Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’étranger à l’étrange ou la conjointure de la merveille

Le fruit merveilleux d'Esclarmonde

Jeanne Βaroin

Texte intégral

1Fruit favori des chansons de geste, la pomme y figure fréquemment dans de brèves formules, comme terme de comparaison flatteuse ou, plus souvent, dépréciative (pomme "pourrie, pelée"...). Mais elle y sert volontiers aussi de point de départ à d'amples développements, constitués de péripéties diverses. Elle peut exercer une action maléfique, être, par exemple, un instrument de mort, telles, les trente pommes empoisonnées de Gaydon ou de Parise la Duchesse. Il arrive, à l'opposé, qu'elle fasse oeuvre de vie, ainsi dans la chanson d'Esclarmonde : la pomme merveilleuse joue, dans cette épopée, un rôle assez important, nous semble-t-il, pour mériter que l'on s'y arrête un instant.

2Afin de mieux délimiter la place tenue par la pomme dans Esclarmonde, nous rappellerons quelques-uns des principaux faits qui jalonnent le récit :

3Dans l'intention de venger la mort de son neveu, tué par Huon, l'empereur a mis le siège devant Bordeaux. La situation de la ville est désespérée. Huon quitte Bordeaux et s'embarque pour aller demander des secours au roi Salibran. Après son départ, la ville tombe aux mains de l'ennemi. La fille de Huon, Clarisse, a été confiée à temps aux bons soins d'Odon, Abbé de Cluny ; mais Esclarmonde est emmenée en captivité à Mayence. Huon, dont le na vire a perdu sa route et dérive, rencontre Judas ; puis il est attiré irrésistiblement par l'île d'Aimant. Il s'en échappe en s faisant enlever dans les airs par un gigantesque griffon. L'animal le dépose sur l'île où il a établi son repaire. La est li fruis de Jovent (v. 1264). Suivant l'ordre du ciel, transmis par un ange, Huon cueille trois pommes de jouvence, monte sur une ne précédemment amarrée par Aubéron, et descend une belle rivière. Il traverse ensuite un horrible gouffre. Enfin il aborde à Bocident. Grâce à une pomme que lui donne Huon, l'émir de l'île retrouve sa jeunesse et se convertit ; il reçoit au baptême le nom de Gaifier. Il part avec Huon, qui a projeté un pèlerinage au Saint-Sépulcre. Ils font d'abord escale à Orbrie. Puis, à la suite d'une tempête, Huon reste seul sur un ilôt rocheux, où il rencontre Caïn. Il débarque ensuite à Coullandres, où Gaifier arrive à son tour. Enfin ils atteignent Acre. Des combats acharnés les opposent aux païens, qu'ils mettent en déroute. La paix rétablie, Huon rentre en France. Parvenu à Cluny, il retrouve Clarisse, donne à l'Abbé sa deuxième pomme, qui le fait rajeunir. De là, il gagne Mayence, obtient la libération d'Esclarmonde et se réconcilie avec l'empereur. Celui-ci reçoit la troisième pomme et redevient jeune. Huon retourne alors à Bordeaux et reprend possession de sa terre.

  • 1 Titre donné par L. Gautier. V. à ce propos M. Rossi, Huon de Bordeaux, p. 620-621.

4Le poème s'engage ensuite sur une voie différente, et l'on a parfois isolé la dernière partie (environ 930 vers) sous le titre de Huon, roi de Féerie »1 : après avoir assuré sa succession à Bordeaux et l'avenir de Clarisse, Huon repart, accompagné d'Esclarmonde, pour Monmur. Il y rejoint Aubéron qui, avant de rendre son âme à Dieu, lui lègue son royaume.

  • 2 Environ 210 vers pour Jovent, 240 pour Bocident.
  • 3 Environ 200 vers pour Cluny, 220 pour Mayence.
  • 4 Entre les vers 1240 et 2480. Esclarmonde dans l'édition Schweigel, que nous suivons, compte 3 481 (...)

5La merveilleuse pomme est sinon le principal, du moins l'un des principaux éléments de quatre épisodes, qui se déroulent dans quatre lieux différents : Jovent, Bocident, Cluny, Mayence. Ces quatre épisodes se groupent deux à deux, en deux développements équilibrés, séparés par un intervalle d'environ 370 vers. Le premier compte environ 450 vers2, le second environ 4203, soit un total approximatif de 870 vers, qui se situent au coeur même de l'épopée4. L'importance donnée à la pomme est évidente.

6Li fruis de Jovent tient ses caractéristiques à la fois de ses propres vertus, du cadre dans lequel croît l'arbre qui le porte, et des conditions de sa possession. Il a le pouvoir de rendre jeunesse et santé. Huon est le premier à en éprouver les bienfaits ; dès qu'il goûte au fruit, alors qu'il en ignore encore les propriétés,

... li croist sa vertus.
Mal ne dolour n'a Hueline sentu. (1299-1300)

7L'ange qui lui apparaît immédiatement, lui en explique la cause :

  • 5 V. aussi 1265-67, 1598-99i 1613-15, 1623-26, 1654-55, 2197-2203, 2394-97, 2401-02.

N'est nom vivans, s'un poi en puet uzer,
Tant soit el cors ne plaiiés ne navrés,
Qu'errant ne soit tous haitiés et sanés
Et en l'eage de. XXX. ans avisés. (1311-14)5

  • 6 V. 1586, 1589, 1612, 1654, 2090, 2125, 2189-90, 2365, 2367.
  • 7 Le caractère instantané du rajeunissement est souligné par les nombreux adverbes : errant 1313, to (...)
  • 8 V. 1586, 1620-21, 1625-26, 2200-03.

8Les trois personnages sur lesquels s'exercera l'action rajeunissante de la pomme sont présentés avec insistance, par leur entourage, par eux-mêmes ou par le récitant, comme des vieillards sur lesquels pèse lourdement le poids des années : l'émir de Bocident a. VIII. XX. ans, l'Abbé Odon en a. VI. XX., l'empereur. VII. XX.6. Lorsqu'ils mangent la pomme, ils sont immédiatement7 ramenés à l'âge de trente ans. Ils perdent la longue barbe blanche qui accusait leur grand âge, reprennent des couleurs, retrouvent leurs forces8.

9D'emblée, les vertus attribuées à l'Arbre de Jovent dénoncent sa parenté avec la fontaine merveilleuse, privilégiée par la littérature médiévale. L'auteur d'Esclarmonde connaît bien le motif de l'eau qui guérit ou rajeunit ; il l'exploite lui-même lorsque, vers la fin du récit, il montre quatre fées menant l'épouse de Huon A la fontaine de Jovent, afin de la transformer en fée et de lui permettre ainsi d'être acceptée comme reine de Féerie :

Lee. IV. dames cascune prise l'a,
En la fontainne Esclarmonde bouta,
Et par. III. fois cascune le bouta.
Adont fu bele, ne nule dolour n'a.
Si juoene fu, quant on l'en resaca,
Com a. XXX. ans d'eage ou point sera
Dusques adont que li mons finera. (3333-39)

10En choisissant, au centre de l'épopée, l'arbre de jouvence, de préférence à la fontaine, le trouvère se montre plus inventif.

11Cependant, sur la montagne où s'élève l'Arbre de Jovent, se voit aussi, toute proche de lui, une fontenele (v. 1260), dont la présence est même signalée avant celle de l'arbre. L'ange qui se dresse devant Huon, lui conseille d'aller boire de son eau, afin qu'elle le rende plus seürs,

Car la fontainne est de grant dignité. (1325)

  • 9 1359-60. Huon a pleuré en apprenant les nouvelles, que lui a données l'ange, de son épouse et de s (...)
  • 10 A moins que le geste de Huon ne soit à considérer comme une sorte de rite de purification : il se (...)

12En fait, Huon n'y aura recours que pour y laver ses yeux aveuglés par les larmes9, immédiatement avant de cueillir les trois pommes qu'il emportera. La fontaine lui procure donc une aide relativement mineure. Elle apparaît plutôt ici comme un souvenir qui s'impose du motif habituel10. La présence de l'eau, toutefois, justifie la beauté des arbres qui couvrent la montagne.

13Le magnifique pommier, qui déploie ses branches tout autour de lui jusqu'au sol, pousse, en effet, dans un lieu paradisiaque : au flanc d'une montagne mout bele, couverte d'une végétation luxuriante ; le verger y produit toutes les sortes de fruis c'on a veü sor terre, et en telle abondance que l'herbe en est jonchée.

14Au pied de la montagne, coule une rivière, la plus bele qui soit, dont le nom est Iplaire. Elle brille con solaus en este, par l'effet des pierres que Dix i a planté.

Qui mout sont dignes ; cascune a grant pooir. (138l)

  • 11 Cf., par ex., la nidionce de la Lattre du Prêtre Jean, par laquelle est renouvelée la lumière dou (...)

15Le cliché des pierres qui jettent grant clarté11 sera utilisé dans la suite du récit avec une certaine originalité : lorsque, descendant la rivière, Huon se sentira happé par le gouffre dans lequel elle tombe, il essaiera d'alourdir sa nef en la chargeant d'une quantité de ces pierres, pour la bloquer contre les parois rocheuses ; en vain. Mais plus tard, à son arrivée à Bocident, le trésor inestimable ainsi amassé lui vaudra la faveur de l'émir émerveillé ; enfin, il lui servira à susciter l'intérêt de l'empereur et à se concilier ses bonnes grâces.

16L'abondance des pierres s'explique, car

Toute li iaue qui de Jovent issoit
Devenoit pierre quant en Iplaire entroit. (1385-86)

17Cette eau provient, apparemment, de la fontenele

Que Dix i fist, quant il alla par terre. (1261

18Jésus, en effet, s'est arrêté sur la montagne de Jovent et l'a bénie :

La repoza Jesucris, nos salveres ;
Si le saigna de sa main digne et bele. (1255-56)

  • 12 1384. A l'empereur qui s'informera de la provenance des pierres, Huon répondra qu'il les a prises (...)
  • 13 A Cluny, Huon raconte que au flu Jourdain passa (2099).
  • 14 11331-34. Le texte nous a été procuré par M. Roger Bertrand, qui en prépare l'édition. Nous le rem (...)

19Dans Iplaire, il se baignoit12. Par là est évoqué le baptême de Jésus dans le Jourdain13, ainsi que le confirme la version d'Esclarmonde contenue dans le Huon de Bordeaux en alexandrins14.

20D'autres réminiscences relient Jovent à la Bible. A peine Huon a-t-il goûté à la pomme qu'un ange envoyé du ciel vient lui faire connaître la volonté divine :

Jésus te mande c'au fruit plus n'adezés,
Car c'est li fruis de jouvent que tenés.
Pren ent. III. pommes, que plus n'en pués porter.
Se bien les gardes, tu feras que sénés. (1307-10)

21La défense est réitérée :

Cuelliés du fruit, en la nef en metés,
En la montaigne, partout u vous vaurrés,
Fors de cestui, mais plus n'i adesés. (1320-22)

  • 15 La version en alexandrins situe explicitement le Paradis terrestre sur l'île de Jovent (11424 suiv (...)
  • 16 Sous son premier aspect, l'Arbre de Jovent rappelle aussi le pommier du Cantique des Cantiques (II (...)

22De toute évidence, cet interdit qui frappe la pomme traduit, directement ou non, le commandement que dans l'Eden Dieu fait à Adam15. Ainsi l'Arbre de Jovent est-il assimilé à l'Arbre de la connaissance du bien et du mal. Sous ces deux aspects, d'arbre producteur du fruit revivifiant et d'arbre au fruit défendu, le pommier de Jovent correspond donc à la fois à l'Arbre de Vie et à l'Arbre de la connaissance16.

23Il ne rôde pas de serpent autour du pommier ; un monstre cependant le protège. L'accès de l'île paradisiaque est défendu par un gigantesque griffon (et ses petits) :

... ains nus homme monta en la terre
Four les oisiax qui i font tel moleste.
Iluecques sont et si ont lor repère. (1250 52)

  • 17 On reconnaît ici la survivance de vieux mythes. Que l'on songe, entre autres, aux fameuses pommes (...)

24Avant d'approcher de l'arbre et de recevoir l'insigne faveur d'être, par l'intermédiaire de l'ange, l'interlocuteur de Dieu, Huon aura dû prouver sa valeur en face du redoutable animal17.

  • 18 Cette fiction rappelle la légende bien connue d'Alexandre se faisant tirer vers le ciel par des gr (...)

25Isolé dans l'île d'Aimant et condamné à y mourir de faim, Huon choisit de se laisser enlever dans les airs, contrefaisant le mort, par le terrifiant griffon en quête de cadavres. Malgré sa frayeur et les douloureuses meurtrissures que lui causent les serres de l'oiseau, il réprime tout mouvement, tout gémissement qui pourraient être indices de vie, jusqu'à ce que l'animal l'ait déposé sur le sol de Jovent pour le donner en pâture à ses petits, Après quoi, il doit encore livrer un terrible combat pour exterminer le griffon et sa progéniture qui s'acharnaient contre lui. Alors seulement la voie qui mène à l'arbre lui est ouverte18.

  • 19 (C') onques mais hom lassus esté n'avoit (1369) ; ains nus n'i fu (2177).
  • 20 1191 et 1200.
  • 21 Apocalypse II 7.

26Le griffon, on le voit, revêt ici en même temps les significations opposées, christologique et démoniaque, que la symbolique des bestiaires lui attribue. Il est à la fois instrument du salut et menace de mort. Aide et obstacle pour Huon, il le conduit près du trésor caché, sur les hauteurs de l'Autre-Monde dont il est le gardien et dont les humains sont exclus19 ; mais aussi et surtout, il cherche à le dévorer ou à l'abattre, il veut le perdre ; il est l'anemis20. C'est une épreuve "initiatique" qu'il fait subir à Huon. Par le courage, l'habileté et la force dont il fait preuve, par sa victoire sur le monstre démoniaque, le héros mérite d'atteindre l'Arbre sacré. Vincenti dabo edere de ligno vitae, quod est in paradiso Dei mei21.

27Chargé ensuite de cueillir et d'emporter trois pommes, Huon est investi d'une mission. Il lui faut encore montrer qu'il est digne de s'en acquitter. Lorsqu'il quitte Jovent, une seconde épreuve le guette. L'île était défendue par un monstre ; elle est protégée aussi par sa situation naturelle. La belle rivière Iplaire, que personne ne troveroit

Fors par miracle, se Dix li envoioit, (1388)

  • 22 Le réveil de Huon, après trois jours d'inconscience, et alors que la lumière est toute proche, app (...)

28se jette dans l'épouvantable gouffre de gallilee. Malgré toute l'énergie qu'il déploie pour essayer de revenir en arrière, Huon est précipité avec sa nef dans les eaux noires et tumultueuses qui font un vacarme d'enfer. Il tombe en pâmoison et reste inconscient durant trois jours. Le quatrième jour22, croyant encore sa dernière heure arrivée, il implore le ciel et fait voeu de se rendre au Saint-Sépulcre s'il sort vivant de ce péril. A peine a-t-il terminé sa prière qu'il revoit la lumière, le soleil, la mer calme... Il est maintenant pleinement "qualifié" pour réintégrer le monde des humains, où il trouvera, on peut le prévoir, les destinataires des trois merveilleuses pommes.

29Bientôt Huon débarque à Bocident.

La font lor feste li Sarrasin pullent
De Mahommet, a cui lors lois apent. (1467-68)

30Ce n'est pas sans raison, nous le constaterons, que la première indication donnée à propos de ce pays concerne la religion que l'on y pratique. L'émir est subjugué par le don que lui fait Huon de pierres qui vienent de Jovent. Avec l'ensemble des païens, il est stupéfait qu'une nef ait pu sortir du gouffre. Admirant Huon

Pour chou qu'il est du gouffre escapés vis, (1545)

31il reconnaît dans cet exploit la marque d'une protection divine :

... je sai bien...
T'a li tiens dix du gouffre delivré. (1583)

  • 23 Sur le caractère pragmatique de la religion des Sarrasins, voir, en particulier, P. Bancourt, Les (...)
  • 24 On peut s'étonner que l'émir ait manifesté le regret de ne pouvoir accompagner Huon au Saint-Sépul (...)

32Aussi désirerait-il s'associer au pèlerinage de Huon au Saint-Sépulcre... s'il n'était si vius et si barbés. Aussitôt, Huon lui propose le fruit qui pourra lui rendre jeunesse et vigueur s'il est disposé à Jesucrist aourer. L'émir qui, en bon Sarrasin, mesure la valeur d'une religion a son efficacité dans le domaine temporel23, accepte d'en faire l'expérience sans plus attendre et à la demande de Huon, assemble tout son peuple pour qu'il soit témoin de la scène. Le miracle se produit, entraînant l'adhésion des Sarrasins à la foi de Huon. La surprise à la vue d'un homme sortant vivant du gouffre et apportant des pierres précieuses d'Iplaire a préparé la conversion ; l'action de la pomme la réalise24. L'émir est baptisé-il reçoit le nom de Gaifier – et avec lui tous ceux de ses sujets qui veulent croire en Dieu. Aux récalcitrants on coupe la tête. On construit monatères et évêchés. L'île de Bocident est tout entière christianisée. Huon, Gaifier et leur escorte la quittent pour la Terre Sainte.

  • 25 La rencontre de cet anemi (1732), Caïn, roulant enfermé dans un tonneau, fait pendant à celle de J (...)

33Les étapes suivantes sont marquées essentiellement par les luttes que mènent les pèlerins contre les païens25 : A Orbrie d'abord, où ils exterminent tous les Sarrasins qui sont dans la cité, s'emparent de leurs richesses et en chargent les navires ; après quoi ils reprennent la mer. Puis Huon, seul, séparé de ses compagnons à la suite d'une tempête, rencontre Caïn sur le rocher d'Abilant. Jouant de ruse avec cet ennemi de Dieu, il obtient de lui les renseignements grâce auxquels il retrouve un bateau, qui le conduit à Coullandres. Gaifier et nostre gent y abordent peu après. Ensemble ils tuent ou dispersent les Sarrasins qui peuplent le pays et, munis d'un riche butin, remontent dans leurs nefs. Ils arrivent enfin à Acre. Là, ils sont accueillis avec joie. Mais la nouvelle de la conversion de Gaifier parvient aux oireilles du Soudan de la région. Celui-ci, furieux, vient mettre le siège devant Acre. Des combats acharnés ont lieu. Huon, Gaifier et leurs gens aidés par les Hospitaliers et les Templiers, massacrent ou mettent en fuite tous les païens. La paix est assurée ; Huon décide de rentrer dans son pays.

34Tandis que Gaifier reprendra le chemin de Bocident, Huon, déguisé en pèlerin,

Droit a Clugni ira sa fille querre. (2047)

35Il y parvient bientôt. Il lui reste encore 400 pierres et

S'a les pomes de Jovent a son bon. (2085)

36A la vue de Clarisse, il éprouve une telle émotion qu'il ne peut plus cacher son identité. Répondant alors aux questions que lui posent les moines sur ses aventures, il se heurte à leur scepticisme :

Hues, biax sire, de chou ne parlés plus,
Conques de l'arbre ne fu li fruis cusllus.
Nus hom de char ne sot ainc ou il fu. (2178-80)

37Irrité d'être pris pour un menteur, afin de prouver la vérité de son récit, il donne une pomme à l'Abbé. Celui-ci revient à l'âge de trente ans. Maintenant il se sent assez fort pour revêtir l'armure et serait prêt à se mesurer avec l'empereur si celui-ci refusait de rendre à Huon Bordeaux et Esclarmonde. Mais Huon préfère reprendre son bâton de pèlerin et entrer dans Mayence incognito.

La tierce pome emporte de Jouvent. (2240)

38La rencontre avec l'empereur a lieu le Vendredi-Saint. En faisant miroiter une de ses belles pierres, qui éclaire : le moutier de tous ses feux, Huon attire l'attention de l'empereur, lui apprend que la pierre vient d'Iplaire, la u Dix fu baigniez, et, gagnant ainsi sa bienveillance, obtient de lui le don que celui-ci accorde, selon sa coutume, en ce saint jour. Huon alors révèle qui il est, et quel est le don sollicité : son épouse et sa terre. L'empereur s'estime trop âgé pour faire desloiauté. Ne pouvant se rétracter, il fait la paix avec Huon. En remerciement celui-ci lui donne la troisième pomme ; l'empereur retrouve l'aspect qu'il avait à trente ans. En personne il escorte Huon et Esclarmonde jusque dans Bordeaux. La troupe conduite par l'Abbé amenant Clarisse les y rejoint. La joie et la paix sont générales. Les deux miracles opérés par le fruit de Jovent à Cluny et à Mayence ont, sinon permis, du moins grandement favorisé le retour du héros dans sa terre.

39Ainsi, dans la partie centrale du poème, la pomme d'Esclarmonde apparaît-elle comme un puissant ressort dramatique. Par ses vertus elle commande, ou du moins elle influence fortement le déroulement de quatre épisodes. Chacun d'eux a sa signification propre, liée au cadre dans lequel il se situe et aux interlocuteurs qu'il met en face de Huon : successivement des personnages de quatre statuts différents : un ange, un émir, un abbé, l'empereur. Son rôle le plus visible, son action immédiate, le miracle du rajeunissement, donne lieu à trois scènes vivantes, animées non seulement par la transformation physique du vieillard et les modifications que cette régénérescence entraîne dans son comportement, mais aussi par les réactions, voire les revirements, des spectateurs anonymes : foule des Sarrasins, moines de Cluny, barons de l'empereur. Car les trois miracles se produisent en public ; ils doivent avoir lieu devant témoins, afin d'être plus manifestes, plus crédibles, et de provoquer dans l'assistance aussi des changements d'opinion qui influeront sur la marche des événements.

  • 26 Tel est le cas, par ex., dans la Lettre du Prêtre Jean, dans Le Fabliau de Cocagne...

40Dès lors, on comprend aisément qu'à l'eau de jouvence le trouvère ait préféré ici la pomme, en raison des plus grandes possibilités dramatiques qu'elle offre. Le rôle direct de la fontaine, si importantes que puissent en être les conséquences, ne peut guère s'exercer que là où elle est située. Si parfois il faut recourir plusieurs fois – de préférence trois – à l'eau bienfaisante pour en ressentir les effets salutaires, ce sont là des gestes rituels, et leur nombre n'infléchit pas le cours du récit. Il arrive même que la fontaine perde sa valeur de ressort dramatique pour n'être plus qu'un élément de décor merveilleux, destiné à évoquer un monde enchanteur26. En choisissant le fruit, que le héros a charge d'emporter avec lui, l'auteur d'Esclarmonde évite le glissement vers le cliché descriptif.

  • 27 Jehan de Saint-Quentin, dans son Dit des trois pommes, utilise un procédé dramatique analogue.

41Sans doute, dans l'île même de Jovent, le rôle de la pomme est-il en quelque sorte passif, mis à part son effet revigorant sur Huon lorsqu'il y goûte, mais qui n'occupe que deux vers (1299-1300), et sert surtout de prétexte à l'arrivée de l'émissaire divin. Le but essentiel est alors la possession du fruit. Son rôle actif va ensuite s'exercer à trois reprises27. Si le processus des rajeunissements est à peu près identique dans les trois cas, il ne s'agit pourtant pas d'une même scène répétée trois fois. Des différences significatives opposent celle de Bocident aux deux autres : la première a pour théâtre une terre peuplée de Sarrasins ; le vieillard est un étranger, un infidèle ; elle ouvre un long développement consacré d'abord à la christianisation de l'île, puis à des luttes menées par Huon contre les païens en Orient ; tandis que les scènes de Cluny et de Mayence se déroulent en pays chrétien et préparent le retour du héros dans sa propre terre.

42Si l'on considère le poème depuis les premiers vers, qui montrent Huon exerçant son pouvoir à Bordeaux sans contestation, jusqu'au moment où, le cercle narratif se refermant, il y revient et récupère son domaine dans l'allégresse générale, on peut voir, dans cet ensemble de quatre-vingt-trois laisses, deux parties différentes, la charnière étant constituée par la laisse 43, c'est-à-dire par l'arrivée de Huon dans l'île de Jovent. A partir du moment où le héros est mis en possession du fruit, sa ligne de conduite se modifie. Son désir de recouvrer son pouvoir temporel, si légitime soit-il, s'estompe au profit de visées d'ordre plus spirituel. Et le poème s'engage aussi, pour un temps au moins, sur une nouvelle voie.

43En quittant Bordeaux, Huon se proposait d'aller chercher auprès de Salibran, oncle d'Esclarmonde, des renforts pour défendre sa cité assiégée. Une navigation semée de périls lui a fait perdre de vue l'objectif initial ; le souci d'échapper à la mort excluait toute autre préoccupation. Mais lorsque de Bocident Huon peut reprendre la mer l'esprit serein, c'est un autre but qu'il se fixe : le Saint-Sépulcre, fidèle en cela au voeu qu'il a fait lors de la traversée du gouffre. La délivrance de Bordeaux est reléguée à l'arrière-plan. Salibran reste complètement oublié. Le récit a pris une tonalité nouvelle qu'il conservera durant tout l'intervalle qui sépare Bocident de Cluny et Mayence. C'est peut-être même cet intervalle, dans lequel pourtant la pomme ne figure pas, qui éclaire le mieux la signification du merveilleux fruit. Les combats contre les Sarrasins y occupent la plus grande place ; ils ne cessent qu'avec la complète victoire des chrétiens, c'est-à-dire avec le succès total de la mission de Huon. Or, cette croisade contre l'infidèle a son point de départ dans l'action de la pomme sur l'émir de Bocident, à qui elle a apporté, en même temps que la régénération corporelle, la connaissance du vrai Dieu et la vie de l'âme. L'esprit de croisade, plus caractéristique des premières épopées, a pris le pas sur les conceptions plus féodales qui engageaient Esclarmonde dans le sillage de Huon de Bordeaux.

44Sans doute, Huon et Gaifier n'atteignent-ils pas le but de leur voyage. Le Saint-Sépulcre semble oublié, comme l'a été Salibran. Négligence de trouvère peu soucieux de cohérence narrative ? Mais après la victoire définitive des chrétiens sur les païens, la mission confiée à Huon exigeait-elle encore absolument la réalisation du pèlerinage ? Le héros n'a-t-il pas parfaitement rempli le ministère dont il était chargé ?

45En revanche, l'unité du poème, la cohérence d'ensemble du récit, voulait que Huon revînt à Bordeaux, et qu'il retrouvât Esclarmonde. L'épopée eût semblé incomplète sans la réunion du héros et de son épouse ; il devait donc aller la délivrer ; il était naturel qu'en se dirigeant vers Mayence, où elle était retenue captive, il voulût passer par Cluny pour y voir sa fille. En favorisant la réintégration de Huon à Bordeaux en compagnie d'Esclarnonde et de Clarisse, en la rendant triomphale et indiscutée, les deux derniers miracles de la pomme forment une adroite transition. Après avoir amorcé la lutte au service de la Foi, le fruit de Jovent aide à la reconquête des biens terrestres. Les épisodes de Cluny et de Mayence, tout en baignant encore dans une atmosphère religieuse, nous ramènent de plain-pied sur le terrain du départ.

46Ainsi, sous l'action de la pomme merveilleuse, la chanson d'Esclarmonde glisse-t-elle sans rupture, sans heurts, des thèmes hérites de ses modèles plus directs à ceux de l'épopée traditionnelle et vice-versa, et peut-elle offrir, comme en un triptyque, un portrait complet du héros, montrant en lui, à côté du seigneur de Bordeaux, futur roi de Féerie, le champion de la chrétienté.

Notes

1 Titre donné par L. Gautier. V. à ce propos M. Rossi, Huon de Bordeaux, p. 620-621.

2 Environ 210 vers pour Jovent, 240 pour Bocident.

3 Environ 200 vers pour Cluny, 220 pour Mayence.

4 Entre les vers 1240 et 2480. Esclarmonde dans l'édition Schweigel, que nous suivons, compte 3 481 vers.

5 V. aussi 1265-67, 1598-99i 1613-15, 1623-26, 1654-55, 2197-2203, 2394-97, 2401-02.

6 V. 1586, 1589, 1612, 1654, 2090, 2125, 2189-90, 2365, 2367.

7 Le caractère instantané du rajeunissement est souligné par les nombreux adverbes : errant 1313, tout si errant 2197, lués 1599, 1624, 2203, mout tost 2200, tantost 2396.

8 V. 1586, 1620-21, 1625-26, 2200-03.

9 1359-60. Huon a pleuré en apprenant les nouvelles, que lui a données l'ange, de son épouse et de sa terre.

10 A moins que le geste de Huon ne soit à considérer comme une sorte de rite de purification : il se détacherait de ses préoccupations terrestres pour ouvrir ses yeux à la lumière céleste.

11 Cf., par ex., la nidionce de la Lattre du Prêtre Jean, par laquelle est renouvelée la lumière dou monde et la vie ; ou les pierres par lesquelles, dans le Rom. d'Alexandre (Br. II 3659), l'eau reflambie ; ou le carboncles merveillables qui, dans la fonteine de Vie du Rom, de la Rose, plus de resplendeur habonde Que nus soleuz qui soit ou monde (2527-28).

12 1384. A l'empereur qui s'informera de la provenance des pierres, Huon répondra qu'il les a prises Dedens Yplaire, la u Dix fu baigniés (2334).

13 A Cluny, Huon raconte que au flu Jourdain passa (2099).

14 11331-34. Le texte nous a été procuré par M. Roger Bertrand, qui en prépare l'édition. Nous le remercions vivement. L'âge de 30 ans auquel ramène la pomme, aurait-il été suggéré par celui auquel Jésus commence sa vie publique ?

15 La version en alexandrins situe explicitement le Paradis terrestre sur l'île de Jovent (11424 suiv.).

16 Sous son premier aspect, l'Arbre de Jovent rappelle aussi le pommier du Cantique des Cantiques (II 3 et 5), symbole du Verbe divin, dont le fruit ranime la Bien-Aimée.

17 On reconnaît ici la survivance de vieux mythes. Que l'on songe, entre autres, aux fameuses pommes d'or du Jardin des Hespérides : elles procurent l'immortalité, mais pour les atteindre, il faut maîtriser le dragon qui les garde. On sait aussi que dans les légendes celtiques le pommier était souvent associé à l'Autre-Monde.

18 Cette fiction rappelle la légende bien connue d'Alexandre se faisant tirer vers le ciel par des griffons. Ou, mieux encore celle des navigateurs qui, pour sortir de l'Océan-figé, s'enferment dans des sacs de peau enduite de sang et se font enlever par des griffons qu'ensuite ils tueront ; ou celle des navigateurs qui, près des côtes chinoises, se cachent à l'intérieur d'outrés en forme de boeufs, et se font emporter par des griffons jusqu'à des trésors cachés, dont ils s'emparent après avoir tué les monstres.
Par ailleurs, il est intéressant de noter que deux griffons mangeant le fruit de l'Arbre de Vie ont été représentés vers le xème siècle sur la façade de l'ancienne cathédrale byzantine d'Athènes.

19 (C') onques mais hom lassus esté n'avoit (1369) ; ains nus n'i fu (2177).

20 1191 et 1200.

21 Apocalypse II 7.

22 Le réveil de Huon, après trois jours d'inconscience, et alors que la lumière est toute proche, apparaît comme une sorte de résurrection.

23 Sur le caractère pragmatique de la religion des Sarrasins, voir, en particulier, P. Bancourt, Les Musulmans dans les chansons de geste du cycle du roi, ch. VI, p. 514 suiv.

24 On peut s'étonner que l'émir ait manifesté le regret de ne pouvoir accompagner Huon au Saint-Sépulcre avant même d'avoir entendu parler de la pomme. Peut-être est-ce là simple inadvertance de remanieur ? Dans la version en alexandrins, Huon n'a fait part qu'après le miracle de son intention d'aller au Saint-Sépulcre.

25 La rencontre de cet anemi (1732), Caïn, roulant enfermé dans un tonneau, fait pendant à celle de Judas (999 suiv.) ballotté parmi les vagues sur une pièce de toile. Dans la version en alexandrins, ces deux rencontres de personnages bibliquee se situent l'une à la suite de l'autre, avant l'épisode de Coulondre, mais le schéma de cette partie y est assez confus.

26 Tel est le cas, par ex., dans la Lettre du Prêtre Jean, dans Le Fabliau de Cocagne...

27 Jehan de Saint-Quentin, dans son Dit des trois pommes, utilise un procédé dramatique analogue.

Auteur

Université de Franche-Comte

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter