Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vieillesse et vieillissement au Moyen Âge

Le De Senectute d’un Augustin Provençal du xve siècle

Noël Coulet

Texte intégral

  • 1 Cf. J.H. ALBANES, “Vente du mobilier d’Avignon Nicolaî, archevêque d’Aix (1443)”, in Bulletin du C (...)
  • 2 A en juger par la partie de cette bibliothèque qu’il lègue au couvent cf. ADBdR 308 E 359 f°230v°.

1A en juger par les catalogues de bibliothèque publiés ou analysés à ce jour le De Senectute, à la différence d’autres ouvrages de Cicéron, était peu diffusé dans les milieux cultivés de la Provence du xve siècle. On trouve un exemplaire des lettres parmi les livres d’Avignon Nicolaî, archevêque d’Aix, vendus en 1443 ; le De Amicitia et le De Officiis figurent au nombre des livres du chancelier Jean Martin inventoriés en 1475 ; le roi René possède les Tusculanes, le De Natura deorum et d’autres discours non précisés1. Le Cato Major devait toutefois se trouver dans la librairie du couvent des Augustins ou dans la bibliothèque personnelle, qui semble avoir été assez riche2, du frère Pierre Marini qui s’inspire substantiellement de ce dialogue pour consacrer un sermon à la vieillesse et au vieillissement.

  • 3 Ils sont aujourd’hui partagés entre les bibliothèques municipales d’Aix, Carpentras et Marseille.
  • 4 Assez tôt apparaît la tradition généalogique de la famille Marin de Caranrais fidèlement reproduit (...)
  • 5 ADBdR G221, 309 E 183 f°37, 302 E 273 f°3.
  • 6 Pierre Marini a fait l’objet d’une brève étude de FAURIS DE SAINT-VINCENS : “Mémoire ou notice sur (...)
  • 7 Bibliothèque Méjanes, Aix, ms 28. Dix des vingt-quatre sermons de ce manuscrit ont fait l’objet d’ (...)

2Ce prédicateur est un auteur fécond dont de nombreux ouvrages - traités d’exégèse, abrégés d’écrits patristiques, sermons - ont été conservés dans la bibliothèque des Augustins d’Aix et nous sont parvenus3. Ses origines et les conditions de sa formation intellectuelle sont mal connues4. Vraisemblablement provençal, il a achevé ses études de théologie lorsqu’il apparaît pour la première fois dans la documentation, en 1436, avec le grade de licencié in sacra pagina dans une liste de religieux du couvent d’Aix dont il devient prieur en 14385. Docteur en théologie l’année suivante, il fut confesseur de la reine Yolande puis du roi René et dut sans doute à la faveur du prince sa nomination, en 1448, au siège épiscopal de Glandevès qu’il occupa jusqu’à sa mort, survenue en 14676. Cette promotion n’interrompit pas son activité de prédicateur aixois. L’un des deux recueils de sermons de Marini que conserve actuellement la Bibliothèque Méjanes comprend pour l’essentiel des prédications données dans la capitale de la Provence qui semblent en majorité postérieures à 14507.

  • 8 F°s 101-110.
  • 9 Guillaume Roux, magister in sacra pagina, dernière mention ADBdR 309 E 196 f°154 (13 juin 1446) ; (...)

3Cette collection regroupe des sermons de types assez divers associant des séries sur un même thème et des sermons isolés, des prédications de tempore et de véritables traités de théologie dogmatique ou d’éthique. C’est à cette dernière catégorie qu’appartient le sermon Senuit Ysaac et caligaverunt oculi ejus8. Le thème, emprunté à Genèse 27,1 est oublié une fois énoncé au profit du De Senectute qu’il paraphrase dès la première ligne. Il s’agit en fait, ici, d’une adaptation de ce dialogue de Cicéron à un public qui semble principalement constitué par les religieux du couvent. Pas plus que les autres sermons de ce recueil, cette prédication n’est datée. Toutefois, le texte fournit un point de repère. Marini évoque à plusieurs reprises trois religieux du couvent d’Aix morts à plus de quatre-vingt-dix ans dont la mémoire était encore assez fraîche à ses auditeurs pour que leurs figures s’inscrivent dans un discours exemplaire. Nous ignorons la date de leur décès, mais on peut utiliser comme point de repère les dernières mentions connues : 1434 pour Pierre Colombi, 1446 pour Guillaume Roux, 1447 pour Antoine Gose9. On peut donc situer la composition de ce sermon vers le milieu du xve siècle.

  • 10 Les références au texte de Cicéron renvoient à l’édition et à la traduction de P. Wuilleumier, Par (...)

4Cette prédication demanderait une étude plus approfondie. Nous nous bornerons, dans le cadre de cette communication, à analyser le texte pour dégager le contenu de son enseignement sur la vieillesse10.

  • 11 F°101v°.
  • 12 Occasion de citer Augustin. De. Civ. Dei I, XXIII sur Caton d’Utique et Valère Maxime, Faits et di (...)
  • 13 F° 102.
  • 14 La division introduite à la fin du prologue diffère légèrement du plan effectivement suivi dans le (...)

5“Narrat Tullius in libro de Senectute...”11. Dès les premiers mots, le sermon s’annonce comme une paraphrase. Le prédicateur présente le texte dont il s’inspire : une conversation à trois (trilogus) sur la vieillesse dans laquelle Cicéron s’exprime par la bouche de Caton. A l’exception d’une glose érudite précisant l’identité de ce Caton que l’on ne doit pas confondre avec Caton d’Utique12, le prologue est conduit sur le mode narratif. Marini met en scène l’exorde du Cato Major : l’arrivée de Lelius dans la maison de Scipion, qu’il trouve assis au coin du feu, morose ; l’échange de propos chagrins sur la vieillesse, intolérable maladie, processus inéluctable analogue à celui qui fait mûrir pommes et poires sur la paille ; la décision d’aller trouver Caton, cet ami plus âgé qui supporte la vieillesse avec tant d’alégresse pour qu’il leur conseille quelque remède contre ce mal. A l’interrogation surprise de Caton “pourquoi considérez-vous la vieillesse comme une maladie si lourde à porter ?” répond une complainte rimée et rythmée dévidant la litanie des fléaux de l’âge : “Caligant oculi, vaccillant articuli, dentes putrescunt, aures surdescunt, capilli defluunt, narres effluunt. Tremit actus, perit actus. Cotidie suspiria et gemitus. Labitur memoria, delirat ratio, intellectus ebetatur. Tediosos efficit, delectationes abigit et morti propinquos facit13. Autant de griefs que Caton reprend et ordonne en six points, annonçant ainsi le plan du sermon14. Un plan inspiré du Cato Major, mais agencé de manière différente :

Cicéron
1.- La vieillesse supprimerait l’activité
2.- La vieillesse diminuerait les forces corporelles
3.-La vieillesse priverait des plaisirs
4.- La vieillesse est proche de la mort

Marini
1.- La vieillesse altérerait les forces physiques
2.- La vieillesse diminue-les capacités intellectuelles
3.- La vieillesse serait pénible pour l’entourage
4.- La vieillesse supprimerait l’activité
5.- La vieillesse priverait des plaisirs
6.- La vieillesse est proche de la mort

  • 15 F° 102.

6Le premier grief que réfute Caton est donc l’effet de la vieillesse sur les aptitudes physiques. Marini reste un temps dans le cadre du dialogue pour placer dans la bouche de son Caton une phrase qui fait écho, en négatif, aux déplorations de Lelius et Scipion : “Je suis plus vieux que vous et pourtant je vois bien, j’entends bien, je lis, j’écris, j’ai des dents et mes mains ne tremblent pas”15. Le prédicateur reprend alors la parole pour développer une argumentation qui recourt à un triple jeu d’exemples tirés de l’antiquité païenne, des Pères, et de l’expérience récente de l’auteur et de son public. Au personnage de Metellus repris de Valère-Maxime, à l’exemple de Saint Augustin mort à 76 ans en pleine possession de ses facultés physiques et mentales s’ajoute la figure du frère Pierre Colombi, encore très présente à la mémoire des Augustins du couvent d’Aix. Nonagénaire, ce religieux n’avait aucune des tares physiques de la vieillesse. Il entendait parfaitement. Il n’avait pas la tremblotte (non tremula habebat). Il n’avait pas besoin de bâton pour marcher. C’est à peine si - rarement - il crachotait un peu. Bien plus, il rajeunissait. Lui qui avait porté des lunettes pendant trente ans, il parvenait à s’en passer les six ou sept dernières années de sa vie. Il lui était même, lorsqu’il avait 80 ans, repoussé une dent à la place de celle qu’il venait de perdre. Il conserva sa présence d’esprit jusqu’à ses derniers instants comme en témoigne le récit édifiant de sa fin pieuse, une bonne mort dont Pierre Colombi règle l’ordonnance jusqu’au dernier soupir. On voit donc bien que la vieillesse n’est pas la principale cause du déclin des aptitudes physiques, puisque tous les vieillards ne souffrent pas d’un tel délabrement.

  • 16 C.M. IX, 29.
  • 17 F° 102 v° : “Omne enim vitium, ut ait beatus Augustinus, corrumpit naturam et omnis intemperantia (...)
  • 18 F° 103. On rejoint ici certains des conseils de la médecine présentés dans ce volume par M.-T. Lor (...)

7Les comparses du dialogue rentrent en scène pour demander quelle est alors la raison de cette diminution des forces corporelles. Marini s’inspire pour répondre d’une remarque incidente de Cicéron : “Encore cette défaillance même est elle imputable aux défauts de l’adolescence plus souvent qu’à ceux de la vieillesse, car une adolescence voluptueuse et intempérante transmet à la vieillesse un corps épuisé”16. Il reprend le propos en en durcissant le ton : “rien n’affaiblit plus la vigueur et les forces du corps que l’intempérance, les excès et les défauts de la jeunesse”. Et il le développe longuement, voyant là une illustration d’une idée reprise à Saint Augustin : “le vice corrompt la nature et tout désordre de la conduite trouve son châtiment”17. On n’a jamais que la vieillesse que l’on s’est préparée. L’auteur met successivement en accusation les vices, les mauvais sentiments et les mauvaises habitudes. L’ébriété altère la vue, provoque les tremblements du corps, les vertiges, la goutte et même la paralysie ; la goinfrerie rend malade et la paresse ruine le corps. La tristesse, la rancoeur, la colère, la haine dessèchent les os et rendent catarrheux. Les dents pourrissent ou tombent parce qu’on ne les a pas nettoyées ou qu’on les a utilisées pour casser des amandes ou ronger des os. Et l’on échapperait à la surdité si l’on s’abstenait, lorsque la chaleur est accablante, de plonger dans l’eau froide, de se coucher sous une ombre fraîche ou de boire un liquide glacé. On provoque ainsi la coagulation du sang et c’est également là l’origine des tremblements, de la goutte et de la paralysie18.

  • 19 Confondu avec Socrate par le copiste.
  • 20 F° 103 : “Aristoteles qui circa mortem multos libros composuit et in extremo composuit librum qui (...)

8Il en va de même des facultés intellectuelles : raison, intelligence et mémoire. Certains vieillards en souffrent, mais ce n’est pas là une caractéristique de la vieillesse. D’autant qu’il advient que ces capacités s’accroissent avec le grand âge. A l’appui de sa thèse, le prédicateur mobilise l’antiquité, les Pères et l’Ecriture. Cicéron, ici abondamment cité, lui fournit de nombreux exemples : la mémoire infaillible de Thémistocle, l’inlassable activité créatrice de Sophocle, les cas de Gorgias, Isocrate19 et Platon auxquels Marini ajoute, de son chef, Aristote20. Voici ensuite la prodigieuse mémoire d’Augustin qui, à la fin de sa vie, avait encore présente à l’esprit toute son oeuvre comme en témoigne la composition du livre des Rétractations, et la force créatrice d’un Jérôme qui, parvenu à l’âge de 99 ans, cloué au lit, tout juste capable de se soulever sur son grabat à l’aide d’une corde suspendue au plafond, dictait encore ce livre plein de beaux enseignements que l’on nomme son Testament. Même vigueur intellectuelle enfin chez les patriarches, Abraham, Isaac et Jacob qui vécurent plus de cent ans. Ainsi voit-on que tous les vieillards ne perdent pas le sens. Ce n’est pas la vieillesse, mais d’autres causes qui font perdre à certains vieillards la mémoire et la raison.

  • 21 F° 104 : “Qui in extremo tempore deliravit et mulieres perventerunt sensum ejus”. Cf. J. LE GOFF, (...)
  • 22 L’auteur reprend ici le début du chapitre 12 de l’Ecclesiaste qui associe l’exhortation “Souviens- (...)
  • 23 “Unde Seneca in Declamationibus ait : Torpent ingenia desidiose juventutis et hoc non tantum in se (...)

9Quelles causes ? Le thème de la mauvaise jeunesse revient ici en force. Ces malheurs adviennent aux vieillards qui, dans leur jeunesse, ont préféré à la formation de leur esprit la fréquentation des tavernes, des tripots et des prostituées. En témoigne le destin de Salomon - l’anti-David - qui a fini ses jours dans le délire libidineux et l’idolâtrie21. Ils s’abattent aussi sur ceux qui, dans leurs jeunes années ont négligé Dieu et leurs devoirs envers Lui22. Saint Augustin l’avait bien dit : l’oubli de Dieu conduit à l’oubli de soi. Ceux enfin à qui Dieu a donné sens et raison et qui s’en sont mal servi au lieu d’en user à la gloire de leur Créateur finissent par illustrer les propos de l’Apôtre : “ils se sont fourvoyés dans leurs vains raisonnements et leur coeur insensé est devenu la proie des ténèbres” (Ro. 1, 21). Ainsi advient-il de maints clercs et légistes “comme nous le savons d’expérience”. La perte de la mémoire tient aussi, tout simplement, au fait qu’on ne l’exerce pas. Il s’agit encore d’une faiblesse de la jeunesse, comme l’indique la citation de Sénèque produite à l’appui de cette assertion23. La cinquième raison qu’allègue Marini s’écarte bizarrement de son propos. La mémoire n’est plus ici la faculté intellectuelle mais la trace dans le souvenir : une cinquième raison pour laquelle on perd la mémoire des morts du temps jadis est qu’ils n’ont rien fait de bon durant leur vie ...

  • 24 C.M. VIII-25.
  • 25 Il lui consacre un bref paragraphe CM. XVIII, 65.
  • 26 F° 104 v° “Vidi ego in hoc conventu venerabiles patres duo aut tres, scilicet fratrem P. Columbi e (...)

10L’énoncé du grief suivant est repris à deux vers de Caecilius Statius cités dans le Cato Major : “Ce que je vois dans la vieillesse de plus amer, c’est de sentir qu’on est alors pénible aux autres”24. Cicéron se borne à qualifier cette expression de fâcheuse et ne s’attarde pas à la réfuter25. Plus sensible que son modèle aux tensions entre le vieillard et son entourage, Marini consacre un développement particulier, quoique bref, à cet aspect de la vieillesse. La démonstration est vite menée. Il lui suffit d’évoquer ces trois frères du couvent dont la vieillesse a fait la joie, l’édification et l’instruction de tous26. Reste à expliquer pour quels motifs certains vieillards se rendent insupportables à leurs proches, justifiant l’idée fausse qu’il dénonce.

  • 27 C.M. III, 7.
  • 28 F° 104 v° “Sicut adolescentia que in se habet aliquid gravitatis et senectutis laudabilis est, ita (...)
  • 29 F° 140 v° : “Quando home in juventute vixit in honeste et prodigaliter nec aliquit agregavit unde (...)

11Marini s’inspire ici d’une idée de base du De Senectute : “toutes les lamentations de ce genre sont imputables au caractère et non à l’âge”27. La vieillesse est insupportable aux autres lorsque le vieillard est privé de toute joie intérieure ou lorsqu’il est mal avec lui-même. Comment pourrait-on supporter quelqu’un qui ne parvient pas à se supporter ? On s’éloigne ainsi du thème des erreurs de jeunesse pour aboutir à l’idéal, exposé à deux reprises, des âges réconciliés : une jeunesse qui a déjà quelque chose de la gravité de la vieillesse et une vieillesse qui conserve un peu de l’alègresse de la jeunesse28. Toutefois Marini ne renonce pas pour autant à rechercher dans les jeunes années les racines des maux que ressentent les vieillards. Ainsi en va-t-il de ceux qui ont mené une jeunesse dissipée et prodigue, sans se soucier de mettre de côté ce qui leur serait nécessaire pour leurs vieux jours29. Leur misère les rend pénibles et odieux.

  • 30 F° 105. “Res plubicas (sic) et communes potius senum consilio quam viribus corporibus regi” inspir (...)
  • 31 On reconnaît là la malédiction biblique sur la ville dont le prince est un enfant, Eccl. 10, 16.
  • 32 F° 105 v°.

12Le prédicateur aborde ensuite un sujet abondamment traité par son modèle : vieillesse et activité. Aussi est-il ici très tributaire du De Senectute. Il en reproduit l’argumentation : la vieillesse ne fait pas ce que font les jeunes, mais elle fait beaucoup plus et mieux. Il lui reprend l’essentiel d’un tableau des activités de la vieillesse et de toutes les possibilités qui s’ouvrent aux vieillards. Ils peuvent donner des conseils aux jeunes gens et les instruire. Ils peuvent exercer l’autorité et le pouvoir. Pour illustrer ces affirmations Marini reproduit de longs passages du De Senectute, plus particulièrement ceux qui évoquent le rôle des vieillards à la tête de leurs maisonnées et de leurs exploitations agricoles. Il invoque l’exemple de Saint Jérôme gouvernant d’une main ferme son monastère en dépit de son grand âge et de ses faibles forces. Ce tableau des activités de la vieillesse le porte à durcir progressivement l’opposition jeunesse-vieillesse : ce n’est pas par la force corporelle, mais par le conseil des vieillards que se dirige et se gouverne l’état30 ; les rameaux verts ont tôt fait de se consumer sans donner de chaleur si l’on ne jette pas dans le feu quelque vieux tronc bien sec ; une maison peuplée de jeunes ne peut subsister si le conseil des vieillards ne leur vient en aide31 ; Marini en vient à reprendre un propos d’Aristote selon lequel les jeunes gens, en raison de leur inexpérience, ne devraient pas être appelés à juger ou à gouverner32.

  • 33 Longue citation de Thobie IV f°10 v° 106.
  • 34 F° 106.

13Si, par là, Marini aborde les activités politiques des vieillards, l’essentiel de leur rôle à ses yeux, leur fonction dans la société est essentiellement d’enseigner. Ils peuvent dispenser un enseignement pratique en transmettant l’expérience qu’ils ont acquise de leur art, de leur métier. Ils peuvent instruire les jeunes des commandements de Dieu et des rudiments de la sagesse véhiculée par les proverbes. La confusion entre le personnage principal du dialogue et l’auteur des Disticha Catonis vient ici à point illustrer le propos, fournissant un exemplum antique en regard de l’image de Thobie33. Toutefois pour exercer dignement cette responsabilité, il faut que les vieillards s’adonnent à l’oraison et pratiquent l’examen de conscience. Aux possunt du début de ce paragraphe (possunt ... juvenes exortari ; possunt instruere et docere juvenes) répondent deux debent qui viennent clore le développement : “debent orare, debent cogitare tempora retroacta”. Prière et réflexion apparaissent ici comme autant d’instruments de rachat de la jeunesse permettant au vieillard d’apurer ses dettes envers Dieu (Cum Deo loquor et debita mea solvo), de payer l’amende pour les délits de son jeune âge (Delicta juventutis mee emendo) et de découvrir par l’introspection les fautes oubliées34.

  • 35 F° 106 v°, CM. XII, 39.
  • 36 F° 108 “Post mortem matris reversus est Augustinus ad agros proprios ... Salvator noster sepe in m (...)

14En abordant le cinquième grief - la vieillesse est privée des plaisirs - Marini se laisse guider par le texte de Cicéron. Comme lui, il enchaîne l’énoncé du reproche avec l’exclamation : que l’âge nous fait par là un beau cadeau35 ! Les citations se font plus abondantes, plus longues, jusqu’à couvrir des folios entiers du manuscrit. Le prédicateur n’en apporte pas moins quelques touches personnelles. Ainsi précise-t-il quels sont ces plaisirs que chasse la vieillesse : ceux que procurent le goût et le toucher. Et d’expliquer que les vieux ne trouvent plus autant de plaisir à manger en raison des dents qui leur manquent. Après le goût, on attend le toucher et une explication du même ordre ; il ajoute discrètement : nec etiam in mulieribus. Une fois établi que la vieillesse n’est privée que des plaisirs du corps et des voluptés animales (brutales), le prédicateur s’attache, suivant fidèlement Cicéron, à montrer qu’il lui reste les joies que procure l’exploitation des champs et les plaisirs de l’exprit et de l’intelligence. Visiblement peu familier des activités agricoles, Marini se borne à parsemer ses emprunts de quelques touches christianisantes sur la contemplation des merveilles de la création et de quelques références évangéliques ou patristiques plus ou moins bien venues. Notre Sauveur au mont des Oliviers vient ainsi illustrer les plaisirs des promenades à la campagne36. Marini est plus à son aise pour évoquer les joies que les vieillards peuvent trouver dans les activités intellectuelles : la lecture et l’écriture.

  • 37 F° 107. Sur la place de l’histoire dans la culture des nobles cf. B. GUENEE, Histoire et culture h (...)
  • 38 Ces auteurs font partie du fonds commun de la culture historique médiévale, cf. B. GUENEE, Histoir (...)

15Plus qu’un plaisir, la lecture est un devoir. Debent senes aliquid legere. Un devoir d’état car chacun doit lire ce qui convient à sa position et à sa fonction sociale : prout statui suo congruit unicuique. C’est ainsi que les nobles liront des livres d’histoire car ils y trouveront une mine de bons exemples et une source de sagesse puisée au contact de l’expérience37. Il propose même un programme : les nobles histoires des Rois, des Macchabées, des Romains, des Macédoniens, des Troyens et une liste, non exhaustive, de lectures : le De Bello Judaico de Flavius Josèphe dans l’adaptation d’Hégèsippe, les Stratagemata de Frontin, le De re militari de Végèce, Tite-Live, Salluste et Lucain38. Les autres suggestions sont moins précises et plus banales. Les pères de famille et tous ceux qui ont des serviteurs sous leurs ordres tireront profit de la lecture de l’Ethique et de l’Economique d’Aristote et de celle des livres sapientiaux de l’Ancien Testament : Proverbes de Salomon et Ecclesiastique. Les juristes doivent choisir leurs lectures parmi les textes de lois et les écrits politiques traitant de l’administration, les philosophes parmi les ouvrages relatifs aux arts libéraux tandis que les gens d’Eglise liront l’Ecriture Sainte, les vies des Saints et les Pères.

  • 39 F°107 v°. “Cum quadam die interrogassem cur per se subriderat, respondit : metra aut ritmos de fra (...)

16Le vieillard peut aussi trouver son plaisir dans la méditation de ces lectures et même se lancer dans la composition de quelque ouvrage utile et agréable. Marini reprend rapidement les exemples de Caton et de Sophocle, mais s’attarde, pour illustrer son propos, sur l’évocation d’un frère de son couvent, Guillaume Roux. Ce nonagénaire qui vécut vingt-cinq ans dans la cécité n’en avait pas moins conservé assez de joie intérieure pour se divertir à composer de petits vers plaisants en provençal. Il s’amusait beaucoup, en particulier, à tourner des bouts rimés pour la veillée de Noël où il lui appartenait, sans doute en raison de son grand âge, de procéder à la bénédiction du “nectar” et d’égayer l’assistance de quelque plaisant propos39.

  • 40 C.M. XVIII, 66. F°108 v° : “Sed hic errat Cicero, quia divisionem bimembrem fecit, quia peccatores (...)

17La vieillesse, enfin, rapproche le vieillard de la mort. Comment le prédicateur pourrait-il ici suivre son modèle ? “Il faut ne tenir aucun compte de la mort si elle éteint complétement la vie de l’âme ou la souhaiter si elle conduit en un lieu d’éternité : on ne saurait trouver de troisième voie” écrit Cicéron40. Propos fallacieux : les pécheurs et les méchants ne s’éteignent pas avec la mort, puisque leurs âmes souffrent les peines éternelles. Rien n’est plus dangereux que cette alternative (divisio bimembris) qui aboutit à chasser la crainte du trépas. Car c’est à bon droit que les méchants craignent la mort, contrairement à ce qu’affirment de leur côté certains mauvais chrétiens (quidam perversi christiani) qui n’ont ni espoir dans la vie éternelle ni foi en la rétribution dans l’au-delà. L’essentiel du développement s’attache donc à établir les preuves de l’immortalité de l’âme sur la base d’ailleurs du De Senectute enrichi de quelques références augustiniennes. Ainsi le prédicateur peut-il conclure son traité de la vieillesse sur les perspectives d’un art de bien vivre et de bien mourir : “Veux-tu ne pas craindre la mort ? Agis selon ce que dit le Seigneur : sois prêt à toute heure, car nul ne sait l’heure à laquelle elle viendra comme un voleur. Fais ton testament de bonne heure. Laves ta conscience par la confession... Gardes toi du mal comme si tu étais sur le point de mourir, car comme l’écrit Augustin : il ne peut mal mourir celui qui a bien vécu. Et il est rare que celui qui a mal vécu fasse une bonne mort”.

18Le De Senectute de Marini est étroitement tributaire de son modèle cicéronien. Plus du tiers du texte du sermon est constitué par des citations souvent longues du Cato Major. Mises bout à bout elles représentent environ le quart du dialogue. Certes tous les sermons de Marini comportent toujours une accumulation de citations enchaînées, mais rarement dans le manuscrit Méjanes 28 les emprunts à un seul auteur sont aussi massifs et dominants. Et pourtant, ce sermon nourri d’emprunts est l’un de ceux où l’auteur fait la plus grande place à son expérience, en évoquant avec tendresse et de façon fort vivante les vieux frères qu’il a connus et aimés.

19A y regarder de plus près la copie n’est pas servile, mais porte la marque d’une intervention personnelle dans la composition des morceaux choisis de Cicéron proposés à ses auditeurs. Ces longues citations comportent non seulement des coupures mais aussi des réaménagements, véritables “collages” articulant des passages tirés de plusieurs paragraphes distincts du dialogue, parfois selon un ordre différent de celui qu’adoptait l’auteur. De même que le choix d’un plan, inspiré de celui du Cato Major mais original, ce montage du texte traduit la volonté d’adapter et transposer le modèle.

  • 41 Le traitement de l’Ecriture appellerait des observations voisines de celles que formule Hervé MART (...)
  • 42 C.M. 7, 14, 65. F° 104 v°.
  • 43 C.M. 29.
  • 44 CM. 62 ; f° 108 v°. Marini depuis la fin du f°107v° reproduit avec quelques coupures CM. 51-60, c’ (...)

20Le traitement du texte cicéronien, comme d’ailleurs le traitement du texte de l’Ecriture et autres autorités dans la prédication de Marini demanderait une étude plus attentive41. Une inflexion majeure apparaît néanmoins dès la première lecture du sermon. Marini hérite de plusieurs schémas d’interprétation qu’il reprend, mais en les accentuant différemment. L’idée que les défauts des vieillards viennent de leur caractère trouve un écho dans son développement42, mais il préfère développer un autre thème esquissé par Cicéron : “l’adolescence voluptueuse et intemperante transmet à la vieillesse un corps épuisé”43. Toutefois il n’en retient que l’aspect négatif et en élargit la portée. Il reproduit à la suite des extraits des chapitres XV-XVII consacrés aux plaisirs de l’agriculture le début du chapitre XVIII : “Dans tous mes propos n’oubliez pas que l’éloge de la vieillesse vise seulement celle qui repose sur les fondements de l’adolescence... ni les cheveux blancs ni les rides ne peuvent nous conquérir soudain le prestige : mais il faut avoir vécu dignement sa vie passée pour le recueillir à la fin comme un fruit”44. Mais son discours se développe dans une toute autre perspective. Il s’agit moins d’inciter à poser dans sa jeunesse les fondements d’une vieillesse heureuse que de se préparer à bien mourir. Le rapport entre jeunesse et vieillesse sert moins de base à une exhortation que de motif à un repentir. Aussi ce De Senectute prend-il souvent l’allure d’un Contra Iuventutem.

Notes

1 Cf. J.H. ALBANES, “Vente du mobilier d’Avignon Nicolaî, archevêque d’Aix (1443)”, in Bulletin du Comité des Travaux Historiques, Archéologie, 1884 ; id., “La bibliothèque du roi René”, in Revue des Sociétés Savantes, 1874 ; N. COULET, Aix-en-Provence, espace et relations d’une capitale, milieu xive-milieu xve s., thèse Lettres, Aix, 1979 (sous presse), livre II, ch.6. Les bibliothèques du maître rational Antoine Suavis, 1433, et du professeur de droit canon Jean de Vitrolles, 1432, toutes deux fort riches, ne comportent aucun ouvrage de Cicéron.

2 A en juger par la partie de cette bibliothèque qu’il lègue au couvent cf. ADBdR 308 E 359 f°230v°.

3 Ils sont aujourd’hui partagés entre les bibliothèques municipales d’Aix, Carpentras et Marseille.

4 Assez tôt apparaît la tradition généalogique de la famille Marin de Caranrais fidèlement reproduite de l’Histoire héroïque de la noblesse provençale d’Artefeuil aux notes manuscrites d’Albanès destinées au volume (non paru) de la Gallia Christiana Novissima consacré à la province d’Embrun. Elle rattache Pierre Marini à une illustre famille gênoise, contrainte à l’exil et réfugiée en Provence vers 1440. Cette tradition est extrêmement suspecte.

5 ADBdR G221, 309 E 183 f°37, 302 E 273 f°3.

6 Pierre Marini a fait l’objet d’une brève étude de FAURIS DE SAINT-VINCENS : “Mémoire ou notice sur Pierre de Marini”, in Le Magasin Encyclopédique, mai 1823, reprise par tous les auteurs qui consacrent quelques lignes à ce prédicateur.

7 Bibliothèque Méjanes, Aix, ms 28. Dix des vingt-quatre sermons de ce manuscrit ont fait l’objet d’une édition précédée d’une introduction par Bruno Goyet (mémoire de maîtrise, Aix, 1975).

8 F°s 101-110.

9 Guillaume Roux, magister in sacra pagina, dernière mention ADBdR 309 E 196 f°154 (13 juin 1446) ; Antoine Gose, magister in sacra pagina, dernière mention 302 E 285 f°110, 25 juin 1447.

10 Les références au texte de Cicéron renvoient à l’édition et à la traduction de P. Wuilleumier, Paris, 1940. On utilisera l’abréviation C.M.

11 F°101v°.

12 Occasion de citer Augustin. De. Civ. Dei I, XXIII sur Caton d’Utique et Valère Maxime, Faits et dits mémorables 11,9 sur Caton le Censeur. Marini partage l’opinion commune qui attribue à Caton l’Ancien les Distiques de Dionysius Cato : “et iste fecit libellum qui Cato dicitur ad instruendum filium suum et alios”.

13 F° 102.

14 La division introduite à la fin du prologue diffère légèrement du plan effectivement suivi dans le sermon qui est celui que nous présentons ici : “ut video, sex sunt cause de quibus senectutem accusatis : scilicet primo quod virtutes sensitates et virtutes intellectivas minuat ; secundo quod sit honerosa ac tediosa sibi suisque ; tertio quod corpus facit infirmum ; quarto quod advocet a rebus gerendis ; quinto quod privet omnibus fere voluptatibus et sexto quod non procul sit a morte”. Le plan du sermon, plus logique élimine les répétitions qu’entraînerait cette organisation en divisant la première partie et supprimant le troisième point redondant.

15 F° 102.

16 C.M. IX, 29.

17 F° 102 v° : “Omne enim vitium, ut ait beatus Augustinus, corrumpit naturam et omnis intemperantia et inordatio vite penam habet”, propos inspiré de Confessions I, 12 cité à la suite.

18 F° 103. On rejoint ici certains des conseils de la médecine présentés dans ce volume par M.-T. Lorcin.

19 Confondu avec Socrate par le copiste.

20 F° 103 : “Aristoteles qui circa mortem multos libros composuit et in extremo composuit librum qui dicitur de Pomo”.

21 F° 104 : “Qui in extremo tempore deliravit et mulieres perventerunt sensum ejus”. Cf. J. LE GOFF, “Royauté biblique et idéal monarchique médiéval”, in Les Juifs au regard de l’histoire, Mélanges Blumenkranz, Paris, 1985, p. 157.

22 L’auteur reprend ici le début du chapitre 12 de l’Ecclesiaste qui associe l’exhortation “Souviens-toi de ton Créateur dans les jours de ta jeunesse” à la description imagée de la décrépitude sénile.

23 “Unde Seneca in Declamationibus ait : Torpent ingenia desidiose juventutis et hoc non tantum in senibus sed etiam in juvenibus contingit”.

24 C.M. VIII-25.

25 Il lui consacre un bref paragraphe CM. XVIII, 65.

26 F° 104 v° “Vidi ego in hoc conventu venerabiles patres duo aut tres, scilicet fratrem P. Columbi et magistrum Guillelmum Ruffi qui a centenario non multum distabant, quorum senectus minime erat odiosa, ymo cara et Jocundissima quorum alter exemplis sanctorum patrum instruebat, alter vero facetiis et verbis solaciosis nos omne letificabat, tertius vero, scilicet magister Antonius Gose documentis instruebat”.

27 C.M. III, 7.

28 F° 104 v° “Sicut adolescentia que in se habet aliquid gravitatis et senectutis laudabilis est, ita senectus que in se habet aliquid jocunditas et adolescentie est amabilis”, inspiré de CM. XI, 38.

29 F° 140 v° : “Quando home in juventute vixit in honeste et prodigaliter nec aliquit agregavit unde vivat in senectute”.

30 F° 105. “Res plubicas (sic) et communes potius senum consilio quam viribus corporibus regi” inspire de CM. VI, 7.

31 On reconnaît là la malédiction biblique sur la ville dont le prince est un enfant, Eccl. 10, 16.

32 F° 105 v°.

33 Longue citation de Thobie IV f°10 v° 106.

34 F° 106.

35 F° 106 v°, CM. XII, 39.

36 F° 108 “Post mortem matris reversus est Augustinus ad agros proprios ... Salvator noster sepe in montem olivarum et ceteris montibus locis que campestribus accedebat”.

37 F° 107. Sur la place de l’histoire dans la culture des nobles cf. B. GUENEE, Histoire et culture historique dans l’Occident Medieval, Paris, 1980, p. 315-317, et “La culture historique des nobles : le succès des Faits des Romains (xiiie-xve siècles)”, in La noblesse au Moyen-Age (Coll. dir. Ph. CONTAMINE, Paris, 1976). Marini ajoute en effet : “et cetera hujus modi”.

38 Ces auteurs font partie du fonds commun de la culture historique médiévale, cf. B. GUENEE, Histoire et culture historique, op. cit., p. 301-307. Sur la diffusion, précoce de Végèce et celle, plus tardive de Frontin, cf. Ph. CONTAMINE, La guerre au Moyen-Age, Paris, 1980, p. 353-356.

39 F°107 v°. “Cum quadam die interrogassem cur per se subriderat, respondit : metra aut ritmos de fratribus compono, dicenda post benedictionem nectaris. Mos enim tunc erat illis qui benedictionem dabant in festo Nativitatis, aliquod jocundum componere, ut ceteros ad risum sollacium possent inducere”. - Le nectar est “un mélange de vin blanc, d’épices et de miel” (L. STOUFF, Ravitaillement et alimentation en Provence aux xive et xve siècles”, Paris-La Haye, 1970, p. 573). On a sans doute ici une évocation du rituel du cacho-fiò, cf. F. BENOIT, La Provence et le Comtat Venaissin, Paris, 1949, p. 225-6, C. SEIGNOLLE, Le Folklore de la Provence, Paris, 1980, pp. 246-9.

40 C.M. XVIII, 66. F°108 v° : “Sed hic errat Cicero, quia divisionem bimembrem fecit, quia peccatores et mali per mortem omnino non extinguitur, quia anime in penis eternis cruciantur nec post mortem beati sunt sed potius miseri”.

41 Le traitement de l’Ecriture appellerait des observations voisines de celles que formule Hervé MARTIN à propos d’un augustin normand contemporain de Marini, “L’Ecriture dans la prédication au xve siècle”, in Histoire du texte, publication ronéotée du groupe d’histoire religieuse de la Bussière, 1974, p. 1-18.

42 C.M. 7, 14, 65. F° 104 v°.

43 C.M. 29.

44 CM. 62 ; f° 108 v°. Marini depuis la fin du f°107v° reproduit avec quelques coupures CM. 51-60, c’est-à-dire le développement sur les plaisirs de l’agriculture. On comprend mal l’enchaînement qu’il effectue avec le paragraphe 62 d’autant qu’il a coupé à in agris eos coleret, omettant les phrases qui servent de transition avec le passage consacré aux privilèges de la vieillesse.

Auteur

Université de Provence (Aix-Marseille I)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540