Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vieillesse et vieillissement au Moyen Âge

Jean Molinet et le thème de la vieillesse

Jacques Lemaire

Texte intégral

  • 1 Cf. Jacques LEMAIRE, Un témoignage curieux sur Molinet en 1500, dans Romania, CI, 1980, pp. 106-15 (...)
  • 2 Cf. op. cit., pp. 114-115.
  • 3 Cf. Jacques LEMAIRE, Qui est l’auteur du rébus envoyé à Molinet ?, dans Scriptorium, XXXIII, 1979, (...)

1A l’extrême fin du xve siècle, l’image du chroniqueur-poète Jean Molinet auprès des gens de lettres était celle d’un vieillard facétieux, embarrassé d’incommodités diverses, mais encore suffisamment vaillant pour s’abandonner à quelque plaisanterie burlesque ou incongrue. Témoigne de ce portrait un texte contenu dans le ms. Bruxelles, B.R., IV 541, que Romania a publié en 19801 et dont la paternité n’est pas encore parfaitement déterminée. Ce poème de 114 vers raconte un délit scatologique auquel Molinet se serait livré en 1500, à Gand, à l’occasion de son séjour dans la ville flamande pour les festivités liées au baptême du futur Charles-Quint. L’auteur du récit est nécessairement un familier du poète valenciennois : nul autre, sans doute, n’aurait pu révéler sous forme littéraire les facéties urinaires de l’indiciaire bourguignon ; nul autre, surtout, ne se serait permis de rappeler, avec l’ironie qui sied à la circonstance, ses infirmités : sa demi-cécité, sa sénescence et son impuissance sexuelle. Aussi, comme je l’ai indiqué naguère2, c’est nécessairement parmi les correspondants du poète – Phlippe de Fenin, Antoine Busnois, Jean L’Hoste3 ou Florimond Robertet – qu’il convient de rechercher le nom du divulgateur de ses bouffonneries gantoises.

  • 4 Molinet ne cite son nom qu’une seule fois, dans le prologue, pour se présenter : “moi, Jehan Molin (...)

2Les informations qui touchent à la santé de Molinet ne revêtent aucun caractère secret. Au contraire, l’indiciaire s’est lui-même employé à faire connaître à son entourage, et aussi à la postérité, les maux qui l’accablaient. Atteint par la sénilité, il se plaint de son sort, non pas dans ses Chroniques qui ne contiennent qu’une seule et très brève allusion personnelle4, mais dans ses écrits poétiques.

  • 5 Cf. Jean MOLINET, Les Faictz et Dictz, éd. Noël DUPIRE, Paris, S.A.T.F., 1936-1939, t. I, p. 400, (...)
  • 6 Cf. F. et D., t. II, p. 746, v. 38.
  • 7 Cf. J. Molinet, Chroniques, éd. Ooutrepont-Jodogne, t. III, p. 16.
  • 8 Cf. Pierre CHAMPION, Histoire poétique du quinzième siècle, Paris, H. Champion, 1923, t. II, p. 35 (...)
  • 9 Cf. Noël DUPIRE, Jean Molinet. La vie, les oeuvres, Paris, E. Droz, 1932, p. 77.
  • 10 Cf. op. cit., p. 72.
  • 11 Cf. F. et D., t. II, p. 765, v. 80

3Ses poésies familières, en particulier, destinées à ses protecteurs et à ses amis, abondent en confidences sur sa situation matérielle et sur sa personne. C’est dans des textes de cette veine-là, par exemple, qu’il fait l’aveu de ses disgrâces physiques : il est, à son estime, le maire des letz5 et son visage est chargé de grosses lèvres qui accentuent la lourdeur de ses traits6. Les représentations picturales que l’on a gardées7 de lui corroborent la vision péjorative qu’il développe lui-même et autorisent Pierre Champion à proclamer : “il est laid, dans la mesure où la laideur est encore un agrément chez l’homme”8. La miniature qui portraiture Molinet au fol. 1r° du ms. 128 C5 de la Bibliothèque Royale de La Haye, copie du Roman de la Rose moralisé composé en 15009, concerne justement le temps de son déclin et traduit une difformité que Noël Dupire tient pour un “indice d’authenticité”10 de la vignette. En tout état de cause, Jean Molinet accorde, pour son époque, une singulière attention aux phénomènes corporels. Les atteintes de la sénescence, qu’il constate chez les autres, comme chez Hotin Bonnelle qui a meilleure ame qu’i n’a le corps11, il ne les passe sous silence pour ce qui le concerne. Au rebours, il en livre des évocations assez détaillées, auxquelles je vous invite à consacrer quelque peu d’attention.

  • 12 Cf. F. et D., t. II, p. 813, v. 37.

4D’une manière générale, Molinet date la survenance de l’âge à l’apparition des cheveux blancs : après beaucoup d’autres auteurs médiévaux, il répète la formule binaire vieux et chenu12, qui renvoie tradi-tionnellement à l’image du vieillard. De façon plus originale, il compte aussi au nombre des manifestations physiques de la sénilité, pour ce qui regarde sa personne, l’affaiblissement de la voix. Comme prêtre, il éprouve des difficultés à entonner les chants liturgiques et s’apitoie sur cette faiblesse :

  • 13 Cf. F. et D., t. II, p. 778, vv. 14-16.

Viellesse approche et gaires ne me duit ;
J’ay perdus voix et sy ay perdu nom,
Chanter ne puis le Credo in unum.13

5Mais il réserve d’autres plaintes, plus poignantes, à deux infirmités qui l’ont davantage mortifié et qui sont, rappelons-le-nous, évoquées dans le récit scato-logique auquel je faisais allusion tout à l’heure : la perte de l’usage d’un oeil et l’impuissance sexuelle.

  • 14 Cf. N. Dupire, Jean Molinet. La vie, les oeuvres, p. 24.
  • 15 Cf. F. et D., t. II, p. 461, v. 28.
  • 16 Cf. F. et D., t. I, p. 382, v. 34.

6Aux alentours de l’année 149714, alors qu’il a atteint l’âge de soixante-deux ans, vénérable pour l’époque, Molinet est privé de la faculté de voir à un oeil. La demi-cécité dans laquelle il est désormais plongé l’affecte avec gravité : elle devient, littérairement parlant, un leitmotiv. Dans nombre de compositions produites à partir de ce moment, l’auteur des Faictz et Dictz va rappeler l’altération dont il souffre. Il le fait tout aussi bien dans des oeuvres pieuses comme la Devote louenge a la glorieuse Vierge Marie15 que dans des écrits de circonstance comme la Ballade touchant le voyaige d’Espaigne16.

  • 17 Voyez, par exemple, la missive A Monseigneur de Ville, c’est-à-dire Jean de Luxembourg, seigneur d (...)
  • 18 Cf. F. et D., t. I, p. 342, vv. 41-43.

7Mais ses lamentations les plus amères, le poète valenciennois les exhale dans ses textes plus familiers17, où il détaille les conséquences malheureuses que lui vaut son état de borgne. Tantôt il tente d’attendrir Marguerite d’Autriche, princesse de Castille, en lui confiant qu’il ne voit plus où il pose les pieds et qu’il a un constant besoin d’aide18 ; tantôt, s’adressant familièrement au musicien Loÿset Compere, il dit ses craintes de devenir un jour complètement aveugle :

  • 19 Cf. F. et D., t. II, p. 779, vv. 13-16.

Le mal que mes yeux sont sentans
En sy tres grand dangier me pose
Que je vois les parois tatans : Pour estre aveugle me dispose.19

8A n’en pas douter, la peur de perdre tout à fait la vue talonne le vieillard qu’est devenu Molinet : pour un intellectuel comme lui, qui à plus de soixante ans rédige scrupuleusement ses Chroniques et compose avec régularité des pièces poétiques, l’extinction de la faculté de lire constituerait le revers suprême. C’est pourquoi, sans sacrifier à l’hyperbole, il peut affirmer que le risque permanent de la cécité totale lui Ste toute joie de vivre :

  • 20 Cf. F. et D., t. II, p. 778, vv. 11-12.

Depuis le jour que fortune m’advint
De perdre l’oeul, nul plaisir ne me vint.20

9Dans un autre ordre d’idées, le plaisir d’exister lui fait également défaut. C’est la seconde manifestation physique marquante de la vieillesse : avec l’âge, Molinet a vu se tarir sa vigueur sexuelle. Si l’on en juge par le nombre de textes où le poète fait allusion à cette “débandade”, l’usage de ses forces viriles lui tenait sans doute plus à coeur que celui de ses yeux.

  • 21 Cf. Omer JODOGNE, Le caractère de Jean Molinet, dans La Renaissance dans les provinces du Nord, Pa (...)

10Il est vrai que, sans mériter le titre peu enviable d’“obsédé sexuel” et d’“érotomane” que M. Omer Jodogne lui a assez peu obligeamment décerné21, l’indiciaire bourguignon a été, sa vie durant, attiré par les choses de la sexualité. Comme il rapporte lui-même sans complaisance les prouesses desquelles il était coutumier, on est en droit de conclure que ses faillites amoureuses l’ont plus que douloureusement affecté.

  • 22 Cf. F. et D., t. II, p. 739, v. 8.
  • 23 Cf. F. et D., t. II, p. 778, v. 9.
  • 24 Cf. F. et D., t. II, pp. 777, V. 8 et 809, v. 22.
  • 25 Cf. F. et D., t. II, p. 431, vv. 101-102.

11L’image que Molinet nous renvoie de sa personnalité sexuelle ne s’embarrasse ni de circonlocutions ni de nuances, et correspond assez bien au portrait du compagnon luxurieux et gaillard que dépeignent ses amis. Pourvu par la nature de tous les attributs utiles à la réalisation de ses penchants – nanti d’une longue queue22 ou d’un engin rude et rond23, comme il dit une autre fois –, l’auteur des Faictz et Dictz s’est, s’il faut l’en croire, beaucoup livré au bas mestier24, qu’il nomme le douloureux soulas quand, dans le Dictier pour penser a la mort25, il vient à résipiscence. Mais telle n’est pas son attitude ordinaire. Assez fier de sa puissance et de ses exploits, il sait trouver des images parlantes pour flatter ses capacités :

  • 26 Cf. F. et D., t. II, p. 798, vv. 1-2.

Je soloie estre ung remboureur de bas,
Housseur de cuirs, fourbisseurs de cuiraches.26

12Aussi, quand les atteintes de l’âge se font sentir, sa nostalgie du plaisir d’aimer et son dépit envers la vieillesse n’en sont que plus marquants. Dans le poème qu’il adresse à monseigneur de Ville, il s’épanche longuement sur la perte de sa virilité et, modulant sa complainte en usant tour à tour du latin et du français pour ne pas trop effaroucher la pudeur de son lecteur, il décrit avec une précision narquoise les effets de l’impuissance sexuelle :

  • 27 Cf. F. et D., t. I, p. 400, vv. 36-48.

Le jeu d’amours m’a du tout ravallé ;
Suspensus est nunc in patibulo
Mon petit frere, ung povre vitulo,
Qui dum vixit quondam super egros
N’estoit legier, mais pesant, grant et gros ;
Celos vidit, erat astrologus,
Mais il devint herbier et trop locus ;
Pedes lavat rigando lacrimis,
Sans point lever la teste ; il est remis ;
Requiescat amodo in pace :
Pryez pour luy, son bon temps est passé :
Costam Ade tangere non petit,
Pour ce qu’il est hors de seve et petit.27

  • 28 Cf. F. et D., t. II, p. 814, v. 40.
  • 29 Cf. F. et D., t. II, p. 800, v. 65.

13Afin que nul ne les ignore et, peut-être, assez content de quelques-unes de ses trouvailles, il répète l’une ou l’autre formule par ailleurs : il reprend les termes latins suspensus est in patibulo dans sa Lettre a maistre Guerard de Watrellet28 et l’image du ronchinet (qui) ne voeult lever la teste dans sa Response a monseigneur maistre Anthoine Busnois29.

  • 30 Il écrit en effet :
    Je suis proscript et ja passé au bac : Car quant je veulx a bauldroyer ou a cri (...)
  • 31 Cf. F. et D., t. II, p. 688, vv. 189-192.
  • 32 Cf. F. et D., t. II, p. 814, vv. 45-46.
  • 33 Cf. F. et D., t. II, p. 798, vv. 5-8.

14Ces fanfaronnades littéraires cachent assez mal la profonde douleur, à la fois physique et morale, qu’il endure. Comme l’atteste une de ses compositions éditées dans Le Parnasse satyrique du quinzième siècle, Molinet souffre dans sa chair de son incapacité de parvenir au plaisir30. Mais sa souffrance morale est plus grande encore, car il sait son mal incurable. Il le dit avec une simplicité attendrissante dans le Donet baillé au roy Loys douzieme31 : aucune de ses maîtresses ne peut plus rien pour lui. Impuissant, il l’est à jamais32 et il craint même que son invalidité sexuelle lui vaille mépris et rejet de la part de ses proches33.

15Emu et même offensé par le dépérissement de sa virilité, Molinet refuse d’accepter cet amoindrissement, qui demeure dans l’ordre des défaillances de son âge si l’on tient compte des conditions d’existence dans son siècle. Comme pour se justifier, il cherche à tout prix des explications médicales à la faillite de ses entreprises érotiques et entrevoit deux causes à son état : l’abus des jeux amoureux et les atteintes des maladies vénériennes.

16Suivant en cela une opinion assez communément admise, il croit que les sollicitations trop fréquentes de ses forces viriles en ont tari la source :

  • 34 Cf. F. et D., t. II, p. 809, v. 22.
  • 35 Cf. F. et D., t. II, p. 778, vv. 17-18.

Au bas mestier (...) j’ay trop behourdé.34
(...)
Et mon pouvre vit ay perdu aux
Deduis d’amours.35

  • 36 Cf. F. et D., t. II, p. 776, vv. 8-10.
  • 37 Les picotements et l’inflammation qu’il dit ressentir dans l’extrait qui suit rappeleraient plutôt (...)

17Mais, en même temps, il se persuade que les excès charnels lui ont valu de contracter la maladie de Naples36, dont il décrit les symptômes de manière assez confuse37 et à laquelle il prête, abusivement, la prétendue suspicion qu’il voit régner autour de lui :

  • 38 Cf. ibid., vv. 27-29.

Plus que biscuit suis fondu et recuit,
Dueil me poursuit a toute diligence,
Je suis infect, tout le monde me fuit.38

18Nous touchons là le point central de la thématique de la vieillesse et du vieillissement dans l’oeuvre de Molinet. Les craintes réelles de notre poète portent davantage sur les effets psychologiques et sociaux des maladies qui le navrent, des incapacités qu’il ressent, que sur les maux eux-mêmes qu’il subit. Son état de borgne et son impuissance lui causent des douleurs moins physiques que morales : à ses yeux, ils l’excluent du monde intellectuel dans lequel il évolue pour le rejeter hors du cercle des privilégiés de l’esprit. A cet égard, la vieillesse est conçue comme un exil involontaire.

19Au sentiment de l’impuissance physique vient se superposer, chez Molinet, l’impression de l’impuissance intellectuelle. Il se sent, comme il dit, au bout du rouleau :

  • 39 Cf. F. et D., t. II, p. 806, vv. 6-8.

Je suis comme au bout de ma roye,
Pouvre assés et mal atellés :
Viellesse m’assault a tous lés.39

  • 40 Cf. F. et D., t. II, p. 837, vv. 10-11.

20Les talents littéraires dont il jouissait lui paraissent épuisés, éteints40 ; c’est pourquoi il s’autorise à répéter, par trois fois, la formule métaphorique

  • 41 Cf. F. et D., t. II, p. 807, vv. 25-26 ; p. 771, vv. 79-80 et p. 843, vv. 34-36.

(...) vostre pouvre Molinet
Qui n’a plus d’ancre en son cornet.41

  • 42 Cf. F. et D., t. II, p. 464, v. 130.
  • 43 Cf. Johan HUIZINGA, L’automne du moyen âge, Paris, Payot, 1977, p. 39.
  • 44 Cf. F. et D., t. II, p. 466, v. 180.
  • 45 Cf. F. et D., t. II, p. 467, vv. 229-234.
  • 46 Cf. F. et D., t. II, p. 779, vv. 11-12.

21L’impression dominante qui occupe son esprit correspond à une sorte de déréliction, à une forme d’évasion des plaisirs et des intérêts de la vie. Abandonné par la passion de vivre, le poète exprime bien, du bout des lèvres, quelques remords envers ses fautes passées et regrette de façon traditionnelle d’avoir cédé aux tentations du corps, face aux devoirs de l’âme42. Mais il perçoit de manière plus signifiante l’inanité de ce qu’a été sa vie au regard du bien et du juste et, après François Villon ou d’autres poètes du xve siècle43, il déplore d’avoir son beau temps despendu44. Il n’a pas été capable, dit-il, d’obvier aux trois obstacles placés sur la route de son salut : l’attrait des douceurs de la chair, les séductions de la vanité et les embûches du démon45. Aussi, il se complaît dans une atmosphère de mélancolie et de tristesse qui lui paraît constituer comme l’“air du temps” de la vieillesse46.

  • 47 Cf. Henri CHAMARD, Les origines de la poésie française de la Renaissance, Paris, E. De Boccard, 19 (...)
  • 48 Cf. F. et D., t. II, p. 701, vv. 569-572.

22Pourtant, il lui suffirait de peu de choses pour retrouver le goût d’exister et l’entrain d’une nouvelle jeunesse. Lui qui, selon l’expression méprisante d’Henri Chamard, fonctionne comme un “moulin à paroles”47, se sauverait de la neurasthénie en renouant avec l’activité littéraire48. En outre, son travail d’écrivain lui permettrait de gagner un argent dont il semble avoir le plus cruel besoin. Mais tout espoir est vain : en perdant sa vigueur, notre indiciaire s’est en même temps aliéné toute source de revenu et même toute possibilité de protection. Aussi, il est contraint de constater, dans un style imagé, que

  • 49 Cf. F. et D., t. II, p. 769, vv. 33-36.

Ce molinet, jadis paré d’escaille,
Se perd, s’escaille et est, pour chose voire,
Sans fruict, sans fleur, sans bled, sans pain, sans paille,
A le happaille, et n’est nul qui luy baille.49

  • 50 Cf. F. et D., t. II, p. 806, vv. 1-4.
  • 51 Cf. F. et D., t. II, p. 795, vv. 13-18.
  • 52 Cf. F. et D., t. II, p. 769, vv. 25-27.
  • 53 Cf. F. et D., t. I, p. 342, vv. 44-48.

23De façon générale, la vieillesse est, selon le sentiment de notre chroniqueur-poète, synonyme de pauvreté. A son correspondant Jean de Ranchicourt50 comme à son ami Antoine Busnois51 Molinet confie l’ampleur des peines d’argent qui accompagnent d’ordinaire le temps du déclin : il avoue même n’avoir pas les moyens d’entretenir l’équipage qui lui permettrait de rendre visite à ses proches. Ce dénuement, causé par son incapacité de travailler dans de bonnes conditions de santé, vient encore s’aggraver par la faute de ses maîtres. Comme il le rappelle avec amertume dans ses Gaiges retrenchiés, le chroniqueur n’a reçu en 1496 que la moitié des cent écus de ses gages d’historiographe52. Cette erreur, la maison de Bourgogne la répare l’année suivante, en versant d’ailleurs des arrérages à son protégé. Malgré cela, Molinet ne peut s’empêcher de se plaindre de son indigence : à la même époque, il mendie auprès de Marguerite d’Autriche le don d’un vêtement de quelque prix53.

  • 54 Cf. N. Pupire, Jean Molinet. La vie, les oeuvres, p. 135.
  • 55 Cf. op. cit., pp. 19-20.

24Tout bien considéré, il semble que les doléances exprimées par le poète sur l’état de ses finances et les raisons invoquées pour justifier son dénuement ne soient pas parfaitement fondées. En tout cas, on sait que Molinet disposait de multiples sources de revenus, notamment plusieurs bénéfices ecclésiastiques54, et qu’il reçut, à la fin de sa vie, diverses gratifications pour des pièces historiques qu’il avait adressées aux princes55. Par ailleurs, la maladie et la vieillesse ne l’ont jamais empêché d’écrire. Jusqu’à sa mort, survenue le 23 août 1507, il tient ses Chroniques (dont le dernier chapitre rédigé a trait au décès du roi Philippe de Castille, le 23 septembre 1506) et il compose des poèmes de circonstance ou des pièces plus familières.

  • 56 Cf. Christine MARTINEAU-GENIEYS, Le thème de la mort dans la poésie française de 1450 à 1550, Pari (...)

25En réalité, les lamentations parfois troublantes que l’indiciaire profère à propos de sa prétendue nécessité ou de sa plus réelle décrépitude traduisent moins les affres du temps de la vieillesse qu’une peur intense de mourir. Si, comme l’a bien montré Madame Christine Martineau-Génieys56, Molinet a pu, dans sa jeunesse, croire en un idéal de renoncement à la vie, avec la maturité s’impose à son esprit une résistance acharnée à l’idée de la mort, dont il dessine dans Le Miroir de vie ce portrait emphatique :

  • 57 Cf. F. et D., t. II, p. 671, vv. 19-22.

Spectacle horrible, imaige detestable,
Vision fiere, object trop redoubtable,
Mortel signacle, o tres vif exemplaire,
Tu es ung monstre impossible et contraire.57

  • 58 Cf. F. et D., t. II, p. 679, vv. 325-326.
  • 59 Cf. F. et D., t. II, p. 844, 11. 22-23.

26Les mobiles qui le meuvent à décrire les symptômes de sa dégradation corporelle et à manifester sa boulimie d’argent procèdent surtout de son attachement sincère aux joies terrestres. La vie, l’auteur des Faictz et Dictz l’aime au-delà de tout58 et il ne peut accéder à la perspective de s’en détacher, comme il se rebelle contre la pensée de perdre la gloire, à la conquête de quoi il a voué tant d’efforts59.

27Au moment de conclure, il nous paraît utile et légitime de nous interroger sur les raisons qui ont incité Molinet à dévoiler tant de détails sur sa personne privée, et des particularités si intimes quelquefois. Mû par une sensualité souvent brutale, le poète se sent atteint dans sa chair par la flétrissure des ans.

28Aussi, sa réaction au premier degré consiste à partager sa douleur avec son lecteur, contrairement à l’attitude traditionnelle des Rhétoriqueurs, dans les écrits de qui les artifices de la versification et les complications du style s’accordent généralement mal avec l’expression sincère de sentiments personnels. A cette première originalité vient sans doute s’ajouter une seconde : à l’inverse de ses contemporains écrivains, qui tentaient de conquérir l’immortalité par la seule renommée de leurs compositions littéraires, le chroniqueur-poète se met directement en scène avec l’espoir, au second degré, d’assurer sa survie dans la mémoire des hommes.

29Si tel est bien le sens de son entreprise, il n’y a pas de doute qu’elle ne soit pleinement réussie, puisque, près de cinq siècles après sa disparition, il se trouve encore des lettrés pour s’intéresser au sens de ses propos. En nous parlant de lui, Molinet a pris conscience de sa propre valeur et de sa dignité d’homme : à l’aube de la Renaissance, il rend témoignage d’une conception nouvelle de l’individu, dont nous sommes partiellement redevables. Il a choisi d’évoquer pour nous les difficultés de sa vieillesse. D’aucuns jugeront que le choix de ce thème n’était pas le meilleur qu’il puisse opérer et inclineront à penser, après François Villon, que

  • 60 Cf. Le Testament Villon, éd. Jean RYCHNER et Albert HENRY, Genève, Proz, 1974, t. I, p. 51, v. 431

Tousjours viel singe est desplaisant.60

Notes

1 Cf. Jacques LEMAIRE, Un témoignage curieux sur Molinet en 1500, dans Romania, CI, 1980, pp. 106-155.

2 Cf. op. cit., pp. 114-115.

3 Cf. Jacques LEMAIRE, Qui est l’auteur du rébus envoyé à Molinet ?, dans Scriptorium, XXXIII, 1979, pp. 276-299.

4 Molinet ne cite son nom qu’une seule fois, dans le prologue, pour se présenter : “moi, Jehan Molinet, loingtain immitateur des historiographes”. (Cf. Jean MOLINET, Chroniques, éd. Georges DOUTREPONT et Omer JODOGNE, Bruxelles, Palais des Académies, t. I, p. 28).

5 Cf. Jean MOLINET, Les Faictz et Dictz, éd. Noël DUPIRE, Paris, S.A.T.F., 1936-1939, t. I, p. 400, v. 28.

6 Cf. F. et D., t. II, p. 746, v. 38.

7 Cf. J. Molinet, Chroniques, éd. Ooutrepont-Jodogne, t. III, p. 16.

8 Cf. Pierre CHAMPION, Histoire poétique du quinzième siècle, Paris, H. Champion, 1923, t. II, p. 353.

9 Cf. Noël DUPIRE, Jean Molinet. La vie, les oeuvres, Paris, E. Droz, 1932, p. 77.

10 Cf. op. cit., p. 72.

11 Cf. F. et D., t. II, p. 765, v. 80

12 Cf. F. et D., t. II, p. 813, v. 37.

13 Cf. F. et D., t. II, p. 778, vv. 14-16.

14 Cf. N. Dupire, Jean Molinet. La vie, les oeuvres, p. 24.

15 Cf. F. et D., t. II, p. 461, v. 28.

16 Cf. F. et D., t. I, p. 382, v. 34.

17 Voyez, par exemple, la missive A Monseigneur de Ville, c’est-à-dire Jean de Luxembourg, seigneur de Ville, conseiller et second chambellan de l’archiduc Maximilien d’Autriche, dans F. et D., t. I, p. 400, v. 28.

18 Cf. F. et D., t. I, p. 342, vv. 41-43.

19 Cf. F. et D., t. II, p. 779, vv. 13-16.

20 Cf. F. et D., t. II, p. 778, vv. 11-12.

21 Cf. Omer JODOGNE, Le caractère de Jean Molinet, dans La Renaissance dans les provinces du Nord, Paris, Ed. du C.N.R.S., 1956, p. 109.

22 Cf. F. et D., t. II, p. 739, v. 8.

23 Cf. F. et D., t. II, p. 778, v. 9.

24 Cf. F. et D., t. II, pp. 777, V. 8 et 809, v. 22.

25 Cf. F. et D., t. II, p. 431, vv. 101-102.

26 Cf. F. et D., t. II, p. 798, vv. 1-2.

27 Cf. F. et D., t. I, p. 400, vv. 36-48.

28 Cf. F. et D., t. II, p. 814, v. 40.

29 Cf. F. et D., t. II, p. 800, v. 65.

30 Il écrit en effet :
Je suis proscript et ja passé au bac : Car quant je veulx a bauldroyer ou a cric Tendre l’engin, j’ay mal en l’esthomac ; Les reins me tirent ; les nerfs me dient crac.
(Cf. Marcel SCHWOB, Le Parnasse satirique du quinzième siècle, Paris, H. Welter, 1905, p. 161, vv. 2-5).

31 Cf. F. et D., t. II, p. 688, vv. 189-192.

32 Cf. F. et D., t. II, p. 814, vv. 45-46.

33 Cf. F. et D., t. II, p. 798, vv. 5-8.

34 Cf. F. et D., t. II, p. 809, v. 22.

35 Cf. F. et D., t. II, p. 778, vv. 17-18.

36 Cf. F. et D., t. II, p. 776, vv. 8-10.

37 Les picotements et l’inflammation qu’il dit ressentir dans l’extrait qui suit rappeleraient plutôt le prodrome de la blennorragie que les symptômes de la syphilis :
Souventes fois mon mal croist et dupplique,
Quant de ta picque sy fort me poins et picque,
Dont je suis pis qu’en ung gros feu qui bruit.
(Cf. F. et D., t. II, p. 854, vv. 11-13).

38 Cf. ibid., vv. 27-29.

39 Cf. F. et D., t. II, p. 806, vv. 6-8.

40 Cf. F. et D., t. II, p. 837, vv. 10-11.

41 Cf. F. et D., t. II, p. 807, vv. 25-26 ; p. 771, vv. 79-80 et p. 843, vv. 34-36.

42 Cf. F. et D., t. II, p. 464, v. 130.

43 Cf. Johan HUIZINGA, L’automne du moyen âge, Paris, Payot, 1977, p. 39.

44 Cf. F. et D., t. II, p. 466, v. 180.

45 Cf. F. et D., t. II, p. 467, vv. 229-234.

46 Cf. F. et D., t. II, p. 779, vv. 11-12.

47 Cf. Henri CHAMARD, Les origines de la poésie française de la Renaissance, Paris, E. De Boccard, 1920, p. 141.

48 Cf. F. et D., t. II, p. 701, vv. 569-572.

49 Cf. F. et D., t. II, p. 769, vv. 33-36.

50 Cf. F. et D., t. II, p. 806, vv. 1-4.

51 Cf. F. et D., t. II, p. 795, vv. 13-18.

52 Cf. F. et D., t. II, p. 769, vv. 25-27.

53 Cf. F. et D., t. I, p. 342, vv. 44-48.

54 Cf. N. Pupire, Jean Molinet. La vie, les oeuvres, p. 135.

55 Cf. op. cit., pp. 19-20.

56 Cf. Christine MARTINEAU-GENIEYS, Le thème de la mort dans la poésie française de 1450 à 1550, Paris, H. Champion, 1978, p. 274.

57 Cf. F. et D., t. II, p. 671, vv. 19-22.

58 Cf. F. et D., t. II, p. 679, vv. 325-326.

59 Cf. F. et D., t. II, p. 844, 11. 22-23.

60 Cf. Le Testament Villon, éd. Jean RYCHNER et Albert HENRY, Genève, Proz, 1974, t. I, p. 51, v. 431.

Auteur

Université de Bruxelles

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540