de la Princesse n'est que luxe et puissance : son père, l'amustant de Cordres, la nomme lui-même : "Malatrie la grant" (v. 1501) et semble la considérer en alliée indépendante :

Vos en iroiz a Cordres, que ge le vos conmant,
Et si diroiz ma fille, Malatrie la grant,
Qu'ele face mender le sien arrière-bant.
(v. 1500-02)

29Tel est le premier aspect de Malatrie, figure hiératique et solennelle, mais derrière ce masque nous découvrirons bientôt la femme instinctive, passionnée, prompte à l'amour ou aux insultes pour ceux qu'elle hait. Malatrie est personnage double.

  • 12 Caroline Cazanave, "Barbastro/Barbastre, ou quand la légende épique s'empare d'un territoire appar (...)

30Comme le dit Caroline Cazanave, elle se vante astucieusement auprès de Girart de Conmarchis "d'apporter dans sa dot quinze cités qu'elle énumère consciencieusement"12 :

De quinze cités sui preste que ge vos serve
Aufalerne et Luiserne et Vigorne et Tudele,
Onquepuie, Candie, Placite et Palerne...
(v. 2073-75)

  • 13 P. Bancourt, op. cit., p. 634.

31Si Girart l'épouse, il en deviendra le roi et en portera "le cercle de fin or" sur la tête. "Les reines sarrasines de nos chansons, écrit Paul Bancourt, sont associées à l'exercice du pouvoir seigneurial"13. Malatrie décide de l'adoubement de son écuyer Malaquin et y préside (v. 1602-03). Quand elle part rejoindre son père, elle est entourée du respect universel :

Et cil l'ont enclinée, que n'i ot si poisant. (v. 1626)

32Mais à ces belles Etrangères, l'auditoire médiéval demande surtout de tomber amoureuses des barons francs et de faire leur bonheur, avec peut-être plus de hardiesse et de provocation que les héroïnes françaises, du moins un certain nombre de ces dernières sont-elles plus réservées. Le Siège de Barbastre nous offre quatre Sarrasines également belles, coquettes et amoureuses, Malatrie d'une part, et les trois autres princesses : Aumarinde, Blanchendine et Aufanie. On peut à partir de ces figures établir un portrait type de la pucele païenne telle que la rêvaient les Francs, telle qu'elle fixait leur désir. Comme nous l'avons vu elles incarnent l'Orient luxueux et poétique, le pays de l'exotisme et des trésors. Elles sont très belles, c'est là leur attrait essentiel : la beauté de Malatrie est précisément décrite :

Les cheveus ot luisanz plus c'argent en gravier
Les eus vairs et rianz conme ostoir muer,
La color de sa face pase flor de rosier,
Et la bouche espesete et por estroit besier,
Les mameletes dures con pome de pomier.
(v. 1813-17)

  • 14 P. Bancourt, op. cit., p. 578 : "Orable a la taille bien prise, les yeux vifs, le teint blanc et v (...)

33Malatrie fait donc partie des Sarrasines blondes, ce qui n'est pas toujours le cas, comme le remarque P. Bancourt14 à propos d'Orable. Elle est même d'un blond particulièrement clair, nous dirions platiné, car sa chevelure est comparée à l'argent, non à l'or. Par contre la description des trois autres Princesses est réduite au minimum : "Einz trois si beles fames n'oisirent d'une reinné" (v. 5608). Malatrie est somptueusement vêtue d'une bliaut de soie violette garni d'hermine et son mulet, selon la technique du portrait féminin, est aussi élégant que l'écuyère et porte selle sculptée d'oiseaux et de bêtes, housse de soie parfilée d'or, étriers d'or. Les trois autres Sarrasines avancent sur des mulets : "blancs comne fleur de pré, parés de selles d'ivoire aux arçons couverts d'or, avec rênes de soie à boutons d'émail" (v. 5609-11). Le raffinement luxueux revêt ces beautés.

  • 15 op. cit., p. 626-27.

34Les belles Sarrasines ne sont pas solitaires, mais forment toujours un groupe de femmes qui rappelle le harem : elles sont d'autant plus séduisantes qu'elles proposent un choix : Malatrie se présente entourée de 25 puceles de haut rang : "Fille a roi ou a conte et de haut paranté" (v. 2402), Aumarinde, Blanchendine, Aufanie ne se séparent pas ; le harem reste ouvert sur l'extérieur, comme l'écrit P. Bancourt : "Elles ne vivent nullement à l'abri des regards masculins, elles ont à leur service des serviteurs et des messagers mâles"15.

35Bien disantes, s'adressant avec habileté aux chevaliers francs qu'elles veulent conquérir :

Girart, car m'en portez, franc chevalier oneste,
Por la teue amistié créré en la paterne,
Si serai crestienne, bautisiée et converte.
(v. 2069-71)

  • 16 op. cit., p. 588 : "Le mensonge n'est pas chez elle simple altération ou dissimulation de la vérit (...)

36Usant du mensonge "qui se situe à l'opposé de lé vérité"16 quand amenées devant leurs pères, elles doivent se justifier de leur conduite. Malatrie affirme avec impudence que tout est la faute de son fiancé païen Libanor :

Qui ge sui seue lige, vos m'i avez doné,
Si me covient a fere tote sa volenté.
Avec lui m'en mena lais en mi ce pré
Por vaoir une joste que me dut présenter.
(v. 2350-53)

37Est-elle coupable si Libanor s'est fait battre par Girart ? Quant à Aumarinde, elle plaide tout aussi bien son cas devant son père Fabur :

Ce ne fu pas merveille si m'en orent portée :
Povre est force de fame, ja ne sera doutée ;
Que tieus trois nos i vindrent a force a l'ajornée...
(v. 6094-96)

38alors qu'elle a supplié Guibert de l'enlever : leurs discours sont donc totalement mensongers.

39Mais comment se comportent les Sarrasines de Barbastre en face de l'amour ? C'est là leur attrait essentiel pour l'auditoire médiéval. Elles s'éprennent des Francs sur leur réputation guerrière, sans les avoir vus, elles commencent par "imaginer" à leur sujet. Elles s'informent avec curiosité (autre trait de leur nature) de leur valeur au combat. Aumarinde interroge :

Quele gent sont François ? Aiment chevalerie
N'acointement de dames por avoir drüerie ?
Li quel sont li meillor ? (v. 5626-28)

40Le païen Corsolt nomme plusieurs Aymerides, dont Guibert

Ce est un des meillors et qui plus nos guerrie. (v. 5638)

41C'en est fait, Aumarinde ne souhaite plus qu'appartenir à Guibert, de même que Malatrie, sur le bref rapport du païen Gaudin :

Girart et Guielin qui ont tel renonmée,
Il n'a tel chevalier juque a la mer salée.
(v. 1572-73)

42décide d'être aimée de Girart :

L'amor de Girart li est el cuer entrée. (v. 1578)

43Les plus belles doivent appartenir aux plus forts, c'est toute la vision de l'existence qui hante l'esprit des puceles Sarrasines et elles travaillent immédiatement et sans le moindre scrupule à la réaliser. Pour que les Francs viennent à elles, elles oublient leur nation, leur père, leur religion (mais la religion n'a aucune importance à leurs yeux dans Barbastre et on chercherait en vain en elles un quelconque débat à ce sujet, contrairement à Bramimonde par exemple). Les unes et les autres se font dresser leur tente à l'écart du camp païen et envoient aussitôt des messagers bien stylés aux Francs : il s'agit de les avertir qu'il existe tout près de Barbastre des femmes nombreuses, belles, accueillantes, complaisantes, qui ne demandent qu'à les connaître, et les invitations se font toujours de groupe à groupe : Aumarinde dicte à son envoyé :

Va t'en a l'ost de France sor ce mul arragon
Et demende Guibert, le frere au duc Buevon ;
Di li qu'il viengne a moi ennuit sanz achoison
Et amoint avec lui de Conmarchis Guion ;
Chascun avra la seue ou il dira son bon.
(v. 5729-33)

44Le messager s'acquitte au mieux de sa mission :

Deus molt beles puceles poez ο lui trover
Chascune avra le suen por son cors deporter.
(v. 5752-53)

45Malatrie adressera aux Francs une invitation identique :

Ice dites Girart del Conmarchis le ber,
Le fil au duc Buevon, qu'il viengne a moi parler,
0 lui cinc chevaliers que ge sai bien nonmer,
Avecques lui son frere Guielin li senez,
Et Geufroi l'Engevin...
Chascun avra s'amie en ce vergier ramé,
Fille a roi ou a conte et de haut parante.
Se lor loi vellent freindre et ileques fauser, Il porront ilec fere tote lor volenté.
(v. 2395-404)

46Le fait que l'invite soit à la fois individuelle et globale et que, selon les termes employés, les Sarrasines semblent tout promettre, caractérise les belles Etrangères de Barbastre ; la femme idéale dans ce récit fait toutes les avances et les plus précises, et radicalise à l'extrême le personnage de la païenne ; Malaquin, le messager de Malatrie, vante à Girart ses attraits et ses intentions :

La bouche a espesete par desoz le menton
Les maleletes dures si conme deus botons.
Qui ot si gente dame avroit conversion !
Girart del Conmarchis, fiz de gentil baron,
Ja vos mende la bele, coiement a larron
Venez a lui parler dedanz son paveilion.
(v. 2458-53)

47Faut-il entendre ici le mot "conversion" dans son sens de commerce charnel ? Girart et Gui délibèrent sur la réponse à donner, Girart accepte, mais Gui décline l'offre : il se contentera de faire le guet et propose à sa place, sans regret, Renier de Montermier :

Il vaudra assez plus por pucele besier. (v. 2483)

48Comment se passent ces entrevues amoureuses ? L'amabilité des Sarrasines, charmées de voir arriver les Francs, se déploie :

Voiz con riche presant t'est ci abandoné,
Con de filles a roi qui tant font a loër,
A chascune ai son dru et promis et doné.
(v. 2556-58)

  • 17 op. cit., p. 747 : "Les poètes épiques mentionnent parfois un interdit selon lequel le chrétien ne (...)

49déclare Malatrie à Girart ; et plus tard elle l'embrasse plus de cinquante fois avec douceur sur les yeux, la bouche, le menton et le nez ; cependant par une retenue curieuse (signalée par P. Bancourt17) :

En la bouche devant ne l'osa adeser,
Por ce qu'ele ert païenne et il crestïennez.
(v. 2579-80)

50Ce doux entretien dure jusqu'au jour ; plus tard, à l'invitation d'Aumarinde, Guibert, Gui, et même Girart, qui est cependant engagé alors avec Malatrie, se rendront pareillement :

Aumarinde se drece, Guibert vait acoler,
Blanchandine Guion, qui tant fet a loer,
Aufanie Girart, s'a chascune sa per ;
Chascune le suen bese por lor amor fermer.
(v. 5769-72)

51et Aumarinde précise à Guibert

Ja ne querrois chose, por vo cors deporter,
Dont vos doie escondire dont me doiez blamer.
(v. 5775-76)

52Ainsi se passe la nuit. A cause de l'équivoque du vocabulaire médiéval, des termes : vo cors deporter, vostre cors servir, s'esbenoier, pucele besier, ma druerie avoir et acointier (v. 5828) mar venites en l'ost por pucele besier (v. 2199) on ignore le degré de précision de ces intrigues, et s'il s'agit de simple "donoi" ou de "faire son bon" (v. 5733). Les Sarrasines de Barbastre, exclusivement sensuelles, veulent d'ailleurs savourer l'amour dans le danger ; elles incitent les Francs, déjà en péril, à quitter leurs armes auprès d'elles, malgré leurs réticences. Girart sur la prière de Malatrie quitte son casque et son haubert, Guibert enlève son haubert devant la moquerie d'Aumarinde, qui l'accuse de "trembler de peur" puisqu'il le conserve. Les chevaliers courront les plus grands risques à la fin de ces rendez-vous. Au contraire d'autres Sarrasines (Floripas, Maugalie, Orable) les princesses de Barbastre ne sont d'aucune utilité aux barons francs, elles ne les sauvent pas de la prison ni de la mort, elles ne leur apportent pas des royaumes, ils devront les conquérir. Quasi perverses, elles les exposent à des combats très meurtriers ; leur seule utilité est romanesque, en ces courts épisodes où "elles reposent les guerriers". Elles ne déploient leurs ruses que pour attirer les chrétiens à elles, non pour les sauver. Leur personnalité est primitive : la Sarrasine de Barbastre, livrée à une passion toute physique, est vraiment la femme tentatrice, dangereuse, dont tout chrétien doit se méfier.

53Elles pratiquent une ironie assez méchante, à l'égard, il est vrai des seuls Sarrasins : quand Libanor est emprisonné à Barbastre, au moment ou tous les chrétiens sont tourmentés par une dure famine, Malatrie adresse à son ex-fiancé des discours pleins de perfidie, un dialogue acide se noue entre le malheureux Libanor prisonnier, prince estimable d'ailleurs, et la triomphante Malatrie :

Sire, cinc cenz merciz et de moi et de Dé
Que vaoir me venites en ceste fermeté,
Or sai a escient que molt m'avez amé,
Qant por la moie amor vos voi enprisonné.
Ne de Deu ne de moi n'en aiez vos ja gré.
- Foie, dit Libanor, ore avez trop parlé.
Je vos ferai ocirre ainçois un mois pasé.
(v. 4418-24)

54A ce "discours de la vaine menace" Malatrie réplique par une moquerie : vous m'aimez trop pour le faire (v. 4431-33). Il faut que Girart en personne vienne au secours de l'infortuné Libanor et la prie de cesser son persiflage :

Bele, ce dit Girart, n'aiez song d'aïrier
Lessiez ester lou roi, ice vos veil prier.
(v. 4456-57)

55A l'égard de Malatrie, Girart se montre plus dominateur que tendre, il ne pratique que la "courtoisie épique", il reste sur ses gardes, à Barbastre il ne s'attarde pas auprès d'elle (v. 4465-67). Bien qu'engagé à Malatrie, il se rend au rendez-vous d'Aumarinde. Et quand pour obtenir la paix, Beuves propose de rendre Malatrie à l'amirant d'Espagne, Girart accepte assez rapidement :

Pere, ce dit Girart, ne vos os corrocier.
Fetes vostre plesir, qant nel volez lesier...
Conment que il me doie grever ne annuier,
A fere le covient, je n'en quier ja plaidier.
(v. 4840-44)

  • 18 op. cit., p. 663 : "... l'offre d'Aumont de récompenser le mérite de ses hommes en leur donnant de (...)

56C'est avec le même détachement qu'en conclusion du récit nous verrons les barons francs donner leurs amoureuses, pourtant très éprises, à des princes païens convertis devenus leurs alliés : pratique de récompense courante chez les Sarrasins, mais qui dénote un grand mépris de la femme18. Guibert lui-même présente Aumarinde à Libanor, qui l'accepte : "Ci a riche soudee" (v. 7217) et Gui donne Blanchendine : "La bele ο le vis cler" (v. 7207) à Clarion : le conteur laisse dans l'ombre les réactions des princesses.

57Seule Malatrie deviendra l'épouse de Girart, le roi Louis préside au mariage et donne à Girart la souveraineté de Cordres. Mais celui qui avait conquis Malatrie et l'avait enlevée aux Sarrasins n'est pas Girart, mais son père, le duc Beuves : une situation de rivalité amoureuse, assez rare, entre père et fils, est esquissée par le conteur : déjà Beuves avait reproché à son fils de n'avoir pas réussi à amener Malatrie jusqu'à Barbastre, au cours d'une discussion assez vive. Quand Beuves rencontre Malatrie pendant la bataille, il s'en empare aussitôt :

Il brocha le destrier des esperons dorez
Et sesi Malatrie la pucele au vis cler ;
A haute voiz escrie : "Pucele, car estez !".
(v. 2840-42)

58Bientôt il précise ses intentions, et malgré l'équivoque des termes, de façon assez explicite et cynique :

Par mon chief, dist li dus, et ge ne queroie el,
Que vos seroiz a moi en icestui esté :
Si me tatonneroiz les flans et les costez :
Loinz sui de Helissant, si n'i puis converser.
(v. 2848-51)

59Il la ramène à Barbastre et la fait garder par Gautier, son fidèle, et Acelin, et il ajoute ces menaces :

Par icel apostre c'on quiert en Noiron pré,
Mal s'en venteront la li legier bacheler.
Ore aillent autre guerre, lessent la moie ester.
(v. 2856-58)

60A ces propos, Malatrie répond docilement : "Sire, dist la pucele, si con vos conmendez" (v. 2852). Girart s'inquiète aussitôt, mais bientôt il doit délivrer son frère Gui que les Sarrasins voulaient faire brûler vif, et Beuves après cet exploit rend Malatrie à Girart : plus tard en présence de Guillaume, il la lui octroie solennellement :

Frere, ce a dit Bueves, fille est a l'amustant
A cui la seignorie de Cordres tote apant...
Ceste pris ge au tres de la païenne gent,
A une matinée a mon enchaucement.
Ele nos a servi tot a nostre talant...
Girart mon fil li dong sanz nul refusement.
- Sire, dit la pucele, ci a riche presant.
(v. 5005-13)

61Malatrie appartenait à Beuves comme prise de guerre, et il y renonce volontairement ; il règne une ambiguïté dans les rapports père-fils surmontée par le courage du fils et la générosité du père.

  • 19 Marguerite Rossi, Huon de Bordeaux, op. cit., p. 464-65.

62Mais il faut bien convenir que nous nous trouvons devant la geste de Barbastre plutôt en présence d'une thématique des situations, qui commande des réactions sentimentales discontinues, et qu'une analyse psychologique moderne ne serait pas de mise. De là naît quelque bizarrerie dans le jeu pré-courtois des personnages. Nous emprunterons notre conclusion à Marguerite Rossi19 : "Ces oeuvres enchaînent des motifs et des épisodes qui impliquent entre les divers personnages des rapports simples engendrant des traits psychologiques assez sommaires : ils sont strictement conditionnés par l'action, au lieu de découler, comme dans d'autres types de littérature, d'un caractère individuel... On comprend aisément dans cette perspective qu'... un auteur médiéval prêtera tout naturellement aux personnages qui demeurent les mêmes d'une péripétie à l'autre le comportement qui est dicté par les circonstances du récit, comportement qui peut impliquer des traits de caractère tout à fait différents au fur et à mesure de la succession des événements". Ces remarques pertinentes expliquent les étrangetés de nos belles et élémentaires Dames Sarrasines et de leurs partenaires.

Notes

1 Le Siège de Barbastre, édité par J.L. Perrier, CF.M.Α., Paris, Champion, 1926. Toutes les citations du texte sont tirées de cette édition.

2 Siège de Barbastre, introduction, p. 3.

3 Pavement de la mosaïque du choeur de l'Abbaye de Ganagobie, abs i de droite.

4 Chanson de Roland, édition de Pierre Jonin, traduction, préface, notes et commentaires par Pierre Jonin, folio, Paris, 1979. Le premier songe se situe à la laisse 67, vers 836-40 (Charles voit en songe Ganelon briser sa lance), le deuxième, aux laisses 185 et 186, vers 2532-69. Le songe se décompose en deux parties : la première comporte une vision cosmique suivie de l'attaque contre les Francs de bêtes fauves et venimeuses, la seconde, un combat entre un ours colossal et un lévrier, Pinabel contre Thierry d'Anjou. Rappelons que dans la Berte as grans pies d'Adenet le Roi (édition Albert Henry, Textes littéraires français, Droz, Genève, 1982, laisse 69, v. 1677-84) Blanchefleur rêve qu'elle est dévorée par une ourse et un aigle, qui figurent les traîtres Margiste et Tybert.

5 Paul Bancourt, Les Musulmans dans les Chansons de Geste du Cycle du Roi, Publications de l'Université de Provence, Aix-en-Provence, 1982, tome II, p. 591. Les Sarrasines épiques : "L'intelligence est aussi finesse intuitive, lucidité, clairvoyance et même voyance".

6 op. cit., p. 586 : "Alors que les Sarrasins paraissent parfois sots, les Sarrasines sont au contraire remarquablement intelligentes".

7 La Prise d'Orange, édition Claude Régnier, Bibliothèque française et romane, rédaction AB, Paris, 1967, vers 652-59 :
Longue est la branche et la fueille en est grant
La flor qu'en ist par est si avenant,
Blanche est et inde et si est vermeillant.
Traduction du passage par Claude Lachet et Jean-Pierre Tusseau, Paris 1972 : "Il y avait un pin aux propriétés magiques, comme vous l'apprendrez si cela vous plait ; ses branches sont longues, ses feuilles grandes, la fleur qui y éclôt est très belle, blanche, bleu foncé et rouge".

8 P. Bancourt, op. cit., p. 651 : discussion sur les mots "platel" et "flavieux".

9 Marguerite Rossi, Huon de Bordeaux, Nouvelle Bibliothèque du Moyen Age, Paris, Champion, 1975, pp. 348-49 : "Des êtres surnaturels... apparaissent avec une stature de nains dans les traditions germaniques... On voit parfois des nains d'une grande beauté ; il s'agit alors d'incarnation des elfes. Surtout certains aspects moraux des nains et elfes germaniques, et les relations qu'ils nouent avec les hommes, s'accordent avec les dons et le rôle d'Aubéron", cf. p. 371 pour : "la possibilité qu'Aubéron a de franchir toute distance en un clin d'oeil" et son omniscience.

10 Pierre Jonin, Pages épiques du Moyen Age français, S.E.D.E.S., Paris, 1964, p. 181. La Destruction de Rome. Le navire amiral des païens : "Hiver comme été la rose y fleurit et l'églantine s'y épanouit en toute saison..." (p. 183).

11 op. cit., Le navire merveilleux, le Syracuse, p. 195-6.

12 Caroline Cazanave, "Barbastro/Barbastre, ou quand la légende épique s'empare d'un territoire appartenant à l'histoire ". Le Territoire, études sur l'espace humain. Cahiers CRLH n° 3 Université de la Réunion, Paris, 1986, pp. 31-50.

13 P. Bancourt, op. cit., p. 634.

14 P. Bancourt, op. cit., p. 578 : "Orable a la taille bien prise, les yeux vifs, le teint blanc et vermeil, mais il n'est pas dit qu'elle soit blonde".

15 op. cit., p. 626-27.

16 op. cit., p. 588 : "Le mensonge n'est pas chez elle simple altération ou dissimulation de la vérité".

17 op. cit., p. 747 : "Les poètes épiques mentionnent parfois un interdit selon lequel le chrétien ne peut embrasser une "païenne" sur la bouche".

18 op. cit., p. 663 : "... l'offre d'Aumont de récompenser le mérite de ses hommes en leur donnant des captives de choix. Une offre de cette sorte est conforme aux moeurs musulmanes".

19 Marguerite Rossi, Huon de Bordeaux, op. cit., p. 464-65.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3285/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k

Auteur

Université de Provence (Aix-Marseille I)

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter