Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vieillesse et vieillissement au Moyen Âge

Les “vieux fous” épiques

Micheline de Combarieu

Texte intégral

1Plusieurs communications de ce colloque ont pris pour thème le personnage du “vieux sage”, - celui qui réunit la science et la sagesse dont l’expérience et la réflexion l’ont idéalement doué. Figure topique connue des moralistes comme des conteurs, il est “celui qui sait”, “excemplum” (encore) vivant, parfois monnayé en donneur de conseils toujours judicieux sinon toujours écoutés des “jeunes fous” qui, eux, ne savent pas. Doublement inscrit dans le temps : dans son passé par l’action, par la parole dans le futur des autres ; car l’âge qui lui a donné le sens lui a pris la force.

2On voit donc la difficulté que les auteurs de chansons de geste auront à l’intégrer dans leur personnel littéraire, eux qui, précisément, chantent les exploits guerriers des héros - “Arma virumque cano” -. L’épée est peut-être faite pour s’enfoncer en terre après avoir fendu en deux le cavalier et sa monture (rare coup épique, au demeurant !), mais non pas pour s’y poser en constituant cette troisième jambe dont l’animal humain a besoin en son automne. Quelle place peut alors être faite à la vieillesse dans l’épopée ? Et même, peut-elle en avoir une ?

3La vie des héros épiques, pour être fictive n’en étant pas moins dangereuse, beaucoup d’entre eux meurent avant de parvenir au seuil de la vieillesse, façon tragique et élégante à la fois de contourner le problème. Mais si la structure de certaines chansons de geste se prête bien à ce schéma (celles qui racontent un unique épisode critique d’une vie), d’autres l’excluent plus ou moins : celles qui ont l’ambition de raconter toute une vie (Renaut de Montauban, Girart de Roussillon par exemple) et celles qui reposent sur le procédé des “personnages reparaissants” (de chanson en chanson, on retrouve ainsi Aymeri de Narbonne, Guillaume d’Orange, Charlemagne).

  • 1 ... ce qui respecte, au moins approximativement, la chronologie relative entre Roland et Gaydon.

4Pour ces personnages, la première chose à noter est qu’il n’est pas tant question de vieillissement que de grand âge : nous n’assisterons à peu près pas à la dégradation progressive des forces d’un héros qui passerait de la quarantaine à la cinquantaine et ainsi de suite ; mais nous nous trouverons en quelque sorte tout d’un coup en face d’un personnage présenté comme vieux. Jusque là, il était sans âge (précis), constamment vu comme dans l’éclat d’une force qu’il avait détenue d’emblée et qui s’était maintenue égale à elle-même, jusqu’au moment où nous avons un vieillard, voire, le grandissement épique aidant, un patriarche au sens biblique du terme. C’est surtout dans ce cas que l’âge est explicité : son caractère supra-humain est perçu comme un prestige supplémentaire. C’est ainsi que le breton Hoés (Aiquin, v. 854) “bien set vint anz avoit ja touz passé”, que Guillaume d’Orange et Guibourc (Moniage Guillaume I, vv. 7-8) “Ensamble furent cent ans et un esté/ Ains que mourut la dame o le vis cler”, ou que Charlemagne, d’après les estimations de Marsile (Roland, v. 521) “dou cenz anz ad passet”, alors que dans Huon de Bordeaux, il a 100 ans quand un ange lui ordonne d’engendrer ce fils qui va sur ses 25 ans au début du poème ... ce qui en fait 125 à son père, et que dans Gaydon, 200 ans se sont écoulés depuis qu’il a été adoubé1. Les termes de “viex” et de “vellart” seront employés sans plus de précision lorsque l’auteur ne songera pas à doter ses personnages d’une longévité aussi peu naturelle (Ayme de Dordone dans Renaut de Montauban, Aymeri dans Les Narbonnais ou La mort Aymeri de Narbonne, Fromont dans Gerbert de Mes, les exemples sont nombreux).

5Mais alors, que devient leur sort épique ? Latente ou obvie, s’impose l’idée que l’homme âgé doit renoncer à l’action - chevaleresque, seigneuriale, royale - ... Mais la sagesse, ce n’est pas tant alors de s’ériger en donneur de conseils, que de renoncer à une tâche que l’on ne peut plus assurer et, de façon plus positive, de penser au salut de son âme. Conception au demeurant très largement médiévale - et pas seulement épique ni seulement littéraire - que ce dernier âge de la vie devrait être consacré à Dieu, d’où ces pèlerinages en Terre Sainte, ces tardives entrées en religion dont l’Histoire témoigne. La vieillesse est inscrite dans l’histoire de l’homme, non depuis sa création, mais comme conséquence du péché originel ; n’est-ce pas pour cela qu’il est fou de penser pouvoir y échapper ? A vrai dire, les héros épiques sont sans doute trop requis par les exigences de l’action pour s’engager sur les sentiers hérétiques d’une telle attente ; peut-être est-ce la raison pour laquelle ce rêve n’y est attribué qu’à une femme, de surcroît non chrétienne, dont le mari est le premier à dénoncer l’aberration. Il s’agit de la femme du vieux Hoés (cf. ci-dessus) :

“Mès celle damme ot ung moult foul pencé
Qui cuidoit vivre toujours en geune aé.
(Plus modeste que le vieillard de La Fontaine,
elle se contente de faire construire une route
de Carhaix à Paris. Peu après ...)
“..
Que la damme ot un merlle mort trouvé :
De main en autre l’a tourné et viré.
Lors a la damme ung grant soupir gecté,
Que ycest secle n’est tout que vanité,
Qui plus y vit, plus a mal et pencé,
N’y a si riche qui n’ait adversité.
Lors a la damme moult grandement plouré.
Demaintenant avoit ung clerc mandé
Qui estoit mestre de la divinité,
Et luy avoit enquis et demandé
S’en puet mourir, tout sans estre tué,
Ou mehaygné, ou plaié, ou naffré.
Il luy a dit : “Ouïl, pour verité,
Touz celx mourront qui sont de mere né,
Que pas ung soul n’en sera trestourné, ......
Quar Damme Dé l’a enxin destiné”.
Lors a la damme ung grant soupir geté :
“Helas, dist elle, pourquoy fumes nous né ?
Or ne me prise ung denier monnayé,
Ne ma richesce, ne ma grant poësté,
Anczoys me doy tenir en grant vilté.
Ja n’iert par moy le chemin achevé :
Moult me repens don g’y ai tant oupvré,
N’ert més par moy fait ne edifié,
Ne nulle aultre eupvre, quar ce seroit foulté,
Quar tout cest secle ne vault ung ail pylé”.
...
Elle fut morte bien a cent ans passé”.
Aiquin, vv. 862-910

6Plus sages, les héros épiques ne suspendent pas le cours de leur action à l’idée qu’ils devront y renoncer un jour pas plus que, ce moment venu, ils ne renient cette action.

  • 2 ... mais non disparue. C’est la raison pour laquelle il envisage, au moment même où il quitte le m (...)
  • 3 Il est clairement indiqué que ce geste va dans le sens de ce qu’elle-même souhaite : son consentem (...)

7D’où le thème du “montage” dont l’exemple canonique - bien qu’il se fasse finalement ermite ! - est celui de Guillaume d’Orange, - mais on pourrait aussi penser à Girart de Roussillon ou même à Renaut de Montauban. Pour cette retraite à l’écart du monde, il n’est pas d’âge fixé, il y a plutôt des conditions à remplir. Dans les trois cas cités, il y a une situation redevenue harmonieuse, après les troubles dont la résolution a constitué le sujet du poème ou du cycle : Guillaume laisse le pouvoir du roi Louis solidement établi à l’intérieur du royaume et la pression sarrasine contre ses marches atténuée2 ; Renaut de Montauban a retrouvé ses terres et élevé des fils qui sont en âge de les maintenir ; Girart de Roussillon peut compter pour ce faire sur son ami Fouque et sur les enfants de celui-ci. Deux d’entre eux sont libres des attaches conjugales, le troisième (Girart) ne l’est pas mais sa femme décide d’entrer au couvent en même temps que lui3.

8D’où aussi le thème de l’abdication qui peut prendre différentes formes. Celle, solennelle, du souverain devenu vieux qui veut faire couronner son fils. C’est à cette cérémonie que nous fait assister le début du Couronnement de Louis : un archevêque y expose les motifs de Charles :

“Charles li maines a molt son tens usé,
Or ne puet plus ceste vie mener.
Il ne puet plus la corone porter :
Il a un fill a cui la vuelt doner”.
Couronnement de Louis, VII, vv. 53-56

9Et ce sont les mêmes raisons qui inspireront l’empereur dans Huon de Bordeaux :

  • 4 Ici, la chronologie relative n’est pas respectée à l’intérieur même de la chanson. En effet on voi (...)

“Viex sui et frailes, si ai le poil cangié,
Soissante ans a4 qe fui fais chevaliers,
Li cors me tramble sous l’ermine deugié,
Je ne puis mais errer ne cevaucier.
Ains vous requier, pour Dieu le droiturier,
Faites un roi, je vous en veul proier,
Qui tiegne France, le païs et le fief”.
Huon de Bordeaux, II, vv. 55-61

10Il faut que le motif soit perçu comme singulièrement fort pour négliger les protestations de fidélité malgré tout (vv. 62-78) et surtout pour passer outre à une considération qui pourrait pourtant sembler dirimante : l’indignité de l’héritier désigné dont son père lui-même est si conscient qu’il n’hésite pas à en faire état :

  • 5 Cf. aussi Couronnement de Louis, vv. 86 sq. Charlemagne envisage bien d’écarter son fils de la suc (...)

“Baron, dist Karles, por Diu, cor l’eslisiés,
Se vous l’aisiés, le fil de ma moillier ...
Et neporquant il ne vaut un denier ...
Si engerrai un malvais iretier ...
Miex aimme asés les traîtors laniers
Que les preudommes, s’en ai non cuer irié.
En France a mut maint mortel encombrier”.
Huon de Bordeaux, II, vv. 84-985

11Lorsque, en une variante cynique, le souverain feint de vouloir abdiquer ou menace de le faire en jouant de son grand âge et des difficultés qu’il éprouve, à ce titre, à se faire respecter, le calcul table précisément sur la vraisemblance et l’aspect raisonnable d’une telle attitude :

“Ici vos ai par devant moi mandez ...
A ceste feste me soliez enorer ...
Vos me soliez tenir en grant chierté,
Mès or sui vilz et entre piez botez,
Or me lessez gerroier et foler :
Hues Chapez m’a malement grevé ...
Grant honte fetes se vos l’i consentez ;
Homes parjures vos en pui apeler.
Mès une chose ai je or en pensé,
Que je ferai, qui ne puet demorer”.
Prent la corone qui molt fist a loer
Ou li clou d’or reluisoient molt cler
Que li palés en est enluminez :
“Segnor, fist il, la corone prenez ;
Cui vos plèra en fetes coroner :
Recluz serai a un de ces autés”.
XV contor en ont de pitié ploré ...
La mort Aymeri de Narbonne, I, vv. 30-53

  • 6 Il ne faut pas confondre ce sentiment avec celui de fatigue passagère qui peut saisir le héros adu (...)

12Préside aussi à ce retrait du monde le sentiment intérieur que le temps est venu de s’en retirer, sous le coup d’une fatigue qui paraît être causée par tous les efforts accomplis pendant des années, comme si les ressources d’énergie se mettaient à faire défaut6. Sans doute est-ce elle qui fait pleurer le vieux Charlemagne à la fin du Roland lorsque l’ange vient lui annoncer qu’à peine de retour d’Espagne et malgré la mort de son neveu il doit repartir pour aller secourir le roi Vivien dans la cité d’Imphe : les larmes manifestent cette protestation du corps - et de l’esprit - qui, maintenant, renâclent. On imagine bien que, sept ans plus tôt, partant pour l’Espagne, l’empereur n’avait pas les larmes aux yeux. Ce sentiment est d’ailleurs explicité dans d’autres textes :

Un mout petit s’est li rois endormis ;
Es vous un angle, ke diex li a tramis !
“Karles, dors tu ? dist l’angles beneïs ;
Jhesus te mande, li rois de paradis,
Ke tu secores ton baron Anseîs ...
Va, si encauche les paiiens maleis ...
-Or me covient ostoier, che m’est vis,
Mais tant sui foibles et de fort mal aquis,
Ne m’a mestier palefrois ne ronchis
A moi porter, trop sui vieus et aflis”.
Anseîs de Carthage, vv. 9302-9323

  • 7 S’explique ainsi le sens de la promesse apparemment paradoxale faite par l’ange à Charlemagne dans (...)
  • 8 Cf. note 7. L’assassinat de Renaut de Montauban, le silence gardé sur le sort de Girart moine (Gir (...)

13Mais à l’époque romane, l’émotion manifeste visiblement un sentiment profond ; elle n’est pas une pure réaction physique et c’est là que l’usure qui est celle de la personnalité tout entière apparaît. Dans le Roland, l’empereur montre, au cours du duel qui l’oppose à Baligant, qu’il est toujours le meilleur combattant de son armée ; ce n’est donc pas tant le corps qui est touché en lui qu’une énergie vitale plus profonde7 : dans les civilisations primitives où la mort est moins un scandale que le dernier et naturel moment de la vie, c’est la proximité de la fin qui est signifiée par ce “taedium vitae” qui s’abat sur les plus vivants des héros. Aussi, après avoir fait couronner son fils, le Charlemagne du Couronnement ne tardera plus à mourir (v. 1396) ; et celui d’Anseîs verra s’accomplir la promesse de l’ange8.

14Cependant, ce schéma d’une mort “naturelle” n’est pas si souvent attesté dans l’épopée. Il en est d’autres pour évoquer les héros en leur grand âge.

15Le premier, le moins intéressant pour notre propos, consiste à les “prolonger” dans un état de jeunesse (littéraire) jusqu’à leur mort. C’est le procédé choisi par les auteurs des deux versions du Moniage Guillaume ... paradoxalement puisqu’ils commencent par souligner (cf. ci-dessus) l’âge patriarcal atteint par leur héros. La formulation mise dans la bouche de Guillaume au moment où il quitte le monde, selon laquelle il y reviendra si le roi Louis a, de nouveau, besoin de lui, le laisse attendre. Ce que nous attendons peut-être moins est que Guillaume, au cours des nombreux combats qu’il aura en effet à mener, d’abord pour se défendre contre des brigands, puis contre des Sarrasins pour défendre la chrétienté (en particulier contre le géant Ysoré en un affrontement symétrique de celui qui, dans le milieu de son âge, l’avait vu se mesurer à Corsolt dans le Couronnement de Louis), fera toujours preuve de la même vigueur. Seule, sa longue captivité dans les geoles sar-rasines (plusieurs années) est une épreuve nouvelle : on peut penser que les trouvères n’ont pas voulu l’infliger à un héros “jeune” dont ils auraient ainsi, si l’on peut dire, “gâché” les plus belles années. Mais que Guillaume âgé ait à la subir - sans qu’elle paraisse d’ailleurs le diminuer physiquement ou moralement - renforce cette idée que le personnage vit alors en quelque sorte hors du temps. Sa mort apparaîtra finalement comme décidée par Dieu au moment où il aura assez oeuvré pour son salut mais pas liée à sa sénescence.

  • 9 Par exemple, dans Huon de Bordeaux, la mort de Chariot, après un couronnement différé, empêche évi (...)

16Le deuxième, qui connaît plusieurs variantes, nous montre un héros restant dans le monde, soit qu’il y ait été contraint par les circonstances9, soit qu’il n’ait pas lui-même envisagé de le quitter.

  • 10 Ce sont, dans la Chanson de Guillaume, les mots (admiratifs) que le héros-titre emploie à propos d (...)

17Tout se passe à peu près comme lorsque le héros, jadis jeune, devait faire ses preuves pour entrer dans le monde des adultes ... Mais maintenant, c’est pour y demeurer qu’il doit les fournir à nouveau. Prouver qu’il a toujours “cors” et “reisun de ber”10.

18Ses adversaires de toujours s’enquièrent : bouge-t-il encore ? C’est le sens du portrait de Charlemagne tel que Marsile le propose à Ganelon :

“Il est mult vielz, si ad sun tens uset :
Men escient dous cenz anz ad passet.
Par tantes teres ad sun cors demened,
Tanz colps ad pris sur sun escut bucler,
Tanz riches reis cunduit a mendisted :
Quant ert il mais recreanz d’osteier !”
Roland, vv. 523-528

19La réponse de Ganelon (vv. 529-536) fait comprendre à l’émir que, si surprenant que cela paraisse, il ne ferait pas encore bon s’en prendre à Charlemagne. Mais pour combien de temps ? L’avenir tel que l’empereur l’envisage après la mort de Roland montre bien quelle part de son pouvoir, il en est conscient, reposait en fait sur un autre que lui :

“Cum decarrat ma force e ma baldur !”
v. 2902
“Morz est mis niés, ki tant me fist cunquere.
Encuntre mei revelerunt li Seisne
Et Hungre e Bugre e tante gent averse” ...
vv. 2920-22

20et ses larmes finales disent aussi la crainte d’une impuissance différée mais de plus en plus menaçante. Ce n’est pas non plus un hasard si, au début du Couronnement de Louis, et de Huon de Bordeaux, c’est un empereur vieilli, conscient de l’être et sur le point d’abdiquer, qui est l’objet de tentatives de rébellion (et d’usurpation) qui, si elles n’étaient contrées, dans le premier cas par un vassal fidèle, dans le second par un jeu complexe de circonstances, aboutiraient à le déposséder, lui ou son fils, du trône impérial. Ce ne l’est pas non plus si c’est à un Charlemagne usé par 27 ans de campagnes espagnoles que ses hommes manifestent leur lassitude (Cui de Bourgogne) en contestant, par la bouche d’Ogier le Danois, sa suprématie de combattant :

“Damedieu me confonde, qui tout a à jugier,
Se g’estoie là fors, montés sor mon destrier,
Et fuisse de mes armes mult bien aparilliez,
Se je ne vos prenoie par mon cors prisonier”.
Gui de Bourgogne, vv. 45-48

21La vieillesse du souverain (dans cette chanson, l’auteur lui-même désigne l’empereur par le terme de “vellart” : v. 1370, 1402) cristallise des velléités de contestation qui ne se manifestaient pas jusqu’alors. Comparons la chanson d’Aspremont où la révolte de Girart restera purement verbale - il suffira de quelques paroles de reproche de sa femme pour que le feudataire renonce à ses illusions de meurtre et d’usurpation (vv. 1468-1505) - face à un Charlemagne dans l’“аkmê” de sa force, et Gaydon où, face à un Charlemagne sénescent, il s’en faudra de peu que des projets comparables, après avoir été mis en oeuvre, n’aboutissent.

  • 11 L’analyse proposée ici serait un argument pour ceux qui pensent que la seconde partie de la chanso (...)

22Mais la vieillesse ne fragilise pas seulement le corps mais aussi l’esprit, - et peut-être surtout l’esprit. Or, si la diminution des forces physiques fait à l’évidence problème dans le cadre littéraire de la chanson de geste, il n’est pas évident que ce qui est le plus profondément - quoique moins visiblement - ressenti, ne soit pas celle des forces psychiques. Le triomphe de Charlemagne sur Baligant masque glorieusement, y compris sans doute aux yeux des critiques qui s’y sont toujours arrêtés, les incertitudes de jugement dont le personnage fait preuve dans la première partie du poème11. Certes, il est “bien”, en termes d’éthique politique féodale, qu’il veuille “par cels de France ...del tut errer” (v. 67). Mais à force de les écouter, il donne l’impression de n’avoir pas d’opinion personnelle : pendant le conseil sur la suite à donner aux propositions de Marsile, il garde le silence (Roland, vv. 214-16) avant de se contenter de suivre l’avis qui l’emporte parmi les barons (v. 243). Parfois, il a un éclat de voix :

Respunt li reis : “Ambdui vos en taisez !”
v. 259

23ce qui n’est pas nécessairement la marque d’un esprit lucide. Quand Ganelon propose de désigner Roland pour commander l’arrière-garde, il reste sans réaction, sauf de pleurer :

Li empereres en tint sun chef enbrunc,
Si duist sa barbe e detoerst sun gernun,
Ne poet muer que des oilz ne plurt.
vv. 771-773

24N’est-ce pas trop ou trop peu ? Il se laisse facilement abuser à la fois par Ganelon et sur les intentions des Sarrasins ... et le fait qu’il partage en cela les illusions des membres de son conseil ne suffit pas à le mettre à l’abri des reproches : n’était-ce pas à lui, au contraire, qu’il revenait de percevoir la duplicité de l’ennemi et de voir la part de lassitude qui intervenait dans la volonté des barons de croire à la bonne foi de Marsile ? Pressentant peut-être vaguement la trahison (d’où ces larmes ?), mais finalement ne faisant rien pour contrer une éventuelle machination, se contentant de laisser les événements suivre leur cours fatal. De même, lorsqu’il aura perçu l’appel du cor de Roland, il serait prêt à se laisser persuader par Ganelon que son neveu sonne pour le plaisir, malgré sa juste intuition de ce qui se passe :

  • 12 L’enfant et le vieillard se rencontrent ici explicitement ; cf. note 10.

Ce dist li reis : “Jo oi le corn Rollant !
Unc nel sunast, se ne fust cumbatant”.
Guenes respunt : “De bataille est nient !
Ja estes veilz e fluriz e blancs ;
Par tels paroles vus resemblez enfant ...12
Pur un sui levre vait tute jur cornant.
Devant ses pers vait il ore gabant”.
vv. 1769-1780

25Il faudra que Naime prenne les barons à témoin (vv. 1790 sq.) pour qu’il fasse faire demi-tour à l’armée ... trop tard toutefois pour empêcher l’anéantissement de l’arrière-garde. Certes, Roland sera vengé, mais Charles aura manqué, par confusion d’esprit, à son devoir de protection vis-à-vis de ses hommes ; il n’aura pas empêché la mort de son capitaine d’où cet affaiblissement de l’empire sur lequel il se lamente à plusieurs reprises jusqu’à la fin de la chanson. Encore faut-il ajouter que si les Sarrasins paient cher la mort des 20.000 Français commandés par le neveu de l’empereur, c’est encore à l’initiative de Naime que cette revanche est due, et qu’ainsi le camp chrétien rétablit la situation à son avantage : car, Charlemagne se perd en lamentations sur les cadavres de ses hommes et il faudra qu’on lui rappelle que l’action a d’autres exigences immédiates :

Naimes li dux d’iço ad fait que proz,
Tuz premereins l’ad dit l’empereur :
“Veez avant de dous liwes de nus,
Vedeir puez les granz chemins puldrus,
Qu’asez i ad de la gent paienur.
Car chevalchez ! Vengez ceste dulor !”
Roland, vv. 2423-428

26C’est sous le coup du même type de reproche que tombe, plus clairement encore, le Charlemagne de Gui de Bourgogne à qui après Ogier, Richard de Normandie conteste la lucidité du stratège : selon lui, l’empereur se fait une idée complètement fausse de l’état de la conquête :

“Vos dites, emperere, la terre avés conquise,
Dès Huiscent sor la mer de ci que à Saint Gile
N’a il chastel ne vile que vos n’aiés conquise,
Estorges et Navare, Panpelune la riche ; ...
Ensi le dites vos ; mès nos nel disons mie.
Je sais teus .v. citez, se Diex me benéie,
Qui s’i reclameroit de vostre seignorie,
Il en perdroit la teste, là ne faudroit il mie”.
Gui de Bourgogne, vv. 79-90

27Et c’est Richard qui est dans le vrai. Charlemagne pourra bien ensuit accomplir un exploit personnel et faite ainsi la preuve de son courage et de son engagement physique personnel dans la conquête (à la faveur d’un déguisement, il s’introduit en espion dans Luiserne), il n’en aura pas moins laissé échapper la maîtrise militaire de l’expédition puisqu’il faudra l’arrivée (imprévue) des “jeunes” pour s’emparer de vive force des villes dont Charlemagne n’a pu venir à bout ... en 27 ans, mais qu’il croyait avoir soumises, le fou ! prenant ses rêves pour des réalités. C’est cette association entre détérioration du corps et de l’esprit sous l’effet de l’âge que résume bien ce vers :

“Li rois est febles et viex et asotez”.
Gerbert de Mes, v. 7603

  • 13 Cf. G. Eckard, L’antithèse SEN(S) / FOLIE dans la littérature française du Moyen Age (jusqu’au déb (...)
  • 14 Nombreuses occurrences d’expressions telles que “o le flori grenon” ou “barbe florie” etc., p. 93, (...)
  • 15 On se rappelle que, dans cette chanson, Charlemagne se laisse persuader par les descendants du lig (...)

28Et si je viens d’écrire “le fou” en parlant du Charlemagne de Gui de Bourgogne, c’est en donnant à ce mot le sens, couramment attesté dans la langue médiévale13 de “celui qui est atteint dans son esprit de discernement”, et qui en vient à se conduire déraisonnablement, tant il est vrai que les chansons de geste ne dissocient guère faute de jugement et de conduite. Ce motif est illustré dans les portraits d’un Charlemagne dégradé par l’âge qu’offrent des épopées comme Gaydon ou Huon de Bordeaux. Si, dans la première, nombre d’expressions présentant l’empereur comme un homme très âgé14 n’ont pas de valeur significative, d’autres passages établissent explicitement un rapport entre sa vieillesse et une appréhension faussée des hommes et des événements qui entraîne des comportements injustes de sa part15 :

“... Karles est assotis ;
Il ainme miex les traîtors faillis
Que il ne fait les chevaliers gentiz,
Qui loiaument l’ont servi à touz dis.
Encor en iert li viellars escharnis” ...
Gaydon, vv. 3160-164
“J’aloie à Karle, .i. viel roi assoté,
Qui o lui a traîtors à plenté
Qui mon seignor Gaydon i ont meslé” ...
vv. 5995-96
“Bien est nos peres et li rois assoté”.
v. 9979
“Tant a vescu qu’il torne à folison”.
v. 10.352

29Que certaines de ces formulations soient placées dans la bouche de héros jeunes, et de ceux là même auxquels l’empereur s’oppose ne suffit pas à les récuser à partir du moment où l’auteur présente clairement ces personnages comme étant victimes de son aveuglement. Là où le héros lui-même n’accepterait de reconnaître qu’une perte de sa force, donc du respect qui lui est dû :

“Se tu m’ocis, ce sera pechiés grans ;
Honte i auront tuit ti apartenant ...
Trop ai vescu, bien est apparissant”.
vv. 10.809-812

30l’auteur souligne la dégradation intellectuelle et morale.

  • 16 Sur ce point, je ne partage pas tout à fait l’opinion de M. Rossi. Huon de Bordeaux, Paris, 1975, (...)

31Comparable est le traitement réservé à Charlemagne par l’auteur de Huon de Bordeaux16. Certes, la mauvaise foi et l’acharnement dont il fait preuve vis-à-vis d’Huon sont dûs à l’amour paternel qu’il voue à son fils Chariot (dont il reconnaît pourtant l’indignité, comme nous l’avons vu), et à son désespoir quand il apprend que Huon l’a tué. Mais lorsque des personnages comme Naime :

“... j’ai tel duel près n’ai le sens dervé
De çou que voi qu’estes si rasotés” ...
Huon de Bordeaux, vv. 9646-47
“Que diront tout li haut homme jentil ?
Vos jugemens n’ert mais en France oïs,
Tout diront mais, li grans et li petis
Qu’en vo viellece estes tous asotis”.
vv. 2231-34

32ou les 12 Pairs :

“Laisons Karlon, qui tous est rasotés” ...
v. 2269

33le qualifient de “rasotés”, il paraît difficile d’admettre qu’ils attribuent cet “abêtissement” au seul sentiment paternel, considéré indépendamment de la tonalité particulière que lui donne le grand âge de l’empereur, alors que lui-même insiste sur le caractère “miraculeux” d’une paternité si tardivement acquise :

“Quant l’engerrai, se me puist Dix edier,
.C. ans avoie, de vreté le saciés ;
Sel me manda chil qui tot puet jugier
C’est nostre Sires, par l’angle saint Mikiel,
Que jou géusse à ma france moillier” ...
vv. 9642-46

34Ces deux exemples montrent comment le vieillissement peut être associé à deux déformations a priori opposées de la personnalité : plus de faiblesse et plus de dureté. Dans les deux chansons, l’aveuglement de l’empereur (élément de faiblesse : il ne maîtrise plus le réel) se prolonge dans une conduite que l’on peut qualifier de tyrannique dans l’exercice arbitraire d’un pouvoir qui n’écoute plus les conseils et outrepasse toute mesure. Dans Huon l’empereur s’acharne contre le héros-titre à l’encontre de toute justice : il fixe au duel judiciaire qui doit permettre à Huon de manifester son innocence éventuelle des conditions telles que le processus ne pourra pas remplir son rôle ; et s’il renonce ensuite à faire exécuter le héros, c’est pour lui imposer des épreuves telles que leur accomplissement apparaît comme un “adunaton”, façon, il en est bien persuadé, de l’envoyer malgré tout à la mort. Dans Gaydon, il ira jusqu’au conflit armé contre l’innocent et loyal Gaydon.

35L’épopée médiévale présente aussi des figures de vieillards qui se caractérisent par une violence et une dureté qui les font apparaître comme des héros négatifs. Mais il est souvent difficile de dire si l’âge crée ou accentue ces tendances.

  • 17 Dans ce texte en tout cas. Pour des exemples différents, cf. ci-après.

36Au nombre des exemples pour lesquels prévaut l’incertitude, citons celui d’Ayme de Dordone, le père de Renaut de Montauban et de ses trois frères dans Renaut de Montauban. L’acharnement qu’il met à faire la guerre à ses propres enfants, à cause du serment qui le lie personnellement à l’empereur, - et cela alors même que les autres vassaux s’arrangent pour en faire le moins possible, car, selon eux, Charlemagne est dans son tort - n’est pas approuvé, loin de là, par l’auteur. On pourrait voir, dans cette façon d’appréhender une situation juridique en fonction de la lettre et non de l’esprit, la marque d’un esprit vieilli, et l’auteur lui-même désigne Ayme par le terme “li viels” (v. 3173). Face à lui, des hommes plus jeunes, comme ses fils, mais aussi comme Ogier le Danois (qui s’efforce de faire prévaloir leur point de vue auprès de l’empereur ... un empereur, notons-le, lui-même âgé : il est de la même génération qu’Ayme) représenteraient une conception du droit plus souple et moins figée. Mais les choses ne sont pas aussi simples : le très jeune Roland (tout juste adoubé) épouse lui aussi le point de vue de l’empereur, - il n’y a donc pas une opposition entre les vieux et les jeunes17 ; d’autre part, l’attitude rigide d’Ayme ne représente-t-elle pas une constante de son caractère plutôt qu’une dégradation de celui-ci ?

“Tant conois le vieilard et ses ruistes fiertés”
v. 2993

  • 18 ... Mais il n’est pas exclu de comprendre que les “ruistes fiertés” sont précisément devenues le f (...)

37dit de lui son fils Renaut, laissant entendre qu’il ne peut compter sur un changement d’attitude de son père et se référant à l’expérience de longue date qu’il a de lui18.

38Autre exemple difficile à interpréter, celui de Guerri le Sor dans Raoul de Cambrai. Oncle de Raoul, il est, dès le début de la chanson, présenté comme un homme âgé, avec son “grenon flori” (v. 641). Or, c’est lui qui pousse son neveu, une fois celui-ci en âge d’être adoubé, à (re)prendre la lutte contre les comtes de Vermendois qui occupent l’ancien fief de son père ; c’est lui aussi qui, au cours du long conflit qui s’ensuivra, poussera à plusieurs reprises Raoul à refuser tout accommodement ; lui encore qui relancera la lutte quelque 15 ans après la mort de Raoul par l’intermédiaire de Gautier à son tour arrivé en âge de porter les armes, etc.. Mais on pourra aussi le voir dans des dispositions d’esprit plus pacifiques que son neveu, et surtout que le jeune Gautier (dont, à certains égards, l’appréhension de la situation pourrait se rapprocher de celle de Roland dans Renaut de Montauban : reflétant peut-être la même inexpérience de la vie) à partir du moment où celui-ci relaie Raoul défunt. Il est donc impossible d’affirmer que l’auteur a voulu opposer jeunes et vieux en montrant ces derniers plus acharnés à se venger en refusant systématiquement de faire la paix à d’autres conditions ... Mais l’épopée ne dit rien du jeune Guerri : il est donc impossible également de parler à coup sûr d’un endurcissement du personnage.

  • 19 Dans Gerbert de Mes, Fromont deviendra en quelque sorte le traître absolu en reniant son Dieu et e (...)

39On peut se poser les mêmes questions à propos des personnages des traîtres dans le cycle des Lorrains, - c’est-à-dire à propos du lignage des Bordelais. Toutefois ici, la très longue extension dans le temps du récit - qui embrasse plusieurs générations - fournit quelques éléments de réponse. Il est indéniable que, dans Garin le Lorrain, le plus vieux des Bordelais, Bernart de Naisil, est celui qui se montre le plus acharné contre les Lorrains. A côté de lui, Fromont, qui appartient à la génération suivante, est montré comme beaucoup plus disposé à traiter avec l’adversaire. Or, dans Gerbert de Mes, Fromont, devenu “le vieux Fromont”, se montre, à son tour, le plus vindicatif, par opposition à des représentants plus jeunes de son lignage, à commencer par son propre fils Fromondin ou par Guillaume de Monclin19 :

40(Voici comment il accueille un messager de l’empereur) :

Fromons l’entent, a poi n’enraje vis.
Desor la table vit .i. coutel gesir.
Il le rua al messagier Pepin.
Ja l’eüst mort, cant li vassax guenchi ;
N’en toucha mie, I jesus le garanti ...
“Sire Fromons, li quenz Guilliaumes a dit :
L’en ne doit mie son droit segnor honnir.
- Dieus, dist Fromons, con puis enrajier vis
Por .iii. lichéors garçons de put lin
Que l’enpereres me tient por issi vil !
Mais par les sainz, que Diex a beneîs,
Je l’en ferai chierement repentir,
Et la corone li ferai je tollir,
Et la roîne ferai je mal baillir :
O mes garçons ferai son cors gesir”.
Gerbert de Mes, XVIII, vv. 1320-327
On peut noter aussi le terme de “fel viéx” (v. 1329) appliqué à Fromont.

41(Ici, c’est directement à l’empereur qu’il s’adresse) :

  • 20 La même accusation est reprise par Blanchefleur (v. 1696).

“Cil Dieus de gloire, qui onques ne menti ...
Et il maudie ses mortez anemis,
Gerbert de Mes et Hernaut et Gerin
Et toi meïmes, enpereres Pepins,
Fiz a putain, malvais rois asoti,
Fel boteriax, coarz et defailli !
Je voz cuidoie molt loialment (?) servir.
Por .iii. garçons licheors de put lin,
Fiz a putain, m’avez arriere mis ! ...
Et dist li rois : “Fel viex, tu as menti !”20
Gerbert de Mes, XXI, 1636-651

42Belle empoignade au demeurant entre deux “vieux” (Pépin est de la même génération que Fromont) où la violence de l’“asoti” fera écho à celle du “felon”, puisque l’empereur va, à l’instar de Fromont contre son messager, lancer contre lui un couteau, et le blesser. Ce Pépin, à vrai dire “sot” dès sa jeunesse, et faible, ajoutera de plus en plus, dans son grand âge, la violence à la pusillanimité, les deux aboutissant à un exercice injuste du pouvoir ... ce qui ne rend pas les propos et la conduite de Fromont plus justifiés en l’occurrence. Il semble bien que soit établi un rapport significatif entre les deux termes “fel”-“viez” (appliqués à trois reprises à Fromont) dans la mesure où on n’en trouve pas d’équivalents pour un personnage jeune.

  • 21 Il faut signaler qu’à ce stade du récit tous les représentants du lignage lorrain sont des “jeunes (...)

43Il apparaît que, pour les auteurs de la geste des Lorrains, une relation existe entre vieillissement et dégradation morale. Cela ne signifie pas que tous les héros âgés du cycle cessent d’être exemplaires : le vieil Hervis, père de Garin et de Bègue, le demeure jusqu’au bout par exemple. Mais la vieillesse est un facteur qui anime les potentialités négatives recélées par l’être. C’est ainsi que, même si, dès le départ, des rivalités d’intérêt tendent à dresser l’un contre l’autre les deux lignages, il est des circonstances où les jeunes des deux partis parviennent à faire cause commune, et cela malgré l’hostilité des pères et des oncles. Dans Garin le Lorrain, les “jeunes” Lorrains et Bordelais21 s’entendront pour venir en aide à Thierri de Maurienne parce que ses terres sont en proie aux attaques des Sarrasins - alors que les “vieux” Bordelais s’y refusent.

44Les jeunes des deux lignages demandent au roi Pépin de secourir Thierri :

“Car i alons, Fromons, ce dist Garin,
En celle sale parler au roi Pepin
Savoir se ja i porriens metre fin
C’an desecorre le riche roi Tierri.
Jouvencel sons, acroisons nostre pris.
Se li rois faut, si i alons, amis.
Por le secorre alons en son paîs !
- Mal ait quel vee ! ce a dit Fromondins.
Garin le Lorrain, XXVIII,
vv. 1336-343

45... Mais le roi leur fait mauvais accueil, préférant écouter les voix qui prêchent des discours plus aisés à entendre ... celles des hommes d’âge :

“Droiz enperere, dist Garins, entendez !
Dit avez chose dont vos estes blasmez.
Vos deüssiez croire les viex chanus barbez.
Le sejor ainment et le bel deporter
Et al couchier le vin et le claré”.
XXVIII, vv. 1376-381

46Intervient un “vieux” Bordelais qui conteste le point de vue de Garin, qui réplique aussitôt :

......... “Vieillars, vos i mentez !
Por moi le dites, qui ai avant parlé,
Et por ces autres que ci veez ester,
Qui tuit sons jones de novel adoubé.
Or devons quere honor et honesté” ...
vv. 1391-95
Et Fromont approuve le point de vue de Garin :
....... “Pere, et car vos reposez !
Dit avez chose dont vos estes blasmez.
Laissiez la cort que mestier n’i avez.
Noz somes .XV. que avez engendrez ;
Li rois est jones, sel servirons asez” ...
vv. 1402-06

47Pépin se met finalement en route pour secourir Thierri mais tombe malade en chemin. Il en profite pour écouter le conseil du vieux Hardré de renoncer à l’expédition entreprise. Garin stigmatise ainsi l’attitude de Hardré :

“... Il n’ira mie ensi
N’en fera pas li viex a son plaisir”.
vv. 1542-43

48Mais, Pépin se faisant décidément prier, ce sont, ensemble, les jeunes des deux lignages qui décident de poursuivre leur action.

  • 22 Certes, devant le nombre des forces adverses, les jeunes Bordelais renonceront à combattre et pous (...)

49On voit donc qu’à ce stade, le clivage entre le Bien et le Mal ne se fait pas selon l’appartenance au lignage, mais selon l’appartenance à une classe d’âge22. Et, cette communauté, dans la mesure où elle suppose une pratique courageuse, marque positivement les “jeunes” Bordelais, alors que les “anciens” du lignage (y compris bien sûr ceux qui, tels Fromont, “jeunes” ici, auront cessé de l’être dans Gerbert de Mes) ne bénéficient jamais d’une semblable “aura”.

  • 23 Ce double portrait de Blanchefleur relève évidemment du “topos” de la femme “jeune et belle” (et a (...)

50On peut établir une comparaison avec le personnage de Blanchefleur dans le même cycle épique. Dans Garin le Lorrain, elle est un personnage malheureux (éprise de Garin qui partage ce sentiment, elle devra épouser le roi de France, le piètre Pépin qu’elle n’aime pas, mariage d’état auquel Garin lui-même se résignera pour éviter un conflit entre le lignage des Bordelais et le sien, qui prendrait la dimension d’une guerre risquant de mettre à feu et à sang tout le royaume) et positif par l’affection qu’elle porte non seulement à Garin mais à tout son lignage. Devenue reine, elle défendra le point de vue des Lorrains auprès du roi et empêchera donc celui-ci d’écouter trop facilement les (mauvais) conseils des Bordelais. En revanche, dans Gerbert de Mes, le personnage est présenté sous un jour négatif : d’une fidélité de coeur à Garin, Blanchefleur passe, après la mort de son amour de jeunesse, à une attirance purement sensuelle pour un jeune Lorrain - elle, la femme maintenant vieillie ! - qui la mettra en situation de rivalité avec sa propre fille : les conseils de “moralité” qu’elle prodigue à cette dernière apparaissent évidemment intéressés plus à son propre dévergondage qu’à une préoccupation maternelle. Sa loyauté à l’égard des Lorrains se dégrade en pure haine des Bordelais : ce qu’elle cherche n’est plus à maintenir le lignage positif et, par là même, à défendre la paix dans le royaume, mais à se venger d’ennemis personnels quitte à ruiner le royaume en faisant tout pour pousser les Lorrains à systématiquement refuser la paix. Ridicule et odieuse, telle elle est devenue23.

  • 24 Si, dans l’Histoire, il n’était guère respecté quand l’intérêt des lignages l’exigeait, il est à n (...)
  • 25 A l’exception de Roland ; mais ici, sa juvénilité rejoint la sénilité comme l’irréflexion peut abo (...)

51Ces vieillard(e)s sont, normalement, appréciés de façon négative soit par l’auteur, soit par des personnages eux-mêmes présentés comme positifs : les avances de Blanchefleur seront repoussées par un jeune Lorrain, porteur, comme tout son lignage dans l’oeuvre, de valeurs positives ; et si un esprit critique émet l’hypothèse qu’en l’occurrence, il préfère surtout la fille à la mère, on lui répondra que son comportement, conforme à la loi de la nature (ici le rapport des âges24) est bon aussi en cela. La conduite d’Ayme, de son côté, se heurte à la critique ou à l’incompréhension de tous les personnages du poème ... sauf de Charlemagne qui trouve même qu’il ne va pas assez loin ; mais l’empereur est présenté comme le responsable premier du conflit et surtout de son prolongement : à ce titre, il est le héros négatif du texte ; ce ne sont pas seulement les fils d’Ayme qui le critiquent, mais sa femme (qui adopte un comportement tout différent de celui de son mari), mais les barons25 dont les réticences grandissantes allant jusqu’au refus d’obéissance, seront pour une part importante dans la fin des hostilités. Quant à Guerri, on peut penser que l’insistance de l’auteur à le présenter comme celui qui relance le conflit alors qu’objectivement les responsabilités du jeune Raoul, puis du jeune Gautier, apparaissent comme tout aussi grandes, ainsi que leur obstination à refuser la paix, participe d’une conception négative de la vieillesse, et pas seulement de l’éclairage d’un personnage singulier.

52Mais alors, que devient le respect de la vieillesse ? Peut-il encore exister alors que la sagesse du dernier âge de la vie qui en est la base est remise en question ? Théoriquement, il est attesté. Lorsque Gui de Bourgogne et ses compagnons partent pour l’Espagne en quête de leurs pères, ils décident d’emmener avec eux ... leurs grands pères :

“Or s’en revoist chascuns arriere en son regné
Et si face .I. biau char meintenant atorner,
Et s’i face sa mere et sa serour antrer
Et tout le plus viel home qu’il a en son rené.
Quant li jones seront as ruistes cous doner, Et li vieil demorront por bons consaus doner”.
Gui de Bourgogne, vv. 238-244

53Mais, chose curieuse, on ne verra jamais à l’oeuvre ces sages et vénérés aïeux ; il semble même bien qu’on les ait oubliés dès le départ :

  • 26 ... On pourrait écrire un commentaire amusant sur ce remplacement des “donneurs de conseils” par l (...)

Li enfant s’an retornent chascuns en lor païs.
Chascuns a fait .I. char gironé, tailléis,
Chascuns i mist sa mere, sa seror autresis,
Et si i met vitaille à .X. ans accomplis26.
vv. 260-63

54Y a-t-il lieu de s’en étonner ? Il est facile de comprendre pourquoi le retrait du monde “épique” ne s’entend pas seulement par rapport à l’action physique, mais aussi par rapport au “conseil” : d’abord parce que celui-ci n’est pas conçu comme un avis purement intellectuel mais comporte un engagement à s’impliquer dans l’action qu’il préconise ; ensuite parce que facultés de réflexion et d’action sont perçues comme atteintes de façon concomittantes par le processus de vieillissement : il y a certes, dans l’épopée, des hommes de (bon) conseil âgés comme Naime dans le Roland et Gaydon, mais des hommes qui, en ce cas, demeurent capables de participer à l’action, de même que, comme nous l’avons signalé, certains protagonistes âgés sont, en fait, “dispensés de vieillesse” par les auteurs. Renaut de Montauban et les autres, lorsqu’ils quittent le monde abandonnent conjointement la terre et son gouvernement à leurs fils ou neveux. C’est au couvent ou à l’ermitage qu’ils vont. Ils pourraient aussi se cantonner dans une sorte de retraite oisive, - c’est celle qu’un de ses fils reconnaît à Aymeri le droit de prendre :

  • 27 Ce discours est d’ailleurs en porte à faux par rapport au contexte où il se situe puisque, dans l’ (...)

“Lessiez mon pere dormir et reposer,
Vivre de bois et an riviEre aler
Et an ses chambres sainier et vantoser.
Il a bon droit, je ne l’en sai blasmer.
Nos somes tuit meschin et bacheler,
Si nos covient les marches a garder”27.
Narbonnais, XI, vv. 340-45

55Cf. un texte comparable dans Hervís de Mes :

“Li vostres cors doit bien or reposer,
Nous jovenchel et legier baceler
Devons souffrir les vens et les orés,
Les nuis villier et les jors jeüner”.
Hervis de Mes, L, vv. 6255-58

56Si cette issue ne demeure qu’à l’état d’hypothèse, ou de souhait, on en voit bien la raison : comment réserver une fin aussi peu prestigieuse à un héros épique ? La conversion de vie lui offre, en revanche, de bien autres possibilités de mise en valeur héroïques (même si elles ne sont plus guerrières) et couronne de façon plus satisfaisante une vie (littéraire) en prise sur le monde qui s’achève en s’ouvrant sur une/l’autre vie.

57Autrement dit, sans théoriquement récuser le “topos” vieillesse/sagesse, l’épopée médiévale prend bien des libertés avec lui : certains de ses vieillards n’en sont pas ; d’autres, qui le sont, ont certes la sagesse de penser au salut de leur âme, mais ils ne sont pas appelés à l’appliquer au gouvernement des choses de ce monde ; d’autres enfin “foloient” à vouloir rester dans le monde au-delà du temps. Et comme l’épopée ne nous montre guère non plus de jeunes “sages” à l’oeuvre, on y voit donc un monde malmené par de jeunes ou de vieux fous. Eh quoi ! C’est toujours Olivier qui meurt, et Roland ou Charlemagne qu’on chante.

Bibliographie

Editions utilisées pour les citations et références

Aiquin, éd. p. F. Jacques, Aix-en-Provence, 1979.

Anséls de Carthage, éd. p. J. Alton, Tubingen, 1892.

Aspremont (chanson d’), éd. p. L. Brandin, Paris, 1921-22.

Couronnement de Louis, éd. p. E. Langlois, Paris, 1920.

Elie de Saint Gilles, éd. p. G. Raymond, Paris, 1879.

Garin le Lorrain, éd. p. J.E. Vallerie, Ann Arbor, 1947.

Gaydon, éd. p. F. Guessard et S. Luce, Paris, 1862.

Gerbert de Mes, éd. p. P. Taylor, Namur, 1952.

Girart de Roussillon, éd. p. W.M. Hackett, Paris, 1951-53.

Gui de Bourgogne, éd. p. F. Guessard et H. Michelant, Paris, 1859.

Hervis de Mes, éd. p. V.E. Stengel, Dresde, 1903.

Huon de Bordeaux, éd. p. P. Ruelle, Bruxelles-Paris, 1960.

Moniage Guillaume I et II éd. p. W. Cloetta, Paris, 1906.

La Mort Aymeri de Narbonne, éd. p. J. Couraye du Parc, Paris, 1884.

Les Narbonnais, éd. p. H. Suchier, Paris, 1898.

Raoul de Cambrai, éd. p. P. Meyer et A. Longnon, Paris 1882.

Renaut de Montauban, éd. p. F. Castets, Montpellier, 1909 (Slatkine Reprints, Genève, 1974)

Roland (chanson de), éd. p. J. Bédier, Paris 1921.

Notes

1 ... ce qui respecte, au moins approximativement, la chronologie relative entre Roland et Gaydon.

2 ... mais non disparue. C’est la raison pour laquelle il envisage, au moment même où il quitte le monde, qu’il pourrait avoir à y retourner : la possibilité sera évidemment largement exploitée dans les deux versions du Moniage Guillaume.

3 Il est clairement indiqué que ce geste va dans le sens de ce qu’elle-même souhaite : son consentement ne lui est pas extorqué.

4 Ici, la chronologie relative n’est pas respectée à l’intérieur même de la chanson. En effet on voit mal comment Charles, qui a 125 ans bien sonnés (cf. la référence de la page précédente) pourrait n’avoir été adouhé que depuis 60 ans.

5 Cf. aussi Couronnement de Louis, vv. 86 sq. Charlemagne envisage bien d’écarter son fils de la succession au trône pour cause d’incapacité, mais il se laisse facilement convaincre de renoncer à cette mesure quand Guillaume promet d’aider le (futur) souverain.

6 Il ne faut pas confondre ce sentiment avec celui de fatigue passagère qui peut saisir le héros adulte soumis à trop d’épreuves ou de défaites. Le motif est illustré avec deux variantes à propos de Guillaume : dans le Couronnement de Louis (vv. 2223-5) sous sa forme hédoniste de l’aspiration au repos ; dans la Chanson de Guillaume et dans Aliscans, il s’agit des textes très connus où Guillaume déclare vouloir se retirer au couvent et où il faut toute l’énergie de Guibourc pour le convaincre que son devoir est plutôt de rebâtir la ville (Orange en partie détruite par les attaques sarrasines) et de reprendre le combat. Pour lui, dans les deux cas, il est trop tôt.

7 S’explique ainsi le sens de la promesse apparemment paradoxale faite par l’ange à Charlemagne dans Anseïs de Carthage, après qu’il vient d’imposer une mission supplémentaire à cet homme âgé, malade et qui se présente lui-même comme quasi impotent :
“Quant revenus seres, soies tous fis
K’un tout seul an ne seras apres vis”. vv. 9313-14

8 Cf. note 7. L’assassinat de Renaut de Montauban, le silence gardé sur le sort de Girart moine (Girart de Roussillon) ou sur Guerri ermite (à la fin de Raoul de Cambrai) sont d’autres manières de les faire “mourir”.

9 Par exemple, dans Huon de Bordeaux, la mort de Chariot, après un couronnement différé, empêche évidemment l’abdication de son père.

10 Ce sont, dans la Chanson de Guillaume, les mots (admiratifs) que le héros-titre emploie à propos de son très jeune neveu Guiot.

11 L’analyse proposée ici serait un argument pour ceux qui pensent que la seconde partie de la chanson n’est pas de la même main que la première.

12 L’enfant et le vieillard se rencontrent ici explicitement ; cf. note 10.

13 Cf. G. Eckard, L’antithèse SEN(S) / FOLIE dans la littérature française du Moyen Age (jusqu’au début du xiiie siècle), thèse dactylographiée, Strasbourg, 1980, t. I, p. 250.

14 Nombreuses occurrences d’expressions telles que “o le flori grenon” ou “barbe florie” etc., p. 93, 144, 160, 214, 255, 294, 325 ...

15 On se rappelle que, dans cette chanson, Charlemagne se laisse persuader par les descendants du lignage de Ganelon que Gaydon, autre nom de ce Thierri qui fut le champion de l’empereur contre Pinabel (Roland), a tenté de l’empoisonner, dans l’intention d’usurper le pouvoir, alors que ce sont précisément eux qui ont l’intention de le faire.

16 Sur ce point, je ne partage pas tout à fait l’opinion de M. Rossi. Huon de Bordeaux, Paris, 1975, pp. 504 sq.

17 Dans ce texte en tout cas. Pour des exemples différents, cf. ci-après.

18 ... Mais il n’est pas exclu de comprendre que les “ruistes fiertés” sont précisément devenues le fait d’Ayme vieillard. Le personnage est d’autant moins facile à appréhender si l’on tient compte du premier épisode de la chanson, celui dans lequel, associé à plusieurs membres de son clan, Ayme jeune se comporte en vassal révolté, et contre un souverain dont on ne peut prétendre facilement qu’il était dans son tort ... L’interrogation peut rebondir encore : cet épisode n’a-t-il pas été écrit après coup ?

19 Dans Gerbert de Mes, Fromont deviendra en quelque sorte le traître absolu en reniant son Dieu et en “passant aux Sarrasins”, afin d’obtenir leur alliance contre Pépin. Il est difficile d’affirmer que l’auteur établit une relation entre ce geste et le vieillissement du personnage. On peut seulement noter que les plus jeunes Bordelais n’envisagent pas, eux, d’en venir à cette extrémité et que son fils, en combattant, lui, contre les Sarrasins, voudrait bien “faire prisonnier” son père pour le faire revenir sur ce choix qui met à coup sûr son âme en péril (vv. 10.857-61).

20 La même accusation est reprise par Blanchefleur (v. 1696).

21 Il faut signaler qu’à ce stade du récit tous les représentants du lignage lorrain sont des “jeunes”.

22 Certes, devant le nombre des forces adverses, les jeunes Bordelais renonceront à combattre et pousseront l’absurdité de l’arrogance jusqu’à réclamer cependant une part du butin. La malignité du lignage existe donc bien - comme dans le cas de celui de Ganelon - et se fait vite sentir ; il reste cependant qu’un instinct positif existe aussi, au départ, chez les jeunes Bordelais ; il aura disparu chez les vieux, et en particulier chez Fromont le “renégat” (cf. note 19).

23 Ce double portrait de Blanchefleur relève évidemment du “topos” de la femme “jeune et belle” (et amoureuse positive) opposé à la femme “vieille et laide” (maquerelle ou dévoreuse d’hommes). Mais cette spécificité féminine ne l’empêche pas de s’intégrer dans une opposition plus vaste jeunes/vieux. L’épopée n’ignore pas non plus le motif du barbon amoureux et ridicule (voire “méchant”) de l’être : cf. Elie de Saint Gilles, vv. 1735-36 ; Hervis de Mes, XIII, vv. 861-66.

24 Si, dans l’Histoire, il n’était guère respecté quand l’intérêt des lignages l’exigeait, il est à noter que la littérature épique le considère comme un critère des mariages réussis et comme devant être respecté : les unions qui l’ignorent sont, en quelque manière, “contre nature”, c’est-à-dire “contre la loi divine”.

25 A l’exception de Roland ; mais ici, sa juvénilité rejoint la sénilité comme l’irréflexion peut aboutir au même résultat que l’obstination : dans les deux cas, il s’agit d’une raison aveuglée.

26 ... On pourrait écrire un commentaire amusant sur ce remplacement des “donneurs de conseils” par la vitaille.

27 Ce discours est d’ailleurs en porte à faux par rapport au contexte où il se situe puisque, dans l’épisode, loin de se retirer, Aymeri, malgré son grand âge décide d’envoyer tous ses fils à l’aventure, à l’exception du plus jeune en compagnie de qui il entend assurer la défense de Narbonne, - ce dont les habitants de la ville le croient précisément devenu incapable.

Auteur

Université de Provence (Aix-Marseille I)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540