Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vieillesse et vieillissement au Moyen Âge

Une vieille bien singulière (Méraugis 1463-1478)

May Plouzeau

Texte intégral

  • 1 M. Plouzeau, Vingt regards sur l’enfançonnet, pp. 201-Z18 de L’enfant au Moyen-Age (Senefiance 9, A (...)

10.1. Il y a quelques années, un de nos colloques se penchait sur l’enfance. Alors pleine d’ardeur, nous entreprenions une synthèse de l’image du nourrisson a travers les textes médiévaux1. Voici venir le temps d’un sujet plus réduit. Economisant nos forces, nous nous attacherons a un seul texte, un seul personnage, un seul aspect de ce personnage : son portrait physique. En outre, la minutie tatillonne des présentes pages, centrées sur quelques mots, n’aura pas le charme d’une étude littéraire.

  • 2 Nous avons transcrit W à Vienne (fol. 10b). Nous avons pu nous rendre compte à Turin, en 1978, que (...)

20.2. Nous nous occuperons d’un passage de Méraugis de Portlesguez, roman de Raoul de Houdenc. Ce passage est contenu dans trois manuscrits : V (Vatican, Regina 1725, 13e siècle), W (Vienne, Oesterreichische Nationalbibliothek 2599, fin du 13e ou début du 14e siècle), et T (Turin, Biblioteca Nazionale Universitaria L, IV, 33, 14e ou 15e siècle). La transcription qui vient suit la numérotation de l’édition de Méraugis par Friedwagner, mais se fonde sur notre propre copie de V (fol. 106c) ; l’on indique les variantes de sens des autres manuscrits2.

1463 /./ La vielle qui mout fu guernue
guernue : chenue W, cornue T
1464 Et granz et hisdeuse et ossue.
hisdeuse : hardie WT ; ossue : corsue (corrigé sur cousue) T
1465 Mes de si grant aïr estoit
1466 Quant toz li monz gele de froit,
Quant : Que WT ; toz : tanz T ; gele d. f. : geloit d. f. W, la desiroit T
1467 Et el chevauche deffublee
Et el : Et ele (+1) W, Elle T
1468 Et fu de tel robe atornee
de tel : d’autel WT ; atornee : afublee T
1469 Com se il fust el tenz d’esté.
Com se il fust : Com ce fust enz W, Com se ce fust T ; tenz : mois W
1470 Q’en diroie ? Bele ot esté,
1471 Et mout se tint noblete et cointe.
tint : tient WT ; noblete : et noble W
1472 Se viellece ne l’eüst pointe,
Se : Sa W
1473 Ce fust la plus cointe a devise.
Ce fust la plus cointe : Ele fu tres bele W
1474 Desloiee fu par cointise,
1475 S’ot .i. cercle d’or en son chief ;
S’ot .i. cercle : Si (+1) ot .i. cercel W, Et ot cercle T
1476 Mes itant i ot de meschief
itant : que tant T
1477 Au cercle metre que li crin
cercle : cercel W
1478 Estoient blanc de regaïn.
blanc : blonc W, blont T ; regain : regarin W.

30.3. Le personnage de la vieille ne fait l’objet d’aucun autre portrait que celui que nous avons reproduit. Il sera tenu compte de l’ensemble du passage de Méraugis où elle apparaît (Méraugis, éd. Friedwagner, 1432-1535) pour tenter de comprendre les textes des scribes et de conjecturer celui qu’a pu vouloir l’auteur.

***

41.1.1. W présente une femme chenue. Or, nous verrons que cornue de T et guernue de V remontent à une leçon commune qu’on peut juger avoir été originale ; par ailleurs, le copiste de W parle ensuite de cheveux “blonds” (1478), ce qui a chance d’être la bonne leçon. Le mot “vieille” aura appelé mécaniquement sous sa plume l’adjectif “chenue”, ou bien encore il est dû, par une association d’idée similaire, à la blancheur du paysage ambiant : Li jorz fu froiz, quil ot negié (Méraugis, éd. Friedwagner, 1412 ; tous les manuscrits sont d’accord sur ce vers).

5Donc, point de vieille “chenue” sous la plume de l’auteur.

  • 3 A savoir, principalement les éditeurs de Méraugis et ceux qui ont donné un compte rendu de ces édit (...)
  • 4 Cornue mit T, von der Haartracht, /./ oder im Sinne von ’dick, stark’, worüber Scheler zu Bast. 13 (...)

61.1.2.0. Cornue, de T, ne fait l’objet d’aucune remarque de la part de Friedwagner, et cette occurrence de Méraugis manque au Godefroy et au Tobler-Lommatzsch (nous les désignerons dorénavant par les abréviations Gdf et TL) ; à plus forte raison est-elle absente du FEW. Parmi les philologues qui ont traité de Méraugis3, seul Ebeling, semble-t-il, s’est attaché à définir le sens du mot. Selon lui, cornue est la meilleure leçon, qu’il signifie “munie de cornes (ornementales)” (sens que nous examinerons plus tard) ou “dick, stark”4.

71.1.2.1.0. Pour justifier cette traduction par des mots équivalant à “fort, solide, massif”, Ebeling invoque deux autorités : Scheler dans son édition du Bâtard de Bouillon, et Littré.

  • 5 Göttingische gelehrte Anzeigen, 1877 (2e partie), pièce 51, 1601-1630 ; compte rendu réimprimé dans (...)

81.1.2.1.1. C’est le vers correspondant a l’actuel Bâtard TLF 1348 (le manuscrit est unique) qui est allégué : Chascune tour estoit sus .j. rochier agu ; Haute fu de murage de maint quaillel cornu (Bâtard TLF, 1347-48). Vu le contexte, Scheler comprenait que les murs étaient faits de pierres massives. Mais dès 1877, dans un compte rendu de l’édition Scheler5, Tobler rectifiait cette interprétation, en citant encore des pains cornus : il faut comprendre “anguleux”, originellement, “munis de cornes”. A l’heure présente, les recensements des articles cornu de Gdf 9 et de TL, de l’article cornutus du FEW, montrent à l’évidence que la traduction de Tobler s’impose. En 1900, Ebeling était certes moins bien armé que nous, mais l’on voit qu’à son époque l’on connaissait déjà le sens juste : il pouvait disposer du compte rendu de Tobler précité, et du tome 9 de Gdf, paru en 1898.

91.1.2.1.2. Il y a plus. Pour soutenir sa traduction par “dick, stark”, Ebeling renvoie également à “Littré im Historique”. Il s’agit de la partie “Historique” de l’article cornu du Littré, laquelle comporte exclusivement des citations, sans interprétation de la part de Littré. Ebeling s’appuie probablement sur l’exemple suivant : “/./ maçue, Qui moult estoit grant et cornue /./ (Ren. 6594)”, ce qui témoigne d’une lecture bien rapide du dictionnaire : en effet, d’une part Littré ne définit à aucun endroit cornu par un mot signifiant “massif” ou “solide” et d’autre part, l’on y trouve bien la définition “qui a des coins ou angles saillants”.

  • 6 Dialogue entre le nain et Méraugis : “/./ Cele vieille qui est la A l’entree de cele lande Le (mon (...)
  • 7 Ele vet chaçant de loing Le cheval au nain ; si vos di Qu’ele ot dou frain le nain servi Et batu ta (...)
  • 8 Voir note 4.

101.1.2.1.3. En fait, c’est l’aspect et l’attitude de la vieille, grande (1464), pleine d’aïr (1465), s’attaquant à un nain sans défense6, donnant du fouet aux hommes et aux bêtes7, qui a dû inspirer au critique cette vision de force et de solidité. Interprétation subjective, donc, non fondée, et il est paradoxal de voir Ebeling s’appuyer sur un sens inexistant de cornu pour affirmer ici la supériorité de la leçon de Turin8.

  • 9 Les attestations des sens “anguleux, saillant” etc. de l’article cornutus du FEW n, 2, sont dispers (...)
  • 10 L’exemple de Hue de la Ferté cité comme suit par Littré, “/./ le fort escu [de] Maistre Gautier le (...)
  • 11 “Cheval cornu ‘qui a les os des hanches très saillants’ (seit Boiste 1829).” FEW II, 2, 1206b.

111.1.2.2. Le contexte peut évoquer une autre vision : celle d’une vieille sans rondeur, aux articulations pointues, en un mot, “anguleuse”. Comme nous l’avons vu (cf. 1.1.2.1.1. et 1.1.2.1.2.), ce sens est bien attesté dans les dictionnaires qui offrent quantité de pains et de cailloux “cornus”9. Par malheur, l’adjectif ainsi compris ne paraît guère qualifier que des objets10 (si on l’exclut comme terme de vétérinaire11). Il est donc risqué de prêter cette signification à la leçon de T.

121.1.2.3.0. Dans le domaine des traits physiques, cornue pourrait revêtir un dernier sens : portant une coiffure en forme de cornes. Les cornes, obtenues en répartissant cheveux et matériaux divers en deux masses au-dessus des oreilles, constituaient une coiffure qui connut une faveur durable, à défaut d’être justifiée.

  • 12 Li Vers de le Mort, poème artésien anonyme (sic) /./ publié /./ par Carl August (c’est à tort que B (...)
  • 13 Cf. Lecoy de la Marche, 438-439.
  • 14 Cf. Lecoy de la Marche, 439-440 et 525.
  • 15 Enlart, Costume, 205, se trompe dans la référence de ce texte ; c’est également à tort qu’il en sit (...)
  • 16 Enlart, Costume, 205, situe encore à tort ce texte au 14e siècle : on le trouve dans le MS BN fr. 8 (...)
  • 17 Ce texte fait encore partie du groupe qu’Enlart, Costume, 205, place à tort “vers le troisième quar (...)
  • 18 “Il n’y a pas lieu, semble-t-il, de mettre en doute a priori l’indication des manuscrits : toutefoi (...)
  • 19 On trouve une traduction de l’intégralité de ce poème dans The Political Songs of England /./ Edite (...)
  • 20 Rectifier l’interprétation de hurtebelin donnée dans le glossaire : comparer notre § 1.1.2.3.2.
  • 21 Viollet le Duc 3, 206-7, donne la ballade 1209 et affirme qu’elle a été composée “vers 1390”. Enlar (...)
  • 22 Pour Juvenal et le Journal, voir J.-F. Michaud et J.-J.-F. Poujoulat, Nouvelle collection des mémoi (...)
  • 23 Voir la citation de Gay 1, 429b ; nous n’avons pu nous reporter au contexte.
  • 24 Ce poème est publié par Th. Wright et J. O. Halliwell dans Reliquiae Antiquae 1 (Londres 1841), 79- (...)

131.1.2.3.1. Voici une liste grossièrement chronologique des textes où nous avons trouvé mention de cette coiffure : les Vers de la Mort de Robert le Clerc, strophe 5512, poème dont il “semble probable”, dit G. Paris dans Romania 20 (1891), 139, qu’il a été “écrit en 1244” ; le Roman de la Rose CFMA, 13267, donc dans la partie écrite par Jean de Meun ; selon F. Lecoy, cette partie a été composée entre 1269 et 1278 (cf. Rose CFMA 1, VIII) ; Gilles d’Orléans en 127313 ; la Clef damors, éd. Doutrepont, 2275, 2277, 2286 ; ce texte, écrit l’éditeur acceptant une conjecture de G. Paris, a pu être composé en 1280 ; Pierre de Limoges (qui meurt en 1306)14 ; la Contenance des femmes, dans Jubinal, Nouveau Recueil 2, p. 173 (variante) et p. 17615 ; Des Cornettes, dans Jubinal, Jongleurs et Trouvères, pp. 88, 90, 9116 ; le Mariage des filles au diable, dans Jubinal, Nouveau Recueil 1, p. 28717 ; Nicole Bozon, le Char dOrgueil, éd. Vising, p. 15, dans un passage connu aussi sous le nom de Geste des dames (voir ibid., p. XI) ; le poème est vraisemblablement antérieur à la Lettre de lempereur Orgueil, laquelle “a dû être composée entre 1291 et 1310” (ibid., p. IX). Citons encore le Testament attribué par les manuscrits à Jean de Meun, ce qui nous placerait au début du 14e siècle, puisque l’écrivain mourut en 130518 ; un poème latin conservé dans un manuscrit du début du 14e siècle dont Wright cite un passage dans Archaeological Journal 1, 4819. Appartiennent à coup sûr à la deuxième moitié du 14e siècle : les Poésies de Gilles le Muisit (cf. II, 3320, 34 et 209 dans l’éd. de Kervyn de Lettenhove, Louvain 1882, et, pour la date, l’article sur cet auteur du Dictionnaire des lettres françaises, Le Moyen Age) et le Livre du chevalier de la Tour Landry pour lenseignement de ses filles (éd. par A. de Montaiglon, Paris 1854), pp. 98-99, Livre qui fut composé “en 1371 et en 1372” selon l’éditeur, p. xiv. Sans doute faut-il rattacher au 14e siècle deux ballades d’Eustache Deschamps (les pièces 1209 et 1210 de Deschamps SATF), qui, de toute façon, n’ont pu être composées qu’entre 1360 et 140721. La folie des cornes se poursuit au 15e siècle : Juvenal des Ursins y fait allusion pour l’année 1417, le Journal dun bourgeois de Paris pour 142922. E. Langlois signale que “Lydgate a écrit une Ballad on the forked head-dresses of ladies” (Rose SATF 5, 276) ; cet auteur vécut de 1370 à 1450. Jacques du Clercq mentionne encore les cornes en 146723. Enfin, un poème anglais contenu dans un manuscrit du 15e siècle y est intitulé A dyte of womenhis homys24.

  • 25 Nos citations sont extraites de Jubinal, Jongleurs et Trouvères, pp. 87, 88, 90, 91. A. Guesnon a p (...)

141.1.2.3.2. Série fastidieuse ! On coupera court aux citations, dont du reste les articles corne et cornu de TL donnent un assez grand nombre, pour n’en retenir qu’une, précisément absente de ces articles. L’on apprend dans les Cornettes que Li evesques parisiens /./ commande par aatie Que chascun hurte belin die sur le passage de femmes ainsi coiffées, afin de se gagner des indulgences : Se des fames ne nous gardon, Ocis serommes. Cornes ont por tuer les homes. Dautrui cheveus portent granz sommes, Desus lor teste. /./ De chanvre ouvré ou de lin Se font cornues, Et contrefont les bestes mues /./. De lor cornes est grant parole, Genz sen gabent /./. Mès je croi bien que le déable Les veut asseoir à sa table, Qui leur ensaingne Que ni ait nule qui se faingne De porter de péchié lensaingne Desus son chief25.

  • 26 La seule exception est la Contenance des femmes : simple mention de cornue dans Jubinal, Nouveau Re (...)
  • 27 Char d’Orgueil, éd. Vising, p. 15.

151.1.2.3.3. Il convient de souligner que les passages ayant trait aux cornes dont nous avons dressé la liste sont généralement longs, pleins de verve, et surtout, parfaitement clairs et ne laissant aucun doute sur la nature et l’aspect des cornes ornementales26 ; par ailleurs, l’adjectif cornu y est souvent attesté et l’on va jusqu’à rencontrer descornue qualifiant une malheureuse dépourvue de ces protubérances27.

161.1.2.3.4. Les témoignages iconographiques ne sont pas moins nombreux : voir Viollet le Duc 3, 228 sqq., Gay 1, 430, Enlart, Costume, 183, 195-199.

  • 28 Voir la note 21 p. 255 de notre article des Mélanges Jonin.

171.1.2.3.5. Rien ne s’oppose donc, semble-t-il, à ce que notre vieille cornue exhibe de tels atours. Toutefois, aucune des attestations que nous avons pu réunir n’est antérieure au 13e siècle, et il n’est pas certain que le début du siècle en fournisse une seule. En outre, tirant un argument a silentio de l’excellent Womens Costume in French Texts of the Eleventh and Twelfth Centuries d’E. R. Goddard (Baltimore-Paris 1927), on peut affirmer que la mode des cornes est totalement inconnue jusqu’à la fin du 12e siècle. Or, la composition de Méraugis se situe entre le Perceval de Chrétien et les environs de 1234, et en fait, sans doute assez près de Perceval, comme nous avons eu l’occasion de le rappeler28. Dans ces conditions, il est peu probable que l’auteur lui-même ait qualifié sa vieille de cornue, au sens que nous discutons ici.

  • 29 Voir Méraugis, éd. Friedwagner, XX, XXI, LVI ; E. Stengel, Mittheilungen aus französischen Handschr (...)

181.1.2.3.6. En revanche, le copiste de T a pu donner ce sens à cornue, puisqu’il écrivait au 14e ou au 15e siècle29. Comme le personnage est apparu sous un jour odieux (cf. 1.1.2.1.3.), le scribe lui prêterait des attributs aussi redoutables que ridicules. Mais ce faisant, non moins que le copiste de W écrivant chenue, influencé par le sens général du passage, il céderait à ses fantasmes en péchant contre la cohérence de sa propre description : en effet tous les manuscrits s’accordent pour nous montrer une vieille desloiee (1474), c’est-à-dire, puisque le participe se trouve dans une séquence consacrée à la tête de la femme, “aux cheveux défaits, non attachés”.

19En tout état de cause, le sens de cornue, “munie de cornes” n’est pas acceptable.

  • 30 Celle des Vilains, mal comprise par Gdf 2 : cf. Romania 48 (1922), 255 ; Faral situe la pièce “dans (...)

201.1.2.4. Nous n’avons plus à notre disposition qu’un sens possible, celui de “sot, bizarre, extravagant” : cf. les articles cornu de Gdf et de TL, l’article cornutus du FEW 2 ; toutefois, aucun exemple n’est antérieur au 13e siècle, qui fournit du reste une seule attestation30. S’appuyant sur cette attestation, on pourrait à la rigueur créditer Raoul de l’emploi de ce mot. Mais cornue, “bizarre”, qui introduirait un jugement de valeur de la part de l’auteur sur sa créature, détonnerait par rapport au reste de la description, toute en notations sur le physique et l’ardeur du personnage, et produisant un fort effet visuel. Il est donc raisonnable de voir dans la présence de cornue la marque d’une intervention propre au copiste de T, sans que l’on puisse se prononcer sur le sens qu’il donnait au mot.

211.1.3.0. Guernue, de V, est une forme de crenue, “chevelue, munie de longs cheveux”. Crenu est un mot courant à l’époque de Méraugis, et si notre attestation manque aux dictionnaires (articles crenu de Gdf et TL, article crinis du FEW 2), c’est sans doute d’une part parce que le contexte immédiat est sans intérêt et d’autre part, parce que la forme guernu est déjà fort bien représentée dans ces articles.

22Nous examinerons cependant l’ensemble du groupe crenu, kernu, guernu, grenu constitué par les exemples de ces articles, à quoi s’ajouteront quelques occurrences relevées au hasard de lectures. Nous tenterons de voir si guernu est marqué dialectalement, et si oui, d’établir un rapport entre cette marque et l’histoire de notre texte.

231.1.3.1.0. Commençons par les formes à métathèse ; nous les rangeons en trois catégories : formes dont nous ignorons la provenance dialectale, formes issues de manuscrits peu marqués dialectalement, formes issues de manuscrits bien marqués dialectalement.

241.1.3.1.1. N’ayant pas accès à l’édition, nous ne pouvons situer le quernu d’Aubery, éd. Tarbé, cité dans l’article crenu de Gdf.

251.1.3.1.2. Les attestations issues de manuscrits peu marqués dialectalement sont les suivantes. Il s’agit de quernu d’Ami et Amile CFMA, 961 et 1032 (MS BN fr. 860, dont les rares traits dialectaux, pour la partie qui contient ce texte, orientent surtout vers l’est et parfois vers le nord : voir pp. XIV-XVI de l’édition) ; de quernu d’Erec, éd. Foerster, v. 1415 : variante du MS BN fr. 1420, “central französisch” selon l’éditeur, p. III ; de quernu de Perceval cité dans l’article crenu de Gdf d’après le MS Montpellier H 249, qui est “Francian” selon Roach, First Continuation 1, p. xxii ; de guernus de “GCoins. 123, 582” cité par TL, article crenu, d’après l’éd. Poquet de Gautier de Coinci, dont le MS de base, l’actuel BN n. a. fr. 24541 fait partie de ceux qui ont été écrits “dans le Soissonnais ou l’Ile-de-France” (Ducrot-Granderye, p. 127) ; de quernu de Gaydon APF, 2414 dont la base est encore le BN fr. 860 (voir supra dans le même paragraphe).

261.1.3.1.3. De manuscrits marqués dialectalement sont issus quatre kemu(z) fournis par des scribes anglo-normands copiant des auteurs anglo-normands : Philippe de Thaon, Jordan Fantosme, Protheselaus (dans l’article crenu de Gdf) et la Petite Philosophie éditée par W. H. Trethewey (Oxford 1939) citée dans le FEW II, 2, 1344 (nous n’avons pas eu accès à ce texte).

27Le reste des formes à métathèse se trouve dans des manuscrits picardisants : gernus dans Antioche, éd. Duparc, 7959, 8705 (base : BN fr. 12558) ; gernus de Blancandin TLF, 5716, dans un passage qui reproduit le MS BN fr. 375 ; tiré du même MS, gernu d’Erec cité par l’article crenu de Gdf ; c’est une variante a crenu d’Erec, éd. Foerster, 1415 : l’édition montre qu’en cet endroit le MS de Chantilly d’Erec, également picard, porte aussi gernu ; ce même MS est la base de Rigomer, où on lit gernu au v. 14292 ; quernu de Doon APF, 2726 (base : Montpellier H 247) ; quernu(s) de Gaufrey APF, 51, 4809, 4818 (base : Montpellier H 242) ; gernu d’Ogier, éd. Eusebi, 5281, 5302, 5312, dont le MS de base, Tours 938, fu “eseguito in Italia su di un modello proveniente dal Nord della Francia” (Ogier, éd. Eusebi, p. 35).

281.1.3.2.0. Classons pareillement les formes à initiale sonore.

  • 31 On lit dans le glossaire : “*Grenu, v. crenu”, et “crenu, grenu, adj., à longs crins 801 ; r. pl. -(...)

291.1.3.2.1. Il est deux attestations dont nous n’avons pu définir la source manuscrite. Nous n’avons pu découvrir de quel codex est tiré grenu du Vengement Alixandre, éd. Edwards, cité dans le FEW II, 2, 1344. Cette édition donne grenu dans le glossaire, mais à aucun des endroits allégués on ne trouve cette forme, ni dans le texte, ni dans l’apparat31.

30Tout aussi énigmatique est grenons grenuz. (G. de Coinci, Mir., ms. Brux., f° 100d)” de l’article crenu de Gdf, car deux manuscrits à Bruxelles renferment les Miracles : Bibliothèque royale 9229-30 et Bibliothèque royale 10747 ; toutefois, comme l’article esbaïr de Gdf désigne par “ms. Brux.” le deuxième de ces manuscrits (voir Romania 59 (1933), 492), sans doute est-ce au même que renvoie l’article crenu. Auquel cas, ce manuscrit, appartenant au groupe de ceux qui ont été “écrits dans le Soissonnais ou l’Ile-de-France” (Ducrot-Granderye, 127), serait peu marqué dialectalement.

311.1.3.2.2. Provient d’un codex peu marqué dialectalement la variante grenu du vers 2589 de Charrette, éd. Foerster, tirée de notre MS V, et guernus de Gautier de Coinci cité § 1.1.3.1.2.

  • 32 Le texte d’Antioche, éd. Paris, est trop composite (cf. Antioche, éd. Duparc, 2, 19) pour qu’on uti (...)
  • 33 Non 25519 comme on lit dans Bueve 1, XI.

321.1.3.2.3. Toutes les autres formes en g- viennent de manuscrits picardisants. Aux formes de type guernu citées § 1.1.3.1.3., s’ajoutent celles de type grenu : Aiol 9479 et 9514 (BN fr. 25516) ; Alexandre, éd. Michelant “f° 57b” (dans Gdf, article crenu) et p. 43, 22 (BN fr. 786) ; variante de BN fr. 795 au v. 8705 d’Antioche, éd. Duparc32 ; Baudoin de Sebourc VI, 635 (BN fr. 12552) ; Bueve 1, 2908 (BN fr. 2551633) ; Bueve 3, 2043 (Turin L, II, 14) et variante au vers 352 (BN fr. 12548), Chevalier au cygne, éd. Reiffenberg, 16612 (cité par Gdf, article crenu) ; Perceval, éd. Potvin, 10344 (MS de Mons), et le vers correspondant de Perceval TLF, 8975 (BN fr. 12576) ; Escoufle TLF, 7976 (MS Arsenal 6565) ; Ogier, éd. Eusebi, 5291, 6486 (voir § 1.1.3.1.3.) et variante au vers 5293 (BN fr. 24403).

331.1.3.3. Synthétisons.

34Des formes à métathèse, une est de provenance indéterminée, 6 proviennent de manuscrits peu marqués dialectalement, 4 de manuscrits anglo-normands, 13 de manuscrits picardisants. Des formes à initiale sonore, 2 sont de provenance indéterminée, 2 proviennent de manuscrits peu marqués dialectalement, 24 de manuscrits picardisants.

  • 34 Gossen ne mentionne nulle part la sonorisation de kr. Il semble qu’elle ait des causes en partie ph (...)

35Il n’est pas étonnant que les formes à métathèse, représentées sur des aires géographiques variées, se concentrent néanmoins dans l’ouest et en Picardie, où ce phénomène phonétique est bien connu. Ce qui est plus curieux, c’est la forte porportion de formes à initiale sonore issues de manuscrits présentant de nombreux traits du nord ou du nord-est (au moins 24 sur 28) : cette forte proportion nous incline à voir dans la sonorisation un phénomène phonétique, dont cependant ni Pope ni Gossen ne font état pour cette région, et à nuancer l’affirmation du FEW II, 2, 1345a, selon laquelle grenu est “im anlaut von afr. grenon beeinflusst”34.

36On notera que, des quatre formes en g- issues de manuscrits de provenance inconnue ou peu marqués dialectalement, une est dans une œuvre d’un Picard (le Vengement Alixandre), deux chez Gautier de Coinci, habitant du Soissonnais. Reste notre MS V, qui fournit grenu de Charrette et guernue que nous discutons. Il est dû à un seul copiste. La forme de la Charrette ne peut s’expliquer comme un souvenir de la langue de l’original. Pour Méraugis, la question est plus délicate, car la langue de l’auteur offre quelques picardismes, au demeurant discrets (cf. Méraugis, éd. Friedwagner, XLIX). On peut émettre l’hypothèse que le scribe a emprunté aux manuscrits qu’il recopiait les “quelques traits picards” (Micha, Tradition manuscrite, 41), très rares, de son codex, et au nombre desquels nous rangeons guernue.

371.1.4. De son côté, cornue, du manuscrit de Turin (lui-même picard) s’explique en lui supposant un modèle picardisant qui portât cernue. L’étude poussée (poussive !) que nous avons menée, oriente donc de plusieurs parts vers le nord pour certains moments de l’histoire de Méraugis.

  • 35 Nous renonçons à élucider le v. 1466 de T, qui nous paraît totalement aberrant, et que n’éclairent (...)

381.2. La suite du portrait n’offre guère de difficulté, en dépit de divergences occasionnelles entre les copies35, et nous ne paraphraserons pas un texte aussi limpide qu’allègre.

391.3.0. Mais au vers 1478, qui est aussi le dernier du portrait, la multiplicité des variantes nous met à nouveau dans l’embarras. Après avoir étudié l’énigmatique regarin, nous reviendrons à l’ensemble du vers.

401.3.1.1. Regarin de W est une forme dont la présente attestation fournit la seule occurrence connue. Michelant, qui édite W, ne commente ni le mot ni le vers. De ceux qui ont donné un compte rendu de son édition (35), seul Littré s’est arrêté à la forme : “J’ignore également [ce qu’est] regarin /./. Je recommande à ceux qui s’occupent de notre langue, ce mot regarin” (Etudes et Glanures, 361). Gdf consacre une entrée particulière à regarin, le cite dans son contexte (correspondant aux vers 1475-78 de notre extrait, mais tirés de l’édition Michelant, qui remplace sans le signaler blonc par blanc), et substitue un point d’interrogation à la traduction. Friedwagner suit V en 1478, rédige une note à ce vers, et la termine ainsi : “Aber regarin W ?”

  • 36 Voir note 3.
  • 37 ZRP 24 (1900), 535.
  • 38 L’original a paru dans la Zeitschrift für vergleichende Sprachforschung auf dem Gebiete der indoger (...)
  • 39 Donc, la discussion de ces cinq mots se trouve dams Tobler (voir note 37), G. Paris (Romania 6 (187 (...)

411.3.1.2.0. Nous l’avons vu, l’édition Friedwagner a suscité de nombreux comptes rendus36. Celui d’Ebeling est le seul à traiter de regarin. Pour lui, le r du mot est à rapprocher de celui de “devorer aus devotare, afirer : afier u. s. w.”37 qui, dit-il, a été traité par Tobler dans la Zeitschrift de Kuhn, puis par Körting. Ce qu’Ebeling ne semble pas avoir remarqué, c’est que Körting ne soutient nullement la thèse de Tobler, qui est la suivante : il existe un certain nombre de formes présentant un r intérieur qui a surgi là pour combler un hiatus. Dans la Romania de 1877, G. Paris traduit fort exactement un passage de Tobler38, sépare è juste titre les exemples du philologue en catégories relevant de problématiques distinctes, et se et en devoir de montrer que nombre des attestations de Tobler sont sans valeur. Tobler répond à Paris dans le numéro 1 de la ZRP, puis Körting résume le dialogue. De cette discussion (dont on trouvera en note39 les références bibliographiques), nous retiendrons les cinq seules formes qui offrent le même schéma phonétique que regarin, et où la présence de r paraît relever de causes phonétiques : ce sont convirer, devorer, esbarir, afirer, garignier. Nous présenterons les traits pertinents de la discussion en les assortissant d’apports personnels.

421.3.1.2.1. Tobler propose de lire convirer, “convier” au lieu de conjurer de “Troie 24609”. Conjurer “peut fort bien rester”, écrit Paris (Romania 6 (1877), 131), sans plus. La réponse de Tobler (ZRP 1 (1877), 479), n’est pas convaincante pour qui dispose, comme nous le faisons maintenant, de Troie SATF, 24709 (le vers correspondant dans cette édition), de Troie SATF, 27425, et de la note aux vers 24709-10 de Troie SATF. Néanmoins, qui n’a pas consulté les manuscrits ne peut valablement discuter la question.

  • 40 Elle est également acceptée par le FEW 3, article devotare, et, à sa suite, par H. Rheinfelder, Kul (...)

431.3.1.2.2. L’ancien français connaît un verbe devorer, bien attesté, signifiant “maudire”. Tobler le fait remonter à devotare (l’ancien français n’a pas de forme devöer). Paris pense que devorer, “maudire”, n’est autre que devorer (latin devorare), car “la transition du sens n’est pas impossible” (Romania 6 (1877), 131). Dans ZRP 1 (1877), 480, Tobler, beau joueur, cite des occurrences de devorer ayant le sens non de “devorer” (bien connu par ailleurs), mais de “lacérer”, “ravager”, “maltraiter” (tous sens dont le premier article devorer de TL a fourni depuis ce temps de nombreux exemples). Mais, ajoute-il, l’évolution de sens que suppose Paris “ungemein schwer bleibt” (ibid.), et il suggère une influence d’orer, “souhaiter”, sur le produit de devotare. Cette hypothèse, parfaitement convaincante40, est aujourd’hui renforcée par la lecture des articles orer et devorer, “verwùnschen”, de TL : l’un et l’autre verbe est souvent joint à maudire. Toutefois, c’est une hypothèse qui détruit l’explication de devorer, devotare, par une évolution purement phonétique !

  • 41 Langfors reproduit les vers 319-20 de la Vie de sainte Christine de Gautier de Coinci éditée par A. (...)
  • 42 L’édition Kœnig des Miracles permettrait, singulièrement par l’étude des variantes, de multiplier l (...)

441.3.1.2.3. Esbarir pour esbaïr paraît un point fort de la thèse de Tobler : il allègue en effet plusieurs exemples (tous tirés de Gautier de Coinci). Paris (Romania 6 (1877), 131) cite un exemple supplémentaire de cet auteur, mais où il est question d’une nef esbarie, et où le verbe ne peut signifier esbaïr : nous sommes en présence de deux mots différents, et non de deux variantes phonétiques. Tobler (ZRP 1 (1877), 479-80) répond que dans tous les cas sur lesquels lui, Tobler, s’était penché, esbarir signifiait bien esbaïr : réponse non pertinente, comme on le voit. Lângfors (Romania 59 (1933), 492-4), rassemble en tout treize occurrences du mot, qui signifient, selon les contextes, “égarer”, “déconcerter”, “effrayer”, “étonner”. Elles proviennent soit de manuscrits transcrivant Gautier de Coinci41 soit de la “compilation pieuse du ms. 12483 de la Bibliothèque nationale due à un frère prêcheur qui écrivit dans le Soissonnais” (Romania 59 (1933), 492). Selon Lângfors, il ressort de tout cela qu’esbarir est “attesté uniquement dans le Soissonnais” (ibid., 494)42, que ce n’est pas nécessairement le même mot qu’esbaïr, et qu’il y a peut-être eu “contamination” entre esbaïr et esmarir.

45Nous proposerions pour notre part une influence d’esbarer, avec l’évolution sémantique suivante aussi bien pour esbarer que pour esbarir : “ôter les barres”, “démanteler” (cf. le FEW 1, 258b et l’exemple de la Geste de Liège de Gdf 3, 339a), d’où “faire perdre son assurance” (cf. esbaré de Gdf 3 et esbarer de TL). Reste à savoir si esbarer est régional. Jud (Romania 60 (1934), 79) montre qu’il vit encore en wallon (précisons que la phonétique du wallon permet de voir dans les formes sbaré qu’il cite le résultat de exbarrare : cf. Remacle, 41, 55, 182) ; voir aussi le FEW 1, 258b ; des trois exemples d’esbarer de Gdf 3, l’un est wallon, l’autre (“Rose, Vat. Ott. 1212”) provient d’un MS picardisant (Rose CFMA, 6082, donne esbaee), mais nous ne pouvons indiquer la provenance du troisième ; des deux attestations de TL, l’une est tirée du Moniage Guillaume 2 (écrit dans le “nord-est de l’Ile-de-France”) issue de manuscrits du nord et du nord-est (voir Moniage Guillaume SATF 2, p. 251, et t. 1, p. 214, v. 3525 et variantes), l’autre, issue d’un manuscrit de l’est (cf. Archiv 104 (1900), 337-8), remonte peut-être à un auteur picard. Recherches à suivre !

461.3.1.2.4. Afiree, qui représenterait afïee, est une conjecture de Tobler pour un passage de Gautier de Coinci (on la retrouve dans TL 1, 186). Paris (Romania 6 (1877), 131) la juge “un peu bien hardie”. Maintenant que nous disposons d’une édition donnant de nombreuses variantes, il est clair que rien ne la justifie : voir Miracles TLF 4, 57, v. 372. Dans sa réponse à Paris, Tobler (ZRP 1 (1877), 480), ajoute une attestation : jurent et affirent de Girart de Roussillon (forme consignée par la suite dans l’article afïer de TL). Le passage correspond au vers 3605 de Girart, éd. Ham. L’éditeur nous apprend (p. 336), que deux manuscrits portent affirent (S et P, respectivement Montpellier H 349 et Paris, BN fr. 15103) tandis que les deux autres présentent afferment (B et M, à savoir Bruxelles, Bibliothèque royale 11181 et Montpellier H 244). Ham considère comme une “faute d’orthographe” (p. 56 et p. 336) la leçon de SP et corrige affirment. A-t-il raison ? Afirmer est rare en ancien et même en moyen français, où l’on dit en général afermer (cf. les articles de TL, de Gdf et du FEW 24, affirmare) ; le meilleur codex, S, “du milieu du xive siècle” (p. 19), est plus ancien que les autres manuscrits, tous du 15e siècle, et à peu près contemporain de la rédaction du texte, qui eut lieu “entre 1330 et 1334” (p. 57) ; enfin, de l’aveu de l’éditeur, la répartition des manuscrits en deux familles, “PM et peut-être SB” (p. 53) est loin d’être sûre. Nous avons lu de bout en bout le texte de Girart, éd. Ham, ainsi que les variantes données par l’éditeur : il ne semble pas qu’on y retrouve jamais afïer, ni affirmer, ni l’intrusion d’aucun r intervocalique ; en revanche, on lit encore jurent et afferment au v. 6149. Au bout du compte, nous verrions volontiers dans afirent une faute, non pour “affirment” (qui se dirait afferment), mais pour afïent : elle s’expliquerait par la proximité de jurent.

471.3.1.2.5.1. Tobler relève garigna Baud. Seb. XII, 172 (il est vrai que Boca propose d’écrire gaïngna)” (traduction de Paris dans Romania 6 (1877), 130). Paris affirme, péremptoire, “il faut lire gaingna” (ibid., 131), ce que Tobler (ZRP 1 (1877), 480) trouve “schnell gesagt”. Ni Paris ni Tobler ne disent avoir vu le manuscrit. N’ayant pu nous y reporter non plus, nous ne pouvons nous prononcer sur l’existence de garigna.

481.3.1.2.5.2. On aura noté que la discussion des deux philologues ne mentionne pas notre regarin. Plus tard, il sera dûment signalé, à titre de variante, dans l’article regain de TL.

49Nous avons lu l’ensemble des articles consacrés aux mots de la famille de gaïn, gaaignier commençant par ga-, raga- et rega- dans TL (4 et 8) et Gdf (4, 6, 9, 10) : ce corpus, considérable, ne présente d’autre forme à r intervocalique que garigna de Baudouin de Sebourc et regarin de Méraugis.

  • 43 A Dictionarie of the French and English Tongues Compiled by Randle Cotgrave, Reproduced from the fi (...)

50Il y a plus. Depuis A. Thomas (Romania 25 (1896), 86-89), on sait expliquer les rapports de sens et de forme entre gaïn, regain, gaaignier et gaaing : ces mots remontent au même radical francique. Ce radical est traité par le FEW 17 à l’article waida. Dans cet article, l’on ne trouve aucune forme à r intervocalique. Y apparaissent toutefois deux formes en gr : regraing Cotgr 1611” (FEW 17, 458b) et “nach Tarbé 2, 182 heute fromage de grain” (ibid., 460a). Le FEW n’explique pas la présence du r. Nous ne pouvons savoir à laquelle de ses multiples sources Cotgrave puise regraing, “as Regain”, lui-même défini comme “A later math, or lateward hay ; th’after grasse, or after crop of hay”43 ; le sens incline à voir dans regraing une formation populaire fondée sur l’idée de “graine” que suggère une repousse. Fromage de grain est aussi relevé par A. Thomas (Romania 25 (1896), 86), à propos de gras fromages de gaîn d’Erec : “Cette expression est encore usitée en Champagne, où l’on dit, par une amusante étymologie populaire, fromage de grain. (Tarbé, Patois de Champagne, II, 181.)” L’on notera qu’en l’occurrence Tarbé est considéré comme une autorité, alors que le FEW conteste la qualité de son information, “doch sind die angaben von Tarbé chronologish und geographisch unsicher” (FEW 17, 460b). Un fromage de gaïn est un fromage d’automne ; les exemples de cette locution abondent, dans des contextes où, comme dans Erec, est soulignée la qualité du mets. Dans ce cas, l’étymologie populaire aurait inclus la notion de “gras”.

51Les formes en gr de l’article waida du FEW s’expliquent donc sans le recours à une étape garin qui aurait précédé une métathèse au demeurant assez improbable.

521.3.1.2.6. En conclusion, dans les cinq formes à r interne invoquées par Tobler, où ce r est-il phonétique ? Devorer et esbarir, bien représentés, s’expliquent par des croisements. Convirer n’est pas une lecture assurée ; il ne figure pas dans le Gdf, et surtout, ce qui est plus significatif, il n’est pas repris dans les articles conjurer et convïer de TL. En revanche, TL reste fidèle à Tobler en consignant garigna (mais l’éditeur a-t-il bien lu ?) et afirer (mais la conjecture à propos de Gautier de Coinci est à supprimer, et afirer, de deux manuscrits de Girart de Roussillion, a chance d’être fautif).

53Si vraiment un r intervocalique se formait pour combler un hiatus, l’on s’attendrait à ce que cette cause, de nature phonétique, en provoquât plus souvent l’apparition.

  • 44 Voir pp. 553-4 de notre article des Mélanges Jonin.

54C’est donc faute de mieux, parce que les autres manuscrits portent regaïn, parce qu’il n’existe pas de mot autonome regarin, ni rien qui soit formellement proche de lui en dehors de regaïn, et avec réticence, que l’on verra dans regarin une variante phonétique de regaïn. De fait, le scribe de W est souvent négligent : son regarin est peut-être un fantôme aussi peu consistant que cutefis (leçon du même manuscrit au lieu de crucefis, que portent en cet endroit, v. 997 de l’édition Friedwagner de Méraugis, les deux autres copies du roman), forme qui avait également capté l’attention de Littré44.

551.3.2.1. Reste à comprendre regaïn. Friedwagner, suivant le manuscrit V, écrit li crin Estoient blanc de regaïn, et explique en note : De regain ist eine (attribut.) Bestimmung der Farbe, nicht (adverb.) des Grundes ; blanc de reg. bedeutet ’weiss wie Grummet’, also ‘gebleicht vor Alter’. Vgl. dazu Fb’rster, Erec 3128A.” L’allusion à Foerster est étrange : sa note (Erec, éd. Foerster, p. 319) dit en substance que gaïn signifie “automne”, et que le radical subsiste dans le mot regain. Donc, aucune mention de couleur. Et par ailleurs, le regain n’est pas blanc !

561.3.2.2. Prêtant à regaïn le sens exclusif de “action de pousser à nouveau”, Ebeling juge que le texte original devait porter lonc de regaïn, et traduit ainsi les vers 1476-78 : ’“Aber beim Reifaufsetzen war das Unglück, dass die Haare infolge von Nachwuchs lang geworden waren’, wir würden sagen ’zu lang’” (ZRP 24 (1900), 535). Ceci est absurde : la longueur des cheveux ne peut être un obstacle au port du cercle, qui les orne plus qu’il ne les retient. Si l’on corrige lonc de regaïn, il faut plutôt comprendre, “qui avaient une longueur de repousse”, c’est-à-dire, “trop courts”, ce qui peut en effet nuire à la mise en place du cercle.

571.3.2.3. Revenons au texte des copies ; puisque blanc s’explique mal, lisons blont (blonc) avec T et W.

58Notre héroïne est coquette : elle garde les cheveux défaits (1474), porte un cercle d’or sur la tête (1475), mais (1476), ce qu’il y a de fâcheux, le meschief de cet ornement, c’est qu’il repose sur des cheveux d’un blond de regain, un blond qui, nous espérons le montrer, ne gagne rien au voisinage de l’or.

59Dans la jeunesse, c’est naturellement le contraire qui se produit : chevelure et métal précieux rivalisent d’éclat, les cheveux d’or abondent dans la littérature. Il suffit de parcourir les articles or et sor de TL pour être ébloui, et nous ne retiendrons qu’un passage de Chrétien, Une pucele /./, Sor son chief un cercelet dor, Dont li chavel estoient sor Autant come li ors ou plus (Perceval TLF, 7899-7903) : or et chevelure peuvent s’associer en une parfaite harmonie.

  • 45 Canisture a le sens de canities latin : rectifier la traduction de Gdf.
  • 46 Cf. Rose SATF 5, note aux vers 13301-4.
  • 47 L’Ornement des dames (Ornatus mulierum), texte anglo-normand du xiiie siècle. Le plus ancien recuei (...)

60Tel n’est pas le cas chez notre vieille. G. Paris propose entre autres interprétations, “un blond de seconde poussée, un blond factice” (Romania 27 (1898), 318). Ce “blond factice” nous plaît assez, pour la raison suivante (qui n’est pas un argument valable !) : parmi les artifices censés réparer les outrages des ans, le présent colloque ne paraît pas s’attacher à la teinture des cheveux. Or, les auteurs y font allusion, et il serait dommage de n’en point parler : Mes fame ochit sa canisture45 Par herbes ou par autre cure, Et aquert coulour par matiere Meillor assez que la premiere (Clef damors, éd. Doutrepont, 2413 sqq.), Et sel (tresses ou cornes) ont mestier destre taintes, Taigne les en jus derbes maintes, Car mout ont forces et mecines Fruit, fust, fuelle, escorce et racines (Rose CFMA, 13271 sqq.). A qui se refuserait à lire dans ces passages le témoignage d’une pratique effective et préférerait y voir une adaptation d’Ovide46, l’on citera encore l’Ornement des dames, recueil de recettes de beauté du 13e siècle, dont voici les destinataires : Tele i ad, quant est pucele, Dunc est ruvente, blanche et bele : Tant tost cum ele est marïé, Li est colur remué /./. Pur ceo vus fas jeo cest livre Que tres bien seez delivre Vus memes en bauté guarder /./. A prime des chevoilz dirai47. L’on promet toutes les teintes : “nigros” (p. 46), “ruges” (p. 44), et, ce qui nous intéresse davantage, “croceos”, traduit “gaudnes” (deux recettes, p. 42 et p. 44), et “subnigros” traduit “auburs” (p. 46).

61Seulement, pourquoi des cheveux “de seconde poussée” revêtiraient-ils du coup une teinte “factice” ? De fait, G. Paris est embarrassé. Il écrit d’abord (Romania 27 (1898), 318) : “un blond de regain”. Mais le regain n’est pas plus “blond” qu’il n’est “blanc”, ce qui l’amène à préciser : “un blond fané comme le regain qu’on laisse sécher”. Voilà qui n’est pas très satisfaisant non plus, car les attestations médiévales de regain (du moins relevées par Gdf et TL) évoquent bien plus une “seconde poussée” (et pas seulement d’herbe) que l’idée d’en faire sécher le produit. Sans doute conscient de cela, bien qu’il ne pût disposer de TL, Paris avance alors une dernière traduction, “ou peut-être un blond de seconde poussée, un blond factice”.

62Nous avons vu que “factice” est impropre. Selon nous, il faut prêter ici à regaïn le sens de “automne”, relevé une fois par TL, et qui s’explique par une évolution sémantique bien connue pour gaïn : “regain”, d’où, “époque du regain”. Sous l’or du cercle, un blond “automnal” est un véritable meschief.

***

632. Répondant aux suggestions de la neige du paysage et de l’âge de la femme, un scribe la qualifie de “chenue”, un autre lui prête des cheveux “blancs”. Les deux éditeurs successifs de Méraugis, entérinant la dernière épithète, nous noient dans une blancheur d’une grande platitude. La critique, se détachant des textes imprimés, pèse, compare, combine les leçons des manuscrits, et construit à son tour sa représentation du portrait.

64Ayant étudié les copies de Méraugis pour l’ensemble du roman, nous savons qu’aucune d’elles ne se recommande de façon constante contre les autres, et pouvons élaborer notre propre construction.

  • 48 Voir Romania 41 (1912), 540. Faute de précisions, sont inutilisables les rapprochements faits entre (...)
  • 49 Voir Romania 41 (1912), 539. Il semble que, dans le présent recueil, le bel article d’A. Paupert po (...)
  • 50 Nous préférons naturellement hardie de TW 1464 à hisdeuse de V.
  • 51 Voir p. 549 de notre article des Mélanges Jonin.
  • 52 Voir p. 549 de notre article des Mélanges Jonin.

65Dans une nature hivernale, surgit une vieille maléfique qui engage le preux Méraugis en des aventures douloureuses48. Soeur des mystérieuses messagères du Mal des romans arthuriens (48), elle l’est aussi de ces vieilles lubriques, héritées de la tradition celte, qui offrent leur répugnant amour à de beaux et nobles chevaliers49. Dans notre texte, l’appétit sexuel de l’archétype ne se manifeste plus en gestes ni paroles : il a fait place à une atmosphère toute de séduction, qui émane de la conjonction entre l’éclat de l’or, les vêtements et cheveux flottants, et l’élan du personnage50. Le tempérament de Raoul, qui le porte à une narration rapide, soutenue par des héros sans cesse en mouvement51, l’amène à supprimer la brutalité originelle, sans intérêt pour la conduite du récit, pour n’en retenir qu’une ardeur toute juvénile. Raoul se plaît par ailleurs à traiter ses personnages avec une ironie, légère ou mordante, qui naît le plus souvent de contrastes entre les conventions du roman courtois et l’observation malicieuse de petits faits vrais52 : notre héroïne n’aura donc point le chef dignement chenu des vieillards de littérature sérieuse, tout au contraire, la recherche de sa toilette se verra bafouée par ses cheveux fanés.

66Telle est, croyons-nous, la genèse du portrait. Reste à en souligner la vigueur : brûlant au cœur de l’hiver, la fièvre de l’été et la splendeur éteinte de l’automne, voilà comme un tempérament d’écrivain transmue les données de la tradition en la plus haute poésie.

***

67Je remercie M. Jean Subrenat, qui a bien voulu se laisser persuader que le contenu du présent article ne permettait pas qu’il fît l’objet d’une communication orale lors du colloque et qui néanmoins en autorise la publication dans le cadre des Actes. Que Mme Mireille Gombert, qui en a assuré la dactylographie, trouve ici l’expression de ma gratitude.

***

TITRES CITES EN ABREGE

68Aiol = Aiol /./, p. par J. Normand et G. Raynaud, Paris 1877 (SATF) – Alexandre, éd. Michelant = Li Romans dAlixandre par Lambert li Tors et Alexandre de Bernay /./, p. par H. Michelant, Stuttgart 1846 – Ami et Amile CFMA = Ami et Amile /./, p. par P. F. Dembowski, Paris (CFMA, 97) – Antioche, éd. Duparc = La chanson dAntioche ; t. 1, Edition /./ par S. Duparc-Quioc, Paris 1977 ; t. 2, Etude critique, par S. Duparc-Quioc, Paris 1978 – Antioche, éd. Paris = La chanson dAntioche /./, p. par P. Paris, 2 vol., Paris 1848 – APF = collection Les Anciens Poètes de la FranceArchiv = Archiv für das Studium der neueren Sprachen und LiteraturenBâtard TLF = Le Bâtard de Bouillon /./, p. par R. F. Cook, Genève 1972 (TLF, 187) – Baudouin de Sebourc = Bauduin de Sebourc /./, p. par L.-N. Boca, 2 vol., Valenciennes 1841 – Blancandin TLF = Blancandin et lOrgueilleuse damour /./, p. par F. P. Sweetser, Genève-Paris 1964 (TLF, 112) -Bossuat, Manuel = R. Bossuat, Manuel bibliographique de la littérature française du moyen âge, 3 vol., Melun puis Paris 1951-61 – Bueve 1 = Der festländische Bueve de Hantone. Fassung I /./, p. par A. Stimming, Dresde 1911 – Bueve 3 = Der festländische Bueve de Hantone. Fassung III /./, p. par A. Stimming, 2 vol., Dresde 1914-20 – Catalogue des manuscrits français /./ 1 = Bibliothèque impériale, Département des manuscrits, Catalogue des manuscrits français, Tome premier, Ancien fonds, Paris 1868 – CFMA = collection Les Classiques Français du Moyen AgeChar dOrgueil, éd. Vising = Deux poèmes de Nicholas Bozon, leChar dOrgueil”, laLettre de lempereur Orgueil, p. par J. Vising, Göteborg 1919 – Charrette, éd. Foerster = Chrétien de Troyes, Sämtliche Werke, /./ vierter Band, “Karrenritter /./”, p. par W. Foerster, Halle 1899 – Clef damors, éd. Doutrepont = La Clef damors /./, p. par A. Doutrepont, Halle 1890 – Deschamps SATF = Oeuvres complètes de Eustache Deschamps, p. par le marquis de Queux Saint-Hilaire, puis par G. Raynaud, 11 vol., Paris 1878-1903 (SATF) – Dictionnaire des lettres françaises, Le Moyen Age = Dictionnaire des lettres françaises publié sous la direction du cardinal G. Grente, Le Moyen Age, Paris 1964 – Doon APF = Doon de Maience /./, p. par A. Pey, Paris 1859 (APF, 2) -Du Cange = Ch. Du Cange, Glossarium mediae et infimae latinitatis /./, 7 vol., Paris 1840-50 – Ducrot-Granderye = A. P. Ducrot-Granderye, Etudes sur lesMiracles Nostre Damede Gautier de Cornei /./, Helsinki 1932 – Enlart, Costume = C. Enlart, Manuel darchéologie française /./, t. 3, Le costume, Paris 1916 – Erec, éd. Foerster = Chrétien de Troyes, Sämtliche Werke /./, dritter Band, “Erec, p. par W. Foerster, Halle 1890 – Escoufle TLF = Jean Renart, Lescoufle, p. par F. Sweetser, Genève 1974 (TLF, 211) – Etudes et Glanures, voir Littré, Etudes et Glanures – FEW = W. von Wartburg, Französisches etymologisches Wörterbuch, Tübingen puis Bâle 1922 sqq. – First Continuation 1 = The Continuations of the Old FrenchPercevalof Chrétien de Troyes. Volume I /./, p. par W. Roach, Philadelphie 1965 (date de réimpression) – Gaufrey APF = Gaufrey /./, p. par F. Guessard et P. Chabaille, Paris 1859 (APF, 3) – Gay 1 = V. Gay, Glossaire archéologique du moyen âge et de la Renaissance, t. 1, Paris 1887 – Gaydon APF = Gaydon /./, p. par F. Guessard et S. Luce, Paris 1862 (APF, 7) – Gdf = F. Godefroy, Dictionnaire de lancienne langue française /./, 10 vol., Paris 1880-1902 – Girart, éd. Ham = Girart de Rossillon /./, p. par E. B. Ham, New Haven 1939 – Gossen = Ch. Th. Gossen, Grammaire de lancien picard, Paris 1970 – HLF = Histoire littéraire de la France, ouvrage collectif, nouvelle éd., Paris 1845 sqq. – Jubinal, Jongleurs et Trouvères = Jongleurs et trouvères, ou Choix de /./ pièces légères /./, p. par A. Jubinal, Paris 1835 – Jubinal, Nouveau Recueil = Nouveau recueil de contes /./, p. par A. Jubinal, 2 vol., Paris 1839-42 – La Curne = J.-B. La Curne de Sainte-Palaye, Dictionnaire historique de lancien langage françois /./, 10 vol., Niort-Paris s. d. [1875]-1882 ; Làngfors, Incipit = A. Làngfors, Les incipit des poèmes français antérieurs au xvie siècle, Paris 1917 – Lecoy de la Marche = A. Lecoy de la Marche, La chaire française au moyen âge /./, deuxième édition corrigée et augmentée, Paris 1886 – Littré = E. Littré, Dictionnaire de la langue française /./ ; nous utilisons la réimpression donnée par Gallimard-Hachette, 7 vol., Paris 1964 – Littré, Etudes et Glanures = E. Littré, Etudes et glanures /./, Paris 1880 – Mélanges Jonin = Mélanges de langue et littérature française du Moyen-Age offerts à Pierre Jonin, Aix-en-Provence 1979 (Senefiance, 7) – Méraugis, éd. Friedwagner = Raoul de Houdenc, Sämtliche Werke /./. I. “Meraugis von Portlesguez” /./, p. par M. Friedwagner, Halle 1897 – Méraugis, éd. Michelant : Raoul de Houdenc, Méraugis de Portlesguez /./, p. par H. Michelant, Paris 1869 – Micha, Tradition manuscrite = A. Micha, La tradition manuscrite des romans de Chrétien de Troyes, Genève 1966 (= 2e tirage) – Miracles TLF = Gautier de Coinci, Miracles de Nostre Dame, p. par F. V. Koenig ; nous citons le t. 2, Genève-Paris 1961, le t. 3, Genève 1966, le t. 4, Genève 1970 (TLF, respectivement 95, 131, 176) – Moniage Guillaume SATF = Les deux rédactions en vers duMoniage Guillaume” /./, p. par W. Cloetta, 2 vol., Paris 1906-10 (SATF) – Ogier, éd. Eusebi = La Chevalerie dOgier de Danemarche /./, p. par M. Eusebi, Milan-Varese 1963 – Parise, éd. Plouzeau = Parise la duchesse /./, p. par M. Plouzeau, Aix-en-Provence (sous presse) – Perceval, éd. Potvin = Perceval le Gallois /./, p. par Ch. Potvin, 6 vol., Mons 1865-71 – Perceval TLF = Chrétien de Troyes, Le Roman de Perceval /./, p. par W. Roach, 2e éd. revue et augmentée, Genève-Paris 1959 (TLF, 71) – Pope = M. K. Pope, From Latin to modern French /./, Manchester 1966 (= réimpression de la revised edition, 1952) – Remacle = L. Remacle, Le problème de lancien wallon, Liège 1948 – Revue critique = Revue critique dhistoire et de littératureRigomer = “Les Mervelles de Rigomervon Jehan, p. par W. Foerster et H. Breuer, 2 vol., Dresde 1908-15 – Roman de la Rose CFMA ou Rose CFMA = Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose, p. par F. Lecoy, 3 vol., Paris (CFMA, 92, 95, 98) – Rose SATF = Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose, p. par E. Langlois, 5 vol., Paris 1914-24 (SATF) – SATF = Société des Anciens Textes Français – Schultz, Höfisches Leben = A. Schultz, Das höfische Leben zur Zeit der Minnersinger, 2 vol., Leipzig 1879-80 – TL = A. Tobler et E. Lommatzsch, Altfranzösisches Wörterbuch, en cours de publication, 1925 sqq. ; nous avons disposé de cet ouvrage jusqu’au t. 10 (lettre T) – TLF = collection Textes Littéraires FrançaisTroie SATF = Benoit de Sainte-Maure, Le Roman de Troie, p. par L. Constans, 6 vol., Paris 1904-12 (SATF) – Vengement Alixandre = Gui de Cambrai, Le Vengement Alixandre, p. par B. Edwards, Princeton-Paris 1928 – Viollet le Duc = E. Viollet le Duc, Dictionnaire raisonné du mobilier français de lépoque carlovingienne à la Renaissance, 6 vol., Paris 1872-75 – ZRP = Zeitschrift für romanische Philologie.

69La date d’édition des ouvrages publiés dans la collection CFMA n’est pas donnée, car cette collection se contente le plus souvent d’indiquer la date de tirage, qui a peu d’intérêt.

Notes

1 M. Plouzeau, Vingt regards sur l’enfançonnet, pp. 201-Z18 de L’enfant au Moyen-Age (Senefiance 9, Aix-en-Provence 1980).

2 Nous avons transcrit W à Vienne (fol. 10b). Nous avons pu nous rendre compte à Turin, en 1978, que notre passage (fol. 90d) appartient à des feuillets du manuscrit rendus inutilisables par l’incendie de 1904 ; nous partons de la transcription manuscrite de T réalisée par Friedwagner, dont l’université de Bochum nous a communiqué une photocopie. Sont exclues les variantes purement graphiques (ex. 1470 Que en W, 1473 plus T) et morphologiques (ex. 1464 grant W).

3 A savoir, principalement les éditeurs de Méraugis et ceux qui ont donné un compte rendu de ces éditions : Méraugis, éd. Michelant, et les comptes rendus d’E. Littré dans le Journal des Savants, novembre 1869 et juin 1870 (repris dans Littré, Etudes et Glanures, 329-369), de P. Meyer dans la Revue critique, 1869, 311-316, d’A. Mussafia dans le Jahrbuch für romanische und englische Literatur 10 (1869), 339-352 ; Méraugis, éd. Friedwagner, et les comptes rendus de L. Brandin dans Le Moyen Age 12 (1899), 285, de G. Ebeling dans Archiv 103 (1899), 403-430 et dans ZRP 24 (1900), 508-544, de W. Foerster dans ZFSL 20, 2e partie (1898), 103-115, de J. U. Jarnik dans Oesterreichisches Litteraturblatt 7 (1898), 654-655, d’A. Jeanroy dans Revue critique, Nouvelle série, 49 (1900), 327-329, de Ch. Martens dans Bulletin bibliographique et pédagogique du Musée belge III, 3 (1899), 77-79, de W. Meyer-Lùbke dans Zeitschrift für die österreichischen Gymnasien 49 (1898), 334-338, de G. Paris dans Romania Z7 (1898), 307-318, d’O. Schultz-Gora dans Literarisches Centralblatt für Deutschland 49 (1898), 232-233, d’E. Stengel dans Kritischer Jahresbericht über die Fortschritte der romanischen Philologie 5 (1897-98), 262, d’E. Wechssler dans Deutsche Litteraturzeitung 20 (1899), 663-666.

4 Cornue mit T, von der Haartracht, /./ oder im Sinne von ’dick, stark’, worüber Scheler zu Bast. 1350, vgl. auch Littré im Historique” (ZRP 24, 1900, 534-535).

5 Göttingische gelehrte Anzeigen, 1877 (2e partie), pièce 51, 1601-1630 ; compte rendu réimprimé dans A. Tobler, Vermischte Beiträge 5 (Leipzig 1912) où le passage qui nous intéresse est discuté p. 424.

6 Dialogue entre le nain et Méraugis : “/./ Cele vieille qui est la A l’entree de cele lande Le (mon cheval) m’a tolu././Sez tu por quoi ?” “Ne sai, mes ça s’en vint por moi, Si m’assailli. /./ De tant en est la honte moie Que je sui premiers abatuz.” (Méraugis, éd. Friedwagner, 1448-55 ; variantes minimes.)

7 Ele vet chaçant de loing Le cheval au nain ; si vos di Qu’ele ot dou frain le nain servi Et batu tant qu’assez en ot. (Ibid., 1482-85 ; variantes sans intérêt.)

8 Voir note 4.

9 Les attestations des sens “anguleux, saillant” etc. de l’article cornutus du FEW n, 2, sont dispersées, Ton ne voit pas pourquoi ; les dates de plusieurs de ces attestations doivent être fortement remontées dans le temps.

10 L’exemple de Hue de la Ferté cité comme suit par Littré, “/./ le fort escu [de] Maistre Gautier le cornu” est sans intérêt : le contexte du poème n’éclaire pas (voir F. Gennrich, Altfranzösische Lieder 1 (Halle 1953), 19-21) et il faut sans cloute lire Gautier le Cornu, nom de l’archevêque de Sens : cf. HLF 23 (1856), 620 et Du Cange 2, 610b.

11 “Cheval cornu ‘qui a les os des hanches très saillants’ (seit Boiste 1829).” FEW II, 2, 1206b.

12 Li Vers de le Mort, poème artésien anonyme (sic) /./ publié /./ par Carl August (c’est à tort que Bossuat, Manuel, n° 3540, donne “M.” comme initiale du prénom de l’éditeur) Windahl, Lund 1887 ; contrairement à ce qu’écrit l’éditeur, ce poème n’est pas anonyme : voir Romania 20 (1891), 137-139.

13 Cf. Lecoy de la Marche, 438-439.

14 Cf. Lecoy de la Marche, 439-440 et 525.

15 Enlart, Costume, 205, se trompe dans la référence de ce texte ; c’est également à tort qu’il en situe la composition “vers le troisième quart du xive siècle” puisque la pièce est contenue, entre autres, dans le MS BN fr. 1593 (comparer Langfors, Incipit, 399 puis 365), qui est du 13e siècle selon le Catalogue des manuscrits français /./ 1, 268b.

16 Enlart, Costume, 205, situe encore à tort ce texte au 14e siècle : on le trouve dans le MS BN fr. 837, qui est du 13e siècle (voir Catalogue des manuscrits français/./ 1, 96a).

17 Ce texte fait encore partie du groupe qu’Enlart, Costume, 205, place à tort “vers le troisième quart du xive siècle” : il se trouve déjà dans le MS BN fr. 12467 qui est “de la fin du xiiie siècle” (A. Henry, Les œuvres d’Adenet le Roi, t. I (Bruges 1951), 102) ; les références du Mariage données par Enlart, Costume, n. 1 p. 187, sont fausses ; par ailleurs, la n. 4 p. 205 du même ouvrage confond le Mariage avec le Testament de Jean de Meun, et les références sont erronées. De son côté, Viollet le Duc 3, 225, date le Mariage des “premières années du xve siècle” !

18 “Il n’y a pas lieu, semble-t-il, de mettre en doute a priori l’indication des manuscrits : toutefois ce problème d’attribution mériterait d’être examiné de près”, écrit F. Lecoy dans Rose CFMA 1, X. Enlart, Costume, 205, se trompe de nouveau en situant ce texte “vers le troisième quart du xive siècle”. Le passage du Testament sur les cornes a souvent été cité : entre autres par Jubinal, Nouveau Recueil 2, 174-5 (cf. ibid., 420-1) ; Méon a publié le Testament dans son éd. du Roman de la Rose, t. 4 (1814) : le passage des cornes est pp. 64-5 ; il convient naturellement de corriger tourne-bonelle (p. 64) en toume-bouelle et de même dans la citation de Schultz, Höfisches Leben 1, 181.

19 On trouve une traduction de l’intégralité de ce poème dans The Political Songs of England /./ Edited and Translated by Th. Wright And Revised by E. Goldsmid (Edimburg 1884) : Bibliotheca Curiosa, t. 20, fasc. 4, p. 7 et suivantes.

20 Rectifier l’interprétation de hurtebelin donnée dans le glossaire : comparer notre § 1.1.2.3.2.

21 Viollet le Duc 3, 206-7, donne la ballade 1209 et affirme qu’elle a été composée “vers 1390”. Enlart, Costume, 205, cite un passage de la même ballade, qu’il dit avoir été écrite en 1393. Or, l’éd. Deschamps SATF ne paraît pas proposer de date pour les ballades 1209 et 1210 ; la même édition rappelle que l’auteur naquit en 1346 (t. 11, p. 9), et qu’il mourut en 1406 ou 1407 (ibid., p. 99).

22 Pour Juvenal et le Journal, voir J.-F. Michaud et J.-J.-F. Poujoulat, Nouvelle collection des mémoires relatifs à l’histoire de France depuis le xiiie siècle jusqu’à la fin du xviiie siècle, nouvelle édition, respectivement t. 2 (Paris 1866), 533a et t. 3 (Paris 1866), 253a.

23 Voir la citation de Gay 1, 429b ; nous n’avons pu nous reporter au contexte.

24 Ce poème est publié par Th. Wright et J. O. Halliwell dans Reliquiae Antiquae 1 (Londres 1841), 79-80 ; il est situé ainsi : “From Bib. Bodl. Oxfd. Laud. D. 31 (683), a manuscript on vellum, of the fifteenth century, containing poems by John Lidgate”, sans plus.

25 Nos citations sont extraites de Jubinal, Jongleurs et Trouvères, pp. 87, 88, 90, 91. A. Guesnon a publié quelques extraits de ce poème d’après Jubinal qu’il corrige au besoin (voir Le Moyen Age, 1899, p. 264) ; Schultz, Höfisches Leben 1, 181, a par mégarde omis des vers en citant Jubinal : il convient de lire Fame /./ Qui a sa crine noire ou blonde Selonc nature, Qui i met s’entente et sa cure, A ajouster .i. forreure /./.

26 La seule exception est la Contenance des femmes : simple mention de cornue dans Jubinal, Nouveau Recueil 2, p. 173 (dans une variante de l’actuel BN fr. 1593, en un vers que La Curne, article cornu, cite d’après le même manuscrit, mais en différant fortement de Jubinal), et de cornetes dans Jubinal, Nouveau Recueil 2, p. 176.

27 Char d’Orgueil, éd. Vising, p. 15.

28 Voir la note 21 p. 255 de notre article des Mélanges Jonin.

29 Voir Méraugis, éd. Friedwagner, XX, XXI, LVI ; E. Stengel, Mittheilungen aus französischen Handschriften der Turiner Universitätsbibliothek (Halle 1873), 10 ; C. H. Livingston, éd. de Gliglois (Cambridge, Massachusetts, 1932), 5 ; P. Ruelle, éd. des Dits du clerc de Vaudoy (Bruxelles 1969), 17.

30 Celle des Vilains, mal comprise par Gdf 2 : cf. Romania 48 (1922), 255 ; Faral situe la pièce “dans la seconde moitié du xiiie siècle” (ibid., 248), sans argument décisif ; reste que les deux manuscrits qui nous l’ont conservée sont du 13e siècle (BN fr. 1593 et BN fr. 12581).

31 On lit dans le glossaire : “*Grenu, v. crenu”, et “crenu, grenu, adj., à longs crins 801 ; r. pl. -us 938” ; l’éditeur nous informe que “an asterisk preceding a word indicates that the word does not appear in the constituted text” ; mais, pour bien des formes du glossaire signalées de la sorte, l’on indique leur provenance exacte : cf. *cru, *crueusement, *cuirre etc.

32 Le texte d’Antioche, éd. Paris, est trop composite (cf. Antioche, éd. Duparc, 2, 19) pour qu’on utilise grenus d’Antioche, éd. Paris, 2, 209 et 244 ; mais en ces pages, le texte imprimé est picardisant.

33 Non 25519 comme on lit dans Bueve 1, XI.

34 Gossen ne mentionne nulle part la sonorisation de kr. Il semble qu’elle ait des causes en partie phonétiques aussi pour greanter, issu de creanter, et peut-être influencé également par le mot gré : voir Parise, éd. Plouzeau, 63. Si on élargit le corpus en tenant compte de l’intégralité de l’article crinis du FEW II, 2, on n’obtiendra que les attestations supplémentaires suivantes de métathèse ou de sonorisation : “Bgât. cueurgneule, /./ bdauph. encarnilha” (p. 1343b), “grinon (Trév. 1721-1771)” (p. 1344a), “Aveyr. grignut, /./ desgrigna, /./ degrigná” (ibid.), qu’on nous dispensera d’étudier, et en outre “gringe (1534)” (p. 1343a), à propos duquel le FEW commente : “Wohl verschrieben für crigne, resp. grigne” (p. 1345a). Cette dernière forme est tirée de l’article crine de Gdf 2 ; elle provient d’un glossaire de Valenciennes : nous revenons à la Picardie ; au même endroit se lit grinne, des Loherains, d’après le MS “Richel. 4988”, picardisant. Nous avons lu tous les articles commençant par crin-, cren- et où ce début représente le radical signifiant “cheveu” dans Gdf et TL : ils n’offrent pas d’autre occurrence de métathèse ou de sonorisation que celles que nous avons citées, ce qui confirme, pour la langue d’oïl, la localisation des formes en gr- dans le nord et le nord-est.

35 Nous renonçons à élucider le v. 1466 de T, qui nous paraît totalement aberrant, et que n’éclairent pas les longues remarques d’Ebeling (ZRP 24 (1900), 535).

36 Voir note 3.

37 ZRP 24 (1900), 535.

38 L’original a paru dans la Zeitschrift für vergleichende Sprachforschung auf dem Gebiete der indogermanischen Sprachen (éd. par A. Kuhn), Band XXIII, Neue Folge III, 4 (1877), 414-416.

39 Donc, la discussion de ces cinq mots se trouve dams Tobler (voir note 37), G. Paris (Romania 6 (1877), 130-1), de nouveau Tobler (ZRP 1 (1877), 479-480) et G. Körting, Formenlehre der französischen Sprache, t. 2 : Der Formenbau des französischen Nomens (Paderborn 1898), 309-10.

40 Elle est également acceptée par le FEW 3, article devotare, et, à sa suite, par H. Rheinfelder, Kultursprache und Profansprache in den romanischen Ländern (Genève-Florence 1933), 113.

41 Langfors reproduit les vers 319-20 de la Vie de sainte Christine de Gautier de Coinci éditée par A. C. Ott (Erlangen 1922) de façon fort différente dans Romania 50 (1924), 121 et dans Romania 59 (1933), 493 : il se trompe quelque part (nous n’avons pas accès à cette édition).

42 L’édition Kœnig des Miracles permettrait, singulièrement par l’étude des variantes, de multiplier les occurrences d’esbarir (Làngfors n’utilise que trois manuscrits des Miracles) : cf. par exemple Miracles TLF 2, 275, v. 57, Miracles TLF 3, 141, v. 190 et 196, 142, v. 212 (occurrence qui manque à l’article esbaïr de Gdf 3 et à l’article de Làngfors de Romania 59), Miracles TLF 4, 19 (variantes aux v. 465-6, le deuxième vers a échappé aux philologues que nous venons de mentionner), 306, v. 305, 394, v. 428. Il serait intéressant d’examiner si esbarir de Gautier de Coinci se trouve surtout dans des manuscrits du Soissonnais.

43 A Dictionarie of the French and English Tongues Compiled by Randle Cotgrave, Reproduced from the first edition, London, 1611, /./ by W. S. Woods, Columbia 1950.

44 Voir pp. 553-4 de notre article des Mélanges Jonin.

45 Canisture a le sens de canities latin : rectifier la traduction de Gdf.

46 Cf. Rose SATF 5, note aux vers 13301-4.

47 L’Ornement des dames (Ornatus mulierum), texte anglo-normand du xiiie siècle. Le plus ancien recueil en français de recettes médicales pour les soins du visage, publié /./ par P. Ruelle (Bruxelles 1967), p. 32.

48 Voir Romania 41 (1912), 540. Faute de précisions, sont inutilisables les rapprochements faits entre Méraugis et le Livre d’Artur par V. Kundert-Forrer, p. 145 de Raoul de Houdenc /./ (Zurich 1960).

49 Voir Romania 41 (1912), 539. Il semble que, dans le présent recueil, le bel article d’A. Paupert pourrait prendre en compte, note 5, d’aucunes vieilles de romans, comme celle de Claris et Laris (éd. J. Alton, Tubingen 1884), 11755 sqq.

50 Nous préférons naturellement hardie de TW 1464 à hisdeuse de V.

51 Voir p. 549 de notre article des Mélanges Jonin.

52 Voir p. 549 de notre article des Mélanges Jonin.

Auteur

université de Provence (Aix)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540