Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vieillesse et vieillissement au Moyen Âge

Le poète et le “désert”

Shigemi Sasaki

Texte intégral

I) “DESERT D’AMOUR” ET LA COULEUR NOIRE :

1L’image du désert revient par quatre fois chez Eustache Deschamps dans dix volumes de l’édition G. Raynaud et Queux de Saint-Hilaire : trois ballades et un Lay.

  • 1 Eustache Deschamps, Oeuvres Complètes, publ. par le marquis Queux de Saint-Hilaire et Gaston Rayna (...)
  • 2 Ibid. t. III, pp. 228-229.

2La première ballade (n° 420)1 à laquelle les éditeurs donnent comme titre “l’Eloge au mois de May sur la perte de sa dame” : Le poète opte pour le “desert” comun lieu à lui destiné : “Et es desers demouray,” “Ou desert vois pour ce d’amours mourir / Quand j’ay perdu ma dame”. Dans une pièce qui suit viennent, en s’y opposant, d’autres images telles que “la maison de leesce” ou “Paradis” (Bal. 424)2.

  • 3 Ibid. t. III, p. 302-303.

3La ballade 4813, intitulée “Regrets pour une dame” renferme aussi cette image de lieu : ”...cuer et corps et d’amour li laissay. / Mieulx doy aler en desert”. Ce serait la même occasion pour Deschamps de se plaindre du “desert”, absence de l’amour.

  • 4 Ibid. t. II, 1880, pp. 182-192.
  • 5 Ibid. t. III, pp. 373-374.

4Le poète recourt au topos spécifique avec une plus grande ampleur. Tel est le cas des trois cents vers du Lay (n° 305) intitulé “Lay de Desert d’Amours”4 et à un moindre degré dans la Ballade 5355.

5Après avoir allégué neuf noms de célèbres amoureuses (VV. 1-4), la narratrice du Lay, qui se présente à la première personne, déclare que c’est elle qui remplit une destinée la plus dure que nulle autre (VV. 8-9). Son récit se situe au passé révolu aux dix vers suivants. Comme dans la ballade 424, elle se trouva d’abord “en mondain paradis/ D’amours” (VV. 88-89). Une centaine de vers plus loin, elle se voit forcée de le quitter :

Ou desers d’amour vois au fort (V. 185)
mention qui justifie le titre de ce poème.

  • 6 E.Gilson, Les Idées et les lettres, Paris, 1955, p. 19 ; cf. L. J. Friedman, The Ubi sunt, the Reg (...)

6Un esprit parfaitement, identique domine la ballade 535 qui, plus fidèle au thème “ubi sunt”6, évoque en détail les beautés disparues toujours dans les mêmes circonstances et en femme. Le refrain de la ballade, cependant, reprend :

Lasse ! languir vois ou desert d’amour : (VV. 10,30 et 36)

7sans nommer le premier séjour de l’amante. Dans le Lay, le passage du “paradis” au “desert” est indiqué par le présent du verbe aler et toujours à la première personne comme dans la ballade 535. Aux vers 236 et 237, “desert” rime avec “vert”. Dans les vers qui suivent immédiatement, seize sur vingt-neuf vers se terminent sur cette correspondance phonique (VV. 236. 237. 239. 240. 243. 244 247. 250. 251. 252. 254. 255. 258. 259. 262 et 265).

8D’autre part, le “desert d’amours” désigne le dernier âge de l’existence humaine :

La mes dolens jours fineray
Et ma vie recorderay
Et demourray
En languissant jusqu’à la mort ; (VV. 186.188.189)

9De même, la ballade 535 :

Ha ! Viellesce, par toy sui effacée, (V. 17)

  • 7 Idée émise par Deschamps : Ballades 25 (éd. cit. t. I, 1978, pp. 104-105) et 321 (ibid, t. III. pp (...)

10Narratrice et protagoniste se présentent comme une femme qui vient de vivre au “paradis/D’Amours”. Avec les deux poèmes, différents des deux autres, deux topoi antithétiques représentent deux tranches do la vie humaine. Le présent et le prétérit seuls sont retenus dans ce poème, en s’opposant, pour mettre en contraste la jeunesse désormais trépassée et la vieillesse à envisager. Les ballades précédemment étudiées, en revanche, se servent invariablement de verbes au présent : deux lieux signifiant un double état psychologique inhérent à l’amour. Le terme “desert” reste l’indice de manque, négation du sentiment amoureux.7

11Dans les deux poèmes en question, la narratrice amante le décrit comme privé de données qui font partie intégrante du “vergier” (Lay, V. 107) et absent de “verdeur” (Bal. V. 19), qu’elle oppose ensuite. Dans un tableau familier aux lecteurs du Roman de la Rose :

(...) jadis en la fontaine
De Narcisus fu trouvée
(...)
Maint ont leur face mirée
En moy, que tristesce maine. (VV. 11-12, 19-20)

12Voici le revers de ce tableau :

Fontaine de plour sur ma fin
Soir et matin,
Sanz draps de lin
Treuve pour arrouser ma face. (VV. 266-269)

13Le je est en même temps la fontaine narcissique et une jeune fille de “.XV. ans” (V. 25).Succinctement, la ballade 535 met en scène la jeune fille de ”.XIIII. ans” (V. 3) au lieu de “.XV.” (V. 110) dans le Lay ; le décor est identique. Les arbres et les ramages d’oiseaux ne manquent pas non plus à l’ouverture du printemps : “doulz rossignolz” (Lay, V. 99), “beaus arbres flouris” (V. 103), “herbe vert” (V. 104) ainsi que les termes clés : “deduit” (V. 101), “Leesce” (V. 102).

14Ensuite vient une évocation rétrospective, lorsque ses dernières amours prennent fin (VV. 145-156) et qu’elle se rend compte de la brièveté du temps :

Mon bon temps m’a po duré, (V. 161)

15La constatation similaire se rencontre à propos du “paradis / D’Amours” : “qui po me dura” (V. 89). Ainsi disparaissent l’espace et le temps, qui appartenaient à l’amante.

II) “TRENTIEME ANNEE DE L’EAGLE” ET BIPARTISME DU TEMPS HUMAIN :

  • 8 Ibid. p. 102, § 188.
  • 9 Ed.cit. t. III. Bal.321, p. 155 Ronseau 675, t. IV, 1884, p. 134 Lay 13, t. II, p. 265.
  • 10 “ homs durer n’y puet mie/Que .LX. ans” (ibid, Bal. 198, t. II, p. 18 VV. 17-18) cf ; Bal. 79, t. (...)
  • 11 “ ce qui semblerait vouloir dire qu’il avait alors soixante quatre ans” (ibid. t. I, p. 251). G.Ra (...)

16La vie humaine est rythmée par les quatre saisons, dont la dernière se situe à partir de soixante ans8. Tel est aussi l’avis partagé par notre poète dans la plupart de ses pièces9, alors qu’à maintes reprises, il affirme que la vie est de soixante ans10. Dans la Ballade 12811, la soixante-quatrième année marque le début de la vieillesse.

17Différents de ces âges proposés, le Lay 305 et la Ballade 535 émettent une autre opinion :

Qui m’a si tost amené
Et donné
.XXX. ans ? Mon aage est finé
De jeunesse ay cuit mon pain ;
Viellesce d’ui a demain
S’a tout mon bon cassé.
(VV. 165-170)

  • 12 “très probablement en 1346” (ibid. t. XI, p. 9) ; entre 1340 et 1346, mais “spätertens 1340” (E. H (...)

18Le terme de la jeunesse se situe à la trentième année de la vie, où l’on assiste, dès cet instant, à l’avènement du dernier âge. La ballade toujours mise en parallèle en confirmant ce sens, le souligne encore dans deux endroits12 :

Mais a trente ans fu ma couleur muée.
Lasse ! languir vois ou désert d’amours.
Trente et le plus m’ont fait perdre tout glay :
(VV. 9-10 et 35)

  • 13 Ed. cit, t. XI, p. 23.
  • 14 Bal. 1411 “Envoyé(e)s par Eustache lui estant malade et la manière de son testament par esbatement (...)
  • 15 Bal. 225 (ibid. t. II, p. 52, v. 2).
  • 16 Ibid. p. 52, v. 8.
  • 17 Ibid. t. VIII, p. 136, v. 7.

19Eustache Deschamps, né en 1346, atteint la trentième année en 1376 ; il contracte une maladie précisément cette année-là13, ce qui, à n’en pas douter, le pousse à rédiger un testament daté du “.XVIIIe. jour de joing” 137614. Ne s’agit-il pas d’une coïncidence fortuite avec la donnée biographique du poète ? Il plante, d’ailleurs, un jalon à sa trentième année : “Jusqu’à .XXX. ans je ne cessay d’aprandre”15 ; L’apprentissage des Sept Arts Liberaux se termine à cet âge : “Or diminue par viellesce mes sens”16. “Jusqu’a .XXX. ans, aussi, il a “force et cuidier” dans la Ballade 145017.

20Se serait un témoignage probant que le poète se propose de se travestir ici en jeune fille qui, d’emblée, entre dans la vieillesse :

Viellesce d’ui a demain
S’a tout, mon bon temps cassé, (VV. 169-170)
Quant j’ay tenu le droit chemin,
(...)
Par ou je vin
Du jeune temps en ceste place, (VV. 280 et 282-283)

21Le poète parle à ce propos de la “mutation soudaine / De jeunesce” VV. 299-300).

  • 18 In Le Roman de la Rose, éd.par M. D. Méon, t. IV, Paris, 1814, p. 9

22Dans son Testament, Jean de Meun, auteur préféré de Deschamps, penche dans ce sens mais avec une alternative : “A trente ou quarante prend sa teste à florir”, L’hésitation entre deux possibilités chez Jean de Meun fait ressortir l’affirmation formelle de Deschamps : précocité et soudaineté du déclin de la vie.18

  • 19 Plus haut, n. 10.
  • 20 Pour l’“entre deux âges”, gravitas, voir J. Ghellinch, Inventus, gravitas, senectus, in Mélanges J (...)
  • 21 Pour un Philippe de Novare (op. cit. p. 104, § 192). A trente-cinq ans, pour Dante (L’inferno, Can (...)

23Or la vie de l’homme, pour lui, est de soixante ans19. Il s’agit, d’une part, de l’absence du “moien aage”20 ; le “Jovanz”, divisé, en revanche, en deux périodes distinctes dont la première se termine à trente ans, âge appelé “ammil-eu”21.

  • 22 Tr. A. Pézard, p. 516.
  • 23 Ibid. pp. 515-516, passim.
  • 24 B. Nardi, Saggi di Filosofia Dantesca, Città di Castello, 1930, p. 142 : “come punto sommo che div (...)

24S’inspirant d’Aristote22, le Convivio dessine une courbe ascendante et descendante : “l’“arco della vita”23. Il est à l’origine une άκμή24, dont le point culminant, est l’“ammil-eu” de la ’jeunesse et de la vieillesse, où s’opère le changement, subit du cours de la vie, et d’où procède le bipartisme du temps humain.

  • 25 “Le Debat du Coeur et du Corps” de Villon, daté de la même année que le début du Testament (in Oeu (...)

25Il s’agit par ailleurs d’une calque vraisemblablement, des termes Latins, juventus et senectus25. Celui-ci n’est pas le dernier âge (senium) mais le “troisième” âge qui suit directement le juventus-jeunesse.

  • 26 Et aussi, st. CLXXIII.
  • 27 “pauvre vieillard” (st.XLIII).
  • 28 Villon, de même, souligne la fuite du temps, en se servant d’adverbes tels que “soudanement” (éd ; (...)
  • 29 le portrait de la vieille n’est qu’un procédé littéraire ; il y manque un élément : l’âge de trent (...)

26L’âge de trente ans qui marque la fin de la jeunesse et l’arrivée de la vieillesse, et non le vieillissement régressif donne raison de rédiger son testament au Villon de 1461 ; chez celui-ci, le coeur à qui déclare son interlocuteur : “Tu as trente ans26. L’identité de la démarche de pensée est d’autant plus frappante que le poète se situe lui aussi “En l’an trentieme de son age”27 (Testament, st. I) et se dit à l’entrée de vieillesse” (st. XXII) et se plaint de l’évanouissement de sa jeunesse28 dans sa voix (st. XXII et XXVI) et celle de la Belle Heaumière (st. XLVII-LVI) : “passé trente ans, / Et je remains vieille”,29 (st.LI).

27Ne sommes-nous pas en présence d’une convention poétique qui s’établit avec Eustache Deschamps ? La vieillesse est bien le lieu du regret des choses disparues chez les doux poêtes, lieu qui s’offre à eux à trente ans passés.

  • 30 Ed. par F. Lecoy, t.I, Paris, 1965, pp. 136-139.

28La conception du temps humain dont la deuxième moitié apparaît comme redresseur du passé, victime de Delit, se rencontre dans la seconde partie du Roman de la Rose30 (VV. 4400-4515). Telle idée à tendance moralisatrice n’est reprise qu’à l’état d’ébauche dans le Lay (VV. 173-176, 300-301) et la ballade 535 ainsi que chez Villon.

29Pourquoi les auteurs de ces poèmes introduisent-ils dès l’âge de trente ans le soir de la vie, qui, dialectiquement, evince le jeune temps fleuri ? Le temps lyrique terminé, l’âge comme un millésime marque l’adoption d’une nouvelle écriture ; le testament est l’amorce d’une autre écriture que les poèmes amoureux.

III) PROLOGUE DE LA CONSOLATION DE PHILOSOPHIE ET CHANGEMENT DE L’ECRITURE :

  • 31 Ed. cit. t. IV, p. 2. (plus haut, n. 18).
  • 32 Les récents travaux relèvent nombre d’intéressantes “interpolations” narratives dans diverses trad (...)
  • 33Carmina qui quondam studio fiorente pregi / Flebilis heu maestro cogor inire modos” (“De Consolat (...)
  • 34 Elle expulse les Muses (ibid, col. 590-591).
  • 35 “Halas ! Je, qui jadis parfis jolies chançonnetez et mon estude flurissant, sui maintenant contrai (...)

30Un tel contraste, au début du “Testament.” de Jean de Meun, oppose implicitement cette oeuvre à “maint diz par vanité” rédigés dans sa “jonesce”31. La richesse d’évocations est d’autant plus mise en relief, à y comparer les textes de Deschamps, et ensuite aux traductions médiévales de la Consolation de Philosophie32, qui fournissent des indices d’un intérêt certain à cette antithèse33. L’original souligne le changement de l’état d’âme de l’auteur prisonnier ; celui-ci qui avait composé de son propre gré, se voit désormais contraint de le faire. Or les chants du passé s’opposent moins à ceux du futur34 que Philosophie aux Muses qui lui font dicter les premiers vers. La version en prose qui serait due à Jean de Meun vers 1300 (Paris, B. N. f. fr. 1097, fol. 2, v.)35 met en parallèle les “jolies chançonnetz” avec les “vers de dolereuse matière” (Livre I, vers 1). La dualité de chansons, plus clairement énoncée, répond à celle de la situation où se trouve le philosophe romain et de l’état de liberté dont il jouit auparavant.

  • 36 P. Courcelle, La Consolation de Philosophie dans la Tradition : antécédents et propérité de Boèce, (...)
  • 37 Ibid. pp. 29-31 : l’incipit assure dans une large mesure la perennité de l’oeuvre.
  • 38 Premier mot du texte original (ibid. p. 72).
  • 39 “Gloria felicis olim viridibusque juventae, / Solantur moesti nunc fata senis / Venit enim propera (...)
  • 40 P. Coucelle, op. cit. pp. 30-31.

31Les deux premiers vers de la Consolation ont fait l’objet, dès l’époque carolingienne36, de citations importantes dans les écrits en latins37. Dans nombre de manuscrits, Boèce figure dans l’initiale C de Carmina38, âgé et, affligé aussi, ce qui se rapporte aux vers qui suivent39. Il est question de la vieillesse prématurée du prisonnier de Théodoric : “Viellesce m’est venue plus tost que je ne cuidoie, d’après Jean de Meun, hastee par mes maulz”. Selon Pierre Courcelle, cette mention relative à l’inopinata senectus retient l’attention de Paschase Radbert de Corbie, commentateur des Lamentations de Jérémie40, qui les s’applique à lui au moment initial de son travail.

  • 41 D. Poiron, Le Poète et le Prince, Paris, pp. 399-426.
  • 42 Suivant les critiques, Alain Chartier est vieilli ou rajeuni de dix ans. Il se peut qu’il n’ait qu (...)
  • 43 Voir, a ce sujet, notre ouvrage : Sur le Thème de Nonchaloir dans la Poésie de Charles d’Orléans, (...)
  • 44 Michault Taillevent, “Le Passe Temps”, in R. Deschaux, Un Poète bourguignon du xve Siècle, M.T. Ge (...)
  • 45 Ibid. p. 155, v. 529.

32L’analogie est frappante avec les poèmes de Deschamps ou l’incipit du prologue est réparti, en se transposant en un temps humain, en deux portions qui chacune, répondent aux genres poétiques : les chansons d’amour et les complaintes de la vieillesse (VV. 1-110 et 111-313). Le lai, en effet, renferme ces doux données dans sa stucture ambivalente41. La dichotomie do matières s’impose, désormais, à Alain Chartier42 ou à Charles d’Orléans43, Un poète du xve siècle rime, en les opposant, les “virelais de flours” avec les “ballades de plours” et “complaintes de ses follours”44. L’auteur du Passe Temps n’a pas besoin do ce motif antithétique ; il lui suffit de constater, en passant. “Jusqu’au quart age”45, l’écoulement de l’âge humain.

33Avons-nous affaire, avec Eustache Deschamps, à un des premiers exemples de l’utilisation du prologue boécien sans doute d’après une version française et vraisemblablement celle de Jean de Meun ? Le prélude du poète romain s’inscrit d’ailleurs dans le bipartisme des âges et celui du Lay et de la Ballade que nous avons examinés. La mutation de l’écriture est d’une fonction organique avec le passage d’un espace à l’autre ; le “vergier” et le “desert” avec tout ce qui les constituent, entraînent, le substitution de l’oiseau, auteur et chanteur de poèmes.

IV) “CHANS DE MORT” et “ MORT EN SA FIGURE” :

  • 46 Ed. cit. de Lecoy, t.I, p. 183 ; contrastes qui se manifestent dès Alain de Lille, Anticlaudianus,(...)

34L’introduction du chat-huant comme rival du rossignol serait, à nos yeux, tirée de la demeure de Fortune, sous son double aspect, dans le Roman de la Rose de Jean de Meun (VV. 5943-5947)46. Le passage est bref. L’auteur, toutefois, insiste sur le rapport antithétique non seulement entre les deux créatures ailées mais aussi le verger aux oliviers et le terrain stérile aux genêts.

  • 47 Le Moyen Age confondit le hibou avec la chouette (Isidore de Séville/’Etymologiarum”, P.L. t.XXXVI (...)

35Dans le Lay, notamment, Deschamps souligne, en le transformant, en apanage d’Atrops, la fonction de l’oiseau nocturne47 :

Le cahuant chante et murmure
Ses chans de mort ; la sont ouvert
La sont mi pensers a descouvert ; (VV. 257-259)

36Même à ce point crucial, la Ballade 535 sera proche du Lay tant par l’option pour une nouvelle écriture que par le rejet de l’oiseau-chanteur :

Le chahuant ses chans de mort m’envoyé,
(...)
Trente et le plus m’ont fait perdre tout glay.
(VV. 25 et 35)

  • 48 “Ulula” pleure et “bubo” est lié au sépulcre (ibid.). Les deux oiseaux sont associés à la mort et (...)

37La complainte est cultivée dans ces espace destiné à la vieillesse. “Pensers et plours y sont appert” (V. 254) auprès de la Fontaine de “plour”48. Ce n’est pas seulement l’âge qui attend le poète, qui, à son tour, attend la mort :

En languissant jusqu’a la mort ; (Lay, V. l89)

38La mort, elle-même, apparaît par surcroît, comme une image “noire et hydeuse”, ce qui rejoint la symbolique vestimentaire et chromatique dans les deux premières pièces citées dès le début de cet article :

La est tristesce en pourtraiture
La vient la mort en sa figure,
Noire et hydeuse a moy s’appert.
Je n’atten que ma sepulture ; (VV. 260-263)

39Opposé au “verger”, le “desert” est conçu d’autre part comme “Lieux tenebreus” (V. 276). La Ballade 420, consacrée à l’amour perdu, montre bien à quel point le vocable et l’état d’esprit ne varient jamais d’un poème à l’autre :

  • 49 Ed. cit. t. III, p. 224.

Me fault aler cercher lieux tenebreux
Et es desers plaindre et gemir tous seulx,
(VV. 4-5)49

  • 50 Jean Le Fèvre, Le Respit de la Mort, publ. par G. Hasenohr-Esnos, Paris, 1969, p. 113, V. 3078 et (...)
  • 51 Ibid. p. 113, v. 3079.
  • 52 Le noir est lié à l’état d’âme du poète en moyen français (A. Pagès, Le Thème de la Tristesse Amou (...)

40Le noir avec le nocturne est le dominante de cet espace. Il ne nous est pas possible de fournir une datation exacte à aucun des poèmes de Deschamps qui se rapportent à l’image du “desert”. Mais le singulier accent mis sur l’âge de trente ans, nous l’avons vu, permet de supputer approximativement celui du poète aux confins des deux espaces : jardin et “desert”. Peut-être le Lay et la Ballade 535, du moins, se situent-ils aux alentours de 1376, année où la Danse macabre fait l’objet de la première mention dans la littérature romane50. Dans les oeuvres de Deschamps, la mort n’amène pas les victimes à sa “tresche”51, et elle n’est pas un ordre chorégraphique mais chromatique52. La dernière halte de l’existence humaine est un lieu décoré d’une image de la mort “noire et hydeuse”.

V) LE “DESERT” ET LA “COLRE NOIRE” :

41Le langage imagé autorise à mettre en relief la polyvalence sémantique, du topos lui même et symbolique, de divers facteurs constituant ce lieu, à savoir le funeste oiseau qui annonce la mort de Thanatos “en sa figure”.

  • 53 O, Bloch et W. von Wartburg, Dictionnaire Etymologique de la Langue Française, Paris 1964, (4e éd. (...)

42Le titre “le desert d’amour” renferme en lui un jeu de mots ; “desert” est un symonyme de “néant”, venu de “désertum” (latin de basse époque)53. Le terme est une négation de celui qui suit : amour, en sorte que, dans les deux premières ballades examinées, le vocable désigne l’absence et l’abandon du sentiment amoureux. Dans le Lay et la Ballade 535, en revanche “desert” ressortit, se niant, à Vieillesse. Dans ces pièces, toutefois, le “desert” est déja proche du français d’aujourd’hui. “Li lieus est ses de sa nature” (Lay, V. 248).

Ou il n’a fueille, ne boys vert,
Herbe, fleur, fruit n’autre verdure ;
Tout chant d’oisel y ert desert ;
Fors que bruiere n’y appert,
(...)
Et buissons d’espines couvert,
De ronsses et grief pointure, (VV. 237-240, 255-256)

43Les plantes sauvages telles que “bruieres” et “buissons” représentent le terrain en friche :

Verdeur n’y a, esbatement ne joye,
Fors espines, ronses, tristesce, esmay
(Bal. 535, VV. 22-23)

44Les termes psychologiques sont suivis directement de ceux d’une végétation qui, à son tour, aime l’aridité.

Autre deduit n’a en celle contrée
Fors que gresiln nois, froidure et gelée (VV. 26-27)
Noif, gresil et toute froidure ;
Esté fault la, l’yvers y dure
En tous temps. (VV. 241-243)

  • 54 “Le Miroir du Mariage” éd. cit. t.IX, 1984, p. 191, vv. 5828-5831.
  • 55 Voir à ce sujet notre article : “Symbolisme végétal (plantes piquantes), in Mélanges A. Planche, P (...)
  • 56 Ed. cit. t. V, p. 378, vv. 5 et 9.
  • 57 Notre poète aurait pu employer le terme “lande”. Cf. Le joli Buisson de Jonece se situe dans une “ (...)

45Lié au mois de mai qui ramêne des oiseaux et de beaux jours, le “vergier” conserve son sens étymologique. Deschamps propose le fête de Saint Martin (le 11 novembre) qui marque l’avènement du “froit” et des “temps divers” qui “tournent en pourreture” “feuille de flour”54. La “morte saison” caractérise l’espace sec et stérile. Les rapaces nocturnes, en effet, huent particulièrement au mois de novembre. La seule végétation est re-résentée par des piquants55. “le ses aux champs, autre foiz la verdure,/ (...)/ Arbres, bestes, gens mourir par viellesce” (Bal. 1077)56. Les lieux ainsi que leurs paysages et climats sont associés à la dichotomie qu’offre le temps humain, et au terme et au titre : “desert”57 dont l’examen des textes ne fait que démontrer la portée. Le propos du poète est de jouer sur l’ambivalence : dénégation et proposition.

  • 58 Ed. cit. t. IV, p. 331, vv. 10-11.
  • 59 “Li testament”, éd. cit. (plus haut, n. 18), p. 10 ; “Elle (l’humeur mélancolique) est de nature t (...)
  • 60 Ed, cit. t. VII, 1891, (La Chartre des Fumeux, daté du 9 déc. 1368), p. 318, v. 218.
  • 61 Ibid. t. VII, p. 4, vv. 23-24.
  • 62 Ibid. t. V, p. 63, v. 19.

46Ce “désert” ne correspond-il pas aussi au tempérament de Deschamps ? “De nature sui merencolieux, / Colérique me l’en puet trouver”58 (Bal. 813). Et ce tempérament même à la vieillesse. A ce propos, Jean de Meun, testateur, confirme les rapports de la mélancolie avec la nature de la terre : “Il (le vieillard) devient froit et sec,/ (...) / et merencolieux ;”59. La mélancolie provient, pour Deschamps aussi, de la “male froidure” (Bal. 1498)60. “Tous mes corps est froid devenus, / Maigres et secs” ; “Ce sont les signes de la mort” (Bal. 1266)61. “Vieulx homs ne fait que merencolier” (Bal. 880)62.

  • 63 La fonction de cette humeur est particulièrement complexe chez Deschamps ; elle se présente sous l (...)
  • 64 “Melancolie est une humours que li plusour apelent colre noire, et froide et seche, et (...) de na (...)
  • 65 Suivant Hugues de Fouilloy, auteur du De nuptiis, cité comme sources de Deschamps (E. Hoepffner, o (...)

47“Ses de sa nature” (Lay, V. 248), le “desert” se rapproche de l’humeur mélancolique63 qui se distingue des trois autres par la sécheresse et le froid, propriété de la terre. Dans le Lay et la Ballade 535, la complexion “de nature terrestre”, se métamorphosant en “desert”, semble hanter le poète qui se sent vieilli. “Mélancolie” que “li plusour apelent colre noire64, détermine notrepoète à opter, en raison justement de cette autre dénomination de sa mélancolie65, pour l’image des “lieus ténébreus”.

  • 66 “Le debat de l’Yver et de l’Esté”, où le premier occupe la période du 11 novembre au 25 mars (l’An (...)
  • 67 “La Dame Cole” précède la mélancolie (op. cit. p. 108, vv. 3033-3035) ; le flegme est la première (...)
  • 68 Chez Charles d’Orléans, l’humeur est adoucie et plus personnelle peut-être (nos ouvrage (plus haut (...)

48L’image topographique du “desert” ne s’avère pas comme un arrière-plan anomyme. L’humeur personnelle de poète doit se situer à l’automne, alors qu’on attend l’hiver-vieillesse. Cette divergence nous autorise à penser qu’il s’agit encore d’une intervention de l’année bipartie66 et que le poète connaît une autre théorie de la mélancolie en présence. Chez un Gervais de Bus, à la place du flegme67, la “colre noire”68, qui, toujours, représente la terre et la vieillesse, vient en dernier lieu ; les deux complexions (“cole” et “colre noire”) sont considérées en bloc, par rapport au “sanc” qui va “D’entour .XV ; ans jusqu’en tour .XXX. “(V. 3032), âge fatidique et seuil du nouveau.

  • 69 Nous pensons tout particulièrement au cadre triparti et concentrique chez André le Chapelain, dont (...)

49Le “desert d’amours” dans lequel Deschamps localise la sénilité, revêt un sens volontairement ambigu : l’absence de la passion amoureuse d’abord à laquelle se voue la jeunesse et ensuite le second versant de la vie elle-même. Une telle opposition binaire s’inscrit, certes, d’une part, dans la structure même du lai et d’autre part dans la tradition de la fin’amors : le verger des amoureux69 et la symbolique de la couleur. Symétriquement disposé avec le locus amoenus, le “desert” est un “lieus tenebreus” qui, aux yeux du poète-rossignol, est altérité par excellence, signifiant à la fois néant et apparition, le topos issu de l’envers néfaste de la Maison de Fortune ressortit au moi existentiel ainsi que la plantation des éléments figuratifs : fontaine de “plour”, végétation épineuse, intempérie, saison maléfique, hululement de nocturne...

50L’association de ces facteurs est réalisée avec bonheur, d’autant qu’inspiré de manière personnelle, selon toute vraisemblance, à partir d’une traduction française de la Consolation, le début interfère à son tour dans ce schéma antithétique. Les poèmes que jette le mélancolique prématurément vieilli — point commun avec le texte latin — impliquent alors le rejet de la lyrique courtoise. Les textes de Deschamps illustrent une importante variation de l’incipit boécien que, le premier, peut-être, en langue vulgaire, exploite le poète avec son double, oiseau d’Atropos.

51Introduit sous l’apparence féminine, dès l’âge de trente ans — avant Villon — dans cet espace au chantre de mort et à la peinture macabre, dont la notation s’avère d’une portée considérable, Eustache Deschamps opère une métamorphose de l’écriture, dans la mesure où il nous est donné de parler de poétique du “desert d’amours”.

Notes

1 Eustache Deschamps, Oeuvres Complètes, publ. par le marquis Queux de Saint-Hilaire et Gaston Raynaud, t. III, Paris, 1982, pp. 224-225.

2 Ibid. t. III, pp. 228-229.

3 Ibid. t. III, p. 302-303.

4 Ibid. t. II, 1880, pp. 182-192.

5 Ibid. t. III, pp. 373-374.

6 E.Gilson, Les Idées et les lettres, Paris, 1955, p. 19 ; cf. L. J. Friedman, The Ubi sunt, the Regrets, and Effictio, in Modetn Language Notes, t.LXXII (1957), pp. 4 99-5057 ; E. Dubruck, The Theme of Death in French Poetry of the Middle Ages and the Renaissance, The Hague, 1964, pp. 45-49.

7 Idée émise par Deschamps : Ballades 25 (éd. cit. t. I, 1978, pp. 104-105) et 321 (ibid, t. III. pp. 14-15) et Rondeau 675 (ibid, t. IV, 1884, p. 134). Cf. Philippe de Novare, Les Quatre Ages de l’homme, publ. par M. Fréville, Paris, 1888, p. 42, § 73.

8 Ibid. p. 102, § 188.

9 Ed.cit. t. III. Bal.321, p. 155 Ronseau 675, t. IV, 1884, p. 134 Lay 13, t. II, p. 265.

10 “ homs durer n’y puet mie/Que .LX. ans” (ibid, Bal. 198, t. II, p. 18 VV. 17-18) cf ; Bal. 79, t. I, p. 181, v. 13 ; Bal. 134, t. I, p. 258, v. 9 ; Chanson Royale 321, t. III. p. 15, v. 29 ; Chanson Royale 330, t. III, p. 33, v. 6 ; Virelay 565, t. IV, p. 24 ; Bal.1450, t. VIII, 1893, p. 136, V. 27.

11 “ ce qui semblerait vouloir dire qu’il avait alors soixante quatre ans” (ibid. t. I, p. 251). G.Raynaud date cette pièce tantôt de 1384 (ibid. p. 250), tantôt de 1394 (ibid. t. XI, 1914, p. 74), années où le poète a trente huit ou quarante huit ans. Suivant le contexte, toutefois, il en aurait soixante-quatre. Cf. 12.

12 “très probablement en 1346” (ibid. t. XI, p. 9) ; entre 1340 et 1346, mais “spätertens 1340” (E. Hoepffner, Eustache Deschamps, Leben und Werke, StraBburg, 1904, p. 22).

13 Ed. cit, t. XI, p. 23.

14 Bal. 1411 “Envoyé(e)s par Eustache lui estant malade et la manière de son testament par esbatement” (ibid. t. VIII, pp. 29-32). Cf. ibid. t. XI, p. 24.

15 Bal. 225 (ibid. t. II, p. 52, v. 2).

16 Ibid. p. 52, v. 8.

17 Ibid. t. VIII, p. 136, v. 7.

18 In Le Roman de la Rose, éd.par M. D. Méon, t. IV, Paris, 1814, p. 9

19 Plus haut, n. 10.

20 Pour l’“entre deux âges”, gravitas, voir J. Ghellinch, Inventus, gravitas, senectus, in Mélanges J. Martin, Bruges, s. d. pp. 39-59.

21 Pour un Philippe de Novare (op. cit. p. 104, § 192). A trente-cinq ans, pour Dante (L’inferno, Canto Primo, v. 1, in La Divina Commedia, a cura di L. Magugliani, t. I, Milano, 1949, p. 15 ; du même, Il Convivio, IV, xxiii, in Oeuvres Complètes, trad. par A. Pézard, Paris, 1965, pp. 516-520). La vie est de soixante-dix ans (ibid. p. 520).

22 Tr. A. Pézard, p. 516.

23 Ibid. pp. 515-516, passim.

24 B. Nardi, Saggi di Filosofia Dantesca, Città di Castello, 1930, p. 142 : “come punto sommo che divide l’ascendere dell’una dal declinare dell’altra ; (...) ma non aveva assegnata ad essa una durata”.

25 “Le Debat du Coeur et du Corps” de Villon, daté de la même année que le début du Testament (in Oeuvres, éd. A. Mary et J. Dufournet, Paris, 1970, p. 148).

26 Et aussi, st. CLXXIII.

27 “pauvre vieillard” (st.XLIII).

28 Villon, de même, souligne la fuite du temps, en se servant d’adverbes tels que “soudanement” (éd ; cit. st. XXII) et “errant” (st. XXVIII).

29 le portrait de la vieille n’est qu’un procédé littéraire ; il y manque un élément : l’âge de trente ans. Cf. La vieille ou les dernières Amours d’Ovide, trad. par Jean Lefèvre, publ. par H. Cocheris, Paris, 18641, p. 15, vv. 3167-3168, 3170-3172 : “ la belle/Qui (...) / (...) n’avoit que seze ans d’aage, / Fut si soudainement muée, / En vieille chauve ridée”. Cf. ibid. p. 15, vv. 3179-3180.

30 Ed. par F. Lecoy, t.I, Paris, 1965, pp. 136-139.

31 Ed. cit. t. IV, p. 2. (plus haut, n. 18).

32 Les récents travaux relèvent nombre d’intéressantes “interpolations” narratives dans diverses traductions (R. A. Dwyer, Boethian Fictions, Cambridge, Massachusetts, 1976 ; M. Gibson (ed. by). Boethius, his life, trought and influence, Oxford, 1981).

33Carmina qui quondam studio fiorente pregi / Flebilis heu maestro cogor inire modos” (“De Consolatione Philosophiae”, in Boetii, Opera Omnia, accurante J. P Migne, Patrologiae, t. LXIII, Parisiis, 1847, col. 581). L’ouvrage est cité comme une source de Deschamps (éd. cit. Raynaud, t. XI, p. 158).

34 Elle expulse les Muses (ibid, col. 590-591).

35 “Halas ! Je, qui jadis parfis jolies chançonnetez et mon estude flurissant, sui maintenant contraint a commander plourant a faire vers de dolereuse matiere” (V. L. Dedeck-Hery, Boethius De Consolatione by Jean de Meun, in Mediaeval Studies, t. XIV (1952), p. 177).

36 P. Courcelle, La Consolation de Philosophie dans la Tradition : antécédents et propérité de Boèce, paris, 1967, p. 29.

37 Ibid. pp. 29-31 : l’incipit assure dans une large mesure la perennité de l’oeuvre.

38 Premier mot du texte original (ibid. p. 72).

39 “Gloria felicis olim viridibusque juventae, / Solantur moesti nunc fata senis / Venit enim properata malis inopinata senectus / Et dolor aetatem jussit inesse suam. / Intempestivi funduntur vertice cani, / Et tremit effecto corpore laxa cutis ; “(P.L. col. 583-584) ; “Certes qui jadis furent la gloire de ma jeunece beneuree et vert confortent maintenant les destinees de moy dolereus viellart, car viellece m’est venue, plus tost que je ne cuidoie, hastee par mes maulz, et douleur a commandé que ses aages me soit venuz” (éd. Dedeck-Hery, p. 171, lignes 6-9).

40 P. Coucelle, op. cit. pp. 30-31.

41 D. Poiron, Le Poète et le Prince, Paris, pp. 399-426.

42 Suivant les critiques, Alain Chartier est vieilli ou rajeuni de dix ans. Il se peut qu’il n’ait que trente ans, au moment où les “joyeuses écritures” cèdent la place au genre sérieux.

43 Voir, a ce sujet, notre ouvrage : Sur le Thème de Nonchaloir dans la Poésie de Charles d’Orléans, Paris, 1974, Liv. I, Chap. I.

44 Michault Taillevent, “Le Passe Temps”, in R. Deschaux, Un Poète bourguignon du xve Siècle, M.T. Genève, 1975, p 155, v. 529.

45 Ibid. p. 155, v. 529.

46 Ed. cit. de Lecoy, t.I, p. 183 ; contrastes qui se manifestent dès Alain de Lille, Anticlaudianus, publ. par. R. Bossuat, Paris 1955, VIII, 14, p. 170, vv. 435-437.

47 Le Moyen Age confondit le hibou avec la chouette (Isidore de Séville/’Etymologiarum”, P.L. t.XXXVIII, 1850, Libri XII, Cap. VII, col. 464, 38-39).

48 “Ulula” pleure et “bubo” est lié au sépulcre (ibid.). Les deux oiseaux sont associés à la mort et au malheur chez Thomas (Les Fragments du Roman de Tristan, éd. par. B.H. Wind, Genève-Paris, 1960, pp. 66-68, vv. 818-858), référence qui nous a été fournie par le prof. Teruo Sato.

49 Ed. cit. t. III, p. 224.

50 Jean Le Fèvre, Le Respit de la Mort, publ. par G. Hasenohr-Esnos, Paris, 1969, p. 113, V. 3078 et note (ibid. p. 195). Pour la date (ibid. Intr. pp. XVIII et LII).

51 Ibid. p. 113, v. 3079.

52 Le noir est lié à l’état d’âme du poète en moyen français (A. Pagès, Le Thème de la Tristesse Amoureuse en France et en Espagne du xive au xve siècle, in Romania, t. LVIII (1932), pp. 29-43).

53 O, Bloch et W. von Wartburg, Dictionnaire Etymologique de la Langue Française, Paris 1964, (4e éd.), désert.

54 “Le Miroir du Mariage” éd. cit. t.IX, 1984, p. 191, vv. 5828-5831.

55 Voir à ce sujet notre article : “Symbolisme végétal (plantes piquantes), in Mélanges A. Planche, Paris, 1984, pp. 455-464.

56 Ed. cit. t. V, p. 378, vv. 5 et 9.

57 Notre poète aurait pu employer le terme “lande”. Cf. Le joli Buisson de Jonece se situe dans une “lande” (éd. A. Fourrier, Genève, 1975, pp. 93-94, vv. 455-464).

58 Ed. cit. t. IV, p. 331, vv. 10-11.

59 “Li testament”, éd. cit. (plus haut, n. 18), p. 10 ; “Elle (l’humeur mélancolique) est de nature terrestre/ Si qu’elle doit seiche et froide estre, “(Gervais du Bus, Le Roman de Fauvel, éd. par A. Langfors, Paris, 1914-1919, p. 108). Le premier livre est daté de 1310 (ibid. p. 48, v. 1226) et le second, de 1314 (ibid p. 117, vv. 3273-3274). Cf. Placides et Timéo ou Li Sécrés as Philosophes, éd. par C. Thomasset, Paris-Genève, 1980, p. 210, § 430 ; Jean de Le Fèvre, Le Respit... (plus haut, n. 50), pp. 37-38, vv. 979-980).

60 Ed, cit. t. VII, 1891, (La Chartre des Fumeux, daté du 9 déc. 1368), p. 318, v. 218.

61 Ibid. t. VII, p. 4, vv. 23-24.

62 Ibid. t. V, p. 63, v. 19.

63 La fonction de cette humeur est particulièrement complexe chez Deschamps ; elle se présente sous l’aspect biologique et cosmologique (H. Heger, Die Melancholie bei den französischen Lyrikern des Spätmittelalters, Bonn, 1967, pp. 135-187).

64 “Melancolie est une humours que li plusour apelent colre noire, et froide et seche, et (...) de nature de terre et de autumpne “(Brunet Latin, Li Livres dou Trésord, éd. par F.J. Carmody, Berkeley, Los Angeles, 1948, p. 85, CII, 6, ibid. p. 85, CII, 2) Cf. Isidore de Séville fournit l’étymologie du terme (“Etymologiarum”, éd. cit. Lib. IV, Cap. V, col. 185, 5 et Lib. IV, Cap. VII, col 188, 9).

65 Suivant Hugues de Fouilloy, auteur du De nuptiis, cité comme sources de Deschamps (E. Hoepffner, op. cit. pp. 148, 155 et 181 ; M. Engel, art. cit. (plus haut, n. 51) : “De choiera nigra, atrabili et melancholicis” (“De Medicina Animae”, in Migne, P.L. t. CLXXVI, 1854, col. 1190), “Pro choiera nigra, tristitia” (ibid. col. 1185). Le tempérament colérique correspond à la “choiera rubra” (ibid. col. 1104).

66 “Le debat de l’Yver et de l’Esté”, où le premier occupe la période du 11 novembre au 25 mars (l’Annonciation) et le dernier, le reste de l’année. Cf. plus haut, n. 54.

67 “La Dame Cole” précède la mélancolie (op. cit. p. 108, vv. 3033-3035) ; le flegme est la première (ibid. p. 108, v. 3023).

68 Chez Charles d’Orléans, l’humeur est adoucie et plus personnelle peut-être (nos ouvrage (plus haut, n. 43) et article “Nouvelle humeur” de Montaigne, in Mélanges Franco Simone, t. IV, 1983, pp. 247-267).

69 Nous pensons tout particulièrement au cadre triparti et concentrique chez André le Chapelain, dont la dernière partie nommée Siccitas, au siège à épines, instrument du châtiment (De Amore, éd. Trojel, Havniae, 1892, p. 101).

Auteur

Université de Tokyo-Meisei

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540