Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’étranger à l’étrange ou la conjointure de la merveille

Le visage de l'Autre : étude sur le sens de la Chanson d'Aspremont

Paul Bancourt

Texte intégral

  • 1 Van Waard, R., Etudes sur l'origine et la formation de la chanson d'Aspremont, Groningen 1937, p. (...)

1Dans ses Etudes sur l'origine et la formation de la Chanson d'Aspremont, van Waard a montré que l'auteur avait largement imité la Chanson de Roland. Mais on ne peut conclure avec lui que "le poète d'Aspremont n'a eu d'autre but que ce composer un nouveau Roland"1 Ce serait nier tout à fait la réelle originalité de l'œuvre. Car ni le Roland ni aucune autre chanson ne donne autant d'importance qu'Aspremont au regard porté sur l'étranger – le musulman en l'occurrence – sur le Franc. L'intérêt primordial donné par le poète à ce regard détermine le développement de plusieurs thèmes, commande la structure de l'œuvre et nous invite à nous interroger sur le sens de cette chanson.

2Elle paraît en effet retracer une sorte de "queste" de la vérité, la découverte que l'étranger fait peu à peu de l'Autre dans l'angoisse causée par la remise en question de ses préjugés, parmi les épreuves et les combats. Par vérité n'entendons pas seulement, comme on pourrait le croire s'agissant d'une chanson de geste, la vérité de la foi, mais la vérité de toute une civilisation. La chanson d'Aspremont raconte une aventure intellectuelle et spirituelle au terme de laquelle le musulman reconnaît la dignité de la civilisation chrétienne.

  • 2 Ibid. pp. 96-97.
  • 3 A. de Mandach, Naissance et développement de la chanson de geste en Europe : IV Chanson d'Aspremon (...)
  • * Balan et les "dames" musulmanes.
  • 4 Van Waard, R., o.c, pp. 140-142.

3Ainsi défini, le sens de la Chanson éclaire quelques particularités et peut-être certaines faiblesses de l'œuvre. D'abord, comme le remarquent van Waard2 et André de Mandach3, l'importance du personnage de Naime. Planté au seuil de la Chanson, son portrait est un symbole : par sa sagesse, sa vaillance, sa beauté – car il est encore jeune – Naime ne devait-il pas être le représentant privilégié des Francs dans une Chanson où l'on voit plusieurs musulmans* amenés, par les mérites de la civilisation de l'occident chrétien et de ses hommes, à entrer d'eux-mêmes dans la chrétienté ? On s'explique également pourquoi l'itinéraire de Balan, qui se convertit, devait être marqué par cette étape nécessaire que constitue la controverse théologique empruntée à la Chronique de Turpin et qui, bien que décevante, entraîne l'adhésion du musulman. Imitant la Chanson de Roland, le poète d'Aspremont en reprend les thèmes, les fragmente et les multiplie. Nous avons deux ambassades dans Roland, nous en avons quatre dans Aspremont. Mais ce n'est pas, comme van Waard le croit, un simple procédé littéraire4. En réalité le poète multiplie les situations qui mettent le musulman en mesure de mieux connaître le Franc. Le nombre des combats, singuliers ou collectifs, s'accroît pour la même raison. Il n'y a pas dans cette chanson de rencontre, pacifique ou hostile, qui ne fasse l'objet, chez les musulmans, d'une découverte de l'Autre, d'un jugement porté sur lui, d'une révision amère des idées reçues ou au contraire d'un entêtement borné, d'une discussion passionnée. Tous ces indices montrent que le dessein du poète était de retracer la découverte par le musulman du Franc et de sa civilisation.

  • 5 La Chanson d'Aspremont, texte du manuscrit de Wollaton Hall, éditée par Louis Brandin. CF.M.Α., Pa (...)
  • 6 Van Waard, R., o.c, p. 98.
  • 7 Jonin, Pierre, L'or dans la Chanson de Roland, in L'or au Moyen Age, Senefiance n° 12, Publication (...)
  • 8 Dufournet, Jean, La fin énigmatique de deux Sarrasins dans La Chanson de Roland : Blancardrin et M (...)

4La Chanson d'Aspremont s'ouvre par l'ambassade de Balan à la cour de Charlemagne. Balan, outrecuidant, méprisant et agressif y découvre un art de vivre, une richesse, un luxe qu'il ne soupçonnait pas ; il voit un roi obéi, entouré de conseillers sages et braves ; il est ensuite instruit des vérités de foi d'une religion qui gagne secrètement son cœur5. Revenu auprès des siens, après avoir fait le rapport fidèle de ce qu'il a vu, il est injustement accusé d'avoir trahi et échappe de justesse à la mort. L'ambassade de Balan, écrit van Waard6 "est une imitation très visible de celle de Ganelon". Mais quelle différence entre le couple Ganelon-Blancandrin et le couple Balan-Naime. Ganelon trahit. Balan songe à se convertir. Ganelon est conduit à la trahison par l'appât de l'or7 et la haine de Roland. Ce qui entraîne la conversion de Balan, c'est la découverte de la vérité. Ganelon est déterminé par ses passions, Balan par une expérience sensible (la vue de la cour royale), une appréciation morale (l'estime des barons francs), une initiation intellectuelle (l'enseignement religieux de Naime). Cette démarche appartient tout entière à l'ordre de la connaissance. Blancandrin, écrit Jean Dufour-net, "est une sorte de Socrate démoniaque qui accouche l'idée de trahison dans l'esprit de Ganelon"8. Naime au contraire convainc par l'exemple de sa sagesse et l'exposé des vérités chrétiennes auxquelles il croit. Blancardin allume des passions qui couvent. Naime éclaire l'esprit. Le poète d'Aspremont, a transformé le décor, modifié les personnages, imaginé un autre dialogue, faisant de l'ambassade de Balan le premier maillon de cette quête de la vérité qui traverse toute la Chanson.

  • 9 W., v. 2330 ss. ; Mand., IV, v. 2860 ss.

5A l'ambassade de Balan à la cour de Charlemagne correspond celle de Naime à la cour d'Agoland9. Cette ambassade a été comprise également comme la simple réplique de celle de Ganelon auprès de Marsile – mais, en dépit des ressemblances, plusieurs détails montrent une orientation différente. Dans le cadre stéréotypé de l'ambassade insolente, Naime conforme sa conduite au conseil qu'il donne à son filleul Richier, chargé d'abord de l'ambassade.

  • 10 W., v. 181I.

Il i covient sens, mesure et raison10

  • 11 W., v. 2431-32 ; 2487. Mand. IV, v. 2952 ; 3014.
  • 12 W., v. 2420, 2459. Mand. IV, v. 2943.
  • 13 La Chanson de Roland, texte original et traduction par Gérard Moignet, Bordas, 1969, v. 460.
  • 14 W., v. 2440. Mand., v. 2959.
  • 15 Roland, o.c, v. 462-467.
  • 16 W., v. 2372. Mand., IV, ν. 2901.
  • 17 W., v. 2384. Mand., IV, v. 2913.
  • 18 W., v. 2385-94. Mand., v. 2913-2916.
  • 19 W., v. 2631.
  • 20 W., v. 2410-11.

6A l'insolence il préfère l'ironie11 ; à la violence verbale, le discours juridique12. Ganelon dit son message l'épée au poing13, Naime confie la sienne à Balan14. Ce que le poète emprunte à Roland, ce qu'il développe, c'est l'effet provoqué dans Roland sur les musulmans par la beauté et la noblesse de Ganelon15. Et ceci entre dans le dessein de l'auteur. Car l'ambassade de Naime a pour fonction de faire valoir la beauté, la vaillance et la sagesse des Francs. C'est une opération de propagande. Naime apparaît à la cour de l'émir tout auréolé de son succès sur Gorhan qui, vaincu par le Franc, invite chevaleresquement ses coreligionnaires à servir d'abord son vainqueur16. Il attire tous les regards17. Les preuves de sa vaillance, inscrites dans l'écu et le heaume brisés de Gorhan, font craindre que les Francs ne lui ressemblent en bravoure18. Il ravit même le cœur de la reine19. L'ambassade se termine par les reproches de Balan à son seigneur qui, au mépris de l'immunité juridiquement reconnue aux messagers, menace de le faire périr20. Il lui donne en exemple la sérénité, la sagesse, la courtoisie de son homologue franc Charlemagne. Tel est le sens de l'ambassade de Naime : faire reconnaître les mérites d'une nation qui a donné naissance à des hommes comme lui. Ganelon provoque le mépris, Naime l'admiration.

  • 21 W., v. 437-440. Mand., III, v. 1363-66.
  • 22 W., v. 599-601. Mand., 1535-37.
  • 23 W., v. 2613.
  • 24 W., v. 2707-9. Mand., IV, v. 3214-18.
  • 25 W., v. 2736. Mand., IV, v. 3260-62.
  • 26 W., v. 2708-9, 2741-42. Mand., IV, v. 3212-3218.
  • 27 W., v. 3746.
  • 28 W., v. 3753-58. Mand., IV, v. 4070-77.
  • 29 W., v. 5699.
  • 30 W., v. 5700-5748. Mand., IV, ν. 57 10-17.

7La continuité de la première partie d'Aspremont avec le reste de la Chanson est assurée par l'évolution du personnage de Balan jusqu'à son baptême. Si Naime est, du côté franc, le personnage de premier plan avec Charlemagne, Balan est, du côté musulman, son homologue avec Agoland. C'est dire l'importance de cette évolution étroitement liée au sens de la Chanson. A travers l'expérience vécue par Balan le poète traite un difficile problème de société et un douloureux cas de conscience : comment, au sein des institutions féodales et en conformité avec les valeurs chevaleresques peut-on renier sans trahir, comment peut-on être infidèle à sa foi sans être infidèle à son seigneur ? Le mérite du poète est d'avoir posé ce problème et d'y avoir répondu d'une façon aussi satisfaisante que possible : Gagné à la foi chrétienne dès son ambassade21, Balan ne l'avoue pas encore à ce moment, résolu à s'acquitter d'abord fidèlement de son message. Revenu auprès de son seigneur, il revendique même son droit héréditaire à donner, s'il y a bataille, le premier coup à l'ennemi22. Il exprime clairement à Naime son désir du baptême23, mais seulement quand celui-ci vient accomplir à son tour son ambassade. Il lui remet même pour Charlemagne un gage garantissant sa décision24, mais par fidélité à son seigneur qui l'a armé chevalier25, il attendra la fin d'une bataille dont il prévoit l'issue26. Il apporte à Aumont le soutien de son armée27, mais demande à Dieu la grâce de ne pas être tué avant son baptême28. Suit pour Balan une série d'épreuves : Balan éprouve la "douleur mortelle" (dolor mortal)29de voir son fils Gorhan tué par Ogier. Dans son chagrin il charge Charlemagne qui le désarçonne, puis Naime qu'il cherchait sans l'avoir reconnu et qui, l'entendant exprimer le désir de devenir chrétien et décliner son identité, le prend sous sa protection30. Balan ne sera baptisé par Charlemagne qu'après la mort d'Aumont.

  • 31 Van Waard, o.c, p. 129.

8L'importance de Balan, le fait que les étapes décisives de son évolution occupent le milieu de la Chanson, en confirment le sens. Remarquons que l'expérience vécue par Balan est singulière. Sauf la reine et les autres dames musulmanes dont la conversion est, selon van Waard, une simple imitation de la conversion de la reine Bramimonde31, Balan est le seul musulman à se convertir, il est le seul à accomplir jusqu'au bout cette "quête" de la vérité. Il est le seul pour qui cette quête soit vécue comme une crise intellectuelle, sociale, familiale, religieuse.

9Les autres musulmans ou bien ne font pas un seul pas dans cette voie (c'est le cas de l'émir Agoland) ou bien s'arrêtent en chemin plus ou moins loin du but. Plusieurs traits de l'évolution de Balan se retrouvent chez ses coreligionnaires : l'orgueil, la découverte de la valeur des Francs, la connaissance de leur religion. Ces traits se distribuent sur le grand nombre des musulmans et ils se transforment parce que, dans la partie centrale de la Chanson nous n'avons plus affaire qu'à des récits de combats. La découverte de l'Autre s'appuie sur d'autres bases. La bravoure des Francs se voit à ce que, malgré leur infériorité numérique, ils l'emportent sur leurs ennemis. Le concept de civilisation n'implique plus seulement la courtoisie des mœurs, la richesse et le luxe : il renferme l'art militaire. L'initiation à la doctrine chrétienne est couronnée par l'intervention du merveilleux dans les combats.

  • 32 W., v. 7717.
  • 33 W., v. 2160. Mand. IV, v. 2721.
  • 34 W., v. 7842.
  • 35 W., v. 9093.
  • 36 W., v. 580. Mand. III, v. 1521.
  • 37 W., v. 709.
  • 38 W., v. 6201-6206.

10Pour rendre sensible la découverte que les musulmans font des mérites du Franc, le poète met en place le contraste du mépris qu'ils vouent d'abord à leurs ennemis aux mérites qu'ils doivent ensuite leur reconnaître et pour mieux souligner le chemin parcouru du plus parfait mépris à l'estime, le poète allonge l'itinéraire en les faisant partir de plus loin. Au début, comme chez Balan, c'est le temps du mépris, un mépris si énorme que le poète semble avoir pris plaisir à imaginer ce qui pouvait en représenter le comble : exiger des Francs un tribut de 1700 jeunes filles vierges32, transférer la "oahomerie" à Saint-Denis33, forcer Charlemagne à s'agenouiller devant l'émir34, lui fixer un carcan au cou35. Ce mépris va si loin que tout messager qui fait sur les Francs un rapport positif, au lieu de s'en tenir à la vérité officielle, passe pour vendu36 ou poltron37 et que tout porteur de mauvaises nouvelles risque la mort38.

  • 39 W., v. 3884.
  • 40 W., v. 4567-71.
  • 41 W., v. 9058, 8827, 10.238.
  • 42 W., v. 3865, 4600, 5208. Mand. IV, v. 4196, 4894.
  • 43 W., v. 9044-9060 ; 10.231-10.241.
  • 44 W., v. 5060-5074 ; 5587-90. Mand. IV, v. 5257-58 ; 5815.
  • 45 W., v. 5439-5148. Mand. v. 5403-19.

11Cependant la vérité fait son chemin. Elle s'impose au cours des combats successifs. Comme Balan Aumont reconnaît que les Francs ne sont pas peureux39, les Turcs se le disent entre eux40, les chefs musulmans les plus combatifs sont réduits à se l'avouer41. Ils s'en prennent aux flatteurs42 qui les ont entraînés dans une folle expédition43. Plusieurs d'entre eux rendent justice à Balan44 qui leur reproche de son côté d'avoir douté de l'exactitude de son rapport45.

  • 46 W., v. 609. Mand. ν. 1545.
  • 47 W., v. 8094-98, 8132-42, 8152-53, 8194-8200.

12Les musulmans ne marchant pas au même pas dans la découverte de la vérité, un conflit éclate plus d'une fois entre les clairvoyants et les bornés, les sages et les fous. De ces conflits l'auteur tire un effet tantôt comique, tantôt tragique : comique quand, sourds au rapport de Balan, certains posent la question inepte de savoir si Charlemagne va accepter le combat, s'il ne va pas fuir, s'il ne va pas renier sa foi46, tragique quand, aux conditions humiliantes qui leur sont proposées, les Francs répliquent par l'envoi des sinistres trophées que sont les membres mutilés d'Aumont47. On le voit : la recherche de la vérité est bien au cœur de la chanson.

  • 48 W., v. 8060.
  • 49 W., v. 8060-62.
  • 50 W., v. 614.
  • 51 W., v. 9088.
  • 52 W., v. 8256, 9100-108.
  • 53 W., v. 9109-9111.

13Ce conflit intérieur au groupe se double d'un drame personnel. Certains cherchent à résoudre une contradiction : comment, supérieurs en nombre, peuvent-ils être vaincus par le petit nombre des Francs ? L'un des messagers demande à Charlemagne d'où lui vient sa puissance : "dont vient ceste posnée ?"48 car, ajoute-t-il, de votre armée nous ne ferions qu'une bouchée49. Le lucide Balan avait déclaré au retour de son ambassade que Charlemagne a peu d'hommes, mais qu'il en a de bons50. Mais il est difficile d'admettre que la supériorité d'un ennemi tient plus à son mérite qu'à son nombre. Aussi, jusqu'au dernier moment, l'irréductible Agoland, fort de la supériorité numérique de ses forces51 et bien qu'instruit de la valeur des Francs par son conseiller Galindre52, prétend que les Francs ne pourront lui tenir tête53. Peu doué pour découvrir la vérité des êtres, Agoland, loin d'aller au-delà de l'apparence, n'en perçoit que l'aspect quantitatif.

  • 54 W., v. 2553-64. Mand. IV, v. 3072-75.
  • 55 W., v. 9877-81.
  • 56 W., v. 9882-4.
  • 57 W., v. 9934-6.
  • 58 W., v. 9904.
  • 59 W., v. 4266.
  • 60 W., v. 6185.
  • 61 W., v. 3592. Mand. IV, v. 3877.
  • 62 W., v. 9007, 9072-3.

14Certains musulmans subissent aussi l'attrait d'une civilisation qu'ils méprisaient. Balan faisait l'éloge de la courtoisie franque, proposant à son seigneur l'exemple de la majesté, de la sérénité, de la sagesse, de l'ironie de Charlemagne54. Naime était venu également apporter en sa personne au milieu du camp adverse l'image du Franc beau, richement vêtu, brave, calme et lucide. Une civilisation c'est d'abord ses hommes et ses chefs. C'est aussi un art de vivre en société. C'est encore un savoir, et en particulier un savoir combattre : une manière de faire la guerre et un type d'armes, une tactique et une technique. Sur ce point le poète donne l'avantage aux Francs. La vedette ici n'est plus Naime, mais Girard : il sait imposer à ses hommes une rude discipline55, il sait remédier à l'infériorité du nombre par la formation serrée56. Fait rare à l'époque, si l'on en croit les historiens de l'art militaire, il ordonne à l'élite de ses chevaliers de descendre de cheval pour former la phalange57. Excellent tacticien, il sait résister aux provocations de l'ennemi58, l'encercler59, l'attaquer de flanc60, le prendre à revers pour lui couper la retraite61. Ces manœuvres frappent d'étonnement et d'admiration les musulmans62.

  • 63 W., v. 2120-22, 3107-19, 6862-5, 7704, 8678-82. Mand. v. 2683-89 ; 3467-3473.
  • 64 W., v. 6951, 8683, 8702, 8818, 9643.

15Ceux-ci constatent également que les Francs sont mieux armés qu'eux. Cet avantage leur est reconnu dès le début de la Chanson et à maintes reprises63, alors que les musulmans sont légèrement armés64. Sur ce point l'auteur d'Aspremont ne doit rien au Roland. Il a dû emprunter directement ces traits à la réalité des guerres de croisade. Mais le développement donné à ce thème tient surtout au sens de la Chanson : faire reconnaître également aux musulmans la supériorité technique des Francs.

  • 65 W., v. 8221-3, 8279-89, 9404.
  • 66 W., v. 8206-8210.
  • 67 W., v. 8313-20.
  • 68 W., v. 8827-8.
  • 69 W., v. 8369-70, 8599-8600.
  • 70 W., v. 9409-94 16.

16Il restait à leur faire admettre les vérités de la foi chrétienne. Car ni la bravoure, ni la tactique, ni la qualité des armes ne suffisent toujours à expliquer le succès des Francs. Les plus clairvoyants l'attribue à l'impuissance de leurs divinités65 et à la vérité de la religion chrétienne66. D'endroit en endroit, certains récitent certains points du Credo enseigné à Balan par Naime67. Rares pourtant sont ceux qui, ainsi instruits, envisagent la conversion68, alors même qu'intervient visiblement aux côtés des Francs l'aide des Trois saints Chevaliers aux armes blanches, St-Georges, St Domître et St Mercure69 et que la Sainte Croix, portée par Turpin, brille d'un éclat si éblouissant qu'elle les contraint à la fuite70.

17Le poète d'Aspremont semble donc s'être proposé de montrer comment, à travers les relations pacifiques et hostiles qu'ils ont avec les Francs, les Musulmans sont amenés à les estimer pour leurs qualités physiques et morales, pour leur courage, pour leur genre de vie, pour les valeurs de civilisation qu'ils leur reconnaissant, pour leur tactique et leur équipement militaires, pour leurs croyances. Cette orientation marque profondément l'œuvre ; elle infléchit l'utilisation originale que le poète fait de la Chanson de Roland et de la Chronique de Turpin. Elle explique le rôle important de Naime ; elle détermine la structure de l'œuvre, introduisant dès le récit des ambassades symétriques de Balan et de Naime, des thèmes repris ensuite, développés, prolongés, distribués sur les autres personnages, cependant que se poursuit l'itinéraire de Balan jusqu'à son baptême : transition du plus profond mépris à l'estime, réduction des contradictions entre l'infériorité du nombre et l'avantage des combats, admiration pour les hommes, intérêt pour leurs usages, découverte de leur foi. Elle justifie la répétition de combats dont l'issue permet chaque fois de jalonner cette quête de la vérité.

  • 71 A. de Mandach, o.c., pp. 14-15.

18On peut regretter que les Francs n'accomplissent pas de leur côté le même itinéraire que les musulmans vers la découverte de l'Autre. Mais d'abord ce ne serait plus une chanson de geste. Ensuite l'itinéraire ne serait pas du tout le même. Car les Francs n'aiment guère "la gent desfaée" coupable de tant de violences à l'égard des malheureux chrétiens ; mais ils ne la méprisent pas. "Il est curieux de constater, écrit A. de Mandach, que dans Aspremont les rôles des guerriers les plus éminents sont attribués aux chefs sarrasins les plus insignes..."71. Nul parmi les Francs ne met en doute la bravoure de l'adversaire. De l'autre côté de la montagne d'Aspremont s'étend jusqu'à l'orient un monde difficilement accessible, dangereux, étrange, merveilleux, fascinant. Aucun des Francs ne dédaigne la civilisation de l'Autre, avec son luxe, son or et ses femmes.

  • 72 A. de Mandach, Naissance et Développement... III, p. 2.
  • 73 Lorenz Ingrid, Der Kreuzzugsgedanke und das altfranzösische Epos des 12 – Jahrhunderts, Salzburg, (...)
  • 74 W., v. 832-34. Mand. III, v. 1781-1792.
  • 75 W., ν. 4408.
  • 76 W., v. 280-83. Mand. III, v. 1003-1010.
  • 77 W., v. 2088.
  • 78 W., v. 7105.

19Mais, puisque Aspremont semble revendiquer pour les Francs l'estime des musulmans, cette chanson serait-elle une œuvre de propagande auprès de ces derniers ? Hypothèse absurde évidemment. S'adressant aux Francs, elle a pour fonction de rassurer les Francs sur eux-mêmes. Elle est, écrit A. de Mandach, "la chanson de croisade par excellence"72. Elle remplit toutes les conditions d'une véritable croisade73 : le pape en est le chef spirituel, il promet l'indulgence aux participants74, ces derniers se croisent en fixant sur leurs vêtements une croix d'étoffe rouge75. La Chanson date de l'époque de la préparation et du début de la 3ème croisade. C'est donc une chanson de propagande. On n'a peut-être pas porté suffisamment attention aux passages où est évoquée la peur. Au début l'abbé Fromer à qui Charlemagne remet le message insolent pour qu'il en donne publiquement lecture, effrayé par son contenu, le laisse tomber76. Il est honteusement renvoyé à ses matines et c'est Turpin, le prélat guerrier, qui le lit. Naime, envoyé en ambassade et parvenu au sommet de la montagne d'Aspremont, aperçoit d'en haut l'innombrable flotte et l'infinité des tentes musulmanes. A cette vue il pleure lui-aussi77. Charlemagne à son tour, voyant dans le miroir magique d'Aumont la flotte ennemie, se met à pleurer78. La peur saisit enfin toute l'armée des Francs quand ils sont en vue de toutes les forces musulmanes, une peur qui leur Ôte toute joie.

W. v.8085 N'i a François tant ait joie enamee
Que la paor ne l'en ait tote ostée.

20C'est cette peur qu'il s'agit de conjurer. Quel meilleur moyen d'inspirer confiance aux croisés que de faire reconnaître aux musulmans eux-mêmes la valeur des Francs et tous leurs atouts dans la bataille ?

Notes

1 Van Waard, R., Etudes sur l'origine et la formation de la chanson d'Aspremont, Groningen 1937, p. 143.

2 Ibid. pp. 96-97.

3 A. de Mandach, Naissance et développement de la chanson de geste en Europe : IV Chanson d'Aspremont, La guerre contre Agoland, p. 16.

4 Van Waard, R., o.c, pp. 140-142.

5 La Chanson d'Aspremont, texte du manuscrit de Wollaton Hall, éditée par Louis Brandin. CF.M.Α., Paris, Champion, 1923, v. 437 ; Mand, III, v. 1363.

6 Van Waard, R., o.c, p. 98.

7 Jonin, Pierre, L'or dans la Chanson de Roland, in L'or au Moyen Age, Senefiance n° 12, Publications du CUERMA, 1983, pp.235-239.

8 Dufournet, Jean, La fin énigmatique de deux Sarrasins dans La Chanson de Roland : Blancardrin et Margarit de séville, in Olifant, II, n°s 3 et 4, 1986, p. 179.

9 W., v. 2330 ss. ; Mand., IV, v. 2860 ss.

10 W., v. 181I.

11 W., v. 2431-32 ; 2487. Mand. IV, v. 2952 ; 3014.

12 W., v. 2420, 2459. Mand. IV, v. 2943.

13 La Chanson de Roland, texte original et traduction par Gérard Moignet, Bordas, 1969, v. 460.

14 W., v. 2440. Mand., v. 2959.

15 Roland, o.c, v. 462-467.

16 W., v. 2372. Mand., IV, ν. 2901.

17 W., v. 2384. Mand., IV, v. 2913.

18 W., v. 2385-94. Mand., v. 2913-2916.

19 W., v. 2631.

20 W., v. 2410-11.

21 W., v. 437-440. Mand., III, v. 1363-66.

22 W., v. 599-601. Mand., 1535-37.

23 W., v. 2613.

24 W., v. 2707-9. Mand., IV, v. 3214-18.

25 W., v. 2736. Mand., IV, v. 3260-62.

26 W., v. 2708-9, 2741-42. Mand., IV, v. 3212-3218.

27 W., v. 3746.

28 W., v. 3753-58. Mand., IV, v. 4070-77.

29 W., v. 5699.

30 W., v. 5700-5748. Mand., IV, ν. 57 10-17.

31 Van Waard, o.c, p. 129.

32 W., v. 7717.

33 W., v. 2160. Mand. IV, v. 2721.

34 W., v. 7842.

35 W., v. 9093.

36 W., v. 580. Mand. III, v. 1521.

37 W., v. 709.

38 W., v. 6201-6206.

39 W., v. 3884.

40 W., v. 4567-71.

41 W., v. 9058, 8827, 10.238.

42 W., v. 3865, 4600, 5208. Mand. IV, v. 4196, 4894.

43 W., v. 9044-9060 ; 10.231-10.241.

44 W., v. 5060-5074 ; 5587-90. Mand. IV, v. 5257-58 ; 5815.

45 W., v. 5439-5148. Mand. v. 5403-19.

46 W., v. 609. Mand. ν. 1545.

47 W., v. 8094-98, 8132-42, 8152-53, 8194-8200.

48 W., v. 8060.

49 W., v. 8060-62.

50 W., v. 614.

51 W., v. 9088.

52 W., v. 8256, 9100-108.

53 W., v. 9109-9111.

54 W., v. 2553-64. Mand. IV, v. 3072-75.

55 W., v. 9877-81.

56 W., v. 9882-4.

57 W., v. 9934-6.

58 W., v. 9904.

59 W., v. 4266.

60 W., v. 6185.

61 W., v. 3592. Mand. IV, v. 3877.

62 W., v. 9007, 9072-3.

63 W., v. 2120-22, 3107-19, 6862-5, 7704, 8678-82. Mand. v. 2683-89 ; 3467-3473.

64 W., v. 6951, 8683, 8702, 8818, 9643.

65 W., v. 8221-3, 8279-89, 9404.

66 W., v. 8206-8210.

67 W., v. 8313-20.

68 W., v. 8827-8.

69 W., v. 8369-70, 8599-8600.

70 W., v. 9409-94 16.

71 A. de Mandach, o.c., pp. 14-15.

72 A. de Mandach, Naissance et Développement... III, p. 2.

73 Lorenz Ingrid, Der Kreuzzugsgedanke und das altfranzösische Epos des 12 – Jahrhunderts, Salzburg, 12, XI, 65 ; pp. 28-29, p. 129 ss.

74 W., v. 832-34. Mand. III, v. 1781-1792.

75 W., ν. 4408.

76 W., v. 280-83. Mand. III, v. 1003-1010.

77 W., v. 2088.

78 W., v. 7105.

Notes de fin

* Balan et les "dames" musulmanes.

Auteur

Universite de Provence (Aix-Marseille I)

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter