Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vieillesse et vieillissement au Moyen Âge

Gérontologie et Gériatrie au Moyen Âge

Marie-Thérèse Lorcin

Texte intégral

  • 1 Avicenne : Poème de la médecine, trad. H. Jalier et A. Noureddine, Les Belles Lettres, 1956. Moses (...)

1L’expression est ambiguë, puisque le français médiéval ignora les termes gérontologie et gériatrie, qui ne se trouvent pas non plus dans le Littré. Mais les savants avaient dès l’Antiquité étudié “les causes et les modalités du vieillissement”, ce que désigne exactement le premier mot. D’autre part, Hippocrate avait décrit le régime de vie qui convient aux personnes âgées, et cet ensemble de sages conseils s’appelait Gerentocomia, hygiène des vieillards. Les médecins du Moyen Age n’oublièrent ni les concepts, ni les techniques médicales légués par le monde antique. Juifs, chrétiens ou musulmans1, ils entretiennent avec le même soin la tradition antique.

2Pour connaître leur pensée, à défaut de la pratique courante, beaucoup plus difficile à connaître, nous disposons d’un petit nombre de sources, qu’il convient en un premier temps de décrire. Je tenterai ensuite de faire un tableau succinct de la gérontologie puis de la gériatrie. Celle-ci se révèle être essentiellement un régime de vie, une médecine avant tout préventive. Comme elle ne peut avoir que des effets limités, beaucoup rêvèrent d’un élixir à remonter le temps. Au premier rang des savants et alchimistes qui se passionnèrent pour toutes ces questions se trouve Roger Bacon.

I - LES SOURCES ; LA PRIMAUTE DU xiiie SIECLE

3Les textes disponibles sont peu nombreux et, quoi que prétendent leurs auteurs, assez monotones.

  • 2 Le vieillissement : Implications et conséquences de l’allongement de la vie humaine depuis le xvii (...)

4La société médiévale, maintenue dans une constante jeunesse par son taux élevé de natalité, installait pour plusieurs siècles le “primat de la petite Europe” comme écrit R. Fossier. Elle n’avait pas les mêmes soucis que notre Occident vieillissant et menacé2. C’est pourquoi on parle peu des vieillards, qui sont une minorité. De plus, les savants sont détournés de ce thème de recherche à la fois par leur sens religieux et par leur sens pratique. La volonté de Dieu est que l’homme vieillisse, et qu’il meure tôt ou tard. Le malade âgé est plus difficile à soigner et il a moins de chances de guérir que les autres (bien qu’on voit alors mourir beaucoup plus de jeunes que de vieux). Mieux vaut pour la réputation du médecin qu’il ne se risque pas à intervenir. Les chirurgiens en particulier sont unanimes à conseiller de s’abstenir.

  • 3 Voir mon article : “Vieillesse et vieillissement vus par les médecins du Moyen Age”, Bull. du Cent (...)

5Vieillesse et vieillissement tiennent donc peu de place dans les manuels médicaux3. Leurs auteurs décrivent le corps pièce par pièce en commençant par la tête et finissant par les pieds ; mais c’est toujours le corps idéal, celui de l’homme dans la force de l’âge. Comme la femme et l’enfant, le vieillard reste hors du champ de vision, sauf en de brefs instants. Quand le savant parle des maladies, accidents et traumatismes qui peuvent affecter les différentes parties du corps, envisagées dans le même ordre hiérarchique, il mentionne très rarement l’âge parmi les causes éventuelles, même losqu’il s’agit de l’altération de la peau ou de la chute des cheveux.

6Cette absence n’est pas un simple oubli. La tradition hippocratique met l’accent sur la prévention. L’homme ne peut s’empêcher de vieillir, mais il peut retarder et atténuer les effets du vieillissement. Dans ce but, il lui faut tout au long de la vie imposer à son corps et à son esprit une discipline stricte dont le mot-clé est la sobriété. Parvenu à un âge avancé, il doit observer une modération encore plus grande dans son alimentation, son genre de vie et ses médications. La règle d’or de la médecine hippocratique est, comme chacun sait, “primum non nocere”. A l’égard de la vieillesse, c’est la tendance qui domine le Moyen Age, du moins chez les médecins et savants dont les écrits se sont conservés.

  • 4 Aldebrandin de Sienne : Le Régime du corps, texte français du xiiie siècle, éd. par L. Landouzy et (...)

7Aussi les ouvrages les plus éclairants ne sont-ils pas les traités d’anatomie, physiologie ou thérapeutique, mais ceux que l’on appelle les “régimes de santé”, autrement dit des recueils de conseils. Conseils en principe connus depuis des siècles et valables pour tout le monde. En fait, les régimes s’adressent à une élite et sont souvent rédigés sur commande. Aldebrandin4 écrit pour la belle-mère de Saint Louis, Maïmonide pour le roi al Afdal, fils de Saladin, etc.

8Quels qu’en soient l’auteur et le destinataire, les “régimes de santé” se ressemblent beaucoup, car ils puisent aux mêmes sources : Hippocrate et Galien, Avicenne et Rhazi, etc. Ils tiennent rarement compte des différences de climat et de régimes alimentaires. C’est ainsi que les Français se voient déconseiller les choux, les oignons, les aliments lactés ... Inversement, on recommande vivement les figues, les raisins et les grenades, que le destinataire de l’ouvrage vive en Sicile ou en Angleterre.

9Les conseils adressés tout particulièrement aux personnes âgées sont en règle générale dispersés ; la vieillesse, répétons-le, doit se préparer tout au long de la vie. Il est donc fait allusion aux vieillards à propos de certains aliments comme le miel et le vin, particulièrement bienfaisants pour eux, à propos des bains, saignées, purgations, rapports sexuels, exercices physiques, etc. dont la fréquence doit diminuer à mesure que l’homme avance en âge. C’est seulement à partir du xiiie siècle quele “régime des vieillards” devient parfois un thème indépendant.

10Aldebrandin dans son “Régime dou cors” fait une sorte de récapitulation âge par âge qui l’amène à consacrer une page spéciale au régime des personnes âgées et à la façon de “se maintenir jeune”. Une page sur 202, c’est encore peu de chose ... Roger Bacon en écrit bien davantage.

  • 5 Fratris Rogeri Bacon : De retardatione accidentium senectutis cum aliis opusculis de rebus medicin (...)

11Il adresse à un pape5, peut-être Innocent IV (1243-1254) le Liber ou Epistola de retardatione accidentium senectutis, dont il souligne avec insistance la nouveauté : “Scilicet ab Haly regali, Rasy, Auicenna, quia, donec homines in etate consistendi permanent, sapientes predicti corpora eorum satis perfecte regere docuerunt, sed regimen quod debet fieri post tempus consistendi imperfecte docuerunt, et proprietates rerum quibus senes debent vti, quas antiqui sapientes occultauerunt, penitus dimiserunt, aut forte propter inuidiam hoc fecerunt, aut ad illam cognitionem non potuerunt peruenire”. (p. 82).

12Un peu plus tard, il écrit une seconde version, plus courte, dédiée à un prince laïc, peut-être Alphonse de Poitiers, et trois autres opuscules qui décrivent avec plus de détails le régime alimentaire et balnéaire recommandé. Peu satisfait de la traditionnelle gerentocomia, que les hommes observent trop tard pour qu’elle soit efficace, il consacre un passage de l’Opus Majus aux moyens de prolonger la vie humaine. Si la “science expérimentale” dont il est l’inventeur retrouve un jour le secret perdu de l’élixir de jouvence, elle supplantera la médecine impuissante :

  • 6 Opus Majus, ed. Bridges, Oxford, 1890-1900, vol. II, VIe partie, p. 202-208.

“Potest vero aliud exemplum poni in terminis medicinae et est de prolongatione vitae humanae, ubi ars medicinalis non habet nisi regimen sanitatis. Est autem ulterior longae vitae extensio possibilis”6.

  • 7 Roger Bacon : Lettre sur les prodiges de la nature et de l’art, trad. A Poisson, Paris, 1977.
  • 8 Arnaldus de Villanova : De conservanda juventute et retardanda senectute, impr. à Leipzig, 1511.

13En fait, tout ce que Bacon écrit sur le vieillissement et les moyens d’en conjurer les effets est glané chez ses prédécesseurs, médecins comme Avicenne et Rhazi, alchimistes comme l’auteur anonyme du “Secres des Secretz”7, qu’il prend pour Aristote. Mais cette compilation est la plus complète qui ait jusqu’alors été faite. L’idée semble avoir séduit, puisque quelques décennies plus tard, le Liber de retardatione fut copié sans vergogne par Arnaud de Villeneuve, qui le présenta comme sien au roi de Naples et de Jérusalem ...8. Le xiiie siècle paraît bien être le moment où l’on prend conscience d’un certain allongement de la vie dû au mieux-être général.

  • 9 G. Zerbi : Gerentocomia, scilicet de senium cura atque victu, Rome, 1489.

14Puis ce genre d’ouvrage semble être passé de mode jusqu’à l’extrême fin du xve siècle, où commence une nouvelle série de traités de gerentocomia9. Mais pour des raisons pratiques, je m’arrêterai au xiiie siècle.

II - LE VIEILLISSEMENT : SON RYTHME, SES EFFETS, SES CAUSES

  • 10 Encyclopaedia Universalis, art. “Vieillesse” ; L. Binet, Gérontologie et gériatrie, Que sais-je ? (...)

15Ce que nous disent aujourd’hui les biologistes10 est fait pour dissiper toutes nos illusions. On constate que chez l’homme, les capacités mnésiques commencent à décliner à partir de 18 à 20 ans, ainsi que les récepteurs sensoriels, en particulier l’oeil et l’oreille. La capacité respiratoire décline régulièrement à partir de 30 ans, et le maximum de notre force musculaire est atteint entre 20 et 30 ans. Il n’en faut point douter, les vertébrés que nous sommes commencent à décliner de bonne heure, alors que chez les serpents et les poissons par exemple, plus un individu est âgé, plus il est grand et fécond.

16Nos ancêtres, qui n’avaient pas d’instruments de mesure aussi précis que les scientifiques actuels, pouvaient commencer officiellement à vieillir plus tard.

17Le cours de la vie humaine est alors représenté de deux manières. C’est parfois une courbe à deux pentes dont le sommet est situé à 35 ans, l’âge d’Adam au paradis terrestre, l’âge qu’atteignit presque le Christ, et l’âge auquel reviennent ceux qui ont la chance de trouver l’élixir de jouvence. C’est plus souvent encore, du moins dans les traités savants, une succession d’états, au nombre de 4. L’état appelé senectus, vieillesse, commence selon les auteurs à 40, 50 ou 60 ans, pas avant.

Les âges de la vie chez quelques savants

Les âges de la vie chez quelques savants

18D’un auteur à l’autre, les bornes chronologiques et le vocabulaire diffèrent. Mais la division en 4 âges fut pendant deux millénaires la base de toutes les spéculations, parce qu’elle correspondait au système du monde fondé sur les quatre éléments, les quatre humeurs, saisons, tempéraments, etc.

  • 11 Isidore de Séville : The medical writings, transl. by W. D. Sharpe, Trans. of the amer. phil. soc.(...)

19Le premier de ces quatre âges a toujours été subdivisé en trois étapes. La vieillesse n’est pas aussi nettement découpée. Cependant Isidore de Séville11 déjà distinguait vieillesse et sénilité, la fin du vieil âge. Distinction qui est systématique chez les écrivains du xiiie siècle, dont R. Bacon. Il ne fait pas commencer senium à un âge précis, mais insiste à diverses reprises sur l’accélération qui se produit au cours des dernières années, qui méritent un qualificatif spécial :

“quia circulus etatis plus currit de senectute ad senium in una die quam faciat de juventute ad senectutem in tribus, et plus de senio ad decrepitam etatem quam de senectute ad senium” (p. 8).

20La vieillesse est précédée d’une tranche d’âge qui porte des étiquettes beaucoup plus diverses : “gravitas, moienage, estat d’ome parfait, virillité, juventus, ... Roger Bacon l’appelle etas consistendi”. C’est non seulement l’âge du pouvoir et de la richesse, mais chose plus inattendue, celui de la beauté.

“Et hoc regimen defendit hominem in tempore consistendi, quod est actas pulcritudinis, que est a 30ta annis usque ad 40ta (p. 12) ... sed in etate consistendi occidere possunt, que dicitur etas pulcritudinis, que etas durat usque ad XI. vel L. annos secundum fortitudinem sue naturalis humiditatis” (p. 79).

21Sans doute les princes auxquels Bacon adressait ses opuscules étaient-ils alors dans la tranche d’âge dont il fait un portrait si flatteur. De nos jours les biologistes nous expliquent que sitôt après 20 ans, la masse des tissus les plus actifs (muscle, foie, reins, etc.) va diminuant, tandis que celle des dépôts graisseux augmente. “C’est ce qui donne l’illusion d’un équilibre appelé maturité”. Illusion durable, que le Moyen Age avait toutes excuses d’entretenir ... De plus, Bacon prend soin d’atténuer la rigueur des nombres. On a l’âge que l’on paraît avoir :

“Nam quamdit virtutes et spiritus et calor naturalis non debilitantur, nec pili canescunt nec cutis corrugatur, homo juvenis reputatur” (p. 120).

22Les signes physiques et mentaux de la vieillesse sont en effet répertoriés depuis l’Antiquité. La liste ne varie guère et les cheveux gris viennent presque toujours en tête.

“Accidentia senectutis et senii surit hec : canicies, palliditas et cutis corrugatio, debilitas virtutis et virium, diminutio sanguinis et spirituum, lippitudo oculorum, multitudo muscilla-ginis, exscreatus putridus, debilitas anhelitus, insompnietas, ira et inquietatio animi, lesio instrumentorum sensuum in quibus virtus animalis operatur” (p. 18).

23Le vieillissement et ses effets physiques et mentaux sont expliqués conformément à la physiologie humorale.

24Les médecins grecs insistaient sur le déclin de la chaleur corporelle et assimilaient la mort à une extinction, comme celle de la lampe qui manque d’huile. La médecine dite arabe met l’accent sur la déperdition de l’humidité et compare le vieillard à une plante dont la sève tarit faute d’eau. ”... sicut accidit segetibus quando dessicantur et albescunt ; postea quando rorantur aqua, redit eorum viriditas” (p. 20).

25D’autre part la vieillesse est l’âge où domine le phlegme, humeur froide et humide dont l’excès dans le corps entraîne toutes sortes de maux spécifiques. Bacon résume ainsi les causes du vieillissement :

“Sed senectus et senii accidentia proueniunt ex debilitate caloris naturalis, et debilitas caloris naturalis prouenit ex dissolutione naturalis humiditatis et augmento extranee” (p. 6).

26La diététique et les médications proposées aux vieillards n’ont pas d’autre fondement. Il faut parvenir à restaurer la chaleur et l’humidité naturelles, tout en expulsant l’humidité malsaine, l’humeur “peccante”.

III - LA REGLE DE VIE ; COMMENT RETARDER ET ATTENUER LES FACHEUX EFFETS DU VIEILLISSEMENT

... “ ars custodiendi sanitatem non est ars que defendat nos a morte, nec ad ultimam longitudinem vite nos perducat, sed a duabus rebus securitatem prebet, a generatione penitus putrefactionis et defensione humiditatis ne cito dissolvatur : per hec duo conservatur homo usque ad terminum quem Altissimus Deus posuit in sua potestate” (p. 79).

27Les régimes de santé l’expliquent tous : pour ne pas “vieillir avant l’âge”, la meilleure des médecines est préventive et doit être appliquée tout au long de la vie. C’est une médecine de l’âme aussi bien que du corps : l’ambiance d’abord, les médications ensuite.

“De hiis rebus que retardant accidentia senectutis in iuuene et in sene accidentia senii, et in senio accidentia decrepite etatis sunt hec : letitia, cantus et visio pulcritudinis humane, et aromatica et confortatiua electuaria et aqua tepida aromatica, et quedam species cuiusdam generis repentis, et balneum ieiuno stomacho post depositionem superfluitatis” (p. 102).

28La gerentocomia constitue un programme complet, si complet qu’il n’est pas à la portée de tous. Choisir le pays où l’on habite et choisir un entourage humain agréable, suivre une diététique déterminée, ralentir progressivement le rythme des activités physiques et intellectuelles, user de certains traitements doux pour purger les humeurs et entretenir la souplesse de la peau, fuir les chagrins et les querelles ... Les rois eux-mêmes ne sauraient observer toutes ces prescriptions.

29Il est cependant un moyen à la portée de tous qui est la base de toute la médecine hippocratique et qui n’a cessé d’être recommandé depuis : la sobriété. Maïmonide disait que si l’homme se traitait aussi raisonnablement qu’il traite son cheval, il ne serait jamais malade.

30Même en petite quantité, certaines nourritures hâtent le vieillissement et d’autres le retardent, pour des raisons très complexes. On sait que tout aliment, boisson ou condiment est catalogué selon les principes en vigueur depuis l’Antiquité (chaleur et froid, sécheresse ou humidité), que chaque mal doit être soigné par son contraire, mais que l’âge, le tempérament et la saison interviennent aussi. Une viande, un légume, peut être formellement déconseillé comme aliment, mais recommandé comme remède dans certaines maladies. Impossible de passer tout en revue comme le fait Aldebrandin dans son Régime du Corps. Mais il est sûr qu’aux yeux des médecins, l’importance de la digestion, ou plutôt des “quatre digestions”, ne saurait être sous-estimée.

“Nam digestio est radix generationis innaturalis et naturalis humiditatis ; que cum est bona bonam, cum est mala malam generat humiditatem” (p. 10).
“Dictum est quod in digestione est radix, nam virtus digestiva operatur in tribus locis in corpore humano : in stomacho, epate et membris, et non ipsa sola sed etiam alia in corpore operantur, scilicet digestiva, retentiva, expulsiva et appetitiva” (p. 132).

31Le pain de froment, bien levé et bien cuit, est plus propre à restaurer “l’humidité naturelle” que les viandes, et les viandes plus que les poissons. Tous les médecins du Moyen Age se méfient des poissons, nourriture “froide et humide”. Maïmonide n’autorise que les harengs.

32La meilleure des boissons est le vin, particulièrement recommandé aux vieillards car c’est un aliment “chaud”, comme le miel. Même en pays musulman, les médecins ne tarissent pas d’éloges sur le vin, qui nourrit, purifie, chasse les humeurs corrompues, aide à digérer et à fabriquer du “bon sang”.

33Il faut aux personnes âgées des aliments qui restaurent la chaleur naturelle, mais faciles à digérer, comme la chair de poulet, de perdrix, faisan, agneau et veau de l’année ... Certains condiments ont l’avantage supplémentaire d’envoyer le sang à la périphérie du corps et d’entretenir ainsi la jeunesse de la peau : le poivre, le gingembre, le crocus ; font de même tous les électuaires à base de produits “chauds” comme le romarin. Un régime bien choisi permet non seulement de retarder les effets de la vieillesse mais parfois de les corriger. Un vieux boeuf maigre et affaibli que l’on met au pré et auquel on donne une nourriture abondante et bien choisie redevient beau et gras, remarque R. Bacon. L’homme peut en faire autant ...

34Il faut veiller aussi à la provenance des aliments. La “bonté” de la viande dépend de ce qu’ont mangé les animaux (et surtout les poissons). La qualité des plantes dépend à la fois de l’air, de l’exposition au soleil, et de la terre. Celle-ci n’est pas meilleure parce qu’elle est fumée, au contraire : les fruits n’en pourrissent que plus vite ...

35Tous les aliments “humides” hâtent l’apparition des cheveux gris et des autres signes de la vieillesse : fruits, poissons, légumes, aliments lactés, et d’une façon générale tout ce que l’on fait cuire dans une grande quantité d’eau. Mieux vaut consommer les mets frits ou grillés. De plus, il faut manger peu à la fois, et deux fois par jour seulement lorsqu’on est entré dans la vieillesse. A tout âge il est recommandé de vomir une fois ou deux par mois dans le but de nettoyer les mauvaises humeurs.

36Ce régime alimentaire qui repose à la fois sur l’observation et sur la théorie des quatre “qualités”, contient des prescriptions singulières (en particulier à l’égard des aliments lactés et des fruits). En revanche ce qui concerne le rythme de vie et les soins est inspiré d’une profonde sagesse : espacer les saignées et les purges, et les rapports sexuels ; prendre des bains ni trop chauds ni froids ; s’adonner chaque jour à un exercice physique modéré comme la marche ; dormir plus longuement que le font les jeunes ; préférer en toutes circonstances le remède doux au remède énergique. Et par dessus tout se maintenir en joie par le rire, la musique, la compagnie, le jeu et le spectacle des belles choses ; tout cela fait faire du “bon sang” et retient la jeunesse qui s’enfuit.

“sicut gaudium et letitia et que faciunt mouere risum, et musica instrumenta audire cum cantilenis (et absque cantilenis) et sedere cum sociis animum delectantibus, et respicere res omnino delectantes, et vasa pretiosa, et celum, et stellas, et vestimentorum indui varietate, ludis delectari, et de inimicis consequi victoriam et suam fiduciam complere, et cum dilectis ratiocinare, ut dicit Aristoteles in epistola ad Alexandrum. Nam hilaris anima vigorem viribus tribuit et letari facit, et naturam excitat et in suis adiuuat actionibus, ut dicit Rasy in Almasore, capitulo de anime cogitationibus” (p. 71).

37Qui ne serait favorable à un tel régime ... Mais, répète Bacon, personne ne suit ces excellents conseils, même pas les médecins. Plus exactement, on pense à les suivre quand il est trop tard. C’est pourquoi l’homme rêve de trouver mieux, et Roger Bacon a cru, comme bien d’autres, avoir trouvé ce mieux.

IV - LES ELIXIRS DE JOUVENCE

38Electuaires et saignées, choix des aliments, bains et onguents, tout cela est fort banal. Il est, pour Bacon, des sujets bien plus excitants. L’allongement de la vie humaine, par exemple, et l’élixir de jouvence ... L’homme, explique Bacon dans l’Opus Majus, est par définition immortel ; il suffirait donc de prolonger l’union de l’âme et du corps. Pour cela il faut retrouver la recette qui explique la longévité des patriarches bibliques, et, plus proches de lui, de certains savants comme Arféphius qui vécut, dit-on 1025 ans. Secrets perdus, parfois redécouverts par hasard comme en témoignent les faits divers, telle l’aventure de ce vieux paysan sicilien qui but ce qu’il croyait être de l’eau et fut ramené à l’âge de trente ans, après quoi il vécut encore une bonne soixantaine d’années ... Il est possible de retrouver ces secrets ; Bacon, le promoteur de la science expérimentale, en est fermement persuadé. Il suffit pour cela d’observer le comportement des animaux, dont certains, comme le cerf et le serpent, savent que faire pour rajeunir, et surtout lire les écrits des Anciens. Car beaucoup savaient, mais ils ont dissimulé leur savoir sous des formules dont il faut découvrir le véritable sens. Par crainte de Dieu et des hommes, Bacon aussi s’exprime parfois à mots couverts, mais il disserte longuement sur les moyens de rajeunir qu’il a redécouvert et ajoute, à l’usage du pape et du prince, à l’habituelle gerentocomia.

39Les substances dotées de ces pouvoirs extraordinaires sont en effet difficiles à trouver.

“Sed ad hoc antiqui sapientes unum remedium invenerunt, quod non est possibile fieri, nisi viro ditissimo et potenti” (p. 86).

40La première se trouve dans le sol, c’est l’or. La seconde nage, c’est l’ambre gris que l’on trouve dans l’intestin d’un “poisson” (le cachalot). La troisième rampe sur terre, c’est la chair de vipère. La quatrième pousse dans l’air, c’est le romarin, dont on tirera pendant des siècles la célèbre “Eau de la reine de Hongrie”. Puis viennent l’os de coeur de cerf, animal d’une longévité bien connue, puis une plante indienne merveilleuse que Bacon décrit par ouï-dire, car il ne l’a jamais vue. Enfin le dernier secret, le plus lourd à porter, celui qui vient du plus noble des êtres, et que Bacon appelle “fumus juven-tutis”. Le souverain remède à la vieillesse consiste à embrasser un corps adolescent - remède qu’employa le roi David, mais dont les savants n’ont guère osé parler -

“Vnde dico quod hec est propria medicina senum, et maxime fumus iuuentutis, et plus est quod sanitatem in omni etate conseruat et corruptas complexiones rectificat. Et multi sapientes locuti sunt de illa re que ei assimilatur, ut prius dixi, sed illam tacuerunt ne incontinentes offenderent creatorem suum. Sed de illa re, que huic assimilatur, locuti sunt. O Deus, si auderem dicere proprietates caloris naturalis sanorum adolescentium temperate complexionis, iam esset apertum secretum occultum. Nam hic calor iuuat paraliticos, restaurat calorem deperditum, et confortat ipsum et conseruat, et facit ipsum vigere in omnibus membris, et est medicina senum et maxime fumus iuuentutis, ut dixi ... (p. 60).

41Bacon précise qu’il ne faut pas confondre ce remède avec le coït, qui au contraire accélère la déperdition de chaleur et d’humidité naturelles. Le contact suffit. Ce remède singulier repose sur l’idée que la santé, comme la maladie, est contagieuse entre les êtres de même espèce.

“Nam infirmitas bruti animalis non transit in hominem, sed in aliud animal eiusdem generis. Sed infirmitas hominis in hominem transit, ita et sanitas.
Intellige, karissime princeps, quia in hac re est totum secretum” (p. 58).

  • 12 Cf. mon article : Rides et cheveux gris dans les ouvrages de RogerBacon, in “Les soins de beauté a (...)

42Quittant ce terrain brûlant, Bacon s’étend en revanche longuement sur la chair de vipère et ses vertus. Qui pourrait en consommer chaque jour ne vieillirait jamais ; en particulier sa peau, comme de juste, resterait éternellement jeune12.

“Cutis innovatur ex assidua comestione serpentum” (p. 133).

43Encore faut-il savoir choisir la bonne vipère et en préparer la chair comme il convient. Bacon décrit soigneusement la vipère qui présente les qualités souhaitables, puis donne la recette du vin de vipère. Si l’on suit bien ses indications, il est facile d’obtenir un remède d’efficacité garantie, dont la fameuse thériaque semble n’être qu’une version édulcorée.

44Ces divagations déçoivent beaucoup, de la part du savant dont les pages consacrées à l’optique ou à l’arc-en-ciel contiennent tant d’intuitions géniales. Du moins Bacon a-t-il l’honneur d’avoir entrepris de rassembler tout ce dont l’homme disposait ou croyait disposer pour écarter l’inéluctable et universelle menace ...

Annexes

APPENDICE - COMMENT CHOISIR ET PREPARER UNE VIPERE POUR CONSERVER LA JEUNESSE

“Haly et Auicenna rescribunt de viperis dicentes : Vipere sunt serpentes habentes capita plana, que sunt lata, et a propinquitate colli minuti subtiles valde, quorum caude sunt curte, strepitum et sonum facientes in incessu, et debent capi cum est finis veris et incipit estas. De supradictis serpentibus non conueniunt nisi flaue, et de flauis femine ; et eorum signum est quod masculi ex omni parte habent vnum dentem et femine plures too. Et oportet ut eligantur cornute et varie et aspides et declinantes ad albedinem, et non capiantur ex piscinis et litoribus fluuiorum et aquarum marium, neque petrose, quia in eis sunt quartine facientes sitim. Ymmo capiantur in loco longinquo ab humorositate neque capiantur ille que sunt debilis motus, sed que velocis motus, habentes caput eleuatum, et oportet ut morentur, cum capiuntur, si possibile est, et oportet ut abiciantur a parte capitis et caude 40r digiti. Et si eius motus fuerit plurimus et sanguis plurimus et mors ipsius tarda, erit electa, si contrarium, erit mala. Deinde eius viscera extrahantur, et prope fel ipsius et abluatur perfecte cum aqua et sale, et decoquatur in aqua et sale, donec possint separari carnes ab ossibus ; terantur deinde in mortario carnes, et informentur trocisci, et inungantur cum oleo balsami, et desiccentur in vmbra, et caue ne cadat super eos radius Solaris, nec ante desiccationem nec post. Nam sol eos expoliat a virtute sua et a proprietate interficiente venena que sunt ex morsione ebibita. Auicenna in 5° dicit hec predicta. Item in capitulo de lepra dicit quod eligantur montana et precipue alba, et tunc truncentur caput et cauda vice vna. Item Haly regalis in vltimo sermone sue practice dicit quod vitentur nigre et que in domibus habitant et in salsis aquis, et eligantur adolescentes in quibus subrubeus est color vel declinans ad rubedinem, quorum capita sunt lata, quia est signum bonitatis eorum. Item in capitulo de lepra dicit quod potest sumi de trociscis eorum a dimidio exagio vsque ad vnum cum 30.3. vini arriani. Et Auicenna dicit cum vino rubeo. Sed vinum arrianum est rubeum ; alii dixerunt quod vinum arrianum est vinum forte...”

R. Bcon, op. cit., p. 64-65.

Notes

1 Avicenne : Poème de la médecine, trad. H. Jalier et A. Noureddine, Les Belles Lettres, 1956. Moses Maïmonides” two treatises on the regimen of the health, transl. by A. Bar-Scha, Trans ; of the amer, phil. soc., vol. 54, 1964.

2 Le vieillissement : Implications et conséquences de l’allongement de la vie humaine depuis le xviiie siècle, sous la dir. de A.E. Imhof, PUL, 1982.

3 Voir mon article : “Vieillesse et vieillissement vus par les médecins du Moyen Age”, Bull. du Centre Pierre Léon, 1984, n° 4.

4 Aldebrandin de Sienne : Le Régime du corps, texte français du xiiie siècle, éd. par L. Landouzy et R. Pépin, Paris, 19115 pour Maïmonide, voir note 1.

5 Fratris Rogeri Bacon : De retardatione accidentium senectutis cum aliis opusculis de rebus medicinalis, éd. A.G. Little et E. Withington, British Society of Franciscan Studies, Oxford, 1928. Toutes les citations sont tirées, sauf indication contraire, de cette publication.

6 Opus Majus, ed. Bridges, Oxford, 1890-1900, vol. II, VIe partie, p. 202-208.

7 Roger Bacon : Lettre sur les prodiges de la nature et de l’art, trad. A Poisson, Paris, 1977.

8 Arnaldus de Villanova : De conservanda juventute et retardanda senectute, impr. à Leipzig, 1511.

9 G. Zerbi : Gerentocomia, scilicet de senium cura atque victu, Rome, 1489.

10 Encyclopaedia Universalis, art. “Vieillesse” ; L. Binet, Gérontologie et gériatrie, Que sais-je ? n° 919.

11 Isidore de Séville : The medical writings, transl. by W. D. Sharpe, Trans. of the amer. phil. soc., vol. 54, 1964.

12 Cf. mon article : Rides et cheveux gris dans les ouvrages de RogerBacon, in “Les soins de beauté au Moyen Age,” Razo, n° 6, Nice (à paraître).

Table des illustrations

Titre Les âges de la vie chez quelques savants
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

Auteur

Université de Lyon II

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540