Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vieillesse et vieillissement au Moyen Âge

La vieille femme, l’amour et le temps perdu

Dominique Luce-Dudemaine

Texte intégral

1Telle l’image de Vieillesse peinte aux murs du verger de Deduit, dans le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris, la vieille femme semble exclue de l’univers courtois où le poète célèbre le désir et l’espoir d’un avenir indéfini et rayonnant pour représenter la dame dans l’éclat d’une jeunesse inaltérable.

2Cependant quelques textes lyriques et didactiques, aux xiie et xiiie s., évoquent une femme autrefois aimée, désormais vieillie et fanée, figure rare mais troublante parce qu’elle ne peut inspirer le désir et remet ainsi en question les relations affectives qui rapprochent le plus souvent les deux sexes.

  • 1 “L’autrier avint en cel autre païs ...”
    Cf. A. Wallensköld, Les chansons de Conon de Béthune, Paris (...)

3Dans un poème composé par Conon de Béthune sous la forme d’un débat1, une dame, après maint atermoiement, décide d’accorder son amour à un chevalier. Or le regard de l’amant se pose sur elle sans la moindre complaisance et ses paroles révèlent soudain une réalité cruelle :

Li chevalier le regarda el vis,
Si la vit mout pale et descoulouree.
“Dame, fait il, certes mal suis baillis
Ke n’eüstes piech’a ceste pensee”.
(vv. 9 - 12)

4A travers son désenchantement, il ne se montre pas compatissant, et s’il regrette la beauté enfuie de la dame, c’est avant tout comme une perte dont il se considère victime :

K’il m’est a vis ke me soiés emblee.
(v. 15)

  • 2 Ibidem, strophe V, vv. 39 -40.

5Le sort de la femme flétrie par les années, dépouillée de son charme et délaissée par son partenaire, serait pathétique si le personnage ne laissait aussitôt éclater son dépit et sa mauvaise foi, en niant l’évidence de son âge, en accusant celui qui la dédaigne de préférences homosexuelles, enfin en prétendant recueillir des hommages aussi flatteurs qu’imaginaires2.

6A ces paroles insensées répond la brutale franchise du chevalier qui prend aussi une revanche : la dame acquitte à présent le juste prix de son orgueil passé pour avoir trop longtemps imposé à son amant une vaine patience.

7Par sa faute, l’amour s’anéantit sans s’être jamais accompli, et cette amère leçon comporte à l’évidence un avertissement aux dames encore jeunes pour les inciter à aimer tant qu’il en est temps.

8Dans cet échange d’insultes et de sarcasmes - le chevalier compare la beauté passée de son amie aux ruines de Troie (vv. 27 - 29) -, les deux partenaires vieillis se dressent l’un contre l’autre dans un face à face sans concession où ils se rendent coup pour coup.

  • 3 Cf. E. Kölher, Les Troubadours et la Jalousie, in Mélanges Frappier, Genève, Droz, 1970, T. 1, p. (...)
  • 4 “Bel m’es quam vei chamjar lo senhoratge ...” Cf. G. Gouiran, L’Amour et la guerre, l’oeuvre de Be (...)
  • 5 Ibidem, strophe II.
  • 6 Moshé Lazar, Bernard de Ventadour, Chansons d’amour, Paris, Klincksieck, 1966, 17, p. 124.

9A la même époque, la poésie lyrique occitane associe fréquemment joven à joi pour désigner deux qualités essentielles liées à un groupe social revendicatif, celui des “jeunes”3. Bertrand de Born, contemporain et ami de Conon de Béthune, consacre un de ses poèmes4 à l’éloge de la Jeunesse, vertu qui résume pour lui toute la morale courtoise. A la dame “vieille”, il ne reproche nullement son âge mais une conduite peu conforme à cette morale5. De fait, le grand chant courtois occitan n’offre pas l’équivalent du cruel portrait que trace Conon de Béthune d’une beauté déchue. Cependant, les troubadours peuvent à l’occasion laisser entrevoir à la “domna” la perspective de la vieillesse afin de lui suggérer les limites temporelles de sa toute puissance Ainsi, dans sa chanson “Lo gens tems de pascor”6, Bernard de Ventadour se plaint des rigueurs de celle qu’il aime avec une constance sans faille, d’un amour qui dure depuis l’enfance et défie le temps :

E si no-m fai enan
Amor e bel semblan,
Cant er velha-l deman
Que m’aya bo talan.
(vv. 29 - 32)

  • 7 Voir aussi Peire Vidal : “Anc no mori per amor ni per al” vv. 5-8, in Joseph Anglade, Poésies de P (...)

10Mais dans cette déclaration de fidélité, l’humilité du troubadour rappelle insidieusement à la dame que sa clémence aurait plus de prix tandis qu’elle est jeune et on peut noter que le poète, tel le chevalier de Conon de Béthune, n’évoque pas le vieillissement comme un sort commun aux deux amants et souligne le dommage qui menace sa partenaire7.

  • 8 R. Nelli et R. Lavaud, Les Troubadours, Desclée de Brouwer, 1960, T. 2, pp. 621 ss.

11Le même argument se trouve développé dans le roman de Flamenca8, à la fin du xiiie s., et son auteur l’utilise avec cynisme puisqu’il présente l’oeuvre du temps comme un atout providentiel pour les hommes en butte à l’orgueil et à la froideur des femmes ; seule peut les fléchir la perspective de leur déclin :

Si beutatz fos com aurs o vis
Que cascun an si meillures,
Ja, per afan c’om ne dures
Ab domna merce non trobera ...
(vv. 7842 - 45)

  • 9 Ibidem, vv. 6289 - 90 et vv. 7850 - 55.
  • 10 Ibidem, vv. 4253 - 60, vv. 4267 - 73, vv. 4274 - 78.

12Si, à diverses reprises, le romancier anonyme insiste sur la précarité de la beauté féminine9 sans marquer la moindre nuance de regret ni de nostalgie, s’il mêle ainsi à l’éloge du “carpe diem” des considérations misogynes, il révèle surtout sa profonde angoisse devant la fuite du temps. lorsqu’il incrimine les délais d’attente10 que les dames peuvent imposer indéfiniment à leurs amants, c’est parce qu’ils rendent plus aléatoire la victoire de la “fin’amor” et compromettent la réalisation d’un bonheur parfait.

13Le Roman de Flamenca est aussi un art d’aimer, et on ne peut s’étonner d’y trouver, parmi d’autres, ce motif emprunté à la poésie lyrique, qui conserve dans l’univers romanesque toute sa valeur didactique. Aussi bien, l’évocation d’une femme vieillissante demeure inséparable de l’expression d’un antagonisme latent entre les deux sexes sans que soit autrement pris en considération le problème de l’âge.

14Or, sur ce point, plusieurs textes, à la fin du xiiie s., innovent en présentant une image plus complexe de la vieille femme, et montrent que les relations d’un homme et d’une femme peuvent évoluer au fil du temps sans pour autant sombrer dans l’hostilité ou l’indifférence.

  • 11 Guy Raynaud de Lage, Eracle de Gautier d’Arras, Paris, Champion, 1976, vv. 4456 - 4650.
  • 12 A. de Montaiglon et G. Raynaud, Recueil général et complet des fabliaux des xiie et xiiie s., T. V (...)
  • 13 F. Lecoy, Le roman de la Rose, Paris, Champion, 1968 - 1975, T. II, vv. 12710 - 946.

15Dans le Roman de la Rose de Jean de Meun, le personnage de la Vieille semble en partie issu d’une tradition romanesque où la femme âgée soit ne présente d’intérêt que par sa fonction narrative - comme dans Eracle11 de Gautier d’Arras où elle aide les amants à se rencontrer - soit inspire une méfiance teintée d’admiration pour la ruse qu’elle déploie, telle Auberée dans le fabliau qui porte son nom12. Le personnage créé par Jean de Meun prend un tout autre relief lorsque la Vieille prend la parole pour déplorer les ravages du temps sur son corps, pour clamer sa nostalgie mais aussi sa révolte13 contre les hommes qui désormais la fuient et se moquent d’elle après l’avoir autrefois maltraitée et exploitée. Ainsi, à ses plaintes pathétiques se mêlent des accents plus vigoureux, des appels à la vengeance.

  • 14 Cf. J.Ch. Payen, La Rose et l’utopie, Editions Sociales, 1976, Cap. VI, pp. 105 - 130.

16Ce personnage original dénonce les rapports de force qui opposent les sexes et il ne se contente pas d’un rôle de second plan14.

  • 15 Dorothy Mac Robatham, The Pseudo-Ovidian De Vetula, Adolf M. Hakkert, Amsterdam, 1968.

17Un traité en latin du xiiie s., faussement attribué à Ovide, consacre à une vieille femme une place éminente qui lui vaut son titre : De vetula15.

  • 16 Cf. H. Cocheris, La Vieille ou les dernières amours d’Ovide, de Jean Lefèvre, Paris, 1867, Introd. (...)
  • 17 De Vetula, op. cit., I, vv. 221 - 236.
  • 18 Ibidem, II, vv. 29 - 41.
  • 19 Ibidem, II, vv. 42 - 155.
  • 20 H. Cocheris estime que De Vetula fut composée vers 1250. Cf. La Vieille, op. cit., p. 8.

18L’auteur, qui a manifestement fréquenté l’université de Paris16, émet des opinions analogues à celles de Jean de Meun sur la légitimité de l’amour charnel et de la procréation17. L’éloge qu’il fait de la force virile18, ainsi qu’une longue diatribe contre les “semiviros”19 ne sont pas sans rappeler le discours de Genius et il paraît vraisemblable que le pseudo Ovide soit contemporain de l’auteur du second Roman de la Rose20.

  • 21 De Vetula, op. cit., II, vv. 501 - 507.

19Dans cette autobiographie fictive, construite selon un schéma tripartite, le narrateur évoque dans un premier temps sa jeunesse et sa quête de tous les plaisirs auxquels il va, dans la dernière partie du poème, renoncer pour se consacrer à la méditation philosophique et religieuse. Or ce retour sur soi est provoqué par les événements relatés au Livre II, une histoire d’amour qui, au centre de l’oeuvre et de la vie du héros, donne leur sens à l’une comme à l’autre. Dans ce récit, deux femmes âgées tiennent des rôles déterminants. La première est une vieille servante qui, au soir d’un rendez-vous prévu entre “Ovide” et son amie, se substitue à la jeune fille. La description du corps sénile21 qu’il découvre trahit chez le narrateur la hantise de la déchéance et contient d’autant plus de force prémonitoire qu’elle suit d’assez près le portrait de l’amie dans sa grâce juvénile.

20Celle-ci, mariée à un étranger, ne reviendra à Rome que vingt ans plus tard, veuve, et marquée par la vie. Cette constatation n’altère en rien les sentiments du héros, tout à la joie de la retrouver ; cette fois, l’amour survit à l’épreuve du temps, et aussi le désir, qui s’accomplit enfin :

Totus in antiqui delector amoris odore ...
(II, v. 668)

  • 22 Ibidem, II, vv. 676 - 693.
  • 23 Ibidem, II, vv. 709 - 715.
  • 24 Ibidem, II, vv. 707 - 708.
  • 25 Ibidem, II, v. 717.

21Mais passé cet instant de plénitude, une profonde nostalgie s’empare de l’amant à la pensée du bonheur qu’il a irrémédiablement perdu22. Or, sur ce point, son amie porte une part de responsabilité, elle qui, jadis, se déroba à l’amour et se fit complice des manoeuvres de la vieille servante23 : aussi mérite-t-elle des reproches, mais son déclin n’est jamais évoqué comme la juste rétribution de ses fautes passées et, tout au contraire, le narrateur déplore pour elle la venue du grand âge24. Soucieux de garder intacte l’image de celle qui, dans son coeur, restera “toujours jeune”25, il juge nécessaire de renoncer à cet amour trop tardif parce qu’il prend lui-même conscience de sa propre vieillesse et se désigne désormais comme “vetulus” (v. 728).

22S’il se détourne du siècle, sa conduite n’est pas inspirée par le “contemptus carnis” puisqu’il quitte le monde après en avoir savouré les joies, non sans regret, mais sans amertume ni acrimonie à l’égard de son amie. Pourtant, malgré cet apaisement qui s’instaure dans les relations du couple, le héros seul décide de se séparer de celle qu’il aime, et le lecteur n’entend guère la voix de la “vetula”.

  • 26 Jean Audiau, La pastourelle dans la poésie occitane du Moyen Age, De Boccard, Paris, 1923.

23La voix d’une vieille femme paisible, alliant la sagesse à la sérénité souriante, résonne dans une pastourelle du troubadour Guiraut Riquier26, la dernière pièce d’une série de six poèmes qui s’enchaînent les uns aux autres pour former un ensemble narratif très nouveau à son époque puisqu’il anticipe sur l’organisation en recueil, au xive s., des poésies lyriques.

24Guiraut date chacune de ses oeuvres qui, si nous l’en croyons, s’échelonnent sur vingt deux années, entre 1260 et 1282. Dans les trois premières, la bergère est une jeune fille, une “toza” qui repousse ses avances avec esprit, selon un schéma habituel à ce genre littéraire. Deux années séparent chacune de ces premières pièces, tandis que trois ans s’écoulent entre la 3e et la 4e pastourelle où un premier changement notable intervient chez le personnage féminin :

Pero mont fon cambiada,
Quar un effant pauc tenia,
En sa fauda, que durmia, ...
(vv. 5-7)

25Cette maternité récente qui marque une étape dans la vie de la bergère ne semble pas en imposer au troubadour ; il renouvelle ses propositions et se voit une fois de plus éconduit. Neuf années vont passer avant que les deux personnages se rencontrent à nouveau sur une route de pélerinage car la jeune femme revient avec sa fille de Saint Jacques de Compostelle.

  • 27 Ibidem, p. 67.
  • 28 Les vers de 6 et 5 pieds alternent dans chaque “cobla” de 16 vers suivant le schéma 6/6/5 (x4), 5/ (...)

26Ce poème, “D’Astarac venia ...”27, résonne d’une tonalité nouvelle, plus grave que les précédents, malgré son rythme vif et enlevé28, malgré la joie des retrouvailles que ternit déjà le rire contraint de la bergère :

Ris si’s be planhia ...
(v. 10)

  • 29 Sa tristesse, le fait qu’elle voyage seule avec sa fille le laissent pressentir et cela se confirm (...)
  • 30 Ibidem, vv. 52 - 54.
  • 31 Ibidem, vv. 58 - 60.

27Elle aborde en effet un tournant de son existence - seize années se sont écoulées depuis sa première apparition comme jouvencelle -, et cette maturité s’accompagne de peines : tout laisse à penser qu’elle est devenue veuve29. En pleine crise morale, elle reproche au poète la légèreté de sa poésie, lui conseille de consacrer son talent à célébrer la gloire de Dieu30, et lui fait remarquer ses cheveux blancs31. En prêtant ainsi sa voix aux adversaires d’une poésie lyrique jugée trop profane, sa partenaire offre au troubadour l’occasion de défendre son inspiration amoureuse contre l’accusation d’immoralité - lui qui est par ailleurs l’auteur de nombreuses chansons mariales :

“- Dona, ges vilhura
Non ai, qui-m jutjava
Dreg, que-m des soan”.
(vv. 55 - 57)

  • 32 Ibidem, vv. 47 - 43.
  • 33 Ibidem, vv. 74 - 76.

28L’argument de l’âge n’arrive donc pas à persuader Guiraut de s’assagir, non plus que l’exemple de son amie vieillissante qui renonce à la joie de vivre et d’aimer32. Egal à lui-même, il réitère ses invites sans plus de succès mais la bergère s’irrite de ne pas le convaincre33, et les deux partenaires se quittent cette fois assez séchement.

  • 34 Cf. op. cit., p. 73 : “A San Pos de Tomeiras ...”

29Ils se reverront six ans plus tard, lorsque l’ancienne pastoure sera devenue aubergiste et que le poète la retrouvera au hasard d’un voyage34. Elle lui apparaît d’emblée comme une “viella” (v. 7) qu’il ne reconnaît pas tout de suite mais dont il découvre l’identité avec joie. Quant à elle, sa bonne humeur ne se dément pas d’un bout à l’autre du poème et la tension qui opposait les deux interlocuteurs au chant précédent fait place désormais à des rapports faits de complicité et d’amitié.

30Nulle trace de mélancolie ni de nostalgie dans le bref rappel de leurs rencontres passées ; leur discussion est animée et l’ancienne bergère a retrouvé sa verve.

  • 35 Ibidem, vv. 65 - 70.

31Elle rit volontiers et accepte sans irritation que Guiraut plaisante sur son âge en retrouvant ironiquement pour la désigner le terme de “toza” qui ne lui convient évidemment plus (v. 33). Ainsi l’absence du désir n’entraîne pas ici la fuite ou les reproches de l’amant et, tout au contraire, une harmonie nouvelle s’établit entre les deux personnages qui restent fidèles à eux-mêmes : le poète continue son “chant léger” (v. 76), puisque, pour plaisanter, il prétend un instant présenter ses hommages à la fille de son amie35.

  • 36 Ibidem, vv. 58 - 60.

32Quant à l’ancienne bergère, elle refuse d’épouser un riche voisin, parce qu’elle ne l’aime pas et qu’elle préfère continuer sa vie simple auprès de sa fille36.

  • 37 Ibidem, “pro femna” : vv. 23, 29, 33, 39, 45, 55, 61, 71, 77, 81 ; “Dona” : vv. 93, 99, 103.

33L’estime de Guiraut pour ce personnage de femme vieillissante se traduit tout particulièrement dans les termes qu’il utilise pour s’adresser à elle lorsqu’il passe de “pros femna” à “dona”37, dans les deux dernières strophes de cet ultime poème, car c’est en l’honorant du nom de “dame” que le poète déclare sa fidèle amitié à une interlocutrice qui cependant n’appartient pas à l’univers courtois.

34L’âge, ici, réconcilie l’homme et la femme, gomme leurs différends, et semble abolir jusqu’à la distance sociale qui sépare la simple “vilaine” du chevalier poète dans le cadre traditionnel de la pastourelle.

35En fait, Guiraut Riquier fait évoluer sensiblement ce genre lyrique sur le plan de la forme, mais il se montre surtout novateur en ce qu’il représente le cheminement de deux existences très différentes qui se croisent et finissent par se lier, un homme et une femme entre lesquels le temps instaure des rapports plus profonds et sereins.

36Dans la poésie lyrique du xiie s., la vieillesse de la dame constitue une perspective menaçante destinée à inviter au “carpe diem” un auditoire féminin.

37La littérature romanesque n’accorde elle-même qu’un rôle limité à la vieille femme et son caractère ne prend quelque consistance que pour montrer en elle une adversaire redoutable des hommes.

38Il semble qu’au xiiie s. le personnage prend un relief nouveau dans les quelques textes qui empruntent à la fois au modèle lyrique et au modèle romanesque.

39Chez Jean de Meun, la Vieille, tout en assumant un rôle traditionnel dans la trame narrative, évoque sur un mode quasi élégiaque le temps révolu de ses amours.

40A la fois rouée et pathétique, elle ne saurait plaider la cause des hommes mais se fait au contraire le porte-parole des femmes exploitées et prend ainsi une certaine envergure.

41Le pseudo Ovide fait apparaître une vieille servante très proche de l’univers des fabliaux, tandis que la seconde “vetula” incarne l’amour perdu sans inspirer de mépris ni de haine à son amant. Enfin, dans les pastourelles de Guiraut Riquier, le personnage type de la bergère prend vie au fur et à mesure que se déroulent, au fil des poèmes, les principales étapes de son existence.

42Cette évolution narrative permet au poète de montrer le vieillissement de la femme, les atteintes physiques aussi bien que morales qui l’affectent, tandis qu’avec le temps les liens affectifs qui unissent les deux partenaires finissent par se resserrer en un pacte d’amitié fidèle, peut-être d’amour.

Notes

1 “L’autrier avint en cel autre païs ...”
Cf. A. Wallensköld, Les chansons de Conon de Béthune, Paris, Champion, 1921, X, p. 17, et : Emmanuèle Baumgartner et Françoise Ferrand. Poèmes d’amour des xiie et xiiie s., Union Générale d’Editions, 1983, Coll. 10/18, XXIX, p. 152.

2 Ibidem, strophe V, vv. 39 -40.

3 Cf. E. Kölher, Les Troubadours et la Jalousie, in Mélanges Frappier, Genève, Droz, 1970, T. 1, p. 543-549.

4 “Bel m’es quam vei chamjar lo senhoratge ...” Cf. G. Gouiran, L’Amour et la guerre, l’oeuvre de Bertran de Born, Publications de l’université de Provence, Aix-en-Provence, 1985, p. 752.

5 Ibidem, strophe II.

6 Moshé Lazar, Bernard de Ventadour, Chansons d’amour, Paris, Klincksieck, 1966, 17, p. 124.

7 Voir aussi Peire Vidal : “Anc no mori per amor ni per al” vv. 5-8, in Joseph Anglade, Poésies de Peire Vidal, Paris, Champion, 1923, XXIV, p. 76.

8 R. Nelli et R. Lavaud, Les Troubadours, Desclée de Brouwer, 1960, T. 2, pp. 621 ss.

9 Ibidem, vv. 6289 - 90 et vv. 7850 - 55.

10 Ibidem, vv. 4253 - 60, vv. 4267 - 73, vv. 4274 - 78.

11 Guy Raynaud de Lage, Eracle de Gautier d’Arras, Paris, Champion, 1976, vv. 4456 - 4650.

12 A. de Montaiglon et G. Raynaud, Recueil général et complet des fabliaux des xiie et xiiie s., T. V, fabliau CX

13 F. Lecoy, Le roman de la Rose, Paris, Champion, 1968 - 1975, T. II, vv. 12710 - 946.

14 Cf. J.Ch. Payen, La Rose et l’utopie, Editions Sociales, 1976, Cap. VI, pp. 105 - 130.

15 Dorothy Mac Robatham, The Pseudo-Ovidian De Vetula, Adolf M. Hakkert, Amsterdam, 1968.

16 Cf. H. Cocheris, La Vieille ou les dernières amours d’Ovide, de Jean Lefèvre, Paris, 1867, Introd., p. 5.

17 De Vetula, op. cit., I, vv. 221 - 236.

18 Ibidem, II, vv. 29 - 41.

19 Ibidem, II, vv. 42 - 155.

20 H. Cocheris estime que De Vetula fut composée vers 1250. Cf. La Vieille, op. cit., p. 8.

21 De Vetula, op. cit., II, vv. 501 - 507.

22 Ibidem, II, vv. 676 - 693.

23 Ibidem, II, vv. 709 - 715.

24 Ibidem, II, vv. 707 - 708.

25 Ibidem, II, v. 717.

26 Jean Audiau, La pastourelle dans la poésie occitane du Moyen Age, De Boccard, Paris, 1923.

27 Ibidem, p. 67.

28 Les vers de 6 et 5 pieds alternent dans chaque “cobla” de 16 vers suivant le schéma 6/6/5 (x4), 5/6/5/6.

29 Sa tristesse, le fait qu’elle voyage seule avec sa fille le laissent pressentir et cela se confirme dans la dernière pastourelle où elle fait l’objet d’une demande en mariage.

30 Ibidem, vv. 52 - 54.

31 Ibidem, vv. 58 - 60.

32 Ibidem, vv. 47 - 43.

33 Ibidem, vv. 74 - 76.

34 Cf. op. cit., p. 73 : “A San Pos de Tomeiras ...”

35 Ibidem, vv. 65 - 70.

36 Ibidem, vv. 58 - 60.

37 Ibidem, “pro femna” : vv. 23, 29, 33, 39, 45, 55, 61, 71, 77, 81 ; “Dona” : vv. 93, 99, 103.

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540