Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vieillesse et vieillissement au Moyen Âge

L’image de la vieillesse dans la poésie médiévale : exclusion fictive et réalité poétique

Marie-Françoise Notz

Texte intégral

  • 1 Même dans le manuscrit Z (BN fr. 25523) que suit l’édition de D. Poirion, le rôle des “clers lisan (...)

1Parmi les “dix laides ymagetes” éternellement condamnées à tourner le dos aux charmes que recèle le verger de Déduit figure, on le sait Vieillesse, qu’encadrent Tristesse et Papelardie. La valeur pédagogique du portrait tient à la prise de conscience d’un changement négatif : Vieillesse a perdu sa force, sa beauté, son indépendance et sa sagesse. Le jugement que le rêveur, longeant le mur extérieur du verger, est invité à faire sien, se fonde en ce cas sur une comparaison. Mais le terme premier de ce jugement comparatif se laisse malaisément ressaisir. Devant l’image dégradée de cette femme flétrie et “rassotée”, qu’est-ce qui nous permet d’affirmer qu’elle fut jadis belle et sage ? Relié par la convention allégorique à un modèle conceptuel, le portrait de la vieillesse ne peut représenter que la réalité toujours mouvante du temps dévorateur. La vieillesse n’existe qu’en détruisant ce qu’elle n’est pas. La forme sensible qui justifie son exclusion est, dans le sens le plus strict, une production fictive : elle seule nous permet d’imager le temps, dont le flux irréversible ne peut être que jalonné par l’enregistrement du chroniqueur.1

2La fiction, en effet, substitue à l’écoulement du temps vécu la plasticité d’une durée imaginaire, mesurée a celle dans laquelle l’oeuvre littéraire se communique. Elle permet ainsi d’opérer une coupure dans le flux temporel. La représentation de la vieillesse dans le Roman de la Rose se modèle sur l’écart toujours grandissant qui l’éloigne de la Jeunesse. Mais le constat même de ce changement inéluctable interdit de rechercher dans la Jeunesse perdue le germe de sa corruption. Si le temps détruit son image, c’est que sa réalité ne peut s’intégrer à une continuité linéaire, qui s’opposerait à ce qu’elle puisse être retrouvée et reconnue, alors qu’elle serait à chaque instant dévorée. Il faut la concevoir comme un perpétuel commencement, dont l’absolue nouveauté puisse être constamment réactualisée ; comme l’eau de la fontaine de Jouvence, jaillissant d’un gouffre “interdit à nos sondes”, comme le choix premier qui nous ouvre l’univers poétique.

3Alors que la Vieillesse demeure clouée en effigie au pilori que figure le mur extérieur du verger, Jeunesse, elle, bien vivante, participe a la joyeuse ronde que mènent Déduit et Liesse. L’image que Guillaume de Lorris nous donne de la Jeunesse est celle d’un couple, qui n’est pas sans évoquer les amoureux du roman idyllique. L’innocence avec laquelle les deux jeunes gens échangent des baisers, sans craindre de voir blâmer leur conduite, révèle combien l’image qu’ils donnent d’eux-mêmes est fidèle à la réalité qu’ils incarnent. Pour le couple gémellaire du roman idyllique, le temps ne joue pas le rôle d’un médiateur : leur amour n’évolue pas, parce que chacun est pour l’autre parfaitement transparent, jusqu’à favoriser l’égarement narcissique dont Floris et Lyriopé évoque subtilement les dangers. Etranger a cette harmonie qui lui échappe, l’écoulement temporel ne peut que devenir l’élément contraignant et séparateur qui fabrique aux gens heureux une histoire. Aussi les amours contrariées sont-elles une des premières formes du récit romanesque.

4Dans l’univers allégorique de Guillaume de Lorris, il devient possible de refuser la vieillesse, de maîtriser le temps, en transposant son mouvement destructeur dans la fidélité relative de l’image au modèle dont elle propose le reflet. L’efficacité de ce procédé particulier peut nous conduire à nous interroger sur le recours qu’offre à la poésie médiévale ce rapport de l’image à son modèle, pour résoudre un des paradoxes qu’engendre l’esthétique courtoise. Si, en effet, la Jeunesse est ce temps de grâce où tous les dons et toutes les qualités se trouvent portés à leur degré de perfection, comment imaginer que la vieillesse puisse lui succéder et y mettre fin ? Comment concevoir un idéal condamné à se dégrader ?

  • 2 Atressi com Persavaus... (421,3) éd. Alberto Varvaro, Riqaut de Berbezilin, Liriche, Biblioteca de (...)

5La Dame que célèbre Rigaut de Barbezieux est à la fois vieille et jeune, parce qu’elle répond au beau senhal de “Miels de dompna”.2 Comme la question réservée par Perceval, la parole du poète ne peut triompher du silence qu’au prix d’une humilité consciente et ressentie comme une grâce, tout autre que la paralysante “niceté”. Figure de la perfection incarnée, la Dame est jeune parce que rien ne peut ternir ou dégrader son image. Elle demeure la source et la maîtresse de son propre reflet, de sorte qu’il est impossible d’en reproduire fictivement la production. En y renonçant, le poète s’interdit de substituer l’image à son modèle, toujours indicible et distant. C’est en quoi la Dame est vieille, quand bien même elle est “joves d’anz”. La vieillesse n’est ici que la fidélité de la Dame à elle-même, principe unique des multiples images où sa perfection se donne à voir sans jamais se confondre avec elles pour s’y enclore et s’épuiser. Vieille est la Dame à qui s’adresse la louange, vieille par le “sen” et le “pretz”, parce qu’elle manifeste l’impuissance de celui qui la chante à renverser fictivement le cours du temps pour la saisir à partir d’une image qu’il pourrait former, au lieu d’humblement la recevoir. “Vieill’en tot bel joven”, “vieilla ses vieillezir”, la Dame se figure à travers la naissance indéfiniment renouvelée de la parole poétique.

6Celle-ci est jeune, parce qu’elle ne saurait déformer un idéal auquel aucun orocessus temporel ne la relie. Elle est vieille, parce qu’elle préserve cet idéal en renonçant à se confondre avec lui, ce qui serait espérer un gain illusoire d’un temps fictivement producteur. C’est en l’absence de la Dame que jaillit la parole qui la célèbre, déliée de toute causalité qui la ferait succéder à la contemplation. Par sa fidélité, le poète triomphe du silence paralysant où s’éprouve l’impossibilité de réduire l’écart qui le sépare de l’idéal entrevu, pour aboutir au silence harmonieux où l’éternelle jeunesse du poème demeure latente. Refusant de modifier la distance qui manifeste la perfection de l’idéal désiré, l’amant sincère jouit et souffre à la fois des images qu’il soustrait au temps, c’est-à-dire à l’expérience du changement : par sa vieillesse, fidèle aux échos de sa louange, la Dame évite la disgrâce de “vieillezir”.

  • 3 L’autr’ier avint, en cel autre païs... éd. A. Wallensköld, Les Chansons de Conon de Béthune, Paris (...)
  • 4 Bel m’es, quan vei chamjar lo senhoratge... éd. C. Appel, Die Lieder Bertrans von Born, Halle, Nie (...)
  • 5 Nous adoptons ici la leçon proposée par Stimming :
    ... Per vielha tenh domna puois qu’a pelatge ...(...)
  • 6 Jov es dompna que sap onrar paratge,
    et es joves per bos fachs, quan los fa.
    Joves si te, quan a adr (...)

7Cédant au contraire à l’illusion de maîtriser le Temps, d’y trouver un artifice approprié à la conservation de son image, la Dame que rebute un amoureux désenchanté, dans le célèbre débat composé par Conon de Béthune3, se retrouve victime du sort qu’elle a cru conjurer. Comme les vieux et les vieilles, pas nécessairement chargés d’ans, que stigmatise Bertrand de Born4, elle se perd par la crainte de perdre et le refus de donner. Est vieux, nous dit le troubadour, celui qui entasse les provisions, tout en faisant faire maigre à ses hôtes les jours de fête ; celui qui, vêtant une chape par dessus son manteau, évite toute dépense superflue. Vieille est celle qui n’a pas de chevalier servant, mais aussi celle qui en a deux, et celle qui s’abandonne à un être vil ; vieille est la dame chauve5, et celle qui se farde ; vieille, celle qui préfère son intarissable bavardage au plaisir d’écouter les jongleurs. Sous leur apparente disparité, ces traits et ces conduites ont un fondement commun : la peur de ce qui est autre, que ce soit le risque de l’avenir, ou l’exigence de relations interpersonnelles. Le désir de conserver à tout prix une permanence que l’on croit menacée par le regard d’autrui, condamnée par ce que l’on ne saurait prévoir, conduit à jouer pour soi-même le rôle de l’autre, à se fabriquer une durée substitutive dont on puisse être le maître. Le vieil homme riche que caricature Bertrand de Born s’évite en refusant de dépenser d’être lui-même dépensé au fil du temps. Il croit en inverser le cours en s’identifiant à ses possessions, en se projetant dans un passé fictif où son être, tel un capital en banque, se trouverai imaginairement déposé. Pour continuer la métaphore, nous pourrions dire qu’il en touche les intérêts sous la forme du processus d’acquisition qui garantit à ses yeux son existence. Mais cette fuite dans l’illusion ne peut que trahir le néant qu’elle tente de masquer. L’accumulation de biens soustraits s la consommation est l’effort désespéré de remplir un vide essentiel. Celui qui s’y livre, en voulant rester lui-même, se condamne à connaître seulement ce qui le sépare de sa propre image. Ainsi, à la conscience que possède la Dame jeune de sa propre dignité, au respect qu’elle manifeste, par le soin de sa beauté, pour l’idéal qu’elle incarne6, bertrand de Born oppose les pitoyables égarement de la vieille femme. Celle-ci est incapable d’établir une relation harmonieuse avec autrui, puisqu’elle en est réduite à masquer par l’usage des fards la cruelle réalité de son impermanence.

8De même, pour avoir voulu mesurer arbitrairement une durée à l’amour, pour lui avoir fabriqué une histoire dont elle se flattait de régler le cours, la Dame que met en scène Conon de Béthune n’offre à celui qui l’aimait rien d’autre qu’une image du temps mutable et destruc teur. Cette Dame n’en a jamais été une. Régi par un artifice, l’attrait qu’elle suscitait ne renvoie qu’au fondement de cet artifice : la progression temporelle, qui peut être fictivement reproduite ou inversée.

  • 7 Les strophes consacrées à la vieillesse féminine (II) et masculine (V) encadrent celles où le poèt (...)

9Il n’est pas surprenant que dans la poésie courtoise, l’aspect négatif de la vieillesse se présente comme le refus d’un partage, la tentation de pervertir un échange. Si l’image de la Jeunesse, comme celle du Printemps, permet d’approcher sous une forme sensible un idéal commun, c’est qu’elle est reçue de la même façon par tous, sans pouvoir être déformée par le temps dans lequel s’apprécierait l’antériorité de son modèle. Reconnaître pour sien cet idéal commun à tous, c’est partager une impuissance liée au temps, facteur de changement et générateur de singularité. La volonté de dire commune cette expérience, interdisant de confondre l’image et son modèle, conserve une valeur positive à la médiation des formes symboliques, et contribue à définir la réalité poétique, où la Mieux-aimée est à la fois vieille et jeune. En revanche, se révolter contre cette impuissance, et tenter de la réduire en se fabriquant une image docile et plastique du temps, c’est s’exclure soi-même de la communauté que rassemble la quête de l’unique Bien désirabl Les erreurs de la vieillesse ne découlent donc pas d’un vice ignoré qui entacherait la perfection de la Jeunesse. Les souffrances que lui inflige le poids du temps punissent la recherche d’un pouvoir solitaire et illusoire. Elle se condamne elle-même à l’exil que figure la disposition des strophes dans le sirventes de Bertrand de Born.7

  • 8 Nous empruntons cette expression au numéro 183 de la Revue des Sciences Humaines (Juill-Sept. 1981 (...)
  • 9 Ballade CXXVII, v. 2.
  • 10 Il nous a malheureusement été impossible de nous procurer l’édition des Fortunes et Adversitez par (...)
  • 11 La Bien Allée, VIIème ballade, éd. R. Deschaux, Un poète te bourguignon du xvème siècle, Michault (...)

10La seule réalité qui puisse nous re-présenter le changement, la dégradation, ou tout au moins le renoncement qu’implique la notion de vieillesse est celle que définit la production et la communication de son image. Celles-ci vont être sensiblement modifiées par une esthétique nouvelle à partir du xivème siècle. Chez les poètes du Moyen Age flamboyant8, la Jeunesse reste le printemps de la vie, la saison privilégiée de la Joie et de l’Amour, “que tous deduiz sont deuz a creature”, comme le rappelle mélancoliquement Eustache Deschamps9. En opposition, la vieillesse se caractérise de façon presque toujours entièrement négative, par un ensemble de traits dont la variété se résume, en fait, aux privations essentielles qui affectaient la vieille femme représentée à l’extérieur du verger de Déduit : la perte de la force, de la beauté, de la sagesse et de l’indépendance ”... ma puissance si m’est du tout faillie”, constate amèrement Jean Régnier10, et Michault Taillevent, s’il évoque avec un certain humour les dédains que doit souffrir le galant à la barbe grise11, exprime douloureusement dans le Passe-Temps la malédiction de l’âge :

  • 12 éd. R. Deschaux, v. 561-62.

Riens ne dure, beauté ne force,
Quant Vieillesse crie : “Tuez le !”12

  • 13 .. Les mains me tremblent, et bois au gobelet...

11Cependant il est frappant de voir combien chaque poète s’efforce de donner un accent singulier à l’expression d’une expérience qu’il affirme par ailleurs devoir être le lot de tous. Les misères de la vieillesse, bien que leur cruauté se conçoive de façon stéréotypée, font l’objet de notations pittoresques, où la recherche du détail concret, voire choquant, traduit le point de vue limité, personnel qui régit la fonction représentative du texte. Eustache Deschamps ne nous cache pas qu’il a la goutte au nez ; Jean Régnier, qui partage cette disgrâce, nous confie le détail de son régime et suggère cruellement la faiblesse tremblante des vieilles mains auxquelles pèse le gobelet13. A cette époque, en effet, c’est le poète qui se voit vieux, qui se dit vieux. Il est ainsi le témoin tout à la fois d’un changement et d’une continuité. Or, cette continuité qui relie les charmes d’un pass enfui à l’amère réalité du présent, ne se révèle que dans la vieillesse :

Jeunesse, ou temps que je la vis
A sa guise me gouvernoit ;
Je n’avoie mie l’advis
Que finer il me convenoit
Et pareillement qu’on venoit
A viellesse devant sa mort...

... Je fus en jeunesse repeu
D’espoir de toudis vivre en joye...

  • 14 Le Passe-Temps, v. 155-160 et 162-3.

12découvre avec une lucidité nouvelle Michault Taillevent14.

  • 15 D. Poirion, “Le Temps perdu et retrouvé... au xvème siècle”, RSH, n°183, (juill- sept 81), p. 72-8 (...)

13Dans la jeunesse, on ne sent pas le temps passer ; serait-elle donc un moment d’illusion, de folie, que l’on regrette par la suite d’avoir gaspillé ? A partir des complaintes de Rutebeuf et des regrets qu’exprime la Vieille dans le Roman de la Rose de Jean de Meun, Daniel Poirion retrace les voies d’une figuration du temps par l’argent, compté, dépensé, perdu15. Or c’est peut-être quand le vieillard se la représente comme un capital imprudemment dilapidé, que la Jeunesse reste une image soustraite au temps. En effet, on ne peut la saisir qu’en son absence, on ne peut retrouver le souvenir de ses délices qu’en épousant le temps dévorateur qui a consommé la perte de leur jouissance. L’image de la Jeunesse échappe donc à la transposition fictive de l’écoulement temporel, qui substitue le présent du poème à celui qu’il est censé reproduire, et qui serait réellement vécu par son auteur. Comme dans la poésie courtoise des troubadours et des trouvères, et bien que le procédé soit différent, elle demeure une imaqe que l’on ne Deut substituer à son modèle, et le constat de cette impuissance fonde le réalisme qui donne au temps fugitif la forme d’une tranche de vie, réfléchie par le poème. La vision que nous donne le poète de sa vieillesse, nous la voyons avec ses yeux : nous partageons l’horreur ou la pitié qu’il éprouve vis-à-vis de lui-même. Nous nous identifions par là au temps destructeur auquel il s’offre en victime ; c’est-à-dire au poète reproducteur de sa propre image, maître de l’antériorité qui la définit. L’image du poète jeune, en revanche, ne peut tenir lieu d’une réalité qu’on ne saurai lui concevoir antérieure. Son pouvoir de représentation repose sur l’identification de l’auteu aux lecteurs innombrables et successifs qui actualiseront la forme intemporelle de l’oeuvre, en la recevant comme une réalité poétique toujours nouvelle.

14Ainsi, dans une poésie qui tend à établir une relation individuelle entre l’auteur et le lecteur solitaire auquel il se confie, l’opposition de la Vieillesse et de la Jeunesse invite encore à l’acceptation partagée d’une limite commune. Evoluant vers le cliché, l’image de la Jeunesse ne symbolise plus un idéal unanimement désiré, mais la communauté idéalement harmonieus qu’unirait son désir. Par le jeu de la fiction, le temps figuré de la poésie permet à chacun de faire sienne l’opération imaginaire qui ménage au poème, inscrit dans la continuité mouvante du réel, un commencement absolu.

15L’image de la vieillesse nous est apparue jusqu’ici comme une image vieille, le reflet toujours infidèle d’un modèle antérieur dont ells ne fait qu’enregistrer la destruction, rendre sensible l’effacement. Que deviendra-t-elle dans la poésie allégorique de Charles d’Orléans, où, conformément aux lois du genre, le concept figuré coexiste avec sa propre figuration, et se voit attribuer, pour y agir fictivement, le temps que mesurent les facultés combinatoires de sa réalité verbale ? L’allégorie permet d’intégrer au poème la présence de celui qui se dit vieux ; l’auteur y est à la fois l’individu soumis aux contraintes du temps, et celui qui leur donne pouvoir de s’exercer, en prêtant vie au personna ge où s’incarne Vieillesse. Le concept possède un passé, une histoire, qui définit son extension. Vieillesse peut intervenir dans une multiplicité d’histoires particulières, où se reflèterait une expérience individuelle, mais pas n’importe comment. Le caractère que lui dessine Charles d’Orléans manifeste les traits négatifs qu’illustrait son image poétique. Elle vide l’être de sa substance, le réduisant à la pauvreté :

  • 16 Rondeau CCCCXX, v. 1-3. Nos références sont à l’édition Pierre Champion, Paris, Champion, (CFMA) 2 (...)

Temps et temps m’ont emblé Jeunesse,
Et laissé es mains de Vieillesse
Ou vois mon pouvre pain querant...16

  • 17 Rondeau CCCCXIV ; Ballade CVIII.

16Elle condamne à une piteuse dépendance sa victime qui doit endosser sa livrée, et recevoir d’elle ses gages17. Elle n’hésite pas à tricher, pour s’emparer plus vite de la proie qu’elle convoite :

J’ai tant joué avecques Aage
A la paulme que maintenant
J’ay quarante cinq ...

  • 18 Ballade XC, v. 1-3 et 15-19.

Vieillesse de douleur enrage
De ce que le jeu dure tant,
Et dit, en son felon langage,
Que les chasses dorenavant
Merchera, pour m’estre nuisant...18

  • 19 Ballade XCV.
  • 20 Ballade CXXII.

17Toujours grincheuse et rabat-joie, elle fait chausser au poète les lunettes qui lui font voir la Jeunesse perdue comme un temps étourdiment gaspillé19. Mais la personnalité que lui prête la figuration allégorique permet de la citer en justice, même si le procès paraît mal engagé20 ; elle-même, et non plus celui seul qu’elle éprouve, peut faire l’objet d’un jugement, qui ne détermine pas nécessairement une révolte ou un refus.

  • 21 Rondeau CCCCXXII.

18Dans Le Songe en Complainte, le poète, sur le conseil d’Aage, trouve dans la nécessité de vieillir une excuse bienvenue pour prendre congé d’Amour, et mettre un terme aux souffrances qu’il inflige. Charles d’Orléans demeure ainsi libre de choisir l’aspect sous lequel il nous présente la figure où s’incarne le caractère inéluctable de la finitude. Le temps dont la vieillesse révèle le mouvement destructeur est lui-même vu dans un temps, qui règle le jeu combinatoire des concepts figurés, et régit la production d’une histoire où se transpose poétiquement une expérience individuelle. Le pouvoir même de la vieillesse, et non plus l’expédient auquel tentent de recourir ceux qu’elle accable, est ainsi dénoncé comme illusoire. La représentation des contraintes qu’elle impose à celui qu’elle vient de surprendre ne peut être fictivement substituée à l’expérience du réel que dans la mesure où elle est elle-même limitée par le temps dans lequel s’élabore le poème. D’où l’absurdité qui destine Vieillesse à se mêler aux ébats lamentables que rythme à contre-temps le tambourin de Malheur21

19La fonction particulière dévolue à Vieillesse, parmi les “acteurs du théâtre symbolique”, pour reprendre l’expression d’Alice Planche, est peut-être de caractériser l’activité poétique comme un bon usage du temps ; de nous révéler que le poète est pour son lecteur un individu par cela seulement qu’il est poète. Parce qu’elle triomphe de Vieillesse, non plus en l’excluant d’un univers imaginaire, idéalement intemporel, mais en l’admettant à jouer un jeu dont la règle lui échappe, la poésie de Charles d’Orléans voudrait être la seule image où le flux mouvant de la vie accepte de s’enclore et de reposer.

  • 22 A. Planche, Charles d’Orléans ou la recherche d’un langage, Paris, Champion, 1975, p. 319.

20Dans l’oeuvre de Charles d’Orléans, dit encore Alice Planche, “Vieillesse ne renvoie qu’à elle-même”. Certes, mais l’on peut se demander si, dans la poésie médiévale, il n’en est pas toujours ainsi. La vieillesse, c’est l’image dérobée d’une réalité qui se résume à ce qu’elle a perdu ; l’artifice décevant qui mesure la déchéance d’un exil ; la fiction dont le pouvoir illusoire vérifie le constat populaire qu’on ne peut être et avoir été22.

21Mais c’est dans la mesure où elle semble défier le pouvoir du langage poétique, en le contraignant à représenter son impuissance, que l’image de la Vieillesse contribue à faire reconnaître la réalité dont il est le créateur. L’écart que creuse le temps entre le reflet que retiennent les mots et la forme changeante qui leur échappe, déchire le voile de la fiction pour restaurer la diqnité de la figure. Aussi cruelle qu’elle puisse paraître à un premier regard, l’image poétique de la Vieillesse est, au Moyen Age, porteuse d’espérance. Elle est ce qui sauve l’éternelle jeunesse du poème, serait-ce par la liberté que ses contraintes rebutées conservent au jeu temporel de l’allégorie. C’est à travers elle aussi que le poète, renonçant à confondre l’oeuvre qu’il produit et celle qu’il a rêvée, livre son poème à ceux pour qui, tour à tour, il renaîtra. Ainsi Charles d’Orléans, au seuil de l’âge sombre, lègue-t-il

A jeunes gens qui sont en leur verdeur
Tous fais d’Amours par resignacion.

22Note additionnelle à propos de la chanson de Pertran de Porn : “Belh m’es quan vay cam-jar lo senhoratge”

23A la suite d’un débat amical avec Gérard Gouiran, nous reconnaissons bien volontiers que la leçon de Stimming au vers 9 : “Per vielha tenh domna puois qu’a pelatge” introduit une discordance dans le registre des traits négatifs attribués à la vieillesse. Nous suivrons donc son interprétation : “Vielha la teno dona, pus capel atge. “Nous admettons également que notre interprétation de “fachell” (v. 14) au sens d’“artifice, maquillage’,’, ne peut être qu’hypothétique. (cf. G. Gouiran, L’Amour et la Guerre, L’Oeuvre de Bertran de Porn, T. 2, p. 751 sq.)

Notes

1 Même dans le manuscrit Z (BN fr. 25523) que suit l’édition de D. Poirion, le rôle des “clers lisans” se limite a fournir un point de repère qui ne permet pas à la pensée de conserver la fluidité de l’écoulement temporel :
... l’en ne puet neïs penser
Quex temps ce est qui est presens
S’en ne le set par clers lisans,
(éd. Lecoy : Sel demandez a clers lisanz, v. 370)
Qu’ençois que l’en l’eüst pensé
Seraient ja trois temps passé... (v. 368-372)

2 Atressi com Persavaus... (421,3) éd. Alberto Varvaro, Riqaut de Berbezilin, Liriche, Biblioteca de Filologia Romanza, Bari 1960, III.

3 L’autr’ier avint, en cel autre païs... éd. A. Wallensköld, Les Chansons de Conon de Béthune, Paris, Champion, 1921, (CFMA n°24), N° 17.

4 Bel m’es, quan vei chamjar lo senhoratge... éd. C. Appel, Die Lieder Bertrans von Born, Halle, Niemeyer, 19 32 (Sammlung romanischer Uebungstexte), XXXIX.

5 Nous adoptons ici la leçon proposée par Stimming :
... Per vielha tenh domna puois qu’a pelatge ...
(cf. Martin de Riquer, Los Trovadores..., Barcelone, Planeta, 1975, t. II, p. 737, note au vers 9).

6 Jov es dompna que sap onrar paratge,
et es joves per bos fachs, quan los fa.
Joves si te, quan a adrech coratge
e ves bo pretz avol mestier non a.
Joves si te, quan garda son cors bel,
et es joves domna, quan be’s chapdel. (v. 17-22)

7 Les strophes consacrées à la vieillesse féminine (II) et masculine (V) encadrent celles où le poète caractérise la jeunesse de la Dame (III) et l’insouciance joyeuse des jeunes gens (IV).

8 Nous empruntons cette expression au numéro 183 de la Revue des Sciences Humaines (Juill-Sept. 1981) : “Moyen Age flamboyant, xivème et xvème siècles.”

9 Ballade CXXVII, v. 2.

10 Il nous a malheureusement été impossible de nous procurer l’édition des Fortunes et Adversitez par E. Droz. Nous citons ce texte d’après P. Champion, Histoire poétique du xvème siècle, Paris, Champion, 1923, t. I p. 271.

11 La Bien Allée, VIIème ballade, éd. R. Deschaux, Un poète te bourguignon du xvème siècle, Michault Taillevent, Genève, Droz, 1975 : ... S’il veult dansser, dame est lassée, S’il veult baisier, on le desprise, S’il veult accoller, on le bee Pour ce qu’il a la barbe grise. (v. 185-133).

12 éd. R. Deschaux, v. 561-62.

13 .. Les mains me tremblent, et bois au gobelet...

14 Le Passe-Temps, v. 155-160 et 162-3.

15 D. Poirion, “Le Temps perdu et retrouvé... au xvème siècle”, RSH, n°183, (juill- sept 81), p. 72-84.

16 Rondeau CCCCXX, v. 1-3. Nos références sont à l’édition Pierre Champion, Paris, Champion, (CFMA) 2 vol., 1966-1971 (1923-1927).

17 Rondeau CCCCXIV ; Ballade CVIII.

18 Ballade XC, v. 1-3 et 15-19.

19 Ballade XCV.

20 Ballade CXXII.

21 Rondeau CCCCXXII.

22 A. Planche, Charles d’Orléans ou la recherche d’un langage, Paris, Champion, 1975, p. 319.

Auteur

Université de Bordeaux III

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540