Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vieillesse et vieillissement au Moyen Âge

Canu Llywarch Hen : La vieillesse dans les Englynion Gallois

Françoise Le Saux

Texte intégral

  • 1 Voir à ce propos Patrick K. FORD, The Poetrv of Llvwarch Hen, Los Angeles, Berkeley, London : Univ. (...)
  • 2 Le texte gallois de Cân y Henwr et des autres englynion cités dans cet article est tiré de l’éditio (...)

1Canu Llywarch Hen est une “saga” poétique en englynion - sortes de strophes dont les vers sont reliés par de complexes jeux d’allitération et d’assonance - au centre de laquelle se trouve un personnage semi-historique du vième siècle : Llywarch l’Ancien, ou Llywarch l’Ancêtre, cousin obscur du prestigieux Urien Rheged, et ancêtre de Merfyn Frych, fondateur d’une nouvelle dynastie dans le royaume de Powys en 8251. Les poèmes attachés au nom de Llywarch sont des complaintes : sur ses 24 fils tombés dans leur lutte contre l’envahisseur anglo-saxon, d’une part ; et sur son propre sort de l’autre, dans un poème connu sous le titre de Cân y Henwr, ou le chant du vieillard2.

2Le contexte à Cân y Henwr - que les manuscrits placent en début de l’oeuvre- est éclairé par une série d’englynion dialogués entre Llywarch et Gwên, le plus jeune de ses fils, et le seul à être encore en vie. Gwên vient de rejoindre son père pour lui prêter main-forte contre les hommes de Lloegr : Llywarch l’enjoint à ne pas perdre son honneur de guerrier, et tente de lui faire promettre de ne fuir sous aucun prétexte. Afin de mieux encourager son fils à ce qui revient à un suicide, Llywarch se vante de ses propres faits d’armes dans sa jeunesse, ce qui lui vaut la cinglante répartie :

  • 3 Gwên ap Llvwarch a’i Dad, englyn 13 ; p. 3 de l’édition d’Ifor Williams.

“Diheu diweir dywäes,
Ti yn vyw a’th dyst ry las !
Ny bu eidyl hen yn was.”3

3“Certainement tu as dit vrai ; tu es vivant et tes témoins sont morts. Un vieillard n’a jamais été faible”.

4Cet englyn annonce la situation à laquelle va être confronté Llywarch après la mort (héroïque, comme il se doit) du dernier de ses fils. L’Ancêtre a survécu alors que les autres sont tombés ; les témoins de sa valeur passée sont morts, et sa force présente ne lui permet plus de refaire ses preuves. L’homme trop vieux finit par perdre jusqu’à son passé, puisque son seul garant, c’est sa propre mémoire - et qui lui accordera une quelconque crédibilité ? Dans Cân y Henwr, Llywarch est désormais seul au monde, sans soutien aucun. Tous ses fils sont tombés devant l’ennemi ; leur prouesse est d’ailleurs célébrée à plusieurs reprises dans Canu Llywarch Hen. Ainsi que le laissait pressentir Gwên, l’Ancêtre a vécu trop longtemps.

5L’image-clé de la lamentation de Llywarch est contenue dans le quatorzième englyn du cycle :

“Y deilen honn, neus kenniret gwynt.
Gwae hi o’e thynghet.
Hi hen ; eleni y ganet.”

6“Cette feuille, le vent la chasse. Hélas, quelle destinée que la sienne ; vieille, née cette année”.

  • 4 Cf. N.K. CHADWICK, The British Heroic Age, Cardiff : Wales U.P., 1976.

7L’état de vieillesse y est synonyme de passivité et d’impuissance. La feuille ne peut lutter contre le vent ; elle est isolée, séparée de l’arbre protecteur et nourricier, victime d’une force aveugle et brutale. La vieillesse y apparaît également comme arbitraire : il suffit d’une année pour qu’une feuille soit vieille. Il est d’ailleurs frappant de remarquer que l’Ancêtre ne mentionne jamais son âge en unités temporelles, comme si les années n’avaient pas d’incidence réelle sur sa condition. Le temps qui gouverne le vieillissement, semble suggérer Llywarch, est un temps relatif ; le terme fixé à chacun varie, et la décrépitude survient presque à l’improviste, à l’instar de la maladie qui l’accompagne. La description faite par le vieil homme de sa propre déchéance comporte ces différents aspects, présentés en opposition constante avec les qualités passées. Les trois premiers englynion de Cân Y. Henwr, commençant par “Kynn bum kein vaglawc”, “Avant que je n’aie le dos courbé”, constituent un point de référence implicite pour l’ensemble du cycle. Llywarch s’y définit comme ayant été un membre honoré de la société héroïque du vième siècle4 : un beau et vaillant guerrier nourri à l’hydromel des chambres hautes, où il savait briller aussi bien qu’au combat. Cette image idyllique du passé se place en contraste immédiat avec la situation présente, résumée brutalement dès le troisième vers de l’englyn 3 : “Wyf keuyngrwm, wyf trwm, wyf truan” - “Je suis difforme, je suis lourd, je suis triste”.

  • 5 Cân y Henwr, englynion 17 et 18.
  • 6 Cân y Henwr, englyn 20.

8Vieillesse et tristesse : les deux concepts vont de pair dans Cân y Henwr. Tristesse à cause de la perte de la vigueur et de la beauté physique : Llywarch a maintenant le dos courbé, plié en trois même, “tridyblic”5. Il se voit comme un être difforme, bossu -“keuyngrwm- et contrefait - “annelwic”. Il est à peine mieux qu’un cadavre : “wyf annwar abar”, “je suis une carcasse sauvage”6. Son corps n’est plus qu’une monstrueuse dérision, clame l’englyn 11 :

“Kymwed y mae heneint
A mi o’m gwallt y’m deint
A’r cloyn a gerynt yr ieueinc.”

9“Elle a fait une risée, la vieillesse, de moi, de mes cheveux à mes dents, et de la lance qu’aiment les jeunes”.

  • 7 Cân y Henwr, englyn 19.
  • 8 Cân y Henwr, englynion 8 et 10.

10La déchéance de Llywarch est totale. Le guerrier qui était toujours le premier au combat peut à peine se déplacer - “ny allaf darymret”7. Son éloquence d’antan - “bum kyffes eiryawc” - s’est muée en radotage ; il est maintenant “Llywarch lleueryd uodawc”, “Llywarch lauar pell”, celui qui jamais ne cesse son bavardage8. Même le caractère de l’Ancêtre s’est dégradé. Il est devenu un fou instable - “annawadal drut”, emporté - “ehut”, sauvage - “annwar”. La sénilité l’accable sur tous les plans : il est aussi repoussant physiquement que moralement. A cela se greffe la souffrance de l’exclu. La mort de Gwên a coupé le dernier lien rattachant Llywarch à la société :

“Ny’m dygret na hun na hoen
Gwedy lleas Llawr a Gwen.”

  • 9 Cân y Henwr, englyn 20.

11“Ne viennent à moi ni sommeil ni joie, depuis que furent tués Llawr et Gwen”9.

  • 10 Ou : “Tu es appelé un bois convenable pour aller de ci de là”. Cân y Henwr, englyn 9.
  • 11 Cân y Henwr, englyn 18.

12Ceci est en partie la conséquence de son remords, sans doute ; mais la raison la plus souvent offerte par Llywarch de sa tristesse est l’isolement dans laquelle il se trouve désormais : “Je suis seul”, “wyf unic” ; “personne ne me visite”, “ny’m kenniret neb”. Cet isolement est si total que l’Ancêtre en est réduit à addresser sa complainte à sa béquille (englynion 4 à 10), son seul soutien : “Elwir prenn kywir kyniret”, “Un bâton est appelé fidèle compagnon”10. Le vieillard privé de l’appui des siens n’existe plus socialement. Il est exclu des réjouissances, n’a plus de place parmi les guerriers, est ignoré de tous : “Y sawl a’m karawd, ny’m kar” - “Ceux qui m’aimaient, ils ne m’aiment pas”11. Le thème de la perte des pouvoirs de séduction est souligné à plusieurs reprises : “mon chevet est déserté” (englyn 5) ; “je suis seul, après avoir eu une couche honorée” (englyn 17) ; “je n’ai pas l’amour d’une jeune fille” (englyn 16) ; “les jeunes filles ne m’aiment pas” (englyn 19). Le magnétisme sexuel est à la fois symbole et illustration de l’énergie physique et de l’acceptabilité sociale ; or le vieux Llywarch a perdu et l’une et l’autre.

  • 12 Jenny ROWLAND, The Saga Englynion, With an Edition of the Major Texts, Thèse de doctorat manuscrite (...)

13A la désaffection de la société en général, et des femmes en particulier à son égard, s’ajoute l’incapacité du vieillard à se réinsérer par ses propres moyens - “je ne peux pas me déplacer” (englyn 19), “je suis sauvage” (englyn 18) - mise en relief par des allusions répétées à son impuissance sexuelle. Les connotations sexuelles de l’englyn 13, par exemple, ont été notées par Jenny Rowland, dans sa thèse intitulée The Saga Englynion12. Rowland y souligne la présence du cerf, animal symbolique s’il en est à cet égard, à proximité d’une expression, “hwyr a dyre”, généralement traduite par “il se lève, se déplace lentement”, mais qui peut également se comprendre comme “il a l’érection lente”. De même, les englynion 11 et 12 y font une allusion à peine voilée, avec leur “cloyn”, littéralement : “protubérence”, aimée des jeunes (englyn 11) et des femmes (englyn 12), et que la vieillesse a tournée en dérision à l’instar des cheveux ou des dents de Llywarch. L’englyn 4 - “Neur digereis a garaf :”, “J’en ai fini avec ce que j’aimais” - est lourd de sous-entendus, rendus explicites dans l’englyn 15 :

“A gereis yr yn was yssy gas gennyf,
Merch, estrawn, a march glas
Neut nat mi eu kyuadas.”

14“Ce que j’aimais jeune homme m’est désagréable, femme, étranger (ou : femme légère) et cheval indompté, ils ne me conviennent plus.”

15Quand bien même une femme viendrait à lui, le vieux Llywarch en aurait aussi peu l’usage que d’un cheval sauvage.

16Le caractère absolu de l’exclusion de Llywarch s’exprime avec une amertume particulière dans l’englyn 19 : “Wi a agheu, na’m dygret”. Même la mort ne veut pas avoir de contact avec lui. Sa vieillesse en prend une coloration monstrueuse, presque contre-nature. Llywarch ne se voit pas comme un homme dont la vitalité et la prouesse supérieures lui ont valu de survivre là où les autres sont tombés, mais comme une loque dédaignée par la mort. La vieillesse est une malédiction : “Hélas, quelle destinée que la sienne” s’écrie Llywarch à propos de la feuille d’automne ; “Triste le destin donné à Llywarch la nuit où il est né”, conclut l’englyn final de Cân y Henwr, soulignant par deux fois, dans le choix des mots (“Truan a dynghet a dynghet y Lywarch”), le rôle fondamental d’une destinée perverse.

17La vieillesse a donc tout détruit : prouesse, prestance, statut social, jusqu’à la virilité. L’étendue de la déchéance de Llywarch ne se mesure toutefois pleinement qu’en mettant son discours en parallèle avec les lamentations des deux autres exclus du corpus des englynion moyen-gallois : un lépreux, et une femme, Heledd, laissée seule après la mort au combat de tous les siens.

  • 13 Canu Heledd, englynion 57 et 86, pp. 40 et 44 de l’édition d’Ifor Williams.
  • 14 Canu Heledd, englyn 69 (p. 42) ; Cân y Henwr, englyn 2.

18Une certaine ressemblance entre la complainte de Heledd et celle de Llywarch n’est pas pour étonner ; l’homme émasculé par l’âge partage avec la femme une même faiblesse physique, une même impuissance face à son sort. Mais par delà le statut de non-virilité, la similitude des situations de Llywarch et Heledd est extrême. Llywarch reste seul après la mort de ses fils : Heledd reste seule après le massacre des siens, avec à leur tête son frère Cynddylan. Et l’un et l’autre sont les “auteurs” d’englynion célébrant la prouesse des leurs, indication de leur statut de survivant. De même que Llywarch porte en partie la responsabilité de la mort de ses fils, de par son attachement à un code d’honneur exagéré, de même Heledd s’accuse d’avoir poussé les siens à leur perte : “O anffawt vyn tauawt yt llesseint”, “C’est à cause de ma malheureuse langue qu’ils furent tués” ; “Vy anffawt a’e goruc”, “C’est ma mauvaise fortune qui en est la cause”13. Dans les deux cas, le monde est défini par les chambres hautes, les honneurs, l’hydromel. “Il m’enivrait, l’hydromel de Brynn”, déclare Heledd, se situant ainsi dans le même contexte héroïque que Llywarch lorsqu’il déclare “Am kynnwyssit yg kyuyrdy Powys”14. Et Heledd et Llywarch appartiennent à un monde de guerriers.

  • 15 Canu Heledd, englynion 69 et 70 (p. 42).

19Au niveau du texte, les deux lamentations présentent une même opposition entre splendeur passée et misère présente, exprimée par des structures grammaticales presque identiques. C’est ainsi qu’aux englynion de Cân y Henwr commençant par “Kynn bum kein vaglawc” répondent deux englynion commençant par “Kynn bu vyg kylchet croennen gauyr galet”, “Avant que ma couverture ne soit une rêche peau de chèvre”15. La perte du statut social, exprimée par Llywarch par sa solitude, se traduit chez Heledd par la perte de l’élégance :

“Gwedy meirch hywed a chochwed dillat
A phluawr <mawr> melyn
Mein uyg coes, ny’m oes dudedyn”

  • 16 Canu Heledd, englyn 72 (p. 42).

20“Après des chevaux bien dressés et des habits d’écarlate, et de grands panaches dorés, maigre ma jambe, je n’ai rien pour me couvrir”16.

  • 17 Canu Heledd, englynion 72, 25, 61 ; pp. 36-42.

21La perte de la beauté physique est également suggérée par Heledd, quoique de manière discrète : elle est devenue maigre -“mein uyg coes”, “maigre ma jambe” ; les larmes ont creusé ses joues : “Dygystud deurud dagreu” ; son teint est devenu jaunâtre : “A’m gwna grudyeu melyn”17. A l’instar de Llywarch, Heledd est malade ; mais de tristesse :

“Nyt angheu Ffreuer a erniwaf heno
Namyn my hun yn wan glaf,
Vym brodyr a’m tymyr a gwynaf”

  • 18 Canu Heledd, englyn 62 (p. 41).

22“Ce n’est pas la mort de Ffreuer que je lamente ce soir, mais c’est sur moi-même, faible et malade, sur mes frères et mon pays que je pleure”18.

  • 19 Canu Heledd, englyn 30 (p. 36).
  • 20 Canu Heledd, englyn 71 (p. 42).
  • 21 Canu Heledd, englyn 19 (p. 35).

23Mais c’est dans l’attitude de Llywarch et Heledd face à leur expérience que nous trouvons les ressemblances les plus significatives. Tous deux réagissent avec un certain apitoiement sur eux-mêmes, et expriment un désir de mort né du sentiment de leur impuissance. Heledd le répète à plusieurs reprises : “Y mawr drugarawc Duw, pa wnaf ?”, “Dieu très miséricordieux, que (puis-je) faire ?”19 ; “Gwae vi, Duw, vy mot yn vyw”, “Malheur à moi. Dieu, qui continue à vivre”20 ; et surtout, au 23ème englyn du cycle de Heledd, “Wi a angheu, byr y’m gat”, “Hélas, mort, pourquoi m’as-tu épargnée ?”, qui rappelle fortement le “Wi a agheu, na’m dygret”, “Hélas, la mort, elle ne vient pas à moi” de l’englyn 19 de Cân y. Henwr. Le seul espoir pour Heledd et Llywarch réside en Dieu. Mentionné à plusieurs reprises par Heledd, Dieu apparaît comme l’ultime protection, un havre de paix, appelé “Y mawr drugarawc Duw”, le Dieu très miséricordieux, dont il est dit : “Namyn Duw, pwy a’m dyry pwyll”, “Qui me donnera la tranquillité, si ce n’est Dieu”21. Le parallèle avec Llywarch, qui lie son unique mention de Dieu au mot “diffret”, “grâce, protection” (englyn 9) est immédiat, et prend toute sa signification en examinant le discours du troisième exclu des englynion.

24Llywarch, l’homme trop vieux, est aussi un homme malade. Cet aspect de son état est souligné dans l’englyn 16 de Cân y Henwr :

“Vym pedwar prif gas eirmoet,
Ymgeryuerynt yn vnoet,
Pas a heneint, heint a hoet.”

25“Les quatre choses que j’ai toujours le plus détesté se réunissent en une : la toux, la vieillesse, la maladie et la tristesse.”

26Or, ces éléments se retrouvent également dans la bouche de l’homme d’Abercuawg atteint par la maladie, la lèpre. L’englyn 13 du cycle de Claf Abercuawq présente un même lien entre solitude, maladie et tristesse :

“Gordyar adar ; gwlyb gro.
Deil cwydit ; divryt divro.
Ny wadaf, wyf claf heno”

27“Bruyants les oiseaux, mouillés les galets ; les feuilles tombent ; triste l’exilé. Je ne le nie pas, je suis malade ce soir”.

28La tristesse du lépreux est directement liée à son état : “Crei vym bryt rac gofit heint”, “Amer mon esprit, à cause de l’affliction de la maladie” (englyn 11). L’homme d’Abercuawg se voit comme un être dévalué :

“Gwynn gwarthaf <bre ; gwlyb> neint ; deweint hir.
Keinmygir pob kywreint.
Dylywn pwyth hun y heneint”

29“Blanc le sommet de la colline ; mouillés les ruisseaux ; longue la nuit. Chaque homme capable est honoré ; moi, j’ai droit au sommeil de la vieillesse” (englyn 12).

30Cet englyn fait une équation entre vieillesse, maladie et rejet social ; la maladie a rendu le lépreux vieux, en le privant à la fois de sa vigueur physique et de son insouciance d’antan :

“Gordyar adar ; gwlyb traeth.
Eglur tonn, tuth ehalaeth.
Agret y mabolaeth ;
Carwn bei kaffwn etwaeth”

31“Bruyants les oiseaux, mouillée la plage, claire la vague, large sa course. Elle est loin, la jeunesse ; j’aimerais l’avoir à nouveau (ou : la vigueur de la jeunesse, j’aimerais l’avoir à nouveau)” (englyn 15).

  • 22 Il est d’ailleurs frappant que dans l’englyn 31 de Claf Abercuawq, le lépreux se dépeint comme un “ (...)

32La “vieillesse” du lépreux paraît toutefois être d’une autre nature que celle de Llywarch. Elle ne semble pas tant être attachée à sa personne que la conséquence indirecte de son affliction. Ceci tranparaît de la manière dont les deux hommes expriment leur “vieillesse” : là où Llywarch affirme “Je suis vieux”, le lépreux exprime le concept de manière négative : “Agret y mabolaeth”, “Elle est loin, la jeunesse”, ou, plus précisément, “Loin, ce en quoi croit la jeunesse, ce qui caractérise la jeunesse”. Alors que pour Llywarch la vieillesse fait partie intégrante des maux qui l’assaillent, une cause de souffrance en soi, pour le lépreux, il s’agit plutôt d’une non-entité, l’absence de quelque chose de positif. L’homme malade ne se conçoit pas comme vieux22, mais constate avec amertume qu’il est affligé des attributs de la sénilité : il a perdu les joies de la jeunesse, et il a en partage “hun y heneint”, le sommeil de la vieillesse.

33Les références à la vieillesse dans la bouche du lépreux ne semblent donc avoir qu’une valeur indicative : la seule comparaison possible avec sa propre déchéance est le sort de l’homme sénile, exclu comme lui du nombre des “kywreint”, des hommes capables. Nous retrouvons ainsi l’idée de l’incompatibilité fondamentale entre vieillesse et monde héroïque esquissée dans la lamentation de Llywarch. Le vieillard est l’exclu par excellence des honneurs de la chambre haute ; sa place n’est plus au festin, mais au lit. C’est la perte de sa place dans ce monde guerrier qui fait que le lépreux est vieux. Cet aspect d’isolement, de solitude, est exprimé dans Claf Abercuawq de manière récurrente, au travers des images utilisées dans le cycle. Comme l’a noté Sarah Higley, nous y trouvons une accumulation de termes suggérant un enveloppement protecteur perdu, le contact avec un sol mou ou glissant, évocateur de vulnérabilité, ou le bruit assourdissant des oiseaux ou des vagues, lié à la tristesse et la souffrance morale. L’englyn 22 de Claf Abercuawa est révélateur à ce propos :

“Alaf yn eil ; meil am ved.
Nyt eidun detwyd dyhed.
Amaerwy adnabot amyned”

34“Bétail dans l’étable, coupe pour l’hydromel ; le “dedwydd” (l’homme sage) ne désire pas l’affrontement. La patience est le lien de la sagesse”.

35Bétail protégé par l’étable, hydromel contenu dans une coupe, sagesse ceinte de patience ; l’idée est poursuivie dans l’englyn 26 du cycle :

“Kerygyl yn dirch mat ; kyrchynyat kewic.
Llawen gwyr odywch llat.
Crin calaf ; alaf yn eiliat”

36“Une belle coupe est levée ; le guerrier est lié (ou : en bandages ; ou : en lambeaux) ; heureux les hommes autour de la bière ; sèches les tiges ; bétail à l’étable”.

  • 23 Sarah HIGLEY, The Natural Analogy : Image and Connection in Medieval English and Welsh Poetry of La (...)

37Comme le souligne S. Higley, ces images ont pour fonction de renforcer le sentiment de vulnérabilité, de solitude : “The speaker has no protective circle within which he can feel secure ; instead, he has the vacuous and annihilating expanse of wilderness all around him : he is exposed”23.

38L’isolement du lépreux s’exprime ainsi autrement que celui du vieillard. Alors que Llywarch s’apitoie explicitement sur son exclusion, l’homme d’Abercuawg la fait sentir par des associations d’idées et de sensations. Le malade vieilli par la lèpre conserve dans sa souffrance une dignité que le vieillard sénile a perdue. Face à une même situation, le lépreux se distingue des deux autres exclus par sa vigueur morale, tranchant nettement avec sa faiblesse physique. Contrairement à Llywarch ou Heledd, l’homme d’Abercuawg ne vit pas son état dans une acceptation passive. C’est ainsi que l’image-clé du cycle du lépreux n’est pas la feuille poussée par le vent, mais une scène de chasse :

“Gordyar adar ar edrywy ard.
Bann llef cwn yn diffeith.
Gordyar adar eilweith.”

  • 24 Claf Abercuawq, englyn 16 (p. 25 de l’édition d’Ifor Williams).

39“Bruyants les oiseaux sur la haute piste ; les chiens aboient fort en vain : bruyants les oiseaux une fois encore.”24

40La chasse interrompt les oiseaux pour un moment : mais l’effet des chiens n’est que transitoire dans un monde dont les règles, en apparence influençables, demeurent fixes. Là où Llywarch exprime l’incapacité de lutter, le lépreux proclame l’inutilité de la lutte. Et là où Llywarch s’en remet à la bonté divine, le lépreux se révolte : “Ny at Duw da y diryeit”, Dieu n’est pas bon envers le “dirieid”, le malheureux” (englyn 29). Ce cri se répète au travers de Claf Abercuawa :

“Da y dirieit ny atter,
Namyn tristit a phryder.
Nyt atwna Duw ar a wnel”

41“Aucun bien n’est accordé au malheureux, si ce n’est tristesse et angoisse. Ce que Dieu a fait, il ne le défera pas” (englyn 30),

42culminant en une affirmation amère de l’inutilité de tout espoir (englyn 32) :

“Or a wneler yn derwdy,
Ys tiryeit yr a’e derlly.
Cas dyn yman yw cas Duw vry”

43“Quoi qu’on fasse à l’oratoire, il est malheureux celui qui y lit. <Celui qui est> détesté des hommes ici est détesté de Dieu en haut”.

  • 25 Le thème du Jugement Dernier est présent dans l’englyn 25 de Claf Abercuawq.
  • 26 Au vu de ces englynion, il est difficile d’accepter la position de Jenny Rowland (cf note 12), qui (...)

44Le Dieu de Claf Abercuawq n’est pas le Dieu très miséricordieux de Heledd, mais un juge25. Dans son affliction, le lépreux demeure conscient que son avenir dans l’au-delà dépend de lui, et a d’ores et déjà conclu à sa damnation26.

  • 27 Claf Abercuawq, englynion 8, 12, 13 (pp. 23-24). Ces exemples ne prétendent pas à l’exhaustivité.
  • 28 Cân Y Henwr, englynion 18 et 19 ; Claf Abercuawq, englyn 8 (p. 24).
  • 29 Cân y Henwr, englynion 1 et 2, Claf Abercuawa englyn 3.
    Cân y Henwr, englyn 20, Claf Abercuawa engly (...)
  • 30 Claf Abercuawq, englynion 17 et 18 (p. 25).

45Le lépreux est donc un agent, sinon physiquement, du moins moralement, et en celà il s’oppose fortement à Llywarch. La souffrance, la tristesse, la déchéance subies par le vieillard sont assumées par le malade. A un niveau stylistique, ceci se traduit par une préférence, dans la bouche du lépreux, pour les constructions actives, et un discours à la première personne : “J’ai écouté un coucou sur un arbre fleuri”, “J’ai gagné le sommeil de la vieillesse, “Je ne le nie pas, je suis malade ce soir”27. Là où l’ancêtre se plaint : “Ceux qui n’aimaient ne n’aiment pas”, “Personne ne se réunit autour de moi”, “Les jeunes filles ne n’aiment pas”, le lépreux dit : “Non désir de ceux que j’aimais s’accroît28. “Les hommes d’Argoet me soutenaient toujours”, “on me faisait fête”, se souvient Llywarch : Je n’assure plus l’entretien d’une armée”, regrette le malade. “Ni sommeil ni joie ne viennent à moi, geint Llywarch ; Mon coeur est loin du rire”, constate le lépreux, “Mon esprit est écorché par la tourmente de la maladie”29. Il est à noter que même là où le lépreux exprime son inactivité, son impuissance face à la maladie, il souligne son identité, sa présence consciente : “Pan vryssyant ketwyr y gat / Hi nyt af, anaf ny’m gat”, ’Quand les guerriers se hâtent au combat, moi, je n’y vais pas : la maladie me retient” ; “Pan vrys ketwyr y gatle / Mi nyt af ; anaf a’m de”, “Quand les guerriers se hâtent au champ de bataille, moi je n’y vais pas : la maladie me brûle”30. Cette différence dans le discours se rtetrouve jusque dans les englynion les plus semblables en apparence :

“Nyt wyf anhyet ; milet ny chatwaf.
Ny allaf darymret.
Tra vo da gan goc, canet.”

46“Je ne suis pas agile, je n’assure plus l’entretien de guerriers ; je ne peux pas me déplacer ; qu’il chante, le coucou, tant qu’il lui plaira” (Claf Abercuawq, englyn 3)

47correspond mot pour mot, dans son deuxième vers, à l’englyn 19 de Canu Llywarch Hen. Les premiers et troisièmes vers des deux englynion soulignent toutefois la fondamentale divergeance des deux marginaux face à leur expérience. Le “Ni allaf darymret” est entouré par une triple affirmation de passivité chez Llywarch : “Les jeunes filles ne m’aiment pas ; personne ne se réunit autour de moi ; la mort ne s’approche pas de moi”. L’homme d’Abercuawg, lui, s’exprime résolument à la première personne - “Je ne suis pas agile ; je n’entretiens plus de troupes” - pour conclure avec “Qu’il chante, le coucou”, exprimant ainsi la vanité de tout espoir. Le coucou est en effet le messager du bonheur, celui dont le chant fait ressurgir à la mémoire du malheureux la félicité passée : ses efforts sont vains, d’une part parce que le lépreux qui entend ses appels ne peut y répondre, mais aussi parce que le monde représenté par l’oiseau est lui-même vain. L’espoir suscité par le coucou est un faux espoir.

48Mais tandis que Llywarch aspire à la mort, culmination de sa passivité présente, le lépreux désire un retour à la jeunesse, ou plutôt aux joies de la jeunesse qu’il a perdues : “Agret y mabolaeth / Carwn bei kaffwn etwaeth”, “Les plaisirs (ou croyances) de la jeunesse, j’aimerais les avoir à nouveau” (englyn 15). En d’autres termes, Llywarch place son espoir dans l’avenir, tandis que le lépreux lutte en regardant vers le passé. La vieillesse du lépreux ne relève pas de la sénilité : il lui reste suffisamment de force morale pour se penser comme un être agissant : physiquement, dans son passé, moralement dans le présent. Face à l’absence d’espoir, il est capable de révolte, tourné vers la vie, non la mort.

49Il apparaît ainsi que le vieux Llywarch a atteint des abîmes que même le lépreux n’égale pas. Le vieillard sénile est une loque complète, une épave d’humanité sans passé - “ti yn vyw a’th dyst ry las” - sans présent autre que la souffrance, sans avenir non plus, puisque même la mort semble le bouder. Il n’existe plus socialement, et presque plus physiquement - il n’est plus qu’une carcasse, “abar”. C’est un homme sans virilité, au discours de femme ; sa personnalité s’est dégradée jusqu’à n’être plus reconnaissable : il n’est plus qu’un fou instable. La sénilité de Llywarch est le tréfonds de la déchéance, et sa vieillesse est une malédiction que même un passé glorieux n’a pu prévenir.

“Truan a dynghet a dynghet y Lywarch
Yr y nos y ganet ;
Hir gnif heb escor lludet”.

Annexes

ANNEXE I

Cân Y Henwr

1 Kynn bum kein vaglawc, bum kyffes eiryawc :
Keinmygyr uy eres.
Gwyr Argoet eiryoet a’m porthes.

Avant que je n’aie le dos courbé, j’avais la parole facile ; mes faits étaient loués ; les hommes d’Argoet me soutenaient toujours.

2 Kynn bum kein uaglawc, bum hy.
Am kynnwyssit yg kyuyrdy
Powys, paradwys Gymry.

Avant que je n’aie le dos courbé, j’étais hardi ; On me faisit fête dans les salles hautes (la taverne) du Powys, paradis des Gallois.

3 Kynn bum kein vaglawc, bum eiryan ;
Oed kynwaew vym par, oed kyn<wan>.
Wyf keuyngrwm, wyf trwm, wyf truan.

Avant que je n’aie le dos courbé, j’étais fougueux ; ma lance était la première au combat, la première à frapper. Je suis bossu, je suis lourd, je suis triste.

4 Baglan brenn, neut kynhayaf.
Rud redyn ; melyn kalaf.
Neur digereis a garaf.

Béquille de bois, voici le temps des moissons. Rouge la bruyère, jaune l’herbe ; j’en ai fini avec ce que j’aimais.

5 Baglan brenn, neut gayaf hynn.
Yt uyd llauar gwyr ar l<l>ynn.
Neut diannerch vy erchwyn.

Béquille de bois, voici l’hiver ; les hommes discutent autour de leur boisson. Mon chevet est déserté.

6 Baglan brenn, neut gwa<ea>nnwyn.
Rud cogeu ; goleu e gwyn.
Wyf digarat gan uorwyn.

Béquille de bois, voici le printemps ; brun-rouge les coucous ; claires leurs plaintes. Je n’ai pas l’amour d’une jeune fille.

7 Baglan brenn, neut kynteuin.
Neut rud rych ; neut crych egin.
Etlit ym edrych y’th yluin.

Béquille de bois, voici l’été. Rouge est le sillon, les jeunes plantes poussent en volutes. Il m’est pénible de voir ton bec.

8 Baglan brenn, ganghen nodawc,
Kynhellych hen hiraethawc,
Llywarch lleueryd uodawc.

Béquille de bois, bâton fidèle, soutiens un vieillard au coeur lourd, Llywarch le radoteur.

9 Baglan brenn, ganghen galet,
An kynnwysy Duw diffret.
Elwir prenn kywir kyniret.

Béquille de bois, bâton ferme, que le Dieu de protection m’accueille. Un bâton est appelé fidèle compagnon.

10 Baglan brenn, byd ystywell.
An kynhelych a uo gwell.
Neut wyf Lywarch lauar pell.

Bâton de bois, sois docile, ce sera mieux pour me soutenir. Je suis Llywarch, toujours bavard.

11 Kymwed y mae heneint
A mi o’m gwallt y’m deint,
A’r cloyn a gerynt yr ieueinc.

Elle se moque, la vieillesse, de moi, de mes cheveux jusqu’à mes dents, et de la lame qu’aiment les jeunes.

12 Y mae heneint yn kymwed
A mi o’m gwallt y’m danned,
A’r cloyn a gerynt y gwraged.

La vieillesse fait une risée de moi, de mes cheveux jusqu’à mes dents, et de la lame qu’aiment les femmes.

13 Dyr gwenn gwynt ; gwynn gne godre
Gwyd ; dewr hyd, diwlyd bre.
Eidyl hen, hwyr y dyre.

Ample le rire du vent, blanche l’orée de la forêt ; hardi le cerf, nue la colline. Faible le vieillard, il se déplace lentement.

14 Y deilen honn, neus kenniret gwynt.
Gwae ni o’e thynghet.
Hi hen ; eleni y ganet

Cette feuille, le vent la chasse. Malheur à elle, de sa destinée ; elle est vieille ; elle est née cette année.

15 A gereis yr yn was yssy gas gennyf,
Merch, estrawn, a march glas.
Neut nat mi eu kyuadas.

Ce que j’aimais jeune homme m’est désagréable ; femme, étranger (ou : femme légère) et cheval indompté, ils ne me conviennent plus.

16 Vym pedwar prif gas eirmoet,
Ymgyuerynt yn vnoet,
Pas a heneint, heint a hoet.

Les quatre choses que j’ai toujours le plus détesté se réunissent en une : la toux, la vieillesse, la maladie et la tristesse.

17 Wyf hen, wyf unic, wyf annelwic oer,
Gwedy gwely keinmic,
Wyf truan, wyf tri dyblic.

Je suis vieux, je suis seul, je suis contrefait, j’ai froid ; après avoir eu un lit honoré, je suis triste, je suis plié en trois.

18 Wyf tridyblig hen, wyf annwadal drut.
Wyf ehut, wyf annwar.
Y sawl a’m karawd, ny’m kar.

Je suis un vieillard plié en trois, je suis un fou instable ; je suis emporté, je suis sauvage. Ceux qui m’aimaient ne m’aiment plus.

19 Ny’m kar rianed ; ny’m kenniret neb.
Ny allaf darymret.
Wi a agheu, na’m dygret.

Les jeunes filles ne m’aiment pas ; personne ne me rend visite ; je ne peux pas me déplacer. Hélas, la mort ne m’approche pas.

20 Ny’m dygret na nun na hoen
Gwedy lleas Llawr a Gwen.
Wyf annwar abar, wyf hen.

Ne viennent à moi ni sommeil ni joie, depuis que furent tués Llawr et Gwen. Je suis une carcasse asociale, je suis vieux.

21 Truan a dynghet a dynghet y Lywarch
Yr y nos y ganet ;
Hir gnif heb escor lludet.

Triste le destin donné en partage à Llywarch, la nuit où il est né ; une longue lutte, souffrance sans répit.

Texte gallois tiré de Canu Llywarch Hen, Ifor Williams ed., pp. 8-11.

Notes

1 Voir à ce propos Patrick K. FORD, The Poetrv of Llvwarch Hen, Los Angeles, Berkeley, London : Univ. of California Press, 1974. L’oeuvre est généralement datée du ixème siècle ; les recherches de David N. DUMVILLE (“Palaeographic Considerations in the Dating of Early Welsh Verse”, Bulletin of the Board of Celtic Studies 27 (1977-8) : 246-51) tendraient toutefois à repousser la date de composition d’un siècle.

2 Le texte gallois de Cân y Henwr et des autres englynion cités dans cet article est tiré de l’édition de Ifor WILLIAMS, Canu Llvwarch Hen, Caerdydd : Gwasg Prifysgol Cymru, 1975 (première éd. 1935). Les traductions, que j’ai voulu les plus littérales possibles, sont miennes.

3 Gwên ap Llvwarch a’i Dad, englyn 13 ; p. 3 de l’édition d’Ifor Williams.

4 Cf. N.K. CHADWICK, The British Heroic Age, Cardiff : Wales U.P., 1976.

5 Cân y Henwr, englynion 17 et 18.

6 Cân y Henwr, englyn 20.

7 Cân y Henwr, englyn 19.

8 Cân y Henwr, englynion 8 et 10.

9 Cân y Henwr, englyn 20.

10 Ou : “Tu es appelé un bois convenable pour aller de ci de là”. Cân y Henwr, englyn 9.

11 Cân y Henwr, englyn 18.

12 Jenny ROWLAND, The Saga Englynion, With an Edition of the Major Texts, Thèse de doctorat manuscrite, Aberystwyth, University College of Wales, 1983.

13 Canu Heledd, englynion 57 et 86, pp. 40 et 44 de l’édition d’Ifor Williams.

14 Canu Heledd, englyn 69 (p. 42) ; Cân y Henwr, englyn 2.

15 Canu Heledd, englynion 69 et 70 (p. 42).

16 Canu Heledd, englyn 72 (p. 42).

17 Canu Heledd, englynion 72, 25, 61 ; pp. 36-42.

18 Canu Heledd, englyn 62 (p. 41).

19 Canu Heledd, englyn 30 (p. 36).

20 Canu Heledd, englyn 71 (p. 42).

21 Canu Heledd, englyn 19 (p. 35).

22 Il est d’ailleurs frappant que dans l’englyn 31 de Claf Abercuawq, le lépreux se dépeint comme un “mackwy”, c’est-à-dire un jeune homme :
“Oed mackwy mab claf ; oed goewin gynran
Yn llys vre<e>nhin.
Poet gwyl Duw wrth edëin.”
“Un jeune homme était lépreux ; il était un chef hardi dans une cour royale. Que Dieu soit bon envers un paria.”
Nous ne pouvons évidemment pas savoir depuis combien de temps dure cette maladie, mais il est symptômatique que le seul terme décrivant le lépreux se réfère à la jeunesse, plutôt que la vieillesse.

23 Sarah HIGLEY, The Natural Analogy : Image and Connection in Medieval English and Welsh Poetry of Lament, Thèse de doctorat de l’Université de Berkeley, Californie, 1984 (University Microfilms International : Ann Arbor, London, 1984) ; p. 241

24 Claf Abercuawq, englyn 16 (p. 25 de l’édition d’Ifor Williams).

25 Le thème du Jugement Dernier est présent dans l’englyn 25 de Claf Abercuawq.

26 Au vu de ces englynion, il est difficile d’accepter la position de Jenny Rowland (cf note 12), qui voit en Claf Abercuawa un poème pénitentiel religieux. Je serais plutôt de l’avis de Sarah Higley (cf note 23) : le concept chrétien de consolation dans la pénitence est totalement absent du propos du lépreux.

27 Claf Abercuawq, englynion 8, 12, 13 (pp. 23-24). Ces exemples ne prétendent pas à l’exhaustivité.

28 Cân Y Henwr, englynion 18 et 19 ; Claf Abercuawq, englyn 8 (p. 24).

29 Cân y Henwr, englynion 1 et 2, Claf Abercuawa englyn 3.
Cân y Henwr, englyn 20, Claf Abercuawa englynion 19 et 11.

30 Claf Abercuawq, englynion 17 et 18 (p. 25).

Auteur

Université de Lausanne

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540