Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’étranger à l’étrange ou la conjointure de la merveille

L'étrange songe des mages étrangers

Jean Arrouye

Texte intégral

  • 1 Rossi Marguerite - Huon de Bordeaux - Champion 1977.

La critique des archétypes est fructueuse quand elle permet de déceler le modèle qui a guidé son créateur.
Marguerite ROSSI1

1S'il est dans l'histoire sainte, et en conséquence dans l'histoire de l'art religieux, figures d'étrangers, ce sont bien celles des mages, dont le prédicateur de la messe de Noël à l'église Saint-Damase de Maremma dit, dans Le rivage des Syrtes :

  • 2 Gracq Julien - Le rivage des Svrtes - Corti 1957.

"ils viennent du fond de l'Orient et ils ne savent rien de ce qui leur est demandé"2.

  • 3 Par exemple, et au hasard, tympan de la porte sud de Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand, cloîtr (...)

2Qu'importe. Il leur suffit d'une étoile pour éclairer leur chemin et leur vie, et de symboliser - sans le savoir sans doute encore - la foi et l'espérance, avant de devenir, offrant leurs trésors, l'image de la charité, pour être en tout exemplaires et mériter de figurer dans les siècles à venir aux tympans des églises et aux chapiteaux des chœurs et des cloîtres3.

3Mais d'où viennent-ils au juste ces voyageurs obstinés ? Le seul texte biblique qui parle d'eux, l'évangile de Matthieu, est fort peu explicite, disant simplement que

  • 4 Matthieu il, 1-2. Toutes les citations en français sont faites à partir du texte de La Sainte Bibl (...)

"des Mages arrivèrent d'Orient demandant : "Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus l'adorer" "4.

4Aussi les écrivains chrétiens primitifs se préoccupèrent-ils de leur attribuer une région d'origine, la Perse, l'Arabie ou une Inde fabuleuse aux limites incertaines.

5Ainsi le plus ancien texte oriental relatif au voyage des mages, le Livre de la caverne des trésors, dont les deux manuscrits existants, l'un syriaque, l'autre arabe, supposent des originaux datant respectivement du ve et du viiie siècle, ainsi que les manuscrits éthiopiens qui rédupliquent un bref texte longtemps attribué faussement à Eusèbe de Césarée, font venir les mages, au nombre de trois, de Perse. Dans son récit de voyage Marco Polo précise que ces mages étaient les rois des villes de Sava, Ava et Cashan (Sawah, Awah et Quasan) et dit avoir vu leur sépulture à Sawah, ce que déclare aussi Odorico de Pordenone qui passa dans cette ville vers 1320. Par contre pour l'auteur de l'Odus imperfectum in Mattheum rédigé en latin vers 550-600, et probablement traduit d'un original grec écrit vers 395-400, les mages, qui sont douze, arrivent d'un pays situe

"in principio Orientis juxta Oceanum" ;

6de même pour l'auteur de la Chronique du couvent de Zuanin. sans doute terminée vers 774-775, et que nous connaissons par une copie de 932, les mages vivent

"dans le pays de Syr qui est en Orient, au-delà du monde habité, près de l'océan".

  • 5 Monneret de Villard Ugo - Le leggende orientali sui magi evangelici - Biblioteca apostolica vatica (...)

7Un autre groupe de textes, dont le plus célèbre représentant est l'Evangile de l'enfance, traduction arabe d'un original syriaque, fait des mages les rois de la Perse, de l'Arabie et de l'Inde. Le Liber de gestis trium regum de Jean de Hildesheim, composé entre 1364 et 1375, si populaire que plus de soixante manuscrits nous en sont parvenus sans compter les textes imprimés dès la fin du 15e siècle, fait des trois mages les rois des trois parties de l'Inde, une Inde démesurée qui va de la Nubie à l'Asie centrale et comprend des terres imaginaires, telle l'île d'Egriseule où est enterré l'apôtre Thomas qui baptisa les rois mages, puis convertit les habitants de ces pays du bout du monde5.

  • 6 Ce mont est donc dans le "pays du Nud, à l'Orient d'Eden" où se retire Caïn après le meurtre d'Abe (...)

8S'il y a toujours accord sur l'éloignement du pays d'origine des mages, ce qui se traduit par la longue durée de leur voyage, pourtant miraculeusement préservé de toute embûche (deux ans à partir du mont Nud6 dans le Livre de la caverne des trésors et la Chronique du couvent de Zuanin ou à partir du mont Victorialis dans l'Odus imperfectum in Mattheum. mais neuf mois seulement dans l'Evangile de l'enfance), il n'en va pas de même, comme on a pu le voir, pour le nombre et le statut des ambassadeurs. A partir du ve siècle leur nombre est fixé définitivement à trois, en se fondant sur l’énumération de leurs offrandes dans l'évangile de Matthieu :

  • 7 Matthieu II. 11.
    Selon Le livre de la caverne des Trésors, qui remonte au Ve siècle, les manuscrits (...)

"/.../ ouvrent leurs trésors, ils offrirent en présent de l'or, de l'encens et de la myrrhe"7 ;

9et c'est en rapprochant ce passage du verset 10 du psaume LXXI,

"Reges Tharsis et insulae munera offerent / Reges Arabum et Saba dona adducent",

10que leur royauté - que Tertullien avait affirmée, mais sans succès, dès le iie siècle dans son Adversus Judaeos finira par s'imposer. L'enluminure, la peinture et la sculpture médiévales feront leur cette royauté.

  • 8 Bibliothèque Nationale - Manuscrit latin 4884, f° 51 V.
  • 9 Les auteurs divergent sur ce point :
  • 10 Hadzidakis - Exceptus patrum - Collectanea Flores - Byzantion t. XIV, fasc. 1, 1939.

11Dans la Bible, mages de l'évangile et rois du psaume restent sans nom. Aussi ne faut-il pas s'étonner qu'ils aient été baptisés de diverses façons par leurs historiographes : Hormizd, roi de Perse, Jazdegerd, roi de Saba et Peroz, roi de Seba dans la version syriaque du Livre de la caverne des trésors : Hor, roi de Perse, Basander, roi de Saba et Karsundas, roi d'Orient dans la version arabe ; Bithisarea (qui deviendra Balthasar par attraction du nom du prophète Daniel), Melichior et Gathaspa, noms à consonance perse, dans un manuscrit de Paris du ixe siècle8. Dans l'Histoire scolastique de Comestor du xiie siècle les rois ont des noms différents selon qu'ils sont désignés en grec - Apellus, Amerus, Damasius -, en hébreu - Galgalat, Magalath, Sarachim-, ou en latin - Balthasar, Gaspar, Melchior. Ces noms latins apparaissent pour la première fois, semble-t-il9, en 845, dans le Liber pontifIcalts de Ravenne de l'abbé Agnellus10. Ils s'imposeront définitivement quand, en 1164, Rainaldo de Dassel, archevêque de Cologne et chancelier impérial, fera transférer les reliques des rois mages de Milan à Cologne et que leur culte se répandra. Jacques de Voragine n'en connaît plus d'autres.

  • 11 Vezin Gilberte - L'adoration et le cycle des mages dans l'art chrétien primitif, étude des influen (...)

12Cependant s'ils sont latinisés de nom, les mages garderont longtemps les signes extérieurs de leur origine étrangère, bonnet phrygien des adeptes de Mithra et costume persan, anaxyrides, pantalons collant souvent plissés obliquement et descendant jusqu'aux pieds, parfois ornés de bandes brodées, chiton, tunique relevée par une ceinture, blousée sur les hanches et parfois aussi sous les bras, et quelquefois retroussée latéralement à la hauteur des cuisses, pour libérer les jambes de qui voyage à dos de chameau ou à cheval, chlamyde, court manteau flottant attaché sur l'épaule. Ce vêtement est celui des mages non seulement sur les images des catacombes, sur les sarcophages du Latran et d'Arles et sur les mosaïques ravennates, mais aussi sur les manuscrits médiévaux (Apocalypse de Saint Sever ou Annales de Saint Germain-les-près) et dans la sculpture romane des chapiteaux et des tympans d'églises jusqu'à une date avancée, quoique à partir du xie siècle, les rois commencent à paraître en costume contemporain11. Ce long conservatisme exotique est sans doute dû au fait que les mages sont représentés dans la scène symbolique de l'adoration dont saint Ignace d'Antioche a souligné que c'était le premier hommage rendu par le paganisme au fils de Dieu. Le costume étranger était la marque visible de la vocation universelle du christianisme. Le thème des porteurs de présent et de l'offrande est d'ailleurs typiquement oriental, particulièrement fréquent dans la sculpture des Achéménides : l'offrant a toujours les mains voilées. Ce geste typique demeurera longtemps dans l'art roman, même lorsque le manteau des mages, dont ils se couvrent les mains, et le reste de leur costume n'ont plus rien d'oriental, comme on peut le voir aux portails de Bourges et au porche de la Charité-sur-Loire par exemple.

  • 12 Migne – 31, cl. 1469, 15.
  • 13 Zarnechi George et Grivot Denis - Gislebert. sculpteur d'Autun.
    Grivot Denis - La sculpture du xiie (...)

13A la scène édifiante de l'adoration des mages s'en adjoindront d'autres illustrant les moments significatifs de leur voyage, constituant un cycle historié dans la pierre comme sur le porche de Saint Trophime d'Arles ou dans le verre comme à l'abside de la cathédrale de Tours. Les scènes le plus souvent représentées sont : les mages observant les astres, Hérode et les scribes, les mages devant Hérode, l'arrivée des mages à Bethléem, l'adoration (qui se confond avec l'offrande), le retour des mages, parfois en bateau (à la cathédrale d'Amiens, Hérode donne l'ordre de brûler leurs vaisseaux que l'on voit en flammes !). Plus rares sont la scène décrite par saint Basile, évêque de Césarée, dans ses Homélies sur la nativité12. des mages lisant la prophétie de Balaam, et celle, plus fréquente néanmoins, de l'apparition de l'ange aux mages endormis, couchés dans un même lit, scène qui apparaît au ixe siècle dans le manuscrit de saint Grégoire de Nazianze (Bibliothèque Nationale), que l'on retrouve sur un ivoire carolingien (Francfort), sur des coffrets d'ivoire du xe siècle (Louvre, palais des arts à Lyon), sur un chapiteau de l'abbaye de Coulom (Louvre), sur le porche de Saint Trophime d'Arles, à Notre Dame de Loches, sur le tympan de San-Mercurial à Forli, et en cent autres lieux dont, célèbre entre tous par la beauté de sa sculpture, le chapiteau de Gislebert à la cathédrale d'Autun13.

***

14Or l'ange est lui-même un étranger, comme le rappelle Jeanne Villette :

  • 14 Villette Jeanne - L'ange dans l'art d'Occident du xiie au xvie siècle - Laurens 1940.

"L'ange a effectué un long circuit pour aboutir en France, venant peut-être de Syrie et de Palestine par l'intermédiaire de l'Egypte et de l'Espagne. Après avoir passé en Grèce à Daphni, en Italie a Sainte-Marie-Antique, il touche la France à Saint-Aubin d'Angers et de là il poursuit son voyage sur un fragment sculpté du jubé de Chartres où, malgré sa décapitation, il conserve grande allure, dans cette précieuse cathédrale possédant le privilège d'exposer neuf Adorations des Mages"14.

15Surtout c'est un être étrange parce que différent en tout, dans son essence, de l'humanité :

  • 15 Id.

"L'ange est un esprit, il n'est pas de ce monde, et s'il vient sur la terre, il y est étranger"15.

16Les anges ne sont pas mentionnés dans la Genèse. Ils sont donc préexistants à la création et en particulier à celle du temps, car, comme le remarque Origène,

  • 16 Origène - Homélie sur la Genèse - traduction Louis Doutreleau, introduction de Henri de Lubac - Ce (...)

"le temps n'existait pas avant le monde ; il a commencé à partir des jours suivent sa création ; c'est le deuxième, le troisième, le quatrième et les autres jours qui commencent à désigner le temps"16.

17Pas plus qu'ils ne participent de la durée, les anges ne sont liés à l'espace, car ils sont

  • 17 Cacciari Massimo - L'ange nécessaire - Bourgeois 1988.

"flammes de feu" (Psaumes CIV. 5),
"feu éthéré" (Origène),
"essences corporelles"(Plotin),
"feu immatériel" (Basile de Césarée),
"saint esprit et feu" (Hilaire de Poitiers),...
"Ou-topique /donc/ est la dimension de l'ange. Son lieu est le Pays-du-nulle-part, quarta dimensio au-delà de la sphère qui délimite les axes du cosmos visible, mundus imaginalis"17.

  • 18 Denys l'Aréopagite - Oeuvres complètes du Pseudo-Denys l'Aréopagite - traduction, commentaires et (...)

18La charte des anges composée définitivement par Denys l'Aréopagite insiste sur la différence essentielle entre les anges qui sont pures intelligences et les hommes dont l'âme est liée à la matérialité d'un corps18.

  • 19 Villette Jeanne - op. cit.

"Comment, /alors/, sans l'alourdir, donner un corps à cet être de rêve, saisir ce songe et le fixer /en image/ sans le dénaturer ? Comment avec de la matière faire vivre les esprits ?"19.

19La réponse était déjà donnée dans la Bible où de nombreux anges revêtent un corps lors de leurs apparitions (à Abraham, Agar, Balaam, Daniel, Elie, Marie, Zacharie, aux bergers, aux saintes femmes, etc.) et parfois s'en accommodent le temps d'une longue fréquentation des humains (l'ange Raphael et Tobie). Denys l'Aréopagite justifie moralement cet usage :

  • 20 Denys l'Aréopagite - op. cit. chap. XV.

"On leur donne la forme humaine parce que l'homme est intelligent, qu'il peut regarder en haut, qu'il a une stature droite et sublime, qu'il est né pour le principal et l'hégémonie /.../ qu'il règne sur tous par l'éminente vertu de son intelligence /.../ et par son âme naturellement libre et invincible"20.

20Mais ce corps n'est qu'une forme d'emprunt, une apparence, non une réalité.

21Parce que l'ange est délié du temporel, il ne saurait porter la marque de l'historicité : en conséquence il est éternellement jeune et toujours représenté comme tel, et cela déjà dans la Bible où les apparitions angéliques sont souvent signalées comme celles d'un jeune homme. Pour la même raison il ne se départit jamais de sa sérénité, même dans les scènes où l'ange chasse Adam et Eve du Paradis terrestre, ou empêche les âmes des pécheurs d'entrer dans la Jérusalem céleste.

  • 21 Arrouye Jean - L'annonciation siennoise - Impressions du Musée Granet 1 - Mars 1988.
  • 22 Stapert Aurelia - L'ange roman dans la pensée et dans l'art - Berg international 1975.
  • 23 Collinet-Guérin Marthe - Histoire du nimbe des origines aux temps modernes - Nouvelles éditions la (...)

22Son vêtement, tunique ou pallium ample, lui a été légué par les génies et les victoires antiques. Denys l'Aréopagite dit que c'est une "tunique sacerdotale", un "vêtement tout de feu". Blanche, comme le souhaite le deuxième concile de Nicée, bleue comme dans le Sacramentaire de Robert de Jumièges. verte comme sur certaines fresques romanes du Sud-Ouest, rouge comme dans le Sacramentaire de Saint-Etienne de Limoges, rose comme chez Fra Angelico, d'or comme dans l'Annonciation siennoise du Musée Granet d'Aix-en-Provence21, ou recueillant toutes les nuances chatoyantes de l'arc-en-ciel comme dans la Bible de la cathédrale de Laon. La couleur de la robe angélique est toujours le reflet de la lumière divine dont l'ange participe22. Le nimbe, cercle de lumière est comme le sceau de sa spiritualité23, tandis que les ailes, comme le dit si bien Denys l'Aréopagite, sont

  • 24 Denys l'Aréopagite - op. cit. - chap. XV.

"une heureuse image de la course rapide, de cet essor céleste qui entraîne toujours plus haut /les anges.../ La légèreté des ailes montre que ces sublimes natures n'ont rien de terrestre et que nulle corruption n'appesantit leur marche vers les cieux"24.

23Aussi tout contact physique entre ange et homme est-il inimaginable ; et pourtant lorsqu'il s'agit de figurer le réveil de dormeurs par le messager céleste qui s'est introduit dans leurs songes, il faut bien donner une traduction manifeste et sensible de l'action subtile et impérieuse par laquelle la créature de rêve oriente l'action humaine : Ainsi au chapiteau du songe de Joseph à Notre-Dame-du-Port de Clermont-Ferrand l'ange saisit Joseph par la barbe, sur le vitrail de la façade de la cathédrale de Chartres il réveille le plus âgé - le plus avisé - des rois mages en lui touchant l'épaule, sur le tympan de San-Mercurial de Forli il fond sur les mages endormis comme un aigle sur sa proie. Sur le chapiteau d'Autun le sculpteur a évité à la fois l'excès brutal de la saisie et le défaut incertain du survol par une distribution de gestes parfaitement expressive : les ailes encore déployées disent l'arrivée toute récente de l'ange ; de l'index de la main droite, d'un toucher exquisement léger qui est le plus juste compromis possible entre l'Impossibilité d'imaginer la forme de la relation entre un être céleste et des rois trop humains et la nécessité de la faire voir, l'ange effleure à peine le petit doigt du plus proche dormeur qui déjà s'éveille et s'émeut ; l'autre bras tendu désigne l'étoile et indique la voie à suivre. La durée cristallise dans l'espace de représentation ; l'avenir prend forme dans cette figure de l'irreprésentable : étrange accomplissement qui suppose une maîtrise souveraine de l'art d'imager.

***

24A première vue Gislebert, le sculpteur d'Autun, semble avoir voulu marquer dans la forme la différence essentielle de nature entre l'ange et les rois. La figure de celui-là est placée sous le signe du cercle : crâne rond sous le bonnet, nimbe parfaitement circulaire souligné d'une rangée décorative de trous percés au trépan, enchaînement en arc de cercle de l'aile et du bras qui s'allonge vers les rois ; le groupe de ceux-ci est sous le signe du rectangle : oreiller dont la forme est reprise par le bord du lit, couronnes réduites à de quasi bandeaux rectangulaires, allongement parallèle des têtes... L'ordre du quadrangle, terrestre, s'oppose ainsi à l'ordre céleste du cercle. L'admirable couverture bordée d'un triple galon précieux qui abrite les trois rois appartient formellement à l'univers angélique : sa bordure est courbe et ses plis concentriques semblent naître au contact du geste de l'ange, ondes de choc du songe dans l'eau plate du sommeil. Gislebert a sculpte un ange semblable à ceux qu'imagine Philippe Jaccottet,

  • 25 Jaccottet Philippe - Paysages avec figures absentes - Gallimard 1986.

"tels qu'ils peuvent réellement être, s'ils sont : puissances promptes et limpides, navettes aveuglantes éternellement occupées à tisser, au-delà de toute allégresse, l'étoffe de la lumière"25.

25Cependant

"Le Moyen Age, enivré d'arithmétique mystique et tout pythagoricien",

  • 26 Male Emile-op. cit.

26comme dit Emile Mâle26, ne pouvait se contenter d'oppositions aussi sommaires - et à vrai dire en partie contradictoires avec la signification doctrinale des rois mages, premiers adorateurs du Sauveur, attestant par leur diversité d'origine que le Christ est bien venu pour régner sur tous les peuples, témoins originels de la réalisation de la Promesse, prototypes du pèlerin que doit être tout chrétien, en marche à travers la vie vers la Jérusalem Céleste, hommes tout entiers tournés vers le ciel, s'il en fut. Et de fait la composition de la scène est régie par de plus savantes et signifiantes figures. Si l'on prolonge l'arc de cercle dessiné par l'aile et le bras de l'ange, le cercle ainsi obtenu passe par le centre de l'étoile à huit branches (huit, chiffre du renouveau, du nouvel âge de grâce) que montre l'ange du doigt. Ainsi l'acte présent, de l'éveil, et sa finalité, la marche vers l'étoile, sont mis en relation, reliés par ce cercle implicite, figure de la perfection divine et tracé du nécessaire accomplissement des desseins de la Providence. D'autre part le bord de la couverture admirable, du pied du lit à l'endroit où elle s'infléchit soudain vers le chef des trois rois, esquisse un autre cercle, plus grand, dont le centre est situé sur la ligne qui va du cœur de l'étoile au sommet de la pomme du montant du lit a gauche. Les deux cercles, celui qui englobe la couverture sous laquelle dorment les rois et celui qui génère le geste par lequel l'ange les éveille, se coupent au centre crucial de l'étoile d'espérance : conjonction symbolique, géométrie téléologique. De plus le rapport de leurs diamètres (la longueur du plus grand divisée par celle du petit) est le nombre d'or. Ce

"mariage du nombre et de la nuit",

  • 27 Bonnefoy Yves - Dévotion in L'improbable - Mercure de France 1959.

27Comme dit Yves Bonnefoy27 et son harmonisation par la proportion divine a valeur exemplaire et change la situation des rois en symbole de l'humaine condition : la vie est un songe, mais l'âme, éveillée et guidée par la grâce de Dieu, peut apprendre à se diriger vers la lumière céleste.

28La géométrie secrète qui charpente ainsi le chapiteau est, selon l'expression d'Henri Focillon,

  • 28 Focillon Henri - L'an mil -Colin 1952.

"un art de penser la forme, l'homme et le monde"28.

29Cet art repose sur des pratiques d'atelier, une technique artisanale de la composition par la règle et le compas dont il est possible, dans le cas du chapiteau des mages d'Autun, si intelligiblement organisé, de restituer le processus créateur.

  1. Soit d'abord, tracé sur le bloc de pierre venu de la carrière, un carré, ses diagonales et le cercle inscrit, qui est le grand cercle dont on vient de parler.
  2. A partir du centre d'intersection des diagonales tracer sur la droite un segment de droite horizontal de longueur égale à la moitié d'une diagonale : on obtient la limite droite de la sculpture, incluant le chevet du lit.
  3. A partir de la ligne de base du carré, prolongée sur la droite, élever la verticale passant par l'extrémité du segment horizontal précédemment tracé et arrêter cette verticale à une longueur égale à la demi diagonale du carré. L'horizontale tracée à partir de l'extrémité supérieure de cette verticale recoupe alors le cercle Inscrit dans le carré en un point qui est le centre de l'étoile. L'extrémité supérieure des pétales de l'étoile-fleur (dont la taille est sans doute décidée à vue d'œil) détermine l'arête supérieure de l'abaque du chapiteau.
  4. A partir du coin supérieur gauche du carré, reporter sur son côté la longueur d'une demi-diagonale. Le point obtenu est le haut de la pomme du montant du pied du lit, et la ligne reliant ce point au centre de l'étoile en passant par la croisée des diagonales est la corde de la couche des rois. De l'endroit où, sur la gauche, le cercle inscrit coupe cette droite, à celui où il coupe à droite la diagonale qui va du coin gauche supérieur au coin droit inférieur, sa circonférence dessine le bord inférieur de la couverture royale.
  5. Tracer un second cercle, dont le rayon est dans le rapport d'or avec celui du cercle Inscrit, de telle sorte qu'il passe par le centre de l'étoile et soit tangent au côté supérieur du carre. L'horizontale passant par le centre du cercle est l'arête inférieure de l'abaque du chapiteau. L'arc de cercle, qui s'étend du point où ce cercle coupe dans sa partie supérieure la diagonale qui va de l'angle supérieur gauche à l'angle Inférieur droit du carré au point où il recoupe la même diagonale dans sa partie inférieure, dessine la courbe qui enchaîne le bord de l'aile de l'ange et le tracé supérieur du bras qu'il tend vers les dormeurs, l'extrémité de l'index effleurant le doigt du roi est déterminée précisément par l'intersection du cercle et de la diagonale.
  6. Ici semble s'arrêter cette géométrie rigoureuse qui fixe, en fonction de tracés régulateurs, la dimension et l'orientation des traits visuellement et harmoniquement les plus notables de la composition de la scène. Et l'on peut supposer que, pour une bonne partie, le reste est dessiné à main levée, avant la taille de la pierre, ou conçu pendant celle-ci, en fonction des impératifs de lisibilité du sujet et d'harmonie de la représentation. Toutefois le nimbe est évidemment né du compas, la direction du bras désignant l'étoile commandée par celle de la diagonale voisine, et si la manche du bras droit paraît être tracée librement, son point le plus bas sert de centre pour tracer au compas la bordure de la couverture qui monte, à droite, de la diagonale au bras du dormeur du haut. Le rayon de ce cercle est égal aux deux tiers de la demi-diagonale.

30Ainsi toute l'organisation du chapiteau repose sur une scansion géométrique de l'espace de représentation mettant en œuvre les figures symboliquement privilégiées du cercle et du carré, et sur un jeu de proportions fondé sur le nombre d'or. L'œuvre est ainsi toute entière ordonnée selon le constat-exhortation de Sagesse qui a tant influé sur la création plastique au Moyen Age :

  • 29 Sagesse. XI, 20.

"Vous avez tout réglé avec mesure, avec nombre et avec poids"29.

31Et l'on pourrait dire de Gislebert ce que Marguerite Rossi écrit de l'auteur de Huon de Bordeaux :

  • 30 Rossi Marguerite - op. cit.

"c'est en homme de goût et en artiste soucieux d'abord de la force expressive de son œuvre que le poète a remis en honneur ou respecté plus facilement que d'autres ces procédés anciens de la composition"30.

32Cependant, tout comme le sujet de l'Annonciation qu'étudie Jeanne Villette, celui de l'avertissement angélique aux mages n'a de justification que morale ou allégorique. L'art est au service de la théologie et de la catéchèse, et Gislebert d'Autun, aussi original qu'il paraisse par rapport à ses contemporains, n'est d'abors que l'exécuteur de hautes œuvres dont la finalité est rien moins qu'esthétique.

  • 31 Villette Jeanne - La maison de la Vierge dans la scène de l'Annonciation - Laurens 1940.

"La valeur expressive d'un tel sujet, sa richesse doctrinale intéressent seules l'artiste ; bien plus, elles constituent pour lui tout le sujet, l'élément autour duquel s'organise son œuvre"31.

33La beauté sensible de la scène n'est que le miroir de la beauté intelligible de l'événement, la trouvaille du geste plein de tendre délicatesse de 1 ange qu'une image de l'ineffable douceur de l'insinuation de la grâce ; les divines proportions de la composition reflètent l'harmonie de la création divine et l'exigeante organisation géométrique est à la mesure de la nécessité de bien gouverner sa vie sous l'œil de Dieu, puisque cet épisode de la pérégrination des mages étrangers auxquels l'ange enseigne la voie du retour est le symbole du fait que tout homme est sur terre un exilé qui doit se soucier de réintégrer sa patrie céleste.

"Cette majestueuse cohérence de l'image"

  • 32 Gombrich E.H. - Les moyens et les fins - Rivages 1981.

34que vante E.-H Gombrich32 tient donc surtout à la fermeté de sa direction d'intentions. L'esthétique d'une telle œuvre n'est qu'un avatar de la Sagesse :

  • 33 Sagesse VII, 26-28.

"Elle est le resplendissement de la lumière éternelle
Le miroir sans tâche de l'activité de Dieu
Et l'image de sa bonté"33.

35A la lumière de cette sagesse, sub specie aeternitatis, le songe, exemplum idéal, cesse d'être étrange, les mages, images modèles du croyant, ne passent plus pour étrangers, et l'ange, vigilant gardien de la conscience, devient le plus proche des compagnons. Il faut donc faire sien le double jugement perspicace du poète :

  • 34 Char René - Faire du chemin avec... in Fenêtres dormantes et porte sur le toit - Oeuvres complètes(...)

"Le rêve, cette machine à mortifier le présent. Heureux le sculpteur roman des rois mages d'Autun"34.

36- Les dessins qui illustrent si lisiblement ce texte ont été faits par M. Jean-Baptiste Hémery que je remercie de sa sûreté de trait et de son amabilité.

Notes

1 Rossi Marguerite - Huon de Bordeaux - Champion 1977.

2 Gracq Julien - Le rivage des Svrtes - Corti 1957.

3 Par exemple, et au hasard, tympan de la porte sud de Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand, cloître de l'église de Saint-Gaudens, chapiteau de la cathédrale d'Autun, primitivement placé près de la croisée du transept et de l'autel majeur, les parties les plus nobles du sanctuaire.

4 Matthieu il, 1-2. Toutes les citations en français sont faites à partir du texte de La Sainte Bible, traduction par l'abbé A. Crampon 1905. Le fragment cité en latin l'est d'après le texte de la Vulgate, retenu parce que dans la traduction Crampon la mention de l'Arabie a disparu.

5 Monneret de Villard Ugo - Le leggende orientali sui magi evangelici - Biblioteca apostolica vaticana - Vaticano 1952.
Hildesheim Giovanni di - La storia dei re magi - traduzione e commenta di Alfonso M. di Nola - Vallecht - Firenze 1956.

6 Ce mont est donc dans le "pays du Nud, à l'Orient d'Eden" où se retire Caïn après le meurtre d'Abel et la mélédiction de Jehovah (Genèse IV, 16).

7 Matthieu II. 11.
Selon Le livre de la caverne des Trésors, qui remonte au Ve siècle, les manuscrits arabes, syriaques ou éthiopiens qui lui sont apparentés, et la Chronique du couvent de Zuanin. les mages trouvent l'or, l'encens et la myrrhe, qu'ils porteront à l'enfant Jésus, dans une caverne, située sous la montagne du haut de laquelle ils observent les astres. Ils y ont été déposés par Seth en même temps que le testament de son père Adam, dans lequel il est prescrit que ces trésors qu'il a emportés du Paradis terrestre devront être remis au Sauveur du monde qui naîtra à Betléem. Ainsi de l'ancien au nouvel Adam, de celui qui perdit l'humanité à celui qui la rachètera, une chaîne est établie dont les mages sont le maillon intermédiaire.

8 Bibliothèque Nationale - Manuscrit latin 4884, f° 51 V.

9 Les auteurs divergent sur ce point :

  • Leclercq Henri - Dictionnaire d'archéologie chrétienne et de liturgie - tome X - Letouzé et Are 1931.
  • Male Emile - L'art religieux du xiie siècle en France - Colin 1922.
  • Kehrer H - Die heiligen drei Könige in Literatur und Kunst - Leipzig 1908.

10 Hadzidakis - Exceptus patrum - Collectanea Flores - Byzantion t. XIV, fasc. 1, 1939.

11 Vezin Gilberte - L'adoration et le cycle des mages dans l'art chrétien primitif, étude des influences orientales et grecques sur l'art chrétien - P.U.F. 1950.

12 Migne – 31, cl. 1469, 15.

13 Zarnechi George et Grivot Denis - Gislebert. sculpteur d'Autun.
Grivot Denis - La sculpture du xiie siècle de la cathédrale d'Autun - S.A.E.P - Colmar -Ingersheim 1976.
L'Histoire des rois mages selon l'évangile de Saint Matthieu - Trianon 1964. Je remercie M. Germain Collinet de m'avoir prêté cet ouvrage illustré de très lisibles photographies des œuvres de Gislebert.

14 Villette Jeanne - L'ange dans l'art d'Occident du xiie au xvie siècle - Laurens 1940.

15 Id.

16 Origène - Homélie sur la Genèse - traduction Louis Doutreleau, introduction de Henri de Lubac - Cerf - Lyon 1944.

17 Cacciari Massimo - L'ange nécessaire - Bourgeois 1988.

18 Denys l'Aréopagite - Oeuvres complètes du Pseudo-Denys l'Aréopagite - traduction, commentaires et notes de Maurice de Condillac - Aubier 1943.

19 Villette Jeanne - op. cit.

20 Denys l'Aréopagite - op. cit. chap. XV.

21 Arrouye Jean - L'annonciation siennoise - Impressions du Musée Granet 1 - Mars 1988.

22 Stapert Aurelia - L'ange roman dans la pensée et dans l'art - Berg international 1975.

23 Collinet-Guérin Marthe - Histoire du nimbe des origines aux temps modernes - Nouvelles éditions latines 1961.

24 Denys l'Aréopagite - op. cit. - chap. XV.

25 Jaccottet Philippe - Paysages avec figures absentes - Gallimard 1986.

26 Male Emile-op. cit.

27 Bonnefoy Yves - Dévotion in L'improbable - Mercure de France 1959.

28 Focillon Henri - L'an mil -Colin 1952.

29 Sagesse. XI, 20.

30 Rossi Marguerite - op. cit.

31 Villette Jeanne - La maison de la Vierge dans la scène de l'Annonciation - Laurens 1940.

32 Gombrich E.H. - Les moyens et les fins - Rivages 1981.

33 Sagesse VII, 26-28.

34 Char René - Faire du chemin avec... in Fenêtres dormantes et porte sur le toit - Oeuvres complètes - La Pléiade 1983.

Auteur

Université de Provence (Aix-Marseille I)

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter