Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vieillesse et vieillissement au Moyen Âge

Vieillesse, fontaine de jouvence : L’âge d’or du héros épique d’après le Moniage Guillaume

Bernard Guidot

Texte intégral

  • 1 Voir R. Delort, Le Moyen Age. Histoire illustrée de la vie quotidienne, Lausanne, Edita SA, 1972, (...)
  • 2 A cet égard, lire L’enfant au Moyen Age (Littérature et civilisation), Aix, Senefiance n° 9, 1980.
  • 3 Notre étude est fondée sur la seconde rédaction. Nous utilisons l’édition de W. Cloetta, Le Moniag (...)
  • 4 Le CUERMA a dix ans. Nous sommes heureux de remercier nos amis aixois pour l’organisation de leurs (...)

1Au Moyen Age vivre, c’est se battre et survivre, triompher d’obstacles constamment présents et incessamment renouvelés : tourbillon de violence et d’agressivité pratiquant une impitoyable sélection naturelle1. La longévité des individus suppose un débordement de vitalité intacte. L’obligation d’une vie dans l’instant privilégie la force de l’âge, la saine maturité ; dès lors, la vieillesse se réduit à un triste épilogue, l’enfance étant conçue comme un fade préambule2. Procédant de la même philosophie, de la même vision du monde, la chanson de geste est un genre littéraire “jeune”, animé par des “jeunes” et destiné aux “jeunes”. C’est pourquoi nous nous demanderons si dans le Moniage Guillaume3 le protagoniste, quittant les champs de batailles pour la vie contemplative, a changé de personnalité, de nature, de mentalité. L’éternel “bacheler” peut-il encore évoluer, se gagner une nouvelle jeunesse, le renoncement débouchant sur un dépassement ? Alors la vieillesse ne serait plus synonyme de déclin, le héros représenterait un enrichissement sur le plan humain et l’intervention divine autoriserait le plein épanouissement, transformant la décrépitude attendue en âge d’or4.

  • 5 Ainsi celle de J. Giraudoux dans La guerre de Troie n’aura pas lieu, Paris. Grasset, 1935 : propos (...)

2La vieillesse, étroitement associée à la mort, n’a jamais laissé l’homme indifférent : la gamme des réactions a été variée au fil des siècles, de la pitié mêlée de tendresse aux attentions sincères du monde contemporain, en passant par l’agacement et la vision humoristique5. La chanson de geste, au style parfois engoncé dans les influences de la tradition, ne manque pas d’offrir dans le Moniage Guillaume certaines vues stéréotypées sur le troisième âge, mais le protagoniste de la geste, pour sa part, ne correspond pas vraiment aux catégories habituelles.

  • 6 MG II, vers 126.
  • 7 L’oeuvre se contentant de préciser qu’il y aura 24 ans à Pâques qu’il a fui la tourmente mondaine (...)
  • 8 MG II, vers 2842.43.

3Les notations se rapportant à l’apparence physique des différents vieillards disséminés dans notre chanson sont rares, fragmentaires, sans originalité. L’abbé d’Ani-ane est “vieus et cenus”6. Nous ignorons l’âge de l’ermite Gaidon7. Macabrin, à Palerne, est le type du vieillard vénérable8 :

Le barbe ot longe et le grenon flori :
Il avoit bien cent ans passé et vint.

  • 9 Voir V. Hugo, La légende des siècles. Booz endormi, v. 9 :
    Sa barbe était d’argent comme un ruissea (...)
  • 10 Et Macabrin lui-même déclare, au vers 3019 : “S’il nos veoit, par ma barbe florie...”
  • 11 MG II, vers 5114.

4Vision simpliste et rayonnante qui a traversé les générations9. Le trouvère y revient encore au vers 2993, son personnage étant “Macabrins a la barbe florie”10. Pour ce qui concerna le duc Galerant, la chanson affirme seulement qu’il “a passé cent ans”11.

  • 12 MG II, vers 2844.70, 2880.84.
  • 13 MG II, vers 2854.56.
  • 14 MG II, vers 3022.25.
  • 15 A ce sujet, voir P. Lot, “Notes sur le Moniage Guillaume”, Romania, 26. 1897, p. 481. 94.
  • 16 MG II, vers 5150.51. On notera la formulation très laconique de cette approbation à la prolixité d (...)

5L’abbé d’Aniane, le plus superficiel, voué aux gémonies à cause des vues satiriques du poète, est le seul qui, marionnette avide et dépourvue de bon sens, ait des réactions constamment indignes, dues à sa jalousie, à sa cupidité et à son mépris des valeurs humaines. Gaidon, totalement désintéressé, prouve une spiritualité irradiante et discrète. Macabrin est respecté chez les Sarrasins. Ses connaissances sont étendues, son expérience s’est mise au service d’une clairvoyance de tous les instants12. La compétence en matière de sortilèges et un esprit très vif le conduisent à prendre ses distances avec ses compatriotes en exerçant une subtile ironie à leurs dépens13. Son sens de la décision n’est pas non plus pris en défaut, puisque c’est lui qui conçoit le plan d’attaque le mieux adapté pour investir l’ermitage de Guillaume14. A la Cour de Louis, le duc Galerant s’érige en censeur suprême ; sagesse et équilibre l’autorisent à expliquer aux courtisans le sens de la scène paradoxale et symbolique qui s’est déroulée dans le “courtil” de Guillaume15 ; prophète de lendemains qui déchantent, il obtient, par son prestige moral et sa rigueur, le repentir de Louis qui se soumet sans réelle discussion16. Ces différents vieillards sont donc des incarnations traditionnelles, quelque peu figées, de la sagesse.

  • 17 MG II, vers 284. Les mêmes moines mettent encore en évidence l’âge de Guillaume quand, terrorisés, (...)
  • 18 MG II, vers 401, 2781, 6622.23. Ajoutons que chez son hôtesse au bord de la mer Guillaume déclare (...)
  • 19 MG II, vers 4822.

6La vieillesse de Guillaume est plus sue que réellement indiquée. Axiome liminaire, elle oriente tout le récit quoique ses aspects concrets soient plutôt fugitifs. Pour le comte, vieillesse ne signifie pas décrépitude. La chanson ne recèle aucun détail se rapportant à une apparence physique délabrée. L’âge avancé du protagoniste est simplement déduit de notations dispersées et vagues, le plus fréquemment : le vers 44 dit que Guibourc est morte ; le vers 49 qu’une grande partie de la famille de Narbonne a disparu. Simple mention parfois, comme par ricochet, grâce à quelque réflexion17 et retour, de loin en loin, de l’adverbe “longement” ou de synonymes ou de tournures proches, qu’il s’agisse des séjours au couvent d’Aniane ou dans l’ermitage18. Toute information chronologique indirecte ne saurait être négligée dans un contexte temporel aussi flou. Ysoré tente ainsi de s’emparer de Paris19 :

Grans fu li sieges si a duré maint jor...

  • 20 MG II, vers 2794.95. D’après MG I, vers 7, il aurait vécu 101 ans avant d’entrer au couvent. Cf J. (...)

7En tout cas, la longévité personnelle du protagoniste est significativement associée à une élévation rédemptrice20.

  • 21 MG II, vers 4115.
  • 22 MG II, vers 4921.22. Intervalle de temps confirmé par le chevalier lors de son retour à la Cour (v (...)
  • 23 Ph. Ménard écrit, dans Les Lais de Marie de France, Paris, PUF, 1979, p. 171, que “ce chiffre...ma (...)
  • 24 MG II, vers 2858.60.
  • 25 MG II, vers 1727.29. Voir R. Zenker, “Nochmals die Synagonepisode des Moniage Guillaume II”. Z.R.P (...)
  • 26 MG II, vers 3260.61, 3286, 3460, 3668, 4568. Entretemps la chanson a précisé que le roi a fait che (...)
  • 27 MG II, vers 5288.90.

8Notre attention est attirée aussi par des indications chiffrées qui semblent nous renseigner de manière plus précise. Elles méritent d’être rassemblées pour un examen approfondi : les troupes françaises restent six mois autour de Palerne21 ; Anseÿs, envoyé par Louis pour retrouver Guillaume dans son ermitage, erre sans succès pendant un an dans toute la Provence22. Toutefois notre recherche d’indices concernant le grand âge de Guillaume nous conduit le plus souvent au chiffre sept dont le retour est d’abord rassurant, semble fiable, dont la rondeur séduisante et la perfection mathématique sont éléments de charme23, mais qui ne laisse pas d’être troublant quand les différents passages qui le recèlent sont confrontés. A Palerne, Macabrin annonce aux Sarrasins que Guillaume, bien vivant, est reclus dans un ermitage et n’a pas touché une épée depuis sept ans24. Après la victoire du héros sur les larrons, le trouvère déclare que Guillaume restera prisonnier pendant sept ans “en la tor Synagon”25. Par la suite, à cinq reprises et dans différents contextes26, le Moniage Guillaume confirme la durée de l’emprisonnement. Cette belle constance prend toutefois un caractère éminemment suspect, au moment où Guillaume revient dans son monastère d’Aniana avant de partir pour Paris car la chanson dit27 ;

Quant li cevaus ot Guillaume parler,
Tost le conut et bien l’a ravisé,
Et si nel vit bien a set ans passés.

  • 28 MG II, vers 3323.
  • 29 Louis jurant qu’il resterait plutôt sept ans que d’échouer devant Palerne (vers 3872.73) ; Bernart (...)

9Abondance de biens nuit. La mention chiffrée ne peut être qu’inexacte puisque l’absence du comte correspond à deux séjours à l’ermitage, plutôt longs, encadrant la captivité à Palerne, elle-même de sept ans ! Les réticences que nous pouvons éprouver vis-à-vis des indications numériques fournies par toute chanson de geste, singulièrement quand il s’agit du chiffre sept, sont ici augmentées par d’autres détails : Landri le Timonier a lui aussi été prisonnier sept ans chez les Sarrasins28 ; ailleurs, le chiffre sept est un véritable tic de langage29. En résumé, le lecteur sait que Guillaume est un vieillard, mais la chanson ne la confirme ni par des détails physiques ni par des précisions sûres concernant son âge.

  • 30 MG II, vers 1051.53.

10Tout au contraire certaines caractéristiques physiques rattachées à la légende du comte Pièrebrace sont maintenues contre vents et marées. Malgré le temps qui a passé, elles conservent au héros son identité antérieure, lui permettent d’être reconnu par un sage bourgeois30

Bien le conut, quant il l’ot avisé,
Au grant corsage, as puins gros et quarrés
Et a la boce qu’il ot enson le nés...

  • 31 MG II, vers 3586.88.
  • 32 MG II, vers 2262.63. Aux vers 5888.89, notre oeuvre contient une allusion aux moustaches et aux fa (...)
  • 33 MG II, vers 104.13, 225.29, 1315.21, 1467.70, 1585.89, 1775.78, 2148.51, 2368.71, 2402.04.
  • 34 MG II, vers 106.107, 227, 1316.17, 1467, 1589, 1775, 2149, 2368, 2402.
  • 35 MG II, vers 1585, 1776, 2150, 2371. Le vers 2404 contient aussi le mot “paour”.

11par Landri le Timonier31 et aussi par Gaidon qui, pour sa part, se fonde sur des propos moins précis, moins légendaires32. Plus inadaptées encore à la condition du vieillard apparaissent les notations récurrentes touchant la taille et la force extraordinaires du protagoniste : véritable leitmotiv éternellement répété par des personnages très différents33. Leurs propos, d’esprit comparable, sont souvent très proches, même formulairement34 : “Ainc mais ne vi home...si grans ne si membrus”, “Ainc si grant moine ne vit on desos ciel “, “Ainc si grans moine ne vi de mere né, C’est un gaians”, “Vés come est grans et fors li pautoniers”, “Grans et fors et parcreüs”, “Grans, parcreüs et furnis”, “Si malaisieu, si grant et si parant”, “Parcreus et pleniers”, “Si grant et si menbru...” La peur se répand comme une traînée de poudre et, régulièrement, défilent des phrases de tonalité analogue35 : “...en sont tout esper-du”, “Il nos fera escillier”, “Si grant paor en prent”, “Tout soumes mort”. Cette force de Guillaume, créatrice de terreur, n’est pas différente de celle dont il avait l’apanage au temps de sa splendeur guerrière.

  • 36 MG II, vers 243.44.
  • 37 MG II, vers 245.49.
  • 38 MG II, vers 2180.89.
  • 39 Il joue sur le pouvoir comique du mot “vilain” appliqué à un chevalier (vers 1858.60, 2542.44).
  • 40 MG II, vers 4943.45. Sur ce thème, voir B. Guidot, “L’humour dans le Moniage Rainouart est-il la m (...)

12Comme autrefois aussi, le gigantisme de Guillaume devenu vieux peut inspirer la bonne humeur, la chanson soulignant que ses vêtements suffiraient à habiller quatre moines36 ou insistant sur sa gloutonnerie37. Tel détail provoque le rire des protagonistes, ainsi lorsque Guillaume se cogne la tête en entrant dans la chapelle de Gaidon38. Le poète s’en donne à coeur joie par des rapprochements spirituels39 en prêtant à Anseÿs, impressionné, un humour distrayant40 :

“Dieus, dist-il, pere, si grans hom ne fu nés ;
Se il estoit en paradis entrés,
Trestous les autres en porroit hors boter”

  • 41 Alors que la description qui suit le présente en haillons et d’une maigreur effrayante (vers 3552. (...)

13à moins qu’il ne montre de manière formelle, par des contradictions évidentes, qu’il songe plus, dans le Moniage Guillaume, à un héros dans la plénitude de l’âge qu’à un vieillard : quinze Sarrasins sont nécessaires pour le hisser hors de sa prison41. Constituant narratif de base, la vieillesse du protagoniste ne se traduit pas par des éléments concrets. La prestance traditionnelle de Guillaume occulte un vieillissement que l’on cherche en vain. Le changement est intérieur : une authentique sagesse a été conquise.

  • 42 Voir, de nos jours, la désignation par “Vie montante” d’un mouvement chrétien du troisième âge.
  • 43 Guillaume parle souvent de la prolongation de sa vie comme d’un détail possible, naturel, souhaita (...)

14L’ascension spirituelle de Guillaume est d’abord maintien et intégration de sa légendaire personnalité avant d’être un dépassement n’impliquant pas le renoncement42. Devenu vieux, le protagoniste a conservé un état d’esprit “jeune”, résolument tourné vers l’avenir43.

  • 44 MG II, vers 1031.34. Voir aussi vers 675.82.
  • 45 MG II, vers 1504.21.
  • 46 MG II, vers 1824.72, 1967.79.
  • 47 MG II, vers 2344.79.
  • 48 MG II, vers 2593.2744. Voir aussi vers 2604.05, 4070. 72, 4171.82, 4383.4412.
  • 49 MG II, vers 3033.55, 3074.3103. Nos ancêtres du Moyen Age ont beaucoup de mal à appliquer les préc (...)
  • 50 MG II, vers 6077.91. Avant son départ pour Paris, Guillaume tenait déjà des propos fort belliqueux (...)
  • 51 Guillaume, détenu à Palerne, insulte et menace de mort ses geôliers (vers 3275.79).
  • 52 MG II, vers 1390.96, 1551.53, 1899.1908.
  • 53 MG II, vers 1626.35, 2386.89. Sur le thème des bandits de grands chemins, voir la communication de (...)
  • 54 MG II, vers 1626.27.

15Le tempérament du vaillant Narbonnais est intact. Son impatience, sa vivacité et sa fougue animent déjà la scène au bord de la mer44, son impétuosité naturelle au service du bien se libère contre Gondrain et ses acolytes45, aux dépens des moines, à plusieurs reprises46, en faveur de Gaidon attaqué47, au cours du combat qu’il livre contre le géant48, Esprit sain et sans nuances, Guillaume continue à montrer, par ses paroles et ses actes, ardeur furieuse, vigueur morale, lucidité, fougueux désir de vendre chèrement sa vie49. Sa violence dévastatrice n’est pas dépourvue d’un certain sel parfois : n’enlève-t-il pas posément son “caperon”, en apercevant les païens de Synagon ? Le défi qu’il lance à Ysoré a véritablement la même teneur que ceux qu’il adressait à ses adversaires dans le Couronnement de Louis ou le Charroi de Nîmes50. La mesure, en ces diverses circonstances, ne le caractérise pas particulièrement51. L’humeur vindicative de Guillaume n’est plus à démontrer ; elle reste bien vivante pendant son “moniage”52. Cet acharnement à la vengeance explique sans doute le cérémonial funèbre et rituel qui, à deux reprises, consiste à déshabiller des larrons morts pour les pendre53. Négation de l’Autre qui s’est mal conduit, humiliation suprême de sa personne. La nudité est éminemment réductrice. La charité chrétienne en souffre, mais le comte ne semble pas en prendre conscience. Bien au contraire, il associe sa condition monastique à la cérémonie macabre en reprenant ses habits abandonnés pour se battre54 :

Li quens Guillaumes a ses dras revestus,
A loi de moine, si comme devant fu.

  • 55 MG II, vers 3253.55. Dans l’ensemble de la prière (vers 3249.59), la vengeance est mentionnée deux (...)
  • 56 MG II, vers 1565.68.

16Avec la même spontanéité révélatrice, Guillaume, en prison à Palerne, réclame à son Dieu la possibilité de se venger des Sarrasins. Piété, violence et désir de vengeance sont étroitement associés55. Mais notre héros ne serait plus tout à fait lui-même s’il n’avait conservé sa verve gouailleuse, preuve d’une fraîcheur d’âme intacte. Tout en massacrant allègrement les larrons, il prouve son admirable aptitude à faire coexister Verbe et Action56 :

“Mais se j’eusse branc ou baston ou perce,
De ces larrons fesisse ancui javeles,
Jou lor donasse, par mon cief, tel confesse
Ja mais a tans n’i peüst venir prestre.”

17Comme le bras, l’esprit est dévastateur, grâce aux transpositions métaphoriques (“javeles”), aux euphémismes humoristiques (“tel confesse”), aux souhaits inutiles, à la négligence calculée de la réalité criante.

  • 57 MG II, vers 455.85.
  • 58 MG II, vers 3946.69, 4102.06.
  • 59 MG II, vers 4140.46.
  • 60 MG II, vers 603.04.
  • 61 Voir par exemple les vers 213-17, 2047.52. Croupissant dans la chartre païenne, il implore la prot (...)
  • 62 MG II, vers 52377.54. Avant de quitter Bernard del Fossé, Guillaume révèle son identité et ses ori (...)
  • 63 MG II, vers 6536.40. Précédemment dans l’oeuvre, Guillaume avait déjà exprimé sa crainte que l’on (...)

18Guillaume a conservé sa belle propension à ne jamais se soumettre. Profondément choqué par les impératifs catégoriques de l’“ordene”, il n’envisage qu’avec une extrême réticence de se laisser humilier par les larrons57 puis, réduit à l’impuissance à Palerne, repousse toute offre de conversion venant de Synagon58. Avec hauteur, il refuse d’intervenir auprès des troupes françaises pour obtenir leur départ59. Le roi sarrasin ne prend aucune sanction contre son bouillant prisonnier. Dans le Moniage Guillaume, la résistance à toute soumission est une véritable philosophie, en conflit avec la règle monastique60. De fait, bien qu’il ait officiellement renoncé au monde, Guillaume se conduit en vassal fidèle, disponible en permanence. Constamment, il cherche à concilier service de Dieu et aide à la royauté. Chaque fois qu’il confie son cheval et ses armes au monastère, il précise qu’il a l’intention d’en disposer à nouveau quand bon lui semblera61. Les motivations du comte, avant son départ pour Paris, loin de correspondre à son statut de vieillard, traduisent une vitalité séduisante : volonté farouche de délivrer la cité, fidélité indéfectible à la couronne, haine meurtrière des Sarrasins, soutien agissant à la religion chrétienne et à Dieu62. Comme s’il avait bu à une fontaine de jouvence, Guillaume, à un âge avancé, conserve une belle pétulance63.

  • 64 MG II, vers 510,512.13, 552, 637.38, 640.

19Illustration plaisante des fameux débats du clerc et du chevalier, le comte narbonnais, puissante nature, montre qu’il est à l’étroit dans l’habit monastique qu’il s’est imposé par raison. Il n’hésite pas à fustiger la règle de son ordre et à déclarer qu’il préfère les principes chevaleresques64 :

“Maistres, dist il, vos ordenes est trop griés...
Qui l’estora, Dieus li doinst encombrier.
Assés vaut mieus ordene de chevalier...”
“Ensifais ordenes voist el non del diable !”
Et dist Guillaumes : “Dieus tel ordene honisse,
Qui l’estora, Jhesus le maleïe...
Mieus vaut li ordenes de la cevalerie...”

  • 65 MG II, vers 514.21, 637.46.
  • 66 Guillaume ne dit-il pas (vers 515.16) qu’ils se laissent martyriser par amour de Dieu et sont bapt (...)
  • 67 MG II, vers 1039.41. Pour le thème du héros dont la personnalité véritable s’affirme envers et con (...)
  • 68 MG II, vers 1456.57.
  • 69 MG II, vers 6141 et, pour l’ensemble des propos, vers 6134.42. Pendant le siège, la population par (...)

20A deux reprises65, le conflit idéologique aboutit à un tableau fondé sur des oppositions manichéennes : idéalisation des chevaliers dont l’esprit de conquête, le prosélytisme militant, conduisent à une véritable sanctification66 ; discrédit méchant réservé aux moines qui ne songent qu’à manger, boire, dormir et à se livrer aux délices de la paresse. Même lorsque Guillaume veut faire disparaître sa brillante personnalité sous les plis anonymes de l’habit monastique il n’y réussit pas. Les marins, considérant ce religieux en quête de poissons, le jugent avec pertinence en se disant qu’il est “ber”, “gentieus hom”, “larges”, “de grant parenté”67. Un des larrons le qualifie de “cortois” et “gentieus hom”68 et, critère révélateur, Ysoré décèle immédiatement à la qualité des coups reçus qu’il a affaire à un membre de la famille de Narbonne69.

21Mais cette personnalité, aux multiples facettes, jaillissante, proche du passé, s’est toutefois disciplinée, a évolué vers une plus grande maîtrise de soi, une sagesse faite de patience qui, de loin en loin, l’emporte sur les tendances naturelles.

  • 70 MG II, vers 938.44, 956.64, 1157.62. Guillaume se montre très attentionné pour son “famle” (vers 1 (...)
  • 71 MG II, vers 1163.65.
  • 72 Sauf sans doute dans le Charroi de Nîmes quand il réussit, devant les émirs sarrasins, à maintenir (...)
  • 73 Laisses 24, 25, 26 (vers 1335.38, 1349.54, 1364.65, 1371.74, 1405, 1410.12).
  • 74 Il ne cesse d’appeler les larrons “Seigneurs” (vers 1336, 1349, 1371).
  • 75 Ainsi au vers 1374.
  • 76 Vers 1353, 1372.
  • 77 “Por Dieu vos pri...” (vers 1338), “Por Dieu.. n’acroissiés vos peciés..” (vers 1349), “Se mal nou (...)
  • 78 “Tort en avés..” (vers 1336), “Por coi me laidengiés ? Je descendrai de gré et volentiers”. (vers (...)

22Cette approche d’un équilibre intérieur est un progrès probablement dû à l’âge puisque Guillaume, pendant son “moniage” corrige certains écarts de langage et de comportement qui étaient une habitude remontant à sa jeunesse. Admirable longanimité du héros dans la conduite de son stratagème destiné à perdre les larrons ! Comment ne pas être frappé par son très grand calme, contrastant avec la fébrilité du valet70, par la confiance en Dieu, toute naturelle71 ? A cet égard, le rire de Guillaume, célèbre dans la Geste, est une marque de détachement supérieur. Le héros ne nous avait pas habitués72 à l’habileté tactique dont il fait preuve en réclamant la libération de son compagnon garrotté. Dans plusieurs laisses successives73, il endort la vigilance de ses adversaires : ton marqué au coin de la déférence74, courtoisie calculée75, promesse de compensations matérielles76, prières redondantes77, extrême modération78. L’humilité apparente, exigeant des nerfs d’acier est sa règle d’or. Le piège, organisé avec minutie, fonctionne comme prévu. La maîtrise de Guillaume implique même le pardon au larron méritant : “Jou vous tieng a mon dru” (vers 1617).

  • 79 MG II, vers 138.45.
  • 80 MG II, vers 351.56, 364.79, 392.98.
  • 81 MG II, vers 1785.86. Plus tard, Guillaume, voyant Palerne se vider des combattants de plus de quin (...)
  • 82 MG II, vers 3171.75.
  • 83 MG II, vers 3200.01.

23Dans des contextes qui lui sont défavorables, Guillaume fait preuve d’un équilibre comparable en dominant ses colères ou ses impulsions violentes et généreuses. Souhai-te-t-il que les moines soient pendus à cause de leur lâcheté ? Il ne tarde pas à se raviser, jugeant sa réaction néfaste et pernicieuse79. Il explose de fureur quand il constate qu’un gentilhomme est mal traité au couvent mais, à la suite d’une seule intervention de l’abbé, fait amende honorable80. Les bourgeois d’Aniane, qui accumulent les réflerions désobligeantes à son propos, ne l’arrachent pas à sa hauteur impénétrable81, pas plus que l’attitude maladroite et triomphante de Synagon82. Le détachement du chrétien (“Or ert a vo plaisance”, vers 3176) est seulement tempéré par une menace voilée. Elle passe inaperçue83.

  • 84 MG II, vers 2766.

24Le trouvère, parfaitement conscient de la sagesse conquise par Guillaume âgé, déclare, lors de la présentation de sa chanson, qu’il “laissa le siecle por devenir preudom” (vers 303). Autour de l’ermitage, le protagoniste s’est gagné la même réputation84 :

La vont sovent por le preudome oïr.

  • 85 MG II, vers 4987.89. Comme le rappelle à juste titre M. Santucci, Les Quinze Joies de Mariage, Par (...)
  • 86 MG II, vers 4987.90 et 4960.84.
  • 87 MG II, vers 5006.34. Voir M. Delbouille et M. Tyssens, “Du Moniage Gautier au Moniage Guillaume”, (...)
  • 88 Pris à partie dans Girart de Vienne, Renier tient des propos similaires (édit. W. Van Emden, 1977, (...)
  • 89 MG II, vers 5556.65. Après le miracle de l’agrandissement du logis, Guillaume fait preuve de la mê (...)

25Cette capacité à dominer les événements, Guillaume la prouve à plusieurs reprises. Désireux de protéger sa retraite spirituelle et morale, il ne révèle pas son identité à An-seÿs, admettant même sa propre mort85. On comparera la remarquable concision de ses propos et la prolixité de l’envoyé de Louis86. Dans la scène symbolique du “courtil”, le laconisme, poussé jusqu’au mutisme, doit être étroitement associé à la sagesse. L’apparent défi au bon sens, l’inversion paradoxale des gestes, prennent d’autant plus de relief87. Mesure, respect de la personne humaine, opposés à la pusillanimité88, sont les bases du propos destiné au guetteur de Paris ; le ton est quelque peu moralisant, avec ses procédés de généralisation, ses oppositions manichéennes, ses parallélismes flagrants et l’emploi redondant d’un vocabulaire moral, fondé sur le sens du devoir89. L’expérience, liée à l’âge, joue un rôle considérable dans cette affirmation de la richesse intérieure de l’homme et cette prise de conscience parallèle des vanités terrestres. De fait, dans son “moniage”, Guillaume prend même la mesure de la sagesse seulement humaine et de ses limites par rapport à la Vérité divine.

  • 90 MG II, vers 5469. Dans CL, Guillaume disait (édit. Langlois, vers 2674) : “En son servise vueil ma (...)

26La vieillesse sert de catalyseur à l’élévation irrésistible d’une personnalité jusqu’à l’ordre divin. Les “intermittences du coeur” qui amenaient Guillaume à se consacrer alternativement aux hommes et à Dieu, laissent place, de plus en plus, à une continuité intérieure, étroitement associée à la sérénité divine. La distance avec le Couronnement de Louis est évidente90 ;

A Deu servir userai mon ëage...

  • 91 MG II, vers 53.63.
  • 92 Le comte narbonnais pense par son attitude gagner la confiance et l’amitié des moines (vers 1748.5 (...)
  • 93 Guillaume déclare au vers 1763 : “En autres terres irai m’ame garir”. Il explique, plus tard, à Ga (...)
  • 94 Cette “roce naïe” (vers 3007) participe à la réputation de Guillaume.
  • 95 MG II, vers 6505.13. Elle explique aussi la disparition du héros après sa victoire sur Ysoré (vers (...)

27L’état d’esprit du protagoniste à la fin de sa vie est d’abord renoncement généreux. Il confie ses terres à Rainouart et s’en va sans avertir personne. Seul Dieu connaît son coeur91. Dès lors, Guillaume ne saurait être séparé de cette vocation tardive au détachement. Elle peut paraître naïve, mesurée à l’aune humaine92, mais elle se réaffirme constamment93 jusqu’au séjour à l’ermitage. Ce “désert” dont la nudité symbolique est souvent mise au premier plan94, est le signe visible de retrouvailles avec une sorte de virginité sauvage, la preuve d’une intimité avec Dieu, sans le moindre intermédiaire. Telle est bien la philosophie du testament spirituel de Guillaume transmis au roi par Bernart del Fossé95 : l’abandon de toute gloire humaine.

  • 96 MG II, vers 2238.42.
  • 97 MG II, vers 161.62, 206.08, 2018.20, 3141.42, 4573.75, 4582.85.
  • 98 En particulier aux vers 2090.98, 2126.27, 2161.62, 2169.70.
  • 99 Voir le chapitre “La personnalité du chevalier” de nos Recherches... I, p. 233.98 et II, p. 869.99
  • 100 MG II, vers 169.74. Il regrettera aussi la mort du prieur qu’il a tué (vers 2041.43).
  • 101 MG II, vers 45.46, 48. Dans l’ensemble du Cycle, seul le Charroi de Nîmes offre des exemples compa (...)

28La vieillesse dans le Moniage Guillaume est à l’origine d’un sincère repentir, rend possible une saine prise de conscience des exactions passées. A cet égard, l’ermite Gaidon96 et Guillaume tiennent des propos similaires. Le protagoniste narbonnais revient à plusieurs reprises sur son poignant regret des péchés mortels qu’il a commis et sur son aspiration à faire pénitence97. Contrition redondante98. L’âge a dessillé les yeux de Guillaume et Gaidon. L’un et l’autre opposent, dès lors, action guerrière, blâmée, et action spirituelle, louable. Comme dans d’autres chansons du Cycle99, mais cette fois d’une manière ferme et définitive, Guillaume regrette d’avoir conduit à la mort de nombreux chrétiens100 et, détail révélateur d’un profond changement de mentalité, il associe, dans ses remords liminaires, les disparus sarrasins et chrétiens101 :

Dont s’apensa Guillaumes au cort nés
Que mout a mors Sarrasins et Esclers...
Or se vaura envers Dieu amender.

29Le rapprochement eût été inconcevable au temps de la jeunesse et de l’âge mûr.

  • 102 Avant de partir pour Paris, Guillaume essaie sa force contre sa propre demeure. Il est pleinement (...)
  • 103 MG II, vers 2701.02.

30Fraîcheur d’âme et enthousiasme, liés au divin, conduisent à l’éclatement du cadre chronologique strictement humain. Grâce à sa confiance en Dieu, Guillaume conserve la pugnacité de la jeunesse102 ; la vieillesse ne constitue plus un obstacle temporel, la dernière étape avant la mort ; en face du géant, le comte procède comme s’il disposait de toute une vie devant lui. Sa prière à la Vierge est édifiante103 :

“En vostre honour ferai une capele,
Ja mais n’ert jours que mes cors ne vous serve”.

  • 104 MG II, vers 2532.35, 1549.53, 5264.65.
  • 105 MG II, vers 260.61.

31Toute crainte de la mort a disparu. Plusieurs extraits le prouvent : réactions après la visite de l’ange, lors de l’attaque des larrons et avant le départ pour Paris104. Un immense désir d’éternité est la conséquence logique d’une conversion intérieure mesurant les limites de la condition humaine qui se dispenserait de Dieu105 :

Reclaime Dieu, le fil sainte Marie,
Que il le mete en parmanable vie.

  • 106 MG II, vers 2512.

32Le rayonnement spirituel du vieillard est dû à l’amour divin, véritable fontaine de jouvence. Notre chanson le souligne bien quand, après avoir peint l’aspect misérable de Guillaume dans son ermitage, elle ajoute106 :

Mais de la gloire del ciel est saoulés...

  • 107 MG II, vers 2283.84.
  • 108 MG II, vers 3614.15, 6069.70. Même prévenu des mauvaises intentions des moines, Guillaume ne renon (...)
  • 109 MG II, vers 1543.48, 2724.28. Notre chanson offre un exemple de prière de plus grand péril. A cet (...)
  • 110 MG II, vers 1659, 1732.35, 2743.
  • 111 MG II, vers 2082.83.

33Il est certain que le vainqueur de Corsolt est en contact permanent avec Dieu, pendant toute l’intrigue du Moniage Guillaume. C’est sa préoccupation principale107, illustrée par l’affirmation de sa confiance108, d’ardentes requêtes pour obtenir l’intercession divine109 et des prières d’action de grâces110. En retour, notre texte montre abondamment que le prestigieux chrétien est le favori, l’enfant chéri de Dieu. Le trouvère le constate sans ambages après avoir mentionné l’ascétisme de son héros111 ;

Ce suefre il pour Dieu, le roi celestre :
Dieus l’en rendi guerredon mout honeste.

  • 112 MG II, vers 2494.95.

34Cette bienveillante sollicitude est confirmée d’épisode en épisode. A chaque fois aucune ambiguïté n’est possible. Ni pour la disparition de la vermine112

Et Diex i a grant miracle moustré,
Pour dant Guillaume, que il a mout amé.

  • 113 Celui-ci prévient Guillaume, pendant son sommeil, que d’autres épreuves l’attendent, mais que sa p (...)
  • 114 MG II, vers 2736.

35ni lorsque l’ange est ambassadeur de réconfort113, et pas davantage lors de la défaite du géant114 :

Et Dieus i fist une miracle grant.

  • 115 MG II, vers 3298. Le comte se soumet au sort s’il est imposé par Dieu (vers 3295.97) mais ses plai (...)

36Les geôles de Synagon ne sauraient constituer un obstacle réel115 :

Et nostre sire ne l’a mie oublié.

  • 116 MG II, vers 3345.46.
  • 117 MG II, vers 6610.12.

37Selon le poète, toute l’odyssée de Landri, narrée en détail, aurait été conduite par Dieu dans l’intérêt de Guillaume116. Le diable précipité dans le gouffre est la dernière preuve de l’efficacité divine au service de son protégé117. Par ses qualités de coeur, par ses progrès spirituels, Guillaume, vieillard, s’est gagné un avenir radieux, une éternelle jeunesse.

38La vieillesse de Guillaume peut à bon droit être considérée comme l’âge d’or de ce héros épique. Celui-ci conserve ses principales caractéristiques antérieures mais - mutation heureuse ou sublimation pertinente - a conquis une sagesse louable et la foi, passionnément vécue, transforme son “désert” en antichambre de la vie éternelle. La vieillesse, débarrassée de toutes ses connotations paralysantes, est synonyme de progrès, d’ascension, d’essor. Puissante et merveilleuse originalité qui transcende la condition humaine : la crainte de la mort est convertie en rayonnement, les préceptes chevaleresques laissent la préséance à la charité et la personnalité anguleuse du héros est destinée à se fondre dans la Vérité divine.

Notes

1 Voir R. Delort, Le Moyen Age. Histoire illustrée de la vie quotidienne, Lausanne, Edita SA, 1972, p. 50.61.

2 A cet égard, lire L’enfant au Moyen Age (Littérature et civilisation), Aix, Senefiance n° 9, 1980.

3 Notre étude est fondée sur la seconde rédaction. Nous utilisons l’édition de W. Cloetta, Le Moniage Guillaume. Paris, F. Didot, SATF, I, 1906, 387 p., II, 1911, 384p. Une réflexion portant sur le “moniage” médiéval ne saurait négliger l’important volume publié par J. Ch. Payen et Ph. Ménard, Les Chansons de geste du Cycle de Guillaume d’Orange, III. Les Moniages-Guibourc, Paris, SEDES, 1983. En plus des notes inédites de J. Frappier, on y lira les articles de M. Delbouille et M. Tyssens, M. de Combarieu, J. Ch. Payen, J. Batany, M. Rossi, P. Suard, J. Subrenat et J. Wathelet-Willem.on se reportera aussi à J.Ch. Payen, Le motif du repentir dans la littérature française médiévale (des origines à 1230), Genève, Droz, 1968, p. 151.56, à B.Woledge, “Remarques sur la valeur littéraire du Moniage Guillaume”, La technique littéraire des chansons de geste, Paris, Belles Lettres, 1959, p. 21.35 et, dans le même volume, à M. Tyssens, “Le problème du vers orphelin dans le Cycle d’Aliscans et les deux versions du Moniage Guillaume”, p. 429.56.

4 Le CUERMA a dix ans. Nous sommes heureux de remercier nos amis aixois pour l’organisation de leurs colloques et la publication régulière des Actes.

5 Ainsi celle de J. Giraudoux dans La guerre de Troie n’aura pas lieu, Paris. Grasset, 1935 : propos d’Hécube (p. 57), le dialogue de celle-ci avec Demokos (p. 63) et surtout les commentaires de Cassandre dont la jeunesse manque d’aménité “Vois aux créneaux toutes ces têtes à barbe blanche... On dirait les cigognes caquetant sur les remparts” (p. 38).

6 MG II, vers 126.

7 L’oeuvre se contentant de préciser qu’il y aura 24 ans à Pâques qu’il a fui la tourmente mondaine (vers 2243.45).

8 MG II, vers 2842.43.

9 Voir V. Hugo, La légende des siècles. Booz endormi, v. 9 :
Sa barbe était d’argent comme un ruisseau d’avril.

10 Et Macabrin lui-même déclare, au vers 3019 : “S’il nos veoit, par ma barbe florie...”

11 MG II, vers 5114.

12 MG II, vers 2844.70, 2880.84.

13 MG II, vers 2854.56.

14 MG II, vers 3022.25.

15 A ce sujet, voir P. Lot, “Notes sur le Moniage Guillaume”, Romania, 26. 1897, p. 481. 94.

16 MG II, vers 5150.51. On notera la formulation très laconique de cette approbation à la prolixité de Galerant (vers 5117.47).

17 MG II, vers 284. Les mêmes moines mettent encore en évidence l’âge de Guillaume quand, terrorisés, ils affirment au vers 320 :
“Se il vit longes, certes n’i dueron”.

18 MG II, vers 401, 2781, 6622.23. Ajoutons que chez son hôtesse au bord de la mer Guillaume déclare (vers 1107.08) :
“Se jou vif longes, par la foi que doi Dé,
Vostres bienfais vos iert gueredonés”.

19 MG II, vers 4822.

20 MG II, vers 2794.95. D’après MG I, vers 7, il aurait vécu 101 ans avant d’entrer au couvent. Cf J. Subrenat, “Moines mesquins et Saint Chevalier, à propos du “moniage” de Guillaume”, Mél. offerts à J. Wathelet-Willem, Liège, 1978, p. 654. Pour des exemples de longévité exceptionnelle, voir B. Guidot, Recherches sur la chanson de geste au 13ème siècle d’après certaines oeuvres du Cycle de Guillaume d’Orange, Aix, Public. de l’Univ. de Provence, 1986, II, p. 1031.

21 MG II, vers 4115.

22 MG II, vers 4921.22. Intervalle de temps confirmé par le chevalier lors de son retour à la Cour (vers 5075).

23 Ph. Ménard écrit, dans Les Lais de Marie de France, Paris, PUF, 1979, p. 171, que “ce chiffre...marque l’accomplissement d’un cycle... “et J.Ribard, s’intéressant au nombre impair (“L’interprétation symbolique des oeuvres littéraires médiévales”, Marche Romane, 29, 1979, p. 7) soutient que celui-ci “par nature insécable, inaltérable, est la marque de la perfection et du divin”. Voir aussi, du même critique, Le Moyen Age. Littérature et symbolisme, Paris. Champion, 1984, et B. Guidot, “Mesure du temps et flou chronologique dans quelques chansons de geste du 13ème siècle”, Le temps et la durée dans la littérature au Moyen Age et à la Renaissance, Paris. Nizet, 1986, p. 55. 70.

24 MG II, vers 2858.60.

25 MG II, vers 1727.29. Voir R. Zenker, “Nochmals die Synagonepisode des Moniage Guillaume II”. Z.R.P., 27. 1903, p. 437.58.

26 MG II, vers 3260.61, 3286, 3460, 3668, 4568. Entretemps la chanson a précisé que le roi a fait chercher Guillaume pendant sept ans (vers 3671).

27 MG II, vers 5288.90.

28 MG II, vers 3323.

29 Louis jurant qu’il resterait plutôt sept ans que d’échouer devant Palerne (vers 3872.73) ; Bernart del Fossé affirmant qu’il n’a pas été si bien traité depuis sept ans (vers 5925.26).

30 MG II, vers 1051.53.

31 MG II, vers 3586.88.

32 MG II, vers 2262.63. Aux vers 5888.89, notre oeuvre contient une allusion aux moustaches et aux favoris bouclés de Guillaume, ce qui ne fait pas spécialement songer à un vieillard.

33 MG II, vers 104.13, 225.29, 1315.21, 1467.70, 1585.89, 1775.78, 2148.51, 2368.71, 2402.04.

34 MG II, vers 106.107, 227, 1316.17, 1467, 1589, 1775, 2149, 2368, 2402.

35 MG II, vers 1585, 1776, 2150, 2371. Le vers 2404 contient aussi le mot “paour”.

36 MG II, vers 243.44.

37 MG II, vers 245.49.

38 MG II, vers 2180.89.

39 Il joue sur le pouvoir comique du mot “vilain” appliqué à un chevalier (vers 1858.60, 2542.44).

40 MG II, vers 4943.45. Sur ce thème, voir B. Guidot, “L’humour dans le Moniage Rainouart est-il la marque d’un esprit distingué ?”, Essor et fortune de la chanson de geste dans l’Europe et l’Orient latin, Modena, Mucchi, 1984, I, p. 87.103.

41 Alors que la description qui suit le présente en haillons et d’une maigreur effrayante (vers 3552.68, 3580.84).

42 Voir, de nos jours, la désignation par “Vie montante” d’un mouvement chrétien du troisième âge.

43 Guillaume parle souvent de la prolongation de sa vie comme d’un détail possible, naturel, souhaitable. Ainsi, il espère vivre suffisamment pour récompenser l’abbé qui lui a donné vingt marcs d’argent (vers 5340.42).

44 MG II, vers 1031.34. Voir aussi vers 675.82.

45 MG II, vers 1504.21.

46 MG II, vers 1824.72, 1967.79.

47 MG II, vers 2344.79.

48 MG II, vers 2593.2744. Voir aussi vers 2604.05, 4070. 72, 4171.82, 4383.4412.

49 MG II, vers 3033.55, 3074.3103. Nos ancêtres du Moyen Age ont beaucoup de mal à appliquer les préceptes de la religion dans leur vie quotidienne. J. Larmat l’a bien montré dans son article “La religion et les passions dans le Tristan de Béroul”, Mél. offerts à J. Wathelet-Willem, Liège, 1978, p. 327.45.

50 MG II, vers 6077.91. Avant son départ pour Paris, Guillaume tenait déjà des propos fort belliqueux (vers 5310.16).

51 Guillaume, détenu à Palerne, insulte et menace de mort ses geôliers (vers 3275.79).

52 MG II, vers 1390.96, 1551.53, 1899.1908.

53 MG II, vers 1626.35, 2386.89. Sur le thème des bandits de grands chemins, voir la communication de Ph. Ménard au Congrès d’Oxford (1970), “Le personnage du brigand dans les chansons de geste du douzième siècle”. Résumé dans BBSR, 6, 1971, p. 149.

54 MG II, vers 1626.27.

55 MG II, vers 3253.55. Dans l’ensemble de la prière (vers 3249.59), la vengeance est mentionnée deux fois (vers 3255, 3259), la violence représentée par “férir” (vers 3257) et les substantifs “armes et adous” (vers 3258). La ferveur religieuse est irradiante.

56 MG II, vers 1565.68.

57 MG II, vers 455.85.

58 MG II, vers 3946.69, 4102.06.

59 MG II, vers 4140.46.

60 MG II, vers 603.04.

61 Voir par exemple les vers 213-17, 2047.52. Croupissant dans la chartre païenne, il implore la protection divine pour Louis et lui conserve sa confiance (vers 3234.41).

62 MG II, vers 52377.54. Avant de quitter Bernard del Fossé, Guillaume révèle son identité et ses origines : c’est le ton fier, agressif et conquérant d’un jeune “bacheler” (vers 6219.48). Dans le Cycle de Guillaume, cette scène correspond à une tradition largement illustrée.

63 MG II, vers 6536.40. Précédemment dans l’oeuvre, Guillaume avait déjà exprimé sa crainte que l’on écrive une mauvaise chanson sur son compte (vers 5466.68).

64 MG II, vers 510,512.13, 552, 637.38, 640.

65 MG II, vers 514.21, 637.46.

66 Guillaume ne dit-il pas (vers 515.16) qu’ils se laissent martyriser par amour de Dieu et sont baptisés dans leur propre sang ?

67 MG II, vers 1039.41. Pour le thème du héros dont la personnalité véritable s’affirme envers et contre tout, voir, sur le Moniage Guillaume, les commentaires de F. Suard dans son article “Le motif du déguisement dans quelques chansons du Cycle de Guillaume d’Orange”, Olifant, 7, 4, Summer 1980, p. 350.53 et sa remarque, p. 346.47 : “la découverte du héros semble inévitable, comme si le personnage é-pique s’imposait malgré son masque et devait se manifester avec éclat”.

68 MG II, vers 1456.57.

69 MG II, vers 6141 et, pour l’ensemble des propos, vers 6134.42. Pendant le siège, la population parisienne voudrait qu’on aille chercher Guillaume dont le prestige, auprès des païens, est resté égal à lui-même ; ils en auraient peur (vers 4851.56).

70 MG II, vers 938.44, 956.64, 1157.62. Guillaume se montre très attentionné pour son “famle” (vers 1181.82).

71 MG II, vers 1163.65.

72 Sauf sans doute dans le Charroi de Nîmes quand il réussit, devant les émirs sarrasins, à maintenir la fiction de son appartenance au grand négoce. Voir en particulier dans l’édit. Mac Millan, 1972, les vers 1070.1386.

73 Laisses 24, 25, 26 (vers 1335.38, 1349.54, 1364.65, 1371.74, 1405, 1410.12).

74 Il ne cesse d’appeler les larrons “Seigneurs” (vers 1336, 1349, 1371).

75 Ainsi au vers 1374.

76 Vers 1353, 1372.

77 “Por Dieu vos pri...” (vers 1338), “Por Dieu.. n’acroissiés vos peciés..” (vers 1349), “Se mal nous faites, Dieu ferés courecier” (vers 1351), “Merci vous pri, por Dieu le fil Marie” (vers 1398).

78 “Tort en avés..” (vers 1336), “Por coi me laidengiés ? Je descendrai de gré et volentiers”. (vers 1364.65), “Chou seroit vilonie” (vers 1405), “Jou ne vous os desdire..”. (vers 1410). Le comte en lui-même bout d’impatience et de rancoeur (vers 1392.96).

79 MG II, vers 138.45.

80 MG II, vers 351.56, 364.79, 392.98.

81 MG II, vers 1785.86. Plus tard, Guillaume, voyant Palerne se vider des combattants de plus de quinze ans, s’équipe calmement pour s’évader (vers 4316.33).

82 MG II, vers 3171.75.

83 MG II, vers 3200.01.

84 MG II, vers 2766.

85 MG II, vers 4987.89. Comme le rappelle à juste titre M. Santucci, Les Quinze Joies de Mariage, Paris, Stock/Moyen Age, 1986, p. 143, les Pères de l’Eglise recommandent “aux meilleurs la vie érémitique, la vie en solitaire, supérieure même, à leurs yeux, à la vie en communauté”.

86 MG II, vers 4987.90 et 4960.84.

87 MG II, vers 5006.34. Voir M. Delbouille et M. Tyssens, “Du Moniage Gautier au Moniage Guillaume”, op. cit., p. 118 et 139.

88 Pris à partie dans Girart de Vienne, Renier tient des propos similaires (édit. W. Van Emden, 1977, vers 605.11). Voir notre article “L’empereur Charles dans Girart de Vienne”, Mél. offerts à Ch. Foulon, Liège, 1980, II, p. 127.41.

89 MG II, vers 5556.65. Après le miracle de l’agrandissement du logis, Guillaume fait preuve de la même maîtrise : il constate simplement la puissance divine et la plus grande aisance matérielle de son hôte (vers 5743.45).

90 MG II, vers 5469. Dans CL, Guillaume disait (édit. Langlois, vers 2674) : “En son servise vueil ma jovente user”. Dans les vers 5457.72 de MG II le héros songe encore à sa propre réputation, au roi, mais glisse peu à peu vers la seule idée de Dieu.

91 MG II, vers 53.63.

92 Le comte narbonnais pense par son attitude gagner la confiance et l’amitié des moines (vers 1748.53). Le valet, avec son bon sens populaire, a compris que c’est impossible (vers 1754.58).

93 Guillaume déclare au vers 1763 : “En autres terres irai m’ame garir”. Il explique, plus tard, à Gaidon, qu’il veut fonder son propre ermitage (vers 2283.88), redit ses intentions après la victoire sur les larrons (vers 2455.56) et avant le combat contre le géant (vers 2604.05). Il rit lorsque Bernart veut lui rendre des comptes après ses achats dans Paris (vers 5974.76).

94 Cette “roce naïe” (vers 3007) participe à la réputation de Guillaume.

95 MG II, vers 6505.13. Elle explique aussi la disparition du héros après sa victoire sur Ysoré (vers 6153.6218). Contrairement à ce qu’affirme D.P. Schenck, “Couches culturelles du Moniage Guillaume : bellatores, oratores”, Essor et fortune..., I, p. 170, nous ne croyons pas que le Moniage “continue et perfectionne...un sens de l’individualisme ou de la préoccupation de soi”.

96 MG II, vers 2238.42.

97 MG II, vers 161.62, 206.08, 2018.20, 3141.42, 4573.75, 4582.85.

98 En particulier aux vers 2090.98, 2126.27, 2161.62, 2169.70.

99 Voir le chapitre “La personnalité du chevalier” de nos Recherches... I, p. 233.98 et II, p. 869.99.

100 MG II, vers 169.74. Il regrettera aussi la mort du prieur qu’il a tué (vers 2041.43).

101 MG II, vers 45.46, 48. Dans l’ensemble du Cycle, seul le Charroi de Nîmes offre des exemples comparables de regret exprimé par Guillaume (édit. cit., vers 67.72, 272.77). A ce sujet, voir B. Guidot, Recherches.., II. p. 884.

102 Avant de partir pour Paris, Guillaume essaie sa force contre sa propre demeure. Il est pleinement rassuré (vers 5165.87).

103 MG II, vers 2701.02.

104 MG II, vers 2532.35, 1549.53, 5264.65.

105 MG II, vers 260.61.

106 MG II, vers 2512.

107 MG II, vers 2283.84.

108 MG II, vers 3614.15, 6069.70. Même prévenu des mauvaises intentions des moines, Guillaume ne renonce pas à l’observance de la règle (vers 915.21).

109 MG II, vers 1543.48, 2724.28. Notre chanson offre un exemple de prière de plus grand péril. A cet égard, voir B. Guidot, Recherches.., II. p. 866.

110 MG II, vers 1659, 1732.35, 2743.

111 MG II, vers 2082.83.

112 MG II, vers 2494.95.

113 Celui-ci prévient Guillaume, pendant son sommeil, que d’autres épreuves l’attendent, mais que sa place est réservée en paradis (vers 2514.35).

114 MG II, vers 2736.

115 MG II, vers 3298. Le comte se soumet au sort s’il est imposé par Dieu (vers 3295.97) mais ses plaies guérissent et l’ange annonce la délivrance proche.

116 MG II, vers 3345.46.

117 MG II, vers 6610.12.

Auteur

Université de Nancy II

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540