Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vieillesse et vieillissement au Moyen Âge

Les amours des vieillards et leur cortège de vice

Hugette Legros

Texte intégral

  • 1 Les citations et les références renvoient à l’édition de Jean Rychner, Les lais de Marie de France(...)
  • 2 Recueil général des fabliaux des xiiie et xive siècles, éd. A. de Montaiglon, Paris, 1872, t. I, p (...)

1L’intitulé de notre colloque comporte deux termes qui, malgré les apparences, recouvrent des réalités différentes. “Le dernier âge de la vie” est un état auquel appartiennent des individus appelés “vieillards” alors que la “vieillesse” implique “le vieillissement”, c’est-à-dire l’idée d’une transformation inscrite dans une durée que l’on peut chiffrer et qui se pense par rapport à un passé et à un futur. Le vieillissement suppose la capacité de ressentir les effets du temps qui passe, la possibilité d’exprimer ses impressions et de les inclure dans le temps de la mémoire. Inversement penser la vieillesse c’est être capable de penser la fuite du temps non dans un futur proche, mais dans son devenir, or les textes littéraires des xiie et xiiie siècles tendent à évacuer le sentiment de l’écoulement du temps dans la mesure où le récit ne se projette pas dans le temps de l’Histoire. Ainsi l’expression du vieillissement est-elle rarissime et lorsque la vieillesse a droit de cité c’est sous l’aspect de vieillards. A partir de l’étude de quelques exemples choisis dans des récits brefs, nous aimerions nous interroger sur le rôle et les caractères propres à ces vieillards : n’ont-ils qu’une fonction narrative ? Ont-ils des qualités spécifiques qui se retrouvent dans les récits épiques ou romanesques, là où nos personnages ont le temps de vieillir ? Enfin pourquoi rencontre-t-on des vieillards plutôt que des individus vieillissants dans cette littérature des xiie et xiiie siècles. Pour esquisser une réponse à ces questions, j’ai choisi d’étudier deux lais de Marie de France : Guigemar et Yonec1 ainsi que le Vair Palefroi2 ; j’ai fait ce choix pour deux raisons : d’une part il est plus facile de cerner avec précision un personnage dans un récit bref et d’en faire ensuite le point de départ d’investigations, d’autre part ces récits ont un thème commun autre que celui qui nous intéresse : l’amour, et la spécificité des réactions des vieillards est ainsi mise en valeur.

  • 3 Ed. cit. vers 204 à 232.

2Alors que Guigemar navigue sur la barque merveilleuse, Marie de France nous décrit le lieu où il va aborder3. Cette description a une fonction de catalyse d’autant plus forte que Marie intervient dans le récit en introduisant des rapports logiques entre certaines des indications qu’elle nous donne. Ainsi dans les vers 213 à 217, l’auteur souligne le rapport de cause à effet qui existe entre la jalousie du mari et son âge ; la poétesse tisse entre ces deux notations un lien inéluctable. D’une part elle utilise une conjonction de coordination “Kar” qui implique un rapport de causalité entre la vieillesse et la jalousie, d’autre part, elle passe habilement d’un singulier de constatation “gelus esteit a desmesure” à un pluriel généralisateur “tuit li vieil seient gelus”. Cependant il est bon de remarquer qu’elle attribue cette règle à l’effet d’une loi de la nature (vers 214). Or, dans ce lai Marie de France insiste sur le fait que l’amour sincère vient lui aussi de la nature dont il tire sa force. Ainsi le lien entre vieillesse et jalousie est le fait d’un ordre qui ne saurait être transgressé. De plus, le qualificatif “jaloux” est explicité par une phrase qui énonce une vérité d’ordre général “mult het chascuns ke il seit cous”, mais le fait d’être trompé est présenté au vers 217 comme une situation à laquelle ne sauraient échapper les vieillards mariés à de jeunes femmes : “tels est d’eage le trespas”.

  • 4 Ed. cit. vers 337 à 352.

3De plus, par cette description Marie de France établit un rapport de correspondance entre le personnage qu’elle évoque et le lieu qu’elle décrit. Le mari jaloux est désigné par les mots “sires” et “vieil hum”. Or, il est le maître d’une ville qualifiée de “antive cité” et le paysage évoqué par Marie est à dominante minérale : un donjon et une enceinte faite d’un mur de marbre vert où est creusée la chambre qui sert de prison à la jeune femme. La froide dureté de ce lieu évoque la raideur du vieillard dont la description devient inutile puisqu’il est métaphoriquement statufié dans le cadre où il vit. Ainsi Marie de France le fige dans un état qui n’appelle aucun devenir, mais qui implique fatalement certains comportements. De plus les qualités inhérentes à sa personnalité seront reprises quelques vers plus loin lors de la première conversation qui s’engage entre Guigemar et la dame alors que les modalités narratives propres au récit court font que les répétitions sont généralement évitées4. Le discours de la dame s’explique certes par la nécessité de mettre Guigemar au courant de la situation, néanmoins pour le lecteur il y a reprise au style direct d’informations qu’il connaissait et ce procédé de rhétorique confirme l’importance que l’auteur leur accorde. Or la jeune femme insiste sur la puissance de son mari “riches hum est, de haut parage”, sur son grand âge “mult par est de grant eage” et sur sa jalousie démesurée “anguissusement est gelus”. Notons l’emploi des superlatifs “mult grant” et “anguissusement” qui ont une valeur subjective par rapport au locuteur, mais qui, pour le lecteur, mettent en relief les seuls traits distinctifs du personnage. De surcroît, bien que la topographie des lieux rende la chambre de la jeune femme quasi inaccessible, le mari jaloux la fait garder par un vieux prêtre, mais ce n’est ni le statut ni l’âge du geôlier qui le rassure. Marie esquisse une description du gardien : “blancs et floriz”, toutefois barbe et cheveux blancs ne sont pas ici symboles de sagesse et on ne lui fait confiance que parce que “les plus bas membres ont perduz, autrement ne fust pas creuz” (vers 255-258).

4Néanmoins ce mari jaloux ne sera guère encombrant et le geôlier peu perspicace puisque Guigemar demeurera un an et demi dans la chambre de la dame avant que les amants ne soient surpris, par hasard, par un chambellan. Le mari fait alors irruption dans la chambre de son épouse, mais quoiqu’il soit entouré de trois de ses familiers, il renonce à faire tuer Guigemar sur le champ et se contente de le chasser, puis sur les conseils d’un de ses vassaux il fait enfermer la dame dans une tour de marbre gris. Ainsi ce personnage n’a pas d’existence littéraire, son rôle est réduit à une fonction narrative : séparer les amants le moment venu. On pourrait nous objecter que ce statut est lié aux impératifs propre à la dispositio du récit bref, mais une telle remarque est à nuancer. En effet, nous pouvons comparer le rôle qui lui est dévolu à celui qui revient ensuite à Méliaduc ; il est évident que le rival de Guigemar est plus individualisé et qu’il joue dans la narration un rôle beaucoup plus important. C’est que Marie de France fait de Méliaduc un personnage amoureux de la jeune femme alors que le vieillard n’a de mari que le titre : jamais il ne nous est présenté comme un véritable époux contrairement à ce qui se passe dans le lai de Yonec.

  • 5 Marie de France suggère l’impuissance du vieil homme en précisant que bien que le mariage fut conc (...)
  • 6 Marie de France connaissait la poésie des troubadours ; de plus, ce type du vieux mari jaloux est (...)
  • 7 Cf. vers 86 à 90.

5Apparemment la situation initiale est identique à celle du lai de Guigemar : c’est l’histoire d’une jeune femme mal-mariée à un vieux mari jaloux et tenue prisonnière dans une chambre close. Les deux jeunes femmes sont l’une et l’autre qualifiées de “sage, curteise e forment bele”, mais leurs époux n’ont en commun que leur grand âge et leur richesse. En effet, le mari de celle qui deviendra l’amie de Meldumarec est présenté comme : “Uns riches hum, vielz e antis”, “mut fu trespassez en eage”. La redondance des adjectifs “vielz e antis” au vers 12 et l’emploi de “trespassez” au vers 17 est à noter car ces indications nous sont données dans le récit et non par le discours de la jeune femme ; elles ont donc un caractère objectif qui les rend signifiantes ; en effet la cause de sa jalousie est l’amour qu’il porte à sa femme (v. 24), amour contrarié par la perte de ses facultés5 ; or son impuissance sexuelle est la conséquence de son âge très avancé ; ainsi la mention de sa vieillesse ne renvoie plus à un topos qui apparenterait uniquement le personnage au mari jaloux ou au gilos de la littérature occitane6, mais se présente comme l’un des traits caractéristiques du personnage. Les rapports du couple sont eux aussi très différents. Dans Guigemar Marie de France les passe quasiment sous silence, toutefois nous savons que, si la jeune femme craint son mari, elle le respecte alors que dans Yonec la jeune épouse se laisse aller à de violentes imprécations contre celui qu’elle désigne comme un “vielz gelus”, “mut (...) fous e esbaïz” ; elle souhaite sa mort et regrette sa vigueur qu’elle attribue à quelque baptême démoniaque. Signe de bonne santé la “dureté” de ses nerfs et de ses veines est également métaphorique de la cruauté du vieillard7.

  • 8 Marie de France accumule les verbes de détermination : vers 284 et 286 et décrit le piège en insis (...)

6En effet cette fois l’époux est encombrant et il n’a rien d’un fantôche prenant des précautions inutiles. Il ne choisit pas pour geôle une chambre somptueusement décorée, mais “dedenz sa tur l’ad enserreie en une grant chambre pavée” et il ne lui laisse pas pour compagne une nièce, jeune fille de son âge, prête à devenir sa complice, mais sa propre soeur “vieille (...) e vedve, sanz seigneur” (notons, à nouveau la redondance inhabituelle du style : veuve et sans mari). Et contre la jeunesse de l’épouse nait une sorte d’alliance contractée entre ces deux vieillards mis involontairement à l’écart des plaisirs charnels. Cette “vieille” obéira en tous points à son frère, avec une diligence qui suppose une réelle malveillance ; implicitement elle est jalouse de la beauté et de la jeunesse de sa belle-soeur. Son rôle est important : ses apparitions, ses paroles et ses gestes scandent le récit. Dès les premiers vers de la narration nous la voyons fermer les portes après le départ de son frère (vers 55-56), puis immédiatement après l’arrivée du chevalier-oiseau elle pénètre dans la chambre de la jeune femme pour l’inviter à se lever (vers 169-171) et manque de faire échouer la rencontre car elle refuse d’appeler le chapelain que réclame la dame qui veut s’assurer que son ami n’est pas une créature diabolique. Le discours de la vieille est plein de méfiance et révèle son assentiment absolu aux précautions prises par son frère : même un prêtre est suspect à ses yeux (vers 177-179). Cette vieille femme est un réel danger pour les amants et le chevalier met son amie en garde contre elle, mais en vain. Toutefois c’est l’époux qui se montre le plus perspicace ; étonné de la transformation qu’il constate chez sa femme, il interroge sa soeur sans ménagement (vers 228-234) puis la somme d’épier son épouse et invente pour cela tout un stratagème (vers 244-253). Les amants sont surpris et la cruauté du mari bafoué éclate dans le raffinement qu’il met à faire exécuter le piège mortel (vers 284-294). Marie de France multiplie les termes qui prouvent la détermination du mari et tous les adjectifs employés insistent sur l’efficacité du piège. Rien n’est laissé au hasard (vers 286 à 294), à la ruse succède la préméditation8.

  • 9 Cf. le commentaire d’E. Baumgartner, Temps linéaire, temps circulaire et écriture romanesque (xiie(...)
  • 10 Philippe de Novarre écrit dans son traité Les Quatre Ages de l’Homme, éd. Marcel de Fréville, Pari (...)

7Ainsi jusqu’à la mort du chevalier-oiseau le couple formé par le vieux mari et la vieille joue un rôle très important dans le récit. Si Marie de France ne charge la vieille d’aucun vice particulier c’est parce qu’elle n’est qu’un exécutant entre les mains du mari et parce que sa vieillesse dans ce contexte “courtois” est déjà considérée comme un vice. Souvenons-nous que dans son rêve le héros du Roman de la Rose de Guillaume de Lorris aperçoit “Vieillesse” clouée sur le mur du “Verger de Déduit” dont elle est par conséquent exclue9. Pour ce qui est du mari son rôle ne se réduit pas à sa fonction narrative, en effet il est un “caractère” au sens où l’on emploie ce mot jusqu’au xviie siècle. Le conflit qui existe entre sa passion et sa situation fait naître le drame or l’une et l’autre sont intimement liées et aucune des deux ne peut être modifiée. La tragédie est le résultat de cette tension entre deux états contradictoires et immuables. Marie de France nous a dit dès le prologue l’amour qu’il portait à sa femme et son grand âge or un vieillard ne saurait être amoureux d’une jeune femme sans perturber l’ordre des choses. Toute transgression aux bienséances attachées à son état est cause de désordre et dans la mentalité du Moyen-Age une telle attitude ne peut mener qu’à la perversité, c’est-à-dire ici à la cruauté qui caractérise ce mari incapable de réfreiner des sentiments qui ne sont plus de son âge10.

  • 11 Cf. les articles que Bernard Guenée consacre à la perception du temps dans le recueil d’articles : (...)

8Nous sommes loin des sentences qui donnaient une raison d’être au vieux mari jaloux dans le lai de Guigemar. Ici le personnage est doué d’une véritable existence et tous les traits de son caractère se déduisent de la contradiction initiale que nous avons soulignée ; c’est pourquoi, alors que le temps s’écoule après la mort de Meldumarec puisque Yonec, son fils, est un jeune homme adoubé lorsque lui est révélée la vérité sur sa naissance, la dame emploie pour désigner son mari le même mot qu’elle utilisait presque vingt ans plus tôt lorsqu’elle se lamentait sur son sort : le mot “vieillard” (vers 532). A la suite de Bède le Vénérable, de nombreux historiens du xiie siècle parlent des six âges de l’homme distinguant la vieillesse (senectus) de la décrépitude (hora decrepita)11, le personnage qui nous intéresse est-il passé de l’un à l’autre ? rien ne l’indique. Il reste figé dans son statut de vieillard méchant et perfide ; le temps s’est arrêté lorsqu’il a tué l’amour en tuant l’ami de sa femme. La vieillesse dit Jean de Novarre commence à soixante ans et peut aller jusqu’à quatre vingts ans et plus : peu importe car elle n’est plus une durée puisqu’elle n’a pas de devenir, elle est attente du terme fatal et par là même un temps figé.

9Cependant la jalousie, la ruse et la cruauté ne sont pas les seuls vices qui guettent les vieillards. S’ils deviennent méchants et jaloux par amour, ils peuvent vouloir épouser par cupidité. Autre manière d’entraver des amours juvéniles et légitimes. Dans le Vair Palefroi deux vieillards aussi riches l’un que l’autre se liguent pour contrarier les projets de leur fille et de leur neveu afin de réunir leurs biens. Un chevalier jeune, valeureux mais désargenté demande à un riche seigneur la main de sa fille. Il est éconduit à cause de sa pauvreté et les jeunes gens sont désespérés lorsque la jeune fille pense à un subterfuge : son ami a un oncle très riche qui pourrait venir demander sa main au nom de son neveu en promettant de donner au jeune homme une partie de ses biens ; le mariage conclu, les jeunes gens restitueraient les terres qui leur auraient été données comme caution. L’oncle accepte, mais trahit la confiance de son neveu et demande pour lui-même la main de la jeune fille. Par bonheur tout se termine bien grâce à la fatigue d’une escorte de vieillards qui laisse s’échapper la future épousée et grâce à l’intelligence du cheval de son ami qui la ramène auprès de lui.

10L’auteur du Vair Palefroi brosse un tableau assez pittoresque des vieillards qui, cette fois, occupent le premier plan du récit. Il les peint sans complaisance mais avec justesse quoiqu’il manifeste à leur égard un préjugé défavorable. Les amours contrariées des deux jeunes gens vont lui servir de trame pour évoquer les vices qui, selon lui, sont inhérents à la vieillesse.

  • 12 Ed. cit., pp. 28-29.

11La jalousie n’est guère présente ; si le père fait garder sa fille avec vigilance c’est par souci de préserver son autorité et pour sauvegarder les convenances plus que par égoïsme, quoique cette raison soit évoquée12.

12En revanche Huon le Roy insiste sur les rapports pernicieux qu’entretiennent les vieillards et l’argent. Le père de la jeune fille est “riches à desmesure” et lorsqu’il éconduit le prétendant de sa fille il le fait uniquement au nom de la disparité de leur fortune car le jeune homme est issu d’une très bonne famille (p. 34-35). Ce thème revient dans les lamentations du jeune homme :

  • 13 Ibid., p. 36.

Mar acointai la grant richoise
Dont vostre pères si se proise ;
Miex vous amaisse a mains de pris,
Quar vostre pères éust bien pris
En gré ce que je puis avoir,
S’il ne fust si riches d’avoir13.

13et son amie après avoir appris la trahison de son oncle s’exclame :

  • 14 Ibid., p. 45.

fi de viellèce, fi d’avoir !
Jamès ne porra nus avoir
Fame qui soit haute ne riche,
Se grans avoir en lui ne nice.
Haïr doi l’avoir qui me part
De celui là où je claim part,
Et qui me cuide avoir sanz faille14 ;

14quant aux deux vieillards leur accord repose sur la satisfaction de voir leurs biens réunis :

  • 15 Ibid., p. 43.

Quant je vostre fille aurai prise,
Jà ne me quier de vous partir
Ne ma richèce départir
De la vostre, ainçois soit tout .I.
Ensamble serons de commun
De ce que Diex nous a doné15.

  • 16 Ibid., pp. 68-69.

15De fait, leurs terres sont rassemblées puisque les deux jeunes gens vont s’épouser et que la mort prochaine des deux vieillards fait du jeune couple de riches héritiers16.

  • 17 Ed. cit., IV, 169, p. 93.

16Philippe de Novarre dans son traité Les Quatre Ages de l’Homme écrit : “Mout est fous cil qui ne done par sa main de ses biens grant partie, por s’ame sauver. Car la jone fame ou li enfant du viel home, ou li autre a cui ses avoirs doit escheoir, souhaitent touz jors sa mort por avoir l’escheoite a joïr de li, non mie por doner por l’ame de li”17. Ici les deux amoureux n’ont pas souhaité la mort de leurs parents, mais la perspective de l’héritage se lit en filigrane dans les propos que la jeune fille tient à son ami :

  • 18 Le Vair Palefroi, éd. cit., pp. 37-38.

Il n’a enfant, fame ne frère,
Ne nul plus prochain oir de vous ;
Ce set ou bien tout à estrous
Que tout ert vostre après sa fin18 ;

17Comme dans les lais de Marie de France, les vieillards sont perfides et rusés et il serait possible de multiplier les citations, mais plus intéressant est le fait que ces défauts altèrent l’apparence du vieil oncle qui est ainsi décrit :

  • 19 Ibid., p. 46.

(...) molt est viex, de grant sage ;
Si a froncié tout le visage,
Et les iex rouges et mauvais ;
De Chaalons dusqu’à Biauvais
N’avoit chevalier en toz sens
Plus viel de lui, ne jusqu’à Sens
N’avoit plus riche, ce dist-on ;
Mès à cuivert et à felon
Le tenoit on en la contrée19 ;

  • 20 Il faut attendre le Dit des Ordres de Rutebeuf pour qu’apparaisse en littérature la figure de Faux (...)

18Dans ce portrait l’auteur mêle étroitement les notations d’ordre physique et les notations d’ordre moral. De plus, la richesse du vieil homme semble faire partie intégrante de son individu. Sa laideur est ainsi présentée comme la résultante de ses vices et non comme la conséquence immédiate de sa vieillesse ; c’est parce qu’il est un vieillard indigne qu’il n’a pas la prestance qu’aurait pu lui conférer son grand âge20.

19Enfin dans le Vair Palefroi, Huon le Roy croque quelques traits assez réalistes et spécifiques d’attitudes propres à des hommes âgés. Lorsque les deux vieillards se rencontrent, ils ont d’autres points d’entente que leur fortune. L’auteur insiste sur le fait que leur âge les rapproche et leur inspire une confiance mutuelle. La jeune fille dit à son ami :

  • 21 Le Vair Palefroi, éd. cit., p. 38.

Vos oncles tient mon père à sage ;
Ancien sont, de grant aage,
Li uns croit l’autre durement21,

20et cette affirmation est confirmée quelques vers plus loin dans le récit :

  • 22 Ibid., p. 41.

Li anciens l’amoit forment,
Quar son per de viellèce estoit
Et assez près de lui manoit22 ;

21De plus les deux vieillards ont de nombreux souvenirs en commun et évoquent - comme de bien entendu - leurs combats passés. Puis le narrateur décrit avec complaisance le rassemblement des vieillards qui viennent assister à la noce. Des expressions telles que “Li anciens (...) manda les anciens chenuz, cils que il savoit plus senez”, “d’ancinne chevalerie avait grant masse en la meson” reviennent comme de véritables leitmotiv. Leur nombre et l’importance de ce regroupement fait ressentir l’isolement des jeunes gens, mais c’est aussi une manière de présenter ces vieillards comme une société fermée sur elle-même et insensible aux autres. Ce thème de l’incompréhension entre les classes d’âge est abordé d’abord par la jeune fille qui dit de son père :

  • 23 Ibid., p. 37.

(...) il a de cuer sens chargié ;
Il ne veut pas ce que je vueil,
Ne se deut pas où je me dueil.
………………………………………………
Mès cuers qui gist en la viellèce
Ne pensse pas à la jonèce
Ne au voloir de jone éage ;
Grant difference a el corage
De viel au jone, ce m’est vis23.

22Puis ce thème est repris par le narrateur :

  • 24 Ibid., p. 56.

Au vair palefroi fu la sele
Mise, et, quant on l’amena,
Adonc plus grant duel demena
Qu’ele n’avoit devant mené.
Li ancien home sené
Ne s’en parçurent de noient.
Ne sorent pas son escient,
Ainz cuidoient qu’ele plorast
Por ce que la meson vuidast
Son père por aler aillors ;
Ne connoissoient pas ses plors,
Ne la tristrèce qu’ele maine24.

  • 25 Ibid., p. 57.

23Reste que la jeune fille échappe à ses gardiens parce qu’ils sont fatigués d’avoir trop festoyé la veille et l’auteur évoque avec complaisance et ironie les effets pernicieux de telles festivités sur des hommes aussi âgés25.

  • 26 Les Quatre Ages de l’Homme, éd. cit., IV, 173-174, pp. 95-96.
  • 27 Ibid., IV, 180-181, pp. 98-99.

24Ainsi le Vair Palefroi offre une image plus réaliste de la vieillesse, mais la vérité de ces notations ne masque pas l’essentiel du propos. Ces deux vieillards ont eux aussi dérogé à leurs devoirs : le père en donnant sa fille au plus riche sans se soucier de son bonheur et l’oncle en trahissant son neveu par cupidité et concupiscence. Philippe de Novarre dit avec justesse que “Mout est grant honte au viel de contrefaire le jone, et especiaument de fame panre espou-sée ; car s’il la prant jone, toz jors doit cuidier que li jone home l’amportent (...) Et se il est luxurieus de quelque fame que ce soit, trop i a vilain pechié et outrageus de volanté sanz besoig ; car se volantez i est, li pooirs n’i est mie, et mout est maleüreus li viaus qui s’efforce de pechier, la ou il se deüst efforcier d’amander. (...) Viaux luxurieus doit bien estre haîz par les raisons devant dites et par trop d’autres. Et se viaus est orguilleus, c’est trop granz despiz, car se il fust riches d’avoir, si est il povres et non puissanz de cors et de pooir, puisque il est viaus. Et chascuns viaus devroit estre humbles dou tout, et noiant orguilleus”26. Aussi est-ce justice que la jeunesse triomphe et la mort des deux vieillards n’est pas affligeante ; elle n’est qu’un retour à l’ordre voulu par Dieu : “a la mort ne faut nus. Et li viel doivent estre li premiers par droit de nature, et bien doivent faire crier lor ban”27.

  • 28 Je remercie vivement Emannuèle Baumgartner de la confirmation qu’elle a bien voulu me donner au te (...)

25Ces trois exemples nous ont permis de mettre en évidence les vices inhérents au désordre causé par l’amour chez les vieillards. Le récit bref peut se contenter de mettre en scène un personnage stéréotypé n’ayant d’autre fonction que celle d’obstacle à l’accomplissement d’un amour véritable, mais dans Yonec, Marie de France a su individualiser le personnage du vieux mari jaloux et Huon le Roy au xiiie siècle n’hésite pas à brosser un véritable tableau des comportements spécifiques des hommes âgés. Néanmoins la typologie de nos textes fait que ces personnages sont donnés d’emblée comme des vieillards, alors que les rapprochements que nous avons faits avec le traité de Philippe de Novarre prouve que la peinture qui nous est faite de la vieillesse dans ce qu’elle a de négatif correspond à une vision morale des devoirs qu’elle est censée imposer. Est-ce à dire que la vieillesse est pensée comme un “état”, comme un “statut” ? Les auteurs de la fin du xiie et du xiiie siècle refusent-ils de peindre les transformations qui s’opèrent durant les dernières années de la vie ? Certes la poésie lyrique nous donne des exemples du sentiment aigu de désespoir que ressentaient bien des trouvères confrontés aux atteintes de l’âge, mais les modalités d’expression littéraire sont trop éloignées de celles qui nous ont occupé pour que nous puissions hasarder la moindre comparaison. En revanche qu’en est-il dans les romans en prose du xiiie siècle ? De manière générale les héros ne vieillissent pas et ces romans se terminent soit par un dénouement heureux qui ignore les années passées à trouver le bonheur, soit par la mort des personnages principaux fauchés dans la fleur de l’âge28. Reste deux textes que j’aimerais aborder car ils mettent en scène des maris trompés : Tristan en Prose et la vaste compilation du Lancelot en Prose en m’attachant plus précisément à la Mort le Roi Arthur.

  • 29 R. Colliot fait des remarques très pertinentes sur l’âge des “grands personnages médiévaux” dans s (...)
  • 30 E. Baumgartner, Le “Tristan en Prose”, essai d’interprétation d’un roman médiéval, Genève, Droz, 1 (...)
  • 31 Ibid., p. 214.
  • 32 La Mort le Roi Arthur, éd. J. Frappiers, Genève, Droz, 1956.

26Lancelot a quarante quatre ans lorsque son fils Galaad arrive à la cour, il en a cinquante six au début de la mort le Roi Arthur. Marc à la fin du Tristan en Prose n’a pas d’âge précis, mais il est dit “excessivement vieux quant à Arthur il n’a pas moins de quatre vingt douze ans lorsque son royaume est anéanti. Mais seuls ces chiffres sont donnés, jamais nous n’avons de descriptions qui montreraient le vieillissement de ces personnages29. Néanmoins l’altération que subissent les caractères de Marc et d’Arthur sont peut-être les signes révélateurs de leur vieillesse. Les héros échappent à la sénescence, mais non à l’usure morale. Ainsi dans le Tristan en Prose Marc est “ennuieux, fel, trahites et desloiaux”, il hait son neveu et recourre à la force pour garder Iseult et satisfaire ainsi ses désirs au mépris de la volonté de la reine ; lâche, il craint les prouesses de Tristan et s’ingénie à nuire par la ruse aux chevaliers d’Arthur. Cette transformation du personnage s’explique comme l’a bien montré E. Baumgartner par l’originalité du continuateur30, mais il n’en reste pas moins vrai que les défauts de Marc de plus en plus accentués à la fin du roman sont ceux d’un vieillard plein de dépit, amoureux et jaloux. Son portrait moral s’oppose au portrait physique, très flatteur, que le frère de Dinadan fait de l’ami d’Yseult à la fin du roman31. De même dans la Mort le Roi Arthur, le roi qui ne peut plus ignorer les amours de Lancelot et de la Reine se prête à une machination imaginée par Agravain pour surprendre les amants ; il n’est plus la figure mythique d’un monarque incarnant l’harmonie essentielle de la cour, il apparaît sous les traits d’un mari bafoué, jaloux, mesquin, violent, à la volonté chancelante ; ses oscillations entre la confiance et le soupçon le rendent peut-être pathétique, mais il y perd de sa grandeur. Son grand âge et la dégradation de son caractère sont aussi métaphoriques de la sénilité du monde arthurien que l’allégorie de la roue de Fortune qui lui apparaît en songe. N’est-ce pas une Vieille qui vient lui reprocher sa folie et annoncer la catastrophe finale provoquée par l’oubli des prédictions qu’Arthur n’a plus la volonté de conjurer ?32.

27Ainsi les deux monarques légendaires échappent aux injures physiques du temps, mais l’altération de leur caractère est emblématique de la décrépitude d’un monde qui n’échappe plus à la durée et qui va à sa perte. La vieillesse des rois annonce le vieillissement du monde. Un thème qui fera fortune à la fin du xiiie siècle dans la poésie lyrique. Autre temps, autre genre.

28Penser et écrire le vieillissement suppose une prise de conscience aiguë et généralisée de la fuite du temps et de la précarité des choses de ce monde. Aux xiie et xiiie siècles cette attitude est celle des clercs aussi n’est-il pas étonnant que la littérature profane s’en dégage. Mieux, les hommes de la fin du xiiie siècle croient pouvoir maîtriser le temps et la vieillesse leur apparaît comme une étape faite pour réparer les erreurs passées, un temps accordé à chacun pour se réconcilier avec lui-même et avec Dieu. Alors la vieillesse n’est pas considérée comme un mal, mais au contraire comme une chance ultime. Peu importe la perte des forces physiques puisque le quatrième âge de la vie doit être consacré à s’amender. La décrépitude n’est révélée que par les vices qui guettent les mauvais vieillards, ceux que nous avons fréquentés. L’évocation de la sénescence n’intéresse pas les auteurs de récits brefs ou de romans ; les vieillards dans ces textes incarnent une fonction narrative propre au type littéraire qu’ils représentent ou sont dépeints comme des caractères moraux considérés soit pour eux-mêmes, soit comme métaphoriques de l’univers qui les entoure. Leur aspect physique importe peu, seules comptent la beauté ou la laideur de leurs âmes. Ils n’ont pas à vieillir, ils sont des vieillards sages ou indignes.

Notes

1 Les citations et les références renvoient à l’édition de Jean Rychner, Les lais de Marie de France, Paris, C.F.M.A., Champion, 1966.

2 Recueil général des fabliaux des xiiie et xive siècles, éd. A. de Montaiglon, Paris, 1872, t. I, pp. 24-69.

3 Ed. cit. vers 204 à 232.

4 Ed. cit. vers 337 à 352.

5 Marie de France suggère l’impuissance du vieil homme en précisant que bien que le mariage fut conclu afin de donner au puissant seigneur une descendance (vers 19-20), sept ans plus tard “Unques entre eus n’eurent enfanz” (vers 38).

6 Marie de France connaissait la poésie des troubadours ; de plus, ce type du vieux mari jaloux est également présent dans les chansons de “maumariée”. Toutefois Marie de France s’écarte avec originalité de ces modèles.

7 Cf. vers 86 à 90.

8 Marie de France accumule les verbes de détermination : vers 284 et 286 et décrit le piège en insistant sur le souci qu’a le vieil homme de le rendre mortel : “Broches de fer fist granz furgier E acerer le chief devant : Suz ciel n’ad rasur plus trenchant !” “sur la fenestre les ad mises, Bien serreies e bien asises” (vers 286-288 et vers 291-292).

9 Cf. le commentaire d’E. Baumgartner, Temps linéaire, temps circulaire et écriture romanesque (xiie-xiiie siècles), in Le Temps et la durée dans la littérature au Moyen Age et à la Renaissance, actes du Colloque du Centre de Recherche sur la littérature du Moyen Age et de la Renaissance de l’Université de Reims, Novembre 1984, Paris, Nizet, 1985, p. 8.

10 Philippe de Novarre écrit dans son traité Les Quatre Ages de l’Homme, éd. Marcel de Fréville, Paris, S.A.T.F., 1888 que “li vieils doivent insuit mespriser le siècle (...) et lors jones fames, se il les ont, les donront et departiront volen-tiers a les jones mariz qu’eles prandront, ou a autres jones qui les acointeront, se eles sont mauveises” IV, 168, p. 93. Ce traité date de la seconde moitié du xiiie siècle mais le didactime moralisateur de ses conseils fait qu’il n’est pas anachronique de le citer à propos d’un texte écrit un siècle plus tôt.

11 Cf. les articles que Bernard Guenée consacre à la perception du temps dans le recueil d’articles : politique et histoire au Moyen Age, Publications de la Sorbonne, Paris, 1981, pp. 261-275 et pp. 253-263.

12 Ed. cit., pp. 28-29.

13 Ibid., p. 36.

14 Ibid., p. 45.

15 Ibid., p. 43.

16 Ibid., pp. 68-69.

17 Ed. cit., IV, 169, p. 93.

18 Le Vair Palefroi, éd. cit., pp. 37-38.

19 Ibid., p. 46.

20 Il faut attendre le Dit des Ordres de Rutebeuf pour qu’apparaisse en littérature la figure de Faux-Semblant ; jusqu’alors on pensait que l’aspect physique était à l’image de l’âme ainsi la beauté révélait la bonté et la laideur, la méchanceté. Le portrait du vieillard est ici révélateur de cette conception médiévale selon laquelle le semblant ne saurait mentir.

21 Le Vair Palefroi, éd. cit., p. 38.

22 Ibid., p. 41.

23 Ibid., p. 37.

24 Ibid., p. 56.

25 Ibid., p. 57.

26 Les Quatre Ages de l’Homme, éd. cit., IV, 173-174, pp. 95-96.

27 Ibid., IV, 180-181, pp. 98-99.

28 Je remercie vivement Emannuèle Baumgartner de la confirmation qu’elle a bien voulu me donner au terme d’une recherche qu’elle a eu l’amabilité de faire ; je craignais d’extrapoler à partir des quelques textes que je connais et j’ai reculé devant ce treizième travail d’Hercule : lire les romans en prose du xiiie siècle !

29 R. Colliot fait des remarques très pertinentes sur l’âge des “grands personnages médiévaux” dans son article Durée, moments, temps romanesques, d’après quelques intrigues des xiie et xiiie siècles, in Le Temps et la Durée ..., op. cit., p. 50-51.

30 E. Baumgartner, Le “Tristan en Prose”, essai d’interprétation d’un roman médiéval, Genève, Droz, 1975, III, ch. IX et IV, ch. V.

31 Ibid., p. 214.

32 La Mort le Roi Arthur, éd. J. Frappiers, Genève, Droz, 1956.

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540