Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vieillesse et vieillissement au Moyen Âge

“Sages femmes” ou sorcières ? Les vieilles femmes des Évangiles aux Quenouilles

Anne Paupert-Bouchiez

Texte intégral

  • 1 Francois Villon, Le Testament, v. 555 (Poésies, éd. J.Dufournet, Paris, Gallimard, 1973, p. 82).
  • 2 Il évoque un peu plus haut (v. 445-446) ... “ces pauvres femmelettes/ Qui vieilles sont et n’ont d (...)
  • 3 Id. ibid. v. 517 p. 80. Après Villon, voir la mode des “Blasons” et “Contre-Blasons” (chez Marot e (...)
  • 4 Le Roman de la Rose, publié par F. Lecoy, Paris, Champion, 1966, t. II, vers 12109 et suivants (pp (...)
  • 5 Sur les portraits de vieilles femmes dans la littérature de la Renaissance et leurs sources, voir (...)

1Si Vieillesse rime souvent avec Sagesse dans la littérature médiévale, elle évoque aussi la décrépitude et la laideur. “Laide vieillesse amour n’empêtre”, constate mélancoliquement la Belle Heaumière dans le Testament de Villon, regrettant “le bon temps” et la beauté de sa jeunesse1. Les vieilles femmes, surtout, ne sont guère flattées dans les textes, au Moyen Age comme dans l’Antiquité. Que reste-t-il à la Femme lorsqu’elle a perdu sa beauté, célébrée par les amants et chantée par les poètes, dans une littérature qui en fait le principal attribut de la Féminité ? Si l’évocation de la vieille femme s’accompagne parfois, comme chez Villon, d’une certaine pitié teintée de mélancolie2, elle suscite ailleurs le dégoût ou les railleries, dans les textes satiriques. On se plaît à opposer, en une antithèse choquante, la beauté de la jeune femme et la laideur de la Vieille, qui n’est que l’envers effrayant et inévitable de la féminité : “C’est d’humaine beauté l’issue...”3 A la laideur physique fait écho la laideur morale, comme on le voit par exemple dans le personnage de la Vieille qui garde Bel Accueil dans le Roman de la Rose, et prodigue à l’Amant des leçons de cynisme4. Dans certains portraits caricaturaux de vieilles femmes, on voit s’exacerber des traits considérés comme caractéristiques de la féminité par toute une tradition misogyne très ancienne, et en particulier l’emprise excessive de la sexualité, devenue répugnante avec la disparition de la beauté. De tels portraits abondent dans la poésie satirique et le théâtre antique, et ils réapparaîtront avec force dans la littérature du xvième siècle, chez les poètes même les plus célèbres (les hommes), avec des descriptions parfois saisissantes, et au théâtre, ou le succès de la Célestine de Rojas fera se multiplier les personnages de vieilles entremetteuses plus ou moins sorcières5.

2On retrouve sous une forme condensée et très complète, â travers les jeux de mots et les plaisanteries d’un texte qui se veut facétieux, un certain nombre de lieux communs relevant de cette tradition satirique, dans les portraits des vieilles fileuses qui président les six soirées des Evangiles des Quenouilles. Mais le topos de la vieille femme mi-entremetteuse mi-sorcière, avide de biens et de plaisirs, se trouve réactualisé dans un contexte bien précis, dans lequel il prend une résonance particulière.

  • 6 C’est l’avis du folkloriste P. Sébillot, qui l’a cité largement dans son Folklore de France (Paris (...)
  • 7 L’expression est répétée de nombreuses fois dans cette première version comme dans la suivante, su (...)
  • 8 “...es longues nuiz entre le Noel et la Chandeleur derrain passé...”, p. 4. C’était en effet penda (...)
  • 9 Voir p. 1 : ”...je, qui de pieça et mesmes dés mon enfance, ay esté leur humble clerc et serviteur (...)

3Avant d’introduire ces personnages douteux et pittoresques, il me faut dire quelques mots de l’oeuvre. Les Evangiles des Quenouilles nous sont connus par deux manuscrits composés tous deux dans la seconde moitié du xvème siècle, dans l’aire linguistique picarde, et par plusieurs éditions du xvème et du xvième siècle, dont le nombre atteste la popularité du texte, la plus ancienne ayant été imprimée par Colard Mansion à Bruges vers 1480. C’est un texte du plus grand intérêt, tant du point de vue de l’étude des mentalités que de l’histoire littéraire. Il constitue d’abord une collection très riche d’environ 215 croyances populaires que l’on peut considérer comme authentiques6. Le manuscrit le plus ancien se présente comme une compilation attribuée à trois auteurs inconnus, avec une ébauche d’organisation et de mise en scène : elles sont réparties en trois soirées, et une introduction très courte entraîne le lecteur à la suite d’une “demiselle de village nommee Transeline, ja toute vielle”, dans une assemblée de fileuses (un “concistoire de filleresses”) (p. 67). Les vieilles femmes prennent la parole tour à tour et énoncent les croyances qu’elles présentent comme aussi vraies que l’Evangile7. L’auteur anonyme qui a remanié la compilation pour aboutir au texte du second manuscrit, qui est avec quelques variantes celui de toutes les éditions ultérieures, a ajouté toute une mise en forme littéraire. Le recueil a été développé et réorganisé comme un hexaméron, avec un récit-cadre. Dans un prologue parodique, l’auteur se présente comme le secrétaire choisi par un groupe de fileuses, ses voisines, dont il a noté les “évangiles” au cours de six veillées consécutives, pendant les longues nuits entre Noël et la Chandeleur8. Chaque soirée est encadrée par un prologue et un épilogue, et les “évangiles” sont assortis de gloses énoncées par diverses participantes aux noms savoureux, gloses qui tournent parfois en dérision le contenu du “texte” qui précède. Le prologue de chaque soirée comporte une brève présentation de l’évangéliste du jour. L’auteur, qui se prétend l’“humble clerc et serviteur” des dames9, mais affirme nettement par ailleurs son point de vue anti-féministe, brosse six courts portraits caricaturaux et amusants de ces vieilles matrones, qui sont un peu la contrepartie populaire et grotesque des belles devisantes du Décaméron de Boccace.

Les vieilles fileuses et la sagesse populaire

  • 10 R.Muchembled, op. cit., p. 89. C’est ce que montre bien le passage des Propos Rustiques de Noël du (...)
  • 11 Y. Verdier, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Gall (...)
  • 12 Noël Du Fail, Contes et Discours d’Eutrapel, dans Oeuvres Facétieuses, op. cit., t. II, pp. 5-6 (c (...)

4Il est intéressant de noter, d’abord, que la fiction littéraire et parodique se superpose ici â une réalité folklorique. C’est sur le mode parodique que le secrétaire s’amuse à qualifier pompeusement les fileuses de “sages doctoresses et premieres inventerresses” (des Evangiles des Quenouilles, p. 1), de “sages dames” ou de “matrones sages et prudentes” (p. 2), de “doctoresses et sages femmes” (p. 30), comme le contexte suffit à nous en assurer. Mais l’image de ces vieilles femmes dépositaires de toute une sagesse populaire, et plus précisément des “secrets” que les femmes se transmettent d’âge en âge, au-delà de la parodie du discours savant et du topos de la “translatio”, reproduit le schéma de transmission de la culture folklorique. Qu’il s’agisse des “recettes de bonnes femmes” ou des “contes de nourrices”, celle-ci est avant tout, faut-il le rappeler, une “culture maternelle”, au sens où l’on parle de la “langue maternelle”10. Par leur fonction dans la famille, les femmes ont longtemps été les premières dispensatrices de la culture orale traditionnelle, et c’est particulièrement aux vieilles femmes pleines d’expérience qu’incombait ce rôle. De plus, les croyances contenues dans les Evangiles des Quenouilles, prétendument rassemblées par des femmes pour les femmes “du temps present et de cellui avenir” (p. 2), sont des croyances plus spécifiquement féminines, touchant à tous les aspects de la vie quotidienne des femmes (c’est ainsi, par exemple, que le mariage et les maris, la naissance et les petits enfants sont évoqués dans beaucoup d’entre elles ; on y trouve aussi des remèdes et de nombreuses prescriptions se rapportant à différentes activités domestiques effectuées par les femmes). Ces vieilles fileuses du xvème siècle, s’adressant à des femmes plus jeunes â qui elles veulent transmettre toute une sagesse pratique, ne sont pas sans rappeler les personnages de femmes aux rôles symboliques autour desquels Yvonne Verdier a construit sa description de la “culture féminine” dans un village de la Côte d’Or au début de ce siècle11. Les vieilles femmes occupaient d’ailleurs une place privilégiée dans les veillées dont Noël du Fail et Etienne Tabourot, au xvième siècle, nous ont transmis assez fidèlement l’image12.

  • 13 “Ces six dames furent si tressages en leur temps que se ce eust esté pour conjurer un bleu dyable (...)

5Le récit-cadre des Evangiles des Quenouilles nous donne donc â voir une mise en scène fictive de la situation d’énonciation des croyances qui n’est pas sans rapport avec la réalité folklorique. Mais dans un renversement paradoxal et significatif, le texte écrit par un homme se substitue à la parole des femmes. Le personnage de la “sage matrone” est tourné en dérision par notre auteur, comme l’indique d’emblée l’éloge ambigu qui suit l’énoncé du nom des six dames : après les avoir qualifiées de “dames...si tressages en leur temps”, il les assimile plaisamment à des mégères capables de dompter le diable lui-même13.

Les éléments de la satire des vieilles femmes

6Tournons-nous maintenant vers les portraits pour une rapide analyse des éléments constitutifs de la satire des vieilles femmes, “assez (trop) expertes et habiles” (p. 3).

  • 14 L’auteur du second manuscrit a gardé la même situation, qui est bien en accord avec le sujet des p (...)

7Le premier trait est l’âge, souvent indiqué avec précision. Les évangélistes sont d’âge respectable, sans être toujours très vieilles (si la première et la dernière ont respectivement soixante-cinq et quatre-vingt ans ou plus, la seconde et la quatrième n’en ont que soixante et cinquante-sept). C’est une femme “vielle a merveilles” qui raconte l’histoire la plus étonnante, le petit conte “merveilleux” lui aussi qui clôt la dernière soirée (p. 64). Une intention satirique se manifeste lorsque le grand âge de la vieille femme est souligné en contraste avec son appétit amoureux. C’est ainsi qu’il est question, dans l’une des gloses, d’“une nommée Transsie D’Amours, jone de LXVII ans”, et qui se plaint d’être délaissée par son ami Joliet (p. 19). La première évangéliste, âgée, comme on l’a vu, de soixante-cinq ans, a un jeune mari qu’elle a épousé pour sa beauté et dont elle est très jalouse (lui ne l’a épousée que pour sa richesse) (p. 10), de même que la Transeline du premier manuscrit, “ja toute vielle et comme l’en dist jalouse de son mari, bel et jenne, sur qui maint aguet jour et nuit mettoit, et maint preschement en vain lui presentoit”14.

  • 15 Les premiers “évangiles” sont ponctués de phrases telles que : “la prochaine vielle fillerresse... (...)

8La satire des vieilles femmes était déjà inscrite dans le premier manuscrit, où pourtant le cadre de la veillée est à peine esquissé, et où trois personnages seulement sont nommés ; mais toutes celles qui prennent la parole sont des “vieilles”, dont plusieurs ne pensent qu’à se remarier15 ; quelques qualificatifs évoquent la “laide vieille” : Berte, une amie de Transeline, est “vielle, laide et crepie” (p. 93) ; une autre est “une vielle ridee” (p. 102) ; il est question d’“une autre sans dens qui aloit au baston” (p. 103). L’auteur de la version développée insiste peu sur les caractéristiques physiques des vieilles femmes, en particulier dans les portraits, se bornant à quelques indications stéréotypées. Dame Ysengrine et dame Abonde ont été autrefois belles ; l’une est “fort ridee” et a “les yeux enfonssez et la bouche grande et large” (p. 9), et l’autre est devenue aussi grosse qu’elle est grande, pour avoir abusé du vin et des “bons morceaux” (p. 31), alors que deux autres évangélistes, en contraste, sont longues et maigres. La foule des fileuses est beaucoup plus mélangée que dans le premier manuscrit, et l’on y trouve vieilles et jeunes ; parmi les vieilles, on aperçoit fugitivement “une vielle qui n’avoit mais que un dent” (p. 37) et une vieille bossue.

9Le contraste entre la jeune et la vieille est exploité dans une petite scène cocasse, où une vieille femme revendique le droit au plaisir sexuel face â une jeune fille qui s’en étonne, vu son grand âge. Ce petit dialogue fournit un bon échantillon de la langue parfois colorée et truculente du récit-cadre et des gloses :

  • 16 Page 50. L’auteur a transposé ici en l’améliorant une situation qui est déjà esquissée dans le pre (...)

- “Et comment ?”, dist une jone fille qui l’escoutoit. “Dame Mehault, vous qui estes si vielle et si ancienne, vouldriez vous aincoires gymberter, et y a il en vous aincoires vaine qui y tende ?”
A ceste parolle mist dame Mehault ses mains a ses costez, et en grant courroux lui respondy que voirement avoit elle aincoires une verde vaine, et que pour couchier dessoubz il ne failloit point regarder a l’eage, mais seulement au bon voloir, qui aincoires lui estoit demouré, et que Dieu merci, aincoires fondoit le burre en sa bouche, combien qu’elle ne peust croquier noisettes, car elle n’avoit que un seul dent.”16.

10On a ensuite beaucoup de mal à apaiser dame Mehault, très “malcontente de ce que elle avoit esté appellee vielle, et si n’avoit aincoires que LXXVII ans...”

11La gourmandise ou la gloutonnerie est aussi un trait satirique qui appartient au stéréotype de la vieille femme. On l’a déjà vu apparaître dans le portrait de dame Abonde ; dame Gomberde aime bien le vin, et la “bouche grande et large” de dame Ysengrine est sans doute le signe visible de sa gloutonnerie, allant de pair avec son appétit sexuel.

12Le thème de la sexualité revient en effet avec insistance dans le portrait de nos six matrones. Quatre d’entre elles se caractérisent par leurs excès dans ce domaine : dame Gomberde est une grande consommatrice de maris (elle en a eu sept, et en prendrait volontiers un huitième, qu’elle s’efforcerait de retenir par une recette magique), ainsi que dame Ysengrine, qui en a eu cinq sans compter de nombreux amants (les “acointes de coté”). Dame Traseline, après avoir découvert les plaisirs de l’amour, comme le dit l’auteur par une métaphore érotique (“pour ce qu’elle avoit un jour mengié une souppe avec Venus faitte ou chauderon d’amours”), n’a plus cessé de s’y adonner, avant de devenir sur ses vieux jours la concubine du “curé de la ville”. Dame Abonde a fait le commerce de ses charmes en ses jeunes jours, avant de le faire de ceux des autres, ancienne prostituée devenue vieille maquerelle, tandis que dame Gomberde se fait volontiers entremetteuse. Enfin, les six vieilles femmes promettent â leur “secrétaire”, qui est lui aussi un vieil homme (comme il le précise à plusieurs reprises), en récompense de ses bons services, de le faire “guerredonner par aucunes d’elles des plus jones et a (son) chois, duquel guerredon (il) les remercie, et dont deja (il) se tient pour content”. Le thème de la vieillesse luxurieuse n’est donc pas l’apanage du sexe féminin ! Mais à la fin du texte, le secrétaire, qui ne se soucie pas de s’inclure lui-même dans la satire, refuse poliment l’offre que lui font les vieilles entremetteuses, en alléguant son âge par une plaisanterie qui nous fournit une autre évocation de la vieillesse :

“...pour mon salaire (elles) me promirent ayde se les requeroie de m’avancer envers quelque damoiselle. Je les en merciay en moy excusant par une facecie joyeuse qui se dist communement, c’est que quant un cheval va boire sans se bride et l’omme va a complie a un baston, on dist qu’ilz ont passé leurs temps. De ces deux bestes j’en suis l’une.” (p. 66)

  • 17 Y. Verdier, op. cit. p. 80 et passim. Institoris et Sprenger, Le Marteau des Sorcières (Malleus Ma (...)

13Dans les portraits des six dames, il est beaucoup question également de leurs activités diverses et plus ou moins recommandables, de leur “estat”, comme nous dit l’auteur. Les “femmes sages” sont à l’occasion aussi “sages-femmes”, comme la première évangéliste qui “(reçoit) les enffans nouvellement nez” en sa vieillesse (après avoir en sa jeunesse “(reçu) les grans enfans”, selon un jeu de mots peu subtil). Deux autres participantes sont dites “sage femme” (p. 18) et “mere aleresse” (qui a le même sens, p. 43). Simple “femme-qui-aide” ou sage-femme professionnelle, celle qui “fait les bébés”, selon les termes employés par Y. Verdier, est un personnage considéré, dans la France rurale traditionnelle comme dans le petit monde des Evangiles des Quenouilles. Mais l’on sait aussi que les sages-femmes étaient volontiers soupçonnées de pratiques de sorcellerie à diverses époques, et dès la fin du Moyen Age, comme on le voit très bien dans le Marteau des Sorcières, qui est contemporain de notre texte17.

  • 18 E.Power, Les Femmes au Moyen Age, Paris, 1979 (trad.), p. 110-111.
  • 19 Le texte parle du “Collège de Glatigny” ; le quartier de Glatigny S Paris était un quartier de pro (...)
  • 20 Les Vaudois étaient une secte d’hérétiques accusés entre autres choses d’user de sortilèges. Etant (...)

14Parmi les sciences acquises par nos six dames, il en est de “sérieuses”, comme la médecine que dame Berthe a apprise de son père et a exercé ensuite “en tapinage” (en cachette), comme sans doute un bon nombre de filles ou de femmes de médecins à cette époque18. Le père de cette même dame a aussi étudié la grammaire et la géomancie (ou divination au moyen de la terre) à Tolède, haut lieu des arts magiques au Moyen Age. Les autres évangélistes ont également appris des sciences douteuses : dame Traseline, la géomancie et l’augurie ; dame Abonde connaît “une partie des sept arts”, mais elle a étudié cette science sur laquelle le texte nous laisse peu de doutes dans un quartier de Paris plutôt mal fréquenté19 ; dame Gomberde connaît l’art de retrouver les objets perdus ; enfin dame Sebile, venue de Savoie, a “beaucoup retenu” de la science des Vaudois, ce qui nous renvoie à la sorcellerie20.

15En effet, à travers un certain nombre de détails révélateurs, ces truculentes matrones, sans être le moins du monde inquiétantes, évoquent étrangement les sorcières. Ce sont d’abord les noms mêmes des évangelistes, forgés par l’auteur qui en donne la liste dans son introduction :

“La premiere fut nommee dame Ysengrine du Glay. La seconde fut appellee dame Traseline du Croq. La tierce eut nom dame Abonde du Four. La quarte fut appellee dame Sebile des Mares. La quinte eut nom dame Gomberde la Faee. Et la VIe eut nom dame Berthe de Corne.” (p. 3)

  • 21 En particulier dans la Branche VII, où Hersant la louve, amie de Renart, apparaît comme une vieill (...)
  • 22 Sur le personnage de dame Abonde, voir par exemple C. Ginzburg, Les Batailles Nocturnes. Sorceller (...)
  • 23 Le nom de “Sebile” réapparaît deux fois dans une quatrième soirée qui a été ajoutée tardivement pa (...)
  • 24 A la fin de son livre sur Les Fées au Moyen Age (Paris, Champion, 1984), L. Harf-Lancner parle de (...)
  • 25 Sur la figure mythologique de Berthe, la fée-fileuse (“du temps où Berthe filait...”), à laquelle (...)
  • 26 Du Glé (ou Glai) désigne, d’après Dauzat, une maison avoisinant les roseaux (de glé ou glai, rosea (...)
  • 27 R.Muchembled, op. cit. p. 292 ; P. Burke, Popular Culture in Early Modem Europe, New York/London, (...)

16Le nom de Dame Ysengrine évoque sans doute le personnage de la louve du Roman de Renart, femme d’Ysengrin, présentée parfois comme une vieillarde lubrique21. Dame Abonde est un personnage bien connu dans le folklore médiéval européen, une mystérieuse divinité de l’abondance, à laquelle renvoie également le “Four” du surnom qui lui est associé, et la “Corne” liée au nom de dame Berthe22. La Sebille est une fée médiévale, lointain avatar de la Sibylle antique23 ; la fée réapparaît dans le surnom de la suivante, dame Gomberde la Faee ; or en cette fin du Moyen Age les fées ont souvent des accointances avec le diable24. Un autre personnage féérique est évoqué dans le nom de la dernière évangéliste, et il est tout à fait approprié puisque Berthe est une fée fileuse ; on la retrouve sans doute dans le nom de Gomberde25. Enfin deux toponymes associés à ces noms, du Glay et des Mares, évoquent des lieux marécageux, en marge des lieux habités26. Cet élément de marginalité se retrouve dans les lieux d’où sont originaires deux de nos dames : dame Gomberde est “de par sa mere d’Auvergne et de par son pere de Piemont”, tandis que dame Sebile, on l’a vu, vient de Savoie - régions souvent considérées comme des “pays de sorciers”, comme d’autres régions montagnardes ou frontalières27. Le rapport entre son origine et la sorcellerie est d’ailleurs explicite dans le cas de la seconde, puisqu’elle y a appris “la science des Vaudois”, et que l’on nous dit ailleurs que les femmes de Savoie sont un peu sorcières : on les dit “sages femmes, car pour faire bel ou lait temps elles en sont maistresses” (p. 34) ; on voit ici posée clairement l’équivalence “sage femme”-sorcière... Cependant ces origines lointaines, loin de jeter sur ces deux dames une ombre suspecte, leur confèrent un certain prestige auprès des autres femmes. Toutes deux se disent “gentil femme”, et dame Sebile ne peut s’empêcher d’en tirer quelque vanité (elle “tient fort du grave”, est “avantagiere”, et veut toujours avoir le dernier mot...), tandis que dame Gomberde sait rester “de simple et assez belle maniere... devant les gens”. On constate là encore un écart significatif entre le point de vue du secrétaire et l’univers des fileuses qu’il met en scène.

  • 28 R.Muchembled, op. cit. Voir aussi id., La Sorcière au village (xve-xviie siècle), Paris, Gallimard (...)

17Enfin, tous les traits satiriques que nous avons mentionnés plus haut, s’ils appartiennent au stéréotype littéraire de la vieille femme hideuse (qui est d’ailleurs souvent un peu sorcière, de surcroît) rappellent également le portrait-type de la sorcière esquissé par R. Muchembled d’après les accusées réelles des procès de sorcellerie ; on évoque fréquemment l’appétit sexuel de la sorcière, et il y a là un aspect de la peur de la femme qui se manifeste à travers les procès des sorcières, la peur d’une sexualité dévorante28. Il y a pourtant une différence - et elle est d’importance - entre les vieilles femmes des Evangiles des Quenouilles et les accusées des procès de sorcellerie : loin d’être des marginales, celles-là sont des matrones considérées, comme le texte le montre bien. Si dame Sebile et dame Gomberde se font seulement passer pour “gentil femmes”, dame Traseline est “bien renommee, car elle estoit gentil femme”, et loin de jeter le discrédit sur elle, sa liaison avec le curé la fait “(tenir) en grant reverence” par tout le voisinage. Le choix de ces dames comme “présidentes” de chacune des soirées est la marque de la considération dont elles jouissent parmi leurs “voisines et amies”. N’oublions pas non plus que les références â la sorcellerie, comme d’ailleurs tout le reste, apparaissent ici dans un contexte satirique et facétieux qui leur enlève beaucoup de leur gravité.

La portée de la satire

  • 29 C’est évident pour la sixième soirée, présidée par dame Berthe, qui exerce la médecine et parle su (...)
  • 30 Il n’est pas besoin d’attendre le xvème siècle pour voir des attitudes semblables. Ainsi E. Le Roy (...)

18Quelle est donc la portée de la satire des vieilles femmes dans les Evangiles des Quenouilles ? On ne saurait y voir un jeu verbal divertissant et gratuit, une simple facétie. Notons d’abord que l’auteur n’a pas composé au hasard les portraits caricaturaux de ses vieilles matrones : il s’est efforcé autant que possible de leur attribuer des traits de personnalité qui soient en rapport avec le contenu des croyances qu’elles énoncent29. En les mettant dans la bouche de vieilles femmes grotesques, il jette le discrédit sur les croyances qu’elles professent, comme il le fait dans certaines des gloses. Four ce lettré du xvème siècle, ces croyances sont “bonnes pour les vieilles”...30. La satire et l’humour sont une façon de les désamorcer.

  • 31 P. Sébillot parle de “cette oeuvre de folkloriste sans le savoir...” (Revue des Traditions Populai (...)
  • 32 Sur les profondes mutations qui se produisent à cette époque, en particulier dans les rapports ent (...)

19Hais l’attitude du “clerc” est ambiguë : comme les compilateurs du premier manuscrit, il a trouvé suffisamment d’intérêt aux croyances pour avoir pris le soin de les noter avec une grande fidélité, faisant oeuvre de “folkoriste avant la lettre”31. Il prend cependant ses distances par rapport à cette culture qu’il ne reconnaît plus comme sienne, en les plaçant dans la bouche de “sages” fileuses qu’il tourne en dérision. Cette ambivalence semble bien représentative de l’attitude des gens cultivés ou des classes supérieures de la société en cette fin du xvème siècle, qui marque un point tournant dans l’histoire des mentalités, vis-à-vis d’une culture dont ils ne sont pas encore tout à fait coupés, mais qu’ils rejettent de plus en plus du côté du monde rural, et aussi du côté des femmes32.

  • 33 Die Gestriegelte Rockenphilosophia..., Chemnitz, Conrad Stosseln, 1709 (B.N. Rés. 10152/10153). El (...)

20L’image des sorcières se profile nettement à travers les portraits des vieilles fileuses, à une époque où s’allument déjà de nombreux bûchers (c’est l’époque du Marteau des Sorcières !). Mais les croyances populaires ne sont pas encore nettement entachées de diabolisme, comme elles le deviendront quand se multiplieront les procès de sorcellerie. Il est intéressant de noter à cet égard l’évolution qui se dessine dans les illustrations des Evangiles des Quenouilles, du premier manuscrit aux éditions. La miniature qui orne le beau mansucrit qui nous a conservé la première version du texte représente les fileuses comme des femmes du peuple, mais avec des visages plutôt jeunes et sereins ; dans les gravures des éditions plus tardives, on voit s’accuser les traits des fileuses, qui deviennent de plus en plus laides et ridées. L’image la plus frappante est une vignette qui orne le frontispice d’un curieux livre allemand du tout début du xviiième siècle, la Rockenphilosophia (la “philosophie des quenouilles”) de Chemnitz. Il ne s’agit pas d’une traduction des Evangiles des Quenouilles, mais d’une compilation de 400 croyances populaires, parmi lesquelles j’ai identifié 37 croyances provenant des Evangiles des Quenouilles, accompagnées de longues réfutations parfois laborieuses ; le titre de l’ouvrage est suffisamment explicite : “La Philosophie des Quenouilles étrillée, ou examen sincère de superstitions vantées par un grand nombre de femmes trop habiles. Ouvrage utile à” tous ceux qui ont été trompés ou peuvent l’être encore par une superstition quelconque. Publié par celui qui dit à chacun la vérité en face”33. L’image représente une vieille femme échevelée aux allures d’effrayante sorcière, armée d’une grande quenouille et accompagnée d’un chat noir ; si on la compare avec l’image du groupe de fileuses des Evangiles des Quenouilles, elle est l’indice le plus voyant d’une attitude bien différente de celle de notre clerc par rapport aux croyances des vieilles femmes...

  • 34 ...“pour ce sont toutes femmes naturelement nobles, nettes, douces, courtoises, et plaines d’esper (...)
  • 35 Voir par exemple J. Delumeau, La Peur en Occident (xvie - xviiie siècles), Paris, Fayard, 1978, ch (...)

21La caricature des vieilles femmes représente de façon outrée les défauts et les dangers du sexe féminin dans son ensemble. Toutes les femmes, d’ailleurs, ne sont-elles pas un peu sorcières ? C’est du moins ce qu’insinue l’auteur des Evangiles des Quenouilles dans son introduction où il affirme, après une suite de louanges excessives et certainement ironiques, qu’elles sont toutes naturellement douées du pouvoir de divination34. Si la satire se fait si mordante, n’est-ce pas parce qu’elle est l’envers d’une certaine fascination ? Il me semble que l’on retrouve ici l’ambivalence fondamentale, le mélange de peur et de fascination qu’éprouve le clerc médiéval pour la femme, créature divine, objet d’adoration, et instrument de Satan, Eve et Marie35, transposée chez notre clerc dans un registre tout différent : familiarité et mise à” distance vis-â-vis des fileuses, mélange d’intérêt et d’ironie à l’égard des propos qu’elles tiennent, dans un ton qui se veut et qui reste celui de la facétie.

Annexes

APPENDICE : LES PORTRAITS DES SIX DAMES (extraits des Evangiles des Quenouilles)

“Dame Ysengrine estoit eagie de LXV ans ou environ. Belle femme avoit esté en son temps, mais elle estoit devenue fort ridee. Les yeulx avoit enfonssez et la bouche grande et large. Cinq maris avoit eu, sans les acointes de costé. Elle se mesloit en sa vielles se de recevoir les enffans nouvellement nez ; mais en sa jonesse elle recevoit les grans enfans. Moult experte fut en pluiseurs ars. Son mari estoit assez jone, duquel elle estoit fort jalouse, et dont elle faisoit souvent grandes complaintes a ses voisines.” (p. 9)

“...dame Traseline du Croq, femme bien renommee, car elle estoit gentil femme, eagie de environ soixante ans ; longue et maigre estoit ; en ses jones jours avoit demouré avec une dame qui savoit partie de l’art de geomancie et rendoit raisons de pluiseurs choses a venir, avec laquele elle aprist moult d’augurie, dont depuis elle fust moult renommee et honnouree. Mais pour ce qu’elle avoit un jour mengié une souppe avec Venus faitte ou chauderon d’amours, oncques depuis ne cessa de exercer son service avec les subgez d’icelle. Et en sa viellesse s’estoit retraitte et alliee avec le curé de la ville qui de nuit et de jour oyoit sa confesse, pourquoy toutes celles de son voisinage l’avoient en grant reverence.” (p. 21)

(Dame Abonde du Four). “Mais avant que je procede aux chappittres d’icelle, je vueil descripre de son estat la maniere. Il est vray que en ses jones jours elle fut marchande de luxure a detail, et depuis en tinst bouticle en gros a Bruges entre les marchans. Belle femme avoit esté en sa jonesse ; mais le vin et les bons morseaux qu’elle avoit pris, et souvent, l’avoient faitte si grasse que a pou avoit sa rondeur sa longueur. Et a brief dire elle avoit une partie des sept ars en sa memoire, car elle avoit estudié a Paris par l’espace de sept ans ou colliege de Glatigny, dont elle avoit rapporté mainte parfonde science.” (p. 31)

“Ceste Sibile estoit de par sa grant mere venue de Savoie, d’une contree nommee Vaux, dont premiers vindrent les Vaudois, de laquele science elle avoit beaucoup retenu ; elle avoit d’eage environ LVII ans, maigre et longe femme estoit, et si se disoit gentil femme a cause de Vaux ; et en quelque assemblee qu’elle se trouvoit, elle avoit volentiers la derreniere parolle, pour tout conclure ; et ainsi estoit elle avantagiere, pourquoy il y eut pluiseurs femmes qui pour ceste cause y vindrent qui paravant n’y avoient esté.” (p. 40)

“Mais avant que je procede a ses chappitres, je vous dire qui fut celle doctoresse Gomberde. Elle estoit de par sa mere d’Auvergne et de par son pere de Piemont ; de simple et assez belle maniere estoit devant les gens, car elle se disoit gentil femme. Mais se aucun avoit perdu quelque chose, elle se mesloit de le renseignier. Et qui eust a faire d’aucune fille secrette, elle en eust fait plaisir pour gracieux vin, et c’estoit la practique de quoy elle s’entretenoit le mieulx. Subtile estoit, comme il apperra par sa lecture.” (p. 51)

“Dame Berthe de Corne estoit de l’eage environ de IIIIXXans ou plus ; fille avoit esté de Regnaut de Corne, sage homme a merveille, qui en son temps avoit estudié a Toulette en l’art de grammaire et en geomancie. Depuis avoit esté a Montpellier, ou il avoit estudié en medecine, et ceste art fut dont il vesqui toute sa vie ; et introduist dame Berthe sa fille, en laquele elle prouffita moult ; et s’en vesqui depuis en tapinage, assez honnestement.” (p. 59)

Notes

1 Francois Villon, Le Testament, v. 555 (Poésies, éd. J.Dufournet, Paris, Gallimard, 1973, p. 82).

2 Il évoque un peu plus haut (v. 445-446) ... “ces pauvres femmelettes/ Qui vieilles sont et n’ont de quoi...” (ibid. p. 76). Voir aussi l’ensemble des “Regrets de la Belle Heaumiere”, v. 453-532, en particulier le dernier huitain.

3 Id. ibid. v. 517 p. 80. Après Villon, voir la mode des “Blasons” et “Contre-Blasons” (chez Marot en particulier), du Bellay et “l’Antérotique de la vieille et de la jeune amie”, publié S la suite de L’Olive (cité par M.Lazard, voir la note 5).

4 Le Roman de la Rose, publié par F. Lecoy, Paris, Champion, 1966, t. II, vers 12109 et suivants (pp. 137 sq.). Ce portrait moral de la Vieille s’oppose à une première évocation de la “Vieillesse” peinte sur les murs extérieurs du Verger de Déduit, tout au début du texte de Guillaume de Lorris (id., t. I, vers 339 et suivants, pp. 11 sq.), à propos de laquelle l’auteur mentionne surtout la sagesse propre â la vieillesse, par opposition à la jeunesse. D.Poirion cite ce double exemple au début de son étude sur la poésie du xvème siècle, “Temps perdu et retrouvé... au xvème siècle”, Revue des Sciences Humaines, t. IV, no 183, juillet-sept. 1981, pp. 70-84.

5 Sur les portraits de vieilles femmes dans la littérature de la Renaissance et leurs sources, voir J.Bailbé, “Le thème de la vieille femme dans la poésie satirique du xvie et du début du xviie siècles”, dans Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. XXVI, 1964, pp. 98-119 ; et M.Lazard, Images littéraires de la femme à la Renaissance, Paris, P.U.F., 1985 (ch. X, Courtisanes ; XI, Entremetteuses ; XII, Sorcières). L’importance de ces thèmes dans la littérature du xvième siècle s’explique en grande partie par l’imitation de la littérature antique, en particulier dans les comédies. Si elle nous semble beaucoup moins représentée au Moyen Age, cette tradition ne s’était pas totalement interrompue, comme on le voit dans quelques personnages de vieilles femmes dans les fabliaux : ainsi, le personnage de Dame Auberée, la vieille entremetteuse rusée, dans le fabliau qui porte son nom (“D’Auberee, la vieille maquerelle”, dans le Recueil Général et complet des Fabliaux des xiiie et xive siècles de A. de Montaiglon et G. Raynaud, Paris, 1883, t. 5, CX, p. 1 ; il a été traduit dans Contes pour rire ? Fabliaux des xiiie et xive siècles, textes choisis et présentés par Nora Scott, D.G.E., 10/18, Paris, 1977, pp. 64-74 : “D’Auberée de Compiègne”). Le fabliau “De la Viellete ou de la Vielle Truande” (id. no LXXIX, p. 71) met en scène une vieille femme laide et lubrique qui poursuit de ses assiduités un très beau jeune homme un peu naïf qui l’a repoussée, et se verra finalement contraint de s’exécuter malgré lui... Dans la présentation qu’il fait d’elle au début du fabliau, l’auteur se plaît à opposer en un contraste comique cette vieille femme “laide et contrefaite”, qui cherche encore à séduire, à la Belle Aude, “Blanceflor” et “Yseus la blonde” ; elle est qualifiée plus loin de de “vieille truande” et de “vieille sorcière”.

6 C’est l’avis du folkloriste P. Sébillot, qui l’a cité largement dans son Folklore de France (Paris, 1904, 4 vol. ; rééd. Paris, Imago, 1982-85, 9 vol.) ; l’historien R. Muchembled, dans Culture populaire et culture des élites (Paris, 1978, pp. 91-92), avance plusieurs arguments. Voir aussi mes Recherches sur les Evangiles des Quenouilles (thèse dactylographiée, Université de Paris III, 1985 ; les citations des Evangiles des Quenouilles sont faites d’après mon édition du texte des manuscrits).

7 L’expression est répétée de nombreuses fois dans cette première version comme dans la suivante, surtout au début du texte ; d’où le titre, que l’auteur du second manuscrit justifie par un discours parodique.

8 “...es longues nuiz entre le Noel et la Chandeleur derrain passé...”, p. 4. C’était en effet pendant les longues soirées d’hiver qu’avaient lieu les veillées des fileuses ; cette période correspond aussi plus précisément aux “douze jours”, un temps fort du calendrier populaire (voir A. Van Gennep, Manuel du Folklore Français contemporain, Paris, Picard, 1937-1958, vol. VII : “Le cycle des Douze Jours” ; C.Gaignebet, Le Carnaval, Paris, Payot, 1979 - rééd.).

9 Voir p. 1 : ”...je, qui de pieça et mesmes dés mon enfance, ay esté leur humble clerc et serviteur...” Il précise plus loin qu’il a “autreffois, en autres matieres, escript des dames fort a leur honneur...” (p. 5).

10 R.Muchembled, op. cit., p. 89. C’est ce que montre bien le passage des Propos Rustiques de Noël du Fail ou il est question du paysan Gobemouche qui veut envoyer son fils à l’école pour le soustraire à l’influence de sa mère, car elle lui apprend “mille sottes fapons de dire et fort estranges” - et de citer pêle-mêle quelques croyances analogues â celles des Evangiles des Quenouilles (N. du Fail, Oeuvres Facétieuses, éd. J.D’Assézat, Paris, Bibliothèque Elzévirienne, 1874, t. I, ch. XIII).

11 Y. Verdier, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Gallimard (Idées), 1979. Voir en particulier le personnage de la couturière qui joue un rôle d’initiatrice auprès des jeunes filles du village. Ces trois rôles féminins fondamentaux se retrouvent à travers un grand nombre des croyances des Evangiles des Quenouilles.

12 Noël Du Fail, Contes et Discours d’Eutrapel, dans Oeuvres Facétieuses, op. cit., t. II, pp. 5-6 (ces assemblées sont “contreroolez par un tas de vieilles...”) ; Etienne Tabourot des Accords, Les Escraignes Dijonnoises, éd. J. Colletet, Bruxelles, 1866, réimpr. Genève (Slatkine), 1969, p. 229 (il décrit au début du texte ce que sont les “escraignes”, ces sortes de cabanes reconstruites chaque hiver pour abriter les veillées des fileuses, où se réunit une assemblée de jeunes filles surveillées par “quelque bonne vieille...”). Elles concordent tout à fait avec d’autres descriptions de veillées dans des documents d’archives du xve ou du xvie siècle (elles se font plus rares ensuite, alors que se multiplient les interdictions, ce qui est un aspect du grand mouvement d’“acculturation” ou de répression de la culture populaire dont parle R. Muchembled, op. cit.). Voir par exemple R.Vaultier, Le Folklore pendant la Guerre de Cent Ans d’après les lettres de rémission du Trésor des Chartes, Parie, 1965, pp. 111 sq.

13 “Ces six dames furent si tressages en leur temps que se ce eust esté pour conjurer un bleu dyable ou pour le loyer dessus un coussin, si estoient-elles assez expertes et habiles” (p. 3). Voir plus loin la liste des noms des six dames, qui précède. L’expression “lier le diable sur un coussin” fait référence à un proverbe flamand qui renvoie au personnage de Margot-l’Enragée, prototype de la mégère, et double inversé de Sainte Marguerite, qui a terrassé le diable.

14 L’auteur du second manuscrit a gardé la même situation, qui est bien en accord avec le sujet des premiers “chapitres” des Evangiles, pour sa première matrone, qu’il a appelée Ysengrine, gardant le nom de Transeline (dame Traseline) pour la deuxième évangeliste.

15 Les premiers “évangiles” sont ponctués de phrases telles que : “la prochaine vielle fillerresse...dist”, “l’autre vielle ensievant dist”, “dist une vielle”, “dist l’autre vielle”..., qui se répètent de façon assez monotone en s’espaçant de plus en plus, et finissent par disparaître, les croyances étant ensuite formulées directement, sans aucune marque d’énonciation.

16 Page 50. L’auteur a transposé ici en l’améliorant une situation qui est déjà esquissée dans le premier manuscrit, qui met en contraste l’intransigeance (verbale) d’une vieille femme laide envers la gent masculine, et les propos beaucoup plus modérés d’une “tres belle fille a marier” qui laisse entendre que “froideur... leur a mys en oubly les plaisirs du jenne age” (p. 93).

17 Y. Verdier, op. cit. p. 80 et passim. Institoris et Sprenger, Le Marteau des Sorcières (Malleus Maleficarum), trad. A. Danet, Paris, Plon, 1973, p. 71 note 14. Voir aussi l’ouvrage au titre significatif de T.R. Forbes, The Midwife and the Witch (la Sage-femme et la Sorcière), Yale Oniv. Press, New-Haven/London, 1966.

18 E.Power, Les Femmes au Moyen Age, Paris, 1979 (trad.), p. 110-111.

19 Le texte parle du “Collège de Glatigny” ; le quartier de Glatigny S Paris était un quartier de prostituées.

20 Les Vaudois étaient une secte d’hérétiques accusés entre autres choses d’user de sortilèges. Etant donné l’époque et la région d’origine du texte, on peut y voir une allusion à la “grande Vauderie d’Arras”, une affaire de sorcellerie retentissante qui avait été marquée par un grand nombre de procès et de condamnations entre 1459 et 1461. R. Muchembled, op. cit. p. 292 ; voir aussi J. Dufournet, Recherches sur le Testament de François Villon, Paris, Sedes, 1971, t. I, pp. 179 sq. (il cite notamment un extrait des Mémoires de Jacques Du Clerq).

21 En particulier dans la Branche VII, où Hersant la louve, amie de Renart, apparaît comme une vieille hideuse à la lubricité insatiable, qui se prostitue â tout venant (Le Roman de Renart, éd. J. Dufournet et A. Méline, Paris, Flammarion, GF, 1985, vol. II, pp. 32-41).

22 Sur le personnage de dame Abonde, voir par exemple C. Ginzburg, Les Batailles Nocturnes. Sorcellerie et rituels agraires en Frioul, xvie-xviie siècles, Paris, 1980 (trad.), pp. 67 sq. Elle est mentionnée, entre autres, par Guillaume d’Auvergne (1249), et dans le Roman de la Rose.

23 Le nom de “Sebile” réapparaît deux fois dans une quatrième soirée qui a été ajoutée tardivement par une main inconnue S la suite du premier manuscrit ; l’auteur, chez qui l’on peut remarquer un net parti-pris de “diabolisation” des croyances, note que dans les assemblées des fileuses “il estoit souvent parlé de Sebille et des faez”, et dit de dame Transeline qu’elle “scet des secrez de Sebille”.

24 A la fin de son livre sur Les Fées au Moyen Age (Paris, Champion, 1984), L. Harf-Lancner parle de la “satanisation” des fées à la fin du Moyen Age (ch. XV).

25 Sur la figure mythologique de Berthe, la fée-fileuse (“du temps où Berthe filait...”), à laquelle on identifie Berthe-au-grand-pied, voir C. Gaignebet, op. cit. pp. 88 sq. Le nom de “Gombert” est formé sur “behrt”, qui a donné Berthe (d’après Dauzat).

26 Du Glé (ou Glai) désigne, d’après Dauzat, une maison avoisinant les roseaux (de glé ou glai, roseau).

27 R.Muchembled, op. cit. p. 292 ; P. Burke, Popular Culture in Early Modem Europe, New York/London, 1978, p. 32 ; J. Huizingua, L’automne du Moyen Age, Paris, 1975 (rééd.), p. 297 ; J. et R.Nicolas, La Vie Quotidienne en Savoie aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1979, p. 295.

28 R.Muchembled, op. cit. Voir aussi id., La Sorcière au village (xve-xviie siècle), Paris, Gallimard/Julliard (coll. Archives), 1979.

29 C’est évident pour la sixième soirée, présidée par dame Berthe, qui exerce la médecine et parle surtout de remèdes. La première dame, qui a des difficultés avec un mari beaucoup plus jeune qu’elle, a eu quatre autres maris et beaucoup d’amants, et est sage-femme, parle des mauvais maris, du mariage, de la grossesse et des enfants. Dans les “évangiles” de dame Abonde, il est question plusieurs fois de pratiques qui favorisent la chance ou la prospérité. Dame Gomberde, sept fois mariée, énonce quelques recettes magiques pour contraindre les maris.

30 Il n’est pas besoin d’attendre le xvème siècle pour voir des attitudes semblables. Ainsi E. Le Roy Ladurie, dans Montaillou, village occitan, de 1294 à 1324 (Paris, Gallimard, Idées, 1975, p. 192), raconte comment un simple berger de Montaillou, Pierre Mauroy, déclare un jour â un autre personnage : “Guillaume, n’ayez cure des signes des oiseaux et autres augures du même genre. Se soucier de cela, c’est bon pour les vieilles...”

31 P. Sébillot parle de “cette oeuvre de folkloriste sans le savoir...” (Revue des Traditions Populaires, vol.XXII, 1907, p. 385).

32 Sur les profondes mutations qui se produisent à cette époque, en particulier dans les rapports entre la culture savante et la culture folklorique ou “populaire”, voir par exemple P. Burke, op. cit. p. 281 ; R. Muchembled, op. cit. : J. Le Goff, introduction au livre de J. Huizingua, op. cit. ; M. Jeay et B. Roy, “L’émergence du folklore dans la littérature du xvème siècle”, dans Fifteenth Century Studies, vol. 2, 1979, pp. 95-117.

33 Die Gestriegelte Rockenphilosophia..., Chemnitz, Conrad Stosseln, 1709 (B.N. Rés. 10152/10153). Elle a été reproduite sans les commentaires par J.Grimm dans le volume III de sa Deutsche Mythologie (Graz, 1953, appendice, pp. 434-450 ; réimpr. de l’éd. de 1844).

34 ...“pour ce sont toutes femmes naturelement nobles, nettes, douces, courtoises, et plaines d’esperit legier et inventif et si tressoubtilz que a bien pou d’ayde elles scevent pluiseurs choses a venir. Car les passeez et presentes scevent de leur propre nature selon les conjectures et dispositions des temps, des personnes, des auguremens des oiseaulx et des bestes, et brief de toutes autres creatures, comme il apperra ou procés de ce livre.” (p. 1)

35 Voir par exemple J. Delumeau, La Peur en Occident (xvie - xviiie siècles), Paris, Fayard, 1978, ch. X (La femme, pp. 398 sq. ; voir aussi l’abondante bibliographie fournie dans les notes).

Auteur

Smith College Northompton, Ma. USA.

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540