Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’étranger à l’étrange ou la conjointure de la merveille

Ambiguïté de l'aventure dans le Chevalier aux deux épées  : un monde étrange

Régine Colliot

Texte intégral

  • 1 Li Chevaliers as deus espees. Altfranzösischer Abenteuerroman. Edité par Wendelin Foerster ; 1ère (...)
  • 2 Op. cit., Introduction, p. lxii.
  • 3 Introduction, p. lxii.
  • 4 Introduction, p. i.
  • 5 Introduction, p. i.
  • 6 Introduction, p. lxii. Selon W. Foerster, l'Yvain est la source de l'outrage projeté contre la fil (...)

1Comment un conteur de la deuxième moitié du xiiie siècle, écrivant en langue d'oïl émaillée de nombreux picardismes (soit qu'il ait vécu lui-même en Picardie1, soit que le copiste picard les ait introduits dans sa langue un demi-siècle plus tard, au tournant du xiiie au xive siècle2, comme le suggère l'éditeur Wendelin Foerster3, peut-il "trouver", au sens médiéval, une aventure arthurienne dont l'originalité satisfasse à la fois son auteur et le public, en utilisant un matériel narratif conventionnel, qu'il s'agisse des personnages, des thèmes ou du cadre, mis en oeuvre avant lui pendant plus de cent ans par les poètes ? Tel est le problème, celui du "remake", qui a dû se poser à notre auteur anonyme. Il a consacré 12 350 vers octosyl1abiques à le résoudre. Cependant son succès a été mitigé, puisque nous n'avons gardé de l'oeuvre qu'un unique manuscrit4 le n° 12603 de la Bibliothèque nationale de Paris (autrefois 180 suppl. franc.)5. Pourtant le mérite de cette création romanesque, soutenue par un vocabulaire riche, un style alerte et habile, n'est pas négligeable : il consiste surtout dans le climat d'étrangeté obtenu (ambiguité égale alors étrangeté, surprise) dans le renouvellement original de certains thèmes et motifs issus du Perceval de Chrétien. Wendelin Foerster avait signalé d'autres imitations fournies par l'Yvain, l'Erec, le Cligès, l'Atre Périlleux, le Roman de Durmart le Gallois6. On considérera dans la présente étude uniquement les imitations du Perceval : il s'agit d'ailleurs moins d'imitations que de solutions.

  • 7 Cf. Li Chevaliers as deus espees, v. 2465-2519.

2Certes les personnages présentés sont connus en partie : le roi Arthur dont les traits moraux sont le pardon des offenses, une grande bonté, la largesse, le respect de l'hospitalité ; Guenièvre, toute courtoisie, témoignant à Gauvain une affection privilégiée7. Les grands noms arthuriens surgissent au hasard des épisodes : Keu, Gerflet, Yvain, Dodinel, Gaherés, compagnons familiers à l'auditeur, et surtout Gauvain, égal ici en importance au véritable héros, Mériadeuc, et ne figurant pas dans l'intrigue en "brillant second". La composition, bipartite et entrelacée à la fois, joue sur les deux personnages. L'environnement héroïque traditionnel ne surprend pas.

  • 8 Op. cit., v. 1620 : "Damoisele, donques montés/sour cel dois, car a cheval sui,/si me feroit ja gr (...)
  • 9 Les Lais de Marie de France, publiés par Jean Rychner, CF.M.Α., Paris, 1 978, p. 5-32 Guigemar,
    ... (...)

3Mais on sera sensible néanmoins au grand nombre de personnages inventés, actants véritables de l'intrigue et aux compléments apportés à la tradition arthurienne. Tout d'abord Mériadeux lui-même, dont le nom selon un suspense devenu procédé ne sera révélé qu'à la fin du récit, se protège d'identités énigmatiques tout au long de l'intrigue : le milieu lui impose ses noms : il est d'abord le Bel Valet, garçon sauvage qui a quelque ressemblance avec le "nice"8 (mais sa "niceté" plus estompée que celle de Perceval, une certaine brusquerie de manières, ne dure pas), puis le Chevalier aux deux Epées, puis le Chevalier aux Dames ; il ne s'inquiète pas de cet anonymat, au contraire il s'abrite par ce jeu de masques. D'où vient son nom de Mériadeuc ? Il est purement Celtique. Mériadeuc est le roi de Bretagne chez qui aborde la nef où s'est réfugiée la belle Amie de Guigemar dans le lai de Marie de France9 :

Li sire a ki li chastels fu
Aveit a nun Meriadu. (691-92)

  • 10 Alain Bouchart, Grandes Chroniques de Bretagne, texte établi par M.L. Auger et G. Jeanneau sous la (...)

4Mériadeuc s'oppose à Guigemar et finit par être tué par lui. Serait-il le "taion" dont parle notre héros ? A-t-il reçu son nom de ses ancêtres dans la maison de l'Autre Monde ? Un roi de Grande-Bretagne nommé Conan Mériadec10 s'empare de l'Armorique selon la tradition au ive siècle.

5Notre Mériadeuc est lié à Gauvain par une amitié ambiguë, à l'origine compagnons fraternels (Gauvain part en quête de Mériadeuc disparu) puis ennemis déclarés qui se cherchent pour s'entretuer, puis réconciliés. Leur rapport affectif, incertain, changeant, est un des moteurs de l'action, la poursuite de l'un par l'autre et du second par le premier enchaîne les aventures, qui ne sont pas successives et séparées comme dans le Perceval, mais imbriquées les unes dans les autres. Ils sont en dualité le protagoniste, le héros est dédoublé ; de même que le Roi Parfait, Arthur, est doublé par le roi Ris qui n'est que Démesure, et que les nuances du pouvoir féodal s'incarnent dans une galerie de grands barons, félons et tueurs, en une succession de "rencontres" aventureuses : Ris, Gernemans, les deux Brien, Galien, le Roux du Val Périlleux représentent l'orgueil fou, l'appétit injuste de conquête, la cruauté, la sottise triomphante, puis châtiée : la figure du gouvernant est diversifiée, et ces portraits parallèles offrent matière à réflexion sur l'exercice du pouvoir, sur le mauvais gouvernement du monde : c'est le grand problème du récit, et ces tyrans, inventés par notre conteur ouvrent des perspectives morales qui montrent son esprit tourné vers la politique.

  • 11 Li Chevaliers as deus espees, v. 5310-320.
  • 12 0p. cit., v. 3576-3706 et v. 3727-3862.

6Après les héros, l'action : l'aventure dans le Mériadeuc est uniquement terrienne : la mer est absente, malgré le personnage de Brien des Illes (mais on pénètre dans ces Iles toujours à cheval et sans même s'en apercevoir)11 ; non seulement la mer, mais les lacs ou les rivières de quelque importance manquent : point de nef, ni d'horizon brumeux, l'eau est réduite à celle des fontaines, à quelque large ruisseau entourant un château ; l'aventure n'est pas aquatique, mais seulement silvestre : dans la forêt on trouve la faim et la soif, l'inconfort, l'adversaire ; c'est le seul cadre où se produit la "rencontre" aventureuse, et le décor forestier est sans pittoresque, la nature est occultée derrière la rudesse ou l'étrangeté humaine. Ce dépouillement met en valeur les affrontements épiques entre chevaliers ennemis. L'enjeu de ces duels est le triomphe de la valeur ou de la justice, mais la forêt fournit épisodes plus imprévus : le repas de Gauvain avec le père de son ennemi Brien, l'hospitalité perfide accordée par l'ermite, oncle du même Brien12 au cours de laquelle Gauvain manque de périr sous la cognée d'un vilain monstrueux :

Et li vilains ki fu hideus
Empuigna mout fort la quignie,
Si l'a, au plus k'il puet, haucie... (v. 3 824-26)

  • 13 0p. cit., v. 10565-10751.
    Et lors s'en entrèrent
    Dames en la lande et menèrent
    Une litière duel faisa (...)
  • 14 L'épisode de la Gaste Capele se développe du v. 639 au v. 948. Celui du Castel Paoreux.
  • 15 et de l'ensevelissement de Ménélaïs à la Gaste Capele, du v. 7291 au v. 7444.
    nus ne tient sa voie
    I (...)

7A ce piège Gauvain échappe, en feignant de dormir, épiant les propos de ses ennemis. C'est le type même de l'aventure qui jette un doute sur le courage du héros. Un chevalier mystérieusement "méhaigné" Gaus de Norval erre dans la forêt qui est bien la terre de l'étrange13. Deux lieux sont redoutables entre tous : la Gaste Capelle14 et le Castel du Val Paoreux15 endroits d'épouvante assez proches l'un de l'autre ; les motifs de la peur qu'ils inspirent sont énumérés avec précision, aucun n'est d'origine mystique ou religieuse : tous les éléments d'une peur panique sont communiqués à l'auditeur à travers l'équipée (c'est le chemin parcouru qui constitue l'aventure) de la Dame de Caradigan, la belle et courageuse Lore (dont le nom comme celui de son fiancé Mériadeuc ne sortira de l'ombre qu'aux derniers vers). S'il y a laïcisation de l'aventure, il y a également féminité. Lore lance les aventures aussi bien à la cour du roi Ris qu'à celle d'Arthur, en parallèle ; d'autres dames ou pucelles en seront aussi l'origine ; certes le fait n'est pas rare dans les romans arthuriens, mais dans le Mériadeuc la femme éclipse au départ l'homme sur le terrain même de l'aventure, la vivant mieux que lui, la résolvant mieux que lui, que le danger soit matériel ou moral : nous donnerons pour exemples l'équipée de Lore de Caradigan à la Gaste Capelle, et le rôle joué par la Veuve-Dame, mère de Mériadeuc, dans le conflit entre Gauvain et son fils, qu'elle résout. Trois femmes exercent officiellement le métier de reine sans roi : Lore de Caradigan, la Reine des Iles, la Veuve-Dame.

  • 16 0p. cit., v. 405
    unes pastures
    Teus dont les enchaeneures
    Sunt d'or, li aniel de cristal (407)

8Quelle est cette aventure de la Gaste Capelle ? Le roi Ris a reçu en cadeau de sa dame, la reine d'Islande, des "pastures" de luxe, tout cristal et or (matière étrange pour des entraves de cheval)16. Il doit les faire déposer dans la Gaste Capelle, où il ne veut pas lui-même retourner, ni aucun de ses chevaliers, tant est universelle la terreur qu'elle inspire. Alors – c'est le monde renversé – la toute jeune Dame de Caradigan se propose ; elle veut ainsi reconquérir son royaume, (grâce au don inconditionnel octroyé par Ris à qui réussirait l'aventure) : Ris l'a en effet dépouillée de son fief qu'elle récupérerait par cet exploit ; elle prend la route par une nuit "laide, épaisse, troublée" qui ne lui laisse même pas voir les oreilles de sa mule, les épines lui déchirent le visage et le bliaut, elle traverse une lande où se déchaîne un grand concert animal formé par les hurlements des bêtes sauvages, ours et lions ; cette clameur se fait entendre à qui approche du Château de la Peur et de la Chapelle Gaste, isolée et déserte. L'orage éclate, accompagné d'un ouragan qui déracine même les chênes, une flamme qui semble toucher le ciel lui frôle le visage et à travers ce "feu ardent", la pucelle

II hommes noirs veus i a
Ki par le feu ardant coroient
Et d'une tieste se juoient
D'un homme mort, ce li sambloit :
Eskiver pas ne les pooient,
Si tres pries de li se passeren.(698-702)

  • 17 La Queste del Saint Graal, roman du xiiie siècle édité par Albert Pauphilet, CF.M.Α., Paris 1967, (...)
  • 18 Li chevaliers as deus espees, op. cit., v. 2851-61 :
    luit le dient et je l'otroi
    Mes sire Gauvains k (...)

9Or la Chapelle elle-même est solitaire mais non effrayante : à l'intérieur l'aventure n'existe plus, elle s'abolit : aucun phénomène surnaturel ne s'y produira, à l'inverse des chapelles de la Queste du Saint-Graal17 elle n'est nullement la porte de l'enfer, l'aventure réside dans la seule peur qu'elle inspire. Lore de Caradigan s'y comporte avec beaucoup de sang-froid ; à travers elle, le lieu peu à peu se rationalise. Elle aperçoit sur l'autel le pan du bliaut déposé par le roi Ris ; bientôt elle entend des lamentations, observe un chevalier inconnu qui ensevelit un mort qu'il a chargé en travers de sa selle, elle écoute le panégyrique prononcé par l'ami du mort (L'épisode de la Gaste Chapelle, domaine de la mort, ouvre le récit, alors que le séjour chez les morts clôt le Perceval). L'épée du défunt est ajustée à sa taille, prétexte à une prédiction sur l'excellence de l'inconnu qui arrivera à s'en ceinturer, ce qui intéresse au plus haut point la demoiselle : la notion du test de l'excellence hante en effet l'esprit de toutes les pucelles du récit18, chacune veut être l'amie ou l'épouse du meilleur parmi tous et seulement de lui. L'orgueil prescrit aux hommes l'aventure amoureuse, non pas l'amour : ainsi le prouve le refus de l'Amie de Gauvain, qui l'aime, mais ne veut appartenir qu'au plus prestigieux. Toutes les héroïnes sont des théoriciennes de l'Amour, des "Orgueilleuses d'Amour", non pas des amantes sensibles.

  • 19 Op. cit., v. 1 641 -45.
  • 20 Paule Le Rieder, Le Chevalier dans le Conte du Graal de Chrétien de Troyes, SEDES, Paris 1978, p.  (...)
  • 21 Paule Le Rieder, op. cit., p. 333 : "Beaucoup plus riche est la solitude du chevalier... lorsqu'el (...)
  • 22 Paule Le Rieder, op. cit., p. 335 : "La solitude du Chevalier en armes est signe de détresse".

10Quand l'ami du mort est parti, Lore de Caradigan dépose les pastures sur l'autel, déterre le mort, lui prend son épée, l'attache à sa ceinture, et sur sa mule arrive sans encombre à la cour du roi Ris, un peu égratignée seulement. Elle a triomphé là où les hommes se sont dérobés, elle est sortie du domaine de mort sans dommage alors que Gauvain y est prisonnier à la fin du Perceval, la première aventure est menée à bien par une jeune fille, et c'est pour l'amour de la reine d'Islande que Ris avait adressé son défi à Arthur. L'influence féminine sur l'action est exclusive dans les premières scènes. Lore, la taille ceinte bizarrement de son épée, va demander au roi Arthur de lui trouver un chevalier capable de "chaindre" l'arme : alors commence la longue aventure de l'épreuve qu'affrontent à la file Keu, Yvain, Dodinel, jusqu'à 20.000 chevaliers, jusqu'à ce que se présente un jeune homme inconnu – c'est le futur Mériadeuc – qui en un tournemain détache l'épée et la met à sa ceinture à côté de celle reçue d'Arthur lors de son adoubement ; il a lui aussi réussi l'aventure, elle réunit les amants prédestinés19. Mériadeuc devient le singulier Chevalier aux Deux Epées ! Mais il prend la fuite aussitôt vers la forêt, dédaignant l'octroi de la pucelle, car il veut tenter toutes les aventures pour prouver sa valeur à tous20. Il entre en solitude qu'il choisit, il rompt avec son milieu social21 la cour. Ce n'est pas solitude de "détresse"22 mais d'isolement vaillant. En forêt il vainc d'abord l'orgueilleux roi Ris, avant d'autres triomphes. Lore, dépitée d'avoir vu s'enfuir le valet parfait, réclame son retour au roi Arthur : ainsi vont se lancer sur ses traces plusieurs compagnons de la Table Ronde dont Gauvain.

  • 23 Li Chevaliers as deus espees, op. cit., v. 2977-79 :
    Convent fu, se je vous trouvoie
    Que a vous me c (...)

11Mais Gauvain va se trouver la victime d'une autre exigence féminine, celle de la Dame des Illes, qui a commandé au jeune chevalier Brien qui la recherche en mariage, qu'il vainque et tue le meilleur de tous, Gauvain. C'est à cette condition seule qu'il l'obtiendra. Dans la forêt, au pied d'un grand hêtre, Brien rencontre Gauvain sans haubert ni casque23 et l'attaque en dehors de toutes les règles de la chevalerie : il le laisse pour mort. Ainsi pourra-t-il se glorifier auprès de sa Bien-Aimée et l'épouser. C'est pour Brien le type même de l'aventure viciée, qu'il exalte cependant :

Et dist ke li est avenue
A volenté et a droiture
Toute la plus biele aventure
Ki a chevalier avenist
Onques mais ke on dire oist... (v. 3 088-92)

12et il en rend grâces à Dieu, avec une inconscience morale rare chez un chevalier :

Diex, je vous aor,
Car j'ai ocis tout le meillor
Et le plus biel de tout le monde... (v. 3 061-63)

  • 24 Op. cit., v. 5030-47.
  • 25 Jean Frappier, Chrétien de Troyes et le Mythe du Graal ; étude sur Perceval, SEDES, Paris 1972, p. (...)

13Heureusement Gauvain n'est mort qu'aux trois quarts et, remis sur pieds, se lance dans la quête de Brien pour s'en venger. Une autre pucelle va l'arrêter sur sa route, la jeune fille du Castel du Port, beauté incomparable pour laquelle il tue Gernemans, tyran abusif. Au moment où il va toucher au bonheur suprême auprès de son Aimée, elle se dérobe sous prétexte qu'elle ne veut être qu'à Gauvain le parfait, et qu'elle n'est pas sûre que ce soit lui, puisque tout le monde le dit mort24. Ainsi avorte également cette aventure amoureuse. Joué par la pucelle, un peu ridicule, mais toujours amoureux, Gauvain rejoint Brien au royaume des Iles, devant le trône de la belle Reine, prêt à épouser. Il le provoque en duel, est vainqueur et doit alors se soustraire aux ardeurs de la reine des Iles, tout heureuse de tenir enfin Gauvain. Mais il n'utilise pas sa séduction25, refuse cette deuxième partie de l'aventure, et s'enfuit en compagnie de Mériadeuc : ils sont devenus grands amis.

  • 26 Chrétien de Troyes, Perceval le Gallois ou le Conte du Graal, mis en français moderne par Lucien F (...)
  • 27 Paule Le Rieder, op. cit., p. 345 : "La faute du Chevalier, inhérente au métier de tous ceux qui p (...)
  • 28 Les Romans de Chrétien de Troyes, V, Le Conte du Graal (Perceval) publié par Félix Lecoy, tome I, (...)

14Ainsi toute l'action de la première partie est déterminée par les femmes : on pourrait en dire autant de la seconde phase du récit, vue sous un certain angle. Mériadeuc retrouve en effet son château natal, et non pas celui du Graal, et sa mère, la Veuve-Dame. Le Perceval raconte l'histoire d'un jeune homme qui abandonne sa mère sans retour, Mériadeuc se met en route au contraire vers sa mère la retrouve, la console, sera réuni à elle à la fin de l'histoire. La Veuve-Dame, conseille son fils, l'éclaire et le perfectionne, c'est le grand Mentor du conte. Mériadeuc ne connaîtra, et pour cause, aucun remords, contrairement à Perceval26. Sur la rive devant le château, Mériadeuc recueille une épée couverte de sang, qu'il ceint également : le voilà le Chevalier aux Trois Epées ! Il faut faire un choix. Il laisse en garde à sa mère l'épée de l'adoubement, l'épée normale, celle de la vaillance et de l'honneur, l'épée du réel, et garde symboliquement à la taille les deux autres épées celle de l'amour qui est en même temps celle de l'excellence, donnée par Lore, et celle, magique, de l'identification, l'épée qui porte son nom encore invisible "Mériadeuc" gravé sur sa lame. L'épée sanglante a remplacé la lance sanglante du Perceval. Quel est son sens ? On la verra guérir un roi "méhaigné", Gaus. Mériadeuc, lui, n'est coupable de rien, seul Gaus le serait peut-être en tant que représentant de la chevalerie, homicide aux yeux de l'église27. Dans le Perceval, l'épée donnée au château du Graal, destinée à se briser, reste un motif secondaire28, au contraire dans le Mériadeuc, le thème de l'épée est prédominant.

  • 29 Cf. R. Colliot, Problèmes de Justice dans Li Chevaliers as deus espees, dans La Justice au Moyen A (...)

15La Veuve-Dame va raconter à son fils les circonstances de la mort de son père, le vaillant Bléhéri, relançant l'action de vengeance : il a été tué par Gauvain le Juste, accomplissant en l'occurrence un forfait scandaleux, basé sur un mensonge, car, bien entendu, Bléhéri était un baron irréprochable. Ici apparaissent les singularités morales d'un autre ordre dans le récit29. Comment Gauvain, le s ans-reproche, a-t-il pu accomplir par trahison un crime affreux ? En s'abstrayant de lui-même en quelque sorte, en perdant toute personnalité propre, ravalé au rang de robot entre les mains du félon Brien de la Gastine (curieusement les deux ennemis de Gauvain portent le même nom comme s'ils étaient la double face de la trahison). Gauvain a été cédé par Arthur à Brien, en vertu du don inconditionnel, pour lui obéir en tout, Gauvain n'est plus qu'un corps sans âme, et il vit lui aussi une aventure "viciée" : peut-être la seconde, la quasi-mort infligée par Brien des Iles, est-elle la conséquence de la première. Le but de Brien de la Gastine est de faire tuer Bléhéri par Gauvain, car lui-même est trop lâche et trop mauvais combattant pour y parvenir. Gauvain va jusqu'au bout de la convention passée, assez lucide pour avoir conscience de la trahison, c'est-à-dire qu'il tue en félonie Bléhéri, qui, croyant avoir affaire à Brien qu'il méprise, n'a pris que de mauvaises armes.

  • 30 Jean Frappier, Chrétien de Troyes et le Mythe du Graal, op. cit., p. 218 : "Un certain Guinganbres (...)
  • 31 Op. cit., "Le père de Gauvain a tué celui de Guiromelant, et Gauvain en personne a tué l'un de ses (...)
  • 32 Li chevaliers as deus espees, op. cit., v. 10354-10392.

16On se souvient qu'un crime mystérieux était reproché à Gauvain30 au départ de sa quête dans le Perceval, il était accusé d'abord par Guinganbrésil d'avoir tué par trahison le vieux roi d'Escavalon, ce que Gauvain ne niait qu'à demi, puis par Guiromelant d'un autre meurtre31 mais ces crimes restaient mystérieux. Ici le méfait de Gauvain est expliqué en détail, et il en sera d'ailleurs disculpé, l'aventure est clarifiée et achevée. Le motif de la "faute" de Gauvain est repris, mais interprété différemment : Bléhéri, mourant, pardonne à Gauvain : le vrai meurtrier, dit-il, est celui qui a voulu et machiné le meurtre, Brien. Mais son entourage hait désormais à mort Gauvain, sauf la Veuve qui a recueilli les paroles de pardon de son époux. Mériadeuc, pris dans l'ambiguïté des faits, ne sait que croire : doit-il considérer Gauvain, son ancien ami, comme un ennemi mortel ? C'est le parti qu'il adopte d'abord. La vendetta, la "faide" entre deux chevaliers nés pour s'estimer et s'aimer va devenir le sujet de la deuxième partie de l'action. Mais Gauvain se rachète dans le Mériadeuc, il délivre en effet la Veuve-Dame du siège injuste du furieux Galien, fils de Brien ; il opère là sa purification. Aussi la Veuve-Dame suscite la réconciliation finale en se jetant entre les chevaux des combattants32 rappelant les dernières paroles de pardon de son époux : les armes s'abaissent devant l'éloquence d'une femme qui fournit la conclusion à l'épisode ; Gauvain et Mériadeuc réconciliés iront de compagnie réduire le dernier ennemi d'Arthur, le Roux du Val Périlleux, l'histoire s'achève sur une démarche féminine.

  • 33 S. Bayrav, Symbolisme médiéval : "La seule chose que le chevalier errant ne rencontre jamais dans (...)
  • 34 Li Chevaliers as deus espees, op. cit., v. 10701 :
    Et faés sui
    Et por ce que chevaliers fui
    Le boin r (...)

17C'est par l'action également de Dames anonymes, convoyant dans la forêt un blessé énigmatique, que Mériadeuc découvrira son nom et presque son être. Le chevalier aux Deux Epées, chevauchant en landes et taillis (pour les héros tous les chemins de l'aventure se croisent en étendue forestière, selon un hasard calculé33) prête assistance à de nobles femmes qui entourent charitablement un chevalier "navré" dont les souffrances font peine à voir. Les Dames racontent l'aventure de leur infirme, il s'est battu en duel avec un grand chevalier inconnu qui l'a blessé gravement, un chevalier "faé"34 ; le navré, Gaus de Norval, va languir d'une blessure inguérissable, tel le Roi Pêcheur, jusqu'à ce que sa blessure soit rouverte par un autre coup d'épée, porté par un combattant parfait, qui le rendra sain à nouveau, en même temps qu'il apprendra son propre nom, en le déchiffrant sur cette épée, le nom restant jusqu'alors invisible ; l'épée saigne continuellement comme par un transfert de la blessure de Gaus : on reconnaîtra par maint détail les circonstances du Perceval de Chrétien, mais le conteur apporte une solution aux souffrances du roi "Méhaigné" et Mériadeuc ne manque pas à sa mission comme Perceval ; il ose en effet porter le coup d'épée dans la plaie ouverte, qui ne suscite autour d'elle aucune stérilité. L'auteur normalise et simplifie le motif. Le nom de Mériadeuc se déchiffre peu à peu sur la lame, le roi "Méhaigné" guérit. Notre poète a voulu achever à sa manière un des mystères du Graal, comme il a achevé la réhabilitation de Gauvain.

  • 35 Op. cit., v. 7182 :
    Car avoec l'espee troverent
    Unes lettres ki devisoient
    Que cil ki l'espee trairoi (...)

18L'épée, selon les Dames amies de Gaus est destinée à un seul, et sauf l'élu, tous ceux qui la ceindront périront ; elle possède, comme celle donnée à Perceval au château du Graal, une vertu d'ambivalence35 mais comme elle tombe aux mains de Mériadeuc, le pouvoir mauvais ne s'exercera pas.

19La découverte de l'épée constitue un exemple de l'animisme des objets, hérité de la tradition celtique, un des aspects de l'art du récit, enrichi de plusieurs sens ; les "deux épées" qui fournissent le titre de l'oeuvre sont l'une et l'autre objets magiques, doués d'une vie autonome ; l'épée du mort de la Gaste chapelle, que Mériadeuc a réussi seul à ceindre, achevant l'aventure après 20.000 tentatives infructueuses, désigne le Meilleur des chevaliers, l'époux de Lore de Caradigan, et c'est un héritage secret de Bléhéri, père de Mériadeuc ; elle est marque d'excellence, lien de fiançailles, legs familial. La seconde épée, la sanglante, celle qui saigne sans arrêt comme la lance du Graal, désigne l'Elu qui apporte le salut, arme mystique et d'identification. Au sang est associée la fontaine claire et brillante et le motif du nom : triple thématique que confirment plusieurs épisodes. Autre objet utilisé dans des scènes à la limite du fantastique et du réel, la litière, où gît un navré, comme celle du roi blessé du Graal, mais multiplié, créant un véritable cortège de blessés ; les pastures, ces entraves devenues joyau luxueux, unissent d'un lien invisible Lore et Mériadeuc, déposées par l'une, reprises par l'autre, sur l'autel de la Gaste Chapelle ; elles sont liées à l'amour et à la mort à la fois, comme la Chapelle elle-même, à la fois cimetière et lieu de prédestination amoureuse ; une thématique basée souvent sur l'ambivalence des lieux et des objets instaure leur participation à l'aventure. Il en résulte la création d'un univers un peu trouble, qui n'est pas franchement fantastique, frôlant seulement le bizarre et l'irrationnel, simplement inquiétant, onirique, pourrait-on dire. C'est sans doute un héritage de Chrétien de Troyes, on connaît la réussite du Conte du Graal en ce domaine, mais la recette employée, le juste dosage entre la logique et le déroutant a été fort bien mise en oeuvre par notre anonyme. L'horizon mythique du Graal a été restreint, nous sommes près de la fin du xiiie siècle.

20Un des états psychiques le plus souvent décrit est la peur, sentiment non-héroïque : peur universelle des chevaliers de Ris refusant d'aller à la Gaste Capelle, peur panique de Lore sur le chemin de cette Chapelle, peur de Gauvain croyant qu'il va agoniser sans secours, peur du Seigneur du Port et de sa famille menacés par Gernemans, peur des Dames errant dans la forêt, peur des vaincus à qui on va couper la tête, peur de la Veuve-Dame... Le seul Mériadeuc échappe vraiment à la peur, c'est peut-être le trait essentiel de sa qualité de héros du récit.

21Notre auteur introduit rarement des scènes de pur fantastique, sans doute parce qu'il veut se maintenir entre le réel et l'imaginaire : il en existe deux cependant qui ont toutes deux un nain pour personnage central : les pastures sont apportées au roi Ris par un nain élégant, monté sur une mule blanche, tenant à la main "corgie de soie et baston d'ivoire" (396-97) :

Destourser va et desloier
D'un mantel vair unes pastures
Teus dont les enchaeneures
Sont d'or, li aniel de cristal (404-07)

22Ce nain très éloquent semble bien sortir du monde des fées, où plonge nettement le second nain, nain pasteur, d'une élégance raffinée, qui mène sous la lune un immense troupeau s'abreuver à une fontaine de la lande :

S'iert viestus d'une viesture
De soie, cote et caperon,
Dont les pierres et li caston
Valoient plus de V.C. mars. (10 488-91)

  • 36 Op. cit., v. 7144 :
    ce est noiens
    De mon sejor a ceste fois
    Ne il n'est ne raisons ne drois
    Que je doi (...)

23S'agit-il du même nain messager, transformé en pasteur insolite ? Il refuse de parler à Gauvain et Mériadeuc, chasse ses bêtes, disparaît à l'horizon avec son troupeau, laissant un grand silence régner après lui. Or cette rencontre est sans effet sur l'action, l'aventure tient dans la rencontre elle-même, elle est purement gratuite, d'ordre esthétique. Une autre recette d'étrangeté réside dans l'absence quasi systématique des noms propres, la Dame de Caradigan n'est nommée qu'au dernier vers de l'oeuvre (12 345), Mériadeuc au v. 10 865. Pas de nom propre pour la Veuve-Dame, ni pour sa fille, ni pour l'Amie de Gauvain, ni pour les Dames errantes, ni pour la Reine des Iles. Deux félons portent le même nom dans le récit : Brien. Cette indigence de l'onomastique contribue à créer un monde un peu désincarné, peuplé de silhouettes, où les personnages sont définis par leur état social ou familial : l'irréalité est renforcée par cet anonymat fréquent. Elle l'est aussi par le mouvement perpétuel qui entraîne les personnages : on ne peut les fixer en aucun lieu, ils ne sont qu'errance : rarement héros et participants à l'aventure ont autant "bougé", Gauvain et Mériadeuc passent leur temps à se poursuivre réciproquement, ou à poursuivre leurs ennemis. La cour d'Arthur est elle-même sans cesse itinérante, elle reste au centre de l'action puisque prisonniers et pucelles y sont envoyés, mais ce n'est pas un point fixe. Mériadeuc définit son devoir comme l'obligation de "continuer à marcher"36 s'arrêter constituerait une honte. Même la prison des Dames est une longue marche dans la forêt.

  • 37 Op. cit., v. 3760 :
    Cil avoit esté chevaliers
    Et sot bien de quel pie clocoient
    Cil ki ensi errant al (...)

24Ainsi se dessine un monde peuplé souvent d'êtres anonymes, entraînés dans un perpetuum mobile. L'étrangeté rôde sur la terre, elle y est confinée. L'aventure ne connaît de dimensions que terrestres. Pas d'évasion vers un merveilleux chrétien, et le merveilleux féérique existe à peine (on mentionne un seul chevalier "faé", certains objets magiques, essentiellement les deux épées, et les opérations qui s'y rapportant). Ce n'est plus le grand univers du Mythe. Il est contrebalancé par la force guerrière épique, omniprésente dans le récit, par un goût de logique et de clarté : le crime de Gauvain, son rachat, sont expliqués. L'action de Mériadeuc, une vendetta familiale, a un but clair et limité ; le monde des hommes est simplement étrange par les rencontres qu'il propose, l'entrecroisement des destinées, où réside le plus souvent le noyau de l'aventure. La mort ne mène pas à un autre monde : il n'y est jamais fait allusion ; de la Chapelle, lieu d'inhumation, les vivants sortent sans difficulté. Le seul prêtre est un ermite dont on a soin de dire qu'il est un ancien chevalier et se souvient de la morale chevaleresque37. Il y a laïcisation de l'aventure, on enterre les morts à plusieurs reprises, on ne leur prête pas une survie, on n'est pas leur prisonnier.

25Le monde des hommes, en dehors de la cour d'Arthur, sorte d'Eden miraculeusement préservé, est rude, mauvais, peuplé de méchants et de meurtriers, ou de persécutés et de lâches. La vision de notre conteur de la fin xiiie siècle est pessimiste. Les adversaires de Gauvain et de Mériadeuc sont tous de mauvais chevaliers, criminels et inhumains : ainsi Brien des Iles accomplit une aventure "dénaturée" qu'il qualifie de "toute la plus biele" avec une exaltation révélant un total oubli de la morale chevaleresque. Gauvain quand il tue Bléhéri par mensonge n'est pas irréprochable, il arrache son pardon à la Veuve-Dame par une formule rusée qui n'est qu'un piège. C'est donc un héros contesté.

26L'Amour est presque absent du récit, il n'est pas décrit, il n'est pas partagé ; en dehors d'une scène erotique dont Gauvain et son Amie sont les acteurs :

Et il l'ot prise entre ses bras
Et li fait oster sa cemise.
Puis a toute la reube prise
Si l'a ruée aval ses pies,
Puis s'est en son séant dreciés,
Si l'a tout contreval veue,
Et voit k'ele est plus bele nue
Ke a toute sa viesture... (v. 4 912-19)

27il n'est évoqué que par de somptueux cortèges de parade précédant les noces.

28En conclusion, dans le Chevalier aux Deux Epées, le but surnaturel ou mystique de l'aventure manque, le but amoureux reste théorique, l'aventure elle-même est parfois suspecte ou annulée. Cependant l'action possède une vivacité qui entraîne tous les personnages dans une course perpétuelle, au sein d'un univers étrange qui captive et égare l'auditeur ; le récit chevaleresque garde son style artistique qui est toujours séduisant, même s'il oppose des héros aux mobiles expliqués, sans vraie complexité, évoluant dans un monde où la bizarrerie a remplacé le mystère, où une réponse logique est fournie à toutes les interrogations. C'est une longue histoire de prestige, un exercice brillant et sec.

Notes

1 Li Chevaliers as deus espees. Altfranzösischer Abenteuerroman. Edité par Wendelin Foerster ; 1ère édition, Halle, 1877, 2e édition, Rodopi, Amsterdam, 1966. (toutes les citations sont empruntées à l'édition de 1966). Page LXII de l'Introduction.

2 Op. cit., Introduction, p. lxii.

3 Introduction, p. lxii.

4 Introduction, p. i.

5 Introduction, p. i.

6 Introduction, p. lxii. Selon W. Foerster, l'Yvain est la source de l'outrage projeté contre la fille du Castel du Port, l'Erec, du pieu sur lequel la tête de Gauvain devait être fichée, le Cligès (épisode d'Engrès) pour la guerre avec le Roux, Durmart pour le siège de Tygan ; enfin l'Atre Périlleux pour les exigences de la Reine des Illes, et la mort supposée de Gauvain.

7 Cf. Li Chevaliers as deus espees, v. 2465-2519.

8 Op. cit., v. 1620 : "Damoisele, donques montés/sour cel dois, car a cheval sui,/si me feroit ja grant anui/ains que de si haut i touchaisse" (1623).

9 Les Lais de Marie de France, publiés par Jean Rychner, CF.M.Α., Paris, 1 978, p. 5-32 Guigemar,
... a un turneiement
Que Meriadus afia (744-45)
et vers 755, 788, 805, 846, 864.

10 Alain Bouchart, Grandes Chroniques de Bretagne, texte établi par M.L. Auger et G. Jeanneau sous la direction de B. Guénée, Collection "Sources d'Histoire médiévale", I.R.H.T.-C.N.R.S. 1987.

11 Li Chevaliers as deus espees, v. 5310-320.

12 0p. cit., v. 3576-3706 et v. 3727-3862.

13 0p. cit., v. 10565-10751.
Et lors s'en entrèrent
Dames en la lande et menèrent
Une litière duel faisant
Et si s'aloit souvent plaignant
Li chevaliers, si ert pitiés
A oir, car trop ert bleciés (10565-70)

14 L'épisode de la Gaste Capele se développe du v. 639 au v. 948. Celui du Castel Paoreux.

15 et de l'ensevelissement de Ménélaïs à la Gaste Capele, du v. 7291 au v. 7444.
nus ne tient sa voie
Ici par nuit ke il ne voie
U n'oie cose dont paor
Ait... (7397-400)

16 0p. cit., v. 405
unes pastures
Teus dont les enchaeneures
Sunt d'or, li aniel de cristal (407)

17 La Queste del Saint Graal, roman du xiiie siècle édité par Albert Pauphilet, CF.M.Α., Paris 1967, pp. 57-60 pour la visite de Lancelot "a la chapele... gaste et decheue" qui est en fait la capelle du Saint Graal, et la chapelle fermée d'"unes prones de fer" où Perceval assiste à la communion du roi Mordrain, e.t.c. (pp. 81-87).

18 Li chevaliers as deus espees, op. cit., v. 2851-61 :
luit le dient et je l'otroi
Mes sire Gauvains ki au roi
Artu est niés, assez miex vaut
N'a grignor biauté pas ne faut
Ke la vostre, ains le passe assés.
.............. et je sui
La plus biele et la miex vaillans
Du monde et por ce a mon tans
N'iert ja par moi autres amés.

19 Op. cit., v. 1 641 -45.

20 Paule Le Rieder, Le Chevalier dans le Conte du Graal de Chrétien de Troyes, SEDES, Paris 1978, p. 207 : "L'accès à la prouesse était avant tout la conquête d'une éthique... Tous les voyages sont les étapes d'une errance dans le dédale de la vie".

21 Paule Le Rieder, op. cit., p. 333 : "Beaucoup plus riche est la solitude du chevalier... lorsqu'elle exprime clairement un désir du héros de rompre avec un groupe social".

22 Paule Le Rieder, op. cit., p. 335 : "La solitude du Chevalier en armes est signe de détresse".

23 Li Chevaliers as deus espees, op. cit., v. 2977-79 :
Convent fu, se je vous trouvoie
Que a vous me combateroie
Si armé con vous seriés.

24 Op. cit., v. 5030-47.

25 Jean Frappier, Chrétien de Troyes et le Mythe du Graal ; étude sur Perceval, SEDES, Paris 1972, p. 216 : "L'ironie feutrée de Chrétien s'exerce contre le donjuanisme courtois de celui qui se plaisait tant à collectionner les aventures d'amour". Ce jugement pourrait s'appliquer au Gauvain du Mériadeuc.

26 Chrétien de Troyes, Perceval le Gallois ou le Conte du Graal, mis en français moderne par Lucien Foulet, Paris 1974, p. 151 : "Frère, ton malheur est venu surtout d'un péché que tu ignores encore : c'est le chagrin que tu causas à ta mère quand tu la quittas... Elle mourut de ce deuil".

27 Paule Le Rieder, op. cit., p. 345 : "La faute du Chevalier, inhérente au métier de tous ceux qui portent le glaive".

28 Les Romans de Chrétien de Troyes, V, Le Conte du Graal (Perceval) publié par Félix Lecoy, tome I, p. 99, v. 3120-148, CF.M.A., Paris 1973.
A son col une espee aporte.
Par les renges estoit pandue,
Si l'a au riche home randue.
Et il l'a bien demie traite
Si vit bien ou ele fu feite,
Que an l'espee fu escrit ;
Et avoec ce ancore vit
Qu'ele estoit de si bon acier
Qu'ele ne pooit peçoier
Fors que par un tot seul peril
Que nus ne savoit mes que cil.
(v. 3120-129)

29 Cf. R. Colliot, Problèmes de Justice dans Li Chevaliers as deus espees, dans La Justice au Moyen Age, Sanction ou Impunité ? Sénéfiance n° 16, publications du CUER-MA, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1986, pp. 126-137.

30 Jean Frappier, Chrétien de Troyes et le Mythe du Graal, op. cit., p. 218 : "Un certain Guinganbresil... accuse Gauvain d'avoir tué son seigneur par félonie : "Tu en porteras le blâme et le déshonneur".

31 Op. cit., "Le père de Gauvain a tué celui de Guiromelant, et Gauvain en personne a tué l'un de ses cousins germains", p. 250.

32 Li chevaliers as deus espees, op. cit., v. 10354-10392.

33 S. Bayrav, Symbolisme médiéval : "La seule chose que le chevalier errant ne rencontre jamais dans ses pérégrinations soi-disant désordonnées, c'est le hasard", Paris, P.U.F., 1957, p. iii.

34 Li Chevaliers as deus espees, op. cit., v. 10701 :
Et faés sui
Et por ce que chevaliers fui
Le boin roi Artu de Bretaigne
Vos proi ke la cose remaigne
A itant, car vous i mouriés...
(10705)

35 Op. cit., v. 7182 :
Car avoec l'espee troverent
Unes lettres ki devisoient
Que cil ki l'espee trairoient,
S'il la portoient en bataille
Ens el jor meīsme sans faille
Seroient ocis fors uns seus
(v. 7187)

36 Op. cit., v. 7144 :
ce est noiens
De mon sejor a ceste fois
Ne il n'est ne raisons ne drois
Que je doie ore sejorner,
On le me devroit atorner
A mauvaistié toute ma vie
(v. 7149)

37 Op. cit., v. 3760 :
Cil avoit esté chevaliers
Et sot bien de quel pie clocoient
Cil ki ensi errant aloient
(v. 3762)

Auteur

Université de Provence (Aix-Marseille I)

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter