Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vieillesse et vieillissement au Moyen Âge

Gregorius : le portrait d’un homme vieilli chez Hartmann Von Aue

Jean-Marc Pastré

Texte intégral

  • 1 Fischer 6017, Francfort, 1972, v. 366-392. Chrétien ne fait au même passage qu’évoquer brièvement (...)
  • 2 Fr. Neumann, Wiesbaden, 1958, v. 3379-3402.
  • 3 H.B. Sol, La vie du pape Saint Grégoire, Amsterdam, 1977, pp 318-319, A 1. 2495-97 et B. 1941-44.
  • 4 Cicéron, De inventione I, 24-25. E. Faral, Les Arts Poétiques du xiie st du xiiie siècle, Paris, 1 (...)

1Dans l’Erec, Hartmann ajoutait à sa source la description détaillée de tout ce qu’Erec ne trouvait pas chez Koralus, le vavasseur pauvre : tapis, literie, nourriture abondante et variée1. Dans la légende du Gregorius, l’adaptateur allemand se livre au même jeu pour évoquer ce que les deux messagers romains ne voient pas lorsqu’ils aperçoivent l’ermite vieilli par 17 années de privations sur un îlot escapé2. Avant de procéder à la description du saint ermite à l’instar de sa source française3, Hartmann brosse d’abord le portrait du fringant chevalier que Gregorius avait été. Il complète ainsi l’évocation sarcastique qu’en avait déjà faite le pêcheur qui, après l’avoir hébergé une nuit, l’avait envoyé expier ses fautes sur cette roche désolée (v. 2906-34) : portrait tout aussi contrasté que l’autre puisque le pêcheur évoquait l’aspect qu’aurait dû présenter le pénitent que Gregorius prétendait être. Ce faisant, Hartmann composait le double portrait, étonnamment complet pour l’époque, d’un homme mûr, vieilli et ensauvagé par une existence pénible, avec l’évocation, topique au moyen âge4, de la physionomie et du corps, des cheveux, de la barbe et des sourcils, des joues, des yeux et de la bouche, puis des bras et des mains, des jambes et des cuisses, des pieds, des orteils et des ongles, portrait et contre-portrait d’autant plus intéressant qu’il n’en existait en Allemagne jusqu’alors aucun.

  • 5 v. 3393 : “mit goltvarwen hâre” ; v. 3427 : “ze rehte reit” ; v. 2926 : “sleht und unzevüeret”.
  • 6 v. 3424-25 : “erwahsen von dem hâre, / verwalken zuo der swarte/an houbet unde an barte” ; v. 3428 (...)
  • 7 Voir J. Loubier, Das Ideal der männlichen Schönheit bei den altfranzösischen Dichtern des XII. und (...)
  • 8 Loubier, p 46 : avec l’adjectif sor, p. ex. Benoît de Sainte-Maure, Roman de Troie, L.Constans, Pa (...)
  • 9 Benecke-Lachmann-Wolf, Berlin, 1968, v. 1672. Voir J.M. Pastré, La beauté d’Isolde, Actes du Collo (...)
  • 10 M. Roques, Paris, 1967, v. 1465-67.
  • 11 Loubier, p 55 : crespe, crespé, crespu, cf. Benoît, v. 5333 : Hector, et 5498 : Mennon ; pour rece (...)
  • 12 Herbort von Fritzlar, Liet von Troye, G.K. Frommann, Quedlinburg/Leipzig, 1837, v. 18294 : Thelogo (...)
  • 13 B. 1943-44 : “Tut est veluz cum une beste/Des piez amunt desqu’a la teste”. A 1. 2494 : “tous pelu (...)
  • 14 Barlaam und Josaphat, Gui de Cambrai, H. Zotenberg / P. Meyer, Stuttgart, 1864, p 280, v 24.
  • 15 Loubier, p 56 : héricié, hurepé.
  • 16 W. Roach, Paris, 1959, v. 8350-52 : “Les chaveus ot mellez et rous,/Roides et contremont dreciez/C (...)
  • 17 le positif de unzevüeret, cité au vers 2926, signifie ébouriffé, hérisse.
  • 18 Tristan, Ranke, v. 4005-6. Les successeurs de Hartmann utiliseront les adjectifs strup, rûch et en (...)
  • 19 Loubier, pp 49-50.
  • 20 E. Langlois, Paris, 1911, v. 88-89.

2Autrefois couleur d’or, bien bouclés, lisses et sans désordre5, les cheveux envahissent à présent le corps du bon pécheur, entremêlés contre la peau et noirs comme la suie6. On sait qu’on ne tenait au moyen âge pour beaux que les cheveux blonds et bien soignés, pour les hommes comme pour les femmes7. La mention de cheveux d’or, attestée en France très tôt et même pour les portraits d’homme8, était en Allemagne une nouveauté puisque Hartmann est le premier à l’introduire pour un homme comme il avait été le premier à le faire pour une femme avec Laudîne dans l’Iwein9 à l’instar de Chrétien dans son Chevalier au lion10. La mention des cheveux bouclés était toute aussi neuve, bien qu’attestée elle aussi depuis plusieurs décennies dans les romans français11, et ce n’est qu’après Hartmann que les adaptateurs allemands sauront noter pour un homme ce trait12. Or voilà le corps de Gregorius tout envahi de cheveux, trait emprunté à la source française, où on le dit velu de la tête aux pieds comme une bête13, et propre à la description d’anachorètes tels que le jeune Josaphat après sa vie solitaire au désert14. Son visage en est d’autant plus enlaidi que ces cheveux sont emmêlés contre la peau et hérissés, expressions très rares déjà dans la littérature française d’alors et qui servent à évoquer des nains, des vilains15 ou l’écuyer déplaisant du Perceval de Chrétien16, dont probablement Hartmann reprit cette rare notation17 lorsqu’il adapta l’Yvain puisqu’on la retrouve mot pour mot dans l’évocation du sauvage gardien du troupeau de l’Iwein (v. 435 - 436). Gottfried de Strasbourg sera le seul à reprendre l’expression pour évoquer les cheveux de Rual embroussaillés par le manque de soins consécutif aux quatre années d’errance passées à la recherche de Tristan18. Noirs comme la suie, ces cheveux tirent le personnage vers l’anormalité Hartmann avait déjà employé la comparaison pour le gardien du troupeau dans l’Iwein (v. 433), il ne l’empruntait cependant pas à l’Yvain, qui ne la contient pas, mais encore au Perceval dans le passage où Chrétien évoque la très monstrueuse messagère du graal (v. 4615), la future Cundrîe du Parzival de Wolfram (313, 17-20). Rappelons que seuls les nains, les géants et les Maures avaient en effet les cheveux noirs dans la littérature d’alors19, ce dont se souviendra quelques années plus tard l’auteur de la Crône lorsqu’il évoquera la femme sauvage qui assaille Gawein et tente de le tuer (v. 9366). Adam de la Halle montrera aussi dans son Jeu de la Feuillée comment les cheveux d’or de Maroie sont devenus noirs20, cette couleur signifiant donc l’absence ou la perte de la beauté.

  • 21 v. 3396 : “mit wol geschornem barte” ; v. 3426, comme pour les cheveux.
  • 22 Schultz, I, p 289.
  • 23 Loubier, pp 58-60.
  • 24 Schultz, I, 289 ; Loubier, pp 63-64. Exemples : Flore et Blanceflor, I. Bekker, Berlin, 1829, v. 2 (...)
  • 25 Très rares occurrences pour des hommes jeunes et barbus, cf. Aiol und Elie de Sainte-Gille, W. Foe (...)
  • 26 Perceval, v. 8929-35, cf. 8932-33 : “Et cent qui reent et roignent/Lor barbe chascune semaine.”

3Les mêmes observations vaudraient pour la barbe qui, au lieu d’être bien coupée, est, comme les cheveux, noire et emmêlée21. Avoir le visage rasé était devenu de plus en plus fréquent au xiie siècle22 et les longues barbes étaient mentionnées le plus souvent pour les vieillards23, la plupart des portraits d’hommes étant ceux de jouvenanceaux de 15 ans dont le trait distinctif est justement de n’avoir ni barbe ni moustache24. La barbe charactérisait donc presque toujours25 les hommes mûrs qui, comme on le lit dans le Perceval pour les chevaliers du Chastel Marveil, tantôt la peignaient tantôt la taillaient26. Ces occurrences, notées uniquement chez Hartmann et chez Chrétien, laissent supposer encore que Hartmann prit l’idée chez Chrétien. Le plus souvent blanche ou grise, puisque notée le plus souvent chez les vieillards, la barbe noire est ici de nouveau le signe d’un visage peu soigné, laid et ensauvagé, tel qu’on le rencontre encore pour l’anachorète Josaphat (280, 24).

  • 27 v. 3441-42 : “mit brâwen behangen/rûhen unde langen.”
  • 28 Partanopeus de Blois, Grapelet, Paris, 1834, v. 557. Narcisus, v. 93. Floire, v. 2853 : “si surcil (...)
  • 29 La mention de beaux sourcils n’apparaît que vers 1220 chez Konrad Fleck, pour le portrait de Flore (...)
  • 30 v. 445-446 : “wâren granen unde brâ/lanc, rûch unde grâ.”
  • 31 v. 8353-55 : “Et les sorciels et autretez,/Que tot le vis et tot le nez/Li covraient jusqu’as guer (...)
  • 32 Loubier, pp 74-75 : Gui de Bourgogne, Gessard et Michelant, Paris, 1858, v. 1777. Jean Bodel, Chan (...)

4Le visage de Gregorius est en outre envahi de sourcils hérissés et longs27. Les notations positives, absentes ici, étaient très peu nombreuses dans la littérature française et dépeignaient des sourcils noirs, arqués et petits28. Les longs sourcils de Gregorius représentant donc l’antonyme de ce dernier adjectif et dénotent encore la laideur ensauvagée. Hartmann, le premier à noter ce trait29, l’utilisait déjà pour décrire le sauvage gardien du troupeau de l’Iwein30 en ajoutant aux longs sourcils cités par Chrétien (Yvain, v. 299), les adjectifs hérissés et gris, dont il reprend le premier pour Gregorius alors qu’il n’en trouvait aucune amorce dans sa source, ce qui prouve sans doute que le Gregorius fut composé après l’Iwein. Peut-être Hartmann reprit-il par ailleurs du Perceval le motif de ces sourcils envahissant le visage, car Chrétien note pour l’écuyer déplaisant les sourcils qui lui couvrent le visage et le nez31. Quoi qu’il en soit, les très rares exemples de longs sourcils caractérisent dans les œuvres françaises les géants, les monstres32, comme cela sera encore le cas en Allemagne après Hartmann, tant cette notation contribuait à définir des êtres sauvages, réduits à l’état de nature, exclus de la culture et de la société médiévale.

  • 33 v. 2906-908 : “ez enschînet an dînen wangen/weder durst noch hungers nôt :/diu sint sô veiz und sô (...)
  • 34 v. 3429-31 : “ê wâren im diu wangen/mit rœte bevangen/mit gemischter wîze/und veiz mit guoten vlîz (...)
  • 35 rouge et blanc mêlés : Floire, v. 249. Barlaam, p 280, v. 34. Rouge, rouvelant : Partonopeus, v. 7 (...)
  • 36 Eneide, v. 5169-74 : Camille, première et seule occurrence avant Hartmann dans les romans.
  • 37 A 1. 2043-46 ; B 1. 1643-44 et 1649-50 ; A 2. 1927-32 ; A 3. 1968-73.
  • 38 v. 3433-34 : “nû swarz und in geswichen, / daz antlütze erblichen.”
  • 39 Loubier, p 72.
  • 40 Rudolf d’Ems reprendra le trait dans son Barlaam, v. 15326 : “er was mager und harte bleich.”
  • 41 B. 1941 : “Il n’ad char gueres sur les os” ; A 1. 2496-97 : “E de magrece confonduz ; / N’avet for (...)
  • 42 A 2. 2371 : “Tos ert noirs et peius” ; A 3. 2412 : “nercis et tous peliz.”
  • 43 Li Romans de Durmart le Gallois, E. Stengel, Tübingen, 1873, v. 1778. Fierabras, I. Bekker, Berlin (...)
  • 44 p 280, v. 29-30 : “Sa blanche cars estoit noircie/ K’il vit jadis et blanc et biel”, cf. p 282, v. (...)
  • 45 v. 15324 : “ er waz swarz, niht wîz gevar.”

5Le pêcheur définissait dans ses sarcasmes les joues de Gregorius comme rouges et pleines33. Hartmann reprend, pour l’évocation de ce que l’ermite n’est plus, ces deux adjectifs en précisant que le rouge y est mêlé de blanc34. Fréquente dans les romans français d’alors et y compris pour les portraits de jouvenceaux35, la notation de la couleur des joues était encore rare en Allemagne pour les portraits de femmes36, et Hartmann, qui les cite pour le visage d’Enide (v. 1701-1706), est le premier à l’introduire pour un portrait d’homme, la rondeur de joues pleines renvoyant à une notation très générale de la source française où l’auteur insiste sur le fait que Gregorius est gras sous ses guenilles37. Les joues de Gregorius sont à présent noires et creuses et le visage pâle38. Il y a là le croisement de deux oppositions : les joues rouges ont perdu leur couleur, et le teint, le blanc du visage, a noici. Maigre, pâle et blême, un visage était considéré comme laid39. La même notation apparaît dans le Barlaam, où l’ascète voit Josaphat maigre et pâle (280, 23)40, mais Hartmann reprit le thème de la maigreur à sa source, encore qu’il y soit évoqué de manière très générale41. La notation des joues noires peut surprendre aujourd’hui : elle notait alors l’absence de soins et la laideur et apparaît déjà dans la branche B des manuscrits du Pape Grégoire, appliquée à l’ensemble du corps de l’ermite42. Deux traditions se complètent ainsi. L’une, issue des chansons de geste et des romans, recourt à la couleur noire du visage pour définir les nains, les vilains ou les demi-monstres comme la laide demoiselle43 ; l’autre, issue des récits hagiographiques, pour caractériser les ermites ensauvagés par leurs privations, tels encore Josaphat à la peau noircie44 que Hartmann put connaître dans la version latine du poème, trait que Rudolf d’Ems reprendra au xiiie siècle dans son Barlaam45.

  • 46 v. 3391 : “mit gelphen ougen gienge” ; v. 3455 : “ê wâren im vür wâr/diu ougen gelph unde klâr” ; (...)
  • 47 Loubier, pp 79-80 ; yeux noirs : Floire, v. 2879. Partonopeus, v. 559.
  • 48 Erec, v. 1466-71. Perceval, v. 1820-21.
  • 49 Li Romans de Dolopathos, Brunet et Montaiglon, Paris, 1856, v. 9544.
  • 50 Li roumans de Cléanadès, A. van Hasselt, Bruxelles, 1865-66, v. 1502.
  • 51 Gui de Bourgogne, v. 1779. Huon de Bordeaux, Guessard et Montaiglon, Paris, 1860, v. 4931.
  • 52 P. Meyer, Alexandre le Grand dans la littérature française au moyen âge, Paris, 1886, I, A. 62 et (...)
  • 53 Rosete, Perceval, v. 25393.
  • 54 Jeu de la Feuillée, v. 100 : “Si noir œil me sanloient noir.”
  • 55 Roman de la Rose, v. 2934 : Dangiers li vilains.
  • 56 Loubier, p 87 : Claris und Laris, J. Alton, Tübingen, 1884, v. 8380. Huon, v. 286 et 4932. Alischa (...)

6Autant les yeux de Gregorius avaient été clairs et vifs, autant ils étaient 17 ans plus tard enfoncés, sombres et rougis46. L’idéal consistait alors en des yeux étincelants, gais et rieurs47, ce que les textes français attestaient aussi pour les hommes au moment où les adaptateurs allemands l’introduisaient timidement pour les femmes, tel Veldeke pour les yeux de Camille (v. 5161-63) à l’instar de Benoît pour Polyxène (v. 5549). Hartmann renonçait plus tôt à la notation que Chrétien pourtant fournissait pour Enide et Blancheflor48, mais l’ajoute ici à sa source. Les yeux enfoncés étaient une notation tout à fait neuve en Allemagne, très rare en France et retenue seulement pour caractériser la laideur d’une dame49, d’un roi contrefait50 ou de géants51, tout autant d’ailleurs que les yeux sombres dont on n’a pour exemples que les yeux horribles et noirs d’Alexandre52, d’une très laide demoiselle53 ou de la Maroie d’Adam de la Halle54. Quant aux yeux rougis de Gregorius, ils n’ont d’équivalent que dans l’Iwein (v. 451), où Hartmann substituait des yeux rougis aux yeux de chouette du sauvage gardien du troupeau chez Chrétien (v. 300), les yeux rouges renvoyant dans le reste de la littérature médiévale française à l’évocation de vilains55 et de géants56.

  • 57 v. 3437-38 : “der mund ze vreuden gestalt, / nû bleich unde kalt.”
  • 58 Benoît, v. 5553-54. Eneas, v. 1155-60. Enide, v. 435-36.
  • 59 Veldeke ne fait avant lui qu’évoquer l’effet de la bouche, du nez et du menton, v. 5164-68.
  • 60 Roman de Troie, v. 1257, 5389, 5279. Narcisus, v. 85-88. Cligès, A. Micha, Paris, 1957, v. 2778.
  • 61 Pour des femmes, cf. Herbort, v. 3257 et 2493. Gottfried, Tristan, v. 17568-569, etc. Voir J.M. Pa (...)
  • 62 Loubier, pp 91-93.

7La bouche de Gregorius, agréablement faite, était devenue blême et froide57. Les auteurs français citaient souvent le joli dessin d’une bouche féminine, tels Benoît pour Polyxène, tel l’auteur de l’Eneas pour Camille ou Chrétien pour Enide58. Hartmann ne reprenait pas la notation dans son Erec, mais innove ici en évoquant la forme et la couleur de cette bouche que les auteurs allemands avant lui ne décrivaient pas même pour les femmes59, alors que les auteurs français le faisaient dès la moitié du siècle pour de beaux jouvenceaux60. L’adjectif blême reprend par effet contraire le rouge de la bouche, topos des portraits français d’alors et que les allemands reprendront amplement après Hartmann61, tandis que l’adjectif blême, attesté nulle part ailleurs62, dénote l’état de faiblesse extrême de l’ermite que seul maintient en vie 17 ans durant l’intervention du Saint Esprit (v. 3469-70).

  • 63 v. 2913 : “du bist gemestet wol.”, v. 3443-45 : “ê grôz ze den liden allen/daz vleisch, nû zuo gev (...)
  • 64 A 1.2043-44 : “Hai ! fait-il cum il est gras/E blans e tendres soz les dras.” ; cf. A 2.1927-29, A (...)
  • 65 B 1. 1941 : “Il n’ad char gueres sur les os” ; A 1. 2497 : “N’avet fors le cuere les os” ; cf. A 2 (...)
  • 66 v. 5422 : Troïlus ; bien fornis, v. 5315 : Hector ; membrus, v. 5123 : Troilus.
  • 67 Loubier, pp 42-43, p. ex. Guillaume de Palerme, v. 7938. Garin II, 152,18.
  • 68 v. 2957, ‘lide groz’ : Agamemnon ; v. 2984-85 : “Grozze lide feste/Uzzer mazze wol gelidet” : Achi (...)

8Avant de présenter en détail les membres de ce que les Potriae appelaient le corps, Hartmann souligne le contraste entre l’homme jeune, gras à souhait, les membres bien en chair, tel que le pêcheur le toise, et l’ermite amaigri par les privations, les membres réduits à la peau sur les os63. L’adapteur développait là sa source, dans laquelle le pêcheur souligne combien Grégoire fut gras, blanc et tendre sous l’habit64, mais plus tard réduit à la plus extrême maigreur65. Ces notations, propres à la beauté masculine, abondaient dans le Roman de Troie66 tout autant que dans les chansons de geste67, où les vaillants guerriers avaient les membres beaux et forts, bien faits et bien fournis. Hartmann est le premier à introduire en Allemagne ce trait que d’ailleurs seul Herbort, l’adaptateur du Roman de Troie, reprendra plusieurs fois à l’instar de Benoît68, Hartmann soulignant là combien le pauvre ermite était par sa maigreur loin de correspondre, à commencer par les bras, à l’idéal de beauté masculine.

  • 69 Benoît, v. 5561 : les bras longs de Polyxène. Athis, v. 2631 : les beaux bras de Ga’ite. Chrétien (...)
  • 70 Les auteurs allemands réserveront l’évocation des bras aux entreprises de séduction, cf. J.M. Past (...)
  • 71 v. 2929-31 : “dîn arme und dîne hende/stânt âne missewende :/die sint sô sleht und so wîz.”
  • 72 Loubier, p 98, p. ex. Durmart, v. 102.
  • 73 Herbort, v. 3007-8, Ajax. Gottfried, Tristan, v. 4037 : Rual, et v. 9997, sans détail : Tristan au (...)
  • 74 Benoît, v. 5561, Polyxène. Wolfram, Parziyal 130,25 : Jeschûte.
  • 75 Loubier, pp 98-99, p. ex. Garin II, 152, 18 : gros. Floire, v. 2865 : gras. Narcisus, v. 136, et B (...)
  • 76 v. 3446-48 : “er was sô gelîche kleine/an beinen unde an armen, / ez möhte got erbarmen.”
  • 77 Herbort emprunte le motif à Benoît (v. 5561-62), mais l’applique à Hélène (v. 2496-97), cf. Konrad (...)
  • 78 Loubier, pp 99-101 ; blanches, cf. p.ex. Partonopeus, v. 572 ; Benoît, v. 5256, Palamède. Narcisus (...)
  • 79 Beaucoup plus rare, cf. Benoît, v. 5416 : Troilus. Durmart, v. 102. K. Fleck, Flore, v. 6846.

9Très rarement évoqués par les auteurs français pour les portraits féminins69 et moins encore en Allemagne, où seul Veldeke saura mentionner les beaux bras de Camille (v. 5175)70, les bras appartenaient à l’évocation de la beauté masculine. Le pêcheur évoque ainsi dans ses sarcasmes les bras droits, blancs et sans défaut de Gregorius, qui visiblement n’ont pas souffert et n’évoquent en rien ceux d’un pénitent71. Hartmann faisait en fait preuve d’originalité en mentionnant les bras droits et blancs, car l’adjectif blanc n’apparaît nulle part en France à l’époque et ne sera, même pour une femme, mentionné que plus tard en Allemagne avec Herbort pour les bras d’Hélène (v. 2495). Plus souvent présentés comme longs, en France72 comme en Allemagne après Hartmann73 et d’ailleurs comme pour les bras féminins74, les bras masculins ont pour idéale qualité la force, et les auteurs français les disent, tant dans les romans antiques que dans les lais ou dans les chansons de geste, gros, gras, forts et carrés75, trait qui justement fait défaut dans le portrait de Gregorius tel que le voient les envoyés de Rome, les bras maigres à faire pitié76, Hartmann soulignant ici la laideur inhérente à une maigreur excessive. Généralement évitée par les auteurs allemands qui y voient chez les femmes un objet de convoitise77, les mains, telles celles de Gregorius observé par le pêcheur, sont, comme les bras, droites et blanches78, bien formées et longues79, et Hartmann, qui n’en cite pas le triste état dans le portrait de l’anachorète vieilli, fait dire au pêcheur que ces mains et ces bras, beaux et vigoureux, seraient mieux employés aux travaux des champs, à tenir la pioche et l’aiguillon (v. 2802-2806).

  • 80 v. 3399-3400 : “mit sô gelîmter beinwât / sô sî zer werlde beste stât.”
  • 81 v. 3447-48 : “er was sô gelîche kleine/an beinen unde an armen.”
  • 82 Loubier, pp 109-111 ; droites : Narcisus, v. 138, et Benoît, v. 5421 : troilus ; longues : La Mort (...)
  • 83 Gui de Bourgogne, v. 2207 : “Les jambes fors et longes por seoir sor cheval.”
  • 84 Benoît, v. 5419 (K) : Troilus, paragon de beauté.
  • 85 Nibelungenlied, v. 1734 : Hagen. Herbort, v. 3007-8 : Ajax. Gottfried, Tristan, v. 4037 : Rual.
  • 86 Herbort, v. 3199.200 : Troilus. Parzival 168,7 : le jeune héros. Tristan, v. 9997 : Tristan. K. Fl (...)
  • 87 Loubier, p 110, Flamenca, v. 1624. Doon de Mayence, v. 3236.
  • 88 Graal III, v. 541 : “jambes et cuisces droites et longues et grosses et par mesure belles.”
  • 89 v. 2914 : “dîn Schenkel sieht” ; v. 2920-22 : “nû entkiese ich dînen Schenkeln an/deheinen val noc (...)
  • 90 Parzival 662,19 : “mit den schœnen Schenkeln Maurîn.”

10Tout comme les bras amincis à l’extrême par les privations, les jambes de Gregorius n’ont pour évocation positive que l’allusion générale selon laquelle tous les membres de son corps avaient été bien en chair (v. 3443) et la jambe mise en valeur par une culotte étroitement ajustée80. Or les voici grêles à présent81. Très souvent évoquées par les auteurs français, les jambes des preux des chansons de geste se devaient d’être bien découpées, droites et longues82 pour bien tenir sur la monture83, traits fonctionnels qui laissent ici la place au motif esthétique d’une jambe belle et pleine84. Après Hartmann, qui le premier en fait mention, les auteurs allemands multiplieront cette notation, citant une jambe tantôt longue85, tantôt belle86, ce qui est une mention beaucoup plus vague que dans notre œuvre où l’excessive maigreur s’oppose à la plénitude des membres. Les cuisses, décrites très rarement chez les auteurs français87 et le plus souvent évoquées sous le même vocable de jambes, devaient présenter les mêmes qualités et être droites, longues et grosses88. Elles ne sont pas absentes de la description de Gregorius, dont le pêcheur toise les cuisses, droites et que n’ont déformées ni coups ni chutes89, remarques qui resteront très rares dans la littérature allemande90 et renvoient elles aussi à l’esthétique et aux atteintes à laquelle l’exposent une vie fruste et le délabrement de santé.

  • 91 v. 2917-19 : “dîn vüeze solden unden/breite sîn und geschunden/als einem wallenden man.”
  • 92 Loubier, pp 111-112 ; petits, Partonopeus, v. 577 ; voûtés, Benoît, v. 5421 : Troïlus.
  • 93 K. Fleck, v. 6857-61 : Flore.
  • 94 A 1.2045-46 : “Il n’a gaires qu’il fu chauciez, / Molt a tendres e blans les piez”, cf. A. 2. 1931 (...)
  • 95 Claris, v. 11803 : “Les piez courz, larges et boçuz.” Crône, la femme sauvage, v. 9415-16 : “Die v (...)
  • 96 Pieds troués, Fierabras, A. Kroeber et G. Servais, Paris, 1860 : Agolaffre aux ‘piés focelez’.
  • 97 v. 2915 : “dîu zêhen gelîmet unde lanc.”
  • 98 K. Fleck, Flore, v. 6859-61, addition de l’adaptateur. Tanhäuser, XI, 3-4.
  • 99 v. 2916 : “dîn nagel lûter unde blanc.”
  • 100 sauf chez le troubadour Jaufré Rudel : les ongles hideusement longs de l’horrible mère d’un géant.
  • 101 K. Fleck, v. 6849, Flore : “die nagele lûter als ein glas”, addition.
  • 102 Crône, v. 8210, Amurfîna.
  • 103 G. Schmitt, Munich, 1974, v. 60-61.

11Le pêcheur manque pas en outre de remarquer combien le tout nouveau pénitent n’a en rien les pieds larges et crevassés d’un pélerin91, traits qui représentent l’autonyme de pieds beaux et voûtés tels que les auteurs français les évoquaient souvent92, alors que les adaptateurs allemands ne le feront presque jamais93, et comme le faisait d’ailleurs la source de Hartmann où le pêcheur se moquait de ces pieds blancs et tendres94. Plats, larges, tuméfiés comme les sont les cuisses de Gregorius, pareils pieds n’apparaissent dans la littérature française et allemande que pour l’évocation d’horribles géants95, au même titre que les pieds crevassés96, double image de la laideur physique et roturière. Du fait que Gregorius va les pieds nus, le pêcheur remarque même les orteils du saint homme, longs et bien soudés97, autre trait sans doute de la beauté masculine, mais dont nous n’avons, semble-t-il, aucun exemple dans la littérature française d’alors et que seuls reprendront après Hartmann de très rares auteurs allemands98. Il en va de même pour les ongles des pieds, propres et reluisants99, qu’on ne trouve avant Hartmann mentionnés, ni chez les auteurs français100 ni chez les auteurs allemands, ongles qui ne seront évoqués plus tard que très rarement, exclusivement d’ailleurs pour les mains, et qu’il s’agisse de portraits masculins101 ou féminins102 : ces détails concernant les pieds viennent en fait tout droit des poésies latines et de l’enseignement dont Hartmann bénéficia sans doute dans une école conventuelle. L’évocation des ongles propres des orteils de la jeune fille dépeinte par Jean de Hauville dans son Architrenius, composé en 1184103 en est un bon exemple.

  • 104 v. 3459-65, dont 3462-65 : “man möhte im sam gereite/allez sîn gebeine/grôz unde kleine/haben geza (...)
  • 105 Partonopeus, amaigri par le chagrin, v. 5934 : “haus les os.” Loubier, p 113.
  • 106 p 280, v. 25 : “Et molt ague la poitrine.”
  • 107 Epîtres, I, 2, 2, voir E. Faral, Sidoine Apollinaire et la technique littéraire du Moyen Age in St (...)
  • 108 E. Faral, Les Arts Poétiques du xiie et du xiiie siècle, Paris, 1962, pp 120-132.
  • 109 Narcisus, v. 59-112. Cligès, v. 2721-52.
  • 110 Floire, v. 2845-69. Loubier, p 17.
  • 111 Roman de Troie, v. 5393-5438. Benoît invente le portrait a partir de quelques mots de Dares, alors (...)
  • 112 v. 5146-79. Eneas, v. 3987-4006.
  • 113 Ars Versificatoria I, 38 : “Amplius, non praetermittandum est, utrum persona de qua agltur debeat (...)

12Hartmann conclut le portrait en ajoutant qu’on aurait pu compter les os sous la peau de Gregorius104, comme on le fait pour les côtes, et l’expression renvoie bien sans doute au torse du pénitent, réduit à la peau sur les os, marque encore de laideur dans quelques œuvres françaises105, entre outres dans le Barlaam106, dont Hartmann a pu connaître la source latine. On voit par là combien le double portrait de Gregorius est complet et quelle fut la prouesse de Hartmann. Certes les textes latins d’un Sidoine Apollinaire, et particulièrement le portrait qu’il fit de Théodoric107, semblent bien avoir fait école et suscitèrent la description précise et complète d’hommes et de femmes dont un Matthieu de Vendôme donnera des exemples précis dans son Ars Versificatoria108. Mais les exemples français furent rares à fournir d’un homme un portrait complet : nous ne voyons de Narcisse et de Cligès que le visage109 ; le portrait de Floire a certes en plus que celui de Gregorius le menton, mais il lui manque les jambes et les cuisses, les pieds, les orteils et les ongles110. Le plus complet de ces portraits restait à l’époque celui de Troïlus, totalement inventé par Benoît, qui laisse là libre cours à son imagination et recrée à la perfection l’idéal du jeune homme tel qu’on le concevait alors111. On comprend alors mieux la prouesse de Hartmann, qui à la fois brosse un portrait comme jamais encore on ne l’avait fait en Allemagne, pas même pour le portrait de Camille dans l’Eneide de Veldeke112, et qui évite en outre que ce portrait, évoqué selon les exigences de la situation, n’apparaisse, comme le portrait de Troïlus, qu’en marge de l’histoire, ce en quoi il suivait les préceptes de Matthieu de Vendôme113, un peu à la manière de Chrétien dans le rapide portrair de Laudîne au désespoir.

  • 114 v. 3449-56 : “Dô im diu îsenhalte lac/beidiu naht unde tac, / dô hete si im ob dem vuoze / daz vle (...)
  • 115 “sus vunden sî den gotes trût / einen dürftigen ûf der erde, / ze gote in hôhem werde, / den liute (...)
  • 116 “Et vidimus eum, et non habebat speciem neque decorem, sed vultus eius abiectus, et deformis posit (...)
  • 117 Die nicht mehr schönen Künste, Munich, 1968, pp 154-158.
  • 118 La civilisation de l’Occident médiéval, Paris, 1964, p 420.
  • 119 Voir P. Salmon, The wild man in “Iwein” and medieval descriptive technique, in The modem language (...)

13Un dernier trait du portrait retient encore notre attention. Les fers que Gregorius portait jour et nuit lui avaient, au-dessus du pied, si fort écorché la chair jusqu’à l’os qu’ils en étaient en permanence inondés du sang de ces blessures toujours nouvelles114. Ces vers ne sont pas sans rappeler la passion du Christ et font voir la fonction de ce portrait dans l’économie de l’œuvre. Personnage repoussant, comme il le dit lui-même (v. 3550-51), dont la voix éraillée et les pieds durcis dessècheraient jusqu’à la verdure à l’entour (v. 3522-28), Gregorius est pourtant l’aimé de Dieu, der gotes trût (v. 3418 et 3446) un miséreux en ce monde, comme le dit Hartmann au beau milieu du portrait, mais en grande estime auprès de Dieu ; repoussant pour les hommes mais très agréable au Ciel115. Ainsi s’opposent dans ce portrait la beauté mondaine de ce duc d’Aquitaine, fruit de l’inceste et lui-même incestueux, et la laideur du saint homme, l’une et l’autre trompeuses puisque la première cache une âme pécheresse et la seconde une âme sanctifiée. On retrouve ainsi dans cette œuvre l’écho du commentaire que faisait Saint Augustin du verset 53,2 d’Isaïe116 : la laideur du Christ, flagellé et crucifié, garantit le salut et la beauté éternelle de l’âme ; la laideur a sa grandeur, justification chrétienne qui fut, comme Jauss l’a bien montré117, le fondement de l’hagiographie médiévale. La deformitas Christi et l’humilitas passionis cachent une beauté éternelle, non visible par tous. Il faut, pour apprécier Gregorius comme tant d’autres personnages des légendes chrétiennes, aller au-delà de l’apparence, “aller retrouver”, pour reprendre le mot de Le Goff, “de l’autre côté de la réalité terrestre mensongère la vérité cachée”118. L’originalité de Hartmann consistait à mettre en brêche dans une œuvre courtoise l’idée platonicienne, si forte au moyen âge, selon laquelle le bien coincide avec le beau, et à fonder en Allemagne le genre de la légende courtoise, höfische Legende119. Tel un vitrail à la fonction catéchétique, le double portrait de Gregorius, auquel Hartmann prit par ailleurs un plaisir littéraire manifeste, a pour but d’incarner ce renversement des valeurs et de la faire bien voir par l’accumulation de tant de marques de cette laideur exemplaire, puisées par l’adaptateur aux sources les plus diverses, et qui confond à dessein la décrépitude et l’aspect horrifiant de l’homme sauvage qu’était devenu Gregorius.

Notes

1 Fischer 6017, Francfort, 1972, v. 366-392. Chrétien ne fait au même passage qu’évoquer brièvement ce que Hartmann prétend ne pas voir.

2 Fr. Neumann, Wiesbaden, 1958, v. 3379-3402.

3 H.B. Sol, La vie du pape Saint Grégoire, Amsterdam, 1977, pp 318-319, A 1. 2495-97 et B. 1941-44.

4 Cicéron, De inventione I, 24-25. E. Faral, Les Arts Poétiques du xiie st du xiiie siècle, Paris, 1962, pp 75-81 ; surtout Matthieu de Vendôme I, 80-81.

5 v. 3393 : “mit goltvarwen hâre” ; v. 3427 : “ze rehte reit” ; v. 2926 : “sleht und unzevüeret”.

6 v. 3424-25 : “erwahsen von dem hâre, / verwalken zuo der swarte/an houbet unde an barte” ; v. 3428 : “nû ruozvar von der arbeit.” Traduction J.M. Pastré, Göppinger Arbeiten zur Germanistik, Göppingen, 1986.

7 Voir J. Loubier, Das Ideal der männlichen Schönheit bei den altfranzösischen Dichtern des XII. und XIII. Jahrhunderts, Halle, 1890, pp 44. A. Schultz, Das höfische Leben zur Zeit der Minnesinger, Leipzig, 1889, vol. I, p 212.

8 Loubier, p 46 : avec l’adjectif sor, p. ex. Benoît de Sainte-Maure, Roman de Troie, L.Constans, Paris, 1904, v. 5449 : Paris.

9 Benecke-Lachmann-Wolf, Berlin, 1968, v. 1672. Voir J.M. Pastré, La beauté d’Isolde, Actes du Colloque d’Amiens Tristan et Yseut, mythe européen et mondial, GAG, Göppingen, 1986.

10 M. Roques, Paris, 1967, v. 1465-67.

11 Loubier, p 55 : crespe, crespé, crespu, cf. Benoît, v. 5333 : Hector, et 5498 : Mennon ; pour recercelé, voir Narcisus, Barbazan-Méon, Fabliaux et contes IV, v. 95.

12 Herbort von Fritzlar, Liet von Troye, G.K. Frommann, Quedlinburg/Leipzig, 1837, v. 18294 : Thelogonus, fils d’Ulysse et de Circé. Wolfram, Willehalm, K. Lachmann, Berlin/Leipzig, 1926, 46, 1 : Halzebier. Wirnt von Grafenberg, Wigalois, Benecke, Berlin, 1819, v. 5440. K. Fleck, Flore und Blancheflur, E. Saumer, Quedlinburg/Leipzig, 1846, v. 6816-19. Wigamur, C. von Kraus, Mittelhochdeutsches Übungsbuch, Heidelberg, 1912, v. 4600. Konrad von Würzburg, Der trojanische Krieg, A. von Keller, Stuttgart, 1858, v. 7720, 18878, 19530.

13 B. 1943-44 : “Tut est veluz cum une beste/Des piez amunt desqu’a la teste”. A 1. 2494 : “tous peluz”, cf. A 2. 2371 et A 3. 2412.

14 Barlaam und Josaphat, Gui de Cambrai, H. Zotenberg / P. Meyer, Stuttgart, 1864, p 280, v 24.

15 Loubier, p 56 : héricié, hurepé.

16 W. Roach, Paris, 1959, v. 8350-52 : “Les chaveus ot mellez et rous,/Roides et contremont dreciez/Come pors espis correciez.”

17 le positif de unzevüeret, cité au vers 2926, signifie ébouriffé, hérisse.

18 Tristan, Ranke, v. 4005-6. Les successeurs de Hartmann utiliseront les adjectifs strup, rûch et entflohten, mais pour des femmes, cf. Herbort, v. 3255 ; Wigalois, v. 6292, et Heinrich von dem Türlîn, Diu Crône. G.H. Scholl, Stuttgart, 1852, v. 9342. Rudolf d’Ems reprendra pour Josaphat le même type de notation dans son Barlaam, Fr. Pfeiffer, Berlin, 1843, v. 15336 : “vervilzet unde lanc”.

19 Loubier, pp 49-50.

20 E. Langlois, Paris, 1911, v. 88-89.

21 v. 3396 : “mit wol geschornem barte” ; v. 3426, comme pour les cheveux.

22 Schultz, I, p 289.

23 Loubier, pp 58-60.

24 Schultz, I, 289 ; Loubier, pp 63-64. Exemples : Flore et Blanceflor, I. Bekker, Berlin, 1829, v. 26-38. Roman de Troie, v. 2494, 2861.

25 Très rares occurrences pour des hommes jeunes et barbus, cf. Aiol und Elie de Sainte-Gille, W. Foerster, Heilbronn, 1876-82, v. 2507, et Li Romans de Garin le Loherain, P. Paris, Paris, 1833-35, I, 66, 9.

26 Perceval, v. 8929-35, cf. 8932-33 : “Et cent qui reent et roignent/Lor barbe chascune semaine.”

27 v. 3441-42 : “mit brâwen behangen/rûhen unde langen.”

28 Partanopeus de Blois, Grapelet, Paris, 1834, v. 557. Narcisus, v. 93. Floire, v. 2853 : “si surcil sont brun et petit.”

29 La mention de beaux sourcils n’apparaît que vers 1220 chez Konrad Fleck, pour le portrait de Flore, v. 6822-25.

30 v. 445-446 : “wâren granen unde brâ/lanc, rûch unde grâ.”

31 v. 8353-55 : “Et les sorciels et autretez,/Que tot le vis et tot le nez/Li covraient jusqu’as guernons.”

32 Loubier, pp 74-75 : Gui de Bourgogne, Gessard et Michelant, Paris, 1858, v. 1777. Jean Bodel, Chansons des Saxons, Michel, Paris, 1839, CXC. Ou bien la laideur d’une Maroie vieillissante, Adam, v. 98-99 : “Or les voi espars et drechies/Con s’il volent voler en l’air.”

33 v. 2906-908 : “ez enschînet an dînen wangen/weder durst noch hungers nôt :/diu sint sô veiz und sô rôt.”

34 v. 3429-31 : “ê wâren im diu wangen/mit rœte bevangen/mit gemischter wîze/und veiz mit guoten vlîze” (leçon de K pour le dernier vers).

35 rouge et blanc mêlés : Floire, v. 249. Barlaam, p 280, v. 34. Rouge, rouvelant : Partonopeus, v. 7766. Vermeille : Troie, v. 5374. Voir Loubier, pp 70-71.

36 Eneide, v. 5169-74 : Camille, première et seule occurrence avant Hartmann dans les romans.

37 A 1. 2043-46 ; B 1. 1643-44 et 1649-50 ; A 2. 1927-32 ; A 3. 1968-73.

38 v. 3433-34 : “nû swarz und in geswichen, / daz antlütze erblichen.”

39 Loubier, p 72.

40 Rudolf d’Ems reprendra le trait dans son Barlaam, v. 15326 : “er was mager und harte bleich.”

41 B. 1941 : “Il n’ad char gueres sur les os” ; A 1. 2496-97 : “E de magrece confonduz ; / N’avet fors le cuer e les os”, cf. A 2. 2372-73 ; A 3. 2413-14.

42 A 2. 2371 : “Tos ert noirs et peius” ; A 3. 2412 : “nercis et tous peliz.”

43 Li Romans de Durmart le Gallois, E. Stengel, Tübingen, 1873, v. 1778. Fierabras, I. Bekker, Berlin, 1829, v. 2780, Roman de la Rose, Méon, Paris, 1814, v. 2933. Li chevalier as deus espees, W. Foerster, Halle, 1877, v. 3746 et 3812. Yvain, v. 288. Perceval, v. 4620 : le cou noir, voir 0. Voigt, Das Ideal der Schönheit und Hässlichkeit in den altfranzösischen chansons de geste, Diss. Marburg, 1891, p 33.

44 p 280, v. 29-30 : “Sa blanche cars estoit noircie/ K’il vit jadis et blanc et biel”, cf. p 282, v. 4 : “Or le vit noir et paile et teint.”

45 v. 15324 : “ er waz swarz, niht wîz gevar.”

46 v. 3391 : “mit gelphen ougen gienge” ; v. 3455 : “ê wâren im vür wâr/diu ougen gelph unde klâr” ; v. 3439-40 : “die ougen tief trüebe und rôt, / als ez der mangel gebôt.”

47 Loubier, pp 79-80 ; yeux noirs : Floire, v. 2879. Partonopeus, v. 559.

48 Erec, v. 1466-71. Perceval, v. 1820-21.

49 Li Romans de Dolopathos, Brunet et Montaiglon, Paris, 1856, v. 9544.

50 Li roumans de Cléanadès, A. van Hasselt, Bruxelles, 1865-66, v. 1502.

51 Gui de Bourgogne, v. 1779. Huon de Bordeaux, Guessard et Montaiglon, Paris, 1860, v. 4931.

52 P. Meyer, Alexandre le Grand dans la littérature française au moyen âge, Paris, 1886, I, A. 62 et D. 469.

53 Rosete, Perceval, v. 25393.

54 Jeu de la Feuillée, v. 100 : “Si noir œil me sanloient noir.”

55 Roman de la Rose, v. 2934 : Dangiers li vilains.

56 Loubier, p 87 : Claris und Laris, J. Alton, Tübingen, 1884, v. 8380. Huon, v. 286 et 4932. Alischans, Jonckbloet, La Haye, 1854, v. 372 ; ibid. Couronnement de Louis, v. 499 : Gaufrey, Guessard et Chabaille, Paris, 1859, v. 2973.

57 v. 3437-38 : “der mund ze vreuden gestalt, / nû bleich unde kalt.”

58 Benoît, v. 5553-54. Eneas, v. 1155-60. Enide, v. 435-36.

59 Veldeke ne fait avant lui qu’évoquer l’effet de la bouche, du nez et du menton, v. 5164-68.

60 Roman de Troie, v. 1257, 5389, 5279. Narcisus, v. 85-88. Cligès, A. Micha, Paris, 1957, v. 2778.

61 Pour des femmes, cf. Herbort, v. 3257 et 2493. Gottfried, Tristan, v. 17568-569, etc. Voir J.M. Pastré, La beauté d’Isolde.

62 Loubier, pp 91-93.

63 v. 2913 : “du bist gemestet wol.”, v. 3443-45 : “ê grôz ze den liden allen/daz vleisch, nû zuo gevallen/ unz an daz gebeine.”

64 A 1.2043-44 : “Hai ! fait-il cum il est gras/E blans e tendres soz les dras.” ; cf. A 2.1927-29, A 3. 1968-71 ; B 1. 1643-44 et 1649-50.

65 B 1. 1941 : “Il n’ad char gueres sur les os” ; A 1. 2497 : “N’avet fors le cuere les os” ; cf. A 2. 2373 et A 3.2414.

66 v. 5422 : Troïlus ; bien fornis, v. 5315 : Hector ; membrus, v. 5123 : Troilus.

67 Loubier, pp 42-43, p. ex. Guillaume de Palerme, v. 7938. Garin II, 152,18.

68 v. 2957, ‘lide groz’ : Agamemnon ; v. 2984-85 : “Grozze lide feste/Uzzer mazze wol gelidet” : Achille ; v. 3085-86, ‘wol gelidet uberai’ : Polimède ; v. 3147, ‘grozze gelide’ : Priam ; v. 3223, ‘wol gelidet wol gestalt ’ : Antenor.

69 Benoît, v. 5561 : les bras longs de Polyxène. Athis, v. 2631 : les beaux bras de Ga’ite. Chrétien les mentionne par prétêrition avec le visage pour Fénice, v. 2701.

70 Les auteurs allemands réserveront l’évocation des bras aux entreprises de séduction, cf. J.M. Pastré, La beauté d’Isolde.

71 v. 2929-31 : “dîn arme und dîne hende/stânt âne missewende :/die sint sô sleht und so wîz.”

72 Loubier, p 98, p. ex. Durmart, v. 102.

73 Herbort, v. 3007-8, Ajax. Gottfried, Tristan, v. 4037 : Rual, et v. 9997, sans détail : Tristan au bain, observé par Isolde.

74 Benoît, v. 5561, Polyxène. Wolfram, Parziyal 130,25 : Jeschûte.

75 Loubier, pp 98-99, p. ex. Garin II, 152, 18 : gros. Floire, v. 2865 : gras. Narcisus, v. 136, et Benoît, v. 5497, Mennon : forts. Benoît, v. 5181, Ajax : carrés.

76 v. 3446-48 : “er was sô gelîche kleine/an beinen unde an armen, / ez möhte got erbarmen.”

77 Herbort emprunte le motif à Benoît (v. 5561-62), mais l’applique à Hélène (v. 2496-97), cf. Konrad von Würzburg, v. 19991-993. Gottfried, Tristan, v. 17603. Crône, v. 8204-11 : Amurfîna. Parzival 279,13 : Jeschûte.

78 Loubier, pp 99-101 ; blanches, cf. p.ex. Partonopeus, v. 572 ; Benoît, v. 5256, Palamède. Narcisus, v. 105. Floire, v. 2865. K. Fleck, Flore, v. 6846. Pour les femmes, Hartmann, v. 355 : Enîte.

79 Beaucoup plus rare, cf. Benoît, v. 5416 : Troilus. Durmart, v. 102. K. Fleck, Flore, v. 6846.

80 v. 3399-3400 : “mit sô gelîmter beinwât / sô sî zer werlde beste stât.”

81 v. 3447-48 : “er was sô gelîche kleine/an beinen unde an armen.”

82 Loubier, pp 109-111 ; droites : Narcisus, v. 138, et Benoît, v. 5421 : troilus ; longues : La Mort Aimeri de Narbonne, J. Courage du Parc, Paris, 1884, v. 160.

83 Gui de Bourgogne, v. 2207 : “Les jambes fors et longes por seoir sor cheval.”

84 Benoît, v. 5419 (K) : Troilus, paragon de beauté.

85 Nibelungenlied, v. 1734 : Hagen. Herbort, v. 3007-8 : Ajax. Gottfried, Tristan, v. 4037 : Rual.

86 Herbort, v. 3199.200 : Troilus. Parzival 168,7 : le jeune héros. Tristan, v. 9997 : Tristan. K. Fleck, v. 6854 : Flore.

87 Loubier, p 110, Flamenca, v. 1624. Doon de Mayence, v. 3236.

88 Graal III, v. 541 : “jambes et cuisces droites et longues et grosses et par mesure belles.”

89 v. 2914 : “dîn Schenkel sieht” ; v. 2920-22 : “nû entkiese ich dînen Schenkeln an/deheinen val noch stôz :/si ensint niht lange gewesen blôz.”

90 Parzival 662,19 : “mit den schœnen Schenkeln Maurîn.”

91 v. 2917-19 : “dîn vüeze solden unden/breite sîn und geschunden/als einem wallenden man.”

92 Loubier, pp 111-112 ; petits, Partonopeus, v. 577 ; voûtés, Benoît, v. 5421 : Troïlus.

93 K. Fleck, v. 6857-61 : Flore.

94 A 1.2045-46 : “Il n’a gaires qu’il fu chauciez, / Molt a tendres e blans les piez”, cf. A. 2. 1931-32 ;
A 3.1972-73 ; B 1. 1649-50 ; B2. 1868-69 ; B 3. 1819-20.

95 Claris, v. 11803 : “Les piez courz, larges et boçuz.” Crône, la femme sauvage, v. 9415-16 : “Die viieze breit unde kurz/Die hâten manegen widersturz.”

96 Pieds troués, Fierabras, A. Kroeber et G. Servais, Paris, 1860 : Agolaffre aux ‘piés focelez’.

97 v. 2915 : “dîu zêhen gelîmet unde lanc.”

98 K. Fleck, Flore, v. 6859-61, addition de l’adaptateur. Tanhäuser, XI, 3-4.

99 v. 2916 : “dîn nagel lûter unde blanc.”

100 sauf chez le troubadour Jaufré Rudel : les ongles hideusement longs de l’horrible mère d’un géant.

101 K. Fleck, v. 6849, Flore : “die nagele lûter als ein glas”, addition.

102 Crône, v. 8210, Amurfîna.

103 G. Schmitt, Munich, 1974, v. 60-61.

104 v. 3459-65, dont 3462-65 : “man möhte im sam gereite/allez sîn gebeine/grôz unde kleine/haben gezalt durch sîne hût.”

105 Partonopeus, amaigri par le chagrin, v. 5934 : “haus les os.” Loubier, p 113.

106 p 280, v. 25 : “Et molt ague la poitrine.”

107 Epîtres, I, 2, 2, voir E. Faral, Sidoine Apollinaire et la technique littéraire du Moyen Age in Studi e testi 122, Miscellanea Giovanni Mercati, vol. II, Vatican, 1946, pp 567-580.

108 E. Faral, Les Arts Poétiques du xiie et du xiiie siècle, Paris, 1962, pp 120-132.

109 Narcisus, v. 59-112. Cligès, v. 2721-52.

110 Floire, v. 2845-69. Loubier, p 17.

111 Roman de Troie, v. 5393-5438. Benoît invente le portrait a partir de quelques mots de Dares, alors qu’il reprend les traits originaux des autres portraits en suivant assez fidèlement Dares et Dictys, voir Loubier, pp 21-22.

112 v. 5146-79. Eneas, v. 3987-4006.

113 Ars Versificatoria I, 38 : “Amplius, non praetermittandum est, utrum persona de qua agltur debeat describi an eius descriptio praemitti : Plerumque descriptio personae est tempestiva, plerumque superflua.”

114 v. 3449-56 : “Dô im diu îsenhalte lac/beidiu naht unde tac, / dô hete si im ob dem vuoze / daz vleisch harte unsuoze/ unz an das bein vernozzen, / sô daz sî was begozzen / mit bluote zaller stunden/von den vrischen wunden.”

115 “sus vunden sî den gotes trût / einen dürftigen ûf der erde, / ze gote in hôhem werde, / den liuten widerzaeme, / ze himele vil genæme.”

116 “Et vidimus eum, et non habebat speciem neque decorem, sed vultus eius abiectus, et deformis positio eius.”

117 Die nicht mehr schönen Künste, Munich, 1968, pp 154-158.

118 La civilisation de l’Occident médiéval, Paris, 1964, p 420.

119 Voir P. Salmon, The wild man in “Iwein” and medieval descriptive technique, in The modem language review LVI (1961), pp 520-528.

Auteur

Université de Rouen - Haute Normandie

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540